La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Event III - Une Réception Mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Nombre de messages : 4115
Âge du perso : Eternel

MessageSujet: Event III - Une Réception Mouvementée   Dim 22 Mai 2011 - 14:05

A quelques centaines de metres du Sénat Galactique, une réunion mondaine d’intellectuels, réfléchissant sur les bénéfices et les désavantages de la liberté des Jedi se tient. Le Lord William A. Keto, d’Impératrice Têta, en est l’organisateur mais, mystérieusement, il ne s’y est pas encore montré. Mais y ont été conviés quelques représentants des mondes du Noyau, comme Darth Ritter, seigneur de Kuat… Et même Horus Vahalor, Maître Jedi, a reçu l’invitation. Quelques minutes à peine après les premiers « à la vôtre » et les premières goulées de liqueur, l’information pénètre, comme une rumeur… Les Jedi attaqueraient les mondes du Noyau.
Maître Vahalor sait bien que ce ne peut être vrai. Mais il a face à lui des personnes qui ne sont plus si sûrs de vouloir faire confiance aux Jedi…



Seuls les joueurs Darth Ritter et Horus Vahalor sont autorisés à poster dans ce sujet.
Leur ordre de passage : Darth Ritter – Horus.
Votre combat est une joute verbale ! Vous devez donc utiliser la parole pour convaincre autour de vous qu’il faut –ou non, selon votre camp- faire confiance aux Jedi. Vous serez jugés sur la pertinence des propos de votre personnage mais aussi sur son charisme, la beauté (ou « classitude ») de sa façon de parler, et la qualité générale de votre RP. Bonne chance.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Lun 23 Mai 2011 - 19:54

Le Prince de Kuat était sur Coruscant, chose assez extraordinaire étant donné la manière dont les jedi et la République le traitent depuis ces dernières années et pourtant il est sur la planète-capitale à quelques pas du Sénat. Cette petite réunion d’intellectuels de tout bord l’ennuyait, n’étant pas là le véritable but du seigneur sith quant à sa présence sur ce monde. Son apprentie avait été capturée et il espérait bien la récupérer de gré ou de force s’il le fallait. Pour le moment il était ici, en compagnie de gens croyant avoir réponse à tout, surtout en ce qui concerne les jedi. Ceci amusait grandement le seigneur sith que des gens aveugles au véritable pouvoir puissent deviser avec une telle assurance sur le sujet, pour le moment l’enjeu ne semblait guère être intéressant.

Il était installé dans un confortable fauteuil rouge attablé avec quelques personnes étant en accord avec ses idées. Bien entendu tous dans la pièce connaissait le Prince, du moins il supposait ce qu’il était, un jedi. Une vision fort biaisé mais guère surprenante. Tout simplement il connaissait la maîtrise de la Force mais après c’était un mystère à leurs yeux. Non le seul être présent dans la pièce présentant un défi était le maître jedi Horus Vahalor.

A son entrée le seigneur sith fut surprit ne s’attendant pas à tomber sur quelqu’un comme lui. Il se mit à imaginer là une trahison de la part de ce sith Keto, le maudissant intérieurement avant de se raviser voyant que le maître jedi semblait être lui aussi surprit ou du moins il devait le dissimuler à son attitude sereine. Darth Ritter eut un sourire n’écoutant plus vraiment ce que lui disait son interlocuteur avant que le jedi n’entre. Il le suivait du regard, puis feignant de se désintéresser de lui il regardait de nouveau son interlocuteur, sirotant pensivement son verre de spiritueux, un vin de Naboo du Domaine de la Maison sur le Lac très en vogue sur Coruscant. Après avoir reposé le verre, le seigneur sith se levait de son siège embrassant la salle du regard, s’exprimant avec une voix suffisamment forte et clair.


-J’espère que la présence de deux… jedi parmi vous ne vous causera aucune gêne…

Sur ces mots il se rasseyait croisant les jambes prenant un air décontracté. En écho à sa phrase il y eut de petits rire polis pour certains d’autres amusés feints ou non. Le Prince gardait un œil sur son vis à vis guettant la moindre réaction. Un sourire apparaissait du coin de ses lèvres clairement amusé par ses propos. Ce n’est que quelques minutes plus tard que les conversations privées s’estompèrent, arrivant de manière théâtrale les rumeurs sur les attaques jedi des mondes du Noyau. Peu à peu les regards se tournaient vers les deux hommes. Le seigneur sith levait les yeux au ciel poussant un profond soupir, nul ne pouvant vraiment définir la nature exact de celui-ci. Des voix commençaient à s’élever en faveur des jedi, à l’encontre des jedi que sa soit sur la personne d’Horus Vahalor ou du Prince, d’autres n’arrivaient pas encore à réaliser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Mar 24 Mai 2011 - 23:27

Le maître jedi Vahalor n'était pas vraiment habitué à ce qu'il faisait ce soir, à savoir se rendre à une réunion mondaine. De tout temps, que ce soit lors de sa prime enfance sur son monde sauvage et glacé ou bien après des années de voyages à travers la galaxie en tant que jedi, il avait toujours eut du mal avec le milieu aristocratique, et plus particulièrement celui du faste et du beau parlé. Pour lui, tout cela n'était que superflu inutile, bien loin de la dure réalité du monde et de l’intérêt vital de chaque chose. Mais au fur et à mesure des années, il avait appris tout ce dont de simples mots et apparences étaient capables. Le meilleur comme le pire d’ailleurs, mais en tout cas une voie qui ne pouvait simplement être délaissée et oublier, pas dans le monde où évoluait désormais le maître jedi. Il n'y avait plus sa seule personne en jeu, ses semblables, ses proches, son ordre et même les simples innocents pouvaient être blessés ou aidés par toutes ces mises en scène que l'on appelait politique. Et dans ce domaine comme les autres, si c'était pour venir en aide aux autres, les jedis se devaient d'être capables.

Voilà pourquoi Horus était à présent un peu moins obtus dans les manières politiques que lors de ses débuts, surtout à vrai dire depuis qu'il avait du s'occuper de l'ordre et du temple jedi en tant que seul chef de file. Il avait alors plus appris durant ces quelques semaines qu'au cours d'années entières, et désormais, il pouvait répondre sans trop rougir à l'invitation qui lui était faite actuellement de se rendre à cette réception sur Coruscant. Au vu des troubles récents, une présence supplémentaire là-bas pour discuter et convaincre les populations aidés n'avait pas été jugée de trop, aussi l'Ordre avait accepté et soutenu cette demande.

Voila comment Horus Vahalor se retrouva en pleine réception mondaine sur la capitale de tout le monde connu. Pour l'occasion, il ne portait pas ses effets habituels, conscient à présent qu'ils pouvaient inquiéter les autres et donner ainsi une mauvaise image d'entrée. A la place, il avait opté pour une tenue très ordinaire de jedi, avec tunique et bure assortie. Sortir une fois sans elle ne lui ferait pas du mal pour autant et il donnerait ainsi une image plus commune et rassurante de son ordre. Son sabre n'était pas visible lui par contre, enfoui qu'il était contre la poitrine du jedi. Il ne pouvait pas porter les mêmes effets que les nobles après tout, cela aurait fait trop.

Mais alors qu'il pensait ne plus avoir à se soucier qu'a paraitre rassurant et bienveillant, voilà qu'il tombait sur Dark Ritter! Complètement pris de court par une telle vision, le jedi tacha néanmoins de conserver un air neutre, saluant d'un bref signe de tête l'homme de Kuat avant de se décaler sur le coté, s’éloignant tout en gardant le pratiquant des arts sombres à l’œil. Réfléchissant intérieurement à ce qu'il voyait, il se dit que pour qu'une personne comme Ritter, ennemi aussi bien des jedis que de la république, puisse se trouver sur Coruscant, il avait du bénéficier d'une invitation expresse à cette soirée, comme le maître jedi en fait. Horus comprenait à présent un peu mieux les raisons de cette invitation du coup. Il n’empêche qu'il se posa sérieusement la question de se saisir immédiatement du prince ou pas, afin de l’amener à un endroit qu'il n'aurait jamais du quitter, la prison. Finalement, le risque qu'encouraient tous ces civils en cas d'affrontement résolu le jedi à oublier son idée et à se contenter de surveiller le sith d'un œil tout en tenant son rôle dans cette soirée. Rôle qui allait se voir d'autant plus important avec les nouvelles qui leur parvinrent soudainement.

En apprenant l'invraisemblable, Horus put encore moins y croire que la présence de Ritter non loin de lui. Les jedis ne pourraient jamais commettre une telle chose, il était bien placé pour le savoir, ne restait donc plus que la possibilité du coup monté. Et qui de mieux indiqués pour jouer aux enragés armés de sabres lasers que d’authentiques enragés armés de sabres laser, à savoir les siths? D'autant que la dernière intervention des jedis n'avaient du leur plaire et que depuis, l'ordre jedi tout entier attendait la riposte qui surviendrait. Finalement elle arrivait, mais pas sous la forme soupçonnée. Alors qu'il pensait à tout cela, le jedi put néanmoins entendre les paroles qui s’élevaient ça et là dans la salle de réception bondée. Il comprit alors qu'a défaut de pouvoir se rendre immédiatement sur les lieux des incidents, Horus pouvait au moins être utile ici pour contenir et étouffer la panique naissante.

Portant sa voix le plus haut possible, s'aidant de la Force pour être entendu de tous, il se posta ainsi en avant des personnes rassemblées, leur parlant d'une voix forte mais néanmoins bienveillante et rassurante.


Allons allons, mesdames et messieurs, calmons-nous, s'agiter ne servirait à rien. En tant que maître jedi, je peux vous assurer que mon ordre ne doit être en rien coupable des actes que l'on nous rapporte actuellement. Nous avons défendus les innocents et la république depuis des siècles et continueront de le faire aujourd'hui, et jamais l'inverse. Les nouvelles qui nous parviennent sont surement brouillées soit le fait d'une manipulation. Je n'ai pas besoin de vous rappeler qui a cherché à nuire aux jedis et aux populations récemment, il convient donc de montrer un front commun à cette nouvelle horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Ven 27 Mai 2011 - 20:56

Le Prince de Kuat tournait le dos à la salle faisant face à la baie vitrée, son regard se posait sur le bâtiment du Sénat qui se découpait dans le ciel de Coruscant. Son esprit vagabondait sur les courants de la Force. Les auras et sentiments de chacun lui apparaissaient clairement. Il restait à l’écoute de ceux des personnes dans la pièce avant de caresser l’idée de toucher l’esprit de son apprentie avant de s’y raviser, se concentrant sur ceux qui l’entouraient. Les esprits commençaient à s’échauffer, à certaines tables les discussions allaient bon train.

-Ne soyez pas aussi hypocrite… « notre » Ordre est innocent de rien… et étant donné que vous êtes maître vous devriez le savoir n’est ce pas ?

Le seigneur sith fit pivoter son fauteuil faisant face au jedi. Il prenait son verre le portant à ses lèvres avalant une gorgée avant de le reposer de nouveau sur la table. Il usait de la Force pour augmenter son aura, venant englober la pièce, et venant influencer les gens, cherchant ainsi à lutter au même niveau que le jedi.

-Nous nous connaissons maître Vahalor et je vous sais raisonnable mais à mon avis je me doute que vous ne devez pas vraiment connaître ce que pense le conseil. Enfin il est possible que vous soyez de connivence ce qui pourrait expliquer votre présence parmi nous.

L’aristocrate se levait venant d’un pas assuré au milieu de la pièce, s’apprêtant à s’adresser à Horus Vahalor et à son auditoire comme il l’a déjà fait par le passé que se soit avec des chefs d’état, des politiciens, des diplomates, des militaires et au peuple de Kuat. Il maintenait son emprise du Côté Obscur sur l’auditoire venant ainsi troubler la position du jedi.

-Voyez donc, la République à raison, les jedi commettent beaucoup d’ingérences et ceci pose de nombreux problèmes. Et les sith me direz-vous ? Allons donc, le peuple sith a été exterminé par la République sous l’impulsion des jedi suite à la Guerre de l’Hyperespace il y a plus de 2500 ans… les soi-disant sith qui ont suivies sont des jedi ayant cherché une certaines indépendance vis-à-vis de l’Ordre, comme moi. Les atrocités commises ? Oui en effet c’est regrettable mais hélas il s’agissait de guerre ou les généraux étaient des jedi et selon leur philosophie la mort n’est pas une fin en soit. Comment on dit déjà ? Ah oui la dernière stance du code dit : Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force… Je crois que cela fait une belle jambe pour tous les morts de vos guerres… Et aujourd'hui des gens meurent encore à cause de vous et du conseil que répondez-vous à ça ?

Darth Ritter en bon comédien avait adopté une attitude appuyant toujours au mieux ses propos. Son emprise du Côté Obscur augmentant ou se réduisant quelque peu lorsqu’il le fallait pour que ses mots touchent l’auditoire au plus profond d’eux-mêmes et attisent les passions. Car comme le dit si bien le code sith La paix est un mensonge il n’y a que passion, De la passion je tire la Force. La passion est spontanée et non réfléchie ce qui est toujours un avantage pour un sith.

- Au départ l’Ordre était un groupe de religieux qui a depuis trop longtemps eu une importance politique au sein de la République, sans que le Sénat ou même le Chancelier, un représentant élu, n’ait son mot à dire sur leurs actions. Et lorsque le Sénat est enfin en mesure d’avoir un certain regard sur les agissements jedi, la fameuse menace des sith réapparait… comme c’est pratique.

Le seigneur sith eut un sourire quelque peu triomphant, regardant le jedi avec un air de supérieur. Bien entendu il ne s’agissait la que d’une façade, certaines personnes dans la pièce devaient s’en douter, trouvant cela ridicule. Fort heureusement le Prince savait très bien ou il voulait aller, semblant mener son auditoire et par extension le jedi par le bout du nez.

-Alors maître Vahalor je dois dire que votre plan était presque parfait… presque… alors que se passera-t-il si jamais nous serions en désaccord avec vous ?

Darth Ritter frappait fort, appuyant ses propos à l’aide de ses pouvoirs, ce qui bien entendu allait toucher de nombreuses personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Mar 31 Mai 2011 - 16:45

Horus avait suivi l'intervention du maître sith sans intervenir, le laissant librement s'exprimer comme chacun en avait le droit ici. A la place, il se tint immobile et silencieux au milieu des autres convives, se contentant de fixer du regard le pratiquant des arts obscurs. I prenait en fait judicieusement note de tout ce qu'il disait pour mieux les contester par la suite, réfléchissant déjà après chaque phrase à ce qu'il pourrait y rétorquer. N'ayant pas encore l'habitude de ce genre de débats, il préférait réfléchir à ses propos plutôt que de le faire à l'instinct. Pour cela, il n’hésita pas à s'immerger dans la Force, y plonger son esprit pour y trouver la sérénité et la concentration nécessaires à sa tâche, entrevoyant chaque mot comme un coup de sabre, tout propos comme une connexion de plus avec le flux de la Force et un moyen d'exercer sa nature. Mais il ne s’arrêta pas là car son adversaire ne s'en tenait pas à ce plan là uniquement. Il pouvait sentir distinctement le flux de Force obscure s'insinuer dans l'espace, aller occuper et influencer les esprits, accentuant d'autant plus la portée de ses propos, faussant le jugement de ses auditeurs. Le maître jedi s'étendit donc de la même façon au sein de la Force, rentrant en opposition avec cette vague de puissance maligne par sa propre zone d'influence, envoyant des flux de Force purger les esprits de toute influence sith. Et pour accompagner cette contre-offensive mentale, il s'avança à son tour au devant de Dark Ritter pour reprendre la parole. Sa voix n'était pas forte, puissante et imposante mais au contraire douce, bienveillante et rassurante, comme s'il s'adressait individuellement à chacun en tant que personne de confiance et leur confiait ses sincères pensées.

Et que voulez-vous que nous fassions, prince? Nous ne cherchons pas à préserver nos intérêts comme vous semblez l'insinuer mais ceux de toute population et de la république. Vous dites que personne ne peut rien dire ou faire contre nos actions mais nous n'avons jamais empêché quiconque de s'exprimer. Les seuls que nous avons jamais combattus sont ceux qui comme vous l'avez si bien dit ont provoqués guerres, atrocités et morts. Si vous regardez les derniers événements par exemple, vous constaterez que nous n'avons fait à chaque fois que réagir à des attaques faites à notre encontre.

Et pourquoi est-ce que certains s'en prennent donc à nous? Parce que nous sommes simplement l'ennemi de ceux qui se comportent avec indignité, et que pour réussir leurs noirs desseins, certains savent très bien qu'ils doivent nous frapper aussi bien que le reste de la république. Vous parlez de puissance politique que nous incarnons mais avons-nous jamais décidé de qui doit régner sur telle planète, comment tel systeme doit évoluer ou même quelle décision le Sénat devrait prendre? Nous ne donnons qu'un simple avis, demandons de l'aide si besoin mais faisons tout cela pour le bien de tous, en rien pour notre seul profit personnel.


Au fur et à mesure que ses mots pénétraient dans la salle, son influence dans la Force allait de même, repoussant la négative pression du seigneur de Kuat. Pourtant, il ne cherchait pas ensuite à dominer ou détourner les esprits des personnes libérés, il les laissait simplement tel quel, libre de penser comme ils le désiraient, sans même être plus influencé qu'auparavant en faveur de son ordre. Lui n'était pas de ce bord, il se contentait de laisser leur libre-arbitre aux gens, car c'était à eux-seuls de prendre la décision de quoi croire ou non. Et puis il croyait qu'ils pouvaient faire seul le bon choix. Il reprit donc de plus belle son combat mental alors qu'il prenait un nouvel élan dans sa défense orale.

Quand à l'existence des siths, qu'est ce qu'il vous fait tant croire que les siths ont disparus, sire Ritter? Serait-ce la première fois dans l'histoire de cette république ou de cette galaxie qu'une organisation malfaisante réapparait quand on s'y attend le moins? Et quand bien même il ne s'agirait pas de siths, le fait est que ces personnes ont commis des horreurs et continuent de le faire actuellement. La république a bien assez pu voir ce qu'il advenu de notre temple après qu'il fut attaqué, la façon de faire actuellement ne leur ressemble t-elle pas? Et puis qu'est ce que l'ordre jedi aurait à gagner à commettre de tels actes? Se déclarer publiquement ennemi de la République, pour mieux se faire exterminer ensuite? Vous savez tous où nous vivons, où se trouve nos élèves et nos proches, la République n'a que quelques mots à dire et nous serions totalement à sa merci...

Chacun des mots du maitre jedi était sincère, un pur reflet de ce qu'il pensait, et il tachait de faire ressentir du mieux qu'il pouvait cette impression auprès de son auditoire. Peut lui importait dans le fond comment on les considéraient, mais le jedi souhaitait au moins qu'on les laisse venir en aide aux autres, aux innocents et victimes désarmées. Sans cela, être un jedi n'aurait pour lui guère plus de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Ven 3 Juin 2011 - 11:37

Le Prince sourit, il avait aussi de son côté laissé le jedi s’exprimer, voulant de part cette action démontré qu’il était ouvert et tolérant ce qui bien entendu était faux. De manière insidieuse il avait laissé Horus Vahalor mené son offensive avec la Force. Le seigneur sith n’avait que peu apprécié le fait que le jedi le nomme de son nom de sith. En temps normal se ne serait un problème, il est Darth Ritter, le titre et son nom de Prince de Kuat ne sont que façades. Une pointe de haine et de colère transperçait son âme menaçant de le submerger s’il ne la contrôlait pas.

« Pourquoi la contrôler alors que je peux m’en servir » Pensait-il.

Il canalisait l’essence même de son pouvoir, la pliant à sa volonté, l’utilisant à ses propres fins. A présent il allait augmenter son emprise. Le seigneur sith s’ouvrait de nouveau à la Force, ressentant avec intensité l’aura et la puissance lumineuse du jedi. Un sourire se dessinait sur ses lèvres. Sa puissance obscure envahissait de nouveau la pièce, repoussant l’aura du jedi dans ses retranchements. Le brouhaha des conversations reprenaient avec la même intensité que précédemment.

-Bien entendu maître Vahalor nous préservons les intérêts des populations et de la République à notre manière vous au sein de l’Ordre et moi-même… séparément. Seulement la ou le bât blesse c’est que l’Ordre n’est pas un modèle de vertu quoi que vous prétendez. Dois-je vous rappelez tout les manquements et les ingérences que vous avez ne serait-ce que causé sur Kuat et envers moi ?

Darth Ritter sourit, les conversations s’étaient tuent. A nouveau ses paroles trouvaient un certain impact, la Force lui facilitant les choses. Il faisait quelques pas vers le jedi.

-Oui visiblement, alors permettez moi de vous rafraîchir la mémoire. Tout d’abord il y a eu l’espionnage et une tentative d’assassinat à mon encontre de la part d’Ellana Caldin, maître jedi et membre du conseil non ? Et c’est sans compté son comparse Jacen Loran maître jedi lui aussi, qui est il me semble activement recherché par la République pour meurtre. D’ailleurs c’est étonnant que vous ne l’ayez toujours pas appréhendé. L’avez-vous au moins cherché ? Ponctuait-il dans un brf ricanement.

-Non content de s’arrêter à cette tentative, voilà que quelques heures après vous voilà avec une équipe de jedi, attaquant sans somation Kuat et de plus vous étiez accompagnés d’un croiseur républicain. J’étais dans mon bon droit d’ouvrir un conflit, de rompre les relations avec la République et pourtant je ne l’ai pas fait. Alors cessez donc l’hypocrisie maître Vahalor, qu’étaient-ce donc vos agissements sur Kuat si ce n’était un acte délibéré d’ingérence ou l’Ordre impose ses vues au détriment de la République et des principes que vous avez jurés de défendre…

-Ces actes ne sont qu’une goutte d’eau des nombreuses ingérences auquel l’Ordre se montre coupable jour après jour. Et je n’ose imaginer combien de fois le conseil a pu influencer le Sénat à ses vues. Et maintenant que le Sénat s’apprête à voter une loi en faveur d’un droit de regard sur les actions de l’Ordre. Bien entendu le conseil n’a pas dû être d’accord dans un premier temps tout comme vous j’imagine.

Au fur et à mesure qu’il avançait dans ses propos, son emprise sur la Force et le côté obscur grandissait, agrémentant les impulsions négatives de son entourage.

-Les sith ont disparu maître Vahalor, c’est bien là ce qu’affirmait l’Ordre il y a peu et que continue d’affirmer la République. Qu’est ce qui a pu changer depuis ? Il est amusant de voir que le Sénat ne peut que compter sur vous pour cette question. A croire que la menace sith tombe à point nommé n’est ce pas ? Enfin il est vrai que dès qu’une menace sith apparaît bon nombre de privilèges vous sont accordés. Et qu’auriez vous à y gagner m’avez-vous dit, et bien permettez moi de vous rappeler cette petite leçon. Quiconque détient un pouvoir, à peur de le perdre…

Cette phrase, Darth Ritter l’avait apprise il ya longtemps, au temple alors qu’il n’était que padawan. Celle-ci l’avait fasciné et y avait médité longuement sur cette unique phrase, surtout par rapport à ses aspirations et ce qu’il aurait pu être avant d’entrer au sein de l’Ordre. Très vite son égo et son orgueil étaient intervenus, le faisant affirmer que cette maxime ne lui serait jamais destinée.

-Qu’en pensez vous ? Il ouvrait les bras, faisant ainsi inclure son auditoire à ses propos. La menace des sith a-t-elle disparue depuis si longtemps que l’Ordre ne sait plus que faire pour continuer à exister ? Son regard venait se poser sur le maître jedi, un sourire suffisant au coin des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Lun 6 Juin 2011 - 22:52

Pendant qu'il laissait parler le seigneur sith, Horus n'en restait pas moins actif, continuant de lutter mentalement pour repousser l'influence obscure du prince de Kuat sur son audience. Les mots du sith lui donnait un ascendant certain, permettant à son pouvoir de s'insinuer plus facilement dans les cœurs. Tel était le pouvoir de la parole et des arguments, qui pouvaient se muer en arme terrible. Pour l'instant, le maître jedi ne pouvait que contenir du mieux qu'il pouvait l'avancée dans les cœurs du pratiquant des arts obscurs, mais il s'y attelait de toutes ses forces. Il n'avait de toute façon pas besoin de préserver ses forces pour autre chose, le combat se passerait ce soir sur un autre plan. Il supporta donc ce poids en serrant les dents, se plaçant tel un mur face à la corruption du sith, une barrière de volonté sur laquelle venait appuyer la force du prince" de Kuat et qu'Horus s’efforçait de conserver pour maintenir à l’écart de son influence autant de gens qu'il pouvait. Pourtant, il ne prêtait pas moins attention au discours qui se passait pendant ce temps, et dés qu'une ouverture eut lieu dans les propos de son adversaire, il en profita pour répondre aux accusations qui étaient portées contre son ordre. Il s'avança ainsi au devant du seigneur obscur, se trouvant juste en face de ui et plus séparer que par un mettre de vide. Il rendit à son sourire suffisant un autre sourire pour sa part bienveillant et amical, comme s'il invitait l'homme en face de lui à le rejoindre. Les paroles du jedi s’imposèrent alors, et avec eux sa contre-offensive mentale.

Vous nous parlez de nombreuses ingérences mais la seule que vous nous citez s’avère être votre seul cas, prince, vous croyez vous tant que ça représentatif du reste du monde? Oubliez-vous que la République elle-même vous fait poursuivre et recherché, sans que l'ordre jedi n'ait eu à lui demander? Que vos vaisseaux de guerre ont été vus sur Ondéron en train d’attaquer notre Temple? Car oui mesdames et messieurs, il aurait pu s'agir de n'importe qui d'autre à se voir ainsi attaqué vu que le dirigeant de Kuat estime visiblement qu'il peut porter où il souhaite ses vaisseaux de guerre et y semer la désolation. Vous savez parfaitement pourquoi nos agents ont agis à votre encontre, Ritter, et les hautes instances de la République le savent aussi bien.

Le regard du jedi était alors aussi franc que son sourire, même pas un jeu ironique ou une incitation, tout simplement une constatation ainsi qu'une invitation amicale au seigneur obscur de s'en tenir là sur ce sujet afin qu'il ait à éviter de révéler sa véritable nature à toute l’assistance. Horus n’aimait pas plus que cela attaquer personnellement les gens, de qui que ce soit en face, aussi préférait-il à cet instant que le sith s'en tienne là au sujet de sa personne, pour son propre bien. Bien qu'il savait dans le fond qu'il ne se faisait encore guère d'illusions, ce n'était pas pour autant qu'il devait s’empêcher de proposer encore une porte de sortie à son adversaire. Et histoire d'essayer de l'en convaincre un peu plus, il reprit alors son raisonnement, démontant celui du politicien point par point. Il profita au passage de la portée de ses mots sur l’assistance, qui commençait à réagir de l'autre coté, pour reprendre le terrain perdu par l'influence bénéfique de la Force.

Quand à cette si absolue influence que les jedis auraient sur le Sénat...estimez-vous ainsi que tous les sénateurs ne sont que des sots, qu'un seul représentant jedi souvent présent que par hologramme arrive à tous les manipuler ou les influencer à la fois? Piètre estime que vous avez-là d'eux. Quand à un droit de regard, nous ne sommes en rien opposé à ce que le Senat voit et se rende compte du travail que nous effectuions pour son compte ou celui des innocents, ils pourront alors se rendre compte de la neutralité et de la justice de nos actes. Quand au fait que le Senat compte surtout sur nous pour s'occuper des siths....demandez-vous à un mécanicien de régler un problème de décoration de jardin? Nous savons comment affronter les siths car nous connaissons leurs pouvoirs, et c'est pour cela que nous sommes aussi pris pour cibles. Et si nous avions voulus persuader les populations du danger des siths, n'aurions-nous pas fait crier dans les rues que les siths attaquent la république, plutôt que les jedis?

Mais si nous luttons contre eux, les siths ne sont pas les seuls que nous affrontons. Nous n'avons pas eut besoin d'eux ces dernières années pour pourchasser le crime et l'horreur partout où elle se trouvait, afin d’épauler du mieux que nous le pouvions la République. Avons-nous jamais demandé reconnaissance ou pouvoir en échange de nos efforts? Pour un ordre censé dominer le Senat comme vous le dites, vous avouerez alors que nous faisons de bien piètres dominateurs, à être ainsi tour à tour attaqués en notre Temple puis dans notre réputation.


Puis, alors qu'il sentait qu'il allait bientôt perdre la main, le jedi abandonna la lutte au sein de la Force qui l'avait opposé au sith. A la place, au même instant, ce fut pour Darth Ritter comme le vide total. Comme s'il ne pouvait soudainement plus utiliser la Force pour quoi que ce soit, bouger des objets tout comme agir sur les consciences. Horus venait en fait tout simplement d'appliquer ce sur quoi il attribuait une partie de ses forces pendant qu'il perdait du terrain face au seigneur sith. A savoir le déploiement d'une bulle de force qui coupa ainsi totalement son adversaire de son contact avec la Force, le reléguant au rang de simple humain pour les considérations de ceux de son genre. Le maître jedi devait alors concentrer sa puissance sur cette bulle pour la maintenir, ne pouvait ainsi pas agir sur les esprits environnant non plus. Mais cela lui importait peu, depuis le départ son but seul était d’empêcher Ritter d'influence son public, voilà chose désormais faite. A présent, les personnes qui les écoutaient jugeraient par eux-même de leurs dires, selon ce qu'ils estimeraient être le plus juste. C’était leur libre droit après tout, et une des raisons du combat d'Horus aussi bien que tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Ven 10 Juin 2011 - 20:34

Le Prince de Kuat sourit aux propos du maître jedi. En s’avançant sur le terrain fort glissant sur lequel le seigneur sith savait très bien ce qu’il faisait. Et comme prévu Horus Vahalor s’en était tenu à une défense simple, qui aurait pu être efficace au devant des masses, mais pas autant que sur des personnes de bonnes conditions et ayant une certaine connaissance du monde et des intrigues de couloir tel que Darth Ritter et son entourage.

-Je crois surtout me souvenir vous y étiez présent maître Vahalor à la tête de cette expédition. Quant à la présence des vaisseaux de guerre kuati, je dois bien admettre que vous avez raison, mais n’oubliez pas que le seul… dommage causé aux ondéronniens fut de sentir le sol trembler sous leurs pieds, l’attaque ne visant que le temple, suite à vos agressions répétées à mon encontre et à Kuat.

Son regard parcourait l’auditoire, pour appuyer ses propos.

-Voyez donc comment traite l’Ordre avec ceux que le conseil, si sage et avisé, juge comme indigne. Il suffit qu’on ne soit pas d’accord avec eux et l’on vous gratifie d’une marque de mort, car c’est bien de ça qu’il s’agit ! Sachez Horus Vahalor, que je respecte profondément maître Don, mais je crains qu’il ne se soit, par nécessité sans doute, entouré des mauvaises personnes. Les jedi qui l’entourent, qui sont avec lui au conseil sont souvent assez extrêmes dans leurs mesures. Par exemple Maître Caldin… je crains qu’elle n’ait fait preuve d’obsessions à mon égard et à tout ce qui pourrait nuire à Kuat.

L’allusion faîte à la maître jedi était très simple à comprendre, étant en ce moment même au Sénat, à juger son apprentie. Cessant la sa tirade, le seigneur sith permettait à Horus de poursuivre, comprenant bien le message que le regard jedi lui transmettait. Il est vrai qu’il valait mieux laisser là les querelles du passée derrière et se concentrer sur le présent… et l’avenir.

Ces dernières minutes, au moment ou le maître jedi avait commencé à prendre la parole, Darth Ritter avait sentit la contre-offensive d’Horus au sein de la Force, repoussant l’aura ténébreuse du seigneur sith. Instinctivement il avait résisté, contenant chaque percée, avant de la repousser complètement. Selon la philosophie sith, il cherchait à dominer l’esprit du jedi, tout en prenant soin de rester le maître de la conversation. Alors que le jedi joue sur la franchise et une certaine naïveté, le seigneur sith lui joue sur l’ignorance et la méfiance primaire que les êtres jugés inférieurs éprouvent face à ceux doués de la Force. Et lorsque cela ne suffit pas, il déforme leur vision des choses par celle qu’il veut donner. Tout se doit de plier à sa volonté de gré ou de force.

-Allons maître Vahalor seriez vous ingénu ? Je sais très bien que Maître Don à nourrit quelques amitiés avec le sénateur, devenu chancelier Echte Andanu. Mais à présent que le Sénat se prépare à voter une série de lois qui va d’ici peu de temps modifier quelques points dans la gestion de la République, il s’en trouvait une à propos de l’Ordre et nous savons tout deux que c’est inacceptable à vos yeux. Voici que vous trouvez le prétexte de passer en jugement la sénatrice de Kuat et ensuite vous vous mettez à agresser des mondes républicains et vous nous ressortez la « menace sith ».

Le Prince de Kuat sentit une nouvelle approche du maître jedi. Il abandonnait la joute verbale et semblait à moment de ne plus lutter au sein de la Force, affichant une sorte d’abattement, de fatalisme. Ceci lui vaut un sourire de la part du sith, se voyant déjà triomphant. Mais le court d’un instant Darth Ritter eut l’impression que ce n’était pas réel, reconnaissant au moins une chose à Horus Vahalor, sa persévérance.

Le seigneur sith fit baisser son influence, progressivement, démontrant sa confiance totale sur la suite des évènements. D’une certaine manière il s’attendait à la suite des évènements. Il sentit la vague puissante qui venait s’en prendre à lui, mais il n’avait pas prévu l’effet voulu par le jedi. Lorsqu’il s’en rendit compte c’était trop tard pour faire impression. Il usa de son pouvoir non pas pour bloquer le jedi mais lui donner l’illusion qu’il avait réussit son but. D’un autre côté Horus Vahalor avait réussit son but, alors qu’il se contentait de le retenir il ne pouvait plus influencer son auditoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Mer 22 Juin 2011 - 16:47

[HRP] Vraiment désolé du retard impardonable, des soucis de travail et de fac m'ayant prittrop de tmeps pour offrir un post convenable à temps....[HRP]

A présent, le maître jedi concentrait son énergie sur le maintient de sa bulle de Force, profitant même des moments ou Darth Ritter parlait pour récupérer un peu plus mentalement de l'effort que lui demandait cette prouesse. Heureusement, depuis le temps qu'il était habitué à cacher sa souffrance aux autres afin de ne pas les inquiéter, dissimuler son investissement mental au reste de son entourage actuel était chose à peu prés aisée. Le tout serait ensuite de gérer suffisamment bien son énergie et sa force mentale pour laisser perdurer tout le long du débat la protection qui empêchait le seigneur sith d'influence les esprits en sa faveur. Cela lui suffirait et serait déjà beaucoup car il savait de quoi pouvaient être capables les siths sur des esprits perdus et apeurés. Il apparut alors au jedi qu'il s'agissait d'un autre effet des ces attaques certainement voulu par les siths, à savoir l’affaiblissement des certitudes pour ensuite agir à leur encontre avec leurs pouvoirs de persuasion. Mais tant que lui serait là, il ne laisserait pas cet être sans scrupule influencer et diriger les consciences humaines toutes autour de lui.

Mais en attendant, il devait continuer le combat des mots, car les gens rassemblés lors de cette réception pourraient malgré tout se laisser piéger par les propos enjôleurs et déformants du prince de Kuat. On ne se trouvait pas au Senat mais cela n'enlevait rien à l'importance de l’événement. Plus de gens se trouveraient bernés et plus les siths en sortiraient grandis dans leur attaque contre l'ordre jedi. Il décida cette fois de reprendre à rebours les arguments de son adversaire, prenant une longue inspiration avant d’œuvre à nouveau pour la bien de la vérité.


Pour une sois-disant excuse de la menace sith, la façon de faire de l'Ordre serait alors des plus maladroit,e vous en trouvez pas, Ritter? Clamer à tous vents que ce sont des jedis qui attaquent les populations, rien de mieux pour réveiller la menace sith, en effet. Alors que c'est justement cela qui fait douter le reste des mondes à notre encontre, je vois mal ce que l'ordre y gagnerait sinon une perte de confiance, et en rien un rappel de la menace sith pour nous laisser plus de pouvoirs; Cela risque au contraire de pousser les sénateurs à durcir leur attitude envers nous. Aurions-nous fait un tel mal à notre propre encontre, prince?

Ensuite, vous êtes recherché par l'ordre comme par la république, Darth Ritter, et vous dites que ce ne sont que des attaques injustes qui tomberaient sur tout un chacun? Position très objective que vous avez là, je ne me rappelle pourtant pas que l'ordre ou la république ont fait arrêtés d'autres personnes hauts placées en dehors de celles qui se sont montrés publiquement victimes de crimes. Car vous dites qu'Onderon n'a rien subie de l'attaque de vos vaisseaux mais ce ne sont pas ce que disent les cadavres des civils se trouvants aux alentours du Temple à ce moment là. L'Ordre n'accuse pas gratuitement, il ne le fait que lorsque des preuves apparaissent. Les personnes innocentes n'ont rien à craindre de nous, n'essayez donc pas de les tromper à ce propos.

Car enfin, chers mesdames et messieurs, vous pouvez bien penser et réfléchir par vous-même, n'est-ce pas? Quels sont donc les faits? Des personnes armées de sabres laser qui tuent en se proclament des jedis. Si un malfrat prenait le blaster d'un garde de la république et tuait avec en se proclamant agissant au nom du Sénat, le croirez vous sur parole? Une fois ces fauteurs de troubles stoppés, la république pourra enquêter sur leur identité, toute supposition hâtive est à proscrire.

Pour finir, je voudrais rappelle que depuis des siècles déjà, l'ordre jedi protège les innocents et stoppe les malveillants. Durant toutes ces années, jamais l'ordre n'a montré de volonté de dominer la république, laissant chacun agir selon sa volonté, et agissant au contraire comme l'un de ses bras armés, donnant ses vies pour simplement arrêter des malfrats parmi tant d'autres, même s'ils n’étaient pas un danger pour nous. Des sacrifices qui continueront à se produire, qu'importe ce que l'on finit par penser de nous, car notre seul devoir est le bien de tous. Je demanderais donc seulement à chacun de songer à cela et de ne pas estimer qu'un seul événement encore méconnu et trouble ne vienne pas entraver cette tache, ce qui permettrait aux malveillants de causer encore plus de méfaits. Nous n'avons jamais demandé une quelconque reconnaissance ou récompense, seulement le pouvoir de continuer notre tache. Car pour chaque noble personnage comme le prince du Kuat qui pourrait considérer être injustement floué, dix criminels de la pire espèce sont arrêtés par les jedis. Et aujourd'hui encore, les véritables criminels derrière toute cette affaire seront châtiés, la République s'en assurera.


Déclamant tout cela, Horus s'était détourné du sith pour mieux s'adresser à l'ensemble des gens rassemblés là. Son unique bras était tendu dans les airs comme pour appuyer sa verve, la manche vide pendant de l'autre coté n'illustrant qu'une fraction des sacrifices qu'il venait d’évoquer. Son regard était franc et ouvert, croisant chaque visage pour leur rendre une expression de persuasion totale, une confiance qu'il adressait à chacun. Pas même une invitation ou une persuasion, une liberté qu'il laissait à chacun de l'observer et d'estimer s'il disait vrai ou non. Il ne faisait qu'offrir les possibilités et éventualités, le reste serait entre leurs mains. C'est dans cette attitude que le maitre jedi se contenta d'attendre la réaction de l'assemblée....

Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 4115
Âge du perso : Eternel

MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   Jeu 7 Juil 2011 - 20:46

Les antecedents du Prince de Kuat ne seront peut-être pas passés inaperçus chez tous les invités… Et remettre en question la légitimité de l’Ordre Jedi dans leur société leur semble un effort insurmontable. Pourtant, Darth Ritter a réussi à jeter le doute dans leurs esprits, et ils n’ont pas tout à fait confiance en Maître Vahalor.
Le Maître de Cérémonie a trouvé, lui, une occasion de faire valoir ses invités : haut placé dans la politique, il a fait savoir au Sénat Galactique que ses deux invités étaient très informés sur la situation, apparemment. Les juges leur demandent alors de rejoindre immédiatement le Sénat, où la situation s’est envenimée…



La joute se poursuit à l’intérieur même du Sénat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event III - Une Réception Mouvementée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Event III - Une Réception Mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-