La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le hasard n'existe pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Le hasard n'existe pas   Mar 16 Fév 2010 - 22:13

Tore Ae avait été promu Chevalier il y avait de cela quelques mois seulement. Se détacher des sentiments d'amitié qu'il éprouvait pour son ancien Maître avait été très difficile pour lui, mais il y était finalement parvenu. Pour y arriver, il avait beaucoup médité, beaucoup plus qu'à son habitude. En tant que Jedi Consulaire, Tore était plus porter sur la méditation au calme qu'en action et cela lui permit d'affûter ses sens Jedi et sa perception de la Force. A présent, il se sentait plus apte à former un Padawan bien qu'il soit encore relativement jeune et peu expérimenté par rapport à de nombreux autres Jedi. Pourtant, au fond de lui, le Whiphid était sûr d'être à la hauteur... Probablement que les souvenirs et l'enseignement de son Maître le poussait dans ce sens.

Toujours est il qu'à ce moment précis, Tore Ae était plus concentré sur son estomac que sur sa volonté de trouver un apprenti. Les Jedi savaient faire preuve de restrictions, c'est d'ailleurs sur cela qu'était basé leur mode de vie et de pensée. Cependant, alors qu'il était au Temple, le Whiphid ne voyait pas pour quelles raisons il se laisserait affamer alors que la faim le rongeait depuis plusieurs heures déjà ! Sa vie au Temple avait toujours été bâtie de la même façon depuis qu'il y était arrivé à l'âge tardif de 13 ans. Tore passait ses journées à s'exercer s'il en avait le temps, à méditer et à arpenter les dédales du Temple, le tout entrecoupé de pauses déjeuners où il reprenait les quelques forces dépensées.
La cantine du Temple était d'ailleurs un élément très spécial selon lui car à n'importe quel moment où il s'y rendait, il n'y avait jamais les mêmes personnes. Le nombre grandissant de Jedi et les va-et-vient incessants que les membres de l'Ordre effectuaient en étaient la principale cause mais Tore aimait cela. Ne jamais croiser les mêmes personnes permettaient d'avoir des expériences différentes avec certaines d'entre elles et en même temps, cela l'empêchait de s'attacher à un individu précis. Il n'avait que trop souffert de la rupture avec son Maître, même s'il était honoré d'être devenu Chevalier par son enseignement, chose qu'il voulait lui aussi reproduire. Tore était fidèle aux principes de l'Ordre, et s'efforçait donc au mieux de les mettre en pratique bien que cela ne soit pas toujours aisé.

Ce qui attira son regard aujourd'hui était l'apparente solitude d'un jeune Barabel. Une race méconnue certes - Tore doutait même qu'il y eut d'autres Jedi appartenant à cette espèce - mais que le Whiphid avait croisé par hasard lors de recherches à la bibliothèque du Temple. Sans grande hésitation, Tore se dirigea vers le jeune Jedi après s'être servi. Tout en s'approchant doucement, il repéra le signe de son appartenance aux Padawans à la ligne d'écailles pendant le long de sa nuque et qui remplaçait l'absence de cheveux du Barabel. Comme lui, Tore pensait bien être le seul de son espèce à avoir intégré l'Ordre Jedi, mais il était certain qu'il ne connaissait pas tous les membres qui en faisait partie. De plus, l'allure générale du Barabel était quelque peu semblable à celle du Whiphid du fait de leur grande taille et de leur apparence peu engageante - bien que Tore aurait peut être plus de ressemblances avec un Wookie. Tout cela renforça la volonté de Tore de faire connaissance avec le jeune solitaire. Une fois parvenu à sa table, Tore s'y assit et dit :


"Bonjour jeune Padawan. Tu permets que je te tienne compagnie ? Il n'est jamais très bon d'être solitaire tu sais..."

Par ses paroles ainsi que sa voix grave, calme et posée, Tore espérait gagner la confiance du jeune Barabel. Il y avait des raisons à sa solitude, certaines que le Whiphid devinait, d'autres qu'il lui faudrait découvrir. Et malgré son visage peu commun et effrayant pour la plupart de ceux qui ne le connaissait pas, Tore adressa un sourire sincère au Barabel.

"Je suis un Whiphid, de la planète Toola. Je me nomme Tore Ae, je suis un Chevalier Jedi."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Dim 21 Fév 2010 - 22:05

Le plateau, posé sur une table libre, était chargé de mets prometteurs dégageant un savoureux fumet . La viande en était la grande absente, pourtant peu d'observateurs continuaient à s'étonner du régime si végétale du grand reptiloïde.

Il avait fallut quelque temps aux mentalités pour s'adapter à l'idée que Ragath, malgré son allure de prédateur au sang-froid et ses crocs avides, ne se repaissait pas uniquement de morceaux de viande crue. Lors de ses premières années d'étude, des regards surpris n'avaient cessé de le détailler au réfectoire tandis que le padawan, nerveux d'être au centre de l'attention générale, avalait des fourchettes de légumes verts accompagnés de poisson ou croquait franchement dans la chair sucrée d'un fruit mûr. Son régime omnivore, si semblable à celui de la plupart des autres élèves, avait pourtant pour un temps suscité l'étonnement. Comme si ne pas être différent le rendait différent, finalement.

Pour l'heure, le barabel patientait le temps que Luke termine sa douche et le rejoigne. Les bruits de conversations n'étaient pas à leur apogée, et ne suffisaient pas à couvrir les grognements du ventre de Ragath qui désespérait de ne pas avoir été plus prévoyant.


* Ne pas penser à emporter une barre énergétique, ou le moindre en-cas pour la journée... Me voilà puni de ma négligence ! * Se sermonna l'aspirant en tâtant pour la dixième fois son moignon sous sa bure.

C'était devenu un tic dès qu'il n'y prenait plus garde : sa main glissait involontairement sous sa tenue de jedi pour aller évaluer ce qui lui restait de queue et s'assurer que personne ne pouvait voir le stigmate. Sur Barab I, perdre sa queue en public incarnait l'humiliation suprême, et les bretteurs les moins doués évitaient d'exposer au grand jour le vestige d'une défaite. A l'inverse, les meilleurs guerriers pouvaient témoigner de leur talent en dévoilant un long appendice caudal aux écailles colorées et brillantes, là où celles des vaincus restaient brunâtres et ternes, même éclairées par le vif éclat solaire.


* Je devrais arrêter d'y repenser. Luke a été meilleur que moi, c'est tout.Ce qui prouve qu'il me reste des progrès à faire. Hum... Enfin bon, j'aurais tout de même préféré découvrir lors de ma méditation que ce duel avait débloqué quelque-chose en moi... * Regretta pensivement le reptiloïde en dépliant et repliant sa serviette.

Ça avait été son illumination lorsque les deux opposants s'étaient séparés. Lui qui, depuis longtemps, s'était cru prédisposé au maniement du sabre-laser, avait envisagé la possibilité que son potentiel latent soit en réalité orienté vers la maîtrise profonde de la Force. L'hypothèse, Ragath le savait, paraissait peu plausible, puisque son affinité avec la Force était très faible. Seulement, le barabel ne pouvait faire autrement que de poursuivre sa quête, entamée des années plus tôt. Maître Thalmé (il ne parvenait pas encore à l'appeler par son prénom) lui avait confié cette vérité universelle en laquelle il avait foi lors de leur voyage vers Iziz :


* " Chacun d'entre nous est né avec un don. Cette particularité nous permet de réussir avec plus de facilité ce que d'autres considèreraient comme dur. En trouvant ce pour quoi tu es doué, tu appréhenderas quel rôle t'as été destiné par la Force, Ragath. "

Je ne douterai jamais de vos paroles, maître. Je ne regrette rien de nos séances d'entraînement, absolument rien. J'aimerais juste vous revoir... Reparler de notre passé commun... *

Cela faisait plusieurs fois que le grand padawan repensait à son ancien maître. Lui croyait toujours qu'il pourrait un jour la revoir, s'adresser de nouveau à elle. Cette recherche pour trouver sa voie dans la Force, son désir de briller d'une manière encore inconnue, représentait de manière implicite une volonté forte du barabel de rendre hommage à Asséa Thalmé...

L'arrivée d'une autre personne à sa table ramena le distrait élève à la réalité. L'inconnu appartenait à la catégorie des rares jedis pouvant se vanter de dépasser le massif saurien en taille. Une abondance de poils bruns les différenciaient fondamentalement, et le vis-à-vis de Ragath arborait une musculature plus assurée. Pour le visage, les yeux jaunes de l'affamé aux écailles poussiéreuses notèrent d'abord l'éclat d'ivoire de deux défenses verticales qui renforçaient l'allure longiligne d'un faciès serein et ouvert. Des yeux curieux surmontés d'un front étiré lui rendirent son regard tandis que l'individu offrait sa compagnie au nostalgique natif de barab I.

Se présentant le premier, Tore, souriant, apprit à Ragath qu'un chevalier lui faisait l'honneur de rejoindre son couvert. N'étant que trop conscient de sa chance, le padawan se leva et s'inclina, lançant d'un ton respectueux :


" Je me prénomme Ragath Voslauht, padawan barabel de la planète Barab I. Je vous salue, chevalier Ae, et vous remercie pour votre offre que j'accepte bien sûr avec grand plaisir. "

S'asseyant précautionneusement, Ragath hésita avant de poser la question qui lui vint en tête tandis que son interlocuteur s'installait. La crainte de paraître impoli surtout, freinait l'élan de l'aspirant. Cependant, le whiphid témoignait une telle ouverture d'esprit que bientôt le reptiloïde se lança, la voix peu assurée :

" Vous... Vous êtes devenu chevalier, ce qui supose que vous ayez prouvé au conseil vos compétences. Je me demandais... Est-il possible qu'un individu qui ait présenté le potentiel strictement nécessaire pour devenir padawan démontre des capacités si restreintes qu'il ne puisse pas évoluer au-delà de ce statut ? ". Gêné de découvrir, en s'écoutant poser sa question, que le vrai but de son discours apparaissait transparent, Ragath résolut reformuler son interrogation de manière plus claire et précise, une moitié de sourire complice étirant son visage.

" Enfin... Vous voyez, je suis l'un des premiers de ma race à montrer une réelle affinité avec la Force. Mais... L'écho qu'elle trouve en moi est si faible.... Je crains de ne pas être fait pour l'utiliser autant que la moyenne des jedis. Seulement, d'un autre côté, je ne me suis pas vraiment découvert de prédispositions pour l'art du sabre-laser. Au final, j'ai l'impression que je suis devenu un élève de l'académie en bénéficiant de capacités qui me différenciaient assez pour ne pas être ignoré mais qui me conféraient juste assez de talent pour accéder au niveau d'un novice. Comment avoir confiance en ma capacité à m'améliorer si dans aucune voie je ne me trouve de marge d'évolution possible ? "

Asséa n'aurait pas apprécié la façon dont son ancien élève avait dramatisé la situation. C'était malheureusement une dérive fréquente du côté éloquent du barabel, qu'il possédait sans vraiment y prendre garde et utilisait de façon plus qu'aléatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Sam 27 Fév 2010 - 13:38

" Je me prénomme Ragath Voslauht, padawan barabel de la planète Barab I. Je vous salue, chevalier Ae, et vous remercie pour votre offre que j'accepte bien sûr avec grand plaisir. "

Joignant le geste à la parole, Ragath se leva et s'inclina devant Tore. S'il était vrai que selon la hiérarchie Jedi, les Padawans devaient respecter les Chevaliers et les Maîtres, Tore n'en attendait pas autant. Pour lui, un simple remerciement aurait largement suffi. Il attachait une grande importance au respect des autres, à la loyauté et tous ce qui s'y rattache de près ou de loin, mais il ne s'agissait là que d'un simple repas à partager. Cette attitude du jeune Barabel le toucha et Tore comprit, lui, que ce dernier prenait son geste comme un honneur ou quelque chose dans ce genre là. La solitude de Ragath lui avait laissé penser que le jeune Barabel ne devait pas avoir une vie simple au Temple, ce qui lui rappelait son propre passé avant l'arrivée de Maître Qan Ji. Aussi comprenait-il mieux cette marque de respect que le Padawan lui avait démontrée.

S'installant pendant que Ragath s'asseyait de nouveau lui aussi, Tore eut à peine de le temps de se pencher vers le plat qu'il avait choisi quelques instants auparavant que le Barabel reprit la parole. La voix de ce dernier était légèrement tremblante, presque comme s'il avait peur de dire ce à quoi il pensait. Tore le fixa et tenta de montrer quelques signes d'encouragement. Selon lui et ce qu'il avait appris, toute chose à dire doit être dite. Ragath prit donc la parole, toujours incertain :


" Vous... Vous êtes devenu chevalier, ce qui suppose que vous ayez prouvé au conseil vos compétences. Je me demandais... Est-il possible qu'un individu qui ait présenté le potentiel strictement nécessaire pour devenir padawan démontre des capacités si restreintes qu'il ne puisse pas évoluer au-delà de ce statut ? "

Une nouvelle fois, Ragath ne laissa pas le temps à Tore de faire quoique ce soit. Patient, le Whiphid le laissa poursuivre, sachant déjà plus ou moins où son jeune compagnon voulait en venir.

" Enfin... Vous voyez, je suis l'un des premiers de ma race à montrer une réelle affinité avec la Force. Mais... L'écho qu'elle trouve en moi est si faible.... Je crains de ne pas être fait pour l'utiliser autant que la moyenne des jedis. Seulement, d'un autre côté, je ne me suis pas vraiment découvert de prédispositions pour l'art du sabre-laser. Au final, j'ai l'impression que je suis devenu un élève de l'académie en bénéficiant de capacités qui me différenciaient assez pour ne pas être ignoré mais qui me conféraient juste assez de talent pour accéder au niveau d'un novice. Comment avoir confiance en ma capacité à m'améliorer si dans aucune voie je ne me trouve de marge d'évolution possible ? "

Par bien des égards, Ragath rappelait à Tore son arrivée au Temple. Bien qu'il n'ait jamais eu de problèmes quant à son affinité avec la Force, Tore avait eu du mal au début à se faire à l'idée qu'il avait les capacités à devenir un Jedi à part entière. Son âge plus avancé que la moyenne et son absence de Maître l'avait encore plus poussé à se croire incapable de devenir réellement un Jedi. C'est Maître Ji qui l'avait aidé à sortir de cet état, et comme alors, Tore sentait qu'il fallait au jeune Barabel un Maître qui lui fasse reprendre confiance en lui malgré les difficultés.
Tore ne savait pas vraiment comment qualifié l'état de Ragath. Etait-ce une sorte de détresse ? C'était possible. Ragath avait apparemment du mal à se trouver lui-même dans la Force, ainsi que la place qui lui était destinée. Le Whiphid était convaincu que chaque être vivant avait un rôle à jouer dans l'univers qui les entourait, il fallait simplement trouver lequel. Rien d'impossible, juste une difficulté. Seul l'impossible n'est pas réalisable car les difficultés peuvent être surmontées, elles.


"Vois-tu Ragath, les mêmes doutes m'envahissaient l'esprit lorsque je suis arrivé au Temple. Suis-je capable ? Voilà la question... Je pense que tout être peut s'améliorer, y comprit toi. Ta nature, comme la mienne, est unique pour un Jedi, ce qui explique les difficultés que nous avons à nous trouver dans la Force. Tu possèdes un potentiel qui t'a permis de devenir Novice, et qui te permettra de devenir Chevalier, il suffit de trouver le rôle que la Force attend de toi."

Les doutes et les craintes du jeune Barabel étaient justifiés. Personne n'échappe à cela, pas même le plus sage des Jedi. Passer outre ces freins naturels permet d'avancer et de s'améliorer. C'était l'enseignement que son Maître avait voulu lui légué, ce qu'il avait appris. Cependant, Tore ne récitait pas cela comme un bon élève récite un cours auquel il ne croit guère. Non, Tore croyait dur comme fer aux préceptes que son Maître Qan Ji lui avait laissé.

"La Force est présente en toi, comme en chacun de nous. Il te faudra apprendre à répondre à cet écho qu'elle t'envoie. Tâche ardue mais pas impossible... Ensemble, nous pourrons y arriver."

Tore savait que la relation entre un Padawan et son Maître nécessitait une confiance entre les deux Jedi. Il ne savait presque rien du jeune Barabel, comme lui ne savait presque rien du Whiphid. Pourtant, Tore voyait en lui quelqu'un de familier. Il se voyait en Ragath, à peu de choses près. Beaucoup de points les rapprochaient, et ce que Tore voyait comme de la détresse en Ragath le poussait à vouloir le former lui et pas un autre.

"Si tu acceptes mon enseignement, bien entendu."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Dim 28 Fév 2010 - 21:05

En entendant la réponse de son interlocuteur, Ragath regretta honteusement ses paroles et ses pensées. Le saurien s'était imaginé être le seul à éprouver des doutes, en dépit de son enseignement jedi qui lui enseignait que seul un sith commettait l'erreur de se croire infaillible. L'aspirant s'attendait donc à se faire rappeler à l'ordre par son ainé, la tête piteusement rentrée dans le cou par anticipation. Or, il s'avéra que le whiphid, loin d'entamer un sermon, entreprit de le rassurer d'une voix où ne perçait nulle lassitude. Le discours de ce dernier réchauffa le cœur du barabel au fur et à mesure que les mots, prononcés avec conviction et sérénité, pénétraient en lui et chassaient ses craintes ainsi que sa honte.

" La Force est présente en toi, comme en chacun de nous. Il te faudra apprendre à répondre à cet écho qu'elle t'envoie. Tâche ardue mais pas impossible... Ensemble, nous pourrons y arriver. "

Ragath marqua un temps tandis que Tore lui faisait cette déclaration. La bouche entrouverte, il se demanda si le chevalier avait juste employé la formule par effet de style, ou bien si le grand jedi avait réellement l'intention de lui proposer de devenir padawan. L'atmosphère s'électrisa un rien le laps de temps que perdura l'incertitude, alors que le natif de Barab I redoublait d'attention en s'efforçant de corriger d'illusoires défauts de posture ou en cherchant vainement à maîtriser le rythme saccadé de son souffle.

" Si tu acceptes mon enseignement, bien entendu. "

La bouche grande ouverte à présent, le reptiloïde ne put retenir un sourire large de contentement. Un papillotement de points brillants glissa tel un rideau devant ses yeux jaunâtres pour lui signifier qu'une décharge d'endorphine venait d'être libérée dans tout son être, et il dû battre plusieurs fois des paupières pour retrouver le visage amène de son interlocuteur en face de lui. En dépit de l'absence de chaleur qui caractérisait normalement chez les siens tout sursaut d'activité, Ragath ressentit un flot d'énergie qui le poussa à réagir, à manifester sa joie de peur de décevoir Tore.

* Ou plutôt : maître Ae * Se reprit-il studieusement.

" C'est... J'accepte, soyez-en assuré, maître, et je vous remercie du fond du cœur. Il ne fait aucun doute pour moi que grâce à votre sagesse, je deviendrai un véritable jedi. " Se crut bon d'assurer le fiévreux padawan, toujours rayonnant.

* Comme vous me l'aviez promis, maître Thalmé, j'ai reçu un nouveau maître. Il a votre confiance en la Force, et votre patience. Je vous promet de ne pas reproduire mon erreur, maître : par mon parcours sur les sentiers diffus de la Force, je rendrai hommage à votre nom. * Promit Ragath en songeant une fois de plus à Asséa.

* Je lui ai été retirée parce que notre relation, nos sentiments l'un pour l'autre, étaient trop ambigus. Aujourd'hui encore, j'ignore qui d'elle ou de moi, a commis la faute. Mais je dois m'efforcer de ne plus m'attacher à présent, en sa mémoire. La compassion est encouragée, la passion est prohibée. L'attachement est sanctionné, le détachement est conseillé. * Psalmodia mentalement pour renforcer sa détermination le barabel.

Tout absorbé par son désir de faire mieux, Ragath relança la conversation avec énergie :


" Je m'efforcerai de vous apporter satisfaction, maître, en remerciement de votre patience et de votre écoute. Pour tout vous dire, j'ai extrêmement hâte d'apprendre par votre biais de nouveaux mouvements au sabre. Votre maîtrise doit être bien supérieure à la mienne, cependant je n'aspire qu'à concrétiser vos espoirs de progression me concernant et à me rapprocher au mieux de votre niveau.

Très conscient que, si il voulait concrètement progresser, l'aspirant couvert d'écailles devait se montrer honnête, Ragath avoua d'un ton un peu moins enjoué :

" Il est vrai que mon précédent mentor, maître Asséa Thalmé, s'efforçait toujours de me faire travailler également l'utilisation de l'arme jedi et celle de la Force, tout en sachant pertinemment que je préférais largement le premier au second. Elle désapprouvait mon manque d'intérêt concernant la pratique des pouvoirs jedis, en dépit de mes difficultés évidentes dans ce domaine...

Le barabel ne savait pas exactement ce qu'il espérait de cette confidence. Il percevait juste, de manière intrinsèque, que confier au plus tôt des détails concernant ses points faibles ne pouvait que faciliter son apprentissage. Le whiphid l'avait prouvé, il ne chercherait pas à s'appuyer sur un enseignement dogmatique fondé sur la répétition des préceptes jedis. Sa façon de faire reposait plus sur la compréhension et l'écoute, deux qualités utiles à n'importe quel professeur. Tore partageait (lui sembla-t-il) avec son nouvel élève des similitudes qui, visiblement, augmentaient son empathie. Ragath appréciait déjà cette absence de barrière entre eux, qu'il s'efforçait de considérer comme une voie ouverte vers l'étude et en aucun cas vers l'amitié profonde, menace ô combien insidieuse pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2488
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Dim 28 Fév 2010 - 23:22

[HJ: coucou les loulous! Me voilà ! Désolée je devais poster cet après midi mais j'ai eu un bug juste au moment d'envoyer... Le net vient juste d'être rétabli. Si quelque chose ne va pas, n'hésitez pas à me le dire. ]

Après avoir prit une bonne douche, le petit Jedi s'était précipité dehors pour rejoindre son nouveau copain de duel... Ragath, l'immense reptile qui, s'il n'effrayait pas les Jedi habitués à ne pas juger sur l'apparence, les impressionnait quand même. Mais pas Luke... D'accord, sa cécité était un avantage certain puisque cela lui permettait de ne pas voir les griffes et les crocs de l'autre élève, mais d'un autre côté, sentir une présence géante à vos côtés, le sol vibrer à chacun des pas de l'ombre noire que l'on devinait un peu pourrait être vraiment déstabilisant. Oui, pour quelqu'un d'autre que Luke. Le Hapan n'était pas l'être le plus courageux du monde, loin de là, mais la présence du reptile quoique faible dans la Force était lumineuse, pourquoi craindre ce que sa grande amie mystique ne définissait pas comme un danger?

Sans qu'il ne s'en rende bien compte, quelque chose d'autre, de plus confus le rapprochait de Ragath, le côté hors norme de la chose. Autant les deux Padawans ne se ressemblaient absolument pas, autant cette différence les reliait plus qu'aucun des deux n'aurait pu se l'imaginer. Le saurien était trop grand pour paraître réellement pacifique, armé de redoutables crocs et d'une apparence non pas hideuse, mais somme toute inquiétante. Luke quant à lui était comme tout Hapan, un être au visage délicat et parfait, ses yeux vairons étaient lumineux comme deux cristaux purs de sabre-laser tandis que Ragath avait un regard de prédateur; la silhouette frêle et fragile du petit Padawan le faisait penser à un enfant de 12 ans quand il en avait 14 alors que le reptile était aussi effrayant qu'un Rancor... Montagne immense de muscles, tout en force, s'imposant malgré soi, le saurien ne semblait pas être fait pour être Jedi; mais que dire de cet enfant aux traits si doux, à la silhouette si mince que sa ceinture lui tombait de travers sur les hanches, aveugle de surcroît? Lui non plus n'avait pas le profil type qu'on imaginait pour un Jedi... Un petit mannequin, une poupée pour magazine de mode adolescent, un jouet aux exquises finitions mais certainement pas quelqu'un capable de se battre ou de faire jaillir la Force à travers de son corps d'allure gracieuse mais si faible.


-Ragath

Fit l'adolescent, cherchant l'aura du saurien qu'il avait retenue parmi toutes ces présences qui se repaissaient tranquillement, chacun se voyant offrir un repas allant de paire avec son régime spécifique, selon l'espère à laquelle il appartenait. Luke lui mangeait de tout, il n'était pas humain mais sa race ressemblait énormément à sa voisine bien plus répandue, les Hapan n'étaient que des êtres génétiquement travaillés pour avoir des traits parfaits; des siècles de sacrifices d'enfants jugés comme n'étant pas à la hauteur et de femmes magnifiques obligées d'enfanter pour cette société maniaque... Une race dont la beauté était née d'une cruauté certainement plus vive encore que celle dont on pensait capable Ragath si on le jugeait à son apparence. Il laissa donc le droïd lui servir un ensemble de légumes, de féculents et de viande, un mélange équilibré en somme; retrouvant enfin son nouveau copain après un bon temps d'errance.

Visiblement, Luke avait du retard, il avait trainé sous la douche chaude aussi, et ses cheveux encore en partie mouillés prouvaient qu'il s'était aperçu de la torpeur qui l'avait épris et avait dû se dépêcher pour arriver avant que Ragath ne s'en aille... Mission accompli, le géant était là, accompagné d'un autre être aussi démesuré. L'enfant resta un moment dubitatif, évaluant rapidement l'autre personne qui portait une aura plus expérimentée et une présence tout aussi imposante. Même aveugle, le Padawan avait une certaine perception de grandeur et d'espace, se basant sur les souvenirs de couleurs et de tailles qu'il avait eu pendant les 7 premières années de sa vie avant de perdre la vue. Le Padawan n'hésita pas très longtemps cependant, pas le moins du monde impressionné bien qu'il se sente minuscule. Après tout, la Force n'indiquait aucun danger en ce qui concernait le Whipid-qu'il était bien entendu, incapable d'identifier comme tel.-alors pourquoi s'en faire?

Vraiment petit, l'enfant se glissa à côté du chevalier, lequel avait été trahi par son aura. Luke était très doué pour deviner le stade où chacun était rendu avec la Force, ayant une très grande affinité avec cette dernière et aveugle depuis maintenant 5 ans. Il était en revanche une vraie catastrophe sur pattes avec un sabre-laser dans les mains, étant parvenu à égalité avec Ragath uniquement en se rattrapant sur l'invocation de ses pouvoirs très développé. En tout cas cet être à ses côtés avait l'air très sage et expérimenté, Luke se demanda s'il maniait aussi bien le sabre que la Force, il sentait aussi une grande affinité entre Ragath et le nouveau, ces deux là se connaissaient depuis longtemps ou étaient simplement sur la même longueur d'ondes alors!

*Voilà qui ferait un très bon duo*

Songea le Hapan discrètement, attendant de voir si le nouveau le laisserait venir ou pas à leurs côtés. Il se rappela de la colère émanant de Ragath à l'évocation d'un ancien maître défunt, et du manque d'intérêt des autres pour sa personne aussi... Le reptile devait manquer de confiance en soi, mais le chevalier avait l'air de savoir apaiser son âme... D'ailleurs Luke se sentait bien aussi, entouré de cette douce aura émanant de l'être à fourrure-ayant frôlé le chevalier de façon s'étant voulu discrète, l'enfant avait su de quoi était faite sa "peau" habitué à découvrir ce que les autres voyaient en touchant. Essayant de le faire sans que l'autre s'en aperçoive, ce qui malheureusement risquait d'être difficile, sur ce plan là, Luke devait encore faire beaucoup d'efforts! Espérons que le chevalier ne serait pas en colère après la curiosité du Hapan qui avait voulu savoir si sa présence immense signifiait qu'il était de la même race que son copain à écailles. C'était plus fort que lui! Luke voulait toujours savoir un minimum de choses sur les gens pour leur imaginer un physique plus ou moins ressemblant avec la réalité.

-Bonjour Maître


Fit-il plus calmement après un long moment de silence, ayant attendu la fin de la conversation des deux êtres pour ne pas paraître impoli. Debout à côté du Whipid, frôlant toujours sa douce fourrure soyeuse, le petit aveugle ne savait plus comment se sortir de la mauvaise passe dans laquelle sa curiosité l'avait glissé. Il se disait que faire un bond en arrière maintenant indiquerait au chevalier qu'il avait bien essayé de rester poli en s'éloignant mais n'avait pas résisté à l'envie de "tester" son physique en le touchant. Ahlala... Luke avait encore beaucoup de progrès à faire! Minuscule comme une souris mais aussi délicat qu'un rancor dans un magasin de porcelaines.

-Je euh... Je ne voulais pas vous déranger, mais je... Croyais que Ragath était libre. Bon on se verra plus tard d'accord? Bon appétit.

Arf... minable, pitoyable, honteux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Mar 2 Mar 2010 - 22:55

Après avoir entendu la proposition, d'abord sous-entendue, puis plus clairement exprimée de Tore, le visage de Ragath semblait s'illuminer d'un seul coup. Tore perçut en lui un mélange profond de beaucoup de sentiments dont beaucoup de bonheur et de volonté, ce que le Barabel ne put vraiment dissimuler lorsqu'il remercia le Whiphid. Au delà de ces sentiments que l'on pourrait considérer comme "positifs", d'autres plus diffus et lointains semblaient affecter son nouveau Padawan. Bien entendu, Tore n'était qu'un modeste Chevalier nouvellement promu. Bien qu'expérimenté et relativement sage à en croire les paroles des autres Jedi, le Whiphid n'était cependant pas tout-puissant et omniscient. Il ne pouvait donc pas savoir, à moins de deviner, ce qui préoccupait son jeune élève. Comme il le pensait profondément, la relation Maître/Padawan devait être basée sur une confiance mutuelle. Et c'est de cette confiance même que Tore pourrait extraire les troubles de Ragath pour les guérir. Cela prendrait du temps, il en était bien conscient, mais cela en valait la peine. Depuis trop longtemps le jeune Barabel était solitaire, écarté des autres Jedi et donc sa perception de la Force en était encore plus perturbée. D'ailleurs, celui-ci confia à son nouveau Maître certaines choses qui étaient le signe d'une volonté forte de faire ses preuves, mais également de faiblesses liées à un passé dont Ragath ne pouvait totalement se séparer.

" Je m'efforcerai de vous apporter satisfaction, maître, en remerciement de votre patience et de votre écoute. Pour tout vous dire, j'ai extrêmement hâte d'apprendre par votre biais de nouveaux mouvements au sabre. Votre maîtrise doit être bien supérieure à la mienne, cependant je n'aspire qu'à concrétiser vos espoirs de progression me concernant et à me rapprocher au mieux de votre niveau.
" Il est vrai que mon précédent mentor, maître Asséa Thalmé, s'efforçait toujours de me faire travailler également l'utilisation de l'arme jedi et celle de la Force, tout en sachant pertinemment que je préférais largement le premier au second. Elle désapprouvait mon manque d'intérêt concernant la pratique des pouvoirs jedis, en dépit de mes difficultés évidentes dans ce domaine... "

Tore connaissait les préceptes Jedi par coeur. Il savait que l'attachement était prohibé, et Ragath semblait être toujours très attaché à son ancien mentor. Bien que convaincu du bien-fondé des règles de vie des Jedi, Tore et son Maître avant lui n'étaient pas du genre de ceux qui apprennent aux apprentis à respecter aveuglément ces concepts. Il fallait les comprendre et se les approprier au plus profond de soi. Cela passait par l'écoute des autres et de soi-même. L'amitié, pourtant symbole d'un attachement, était même encouragée par Qan Ji et Tore avait pris soin de garder ce bagage avec lui. La confiance était selon lui la clé de tout. Sans cela, on ne peut qu'échouer. Le Barabel avait besoin de s'affirmer, non seulement pour se prouver des choses à lui-même, mais aussi aux autres qui l'avaient toujours ignoré et rejeté.
Ce que Tore nota en premier dans les paroles prononcées par Ragath fut sa volonté de perfectionner son apprentissage du sabre et non des voies de la Force. Comme Maître Thalmé avant lui, Tore ne pouvait pas ignorer cette préférence et l'accepter comme cela, surtout en étant un Jedi Consulaire. Le jeune Padawan lui avait déjà confié sa faible affinité avec la Force, ce qui faisait qu'il préférait donc le maniement du sabre. Tore lui avait assuré qu'il lui faudrait trouver cet écho. Et même s'il préférait que cela se fasse avec un minimum d'usage du sabre, il fallait peut être se rendre à l'évidence que l'affinité de Ragath avec la Force se ferait par une maîtrise approfondie des arts de combat Jedi. Une possibilité que le Whiphid aurait préféré mettre à l'écart mais dont il devait tenir compte.


"La maîtrise de la Force est essentielle pour chaque Jedi puisque c'est elle qui fait de nous ce que nous sommes. Comme ton Maître avant moi, je tenterai donc d'allier les deux pratiques tout en essayent de t'y faire progresser équitablement. Et si l'art du sabre est véritablement ton domaine de prédilection, alors nous nous y pencherons de plus près. Bien que je ne sois pas un expert en la matière, je pense pouvoir d'apprendre quelques formes de combat utiles... La perception de la Force peut s'atteindre par divers moyens, et nous trouverons le tien, je te le promet."

Pendant le temps de la conversation, une nouvelle arrivée vint rejoindre la scène dont Tore et Ragath étaient les acteurs. Tore ne fit pas vraiment attention à la venue d'un garçon d'apparence humaine qui s'arrêta pourtant à ses côtés comme s'il semblait hésitant à se joindre à eux. Tout pendant que le Whiphid et le Barabel parlaient, le garçon s'approcha tranquillement du Chevalier et effleura sa fourrure, ce dont ce dernier ne se soucia guère car il se rendit compte d'un rapide coup d'oeil que ce dernier était aveugle. Tore ne s'en offusqua donc pas le moins du monde et continua sa conversation afin de la terminer avant de se tourner plus en détails vers le nouvel arrivant. Mais à peine la discussion finie, ce fut le garçon qui lâcha en premier un :

- Bonjour Maître.

Ce à quoi Tore ne put répondre que d'un :

"Bien le bonjour à toi mon jeune ami."

Cependant, il fut éberlué de la manière dont le jeune arrivant avait pu savoir son rang dans la hiérarchie Jedi. Un mystère de la Force en plus semblait-il. Mais après cela, le garçon sembla perdre quelque peu ses moyens et finit par lâcher, un peu piteusement :

- Je euh... Je ne voulais pas vous déranger, mais je... Croyais que Ragath était libre. Bon on se verra plus tard d'accord? Bon appétit.

Tore ne comprit pas pourquoi une telle réaction. Aurait-il pris peur au toucher de sa fourrure ? Ou de sa voix ? Malgré sa cécité, Tore n'avait pourtant pas pu s'empêcher de faire un sourire au jeune garçon, comme il le faisait souvent pour mettre en confiance les plus jeunes. Décidant de ne pas priver le nouveau venu de la compagnie de Ragath, Tore le retint par la main et lui dit :

"Voyons voyons, tu ne déranges absolument pas. Ragath n'est pas ma propriété et reste libre, et bien que nous soyons liés à présent, rien ne t'empêche de le voir. Tiens, assieds-toi et manges donc avec nous."

Tore tira alors une chaise et crut bon d'aider le garçon à s'asseoir. Comme il tâcherait de l'enseigner à Ragath, il ne faut jamais s'enfermer dans la solitude même si les autres nous rejettent. Il y a toujours quelqu'un pour nous soutenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Dim 7 Mar 2010 - 22:23

Ne remarquant pas tout de suite l'arrivé du jeune Hapan, Ragath continua de focaliser son attention sur les conseils prodigués par son récent nouveau mentor. Le saurien assis retrouvait avec un plaisir réconfortant la présence apaisante d'un tuteur à son côté, prêt à le rediriger lorsqu'il se fourvoierait désormais.

* Plus de risque d'erreurs dès lors que l'on sait qu'elles seront corrigées ; plus de craintes à prendre une initiative dès lors qu'on en porte la responsabilité à plusieurs. * La leçon déduite par le barabel se formula d'elle-même dans son esprit calmé.

Stimulé par l'atmosphère créé lors de la rencontre des deux colosses, le padawan digéra les mots prononcés par Tore, réagissant en particulier au dernier point soulevé par le jedi. Sa langue goûta distraitement l'air de la cantine, captant des effluves salées, sucrées ou épicées qui emplissaient le proche horizon. Un hochement de tête de sa part vint marquer en particulier son consentement à la théorie selon laquelle une affinité avec la Force pouvait se révéler de bien des manières.

La main droite passant sur le long cylindre froid accroché à sa ceinture, le reptiloïde fit ressurgir de ses pensées la synthèse d'heures de réflexion écoulées après des entrainements peu productifs. De son point de vue, la Force représentait une part variable de chaque activité des arts jedis : pouvoirs, aptitudes physiques, compétences, ... Une personne non-utilisatrice de la Force ne pourrait donc jamais reproduire les performances de ses adeptes, et les différences observées (qui pouvaient se révéler infimes ou colossales suivant les cas) traduisaient l'implication de la Force dans l'activité étudiée. C'était par ce biais qu'il s'expliquait ses difficultés, même dans son domaine de prédilection. Ce vide dans l'enchaînement pourtant correct de ses mouvements, qui ternissait chaque mouvement d'attaque ou de parade tel un ciel assombri par l'orage, ce vide n'était en fait rien d'autre qu'une manifestation du préjudice causé par l'absence de Force pour compléter ses gestes.


* J'en avais le doute : le voilà confirmé. En voulant tourner le dos à la Force comme un enfant capricieux qui se dérobe à ses leçons, je me suis bloqué dans mon apprentissage. Esquiver en ne travaillant que les arts martiaux ne fut qu'une pirouette disgracieuse tout compte fait : je me retrouve au point de départ, juste plus âgé mais pas plus malin et à peine plus fort. Maître Ae a raison : on ne peut prétendre être jedi et négliger la Force, car elle nous définit. *

L'élève reptilien en était parvenu à cette conclusion lorsqu'il nota enfin la venue de Luke. Surpris de le voir si près sans garder souvenir de l'avoir vu arriver, Ragath assista à la rencontre entre le garçon intimidé et l'aîné aux défenses d'ivoire, se réjouissant de constater qu'il n'était pas le seul à être impressionné par un chevalier. Tandis que les deux protagonistes échangeaient, une impérieuse pulsion saisit le combattant de l'Ordre. Pour éviter d'attirer sur lui l'attention, le saurien se contorsionna au ralenti et entreprit d'ôter son manteau qu'il installa sur le dossier de sa chaise subrepticement. L'ensemble beige constituant la seconde épaisseur de vêtements était en tout point similaire aux habits portés par Luke, à l'exception d'un trou ménagé chez Ragath pour permettre à sa queue (ou actuellement au tiers restant) de jouer son rôle de balancier. La motivation de cette action pourtant si banale était culturellement très forte, bien de le natif de Barab I n'en ait pas pleinement conscience. Sur son monde, la mauvaise foi constituait la déchéance suprême, et signifiait la mise au ban immédiate. Ainsi, jamais on ne voyait de combattant nier une défaite, aussi cuisante ait-elle été. Cette honnêteté passait par des coutumes très strictes, qui s'inscrivaient dans la mémoire ancestrale de la race au sang froid au point de faire quasiment partie du patrimoine génétique de l'espèce. L'une de ses règles exigeait de ne pas dissimuler son moignon en présence d'un vainqueur.

Mangeant avidement trois grosses bouchées, le padawan s'empressa de saisir la main de son ami atteint de cécité, saluant le blondinet tout en captant la douce tiédeur qui circulait dans sa paume menue.


" Luke ! S'exclama-t-il, ravi et tout sourire. Ne m'en veux pas si je saute sur mon repas : notre duel m'a laissé vidé. Je me suis retenu jusqu'à ton arrivée, mais attendre que tu ais entamé ta propre assiette m'a été... Impossible. Il soupira d'aise en percevant confusément les aliments atteindre son estomac reconnaissant. Ahhhh. Bon, une bonne chose de faite ! Maintenant, je devrais être en mesure de me comporter de manière plus polie et cesser de m'empiffrer.

Pour répondre à une question que tu pourrais de poser : oui, maître Ae a bien accepté de faire de moi son élève. Une surprise que je te fais donc, d'autant plus bonne qu'elle n'était totalement pas prévue ! Nous avons donc bien des choses à nous apprendre l'un sur l'autre, et tes interventions pourraient nous aider à ne rien oublier de fondamental. De plus... "espionner" les premiers échanges entre un nouveau duo est souvent une source intarissable de détails croustillants...
" Glissa le grand confident en exagérant sa prononciation du verbe pour signifier qu'il plaisantait après avoir tapoté l'épaule de son interlocuteur comme pour discrètement attirer son attention et s'être approché un peu plus de son oreille sans pour autant baisser le ton.

La mine amusée, Ragath recouvra son sérieux lorsqu'il reporta ses perceptions vers son premier interlocuteur, qui, lui, y voyait. Son maître. Un individu qui lui enseignerait comment exploiter au mieux ses capacités. Même la plus modeste, même la plus risible. En échange de ses avancées, la voie jedi ne demandait de lui qu'abnégation et délaissement, un prix sans valeur réelle au regard des souffrances imposées par le côté Obscur. Le statut de maître représentait l'aboutissement de ce long cheminement : le détachement aux autres, l'ouverture pleine à l'immensité de l'univers et la Sérénité vraie cristallisaient les fruits d'une telle réussite dans l'esprit de ragath. Il songea à haute voix, dissimulant mal son étonnement :


" Je vous prie de m'excuser maître, cependant... N'est-il pas nécessaire d'être très performant en chaque discipline pour acquérir le titre de chevalier jedi ? C'est tout à votre honneur que de faire ainsi preuve d'humilité, mais je ne pense pas que votre connaissance du sabre puisse passer pour autre chose qu'excellente à mes yeux. "

Son hébétude passa, et l'agile bipède écailleux se retint de poursuivre l'exposition de ses idées. Déjà il craignait d'avoir insinué que son maître ne méritait pas le titre de chevalier, inutile de s'enfoncer plus encore en débitant les idioties encombrants son crâne. Pressé de changer de sujet, et mal-à-l'aise sans trop savoir pourquoi, le barabel dépossédé de sa bure sombre se replia sur une valeur sûre et lança :

" Mais au fait, maître ! Je ne vous ai pas raconté comment Luke et moi nous sommes rencontrés ? L'histoire est assez révélatrice, d'un certain point de vue... Nous avions convenu de nous affronter au sabre et... Mais peut-être que tu préfères raconter tes impressions aussi, Luke ? "

Plutôt confuse, l'amorce de conversation avait pourtant bien commencé. C'était en cherchant absolument à générer un courant de discussion qui balaierait définitivement les restes de sa dernière intervention que Ragath, prit de court, avait sollicité (trop tôt vraisemblablement, il s'en rendait compte à présent) l'opinion du nouvel arrivant. Restait à souhaiter qu'autour de la table personne ne se focalise sur l'enchaînement bancal des événements...
Revenir en haut Aller en bas
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2488
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Mer 10 Mar 2010 - 19:39

Luke remercia le maître d'un hochement de tête lorsqu'il entendit la chaise être tirée, remarquant ainsi que c'était la sienne qu'avait prit la "chose immense". Cela voulait dire qu'il était accepté. En ce qui concernait le duo de géants, le jeune Jedi sentait quelque chose d'étrange mais d'agréable; comme s'ils étaient liés... Chose bizarre vu que Ragath s'était précédemment presque mis en colère lorsque le Padawan lui avait demandé ce qu'il en était du mentor du reptile. Celui-ci lui avait fait comprendre que son premier était mort et qu'apparemment, en trouver un autre n'était pas prêt d'arriver... Bah, le Hapan avait dû se tromper dans ses interprétations. Il n'empêche que la scène restait insolite, comment deux personnes pouvaient-elles se lier aussi vite? Peut-être étaient-ils proches depuis longtemps, après tout Ragath ne le connaissait presque pas, et même si cela avait été le cas, on n'était pas toujours forcé de raconter sa vie à autrui.

Quoiqu'il en soit, le Padawan était heureux de voir que son camarade se sentait mieux que juste après le combat, ayant sans doute craint inconsciemment d'être rejeté. Luke posa toutefois une main sur le dossier de la chaise après l'avoir fait dans le vide, se rattrapant après avoir pu localiser sa place; il la tint fermement et doucement à la fois, signifiant gentiment qu'il pouvait, mais surtout, devait se débrouiller seul. Posant son plateau devant lui tout en vérifiant si les couverts étaient assez éloignés du bord, histoire que tout ne finisse pas dans sa figure à la première occasion. Il s'assit ensuite, silencieux et attentif, observateur à sa manière et surtout, assez poli pour faire attention à ne pas couper le duo dans sa conversation.


"Voyons voyons, tu ne déranges absolument pas. Ragath n'est pas ma propriété et reste libre, et bien que nous soyons liés à présent, rien ne t'empêche de le voir. Tiens, assieds-toi et manges donc avec nous."

-Je vous remercie Maître... Puis-je connaître votre nom s'il vous plaît? Votre aura m'ait vaguement familière, mais j'ai du mal à retenir les noms.

Évidemment, Luke était peut-être un professionnel en ce qui concernait la reconnaissance d'auras, d'orientation, de dangers ou d'obstacles les yeux fermés-lui faisait cet exercice chaque jour alors que les autres de façon très irrégulière en cours de temps à autre- il peinait énormément à se souvenir des patronymes. Aveugle, le jeune Jedi était incapable de poser un visage sur un nom. Et puis de toutes façons il était impossible de connaître tout le monde qui vaquait dans le Temple! Au début le Padawan avait pensé ne jamais avoir rencontré le Whipid, mais maintenant l'enfant se rappelait avoir croisé son aura quelques fois dans les couloirs; ça et son pas lourd de géant si impressionnant. Ou alors se trompait-il une fois de plus, quoique ce serait étonnant vu ses capacités assez extraordinaires dans le force et le fait que le maître Jedi sortait aussi des normes quand même.


" Luke ! Ne m'en veux pas si je saute sur mon repas : notre duel m'a laissé vidé. Je me suis retenu jusqu'à ton arrivée, mais attendre que tu ais entamé ta propre assiette m'a été... Impossible. Ahhhh. Bon, une bonne chose de faite ! Maintenant, je devrais être en mesure de me comporter de manière plus polie et cesser de m'empiffrer. "

-Ne t'en fais pas, c'est moi qui m'excuse d'avoir traîné

Répondit le jeune Jedi en souriant, une fossette se dessinant sur ses joues encore un peu trop creuses, à vrai dire, physiquement l'adolescent n'avait jamais vraiment récupéré de ses souffrances passées. Sans compter son appétit d'oiseau, même après un combat aussi ardu. Écoutant tranquillement les deux compères, le jeune Jedi haussa un sourcil, surprit en entendant la tirade de Ragath expliquant qu'il s'était dégoté un maître... C'était bien ce qu'avait à peu près senti Luke, enfin bon, il ne savait toujours pas si ces deux là se connaissaient d'avance, ou si c'était en préparation depuis un certain temps... Ou alors le coup de foudre façon Jedi, allez savoir! Perspicace mais pas doué à ce point quand même. Du coup ses yeux bicolores fixaient ses voisins d'un air très étonnés, aveugles mais vivants, donc capables de s'exprimer sans que l'enfant ne parle.

" Pour répondre à une question que tu pourrais de poser : oui, maître Ae a bien accepté de faire de moi son élève. Une surprise que je te fais donc, d'autant plus bonne qu'elle n'était totalement pas prévue ! Nous avons donc bien des choses à nous apprendre l'un sur l'autre, et tes interventions pourraient nous aider à ne rien oublier de fondamental. De plus... "espionner" les premiers échanges entre un nouveau duo est souvent une source intarissable de détails croustillants..."

Il fut une fois de plus, étonné car cette fois, il en était sûr, Ragath l'avait rien, rien n'était prévu, et ils ne se connaissaient pas d'avant... Par exemple le Wiphid aurait pu être un ami de feu le maître du reptile, mais non même pas! Enfin bon, après tout ça avait été un peu pareil entre le saurien et lui qui s'étaient de suites entendu.

-Je te laisse deux minutes et tu te trouves quelqu'un! Je devrais laisser les gens plus souvent me semble-t-il

Fit le Padawan en souriant toujours dans le vide, ses yeux étaient incapables de se poser dans ceux de Ragath, il essayait bien de faire mine; mais visait trop bas, l'aura du Saurien n'était pas assez forte, et trop chamboulée pour qu'il puisse vraiment deviner sa silhouette, et tenter de le regarder, pareil pour le Whipid qui était très calme, expérimenté certes mais d'une espèce trop exotique pour que Luke soit capable de s'inventer un visage, il faudrait toucher pour ça... Mais se faire trifouiller la fourrure n'était sûrement pas dans les fantasmes du Maître, alors bon, on allait tenir ces mains curieuses à l'écart et se concentrer sur le maintien de la fourchette et l'arrivée à bon port des aliments, n'est-ce pas.

" Je vous prie de m'excuser maître, cependant... N'est-il pas nécessaire d'être très performant en chaque discipline pour acquérir le titre de chevalier jedi ? C'est tout à votre honneur que de faire ainsi preuve d'humilité, mais je ne pense pas que votre connaissance du sabre puisse passer pour autre chose qu'excellente à mes yeux. "

-Dans ce cas-ne put s'empêcher de répondre Luke avec malice, souhaitant tirer son ami de l'angoisse qui semblait encore le prendre à la gorge.- j'espère que le sens de l'observation n'est pas considéré comme performance, sinon, je pourrai dire adieu à mes vœux pour l'avenir! -effectivement, étant aveugle, ça n'allait pas être facile d'avoir le don d'acuité visuel permettant de visualiser une scène et tout analyser en un quart de seconde.-Sans compter celle encore plus médiocre que j'obtiens au sabre-laser.

Ragath avait l'air de toujours s'en faire, il faudrait qu'il apprenne à se faire confiance un jour. Pas que Luke se croyait suffisamment sûr pour réussir sans se tromper mais bon; jusque maintenant son maître ne lui disait pas qu'il était en dessous du niveau et Ragath était loin de l'être puisqu'ils étaient tous deux à égalité en duel; l'un avait utilisé le sabre et l'autre la Force... les deux extrêmes, les deux opposés qui avaient su profiter de leur point fort pour combler les lacunes. Et que faisais-t-on des chevaliers Jedis consulaires utilisant uniquement la Force, ne sortant que très rarement le sabre?

-Si je puis me permettre-reprit Luke avec calme et sérieux cette fois, parlant d'une voix tout d'abord intimidée car craignant d'intervenir dans une conversation ne le regardant pas, mais ne sachant faire autrement car incapable de laisser son pauvre ami sombrer dans cette angoisse.- Il existe trois sortes de Jedi, les consulaires, maîtres dans l'art de la Force et les Gardiens bretteurs d'exception... Puis les sentinelles soit ceux qui maîtrisent un peu des deux disciplines principales des Jedi. Ainsi même s'il faut travailler ses faiblesses, je ne pense pas que l'on soit forcé d'être "performant" partout pour réussir, nous ne sommes pas des robots, n'est-ce pas?

Les yeux vairons du Padawan se fermèrent un instant, envoyant une onde de Force réconfortante à Ragath; comme le jeune Jedi ne le connaissait pas bien, il ne pouvait pas savoir ce que signifiait cette vague d'angoisse qui l'envahissait, mais pour lui l'aveugle ayant un lien très puissant avec la Force, c'était clairement présent en lui... Or le garçon ne souhaitait pas laisser son compagnon dans l'embarres! En espérant qu'il ne se trompe pas dans ses interprétations une fois de plus.

Le nouveau mentor de l'écailleux avait l'air calme et posé d'après son aura et sa voix douce, c'était bien ainsi, ils se complétaient; enfin pour le peu que le Hapan savait du reptile, et encore moins sur le Whipid qui lui était totalement inconnu. Mangeant quelque chose qu'il finit par deviner comme étant de la purée lorsque cette dernière fondit dans sa bouche, le jeune Jedi laissa ses deux voisins faire plus ample connaissance, s'éclipsant discrètement jusqu'à ce qu'on le sollicite de nouveau.

" Mais au fait, maître ! Je ne vous ai pas raconté comment Luke et moi nous sommes rencontrés ? L'histoire est assez révélatrice, d'un certain point de vue... Nous avions convenu de nous affronter au sabre et... Mais peut-être que tu préfères raconter tes impressions aussi, Luke ? "

-Je suis sûr que tu les définirais très bien Ragath. Mais soit, je commence, à condition d'avoir le droit à un compte rendu des tiennes par la suite. Et bien Maître, nous avons fait un duel, près du ruisseau dans le parc, celui qui coule avec plus de force et qui est donc plus grand je suppose. Il me semble aussi plus proche du Temple car je marche moins longtemps pour m'y rendre, oui celui-ci me semble-t-il.

Il avait vu avant, dans son enfance, mais pas avant d'arriver ici; étant aveugle depuis ses 7 ans et étant arrivé ici deux ans plus tard, c'était donc dur de décrire les choses, pourtant, Luke y tenait. C'était important pour les histoires, il fallait les rendre intéressantes et être aveugle n'était pas une excuse pour ne pas faire d'efforts, laissant ainsi le récit confus.-

-Ragath est venu à moi le premier, et nous avons discuté, il semblait inquiet sur sa maîtrise au sabre, je lui ai signifié ma faiblesse dans ce domaine mais qu'importe... Autant pour apprendre que nous amuser nous avons fait un duel. Ragath est puissant et rapide, inventif aussi, mais c'est vrai qu'il délaisse vite la Force, tout comme j'abandonne rapidement le Sabre-laser. Au final, nous avons terminé ex-oeco.

Il y avait peu d'impression de donné, mais c'est normal, car Luke mettait Ragath sous le feu des projecteurs, c'est lui qui avait besoin de parler avec son maître, de se rassurer, il n'était qu'un intermédiaire pour tenter d'aider un peu son nouveau copain. Luke ne souhaitait pas s'imposer, c'était une personne discrète peinant parfois à exprimer ses sentiments ou sensations justement. Le jeune Jedi avait bien aimé ce duel, il y avait peu de choses à dire à froid selon lui, il faudrait bien réfléchir à tout ça, analyser, travailler main dans la main pour rectifier les erreurs... Mais pour l'instant c'était à l'écailleux de s'exprimer. Avec un sourire et une onde légère de Force, le Hapan l'invita à parler sans craintes.

_________________


Dernière édition par Luke Kayan le Sam 13 Mar 2010 - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   Sam 13 Mar 2010 - 18:23

-Je vous remercie Maître... Puis-je connaître votre nom s'il vous plaît? Votre aura m'ait vaguement familière, mais j'ai du mal à retenir les noms.

"Bien sûr, je suis Tore Ae, de la planète Toola. Je m’étonne que tu puisses avoir en mémoire mon aura, nous sommes tellement nombreux à parcourir le Temple. Tu dois sûrement avoir une très forte affinité avec la Force dans ce cas."

Il était vrai que Tore ne s'était pas encore présenté au jeune Padawan. Comme il l'avait dit, il était très surpris que le garçon se souvienne de son aura. Elle n'était pas exceptionnelle et passait comme anonyme parmi tous les Jedi qui vaguaient à leurs occupations respectives dans le Temple. Le Whiphid n'était qu'un Jedi qu'il pourrait considérer comme "banal", dans le sens où il ne possédait aucun don le rendant plus important qu'un autre.
Laissant les deux jeunes discuter entre eux, Tore se concentra sur sa propre assiette pendant quelques instants. Tout ceci ne semblait guère appétissant en fin de compte. Enfin ! La faim lui tenaillait le ventre et il n'allait pas faire le difficile. Il prit quelques morceaux du contenu et les avala rapidement. Mais cet intermède ne dura vraiment que peu de temps puisque le Chevalier entendit son nom être mentionné par Ragath. Il avala donc précipitamment sa bouchée et déglutit difficilement.


" Pour répondre à une question que tu pourrais de poser : oui, maître Ae a bien accepté de faire de moi son élève. Une surprise que je te fais donc, d'autant plus bonne qu'elle n'était totalement pas prévue ! Nous avons donc bien des choses à nous apprendre l'un sur l'autre, et tes interventions pourraient nous aider à ne rien oublier de fondamental. De plus... "espionner" les premiers échanges entre un nouveau duo est souvent une source intarissable de détails croustillants... "

-Je te laisse deux minutes et tu te trouves quelqu'un! Je devrais laisser les gens plus souvent me semble-t-il.

En effet, cela devait être rare. Bien souvent, le Maître et le Padawan se connaissaient déjà de par le passé, même si ce n'était qu'un tout petit peu. Mais dans la situation présente, Tore et Ragath ne savaient rien l'un de l'autre et devaient donc tout apprendre. Un temps viendrait pour cela, il le faudrait. Tore espérait simplement que ce temps serait suffisamment long pour qu'il puisse enseigner tout ce qu'il savait au jeune Barabel. Tant pour le faire devenir un Chevalier que pour lui apprendre à prendre confiance en lui. C'était ce qu'il lui manquait cruellement. Bien plus que le peu d'écho qu'il rencontrait dans la Force, c'était cette confiance qu'il devrait apprendre à trouver avant tout. Sans cela, tout son enseignement ne servirait à rien... Et Ragath lui apporta encore un exemple de ce manque de confiance, traduit par quelques maladresse. Tore ne lui en voulait pas pour le moins du monde, à chacun ses difficultés après tout. De toute manière, il fallait assumer ses actions, ses paroles. Tout. Rien n'était inutile, même ce qui semblait l'être.

" Je vous prie de m'excuser maître, cependant... N'est-il pas nécessaire d'être très performant en chaque discipline pour acquérir le titre de chevalier jedi ? C'est tout à votre honneur que de faire ainsi preuve d'humilité, mais je ne pense pas que votre connaissance du sabre puisse passer pour autre chose qu'excellente à mes yeux. "

-Dans ce cas, j'espère que le sens de l'observation n'est pas considéré comme performance, sinon, je pourrai dire adieu à mes vœux pour l'avenir! Sans compter celle encore plus médiocre que j'obtiens au sabre-laser.

Luke, puisque Tore connaissait à présent son prénom, n'avait pas laissé le temps à Tore de répondre. Le jeune Barabel était mal à l'aise après ces paroles, qui sous-entendaient presque que Tore ne devrait peut être pas être Chevalier puisqu'il n'était pas un très bon bretteur. Une maladresse sans gravité car Tore savait parfaitement que Ragath n'aurait pas dit une telle chose délibérément s'il le pensait réellement. Il était trop... timide pour cela. Luke avait d'ailleurs tenté de soulager le Barabel de sa gène, du moins le Whiphid l'entendit ainsi.

"Le titre de Chevalier ne se mérite pas seulement par la maîtrise des arts Jedi. Il faut bien sûr les manier tous, ou au moins en connaître les bases, mais on peut devenir Chevalier sans être un expert partout. J'en suis la preuve, comme tant d'autres Jedi. C'est au Maître de juger si l'élève est prêt à devenir Chevalier ou non... Ainsi, je peux te juger prêt même si tu n'es pas parfait dans l'usage de la Force. Le reste, tu l'apprendras de toi même, par la recherche, l'apprentissage personnel et la méditation. La voie du Jedi n'est qu'un long apprentissage, Ragath."

Tore avait dit cela d'un ton léger mais suffisamment grave pour que Ragath sente qu'il fallait qu'il se fasse confiance malgré ses lacunes. Personne n'était parfait en ce monde, pas même les Jedi. Luke intervint une nouvelle fois, lui aussi de façon sérieuse.

-Si je puis me permettre. Il existe trois sortes de Jedi, les consulaires, maîtres dans l'art de la Force et les Gardiens bretteurs d'exception... Puis les Sentinelles soit ceux qui maîtrisent un peu des deux disciplines principales des Jedi. Ainsi même s'il faut travailler ses faiblesses, je ne pense pas que l'on soit forcé d'être "performant" partout pour réussir, nous ne sommes pas des robots, n'est-ce pas?

"Absolument, Luke. Je ne pourrais dire mieux."

Ragath passa bien vite à autre chose, sans doute pour ne pas s'attarder sur sa maladresse précédente. Tore écouta avec attention tout ce que les Padawans lui disaient, à propos des sensations ressenties notamment, mais aussi leur jugement sur leur duel. Luke exposa ses propres faiblesses selon ce qu'il en pensait, mais également celles de Ragath, toujours selon son propre jugement. Tore ne faisait qu'hocher la tête, souriant souvent pour encourager les jeunes à continuer leur récit et à exprimer leurs sentiments. Si c'était Ragath qui l'intéressait le plus ici puisqu'il était à présent son élève, Tore ne mettait pas de côté les paroles de Luke. Le jeune semblait déjà relativement sage pour son âge... Tore se dit alors qu'il faudrait qu'il rencontre son maître un jour. Il en retirerait sûrement de très bonnes choses.
Alors que Luke termina de parler, Tore prit la parole rapidement afin d'encourager son élève.


"Luke vient de nous confier ses impressions quant à votre duel. Qu'en penses-tu toi, Ragath ? Je sais que je te prend à "chaud" dirons-nous, mais il te faudra comparer ton jugement présent à un jugement futur, plus posé et réfléchi. C'est une des bases de l'enseignement Jedi, examiner et juger ses actes par soi-même. On peut apprendre beaucoup par ce moyen."

Tore joignit ses mains devant lui, presque comme s'il adressait une prière. Il fixait Ragath dans les yeux, attendant ses impressions. Un sourire, un clin d'oeil. Il n'en fallait pas plus pour le rassurer, même si son visage semblait grave quoique toujours calme et posé, comme à son habitude. Il fallait que Ragath prenne confiance en lui, avec le regard de son Maître fixé sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le hasard n'existe pas   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le hasard n'existe pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Ordre Jedi - Planète Ondéron :: Temple Jedi :: Cantine-