Les Enfants de la Force
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Crédits G. (Γ) : 9

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeDim 17 Jan 2021 - 19:41

L'odeur qui parvint aux narines du serpent n'était pas autant chargée en poussière qu'il avait pu l'appréhender, au contraire, c'était une odeur plutôt saine qui était véhiculée dans ce conduit, preuve que le système d'aération des locaux était performant. Si Niganoht se fiait à son sens de l'orientation et à ce qu'il avait mémorisé du plan intérieur du bâtiment, l'une des bouches de ce conduit devait donner sur les appartements de Darth Khorog. Il espérait ne pas se tromper et ne pas avoir à improviser et prendre plus de risques qu'il ne le faisait déjà. Il avait déjà eu sa bonne première dose de contrariété en arrivant sur Ossus.
Dans le plan, Darth Khorog n'était pas censé se trouver sur Ossus. Niganoht avait refusé de reporter son objectif, un peu par entêtement, et aussi parce que même si le candidat Sith à la Présidence de l'AGPU n'était finalement pas absent de la planète, il était tout de même prévu en déplacement hors de ses appartements pour la journée. En se débrouillant bien, Niganoht devait donc avoir, estimait-il, le temps de fouiner à l'intérieur desdits appartements et de trouver éventuellement des indices. Une corruption ? Un plan d'implosion de l'AGPU afin de repartir de plus belle en guerre ? Un projet d'invasion ? Une fraude électorale ? Une volonté de semer le chaos chez les Hutts en retournant les kajidic du Cartel les uns contre les autres ? Tout serait bon à prendre. Niganoht n'avait pas encore voté et il avait envie d'avoir toutes les cartes en main à propos de cette élection et de ce qui se jouait en coulisse. Et tout le monde était en droit de se demander ce qu'il pouvait advenir de l'AGPU si un Grand Inquisiteur Sith venait se trouver à sa tête. La candidature de Darth Khorog était-elle honnête, avec une vraie volonté de mener légitimement les processus de paix ? Ou bien cachait-elle un tout autre dessein ?

Niganoht colla son museau contre une bouche d'aération, mais à travers les fentes il devinait être au mauvais endroit. Il était au bon étage, il était au moins certain de cela. Et il aurait été bien ennuyé de devoir monter à un étage au-dessus, car les conduits d'aération ne lui permettaient aucune escalade. Il se remit à ramper dans le petit labyrinthe, n'étant plus sûr de la cartographie qu'il se modélisait en tête. Il arriva à une autre bouche, et soupira de soulagement : ça ressemblait à des appartements, et ce devaient être les bons. Il n'en aurait le cœur net qu'en entrant. Il darda sa langue à travers les fentes, s'assurant de ne capter l'odeur d'aucune personne présente dans la pièce. Il donna plusieurs coups de tête sur le cache grillagé qui était simplement clipsé et non vissé, et réussit à le démonter, sans trop de bruit. Il put enfin quitter le conduit d'aération, son corps glissant lentement de toute sa longueur sur le sol en parquet. Un mètre, deux mètres, trois mètres, quatre mètre, et demi, encore un peu plus, et voilà l'Anacondan se déplaçant de tout son long sur le sol de cet appartement vide. Un drapeau et quelques babioles remarquables lui permirent d'identifier avec certitude que le locataire était de l'Empire Sith. De fait, il ne pouvait s'agir que de Darth Khorog. La fouille pouvait commencer.

Niganoht se hissa sur un bureau. Quelques documents bien rangés, il commença à en lire les titres. Rien ne lui accrocha l'œil. Le bout de sa queue s'enroula sur la poignée d'un tiroir pour en dévoiler le contenu. Puis un autre. Il ne cherchait rien de précis, et peut-être ne trouverait-il absolument rien de nature à le préoccuper dans cette pièce, ce qui serait en fin de compte très rassurant. Il glissa vers une chaise puis vers le sol, quittant ce bureau après avoir tout remis à sa place initiale, pour se déplacer vers un autre meuble à rangements verticaux. Il ouvrit un premier tiroir, et avec la pointe de sa queue, écarta la objets pour voir s'il traînait là un papier, une petite boîte, des crédits à l'origine suspecte... Il ouvrit un autre tiroir. Ah ! Un tiroir à cadres pour dossiers suspendus ! En voilà de la lecture qui s'annonçait !

Les minutes défilaient, Niganoht était tout à sa lecture, et il y eut le moment d'inattention de trop : il n'entendit pas une personne approcher de la porte de l'appartement, qui s'ouvrit sans lui laisser le temps de se cacher. Le défaut d'avoir un corps long de quatre mètres soixante, c'est que cela prend plus de temps à recroqueviller... Et Niganoht eut à peine le temps de se laisser tomber du tiroir sur lequel il était perché...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 83

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Rem10
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeMar 26 Jan 2021 - 18:00


Lorsque Zinsko entra dans la pièce, c’était pour récupérer jeter un œil sur les dossiers relatifs à quelques dépenses, des histoires de chiffres et de pourcentages. Quelque chose de tout à fait normal dans le quotidien de la Maîtresse Inquisitrice. Et pourtant, ce qu’elle trouva en ouvrant la porte la rendit perplexe. Elle claqua des doigts pour alerter les gardes à la porte puis sortit son sabre laser et s’avança vers cet animal allongé sur le bureau. D’un pas rapide elle fit le tour pour se mettre face à la bête.

Elle alluma son sabre et le pointa juste devant la tête de l’intru. Elle leva la main à l’intention des soldats pour les empêcher de tirer. Lorsqu'elle prit la parole, la belle Sith composa un visage enjôleur.

- Mais quelle surprise ! Vous-ici ? Je ne m’y attendais pas du tout, vous n’aviez pas pris rendez-vous, monsieur l’ex-sénateur Qademanda.

Elle ne bougeait pas et gardait l’intru au bout de sa lame.

- Je suis très curieuse de savoir pourquoi un individu aussi respectable que vous, s’amuse à jouer les curieux dans des dossiers papiers … Honnêtement quelle drôle d’idée, qui utilise du papier pour travailler.

Elle marqua une pause.

- Je crois que le Grand Inquisiteur sera très intéressé par votre histoire. Peut-être serait-il heureux de discuter avec vous.

En l’espace de quelques instants, l’Anacondan fut maîtrisé à grand coup de seringues puis enfermé dans une cage.

L’ex-sénateur se réveilla bien plus longtemps après dans un endroit sombre. Très sombre, et métallique. Il n’y avait rien de vivant ici, sans compter la température. L’air était froid et artificiel. Caractéristique d’un vaisseau spatial. Lorsque le prisonnier bougea dans ce qui semblait être une cage en verre épais, un droïde, jusque-là invisible dans le mobilier mal éclairé, s’anima à son tour pour sortir de la pièce pour n’en revenir qu’au bout d’une éternité d’attente. Un individu de grande taille, revêtu d’une longue robe noire taillé pour le combat et portant un sabre laser ostentatoire à la ceinture.

Darth Khorog prit place sur une chaise en acier qui avait été laissée là à son intention, juste devant la cage à peine réchauffée par une lampe puissante. Lorsque le draethos se mit à parler, sa voix crissante et désagréable résonna dans la pièce.

- Niganoht Qademanda. Salutations, je suis Darth Khorog. J’espère que vous avez bien dormi. J’espère aussi que votre cellule est à votre goût, pas trop froide ni trop dégradante. Hélas nous n’avons pas de cellule dédiée aux anacondans tels que vous, alors mes hommes ont fait avec les moyens du bord.

Le seigneur Sith s’avança légèrement pour mieux contempler le prisonnier.

- Je suis fortement surpris d’apprendre que vous êtes un ancien sénateur ayant abandonné son poste. Je pensais que les sauvages tels que vous autres, républicains, vous vous accrochiez, tels des sangsues, à vos petits prestiges de bureaucrates.

Le draethos fit un geste de la main, comme s’il balayait une idée ridicule.

- Oh bien sûr vous n’êtes venu sur Ossus, dans mon bureau, que pour me demander un autographe j’imagine. Pas pour fouiller dans un bureau de bois que je n’utilise quasiment jamais. C’est Zinsko qui s’occupe de la paperasse. Vous l’avez déjà rencontré, c'est elle qui vous a pris la main dans le sac ... ou dans le tiroir pour être plus exact.

Il lui adressa un sourire carnassier.

- Mais je suis tout ouïe. J’écoute votre plaidoirie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 9

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeDim 31 Jan 2021 - 10:13

Niganoht reprit connaissance avec une sensation de vertige et de légère nausée. Il garda finalement la tête posée au sol le temps de se remettre et observa son environnement. Il remarqua en premier la cage en verre dans laquelle il se trouvait enfermé. En se rappelant les dernières minutes avant sa perte de connaissance, il n'était en rien étonnant de se réveiller dans ces conditions. Son corps était lové, manquant de place pour s'étendre. Cette cage lui rappelait les conditions de captivité de certains Anacondans sur Agamar : le temps de trouver acheteur, ils étaient parfois enfermés dans des espaces invivables, sous prétexte qu'ils n'avaient pas encore leur taille adulte et que l'on pouvait plus facilement les enfermer dans des cages étroites.

La situation était tout de même bien différente ici : Niganoht n'était pas là pour être vendu et adopté, mais pour être interrogé. La personne qui l'avait surpris en plein délit d'effraction avait paru prendre les choses avec amusement, mais en réalité, le délit était sérieux. Seulement, pour ce genre de choses, il y avait des procédures légales, même sur une planète neutre, d'autant qu'Ossus n'était pas n'importe quelle planète. Séquestrer un cambrioleur dans une cage n'était assurément pas moins condamnable que l'effraction en elle-même. Alors qu'un droïde, remarquant le réveil du prisonnier, se leva et quitta la pièce, Niganoht prit le temps d'analyser la situation.

L'odeur métallique et quelque peu huileuse, ainsi que le bourdonnement du sol que l'Anacondan crut percevoir malgré l'intermédiaire de la paroi de la cage, étaient typiques d'un vaisseau de type spatial. Il n'était pas dans un commissariat, pas dans une geôle prévue à cet effet, rien de vraiment officiel. Si les hommes de Darth Khorog n'en avaient à ce point rien à faire de la loi, pourquoi s'être embêté à enfermer Niganoht dans une cage plutôt que de l'avoir simplement abattu ? Le serpent avait encore très clairement en tête l'image de ce sabre-laser pointé vers son museau, prêt à lui trancher l'avant du corps. Pourtant, les seules choses à avoir été plantées dans son corps avaient été des seringues, remplies manifestement d'anesthésiant ou quelque chose dans le genre. Pourquoi ? Qu'est-ce qui l'attendait ? Est-ce qu'il avait vraiment envie de le découvrir en le subissant ?

Se sentant moins étourdi, Niganoht se recroquevilla, puis détendit son corps comme un ressort pour frapper la paroi frontale de sa cage en verre, non pas avec la tête directement mais avec le cou. Il réussit à la faire basculer, mais pas à la fissurer. La gravité l'emporta vers la paroi qu'il venait de frapper et qui se trouvait désormais au sol, et son corps s'étala sur lui-même. Le verre était épais, et même si l'Anacondan constricteur ne manquait pas de puissance musculaire, il sentait très bien qu'il n'avait pas de quoi frapper la paroi de sa cage avec suffisamment de force, depuis l'intérieur, pour espérer la fissurer ; quant aux quelques trous, servant ne serait-ce qu'à ouvrir la porte de la cage, ils étaient évidemment beaucoup trop petits pour que l'Anacondan pût s'y infiltrer. Le serpent se démêla de son propre corps et observa la pièce dans laquelle était posée sa cage. Une lampe aveuglante pointait droit sur lui, enfin un peu moins maintenant qu'il venait de déplacer sa cage, et diffusait une certaine chaleur par déperdition. A un mètre de là, une chaise était posée, en plein milieu de la salle, sans bureau ni rien, et semblait n'attendre que celui ou celle qui allait venir interroger l'intrus. Niganoht réfléchit mais ne trouva rien autour de lui qui pourrait l'aider à briser sa cage. Et finalement, une personne arriva.

Sans aucune surprise, il s'agit de Darth Khorog lui-même. Niganoht darda machinalement sa langue, s'imprégnant de l'odeur individuelle du Draethos.

DARTH KHOROG – Niganoht Qademanda. Salutations, je suis Darth Khorog. J'espère que vous avez bien dormi. J'espère aussi que votre cellule est à votre goût, pas trop froide ni trop dégradante. Hélas nous n'avons pas de cellule dédiée aux Anacondans tels que vous, alors mes hommes ont fait avec les moyens du bord.

Cette désinvolture... Il s'amusait. Il se délectait de cette situation. Il n'était absolument pas dans une démarche légitime. Darth Khorog y mettait déjà quelque chose de personnel, sans que Niganoht ne sût deviner pourquoi. Si Darth Khorog avait voulu le tuer, il l'aurait déjà fait, mais peut-être craignait-il les retombées et les enquêtes dès lors que la disparition de l'ex-Sénateur inquièterait ; pourtant, il aurait pu simplement le livrer aux autorités d'Ossus, or il prenait un petit plaisir personnel à le séquestrer pour l'interroger lui-même. Son côté sith, sans doute... Cela restait anormal.

DARTH KHOROG – Je suis fortement surpris d'apprendre que vous êtes un ancien sénateur ayant abandonné son poste. Je pensais que les sauvages tels que vous autres, Républicains, vous vous accrochiez, telles des sangsues, à vos petits prestiges de bureaucrates.

Il n'avait pas tort : beaucoup (trop) d'élus ou de dignitaires républicains entraient dans cette description. C'était bien mal connaître Niganoht que de s'imaginer qu'il en faisait partie.
Darth Khorog effectua un geste théâtral de la main pour accompagner sa phrase suivante :

DARTH KHOROG – Oh bien sûr vous n'êtes venu sur Ossus, dans mon bureau, que pour me demander un autographe j'imagine. Pas pour fouiller dans un bureau de bois que je n'utilise quasiment jamais. C'est Zinsko qui s'occupe de la paperasse. Vous l'avez déjà rencontrée, c'est elle qui vous a pris la main dans le sac... ou dans le tiroir pour être plus exact.

Le sourire carnassier qui suivit montrait clairement que Darth Khorog n'avait pas l'intention de faire dans la légalité.

DARTH KHOROG – Mais je suis tout ouïe. J'écoute votre plaidoirie.

Niganoht sentait les battements de son cœur s'accélerer. Il se trouvait dans une situation bien inconfortable, inattendue et incertaine, devant un Draethos Sith qui semblait s'amuser à l'interroger hors de tout protocole légal comme un chat jouant avec sa souris. Heureusement le reptile avait une bonne dose de sang-froid à revendre, et s'il était effectivement intimidé, il réussit à le cacher, et à répondre sans balbutier.

NIGANOHT – Si vous voulez me signer un autographe, je n'ai rien contre. Seulement, vous êtes quelqu'un d'intelligent, et vous avez forcément déjà une idée de ce que je faisais dans votre bureau, inutile donc de vous mentir. Je ne suis plus sénateur mais je reste un électeur, et les suspicions de fraude dans le cadre de ces élections à la Présidence de l'AGPU suscitent toutes les craintes. J'ai été secrètement mandaté pour enquêter en cherchant d'éventuels indices de fraude.

Ce sang-froid et cette assurance permettaient à l'Anacondan de balancer dans le plus grand calme un énorme mensonge que rien, sur sa tête de serpent, ne trahissait ; et parce qu'il avait la langue bien pendue, il rendait ce mensonge plus crédible encore en le précédant d'une forme de résignation mêlée de flatterie. « Vous m'avez eu, vous êtes intelligents, ça ne sert à rien de vous mentir. », tout ça pour en effet mentir. De plus, Niganoht avait, en amont de son action, réfléchi à une défense en cas de besoin, même s'il n'avait pas envisagé que cela se ferait dans ces conditions-là. Il y avait bien une petite part de vérité, à savoir la crainte d'une fraude de la part du candidat Sith, mais ce n'était qu'un élément parmi d'autres et non l'objet unique de son investigation.

NIGANOHT – Je pense que nous nous comprenons, vous et moi. Après tout, vu les conditions dans lesquelles vous m'interrogez, vous ne semblez pas fondamentalement attaché au respect des procédures légales. Vous seriez donc bien mal placé pour me reprocher cet écart dans votre bureau. Et puis, en tant que Grand Inquisiteur Sith, vous savez mieux que quiconque l'utilité d'avoir des yeux et des oreilles partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 83

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Rem10
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeDim 31 Jan 2021 - 12:44


Le Grand Inquisiteur observait le serpent agiter sa langue. Il maîtrisait bien ses mouvements corporels. Il était facile pour un tel reptile de mentir, les expressions faciales n’étant pas les mêmes que celles des bipèdes, il lui était difficile de séparer le grain de l’ivraie. Cependant, le seigneur Sith n’était pas sans ressources. Il écouta ce Niganoht, qui assurait que sa présence était mandatée, qu’il était suspicieux de quelques fraudes. Le Sith ne put s'empêcher de rire sèchement à ces dernières paroles.

Il se permit de prendre la parole.

- Je vais vous raconter une anecdote. C’était sur Raxus Secundus, capitale du nouveau territoire Sith que je dirige dans l’ex-espace Kossakii. Là-bas, il est très difficile de faire plier l’échine des gangsters jadis au services des Hutts. Vous connaissez ces exécrables créatures visqueuses, n’est-ce pas ? Bref, il y avait un homme, important semble-t-il, qui dirigeait jadis un important trafic d’armes sur cette planète. Il avait beaucoup de notables qui lui mangeaient dans la main, des personnalités qui contrôlaient à ce moment-là des secteurs entiers de la planète, des bureaucrates, des marchands, des médias. Il m’a assuré qu’il disposait du soutien des seigneurs Kossakii. Exactement comme vous le faites. Maiiis je l’ai tué, sur le coup. Il n’avait aucun conctact avec cette grosse larve de Asdroga. Comment pouvais-je le savoir, me demanderez-vous, et bien tout simplement parce que c’est mon métier et ma vocation que de rechercher des grosses tâches fouineuses et lâches qui n'hésiteraient pas à vendre père et mère pour pouvoir obtenir ce qu’ils veulent !

Le Sith s’était penché sur le serpent, plus bas que lui. Il le regardait avec ce même regard qu’il jetait à tous les criminels qu’il rencontrait.

- Je n’ai pas besoin de vous torturer pour connaître la vérité. Je n’ai pas besoin de toucher à votre intégrité physique. En bon draethos, et Sith, que je suis, je peux entrer dans votre tête de force et la vider de toute sa substance psychique. C’est extrêmement douloureux, particulièrement humiliant et sans retour. Je suis un spécialiste de ces tortures mentales.

Darth Khorog avait reprit un ton plus doux, un peu comme s’il discutait à présent de cuisine ou de musique.

- De plus qu’elle est cette idée stupide ? Pourquoi chercher des “papiers” dans un bureau de bois sur Ossus ? Vous me pensez sérieusement assez idiot pour utiliser de tels procédés archaïques ? Sur un sol comme celui d’Ossus ? Je ne sais pas quelles informations vous cherchiez mais les préjugés des sauvages de Coruscant vous ont totalement abruti l’esprit.

Le Sith balaya l’air d’un revers de la main, comme s’il chassait une mauvaise pensée.

- Bon maintenant vous allez me dire ce que vous cherchiez exactement, pourquoi vous le faisiez, quel rapport cela à avec votre démission et enfin qu’est-ce que vous comptiez en faire. Si vous ne le faites pas, je vais vous faire revivre les pires moments de votre vie et je vais peut-être même vous créer de nouveaux “mauvais souvenirs”.

Darth Khorog était relativement agacé, il était là à discuter avec cet énergumène alors qu’il avait une guerre civile sur le dos et une campagne électorale à gérer ! Par Adas mais qu’est-ce qu’il avait bien pu faire de travers pour que tout s’emballe ainsi soudainement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 9

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeDim 31 Jan 2021 - 20:32

En étant Grand Inquisiteur ayant des espions et des vendus partout dans la galaxie, il aurait en effet été malhonnête de la part de Darth Khorog de critiquer les méthodes de Niganoht. D'un autre côté, dans ce contexte de tension, avec la disparition de Virgile-Auguste d'Ossus, les élections en approche, la guerre civile dans l'Empire Sith, trouver un ex-Sénateur fouinant dans son bureau alors qu'il venait juste comme par hasard de démissionner, avait forcément de quoi susciter toutes les interrogations et la méfiance dudit Grand Inquisiteur Sith. Il était évident que ce dernier n'allait pas pouvoir se contenter de l'argument « Vous faites pareil, alors ne me dites rien, je fais ce que je veux. ». Niganoht n'essayait pas tant de dire que l'interrogatoire à son endroit était injustifié, que d'insinuer que s'il y avait bien quelqu'un qui pouvait comprendre ce qu'il avait été surpris à faire, puisqu'il devait s'expliquer, c'est justement bien Darth Khorog.

De toute façon, Niganoht avait consenti à fournir une explication, aussi mensongère fût-elle. Il espérait que cela puisse passer, après avoir amadoué son interlocuteur. Pourtant, Darth Khorog ne le crut pas. Son expérience lui avait déjà fait vivre des situations similaires, et il avait déjà entendu les mêmes mensonges de personnes prétendant avoir été mandatées pour commettre leurs actions.

Darth Khorog ajouta qu'en tant que Draethos et Sith, il pouvait très bien connaître la vérité en entrant directement dans sa tête et en vidant son esprit. Nul doute qu'en tant que Grand Inquisiteur Sith, il avait acquis suffisamment de puissance dans la Force pour réaliser une telle manœuvre – Niganoht comprit moins le rapport avec le fait d'être un Draethos mais il en savait trop peu sur cette race.
Mais alors pourquoi ne l'avait-il pas fait directement ? Cela lui coûterait-il quelque chose ? Niganoht doutait que Darth Khorog se retenait simplement par magnanimité ; de ce qu'il avait pu apprendre sur le personnage désormais public, ce n'était pas du tout sa première qualité. Niganoht avait-il droit à un traitement privilégié ? Ou bien Darth Khorog avait-il simplement pensé aux retombées possibles s'il s'en prenait à un ex-sénateur occupant toujours un poste officiel sur une planète républicaine ?
Niganoht était assez culotté parfois, mais pas au point d'aller provoquer le Grand Inquisiteur Sith sur ce terrain. Il n'allait pas le mettre au défi. Il avait quand même peur pour sa vie. Toutefois, Darth Khorog lui laissait malgré tout l'opportunité de continuer à mentir, puisqu'il se refusait pour une raison ou pour une autre à employer les grands moyens pour savoir la vérité.

DARTH KHOROG – De plus qu'elle est cette idée stupide ? Pourquoi chercher des “papiers” dans un bureau de bois sur Ossus ? Vous me pensez sérieusement assez idiot pour utiliser de tels procédés archaïques ? Sur un sol comme celui d'Ossus ? Je ne sais pas quelles informations vous cherchiez mais les préjugés des sauvages de Coruscant vous ont totalement abruti l'esprit.

Au contraire, Niganoht ne préjugeait de rien. Puisqu'il devait chercher des indices, sans même savoir exactement ce qu'il cherchait, alors il fouillait tout. Justement, quel espion ferait-il s'il délaissait des pistes juste en partant de l'idée que de toute façon il n'y trouverait rien ? Sur quoi aurait-il pu se baser pour se dire qu'il n'y trouverait rien ? Juste parce que le papier était archaïque ? Pourtant il y avait bien des dossiers dans le bureau de Darth Khorog, et Niganoht n'avait pas pu se douter que seule la dénommée Zinsko s'en servait. Et quand bien même, se renseigner sur Zinsko pouvait aussi donner des informations sur Darth Khorog indirectement. Et qui sait ce que Niganoht aurait pu y trouver... De faux bulletins de vote, une reconnaissance de dette... Zinsko n'était pas la seule dans la galaxie à considérer qu'il valait mieux garder certaines informations hors de tout appareil connecté car, après tout, le papier ne pouvait être piraté à distance. Niganoht n'était lui-même pas adepte des anciens supports, notamment pour des raisons écologiques, mais il fallait de tout pour faire un monde et ces documents, puisqu'ils existaient, ne devaient pas être négligés.

DARTH KHOROG – Bon maintenant vous allez me dire ce que vous cherchiez exactement, pourquoi vous le faisiez, quel rapport cela a avec votre démission et enfin qu'est-ce que vous comptiez en faire. Si vous ne le faites pas, je vais vous faire revivre les pires moments de votre vie et je vais peut-être même vous créer de nouveaux “mauvais souvenirs”.

C'est là que si Niganoht avait moins été en position de faiblesse et avait eu moins peur pour son intégrité mentale, il aurait pu rétorquer que si Darth Khorog avait voulu se livrer à cette méthode, il l'aurait déjà fait. Au lieu de ça, il prit un instant pour déglutir et étala lentement sa réponse :

NIGANOHT – Je vous crois quand vous dites que vous pourriez soutirer toutes ces informations en vous introduisant dans mon esprit. Mais ce qui est certain, c'est que personne en cette galaxie ne peut se vanter d'être informé de tout ce qu'il se trame. Vous m'accusez de mentir sans même avoir voulu savoir qui m'a mandaté pour enquêter, de fait vous ne pouvez donc pas vérifier ce que je vous dis. Et vos questions prouvent que vous n'avez pas toutes les informations, sinon vous ne me les demanderiez pas.

Il était difficile pour de mettre Darth Khorog face à son impossibilité immédiate de savoir qu'il venait d'écouter un mensonge, sans tomber dans la provocation, ce que voulait éviter Niganoht. Ne voulant pas énerver son interlocuteur, Niganoht feignit d'aller dans son sens :

NIGANOHT – Je vais vous répondre. Oui, j'ai démissionné de mon poste de sénateur justement pour pouvoir agir sur place comme aujourd'hui. Vous me connaissez, vous vous êtes renseigné sur moi j'imagine. Vous savez ce que disent les holojournaux sur moi. J'ai toujours été considéré indigne d'être sénateur. J'ai des prises de positions hostiles au fédéralisme de la République. Le Sénat Républicain est rempli de singes et je ne me suis jamais senti à l'aise dans cette foire absurde. Enfin vous avez peut-être entendu parler de mon dégoût pour la bureaucratie, de mes tendances à voyager, pour des motifs plus ou moins justifiés. Je ne suis pas fait pour rester sur place dans un même bâtiment chaque jour à devoir prendre des décisions à distance. Je voulais agir d'une autre manière, sans avoir les projecteurs des holocaméras braqués sur moi.

Voilà une pure vérité. Tout simplement parce qu'aucun mensonge n'aurait mieux servi que cette vérité nue. Et tout bon menteur savait de toute façon qu'il fallait toujours glisser une vérité entre deux mensonges pour crédibiliser ces derniers.

NIGANOHT – Si je n'avais pas démissionné, je n'aurais pas pu me sentir utile aujourd'hui. Je sais que cette phrase va vous déplaire, mais oui, je me suis senti utile en fouillant dans votre bureau. Beaucoup plus utile qu'à me faire piétiner par des abrutis à la barre de la Rotonde. Et croyez-moi, il n'y a pas que la République qui se demande ce qu'il peut advenir de la paix si le Grand Inquisiteur Sith, un Draethos qui plus est, parvient à la Présidence de l'AGPU. C'est une inquiétude très largement relayée. La vraie question qui se pose n'est donc pas de connaître mes motivations, mais de connaître les vôtres, Darth Khorog.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 83

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Rem10
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeDim 7 Fév 2021 - 21:12


Le draethos se retint d’investir son esprit sur le champ. De lui défoncer ses misérables résistances mentales pour prendre tout ce qu’il voulait dans sa tête de reptile à peine civilisé. Mais quelque chose, ou quelqu’un, en lui le retint. Il savait très bien ce que ce reptile voulait faire, le manipuler comme ils tentaient tous de le faire, le faire se retourner contre son crédo même et pourquoi pas le pousser à commettre des erreurs encore plus graves, encore et toujours. Il pourrait sans doute faire en sorte que ces choses ne soient pas évidentes pour le serpent. Lui faire croire qu’il avait une chance, mais il ne s’agissait pas d’une bonne idée. Il devrait lui faire comprendre dès maintenant que l’avenir qui jadis était le siens était dès lors terminé.

- Vous n’êtes plus sur Coruscant. Rappelez vous votre train de vie. Les gens qui vous observaient lorsque vous étiez sur votre tribune, à parler de cette loi sur laquelle vous aviez tant donnée. Rappelez vous ces sénateurs bouffis d’orgueils qui se sont ligués contre vous, ou bien qui vous ont soutenus parce qu’ils avaient quelque chose à gagner. Est-ce que vous voyez ce que je vois ? Leurs visages, ces Ithoriens, ces Neimoidiens, les humains, les Arkaniens. Ces riches sénateurs de Alderande, de Corellia, de Imperatrice Teta. Ces immenses têtes blondes qui vous ont observés pendant des années, vous misérable petit serpent. Qu’est-ce que vous pouviez faire là-bas ? Que croyez vous qu’ils vous auraient fait si vous étiez restés ?

Le Sith prit un temps de silence. Le temps de regarder fixement et très froidement le serpent dans ses yeux.

- Ils vous auraient fait comprendre que vous n’êtes qu’une marionnette qui abandonne. Un pion sur l’échiquier, un idiot qui accepte d’être un animal dans un bocal. Votre planète je ne la connait même pas, votre espèce non plus et j’imagine que vous êtes tous esclaves là d’où vous venez, ou pire que vous avez été adopté puis anthropomorphisé par une famille fortunée. Ils vous auraient tué, ex-sénateur Niganoht. La loi de la République n’a pas d’autre but que d’être cruelle. Ils se moquent bien des génocides qu’ils ont causés. Des pertes immenses qu’ils nous ont fait subir. Des années de traquent, de peurs, de souffrances indicibles dont ils ont été la source. Pour les Sith, dont le génocide historique a été passé sous silence, ou toute ses planètes dont les intégrations au sénat n’ont eut de démocratique que le nom.

Darth Khorog reprit son souffle. Il s’était vidé les poumons sous ses derniers mots. IL était en lui et IL continuait de le tourmenter. Le draethos tenta de chasser les images qu’IL injectait dans sa tête. Ses yeux, d’ordinaire rouge incandescents était là teinté d’un rose violacé tout à fait inhabituel, si tant est que ce mot puisse être attribué à un draethos Sith.

- Savez-vous ce que sont les Sith ? Un peuple civilisé qui ne se cache pas. Qui connait la véritable réalité de la Galaxie. Le conflit, perpétuel et éternel pour le Pouvoir et le droit de Domination. Nous sommes plus fort lorsqu’on s’associe, c’est cela qu’à compris le Sénat. Ce sont tous des Siths, mais ils ont troqué les sabre lasers pour le Vote truqué. Vous voulez vous rendre utile ? Alors aidez-moi à libérer les peuples de la République de la mort lente et écœurante que votre Sénat lui fait subir.

Le Sith crachait presque tant il était en colère. Le draethos ne savait pas pourquoi. Il ne remarqua pas non plus que sa voix avait un peu changé. Elle n’était plus aussi crayeuse et désagréable à entendre, mais plus douce et aussi plus proche de celle d’un être humain.

- Vous voulez vous rendre utile ? Alors étranglez le cou de ce sale petit fils de pute de Ramken ! Et de tous les traîtres qui se disent Sith mais qui ne valent pas plus que les Jedi aussi sourds qu’ils sont ! Mais vous n’êtes qu’un serpent dans un bocal monsieur Niganoht. Un simple serpent. Que pourriez vous faire face à des anciens Prêtres Sith capables de vous étrangler avec vos propres anneaux. Vous avez déjà abandonné votre poste une fois, qu’est-ce qui vous dis que vous ne recommencerez pas avec cette personne qui vous a « mandaté ».

Le Sith pointa un accusateur sur un hublot assez grand pour apercevoir Ossus.

- Je ne serais pas élu, monsieur Niganoht, à aucun moment de quelque manière que ce soit ces singes, de la même espèce que ceux du Sénat, n’accepteront de me voir assis au-dessus de leurs têtes. Parce qu’ils savent que les gens comme moi sont dangereux. Je suis incorruptible. Je haï la dissidence et la corruption. Les gens qui utilisent leur poste pour eux-seuls et non pas pour leurs communautés me donnent envie de vomir. Je les extermine jusqu’aux derniers ! Ils ont peur parce que je ne triche pas, et parce que je serais toujours là pour leur barrer la route. Je suis le Grand Inquisiteur de l’Empire des Sith, je représente la Loi ultime et Parfaite d’un Peuple qui a survécu à l’Ire de la pute de Koros Major.

Les yeux de Khorog étaient dès lors totalement rose-violet. Il ne parlait plus comme Khorog. Ses gestes étaient devenus délicat, sa posture, sa voix et même son langage non verbal étaient devenus très différents de l’alien qui se tenait là quelques minutes plus tôt. Puis … en quelques secondes, le Sith sembla chanceler brièvement avant de se reprendre, et le Seigneur de Korriban refit son apparition. Ses yeux rouges et sa voix crayeuse à en faire des cauchemars.

- Vous souhaitez quelque chose, ex-sénateur Niganoth. Je suis très curieux de l’entendre. Je vais fouiller votre tête jusqu’aux premières secondes qui ont succédé à votre éclosion. Alors prenez votre temps pour me dire qu’est-ce vous souhaiteriez maintenant et à l’avenir. J’ai une guerre civile à étouffer dans l’œuf …. Sans mauvais jeux de mots bien sûr.

A ces mots le Sith esquissa un sourire qui n’en était pas un. Il était là, assis dans une cellule avec un serpent qui parle. Et l’AUTRE qui s’amusait à le tourmenter … quelle journée pourrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 9

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeDim 14 Fév 2021 - 10:35

Cette défense de Niganoht était calculée, malgré la part d'inconnues. Cracher sur le Sénat n'était pas acte anodin de la part de l'ancien Sénateur. Niganoht misait sur le fait que le Sith, bien que candidat à la Présidentielle de l'AGPU, n'ait pas une bonne image du Sénat Républicain. Une façon de le caresser dans le sens du poil, espérant l'amadouer, et cela ne demandait aucun effort puisque Niganoht avait lui-même une mauvaise image de ce cercle dont il s'était dernièrement exclus pour plusieurs raisons dont celle-ci. En gratinant cette défense d'élans d'honnêteté, Niganoht se prémunissait d'une insistance à obtenir la vérité, puisqu'il la délivrait. Partiellement, toujours, mais ses derniers mots étaient bien sincères. Oui, il méprisait les « singes » qui vociféraient au Sénat. Oui, il se sentait plus utile à fouiller dans le bureau de Darth Khorog qu'à participer à ces chamailleries de bureaucrates. Oui, l'inquiétude de voir le Grand Inquisiteur Sith, qui plus est un Draethos avec ce que l'on pouvait avoir de préjugé sur cette race, était partagée par un grand nombre d'acteurs de la scène journalistique, médiatique, mais aussi par les électeurs eux-mêmes.

Si Darth Khorog avait voulu la vérité, alors il l'obtenait, et ainsi, en choisissant savamment ses moments de sincérité, Niganoht retirait à son interlocuteur toute justification pour purger son esprit via les arcanes de la Force. Au milieu de tout cela, Niganoht avait subtilement glissé une fausse piste en laissant entendre que la personne à l'avoir secrètement mandaté ne serait peut-être pas un Républicain – il noyait ainsi un mensonge qu'il avait crédibilisé. Le sujet du Sénat Républicain relevait un peu plus du coup de poker, puisque Darth Khorog pouvait très bien au fond de lui être animé d'une réelle volonté de paix avec la République et de coopération avec son Sénat ; il restait avant tout un Sith et pas n'importe lequel, Niganoht espérait marquer des points en se disant qu'au pire, de toute façon, il ne risquait rien à se livrer ainsi sur son propre point de vue, il ne voyait pas comment ses propos pourraient fâcher le Sith.

Darth Khorog se lança dans un monologue qui montra à Niganoht qu'il avait misé juste, tout en lui mettant le doute d'avoir été bien écouté, car Darth Khorog sembla vouloir le convaincre de ce qu'il venait déjà d'exprimer.

DARTH KHOROG – Rappelez vous ces sénateurs bouffis d'orgueils qui se sont ligués contre vous, ou bien qui vous ont soutenus parce qu'ils avaient quelque chose à gagner. Est-ce que vous voyez ce que je vois ? Leurs visages, ces Ithoriens, ces Neimoidiens, les humains, les Arkaniens. Ces riches sénateurs de Alderande, de Corellia, de Imperatrice Teta. Ces immenses têtes blondes qui vous ont observés pendant des années, vous misérable petit serpent. Qu'est-ce que vous pouviez faire là-bas ? Que croyez vous qu'ils vous auraient fait si vous étiez resté ? (silence) Ils vous auraient fait comprendre que vous n'êtes qu'une marionnette qui abandonne. Un pion sur l'échiquier, un idiot qui accepte d'être un animal dans un bocal.

Niganoht ne comprit pas bien la finalité de tels arguments. Il avait lui-même démissionné, exprimé ne pas s'être senti à sa place au Sénat Républicain, et venait à l'instant de verser sa bile sur ses anciens homologues. Darth Khorog parlait un peu dans le vent, comme quelqu'un qui aimait trop s'écouter. Ou peut-être voulait-il simplement se donner l'impression d'être celui qui manipule l'autre. Il était en position de force, c'était vrai, puisque c'est Niganoht qui était enfermé en cage et en terrain hostile, pourtant il semblait avoir besoin de compenser quelque chose. Comme si, malgré sa position de force, il avait peur, finalement, de laisser l'Anacondan le convaincre. Alors il se lançait dans une mise en garde superfétatoire, voulant montrer à Niganoht qu'il avait tort de s'attacher à son passé de Sénateur... alors qu'il avait exprimé tout le contraire.

DARTH KHOROG – La loi de la République n'a pas d'autre but que d'être cruelle. Ils se moquent bien des génocides qu'ils ont causés. Des pertes immenses qu'ils nous ont fait subir. Des années de traques, de peurs, de souffrances indicibles dont ils ont été la source. Pour les Siths, dont le génocide historique a été passé sous silence, où toutes ces planètes dont les intégrations au Sénat n'ont eut de démocratique que le nom.

Et il espérait se faire élire à la Présidence de l'AGPU avec de telles idées ? Niganoht se félicita intérieurement d'avoir réussi, sans même avoir forcé la chose, à faire parler Darth Khorog au point de lui faire dévoiler son réel point de vue. Darth Khorog à la Présidence de l'AGPU, et la paix entre l'Empire et la République ne serait qu'un opaque rideau de cristal pour cacher de profonds ressentiments.
A se demander qui était réellement interrogé par qui.
Darth Khorog n'écoutait pas bien ce que lui disait Niganoht, cherchant à tout prix à se donner l'air du manipulateur, mais à trop s'écouter parler, il dévoilait son vrai visage et fournissait à Niganoht exactement ce qu'il avait voulu savoir sur lui.

Au fil de son monologue, la voix du Draethos évoluait. Naturellement crayeuse et crispante, elle s'adoucissait, se rapprochant jusqu'à l'impossible d'une tonalité parfaitement humaine. Encore un tour de la Force ? Mais dans quel but ? Les yeux du Draethos changeaient aussi de couleur à la même allure que sa voix, passant du rouge à un rose violacé. Alors qu'il dardait sa langue bifide par réflexe à intervalles irréguliers, l'Anacondan crut aussi percevoir un changement dans l'odeur corporelle, bien qu'infiniment plus subtil que celui de la voix ou des yeux. De son point de vue, c'est comme s'il commençait à avoir affaire à une autre personne, prenant la place de Darth Khorog avec une apparence similaire. Comme une possession mais pas seulement de l'esprit. C'était plus qu'un trouble de dédoublement de personnalité. Déroutant.

Niganoht se retrouvait momentanément distrait, l'esprit plus occupé à essayer de comprendre de quoi il était témoin, qu'à écouter le discours qui lui était adressé. L'insulte « sale petit fils de pute » portée à l'endroit de Darth Ramken, la figure ayant déclenché la guerre civile dans l'Empire, suffit juste à donner une petite claque permettant de se raccrocher un instant aux mots. Darth Khorog, ou celui qui était en train de prendre possession de lui, répéta plusieurs fois à Niganoht qu'il n'était qu'un « serpent ».

DARTH KHOROG – Vous avez déjà abandonné votre poste une fois, qu'est-ce qui vous dis que vous ne recommencerez pas avec cette personne qui vous a « mandaté ».

Niganoht aurait eu matière à répondre à cela, mais il laissa son interlocuteur poursuivre son monologue caustique. Il fut satisfait de l'entendre parler de « singes », reprenant le terme injurieux qu'il avait le premier utilisé, pour qualifier les résidents du Sénat.

DARTH KHOROG – Je hais la dissidence et la corruption. Les gens qui utilisent leur poste pour eux seuls et non pas pour leur communauté me donnent envie de vomir. Je les extermine jusqu'aux derniers.

Des mots extrêmement forts, mais Niganoht était plus que perplexe, et ne savait pas s'il pouvait toujours les attribuer à Darth Khorog, qui semblait de plus en plus en transe. Si Niganoht n'était pas concentré sur chaque mot de chaque phrase, car distrait par le spectacle déroutant, il capta la toute dernière insulte concluant la transe :

DARTH KHOROG – ... d'un peuple qui a survécu à l'ire de la pute de Koros Major.

Se retrouver pris la main dans le sac, enfermé dans une cage, et interrogé par le Grand Inquisiteur Sith en personne, vous menaçant de purger votre esprit avec des séquelles irréversibles, ce dont il était indubitablement capable, était déjà en soi source d'angoisse, et Niganoht ne ferait qu'un mensonge de plus s'il prétendait ne pas avoir été intimidé par son interlocuteur ; mais ce spectacle déroutant avait quelque chose d'effrayant s'il en est.
Niganoht déglutit.

Quelques secondes furent laissés en suspens, Niganoht restant totalement coi, et tout à coup, Darth Khorog redevint lui-même : voix, yeux, odeur, gestuelle, posture...
Niganoht le renifla de sa langue frénétiquement pendant quelques instants pour bien s'assurer que tout était revenu à la normale.

DARTH KHOROG – Vous souhaitez quelque chose, ex-Sénateur Niganoth. Je suis très curieux de l'entendre. Je vais fouiller votre tête jusqu'aux premières secondes qui ont succédé à votre éclosion. Alors prenez votre temps pour me dire qu'est-ce vous souhaiteriez maintenant et à l'avenir. J'ai une guerre civile à étouffer dans l'œuf... sans mauvais jeu de mots bien sûr.

Quoi ?! Après tout ça, on en revenait au point de départ ?! Darth Khorog restait dans son idée de fouiller la tête de Niganoht comme si ce dernier n'avait rien dit, rien avoué ?
Reprenant la parole d'un ton aussi placide que possible, cachant son effroi, Niganoht rappela la teneur de leur conversation :

NIGANOHT – Me suis-je donc ouvert à vous pour rien ? Je vous ai expliqué pourquoi j'ai été trouvé dans votre bureau et ce que j'y cherchais. Je vous ai rappelé les doutes qui pèsent sur votre personne en tant que candidat à la Présidence de l'AGPU. Savoir que je fouillais dans vos affaires vous contrarie et ce n'est rien de dire que c'est tout à fait normal ; mais mon action était justifiée, comme je vous l'ai expliqué, et en tant que Grand Inquisiteur, vous êtes mieux placé que quiconque pour le comprendre.

Niganoht pouvait aussi rappeler à Darth Khorog que de part son statut d'ex-sénateur occupant toujours un poste gouvernemental officiel sur une planète républicaine, atteindre à son intégrité physique ou mentale par un biais que seul un Sith était capable de réaliser serait très mal avisé de sa part ; mais il ne voulait pas sembler lancer une menace, aussi se retint-il. De toute façon, Darth Khorog était suffisamment intelligent pour le réaliser lui-même.

NIGANOHT – Continuez de me traiter de simple serpent, je le mérite certainement. En tant que Draethos, vous avez dû vous-mêmes essuyer un nombre inimaginables d'insultes racistes, vous savez donc ce que vous dites et je comprends votre intention de me blesser. Reconnaissez au moins que je coopère, et que nous avons même plusieurs points communs. Je hais comme vous ces singes ne criant que pour leurs seuls intérêts personnels en feignant de penser aux peuples qu'ils représentent. J'ai démissionné de mon poste de sénateur avec conviction que je n'y avais pas ma place, et j'ai éprouvé grâce à cela du soulagement. Ce que je souhaite ? Etre utile, je vous l'ai dit. Aujourd'hui je me suis infiltré dans votre bureau, demain ce sera ailleurs, un autre jour je saboterai l'action d'un quelconque politicard gangréné par son ambition. Vous avez une guerre à étouffer dans l'œuf, dites-vous. Vous souhaitez nettoyer l'Empire de ses mauvaises herbes : je souhaite nettoyer la République des siennes. Et j'y mettrai tous les moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 83

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Rem10
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13
Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeLun 15 Fév 2021 - 16:02


Darth Khorog essaya d’oublier l’épisode quelque peu regrettable qui venait de se passer. Le Dépravé se faisait de plus en plus présent depuis quelque temps. Cela incitait Khorog à dire plus qu’il n’en voudrait. Se mettre à nu ainsi, Khorog sentait que cela amusait beaucoup Nostos. Il se recentra néanmoins et reporta sa colère sur le serpent en face de lui, dans son bocal.
Niganoht semblait vouloir quelque chose. Darth Khorog ne savait pas ce que c’était. Le serpent semblait tourner autour du pot. Il ne l’avait toujours pas supplié de le libérer, il ne lui avait pas proposé un arrangement, il ne lui avait pas montré qu’il pouvait lui être utile. Non il ne faisait que répéter le même discours au final. Qu’il détestait le Sénat et qu’il voulait agir par lui-même. Le Sith était déjà grognon avant d’entrer dans la salle, mais avec Nostos qui s’amusait à le pousser à bout depuis quelque temps, le Sith se mit à éprouver de l’impatience. Il jeta un regard froid au serpent et lui dit :

- Vous ne semblez pas comprendre votre situation. J’ai beaucoup de travail, beaucoup de traîtres à châtier et à dénicher. Je n’ai pas le temps d’écouter les inepties d’un serpent qui s’amuse à démissionner de son poste d’influence pour jouer les criminels diplomatiques. Je pourrais vous tuer ici même, là dans cette pièce et vous jeter dans l’espace. Personne n’en saurait rien et moi je pourrais retourner à mes affaires qui, elles sont très urgentes contrairement à vous … si j’ai bien compris l’étendue de vos inquiétudes.

Le Sith se retourna pour s’approcher de la fenêtre et observa Ossus.

- Je pourrais aussi vous faire retirer votre capacité à parler et vous enfermer dans un Zoo ou encore vous vendre à un Hutt, qui finirait probablement par vous dévorer au bout d’une petite semaine, si vous avez de la chance.

Le Sith continua de parler sans se retourner. D’un air qui mêlait agacement et lassitude.

- Vous et moi n’avons rien en commun. Je suis un Sith et un draethos, loyal envers le peuple Sith. Je mourrais pour l’Empire. Alors que vous, vous avez trahi les votre, quitté vos fonctions et vos responsabilités pour venir ici avec une idée totalement stupide en tête. Le jour où vous tuerez un Jedi et que vous le mangerez sur place, là nous seront égaux.

Le Sith se retourna brièvement, le temps de jeter un coup d’œil au serpent avant de rajouter.

- De plus vous n’avez pas été très utile. Vous introduire dans mon bureau, sans préparation, ni contacts, pas d’alliés, pas de soutien en cas d’échec, personne pour vous retrouver, personne pour vous informer. Si vous aviez des alliés et des informations, vous sauriez que nous ne gardons pas de dossiers sensibles. Vous auriez été prévenus de l’arrivée de Zinsko à l’avance pour pouvoir vous cacher. Vous êtes un amateur, Niganoht. Un Politicien, un adapte de la Rhétorique et de la Tromperie. Vous vous cachez derrière votre masque pour faire passer ce qui est, selon vous, juste. Mais au fond, vous êtes pareil que les autres. Strictement aucune différence. Vous êtes un singe qui est tombé de l’arbre.

Darth Khorog s’empara de son sabre laser, mais il ne l’alluma pas. Il le laissa simplement à la vue de Niganoht. Toujours tourné vers la fenêtre, le Sith observait l’espace et les vaisseaux qui allaient et venaient. Le silence obscur de cette immensité avait quelque chose d’intimidant, comme toujours. Le Sith de son côté, commença à faire pression sur l’Esprit de son prisonnier. Sans s’y introduire, il lui fit clairement sentir sa présence dans sa tête, son intention de lui faire du mal et un aperçu de la Colère qui bouillonnait en lui, de cette haine de rien ni personne ne pouvait apaiser.

- Vous vous êtes ouverts à moi parce que je vous l’ai ordonné. Parce que sinon je vous tue, ou pire encore. Vous persistez à ne pas me dire la vérité. Toute la vérité. Soit, vous cherchez à me mener en bateau, soit vous vous mentez à vous-même. Alors dites-moi vraiment ce que vous cherchez à faire. Je me fiche éperdument de votre vie. Vous n’êtes rien, aucune valeur, aucun intérêt, vous ne représentez pas de menaces et vous n’avez rien pour vous opposez à moi. Je vous pose la question parce que je suis quelqu’un de courtois, de poli. L’un de mes disciples vous aurait déjà éventré sur place, vous aurait démolie l’esprit au point de vous convaincre que vous êtes un chat. Alors si vous ne souhaitez pas passer entre leurs mains, je vous conseille de passer aux aveux au lieu de tourner autour du pot en déblatérant des âneries. Je connais ce manège et je n’ai pas la patience pour ce genre de discussion maintenant.

Le Sith s’approcha de la cage de verre, il pointa sa griffe en direction de la tête de Niganoht puis il se mit à rugir de sa puissante voix de draethos.

- Je vous le répète pour la dernière fois, Anacondan ... Dites-moi tout ou je me permets de rentrer là-dedans et tout ce dont vous vous souviendrez avant de mourir CE SERA VOTRE CALVAIRE DURANT LES CINQ PROCHAINES SECONDES !

Il avait tellement hurlé, que ce soit dans la tête du serpent ou dans ses oreilles, qu’il en avait allumé son sabre laser sans s’en rendre compte. Le Sith savait y faire pour mettre la pression. Peut importe si le serpent disait la vérité ou non depuis le début. Le Sith avait besoin de se défouler et il allait pouvoir se faire plaisir sur un (ex) sénateur. Il aurait préféré un en exercice mais il fallait faire avec ce que l’on avait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Crédits G. (Γ) : 9

Notoriété : Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Repu10Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Emp14Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Jedi11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Margin11Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Neutra13


Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitimeSam 20 Fév 2021 - 11:52

DARTH KHOROG – Vous ne semblez pas comprendre votre situation.

Qu'est-ce qui lui permettait d'affirmer cela ? En y réfléchissant, peut-être que Drath Khorog avait l'habitude de tomber sur des prisonniers plaintifs, prêts à tous les sacrifices pour obtenir leur libération. Il s'était sûrement attendu à être supplié. « Pitié ne violez pas mon esprit, pitié libérez-moi je vous en prie... », voilà ce qu'il devait entendre le plus souvent, et sûrement se délectait-il de cela. D'autres prisonniers, plus sûrs d'eux, devaient essayer de négocier leur libération quand ils ne réussissaient pas à montrer patte blanche. Seulement, Niganoht n'était pas un prisonnier ordinaire. Oh, il avait peur, bien sûr, seulement il arrivait mieux que les autres à le dissimuler, et grâce à son sang-froid, il évitait l'accès de panique qui l'aurait en effet poussé à supplier le Sith. Peut-être aussi, quelque part en lui, se sentait-il un peu protégé par son statut officiel, car bien qu'il eût menti sur l'existence d'une personne l'ayant mandaté pour enquêter dans le bureau de Darth Khorog, les instances gouvernementales d'Agamar étaient bien au courant de sa visite sur Ossus autour du palais où logeaient les candidats à la Présidentielle de l'AGPU ; de fait, si des méthodes typiquement sith étaient employées pour anéantir son esprit, les enquêtes agamariennes voire républicaines conduiraient très rapidement à soupçonner Darth Khorog. Niganoht n'était pas fou et savait très bien qu'il ne pouvait pas se sentir invincible sur ce seul fait, mais malgré lui cette pensée devait quand même l'aider à se montrer brave. Quant à négocier sa libération, cela viendrait sans doute, mais avant cela Niganoht avait d'abord besoin de jauger l'homme à qui il avait affaire. Darth Khorog s'était déjà dévoilé plus qu'il ne l'aurait espéré. Niganoht savait en tout cas être en position de faiblesse, sur le papier en tout cas, et choisissait de répondre avec calme et avec une franchise mêlée de quelques mensonges aux questions qui lui étaient posées, ce qui en effet devait dérouter Darth Khorog qui avait l'impression que son prisonnier ne comprenait pas dans quelle situation il se trouvait.

DARTH KHOROG – J’ai beaucoup de travail, beaucoup de traîtres à châtier et à dénicher. Je n’ai pas le temps d’écouter les inepties d’un serpent qui s’amuse à démissionner de son poste d’influence pour jouer les criminels diplomatiques.

S'il n'avait pas le temps d'écouter ces « inepties », alors pourquoi posait-il ces questions ? Encore une fois Niganoht se retint bien de réagir aussi crûment, ce serait perçu comme de la provocation, de l'effronterie, et on pourrait vraiment lui reprocher de ne pas avoir conscience de sa situation. Il avait tout de même du mal à comprendre le mécanisme de pensée de Darth Khorog, qui semblait là lui reprocher de répondre à ses questions, ce qui ne faisait aucun sens.
Et il y eut encore cette insulte, “serpent” : Darth Khorog tenait véritablement à animaliser Niganoht. Il lui parlait avec un mépris raciste incroyable, et s'il avait su noter tout l'effort de Niganoht pour ne pas se vexer de ces insultes, il ne l'aurait pas soupçonné de ne pas comprendre sa situation.

DARTH KHOROG – Je pourrais vous tuer ici même, là dans cette pièce et vous jeter dans l’espace. Personne n’en saurait rien et moi je pourrais retourner à mes affaires qui, elles, sont très urgentes contrairement à vous...

Mais alors pourquoi ne le faisait-il pas ? Plus Darth Khorog affichait de simples velléités, et plus Niganoht se sentait confiant d'en découvrir plus sur ce personnage. Pour cela, encore une fois, la clé était de ne surtout pas le provoquer. Niganoht avait de la chance que Darth Khorog refusât d'employer la manière forte, et il devait la jouer finalement pour comprendre pourquoi et réussir à s'en tirer indemne. Dos à lui, le regard perdu dans l'horizon offert par la seule fenêtre de la pièce, Darth Khorog continua à débiter quelques velléités, puis tint encore quelques propos incohérents, ou tout du moins injustifiés, comme quand il accusa Niganoht d'avoir trahi la République. Niganoht avait certes bravé quelques lois en s'introduisant par effraction dans le bureau de Darth Khorog en employant une méthode permis par sa nature de « serpent », mais de là à dire qu'il avait « trahi la République »... Niganoht venait justement d'affirmer qu'il voulait pour la République la même chose que Darth Khorog pour l'Empire ; or personne n'oserait accuser Darth Khorog d'avoir trahi l'Empire. Cela n'avait pas de sens, pas plus que de mettre au défi Niganoht de tuer un Jedi et de le manger – encore une insulte raciste, puisqu'il ramenait Niganoht à un animal incivilisé capable de manger une personne – pour se sentir égal à lui : Niganoht n'avait jamais prétendu être égal à Darth Khorog, il avait simplement aligné leurs intentions.
Les tentatives de Niganoht d'amadouer Darth Khorog ne pouvaient hélas pas fonctionner si ce dernier interprétait ses paroles de travers...

DARTH KHOROG – De plus vous n’avez pas été très utile. Vous introduire dans mon bureau, sans préparation, ni contacts, pas d’alliés, pas de soutien en cas d’échec, personne pour vous retrouver, personne pour vous informer. Si vous aviez des alliés et des informations, vous sauriez que nous ne gardons pas de dossiers sensibles. Vous auriez été prévenu de l’arrivée de Zinsko à l’avance pour pouvoir vous cacher. Vous êtes un amateur, Niganoht.

Pour une fois les propos de Darth Khorog devenaient plus pertinents. Encore que... Il était peut-être trop tôt pour affirmer que Niganoht n'avait aucun soutien en cas d'échec. En revanche, les faits avaient démontré que Niganoht avait manqué d'informations. Ce manque d'informations pouvait avoir plusieurs explications et Darth Khorog n'en retenait qu'une seule : il avait agi seul. Soit il était de nature à aller très vite en besogne dans ses déductions, soit il essayait de piéger Niganoht en bluffant pour obtenir la vérité.

DARTH KHOROG – Vous vous cachez derrière votre masque pour faire passer ce qui est, selon vous, juste. Mais au fond, vous êtes pareil que les autres. Strictement aucune différence. Vous êtes un singe qui est tombé de l’arbre.

Autant de mépris, de dégradation... En certaines circonstances, cela pouvait avoir un effet. Lorsque l'on voulait manipuler une population ou un entourage voué à la servitude, la dégradation pouvait amener l'auditoire à se rabaisser au niveau auquel il était considéré, à être plus servile, plus complaisant. Seulement, c'était un processus à long terme qui devait être utilisé pernicieusement. Là, Darth Khorog ne faisait que lâcher une série d'insultes à une seule personne de façon grossière, et cela ne pouvait apporter aucun effet positif. Et il devait très bien le savoir. Alors était-ce simplement un acharnement gratuit ? Niganoht servait-il d'exutoire ? Darth Khorog avait-il besoin de cela pour se sentir au-dessus ? Dans les faits, Darth Khorog avait le pouvoir, dans cette situation ; mais il se décrédibilisait tout seul en s'énervant comme un enfant, en lâchant des menaces et des insultes dans le vent.

Pour en rajouter une coucher, Darth Khorog attrapa son sabre-laser ; sans même tourner le regard vers Niganoht, il le laissa bien à la vue de ce dernier, dans sa main, sans l'allumer, juste une façon de rappeler que « s'il le voulait, il pourrait le tuer net d'un seul geste ». Cette accumulation superflue de menaces avait forcément une signification, et si Niganoht avait été psychologue ou mentaliste, il aurait su deviner cette signification. Darth Khorog en rajoutait toujours plus dans la menace et dans l'insulte, alors qu'on avait déjà bien compris l'idée depuis longtemps.

Darth Khorog répéta sa question ; il voulait savoir ce que Niganoht cherchait à faire, persuadé qu'il lui avait menti sur toute la ligne. Niganoht avait partiellement menti, certes, mais pas sur ses intentions, pour le coup. Darth Khorog était-il si peu confiant, se sentait-il si précaire, pour tout remettre en doute, pour être persuadé que Niganoht le manipulait complètement ? C'était peut-être ça, la raison de ces accumulations de menaces et d'insultes. Une façon pour lui de se positionner en dominant, de se réconforter face à quelqu'un par qui il avait peur de se laisser manipuler. Il prétendait que Niganoht ne comprenait pas sa situation, mais la réalité était inverse : c'est bien Darth Khorog qui semblait ne pas avoir conscience d'avoir la position dominante, d'être celui qui avait les armes en main. S'il en avait eu conscience, il n'aurait pas eu besoin de s'exciter autant, il aurait gardé plus de sang-froid et aurait mené un vrai interrogatoire pour démêler le vrai du faux, au lieu de répéter bêtement la même question en série en partant du principe qu'il n'entendait que des mensonges. Quel manque de lucidité pour un Grand Inquisiteur.

DARTH KHOROG – Vous n’êtes rien, aucune valeur, aucun intérêt, vous ne représentez pas de menaces et vous n’avez rien pour vous opposez à moi. Je vous pose la question parce que je suis quelqu’un de courtois, de poli.

Peut-être était-ce en partie vrai, Niganoht pouvait bien accorder le bénéfice du doute ; mais il y avait autre chose de plus profond. Darth Khorog n'était simplement pas à l'aise, voilà tout. Il savait que tuer l'ex-sénateur pourrait avoir des conséquences, ne serait-ce qu'attirer l'attention sur lui, même s'il faisait tout pour ne pas laisser de traces. Il avait peut-être aussi ce besoin de contempler sa proie, son animal, son serpent, comme un chat jouant avec son trophée. Seulement il se mettait tout seul dans l'embarras.

Une fois que l'on avait dit tout cela, cependant, il restait à savoir comment convaincre quelqu'un qui refusait obstinément de croire. Darth Khorog attendait la vérité, et quand elle lui était servie, il la rejetait. Le problème venait peut-être aussi en partie de Niganoht lui-même. Déjà, qui voulait croire un « serpent » ? Le racisme, il n'avait pas attendu Darth Khorog pour le subir, et le simple fait d'attirer plus facilement la méfiance parce qu'il ressemblait trait pour trait à un vrai serpent, Niganoht connaissait cela depuis qu'il avait quitté le giron familial. Cela, encore, il n'y pouvait rien. Seulement, sa façon inhabituelle de réagir à son incarcération était peut-être fautive, aussi. Il déroutait, et ne pouvait donc pas nier qu'il provoquait en retour des réactions irrationnelles. S'il avait immédiatement supplié Darth Khorog, ce dernier se serait senti en terrain conquis et les choses auraient filé droit. Niganoht pouvait donc peut-être aussi se reprocher le fait de ne pas être cru dans ses élans d'honnêteté : à se comporter de façon inhabituelle, il se rendait suspicieux, ça allait de soi.

En punition, Darth Khorog commença à faire sentir une sorte de pression spirituelle à Niganoht. Il arrivait déjà à atteindre son esprit via la Force et lui donnait un avant-goût des souffrances qu'il pouvait lui infliger. L'Anacondan siffla sourdement et se tassa, son corps se contractant légèrement sur place. Enfin Darth Khorog se mit à hurler une ultime menace tout en allumant son sabre-laser. Niganoht s'aplatit à même le sol de sa cage en verre.

NIGANOHT – Seigneur Khorog (il l'appela soudain “Seigneur” en espérant que cela aiderait à le calmer, sans certitude), dites-moi à quel moment vous pensez que je vous cache la vérité. Dans la situation où je suis, je ne peux pas me permettre de vous mentir. Je vous ai dit ce que vous vouliez savoir. Je vous ai dit que j'avais des doutes sur vos intention à la tête de l'AGPU, et c'est vrai. Je vous ai dit beaucoup d'autres pensent comme moi, et c'est vrai. Je vous ai dit que c'est pour cela que je suis entré dans votre bureau, et c'est vrai. Je ne savais pas à l'avance ce que je cherchais, c'est vrai. Je vous ai dit avoir démissionné de mon poste de sénateur par conviction, et c'est vrai. J'ai accepté un autre poste parce qu'il me permettrait de me rendre ailleurs qu'au Sénat et d'agir plutôt que de parler, et c'est vrai. Si j'étais resté sénateur, je n'aurais pas pu enquêter par moi-même sur vous, dans votre bureau, on m'aurait reproché le simple fait de voyager sur Ossus, alors que mon nouveau poste me le permet. C'est vrai aussi que l'on sait que je suis venu sur Ossus. Vous êtes Grand Inquisiteur, vous savez donc que tout cela est vrai. A quel moment ne me croyez-vous pas ?

Darth Khorog l'avait qualidié de « traître » à la République alors que Niganoht avait affirmé vouloir la « nettoyer de ses mauvaises herbes ». Peut-être simplement qu'il connaissait le réel point de vue de Niganoht sur la République, il savait que l'ex-Sénateur d'Agamar ne voulait en tirer que des bénéfices en rejetant tout ce qui le muselait. Il savait forcément que Niganoht était hostile aux Jedis. Peut-être était-ce pour cela qu'il l'avait qualifié de « traître », alors il n'avait même pas de question à poser sur ce point, et rien n'entrait en contradiction avec les affirmations que Niganoht venait de répéter.

NIGANOHT – Et vous avez raison, j'ignorais qu'aucun dossier sensible ne se trouvait dans votre bureau. Reconnaissez que si j'avais pu facilement avoir l'information de leur réelle localisation, cela aurait fait de vous un piètre Inquisiteur. Tout ce que mon manque d'informations démontre, c'est votre prudence et votre capacité à tenir ces choses-là secrètes parce que vous avez toutes les qualités requises pour être Grand Inquisiteur. Je fais appel à une autre de ces qualités : la lucidité. Cela fait plusieurs fois que vous exigez la vérité, et je vous la donne. Et vous savez que c'est la vérité, vous-même vous l'avez dit : « vous ne vous êtes ouverts à moi que parce que je vous l'ai ordonné », oui, je me suis ouvert à vous, c'est donc la vérité que je vous ai livrée, parce que vous me l'avez ordonnée. J'ignore maintenant quoi vous dire de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths _
MessageSujet: Re: Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths   Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Le recrutement interdit : un nouveau serpent chez les Siths

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Le Jeu :: 
Reste de la Galaxie
 :: Ossus
-