Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeMer 31 Juil 2019 - 12:13

Quelques données flottaient deci-delà sur un dossier tristement vide, au goût du Gardien méticuleux en tout cas. Bien que peu porté sur la paperasse, il estimait que s'il mettait toute son âme à brandir son sabre-laser, les Consulaires devraient pareillement manier leur plume. Les préliminaires bâclées, la mission renvoyée au dernier instant parce que l'autre Maître Jedi assignée n'était plus disponible. Voilà un désordre qui ne plaisait guère au Guerrier, tout ça pour un Apprenti Sith. Pire, un Gungan. L'une des créatures les plus ingénues et faibles mentalement du règne des Êtres Pensants, oscillant parfois à la frontière de celle des animaux. C'est du moins ce qu'aurait songé l'ancien Alycius, raciste comme tout bon Nazzar, même si ce trait était naturellement dilué chez lui, achevant d'ailleurs de diminuer grâce à son éducation Jedi. Aujourd'hui donc, c'était plus avec lassitude que mépris que l'équidé contemplait le Dapadad concernant ce Yulpi, si tenté que ce soit son vrai prénom.

Le Maître avait donc perdu du temps à fouiller les archives à la recherche du rapport, puis de l'auteur du rapport: Luke Kayan, l'ancien Padawan de Saï Don. Il avait brièvement interrogé le blond qui lui avait pourtant transmis une information plus intéressante que tout ce qui se trouvait dans le dossier et l'aiderait à adopter le comportement adéquat face à Yulpi. Le Consulaire hésitait quant à savoir si l'amphibien s'était joué de lui mais il supputait que son âme n'était pas totalement noircie, de fait bien peu au regard de ses intentions premières d'aider la population de Raxus. Quant à savoir si c'était une stratégie lâche pour s'en tirer, Alycius l'ignorait. Luke n'impressionnait guère à première vue, mais les Gungans n'étaient pas réputés pour leur courage.

En pénétrant dans la prison d'Iziz puis dans le quartier réservé aux détenus maîtrisant la Force, Alycius avait une attitude annonciatrice de son approche. Enrobé de superbe sans verser dans l'arrogance, le Nazzar marchait lentement, d'un pas situé entre la puissance et la souplesse. Ça avait toujours été comme ça avec lui, issu d'une "race" semi-lourde, il alternait entre force et grâce sans atteindre le potentiel des autres habitants de Nazris qui s'entraînaient toute leur vie, amants de la duplicité. Le charisme du Maître était, quant à lui, à prendre ou à laisser, brute, pur. Soit on se laissait captiver, soit l'on se riait de sa personne sachant que ni l'un ni l'autre ne l'importait en général. Aujourd'hui néanmoins le Maître devait obtenir des réponses de ce prétendu Sith dont le lait maternel coupé à l'eau de Naboo coulait encore des narines. Cette idée l'énervait, c'est un de ces fichus diplomates qui aurait du venir ici, faire parler Yulpi par la douceur et ou en l'intimidant, pas lui. Mais qu'importe, le Jedi essayerait d'accomplir correctement sa tâche, comme il l'avait fait avec ce fichu dinosaure, ex- Padawan, traître dévergondé. Avec ce Gungan ce serait peut-être plus simple, au moins n'avait-il pas trompé l'Ordre, le Guerrier avait donc moins d'apriori sur sa personne.

Le champs de Force s'abaissa quelques secondes, juste le temps qu'Alycius ne pénètre dans la cellule. Dans le fond de cette dernière, renforçant son côté misérable, Yulpi dormait. Le Jedi poussa un soupir, se demandant s'il feignait de piquer un somme ou n'avait même pas senti un ennemi arriver. Quel Sith, décidément!

- Bonjour.

Fit-il de sa voix calme et profonde, teinté de calme. Au cas où si l'autre dormait profondément -ce qui serait étonnant vu l'endroit- il accompagna ses propos d'une Onde de Force légère, ni agressive, ni amicale mais en tout cas respectueuse des frontières de l'esprit de Yulpi. Ce n'était pas une méthode Jedi que de violer le cerveau de quiconque, même celui de leurs amis. Automatiquement, une de ses mains s'avança, munie d'un verre d'eau fraîche et limpide que le Jedi posa sur la table. De toute évidence, le cadeau était à l'intention du Gungan dont personne n'ignorait les besoins aqueux. En contrepartie, l'air sévère d'Alycius soulignait qu'il ne laisserait passer aucune erreur. S'il était près à traiter correctement Yulpi, ce dernier avait intérêt à ne rien tenter d'idiot.

- Je m'appelle Maître Alycius El'Dor et je suis chargé de votre interrogatoire. Vous n'êtes pas obligé de collaborer mais ce serait judicieux de le faire. Contrairement à ce que vous songez éventuellement, je ne suis pas votre ennemi. Je pourrais même vous aider.

Il y avait chez Alycius, cet air dur que certains n'appréciaient guère tandis que d'autres le valorisaient comme la promesse d'un homme qui tient parole. Un de ces avares en paroles, en folâtreries et autres fioritures qui composaient les armes des Hypocrites ou des Lâches. Tout respirait l'honnêteté, la droiture et probablement un peu la rigidité chez Le Jedi.

- Alors, pourquoi les Siths? -Débuta derechef le Guerrier, pas le moindre du monde concerné par ce qu'on appelle la délicatesse.- Un choix étrange pour quelqu'un qui voulait aider les habitants de Raxus selon les rumeurs.

Comme pour appuyer ses propos, l'oreilles droite du Jedi pivota vers l'arrière, le côté avant de revenir vers son interlocuteur dont il n'avait aucunement demandé l'identité. Pour quoi faire? Autant que son dossier déjà peu garni leur serve à économiser. Yulpi ou pas Yulpi, cet assemblage de lettres ferait l'affaire pour commencer l'interrogatoire de ce Sith hors norme. Au moins, Alycius lui donnait-il l'opportunité de s'exprimer clairement, de s'ouvrir s'il le désirait, bref de se défendre.

D'un geste concis, il avait d'ailleurs désigné une chaise en face de celle où il venait de s'asseoir pour que son vis-à-vis, plus grand que lui-ce qui était rare!- puisse s'exprimer d'égal à égal. Ou presque, si l'on considérait la carte qui dormait dans une des poches intérieures de sa toge, celle qui permettait au Jedi de sortir à sa guise, là où le Gungan était bien coincé. Pour son plus grand malheur et sans doute bonheur car Alycius ne doutait pas que pour son échec ou sa collaboration avec l'ennemie (si elle était éventée) lui vaudrait bien pire punition qu'un champs de force, une petite table en bois sombre et un verre d'eau chez les Lames Rouges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeMer 31 Juil 2019 - 16:27

Pas facile de dormir après avoir raté une mission importante pour les Siths. Yulpi s'était inscrit en faux sur le champ de bataille, apportant son assistance aux civils qu'il jugeait innocents, ce qui lui aurait valu au minimum un passage par le conseil disciplinaire, au pire l'accusation de trahison et d'intelligence avec l'ennemi avec comme sanction la peine capitale. Et s'il avait eu très peur de se faire remarquer par une patrouille de soldats, c'est finalement l'ennemi qui l'avait empêché d'accomplir proprement sa « trahison ». Ironie du sort. Obligé de descendre dans des égouts pour ne pas être vu en train de discuter avec un Jedi, Yulpi avait tout loupé. Certes, il n'avait pas été vu en train d'assister les civils raxuloniens, mais il n'avait pas non plus été vu en train d'accomplir sa mission, son devoir, en attaquant l'ennemi. Pire, perdu dans les égouts, laissé à lui-même, il avait été capturé par des soldats républicains, assommé et embarqué.

Pas facile de dormir sur un sol dur, sans même une paillasse. Yulpi se sentait épuisé par ce qu'il venait de vivre, d'échouer. Il redoutait la réaction de Maître Tisjess lorsqu'il retournerait auprès de lui – s'il venait à retourner auprès de lui, car pour l'instant il devait s'occuper seul de son sort, et rien ne lui garantissait d'être sorti d'affaire un jour. Il n'avait pas réussi à dormir, ou si peu, durant le trajet, et il rattrapait son sommeil dans une salle d'interrogatoire. Une cellule qui semblait tout spécialement prévue pour les utilisateurs de la Force. Champs magnétiques, bulles de Force, système de sécurité de pointe, tout pour empêcher un sensitif de se servir de ses pouvoirs de la Force pour tenter une évasion. Yulpi avait juste droit à une table et des chaises. Mais il avait envie d'un lit.

Pas facile de dormir quand on est prisonnier des Jedis. Car de toute évidence, il devait être chez eux, ou pas loin. On l'avait vaguement interrogé, à peine, et on avait refusé de lui dévoiler l'endroit où on l'embarquait. Yulpi avait une petite idée. Non pas de la planète, mais vu la structure apparente de la prison, depuis sa cellule et pour ce qu'il en avait vu en étant poussé dans les couloirs, les Jedis n'étaient pas loin. Cette prison avait même dû être commandée par les Jedis, pour leur usage. Yulpi était chez l'ennemi. Ce simple fait ne pouvait pas l'aider à dormir sur ses deux oreilles.

Non, pas facile de dormir dans ces conditions. Pas du tout.

Pourtant Yulpi avait fini par s'assoupir. Affalé au pied d'un mur de sa cellule, misérablement. Il se cassait le dos pour grapiller quelques préciseuses minutes de micro-sommeil. L'occasion pour son cerveau de faire le point sur sa situation, d'anticiper le pire, d'imaginer un moyen pour que les Jedis le relâchent, d'appréhender les sanctions de Tisjess pour son échec et sa faiblesse. Il avait brillé dans le Tournoi des Apprentis sur Korriban. Il pensait avoir commencé à se faire un nom. On comptait sur lui, on pouvait placer de l'espoir en lui. Et il venait de tellement décevoir. Et maintenant, il avait peur.
On lui avait laissé ses habits de Sith, mais on lui avait ôté tout effet personnel, à commencer bien sûr par son sabre-laser. Il était là, affalé contre un mur, yeux clos, misérable, dans sa bure d'Apprenti, pieds nus comme toujours, jambes étendues au sol, une oreille glissant sur son bras.
A quelle sauce les Jedis allaient-ils le manger ? Quelles tortures allaient-ils lui infliger pour l'interroger ? Les Siths les décrivaient comme faibles et lâches, ne sachant jamais utiliser la manière forte, ce qui causerait leur perte inexorablement. Yulpi n'avait jamais autant souhaité que tout ceci fût vrai. Et s'ils n'employaient pas la torture pour l'interroger ?
Mais qui n'employait jamais la torture pour interroger ?...

ALYCIUS – Bonjour.

La voix fit sursauter Yulpi, l'extirpant un peu sèchement de sa torpeur. Il cligna des yeux.

ALYCIUS – Je m'appelle Maître Alycius El'Dor et je suis chargé de votre interrogatoire.

Maître...
Maître Jedi ?!

C'était donc le moment ?!

Yulpi écarquilla les yeux, comme sous l'effet d'un électrochoc. Un mâle à tête d'équidé se tenait assis sur une chaise, à la table au milieu de la cellule d'interrogatoire.
L'ennemi était là, décidé à le faire passer à table.

Yulpi se recula, poussant le sol de ses pieds nus, une mine apeurée, se cognant le dos dans le coin de sa cellule. Ca ressemblait à un début de terreur nocturne. Le Maître Jedi lui avait juste fait peur en le réveillant en sursaut.

Tisjess aurait honte de lui. Montrer sa peur de cette façon face à un Jedi.
Mais là, oui, Yulpi avait peur. Il était chez l'ennemi. En position de faiblesse. Loin de tout. Muni de rien. Etait-ce tant que ça une honte d'avoir peur ? Yulpi refusait de le croire. Maître Tisjess pouvait garder ses sermons pour lui. Yulpi n'avait jamais aimé sa façon de voir les choses, de toute façon.

ALYCIUS – Vous n'êtes pas obligé de collaborer mais ce serait judicieux de le faire. Contrairement à ce que vous songez éventuellement, je ne suis pas votre ennemi. Je pourrais même vous aider.

Oh, vraiment, ce Maître Jedi n'était pas un ennemi ? S'il essayait de prendre Yulpi pour un idiot dès le départ, ça n'allait pas aider ce dernier à être coopératif.

YULPI – Si vous n'étiez pas mon ennemi, vous ne m'auriez pas emprisonné dans cette cellule.

Quant à aider Yulpi... Franchement, les dernières personnes dont il pouvait espérer de l'aide, ce sont bien les Jedis ! On ne capture pas quelqu'un dans une salle d'interrogatoire pour lui dire qu'on peut lui apporter de l'aide. Ca n'a aucun sens. Pourtant, il était vrai, Yulpi n'avait pas envie de croiser Tisjess dans les prochains jours. Il ne savait pas exactement ce qu'il risquait, tout dépendait des informations remontées aux Siths. Si personne ne l'avait remarqué en train d'aider des civils ou de discuter avec un Jedi, il risquait au plus un gros sermon pour n'avoir pas plus participé à la bataille. Il s'en tirerait à bon compte. Yulpi n'avait pas l'impression d'avoir été remarqué par un Impérial, mais en était-il sûr ? Non, et c'est ce qui l'angoissait. Mais il n'imaginait pas les Jedis être plus tendres avec lui. Il était un Sith, leur ennemi juré.

ALYCIUS – Alors, pourquoi les Siths ? Un choix étrange pour quelqu'un qui voulait aider les habitants de Raxus selon les rumeurs.

Ce Jedi Humain avec qui Yulpi avait dû échanger avait donc tout rapporté à sa hiérarchie. On ne pouvait pas lui en vouloir, c'était aussi son devoir, il ne pouvait pas cacher cela. Et au final, c'est ce qui valait peut-être à Yulpi d'être simplement emprisonné plutôt que mort, tué par les soldats républicains. Quoiqu'il y avait eu cette trêve... Alors disons que Yulpi aurait peut-être droit à un traitement particulier pour un prisonnier. Quitte à être capturé par l'ennemi, le comportement qu'il avait eu sur le champ de bataille pouvait jouer en sa faveur.

Yulpi posa un regard sur le verre d'eau, posé là sur la table, semblant n'attendre que lui. Offert par le Maître Jedi. Il déglutit, puis se racla la gorge. Il se frotta le museau, et se leva lentement, histoire de garder un peu de dignité. Remis sur ses pieds, le Gungan sentait toujours son cœur battre à toute allure, comme affolé car pris dans un étau. L'ennemi était là, à deux mètres de lui, le fixant de son regard équin. Une mignonne frimousse d'animal, à peau noir et aux crins argentés. Yulpi essaya de se dire qu'il n'avait qu'un animal en face de lui, un gentil cheval, histoire d'essayer de se sentir moins impressionné.

Yulpi ne voulut pas s'asseoir face au Maître Jedi, ayant trop peur qu'au dernier moment, ce dernier lui refusât le verre d'eau pour jouer avec ses nerfs. Bon, il venait d'essayer de lui dire qu'il n'était pas un ennemi, alors ce ne serait pas très cohérent. Mais Yulpi avait peur, voilà tout. Il préférait rester éloigné. Mais il avait bien envie de boire. Aussi s'empara-t-il du verre d'eau à distance avec sa langue, dans un geste plus vif et plus précis qu'il ne saurait le faire avec un bras. Il décolla sa langue de la paroi du verre pour en boire le contenu, lentement, savourant chaque gorgée. Puis il répondit au dénommé Alycius sans le faire plus attendre :

YULPI – Où étaient les Jedis quand ma famille s'est fait tuer ? Nulle part. Absents. Naboo, les Gungans, c'est pas leur affaire. Mais un Sith était là et a été le seul à me tendre la main quand je venait de perdre tout, la ville où je vivais, tout. Et maintenant vous voulez m'aider ? Pourquoi vous aideriez un Sith ?

Ca intéressait vraiment Yulpi de le savoir, ce n'était pas une provocation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeMer 31 Juil 2019 - 17:22

Alycius s'autorisa un haussement de sourcil, un seul, presque imperceptible qui souligna l'espace d'un instant une mimique de surprise. C'était donc ça qu'envoyaient les Siths à la guerre ? Manquaient-ils à ce point de chair à canon ou était-ce une stratégie pour déblayer le terrain ou mettre en confiance leurs adversaires quant à leurs capacités? Mais le Jedi ne continua pas sur ce chemin tentant du dédain. Il ne pouvait pas sous-estimer l'adversaire. Le geste vif du Gungan avec sa langue lui rappela implicitement ce fait, bien que dépourvu de son sabre, il disposait d'une arme qui pouvait saisir un cou, un bras voire une jambe. À l'instar du Nazzar qui ne portait pas son sabre aujourd'hui- précisément pour éviter que le détenu ne s'en saisisse.- pouvant compter sur ses redoutables sabots. Alycius avait du faire appel à une bonne partie de son sang-froid pour retenir un sursaut lorsque l'organe démesuré de la créature des eaux s'était enroulée autour du verre afin de s'en saisir. Heureusement, solennel et peu expressif de nature, il avait su faire comme si de rien n'était, choisissant de ne pas réprimander le Gungan pour cet acte qui, s'il surprenait, ne semblait ni agressif, ni provocateur.

Tout en laissant le prisonnier se décider à avaler son verre d'eau, le Bretteur s'octroya une observation plus détaillée de son faciès expressif. Yulpi et lui n'avaient en commun que des origines animales, la taille et une silhouette relativement fine. Tout autrement semblait destiner à les séparer: habillé d'une peau écailleuse claire, l'amphibien Sith n'avait pas l'air méchant, tandis que lui, le Jedi au pelage sombre en imposait le plus, jouant d'ailleurs sur cette apparence, qui, à défaut d'être patibulaire était des plus sévères. D'autant plus sévère si on opposait son attitude à celle du Gungan, presque enfantine. Le recul soudain, son visage offrant une peur évidente en pâture à l'ennemi étaient-ils des tentatives pour l'amadouer? Il restait peu d'options au Gungan pour essayer de s'en sortir et Alycius savait les Siths talentueux en duplicité. Ceci dit, il rangea ces questions de côté, décidé à maintenir une ligne de conduite qui semblait fonctionner, sauf si le supposé apprenti mentait extrêmement bien.

- Vous m'en voyez désolé.- Malgré son masque de froideur, il était paradoxalement facile, en cet instant précis, de sentir que l'équidé compatissait vraiment avec le sort de la famille de Yulpi. Cela ne dura guère, mais le Nazzar laissa filer tout de même quelques secondes de silence en guise d'hommage.- Hélas, si les Jedis sont effectivement déjà intervenus sur Naboo, et certainement auprès des Gungans- certes, il ne devait pas y avoir de nombreuses missions de ce type, mais sur ces terres verdoyantes où l'Ordre avait plusieurs fois tailladés de mauvaises herbes bien cachés, ça devait bien être arrivé. Ceci dit ces Amphibiens étaient les premiers à se couper du reste du Monde, se sentant supérieurs au fond de leur marais. Et évidemment pour les reproches, ils refaisaient surface. Classique.- La Galaxie est grande, les troubles nombreux. Le fait de ne pas avoir été là lorsque ce drame a eu lieu relève d'une triste coïncidence. Par contre, je doute que la présence de ce Sith en ait été une, de coïncidence. Avez-vous vraiment identifié les attaquants? Ne serait-ce pas ceux dont vous loué l'intervention? Et puis, au final, reconnaissez que la promesse d'un nouveau membre fidèle, redevable était une raison honorable de faire l'effort.

En résumé, la Lame Rouge avait probablement profité de l'occasion, sentant la présence du jeune Gungan au sein de la Force. Et rien de tel qu'un Orphelin tout frais à qui laisser penser qu'on l'avait sauvé. Puissant ou non, chez les Siths, incapables d'offrir la confiance à un pair à cause de leur nature assassine, prompts à assassiner pour le pouvoir, c'était une denrée rare. Mais finalement, Alycius se moquait des véritables intentions celui que défendait Yulpi: qu'il ait eu la "chance" de passer par là ou soit l'instigateur de la mort de cette dernière, il n'avait fait qu'émettre une idée. Si le Gungan faisait montre de la même capacité de flexibilité que sur Raxus, il saurait ouvrir son esprit et réfléchirait sur ces fameux doigts tendus.

- Quoiqu'il en soit, toutes leurs idées ne vous conviennent pas. Et c'est pour ça que je peux intervenir en votre faveur. Nous n'aidons pas les Siths, Monsieur Bepads. Nous aidons les citoyens. Ce que vous avez prouvé être en voulant aider sur Raxus: un être doté de raison, de sensibilité.

Certains Jedis essayaient toujours de repêcher les pires Siths. Pas Alycius. Pour lui la rédemption avait ses limites, et encore, auparavant il n'y croyait nullement. Il avait fallu lui ouvrir les yeux, lui rappeler que lui aussi d'une certaine façon avait changé. Passé de l'ombre d'une secte puis celle bien différente mais également glauque des bars où il subsistait misérablement, le Nazzar avait finalement eu le déclic. Aidé par une volonté naturelle de porter secours, de participer à l'élèvement de la société -même si chez lui ce n'était guère visible.- il avait fini par être nommé Padawan, Chevalier puis Maître et ce tardivement. Pour Yulpi, ce n'était donc pas trop tard, qu'il soit destiné à redevenir Jedi ou civil, il n'avait été accusé d'aucun crime personnellement. La République pouvait décider de le relâcher pourvu qu'un organisme parle en son nom: l'Ordre par exemple? Mais c'était encore trop tôt pour en parler au Gungan. Ou du moins tout lui dévoiler: une petite goutte pourrait éventuellement aviver sa soif.

- Du reste, nous n'avons aucun intérêt à vous garder ici. Ce serait une cellule de moins disponible, des frais supplémentaires pour le contribuable... Bref, vous n'êtes pas un ennemi d'assez grande envergure pour vous refuser une libération à jamais. En fait, nous visons plus haut. Mais pour cela nous aurions besoin d'informations, et... D'un certain engagement de votre part, Yulpi, car au sein de cette société, il nous ait impossible de relâcher un assassin en puissance. Vous le comprenez, n'est-ce pas?

Évidemment, inutile de songer à libérer un potentiel utilisateur de la Force sans morale. Néanmoins, qui sait si avec le temps, des preuves, le Gungan pourrait opter à une libération... Après tout, il existait des programmes de réinsertion et l'Ordre avait une certaine crédibilité à l'heure de se porter garant.

Laissant l'amphibien trier ses propos, décider ou deviner de son propre fait ce dont il parlait concernant "des informations", le Jedi se tut consciencieusement. Ses yeux se posèrent un instant sur le verre d'eau vide, il en commanda deux autres à un garde qui partit en maugréant "je-ne-suis-pas-un-valet". Toujours assis, le Maître disposa l'un des récipients au même endroit où se trouvait encore la marque humide du premier et se saisit de l'autre pour lui, entreprenant d'en boire une petite gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeVen 2 Aoû 2019 - 19:28

ALYCIUS – Vous m'en voyez désolé.

Quelques secondes flottèrent pendant lesquelles Yulpi s'interrogea sur cette phrase : il imaginait d'instinct le Jedi se montrer moqueur, et ne pas être désolé du tout de découvrir le passé d'un Sith, ne pas vouloir s'apitoyer dessus ni montrer la moindre compassion pour cet ennemi, et pourtant il n'arrivait pas à trouver le ton employé en accord avec ce qu'il s'imaginait. Comme si le Jedi était sincèrement compatissant. Etait-ce possible ?

ALYCIUS – Hélas, si les Jedis sont effectivement déjà intervenus sur Naboo, et certainement auprès des Gungans, la galaxie est grande, les troubles nombreux. Le fait de ne pas avoir été là lorsque ce drame a eu lieu relève d'une triste coïncidence.

Tisjess voyait rarement des coïncidences. Comme tout grand sage, il estimait que la Force poussait les évènements, et qu'il y avait souvent des intentions cachées derrière chaque geste. Les tensions entre Gungans et Humains, à Flux-Vagan, s'étaient construites progressivement ; il s'était écoulé sept ans entre l'inauguration de l'avant-poste commercial, et la bataille sanglante, et depuis le tout début, Gungans et Humains avaient eu du mal à se faire confiance et à complètement s'entendre. Les Jedis avaient été insensibles à ces évènements ; pas les Siths. Ce n'était pas une coïncidence si jusqu'au jour de la bataille sanglante, aucun Jedi ne s'était présenté : c'était le signe d'un désintérêt total de leur part pour le sort de quelques amphibiens délurés sur une planète reculée et sauvage.

ALYCIUS – Par contre, je doute que la présence de ce Sith en ait été une, de coïncidence. Avez-vous vraiment identifié les attaquants ? Ne serait-ce pas ceux dont vous louez l'intervention ? Et puis, au final, reconnaissez que la promesse d'un nouveau membre fidèle, redevable était une raison honorable de faire l'effort.

Non mais il essayait de dire quoi, là ?! Que les Siths avaient causé la bataille entre Naboos et Gungans ? Tout ça pour avoir une recrue reconnaissante ?
C'était la tentative de manipulation la plus grotesque et grossière que Yulpi n'avait jamais entendue. Il était scandalisé. Il n'oubliait pas où il était et à qui il parlait – un Maître Jedi sans doute beaucoup plus puissant que lui – et c'est pourquoi il fit l'effort de se contrôler pour ne pas exploser de rage sur lui. Mais il ne put s'empêcher complètement de réagir...

YULPI – Vous plaisantez, j'espère ?! Les Siths se seraient donnés tout ce mal juste pour me recruter, moi ?! Sans même savoir à l'avance s'il y avait un seul sensitif dans la ville ?! C'est tout ce que vous avez trouvé ? J'ai vu des gens mourir sous mes yeux, y compris ma famille ! Et ce ne sont pas des Siths qui les ont tués !

Le Jedi équin affichait pourtant une façade froide, imperméable. Il était trop maître de lui-même, trop maître de ses émotions. Il n'allait pas se laisser déranger par l'agitation du Gungan à la fois apeuré et outré. Il allait continuer à mener cet interrogatoire de façon implacable. Mais s'il voulait se faire passer pour un gentil, il allait devoir trouver une approche moins grossière.
Ce Maître Jedi savait une chose : Yulpi avait porté assistance à des civils de Raxulon. Il se servit de ce fait pour émettre l'idée que Yulpi ne partageait pas toutes les idées des Siths. Et Yulpi ne pouvait pas le contredire sur ce point. Il ne pouvait pas nier toutes les “disputes” qu'il avait régulièrement avec son maître.

ALYCIUS – Nous n'aidons pas les Siths, Monsieur Bepads. Nous aidons les citoyens. Ce que vous avez prouvé être en voulant aider sur Raxus : un être doté de raison, de sensibilité.

Et dans toute son arrogance, ce Jedi estimait que ça ne collait pas avec sa définition d'un Sith. Comme si, parce qu'on était Sith, on ne pouvait être doté de raison et de sensibilité. Insultant.

ALYCIUS – Du reste, nous n'avons aucun intérêt à vous garder ici. Ce serait une cellule de moins disponible, des frais supplémentaires pour le contribuable... Bref, vous n'êtes pas un ennemi d'assez grande envergure pour vous refuser une libération à jamais. En fait, nous visons plus haut. Mais pour cela nous aurions besoin d'informations, et... d'un certain engagement de votre part, Yulpi, car au sein de cette société, il nous est impossible de relâcher un assassin en puissance. Vous le comprenez, n'est-ce pas ?

Un « assassin en puissance ». On y était. Voilà donc comment ce Maître Jedi voyait Yulpi à cet instant. Pourtant, il affirmait qu'une libération était possible, à condition que Yulpi fournisse des informations. Lesquelles ? Le dénommé Alycius El'Dor n'avait pas encore explicité lesquelles. Alors, insulter les Siths, le traiter d'assassin en puissance alors que le seul “mal” qu'il avait commis avait été de porter assistance à des innocents, tout ça sans dire exactement ce qu'il voulait de lui, n'était en rien le meilleur moyen d'obtenir lesdites informations.

YULPI – Parce que là, si vous me relâchez, vous considérez que c'est lâcher un assassin en puissance ?! C'est vrai que j'ai lâchement assassiné dans le dos toutes ces personnes que j'ai essayé d'aider sur Raxulon ! Alors attendez, je résume... Donc en gros, mes proches se font massacrer, une bataille fait saigner la ville dans laquelle je vis, les Jedis ne sont pas là mais c'est une coïncidence, par contre si les Siths sont là, c'est parce qu'en fait c'est eux qui ont massacré mes proches, juste pour me recruter alors que jalbi personne ne savait qu'il y avait un sensitif sur place, bah oui c'est bien connu, les Siths sont tellement méchants que l'un d'entre eux sauve des innocents en pleine bataille, mais on sait jamais, ça reste un plitasse de Sith, un assassin en puissance, alors vaut mieux l'enfermer, le prendre de haut et l'insulter, c'est mieux pour la sécurité de tout le monde !... Ca va, j'ai assez bien résumé la situation ? Vous allez peut-être finir par me dire ce que vous voulez au lieu de débiter nawak ?

Un nouveau verre d'eau venait de lui être déposé sur la table. Mais là, pour l'instant, il était trop énervé pour avoir envie de boire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeMer 7 Aoû 2019 - 17:57

On y était: la colère. Cette fameuse ire dont les Enfants de la Force Obscurs étaient si fiers sans qu'Alycius ne parvienne à comprendre pourquoi. C'était justement très facile de se laisser emporter par ce sentiment spontané, de décharger un trop plein d'émotions via les cris et la Force, de laisser s'échapper par tous les ports de sa peau et de ses Midichloriens une rage primitive. Les Jedis eux devaient apprendre à conserver leur dignité en toutes circonstances afin de garder les idées claires, de maintenir le contrôles sur leurs actes ou paroles. Qui étaient vraiment les faibles? Le Maître observa un instant le "têtard" s'embourber dans un début de sa crise d'hystérie, les yeux rivés sur le grand échalas. Il voyait les muscles se tendre, la Force s'amasser autour. En réponse, ses propres sens s'aiguisèrent sans que cela ne se remarque beaucoup, hormis un dos peut-être plus rigide, maintenu droit sans concession. Son regard aussi s'était figé sur le Gungan, inquisiteur et mâtiné d'une méfiance impossible à cacher à défaut de son mépris, heureusement invisible.

- Hum. C'était donc plus qu'un croisement de circonstances ponctuel.- Fit-il pensif, reconnaissant sans mal s'être trompé. Il n'avait aucune honte à avouer ne rien savoir de l'histoire des Gungans, et de Naboo en général.- Je ne m'exprimerais donc plus sur un sujet que je méconnais, à l'historique plus profondément ancré que ce que je ne pensais.

Le jeune Jedi avait décidé de clore le chapitre du passé de Yulpi, préférant se concentrer sur le présent, plus simple à maîtriser étant donné que oui, vu sa spécialité, il connaissait bien les Siths. Alycius en avait croisé des profils: les colériques, les traditionnels vêtus de leur capuche sombre avec des éclairs au bout des doigts, la peau ridée et les yeux jaunes. Les faux sages, calmes presque charmeurs, beaucoup plus tordus, modernes, puis les dernières recrues de l'époque: des gosses comme cet Amphibien, perdus et apeurés qui s'en remettaient aux Siths parce qu'ils n'avaient personne d'autre.

- Je vous laisse donc le loisir de réfléchir à de précieux moments où vos compagnons d'armes se sont montrés aussi cléments que vous sur Raxus. Dans leurs enseignements comme dans l'application de ces derniers. Je suis certain qu'ils sont légion, et que vous avez toujours été en accord avec la philosophie de votre maître ou de vos pairs. N'est-ce pas?

La voix de l'équidé mourut, laissant en pâture au Gungan comparaisons et contradictions s'accumuler dans son cerveau s'il avait assez de courge pour se prêter à l'exercice. Un moment passa avant que le Maître ne repris d'un ton légèrement plus rauque. Parler autant il n'en avait ni l'habitude ni n'appréciait de le faire. Jouer sur les mots n'était pas son domaine, il laissait ça aux Consulaires comme Kayan ou d'autres encore plus éminents. Au fond, mettre le Sith au pied du mur ne lui apportait aucune satisfaction, pour peu il en aurait presque "honte". Bien qu'il était assez tolérant pour aider des Âmes Sombres n'ayant pas encore franchi la limite du non-retour, il jugeait ne devoir intervenir que lorsque cette personne avait décidé de changer. Ce n'était pas à lui de confronter qui que ce soit dans ses certitudes, surtout pas en faisant preuve d'une certaine malice... Mais c'était présentement ce dont il avait besoin.

- Un assassin en puissance? J'en doute, vu vos derniers faits d'armes. Mais un individu qui maîtrise la Force sans savoir maîtriser ses émotions, en effet. - Le Jedi laissa un silence filer, se demandant si le Gungan allait lui donner raison en explosant. Il était prêt à parer une explosion de rage.- Et surtout, un étranger sur le territoire Républicain qui n'en respecte pas les règles, contemplant celles d'un Ordre aux idées et à l'enseignement allant contre sa constitution. C'est bien là que vous avez reçu la majeure partie de votre éducation n'est-ce pas? Chez des Assassins en puissance. Et ne venez pas me dire que votre maître vous a appris à respecter la vie, à l'épargner voire à la protéger. Quand vous y songez bien, nulle raison de se sentir offusqué. En situation inverse, je serais certainement en train de croupir dans une de vos geôles. Sans verre d'eau. N'est-ce pas?

Presque amusé, le Nazzar pointa du menton l'objet intact. Il ne savait pas tout sur les Siths mais les avaient suffisamment côtoyé pour connaître la différence de statut entre un prisonnier de la République et un autre de l'Empire. Comme pour appuyer son hypothèse, il agita son oreille droite, celle à laquelle il manquait un bout de peau. Les rebords de la blessure avaient cicatrisés, laissant toutefois un trou bien visible, souvenir de celui béant qui déchirait son âme. Les Siths étaient des assassins en puissance, quoiqu'en dise Yulpi, en avait témoigné le corps mutilé de sa Padawane qu'il avait ramassé après des jours d'emprisonnement dans un vaisseau avec la Chevalière Myir.

- Je suis d'accord sur un point. Passons aux choses intéressantes et écourtons ce dialogue. - Une vague de fatigue ou de tristesse voyagea sur le visage de l'équidé, surtout au niveau de ses yeux où brilla l'espace d'une seconde, une lueur tremblante. Il n'avait pas prévu de se souvenir d'Ylm dans cette cellule, face à ce supposé apprenti Sith.- Je disais donc que je peux vous aider, libre à vous de me croire. Où vous me donnez des informations sur la préparation de l'attaque qui s'est produite, sur les commanditaires ou plus généralement sur votre Ordre, les prochains plans prévus et je vous permets d'intégrer un programme de réintégration voire... Vous raccompagne hors territoire Républicain. Soit nous en terminons ici, plus tôt que prévu, ce qui me permettra d'aller me chercher un café.

Après tout, des gamins terrorisés au fond de leur cellule, avec des charges sur le dos pour prendre plus de quinze ans de réclusion, ce n'était pas si difficile à trouver, surtout après une guerre qui avait fait de nombreux prisonniers.

- La localisation de prisonniers, des plans, des noms, des codes ou l'organisation de votre Ordre. Peu importe mais des informations valables, que je puisse vérifier d'ailleurs.

Au fond, Raxus, le Jedi s'en moquait bien. La bataille était terminée, laissant des morts gisant dans une flaque pourpre et une planète endettée par le poids des réparations. Ce qu'il voulait, c'était de quoi avancer pour compromettre ces fameux faux sages, ceux qui jouaient en politique pour faire valoir leurs "droits" en tant que citoyens. La bonne blague, tout leur code était basé sur la haine, l'expression de sentiments primaires et la satisfaction immédiate de leurs plaisirs. Décidément, rien qui ne permette la conciliation avec le respect d'autrui. Quant aux jeunes comme Yulpi? Ils n'étaient tout simplement pas de vrais Siths.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeSam 10 Aoû 2019 - 8:19

Face à l'ire de Yulpi, le Maître Jedi El'Dor opposa un mur émotionnel imperméable. Comme si ça ne lui faisait rien d'avoir remué le couteau dans la plaie, d'avoir débité n'importe quoi au point d'avoir injustement insulté le prisonnier auquel tout ce que l'on reprochait est d'avoir apporté son soutien à des civils. Il espérait faire passer les Jedis pour des gentils, avec cette attitude ? Heureusement que Yulpi avait déjà rencontré d'autres Jedis... Il se souvenait notamment de Torr, rencontré sur une petite station spatiale, piégé avec lui dans un secteur de cette station à cause d'un incident de canalisations. Torr n'avait jamais haussé le ton à partir du moment où il avait découvert parler avec un Sith, mais pour autant il n'avait pas enfilé un manteau anti-émotions comme El'Dor. Ca c'était même plutôt bien passé entre eux deux, et Yulpi en avait conclu qu'en-dehors de la guerre, il était possible pour un Sith et un Jedi de bien s'entendre. Yulpi se souvenait aussi de Samaël, ce garçon d'une race étrange qui l'avait beaucoup amusé par son corps de cheval. Si El'Dor en avait la tête, Samaël en avait eu le reste du corps, quadrupède, bien qu'il avait refusé à Yulpi de jouer au rodéo. Samaël était un Padawan Jedi, normalement formaté à combattre les Siths, et pourtant, là encore, même si Yulpi l'avait certes un peu agacé voire vexé sans le vouloir, leurs natures respectives de Sith et de Jedi n'y avaient été pour rien, et leur rencontre était restée sur la note de la cordialité.

El'Dor avait peut-être un caractère complètement différent, ou bien jouait-il un rôle pour cet interrogatoire, mais alors il jouait le mauvais, car il n'était pas prêt de se mettre Yulpi dans la poche comme ça. Yulpi détestait les gens qui manquaient de compassion. Et justement, il y en avait trop à l'Académie Sith. Tisjess avait beau essayer de lui expliquer que la compassion était une faiblesse, Yulpi avait toujours du mal avec ce principe.

ALYCIUS – Hum. C'était donc plus qu'un croisement de circonstances ponctuel... Je ne m'exprimerai donc plus sur un sujet que je méconnais, à l'historique plus profondément ancré que ce que je ne pensais.

Une chose que Yulpi put au moins reconnaître à El'Dor, c'est son humilité : ce Nazzar ne cherchait pas à avoir le dernier mot et reconnaissait vite son erreur. Il voulait que le sujet soit clos. Soit. Yulpi prit une grande inspiration, essayant de calmer les battements de son cœur. La peur le faisait peut-être surréagir, et il était peut-être simplement face à un Maître Jedi très maladroit, mais pas idiot ni pervers. Yulpi avait tellement l'habitude d'être moqué, dégradé, non seulement parce qu'il était un Gungan et qu'il semblait que les gens avaient bien mauvaise image de cette race sans même la connaître, mais aussi parce qu'il y avait justement beaucoup d'Apprentis idiots ou surtout pervers à l'Académie Sith, qu'il s'imaginait que ça ne pouvait qu'être pire chez les Jedis, et ce, malgré justement ses précédentes rencontres avec Torr ou Samaël. En tout cas, baignés dans cette atmosphère de compétition où l'on n'était plus fort qu'en écrasant son voisin, et où la compassion n'était que la marque des faibles, trop d'Apprentis Siths se sentaient obligés de se comporter en véritables chacals ; et eux, n'auraient jamais clos si vite un sujet sensible pour Yulpi comme venait de le faire El'Dor, mais auraient au contraire continuer de remuer le couteau dans la plaie par pure cruauté pour faire souffrir Yulpi.

ALYCIUS – Je vous laisse donc le loisir de réfléchir à de précieux moments où vos compagnons d'armes se sont montrés aussi cléments que vous sur Raxus. Dans leurs enseignements comme dans l'application de ces derniers. Je suis certain qu'ils sont légion, et que vous avez toujours été en accord avec la philosophie de votre maître ou de vos pairs. N'est-ce pas ?

Le regard de Yulpi se perdit sur la table, et s'accrocha machinalement au verre d'eau plein. Le Maître Jedi appuyait là où ça faisait mal mais d'une toute autre façon. Yulpi ne pouvait pas le contredire sur ce point, et c'est justement tout ce qui le frustrait et le mettait maintenant en colère. Au fond de lui, il ne réalisait que trop bien tous les désaccords qu'il avait avec la mentalité jugée normale à l'Académie Sith, et toutes les fois où Tisjess l'avait recadré en étaient la preuve en quelque sorte. Mais comment pouvait-il avouer, qui plus est à un Jedi, que plus le temps passait, plus il avait une mauvais image des Siths ? Comment pouvait-il cracher sur ceux qui lui avaient immédiatement offert une place parmi eux après les évènements tragiques de Flux-Vagan ? Yulpi était un Sith malgré tout, et il ne pouvait pas comme ça dire du mal sur son propre camp.
Car alors il se sentirait de nouveau perdu. Il n'aurait alors plus qu'à répondre à l'interrogatoire et ensuite se retrouverait lâché comme une ordure dans la nature sans avoir le goût de retrouver les siens.
Il avait très peur de vivre ça, et cette peur le rendait muet, incapable d'acquiescer aux vérités du Maître Jedi.

ALYCIUS – C'est bien là que vous avez reçu la majeure partie de votre éducation, n'est-ce pas ? Chez des Assassins en puissance. Et ne venez pas me dire que votre maître vous a appris à respecter la vie, à l'épargner voire à la protéger. Quand vous y songez bien, nulle raison de se sentir offusqué. En situation inverse, je serais certainement en train de croupir dans une de vos geôles. Sans verre d'eau. N'est-ce pas ?

Ca semblait lui procurer du plaisir que d'enfoncer Yulpi au fond du trou. Après avoir essayé de faire passer les Jedis pour des gentils, en vain, il essayait à l'inverse de faire passer les Siths pour des méchants. Yulpi avait toujours le regard vaguement posé sur ce fameux verre d'eau plein, qu'il avait vidé une première fois pourtant. Ici, on tenait compte de sa soif. Indubitablement, chez les Siths, un prisonnier Jedi aurait justement été privé d'eau pour être plus faible et plus malléable.
Encore une fois, ce que disait El'Dor était vrai. Tisjess n'avait jamais appris à Yulpi à respecter la vie, à l'épargner voire à la protéger. C'était même tout le contraire. Il essayait de lui apprendre à n'avoir aucune vergogne à la détruire.
Yulpi n'avait rien à répondre à ça. Mais il ne pouvait pas acquiescer. Il ne le pouvait juste pas.
Sinon il finirait seul.

La colère commençait à laisser place à de la tristesse. Et la peur se faisait toujours grandissante. La peur de ne plus avoir envie de retourner sur Korriban, et de n'avoir plus aucune place nulle part. La tristesse d'avoir l'impression d'avoir perdu plusieurs années de sa vie entouré de gens qui ne partageaient pas ses valeurs et essayaient de le formater aux valeurs opposées. Il se sentait humilié par ce Maître Jedi, quelles que fussent les intentions de ce dernier. Pleurer de peur, était-ce possible ? Yulpi était au bord de le faire maintenant.

ALYCIUS – Je suis d'accord sur un point. Passons aux choses intéressantes et écourtons ce dialogue. Je disais donc que je peux vous aider, libre à vous de me croire. Ou vous me donnez des informations sur la préparation de l'attaque qui s'est produite, sur les commanditaires ou plus généralement sur votre Ordre, les prochains plans prévus et je vous permets d'intégrer un programme de réintégration voire... vous raccompagne hors territoire Républicain. Soit nous en terminons ici, plus tôt que prévu, ce qui me permettra d'aller me chercher un café.

Yulpi avait besoin de respirer. De peser le pour et le contre. Il avait besoin de garanties. S'il se mettait à parler pour ce Maître Jedi, ce serait une façon implicite d'acquiescer à tout ce qui venait d'être justement dit sur les Siths, et donc de se confronter à ce qui terrorrisait Yulpi à cet instant : tout perdre, une seconde fois. Il avait donc besoin de garanties. Et de reprendre un peu ses esprits.

Il fit quelques pas lents et timides vers la table et tendit le bras pour attraper le verre d'eau avec la main, et non avec la langue – il fallait dire que la première fois, en tirant brusquement le verre avec la langue, il s'était éclaboussé la moitié de l'eau sur la tête et les vêtements, lois de la physique obligent, il vaut mieux attraper un verre d'eau délicatement avec la main que brusquement avec la langue. Le bras un peu tremblant à cause des émotions, il avala l'eau progressivement en déglutissant péniblement comme s'il sanglotait. Son cœur était plus étreint que jamais depuis ces dernières années.

ALYCIUS – La localisation de prisonniers, des plans, des noms, des codes ou l'organisation de votre Ordre. Peu importe mais des informations valables, que je puisse vérifier d'ailleurs.

Yulpi finit le verre et le reposa sur la table. Il souffla un coup. Se sentant vidé de ses forces, les jambes tremblotantes, il se laissa tomber sur la chaise laissée à sa disposition, face au Nazzar qui l'interrogeait. Yulpi n'eut pas le courage de le regarder dans les yeux.

YULPI – C'est quoi votre programme de réintégration ?

Il avait besoin de détails. Et il y avait intérêt à ce que ces détails le rassurent.

YULPI – Vous vous rendez compte de ce que vous me demandez ? Vous voulez que je trahisse les seules personnes parmi lesquelles j'ai une place.

Même si ce n'était pas la place qu'il souhaitait... Même si c'était une place qui n'était pas la sienne, qui le rendait malheureux, dans l'opposition au courant...

YULPI – Et pourquoi cette guerre, d'abord ? Vous voulez à tout prix étouffer les Siths. Vous vous livrez à un génocide. J'ai déjà croisé des Jedis, et ça s'est parfois très bien passé. Je me souviens de leurs noms. Torr, Samaël... C'est possible. Alors pourquoi ce génocide ?

C'étaient peut-être les dernières barrières de Yulpi. A El'Dor de se montrer convainquant et rassurant, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeDim 18 Aoû 2019 - 18:36

Alycius ferma brièvement les yeux, laissant le processus évoluer. D'abord la colère puis la peur. Il ressentait les bribes de ces émotions primitives qui ne faisaient que lui confirmer ses premières pensées: Yulpi n'était pas un Sith chevronné, expérimenté, capable de manipuler n'importe qui, complètement corrompu. Un zeste de méfiance demeurait, cependant: les traces d'années de combats, de traques, d'échecs ou de victoires contre des Siths aussi talentueux que retords.

Le Gungan était loin d'être aussi stupide que ne le suggérait ses émotions à fleur de peau voire sa race. Il évoquait désormais la fameuse guerre qui opposait depuis des millénaires ces Enfants de la Force. Le Maître poussa un léger soupir, attendant que l'amphibien ait fini de boire son verre -cette fois saisit avec sa main, ce qu'il apprécia.- pour s'exprimer. Il devait être prudent face à ce Sensible sur la corde raide, sur le point de changement mais terrifié par l'idée.

- Il n'y a pas de Génocide. Pas de notre part en tout cas. Ni de celle de la majorité des Siths. Malheureusement nos idées, nos croyances, nos modes de vie ne sont pas simplement différents, ils s'opposent complètement et s'entrechoquent. Les Jedis tels que Torr, ou Samaël -le premier nom disait quelque chose à Alycius. Le visage d'un Gardien talentueux aux pensées innovatrices flotta vaguement devant ses yeux. Ce devait être de lui dont parlait Yulpi.- ou moi se mettent en travers de la route de Siths ou de criminels qui cherchent à violer la loi, à tuer. Je ne dis pas que notre Ordre n'a aucun tort, certains font preuve d'excès de zèle. Peut-être moi parfois. Mais notre passé commun est lourd, difficile à oublier. Il y a de la méfiance des deux côtés, sans oublier ces fameuses idéologies radicalement divergentes, alors si certains d'entre nous sont capables d'aller au-delà, de faire une trêve, c'est admirable. Hélas à notre époque c'est encore une utopie. À voir si dans le futur, une paix durable est envisageable.

En soi, l'équidé n'y croyait pas, de la même manière qu'il avait toujours songé que le traité d'Artorias était basé sur des mensonges. Ceci dit, tout au fond de son âme, ça ne l'empêchait pas d'espérer, influencé qu'il était par l'optimisme de ses pairs. Les personnes comme Yulpi lui donnaient au moins l'espoir de pouvoir réhabiliter certains Siths. Si certains étaient effectivement des irrécupérables, d'autres étaient victimes de circonstances comme l'amphibien. Dans ces cas-là, la dualité entre l'ombre et la lumière s'effaçait quelque peu, laissant entrevoir des zones frontalières plus minces que l'un ou l'autre pouvait traverser.

Plus à l'aise en sachant que le moment émotion était passé -ce n'était franchement pas son registre et laisser ses émotions effleurer sa peau couverte d'un pelage sombre lui avait coûté des efforts!- le Maître repris sur un ton plus professionnel, récitant les conditions d'un contrat.

- Le programme de réintégration vous laisse le choix de retourner à la vie civile voire dans certains cas d'entrer dans l'Ordre Jedi. Ce n'est pas une voie facile, on se méfiera de vous et on vous testera souvent mais ça s'est déjà vu, s'ils l'acceptent nous pourrions vous les faire rencontrer pour qu'ils témoignent. Dans le premier cas, il s'agit de vous offrir une scolarité adaptée aux adultes si vous n'avez pas de diplôme ou une formation professionnelle dans le domaine de votre choix afin de vous aider à reprendre le cours de votre vie. Si vous possédez déjà tout cela, c'est un peu comme une conditionnelle: faire ses preuves puis dire où vous êtes logés, où vous travaillez et accepter de pointer à certaines heures, rencontrer un psychologue une fois toutes les semaines jusqu'à la réintégration complète. Des papiers Républicains vous seront délivrés après une certaine période. En tout cas vous n'êtes pas lâchés dans la nature. Si vous craignez pour votre vie pour une raison ou une autre, vous pouvez également séjourner au Temple pendant une période. Vous serez accompagné, surveillé certes mais aussi protégé par des Chevaliers qualifiés, habilités à la réintégration d'anciens Siths.

Le programme était en fait très large et s'adaptait à chacun selon ce que savait le jeune Gardien. Il ne pouvait donc pas préciser davantage.

- Je peux vous faire accéder à une copie du contrat qui vous engage et qui nous engage pour cette réhabilitation avant de parler. J'imagine que ce n'est pas simple. Laisser la seule chose que l'on a même si l'on sait qu'elle n'est pas idéale et ne nous conviens pas. Je le sais très bien.

Il n'y aurait pas plus d'aveux, mais le regard profond du Jedi racontait en silence qu'il avait vécu une expérience similaire. Faire le choix conscient de projeter la honte sur sa famille en s'enfuyant lors du Boqueri, de renoncer à ses propres parents pour échapper à la secte sans savoir ce qui l'attendait dans le monde. Sans savoir s'il serait accueilli et finalement, d'ailleurs dans un premier temps, ne pas l'être, mourir de faim et finir par se prostituer. Alycius n'avait rencontré pour bonne âme que ce vieux Nazzar pauvre qui l'avait nourri de jolis conseils et enfin, celui qui avait été son premier maître, un justicier optimiste. Quand il avait également perdu cet homme, l'équidé était allé au Temple où on l'avait accepté par simple déférence envers le défunt. Des années de méfiance avaient été brisées à force de patience et de résilience de sa part. Le jeune Jedi pouvait donc imaginer ce que cela supposait pour Yulpi bien que leur situation soit légèrement différente. Le Gungan au moins pouvait compter sur un programme de réhabilitation même si faire confiance à ses supposés ennemis devait l'angoisser terriblement. De fait, l'équidé savait que pour sa part, il préférerait mourir plutôt que de faire un pacte avec des Siths de pure souche, vêtus de leur capuche et de leur aura noire.

Il s'incitait donc à la patience avec l'amphibien et se surpris à s'adoucir légèrement. Ses traits s'étaient décontractés et des préjugés à propos de cette race stupide s'étaient tus au fond de son esprit. Il contemplait désormais, sans émotion abusive mais sans animosité le Gungan en face de sa personne. Pour son propre bien, Alycius espérait que ce jeune fasse le bon choix mais il n'était pas du genre à insister. Si Yulpi préférait rester prisonnier et fidèle à son camps il partirait, respectant un choix qui gâcherait toute une vie. C'était un guerrier, avec une fierté assez prononcée, alors il pourrait saisir que son interlocuteur décide de faire passer son honneur avant la facilité bien que dans le cas des Siths, le Nazzar continuait de penser que leur rester fidèle était stupide.

Seule alternative offerte par le Nazzar: Yulpi pouvait décider de voir le fameux contrat qui reprenait- en plus clair et plus détaillé- ses explications sur le tas avant de choisir. Impossible de mieux faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeMar 20 Aoû 2019 - 15:44

Le Maître Jedi à tête équine ferma les yeux un instant. Il se dégageait de lui une volonté à rester maître de ses émotions. Quand on fermait les yeux comme ça en plein milieu d'une conversation, c'était pour garder la maîtrise de soi, trier ses pensées et peser chaque mot à venir. Yulpi n'avait pas cette capacité à rester maître de lui-même. Il aimerait bien, des fois, savoir méditer, ne plus penser à rien, ne plus avoir peur, ne plus être en colère. Mais son esprit était toujours obligé de réfléchir à quelque chose, de mesurer des prises de décision, d'intellectualiser des situations. De comparer ce qu'il faisait, ce qu'il avait envie de faire, et ce qu'on attendait de lui. Rares étaient les fois où ces trois notions se rejoignaient.

ALYCIUS – Il n'y a pas de génocide.
YULPI – Pfffff !

lâcha Yulpi immédiatement, ne pouvant rester muet face à une telle négation.

ALYCIUS – Pas de notre part en tout cas. Ni de celle de la majorité des Siths.

Alors personne ne participait à un quelconque génocide, selon lui ? Aucune extermination de masse nulle part visant à éteindre l'un des deux pendants de la Force ? Les Siths étaient victimes de l'intolérance des Jedis à tout ce qui s'écartait de leur notion de droit chemin, mais évidemment, un Maître Jedi était bien incapable de le reconnaître. Yulpi était le premier à reconnaître les torts des Siths, mais il attendait au moins que ce Maître Jedi ait l'honnêteté de reconnaître que les Siths étaient aussi des victimes. Nier cela, c'était se mettre des œillères. Ce Maître Jedi était auto-convaincu du bien-fondé de l'appel à la haine au travers duquel les Jedis formataient leurs jeunes apprentis. On ne pouvait avoir envie de combattre les Siths si on découvrait que les Jedis les exterminaient par pure fermeture d'esprit.

ALYCIUS – Malheureusement nos idées, nos croyances, nos modes de vie ne sont pas simplement différents, ils s'opposent complètement et s'entrechoquent.

Yulpi refusait cette vision fataliste. Il y avait forcément une possibilité d'accepter les croyances et les modes de vie de l'autre camp. Le Côté Obscur existait, certains décidaient de l'exploiter, et nulle part il était objectivement évident qu'il était plus tolérable d'exploiter le Côté Lumineux.

ALYCIUS – Les Jedis tels que Torr, ou Samaël, ou moi, se mettent en travers de la route de Siths ou de criminels qui cherchent à violer la loi, à tuer. Je ne dis pas que notre Ordre n'a aucun tort, certains font preuve d'excès de zèle. Peut-être moi parfois.

Il niait l'extermination de masse, mais pas que l'Ordre Jedi pût avoir ses torts. Etait-il seulement convaincu par ce qu'il disait...

ALYCIUS – Mais notre passé commun est lourd, difficile à oublier. Il y a de la méfiance des deux côtés, sans oublier ces fameuses idéologies radicalement divergentes, alors si certains d'entre nous sont capables d'aller au-delà, de faire une trêve, c'est admirable. Hélas à notre époque c'est encore une utopie. À voir si dans le futur, une paix durable est envisageable.

Si personne ne croyait vraiment à la possibilité d'une paix durable ou même d'une trêve, alors de fait cela ne se produirait jamais. Il fallait des personnes convaincues de cette possibilité, pour la rendre vraie. Entre ceux éprouvant trop de rancœur envers l'ordre ennemi, et ceux désabusés qui ne croyaient plus à la fin de la guerre, ces personnes qualifiées d'utopistes se faisaient bien trop rares. Yulpi se posait là, pourtant. Tout Sith qu'il était, et malgré les tentatives de formater son esprit – ce qui avait partiellement porté des fruits –, il n'éprouvait pas la volonté d'exterminer tous les Jedis et encore moins de voir l'Empire envahir la République, ni l'inverse.

Ayant répondu, de façon peu convaincante, à la question du génocide, le Maître Jedi détailla un peu le principe du programme de réhabilitation évoqué. Le but était un retour à la vie civile, voire... une intégration dans l'Ordre Jedi. En fait, ce “programme de réhabilitation” était aussi une façon de débaucher les éléments Siths les moins loyaux, et le Maître Jedi devait se dire que Yulpi en faisait partie. Il reconnut que ce ne serait pas facile pour le jeune Gungan Sith, et qu'il serait souvent testé, toutefois avec l'accord des Jedis Torr et Samaël dont Yulpi avait fait mention, ceux-ci pourraient porter un témoignage permettant son intégration.

Mais Yulpi avait-il seulement envie de devenir un Jedi ? Ou même de retourner à une vie civile ? Le Maître Jedi lui parla de retourner à une scolarité pour adultes, avoir son propre logement, pointer à des horaires fixes, rencontrer un psychologue... Yulpi eut envie de rire. Enfin, façon de parler. Non, ça n'avait rien de comique véritablement. C'était juste... tellement décalé.

ALYCIUS – Je peux vous faire accéder à une copie du contrat qui vous engage et qui nous engage pour cette réhabilitation avant de parler. J'imagine que ce n'est pas simple. Laisser la seule chose que l'on a même si l'on sait qu'elle n'est pas idéale et ne nous convient pas. Je le sais très bien.

Le Maître Jedi appuya sur le “très”, sous-entendant qu'il parlait par expérience. Il avait donc certainement dû sacrifier un pan de sa vie pour devenir Jedi. L'avait-il fait à contre-cœur, forcé par les évènements ?

Impulsivement, Yulpi eut envie de tout envoyer balader. Balayer cette proposition indécente. Mais il ne le put pas. D'une part, il avait peur de rester prisonnier longtemps, d'avoir un traitement digne d'un ennemi. De ne plus jamais respirer l'air frais extérieur, de ne plus voir le ciel au-dessus de sa tête ni pouvoir immerger ses pieds dans l'eau, d'être isolé socialement, ou seulement entouré de taulards patibulaires, alors que lui, n'avait commis aucun crime.

YULPI – Je vous rappelle que vos propres soldats, ceux de votre République, m'ont aperçu protéger des civils à Raxulon ! Même si je refuse votre programme de réintégration, je ne mérite pas de rester emprisonné ! Vous voulez vous faire passer pour les gentils, alors dites-moi que ce n'est pas ce que vous me réservez, et que je reste libre de mon choix ! Ou alors dites-moi le crime que j'ai commis pour mériter d'être enfermé dans une cellule !

Il était important pour Yulpi se sentir qu'il avait la possibilité de simplement retourner sur Korriban. Le problème est qu'il ne savait plus exactement ce qu'il voulait. Recevoir les blâmes de Tisjess, comparaître devant une instance de l'Académie pour, au mieux, désertion, au pire, trahison ? Comment pouvait-il retourner à l'Académie Sith en évitant cela ? Et après, que se passerait-il ? Supporter encore et toujours cette doctrine mortifère, ces « assassins en puissance » remplissant les couloirs de l'Académie, tous ces gens qui ne juraient que par la haine et la destruction ? Et si un jour il finissait par être lui-même corrompu ? Par devenir ce véritable ennemi qu'il pouvait encore se permettre de critiquer ?

YULPI – J'en ai marre de la guerre. Ne dites pas que c'est une utopie. Il faut des gens pour y croire, sinon ça restera effectivement une utopie.

Alors quoi, l'atlernative était-elle de revenir à la vie civile ?

YULPI – Pffff, ça me fait bien rigoler de vous entendre parler de reprendre une “formation professionnelle”, de pointer à un travail, et de suivre un psychologue... C'est nawak, sérieux, alors je devrais oublier tout ce que j'ai appris sur la Force, faire comme si je n'avais pas plus de pouvoirs que n'importe quel zugzu, comme si de rien n'était ?

Quant à l'idée de rejoindre les Jedis, ça pouvait au premier abord sembler encore plus absurde... Mais l'était-ce tant que ça ? Au moins, il pourrait peut-être bénéficier d'une protection, être maintenu à l'abri des blâmes qui pesaient sur lui... Sans savoir ce qu'il obtiendrait à la place... Et en étant définitivement catégorisé comme traître à l'Empire, avec ce que ça impliquerait...

YULPI – Si jamais j'approche votre Ordre, ce sera fini pour moi, pas de retour en arrière possible, je serai officiellement un traître à l'Empire, ma purée de bigne sera mise à prix... Pourquoi ce serait mieux pour moi, que d'assumer mes manques durant la bataille auprès de mes supérieurs ?

Alycius El'Dor sentait-il seulement qu'il grignotait petit à petit du terrain dans les défenses psychologiques de Yulpi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeLun 26 Aoû 2019 - 11:01


Yulpi ne trouva rien à répondre quant aux réflexions du Nazzar concernant les idées divergentes de l'Ordre Noir et les siennes. Aurait-il touché un point sensible? Le simple fait que le Gungan puisse entamer un processus de réflexion personnelle quant il resterait seul suffit au Jedi qui n'insista pas plus.

À nouveau, Alycius haussa un sourcil, le droit. Il avait du mal à comprendre ce soit-disant Sith, sa naïveté, son innocence. Comment avait-il survécu? Contenant l'envie féroce de demander à l'amphibien depuis combien de temps on l'avait enrôlé, l'équidé répliqua avec ce même calme olympien qui semblait à la fois dérouter et rassurer (?) le prisonnier. Sa colère en tout cas semblait se diluer face à ce mur tranquille, sans écho pour rebondir, raison pour laquelle le Nazzar continuait de répondre de manière aussi logique, concise que possible.

- Il existe de très nombreuses stratégies d'infiltration Monsieur Bepads, dont celle d'effectuer à vue, un geste sympathisant pour donner confiance à l'ennemi et laisser croire à un changement de camps. Je ne vous accuse nullement de vous prêter à cela, néanmoins c'est assez commun pour que la République se méfie. Vous n'êtes pas à proprement parler un criminel, mais vous restez affilié à un ennemi du Territoire Républicain, un "assaillant". Ne vous offusquez pas, je parle du point de vue prédominant au Gouvernement mêlée à une réalité des normes régissant cedit Gouvernement, je n'attaque personne -Prévint-il au cas où, peu envieux de repartir dans une discussion amère avec le Gungan concernant les fautifs de la fin du traité d'Artorias, le bien fondé d'un tel traité ou de la dureté, de l’injustice d'emprisonner quelqu'un pour son appartenance à un parti, un territoire ou autre. - Et n'allez pas me dire que l'Empire ne m'aurait pas enfermé si j'avais été capturé sur le terrain, y compris sans avoir blessé un seul des leurs... - Incroyable, la conversation devenait à chaque fois de plus en plus surréaliste. Voilà que le Maître Jedi se retrouvait à donner une leçon de stratégie à un Sith apparemment trop innocent pour y avoir seulement pensé. Allait-il aussi devoir se mettre à expliquer ce qu'était un prisonnier politique ou prisonnier de guerre (Alycius ignorait quel statut avait spécifiquement le Gungan)? Ou parler du traité d'Artorias récemment violé par l'Empire ou par la République (peu lui importait, il laissait ce sujet aux Consulaires)? Était-ce une mise en abyme de la stratégie? Une stratégie au sein de la stratégie pour achever de séduire les Jedis? Objectivement, vu les expressions faciales si expressives du jeune Nageur, son trouble perceptible dans la Force, il n'y croyait pas. Seul un zeste de professionnalisme le poussait à considérer encore cette possibilité.- Si les rôles étaient inversés, auriez-vous eu confiance en moi, juste parce que vous auriez assisté à un acte de ma part qui allait dans votre sens? Et vos supérieurs? Croyiez-vous sincèrement que si j'aidais ponctuellement les Siths, ils m'accepteraient spontanément dans leur rang? Ou que l'Empire ne me laisse circuler librement? Il s'agit de précautions, rien de plus.

Il réfléchit une seconde puis ajouta ce qui lui semblait être d'une évidence flagrante:

- Vous même, combien de temps avez-vous du faire vos preuves avant que vos supérieurs ne vous accordent leur confiance? Rien ne se gagne sans effort, et la volonté seule ne suffit guère, ni dans notre propre supposé camps.

N'importe que les deux Ordres privilégiaient le mérite, quémandant divers actes de bravoure avant d'accorder un statut ou un rang -les Initiés devaient démontrer pouvoir devenir de bons Padawans, les Padawans de preux Chevaliers et les Chevalier des Maîtres intègres. On ne riait pas avec la hiérarchie et les responsabilités au sein même d'une organisation prétendument soudée, alors que fallait-il espérer de deux factions opposées en tout point? Que de rares individus parviennent au bout de la grande Traversée tenait déjà du miracle.

Le Gungan était bien sensible pour un Être Obscur. Il prenait la méfiance de la République comme une attaque personnelle. Ce fait révélait d'une véritable fragilité, d'une grande sincérité dans ses intentions ou d'un brin de narcissisme. Qu'avait-il de spécial ce Sith, pour qu'on le relâche instantanément suite à un bel acte? Il était relativement facile de s'illustrer pendant une guerre et le chaos qu'elle engendrait. Alycius s'imagina faire mine de se retourner contre un de ses compagnons de bataille, sans nul doute aurait-il été fait prisonnier ou tué de la même manière. Sensément habitué à la dureté de jugement des siens, Yulpi devrait mieux connaître que lui la rigidité de ses pairs.

- Je ne crois pas que l'Empire ou les Siths proposent de tels contrats de réintégration...

Glissa-t-il sobrement en invitant de manière implicite le Gungan à réfléchir sur ses propos. La République offrait difficilement une seconde chance alors que l'Empire n'en donnait aucune. Et lui l'infiltré ne le savait que trop bien, pareillement qu'Ylm aujourd'hui décédée sous la lame d'un Sith pour avoir eu la malchance de frôler une frontière. La Chevalière Myir et lui avaient été également torturés par un espèce de mégalomane, lequel avait laissé un trou dans l'oreille du Nazzar, ainsi que l'absence cuisante de la Jedi en guise de souvenir. Alycius dût résister à l'envie de provoquer un peu Yulpi en lui racontant que son seul échappatoire sur cette barge avait été de fuir avant de mourir sous les éclairs et les tortures quotidiennes. Il se retint néanmoins, conscient qu'il n'était pas ici pour en découdre avec l'Ordre Sith, sinon pour proposer un pacte à un Gungan vraisemblablement terrifié.

- Peut-être, simplement, être plus en accord avec vos idéaux. Défendre ce qui se rapproche de vos valeurs ? Il y a des postes éloignés de la guerre, l'AgriCorps valorise le lien avec la nature en cultivant, en effectuant des recherches ou en protégeant l'environnement. L'ÉduCorps est dédié à la méditation, l'étude et la recherche. On ne vous demande pas de participer à la guerre en notre nom. En fait, c'est nous qui vous proposons simplement de vous aider.

Il fallait bien que Yulpi se mette ça dans le crâne: bien que l'Ordre ait à coeur de s'agrandir, il n'avait pas besoin d'un ancien renégat. L'offre était surtout avantageuse pour le Gungan malgré les sacrifices qu'il devait faire. La République ou les Jedis devaient déployé de gros moyens pour surveiller un tel individu ou le guider vers la lumière, s'exposant à une trahison de la part d'un bon acteur. Yulpi pourrait toujours fuir dès sa sortie-et encore ça ce serait un moindre mal- ou, au contraire, en apprendre plus sur l'Ordre, gagner leur confiance afin de retourner ensuite la queue entre les pattes vers ses anciens prétendus protecteurs et leur donner des informations. De fait, le Nazzar n'était pas vraiment en faveur de faire d'Anciens Siths des Jedis, le taux de récidive était encore plus fort que celui de grands Criminels qui recommençaient après une remise en liberté. Le cas du Gungan était toutefois moins inquiétant puisque ce n'était apparemment pas un tueur, c'est pourquoi le Maître perdait son temps avec lui, essayant de le rassurer à sa manière -pas toujours très adroite.- afin de le convaincre.

- De nombreux Jedis y croient. En cette paix future.

Ajouta-t-il en un souffle, songeant à ce courant un peu utopiste -justement!- surtout composé de Consulaires. À l'époque du Traité d'Artorias, l'Ordre avait été divisé, certains songeaient que c'était une bonne amorce de paix avec l'Empire voire les Siths ou du moins de trêve, alors que les autres continuaient de se méfier de leurs ennemis de toujours. Malgré l'échec du traité, certains croyaient encore fermement en une vie paisible, promesse de méditations en accord avec la nature, tournée vers l'aide aux démunis ou la recherche. Pas sûr que les Siths aient un tel mouvement au sein de leur Académie.

- Sinon vous avez toujours la possibilité de refuser et d'attendre la décision de la République. Je ne pense pas qu'ils vous condamnent à perpétuité. Il est même très probable que non et je n'imagine pas non plus une rétention trop longue. Vous pourrez ainsi retourner auprès des Vôtres lorsque la République vous fera raccompagner à ses frontières.

Acheva le Nazzar en appuyant sur les paroles "les Vôtres". Le Gungan pouvait-il vraiment considérer les Siths comme les Siens. Ça aussi il aurait le temps d'y réfléchir. Il écoperait probablement d'une peine de sûreté à Iziz avant d'être exilé du territoire Républicain avec pour unique punition de ne pas pouvoir y revenir, mais ça, ça ne devrait pas être important pour ce jeune Sith tellement fidèle aux siens, n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeJeu 29 Aoû 2019 - 15:55

ALYCIUS – Il existe de très nombreuses stratégies d'infiltration, Monsieur Bepads, dont celle d'effectuer à vue un geste sympathisant pour donner confiance à l'ennemi et laisser croire à un changement de camp.

Alors c'était ça, la raison pour laquelle on l'enfermait dans cette cellule ? Juste un soupçon de sournoiserie ? D'être un tartufe ? Comment ce Maître Jedi osait-il penser que Yulpi pût avoir agi par intérêt sournois ? Comment pouvait-il, du haut de sa sagesse dans la Force, ne pas sentir que Yulpi avait sincèrement peur des conséquences de ses actes et d'être considéré comme un félon par les hautes autorité du Clergé Sith ?

Il en demandait peut-être trop. Il était lui-même trop sûr de son honnêteté et se livrait impulsivement à la naïveté d'imaginer que tout le monde devait être frappé par l'évidence. Il se tut, et réfléchit, le temps de prendre du recul. Il était un Sith, un ennemi capturé sur un champ de bataille. Il allait lui falloir du temps pour réussir à montrer patte blanche. Il ne pouvait décemment pas attendre d'être cru sur parole.

ALYCIUS – Et n'allez pas me dire que l'Empire ne m'aurait pas enfermé si j'avais été capturé sur le terrain, y compris sans avoir blessé un seul des leurs...

Evidemment que le Maître Jedi avait raison sur ce point. Encore une fois... Les paroles de Yulpi avaient dépassé sa pensée. Révolté et offensé que l'on eût pu douter de ses intentions dignes et pacifistes, il avait raisonné par l'absurde, estimant avoir été emprisonné pour un crime qu'il n'avait pas commis. Mais c'était la guerre, dehors. Et il avait été capturé par le camp ennemi. Hostile aux Jedis, il était, mais pas au point de vouloir leur extermination. Ce point pouvait peut-être lui valoir un sursis, voire un blanchissement, mais cela allait demander du temps d'obtenir la confiance de l'ennemi qu'étaient les Jedis.

Maintenant que Yulpi fut prêt à accepter sa condition, il était temps de revenir sur le sujet véritablement intéressant.

ALYCIUS – Je ne crois pas que l'Empire ou les Siths proposent de tels contrats de réintégration...

Cet argument eut du mal à faire mouche dans l'esprit de Yulpi. Il aurait un procès et ne savait même pas encore s'il serait réellement soupçonné d'intelligence avec l'ennemi, ou de véritable trahison. Peut-être qu'il lui serait simplement reproché un manque d'implication sur le champ de bataille. Les soldats ne l'auraient simplement pas vu se battre autant qu'il en avait été attendu d'un Sith comme lui. En revanche, si Yulpi acceptait un “contrat de réintégration” de la part de l'Empire, alors là, ce serait officiel : ce serait un déserteur, pire, un traître. Yulpi avait donc besoin de savoir en quoi ce que le Maître Jedi lui proposait, compensait si bien ces conséquences. L'entendre spéculer sur l'absence de ce type de “contrats de réintégration” était hors sujet.

Maître El'Dor vit bien la moue toujours aussi dubitative du Gungan, alors il déballa d'autres arguments pour le convaincre de quitter l'Ordre Sith :

ALYCIUS – Peut-être, simplement, être plus en accord avec vos idéaux. Défendre ce qui se rapproche de vos valeurs ? Il y a des postes éloignés de la guerre : l'AgriCorps valorise le lien avec la nature en cultivant, en effectuant des recherches ou en protégeant l'environnement. L'ÉduCorps est dédié à la méditation, l'étude et la recherche. On ne vous demande pas de participer à la guerre en notre nom. En fait, c'est nous qui vous proposons simplement de vous aider.

Voilà une drôle de chose : le Maître Jedi voulait faire croire que cette proposition était en fait désintéressée. Après avoir essayé de faire passer les Jedis pour des “gentils” et les Siths pour des “méchants”, maintenant Yulpi était censé croire que les Jedis étaient prêts à aider gratuitement un Sith un peu égaré, pour son bien, sans exiger aucune participation de sa part à la guerre. Yulpi avait peut-être montré des reflets de naïveté par moments, quand il avait parlé sans prendre de recul sur la situation, mais là, le Maître Jedi le prenait vraiment pour un imbécile.

ALYCIUS – Sinon vous avez toujours la possibilité de refuser et d'attendre la décision de la République. Je ne pense pas qu'ils vous condamnent à perpétuité. Il est même très probable que non et je n'imagine pas non plus une rétention trop longue. Vous pourrez ainsi retourner auprès des Vôtres lorsque la République vous fera raccompagner à ses frontières.

Le Maître Jedi savait qu'il avait face à lui un élément Sith discordant, réfractaire aux principes qui lui étaient inculqués. Un jeune Gungan troublé qui avait peur du jugement de ses pairs. Alors, il accentua le mot “Vôtres” avec ironie. C'était vraiment mesquin. Mais pas sans effet, car cela renvoyait encore une fois Yulpi à sa peur, à son désarroi, et même à un certain ressentiment. Yulpi pouvait-il encore considérer les Siths comme les Siens ? Spontanément, il dirait que oui. Mais il ne pouvait pas étouffer ce sentiment de ne pas être à sa place.

Confronté à cette contradiction et à ce sentiment de malaise, qui s'ajoutait à la peur et au stress, Yulpi se sentait de plus en plus nerveux. Quelques instants plus tôt, il venait de sangloter presque, à en avoir le bras qui tremblait en tenant le verre d'eau, tout comme ses jambes.

Comme si tout devenait trop lourd pour lui, il s'assit enfin, sur la chaise qui lui avait été destinée depuis le début. Signe de sa nervosité, il commença à se triturer l'oreille droite, avec les deux mains, la faisant passer par-devant son épaule, le regard dans le vide, alors qu'il réfléchissait, pesait le pour et le contre.

YULPI – Il y a quand même un truc que je ne comprends pas...

entama-t-il d'un ton laissant entendre son trouble et sa nervosité.

YULPI – C'est quoi, votre intérêt ? Pourquoi me proposer de sauver ma bigne ? Vous me dites que vous ne me demanderez pas de participer à la guerre, que vous me proposez simplement de m'aider... Mais pourquoi ? Vous l'avez si bien rappelé : je suis un ennemi, à vos yeux, je mérite votre méfiance. Et là tout à coup vous me proposez de m'aider, comme ça ! Ne me dites pas que c'est par simple bonté d'esprit, ne me prenez pas pour un cabotin ! Alors pourquoi vous feriez ça ?

Yulpi avait besoin d'être sûr qu'il n'y avait pas anguille sous roche. Ca paraissait trop beau pour être vrai. Si tant est que basculer du côté de l'ennemi dans une guerre pouvait avoir quelque chose de “beau”... Mais où était sa place ? En tout cas pas dans un corps agricole ou éducatif.

YULPI – Et puis, mon intérêt à moi... J'peux pas retourner à une vie civile, comme si de rien n'était. Votre “agricorps”, votre “éducorps”, là, c'est bien beau, mais j'suis pas un fermier, j'suis pas un méditateur ou j'sais pas quoi, je m'en jette le pli de tissi ! J'ai mes jambes, mes poings, mes pieds, mon sabre-laser, et la Force, alors c'est pas pour ramasser des betteraves ou philosophie sur le sens de la vie ! C'est pour bastonner ! J'veux juste pas tuer des gens juste parce qu'ils pensent différemment de moi, c'est tout. Avant d'arriver chez les Siths, j'étais miliciens, puis ensuite, en étant Sith, j'ai fait le tour de plusieurs arènes dans la galaxie, j'ai fait des tournois, au moins je tuais personne, je faisais pas de mal, et ça me faisait du bien ! C'est gentil de vouloir m'éloigner des champs de bataille, mais j'veux pas finir dans un pâturage à torcher le potin des banthas. J'veux juste pas avoir à massacrer des innocents. J'préfère les défendre, voilà, c'est tout, c'est tout bête. Mais si vous comptez m'empêcher de me bastonner, votre contrat m'intéresse pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeLun 9 Sep 2019 - 8:53

Alycius n'en était pas sûr, manquant cruellement d'expérience dans le domaine de la diplomatie ou de la négociation -des relations sociales tout simplement.- mais il semblait que Yulpi cédait du terrain. Qu'il s'intéresse, y compris indirectement, à leur système de réintégration. Sans oublier son attitude: Enfin, il avait consentit à s'asseoir et s'exprima calmement après avoir ramené une oreille devant son épaule, comme un humain l'aurait fait avec une mèche de cheveu. Autant de signes positif supposa avec prudence le psychologue en herbe.

- Nous sommes Jedis. - Répondit le Maître, catégorique. Pour lui, la réponse tombait sous le sens. La définition même de leur Ordre n'était-il pas d'aider leur prochain? Des tréfonds de sa mémoire, toutefois, surgirent ses propres doutes, sa difficulté à croire qu'un organisme puisse être juste... Bon. Après avoir vécu dans une secte pour laquelle ses parents auraient tout donné y compris sa vie, c'était relativement suspicieux que l'ancien Escort avait considéré la bâtisse. D'ailleurs, en toute honnêteté, il avait fait le premier pas suite à sa promesse envers son Maître officieux. Aux yeux de Yulpi, également issu d'un monde où les gros profitaient des petits, systématiquement, le Nazzar saisit que la question n'était pas si stupide en soi.- Et bien techniquement, cela nous ferait un Sith en moins à combattre.

Un de ses si rares sourires effleura, l'espace de quelques secondes, ses lèvres habituellement plissées en une expression neutre, dubitative et dans tous les cas, sérieuse. Il avait fini par comprendre que le Gungan se sentirait plus à l'aise s'il y avait effectivement une raison à leurs actions.

- Comme je vous l'ai expliqué, les Jedis sont prêts à aider d'anciens ennemis qui démontrent vouloir changer. C'est un des chemins qui mène à la paix à laquelle notre Ordre aspire. Long, difficile, parsemé d'embûches mais satisfaisant. De fait, ramener un Enfant de l'Obscur à la Lumière équivaut à sauver une vie selon certains de nos pairs. Votre question reviendrait à nous demander "pourquoi aidez-vous les nécessiteux à travers la Galaxie?". Notre code nous dicte que, sans obliger personne, nous devons porter assistance à ceux qui, comme vous, demandent indirectement de l'aide. Difficile d'offrir une autre réponse. Si vous vous sentez néanmoins plus à l'aise en vous disant que nous recevons quelque chose en échange, considérez que votre expérience de l'Obscur nous ait précieuse afin de connaître ces derniers. Tant les techniques d'apprentissage, leur philosophie, pour mieux interagir ou se battre contre eux, selon la réaction qu'ils nous offrent lors d'une rencontre. De même, vous êtes un adulte accompli, en majeure partie formé si je ne m'abuse? Ce sont autant d'années de formation économisées.

Tout en expliquant la réelle motivation des Jedis, effectivement altruistes, l'équidé avait glissé quelques avantages collatéraux afin que Yulpi ne se sente pas juste assisté par pure pitié. C'était ceci dit, relativement vrai, le Gungan semblait être un bon combattant ou du moins disposait-il du potentiel pour. Les yeux exercés du Guerrier glissèrent rapidement sur le corps longiligne de la créature. Sa finesse, ses muscles discrets ne trompaient pas ses connaissances en la matière, d'ailleurs son regard s'attarda particulièrement sur les articulations amovibles, souples de l'Amphibien. Pourvu qu'il s'implique, le jeune Sith serait un élément prometteur.

- Il n'est pas impossible de continuer à se battre. Après tout, suite à une réhabilitation complète, vous disposez des mêmes possibilités que les autres Jedis, dont celle de la voie du Gardien, autrement dit du combattant. Il faudra juste apprendre à faire différemment. Plus en adéquation avec votre mode de penser, si j'ai bien saisi vos propos et qu'ils sont complètement pensés, alors la reconversion ne devrait pas être si difficile.

Autrement dit, Yulpi avait déjà des caractéristiques bien Jedis, dans sa manière de souhaiter la justice, via cette empathie dont il disposait. Ironiquement d'ailleurs, il était probable qu'au cours de son ré-apprentissage, l'Amphibien doive apprendre à refréner cette passion afin de réagir à froid.

- Votre discours d'ailleurs est très Jedi, vous êtes sans doute un des candidats les plus en adéquation avec notre mode de pensée avant formation. C'est encourageant.

Enfin, cela dépendait du point de vue, certes. Yulpi devait se rendre compte qu'il avait vécu un mensonge jusque là, et qu'il avait probablement gaspillé des années dans le mauvais camps, à supporter une idéologie très différente à la sienne. Lui-même avait essayé d'adhérer à la secte pour arrêter de souffrir, avoir la reconnaissance des siens, leur amour, y compris des miettes. Malheureusement ou heureusement, le Nazzar faisait partie de ces gens qu'on ne pouvait pas annuler, même lui n'y était pas parvenu. Il avait donc un jour, décidé de s'écouter, de fuir, de telle sorte qu'il vivait en adéquation avec ses idées depuis un peu plus de 15 ans désormais. Bien sûr, ça n'avait pas été sans souffrance puisque s'échapper lors du Boqueri l'avait poussé dans les bras de femmes et d'hommes.- prostitution de luxe ou non, l'humiliation restait totale.-, il avait eu faim, froid, avait dormi dehors et été affamé, sans oublier la culpabilité ressentie à l'égard de ses parents, désormais honte du groupe.

- Il y a un moment où il faut cesser de penser aux autres, Monsieur Bepads, ceci peut paraître étrange dans la bouche d'un Jedi, mais s'écouter est aussi important. À 20, allez maximum 25 ans, vous êtes déjà fatigué, cela se voit. Jamais vous ne pourrez continuer à feindre, à aller contre vos idées. Vous exploseriez sûrement, vous le savez mieux que moi, et l'unique question serait de savoir quand ou comment. Faites ce qui est bon pour vous, au-delà de ma proposition en ce qui concerne l'Ordre. Que vous nous rejoigniez ou non, aidez-vous, changez.

*Changer ou mourir*

Que ce soit au sens propre ou figuré, c'était ce qui attendait le Gungan, à son instar. En continuant de servir dans les bars, Alycius se serait probablement éteint, courbant l'échine et perdant sa personnalité. S'il avait continué de résister, il aurait fini par mourir, soit par le biais de la drogue, de l'alcool simplement parce qu'il se serait suicidé.

Le Maître ne fit pas mine de se lever cette fois, demeurant au contraire calme, attentif à d'autres questions. S'il avait de nombreux défauts, impossible de l'accuser d'impatience. Le Nazzar en donnait parfois l'impression parce qu'il était exigeant, glacial, jouait sur de faux départs ou se montrait peu éloquent, sans oublier une certaine réputation de tourbillon, parce qu'il restait rarement en place, volant de mission en mission. À sa manière, pour autant, il pouvait attendre des heures sans rien faire ou dire, concentré sur une séance de méditation ou une réponse à venir. Certaines en valaient la peine mais demandaient un temps infini qu'il savait leur accorder. Enfin, Alycius valorisait par-dessus tout l'effort, ainsi la faiblesse (physique ou mentale) ou la situation d'une personne, son passé ne l'intéressaient guère contrairement à ce que son attitude fermée laissait parfois sous-entendre. À partir du moment où son interlocuteur luttait contre ses circonstances, cherchant à se sortir de ses ennuis par la force de sa volonté, le Nazzar serait toujours là. Sans un mot, le regard peu émotif, mais la main tendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeJeu 12 Sep 2019 - 16:19

ALYCIUS – Nous sommes Jedis.

Et... ? Yulpi était-il censé se dire « Ah, oui, suis-je bête, ce sont des Jedis, ils ont le cœur sur la main, agissent par altruisme désintéressé ! » ? Ce Maître Jedi allait-il encore essayer de faire passer son camp pour des gens parfaits ? Il marchait sur une pente glissante : s'il continuait comme ça, Yulpi aurait définitivement l'impression d'être pris pour un idiot, tout comme il ne tolèrerait pas que ce Maître Jedi continue de parler mal des Siths. S'il voulait le convaincre de déserter, il allait falloir commencer par montrer du respect. Donc arrêter de le prendre pour un imbécile, et arrêter de dénigrer la famille qu'il s'apprêtait peut-être à devoir quitter.

ALYCIUS – Eh bien techniquement, cela nous ferait un Sith en moins à combattre. Comme je vous l'ai expliqué, les Jedis sont prêts à aider d'anciens ennemis qui démontrent vouloir changer. C'est un des chemins qui mènent à la paix à laquelle notre Ordre aspire. Long, difficile, parsemé d'embûches mais satisfaisant. De fait, ramener un Enfant de l'Obscur à la Lumière équivaut à sauver une vie selon certains de nos pairs. Votre question reviendrait à nous demander « Pourquoi aidez-vous les nécessiteux à travers la Galaxie ? ». Notre Code nous dicte que, sans obliger personne, nous devons porter assistance à ceux qui, comme vous, demandent indirectement de l'aide. Difficile d'offrir une autre réponse.

Ca faisait déjà un peu plus de sens. Quand on avait un ennemi, on pouvait essayer de le tuer, mais quand cet ennemi se montrait peu motivé à se battre à mort, alors il était plus honorable de lui tendre la main. Ainsi donc, Yulpi se voyait là offrir une main tendue par les Jedis, juste parce que c'était le bon sens, que ce serait un gâchis de le tuer alors même qu'il baissait les armes. Si Yulpi lui-même venait à croiser une personne sur le point de mourir dans la rue, parce qu'un speeder venait de la percuter par exemple, il lui viendrait évidemment au secours, sans même penser à une contrepartie. L'idée, selon ce Maître Jedi, qu'un « Enfant de l'Obscur » risquait sa vie, et que c'était donc lui sauver la vie que de le porter vers le Côté Lumineux, était extrême aux yeux de Yulpi, mais s'il parlait à un fanatique, cela pouvait avoir du sens dans l'esprit de ce dernier ; et après tout, il parlait à un Maître Jedi tout dévoué à son Ordre. Ainsi, de son point de vue, tout Sith écarté du Côté Obscur était une vie de sauvée. Extrême, et même absurde pour Yulpi, mais cohérent pour un Maître Jedi.

Ce côté extrêmiste avait quand même de quoi faire rire au bout d'un moment. Cette façon de considérer que le Côté Obscur, c'était la mort, et que s'en détourner, c'était se sauver la vie... Il fallait vraiment être un Maître Jedi pour voir les choses comme ça... Mais au moins, ça justifiait aux yeux de Yulpi cette volonté de ce dénommé El'Dor de vouloir l'aider sans retour.
Et de plus, El'Dor argua que l'expérience de l'Obscur qu'apportait un Sith dans leurs rangs, était précieuse afin de mieux connaître les Siths, de mieux appréhender leurs réactions et de mieux interagir avec eux. Ca aussi, ça faisait sens, et pour le coup, même sans être un fanatique.

Et pour rassurer Yulpi, le Maître Jedi El'Dor lui assura qu'il serait toujours possible de se battre, plus en adéquation avec son mode de pensée. Pour cela, suite à une réhabilitation complète, qui ne devrait pas être si difficile, Yulpi pourrait suivre la voie du Gardien, ouverte à tous les Jedis. Yulpi n'avait pas bien idée de ce dont il s'agissait.

ALYCIUS – Votre discours d'ailleurs est très Jedi, vous êtes sans doute un des candidats les plus en adéquation avec notre mode de pensée avant formation. C'est encourageant.

Yulpi venait de le confronter sur sa vision des Siths, sur la vanité de la guerre, et voilà qu'en fait il était soi-disant l'un des candidats les plus en adéquation avec le mode de pensée jedi avant formation ! Ca paraissait tellement burlesque que Yulpi eut presque envie de pouffer de rire ; il l'aurait fait s'il ne s'était pas senti si stressé, et en proie à un dilemme réel.

ALYCIUS – Il y a un moment où il faut cesser de penser aux autres, Monsieur Bepads, ceci peut paraître étrange dans la bouche d'un Jedi, mais s'écouter est aussi important. A vingt, allez maximum vingt-cinq ans, vous êtes déjà fatigué, cela se voit. Jamais vous ne pourrez continuer à feindre, à aller contre vos idées. Vous exploseriez sûrement, vous le savez mieux que moi, et l'unique question serait de savoir quand ou comment. Faites ce qui est bon pour vous, au-delà de ma proposition en ce qui concerne l'Ordre. Que vous nous rejoigniez ou non, aidez-vous, changez.

Il y avait une évolution dans l'angle d'argumentation du Maître Jedi, mais Yulpi ne s'amusait pas à analyser sa technique de persuasion et son discours. L'argument faisait mouche : il devait s'écouter, et ne pouvait pas attendre le moment fatidique où il exploserait. Il se rappelait avoir déjà envoyé un adolescent à l'infirmerie, à l'Académie de Korriban, et l'évènement n'était pas si vieux. A quand le jour où il s'emporterait contre Tisjess ? A quand le jour où il s'interposerait carrément face à un autre Sith sur un champ de bataille, au lieu de simplement porter assistance à des civils ? Yulpi ne pouvait pas se mentir : ça finirait par se produire. Ca aurait même déjà pu se produire ; le Maître Jedi ne savait pas à quel âge il avait été recruté, ni même quel âge il avait réellement.

YULPI – J'ai vingt-huit ans.

Le Maître Jedi le pensait déjà fatigué en ayant maximum vingt-cinq ans, et Yulpi avait plus que cela. Annoncer son âge fut comme une confirmation que la fatigue se faisait sentir et que l'explosion pouvait se produire d'un jour à l'autre.

YULPI – Mais même si mon discours n'est pas celui de beaucoup de Siths, je vois pas bien en vous écoutant en quoi il est si jedi. Vous, vous croyez que la guerre est inévitable, et je pense même que vous la trouvez nécessaire. Eradiquer le Côté Obscur, parce qu'il est votre opposé. Vous niez participer à un génocide, mais regardez-vous, écoutez-vous ! Vous me dites que les modes de vie des Siths et des Jedis s'opposent et s'entrechoquent, mais en fait c'est juste un plitasse de prétexte pour vous donner bonne conscience à poursuivre votre volonté d'extermination. C'est ça, un Jedi ?

Yulpi espérait évidemment qu'El'Dor allait lui expliquer concrètement qu'il se trompait, et pourquoi il se trompait. Car si être un Jedi, impliquait de mépriser le Côté Obscur, alors Yulpi n'avait pas envie d'être un Jedi, et il ne voyait vraiment pas en quoi son discours était jedi. Même s'il y avait plein de petits ou gros crétins à l'Académie Sith, comme si le Côté Obscur était plus attirant pour ces gens-là, il fallait faire la part des choses. Des connards, il y en avait partout dans la galaxie, et on ne s'amusait pas à les tuer gratuitement sous prétexte de leur imbécillité ou de leur méchanceté.

YULPI – Dans l'arène, j'avais la gloire, j'avais le plaisir, c'était du sport, et j'avais du respect pour mon adversaire. Rien à voir avec la guerre. J'ai jamais compris le bien-fondé de vouloir exterminer des gens parce qu'ils ne vous ressemblent pas, parce qu'ils ne pensent pas comme vous. J'ai trop entendu ces plitasses de nigauderies là-bas pour avoir à les réentendre ici, de votre bouche ou de celle d'un autre ! Les Siths ne sont pas moins respectables que les Jedis juste parce que ce sont des Siths, et qu'un Jedi est un Jedi.

Voilà qui faisait écho à ce qui avait peut-être été censé servir d'argument, quand El'Dor avait répondu à la question « Pourquoi vous voulez m'aider ? » par : « Parce que nous sommes des Jedis. ».
Yulpi triturait toujours son oreille. Il avait un peu de mal à fixer le Maître Jedi dans les yeux. Car il n'était pas encore sûr de son choix, même s'il se mettait de plus en plus à penser que le meilleur choix était de quitter les Siths pour de bon, car en retournant à Korriban pour assumer son attitude et reprendre sa vie de Sith, il aurait plus de choses à regretter qu'à apprécier. Il avait une main tendue et l'occasion de découvrir, peut-être, un autre credo, plus en accord avec ses valeurs, mais aussi celle d'avoir une protection contre les sales choses qui l'attendaient à son retour. Mais il avait beau être en désaccord total avec les valeurs de Tisjess, il ressentait déjà un déchirement rien qu'à envisager de le trahir, de s'éloigner de lui, d'intégrer ceux qu'il avait toujours combattus.
Mais que pouvait-il espérer ? Tisjess allait-il l'accueillir avec un large sourire et le prendre dans ses bras, heureux de le retrouver ? Non, il n'aurait que remontrances à lui infliger. Des remontrances potentiellement graves, sévères, douloureuses.
Yulpi était comme en dépendance affective, mais même si une séparation serait fortement douloureuse, ne se sentirait-il pas beaucoup mieux après, une fois la douleur passée ? Alors qu'à l'Académie de Korriban, il continuerait à se sentir mal...

Tout se bousculait... Et Yulpi était sur le point de prendre la décision la plus difficile de sa vie...

YULPI – C'est quoi, la voie du Gardien ? Ca va impliquer quoi ?

« Ca va impliquer »... Le choix était-il fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeMer 18 Sep 2019 - 22:03

Alycius aurait payé pour qu'un Consulaire prenne sa place. Yulpi avait beau lui être- un peu- sympathique, le Jedi fatiguait de discuter de la sorte, devoir égrainer des informations, des précisions que le prisonnier aurait pu découvrir dans le fameux contrat qui le lierait à l'Ordre. Les questionnements de quelqu'un qui s'apprêtait à changer radicalement de vie étaient compréhensibles, mais le Nazzar peinait à saisir que les Autres, dans cette situation semblable à la sienne, parlent autant. Il se serait ramassé sur lui-même, épluchant les documents qu'on acceptait de lui donner, conservant aussi les oreilles bien ouvertes. Un peu frondeur malgré l'impression calme qui se dégageait du personnage, le Gardien aurait peut-être également fini par dire "oui" afin de concrètement évaluer les choses sur place, à moins qu'il ne négocie un essai. Bref, ce n'était ni le même âge, ni la même expérience, ni le même caractère. Avec les années, l'équidé avait fini par l'apprendre, son seuil de tolérance s'était donc élevé. Juste un peu, assez pour que son impatience ne transparaisse pas face au Gungan. Son impatience mais aussi un léger mal-être, parce que finalement, il avait peur de dire une bêtise et de condamner son vis-à-vis en le braquant, en attisant sa méfiance là où un Consulaire aurait pu l'emmener doucement à l'évidence. Alycius ne prenait pas facilement la parole, encore moins pour être doux, attentif, rassurant.

- Non. Aucun Jedi ne désire nulle extermination- Soupira le Maître qui avait vaguement l'impression de tourner en rond. La moindre de ses paroles était disséquée, analysée puis renvoyée à la figure.- Je peux personnellement être un peu fataliste sans que l'Ordre entier ne le soit, et peiner à croire en une paix facile n'implique pas désirer la guerre.


Le pessimisme du Nazzar ne signifiait pas qu'il pense qu'aucune solution ne soit possible, sinon qu'il ne voyait pas laquelle. De plus, limité par les principes Jedis, il n'avait aucune intention d'aller sur Korriban pour entreprendre de massacrer tous les Siths en vue. Le raisonnement de Yulpi revenait à dire que les Gouvernements pourraient très bien choisir de tuer tous les prisonniers dangereux, majoritairement récidivistes et sans espoir de se réintégrer -selon des statistiques sérieux.-.

- Ah. Excusez-moi pour l'âge.

Fit-il entre deux bouts de discussion tranchante. Malgré lui, le Nazzar plissa les yeux, cherchant à mieux étudier le visage de l'Amphibien. Non. Impossible d'y lire un quelconque chiffre. Son propre physique trompait aussi d'ailleurs puisque pour qui pouvait émettre une hypothèse lui donnerait naturellement la vingtaine. En effet, sa race avait une espérance de vie très longue, assortie d'un vieillissement ralenti. Mais qu'importe la leçon de biologie. Outre cette révélation, le jeune Maître pouvait surtout commencer à déduire certaines choses, ou se poser des questions intéressantes comme "pourquoi à 28 ans, Yulpi n'était-il probablement pas Guerrier Sith?", serait-ce la confirmation encourageante qu'il était trop décalé pour son Ordre qui ne lui accordait aucune confiance? Pour un presque trentenaire, Alycius trouvait aussi que son interlocuteur manquait d'aplomb. Il posait certaines questions intéressantes, avait l'air intelligent mais surtout effrayé, sensible, fragile, ce qui réduisait quelque part son âge. Enfin, il avait tenu à s'excuser pour démontrer son respect, un léger signe certes, mais c'était quand même important à ses yeux et dans le cadre de ces négociations au passage.

- Les Siths sont moins respectables uniquement lorsqu'ils tuent ou commettent un délit. Les Jedis ne rejettent pas un groupe, une croyance, sinon les faits perpétués par des individus, une tendance qui se répète quand même souvent chez les Siths. Leurs enseignements, en règle générale, vous le reconnaîtrez, valorisent la violence et pas limitée à des arènes. Un Jedi qui agirait de la sorte serait condamnable et condamné. Cela arrive d'ailleurs, mais statistiquement moins, parce que nos enseignements vont dans le sens du pacifisme. De fait, simple exemple: vous auriez été puni si on vous avait surpris à aider des civils... N'est-ce pas une démonstration d'agissement condamnable de leur part? Non assistance à personne en danger.

De fait, avait failli continuer le trentenaire, c'était comme pour les Hutts, aucun de prime abord ne devrait être jugé, pour autant, le crime était chez eux une seconde nature, de telle sorte que naturellement on se méfiait de toutes les Limaces. Les exceptions comme Glurba étaient celles qui devaient -hélas- démontrer qu'ils sortaient de la norme. Vu la sensiblerie du Gungan néanmoins, il se retient, son exemple un peu cru serait certainement mal perçu. Pourtant c'était la stricte, la triste vérité. Les membres les plus influents d'un peuple acquéraient l'étiquette qu'ils méritaient, ensuite, si les statistiques le démontraient, les autres, dotés d'un minimum instinct de survie s'attachaient à bien lire cette fameuse étiquette. Les Siths étaient par définition cruels, violents, dangereux. Il existait ensuite des degrés de méchanceté, et, enfin, les exceptions. Comment le Gungan pouvait-il prétendre que les "siens" avaient le droit à la même confiance qu'on offrait aux Garants de la Paix qui se sacrifiaient depuis des siècles, donnant vie, confort et bonheur aux citoyens? Les propres enseignements des enfants Obscurs le disaient en toutes lettres "nous suivons le côté sombre de la Force". Était-ce respectable? Bien peu selon Alycius, même si la liberté d'expression exigeait de laisser les membres d'une religion tendancieuse non dangereuse vivre leur croyance. L'expérience, l'Histoire avec un grand H cependant avait déjà prouvé à maintes reprises que la chute, les dérives arrivaient très vite et de manière quasiment irrémédiable.

Devoir justifier l'Ordre agaçait le Nazzar, lequel parvenait toutefois à cacher un quelconque sentiment négatif. L'idée que Yulpi se lance dans une nouvelle tirade sur l'Injustice commise envers les Siths, majoritairement criminels -pourquoi se voiler la face?-, lesquels prônaient l'égoïsme, voir le meurtre de leurs ennemis, élimination totale. Devoir prendre des pincettes avec cette secte, mettre au même niveau les Jedis eux aussi parfois condamnables hérissait le poil du Gardien, cependant, il se retenait habilement. Ce serait un puéril combat d'égo masculin que de commencer à argumenter avec vigueur. Après tout, lui n'avait rien à prouver.

- La voie de Gardien est celle d'un Protecteur. C'est un Jedi de Terrain qui accomplit des missions, intervient pour aider des civils lors d'une attaque comme sur Raxus, traque un criminel dangereux soupçonné pour le mener devant la justice. Que ce soit un combat direct -lorsque toutes les autres solutions ont été épuisées en vain.- ou le sauvetage de civils après un attentat, c'est, pour résumé un homme d'action, souvent en première ligne. Il peut néanmoins choisir d'accepter ou de refuser une mission et dispose d'une certaine autonomie. La prise de décision, l'autonomie, le courage, la constance et enfin, l'auto-contrôle sont ses atouts les plus appréciés.

Un soldat qui devait sortir le moins possible son arme tout en étant prêt à le faire. De manière très sommaire et basique, voilà ce qui attendait un Chevalier Jedi comme lui, et par extension le Gungan même si le chemin serait encore long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeJeu 19 Sep 2019 - 9:27

El'Dor essaya d'expliquer à Yulpi que personne dans l'Ordre Jedi n'éprouvait un quelconque désir d'extermination. Dans son cas personnel, il fallait simplement voir du pessimisme : El'Dor était quelqu'un qui ne croyait pas en la possibilité d'une paix, mais cela ne signifiait pas qu'il souhaitait pour autant la guerre. Bon, il retombait bien sur ses pattes, et Yulpi pouvait bien entendre ce discours. Ca pouvait être vrai, comme ça pouvait être une pirouette, mais c'était en l'état impossible à juger tout de suite. Yulpi n'avait pas la prétention de déjà connaître la personne en face de lui. Il avait simplement entendu tellement de mal sur les Jedis... Mais il savait, par ses rencontres avec Torr ou avec Samaël, que tous les Jedis n'étaient pas des inquisiteurs tartufes égocentriques cherchant une fausse images de preux chevaliers sans accorder une réelle attention à autrui. Car c'était bien ça, l'image qu'en avait Yulpi, aussi bien par sa propre expérience sur Naboo où seuls les Siths étaient intervenus et non les Jedis, que par le formatage subi à l'Académie où tout le monde était amené à avoir la même optique.

El'Dor s'excusa d'avoir rajeuni Yulpi. D'une part, il n'y avait pas de mal, et d'autre part, même si ça semblait être un détail, au moins c'était un signe qu'il n'y avait pas de mépris. A moins, là encore, que le Maître Jedi ne soit en train de complètement jouer un jeu pour duper le jeune Sith... Yulpi avait envie de le croire sincère, mais sa peur l'amenait forcément à envisager une tentative de manipulation.
El'Dor avait mauvaise opinion des Siths, et c'était normal, tout comme Yulpi et n'importe quel autre Sith avait mauvaise opinion des Jedis ; mais il n'avait pour autant encore montré aucun signe de mépris envers Yulpi, depuis le début de l'entretien. El'Dor méprisait l'Ordre Sith, pas la personne qui appartenait à ce camp. S'il avait déjà essayé de dire du mal des Siths, il n'avait rien dit de mal sur Yulpi, et ne lui avait même pas implicitement fait porter le poids de ce qu'il reprochait aux Siths en général.

Il essaya de justifier son opinion en qualifiant les Siths d'indignes uniquement lorsqu'ils commettaient un meurtre ou un délit, ce que valorisaient leurs enseignements. El'Dor arrivait toujours à retourner les phrases d'une certaine manière pour que Yulpi, de par son expérience personnelle, puisse finalement être d'accord avec lui ; Yulpi ne pouvait pas se mentir à lui-même, il avait tant de désaccords avec les préceptes enseignés à l'Académie, notamment par son propre maître en personne, et ce sentiment de malaise qui l'habitait ne venait pas de nulle part. Yulpi ne pouvait pas accepter que l'on emporte le bébé avec l'eau du bain : si El'Dor généralisait trop en disant que les Siths n'avaient pas de morales et étaient les “méchants de l'Histoire”, alors Yulpi ne pourrait pas l'entendre, mais s'il précisait simplement que les Siths, dans leurs préceptes, encourageaient la négligence de la vie d'autrui pour des intérêts plus grands, comme l'ambition, la puissance et la liberté, alors on en viendrait à un fait que Yulpi ne pourrait que confirmer.

ALYCIUS – La voie de Gardien est celle d'un Protecteur. C'est un Jedi de terrain qui accomplit des missions, intervient pour aider des civils lors d'une attaque comme sur Raxus, traque un criminel dangereux soupçonné pour le mener devant la justice. Que ce soit un combat direct, lorsque toutes les autres solutions ont été épuisées en vain, ou le sauvetage de civils après un attentat, c'est, pour résumer, un homme d'action, souvent en première ligne. Il peut néanmoins choisir d'accepter ou de refuser une mission et dispose d'une certaine autonomie. La prise de décision, l'autonomie, le courage, la constance et enfin, l'auto-contrôle sont ses atouts les plus appréciés.

Hormis la dernière phrase de cette description, Yulpi reconnaissait que cette voie serait en effet celle qui lui serait la plus appropriée. Intervenir sur le terrain pour aider des civils, traquer des criminels pour les amener devant la justice, se livrer au combat direct quand les autres options venaient à être écartées... En somme, être dans l'action. Là où Yulpi pourrait mettre à profit ses hautes compétences martiales. En revanche, Yulpi doutait de ses autres qualités parmi celles citées par El'Dor. La prise de décision ? Yulpi n'était pas un meneur. L'autonomie ? A condition que ça ne rime pas avec “solitude” ou “indépendance”. Le courage ? Il n'était pas bien placé pour juger son propre courage, et déterminer jusqu'à quel point il pouvait se montrer courageux. La constance ? Fallait-il encore savoir ce qu'El'Dor entendait par là, car Yulpi se remettait toujours en question, et parler de constance à un Sith qui discutait de rejoindre les Jedis, ce n'était peut-être pas pertinent. Enfin, l'auto-contrôle ? Ce n'était clairement pas la plus grande qualité de Yulpi, toujours en proie à ses émotions, jamais maître de lui-même.

Le Gungan baissa la tête, cette fois-ci non pas pour éviter le regard du Maître Jedi, mais par humilité et doute, et un peu de honte.

YULPI – Ca semble clairement être la voie faite pour moi, celle qui m'attire le plus, mais... je ne suis pas sûr d'avoir toutes les qualités pour.

Il ne voulut pas entrer dans le détails, ça demanderait un travail d'introspection auquel le moment était mal choisi pour se livrer.

YULPI – Si sur Korriban on va me blâmer pour avoir aidé des civils, c'est parce que j'ai dévié de ma mission, et j'ai indirectement aidé l'ennemi. C'est vous, les Jedis, qui étiez censés protéger les civils. Mais, quand c'est vous qui attaquez une planète, si par exemple vous venez à attaquer une planète de l'Empire, vous chercheriez quand même à épargner les civils ?

Cette question n'était pas innocente, et ne visait pas juste à remettre en doute un exemple cité par El'Dor pour mettre en évidence la différence entre les enseignements jedis et siths : Yulpi espérait se laisser réellement convaincre que ce qu'il avait fait sur Raxus, ne lui aurait pas été reproché s'il avait été Jedi attaquant une planète sith. D'autant que, à bien écouter comment El'Dor avait présenté la voie du Gardien, les missions auprès de civils pourraient compter parmi les siennes.

YULPI – Juste pour savoir, quelles sont les autres voies ?

Peu à peu, Yulpi réalisait avec plus de lucidité la façon dont il parlait : celle de quelqu'un qui avait pris sa décision. Il fut presque choqué comme s'il prenait soudain conscience que son propre esprit était allé trop vite pour lui. Par défense, il pesa de nouveau tous les inconvénients à cette décision de toute façon déchirante. Ses doigts se cripsèrent un peu plus sur sa longue oreille.

YULPI – C'est terrible... J'ai peur, et... mon maître me dirait de me servir de ma peur... et au lieu de ça, j'envisage de vous rejoindre... J'ai tellement l'impression de le trahir... Il m'a sauvé, m'a donné une famille, m'a tout appris, et voilà comment je le remercie... Purée c'est horrible !

Et pour la première fois depuis un long moment, Yulpi posa son regard droit dans celui d'El'Dor. Et deux sentiments évidents pouvaient se lire dans les yeux sans orbite de l'amphibien : la détresse et la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeVen 4 Oct 2019 - 18:33

La conversation avait pris un ton plus diplomatique. Tous deux semblaient désormais tâter le terrain avec davantage de prudence. Alycius avait retrouvé un brin de patience, notamment parce que le dialogue ne stagnait plus. Que la décision soit positive ou négative, que les choses avancent était ce qui comptait aux yeux du Nazzar. Peu voir nullement rôdé à ces longues négociations fastidieuses, il appréciait les idées claires, les ordres net et les décisions tranchantes.

- Ces qualités se développent, d'autant plus qu'il me semble que vous possédez déjà le courage et la compassion.

Le Jedi offrit un de ses si rares au Gungan, signe indéniable qu'il pensait ses propos, au-delà des compliments courtois que l'on offrait à l'ennemi qui se rendait. Alycius n'était pas de ce genre, apaiser quelqu'un avec de gentils mots. Si ces derniers n'étaient pas pensés, ils restaient, sans scrupule, prisonniers de ses lèvres et, au mieux, jugeait-il bon d'épargner le maladroit de critiques. Là s'arrêtait sa capacité à amadouer ou calmer, autant dire que c'était bien maigre, ceci dit, ses félicitations n'en étaient que plus précieuses. Les futurs Gardiens les plus prometteurs se battaient avec une ardeur dupliquée face à ses yeux sombres, cherchant le cadeau ultime, un mot agréable, voir un sourire. Exigeant envers les autres, encore plus envers sa propre personne, le Maître n'était certainement pas un être facile à vivre bien que le flegmatique Glurba semble parvenir à faire avec. Il faut dire que le Hutt était radicalement opposé à son grognon de mentor, ce qui lui permettait de relativiser en -presque- toutes circonstances. Étrangement Yulpi aussi avait l'air d'accepter Alycius, et vice-versa. Finalement l'amphibien pouvait se targuer d'être parvenu à toucher le Jedi qui, sous un aspect distant, prenait le temps de répondre, de l'encourager et de le soutenir. Leur passé pas si différent devait aider. Sans doute. En fin psychologue qu'il n'était pas, ce n'était pas Alycius qui chercherait à approfondir. Le sourire du Jedi se perdit pour laisser place au sérieux alors qu'il essayait de répondre à Yulpi afin de corriger sa vison -naturellement- biaisée de l'Ordre.

- Quant aux "attaques", premièrement, nous essayons d'être le moins possibles les assaillants, choisissant autant que possible la défense qui correspond à notre philosophie. Bien sûr, il est impossible de toujours respecter ce voeu, mais dans ce cas, les civils sont épargnés. D'ailleurs, lorsqu'une cible se trouve trop près des civils, le projet est abandonné, bien des batailles ont été perdu ainsi... Mais c'est un choix que l'Ordre accepte parce que la fin ne justifie pas les moyens. Des bavures? Il y en a eu. Des erreurs? Évidemment, cependant notre volonté reste toujours la même: épargner autant que possible les vies innocentes, d'ailleurs, certains objectifs ont été revu, des membres détournés de leur mission première pour venir en aide à des civils lors d'un appel au secours. La Dame Noire l'a bien compris d'ailleurs et nous a piégé ainsi sur Maxima.

Ayant compris qu'avec le Gungan, la sincérité était encore ce qui marchait le mieux, Alycius avait décidé d'avouer les erreurs, les faiblesses des Jedis. Leur vocation à sauver des gens allaient souvent contre eux. Les Siths n'ayant pas ces limites étaient plus forts, plus puissants et libres de leurs actes, néanmoins, le Nazzar ou n'importe quel membre équilibré de leur communauté assumait ce manque de force. Ils compensaient par la solidarité, doublée d'une constance assez impressionnante. Cela ne voulait pas dire qu'Alycius jugeait bon de devenir une guimauve face aux civils, d'ailleurs plutôt acerbe quant à leur mode de vie ainsi que leur capacité à succomber à des vices qu'ils avaient eux-mêmes crées, mais la vocation du Jedi était encore celle qui lui correspondait le mieux et sous ses airs blasés, il croyait fermement en cette idéologie.

- Il existe une voie diplomatique: celle des Consulaires, ils sont spécialisés dans la maîtrise de la Force, se rendent parfois au Sénat pour régler des problèmes de réglementation, interviennent lorsque deux planètes sont en conflit, par exemple. Aptes aussi à combattre, ils sont toutefois beaucoup moins tournés vers le maniement du sabre. L'entre-deux est la voie des Sentinelles qui combinent cette facilité de parole à des missions plus, disons, musclées. Ils sont en général aussi bons dans l'utilisation de leurs pouvoirs qu'en duel. L'équilibre en quelques sortes.

Résuma rapidement le Gardien, cependant persuadé que Yulpi, du peu qu'il le connaissait, finirait par se décanter pour le chemin emprunté par les bretteurs vu son goût pour le combat. Ce n'était pas une tare en soi, et là où un Consulaire aurait pu s'affoler, Alycius chercherait plutôt à relever le défi: comment conserver le plaisir qu'éprouvait l'amphibien à utiliser son sabre tout en extrayant la colère. Ceci dit, il n'avait pas parlé des Ombres, élite secrète de l'Ordre que ni Yulpi, ni la majorité des Jedis pouvait espérer intégrer un jour. Purs, dévoués à leur communauté, ces êtres particulièrement équilibrés jouaient les funambules entre la lumière et l'obscurité sans chuter. Ils assumaient d'agir à la limite de la loi sans jamais franchir la barrière, d'assumer les conséquences de leurs actes sans impliquer l'Ordre. C'était un rôle que même Alycius ne saurait définir exactement, tout maître du Conseil soit-il. Yulpi n'avait donc pas besoin de s'emmêler davantage avec la mention de cette subtilité, d'autant plus qu'il semblait désormais craquer. Au lieu de s'énerver ou de se résigner simplement, le Jedi sentit une compassion -elle aussi rare- l'envahir. Parce qu'il avait vécu cet ouragan d'émotions en quittant sa famille. Malgré la maltraitance -il avait vécu deux ans reclus dans sa chambre quand même.- le Nazzar avait été déchiré par sa décision, parce qu'il savait qu'en s'échappant lors du Boqueri, ses parents passeraient d'élus à déchets au sein de leur société.

Le Jedi oublia sa crainte voilée d'être maladroit -une peur qu'il se cachait à lui-même et qui le poursuivait cependant, provoquant en partie son caractère au mieux plat, au pire cynique.- pour répondre avec franchise et spontanéité au Gungan, comme s'il lui devait cette réponse non-académique. Ses yeux glissèrent brièvement à la main crispée sur la longue oreille tombante.

- Écoutez, les parents, les proches, géniteurs ou adoptifs prennent soin de leur enfant, de leur ami ou disciple parce qu'ils lui ont donné la vie ou comme dans votre cas, que leur histoire vous a touché. Enfin sensément. Leur beau geste n'implique cependant pas que le protégé leur soit redevable. Une fois adulte, bien qu'il doive montrer sa reconnaissance -encore une fois, nous parlons de cas classique- c'est au jeune devenu adulte de choisir sa voie. C'est naturel, chez les Civils mais aussi chez les Jedis. Ainsi, j'ai vu des Maîtres éduquer un apprenti pendant de longues années avant que ce dernier ne décide de quitter nos rangs pour rejoindre une personne aimée ou une voie qu'il préférait. Le mentor peut s'en trouver triste, certes, mais rancunier non. Il a simplement donné à son ex-Padawans toutes les cartes pour devenir un homme accompli, capable de prendre ses décisions, bonnes ou mauvaises. Dans votre cas... Ce choix est d'autant plus vital que votre bien-être mental en dépend. Votre Maître -il n'avait pas osé dire "ancien", pas encore.- a lui-même voulu servir l'Empire. Il a eu le choix ce désormais, c'est à vous de faire le vôtre. Si vous demeurez Sith, vous vous trahiriez vous-même d'après ce que vous me dites et ce que je vois. Au final, votre maître finirait par vous perdre pareillement, et, vous considérant comme un traître malgré vos efforts pour respecter sa philosophie, vous punirait, voir vous tuerait. Vous avoir sauvé ne lui donne pas le droit de vie et de mort sur vous, Monsieur Bepads. Or nous parlons bien de mort si vous vous résignez à suivre une voie qui ne vous convient pas. Personne ne peut vous imposer à demeurer d'un côté ou de l'autre parce que ça lui convient. Pensez à vous, à votre bien-être, à votre vie.

Cet homme, en n'écoutant pas son apprenti l'avait de toutes manières trahi en premier, cependant Alycius ne voulait pas encore plus l'accabler alors que Yulpi éprouvait encore un peu d'amour pour lui. Sans doute aurait-il eut tendance à défendre ses propres parents dans un premier temps, inconscient de la maltraitance et de la négligence dont il avait été victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulpi Bepads
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
Yulpi Bepads


Nombre de messages : 171
Âge du perso : 28 ans
Race : Gungan
Binôme : Tisjess, Sluissi ♂, Guerrier Sith (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1151/78Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (51/78)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue38/72Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (38/72)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeSam 5 Oct 2019 - 8:09

Sur le tableau des qualités requises pour un Gardien, le Maître Jedi El'Dor attribua à Yulpi celles du courage et de la compassion. D'un certain côté, Yulpi pouvait effectivement envisager que son attitude sur Raxus, à s'écarter des ordres donnés par ses supérieurs en sachant les conséquences que cela aurait, pour suivre ses propres valeurs, était une forme de courage. Renoncer à ses valeurs pour rester dans le carcan de la sûreté, aurait à l'inverse été une forme de lâcheté. Alors peut-être bien que Yulpi pouvait se targuer d'être courageux, par certains aspects. Quant à la compassion, cela n'avait pas figuré dans la liste de qualités citées ; mais si c'en était une, alors pour sûr Yulpi la possédait.

Il paraissait assez improbable que les Jedis épargnent les civils lorsqu'ils assaillaient une planète. Et pourtant, El'Dor nia toute implication des Jedis dans un massacre civil. Il prétendit que les Jedis n'aimaient pas assaillir une planète, se contentant en général du rôle de défenseurs ou de médiateurs ; et quand ils prévoyaient malgré tout une attaque, ils faisaient en sorte d'épargner les civils. El'Dor affirma même que des projets avaient été abandonnés et des batailles perdues justement à cause du risque de dommages civils. Il reconnut malgré tout qu'il pût y avoir des bavures ou des erreurs. Yulpi ne savait pas, là encore, s'il pouvait raisonnablement croire ce beau discours, en tout cas en avait-il envie, puisque cela correspondait mieux à ses valeurs. Et il devait bien remarquer un effort de remise en question de la part du Maître Jedi qui reconnaissait des imperfections. Il y avait donc là un discours rassurant et crédible auquel Yulpi voulait croire. Mieux : il avait besoin d'y croire, car sa décision imminente en dépendait. Et ce qui importait le plus à Yulpi, à cet instant, était d'être en accord moralement avec ce qu'il s'apprêtait à faire, cette décision qu'il s'apprêtait à prendre.

Deux autres voies principales s'offraient alternativement à celle du Gardien. Celle du Consulaire était appropriée aux Jedis désirant se concentrer sur les missions diplomatiques et sur l'appréhension de la Force. Il arrivait à ces Jedis d'intervenir au Sénat notamment pour des problèmes de réglementation, et étaient les premiers appelés pour effectuer des médiations. Clairement, ce n'était pas du tout la voie faite pour Yulpi. Non seulement il faisait assez peu appel à la Force, préférant l'usage direct de ses membres et de son sabre-laser, mais il n'avait aucune confiance en lui pour tout ce qui touchait à l'éloquence. Jamais pris au sérieux par les non-Gungans à l'Académie Jedi, Yulpi était un bien piètre menteur, n'avait presque aucune force de persuasion par les mots, et ne se sentirait pas du tout à l'aise pour régler verbalement un conflit. Lui qui cherchait l'action, la voie du Consulaire l'en tiendrait justement éloigné.
Enfin, il existait la voie de la Sentinelle, qui lui fut décrite comme un entre-deux. Les Jedis qui suivaient cette voie étaient des agents polyvalents, et faisaient autant appel à la Force qu'à leur sabre-laser en situation de combat ; leurs missions comportaient une part d'action mais ces agents savaient aussi bien utiliser la rhétorique quand la situation pouvait être réglée pacifiquement.
Yulpi n'était sûr que de ses capacités martiales, et la voie du Gardien lui semblait donc définitivement la plus appropriée.

Quand Yulpi aborda la peur et la honte qu'il ressentait, ce sentiment d'ingratitude envers son maître, il s'agissait là certainement du dernier obstacle qui pouvait le retenir d'accepter la proposition du Maître Jedi El'Dor. C'était donc un moment crucial du dialogue.
El'Dor commença par souligner une distinction entre “reconnaissance” et “redevabilité”. Yulpi pouvait continuer à se montrer sincèrement reconnaissant envers son maître, sans pour autant lui devoir quoi que ce soit. Chez toute personne lambda, l'entrée dans l'âge adulte était le moment où l'individu était censé être libre de choisir sa voie. Chez les Jedis, les choses n'étaient pas différente : une fois que l'apprenti avait fini sa formation, il n'était pas obligé de rester auprès de son maître, et avait la liberté de choisir en adulte dans quelle direction il voulait orienter sa vie. Le maître pouvait alors se sentir triste, mais jamais rancunier.
El'Dor remarqua que chez Yulpi, ce choix libre était d'autant plus important que son bien-être mental en dépendait manifestement. Tisjess avait eu le choix de servir l'Empire, Yulpi devait avoir ce choix à son tour.
Ces paroles trouvaient un certain écho dans l'esprit de Yulpi, mais l'argument qui le frappa le plus vint en dernier. El'Dor assena que Yulpi se trahirait lui-même en restant chez les Siths, et que de fait, son maître le perdrait pareillement et finirait par le considérer comme un traître – ou au mieux, un faible, un déchet, et son sort ne serait alors pas plus enviable.
Et cela, c'était objectivement vrai. Cela faisait même déjà longtemps que Yulpi avait peur que Tisjess finisse un jour par désespérer de modeler Yulpi à son image et l'abandonne. Certes, Tisjess ne l'avait encore jamais fait, parce que la patience était une qualité importante chez le Sluissi Guerrier Sith, mais peut-être n'en pensait-il pas moins. Et viendrait le moment inévitable où Tisjess assumerait que Yulpi serait toujours sur une longueur d'onde différente, et alors il perdrait sa bienveillance. Il ne fallait pas être naïf : Tisjess ne garderait pas sous son aile un Apprenti dont il ne pourrait rien tirer.

Personne n'avait le droit de vie ou de mort sur Yulpi. Ces mots d'El'Dor achevèrent de réconforter le jeune Gungan et à chasser son sentiment de honte. Finalement, ce qui importait le plus à Tisjess, n'était pas l'épanouissement de Yulpi, mais son formatage au Code Sith. Yulpi n'arriverait pas à lui en vouloir. Peut-être que Tisjess, apprenant que son Apprenti avait rejoint les Jedis, réclamerait sa mort, ce serait même plus que probable ; et Yulpi se défendrait chèrement car il n'accepterait pas d'être forcé à suivre une voie qui ne lui convenait pas sous peine de mort. Il le comprendrait, venant d'un Sith comme Tisjess, mais ne l'accepterait pas pour autant. Il devait penser à lui avant de penser à son maître. Il avait vingt-huit ans, il était encore jeune, mais il était adulte. Il avait le droit de se prendre en main.

YULPI – Qu'est-ce que je dois faire maintenant pour devenir un Jedi Gardien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycius El'Dor
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
Alycius El'Dor


Nombre de messages : 180
Âge du perso : 37 ans (25 en apparence)
Race : Nazzar
Binôme : Glurba Lugliiamo

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_b1118/100Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_10  (18/100)
PF:
Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Left_bar_bleue78/110Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Empty_bar_bleue  (78/110)

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitimeSam 12 Oct 2019 - 19:49

- Vous laisser guider, c'est aussi simple et complexe que ça. Tout au long du processus, vous aurez le droit de parler, serez d'ailleurs encouragé à exprimer votre avis, votre ressenti. Les apprentis, ce que vous deviendrez une fois les papiers officialisés, doivent confier leurs pensées et ce sans craindre de réprimandes. Que votre démarche soit honnête, voilà ce que l'Ordre vous demande.

Répondit le Maître avec sobriété, étranger à l'art du théâtre. On pouvait lui trouver une certaine austérité, simplicité voire dignité mais son charisme n'était ceryainement pas commun. Peu d'ailleurs l'appréciaient, parce qu'Alycius était tout sauf le typique aspirant politicien, mielleux, rassurant. La majorité était insensible à son honnêteté brute, à peine travaillée, adoucie par l'éducation du Temple. Par chance, Yulpi semblait se sentir mieux face à quelqu'un qui acceptait de parler des erreurs de son Ordre, des sienns et c'était peut-être d'ailleurs pour ça que le Conseil l'avait choisi au lieu de prendre un autre Consulaire pour remplacer celui qui s'était désisté au dernier instant à cause d'une urgence. Au fond, c'était logique parce que les Siths avaient beau avoir une réputation de vice, de sournoiserie, ils étaient paradoxalement aussi beaucoup plus francs que les Jedis, qui contrôlaient leurs émotions, pratiquaient la démocratie. Sans tomber dans l'hypocrisie -un principe que l'Ordre essayait d'enrayer, jouant les funambules lorsqu'ils enseignaient l'art de savoir convaincre sans mentir ou cacher la vérité.- ils étaient prudents, frileux à l'idée de blesser l'égo de l'autre ou de leur propre communauté. Alycius, lui, si attaché soit-il au Temple n'hésitait pas à pointer ses défauts, de la même façon qu'il attaquait les siens.

Plutôt heureux de l'issue prometteuse qui se dessinait, le Maître jaugea une dernière fois le Gungan d'un coup d'oeil. Il aurait trouvé dommage qu'un jeune encore loin de s'ètre enfoncé dans les limbes de l'obscurité ne saisisse pas l'opportunité de se réintégrer, en tant que Jedi ou Civil, peu importait. Bien sûr, le chemin serait encore long et Yulpi avait accompli le pas le plus simple en quelques sortes, mais au moins son avenir reprenait sa route. Là où la prison représentait un mur, au sens littéral comme celui figuré, il venait de se creuser un nouveau sentier. À lui de ne pas le laisser être envahi par les ronces ou de planter des arbres vénéneux.

- Si vous avez besoin, demandez-moi et je viendrai vous voir.

Lâcha finalement le Nazzar sur un ton anodin alors qu'il venait de se compromettre à lier une partie de son futur à celui de Yulpi. Bien qu'il ait déjà un élève -avec lequel il avait fort affaire- et ne comptait pas réeduquer le Gungan, le Jedi n'omettait pas de lui parler. Pour se faire, l'Amphibien comprendrait bien vite qu'il n'était pas la meilleure option, mais recourir au connu était parfois salutaire. L'invitation du Jedi valait ce qu'elle valait, cependant c'était rare qu'il en offre et vu le personnage, Yulpi devait bien s'en douter. Encore plus extraordinaire de sa part, Alycius tendit sa main pour laisser l'amphibien choisir de la serrer ou pas. Un gardien tressaillit mais le Jedi, d'un regard sévère, le remit à sa place. Si le "méchant Sith" décidait de l'attaquer, un Gardien comme lui, au sommet de son art et de ses forces saurait probablement l'arrêter. Peu importait donc la règle du non-toucher entre visiteur et prisonnier. D'ailleurs, sensément Yulpi ne serait plus prisonnier pendant longtemps.

- L'Ordre va envoyer un autre Jedi pour vous faire signer les papiers, veillez à lui fournir les informations qu'il vous demande, ainsi que vos pièces d'identité si vous y avez accès. Le but est de vous sortir d'ici le plus tôt possible.

Parce que laisser un prévenu ayant accepté un compromis une seule nuit de plus en prison était inconcevable, Alycius irait faire son rapport dès son retour sur Ondéron, d'ailleurs il était probable qu'il prenne son comlink dès la sortie. Une fois les papiers signés, l'ex-Sith et le futur potentiel Chevalier Jedi débuterait sa "conditionnelle". Ni l'état, ni l'Ordre ne plaisantait avec les droits d'un homme -presque- libre, et si Yulpi pouvait avoir des doutes, ceux-ci seraient rapidement évinscés.

Deux heures après le départ d'Alycius, un Chadra-Fan menu, pour ne pas dire maigrelet était venu faire signer des papiers au jeune initié. L'atmosphère avait clairement changé puisqu'on donnait à Yulpi l'occasion de fréquenter un Chevalier nettement moins apte à se défendre que le Gardien. Presque tremblottant, le Chadra-Fan avait cependant une voix chaude, presque hypnotique, si rassurante qu'on se sentirait presque bien en plein champs de bataille pourvu que le Consulaire continue de discourir. Il disposait d'une aura extrêmememt bienveillante et, contrairement à ce qu'on aurait pu penser, d'une certaine honnêteté. Il prévint donc Yulpi que tous les membres du Temple ne ferait pas d'efforts pour l'intégrer, certains se méfieraient voir le rejeteraient mais que dans l'ensemble, après une période de méfiance mutuelle normale, tout devrait aller mieux. Il évoqua, dans un discours bien ficelé mais qu'on sentait sincère, quelques cas plus ou moins connus d'anciens Siths devenus Chevaliers puis Maîtres Jedis dont celui d'une Arkanienne qui avait siégé au Conseil à une époque très lointaine. Bien sûr, elle n'avait tué personne en tant que Sith pour parvenir à ce niveau, mais après tout, Yulpi n'était pas considéré comme un meutrier non plus.

- Si vous êtes d'accord Monsieur Bepads, signez ici.

Et s'il signait effectivement, Kay Ñims inviterait le Gungan à sortir d'un paisible et naturel "Par ici Padawan". Un statut qu'il avait aussi pris soin d'expliquer à l'ex-sith. Loin d'être une volonté de l'humilier, ce rôle devait sensément lui permettre de s'intégrer plus tranquillement, sans la pressoon ou les exigences que supposaient le rang de Chevalier. Enfin, il soulignait aussi l'importance d'un des premiers apprentissages auxquel devrait se plier Yulpi, pilier de l'Ordre Jedi: la modestie.

Un sourire plus tard, sans aucun dégoût visible, de fait, véritable pionnier dans le domaine de la réinsertion, grand optimiste, le Chadra-fan tendait un datapad au concerné. Malgré son âge, il respirait la confiance. Tous les échecs du monde ne sauraient convaincre Kay que les Enfants de l'Obscur étaient des cas perdus. À cette paix que Yulpi défendait, il y croirait aussi et pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] _
MessageSujet: Re: Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]   Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Plongée en Eaux Troubles [PV Yulpi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Ordre Jedi - Planète Ondéron :: Cité d'Iziz :: Prisons d'Iziz-