Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

Yalil Anoontal
Souvenir d'une mission éloignée.
Korriban, année 21.573


~~~

-Capitaine, nous arrivons sur Korriban.

Le Twi'Lek renifle sèchemment et fait claquer ses bottes au sol. Korriban n'est pas une planète agréable pour lui ; bien trop sèche, des siths partout qui se considèrent meilleur que les autres, et qui n'hésitent pas à écraser leur subordonnés ou à les tuer pour leur bon plaisir. Des gens tout bonnement exécrable. Mais ce sont des personnes puissantes, et la puissance est typiquement ce qu'il recherche. La puissance et l'influence, le pouvoir de diriger au dessus des autres.

Yalil vérifie que son uniforme est parfaitement mis, pour la troisième fois en quelques dizaines de minutes, puis tape dans les mains, captant l'attention de tout les soldats qui se trouve dans le Pacifique, son propre vaisseau. Une vingtaine de soldat lui ont été attribué pour cette mission, mélange d'escorte et de capture. Un, ou plusieurs, pilleurs de tombes ont été localisé sur la planète, et il faut s'en débarrasser. Mais évidemment, on ne peux pas simplement confier une mission si importante à l'armée, et donc un Haut Inquisiteur est adjoint aux troupes. Si c'est Yalil qui dirige les opérations, ce sera bien évidemment lui qui aura le fin mot à chaque ordre, chaque actions prise. Après tout, l'ordre et le respect de la hiérarchie est primordial dans l'Empire.

Le vaisseau se pose en soulevant de la poussière tout autour de lui, et la passerelle se déploie en un bruit métallique. Et tel un défilé militaire, les vingt hommes du Capitaine marche en rang, leur pas claquant sur la plateforme de métal, la musique des pas rythmant la propre descente du Capitaine, marchant au centre des deux colonnes d'hommes. La peau bleu claire du Twi'Lek contraste avec le teinte morne de la planète, et le regard sévère de Yalil vogue d'un visage à un autre, cherchant la personne d'autorité qui est censé le réceptionner. Accueillir serait un mot trop fort, après tout il n'est qu'un simple capitaine... Pour le moment évidemment.

Enfin descendu de la plateforme, alors que ses hommes se mettent au garde à vous sur son passage, Yalil continue sa marche jusqu'à arriver face à un autre militaire, probablement destiné à la garde du petit aéroport, jouxtant les premières tombes de Sith. D'un simple coup d'oeil, le capitaine à le temps de voir le grade de son interlocuteur : un capitaine lui aussi. Parfait, cela facilite grandement les discussions. L'humain en face de lui à le visage tiré, il semble un peu fatigué, le tout avec une expression peu amicale, probablement de l'orgueil blessé, de voir un officier du même grade que lui, tout en étant plus jeune et d'une race dite inférieur. La voix du capitaine humain annonce d'un ton plat, sans une once d'émotion :

-Mes salutations Capitaine Anoontal. Son excellence le Haut Inquisiteur vous attend dans ses quartiers temporaires. Ne le faites pas attendre.

Yalil ne répond pas un mot à ces phrases. Si le capitaine humain n'a pas envie d'être agréable, il ne le sera pas non plus, après tout il n'a pas à montrer un quelconque respect pour quelqu'un de son grade, encore moins quand son interlocuteur ne lui présente aucune sympathie. C'est donc avec un simple signe de la tête que le capitaine va remercier l'humain en face de lui, puis d'un pas rapide, presque pressé, va se rendre dans les quartiers temporaires indiqués.

Il doit rencontrer le Haut Inquisiteur hein ? Il espère qu'il sera plus sympathique que le capitaine humain, mais Yalil en doute sérieusement, les sith après tout ne sont pas réputé pour leur amicalité. C'est bien dommage d'ailleurs. Après une petite minute de marche, le capitaine pénètre dans les quartiers, non sans avoir montré patte blanche aux gardes. Pensant mentalement encore une fois à son costume, d'un blanc immaculé, son blaster à la ceinture, ses Lakkis bien déposé sur ses épaules, Yalil s'annonce d'une voix calme, posée, presque suave, alors qu'il met le genoux à terre, à peine rentré dans la pièce :

-Capitaine Yalil Anoontal, de la Cinquième Flotte Impériale. J'ai été désigné pour vous escorter lors de la chasse des pilleurs de tombes Haut Inquisiteur. C'est un plaisir que de pouvoir vous accompagner dans cette tâche, votre Excellence.
Darth Khorog

Le Soleil tardait à se coucher, comme s’il persistait à s’accrocher vainement à l’horizon. Une lueur sanglante recouvrait l’immensité de Korriban. Dans les pleines poussiéreuses et froides de cette planète, Darth Khorog avait monté un campement provisoire attenant à une ancien spatioport désaffecté. Le genre qu’utilisait jadis les contrebandiers qui se posaient sur Korriban, avant la venue de l’Empire. Le seigneur Sith était ici bien loin de Dreshdae et du Grand Temple Sith. Il se devait de mener une mission à bien.

Dans ses quartiers provisoires, le draethos était penché sur des cartes. Avec lui, un soldat de l’Inquisition passait en revue les éléments de la nuit qui s’annonçait. Darth Khorog parlait de sa voix désagréable :

- Il va nous falloir nous occuper de ces espèces de singes braillard. Ce secteur semble être leur nouveau territoire de chasse privilégié. Il est déjà assez pénible de voir la sorcière Suprême pour que nous soyons en plus obligé de supporter ce genre de vermine. Sergent, vous avez du nouveau ?

Le Sith jouait avec une vieille lame qu’il avait retrouvé au coin d’un couloir de l’ancien spatioport abandonné. Devant lui, le sergent inquisitorial au visage juvénile répondit avec un voix pressée.

- Oui seigneur. Il s’agit d’un groupe assez récent. Ils ont un commanditaire et sont armés par un groupe qui nous est inconnu. Mais il est fort probable qu’ils sont dotés d’un moyen de fuite.

C’était toujours la même histoire. Ces enfoirés trouvaient toujours des soutiens pour s’attaquer aux Sith. C’était à croire qu’ils n’inspiraient pas assez de craintes et de respect. Ce n’était pas grave, d’autre massacres allaient être nécessaires mais ce n’était là que la routine après tout. Le Sith reprit :

- Alors il nous fau…

Il fut interrompu par un soldat qui annonça :

- Mon seigneur, votre escorte.

Ah, enfin ! Le Sith l’attendait plus tôt que cela. Mais visiblement quelque chose l’avait retardé. Le Haut Inquisiteur n’en prit pas ombrage, il était trop préoccupé par les pilleurs de tombes.

- Ah, parfait. Faites-les entrer.

Darth Khorog patienta pour que son visiteur s’installe.

- Capitaine, entrez, nous faisions justement le point sur la situation.

Le draethos reprit en se tournant vers le sergent, trop pressé de reprendre la discussion.

- Sergent, combien sont-ils ? Et surtout, où sont-ils, sans cela nous n’irons pas loin.

Le sergent, partagé entre le Sith et le nouveau venu, répondit maladroitement.

- Nos relevés nous rapportent qu’ils bougent sans cesse. Ils sont en … en train de fouiller la tombe d’un Sith assez ancien. Nous ignorons sur quoi ils pourraient tomber, si ce n’est des pièges et des malédictions Sith incurables.

Un vieux tombeau, encore pire. Quel sacrilège d’entrer dans ce genre d’endroit. Le seigneur Sith l’avait déjà fait lui-même, mais les optiques n’étaient pas les même. Ici les pilleurs de tombes bafouaient les rites sacrés des anciens Sith pour des préoccupations aussi puériles que de l’argent.

- Alors il nous faudra faire preuve de deux fois plus de patience.

Le sergent reprit immédiatement après.

- Quant à leur nombre, on estime à une vingtaine. Ils sont dirigés par un dathomirien. Le reste du groupe ce sont surtout des mercenaires trandoshans typique. Ils ont aussi un droïde militaire, un vieux modèle de la République.

Darth Khorog se retourna alors vers le Capitaine Yalil, l’interrogeant du regard. Il voulait connaître son opinion sur le sujet. Normalement, il avait déjà été briefé, tout du moins il l’espérait.
Yalil Anoontal
A peine agenouillé, Yalil se relève bien vite sur la demande du seigneur Sith. Il n'avait jamais rencontré Darth Khorog auparavant, mais on lui avait fait une description préalable et... En effet, elle était valide. Là ou certains seigneur sith sont puissant dans la finesse, dans possède une classe certaines, orgueilleuse et stylisé, ici c'est littéralement un monstre qui domine la pièce. Du moins un monstre physique. Certes le seigneur sith est grand, d'une apparence qui pourrait être terrifiante, violente même, mais dans ses gestes il semble mesuré, calme, mettant presque en confiance ses interlocuteurs, si ceux ci n'était pas terrifié par sa présence des plus dangereuse.

Ce n'est qu'en partie le cas de Yalil. Il n'est pas spécialement apeuré par le sith, mais pas non plus en confiance. Après tout il se sait en partie dispensable, donc craint un coup de colère, mais il n'a reçu que des compliments (ou presque) dans sa carrière, et il voit mal pourquoi on le punierai d'une quelconque façon sans raison. Dressé comme un I, Yalil s'approche de la table des opération, et écoute le sergent discuter des adversaires. Il avait été déjà briefé, mais ça ne fait pas de mal d'apprendre de nouveau détails.

Les Lakkis grande ouverte, il écoute les dernières informations, puis remarque que le seigneur le regarde. Cela semble être à son tour de parler, et c'est d'une voix claire et sans crainte que le Twi'Lek annonce :

-Votre Excellence si je puis me permettre de parler franchement, ce ne sont pas les pilleurs de tombes qui m'embêtent spécialement. Les troupes impériales qui sont les miennes, combiné à votre force ne feront qu'une bouchée de ces maudits pirates. Non ce qui sera dangereux, ce sont les pièges et les sorts qui prennent place dans la tombe. Surtout si les chasseurs ont réussi à les éviter, ils pourront les utiliser contre nous.

Là ou Yalil était droit depuis tout à l'heure, les mains dans le dos, il ouvre la paume de sa main devant lui, et continue à expliquer d'une voix claire, assurée alors qu'il sourit presque de l'énonce de son plan :

-Le plus simple sera d'avancer lentement mais sûrement, en étant sur de désaffecter chaque pièce sans rien oublier. Le tombeau est très certainement à sens unique et ils ne pourront de toute manière pas fuir. Toutefois il faudra être prudent, l'ennemi acculé serait facile à vaincre, mais je crains que les pirates fusse tenter de faire exploser le tombeau pour mourir en nous emportant nous, ainsi que les innombrables artefacts. Je préconise donc une avancée certes lente et méthodique, mais discrète en ne laissant aucun survivant. Mais évidemment, le dernier mot reviendra à vous, votre Excellence.

Et le Capitaine termine sa phrase en regardant le seigneur sith, et faisant un petit signe de la tête, signifiant qu'il a terminé et qu'il attend la réaction de son maître temporaire, et surtout la personne qu'il va être chargé de protéger durant la mission. En espérant que celui ci ne fasse pas de caprice.
Darth Khorog


Le seigneur Sith enjamba le cadavre du dathomirien. Le chef de cette petite bande de contrebandier était plus minable que ce qu’il aurait pensé de prime abord. Ses décisions stratégiques étaient bancales, sa tactique minable. Il avait été décapité par Khorog au bout de seulement 30 minutes d’assaut. Le draethos avait pensé qu’ils auraient fait preuve de plus d’intelligence mais … il ne faut pas en attendre trop de la part de ces gens-là.

Heureusement, Khorog avait eut l’assistance de soldats compétents. Il bascula sur le canal sécurisé.

- La voie est libre, la base ennemie est nettoyée. Vous pouvez entrer.

Yalil était resté en arrière pour coordonner l’attaque à distance. Il était un bon tacticien. C’était une bonne chose. Darth Khorog avait quelques idées de la manière dont il pourrait utiliser ses talents. Certains moins conventionnelles que d’autres.

Il regarda, en attendant la venue de son tacticien, les environs. La base ennemie, un ancien tombeau, était proprement délabré. Les caisses de contrebande s’accumulaient partout. Il y avait un peu de tout à l’intérieur. Khorog en ouvrit une et il y vit de l’épice, des armes, des objets d’art Sith. Rien qui ne soit légal. Cela le mis en colère, bien qu’il se contrôlât. Il aurait bien souhaité pouvoir trucider une nouvelle fois ces culs terreux. Les pièges odieux installé dans le tombeau par ses constructeurs avaient eut raison de beaucoup de criminels.

Enfin, le groupe qu’il attendait arriva sur place. Darth Khorog et les soldats Inquisitoriaux sur place avec lui, controlèrent leurs identités et les fit entrer. Yalil à leur tête, ils prirent positions dans le tombeau. Khorog s’avança vers lui.

- Capitaine, j’ai beaucoup apprécié de pouvoir travailler avec vous. Comment avez-vous trouvé cette opération ? Votre avis m’intéresse.

Cela s’était passé tellement vite, c’était à se demander si ça avait réellement eut lieu.

- Ce tombeau est hélas très délabré, à cause de ces bandits. Ils ont saccagé beaucoup de salle funéraire. Les pièges ont été utiles mais beaucoup sont passés au travers. On les a presque tous tués, mais il serait peut-être bon de fouiller une dernière fois histoire d’être sur qu’aucun n’en réchappe.

Khorog prit Yalil par l’épaule et l’emmena avec lui vers l’extérieur, sans lâcher son épaule.

- Vous savez, au sein de l’Inquisition on aurait bien besoin d’un tacticien tel que vous. Si cette carrière difficile mais très gratifiante vous tente, n’hésitez pas à m’en parler.

Le Seigneur Sith fit un clin d’œil complice au twi’lek.

- Je comprendrais si une carrière ecclésiastique ne vous intéressait pas. Si tel est le cas, je serais tout à fait disposé à vous récompenser autrement. Et si vous êtes motivés …

L’alien glisse sa main de l’épaule jusqu’au creux des reins.

- Je serais tout disposé à vous faire venir chez moi afin de nous entretenir en privé de votre avenir dans mes appartements pour que l’on discute de votre avenir.

Puis il retira sa main.

- Mais si vous n’êtes pas intéressé je peux aussi vous laisser partir. Vous êtes sans doute très occupé et je ne vous retarderai pas plus longtemps.

Les combats avaient bien échauffé le Sith et il avait envie d’évacuer toute cette puissance de la meilleure manière qui soit …
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
skin made by