La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une histoire de rayures [PV Logrid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solal Kalel
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 144
Âge du perso : 15 Ans
Race : Félacatian (coincé sous sa forme animale)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
35/54  (35/54)
PF:
40/82  (40/82)

MessageSujet: Une histoire de rayures [PV Logrid]   Mar 3 Nov 2015 - 22:49

-Docteurs, je dois rencontrer plusieurs politiciens au Sénat, je pourrais emmener le Padawan Kalel. Peut-être avez-vous entendu parlé de Marshall Smeller, c'est une sommité de la médecine Alien reconnu pour son habilité. Sa clinique est pourvue d'une technologie de pointe, et surtout, les races minoritaires sont sa spécialité.

C'est ainsi que Solal s'était retrouvé embrigadé dans cette aventure, décidée entre les médecins du Temple et Shela Tonking, soupoudrée par l'autorisation du Conseil. La Chevalière, une pétillante quinquagénaire avait sorti le félin de son lit d'infirmerie pour lui annoncer la bonne nouvelle, tous deux se connaissaient et s'appréciaient. Comme souvent, Solal avait abordé la Jedi en fin de cours pour demander des devoirs supplémentaires ou des conseils afin d'évoluer. Depuis qu'Ashann, le chevalier Tusken l'avait abandonné après lui avoir promit monts et merveilles pour sa formation, le Padawan avait la sensation d'être particulièrement faible, impression augmentée par son incapacité à manier le sabre-laser. Du coup, il faisait tout pour pallier à ce problème, cependant, rencontrer un spécialiste sur Coruscant pour envisager un retour en arrière lui semblait abusif. Le jeune félin s'était fait à sa condition, de même que ses souvenirs étaient peut-être anciens mais entâchés de façon indélébiles. Il se souvenait de l'horrible souffrance que lui causait son corps lorsqu'il se calmait, et que, fidèle à la constitution de sa race, ce dernier tentait une retransformation. Solal était certain que si ce médecin décoinçait son nerf, sa métamorphose serait au mieux, impossible, au pire, horrible.

Pour autant, le Padawan ne broncha pas, toutefois curieux de ce que pourrait bien lui dire cet éminent docteur, et s'il pouvait au passage le soulager des douleurs qui lui lançaient parfois l'échine. Ces dernières étaient plus rares que dans sa jeunesse, et moins fortes, mais persistaient encore, souvent à des moments très peu appropriés comme en plein combat. Par chance ou plutôt par miracle, il n'avait pas non plus à se plaindre puisque sa croissance quoique ralentie n'était pas trop perturbé, de même que sa respiration totalement intacte ou encore sa flexibilité -quand la douleur ne le prenait pas.- Solal était un survivant, du coup, il craignait un peu de perdre ce qui avait été acquis en tentant le tout pour le tout. Heureusement, Shela était sage derrière ses airs d'ado quinquagénaire. Elle ne laisserait rien faire qui gâcherait le confort de vie déjà bien amélioré du Padawan.

En réalité, la femme le voyait comme un bonus, un moyen de savoir sans compter l'accompagnement pour son voyage. C'était bien plus amusant d'avoir un camarade de vol, sans compter que Solal pourrait certainement apprendre tout un tas de choses, lui qui était si peu sortit de son trou. Le félin lui, bien qu'inquiet à l'idée de sortir en ville et déjà hérissé par anticipation en imaginant les gens le dévisager était également curieux. Tous deux se rendirent donc à bord d'une navette légèrement poussive dans la ville lumière. Solal n'aimait pas spécialement voler mais il s'y était fait à coups de simulateurs, étant désormais plus à l'aise que ceux de sa race. Ces derniers se transformaient automatiquement en animal à cause du stress, chose déjà irrémédiable pour lui. De ce fait, l'adolescent prenait la chose du bon côté. Il était très curieux et ne serait pas bridé. Maître Tonking prônait la découverte par soi-même, interdisant peu de choses aux Padawans qui étaient sous son aile et envers qui elle avait confiance.

C'est donc presque naturellement que Shela lui laissa la porte de la chambre qu'ils avaient loué entrouvert. Elle serait absente toute la journée pour assister à des séminaires-ce qui l'avait fait royalement râlé.-l'invitant voir l'incitant à sortir.

-On se retrouve devant les remblades, à la Cafétéria du Soupir Désiré dans trois heures.

Fit-elle avec une pirouette avant de disparaître dans un nuage de mèches grises enthousiastes, laissant Solal seul avec sa problématique. Il lui faudrait chercher cette fichue cafétéria évidemment placée au centre de la ville. S'il voulait sortir pour abreuver sa curiosité, le félin n'en demandait pas tant. Volontaire cependant, acceptant tous les défis, Solal ne s'était pas laissé démonter. Il avait prit une douche -galérant un peu avec la Force car les installations n'étaient évidemment pas adaptées pour lui ici.- puis mastiqué soigneusement la pastille de fluor concentré qui lui servait de dentrifice. Il avait prit son sac en bandoulière courte, dont la fermeture éclair avait été soigneusement close. Ce dernier passé autour de son cou pendait sur son épaule droite. L'objet le gênait quelque peu dans sa marche mais le félin remarqua rapidement qu'ainsi habillé, la foule s'écartait moins sur son passage. Ce petit détail le civilisait grandement et il fut soulagé de constater que les regards étaient plus étonnés qu'agressifs. Cela restait un peu embêtant mais ce n'était rien comparé à sa dernière promenade où les femmes se jetaient sur l'autre trottoir avec leur poussette flottante, quitte à se faire heurter par un speeder. Sans compter que cela serait pire aujourd'hui sans son atout en cuir étant donné sa carrure, pas exceptionnelle mais toutefois détonnante en ces lieux. Possédant la stature d'un tigre de taille moyenne, Solal restait impressionnant à cause de ses dents de sabre, de la crête qui ornait fièrement son encolure, de ses griffes, de son allure totalement animale plus simplement.

Il put donc plus ou moins chercher la cafétéria tranquillement, perdant du temps car il n'osait aborder personne, mais qu'importe. Il lui restait encore deux heures selon l'horloge énorme accrochée à une tour du Sénat.

*Le Sénat... La rotonde, Je me demande comment c'est dedans. Ahhhh tiens la cafétéria elle n'était pas sur le chemin de ce bâtiment ? Oui, c'était dans les indices. Chouette.*

De bonne humeur, Solal foulait le trottoir sans trop de difficultés, presqu'heureux de la méfiance encore présente de la foule. Cette dernière ne se jetait plus à tort et à travers sur la route mais continuait de lui laisser le passage, lui donnant un certain passe-droit, comme s'il était une star. Un détail aussi ironique qu'amusant et pratique. Marchant d'un bon pas, le Padawan comptait s'approcher de son objectif quand une odeur mêlée à une aura l'attira.

Un genre de présence indéfinissable, ni sombre, ni clair, même si elle ne semblait pas menaçante, penchant plus vers la lumière... Et ce parfum fauve. Solal l'avait déjà senti sur des Cathars mais jamais aussi fortement. Bien sûr, lui évoluait dans le monde des hormones et des particules. L'être en question ne possédait ni une haleine putrifiée ni des aisselles contaminées, seulement pour Solal il était largement repérable de part son étrangeté, se détachant facilement de la masse compacte. Prudent mais intrigué, l'apprenti suivi la piste avant de tomber nez-à-nez, ou plutôt museau à museau sur quelqu'un qui lui ressemblait énormément.

Solal fit un pas en arrière comme pour évaluer la situation, se demandant comment l'être faisait pour se tenir debout. Y avait-il un secret ou... Non, en fait, l'inconnu n'avait pas tout à fait sa constitution et à bien y regarder, il faisait plus "humain" que lui. Néanmoins, celui-ci restait fascinant, comme lui, il avait des rayures et une tête féline même si la sienne tirait plutôt vers le roux et que ses dents n'étaient pas développées. De plus, au-delà de son physique animal, il y avait son aura si spéciale. Etait-ce un Jedi ?

-Bonjour !

Décidément, il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir, aborder l'inconnu. La mine joyeuse, pas si sauvage qu'on aurait pu s'y attendre, Solal refit un pas en avant pour saluer l'être, esquissant une simili réverrence en inclinant respectueusement la tête.

-Excusez-moi si je vous aborde comme ça, en fait pour être honnête, j'ai pas vraiment de raison, juste que... Je ne rencontre pas souvent des gens qui me ressemblent... Jamais en fait. De quelle race êtes-vous ? Et puis vous... Vous maîtrisez la Force n'est-ce pas ?

Conscient que cette façon de faire n'était pas spécialement polie, surtout à 14 ans, un âge de "grand". Solal abaissa ses oreilles à l'horizontale, sa courte queue accolée à son arrière-train légèrement fléchi. Il ne pouvait toutefois détourner son regard de l'homme-félin en louchant vers le haut, ses yeux bleus le dévorant intensément sans qu'il ne puisse rien y faire. Il espérait que l'inconnu lui pardonne et comprenne ainsi que ce n'était pas dans ses habitudes d'agir de la sorte, seulement, à rencontre exceptionnelle, manière de faire exceptionnelle.

-J'm'appelle Solal, je viens du Temple d'Ondéron

Lâcha finalement l'adolescent, histoire d'encourager l'autre à se présenter aussi, où tout du moins à l'excuser. On lui avait toujours appris à mettre son rang en avant lors d'une mission, et de rester un peu plus discret en ville; seulement Solal se sentait presque obligé d'être sincère avec cet individu. Il avait la sensation d'être prêt à beaucoup pour le faire parler, ou tout du moins rester. Oui, juste rester, qu'il puisse le contempler, fasciné par sa tenue bipède et ses traits félins. Ce garçon était le parfait mélange entre les deux races, l'équilibre qu'il n'atteindrait plus jamais, médecin ou pas médecin.

-Ah et... Je suis Félacatian. Je n'en ai plus revu depuis... Euh, que j'ai trois ans, c'est pour ça que je vous demande !

Acheva-t-il, dans une nouvelle tentative, cette fois pour que l'homme accepte de répondre à sa précédente question concernant sa race. Tant de coïncidence... Les caractéristiques animales, jusqu'aux rayures ! Et puis cette présence qui lui semblait familière mais aussi méconnue, l'impression de vague connaissance et de nouveauté totale. Quel fabuleux mystère... Un mystère à résoudre en deux heures de temps, si ce dernier acceptait de se laisser découvrir.

Une idée à ce propos avait déjà germé dans son esprit. Il était trop jeune lorsqu'il avait perdu sa capacité de se transformer en bipède, et ne se souvenait plus de son physique. Se pourrait-il que l'inconnu soit un Félacatian et que lui-même soit semblable sous forme humanoide ? En un peu plus blanc peut-être. Le souffle coupé, le félin attendit, les yeux rivés sur l'inconnu, espérant et craignant une réponse positive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logrid Cadal
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 112
Âge du perso : 22 ans
Race : Cathar/Horansi

Feuille de personnage
Activité actuelle: Parcours la Galaxie, en attendant de se décider à revenir au Temple.
HP:
85/85  (85/85)
PF:
78/78  (78/78)

MessageSujet: Re: Une histoire de rayures [PV Logrid]   Dim 8 Nov 2015 - 18:15



De l’eau a coulé sous les ponts.
C’est du moins ce qu’aurait pu se dire Logrid si l’image lui avait effleuré l’esprit, dans le cas où Coruscant aurait été pourvue d’un fleuve surmonté d’un pont là où il se trouve, à laisser son regard se perdre dans le tumulte auditif, visuel, et olfactif. Tumulte, le mot est faible pour parler de l’activité grouillante, jaillissant du sol, des bâtiments, par les airs. Par tout ce qui permet un espace où se déplacer, un lieu où poser un immeuble et ses petites affaires, il faut croire qu’il fallait absolument que quelque chose vienne occuper ou attirer l’attention. Un manège infernal et chaotique, voilà ce que ces planètes-villes lui inspirent. Mais il a apprit à en faire abstraction, à ne pas se laisser chavirer par la masse d’informations grouillante et confuse que lui transmettent ses sens. Avec le temps et la patience, l’obligation parfois de fouler des lieux qui ne soit pas à sa convenance, tout ceci est devenu plus facile. Moins pénible, désormais source au passé d’handicap et d’isolement, de ces heures passées où, jeune Padawan qu’il était, il avait souhaité se trouver ailleurs que dans ces lieux à l’air pollué, lorsque son Maître – non, le déchu, l’absent, la part de passé – et lui étaient venus ici lorsque leur route n’en formait qu’une seule et même. Mais nulle trace de nostalgie dans les prunelles fendues d’or et d’émeraude. Car le passé est ce qu’il est, sans retour en arrière possible. Cela, Logrid l’a bien appris…

« Hé, chaton ! Chaton ! Youhou ! Hé mais… Mais baisse-toi à la fin, je ne supporte plus d’être aussi petite à côté de toi, quand tu me regardes ! »

Ses yeux roulent vers le feu follet qu’il accompagne depuis maintenant plusieurs semaines. Thamsin, une femme au caractère fort dans un corps frêle. Corps qui garde encore les stigmates des blessures infligées, et de l’état dans lequel il l’a trouvé, malgré la vitalité de la jeune femme faisant le parfait contre-pied. Thamsin, l’une de ces enfants sauvages issue de Nar Shaddaa. Une gamine adulte et femme avant l’heure, grande-gueule pour ne pas se laisser dévorer par les Maalraas à figures humaines et extraterrestres qui peuplent les bas-fonds de ces lieux. Pragmatique et violente par nécessité et non envie. Car dans ces lieux, il est des moments où les êtres civilisés s’approchent d’avantage de l’animal primaire sommeillant en eux. Là-bas, comme perdu au milieu d’une jungle épaisse et hostile, la survie est une nécessité qui s’apprend jeune. Thamsin en connait toute les règles. Mais personne n’est à l’abri d’une maladresse. C’est ainsi qu’ils se sont tous les deux trouvé. Dans une ruelle sale et humide, où Thamsin allait mourir.

« Tu vas attendre là. J’veux pas que tu viennes avec moi.

- Est-ce bien raisonnable ? Tu n’es pas complètement guérie. Et je commence à te connaître, Thamsin. Tu vas encore en faire de trop, voir même refaire un malaise comme dans la navette de transport…

- Hé ! On avait dit qu’on oubliait ce moment gênant, et qu’on en parlait plus ! De toute façon, tout se passera bien. J’veux juste aller leur parler et… Voir ce que ça donnera.

- C’est ton choix. Tu sais que tu peux m’appeler, si jamais il se passe quoi que ce soit. Je viendrai.

- Ce sera pas la peine. Attend-moi là, c’est tout. »

Le feu follet disparaît parmi la foule, sous le regard attentif de ses prunelles. Il ne relâche son regard qu’une fois celle-ci totalement disparue de son champs de vision. Puis s’égare ailleurs, sur les bâtiments de cet endroit qu’il n’a pas foulé depuis plusieurs années. Coruscant semble parfaitement immuable, dans sa grandeur et son architecture immobile. Un coin reculé semble l’accueillir, comme fait pour lui, à ce moment précis pour lui offrir une tranquillité partielle. Il vient s’y appuyer les bras croisés, décidé à patienter ici, guettant le retour de Thamsin. Une rencontre particulière qu’il n’aurait pas deviné lui-même allait l’aider à passer le temps.
Son regard s’abaisse vers un félin au pelage clair et aux crocs proéminents, lequel s’adresse à lui dans une approche plus ou moins gênée. D’abord d’un calme olympien le laissant s’exprimer, un sourire doux atteint alors le visage du félin alors que le jeune s’empêtre quelque peu dans ses questions.

« Enchanté. Logrid Cadal. Tu es un Padawan, n’est-ce pas ? »

Qu’il ait ou non un Maître, Logrid le ressent. Cette affinité chez lui avec la Force, cette résonance douce pulsant comme un cœur qui bat.

« Navré, mais je suis un Cathar. Quelque peu Horansi, également. Je n’ai jamais eu l’occasion de fréquenter de Félacatian. A vrai dire, je les connais assez peu. »

Le plus jeune en est-il déçu ? Il lui semble que ce dernier en attend quelque chose, peut-être la réjouissance de rencontrer un éventuel semblable ?

« Hé bien… Je maîtrise la Force, oui. Tout comme toi. Je viens aussi du Temple d’Ondéron, mais nous n’avons jamais dû nous croiser, semble-t-il. »

Évoquer le Temple, et son indécision le concernant. Les souvenirs, choix et décisions liés à ce dernier. Ce n’est pas quelque chose qu’il souhaite évoquer. Nulle honte, ni gêne pour les choix qu’il a fait. Il juge seulement trop tôt pour envisager de faire un pas en avant. Mais le félin masque bien les pensées que provoque l’évocation du Temple d’Ondéron.

« Que fais-tu seul ici ? Ton Maître est quelque part, à proximité ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solal Kalel
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 144
Âge du perso : 15 Ans
Race : Félacatian (coincé sous sa forme animale)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
35/54  (35/54)
PF:
40/82  (40/82)

MessageSujet: Re: Une histoire de rayures [PV Logrid]   Ven 13 Nov 2015 - 20:48

Attendant la réponse de son presque-jumeau, Solal s'était assis sur le bitume. Sa courte queue battait inconsciemment l'air sous le coup d'une excitation contenue. Malheureusement, son enchantement retomba quelque peu en apprenant que Logrid était "seulement" un Cathar. La bouche de Solal s'était entrouverte pour faire part d'un nouvel étonnement, car la race de félin à laquelle il appartenait avait conservé peu d'attributs animaux. Néanmoins, lorsque lle garçon lui expliqua être un métisse, le jeune Félacatian referma silencieusement ses babines. Cependant, aussitôt la réponse donnée, sa curiosité s'était avivée, car le garçon venait de confesser avoir été un Padawan, dans le même temple en plus. Décidément, quelle rencontre !

-C'est normal, il y a très peu de Félacatians, peut-être aucun... En fait, toutes les personnes a qui j'en parle ignorent qui ils sont, sauf une poignée d'experts qui prend soin de moi. Depuis que j'suis tout petit à cause que je ne peux pas redevenir bipède comme toi. J'étais si jeune que je ne me rappelle plus si je ressemblais plus à un homme ou un mélange. D'ailleurs, c'est peut-être pour ça qu'on s'est si peu croisé. Je passais ma vie à l'infirmerie, maintenant ça va mieux.

A nouveau, la queue en forme de chignon du Félacatian s'agita, plus lentement cette fois, prouvant son appaisement. Parler de ses soucis de santé n'étaient plus une souffrance ou une honte comme avant. S'il conservait ses complexes à cause de son incapacité à manipuler un sabre-laser, le Padawan avait apprit à s'accepter tel quel, surtout qu'avec l'âge, il commençait à vraiment se rendre compte de sa chance. Il était un véritable miraculé de la Force, alors évidemment marcher, communiquer, se battre était inespéré. Depuis qu'il en prenait conscience, le jeune félin passait plus de temps à remercier le ciel et ceux qui l'aidaient qu'à pleurer sur son sort. C'était en partie pour cette raison qu'il n'était pas spécialement chaud à l'idée de rencontrer un nouvel expert sur Coruscant. Il fallait parfois se contenter de ce que l'on avait et éviter de titiller sa chance sous peine qu'elle se vexe et se retourne contre vous.

-Je n'ai pas de Maître
-Fit-il, cette fois plus affecté que lorsqu'il avait avoué ses ennuis de santé sans problème.- Cependant, j'en accompagne une qui aime jouer à cache-cache. Je suis sensé retrouver une cafétéria où nous avons rendez-vous. La cafétéria du Soupir Désiré, tu connais ?

Automatiquement, Solal s'était mit à tutoyer Logrid. Bien qu'il n'ait jamais croisé l'ancien Padawan-sa mémoire sollicité en même temps qu'ils parlaient le lui confirmait. Il avait beau chercher, aucune trace du tigre bipède.- c'était comme s'il le connaissait. Tous deux avaient eu la même vie, les mêmes maîtres et il ne venait même pas à l'idée de Solal que son aîné puisse lui mentir. Habituellement méfiant, le Félacatian avait envie de connaître garçon-félin. Il éprouvait de la curiosité et de la sympathie à son égard, il se sentait presque autant en sécurité que s'il était avec un Apprenti plus âgé.

-Et toi, pourquoi as-tu quitté le Temple ?

La question inévitable avait finalement franchi les lèvres de Solal. Il faut dire que Logrid l'avait légèrement poussé à la faute en lui demandant s'il avait un maître, et de quoi d'autre pourraient bien parler deux apprentis qui étaient passés par le même Temple ? Cependant Solal n'avait pas été agressif, il était simplement curieux de découvrir les raisons du départ de son aîné. Dans son cas, l'idée ne lui avait jamais traversé l'esprit, même quand celui qui était sur le point de devenir son Maître l'avait franchement déçu en partant sans rien lui expliqué après lui avoir promit monts et merveilles. Vivant avec les Jedis depuis ses 3 ans, il savait reconnaître quelques uns de leurs défauts -autant qu'un enfant avec un certain esprit critique le pouvait- mais les aimait plus que tout. Et surtout, il ne se voyait pas quitter ses sauveurs. Où irait-il ? Ils lui avaient donné une identité, permis une reconnaissance qui allégeait déjà le racisme à son encontre dans les rues; Que serait l'orphelin sans eux ? De plus, cette vie lui convenait, l'activité imposée aux enfants, semblable à celle des athlètes lui permettait de canaliser ses instincts sauvages, pareil pour la méditation. Vraiment, Solal ne se voyait pas capable de partir, même pour un laps de temps, autant dire que l'idée de faire des missions seul plus tard l'effrayait. Il trouvait Logrid particulièrement courageux et s'étonnait de le voir si tranquille en apparence. Visiblement on pouvait quitter le Temple et rester équilibré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logrid Cadal
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 112
Âge du perso : 22 ans
Race : Cathar/Horansi

Feuille de personnage
Activité actuelle: Parcours la Galaxie, en attendant de se décider à revenir au Temple.
HP:
85/85  (85/85)
PF:
78/78  (78/78)

MessageSujet: Re: Une histoire de rayures [PV Logrid]   Sam 19 Déc 2015 - 9:18



Le jeune Félacatian l’intrigue à son tour, par son histoire qui ne semble pas dénuée d’embûches et de complications. Logrid ignorant tout de ces félins, il ne comprend qu’à moitié le problème de son cadet. Pourquoi ne le peut-il pas ? A-t-il oublié, ou n’a-t-il jamais réellement appris à se tenir debout ? Ou est-ce une défaillance, un oubli de Mère Nature ?

« Et c’est définitif ? Ou y a-t-il un moyen pour que tu finisses un jour par redevenir bipède ? »

Dans tous les cas, le Cathar comprend bien les inconvénients engendrés par la situation de son cadet. Aucune possibilité de manier un sabre laser ainsi. A part peut-être en usant de la Force, par la télékynésie ? L’idée lui effleure si soudainement l’esprit qu’il s’en étonne, considère la chose comme étrange. Mais après tout, pourquoi pas si cela est possible ? Ce ne serait pas si surprenant après tout. Il se rappelle brièvement de Luke, ce Chevalier aveugle qu’il a connu au Temple. Un « handicap » qui ne semblait le gêner en rien, puisqu’il distingue son monde autrement, par la Force. Cette dernière possède tant de possibilités qu’il s’en émerveille encore parfois.

« Cela me dit quelque chose, en effet. Hé bien au moins, tu pourras profiter du temps que tu passeras avec ce Maître pour l’observer et en apprendre quelque chose. Je sais ce que c’est de ne pas en avoir. Ce n’est pas toujours facile, mais il faut savoir s’imposer soi-même une certaine rigueur et profiter de ce genre d’occasions qui te sont offertes. »

Comme si les choses ne peuvent en être autrement, le Cathar ressent une certaine empathie à l’égard de Solal. Ses paroles se veulent rassurantes, optimistes. Il était plus vieux que lui lorsqu’il s’est retrouvé seul, et a sûrement eu un Maître que le jeune n’a encore jamais eu s’il a bien compris les choses. A partir de là, poursuivre son cheminement vers la Force sans Maître attitré s’avère sûrement plus facile. L’habitude de l’effort, de la rigueur, sont déjà ancrées. Les principes de l’Ordre et le sens des responsabilités également. L’écart a beau sembler moindre, on ne peut être la même personne à 14 qu’à 19 ans, âge auquel l’imposant félin s’est retrouvé orphelin d’un Maître. Aujourd’hui, il pense ne plus être un élève car on l’a reconnu comme un égal. S’il revenait au Temple, peut-être que les choses ne seraient pas si simples. Il ne se voit pas retourner sous la tutelle de qui que ce soit, qu’importe quel serait l’avis du Conseil, malgré tout le respect qu’il éprouve pour celui-ci.

La question de Solal le pousse à l’introspection. Il sait parfaitement pourquoi il est parti sans réellement le faire dans son cœur. La question est plutôt, a-t-il envie de se confier ? Un soupir échappe de sa carcasse imposante, et il vient se poser en tailleur au sol, le mettant à peu près à hauteur de son cadet. Sans doute vont-ils discuter encore un moment, alors il tient à faire preuve d’une certaine sincérité. Et puis cela n’est que la fin logique du long cheminement qu’il a commencé lorsqu’il a quitté le Temple.

« Je ne l’ai pas quitté pour toujours. Du moins, ce n’était mon intention de départ, mais peut-être que le Conseil en décidera autrement le jour où je reviendrais. Je suis parti parce qu’il le fallait. Ce n’était pas seulement la Force, le problème venait aussi de moi. J’avais besoin de partir pour continuer d’avancer, et bannir définitivement les doutes que j’avais. »

Dit ainsi, les choses manquent sans doute de clarté pour le plus jeune qui ignore les circonstances et la raison du pourquoi. Alors il consent à reprendre depuis le début afin de l’éclairer.

« J’avais un Maître, autrefois. Il a été mon mentor, mon guide et mon principal soutien pendant plusieurs années. Puis il y a deux ans de cela, il a quitté le Temple sans laisser de traces, sans dire à personne où il se rendait. Il a laissé un grand vide autant que d’incompréhension et de questions auprès de moi. Et malgré tout les efforts que j’ai pu faire pour tenter d’oublier et me concentrer sur la route qu’il me restait à parcourir avant de devenir Chevalier, je n’ai pas réussi à m’en détacher. »

La vérité est un élément essentiel ancré en lui, ersatz qu'il lui reste de la culture Cathar. Pas de mensonges, pas de supercheries.

« Je suis parti parce que j’avais besoin de savoir, et parce que je pense que la Force le voulait. Parce que malgré la distance que mon Maître avait mis entre nous, je le sentais toujours là constamment, quelque part, à travers la Force. Je me sens apaisé de savoir ce qu’il en est désormais. C’était pour moi, et je n’ai aucun regret à être parti, si ce n’est celui de ne pas avoir été là quand l’Ordre aurait pu avoir besoin de moi. »

C’est là le frein qui ralenti son retour, une question de légitimité, de mérite. Mérite-t-il de rentrer au Temple, en a-t-il le droit après être parti sans demander le moindre aval et ne laissant qu’un simple mot d’explications ? Le doute persiste à ce sujet. Le Temple est son foyer, sa famille. Si celle-ci le rejette, cela ne l’empêchera pas de continuer à suivre les principes de l’Ordre, mais au fond, que lui restera-t-il… ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solal Kalel
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 144
Âge du perso : 15 Ans
Race : Félacatian (coincé sous sa forme animale)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
35/54  (35/54)
PF:
40/82  (40/82)

MessageSujet: Re: Une histoire de rayures [PV Logrid]   Mar 12 Jan 2016 - 23:48

[HJ: Désolée, j'avais commencé un brouillon, et comme ça ne m'arrive quasiment jamais... J'étais sûre d'avoir posté ! ]

-J'suis ici en partie pour voir si ça pourrait être inversé, mais entre nous, je n'y crois pas beaucoup.

Solal ignorait tous les paramètres nécessaires à sa réhabilitation. D'ailleurs il imaginait encore moins les obstacles que son cerveau imposerait à cette re-transformation après des mois d'adaptation et des années de résignation, seulement le Padawan sentait cette incompatibilité. Il ne se voyait décidément pas comme Logrid bien qu'une partie de lui le désirait, surtout à cause du maniement du sabre-laser. Quand Solal se voyait dans l'avenir, il ne serait peut-être plus un Jedi, jugé indigne du rang de chevalier, n'ayant peut-être même pas eu l'occasion d'essayer car personne n'en voudrait comme apprenti... Cependant, il ne se tiendrait jamais définitivement debout.

Heureusement, Logrid lui donnait un peu de baume au coeur, en même temps qu'il l'attristait avec son histoire. Sur le coup, le Padawan ne comprenait pas qu'une enquête n'ait pas été mené.

-Personne n'a jamais décidé de le chercher ? Ou si c'est le cas contraire, trouvé ? Tu me diras s'il est parti sans un mot, c'est qu'il ne voulait probablement pas laisser de traces... Pour te protéger sûrement.

S'empressa d'ajouter le jeune félin, n'ayant aucune envie de remuer le sabre-laser dans une plaie apparemment loin d'être cautérisée.

-Pour le moment, tu as découvert quelque chose ?

Dans un enthousiasme symptôme de sa jeunesse idéaliste, le Padawan aimerait apporter d'autres éléments à Logrid. Depuis combien de temps était-il parti d'ailleurs ? Depuis, de nouvelles informations auraient pu filtrer. Le Temple était un vrai nid à commères, et les vieilles histoires arrivaient finalement aux oreilles des Padawans même si c'était en décalage, car évidemment, les Maîtres savaient les sauvegarder de ce qu'ils ne devraient pas entendre. Enfin, c'était un rêve un peu fou vu le nombre de Jedis qui arpentaient les couloirs, sans parler de ceux du passé. Comparé à la Galaxie, ils n'étaient qu'une goutte de Jus de Jumas, mais dans leur Ordre, il était facile que deux Jedis, surtout pas de la même génération s'ignorent toute leur vie.

-Tu sais, ils ont déjà réintégré une fille, une Miraluka je crois. Je ne sais plus son nom, mais toujours est-il que ce sera possible pour toi.

Confia finalement le Félacatian en fouillant dans sa mémoire. L'histoire était vieille, elle datait d'au moins un an. Peut-être même que Logrid la connaissait. La fille était partie chercher son père, mais en tant que Padawan, il n'en savait pas plus, étant déjà au courant de bien trop de choses. Elora quelque chose qu'elle s'appelait. Solal l'avait croisé en cours une fois, le temps d'une session tout âge confondus il y avait plusieurs années de ça. Mais peu importe au fond le nom de la jeune femme. Ce que voulait faire le jeune garçon, c'était surtout rassurer un peu son aîné. Toutes les portes ne lui étaient pas fermées au moins
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une histoire de rayures [PV Logrid]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une histoire de rayures [PV Logrid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-