Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
H'phedia Kith'Araquia
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
H'phedia Kith'Araquia


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 22 ans
Race : Araquia

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aide Solal/Fait évader un Maître Jedi/Défends Columex
HP:
[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Left_b1170/70[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Empty_10  (70/70)
PF:
[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Left_bar_bleue95/95[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Empty_bar_bleue  (95/95)

[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) _
MessageSujet: [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal)   [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Icon_minitimeSam 7 Sep 2019 - 23:20

Arda, un monde que la république était parvenue à arracher à l'empire, une victoire dont elle avait grandement besoin en cette période de doute et de trouble. Quand bien même le centre de recherche qui avait été la raison de son assaut avait été réduit en cendres, emportant avec lui les preuves de l'existence d'armes bactériologiques que les siths développaient, cela restait une victoire.

C'était autour de ce monde qu'orbitait le croiseur de classe Hammerhead Redempteur, c'était dans l'une des salles de briefing de ce dernier qu'H'phedia se trouvait. La raison de sa présence était des plus simples, on avait besoin d'un Jedi. Elle n'était pas venue seule cependant, le félin qu'elle avait rencontré sur les marches du temple l'accompagnait, son nom était Solal kalel.

La jeune araignée était parvenue à le dissuader de quitter l'Ordre, après cela elle l'avait soumise à quelques entraînements, autant pour avoir une idée précise de son potentiel que de comment l'exploiter. Étant incapable de manier un sabre laser, le félin devait donc s'en remettre entièrement à la Force, ce qui impliqua quelques passages à la bibliothèque pour exhumer certaines techniques atypiques. Le Félacatien n'était pas un élève orthodoxe, sa formation ne saurait donc l'être.

Techniquement parlant, Solal n'était pas encore officiellement son padawan. La jeune araignée avait encore quelques réserves, non pas vis-à-vis du félin, mais d'elle-même. Elle qui n'était chevalier que depuis peu, avait-elle le bagage nécessaire pour prendre déjà un apprenti? Cela dit, son maître lui avait bien souvent répété de se fier à la Force, fallait-il donc voir dans leur rencontre un événement purement fortuit ou bien le fruit de Sa Volonté ? C'était pourquoi ils étaient ici.

Maître Ak'zek avait toujours cru en l'apprentissage par l'expérience, une philosophie qu'H'phedia partageait. En choisissant cette mission et en permettant à Solal de l'accompagner elle offrait au félin l'occasion de quitter l'enceinte du Temple, au sein de laquelle il commençait clairement à étouffer, pour se reconnecter avec un monde plus grand que lui-même. C'est sur le terrain qu'il pourrait véritablement exercer et aiguiser ses capacités, de même qu'il obtiendrait une meilleure compréhension du rôle d'un jedi dans cette vaste galaxie.

Le duo fut accueilli par un humain, plutôt grand pour un membre de son espèce et portant un uniforme militaire tiré à quatre épingles. Il avait un visage rectangulaire aux traits creusés, et serti d'une abondante moustache noir de jais. Il lui leva bien un sourcil à la vue de l'apparence atypique des nouveaux venus, mais ne laissa rien d'autre transparaître, un exemple de stoïcisme martial

« Chevaliers, bienvenue. Annonça-t-il d'une voix forte. Je suis le Colonel Ilfacto, du Bureau Central d'Informations de l'Armée. Cette opération étant une initiative conjointe entre la République et l'Ordre Jedi, je ferais office d'agent de liaison et de superviseur.

« Avant que nous ne commencions, je tiens à vous rappeler qu'au regard du contexte géopolitique actuel, de la nature des éléments impliqués et du fait que l'initiative émane de la précédente chancellerie, cette opération est classé top-secrète. N'allez donc pas vous vanter de ce que vous aurez accompli là-bas dans la première cantina venue, si se vanter dans les cantinas est une chose que les jedis font bien sûr. Je me suis bien fait comprendre ? »


« Parfaitement, Colonel. »

« Parfait. Si vous êtes ici c'est que vous avez déjà une vague idée de ce en quoi cette mission va consister, je suis ici, entre autres, pour vous communiquer les détails : Il y a deux ans de cela la bataille de Dathomir s'est soldée par une tannée pour nos corporations respectives, les pertes furent nombreuses, les prisonniers aussi. »

Le colonel pressa alors un bouton sur la table à côté de lui, l'hologramme d'une chandra-fan s'afficha alors.

« L'un d'entre eux est le Maître Jedi Makilda Rakt, qui a été prise avec son padawan. Elle était une collaboratrice de longue date du BCI, ce faisant, elle s'est retrouvée en possession d'informations sensibles, suffisamment sensibles pour que l'annonce de sa capture donne des sueurs froides à mes supérieurs. La ténacité de Maître Rakt ne fait aucun doute, mais tout le monde à un point de rupture, tout le monde.  

« Vous l'aurez compris, si ce n'était pas déjà assez évident, il s'agit dont d'une mission de sauvetage, votre rôle sera de libérer Maître Rakt et de la ramener dans l'espace républicain. Le seul problème sera de quoi vous allez devoir la libérer. »


Une autre touche de pressée et c'est l'image d'une planète qui apparut.

« Voici Ziost, je pense que vous connaissez mieux que moi l'un des mondes clés de vos ennemis jurés. C'était un euphémisme, Ziost était l'un des mondes les plus sacrés pour les Siths, ainsi que leur berceau au même titre que Korriban. Et voici votre nouveau pire cauchemar... Malhazar. »

Un zoom s'opéra alors sur un point situé dans l'hémisphère nord de la planète, ce point était une structure dessinant un cercle parfait, surmontée de huit tours, sortes de massifs triangles rectangles formant comme une serre s'élançant vers les cieux. H'phedia reconnut bien là l'architecture sith, tout entière tournée vers l'agression stylistique.

« C'est dans cette prison que finisse tous les prisonniers de guerre de l'empire, et appeler ça une prison est un euphémisme. Le complexe est bâti au beau milieu de la toundra, du terrain plat, et gelé, à perte de vue. Les tours que vous voyez la font dans les trois cents mètres de haut, elles sont bardées de senseurs et de systèmes de défense en tout genre, ce sont elles qui assurent la résilience face au monde extérieur. Vous approchez par la terre ferme, vous vous faites  repérer et désintégrer avant même de les voir à l'horizon. Vous approchez par les airs autrement que via l'axe aérien qui passe entre les tours, vous vous faites repérer et désintégrer. Vous faite les malins dans l'axe aérien, repérer et désintégrer. Vous voyez le tableau. »

Le colonel continua de pianoter sur son holotable qui afficha alors une vue en coupe, montrant un vaste espace vaguement cylindrique sous le bâtiment. La jeune araignée remarqua que cet hologramme était bien moins détaillé que le précédent.  

« Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, la structure s'enfonce dans la croûte de le planète, profondeur estimée, un kilomètre. C'est là qu'ils gardent les prisonniers, et c'est aussi pour ça que personne n'a jamais réussi à s’évader. Même si un prisonnier arrivait à quitter sa cellule il n'aurait d'autre choix que de monter, à moins qu'il ne soit prêt à excaver des mètres cubes de duracier et de roche. Ce qui veut dire que les types à la tête de cet endroit n'ont qu'à sceller la section en question, avant de couper l'air ou de le remplacer par le gaz de leur choix. Tous est contrôlé informatiquement depuis le centre de commandement à la surface, ils n'ont qu'à appuyer sur une touche pour purger l'intégralité des niveaux carcéraux si l'envie leur en prend, ou juste une cellule.

« Malheureusement, nos renseignements deviennent très chiches dès que l'on passe en dessous du niveau de la mer. Nous ignorons la disposition interne de la section carcérale, l'emplacement de Maître Rakt ou encore de leurs effectifs précis, cela dit, étant donné l'importance du site, il faudra vous attendre à la totale, troupes d'élite, droïde de combat et bien sûr, des siths.  

« Maintenant, voyons comment nous allons nous frayer un chemin là-dedans. »


La prison disparut, remplacée par l'image d'un vaisseau spatial à l'apparence d'une serre, le cockpit semblant se trouver sur l'une des pointes et de l'armement sur les deux autres.

« Ceci est un transporteur de droïde militaire KT-400, une antiquité c'est vrai, mais une antiquité utilisée par tout le monde, très passe partout, discrétion garantit. Nos services l'ont lourdement modifié pour le rendre aussi furtif que possible. C'est à lui que reviendra la tâche de nous conduire sur Ziost, via un vecteur d'infiltration soigneusement calculé, et de nous en faire partir, si tous se passe bien. Je tiens cependant à préciser que ses capacités offensives et défensives sont terriblement limitées, donc si la situation venait à très mal tourner, nous ne ferions pas long feu. »

L'image du vaisseau se réduisit et s'inséra dans un schéma d'approche de la prison.  

« Passons maintenant en revue notre vecteur d'infiltration. Nous savons de sources sûres qu'un convoi est en route vers Malhazar, notre propre transport se dissimulera en son sein et nous les suivrons bien gentiment jusqu'à la prison. L'instant crucial arrivera au moment où nous serons engagés dans le fameux axe aérien, il s'avère qu'il existe un angle mort dans leur couverture de surveillance, un angle mort que les capacités furtives de notre vaisseau pourront exploiter. Lorsque nous serons sur le même plan que le sommet des tours, nous effectuerons une translation vers l'une d'elles, une manœuvre aisée dans l'espace, plus délicate quand on doit aussi gérer la gravité d'une planète, je plains à l'avance nos répulseurs. Cette trajectoire devra se poursuivre jusqu'à ce que nous ayons atteint la face extérieure de l'arête où nous nous fixerons. La position est cruciale car elle nous rendra invisibles autant d'un éventuel trafic de l'axe aérien, que d'un observateur tout aussi éventuel de la toundra.

« Dans la mesure où nous rencontrerions des difficultés au cours de l'approche, un plan B a été prévu, une charge ionique de haute intensité sera fixée sur l'un des vaisseaux du convoi, de préférence l'un des plus gros. En cas de problème nous la déclencherions, ce qui simulera une avarie des moteurs, problématiques dans l'espace, beaucoup plus dans l'atmosphère. Cela provoquera une diversion suffisante pour masquer notre présence. Cela dit, je préférais avoir à m'en servir qu'en tout dernier recours. Une installation n'est jamais aussi vulnérable que lorsqu'elle est prise dans la routine, cet incident risquerait fort de les mettre sur le qui-vive, le degré de parano des responsables n'ayant pas pu être déterminé, ce qui aurait un impact négatif sur la suite de l'opération.

« Une fois en position la phase deux pourra commencer, l'infiltration en elle-même. C'est là que vous, les jedis, entrez en scène. Avant tout autre chose il vous faudra trouver de quoi accéder aux systèmes informatiques du complexe, c'est là que vous trouverez les plans de la section carcérale, mais surtout, l'emplacement de Maître Rakt. Aussi, si vous trouvez de quoi désactiver quelques systèmes de sécurité afin de vous faciliter la tache, et la nôtre, ne vous gênez surtout pas. À partir de là, vous serez seuls, à vous de vous débrouiller pour descendre là-dedans et en récupérer notre V.I.P. Nous essaierons de vous assister du mieux que nous pourrons sans compromettre notre position.

« Voilà, je pense que c'est à peu près tout, des questions ? »


L'on pouvait dire ce qu'on voulait, mais cette opération semblait avoir été préparée avec une certaine minutie. H'phedia n'avait donc guère de questions, à part celle-ci.

« Vous avez dit que l'empire réservait cette prison à ses prisonniers de guerre...j'en déduit que Maître Rakt n'en est pas la seule pensionnaire... c'est un complexe assez vaste... »

Le colonel Illfacto fronça les sourcils, la jeune araignée eut du mal à déchiffrer son expression. Dans la Force l'humain semblait émettre un mélange de mépris voilé et résignation face à l'inévitable.

« Je vois où vous voulez en venir, Chevalier Kith'Araquia, mais l'objectif de cette mission est la libération de Maître Rakt, tout au plus avons-nous une capacité d'emport suffisante pour récupérer son padawan en plus, mais elle reste notre priorité numéro un. Comprenez-moi bien, les geôles de Malhazar ne s'ouvriront que lorsque l'Empire tombera, et ce n'est pas aujourd'hui que cela arrivera. Alors j'ai bien peur que vous allez devoir prendre votre mal en patience. Espérons que cela vous motive pour le futur. »

C'était là un ton qui ne tolérait pas la discussion, pourtant H'phedia n'en avait pas fini avec lui, et il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même pour cela.

« Son padawan... Avez-vous son nom ?... Son aspect ? »

Presque à contre-cœur l'officier pianota sur sa précieuse holotable qui afficha en retour l'image d'un autre Chandra-fan assortie d'un nom : Valinka Rakt.

« Rakt... Un lien de parenté ? »

« C'est son neveu, à croire que c'est une affaire de famille. »  

Voilà qui était intéressant, si le colonel disposait de ses informations, pourquoi les avoirs omis du briefing ? Pour qu'ils se concentrent uniquement sur Maître Rakt ? Et s'il avait tenté de leur dissimuler ça, quoi d'autre leur dissimulait-il encore ? Elle devait garder à l'esprit qu'il ne s'agissait pas d'un simple officier de l'armée, mais du B.C.I, soit les services secrets de la république, le secret était pour eux comme la Force pour les Jedis. Elle devait aussi se rappeler que les intérêts de la république et de l'Ordre Jedi ne coïncidaient pas toujours.  

Cela dit, le colonel avait raison sur le fond, même si cela la peinait. Elle n'avait donc plus rien à ajouter, pour l'instant. Mais qu'en était-il de Solal ? Que pensait le félin de tout ceci ?

« Et vous padawan, que pensez-vous de tout ceci ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solal Kalel
~ Padawan ~
~ Padawan ~
Solal Kalel


Nombre de messages : 163
Âge du perso : 17 Ans
Race : Félacatian (coincé sous sa forme animale)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Left_b1135/61[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Empty_10  (35/61)
PF:
[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Left_bar_bleue40/82[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Empty_bar_bleue  (40/82)

[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) _
MessageSujet: Re: [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal)   [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Icon_minitimeSam 14 Sep 2019 - 18:11

Solal avait du mal à y croire, H'Phedia l'avait appelé pour l'emmener en mission. Loin de saisir que l'araignée avait le projet de faire de lui son Padawan, le félin s'était même attendu à ne guère plus entendre parler d'elle. Si convaincante avait pu être la Duveteuse, Solal avait trop souffert pour s'en remettre totalement à qui que ce soit. Il se contentait donc du jour au jour, se répétant, lorsque l'amertume le prenait, que sa situation était meilleure que s'il avait choisi de quitter le temple. Partir, le jeune félin pourrait toujours le faire, dans un an il serait d'ailleurs majeur, mais cette chance d'employer, de rassembler tous ses efforts pour démontrer une dernière fois sa valeur en tant que potentiel Chevalier était unique. L'ultime. Tant pis s'il devait être finalement détruit, le Tigre n’abandonnerait pas sans lutter contre ses circonstances.

Cette mission en collaboration avec les militaires était non seulement une nouvelle possibilité pour d'aider- un membre de leur Ordre apparemment.- mais aussi de s'illustrer. Auprès d'H'Phedia, l'adolescent avait déjà appris d'ailleurs, plus en quelques semaines qu'en divers mois passés dans les cours communs ou dans la bibliothèque. Il y avait ceci dit, un avantage à sa longue période d'études presque en solitaire: le félin avait acquis une discipline en corthose, doublé d'une méthode efficace. Pour rester au niveau de ses camarades Solal avait enchaîné les nuits courtes, les wee-kends complets, une vie qui ne dépareillait que peu de celles des militaires qu'H'Phedia et lui allaient rencontrer.

Un rapprochement qui n'empêcha pas Solal de se sentir impressionné lors de leur introduction auprès du Colonnel Ilfacto. Il essaya de ne laisser paraître aucun autre signe que ses oreilles aplaties à l'horizontale ainsi que sa promptitude à s'asseoir, son corps s'étant précipité pour obéir à la discipline qui émanait de leur aîné. Il renonça à corriger l'homme en rappelant son statut loin d'égaler celui d'un chevalier mais renonça, préférant observer le dialogue avec attention.

La mission frôlait presque l'impossible puisque Ilfacto en personne reconnaissait sa difficulté. D'ailleurs, c'était assez inquiétant de constater q'une faction aussi fermée, secrète que les militaires fassent appel aux Jedis pour les aider. Ils n'étaient pas le genre à partager leurs soucis, que l'otage appartienne à l'Ordre ou pas, s'ils avaient pu s'en sortir seuls, les porteurs de treillis en auraient été heureux. C'était donc un double avertissement que lançait le haut-gradé au duo atypique: par le biais d'une annonce sans équivoque et une autre, plus subtile logé dans son comportement. Le jeune félin s'attarda sur les muscles de l'humain, rigides, tendus, sans savoir s'il s'agissait que l'attitude normale des militaires -laquelle faisait d'ailleurs partie du stéréotype.- ou si l'intervention le faisait malgré tout stressé. Il n'y avait pas à dire, l'individu avait de quoi donner des leçons aux Jedis question maîtrise des sentiments, tant il était difficile de percer ses intentions.

Solal hésita mais renonça finalement à percer la carapace corporelle du militaire avec l'aide de la Force. Le plan devenant aussi retors que subtil et fou, mieux valait prêter l'oreille, d'autant plus que le Padawan était toujours décidé à se comporter de manière exemplaire. Qu'ils réussissent ou échouent, il voulait faire ses preuves à H'Phedia. Malgré sa méfiance cultivée par de nombreux échecs, Solal commençait à éprouver suffisamment de reconnaissance envers l'araignée pour offrir poils, muscles, esprit, son être complet à son service. La mission en soi n'arrivait même pas à complètement l'effrayer, parce qu'il préférait être ici, sur le point de risquer sa vie plutôt que perdu dans la campagne Ondéronaise à garder un troupeau de bêtes ou faire des tâches ingrates de paysan, un métier respectable mais loin de le satisfaire personnellement. Alors, danger ou pas, le Félacatian était "heureux" de baigner dans cette atmosphère qu'il avait respiré depuis ses 3 ans. Entre méditations, études, entraînements et adrénaline provoquées par des mises en situation réelle, l'apprenti avait été bien préparé. Assez pour cacher un stress pourtant bien présent.

Solal approuva silencieusement l'intervention d'H'Phedia qui se préoccupa u Padawan. On disait que les militaires ne laissaient jamais un homme sur le carreau, serait-ce faux? Parce qu'Ilfacto suintait d'une indifférence presque psychopathe. Jeu destiné à occulter sa sympathie pour les prisonniers ou pure désintérêt? Le Félacatian ne put retenir un frisson qui dérangea son pelage marqué de sombres rayures, il penchait pour la deuxième option. De fait, si Rakt ne possédait aucune information sensible, sans doute qu'elle serait morte sans que personne ne fasse rien pour elle. Pourquoi l'Ordre ne s'était-il pas aperçu de sa disparition d'ailleurs? Et pourquoi passer par la militaires? Seuls, la chose aurait été plus complexe car ni dispositif d'infiltration ni de diversion n'auraient été à la hauteur des propositions de l'homme. Néanmoins, l'impulsive jeunesse de l'adolescent le menait à se méfier d'Ilfacto. Trop docile pour dire quoique ce soit, le jeune apprenti se contenta de hocher la tête. En vrai, il n'avait pas tout à fait compris la totalité du plan, ayant du mal à se projeter du point de vue théorique -malgré l'aide des images- à la réalité du terrain. Il manquait d'expérience en plus d'être naturellement intimidé, alors il se disait que mieux valait se taire et voir.

Bien sûr, Solal aurait aussi pu proposer sa propre idée qui consistait à se faire passer pour des prisonniers, se faire arrêter comme Rakt en mettant en scène leur arrestation. De fausses informations juteuses mais partielles auraient achevé d'intéresser l'ennemi, et ainsi ils seraient entrés plus facilement -certes, il leur aurait aussi fallu sortir de leur cage, du coup.-, mais sans doute que ce plan avait une faille. Les adultes formés à la stratégie et au combat avaient dû y penser auparavant. Alors encore une fois, le Padawan maintient gueule close, tout comme il retint la remarque légèrement cynique concernant leurs capacités réduites à H'Phédia et à lui d'infiltrer quoique ce soit avec leur physique. Ça n'allait pas être eux qui allaient voler les habits des gardes et se faire passer pour, comme dans les mauvais Holofilms de Pick, une connaissance qui adorait organiser des séances films lors de veillées plus ou moins secrètes.

Que ce soit par peur ou par respect pour H'Phedia voir confiance -il ne le reconnaîtrait pas même si on lui arrachait ses moustaches une à une.- le jeune félin se contenta de simplement secouer la tête de droite à gauche. Non aucune question. Mais surprise, la Chevalière lui demandait ce qu'il en pensait. Un Padawan n'était-il pas sensé se taire et observer? Ilfacto devait partager l'idée car ce fut avec une irritation mal contenue qu'il posa son regard sévère sur Solal, semblant l'avertir de ne pas s'attarder en blablas bravaches de jeunot idéaliste. le jeune félin avait appris, de son "exil" au sein même du temple à attendre la bonne opportunité: un cours particulièrement instructif, une classe particulière qu'un Maître lui autorisait à observer, des conférences hors du Temple auxquelles il avait demandé de participer, une exploration ou activité proposé par un Jedi qui venait d'en-dehors. Alors de la même manière, il se concentra sur l'image projetée de l'apprenti: un Chadra-fan aussi. S'il le reconnaissait dans la prison et avait l'occasion, Solal chercherait à le libérer -avec la bénédiction d'H'Phédia bien sûr.- inutile de dire tout haut qu'il trouvait l'attitude d'Ilfacto exagérée. Ça n'avancerait à rien et le colonel ne changerait guère d'idée.

Un dernier coup d’œil au portrait du Padawan et de Valinka ne put l'empêcher de penser qu'on les avaient choisi, H'Phedia et lui pour compléter la collection "bêtes de foire". Heureusement l'idée ne fit que traverser son esprit, et il la chassa rapidement, ce n'était pas digne d'un Jedi. Cette acidité, conséquence directe de ses déceptions devrait disparaître.

- C'est risqué, évidemment, mais nous sommes là pour ça. Alors allons essayer de libérer Maître Rakt.

Ilfacto eu un sourire presque imperceptible, approuvant l'attitude de l'apprenti, pragmatique. En même temps, le plan déjà décidé par les militaires avait été préparé bien à l'avance, il ne souffrait aucune opposition. Plus tard, les deux Jedis pourraient improviser, d'autant plus qu'un comportement soumis permettrait d'acquérir leur confiance. D'une légère Onde de Force, Solal essaya de communiquer à son maître la raison de son silence. Il ne parvint qu'à lui montrer que ses pensées étaient plus colorées que la fade acceptation offerte. Un soutien pour les idées de l'Araignée qui n'acceptait qu'à contrecœurs que le Padawan de Rakt soit délaissé, mais son aînée saisirait-elle le filet de Force qui avait voyagé jusqu'à son esprit. Après tout ils se connaissaient depuis quelques semaines et Solal restait persuadé que la jeune arachnide ne faisait que l'aider par gentillesse sans intention de s'investir davantage. Certainement pas au point de penser à lui comme un Padawan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H'phedia Kith'Araquia
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
H'phedia Kith'Araquia


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 22 ans
Race : Araquia

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aide Solal/Fait évader un Maître Jedi/Défends Columex
HP:
[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Left_b1170/70[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Empty_10  (70/70)
PF:
[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Left_bar_bleue95/95[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Empty_bar_bleue  (95/95)

[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) _
MessageSujet: Re: [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal)   [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Icon_minitimeDim 29 Sep 2019 - 14:18

La réponse du padawan fut laconique, mais à travers la Force H'phedia sentie que le félin avait un avis plus arrêté sur la question qu'il ne le laissait paraître. La jeune araignée lui envoya en retour une onde d'approbation, elle supposa que, comme elle, le jeune tigre avait compris que débattre avec le colonel ne les mènerait nulle part.  

L'ombre d'un sourire passa sur le visage de ce dernier alors qu'il désactiva sa précieuse holotable.

« A la bonne heure, dit-il, le transporteur se trouve en C-12 et est prêt à partir à l'instant où nous serons à bord. Je vous conseille donc de revoir votre matériel une dernière fois, il serait dommage d'oublier quelque chose d'important. »    

H'phedia ne se fit pas prier, les gens pensaient faussement que la force et le sabre laser étaient les seules choses qu'un jedi avait besoin pour une mission, il n'en était rien, encore plus pour elle qui était une sentinelle et qui avait appris à ne pas se reposer uniquement sur l'un et sur l'autre. Ne pouvant porter les habits traditionnels des jedis son équipement était stocké dans une série de ceintures attachées autour de son corps. Ce dernier comportait un comlink, du nécessaire de premier secours, si elle possédait les bases la guérison par la force n'était pas son point fort, de quoi pirater un système informatique ou forcer une porte, des capsules nutritives et finalement de quoi interfacer avec des mécanismes qui n'était absolument pas adaptés à sa morphologie, par exemple conduire un speeder, même si elle doutait en avoir besoin pour cette mission. Solal de son côté possédait un équipement plus réduit, de par sa morphologie et son expérience moindre, mais doté de l'indispensable comlink monté sur un collier.

Une fois ces vérifications terminées ils se rendirent au fameux hangar C-12 où le transporteur les attendait. Le kt-400 était en effet une relique, il avait connu son moment de gloire lors de la guerre civile jedi il y a plus de 300 ans de cela où il était chargé de déployer des droïdes de combat sur le champ de bataille. Même si l'équipage pour l'opérer ne dépassait pas la dizaine, il pouvait transporter jusqu'à quatre cents de ces fantassins mécaniques, d'où ce chiffre dans sa désignation. H'phedia ne put s’empêcher de se demander combien de prisonniers pourrait prendre place dans sa soute, avant de se rappeler qu'en extraire seulement un de la prison serait déjà fort compliqué en soi et que les modifications pour le rendre furtif avaient dû avoir un impact sur sa capacité d'emport. Il était clair, au vu de sa peinture noire et de ses bosselures, qu'il différait grandement du modèle de base. À la surprise de la jeune araignée cependant, il demeurait suffisamment spacieux pour qu'elle puisse   s'y mouvoir sans trop de problèmes.

Ilfacto était déjà là, n'attendant plus qu'eux, de même que d'autres agents du BCI qui aurait la charge d'opérer le transport pendant la mission. Aucun d'entre eux n'eut la moindre réaction à la présence de l'arachnide et du tigre, tout concentrer qu'ils étaient sur leurs postes respectifs. Il y avait deux pilotes, un officier des communications et un dédié aux systèmes d'armements, ce qui, en comptant le colonel et les deux jedis, portait le nombre de l'équipage à sept. Une fois maître rakt récupérée cela ferait huit, la limite officielle du KT-400, fallait-il y voir une sorte de rappel silencieux à l'encontre d'H'phedia ? Toujours est-il que l'humain n'avait pas exagéré, à peine les deux jedis furent à bord que le vaisseau décolla et quelques minutes plus tard il passa en hyperespace.

*****

En fin de compte c'était quasiment la même tactique qu'elle et son maître avait utilisée pour infiltrer Void Terminus, si ce n'est qu'au lieu de se glisser à l'intérieur du convoi ils allaient simplement le suivre discrètement.

Le voyage en hyperespace se déroula dans le plus grand silence, sa destination un morceau d'espace  en apparence vide. Une heure s'écoula avant qu'enfin le convoi n'apparaisse, émergeant de l'hyperspace, cohorte de navires aux angles acérés et à peine moins sombre que le cosmos dans lequel ils évoluaient. Illfacto, les yeux rivés sur son chrono, esquissa le même demi-sourire qu'avant leur départ. « Pile à l'heure. » dit-il à voix basse, comme s'il redoutait que le simple fait de parler trop fort ne suffisse à les faire repérer. Puis il pointa du doigt l'un des vaisseaux présents, pas le plus imposant, mais guère loin derrière. « Celui-là .»

Ainsi leur petit transporteur se mit en branle, dérivant plus qu'avançant, en direction de leur cible. Plus ils approchaient, plus ils se sentaient minuscules, plus ils approchaient, plus la collision semblait imminente, mais tout cela faisait partie du plan. Au lieu de heurter la coque du massif cargo le gracile KT-400 s'y attacha, devenant partie intégrante de cette dernière.

Dans le cockpit l'un des pilotes fit un signe de la main pour signifier que les attaches magnétiques avaient fait leur travail et que le vaisseau était maintenant solidement arrimé.

« Jusqu'ici tout se passe bien, mais c'était la partie la plus facile. Mettez en place la charge ionique, il faut que tout soit en place avant qu'ils ne fassent leur prochain saut. »

Une nouvelle série d'approbations silencieuses, de commandes enclenchées, de gestes échangés et la charge fut en place. Quelques temp après le convoi repassa en hyperespace et eux avec.

H'phedia perdit quelque peu la notion du temps au cours de ce trajet entre les dimensions, mais elle sut qu'il s'était achevé avant même l'équipage ou les instruments, quand la présence du côté obscur vint l'assaillir. Ils étaient encore loin de la planète, mais déjà elle sentait... pas exactement une sensation, plus comme une intention, l'intention de quelqu'un qui voulait qu'elle étouffe, mais cela ne venait pas d'une personne, et ce n'était pas dirigé spécifiquement contre elle, c'était plus... Comme l'idée résiduelle de la Suffocation qui flottait dans les airs, et ils se rapprochaient.  

Ziost, malgré son statut de monde sith, ne semblait pas particulièrement cauchemardesque vu d'ici, rien de plus qu'une petite boule de blanc et de vert, quoiqu'un peu terne. C'était sans doute ce que le colonel et ses hommes devaient penser, mais elle, elle pouvait voir qu'elle baignait tout entière dans le côté obscur, mais ce dernier semblait en sommeil, tel un prédateur féroce faisant sa sieste, n'attendant qu'une excuse pour se réveiller, pour se déchaîner, et ils se rapprochaient.  

Ce n'est que lorsqu'ils commencèrent à entrer dans l'atmosphère que la prison, Malhazar, devint visible pour eux. D'abord comme un petit point noir devenant sans cesse plus gros, puis, alors qu'ils entrèrent dans le couloir aérien, comme un œil inquisiteur, celui de la bête assoupie ? Finalement, quand le contour de ses tours apparut, ce n'était rien de moins que dans la gueule d'un titanesque monstre marin qu'ils s’apprêtaient à se jeter.

Ce fut à ce moment que tous dans le vaisseau commencèrent vraiment à s'activer, le temps de la plus cruciale des manœuvres était arrivé. Tout d'abord il fallut se désengager du cargo, ensuite, à nouveau soumis à la gravité, réorienter le vaisseau pour qu'il soit dans le bon axe. Finalement, le plus délicat, descendre lentement jusqu'à ce plan perpendiculaire aux sommets des tours tout en prenant bien garde à ne pas le dépasser et, dans le même temps, à ne pas se faire percuter par les cargos qui continuaient leur descente. Puis, une fois parfaitement aligné, se stopper et opérer la translation dans l'angle mort.  

La tension était palpable, autant au sein de l'équipage que du vaisseau lui-même, le transporteur n'avait pas été conçu pour de telles manœuvres et le moindre faux-pas signifiait leur destruction à tous. Sans compter qu'il demeurait aussi la possibilité que les informations eurent été fausses et que l'angle mort n'existât tout simplement pas.

Mais rien de tout cela n'arriva, seulement une attente qui parut à tous interminable alors que lentement ils avançaient, la tour grandissant devant eux, les vaisseaux cascadant derrière eux. Finalement, le Kt-400 se glissa entre les arêtes de la tour et, dans une ultime torsion de ses répulseurs, vint se fixer à cette dernière comme au cargo auparavant. Désormais il était impossible pour les vaisseaux allants et venant de les apercevoir, tandis que depuis la toundra ils se fondaient dans la structure. Après confirmation par ses hommes que tous les voyants étaient au vert le colonel laissa échapper un soupir de soulagement.

« Eh bien, on peut dire que c'était tendu. Pour être honnête avec vous, je ne pensais pas que cela se déroulerait aussi bien. Bon, à présent c'est à vous de jouer, juste une chose, il n'y aura pas de fenêtres, de trappes ou de sas pour vous permettre d'entrer à l'intérieur, vous allez donc devoir couper dans le métal avec vos sabres, en espérant ne pas découper quelque chose qui déclenchera une alerte. Tout devrait bien se passer. »

« Ne vous inquiétez pas Colonel, dit H'phedia, avec la Force je peux augmenter mes sens pour détecter ce qu'il faut que j'évite de couper... de même je peux aussi détecter les êtres vivants proches... je pratiquerais l'insertion avec la plus grande précaution. »

« Si vous le dites. De notre côté, mes hommes et moi-même allons nous assurer que ce vaisseau soi toujours là quand vous reviendrez. Aussi, étant donné que nous ignorons dans quelque mesure exactement l'ennemi peut intercepter nos communications, je propose que nous limitions ces dernières au strict nécessaire. »

Et c'est tout ce qu'Ilfacto eut à ajouter, la jeune araignée acquiesça silencieusement avant de se tourner vers le plus jeune tigre encore.

« Padawan... La clé pour survivre une fois que nous serons à l'intérieur... Sera de percevoir les menaces avant que celles-ci ne fassent de même...  Avec la Force vous pourrez détecter les soldats et les siths... sauf si ces derniers ont dissimulé leur présence dans la Force... Cela ne marchera pas non plus avec les machines... Vos autres sens devront donc eux aussi être mis à profit... A l'inverse il vous faudra user de la technique que je vous ai enseignée pour vous dissimuler aux leurs... Réduire votre présence dans la Force sera vital pour échapper à la vigilance des adeptes du côté obscur...  Souvenez-vous de votre entraînement et tout ira bien... surtout, comme mon maître lui-même me l'avait dit, quand la situation semble inextricable, utilisez la Force, il arrive parfois qu'on l'oublie dans le feu de l'action. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) _
MessageSujet: Re: [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal)   [Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission] Briser les chaînes (PV: H'phedia & Solal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Ziost-