Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Il faut bien que jeunesse se refasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karm Torr
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Karm Torr


Nombre de messages : 497
Âge du perso : 28 ans
Race : Humain (Ark-Ni)
Binôme : Maître de Thann Sîdh
Compagnon de Luke Kayan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_b1170/70Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_10  (70/70)
PF:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_bar_bleue105/105Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_bar_bleue  (105/105)

Il faut bien que jeunesse se refasse _
MessageSujet: Il faut bien que jeunesse se refasse   Il faut bien que jeunesse se refasse Icon_minitimeMer 10 Avr 2019 - 11:25

— Et sinon, des fois, il t’arrive de mettre des vêtements ?
— Mais…

Décidément, sa réputation d’exhibitionniste lui collait à la peau. Peut-être parce qu’il l’avait souvent dénudée, sa peau. Mais est-ce qu’on reprochait aux Jedis Wookies de se promener constamment tout nus ? Ce fut en tout cas un Karm torse nu qui rangea son tournevis magnétique à sa ceinture, pour descendre de la plateforme antigravité sur laquelle il était perché, dans l’un des entrepôts de l’ExploCorps, au Temple.

— C’est précisément parce que la clim’ est cassée et qu’il fait trop chaud que je suis en train de réparer, se défendit l’Ark-Ni.

Surnommé le Chevalier au Slip.
Certes.

Sa collègue leva les quatre yeux au ciel avant de lui tendre un datapad.

— Le Conseil t’a trouvé une nouvelle mission.
— J’me trouve très bien mes missions tout seul, répliqua le jeune homme un brin vexé, en consultant l’écran où s’affichait un ordre sommaire.

Quand il eut fini de lire, il murmura :

— Sérieusement… ?
— On ne tire pas sur la messagère, répliqua l’exploratrice.
— Elle est pas censée être, genre… ‘Fin, tu sais…
— Complètement timbrée ?
— J’aurais pas nécessairement dit ça comme ça…

Karm n’ignorait pas que l’ExploCorps bruissait depuis des semaines des rumeurs les plus folles au sujet de Maître Venta. La longue et brillante carrière de l’Exploratrice Jedi était désormais éclipsée, dans l’esprit de ses confrères, par les étranges conséquences de son expérimentation avec la Force et par sa détresse psychologique, qui n’avait été couverte que par un secret médical tout relatif, dans un Temple où les nouvelles allaient bon train.

Le jeune Explorateur, pour sa part, considérait qu’il était préférable de s’abstenir de juger. Qui était-il, à même pas trente ans, pour imaginer ce que l’on ressentait, à l’approche de la mort, en sentant son corps se désagréger petit à petit ? Et puis ce que l’avenir lui réservait en la matière était bien différent de ce qu’expérimentaient les humains normaux. La vieillesse ark-ni à bien des égards était beaucoup plus clémente.

— Écoute, si le Conseil te confie ça, c’est qu’ils te jugent capable.

Karm esquissa une moue dubitative.
La climatisation attendrait.
*

Le hangar sud bourdonnait d’une activité intense. Des Consulaires s’apprêtaient à conduire une expédition humanitaire sur un monde agricole du Noyau, qui avait été dévasté par d’étranges cataclysmes climatiques. On chargeait de grandes barges qui rejoindraient, dans quelques heures, un vaisseau orbitant autour de la planète. Pour certains des Padawans massés autour des navettes de transport, à attendre leur tour d’embarquer, ce serait la première mission loin du Temple, sous la houlette de Maîtres et de Chevaliers inexpérimentés.

— Bip. Bipbipbip.
— J’te l’fais pas dire, bonhomme.

Les mains dans les poches, adossé à un vaisseau beaucoup plus modeste, qui devait l’emmener en compagnie de Maître Venta dans l’Espace Sauvage mais pas du tout à fait inconnu, le Gardien observait ce remue-ménage d’un air pensif. Sa propre Padawane avait été enrôlée de plus ou moins bon gré dans une formation collective. Dommage. Il l’aurait volontiers embarquée avec lui. Ne serait-ce que pour avoir un soutien moral face à Maître Venta.

Le jeune homme ne se sentait pas tout à fait près à ce qui l’attendait. Partir à la recherche d’une mission scientifique qui avait fait naufrage sur une planète lointaine, ça, c’était tout à fait dans ses cordes. Presque la routine. Mais apporter un soutien moral à une Maître qui traversait une crise existentielle hors du commun ? Il n’était pas psy, lui. Et on pouvait même arguer que sa propre psychologie était beaucoup trop atypique pour lui permettre de bien comprendre ce que les autres traversaient.

— Bip… ?
— Nan.


Karm jeta un regard en biais à son droïde, qui venait de l’interroger sur la présence éventuelle de Bouteboute, le droïde d’assistance de sa Padawane miraluka. Ces deux-là seraient-ils en train de nouer une romance électrique ? Mais la méditation de Karm sur la vie sexuelle des robots fut interrompue par une silhouette enfantine qui se frayait tant bien que mal un chemin dans la masse des Padawanes. Maître Venta.

Enfin.
Façon de parler.

L’Ark-Ni avait beau tomber dans la catégorie « hippie trop ouvert d’esprit », il avait du mal à faire cadrer la gamine qui s’approchait de lui avec la réputation et le tempérament de la Maître dont on lui avait tant parlé jusque là. On l’avait si souvent comparé à Maître Venta, à cause de leur éducation respective, de leur talent au sabre, de leur vie d’exploration, de leur côté marginal, qu’il s’était plongé dans les rapports d’une femme qui, à l’époque où il avait rejoint l’ExploCorps, relevait déjà plutôt de la légende dorée de l’Ordre que de son actualité brûlante.

Mais il comprit une des raisons du choix du Conseil. Dans la société des Ark-Ni, où il avait passé les premières années de sa vie, pas de majorité. Tous les enfants participaient à part égale avec les adultes aux décisions collectives. Dans ces conditions, qui de mieux placé que lui pour dépasser le préjugé des apparences ?

— Salut. ‘Fin. Bonjour, Maître, déclara-t-il finalement, quand elle fut devant lui.

Karm n’était pas particulièrement réputé pour son amour du protocole. Selon les points de vue, il était soit une étoile montante, prometteuse et originale, soit un dangereux hétérodoxe avec un manque criant de respect pour les traditions de l’Ordre. De fait, ce jour-là, il était habillé en civil, façon astroport de la Bordure, loin des robes de bure jedi. Ses cheveux gris argentés étaient en pleine bataille, tout à fait à contrepied des habitudes martiales de la plupart des autres Gardiens.

— Du coup, j’ai pris la liberté de préparer un vaisseau et tout, vu que…


Vu que personne n’avait eu l’air trop sûr, au sein de l’ExploCorps, que Maître Venta se manifesterait vraiment pour remplir la mission qu’on lui avait confiée.

— … qu’on est pressés et tout. M’enfin après, si vous voulez du plus gros calibre, c’est vous la cheffe. Par contre, j’crois que y a pas grand-chose de disponible en ce moment. Rapport à la guerre et tout ça.
— Biiip.
— Ouais, et c’est mon astrodroïde. Il s’appelle Blip.
— Bip.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 50
Âge du perso : 137 ans
Race : Atoanne

Feuille de personnage
Activité actuelle: Maitre jedi
HP:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_b110/0Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_10  (0/0)
PF:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_bar_bleue0/0Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_bar_bleue  (0/0)

Il faut bien que jeunesse se refasse _
MessageSujet: Re: Il faut bien que jeunesse se refasse   Il faut bien que jeunesse se refasse Icon_minitimeJeu 11 Avr 2019 - 19:10





Elle n'en revenait pas qu'on lui ait confié une mission. Par quel prodige ? Qui avait été assez fou pour penser que c’était une bonne idée de lui confier quoi que ce soit actuellement ? Elle sortait tout juste la tête de l’eau après son brusque rajeunissement, et elle se sentait à peine capable de prendre soin d’elle-même… Alors s’occuper d’autres personnes, voire même simplement d’autres choses… Cela dit, l’ordre de mission lui venait directement du Conseil. Était-ce une vérification de ses nouvelles capacités ? Une sorte de test, peut-être, pour voir si elle pouvait encore servir à quelque chose. Elle ne pouvait pas vraiment refuser. D’ailleurs, elle ne voulait pas refuser. On lui donnait une chance de refaire ses preuves.

Aussi se retrouva-t-elle dans le hangar principal du temple Jedi à l’heure convenue sur son ordre de mission. Comme d’habitude, il régnait une grande activité ici. Entre les groupes en partance, les techniciens, les déchargements de marchandises… De nombreuses navettes étaient rangées le long d’un mur, prête à embarquer leur lot de passagers. Cally devait se faufiler parmi la foule pour atteindre son aire de départ. Heureusement, elle ne craignait plus trop le regard des autres à présent. Elle avait vite compris qu’elle n’était qu’une fillette en apparence tout à fait normal, à laquelle on prêtait peu d'attention. C'était d'autant plus vrai lorsqu'elle était entourée de jeunes qui paraissait avoir tout à fait son âge. Ces derniers semblaient d'ailleurs pas mal excités, et elle se fit bousculer plusieurs fois dans la cohue.

Elle finit par se dégager du plus gros de la foule, et vit le chevalier qui l'attendait, au pied d'un vieil engin d'exploration. Cally s'approcha d'eux, laissant courir amoureusement sa main le long des courbes fatiguées de la navette. Elle pouvait la reconnaitre sans peine. Le "Cap" était déjà en service lorsqu'elle officiait encore dans le corps d'Exploration Jedi. Et déjà à l'époque, il n'était plus tout jeune. Pour la jedi, c'était un peu comme retrouvé un vieil ami longtemps perdu de vue. A vrai dire, elle connaissait la plus grande majorité des vaisseaux qui constituaient le parc habituel de l'Explocorps. Pour certain, elle avait passé des années entières dedans, pour les plus longues explorations.

Karm Torr, le chevalier qui allait l'accompagner - ou la chaperonner ? - la salua d'un air un peu désinvolte. S'il n'était pas bien grand, il l'était tout de même beaucoup plus que Cally, qui dut lever la tête pour le regarder dans les yeux. Il était svelte, et semblait avoir une musculature sèche, discrète mais bien présente. Il paraissait surtout relativement détendu, et ce n'est qu'à ce moment que la jeune fille se rendit compte à quel point elle-même était nerveuse. Les explorateurs de l'Ordre avait été très longtemps comme une famille pour elle, bien plus que les autres Jedi. Mais ces dernières années, elle s'était fait tellement discrète... C'était un peu comme tenter de renouer des liens. Il fallait qu'elle y arrive. Qu'elle prouve à tous qu'elle pouvait de nouveau occupé une place active dans l'Ordre. Qu'elle se le prouve à elle-même...

Elle passa une main dans son épaisse tignasse noire, ébouriffant un peu plus. De longues mèches noires et rebelles virevoltaient lentement sur son crâne, renvoyant une image plus sombre de la propre chevelure en bataille de Karm. Visiblement, aucun des deux n'était un grand ami des peignes. Son autre main tenait la lanière d'un sac de voyage calé contre son épaule. Elle n'avait pas perdu ses vieilles habitudes, et n'avaient pris qu'un petit bagage contenant le strict nécessaire. Tout comme ses vêtements. Elle n'avait guère le choix dans ses tenues, car il lui était encore difficile de trouver à sa taille, mais elle avait quand même pu trouver un pantalon de padawan marron, accompagné d'une chemise beige, le tout étant pour une fois ajusté, ne risquant pas de la gêner dans ses mouvements. C'était certes un ensemble de padawan, mais le fait qu'il ne soit pas complet et qu'elle le porte de façon assez débraillée pouvait faire un peu l'illusion.

Karm la salua rapidement et présenta succinctement la situation. Elle lui répondit de façon très directe, de sa voix douce de gamine:


- Pas la peine de me faire des ronds de jambes, Karm. Je crois ne plus être maitre de rien du tout... Et nous allons passer plusieurs jours ensemble. Alors tu peux m'appeler Cally, et je pense qu'on peut partir sur le tutoiement direct.

Les explorateurs de l'Ordre avait tendance a être les plus débrouillards et les plus indépendants chez les Jedi, mais aussi les plus récalcitrants à la hiérarchie. En général, s'il y avait bien un chef durant les explorations, les décisions étaient prises en concertation avec tout le monde, et les grades étaient moins marqués. Cally repartait sur cette base, en espérant que les meurs n'avaient pas trop changés depuis son départ...

Elle continua sur sa lancée, posant une main affectueuse sur le dôme supérieur du droïde. Ils étaient toujours des membres précieux d'une équipe d'exploration, et avaient leur place à part entière, même s'ils n'étaient pas à proprement parlé vivant.


- Contente de te savoir parmi nous, Blip, lui dit-elle chaleureusement.

L'astromécano tourna son oculaire vers son maitre en poussant un long bip interrogatif, mais Cally lui répondit sans hésiter d'un ton taquin:


- Ouais, mais je suis quand même plus grande que toi, petit bonhomme, alors c'est moi la cheffe !

Cally avait beau être un peu - voire beaucoup - rouillée, elle n'avait pas besoin de transcripteur pour comprendre la majorité des droïdes. Elle avait passé beaucoup de temps avec eux en exploration, et il fallait bien se débrouiller, surtout quand le dernier transcripteur tombait en panne. Tant que Blip ne piaillait pas trop vite, elle devrait réussir à le comprendre sans trop de difficulté.

- Le "Cap" fera le boulot, c'est un bon vaisseau. Tant qu'on a des pièces détachées sous la main. Mais je suppose que tu connais ton affaire ?

Même elle avait entendu du jeune et prometteur Torr depuis sa retraite isolée, alors elle ne doutait pas que Karm avait préparé tout ce qu'il fallait en vivre, en fournitures ainsi qu'en pièces-détachées, les vieux vaisseaux de l'ExploCorps ayant tendance à tomber lentement en morceaux, nécessitant par la même un entretien constant. Sans vraiment attendre la réponse, elle poursuivit :

- Ne prenons pas racine, je m'occupe du décollage. A moins que t'ai peur de ma conduite de grand-mère ?

Elle était impatiente de repartir là-haut, là où était sa place. Ils auraient tout le temps de faire connaissance durant le voyage, vu qu'ils seraient forcés de vivre ensemble dans un espace relativement restreint. Mais elle préferait décollé au plus vite. Comme si elle avait peur que le Conseil revienne sur sa décision. Que finalement, elle ne puisse pas quitter la planète. Qu'il se passe un incident quelconque...

Ses petits yeux noirs le fixèrent droit dans les yeux avec ferveur. On pouvait y lire le feu de la détermination. Elle était persuadée de passer un test, d'être jugée. Loin que ça l'agace, elle prenait cela pour une chance. On lui donnait sa chance, sa chance de se reprendre. Avec son habituelle et implacable détermination, elle n'avait pas la laisser passer facilement ! Mais plus que ce jugement d'autrui, c'était son jugement personnel qu'elle cherchait. Elle devait se prouver à elle-même qu'elle en était toujours capable, mais dans ce petit corps tout frêle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karm Torr
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Karm Torr


Nombre de messages : 497
Âge du perso : 28 ans
Race : Humain (Ark-Ni)
Binôme : Maître de Thann Sîdh
Compagnon de Luke Kayan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_b1170/70Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_10  (70/70)
PF:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_bar_bleue105/105Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_bar_bleue  (105/105)

Il faut bien que jeunesse se refasse _
MessageSujet: Re: Il faut bien que jeunesse se refasse   Il faut bien que jeunesse se refasse Icon_minitimeDim 14 Avr 2019 - 11:35

Celui qui se sait maître de rien, n’est-il pas maître de vérité, répondit du tac-au-tac mais dont d’un ton tranquille l’Ark-Ni, jamais à court d’aphorismes ?


En tout cas, il était soulagé de l’attitude de la vieille femme. On lui avait souvent dépeint Maître Venta comme quelqu’un de revêche, et même d’hostile. Volonté de faire bonne impression ou personnalité véritable, celle qu’il avait en face de lui paraissait bien différente. Et surtout, elle aimait les vieux vaisseaux et les droïdes : toujours un bon point pour conquérir l’approbation de l’Ark-Ni. Il hocha la tête quand elle proposa de partir et, après avoir soutenu un instant son regard, tendit le cou pour attraper celui de l’un des opérateurs du hangar.

Un mécanicien quelques dizaines de mètres plus loin leva un tentacule d’approbation et les deux Jedis purent embarquer à bord du Cap, dont l’intérieur spartiate formait le cadre typique d’une aventure d’exploration. Parcourir les espaces lointains où les découvertes n’étaient jamais qu’incertaines, c’était loin d’être une priorité dans un Ordre et une République en pleine guerre. Les ressources et les meilleurs vaisseaux étaient affectés aux Gardiens, à la rigueur aux Consulaires en mission spéciale, et les explorateurs, eux, devaient se contenter de ce qui restait.

Pour Karm, c’était un environnement familier qui lui rappelait les assemblages improbables de la Flotte ark-ni, la patrie de son enfance nomade. Dans la cabine de pilotage, le siège principal avait été rehaussé d’un coussin pour enfant et le jeune homme, lui, se laissa tomber dans celui du copilote. Blip s’était arrimé à sa propre station et le programme de vérification d’avant le décollage fut promptement effectué, comme une formalité pour le protocole plus qu’autre chose.

L’une des portes du hangar ne tarda pas à s’ouvrir sur l’atmosphère tropicale d’Ondéron et le Cap put bientôt prendre son envol, guidé par la voix grésillante, dans les haut-parleurs du cockpit, d’une contrôleuse spatiale d’Iziz. Bientôt ils quittaient l’atmosphère, et puis l’orbite, laissant derrière un Temple que tout explorateur avait bien conscience, à chaque sortie, de quitter pour la dernière fois peut-être. Dégagés de la route spatiale par où sortaient incessamment les navires marchands, le vaisseau jedi ne tarda pas à bondir dans l’hyperespace, en direction de régions bien moins fréquentées.

Bip bip. Biip.

Première escale deux heures plus tard, dans un secteur à peu près désert, selon le droïde, et puis trois autres encore, jusqu’à atteindre leur destination, loin au-delà des frontières effectives de la République, pour un voyage qui devait au total durer plus de vingt-six heures. Karm décrocha le harnais de son siège, puis inséra une datacarte dans la console centrale du Cap, qui avait tout de même été modifiée pour intégrer quelques innovations informatiques récentes.

Il fallut tout de même une petite tape d’encouragement pour convaincre l’holoprojecteur de se lancer. Les portraits de cinq membres de l’équipage scientifique s’affichèrent finalement.

Ouais, donc. J’ai lu vite fait, parce qu’on a pas été prévenus super en avance. Mais elle, c’est Wafreda von Rapfel, professeure de biologie évolutive à l’université de Coruscant. Son post-doctorant, Mulik T’Kal, poursuivit-il en désignant le Twi’Lek dont le portrait jouxtait celui de l’humaine cinquantenaire, spécialiste des évolutions inter-règnes. Genre les animaux-plantes, les cailloux qui bougent, ce genre de trucs. Caporale Selina Bargen, Coréllienne, éclaireuse dans l’armée de terre républicaine et Jasper Prost, son compatriote, idem. Détachés pour assurer la sécurité. Et Teelo Luk, la pilote rodienne, d’une société de pilotage privée.

Fine équipe.

Globalement, ils ont tous l’habitude du terrain et c’est plutôt des gens sans histoire.

Les portraits s’effacèrent pour laisser la place à la trajectoire de la navette scientifique, d’abord sur une vaste carte de la galaxie, alors qu’elle quittait Coruscant pour gagner l’Espace Sauvage, puis en zoom autour d’une planète.

P63-X29. Pas nous qui l’avons découverte, mais un collègue de Von Rapfel. Apparemment, la planète a subi une extinction massive y a quelques milliers de l’année, pluie de comètes probablement, et la faune et la flore se sont redéveloppées. Semblerait-il que ce soit scientifiquement captivant…

Et malgré son ton dégagé, il en était lui-même tout à fait convaincu. La vie n’était-elle pas le miracle fondamental de la Force ?

… mais pas assez captivant pour monter de but en blanc de grosses expéditions, du coup la prof et son équipe font faire un peu de terrain, pour monter une demande de bourse à l’Agence Républicaine de la Recherche Scientifique. Bref, autant qu’on en sache, ils sont arrivés sans encombre jusqu’à l’orbite, puis ont expérimenté des avaries inexpliquées à l’entrée dans l’atmosphère et se sont crashés… Quelque part.

Précis.

Une sonde automatisée envoyée par l’université devrait nous précéder de quelques heures, tenter d’accomplir une révolution autour de la planète, pour repérer au moins la carcasse du vaisseau. Un convoi de sauvetage devrait arriver environ deux jours après nous. L’université devait passer par un marché public pour financer la mission, du coup, ça leur prend du temps de tout monter. Pour ça qu’on est là.

Si jamais ils retrouvaient l’équipage vivant, Karm n’avait pas l’intention d’expliquer à la professeure que son employeur avait traîné pour les secourir à cause de formalités administratives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 50
Âge du perso : 137 ans
Race : Atoanne

Feuille de personnage
Activité actuelle: Maitre jedi
HP:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_b110/0Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_10  (0/0)
PF:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_bar_bleue0/0Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_bar_bleue  (0/0)

Il faut bien que jeunesse se refasse _
MessageSujet: Re: Il faut bien que jeunesse se refasse   Il faut bien que jeunesse se refasse Icon_minitimeLun 15 Avr 2019 - 20:27





Ils eurent l’autorisation de décoller, et montèrent rapidement à bord de leur navette. Le « Cap » était un vieux vaisseau. Ses pas résonnèrent dans les coursives, alors qu’elle remontait lentement le couloir principal vers la cabine, ses doigts longeant le mur, un air absent peint sur ses traits poupins. Poser les pieds ici lui faisait remonter une bouffée de nostalgie. Combien de temps avait-elle passé dans ces coursives, et dans les autres si semblable des autres vaisseaux à bord desquels elle était partie en exploration ? Combien d’amis y avait-elle croisé ? Elle profita de ses instants. C’était un peu étrange pour elle que de renouer avec une vie passée, alors même qu’elle en débutait une nouvelle, coincée dans un corps trop jeune pour elle.

Elle finit par rejoindre Karm dans la cabine de pilotage, qui s’était installé dans le fauteuil du copilote. Elle posa son sac à l’entrée et s’apprêta à prendre sa place lorsqu’elle remarqua que la place du pilote avait été rehaussée avec un siège pour enfant. Sérieusement ? C’était une blague ?! Elle glissa un regard assassin à son chaperon. Il avait bien dit que c’était lui qui avait tout préparé, non ? Un grondement sourd commença à monter de sa gorge, mais elle sut se retenir de ne pas frapper le Jedi pour la forme. La jeune fille n’allait pas provoquer un scandale, alors qu’ils n’avaient même pas décollé. Habituée à vivre dans des environnements restreints en compagnie de petites communautés, Cally savait prendre sur elle sans se braquer. Il n’avait pas pensé à mal. Enfin, probablement… Sinon, elle aurait tout le loisir de le frapper plus tard. Elle n’était pas rancunière. Simplement, elle n’oubliait pas.

D’un air boudeur, elle finit par s’asseoir dans le siège de pilote, pour se rendre compte que cette mesure avait probablement été nécessaire. Même ainsi rehaussée, elle voyait à peine l’avant du vaisseau au-dessus des commandes. Pour saisir le manche, elle se devait d’être penchée en avant, tirant sur son harnais au maximum. Elle avait vraiment l’impression d’être… Une enfant, justement. Normal. Mais elle n’arrivait pas à s’y faire. Cela ne l’empêcha pas, de quelques gestes automatiques, de procéder à l’allumage des moteurs. Elle l’avait fait tellement de fois qu’elle aurait pu le faire les yeux fermés, gamine ou pas… Elle remercia juste silencieusement la Force que le Cap n’ait aucun système à pédales, car ses maigres jambes pendaient mollement dans le vide. Elle ne touchait même pas le sol, alors il aurait été gageure de lui demander d’utiliser des pédales.

Le vaisseau quitta le sol, et se pencha dangereusement en avant, son nez touchant presque le tarmac devant eux. Cally écarquilla un instant les yeux, surprise. C’était un peu moins facile que dans ses souvenirs. Avec un vol un peu chaloupé, elle parvient à faire sortir la navette du hangar. Cela faisait une paie qu’elle n’avait pas conduit quoique ce soit… Heureusement, ses réflexes lui revinrent rapidement, et elle reprit peu à peu ses marques, appréciant la vitesse. La jungle d’Iziz défilait rapidement sous eux, et chaque poussée d’accélérateur pouvait être ressentie à travers les compensateurs inertiels fatigués. Une sensation grisante pour une vieille femme qui n’avait pas pris les airs depuis des décennies.

Mais cela fut relativement court, à peine une mise en jambe. Ils se retrouvèrent bientôt dans l’hyperespace. Cally retira son harnais en même temps que Karm. Assise sur son siège, elle semblait aussi grande que son compagnon de voyage, ce qui la changeait agréablement... Son orgueil blessé devait bien chercher du réconfort là où elle le pouvait ! Cela ne l'empêcha pas d'écouter le petit briefing que lui fit l'Ark-Ni. Les informations semblaient bien maigres à vrai dire... Mais c'était aussi cela, l'exploration. Le frisson de l'inconnu et de la découverte. C'est ce qui avait poussé la jeune fille qu'elle était - pas celle qu'elle était aujourd'hui - à partir à l'aventure. Elle se contenta donc de hocher la tête pour donner son consentement. Il n'y avait pas grand chose à rajouter de toute manière.

Elle se renfonça dans son siège, regardant à travers la verrière d'un air mélancolique. Un silence s'installa, tout juste gêné par le ronronnement distant du moteur hyperdrive. Devait-elle dire quelque chose ? Elle ne savait pas trop. Certaines personnes préféraient simplement le silence et le calme, et il fallait respecter les besoins des autres lorsqu'on vivait en communauté. Cally le savait bien. Mais à vrai dire, elle ne connaissait simplement pas assez son compagnon pour savoir cela. Peut-être attendait-il simplement qu'elle fasse le premier pas. Ou bien la considérait-il avec indifférence, tel un passager un peu nuisible. Elle n'aurait pas vraiment pu l'en blâmer... Elle se pencha en avant, posant les mains sur le tableau de bord avant de s'en servir comme appui pour poser son menton. Ses petits yeux fatigués fixaient les lignes floues de l'hyperespace. Elle finit par briser le silence d'une voix douce :


- Ça me fait bizarre, tu sais. Je veux dire, de sortir du Temple... Ça faisait presque trente ans que je n'en étais pas sortie. Mon corps ne suivait plus à l'époque. Je suppose qu'on t'a un peu expliqué mon cas avant de me coller dans tes pattes ?

L'ordre venant du Conseil, il avait dû recevoir quelques informations. Ou bien avait-il entendu les rumeurs. Cally ne savait pas à quel point son histoire avait pu se répandre dans les couloirs du Temple, ni même à quel point elle avait été déformée. Comme à son habitude, elle préféra être directe et sincère, si bien qu'elle reprit :

- Ça fait quoi de devoir me chaperonner ? On va passer plusieurs jours ensemble, je préfère autant le savoir si tu peux pas m'encadrer, et que tu n'es là que pour les ordres du Conseil. Je pourrais même le comprendre. Ma situation est... Disons étrange, après tout, je le sais bien.

Elle avait dit cela d'une voix calme et mesurée. Elle se doutait que Karm ne s'était pas porté volontaire pour la surveiller en mission. Alors, si elle devait se montrer petite pour ne pas le gêner, elle préférait autant le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karm Torr
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Karm Torr


Nombre de messages : 497
Âge du perso : 28 ans
Race : Humain (Ark-Ni)
Binôme : Maître de Thann Sîdh
Compagnon de Luke Kayan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_b1170/70Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_10  (70/70)
PF:
Il faut bien que jeunesse se refasse Left_bar_bleue105/105Il faut bien que jeunesse se refasse Empty_bar_bleue  (105/105)

Il faut bien que jeunesse se refasse _
MessageSujet: Re: Il faut bien que jeunesse se refasse   Il faut bien que jeunesse se refasse Icon_minitimeHier à 9:08

Ben y a pas mal de rumeurs, quoi, c’est sûr, déclara Karm d’un ton tranquille, alors qu’il s’était absorbé dans la lecture, sur son datapad.


Après avoir fini sa phrase, le jeune homme releva les yeux. Il n’était pas du genre à tourner autour du pot. Ne formaient-ils pas, tous, une grande communauté, dans laquelle la sincérité et l’ouverture devaient primer ?

Et les rumeurs font un peu peur, j’avoue.

Une peur qui n’était pas frappante chez l’Ark-Ni. Il fit pivoter son siège vers celui de la Maître Jedi.

Mais t’sais, y a, genre, plein de rumeurs sur moi aussi. Si tu veux, on peut se mettre à égalité, sur ce plan. Les gens racontent que je suis un dangereux hérétique, formé par une folle sanguinaire, exhibitionniste comme pas possible, perpétuellement insolent, gay jusqu’à la racine des cheveux, pas vraiment Républicain et beaucoup trop révolutionnaire pour être honnête.

Avec tout ça, il n’en parvenait pas moins à s’intégrer à l’Ordre, à sa façon, même si les franges les plus conservatrices de l’Organisation le considéraient avec une suspicion croissante. Plus les exploits de l’Ark-Ni laissaient entrevoir la possibilité qu’il devînt Maître, plus l’opposition à laquelle il pouvait être en butte devenait vive.

Tout est pas faux, note, remarqua le Gardien avec un détachement tout philosophique. Mais l’ExploCorps, au fond, ça a jamais été l’endroit où les Jedis les plus conventionnels allaient. On a tous nos particularités. Et nos histoires atypiques. C’est clair que niveau histoires atypiques, tu fais fort.

Il avait bien lu, dans les livres anciens de l’Ordre, des légendes sur les Maîtres Jedis qui s’étaient plongés dans des transes méditatives si profondes qu’ils se réveillaient des décennies plus tard ou bien d’autres encore qui avaient réussi à transférer leurs esprits dans un nouveau corps. On racontait même que les Siths avaient des secrets plus terribles encore. Darth Noctis n’avait-il pas la réputation d’entretenir sa surprenante beauté à grands renforts de sorcellerie, dans une quête de jeunesse éternelle ?

’Fin bref. J’pense que tu es autant là pour me chaperonner que l’inverse. Moi, j’dois veiller à ce que tu te fasses pas dévorer par un crocodile de l’espace ou que le spectacle d’un astéroïde te déprime pas trop. Toi, tu dois vérifier que je profite pas de mes explorations pour m’adonner à de suspectes orgies avec de musculeux indigènes et m’inspirer un peu de sagesse et de respect du protocole.

Le sourire en coin de l’Ark-Ni s’effaça et, d’un ton plus sérieux, il poursuivit :

Tu es une exploratrice de légende. Une grande maître jedi. OK, y a des hauts et des bas, et en ce moment, c’est plutôt le bas, mais ça change rien à ça. Je flippe peut-être un peu que ça se passe mal, parce que t’as ta réputation et tout, mais ça change rien au fait que c’est un honneur de travailler avec toi.

Karm avait beau ne pas avoir un grand respect du protocole et nourrir une conception idéale de l’Ordre Jedi où la hiérarchie ne jouait qu’un rôle anecdotique, il n’en était pas moins capable de reconnaître le mérite de ses aînés, et celle qui l’accompagnait ce jour-là, perchée sur son siège pour enfants, avait ouvert la voie à bien des explorateurs. Ses voyages au long cours avaient aussi rendu acceptable, aux yeux du Conseil, que certains Jedis puissent vivre à la marge des habitudes les plus réglées des Temples, un peu comme ces Sentinelles qui passaient leur vie sur une planète et se dédiaient à sa surveillance, sa protection et son progrès.

Au-delà de ça, le Conseil m’a pas dit grand-chose directement, non. Que je devais t’accompagner, c’est tout, plus les détails de la mission. J’imagine qu’ils supposaient que je déduirais le reste par moi-même. Ces derniers temps, le Conseil est de toute façon pas super explicite dans ses ordres de mission, pour être honnête. Pressés par la guerre, j’imagine.

À moins que ce ne fût une tactique pour embrigader le turbulent Chevalier dans des missions qu’il aurait risqué de refuser, s’il en avait connu tous les détails.

Du coup, j’en sais pas beaucoup plus sur les implications de ta… Transformation. Tout ce que je sais, c’est que c’était pas entièrement volontaire et que c’est pas la joie.

Karm était définitivement adepte des discussions franches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Il faut bien que jeunesse se refasse _
MessageSujet: Re: Il faut bien que jeunesse se refasse   Il faut bien que jeunesse se refasse Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut bien que jeunesse se refasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-