Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cantina de l'Echange (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Cantina de l'Echange (libre)   Dim 13 Juin 2010 - 17:37

Alors que la deuxième nuit tombait sur Nar Shaddaa, le trafic des cargos entrants et sortants augmentait, et les Cantina se remplissaient progressivement. Comme d'habitude, en fait. Ce rythme rébarbatif et insatiable ne pouvait en fait convenir qu'aux pires crapules de l'espace.

Un cargo différent des autres -qui néanmoins se dissimulait parfaitement dans la foule hétéroclites de vaisseaux- atterri dans un secteur reculé et hautement sécurisé de la Lune des Contrebandiers. C'était un des secteurs contrôlé par l'Échange, la plus puissante organisation criminelle galactique.
De ce cargo assez singulier sortirent un humain, grand et massif portant une armure, un droïde astromécano, deux droïde de combat, et un rodien lui aussi protégé par une armure lourde, et apparemment armé jusqu'aux dents. Ces individus ressemblaient beaucoup à des soldats, lorsqu'on y réfléchissait bien.

Ils passèrent sans problème les contrôles du spatioport privé de l'Echange et avancèrent d'un pas lent jusqu'à la Cantina. C'est à croire qu'ils avaient du temps à tuer. L'humain fit alors un geste de la main et le petit droïde astromécano qui les suivaient fit demi-tour, avant de disparaître on ne sait trop où. Arrivé devant l'entrée de la Cantina, le groupe s'arrêta.

- Xathamar, demanda l'humain au rodien d'un ton froid, entres.

Le rodien s'exécuta. Il pénétra dans la Cantina et s'installa au comptoir.
Une quinzaine de minute plus tard, l'humain et ses gardes droïdes entrèrent à leur tour dans la Cantina bondée, remplie de Contrebandiers, de Chasseurs de primes, et autres esclavagistes. L'ambiance des lieux était bien austère, et ce malgré les parties de Pazaak quiLes yeux jaunâtres de l'humain, visibles grâces aux lumières ternes de la Cantina, se concentrèrent sur le serveur, un Bith malpropre qui semblait furieux.

- Vous avez quelque chose à manger ? lui demanda-t-il.
- Voici la carte...faites vite, j'en ai qu'une ! lui répondit le serveur en râlant.

L'humain s'installa près de son compère rodien tandis que les droïdes de combat étaient restés dans l'entrée. Vingt minutes avaient suffit pour que Xathamar, le rodien, eut les yeux rouges et les narines humides, ce qui était dû aux bâtons de la mort qu'il consommait sans arrêt.
L'humain avait faim. Cela faisait plusieurs jours qu'il n'avait rien mangé.

- Steak de Boma farci. Demanda-t-il sèchement au serveur.

En fait, l'équipe était là pour affaire. Ils devaient négocier avec des membres haut-placés de l'Échange, et ils savaient que plusieurs bandits présents dans la Cantina étaient surement au courant. S'attendant à se faire aborder, et pas de la manière la plus pacifiste qui soit, l'humain, et le rodien, autant qu'il pouvait, restaient sur leurs gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Cantina de l'Echange (libre)   Mar 15 Juin 2010 - 9:13

Il n'est jamais aisé de quitter un groupe de personnes que l'on fréquentait durant plusieurs années, encore moins lorsque ce groupe n'est autre que l'Ordre Sith. Si son ambition et son mépris pour toute forme de vie l'avaient prédisposé à y entrer, son absence de haine avait finit par lui faire comprendre que sa place n'était pas parmi eux. Mais durant ses années sur Korriban, il avait appris qu'il n'y avait qu'une façon de quitter les siths, et même s'il accorde peu d'importance à la vie, Vitium tenait encore à la sienne. Il choisit donc de ne pas parler de cela à son maître, et il prétexta vouloir chercher un ancien holocron du côté obscur dont on lui avait parlé pour quitter la planète.

Bien que son maître l'avait autorisé à mener sa quête factice, il se demandait s'il l'avait véritablement cru. Il est très difficile de dissimuler ses pensées à un Seigneur Sith, et il ne savait pas s'il avait les compétences nécessaires. Le fait que le mensonge soit monnaie courante dans cet ordre, entraine inévitablement le fait que la suspicion le soit aussi. S'il avait un doute, son maître enverrait donc quelqu'un à sa poursuite, à moins qu'il n'est pris soin de coller tout simplement un mouchard à son vaisseau. Vitium ne s'y connaissait pas encore assez dans cette forme de technologie pour les déceler facilement, et mieux valait ne pas perdre de temps.

Il décida donc de se poser temporairement sur Nar Shadda, lune des contrebandiers, un endroit qui lui paraissait idéal pour se dissimuler. De plus c'était une jungle, une jungle de métal certes, mais l'idée restait la même. Le seul problème était la surpopulation, mais cela été nécessaire à sa survie. Pour ne pas être suivit, il fallait qu'il se débarrasse de son chasseur sith, mais pour trouver un autre vaisseau, il lui faudrait de l'argent, ou un bon contact. Or il était possible qu'il parvienne à dénicher ce dernier. Durant les années qu'il avait passé dans les bas-fonds de Coruscant comme assassin, il avait une fois sauvé la vie d'un contrebandier, en tuant celui qui lui en voulait. Le contrebandier, un twi'lek qui répondait au nom de Norme Kurlk l'avait remercié, et en plus d'une somme d'argent convenable, lui révéla que son frère, Jek Kurlk, tenait un commerce de Gliteryll entre Ryloth et Nar Shadda. Il lui dit donc qu'il devait bientôt le voir ,et qu'il lui dirait que si un jour un "Seranguenn" se présentait, il lui rendrait service. Ce fut les dernières nouvelles que le kaleesh eut des deux frères.

Arrivé sur Nar Shadda, Vitium choisit une zone d'accostage située dans la partie inférieure de la lune. Le bon côté était qu'il n'y avait pas de taxe pour se poser, même si la sécurité de son vaisseau allait être quasi inexistante. Ce n'était pas grave puisqu'il ne s'en resservirait pas.


* Avec de la chance, une raclure me le volera, et les siths le poursuivront à lui et non à moi.*


Cette hypothèse fit sourire le renégat, qui, enveloppé dans sa longue cape grise, la capuche rabaissée, pourrait aisément se mêler à la population. De plus, presque tous les étrangers de cette planète fuyaient quelque chose, ou quelqu'un, ainsi on ne lui poserait certainement pas de questions. Tout en avançant, il regarda autour de lui, il n'était jamais venu ici, mais l'ambiance lui était familière, il connaissait cette misère, qui était elle aussi une forme de liberté. Des quarrens, des rodiens, des humains, des aqualishs, des twi'leks, des duros, une fois de plus il était l'unique kaleesh, mais cela importait peu. Son sabre laser était accroché à son flanc droit grâce à sa ceinture. Il ne voulait pas sans servir, pas avant de savoir comment partir d'ici, pour éviter d'attirer ses anciens compagnons. Heureusement, s'il devait se battre, il pourrait surement se contenter de l'utiliser comme poignard, et son secret serait ainsi conservé.

C'était une chose de disparaître, mais c'en était une autre de réapparaitre. Vitium souhaitait certes échapper aux utilisateurs de la Force, mais il voulait aussi exploiter ses compétences pour tirer de bons profits, et refaire sa vie. Pour arriver à cela, la lune des contrebandiers était un choix tout indiqué. Entre les Hutts, l'Echange, la guilde des chasseurs de primes et tous les autres magnats du crime, les employeurs intéréssants ne devraient pas manquer. Le kaleesh n'y connaissait pas grand chose ne négociation, il n'avait jamais eu besoin de recourir à ce genre de méthode pour obtenir ce qu'il voulait auparavant. Cependant, il n'était pas inquiet, il avait des talents qui pourraient s'avérer utiles pour tous ceux qui ne disposaient pas d'un gros ses de la morale. Que ce soit de l'espionnage, un assassina, du sabotage, il était tou à fait capable, et certainement bien plus que la majorité des hommes de mains ordinaires. Après tout, ce n'était pas tous les jours qu'un ancien Sith proposait ses services au plus offrant.

Le fuyard décida de commencer par tenter de rentrer en contact avec des membres de l'Echange. Il pensait avoir plus de possibilités avec eux qu'avec les grosses limaces bedonnantes, tout simplement parce que les divers chefs nourrisent surement chacun quelques ambitions personnelles. Le fait que les hutts soient insensibles à la Force l'avait également aiguillé dans son choix, cela faisait un atout en moins dans la négociation.

Le reptile bipède encapuchonné mis un petit moment pour s'orienter, il prit tout d'abord la direction de la cantina du centre ville, mais passa rapidement son chemin, celle-ci n'intéressait surtout que les amateurs d'un jeu de carte idiot. Essayant de se frayer un chemin, et repoussant plus ou moins brutalement les nombreuses tentatives de pick pocket à son encontre, il parvint ensuite à un secteur encore moins bien entretenu que les autres, et qui pourtant devait contenir une population encore plus importante. Il s'agissait du secteur des réfugiés. Ces pauvres rejettés ne devaient certainement pas faire parti du syndicat du crime, mais ils pouvaient servir de source d'information. L'arrivée de l'inquiétant kaleesh suscita une vague d'effroi parmi les opprimés proches de lui, dont il profita pour en saisir un par le col de ses haillons avant de le plaquer contre la porte à moitié défoncée d'un entrepôt.

-Dis moi comment contacter l'Echange.

L'ajout d'une quelconque menace était inutile, il était évident que le vieil homme décrépit avait compris que son intégrité physique dépendrait de sa réponse. Ce dernier, reprenant difficilement son souffle, parvint à balbutier quelques syllabes tout en se trempant de sueur et de larmes. L'infortuné sentira encore plus mauvais après ça...

-Il y a plusieurs secteurs! Je les connais pas tous! Le plus proche, ils nous y amène pour nous y faire travailler parfois...c'est en prenant les cargos qui partent d'ici...

Vitium lacha sa victime, qui s'étala à moitié sur le sol, puis il l'aida à se relever en la tirant par l'arrière de sa guenille.


-Bien. Tu vas me conduire à ce cargo, tout de suite.

Le vieil homme s'exécuta, et après qu'ils aient terminé d'arpenter une série de couloirs métalliques, il finirent par arriver à une espèce de hangar, où deux trandoshans en armure lourde et chacun armé de fusils blaster, étaient en train de faire monter des réfugiés dans un vaisseau cargo. Ici, l'ancien dénommé Seranguenn abandonna son informateur et se joigni au groupe de miséreux. Les deux gardes n'étant pas très regardant sur les origines de leur main d'oeuvre, ils le laissèrent passer sans problème. A l'intérieur, trois autres membres de l'Echange veillaient à ce que tout se passe bien. Le vol dura approximativement un quart d'heure. Une fois arrivé, les gardes firent sortir les réfugiés, Vitium y compris et les escortèrent jusqu'à des cellules. Seulement, le kaleesh n'avait pas parcouru tout ce chemin pour se retrouver enfermé. Il accosta donc le seul garde humain du groupe.

-Je suis un ami de Jek Kurlk, je veux le voir et éventuellement proposer mes services à l'Echange.

Le criminel fixa ses pupilles en fente, tout d'abord abasourdi, puis amusé. Deux de ses collègues vinrent lui demander ce qui se passait, et il leur répéta ce que l'ancien sith lui avait dit. Ils discutèrent un moment entre eux, tout en conservant le kaleesh a porté de tir, puis l'humain s'avança et prit la parole sur un ton narquois.

-Alors tu es un ami de Kurlk, l'un de nos principaux fournisseur d'épices. Pas mal j'avoue, même s'il est assez important pour nous, son nom n'est pas très connu en dehors des membres de notre organisation. On a une petite idée. Le Twi'lek est actuellement dans ce secteur, on va le faire venir, s'il te reconnait, c'est ton jour de chance, sinon, tu vas envier le sort des autres réfugiés crois moi!

Ainsi, les trois membres de l'Echange, l'humain, l'un des trandoshans, et un weequay l'escortèrent, tout en se moquant de ce qu'ils prenaient pour une piètre tentative de bluff. Lui, il espérait juste que Norme avait tenu sa promesse. Durant leur trajet, ils s'arrêtèrent devant une cantina, le trandoshan avait soif apparemment. Lui et les deux autres l'attendirent à l'extérieur alors qu'il entrait se payer un verre. A cet instant précis, Vitium ressentit un léger trouble dans la Force. Il sentit le la rage se faire plus présente en lui, c'était comme si l'air aux alentours s'épaississait autour de lui, et que tous ses muscles se contractaient simultanément. Il ne savait que trop bien ce que cela signifiait, un adepte du côté obscur était tout proche, certainement dans la cantina. Vitium fut exaspéré, il venait de faire tout cela pour fuir les siths, et voilà qu'il venait certainement de tomber sur l'un d'entre eux!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Cantina de l'Echange (libre)   Mar 15 Juin 2010 - 21:53

Plus il se faisait tard, plus le volume de la musique de la Cantina augmentait, en même temps que celui des voix des clients, ainsi que l'échauffement de leurs esprits, la boisson et les bâtons de la mort y était probablement pour quelque chose.
Toren aimait bien ça. Il adorait voir quelques crétins tabasser un mauvais payeur à mort. La victime du jour était un humain, comme c'était souvent le cas sur ce genre de planète, la plupart des habitants étant soit des réfugiés, soit des aliens racistes au plus haut point. La chaîne alimentaire de ces contrées étaient claire, discriminatoire, et sans appel : Les humains étaient tout en bas, juste après les excréments de Bantha. Il se trouve que Toren était un humain, mais il n'avait probablement rien à craindre d'aliens un peu trop sûrs d'eux. Celui qui osait le toucher finirait tranché en deux, ou empalé, selon les envies du Guerrier Sith.
Xathamar, le rodien, revint juste au moment où Toren eut fini de manger.

- On peut s'en aller de ce bar puant, maintenant ?

Question surprenante, car c'était dans un lieu de ce genre que Toren avait rencontré et recruté Xathamar quelques années plus tôt. Contrebandier et chasseur de primes, le rodien aimait fréquenter ce genre d'endroit. De plus, la Cantina de l'Echange était plutôt bien entretenue, par rapport à la plupart des autres endroits de ce secteur de Nar Shaddaa.

- Pas encore, mon contact n'est pas encore arrivé. Répondit calmement le Sith. On s'en ira lorsqu'il sera là. En attendant, détends-toi. Reprit-il.

Alors que Toren écoutait les quelques conversations totalement inintéressantes qui fusaient près de lui, deux individus qui ne semblaient pas se connaitre entrèrent dans ce lieux austère à la luminosité ternie. L'un deux était un trandoshan assoiffé, et l'autre semblait être l'homme qu'il attendait. C'était un humain d'un quarantaine d'années galactiques, qui semblait à peu près physiquement en forme mais avec de lourdes cernes et un pas lent. Probablement encore un éspèce de drogué. L'homme répondait au doux nom de Lec. C'était son contact. Lorsque Xathamar l'aperçu, il murmura à l'oreille de Toren.

- C'est lui, non ?


Toren ne répondit pas. En réalité, bien qu'il ait lui aussi aperçu Lec entrer dans la Cantina, il était concentré sur autre chose. Quelque chose de plus profond. Il ferma les yeux un moment, tout en laissant ses lèvres trembler. Des gouttes de sueur lui parcouraient le visage. Lorsqu'il rouvrit ses yeux jaunes vifs, il se saisi violemment du bras du rodien et s'approcha de lui.

- On risque d'avoir des ennuis. Lui répondit-il à voix basse.

Le Guerrier Sith ne s'attendait pas à percevoir la présence d'une âme sensible à la Force sur une planète qui n'avait déjà pas d'âme elle-même. Toren se retourna discrètement et scruta la salle, à la recherche de la faible lueur d'un sabre laser, ou autre chose qui pouvait lui indiquer qui était cette personne sensible à la Force qui lui troublait l'esprit.
Après quelques secondes où il n'avait cessé de tourner son cou dans toutes les directions possibles, Lec arriva vers lui.

- Bonsoir, Praen. Cela faisait longtemps.
- Sortons. Répondit Darth Toren.

Tous s'exécutèrent. Les trois individus ainsi que les droïdes sortirent finalement de la Cantina. À chaque tentative que faisaient Lec ou Xathamar de parler, Toren répondait par un signe autoritaire de la main, comme pour les avertir de ne pas prononcer une seule syllabe de plus sous peine de mort. Ils passèrent près d'un petit groupe stationnés devant la porte. Là, la donne changea.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Cantina de l'Echange (libre)   Jeu 17 Juin 2010 - 12:40

Un vaisseau cargo, deux vaisseaux cargos, trois vaisseaux cargos, quatre vaisseaux cargos... Vitum s'impatientait, il sentait le danger se rapprocher et ne supportait plus de devoir rester là en n'ayant rien d'autre à faire que deux regarder les transports de réfugiés amener leurs victimes dans les griffes de l'Echange. Le fuyard ne bougeait pas, il se contentait de tourner la tête un peu partout, observant les alentours, comme s'il espérait trouver une solution miracle à portée de main. Bien sûr, il pourrait toujours s'enfuir, mais dans un quartier entièrement contrôlé par l'une des plus puissantes organisation criminelles, cela n'allait pas être simple, avec un Sith à ses trousses, cela le serait encore moins. Quand bien même il serait probable qu'il réussisse à s'en sortir, cela ruinerait très certainement ses chances de rencontrer le twi'lek Jek Kurlk. Non, ce serait idiot de fuir pour l'instant. Après tout, les gardes qui l'escortaient ne voudraient certainement pas perdre leur prisonnier, sauf bien sûr s'ils se font menacer. Ces rigolos constitueraient son assurance, et si la perturbation qu'il perçoit provient bien d'un membre de l'académie de Korriban, alors il devait bien avoir une raison particulière pour se trouver ici. Or, il y avait peu de chance pour qu'il s'agisse d'un envoyé qui aurait reçu l'ordre de le capturer, pas si tôt. Ce qui voulait surement dire que si ce Sith n'avait pas encore commencé à orchestrer un massacre en public, il n'avait certainement pas envie de commencer maintenant.

Le kaleesh se demandait tout de même ce qu'un Sith pouvait bien vouloir à l'Echange. De plus, même si cette personne, si elle était bien seule, n'était pas venu sur Nar Shadda pour lui, cela pourrait lui nuire si il le voyait, et l'identifiait. Il pourrait décider de le capturer, son ancien maître avait certainement mis une récompense sur sa tête.

De là où il se trouvait, il n'avait pas pu voir grand chose dans la cantina lorsque le trandoshan y entra, en même temps qu'un humain. Il estima que la solution la plus préférable pour lui serait qu'il réussisse à convaincre les autres membres de l'Echange de repartir le plus rapidement possible. En effet, il est probable que si lui avait perçu une âme sensible à la Force, la réciproque serait elle aussi vrai. La situation pouvant rapidement devenir critique, si l'individu décidait de voir de quoi il en retournait, Vitium voulait tenter d'accélérer les choses, d'une façon ou d'une autre. Il se tourna donc vers le weequay et l'humain qui s'étaient adossés au mur, tout en continuant de pointer leurs blasters dans sa direction.


-Vous n'êtes pas obligés de l'attendre non? Si on y va maintenant je demanderai à Jek de vous donner une prime pour m'avoir fait gagner du temps.


Les deux mercenaires se regardèrent mutuellement, puis dévisagèrent l'ancien sith masqué. Ils se mirent à ricaner légèrement, et l'humain s'approcha de lui lentement. C'était un homme chauve, avec une peau foncée et une barbe de deux jours, des muscles qu'on pouvait deviner bien taillés sous son armure lourde.

-Oui, bien sûr! Tu te dis peut-être que si on est que deux tu auras moins de mal à nous échapper.


Se fut ensuite au tour du weequay de rejoindre le duo, sa peau était grisâtre, avec les quelques rides étranges propre aux représentants de sa race, ses rares cheveux noirs tressés à l'arrière de son crane. Il possédait la même protection corporelle que les autres gardes. Il s'exprima sur le même ton arrogant que son partenaire.

-Puis ce serait égoïste de priver Svossk de la possibilité de te torturer quand on aura la confirmation que Kurlk ne te connait pas!

Les deux éclatèrent ensuite de rire. Vitium se dit qu'il devrait utiliser la Force pour persuader ses esprits faibles de l'amener rapidement chez le trafiquant de drogue. Il avait pensé que l'appât du gain suffirait à les convaincre, mais visiblement, il avait sous estimé leur couardise, ceux-ci ne voulaient apparemment pas prendre le risque de ne s'y rendre qu'à deux. Au moins, cela avait eu le mérite de le rassurer sur sa réussite à s'échapper si la situation dégénérait.

Mais alors qu'il allait utiliser son atout psychique, la porte de la cantina se rouvrit. Il n'eut même pas l'espoir que ce soit l'autre créature reptilienne qui revenait, car il avait senti la Force se faire plus sombre à cet instant. Il se retourna prestement dans la direction de la perturbation, tous ses sens en alerte, les nerfs à vif, prêt à agir. Ce fut un trio qui sortit, et le groupe fut rapidement suivit par un binôme de droïdes de combat. Malheureusement, le trandoshan était absent de ce groupe assez inquiétant.

Le trio organique était composé de l'homme qui était entré en même temps que le mercenaire de l'Echange, il avait l'air assez fatigué, ou drogué ce qui était certainement le plus probable. Avec lui se trouvait un rodien lourdement armé et protégé, son armure avait l'air de bien meilleure qualité que celle des gardes qui escortaient le chasseur de Kalee. L'individu restant était de loin le plus impressionnant des trois. Bien qu'il ait l'air plus âgé que les deux autres, sa stature était plus imposante, déjà de par sa taille, il était certainement l'être humain le plus grand qu'il ait jamais vu. Toutefois, c'était son armure qui captivait le plus le regard. Bien qu'on la sentait faite pour le combat, elle possédait également une grande majesté.Mais ce qui confirma à Vitium que cet être était le plus dangereux des cinq, c'était ses yeux. Il n'était pas naturel pour un humain de posséder des iris jaunes, et il était resté assez longtemps au sein de l'académie pour savoir que cela traduisait un dévouement passionné envers le côté obscur. Il avait son Sith.

Le fuyard n'avait pas l'intention de détourner ses propres iris flamboyants, les siens l'étant d'origine, du guerrier chauve. Mais il fut surpris par le second humain de son groupe, qui apparemment connaissait celui qui l'accompagnait à lui, puisqu'ils venaient de se serrer la main.

- Tu viens juste d'entrer? lui répondit le chauve basané, j'avais pas fait gaffe faut croire!

*Cet abruti ne pouvait pas le reconnaître avant d'entrer dans la cantina? Bien sûr que non, il fallait qu'il attende d'être accompagné d'un Sith pour faire ça...*


Vitium avait tout à coup l'impression que la Fore entière lui en voulait personnellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Cantina de l'Echange (libre)   Ven 30 Juil 2010 - 17:49

- Ouais, l'ami, mais j'ai à faire, dans l'immédiat. On se voit tout à l'heure.

Le groupe ne s'intéressa guère à ce qui pouvait se passer à l'extérieur de la Cantina, du moins, les autres. Lec avait revu une vieille connaissance, et Toren lui, sentait une présence dont émanait une puissance familière. C'était la marque des adeptes du Côté Obscur que Toren sentait. Néanmoins, celle-ci n'était pas identique à la sienne. Il y avait encore un peu de lumière dedans. Même si il avait bien envie d'identifier la mystérieuse énergie grise, il tâcha de régler premièrement son affaire avec Lec, son contact de l'Échange. Xathamar, son homme de main rodien, se plaça derrière lui, au cas où un fou inconscient aurait tenté d'abattre le Guerrier Sith. Ils se trouvèrent un coin d'ombre et commencèrent à discuter.

- Alors, Praen, j'ai cru comprendre que tu cherchais à voir mes esclaves ?
demanda Lec sur un ton quelque peu hautain. C'était typiquement le ton que détestait Toren, d'autant plus que l'esclavagiste avait osé l'appeler à deux reprise par son vrai prénom.

Malgré cela, il disait vrai. Darth Toren avait été chargé d'inspecter divers groupe d'esclaves et de réfugiés sur Nar Shaddaa, à la fois pour traquer inexorablement tout Jedi qui se serait dissimuler parmis la foule de réfugiés présents sur la Lune, mais aussi pour détecter d'éventuels esclaves sensibles à la Force, afin de les faire devenir des machines du Côté Obscur à la botte de Darth Toren et des autres Siths de Korriban.
L'imposant guerrier était convaincu de la présence d'adeptes de la Force sur cette misérable Lune. C'était bel et bien la raison de sa venue, sans quoi, il ne se serait jamais déplacé.

- Oui. Répondit le Sith.

La présence du mystérieux adepte près de lui se faisait de plus en plus ressentir, c'était comme si celui-ci cherchais à rencontrer l'esprit de Toren. Ca n'était probablement pas le cas, car personne sur Korriban n'oserait investir les plates bandes d'un autre Sith. Il se pouvait donc que l'adepte soit un Jedi corrompu, ce qui pouvait éventuellement profiter à Toren. En fait, cette présence pouvait être absolument n'importe qui, mais Toren savait que son destin était scellé.

- Bien, dans ce cas je crois que nous pouvons y aller tout de suite, non ?
Demanda Lec.

La discussion s'interrompit lorsque Xathamar secoua discrètement le bras de Toren.

- Quoi ?!
Répondit le Sith dans un sursaut de colère.

- Il y a un groupe louche devant la Cantina...Il se peut qu'il y ait là ce que tu cherches...C'est mieux que de marchander bêtement avec l'autre incapable...

Le Rodien, bien que totalement insensible à la Force, avait passé des années à fréquenter les Sith et les Jedi, et avait appris à remarquer les plus inavoués ou dissimulés d'entre eux. Le passé de Xathamar était très sombre, Toren savait qu'il avait travaillé dans les services secrets de l'ordre Sith pour le compte d'un Seigneur Noir inconnu, et que sa tâche était la même que celle de Toren : Traquer tous les Jedi s'aventurant trop loin d'Ondéron ou de Coruscant.
Et ce coup là, il semble qu'il vu juste.

- Je sais.

Il était évident que Xathamar était le seul individu vivant ayant gagné le respect et la confiance de Toren. Ils faisaient parfaitement la paire, et Toren le considérait plus comme un gradé de l'armée Sith que comme un vulgaire chasseur de prime recruté sur Ord Mantell.
Darth Toren, dans un autre sursaut de haine, étrangla son contact grâce à la Force, et le fit mourir discrètement contre le mur, Xathamar dérobant au passage tous les effets personnels présents sur le cadavre, comme une carte d'accès aux locaux de l'échange, notamment. Le Rodien laissa Darth Toren en retrait et se dirigea vers le groupe stationné devant la Cantina.
Avançant tranquillement vers le groupe, le visage de l'homme de main de Toren s'assombrit à leur approche.

- Je vous vend cette carte d'accès aux locaux de l'Echange, juste derrière vous...Aller, 5000 crédits.

S'attendant évidemment à une réponse positive, le Rodien savait qu'il en apprendrait d'avantage et qu'il pourrait éventuellement localiser lequel de ces gentlemen était un adepte de la Force.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cantina de l'Echange (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cantina de l'Echange (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Nar Shaddaa-