Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Piqûre de rappel...[ft. Luke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeSam 12 Jan 2019 - 21:41

C’était la fin de la journée. J’étais épuisé. Bien que j’attendais ma nouvelle affectation, je n’avais pas pour autant laissé tomber mon devoir auprès de mes « frères » et j’avais enchaîné les entretiens psychologiques et la rédaction des rapports où j’exposais mon diagnostic qui n’était pas toujours en faveur d’un retour sur le terrain de certains soldats.

Je repensais à ce pauvre gars qui avait essayé de se suicider la semaine passée avec un scalpel. J’ai demandé son transfert à la Medcorp…selon moi, j’aurai beau lui donner tous les traitements du monde, ils ne serviront qu’à dissimuler le mal en inhibant ses facultés, et non à le soigner. Au stade où il en était, j’avais personnellement atteint mes limites en matière médicale, seul un Jedi pourrait l’atteindre. Il s’était enfermé dans un mutisme profond, ses blessures psychologiques étaient trop graves, il avait vécu trop d’horreur. Je soupirais, comment avait-on osé le renvoyer au cœur de l’action à la suite de la prise de Lorrd ? Une négligence sans doute…qui avait eu de sévère conséquences.Assis sur mon lit j’avais les coudes posés sur mes genoux, je pris ma tête dans mes mains. Je revenais moi-même de loin, combien de fois l’idée même de coller un blaster sur ma tempe pour faire sortir de mon crâne ces images d’horreur m'avait hantée…ne plus entendre les cris…les supplications…Le moindre bruit me faisait désormais sursauter et je me revoyais à nouveau sur Lorrd…cette déflagration devant moi…le souffle…puis la douleur…la chair grillée…et le noir total…Je passai négligemment mes doigts sur la cicatrice de ma mâchoire inférieure. 

- Il faut que je sorte d’ici…m’aérer l’esprit…

J’attrapais ma veste et me levait d’un bond. Un léger cliquetis se fit entendre. Encore cette foutue prothèse. Je soulevais mon pantalon et observait l’ensemble. On m’avait posé un modèle assez simple, pas de peau synthétique, la prothèse était brute. J’avisais une jointure qui semblait avoir un petit accro. Il faudra que j’aille faire régler cela auprès d’un droïde médical…je ne suis pas mécano. Ça fera l’affaire pour ce soir.

Je sortais de ma chambre, et sortais dans les rues de Coruscant. J’avais beau détester cette planète qui me rappelait trop de mauvais souvenirs, j’éprouvais toutefois le besoin de sortir… Je déambulais dans les rues.  Je pris cette promenade comme une piqûre de rappel, afin de me souvenir ce que j’avais fait. Comme beaucoup d’anciens drogués je savais que si je retombais dans mes travers je replongerai de plus belle. Je savais que l’une des raisons pour lesquelles ont m’avait gardé plus longtemps que de raison au Centre Militaire de Coruscant c’était pour mieux me surveiller suite à l’injection de morphine que le soldat m’avait faite dans la jambe sur Lorrd. Comment aurait-il pu savoir que j’étais un ancien drogué…il m’avait vu en sang, gravement brûlé, la jambe en bouillis, il n’a songé qu’à soulager l’intense douleur qui parcourait à ce moment tout mon corps. J’avais reçu d’autres doses de morphine par la suite. Si on l’utilise comme antalgique en médecine ce n’était pas pour rien. C’est un puissant inhibiteur de douleur de par son action dépressive centrale…en cas d’une longue prise on développe rapidement une dépendance terrible. Mais l’équipe médicale avait fait le nécessaire à mon égard, et j’étais à nouveau parfaitement apte à exercer mon art.

Tout à mes réflexions je ne pris pas garde à petit groupe qui arrivait face à moi et je bousculais assez brutalement l’un d’entre eux. Je m’excusais sur le champ:
 
- Je vous prie de bien vouloir m’excuser, j’étais distrait.

- Pas grave mon petit monsieur…hé ! mais ! je te reconnais toi !

Je levais les yeux vers mon interlocuteur…hé mer***… Soit la Force a une dent contre moi…soit elle me teste à nouveau. Ce type je le reconnaissais bien, c’était un de mes fournisseurs (peu recommandable) en bâtons de la mort. Je ne me démontais pas et pris un air surpris, presque outré :

- Je regrette, mais vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre. Je vous souhaite une bonne soirée. Si vous voulez bien m’excuser…

J’allais poursuivre mon chemin mais il me saisit par le bras :

- Non non je suis sûr de moi, c’est toi le toubib accros aux stup ! Tu cherches un petit quelque chose ? J’ai un truc qui va te plaire ! En souvenir du bon vieux temps je te le fais à moitié prix. 

Je baissais les yeux vers cette main qui me tenait fermement, je serrais les dents, puis relevant la tête, je soutenant son regard et lui somma de me laisser tranquille :

- Lâchez-moi…sinon…

Il eut un sourire mauvais, et se pencha sur moi :

- Sinon quoi ?

Il faisait bien une tête de plus que moi, et il était carrément plus charpenté que moi. Il était taillé pour faire mal. Alors que moi j’étais toujours aussi incompétent au combat. Je soigne et je soulage les gens moi. De plus il n’était pas seul, et ses trois acolytes s’étaient attroupés autour de nous. En résumé : j’étais dans la mer***. Décidément cette planète ne m’apportait que des ennuis.  Je tâchais de garder mon calme et reprit :

- Pour la dernière fois, veuillez ne plus m’importuner !

Ils se mirent à rire et subitement je valsais contre le mur…Il m’avait projeté avec une telle violence, mais je parvins à rester sur mes jambes. Je tentais de placer un coup de poing à cette grosse brute. Il broncha à peine, j’avais l’impression que mon poing avait rencontré une plaque de métal. J’avais pourtant visé la mandibule. Il me décrocha une gifle que je parvins à éviter, je levais le genou, un coup sec et bien placé. Il vit trente-six chandelles…plié en deux il ordonna à ses comparses :

- Attrapez-le !

Cette fois j’étais cuit. Ils me saisirent, et mon ancien fournisseur, qui avait, je devais l’admettre, une remarquable capacité de récupération malgré la douleur lancinante qui lui traversait l’entre-jambe, s’approcha de moi et m’envoya un coup de poing terrible au niveau de mon visage, ouvrant ma tempe droite, le sang coulait le long de mon visage. Puis il enchaîna avec un autre dans la cage thoracique me coupant le souffle. Ils me lâchèrent et je m’effondrai au sol, cherchant désespérément ma respiration. 

Je levais les yeux vers mon bourreau…un éclair de rage brillait dans ses yeux…il va me tuer…


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeDim 13 Jan 2019 - 1:00

Une rage aussi primaire que profonde guida Luke dans une ruelle d'aspect anodin. Un chemin asphalté comme il y en avait des milliers sur la planète-lumière, menant à une maison, un labyrinthe ou un évasif selon l'état d'esprit du promeneur. Un règlement de compte, à ce niveau, c'était, toutefois, assez surprenant. Prêt à repartir pour Ondéron après la rédaction du rapport, point final de la mission "GIH". Pour Karm et lui en tout cas. Mi-rêveur, mi-nostalgique, le Hapien s'était octroyé une balade au clair de lune, étrangement luisante alors qu'habituellement, une lourde nappe de brouillard pollué la couvrait. Comme s'ils fuyaient ce phénomène, beau mais hors-norme, la majorité des habitants de ce quartier plutôt paisibles s'étaient réfugiés dans leurs appartements. Il est vrai que l'heure était assez tardive, et le froid facétieux. Luke réprima un frisson, continuant de progresser tranquillement. Il avait rangé sa canne, profitant de la liberté qu'offraient ces ruelles dégagées. Veillant à rester sur l'artère principale et les grosses veines afin d'éviter de se perdre, le Chevalier arpentait silencieusement les trottoirs. C'était ce sentiment de haine qui avait tranché la nuit ainsi que son choix d'orientation. Sans beaucoup hésiter, le blond avait changé de chemin pour se rendre là où la Force alliée à ses oreilles le guidaient.

La main de l'homme tardait à s'abattre sur la joue de la victime, un courant invisible le retenait en entier. La brise d'origine inconnue ne dura qu'une seconde, mais elle fut suffisante pour que quelque chose ou plutôt quelqu'un ne s'interpose. Dos au présumé souffre-douleur, Luke maintenait le bras en l'air. Sa force très relative ne permit qu'une déviation du poing qui s'abattit sur un côté de sa joue. La scène se déplaça, exactement ce que désirait le Chevalier qui se frottait désormais la peau abîmée. Pas assez pour qu'il n'en appelle à la Force, gâche son énergie.

Tout s'était passé rapidement, il voulait profiter de l'effet de surprise pour se charger du principal attaquant, avant de peut-être devoir faire face aux trois acolytes. Bien que ses dons lui indiquèrent que ceux-ci étaient Insensibles et drogués dans le cas de deux d'entre eux, il restait désavantagée. Les bâtons de la mort qui altéraient le jugement du principal coupable le desservaient, dans le sens où cela conférait vaillance et inhibait toute forme de crainte. Sans se préoccuper de la tenue de Jedi qui trahissait Luke, l'homme particulièrement agressif, échauffé par la bagarre interrompue, sortit un couteau effilé. Une arme peu sophistiquée mais facile à cacher, même aux autorités pourvu qu'on sache bien s'y prendre. Cette dernière entailla l'arcade du Hapien qui ne s'y attendait pas. Désormais au fait de l'existence du couteau, le Chevalier entreprit de bloquer le poignet du droitier. Les cours de Karm portèrent leurs fruits, lentement, certes, mais tout de même. Le Jedi gagnait enfin du terrain, inexorablement. Mieux il se rendait compte de la situation, impliquant la taille, la force et la manière d'attaquer de son adversaire-puissante mais désordonnée.- mieux il esquivait. Inutile cependant de sortir le sabre-laser. Pas avec la victime si proche. Pas avec des drogués sans aucune notion du danger, aptes à se jeter sur sa lame.

Heureusement, la Force était à ses côtés. Et pas seulement nota-t-il furtivement lorsque son aura glissa contre celle du Mirialan. Luke ne se laissa guère le loisir d'être déconcentré. Avec ces quatre lascars, le luxe de l'oisiveté n'était pas au programme.

- Laissez-le moi!

L'orgueil du chef constituerait en partie sa chance. Avant que les acolytes ou le propre belligérant change d'avis, le blond redoubla d'efforts. Il parvint à faire reculer son adversaire sans toutefois penser à l'arrêter. Impossible, isolé dans ces ruelles avec de possibles renforts en route. Repoussé dans des cartons grâce à une onde télékinétique, le malfrat laissa suffisamment d'espace et de temps à ses camarades pour prendre sa place. Luke s'échappa de l'étau d'un saut arrière, une chose qu'il évitait de faire, surtout en zone inconnue, craignant d'atterrir à cheval sur un trottoir ou un obstacle non repéré avant. Un Jedi qui perd et laisse sa victime se faire massacrer à cause d'un bout d'asphalte, ce serait ridicule.

Bientôt, les années d'expérience de Luke, sa rigueur et surtout, les entraînements poussés de ces derniers mois portèrent leurs fruits. Le chef renonça à attaquer, il bredouilla un chapelet de menaces inaudibles puis s'enfuit sans la faveur des nuits habituellement sombres de Coruscant. Accompagnés d'une lune pointant leur honteux comportement, les hommes s'enfuirent. Le combat n'avait pas duré si longtemps, 7 ou 8 minutes tout au plus mais il était naturellement essoufflé. Plus gênant qu'autre chose, par chance, ses blessures restaient légères, sauf peut-être l'entaille au-dessus de son sourcil. Le sang gouttait désagréablement sur sa paupière, glissant entre ses cils pour éclabousser sa prunelle. Le Chevalier ne s'occupa nullement du détail et chercha à se diriger vers le Mirialan dont la présence était rendue encore plus facilement détectable à cause de la Force. Il ignorait absolument tout de ses réactions durant le duel, ou même si ce dernier avait cherché à l'aider, affrontant un malfrat.

- Est-ce que ça va ? Si vous pouvez marcher, il vaudrait mieux éviter d'attendre d'éventuels renforts.

Un retour improbable mais qui sait... Et puis, le protocole indiquait d'éloigner la victime de la zone sensible.

- Je suis le Chevalier Luke Kayan, je vais vous emmener dans un commissariat pour déclarer, comment vous appelez-vous?

La voix douce, rassurante du Jedi restait toutefois sobre, dénuée de jolies paroles superflues. Ils étaient encore possiblement en danger et face à l'urgence, non, il ne jouerait pas -du moins pas de suite- les psychologues ni les enquêteurs. Peu lui importait de savoir quels étaient les enjeux de la rencontre, si l'inconnu était un autre dealer, un consommateur ou un passant.

- Si vous êtes blessé, je peux vous appliquer les premiers soins. - Il l'avait senti, l'homme n'était pas assez gravement touché pour appeler une ambulance en urgence. Pour l'instant, difficile de savoir, à ce stade, quels étaient les besoins réels de l'inconnu. Se confier dans un bureau officiel, face à un porteur d'uniforme ou dans un petit coin de rue, sans autre témoin qu'un Consulaire?. C'est pourquoi, calme, il attendit une réaction quelconque de l'intriguant Sensible à la Force.-

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeDim 13 Jan 2019 - 20:42

…il va me tuer…

Quelle chance y avait-il pour qu’on vienne m’aider, elle était infime.

Il s’était interposé entre moi et la « grosse brute ».  Il avait manifestement utilisé la Force pour retenir le coup de mon interlocuteur et faire barrage de son corps pour me protéger.

Un Jedi… Je m’attendais à ce que mes agresseurs lâchent l’affaire et détallent comme des lapins. En général ce genre d’énergumène n’étaient pas très courageux, d’autant plus face à un utilitaire de la Force. Mais non… ces andouilles persistaient ! Je soupçonnais bien entendu un manque de discernement total en raison d’une forte consommation de drogue.

Alors que je me redressais péniblement en me maintenant au mur tout en essayant de reprendre mon souffle je vis le chef de ces imbéciles sortir un couteau. J’eus tout juste de temps de crier :

- Attention…

Mais ce fut trop tard, et il entailla le visage du Jedi. Cela ne perturba pas ce dernier qui su se protéger de l’attaque suivante.Un des autres guignols chercha à m’atteindre, je n’étais pas un combattant, mais j’avais toujours mon intelligence, alors qu’il me saisissait je lui décrochais le plus violent coup de pied que je pu…en plein milieu de son tibia. Je savais que même si cela n’engendrait pas de blessure sérieuse, la douleur était bien souvent terrible et irradiante dans le restant de la jambe. J’avais utilisé le pied de ma prothèse. Il advint ce que j’avais prévu, il me lâcha subitement, et se plia en deux, saisissant sa jambe dans un cri de douleur. A la vue de la tâche de sang qui s’étalait sur son pantalon, je me rendis compte que j’avais frappé peut-être un peu fort. Instinctivement je lui dis alors :

- Ho…heu je suis désolé…je ne voulais pas frapper si fort…ça va ? Ne vous inquiétez pas, il faut protéger la plaie et mettre du froid sur votre tibia pour résorber le gonflement qui vient de se former…çà anesthésiera cette douleur lancinante que vous ressentez aussi. Et ensuite il faudra nettoyer et panser la plaie.

Je m’attendais à ce que ses amis me sautent dessus, mais le Jedi avait repoussé leur chef et ils choisirent plutôt d’aller le soutenir mais il les repoussa d’un :

- Laissez-le moi
 
Ok soit ce mec est vraiment débile…soit il a pris plus de drogue que je ne l’aurai cru. Ho…c’est un Jedi que tu as en face de toi ! Ses potes semblaient non moins atteints par le syndrome du « debilus-cretinus » car quand le Jedi repoussa encore une fois son assaillant, l’envoyant valser dans des cartons qui traînaient là, ils tentèrent de s’interposer. Je ne fus pas déçu par le spectacle qui s’offrit alors à moi. Le Jedi fit un magnifique saut arrière, se dégageant de leur présence menaçante…il retomba sur ses pieds…propre…net…classe. Enfin le chef compris qu’ils n’avaient aucune chance. Ils chopèrent ma victime qui se relevait péniblement, et détalèrent sans demander leur reste.

Enfin le Jedi se dirigea vers moi. C’est là que je me rendis compte que quelque chose n’allait pas chez lui. Outre le fait qu’une belle quantité de sang s’échappait de l’entaille à son arcade sourcilière…non c’était autre chose. Ses yeux vairons ? Ce n’était pas la première fois que j’en voyais. L’hétérochromie était, somme toute, un banal cas de mutation génétique ou… pathologique. Le sang coulait vers ses yeux, mais cela ne semblait pas déranger le Jedi…c’était ça ! Il était aveugle…ses yeux ne paraissaient pourtant pas morts. Perdu dans mon délire de diagnosticien, je fus sorti de mes pensées par une voix douce mais nette :

- Est-ce que ça va ? Si vous pouvez marcher, il vaudrait mieux éviter d’attendre d’éventuels renforts.

Si ça va ? Je viens de me faire…encore une fois…éclater la tête sur Coruscant…Bon, ce Jedi vient de me sauver du coup…Je lui répondis sur un ton qui se voulait courtois sans pour autant être chaleureux :

- Je peux marcher. Je vous remercie de votre intervention. Vous m’avez préservé d’un sort funeste. Je vous en suis reconnaissant.

Mon sauveur en profita pour se présenter :

- Je suis le Chevalier Luke Kayan, je vais vous emmener dans un commissariat pour déclarer, comment vous appelez-vous ?

Hein ? La police ! Pour qu’ils remettent leur nez dans mes affaires, que ca monte aux oreilles de l’Etat-Major et que ma demande de retourner sur le front soit rejetée ? Sûrement pas. Aussi sans vraiment le vouloir, je ripostais promptement :

- NON ! Pas la police !

Je me rendis compte que ma réponse un peu vive ne plaidait pas en ma faveur et me mettait clairement du côté de ceux qui ont quelque chose à se reprocher, ce qui était clairement le cas, mais j’avais déjà payé pour mes fautes, pas question qu’elles resurgissent à cause d’une mauvaise rencontre. Je repris plus posément :

- Je veux dire, il est inutile de leur faire perdre leur temps pour moi.

Lorsque le Jedi me demanda si j’étais blessé et qu’il pouvait me soigner, je portais ma main ma tempe, le sang avait cessé de coulé, ce n’était rien. En revanche j’avais mal partout, et surtout sur le coté droit. Il m’avait fêlé un côté…probablement la même qui avait été cassée lors qu’une bagarre similaire il y a quelques années…quelle poisse.

- Je vous remercie de votre sollicitude, je crois que cela va aller pour moi…

Tu parles...une côte fêlée ca fait un mal de chien!  Je ne sais pas pourquoi j'avais dis cela...trop de fierté de ma part...il venait de me sauver...on va attendre un petit peu avant qu'il ne me soigne hein...juste que j'ai le temps de digérer tout cela...J’avisais les blessures du Jedi, surtout celle de son arcade sourcilière qui continuait de saigner.

- En revanche vous, il faut absolument soigner cela. Il y a un risque sérieux d’infection, on ne sait pas ou le couteau de cette crapule à pu traîner avant de vous entailler de la sorte. Le Centre Médical de l’Armée n’est pas loin. C’est là que je travaille en attendant ma réaffectation…Laissez-moi soigner cette plaie, c’est le moins que je puisse faire pour vous.

Je réalisais subitement que je ne m’étais pas présenté à lui :

- Je suis le Docteur Balian Atraïde.

J’espérais en lui donnant ma fonction le rassurer quant à mes compétences et qu’il accepterait de me suivre pour que je lui prodigue les premiers soins. En tant que médecin militaire je prenais très au sérieux les risques d’infection des plaies. J’avais mis un point un protocole très strict qui, plus il était appliqué rapidement, plus il était efficace.


Dernière édition par Balian Atraïde le Mar 16 Avr 2019 - 16:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeLun 14 Jan 2019 - 11:46

La douleur irradiait, émanant de deux points précis qui se rejoignaient en une boule lancinante au sein de la Force: Le premier interne et l'autre externe. Rendu sensible à la perception des blessures d'autrui grâce à sa formation médicale, son puissant lien avec la Force mais également son handicap, il était difficile de mentir au jeune homme, surtout lorsqu'on était un autre Sensible. Il tarderait en revanche plus que n'importe quel confrère médecin à situer précisément la source du mal, incapable de noter de précieux indices disséminés dans la démarche, le maintien ou des bleus sur la peau de son interlocuteur. Jugeant que ce n'était pas non plus le moment de contrarier cet homme peut-être choqué, le Jedi commença à se concentrer sur son point de douleur, celui de l'entaille. Mais alors qu'il amassait ses dons autour de lui, appelant avec chaleur, presque tendresse sa chère Alliée, l'inconnu se proposa pour le soigner. Surpris, Luke laissa s'échapper les particules de Force qui s'éparpillèrent joyeusement, comme des chiots facétieux, étonnés de retrouver leur liberté après que leur collier se soit desserré. Hormis un certain décalage qui n'était pas sans rappeler un sérieux strabisme, il semblait fixer son vis-à-vis, dans le silence d'une nuit claire qui avait stoppée sa propre respiration, suspendue aux lèvres du Mirialan.

Pas la police. En revanche il pouvait le soigner. Dans le centre médical de l'armée? C'était beaucoup trop hors-norme pour rater l'occasion, de plus fatigué, Luke se rendit compte qu'il serait reconnaissant de recevoir des soins externes. Il laissa donc la Force se diffuser autour de sa personne, transformant son début de guérison en une simple présence chaleureuse qui se voulait rassurante. Quoique peu sensible, l'inconnu devrait normalement le sentir instinctivement. Portant des zestes de guérison, son onde se voulait aussi anesthésiante. Il espérait ainsi endormir un peu la souffrance du médecin, au moins ses courbatures.

- De rien. Ne traînons pas.

Épargnant le médecin de la phrase clichée "je n'ai fait que mon devoir", non sans la penser, le Chevalier redressa la tête pour chercher un instant à se diriger. Un peu déboussolé par le liquide carmin qui dégoulinait sur la frontière de ses sourcils et surtout par le mal de tête engendré, il peinait à retrouver son chemin. Le combat l'avait éloigné de l'entrée de la ruelle, il avait trop bougé mais heureusement le sauvé, semblait-il, allait devenir sauveur, épargnant à Luke de très longues minutes de recherches infructueuses. C'était dans ce genre de situation presque grotesque que son handicap se rappelait à lui, le ramenant à sa réalité d'aveugle tout à fait normal, privé d'un sens important, armé d'une canne blanche qui, à défaut de lui indiquer la route, lui permettait d'éviter les obstacles. Aucun entraînement, aucune méthode ne saurait vraiment effacer le mal Originel. Par chance, Luke avait depuis longtemps passé cette étape d’apitoiement. Il aurait simplement erré un peu plus, voilà tout.

L'optique de se faire réparer l'entaille sans gaspiller davantage d'énergie mais aussi d'en apprendre plus sur un militaire réfractaire à appeler les forces de l'Ordre l'attiraient d'une part, le préoccupaient de l'autre. Il espérait que le vernis ne cachait pas de moisissure, donnant à cette "simple" anicroche, une tournure dramatique. N'éprouvant nul désir de devoir enquêter sur son interlocuteur pour ensuite le dénoncer, le Chevalier fut déjà content de constater qu'à travers la Force, il ne semblait pas drogué ni alcoolisé. On parierait donc pour la rencontre fortuite même si l'argument de ne pas faire perdre de temps à la police semblait léger au mieux, suspect au pire.

- D'accord. Merci.- Se décida-t-il. Une seconde s'écoula avant qu'il n'ajoute, histoire de montrer qu'il n'était pas dupe quand même.- À condition que vous fassiez soigner vos plaies. Je sens bien que quelque chose ne va pas à chacun de vos mouvements. Docteur. - En se concentrant Luke pourrait suivre le courant sanguin ou caresser mentalement le contour des muscles pour se cogner contre la brisure, le point où l'harmonie se rompait et donc trouver la blessure. Toutefois, cette méthode était très fatigante, quant à l'autre plus classique consistant à manipuler l'homme physiquement, elle n'était guère accessible. Sachant juste que ce n'était pas trop grave, il préféra ne pas insister, rompre le fil ténu de confiance qui s'installait pour céder.

- Attention, la marche du trottoir est plutôt haute.

Indiqua le Chevalier machinalement, comme si cette information primordiale pour lui pouvait aussi affecter son camarade. Pas très rassuré -il avait du mal à se laisser guider par un inconnu, qui en restait d'ailleurs un malgré son nom servi sur un plateau.- Tous deux quittèrent enfin les lieux de l'agression, non sans que Luke s'irrite intérieurement de laisser de tels individus s'en sortir aussi facilement avec la possibilité de s'en prendre à quelqu'un plus tard. Il avait tout de même assisté à une tentative de meurtre, détail dont il ne doutait guère vu la haine qui galopait dans les veines des 4 drogués. Mais convaincre Balian de témoigner attendrait, pour l'instant Luke ne voulait pas le brusquer. Une fois assez éloignés, ce dernier s'autorisa un mini arrêt pour sortir un mouchoir et une lotion de désinfectant concentré en tissu et se l'appliquer sur l'entaille, essuyer le contour de son oeil. Sentir la croûte qui tiraillait sa peau s'amollir avait quelque chose de très satisfaisant. Ce genre de mini bonheur qui relâche les épaules après un moment d'adrénaline pure, qui ravigote.

Aux portes du centre médical, le Consulaire se laissa guider. Il attendait d'être bien installé pour poser des questions à son interlocuteur, pourvu que ce dernier soit apte et désireux de se confier. Le traumatisme pouvait être réel pour cet homme attaqué si sérieusement, Luke ne voulait ni le brusquer, ni le considérer comme coupable. Connaissant sa tendance à manquer de tact au nom des indices, il prit soin de bien se taire.

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeLun 14 Jan 2019 - 23:07

Cette douce sensation m’envahissait. Ce n’était pas la première fois que je la ressentais. Je ne saurais trop dire que quoi il s’agissait. Je me plaisais à penser que c’était la Force qui m’enveloppait, telle une mère consolant son enfant, séchant ses larmes et apaisant sa douleur par sa présence réconfortante.

Si c’était cela la force, je regrettais presque de ne pas être plus sensible à ses manifestations. C’était un don que je n’avais pas reçu, percevant quelque peu une présence, et une sensibilité autour de moi et chez certains. Mais cela s’arrêtait là. Parfois je m demandais ce que ma vie aurait été si, comme beaucoup d’autres Mirialan, j'avais eu une plus grande sensibilité et avais été accueilli au Temple Jedi pour devenir un chevalier. C’était le rêve de bien des bambins à qui lorsqu’on leur demandait « tu veux faire quoi quand tu seras grand ? » ils répondaient en cœur « un Chevalier Jedi, sauveur de la Galaxie ».

Il fallait partir, je n’avais aucune envie de moisir ici, et mon nouveau compagnon non plus. Je remarquais alors qu’il paraissait plus hésitant. Je posais sa main sur l’épaule de l’Hapien, le guidant dans le dédale des ruelles. Non pas que j’avais pitié de lui, mais il fallait se dépêcher. Ce jeune Jedi m’intriguait grandement, il devait surement avoir des pouvoir de soin, je ne doutais nullement que cette douce chaleur qui m’envahissait et anesthésiait quelque peu ma douleur venait de lui. Le Jedi avait surement dû sentir que je souffrais plus que je ne voulais l’admettre. Je ne pipais mot, mais je savais bien qu’il avait raison. Il fallait au moins que je mette une bande pour maintenir au mieux ma cage thoracique et que j’évite tout geste brusque.

La sollicitude du Jedi alla même jusqu’à m’indiquer la hauteur du trottoir…J’avais faillis buter et m’étaler de tout mon long s’il n’était pas intervenu ! Je devais être beaucoup plus attentif…c’était lui l’aveugle bon sang. Quel piètre guide je faisais à son égard !

Nous poursuivîmes notre chemin jusqu’au centre militaire. J’étais heureux d’arriver, je ne voulais pas que mon nouveau compagnon craigne que je lui eusse menti. Il m’avait rencontré en bien piètre compagnie et je n’étais qu’un inconnu pour lui. Mais il m’avait sauvé la vie, et jamais je ne laisserai un blessé fusse-t-il un ennemi sans lui prodiguer des soins. Je guidais Luke jusqu’à l’unité médicale. Je connaissais les lieux comme ma poche et j’avais accès à toutes les salles de consultations de l’unité. La lumière s’alluma quand nous entrâmes dans celle où je savais que je trouverai tout le matériel nécessaire pour un protocole de désinfection de plaie en bonne et due forme. Cela me fit penser qu’il fallait que je fasse une demande de matériel. Il manquait d’un peu de tout et cela n’était pas envisageable pour un bon exercice de la médecine.

J’installais Luke sur une chaise tandis que je m’affairais pour préparer tout ce dont j’avais besoin. Je remontais mes manches et me lavais soigneusement les mains à trois reprises, comme je l’aurai fait pour une lourde chirurgie. J’étais maniaque et extrêmement à cheval sur l’hygiène et le risque infection. Je mis des gants et reviens vers Luke avec mon matériel. J’essayais de le rassurer : je n’étais pas le docteur foldingue qui allait le droguer et se servir de lui pour d’obscures et douteuses expériences :

- Je vais regarder plus en détail cela, cela n’est pas très profond et la petite désinfection de tout à l’heure n’a pas fait de mal. Je vous prie de m’excuser si je vous fais mal, n’hésitez pas à me le signaler. Je vais commencer par nettoyer la plaie en elle-même avec une solution physiologique. Ce sera simplement froid, cela ne piquera pas.

J’avais toujours pris l’habitude d’énoncer à mes patients mes moindres faits et gestes à leur encontre. Cela permettait de les impliquer dans le processus de soin, et d’une certaine façon cela les rassurait. Le plus souvent ils appréciaient cela, et certains allaient même jusqu’à me poser des questions plus précises. Enfin si ce Jedi était un confrère il serait content de savoir quels produits j’utilisais et quelle méthode afin de constater que je ne faisais pas n’importe quoi.

Une fois la plaie nettoyée j’entrepris de la désinfecter :

- Je vais maintenant appliquer un antiseptique, avec une solution de polyvidone-iodée à 10 %. C’est très efficace. Les bords de la plaie son nets, et je ne vois pas de corps étrangers dans la plaie. Je pense qu’il est inutile de la laisser ouverte avec une mèche et un pansement. Je vais suturer la plaie.

Je m’éloignais un peu et cherchais quelque chose dans un tiroir. J’en profitais pour engager la conversation :

- Tout à l’heure vous avez parlé de me soigner. J’en conclu que vous êtes également médecin ?

Je sortis du tiroir un tube de colle… J’ôtais mes gants, ils n’étaient plus fiables vu qu’ils avaient traîné partout dans ce tiroir. Et je repris une autre paire. Je me rapprochais du Jedi :

- Comme vous êtes un Hapien , je vais suturer avec de la colle chirurgicale. Cela ne laissera pas de cicatrice. Ce serait dommage.

Ainsi, avec la plus grande douceur, j’appliquais la colle en pressant quelque peu les bords de la plaie entre eux. La prise de cette colle était presque instantanée, et après quelques secondes je relâchais ma prise et la blessure était suturée. J’affectionnais tout particulièrement cette méthode pour les blessures nettes aux visages qui ne saignaient plus, ou sur des enfants.

- Et voila !

M’exclamais-je, satisfait de mon travail. Il ne restait plus qu’une dernière chose, je pris un petit gobelet et y déposa un comprimé, puis le tendit à mon patient :

- Prenez-ceci. C’est un antibiotique à base de pénicilline. Il est efficace et je préfère ne prendre aucun risque. Je vais regader vite fais si vous n’avez rien d’autre.


J'avais certainement trop douté de ma résistance, une vive douleur sur le côté me rappela ma côte fêlée et les mots du Jedi me revinrent en tête...il fallait me soigner...ca allait venir...mais mon patient d'abord...Je grimaçais...bon sang ce que ca faisait mal...j'avais à présent la certitude qu'il s'agissait de ma côte fragilisée. Décidément...



Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeJeu 17 Jan 2019 - 10:32

C'est peu rassuré, méfiant de nature surtout lorsqu'on lui imposait un contact physique -paradoxal pour un aveugle.-que le Jedi suivit Balian. Malgré son nom dévoilé ainsi qu'une aura aux prétentions lumineuses, Luke entendait le "Non! Pas la police!" se répercuter dans les recoins de son cerveau. S'il avait dénoncé son propre compagnon à l'époque, pourquoi en coûtait-il à cet homme, muni d'une éducation militaire -et connaissant donc les conséquences de la loi du silence.-. Heureux de se retrouver encadré par les murs de la structure du centre, le Chevalier trouva son inquiétude stupide, même si après de nombreuses tromperies du genre, il avait de quoi être échaudé. Ses épaules se détendirent légèrement bien qu'il doive conserver son attention afin de suivre son guide. Par chance, formation de médecin oblige, peut-être, ce dernier ne commit pas la majorité des erreurs qu'ont tendance à faire les bien-intentionnés: se mettre en travers de sa route, le pousser à traverser un endroit encombrer, le tirer vers l'avant. Bref, c'est avec un seul petit bout de chair en moins que Luke s'assit, sans protester, la où l'ordonnait le docteur. Relativement neutre jusqu'ici, abordant un visage calme à défaut d'être jovial, le Hapien s'autorisa un sourire après les premiers soins gentiment expliqués. Remerciements de rigueur pour celui qui s'occupait de sa blessure avec la même attention qu'il aurait eu. Un protocolaire, comme lui, en plus doux peut-être. Luke avait du mal à communiquer avec d'éventuels patients ou victimes, ce qui lui donnait un air froid, inaccessible, renforcé par la perfection de ses traits le desservant à ces moments-là. Difficile de se sentir à l'aise face à un visage dont la seule encoche salutaire à laquelle se raccrocher était deux entailles fines, presque élégantes sous son oeil. Ni un bouton, ni ride, ni patte d'oie, ni pli, ni grain de beauté mal placé. Un teint de pêche. La perfection n'avait pas que des adeptes.

- Ce n'est pas comme si j'étais un mannequin, ou même apte à m'en attrister devant un miroir mais je vous remercie.

Surpris par une sollicitude que lui n'aurait pas eu- dans ce cas, son handicap l'excusait car Luke n'aurait tout simplement pas pu penser à la cicatrice. Il avait oublié ces effets secondaires depuis longtemps et était incapable d'y remédier. Si ses points de sutures étaient propres, ils restaient basiques, solides mais marquants. Pour sa défense, le Jedi n'aurait certainement jamais dû pouvoir recoudre quelqu'un, opérer ou quoique ce soit de ce genre. La Force permettait réellement de faire des miracles.

- J'ai reçu une formation médicale, oui. Néanmoins vous l'aurez deviné, mes capacités à pratiquer son plus limitées que ma théorie. Théorie elle-même partielle puisque je suis avant tout Consulaire.- Expliqua sobrement Luke, avant de se rappeler que non, tout le monde ne vivait pas dans son Temple et en connaissait les codes.- Un diplomate si vous préférez.

Le Chevalier se retint de constater une autre évidence en retour: oui ce docteur était sensible à la Force mais il ne l'était pas assez pour avoir été un jour Padawan. Connaître les ressentis d'un "malvoyant" de la Force serait passionnant pour son Mémoire parlant surtout de sensibilité assumée ou d'absence totale, mais il n'osait pas de peur de blesser son interlocuteur. Pour sa part, il jugeait qu'il souffrirait terriblement de ce "presque" sans y parvenir, sans pouvoir être Jedi bien que peu soit probablement mieux que rien.

Après de longues minutes de repos et l'aide de la Pénicilline apportée par Balian, le Hapien avait pu récupérer son souffle.

- Je peux user de mes dons pour votre blessure. Enfin, cela dépend d'où elle est placée. Sinon j'en reviendrai à des méthodes plus traditionnelles. Laissez-moi donc faire également mes preuves en tant que guérisseur.

Suggéra le Chevalier en attendant l'autorisation pour procéder plus profondément au début de soin invisible. Sans que ses mains ne touchent l'homme, il avait infiltré son corps et voyageait au rythme de son flux sanguin. Le regard plus absent que d'habitude encore, le Chevalier semblait parti pour un voyage au centre de l'Être. La respiration de l'homme finit par dénoncer le problème. Les côtes. Luke se rendit compte que rien n'étant brisé, il pouvait intervenir même si rajouter une lotion ainsi qu'un bandage de soutien -quoique pas trop serré pour que la plaie interne respire- serait de bonne augure. Sans passer à l'acte, il attendit implicitement l'accord de son "hôte". Luke savait que certains prenaient très mal l'intervention d'un autre sur leur intégrité physique, pire s'il le faisait par le biais de la Force. Puissance adorée que de nombreux civils rêvaient d'accueillir en leur sein tout en la craignant.

-Retirez votrre haut. Si vous le voulez bien. Je vais mélanger les méthodes.

Expliqua le Chevalier d'un ton où se mêlaient chaleur et malice. Si sérieux soit-il de caractère, impossible de ne pas s'étonner, s'amuser de la situation rocambolesque. Deux préposés à la médecine, blessés qui s'entre-soignaient. Sans oublier une sensibilité à la Force bien que cette dernière soit plus présente chez l'un d'eux. Le hasard avait été facétieux cette nuit. À moins que ce ne soit la vie, elle même, ennuyée par cette soirée sans nuage qui avait décidé de les réunir ?

En bon bourreau du travail, le jeune Hapien avait déjà dans l'idée de proposer un échange de connaissances. Balian pourrait lui enseigner des méthodes de diagnostic et de soins d'urgence pour le terrain, bien que son handicap le limiterait, tandis que Luke se chargerait d'aider le Mirialan avec la Force, même si un point partout, ce dernier serait également bloqué à un niveau à cause de son propre handicap, un certain degré de malvoyance dans la Force. Mais ça, il le gardait encore pour lui. Par timidité et besoin de prouver ses capacités avant. Il faut dire que Luke n'était franchement pas du genre à être sûr de soi et il voulait tester le médecin. Voir sa réaction quant à ses propres soins sur sa côte. Les gestes habiles, le détail du médicament permettant de ne pas garder de cicatrice l'avaient déjà impressionnés, il ne se sentait pas à la hauteur.

Toujours est-il que si Balian obtempérait, le Hapien poserait ses mains sur sa poitrine pour soigner les contusions internes via la Force, calmer la douleur avant d'assurer le travail avec les traditionnelles pommades et bandages.

[Hj: si Balian accepte, tu peux décrire les soins. Luke posera sûrement la main sur la poitrine pour atteindre époustouflants vite le point de douleur. Les soins eux seront assez communs, quoi. Via la Force je suppose qu'il pourrait sentir une certaine pression vu que Luke agit sur l'os puis la chaleur sensée apaiser le mal. Et désolée, je trouve ça bof :/]

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeJeu 17 Jan 2019 - 15:02

[HRP: j'espère que cela conviendra :) et que je n'ai pas trop "joué" Luke ]

Le Jedi semblait se détendre…j’avais bien conscience que mon comportement premier avait de quoi être troublant. Mais je n’étais pas de nature à raconter ma vie au premier venu, aussi n’allais-je pas me justifier. On verra si le Jedi pose des questions.

Ce dernier ne sembla pas avoir de problèmes avec les cicatrices. Certes il était aveugle, mais je me disais qu’un Hapien pouvait être assez proche de son physique, les membres de cette race étaient, en général, très fiers de leur grande beauté et de la perfection de leur trait. Décidément ce Jedi était troublant.

Alors que j’observais rapidement s’il n’était pas blessé, faisant fi de ma propre souffrance, mon « patient » répondit alors à ma question précédente :

- J'ai reçu une formation médicale, oui. Néanmoins vous l'aurez deviné, mes capacités à pratiquer son plus limitées que ma théorie. Théorie elle-même partielle puisque je suis avant tout Consulaire.

Je levais un sourcil, je n’étais pas familiarisé avec les pratiques du Temple Jedi et je n’avais aucune idée des différences qu’il pouvait y avoir entre eux, hormis padawans, chevalier et maître. Ainsi ils avaient des spécialités. Comme pour répondre à ma réflexion intérieure sur ce que pouvait bien être un consulaire, Luke ajouta :

- Un diplomate si vous préférez.

Ha ! D’accord ! voila, c’est plus simple. J’acquiesçais de la tête pour le remercier de sa précision, jusqu'à ce que je réalise qu'il ne pouvait pas me voir, aussi je répondis poliment:

-Je vois ce que vous voulez dire.

Terminant mon auscultation, je répliquais d’une voix douce :

- Bien je ne vois aucune autre plaie, hormis quelques hématomes, un peu de repos et vous serez prêt à repartir protéger la galaxie.

Je décrochais un faible sourire, qui se termina en une grimace. La douleur empirait et je commençais à avoir une gêne pour respirer. Je devais faire attention afin que ma blessure ne s’aggrave, je risquais une fracture spontanée à force de solliciter mon corps. Je m’assis sur un tabouret haut qui d’ordinaire me servait pour reposer mes jambes lors de longues auscultations. Le Jedi sentait bien entendu ma détresse grandissante car il me proposa :

- Je peux user de mes dons pour votre blessure. Enfin, cela dépend d'où elle est placée. Sinon j'en reviendrai à des méthodes plus traditionnelles. Laissez-moi donc faire également mes preuves en tant que guérisseur.

Je n’avais de toute façon pas le choix, il me fallait des soins, sans quoi je fichais en l’air ma possible réaffectation. Et je préférais que le boss n’apprenne pas mes pérégrinations de cette fin de journée. De plus j’étais curieux de voir un Jedi guérisseur en action. En dehors de la médecine que je jugeais plus « traditionnelle », je ne connaissais pas grand-chose. Mon père, qui était notre chef de clan, mais surtout notre chef spirituel m’avait fait de longues théories sur la Force et ses pouvoirs. Je n’avais jamais vraiment prêté attention à tout cela. Comment la Force avait-elle pu rappeler à elle ma mère qui était encore si jeune ? J’en avais conclu que la Force était presque une ennemie contre laquelle il fallait se battre, je devais sauver le plus de gens possible, afin de les empêcher de rejoindre cette Force suprême qui m’avait pris ma mère. Pendant mes études et les années qui ont suivies, je n’ai pas pris le temps de m’intéresser à la question, ma carrière étant la seule chose dont j’avais cure. Ce fut pendant ma cure de désintoxication que je pris le temps de revenir sur tout cela et que je pu réfléchir.

J’avais une faible affinité avec la Force, je m’en étais rendu compte, je ressentais les êtres sensibles…c’était tout. Mais au moins je n’étais plus en colère après la Force, j’avais appris à vivre avec elle. Je ne lui en voulais plus. Ma colère était tournée contre moi-même ne pas avoir su me protéger de ma bêtise, et de ne pas avoir su exploiter le peu de dons que j’avais. Je trouvais pleinement ma voie sur le front, apportant le peu de réconfort que je pu auprès des blessés…et de ceux qui avaient vu l’horreur de la guerre. Je regrettais amèrement de ne pas pouvoir faire plus pour eux. Je leur racontais donc ce que me père m’avais dit sur la Force…qu’elle était autour de nous, qu’elle nous protégeait, et que si nous mourions, nous ne serions pas seuls car nous serions avec la Force (« je fais corps avec la Force, la Force est avec moi, je fais corps avec la Force la Force est avec moi »). Je découvrais alors comme certains se voyaient rassurés de pouvoir se tourner vers une toute puissance qui les protégeait, ragaillardissant leur corps et leur esprit. Je ne doutais plus à présent du fort potentiel de la Force…j’en étais juste exclu…mais j’étais persuadé que la Force me guidait. N’avait-elle pas envoyé Luke sur mon chemin ? Deux soignants qui se prodiguaient mutuellement des soins…la situation était amusante.

C’est donc tout naturellement que j’acceptais l’aide que Luke me proposait en lui disant:

- C'est au niveau de la cage thoracique, coté droit...une cote est fêlée...je pense que c'est la K8...elle a déjà été cassée par le passé par les même énergumènes dont vous venez de faire la connaissance...

Ha ben voila...c'est dit...Bravo Balian! Me sentant entre de bonnes mains j'avais lâché ça tout naturellement ! Qu'allait donc penser le Jedi...que j'étais un drogué? Un récidiviste? Je n'allais pas avoir la cote (c'est le cas de le dire) auprès de lui.

-Retirez votre haut. Si vous le voulez bien. Je vais mélanger les méthodes.

Retirer mon haut ? J’eus une hésitation. Je n’aimais pas me mettre torse nu devant quelqu’un…cela ne faisait que trois ans, et je n’arrivais pas à « digérer » les cicatrices laissées par les brûlures que j’avais subies sur Lorrd. Puis une illumination me traversa l’esprit…Luke est aveugle ! Comment pourrait-il voir les stigmates qui parcouraient le haut de mon corps ? Mais avant toute chose, il avait dit qu’il voulait combiner les méthodes, je devais lui donner le nécessaire. J’allais à l’autre bout de la salle, farfouillant dans les placards et les tiroirs, puis je revins et posais sur la petite table qui servait aux soins, un pot contenant un baume agissant sur les douleurs musculo-squelettiques, et une bande qui permettrait de contenir, sans trop forcer, la cage thoracique.

- Sur votre droite, un baume et la bande de compression.

Puis avec une infinie précaution je tentais d’enlever mon polo à col roulé…je commençais par extraire un bras…puis un autre…puis de mon bras gauche (oui la côte fêlée est à droite…la douleur irradie sur tout le coté droit) j’ôtais mon haut noir que je posais sur un tabouret. Je baissais les yeux vers mon torse…J’avais l’impression que le vert de ma peau faisait encre plus ressortir mes cicatrices. Si Luke avait pu voir, il aurait pu constater qu’elles partaient de ma mâchoire inférieure droite, pour descendre le long de mon cou, mon épaule droite et s’étendre sur mon muscle pectoral droit. Je n’avais pas de tatouage sur mon corps hormis ceux de mon visage. Je n’avais pas accompli de grandes choses comme d’autres membres de mon clan…

Chose que je n’avais pas prévu, Luke posa sa main sur mon torse…Juste à la naissance de la première cicatrice qui avait laissé à ma peau un aspect cartonné. Je ne doutais pas que comme beaucoup d’aveugles, Luke avait développé ses autres sens, il allait certainement sentir l’aspect particulier de ma peau…je me tressaillis soudainement…je sentais une présence en moi. Il avait déjà commencé ? Quelque chose cheminait en moi, je ne saurai vraiment dire ce que c’était…la Force ? Surement, et c’était ce jeune Hapien qui en était l’auteur ? Je grimaçais soudainement…il avait trouvé le point sensible…une pression se faisait sur mon os…juste à l’endroit de la fêlure, la douleur disparue soudainement, comme si j’avais reçu une anesthésie. C’était chaud…agréable…réconfortant, je n’avais plus mal. Pouvait-il vraiment faire cela ?

La suite n’était qu’une simple formalité, appliquer le baume sur le coté droit de la cage thoracique…le coté froid faisant tressaillir, tout comme le contact avec les cicatrices laissées par les brulures. Puis la bande. Elle était épaisse et large, facile à placer. Il suffisait de la maintenir d’un côté, puis deux options s’offrent au soignant ; soit, le blessé tourne sur lui-même, soit le soignant passe ses bras autour du blessé. La bande étant auto-agrippant, il suffisait enfin de bien la positionner afin qu’elle ne fasse pas de plis, et elle tient toute seule. La seule difficulté résidait dans la pression que l’on souhaitait donner à la bande de compression. Elle ne devait ni être trop forte, afin de ne pas aggraver le cas au risque de provoquer une fraction spontanée ; ni être trop faible sinon la bande ne servait à rien. Mais quelqu’un dont le touché était sur-développé ne pouvait que surpasser cet obstacle avec brio.

J’étais encore tout à mes ressentis quant à cette chaleur qui m’avait envahie…et cette énergie qui avait fait pression sur ma côte blessée…Je ne pu m’empêcher de demander au Jedi :

- Comment faites-vous cela ? C’est…tellement incroyable. Je savais que les Jedis avaient des capacités toutes particulière de par leur sensibilité avec la Force…mais là, cela dépasse de loin ce que j’avais imaginé. Je ne vous ai pas dit…mais je suis un Mirialan…sur ma planète la Force est une divinité, et bon nombre de mes semblables ont une connexion particulière avec la Force. Certains deviennent Jedis. Je suis parti très tôt sur Coruscant pour mes études et…j’ai été très hermétique à toute ces croyances…jusqu’à ce que…j’ouvre les yeux…quand je suis parti sur le front. Vous avez un don qui est extraordinaire.

J’avais bien failli lâcher comme cela : « jusqu’à ma desintox » cela aurait fait bien tiens…un toubib qui exerce son art sous emprise…Néanmoins je pense que ce qui m’a le plus ouvert les yeux…ce fut la guerre…je ne lui mentais donc pas vraiment. J’étais bien incapable de soigner les gens comme il venait de le faire. Il pouvait toucher les êtres vivants tant dans leur chair…que dans leur âme. J’étais abasourdis…que n’avais-je écouté plus attentivement mon père durant mon enfance.


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeVen 18 Jan 2019 - 12:11

- Laissons les grands actes héroïques aux Gardiens, humpf, Guerriers. Au fond, nous sommes semblables sur un point, Monsieur Atraïde, c'est à moindre échelle, homme par homme, vie par vie que nous nous chargeons d'aider. Que nous essayons d'avancer. Dans l'ombre.

Et cela lui convenait. S'il avait vaguement éprouvé le désirs de grandes épopées pendant une petite année d'hormones bouillonnantes, le Chevalier était vite retombé sur terre. Par chance pour son intégrité mentale, il avait cessé de rêver de choses impossibles, même pour un être doté de la Force. Courir n'était pas pour les aveugles, brandir un sabre-laser ne devrait pas l'être, alors qu'il puisse seulement l'allumer et se défendre le contentait déjà. Il abordait cette seconde partie de la vingtaine avec sérénité, se trouvant à sa place la majorité du temps bien que quelques sueurs froides gâchent l'ambiance tempérée de son esprit et de son corps. Ne pas se sentir à la hauteur face à un médecin militaire ayant fait preuve de ses habilités médicales et psychologues par exemple. Heureusement -ou pas- il était difficile de lui détecter ce complexe d'infériorité vu un certain talent d'acteur inattendu dont la police de Coruscant s'était saisi à pleines mains. Curieusement, malgré des déficits en ce qui concernait l'expressivité, le Hapien était bon acteur.

Méticuleux au possible, Luke avait palpé l'endroit où le chant de la Force sonnait comme un instrument mal accordé, où la fluidité de son ruisselet se retrouvait soudainement encombré par un rocher pointu de duleur. Malgré les indications de Balian, par réflexe plus qu'autre chose, le Jedi retourna les produits pour passer ses doigts sur le tube, afin d'obtenir le nom de ladite pommade, ses caractéristiques et risques en braille. Il connaissait bien ces produits basiques. Mais Luke aimait s'assurer, même quand ses lèvres remuaient quelques fractions de secondes avant le passage de ses mains, indice qu'il connaissait par coeur les consignes. Maniaque par obligation, le Chevalier avait disposé le baume puis la bande en une ligne toute proche de ses coudes qui les frôlaient imperceptiblement. D'abord le premier soin, puis le second en file. Il pouvait débuter.

Si ses gestes étaient doux, habiles, il ne commentait rien ni n'expliquait ses agissements. Trop concentré, timide, peut-être? Le Hapien ne s'expliquait qu'envers ses patients terrorisés afin d'essayer de les tranquilliser. Avec un collègue, quelle utilité? Il préférait user de son énergie pour s'assurer que la bande soit serrée comme l'indiquaient ses cours, rejoints par les lignes ceignant le dos de la boîte, celles que personne ne lisait généralement, lui si. Ironie.

Lorsque Balian parla de la Force, néanmoins, les traits de Luke se détendirent, son regard s'illumina dans la relative obscurité rassurante du cabinet presque endormi. Signe que ses yeux vivaient encore, mais surtout que ce sujet le passionnait. Malgré son apparence calme, quelque chose avait changé dans son attitude, il était un peu moins sur la défensive, semblait plus apte à parler même s'il prit son temps, engrangeant informations explicites et subtiles, tout en cherchant ses mots. Balian avait déjà rencontré les supposés dealers. Quand, pourquoi et comment? À grande peine, le Chevalier fit taire son instinct d'enquêteur. Pas encore. Heureusement, le Mirialan curieusement "handicapé" l'avait distrait avec une question fascinante. Avait-il, un temps, renié la Force parce qu'elle ne coulait que très timidement dans ses veines, surtout si l'on prenait en compte sa race?

Il ne s'intéressa pas outre mesure aux cicatrices sur le torse de son vis-à-vis, braille contant de nombreuses souffrances passées.- le Chevalier acheva de coller la bande, puis retira ses doigts. Qu'un militaire -tout médecin soit-il- ressorte blessé de certaines missions était plutôt normal. Ces marques étaient en fait ce qu'il y avait de moins surprenant chez ce Mirialan. Sans doute parce que méconnaissant le système, le Hapien faisait l'amalgame avec son rôle dans l'Ordre. Tout guérisseur qu'il était, il allait sur le terrain et récoltait aussi son lot de marques, même si par chance, il en conservait très peu sur sa peau. Celle qui courrait son poignet était lisse, rendant la peau légèrement plus blanche était résorbée, indétectable au toucher. Ironie, elle était aussi le résultat de la colère de sa génitrice. En fait, la seule, définitive qui concernait son travail était ces deux griffures au scalpel, également fines et lisses sous son oeil. Un cadeau des membres de sa race pour son retour "à la maison".

- Les études sur le thème de la Force sont encore timides, surtout des sérieux, objectifs mais chacun aparaissant démontre sa réelle existence.- Introduction aimable mais ferme, sans appel, la Force n'était pas une religion, les Jedis n'étaient pas des prêtres. S'il respectait beaucoup son alliée, le Chevalier estimait, contrairement à Karm, qu'elle agissait comme un "animal" symbiotique cherchant à survivre. Elle utilisait les Jedis pour se diffuser plus largement, vivre en échange de leurs dons. Sa vision terre-à-terre ne le rendait pas moins respectueux, voir attendri. Luke aimait la Force comme une proche amie, ceci dit incapable de prendre de vraies décisions à leur place. Ce serait trop simple.-- La Force est présente en toute chose hormis quelques exceptions. Elle est comme l'eau. Dans les océans, dans les ruisseaux ou dans votre corps. Je n'ai fait que diriger le fleuve externe, guidant son lit jusqu'à l'embouchure du lac existant au sein de vous. Ces deux eaux communiquant enfin, malgré les parois ou les barrières physiques, je n'ai fait que nager dans ce nouvel océan pour l'explorer et voir ce qui n'allait pas. Coraux brisés, faune effrayée, blessée. La Force nous connecte tous, y compris les Insensibles, la seule différence réside qu'eux ne peuvent pas s'en rendre compte. Ils abritent un hôte qui se développe silencieusement en eux, coule sans créer ni vie, ni dommage. Cascade intermédiaire qui verse dans l'air, rejoignant l'immense courant, cette mer externe à l'échelle de la Galaxie dont je vous ai parlé.

Si expliquer ce qu'était la Force et comment les Jedis ou les Sith l'influençait était difficile face à un Padawan, c'était pire pour un Insensible. Par chance, le Mirialian possédait cette culture nouée autour de cette Grande Puissance. Mieux, il possédait au moins la capacité de sentir ces fleuves internes se promener dans le corps de chacun, objet ou personne. Ruisselet ou Torrent, la Force innondait exception faite des Hutts ou des Ysalamaris, petits Oasis de Désert, amas de sable au milieu de l'océan.

- Toujours à l'image de l'eau, la Force peut être modulée, transformée, ainsi les meilleurs soigneurs ont la possibilité de refermer de grandes plaies, voir de détruire des cellules cancéreuses. En revanche il est impossible de rajouter de la matière, c'est-à-dire faire repousser un bras ou ressuciter ce qui est mort. - Comme ses nerfs optiques, et peut-être la partie de son cerveau dédiée à la vue, les médecins n'en savaient trop rien.-- Je ne pense pas que vous puissiez un jour soigner via la Force. Par contre elle pourrait être une aide précieuse pour des diagnostics. L'exploration sans le toucher.

Luke ne savait pas vraiment si le médecin était vite allé sur Coruscant parce qu'il connaissait sa faiblesse au sein de la Force ou si sa famille, fâchée avec l'Ordre avait renoncé à l'y envoyer. Lui avait été sincère, direct et pas très délicat, balayant d'éventuels espoirs d'une capacité de maîtrise de quelques paroles. Ceci dit, la situation de l'homme, ses choix lui laissaient comprendre que Balian était parfaitement conscient de ses limites. En tout cas, la perche était tendue, il pourrait au moins essayer d'apprendre à sentir les blessures, ce fameux rocher qui empêchait le ruisseau de couler entre veines, muscles et cellules chez tout patient.

- Pardon d'y revenir, mais si vous aviez déjà rencontré ces individus, vous devriez vraiment songer à les dénoncer, la prochaine fois, ils pourraient bien en finir avec vous. Une agression versant dans la tentative de meurtre? Je ne crois ni au hasard, ni en la chance Docteur Atraïde.

Prévint le Jedi après un temps de silence et avoir terminé de ranger soigneusement le matériel dans leurs boîtes. [/justify]

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeSam 19 Jan 2019 - 10:06

J’étais bien d’accord avec lui, nous autres, guérisseurs, n’accomplissions pas de grands exploits héroïques, nous agissions dans l’ombre, nous n’apportions pas la douleur, nous cherchons à l’atténuer…nous nous battons pour guérir et soulager les blessures des guerriers. Chacun sa mission. Je fis d’une voix qui trahissait mon impatience de repartir sur le front :

- Chacun d’entre nous a une mission précise. La notre est de soulager. Nous sommes un engrenage essentiel dans le rouage auquel nous appartenons. Nous apportons apaisement et soutien…et nous y mettons tout notre cœur pour le faire au mieux.

Oui…la médecine est une passion chez moi. Si autrefois je voulais être le meilleur et gravir les échelons, je n’avais plus qu’un but, soulager les malades, panser les blessés. Alors si la Force pouvait m’y aider…Mais comment cela pouvait être possible ?

Luke avait des gestes doux et apaisants, je décelais chez lui une organisation méticuleuse, et une technique précise. Il avait toutes les qualités requises pour être un bon guérisseur. Tandis que je me rhabillais, appréciant l’excellent travail que mon homologue avait réalisé sur mon corps, j’écoutais avec attention ce que me disait Luke. Sa comparaison de la Force avec l’eau rendait son explication des plus compréhensible pour un ignorant comme moi sur le sujet, montrant que la Force est en perpétuel mouvement, et qu’il ne se contentait que de la guider vers la bonne destination dans le but qu’il souhaitait lui donner. Je n’avais jamais pensé à percevoir la Force de cette façon, il était évident que je n’avais pas une grande connaissance sur cette puissance qui s’écoulait tout autour de nous et en nous. Selon Luke j’avais suffisamment de sensibilité avec la Force pour l’utiliser dans les diagnostics.

- Vous voulez dire que je serai en mesure d’apprendre à utiliser la Force à moindre échelle ?

Voila quelque chose que je n’avais jamais envisagé. Je ressentais la Force, mais cette énergie est une inconnue pour moi. Comment pouvait-on influencer sur elle ? Je ne m’y étais jamais intéressé, seul ma condition de Mirialan faisait que j’avais un petit lien avec la Force. Pas assez pour entrer au Temple. J’avais mis tout cela de coté il y a bien longtemps.

- Je suis venu sur Coruscant sans vraiment avoir l’accord de mon père. Ma mère est morte quand j’étais jeune, maladie cardiaque. Mon peuple voit la Force comme une puissance primitive…mon père m’avait dit que la Force avait rappelé ma mère à elle. Je ne comprenais pas ce que cela voulait dire. Moi je voyais surtout que ma mère était morte et que la Force ne me la rendrai pas. C’est pour cela que j’ai voulu devenir médecin. J’ai mis tout cela de côté, la Force ne m’intéressait pas notamment depuis qu’on s’est rendu compte que je n’avais qu’une petite sensibilité. Je n’ai jamais appris à l’utiliser. Je suis parti sur Coruscant pour apprendre la médecine et la Xeno-anthopologie. Je voulais soigner toutes les races de la galaxie… un peu prétention n’est-ce pas. Le pire dans tout cela, c’est que j’étais convaincu d’y parvenir. Je ne me suis concentré que sur moi-même et mes études.

Ce Jedi m’inspirait confiance. Il m’avait sauvé et il me parlait de la Force comme d’une amie. Mais pour moi seuls les jedis pouvaient manipuler la Force…l’utiliser…j’étais loin d’être un Jedi. Il faut dire que je ne savais pas grand-chose sur eux, ne m’y étant jamais intéressé non plus…J’étais loin d’être altruiste. J’étais revêche avec les gens…hormis mes patients, et j’avais une haute opinion de moi-même, on ne pouvait pas dire que j’avais des amis. Alors pourquoi la Force serait-elle bienveillante à mon égard.

Quand il revint sur l’affaire avec les lascars qui m’avaient agressé, et qu’il faudrait peut-être que je les dénonce je soupirais…je lui devais bien une explication.

- Si je vais voir la police pour les dénoncer…l’armée va le savoir, et une nouvelle enquête sera ouverte à mon sujet. Je ne peux pas courir le risque de voir retarder ma réaffectation. Il y a trop longtemps que je suis cloué sur cette planète…depuis Lorrd.

Au fur et à mesure que je racontais cet épisode de ma vie, mon amertume refaisait surface, mélangé à un sentiment honteux. J’avais profondément merdé. Et à cause de cela je n’étais plus rien. Juste un toubib qui cherchait sa route dans les méandres de cette galaxie. Je me rendis compte que ce que je venais de dire ne justifiait toujours pas mon attitude. Je devais en révéler un peu plus à Luke si je voulais qu’il me comprenne.

- Vous avez peut-être entendu parler il y a quelques années d’un médecin qui a commis une erreur médicale sur un patient parce qu’il était sous l’emprise de stupéfiants… Ce médecin c’était moi…épinéphrine. Ces types me fournissaient. J’ai suivi une année de désintoxication, je n’avais plus un sou, mon mariage était un fiasco, et j’étais au chômage. L’armée m’a ouvert ses portes…l’Etat-Major m’a fait confiance et a été clair…je ne devais plus avoir de contact avec des types de ce genre. J'avais besoin de m'aérer...et je les ai croisé dans la rue...et ils m'ont reconnu...

Ça vous en met un coup quand vous tombez si bas. Moi qui me destinais à une brillante carrière de diagnosticien, je n’aspirais plus à rien d’autre qu’accomplir mon travail et soulager les gens. J’avais vieilli, je m’étais mis du plomb dans la cervelle. Et je n’avais d’yeux que pour mes patients…le plus souvent des soldats blessés physiquement pour psychologiquement. J’étais leur béquille sur laquelle ils pouvaient s’appuyer. On disait souvent que pour que je témoigne de l’intérêt à quelqu’un il fallait qu’il soit un de mes patients. Mais Luke…c’était étonnant de voir tout ce que ce jeune Hapien aveugle était capable de faire, surmontant sa cécité. Il avait certainement dû traverser des épreuves…nous portons tous une croix après tout…Je secouais la tête… je n’étais pas là pour m’apitoyer sur mon sort, mon jeune interlocuteur avait surement mieux à faire que d’écouter les misères d’un asocial qui cherchait sa propre rédemption en s’acharnant sur son travail.

- Veuillez m’excuser…je ne veux pas vous ennuyer avec mes histoires. Je mérite sans doute ce qui m’arrive, mais je connais le système. Mon boss ne cherchera pas à comprendre si ma rencontre avec ces brigands était voulue ou non. Il me mettra à nouveau sur la touche…et je ne pourrais pas recevoir une nouvelle affectation tant que l’enquête ne sera pas close.

La vie était étrange n’est-ce pas. Ce jeune Jedi avait éveillé chez moi un profond intérêt pour plusieurs raisons, outre le fait qu’il était aveugle, j’avais remarqué que ses yeux s’étaient illuminés alors qu’il me parlait de la Force. Ses yeux étaient vivants…j’en avait la confirmation…alors d’où venait sa cécité ? Les nerfs optiques ? Je repensais à ce qu’il venait de dire sur les soins avec la force. Il n’avait donc pas pu les soigner avec ses pouvoirs. C’est que quelque chose était atteint en profondeur…neurologique peut-être ? Une pathologie engendrant une nécrose ? Non…plus tard…chaque chose en son temps…
L’autre chose qui avait piqué ma curiosité avec Luke c’était son lien avec la Force et comment il la considérait. Et tout particulièrement son idée que moi-même je puisse m’ouvrir davantage à la Force.
Je lui demandais alors…presque dans un souffle…n’osant envisager la chose…

- Vous pourriez m’apprendre à me servir de la Force pour mes diagnostics ?

Apprendre autre chose…que voila quelque chose qui sonnait bien à mon esprit.


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeLun 21 Jan 2019 - 10:30

- Personne ne peut se servir de la Force. On ne la commande pas, on lui demande.- Corrigea patiemment Luke en utilisant un de ses adages favoris.

Né de sa grande tendresse envers la puissance qui courrait ses veines, leurs veines, à tous et à toutes, bien qu'il ait prit une certaine distance, le Jedi continuait d'apprécier cette amie singulière. La vraie différence avec sa prime jeunesse consistait à cesser de prêter une volonté à la Force. De fait, il était paradoxalement beaucoup plus froid que certains de ces pairs à ce sujet, songeant que les voies de leur Accompagnatrice n'étaient pas impénétrables. Chacun était libre de prendre ses décisions, et par conséquent, coupable de ses moindres, de ses propres erreurs. La Force était une entité qui avait intérêt à leur offrir des dons, afin d'exister, de se "reproduire", s'étendre. De vivre. Cette approche très scientifique n'empêchait pas l'amitié ceci dit. Tout comme certains partenaires se supportaient pour leur propre bien, d'autres devenaient proches, transformant un contrat pragmatique, glacial en un lien indéfectible, brûlant. Paradoxal pour des Jedis sensés refuser la passion.

- Je pense que vous n'en viendrez pas à en appeler à elle dans le sens où on l'entend communément. Pour soigner par exemple, mais diagnostiquer, explorer de prime abord avant de physiquement vous assurer du problème. Oui. J'aimerais vous faire un test sanguin pour calculer le nombre de vos Midichloriens, ce n'est qu'à titre indicatif puisque ce qui compte est la qualité du lien plus que le nombre pur de cellules... Mais nous aurions une idée des limites dans lesquelles nous pourrions agir.

Par chance Balian semblait très au fait de la frontière qui le séparait d'un Jedi moyen. Faible au sein de la Force, il était couché entre deux lignes, celle de l'ignorance total du pouvoir se frayant un passage dans sa chair et celle de la Sensibilité. C'était sans doute en partie pour ça que sans accepter de manière explicite, le Chevalier venait, via ses mots, de s'impliquer dans cette formation. Avait-il le temps? Probablement pas, mais cela faisait des années qu'il tirait sur ses horaires, les sacrifiant, les scarifiant au nom de son passionnant travail. Sa vocation. L'une des ramifications consistant à réunir Midichloriens et hôtes, il n'avait guère hésité.

- J'ai un Padawan, ceci dit je n'ai jamais procédé à ce type d'apprentissage partiel, nous procéderons donc par méthode empirique, raison pour laquelle j'aimerais vous demander une certaine indulgence.

Luke ne connaissait pas les possibilités, les incapacités d'un relativement Sensible, surtout sans formation Jedi. Avait-il appris la patience? À n'en pas douter. L'humilité? Son discours le prouvait à moitié, d'ailleurs c'était sur le chemin que ce genre de choses se vérifiait, y compris pour des Padawans, lesquels pouvaient débuter en étant modestes avant de se découvrir une ambition dévorante, inquiétante.

* De toutes manières, ce n'est pas un cas d'école, donc rien ne me sert de comparer. Autant y aller petit à petit et voir.*

Et il ne pouvait pas laisser un Sensible dans la nature isolé, si peu risquée soit sa chute vers le côté Obscur. Ne serait-ce que pour lui, pour que cet homme explore une partie de son être, Luke devait le guider du mieux qu'un aveugle pouvait le faire.

- Prétentieux, si vous aviez conscience de ne pas réunir toutes les connaissances pour y parvenir, en cet instant, non. Mais ambitieux, optimiste, sans aucun doute. S'il est possible d'avoir de grandes connaissances, le savoir définitif est utopie. Il existe, de fait, des races que l'on découvre chaque jour, et d'autres qui restent encore mystérieuses, cachées dans leur recoin de l'Univers.

Dès lors, il était effectivement impossible d'étudier leur morphologie. Si Balian n'était pas en train de prouver sa mesure, Luke lui aurait certainement en plus répliqué que la définition du spécialiste et le savoir trop étendu étaient contradictoires. En effet, pour pouvoir soigner, il fallait connaître de manière très précise les caractéristiques d'une race, être minutieux, alors que la Xéno-anthropologie, à son goût était une matière plus globale. Généralement Historiens, archéologues, ces hommes et ces femmes passionnés par la Différence possédaient de très nombreuses sources, dans lesquels ils avaient bu sans vraiment se baigner ceci dit. Le Chevalier croyait pourtant Balian capable de trouver un équilibre, accumuler des connaissances sur une variété de races impressionnante, tout en restant professionnel. Ce Mirialian lui faisait vraiment bonne impression, et ce malgré ses erreurs avouées.

- En ce qui concerne la Mort... Femmes, vieillards, enfants ou jeunes hommes vigoureux... Maladies, accidents, assassinats. Ce n'est pas à vous que j'apprendrai qu'elle est, d'un point de vue froidement scientifique, nécessaire pour réguler les populations, permettre le renouveau, le renforcement des survivants. Pragmatiquement et horriblement parlant: trier. La Force ne cause pas la Mort, elle accueille la personne qui s'en est allée pour une des causes ci-dessus énoncées. Au contraire, elle tolère être modulée pour empêcher, parfois, un départ pourtant prévu par la Nature. C'est pour cela qu'on peut soigner, des patients parfois condamnés à travers elle. Entre certaines mains, comme n'importe quelle arme, vulgarisée, manipulée, emprisonnée et corrompue, elle peut également précipiter la fin. Mais elle ne décide pas.

Signe qu'il déplorait la perte de Balian, le Chevalier avait momentanément baissé la tête et la voix, adoptant un ton doux pour exprimer ses pensées à propos de ce sujet délicat. Un autre, immédiatement en relation avec l'histoire personnelle du médecin concernait les erreurs. Luke réfléchit profondément, posément quelques minutes avant de répondre. Malgré ses efforts pour se rappeler de Balian Atraïde, il ne parvint à rien, ni à se souvenir d'autres cas similaires d'ailleurs.

- Je n'en avais pas entendu parler. Le Temple est plutôt hermétiques aux affaire, scandales et autres affaires externes. De plus, je n'étais vraiment pas destiné à soigner.

- Confia le jeune homme. Chez eux, rares étaient les médecins qui connaissaient des pairs de Coruscant, ou pire encore les dernières nouvelles concernant l'art de la médecine. Certains trouvaient ce manque d'intérêt prétentieux, d'autres jugeaient qu'ils en perdaient de leur niveau pourtant réputé, Luke, lui, pensait qu'on ne pouvait pas être partout et que c'était un sacrifice nécessaire pour se concentrer sur leur art. Avec une formation à gérer, des exercices physiques que la majorité des membres du Medcorps n'abandonnaient pas, la communion avec la Force, il était difficile de dédier du temps aux Holonews ou ragots. Le dossier de Balian aurait certainement été découvert si le Temple faisait expressément appel à lui, chose qui arrivait très peu encore une fois, l'Ordre suivant une politique d'autarcie souvent condamnée par Karm. Un défaut que Luke devait bien lui reconnaître.-

- C'est cela, vous avez compris, la Force pourrait vous soutenir pour esquisser ou confirmer un diagnostic.

Volontairement, malgré une écoute très attentive de l'histoire du médecin, le Chevalier n'avait pas appuyé sur la plaie. Il n'avait rien demandé sur les circonstances de sa chute, les répercussions de ses erreurs ou les séquelles peut-être encore présentes. Avec Karm pourtant pas très délicat non plus, le Jedi avait affiné son tact. L'Ark-Ni possédait une sensibilité que lui ignorait au tout début, froid comme un robot. Aujourd'hui, le Consulaire arrivait à valoriser la personne plutôt que l'indice, le bien-être plutôt que la vérité à tout prix.

- Je ne dirai rien -soupira-t-il, mal à l'aise avec ce concept qui, auparavant, aurait relevé de la très haute trahison dans l'échelle de ses valeurs. Ne pas respecter au pied de la lettre les lois frisait ses cheveux pourtant bien lisses.- Après tout, c'est à la victime de choisir de donner suite ou non.- À l'instar de la victime de violences conjugales qui finissait tuer, mais il s'abstint d'ajouter quoique ce soit. S'ils travaillaient ensemble, Luke aurait l'occasion d'y revenir, plus en douceur. De réfléchir aussi, parce que mine de rien l'aventure avait été riche ce soir. Le Consulaire réprima un petit bâillement.

- Je ne dirais pas non à un café.

Suggéra le Hapien, désireux de dormir mais surtout et avant tout d'établir un premier lien avec Monsieur Atraïde. Ils devaient discuter à chaud de leur possible partenariat. Forger un début de relation solide pour que le Mirialan donne suite et ne pense pas à couper les ponts après une nuit de repos. Luke désirait aider cet homme qui avait souffert, lui apporter quelques réponses si possible. Piqué par la curiosité, il n'hésiterait pas à rogner sur ses heures de sommeil, d'autant plus que la nuit était encore jeune, adolescente tout au plus. Qu'en était-il de Balian? Éprouvait-il la même curiosité à son égard?

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeMar 22 Jan 2019 - 14:59

Il était impressionnant de voir comme n avait envie d’écouter ce Hapien quand il parlait…En dehors du fort charisme des membres de cette espèce, Luke dégageait une bienveillance pédagogique que je n’avais que très rarement vue chez des enseignants. Il était fait pour cela.

Je sortais de mes pensées en entendant « prise de sang », « Midichloriens ». Bon sang, ça devenait sérieux. Tout ceci qui autrefois me passait totalement au-dessus de la tête, devenait très réel pour moi désormais. Je me souvenais, quand j’étais enfant, on nous faisait le fameux test pour déterminer si oui où non nous étions sensibles à la Force. Ce fut peu de temps après que ma mère décéda. Ma faible sensibilité à la Force n’intéressa personne, et ma famille avait mieux à penser.

J’acquiesçais alors les propos de Luke :

- Il n’y a pas de problème pour cette prise de sang. Voulez-vous que nous profitions d’être ici pour la faire ?

Il ne fallait pas longtemps pour faire ce genre de prise de sang, une petite piqure et hop. Ne voulant pas interagir avec ce genre d’acte médical qui relevait plutôt des Jedi, je laissais libre choix à Luke sur la marche à suivre sur ce sujet. Je devais bien avouer que je savais ce qu’étaient des Midichloriens, je me souvenais vaguement d’un cours sur le sujet…il est toujours bonde savoir quels micro-organismes se trouvent en nous, mais je n’avais jamais pratiqué de tel test…à quoi bon…les Midichloriens intéressaient beaucoup plus les Jedis que les médecins.

J’allais être plongé dans un univers que je connaissais à peine et qui avait la réputation d’être très hermétique. J’étais presque surexcité à cette idée, et l’envie d’apprendre ressurgissait à nouveau. J’allais devoir me modérer, ne pas donner une impression de manque de sérieux. J’étais tout le contraire, on me reprochait même souvent mon incapacité à m’amuser. Mon temps libre, je le passais à potasser, étudier, lire, encore et encore. J’étais un perpétuel étudiant, emmagasinant le plus de connaissances possibles. Mon savoir, loin d’être infini, me rendais toutefois fier, et j’avais la réputation d’être un « scientifique » dans le sens péjoratif du terme. Il faut dire que je ne faisais aucun effort pour adapter mon discours à mon interlocuteur. J’étais un piètre pédagogue. Cette réputation de « monsieur-je-sais-tout-et-je-me-la-pète » me poursuivait depuis mes études. Et bien que depuis mon entrée dans l’armée j’apprenais l’humilité, j’avais encore du mal à communiquer de manière simple et agréable…en dehors de mes patients bien sûr.

Luke m’exposa le fait que cet « enseignement » que j’allais recevoir allait être de l’ordre expérimental, j’imagine bien qu’il ne devait pas être courant qu’un non-Jedi reçoive des cours sur l’utilisation de la Force par un Jedi, même de manière succincte. Ce qui rendait la chose d’autant plus intéressante à mes yeux. L’idée de devenir, pour une fois, un cobaye pour les Jedis m’amusait quelque peu.

Luke avait un padawan, heureusement j’étais bien loin de prétendre à un tel titre. Si je voulais comprendre ce que l’Hapien allait m‘apprendre j’allais devoir me familiariser avec toute cette terminologie « Jedi ». Je connaissais les bases, mais déjà tout à l’heure quand il parla de « gardien », « consulaire »…heu…kézako ? Il avait eu la délicatesse de m’expliquer, mais il allait falloir que je comble moi-même mes propres lacunes ; Luke avait déjà bien assez de choses à faire, sans en plus avoir à revenir sur des évidences pour palier mon ignorance. Peut-être les Jedis avaient-ils des ouvrages de base qui m'aideraient sur le sujet, et préserver le temps précieux de Luke.

Lorsque le Jedi m’expliqua son ressenti sur le savoir définitif comme étant une utopie, je ne pouvais qu’acquiescer à ce propos. A mon grand désespoir j’avais été obligé d’admettre qu’il était impossible de tout savoir, nous ne pouvions que nous cultiver au maximum et stocker le plus d’information possibles susceptible de nous aider au mieux dans la réalisation de notre but. Et c’était précisément ce que j’allais faire sous la tutelle de Luke.

Le laïus sur la mort était des plus vrais. Néanmoins en tant que médecin j’avais du mal à « perdre » des patients…les laisser partir dans la Force d’autant plus quand ils sont jeunes et victime de la stupidité d’un autre être vivant.

- Je vous rejoins sur le fait que la mort permet une régulation des populations, servant l’ensemble. Et je comprends vos propos sur la Force à ce sujet...Maintenant que vous le dire, cela semble logique en fait...Je dois avouer qu'en tant que médecin il m’a toujours difficile de lâcher prise et d’admettre que mon patient est mort…Cela m’est d’autant plus dur quand il s’agit que d’un gosse, emporté par la guerre, ou la bêtise de nos chefs….J’ai perdu des pauvres bougres parce que je n’avais pas le matériel nécessaire, ou parce que je n’ai pas pu les stabiliser, et qu’on a attendu trop longtemps qu’on vienne nous sortir de cet enfer. Sans compter les suicides. Pas plus tard que la semaine dernière…j’ai empêché un jeune homme de s’ouvrir la trachée et la carotide avec un scalpel.

Je serrai les poings…combien d’hommes avais-je perdu parce qu’un haut gradé n’avait pas souhaiter se mouiller et risquer son grade en organisant une évacuation des blessés ? Ou parce qu’on avait tiré sur le budget des fournitures, et je me suis retrouvé sans matériel adéquat sur le terrain ? C’était cela que j’appelais la bêtise…parce que ces morts étaient inutiles. Et combien étaient renvoyés au combat alors qu’ils sont psychologiquement instables…Je tentais de me détendre…Luke n’avait pas à subir mon mécontentement sur le sujet. Nous avions mieux à faire que de débattre là-dessus. Je ne savais pas quelle était la position du Temple face à ce conflit, je voyais les Jedis comme étant des gardiens pacifiques, toutefois capables de se battre quand le moment était venu. Je demanderais à Luke des précisions plus tard, j’avais peut-être une vision idéaliste des Jedis après tout…

J’entendis soudainement parler de « café »…bon sang…je ne lui avais rien proposé depuis le temps que nous étions ici ! J’étais confus,

- Je suis désolé ! Quel piètre hôte je fais…je n’ai pas l’habitude d’avoir une conversation avec quelqu’un hors du travail…j’en perd les bonnes manières. Venez dans ce qui me sert de bureau, nous serons bien mieux. Je vais demander à un droïde d’apporter de quoi nous apporter notre café. Néanmoins je ne voudrais abuser de votre temps, vous devez vous reposer, vous avez été blessé ne l’oublions pas…Personnellement j’ai du mal à trouver le sommeil, je suis habitué à de courtes nuits…mais mon rythme ne doit pas vous être imposé.

J’avais du mal à trouver le sommeil…ça c’était sûr, je faisais des cauchemars toutes les nuits, quoi de plus normal pour un militaire ayant souffert d’un stress post-traumatique. Je préférais du coup me plonger dans mes dossiers, m’endormant dessus d’épuisement…

Après m’être relevé de mon tabouret, j’actionnais l’ouverture de la porte puis je revins vers Luke et plaçais ma main de nouveau sur son l’épaule, mon action sur son corps était moins pressante que tout à l’heure, nous n’étions plus pressé…ici nous étions en sécurité. Je le guidais quelques portes plus loin, dans ce que j’appelais « mon bureau ». Il s’agissait tout simplement d’un bureau qui était réservé au médecin adjoint du médecin-chef de cette partie de l’Unité médicale, réservée dans la psychologie et la psychiatrie clinique. On ne pouvait pas dire j’étais vraiment l’adjoint du médecin-chef, j’étais arrivé là comme patient, et j’ai finalement pu apporter mon aide de par le manque cruel d’effectif. On m’avait donc donné ce bureau. Il était totalement dépersonnalisé, il n’y avait que le nécessaire. J’étais maniaque, donc rien ne traînait. L’ambiance n’étais guère plus chaleureuse qu’une salle de consultation. Mais au moins nous serions plus à notre aise.

Le mobilier était simple, un bureau, mon fauteuil, et deux autres pour les visites que je recevais. Des étagères avec des ouvrages de médecine. Il y avait aussi une table holographique me permettant de projeter mes données et de mieux les étudier en 3 dimensions (l’avantage d’être dans le bureau du « médecin adjoint ».

Je guidais Luke jusqu’à un des deux fauteuils pour les visiteurs, et je m’assis sur l’autre prévu à cet effet. Je n’allais pas pousser le vice de prendre place à mon fauteuil, en tant que médecin recevant un patient. Je voulais traiter Luke d’égal à égal. J’actionnais un comlik, demandant au droïde de protocole affecté à notre Unité Médicale de venir nous apporter nos boissons chaudes.

- Voila, ce n’est pas la panacée, mais nous seront mieux que dans la salle d’auscultation. Je suis désolé, je n’ai pas de fauteuil plus confortable, ce bureau n’est qu’une transition pour moi, je ne m’y suis jamais vraiment installé.

La porte s’actionna et un droïde de protocole de couleur or entra. Il nous salua :

- Ho…Docteur Atraïde, je ne savais pas que vous étiez encore ici…et avec un visiteur…je pose tout cela sur le bureau. Ha et vous avez reçu une convocation pour demain. Le médecin-chef voudra vous voir. Et j’ai pris la liberté de convoquer un droïde médical pour votre jambe. Il y a un petit bruit « cliquetis » très désagréable…si je puis me permettre, vous n’avez pas fait la révision de votre prothèse et du coup elle a dû…

Mais quelle piplette ! Je lui coupais la parole un peu vivement :

- Je te remercie ! Tu peux nous laisser…je t’appellerai si nécessaire

Le droïde eut ce qui pouvait s’apparenter à un haussement d’épaule, et sorti du bureau non sans ronchonner qu’il n’était pas apprécié à sa juste valeur, tous des ingrats, etc. Je soupirais de lassitude, puis je m’adressais à Luke :

- Veuillez excuser cette tête de mule…c’est un vrai moulin à parole, mais il s’avère très efficace dans son travail…un peu trop… Sur votre droite, je pose votre tasse, sucrez-vous ?

J’avais préféré indiquer à Luke la tasse sur mon bureau à sa droite plutôt que de la lui donner en main propre, non seulement pour ne pas le brusquer, et puis j’avais noté sa grande autonomie. Inutile de l’infantiliser. Je pris ma propre tasse, je réchauffais mes mains sur la chaleur de la tasse, avant de tremper mes lèvres dans le liquide fumant. Cela faisait du bien…noir, sans sucre…le droïde connaissait mes goûts. J’attendais que Luke se soit familiarisé avec le nouvel environnement avant de reprendre notre passionnante conversation.

- Je vous remercie d'avance pour le temps que vous me consacrerez, ne vous inquiétez pas pour moi, je suivrai votre rythme, et j'espère pouvoir vous apporter quelque chose en retour.

Je remerciais cette rencontre qui promettait d’être des plus intéressantes pour moi, et je l’espérais pour lui également.


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeJeu 24 Jan 2019 - 1:24

- Nous pourrions effectivement faire le test ici et maintenant. Par chance rien n'altère les résultats, ni le fait d'avoir mangé, ni d'avoir pris des médicaments ou, en l’occurrence, d'avoir reçu des soins via la Force.


Luke se laissa entraîner dans les couloirs par son interlocuteur, tout en réprimant un léger bâillement. Il était fatigué en effet, mais sa curiosité était beaucoup trop éveillée, elle.

- Je vous comprends. Sans cette envie de lutter contre la logique, la volonté de la Nature, nous ne serions pas médecin ou guérisseur.- Luke avait beau se résigner quant au rôle de la mort, le cycle de la vie, cela ne l'empêchait pas d'essayer d'allonger l'espérance de gens qui auraient dû rejoindre la Force. Laisser partir ces personnes au nom de la "norme" serait cruel. D'ailleurs, si l'on était puriste, il fallait reconnaître que l'équilibre était de toutes manières rompu par les hommes.- De plus, certaines morts n'étant pas naturelles, sinon provoquées, via des assassinats ou des guerres par exemple, il faut bien essayer d'y remédier.

Ces suicidaires dont avait parlé Balian n'avaient, de base, aucune maladie mentale qui perturbait la chimie de leur cerveau. C'était la volonté de l'homme qui les menaient au bord du gouffre, ce devait donc la main de l'un d'eux qui devait essayer d’arrêter leur tentative de rejoindre beaucoup trop tôt une Force qui n'avait pas prévu de les rappeler.

- Je suis également habitué aux nuits écourtées, ne vous inquiétez pas. Quant au fait de ne pas savoir recevoir -ce qui est d'ailleurs faux vous concernant.- c'est le signe d'heures dédiées à la connaissance plutôt qu'à la création de liens sociaux parfois futiles ou hypocrites. - Luke eut un sourire amusé, il était vraiment curieux que ces deux renfermés se retrouvent, à l'aise en plus de ça, à discuter. Dans d'autres circonstances, jamais ils ne se seraient parlés, l'un enfermé dans son bureau, l'autre dans son Temple. Était-ce une volonté de la Force? Plus pragmatique, le Jedi optait pour du hasard. Il n'aimait pas prêter à son Accompagnatrice trop de choix, ce serait trop facile à dériver. On pouvait en venir à prétendre tuer quelqu'un en son nom, sur sa demande par exemple.

Le bureau de Balian lui plut immédiatement. Pas de fioritures, un bureau encadré par un sol propre et net sur lequel Luke pouvait se promener sans craindre une chute. L'endroit sentait le travail sérieux plus que le transitoire de l'avis du Hapien qui s'assit sur une chaise semblable à celle disponible dans la petite salle attenante du Temple où il avait souvent travaillé.

- C'est l'interlocuteur plus que ses possessions qui transmet le confort.

Philosopha le Jedi, adepte de l'austérité depuis toujours et comme le préconisait d'ailleurs l'Ordre. Sans aller jusqu'à favoriser une pauvreté aussi exagérée qu'hypocrite, le Chevalier appréciait les choses simples, son handicap n'avait fait qu'accentuer cette tendance, naturelle ou inculquée, impossible à savoir. Il aima également la bonne idée du docteur de ne pas lui remettre directement la tasse entre les mains. Peu habitué à ce contact soudain, il aurait eu beaucoup plus de chance de laisser chuter l'objet, sans compter l'éducation de Saï Don qui l'avait toujours valorisé en tant qu'individu plus qu'handicapé. C'est donc doucement mais sûrement que le Consulaire fouilla le bureau, d'une main légère afin de ne rien renverser.

- Sans sucre, merci.

La tasse repérée, il veilla à toujours la frôler, que ce soit avec son coude, le poignet ou un doigt, tandis que l'autre paume partait à la chasse du pichet de lait. La tasse enserrée, d'un geste vif et précis, Luke la remplit aux trois quarts de lait. Il préférait à l'amertume, la douceur d'un café noyé dans ce breuvage délicat. Sans sucre -L'infirmière en chef du Temple prétexterait, la mauvaise langue, que c'était en raison de ses manies toujours plus prononcées pour l'alimentation.- pour sauvegarder la nature de ce dernier, le Jedi trempa ses lèvres, copiant entre deux gorgées et sans le savoir, son collègue en aposant ses mains refroidies sur la porcelaine.

Un droïde les interrompit sans que Luke n'en prenne ombrage, justement surpris que Balian se disant si peu habitué à recevoir respecte les moeurs de bienséance à ce point. D'un geste de la main qui pouvait surprendre de la part d'un aveugle, il chassa l'importune coupure, balayant l'espace. Signe discret qu'un jour, ses yeux avaient contemplé la lumière et qu'il continuait de conserver quelques réflexes de voyant.

- Bien sûr, l'expérience en soi est intéressante, et n'en doutez pas, je placerai bien quelques questions concernant des diagnostics ou des soins que j'ignore. Ils sont fort nombreux d'ailleurs!- En tant qu'éternel apprenti en médecine, Luke songeait que Balian ne s'offusquerait pas de faire office de cobaye. Pas de ça entre eux.- Puisque nous sommes au bon endroit, allons-y pour la prise de sang.

Après avoir discuté un peu et achevé son café, le jeune homme se désinfecta les mains grâce à une lotion qu'il avait toujours dans sa ceinture utilitaire. Après avoir servi pour les plaies de Monsieur Atraïde et désormais la prise de sang, elle était quasiment vide. Une fois le matériel sorti par les bons soins de ce cher docteur, Luke procéda au test, loin d'être invasif par ailleurs. Pour l'intérêt de la science, il piqua également son doigt et étiqueta soigneusement les échantillons même s'ils allaient les "déballer" de suite.

Une fois que Balian confirma avoir l'oeil rivé sur un microscope ou un écran permettant d’agrandir de minuscules particules -on se demande bien pourquoi tous ces objets de haute technologie étaient complètement étrangers à Luke.- le jeune Jedi se fit lire les résultats puis commenta. Dans son propre échantillon, une myriade de Midichloriens -qu'il avait décrit à l'homme de mémoire et sur un ton plus morne -parce que le concept de description lui échappait justement, et qu'il récitait par coeur.- afin que ce dernier les reconnaissent. Le sien, d'exemple, n'était pas le meilleur puisque même pour un Jedi, Luke avait un taux vraiment très élevé de ces petites cellules -détail qu'il expliqua sobrement afin que Balian n'ait pas l'idée de faire une comparaison et ne se décourage.-, presque à l'étroit dans ses veines. Ils étaient la raison de cette Force intense, lumineuse, qui virevoltait dans son organisme mais aussi d'une étrange allergie au côté Obscur. Selon un membre du MedCorps, la Noirceur octroyant plus de puissance, surtout immédiate, son lien déjà très important se décuplerait, fait insupportable pour son pauvre corps de mortel. Ce dernier se déchirerait, se consumerait comme celui des Siths mais à une vitesse incroyable. Il ne tiendrait pas deux jours, ce qui expliquait que la moindre colère le faisait se sentir malade. On ne pouvait pas tout avoir dans la vie.

Beaucoup plus tranquilles, les Midichloriens de Balian se promenaient à leur aise dans son sang. Il en avait tout juste pour être Sensible.

- Un pour cent de moins à quelque chose près, et vous n'auriez pas senti la Force je pense. Vous atteignez tout juste le pourcentage minimal. Ceci dit, ça ne nous empêchera pas de faire de beaux progrès, surtout en ce qui concerne une ébauche ou une confirmation de diagnostique. Ce n'est pas beaucoup plus compliqué, en principe, que de savoir si la personne en face de vous est Sensible ou non à la Force. Une chose que vous faites certainement de manière naturelle. Dites-vous bien que le principe de base est le même. Nous commencerons donc par découper cette action en plusieurs micro-étapes pour y réfléchir et saisir ce qui se passe, afin de le reproduire pour le diagnostique. Pour faire simple, vous versez un peu de votre rivière dans l'esprit, voir le corps de l'autre. Votre sensibilité relative fait que vous ne créez pas une inondation même sans vous retenir. Votre présence n'est donc pas agressive, mais entre Jedis c'est différent. On pourrait comparer l'exploration via la Force à celle que vous faites de l'environnement avec vos yeux et vos mains. On ne touche pas aux objets d'autrui sans sa permission, pas vrai? Pareil avec la Force. Il y a tout un code de politesse qui demande un auto-contrôle excellent, tant pour maîtriser le processus que pour le comprendre.

Balian ne dérangeait pas en se baladant sur le fil de la Force mais le Jedi pressentait qu'en s'améliorant il pourrait être à la limite de le faire, et puis il ne comptait pas lui enseigner les choses à moitié. Si le docteur devait apprendre à user de la Force, il le ferait avec les principes qui entouraient chacun des appels, parcimonieux et respectueux envers Elle. Envers les autres.

- Cette discipline vous apprendra à maîtriser le flux de votre rivière, à la façon d'une digue. Il suffit de me dire quand vous souhaiteriez vous y mettre.

Le Jedi attendit patiemment une réponse. Positive espérait-il mais sait-on jamais. Son discours pourrait-il faire fuir le Mirialan?

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeJeu 24 Jan 2019 - 18:45

Le fait que Luke trouve notre collaboration intéressante me rassura. Nous nous entraiderons donc mutuellement. Cela me plaisait, et jouer les cobayes ne me dérangeais pas, du moins pas avec lui, je me sentais en confiance, il m’avait déjà prouvé de ce dont il était capable.

La prise de sang ne fut qu’une formalité, en un rien de temps je comparais les résultats d’abord avec un microscope électronique qui me permis d’enregistrer les donnes et de la retranscrire sur la table de projection holographique. C’était magnifique, toutes ces petites créatures vivantes qui à l’état cellulaire, étaient présentes dans tous les organismes vivants à travers la galaxie.
Luke m’expliqua la signification de nos deux tests sanguins une fois que je lui ai décris ce que je voyais. Dans son sang ces petites créatures affluaient en grand nombre, chez moi, au contraire, ils étaient beaucoup moins nombreux.


Piqûre de rappel...[ft. Luke] Midich10

Ainsi donc mon taux de Midichloriens était tout juste à la limite. Je me promis de m’intéresser de plus prêt à ces petits symbiotes avec lesquels nous entretenons une étroite vie commune. Mon ignorance me faisait presque honte dans ce que me racontait Luke. Moi, un médecin diagnosticien, n’avait jamais pris la peine d’étudier les Midichloriens…pourtant ces micro-organismes étaient partout ! J’imagine que j’avais rattaché cela à la Force et aux Jedis et donc balayé tout ceci de ma vie, du moins jusque maintenant.

J’étais heureux de constater que j’allais pouvoir améliorer mes capacités de diagnostic, pour un ancien diagnosticien…c’était non négligeable. Je ne pus m’empêcher d’e songer, un peu amère, a ce qu’aurait été ma vie si j’avais rencontré Luke, ou un Jedi aussi ouvert d’esprit que lui, il y a quelques années. Ma vie aurait-elle été différente ? Peut-être que si on m’avait proposé une telle possibilité je n’aurais pas sombré dans la drogue ? Alors ma vie aurait-elle été différente…Mon mariage aurait tenu le coup, ma renommée aussi…des enfants peut-être ? Les enfants. Avec mon ex-femme nous en voulions…Je chassais mes idées sombre, j’avais récolté ce que j’avais semé. J’en étais conscient…

Les explications de Luke sur le fonctionnement de l’utilisation de la Force me laissèrent dubitatif. Autant j’avais compris qu’il ne fallait utiliser la Force sur quelqu’un contre son gré, ou hors d’un champ d’action tel que le diagnostic médical. Comme il le disait si bien on ne touchait pas les objets de quelqu’un sans lui demander. Je demandais systématiquement à un patient de me dire si je lui faisais mal, si j’étais trop invasif, de me signaler toute gêne que je pourrai lui cause. Cela me paraissait d’une logique implacable. Ainsi, tout comme il y avait une éthique de la médecine je comprenais qu’il y avait aussi une éthique de l’utilisation de la Force.

Mais le fonctionnement…sur comment guider la Force à faire ce que je lui demandais…heu…pas sûr que j’ai bien compris. Comme Luke l’avais justement signalé, je détectais chez un être s’il était sensible ou non à la Force. Mais je le faisais naturellement, sans vraiment m’en rendre compte. Il fallait donc que je comprenne comment je m’y prenais pour décortiquer mon action et être en mesure de la reproduire sur le diagnostic.

Les dernières paroles de Luke me ramenèrent à la réalité…quand s’y mettre ? Excellent question…j’aurai eu tendance à dire « immédiatement »…ca c’est la curiosité scientifique, mais aussi, et il faut bien l’avouer, une sorte d’impatience, tel un enfant à qui on offre un nouveau jouet et qu’il veut le déballer-là-de-suite-maintenant-pas-grave-si-c’est-pas-le-moment. Aussi je me raisonnais :

- Je pense que nous pourrions nous revoir d’ici quelques jours. Le temps que nous nous remettions tous les deux nos blessures, et pour moi de digérer ce que vous venez déjà de m’apprendre.

Je saisi mon datapad :

- Je n’ai de rendez-vous en auscultation que les matins…Comment êtres vous disponible ? Nous pouvons nous retrouver ici même, dans mon bureau. Nous ne serons pas dérangés…



________________________

Quelques jours plus tard



J’avais tout prévu, j’attendais le retour de Luke, j’avais envoyé le droïde à l’entrée de l’Unité Médicale du Centre Militaire. C’est que on n’y entrait pas non plus comme dans un moulin. Quoiqu’un Jedi qui demande le Docteur Atraïde, on m’aurait contacté et on l’aurait laissé passer, mais le droïde pouvait nous épargner ce genre de soucis, et il ferait un bon guide pour Luke.
Le café était prêt, ce n’était pas ma première tasse…je carburait au café, à défaut d’autre chose. J’avais essayé de me concentrer…pour sentir la Force…mais c’était peine perdue…sans l’aide de Luke j’avais plus l’air d’un bel imbécile qui essayais de sentir l’intérieur de son propre corps en le cartographiant…cherchant à sentir « la rivière » et le « flux de la Force » …un peu comme si je sentais mon sang couler dans mes veines…

Dis comme cela…hors contexte…je passe pour un illuminé.

J’entendais la canne de Luke dans le couloir…j’essayais de comprendre comment je ressentais qu’il était sensible à la Force…pareil…je ne pigeais rien… bon sang...ca n’allait pas être facile…

La porte s’ouvrit, je me levais, et posais ma main sur l’épaule de Luke en guise de salut. D’un geste je fit signe au droïde de partir, et d’un autre geste (vous devinerez lequel) je fis comprendre au droïde de partir, sans aucun commentaire.

- Bonjour cher collègue, je suis ravi de vous revoir. Comment vous portez-vous ? Je vous en prie asseyez-vous. Si vous le souhaitez, un café vous attends au même endroit que la dernière fois.

Je pris place en face de lui. J’étais vraiment heureux de le revoir, et j’avais hâte de suivre ma première leçon. J’avisais sa plaie sur son arcade sourcilière, la cicatrice était magnifique…elle disparaîtrait sans aucun doute.





Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeLun 28 Jan 2019 - 12:08

Un petit sourire bordant ses lèvres, Luke laissa Balian s'extasier sur les micro-organismes qui payaient le loyer de leur corps si généreusement. Ce sujet gommait appréhensions et timidités, au comble du bonheur, il jubilait malgré son attitude calme qui laissait plutôt transparaître une attitude de professeur serein. Ce fut sur cette joie dansante, presque indécente au sein de la Force que l'heure de l'au revoir sonna. Le Chevalier réfléchit un bon moment avant de donner une heure. Il faudrait se presser un peu, mais il avait ses techniques et le lendemain étant un jour de repos -si rare.- un allongement de l'après-midi ne causerait pas de problème.

- Au revoir. Bonne soirée.

***
Quelques jours s'étaient écoulés, sans que Luke ne puisse réellement penser au rendez-vous. Il avait travaillé doublement afin de se dégager ce trou sans prendre de retard, une chose dont il avait profondément horreur, au point que ça le mette de mauvaise humeur. Laisser des dossiers traîner pour plus tard lui semblait invraisemblable, et surtout il aimerait se reposer en rentrant, savourer la sensation de pousser la porte en se disant que tout était fini. Même s'il s’assiérait certainement pour prendre encore plus d'avance. On ne se refaisait pas!

Le jour venu, Luke quitta le Temple, à une heure très juste puisque prisonnier d'un cours pour débutants. Par chance, sa fidèle canne l'aiderait à passer le trafic, surtout celui de piétons. Habillé en civil pour éviter d'attirer trop l'attention, le Jedi se fraya un chemin assez facilement jusqu'à une petite navette. Les enfants encore bien éduqués -ça arrivait y compris à cette époque.- lui cédaient le passage avec une telle emphase qu'il pouvait sentir le courant d'air produit par leurs bonds sur le côté. Le chauffeur daigna aussi couper son moteur alors qu'il s'apprêtait à partir pour le laisser entrer, à l'avant, sur le siège le plus large. Ceux qui pleuraient leur handicap était des imbéciles! Gracieusement arrêté juste devant la bâtisse militaire malgré l'absence de station -c'était sur le chemin de la navette.- le Hapien s'engouffra dedans après de chauds remerciements. Il hésita mais vu le monde qui déboulait de toute part, décida de conserver sa canne, par réelle nécessité cette fois. S'il se dirigeait bien dans des lieux relativement connus comme le Temple, ses pouvoirs avaient leur propre limite. N'étant pas Miraluka, il peinait dans les zones où les gens affluaient, surtout comme maintenant, sans logique apparente. Peut-être était-ce l'heure de sortie? Luke n'avait jamais saisi le principe, habitué à demeurer dans le Temple et surtout travailler sans discontinuer. Les Jedis se stoppaient d'eux-même lorsque la fatigue se faisait sentir, bien souvent tard dans la soirée, soutenus qu'ils étaient par leur amour pour leur travail ainsi que de longues années d'entraînement. Les loisirs de civils, les weekend et la terreur des lundis restaient donc des concepts très flous pour lui.

Guidé par une secrétaire ainsi qu'une mémoire excellente, le Consulaire finit par trouver le chemin. Il était un peu essoufflé mais à l'heure.

- Bonjour, je vais bien merci et votre côte? En voie de guérison j'espère! Quand au café, je dois avouer qu'il me fera du bien.

Amusé par ce détail, reconnaissant aussi, lorsqu'ils arrivèrent à destination, Luke trouva rapidement la chaise en calculant inconsciemment la provenance de la voix de Balian pour se diriger en face. Le recoin de la table ne put s'empêcher de caresser un peu trop tendrement sa côte mais Luke habitué à ce petites douleurs surprenantes, irritantes n'en pris guère ombrage. Il s'installa, replia sa canne et la rangea dans son sac. Le docteur allait peut-être trouver ça étrange: un Chevalier Jedi équipé comme n'importe quel aveugle lambda, mais le concerné n'avait aucune honte. Il aurait été ironique que l'image qu'il renvoie le préoccupe d'ailleurs- bien que ce soit le cas sur un certain sujet.- et une éventuelle question serait une chance de commencer l'enseignement de la Force à Balian. Si la Force connaissait relativement peu de limites- dont la plus criante était de ne pouvoir intervenir elle seul, puisqu'elle nécessitait un hôte pour se faire.- le corps, le cerveau d'un pauvre homme si.

- Vous sentez ma présence, n'est-ce pas?- Commença Luke sans ambages. Sous ses airs doux, poli de premier de la classe, c'était un professeur aussi exigeant qu'attentif. Il détestait perdre son temps, jugeant celui de l'élève peut-être encore plus précieux que le sien. - Mais la sentez-vous fluctuer quand je bouge? Lorsque je me suis cogné à cette table, ou si je l'appelle?

Le Chevalier s'exécuta, une cuillère qu'il avait repéré juste avant vola jusqu'à lui. Il s'en saisit, la plongea dans le liquide éclaircie par le lait et se mit à le touiller. Il s'était documenté et avait jugé que Balian ne pourrait probablement pas en venir à utiliser la télékinésie, y compris pour s'octroyer le luxe de la paresse en invitant un objet à se loger dans sa main. Pour autant, il restait ouvert à toutes les possibilités, savourant les futures possibilités, et notes qui en découleraient. Pour l'instant, Luke voulait se centrer sur la capacité du docteur Atraïde à ressentir les Auras, savoir s'il pouvait deviner de subtils changements. Ce serait forcément souhaitable pour se promener dans le corps d'un patient sans le toucher.

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeMer 30 Jan 2019 - 11:02

Lorsque Luke entra dans mon bureau, je notais sa ponctualité, j’aimais cela. Ce jeune homme était rigoureux, comme moi, cela nous faisait un bon nombre de points communs. Décidément…
Il était un peu essoufflé, avait-il couru ? Je ne lui en aurais pas voulu s’il avait eu quelques minutes de retard, cela m’arrivait à moi-même. Ce qui me retardait souvent, c’étaient mes patients…je trépignais souvent quand ils étaient en retard…c’était pénible. Ca ainsi ils me retardaient pour les patients suivant et c'est ainsi que je pouvais avoir prêt d'une heure de retard dans mes consultations. Heureusement je n'en n'avais pas beaucoup, les cas psychologiques demandaient tant de temps que je ne voyais plus que deux ou trois patients en une matinée.Je tenais à bien les cerner et ne pas renvoyer au combat quelqu'un qui risquait de craquer sur le champs de bataille.

Enfin…c’était ainsi.

Luke allait bien, et me retourna ma question, à laquelle je répondis poliment :

- Ca va, je vous remercie…je sens encore une petite douleur, mais c’est tout à fait supportable, ce n’est plus lancinant.

Je m'assis, observant le jeune Hapien. J'avais potassé tout ce que j'avais pu sur les Midichloriens. Ils étaient fascinants, et encore j'étais loin d'avoir tout lu, mais ce que j'avais appris à leur sujet me ravissait. Oui je m’extasie devant des montagnes de lectures. Dès que j'avais un moment je prenais mon datapad et je lisais ce que j'avais mis de côté. Les recherches sur les Midichloriens étaient cependant limitées, et cela m'attristait. A moins que je n'ai pas encore trouvé un autre type de sources. Les archives Jedis peut-être?

Tout à mes réflexions, je saisis mon café et bus une gorgée...bon sang ce que cela faisait du bien. Je n'avais pas eu une minute à moi depuis ce matin,et je carburais toute la journée au café. Mais celui-ci me faisait plus de bien que ceux que j'avais pu ingurgiter plus tôt dans la journée. J'étais assis auprès d'un confère Jedi, et j'allais apprendre. Quoi de plus stimulant pour moi. Ce café avait vraiment une saveur spéciale.

Luke s’installa, non sans s’être légèrement cogné, j’avisais sa canne d’aveugle. J’étais…surpris de le voir ainsi vêtu, et avec une allure…en somme…pas commune mais qui se fondait dans la masse. En le croisant dans la rue, qui pourrait détecter qu’il s’agissait d’un jedi ? En dehors de la Force, rien ne pouvait le révéler. Je songeais soudainement au « fameux » sabre Jedi…je n’avais pas vu Luke porter le sien…surement le dissimulait-il. Mon père me disait toujours que les Jedi ne se séparaient jamais de leur sabre.

Luke ne perdit pas de temps en commença la leçon. Si je ressentais sa présence ? Bien sûr…Je sentais lorsque quelqu’un proche de moi était sensible à la Force…comme si quelque chose enveloppait le jeune Jedi. Quand je le vis faire démonstration de ses facultés j’écarquillais les yeux. La cuillère s’envola pour arriver dans la main de Luke. Si j’avais été un petit garçon j’aurais probablement crié : « trop coool ! » mais il y a bien longtemps que je n’en étais plus un…néanmoins j’avais clairement trouvé ça « trop cool ». J’essayais de mon concentrer. De comprendre ce que je ressentais, j’avais ressenti en effet les mouvements de Luke, la cuillère, mais…je ne comprenais pas comment je faisais. Luke avait expliqué, à notre première rencontre, que je faisais cela naturellement. Ha oui…c’était tellement naturel que je n’étais pas foutu de décrypter la chose.

Je répondis doucement :

- Je…je perçois effectivement quelque chose, je ne sais pas comment, mais je vois des « défauts » si je puis dire ainsi… dans le flux d’énergie…effectivement quand vous vous êtes cognés il y a eu comme un signal…

Je soupirais, je n’étais pas très bon pour décrire ce que je ressentais, ce n’étais pas comme si c’étais quelque chose que je voyais avec mes yeux, c’était plus comme un ressenti. Quand je voyais quelque chose, surtout une plaie, ou un hématome ou un œdème, c’était facile à décrire. Mais là, je percevais, je ne voyais pas…Et je n’ai jamais été doué pour tout ce que je pouvais éprouver, j’avais tendance à occulter tout ceci afin de ne pas être distrait dans mon travail. Là, j’allais devoir apprendre à … « relâcher » … Moi qui voulais absolument tout contrôler de moi, par peur de mon passé et de sombrer à nouveau…

Luke allait avoir du travail avec moi, et je ne tenais pas à le décevoir. J’espérai vraiment qu’il ne se trompais pas à mon sujet…je secouais la tête…les Midichloriens étaient là…c’était à moi à bien suivre les conseils du Jedi !

HRP:
 


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeJeu 31 Jan 2019 - 9:52

[hj: Idem, je trouve ça bof :/ Je ne sais pas si je m'explique bien, mais n'étant pas Jedi, j'ai improvisé hein!]

Sa concentration, ce flux timide qui voyageait vers lui mais revenait à son propriétaire trop tôt, avant d'avoir tout exploré. Et ces informations qui se glissaient dans le cerveau de Balian sans être étudiées. Luke percevait les moindres tentatives mentales en relation avec la Force du médecin.

- Y-a-t-il un signe avant coureur que quelqu'un abritant la Force est proche? Je veux dire, par exemple lorsque je suis arrivé?

Le jeune homme essayait de démêler les limites naturelles et dues à l'ignorance, d'où ses questions aussi nombreuses que précises. Au moins, sa propre présence, très forte comparé à la majorité de ses confrères devrait être un atout. Loin d'être un petit ruisselet qui filait sous les feuilles d'automne discrètement, son aura s'apparentait à un bras de mer sage, lent mais puissant. Ayant remarqué que le médecin semblait réagir lorsqu'il utilisait la Force de manière active, le Chevalier invita encore une fois la cuillère à quitter la table sans nappe.

- Essayez de pousser l'exploration plus loin, pour en revenir à la métaphore de l'eau, la Force est composée de courants. Vous êtes le lit d'au moins l'un d'entre eux, une rivière. Comme vous le savez, ces flux d'eau voyagent, migrent selon un cours précis, variable en ce qui concerne la vitesse, la puissance, mais jamais le sens. Votre corps est la source de la rivière, n'importe qui cherchant à suivre un cours d'eau cherche d'abord à identifier le point de départ. Concentrez-vous pour bien le repérer en vous, sentir votre sang, vos midichloriens amasser le flux. Une fois la source trouvée, il ne reste qu'à suivre le chemin, il y a parfois des obstacles, des branches: d'autres Jedis, d'autres sensibles, ils sont plus ou moins forts, actifs ou passifs. Dans mon cas, pour vous, je suis passif, car je ne cherche pas à altérer votre rivière. Naturellement donc, en partant du bon point, vous devriez la sentir se fondre dans la mienne, de rivière.

Luke était très sérieux se disant, incapable d'identifier la double signification de ses mots, cette sensualité sous-jacente à laquelle faisait parfois référence Karm. Il était pourtant vrai que l'osmose entre un Jedi et la Force avait quelque chose de tendre, beau, séducteur, presque érotique selon certaines interprétations. Pour l'instant, le Hapien essayait surtout de se débrouiller pour que Balian saisisse ses mots. Cette leçon aussi tardive qu'accélérée normalement reçue sur des mois par de très jeunes enfants et plus sensibles était essentielle.

- Donc, n'essayez pas de d'abord sentir ce qui se passe autour de vous, sinon à l'intérieur, suivez ensuite le cours. Une fois que vous comprendrez comment il coule, sa vitesse de croisière et sa force, il est possible de le faire dériver, de lui creuser un autre lit pour le guider sur une cible voulue. Mais ce sera pour plus tard. Pour le moment, je vais, moi, modifier la direction de mon flux, sans jamais cependant contrarier le sens naturel, on commence toujours par l'amont.

S'ils avaient été deux explorateurs nocturnes, la lampe d'abord maintenue contre le coeur du Jedi aurait doucement quitté son organe pour s'étendre au-devant d'un chemin qu'ils se forgeaient dans une végétation dense. La Force versa dans rigole que le jeune homme créait, se dirigeant en un éclat joyeux mais calme vers cette autre rivière, inconnue et frêle: L'esprit de Balian, la source donc de ses pouvoirs latents. Luke entoura ce dernier comme des douves lécheraient les flancs de leur château, perceptibles mais sans les atteindre non plus. Il ne serait plus qu'au médecin à entamer le lambeau de terre qui les séparaient mentalement. Une ou deux pelletées mentales afin que le ruisselet et le fleuve ne s'épousent, mêlant leurs eaux. Avec Karm, cet acte était si naturel qu'eux même finissaient par peiner à savoir quelle onde appartenait à qui. Ils formaient un indissociable cours d'eau dont les paramètres s'adaptaient à leur voisin. Même température, même PH, même teneur en sel. Ceux du Mirialan et de Luke étaient en revanche très distincts, un point positif pour permettre au premier de noter, différencier l'évolution de leurs auras.

- Si vous comprenez comment venir à moi, à moins de deux pas, et que vous savez comment vous avez réalisé cela, vous aurez saisi le principe.

Acheva le jeune homme, qui, volontairement avait intégré un acte par si naturel dans l'utilisation de la Force. Au lieu d'être seulement passif, Balian devait chercher à rencontrer ce courant qui voyageait près du sien, à lui rendre visite. Ainsi, il pourrait peut-être mieux comprendre, par comparaison, la manière dont la Force voyageait depuis le coeur de ses cellules jusqu'aux autres, attirée tel un aimant vers ses semblables. Pour ne pas le distraire davantage avec un autre courant perceptible, Luke laissa retomber la cuillère. Il amassa la Force, la collectant en son sein pour la projeter doucement dans ce cercle qui se promenait gentiment autour de l'esprit du médecin et renforcer ainsi sa présence. Comme une lumière dans l'obscurité relative, tranquille d'un océan de Force endormi, sage et doux.

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeVen 1 Fév 2019 - 20:36

HRP:
 

Un signe avant coureur… ? Je réfléchissais…oui…

- Oui, il y a comme une sensation familière…comme une attraction

Les explications de Luke étaient, en soi, assez claires, et simple à comprendre…mais leur application, voilà le problème que j’avais. Tout cela me dépassait totalement, j’avais toujours eu besoin de concret, de pouvoir toucher, de mettre les mains dedans si je puis dire. Quand je faisais une intervention chirurgicale, je touchais le patient, je touchais ses veines, ses artères, ses organes, je voyais le problème et je le réparais. La chirurgie cardiaque était très concrète pour moi. Le corps était malade, on le remplaçait, ou on le soignait dans certains cas. Une artère bouchée, j’intervenais directement sur le problème.

Mais là…c’était de l’ordre du psyché…je ne voyais pas la Force, je ne pouvais pas la toucher, et pourtant je savais qu’elle était là puisque je la sentais…et donc…je devrais être en mesure de faire comme en chirurgie. La métaphore de l’eau me parlait bien…mais je ne voyais pas cette « eau » … bon sang ça allait être plus dur que je ne l’aurai cru…néanmoins je n’étais pas homme à baisser les bras, abandonner ou autre. Mon acharnement au travail n’avait d’ailleurs pas toujours été bien vu. J’étais opiniâtre et je ne lâchais rien, ne cédant jamais devant la difficulté. Alors je devais réussir cet exercice pour progresser.

J’avisais Luke…il avait à nouveau fait voler la cuillère, j’avais senti son action sur la Force. Mais là il me demandait de « venir à lui » en quelque sorte. Que nos deux flux se mêlent. Une autre image vint à moi, celle de mon père. Il était le « sayyid » de notre clan…il était notre patriarche, et notre guide spirituel. La Force il en parlait presque comme d’une entité divine avec une volonté propre…s’il me voyait. Il avait été quelque peu attristé qu’aucun membre de notre clan ne développe une sensibilité suffisante pour être un Jedi. J’avais déçu mon père à bien des égards, je m’étais détourné de lui, et de mon clan, les voyant comme des attardé primitifs…je pouvais bien faire cela, pour moi certes, pour m’aider dans mon exercice de la médecine…mais aussi pour mon père, pour ma famille là bas…sur Miriala.

Quand faut y aller…

- Très bien…allons-y…

Je fermais alors les yeux…imitant mon père quand il méditait. J’avais toujours trouvé cela « débile » cette manie de fermer les yeux…et pourtant, difficile de se concentrer quand nos yeux sont grands ouverts avec tant de distractions potentielles autour de nous. Maintenant je comprenais pourquoi il faisait cela. Ma respiration se faisait plus calme. J’essayais de trouver cette source don Luke parlait…les Midichloriens…c’est concret bon sang Balian ! Tu les as vu…concentre-toi !

Luke avait eu la délicate attention de faire « s’écouler » le flux de la Force qui courait en lui tout autour de moi, le rendant, de ce fait, facile à détecter, m’évitant de m’éparpiller, je détectais que la cuillère n’était plus en suspension, comme si une prise s’était relâchée autour de ladite cuillère. Je devais tenter de voyager vers l’énergie qui circulait autour de moi, et qui venait directement de Luke…telle la lumière d’un phare guidant les voyageurs dans l’obscurité.

J’essayais de transposer l’exercice en quelque chose qui m’était familier… Les Midichloriens galopaient en moi, dans mon sang…le sang je connaissais…le sang qui afflux dans les veines et les artères, un véritable réseau dans le corps des êtres vivants. Je me focalisais sur mon intérieur…à la fois mon « moi », et cette carte que constituait chaque veine, chaque nerfs, chaque organe par lesquels passaient ces petits symbiotes qui permettait mon accès à la Force. Je pris soudainement conscience de ce que Luke voulait dire…une flux constant qui s’écoule en permanence…en moi…c’était lent, irregulier…tortueux…indiscipliné presque…mais c’était là…je sentais cette « nouveauté » s’échapper de moi…glisser doucement, comme attirée par cette énergie débordante qui affluait tout autour de moi, créant un véritable rempart pour ne pas me distraire. La Force était concrête…je le voyais maintenant. A moi de prendre le contrôle de « réparer » ce qui n’allait pas dans ce flux…apporter de l’ordre à la source et guider ce ruisseau vers le fleuve créé par Luke. Je devais franchir l’obstacle qui séparait Luke de moi…

Encore une fois, je ramenais la chose à ce que je maîtrisais…c’était comme une sténose de l’artère carotide. C’est-à-dire un rétrécissement des artères carotides qui est habituellement causé par l'athérosclérose, c'est-à-dire par une accumulation de la plaque d'athérome sur la paroi interne des artères….

Abrège Balian, c’est pas un cours de médecine que tu nous fais !...

Reprenons… quand la plaque d'athérome se fragmente et forme des éléments appelés emboles qui migrent vers le cerveau, la circulation sanguine ne peut plus irriguer toutes les zones du cerveau, et un accident vasculaire cérébral s'ensuit…

Bravo… belle tentative de synthèse…où est le rapport Balian avec l’exercice que tu dois faire ?

Il faut déboucher l’artère…rétablir le flux sanguin, permettre l’écoulement vers les autres organes. Je sais faire cela…j’en avais des centaines dejà…En rétablissant le flux, je rejoindrais Luke…Oui…il suffit de faire une angioplastie pratiquée pour mettre en place une endoprothèse, et permettre la dilatation de l’artère rétrécie…voila…c’est bon…le sang s’écoule, et…

…c’était chaud…doux…drôle de sensation…avais-je rejoins Luke ? Je le croyais bien…mais était-ce bien cela ?


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeDim 3 Fév 2019 - 18:48

Pareil à la marée montante qui lèche les flancs de la première montagne à portée d'écume, l'aura de Luke frôla les particules de Balian qui progressaient par accoup. Où était-il, lui, la pierre parvenue à s'arracher de son socle, impatient de rencontrer, d'encourager l'aura de Balian? Toujours est-il que le ruisseau en plein apprentissage de ce que signifiait être un courant, volant et vif s'écoulait finalement dans son propre flot. Le mélange était bien plus prudent que lorsque le jeune homme s’exécutait avec Karm. Et si l'on comparait l'union de deux Auras à un acte sensuel, celui-ci n'avait de connotation que la description métaphorique pour le décrire. Dans la pratique, les deux ondes courraient gentiment, posément l'une à côté de l'autre sans vraiment chercher à ce que leurs éclats, leurs écumes, jusqu'à leurs gouttes se perdent dans le corps liquide de son voisin. Luke, davantage formé maintenait soigneusement une certaine distance réclamée par la courtoisie Jedi particulière, implicitement codifiée sans que jamais personne n'eut à la coucher sur le papier, l'emprisonnant entre des mots outrageusement terre-à-terre, fades pour décrypter cet acte qui frôlait la magie. Après avoir accompagné Balian, le jeune homme commença à s'éloigner, il rompit le contact, non sans laisser une trace invisible, chaude et douce de son passage, ultime encouragement. Alors que certains Sensibles vivaient une première expérience traumatisante d'une plongée involontaire au sein de la Force -lors d'un énorme coup de stress, ou suite à une Horreur impossible à ignorer comme la Mort en personne.- Luke avait souhaité offrir cette chance d'aborder tout en beauté ce Monde intérieur. Il espérait ainsi lui donner le désir de continuer, la curiosité sans l'avidité, la prudence, la retenue sans la peur.

- Je ne pensais sincèrement pas que vous franchiriez la barrière de la passivité pour en venir, dès aujourd'hui, à en appeler activement à la Force. Je vous félicite.

Luke offrit un sourire sincère à son élève. Il avait été authentiquement étonné par le progrès de ce dernier, une base jetée en pâture à de futures réussites dont Luke doutait de moins en moins. Elles seraient limitées mais ça, autant le Mirialan que Luke le savaient, ce qui n'empêchait pas de viser l'optimisation. Le véritable art: remplir un petit verre au plein de sa capacité, au lieu de le faire à moitié avec un énorme récipient dont on gâchait une partie.

- De la même manière que vous m'avez rejoint, vous pourrez inciter la Force à verser dans un corps ou plus complexe, dans l'esprit de vos interlocuteurs. C'est en soi plus difficile malgré les apparences, car bien qu'incapables de vous opposer une résistance, les Non-Sensibles sont aussi incapables de vous guider jusqu'à eux. C'est un peu comme si vous avanciez... hum, en aveugle. Mais vous apprendrez à avancer, à tâtonner pour rencontrer ce point d'arrivée invisible.

Naturellement, Luke inculquerait également à son élève les implicites règles de politesse concernant le viol mental de corps ou d'esprit, parfois doux, imperceptibles, pourtant considérés comme des autres graves dans le monde des Jedis. Personne n'en parlait, personne n'avait érigé de charte ou de constitution à propos de la liberté de disposition des esprits, mais les Maîtres finissaient toujours par injecter cette notion à leurs apprentis. Le Mirialan apprendrait à ne pas visiter des veines ou des cerveaux par pur plaisir ou facilité. Il devrait affronter la plupart des comportements désagréables, incompréhensibles, parfois ridicules avec sa voix, ses gestes, sur le même terrain que leur imbécile d'interlocuteur. Résister au désir de tout régler sur celui de la Force que l'autre ne percevait pas était aussi tentant que lâche. Heureusement, Balian paraissait avoir une nature respectueuse, et surtout il ne disposait pas d'assez de connexion pour faire grand mal, même s'il prenait une mauvaise voie. C'était probablement une des raisons inconscientes qui avaient poussé le Hapien à accepter si vite leur union. Il était après tout vraiment délicat de former un adulte au comportement déjà formé, aux idées et idéaux frappés au fer rouge dans leur cerveau. Incapable de faire les choses à moitié, le Jedi apprendrait donc tout ce qu'il pouvait à Balian concernant le monde si secret, si fermé de la Force.

- Étant donné votre Sensibilité relative, vous ne pourrez que confirmer un diagnostic ou obtenir une série d'hypothèses soufflées par la Force sans vous y fier totalement. Vous toucherez cependant du bout de l'esprit un Univers exceptionnel, insoupçonné.- La Maîtrise si superficielle de la Force soit-elle ouvrirait bien des portes au Mirialian, Luke n'en doutait pas. Un homme qui avait vécu sans toute sa vie ne pourrait qu'apprécier les couleurs rendues plus chatoyantes par une présence qui jusque là, ne lui avait jamais manquée.- Je pense que vous pourrez aussi aider votre propre corps à repousser raisonnablement la fatigue, aiguiser la performance de votre cerveau, éclaircir vos idées.

En sommes une drogue, mais saine et surtout limitée. Ces transes dont n'importe quelle Jedi profitait finissaient par les épuiser. C'était un court moment de concentration qu'ils amélioraient leurs capacités physiques ou mentales. Mais était-ce bien raisonnable d'offrir cette sensation à un ex-drogué qui pourrait souhaiter continuer, l'effet passé, à la chercher via des produits beaucoup plus terre à terre, dangereux? Malheureusement, le Hapien à qui on avait toujours enseigné la modération, limité par son propre corps et parfaitement ignorant des effets pratiques de la drogue ou de la drogue-bien qu'il en ait pris une fois par inadvertance au lieu du placebo.-. Naturellement prédisposé à la retenue, Luke n'était dépendant que d'une chose: la Force. Il avait déjà eu des relations sexuelles sans pour autant développer un goût immodéré pour comme le considéraient les puristes Jedis, goûté à la nourriture délicieuse de réunions entre hauts-dignitaires sans céder à la gourmandise -c'était en fait plutôt le contraire. Un contraire qui préoccupait Karm et les membres du MedCorps.-. Sa compréhension des risques encourus par un ex-Junkie était donc limitée. La théorie qu'il avait abordé grâce à la police de Coruscant ne pouvait pas l'aiguiller en ce sens, ce serait donc à Balian de se limiter, savoir où stopper son utilisation de la Force par peur de verser ou non dans la dépendance. Pour le moment, le Hapien était très content de son élève improvisé.

- Auriez-vous parmi vos patients, un blessé léger qui accepterait de coopérer ? Il va sans dire qu'il est impensable de le faire souffrir, au contraire, il s'agit de le soigner.

Via Luke, évidemment, car à ce niveau le Chevalier ne laisserait pas Balian jouer avec les cellules de qui que ce soit. Il espérait cependant que son interlocuteur en vienne à sentir la dissonance d'une blessure déjà localiser, apprendre à voir ce qui n'allait pas dans un amas de chair, d'os et de muscles.

- Mais j'y pense, je pourrais servir de cobaye également, bien que dans mon cas le mal soit plus diffus, donc peut-être plus difficile à distinguer car j'ai cicatrisé. Cependant, si vous parveniez à glisser votre esprit dans mon corps, à verser votre rivière dedans comme vous avez guidé son lit jusqu'à mon Aura, que vous le parcouriez, vous noteriez un changement, une anormalité au niveau de mes yeux. Soit un afflux sanguin perturbé, une blessure, peut-être la mort.

Qu'en savait-il au fond ? Tout ce que les membres du Medcorps devinaient chez lui, via la Force, était le fonctionnement perturbé de ses yeux sans déterminer exactement d'où ce dernier venait. Ses pupilles vivantes déroutaient. Mais au final personne n'avait rien tenté non plus, à sa propre demande d'ailleurs. Pourquoi prendre le risque de modifier tout un ensemble sain pour une petite partie non fonctionnelle. Une partie qui, réparée sans dégâts collatéraux ne serait plus interprétée par une zone du cerveau asséchée de ne plus avoir servie. Personne ne savait ce qui se passait dans les yeux ou le cerveau de Luke, pas même la source du problème, alors finalement, il avait décidé de faire avec. Aujourd'hui néanmoins pour une approche médicale, en guise d'apprentissage, après avoir rendu visite au dit patient s'il y en avait, ce serait parfait.

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeLun 4 Fév 2019 - 16:43

Si on m’avait dit, il y a quelques années, qu’une chose pareille se produirait, je ne l’aurais pas cru…et pourtant.

J’ouvris un œil…puis le deuxième…j’avais réussi ! Je n’étais pas vraiment sûr d’avoir bien compris comment j’avais fait…mais j’avais réussi. Les félicitations de Luke me firent autant d’effet que lorsque je reçu mon diplôme de médecine, en validant mon doctorat d’exercice. Bon sang ce que cela faisait du bien. Le Jedi semblait satisfait ! Je souris et répondis à Luke :

- Vous êtes un bon professeur.

Quand il m’expliqua que c’était à peut prêt la même chose pour entrer dans un corps et détecter la source de la souffrance du malade ou du blessé, je fis une petite moue…oui…c’est pas gagné…ca va demander du travail.

Luke ne négligeait rien, il m’expliqua jusqu’où je ne devais pas aller, le jour où je serai en mesure de contrôler au mieux cette sensibilité. Je comprenais bien tout cela, c’était même logique. Néanmoins, mes capacités seraient très limitées, je ne risquerai pas de faire grand mal, mais en médecine nous avons un code déontologique, et une éthique…Depuis mon… « dérapage » …Je l’appliquais en permanence, même pour tout ce qui ne relevait pas de la médecine.

J’étais des plus attentif aux paroles de Luke. Je buvais littéralement ses propos. C’était fascinant tous les moyens qui pouvaient être utilisés par les Jedis grâce à leur maîtrise de la Force. Je ne doutais plus du fabuleux potentiel de ceux qui avaient un taux de Midichloriens bien supérieur au mien…comme Luke. Cette connexion parfaite qu’ils devaient avoir avec cette énergie.
Mais lorsque Luke parla de repousser la fatigue, de booster ses aptitudes pour un temps limité je me figeais. Comme une drogue … J’avais pris de l’épinéphrine pour ca…Alors…si j’avais pris connaissance plus tôt de la Force…et de tout ceci…peut-être que ma vie aurait été bien différente. Un court instant je revis dans mon esprit ce petit appartement que j’avais avec mon ex-femme…elle l’avait bien arrangé, elle aimait la décoration, les belles choses…des frivolités pour moi…Elle voulait des enfants…moi je n’en voyais pas l’intérêt…elle voulait que je sorte avec elles les soirs, que nous allions au restaurant, dans les fêtes, brefs ce qu’un couple peut faire ensemble…j’avais tout gâché. Une bouffée de nostalgie m’envahissait soudainement ma main saisit cette petite natte que formait une mèche de mes cheveux…seul ornement que je m’accordais en dehors de mes tatouages. C’était ma femme qui avait, un jour, joué avec mes cheveux, les nattant ainsi…je n’avais plus ôté cette natte depuis le divorce, comme un témoignage du passé…si seulement…

Non Balian…tu as fait cela parce que c’est dans ta nature. Tu es un égocentrique, misanthrope, sociopathe. Ce n’est pas la drogue qui a ruiné ta vie…c’est toi, et toi seul par tes actes et tes inactions.
On ne se refait pas. Je soupirais… Était-ce bien raisonnable finalement d’apprendre tout ceci pour que je devienne à nouveau drogué d’autre chose ?

Et si tu arrêtais d’être défaitiste ?

C’est une occasion unique ! A moi de me contrôler et de décider du chemin que prenait ma vie ! Je n’avais fait aucun écart en quoique ce soit depuis que l’armée m’avait accueilli. Je m’étais imposé une hygiène de vie des plus irréprochable et je n’avais pas le temps pour les amusements, consacrant mon temps libre à l’étude. Et ce nouveau sujet que Luke auquel Luke venait de me donner un petit accès allait m’occuper pour un moment. Et puis pas de quoi s’inquiéter…je ne deviendrai jamais un véritable manipulateur de la Force…du moins à moindre échelle…

Lorsque Luke me demanda si nous avions un blessé léger, je réfléchis…à ma connaissance : non, mais qui sait…je saisis mon datapad, et avisais les dernières entrées :

Centre Médical Militaire a écrit:
« Caporal C. >>> blessure au thorax >>> préparation pour une opération d’urgence »

« Soldat de 1ère Classe G. >>> deux jambes arrachées >>> chirurgie en cours »

« Capitaine de Corvette A. >>> secteur des grands brulés >>> mise sous coma artificiel

« Élève soldat de 2ème classe H. >>> blessure à l’entrainement : douleur à la cheville >>> Salle d’examen 1 en attente »

Ha voilà ! Ce dernier venait tout juste d’être admis Rapidement j’avisais le nom du responsable des auscultations de l’après-midi…je grimaçais…un imbécile doublé d’un incompétent. Mon homologue n’a sans aucun doute pas vu le dossier de l’élève soldat qui venait de se blesser à l’entrainement. Je modifiais rapidement le nom de mon confrère, inscrivant le mien, et faisant ainsi, basculer le dossier du 2ème Classe H. dans mon service. Ni vu, ni connu…sauf éventuellement par ce foutu droïde, mais celui-là j’en ferai mon affaire s’il décide de l’ouvrir…Je l’entendais déjà « Mais enfin Dr Atraïde vous êtes en charge des consultations le matin, qui plus est psychiatrique, vous ne pouvez pas prendre en charge un patient blessé dans l’après-midi…vous êtes un grain de sable qui vient dérégler les rouages bien huilé de toute une machinerie… » bla bla bla…Tu sais ce qu’il te dis le grain de sable…

Fier de mon « piratage », je répondis à Luke :

- Et bien nous avons un candidat idéal pour illustrer vos propos qui nous attends dans la salle d’examen n°1, où nous étions la dernière fois…manifestement il a mal à la cheville…personne ne l’a encore ausculté, je viens de le placer sous ma responsabilité…C’est le jour des manœuvres, ils vont débarquer les uns après les autres avec différents « bobos » de ce type…les instructeurs sont particulièrement exigeants en période de guerre.

Combien de fois avais-je moi-même fini à l’infirmerie parce que le Sergent-instructeur nous avait fait faire des tas de parcours, tous plus difficiles les uns que les autres, par tous les temps et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit…je n’avais jamais aimé ce genre d’exercices…Et bien que mon corps c’était quelque peu endurcis par la force des choses à force de suivre leur foutu entrainement, je n’avais de toute façon pas la carrure et l’étoffe d’un combattant
Lorsque Luke proposa de servir de cobaye par la suite, cela raviva ma curiosité pour ses yeux. Ils étaient vivants, c’est donc qu’il voyait techniquement…mais l’information ne parvenait pas au cerveau. Il y a donc quelque chose qui empêchait cela…sans doute le nerf optique était-il atteint, mais jusqu’à quel stade ?

Je répondit à Luke :

- Hé bien je ne pense pas avoir la capacité de causer plus de dommage que vous n’en ayez déjà…et vous serez en mesure de me contrer en cas de soucis.

Je n’osais pas lui demander ce qui n’allait pas avec ses yeux. Et puis il ne me répondra peut-être pas…à moi de le découvrir quand je tenterai l’exercice. Il sera encore temps de demander à Luke à ce moment-là ce qui était arrivé à ses yeux.


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeMar 5 Fév 2019 - 14:51

Méconnaissant le petit trucage de Balian, Luke hocha la tête. Un blessé à la cheville avait peu de chance de connaître une soudaine infection inexplicable et mortelle. Ce serait un bon cobaye même si une simple torsion était légèrement plus délicate à sentir par le biais de la Force. Plus le trouble était mince, altérant timidement le corps, moins leur Guide vibrait, mais comme Balian savait déjà de quoi souffrait le patient, cela compensait. Mené au chevet du malade une fois le café avalé, le jeune homme profita de leur marche dans des couloirs qui se plaisaient à leur répondre par écho pour répondre au médecin.

- Par chance, vos capacités ne devraient, ni maintenant, ni jamais permettre de faire du mal à qui que ce soit. - commença-t-il sans avoir le souci de blesser, éventuellement Balian. Tous deux étaient adultes et le Hapien avait déjà prévenu le premier concernant ses limites imposées par des Midichloriens plus qu'à leur aise dans un sang peu chargé en congénères. Du reste, le jeune Jedi estimait que c'était une chance, car vu l'âge du Mirialan, un gros potentiel aurait supposé des risques qu'il n'aurait pas assumé, laissant donc ses pouvoirs endormis.-- Et même si vous aviez cette possibilité, je doute que vous ou n'importe quel Jedi puisse altérer ce qui est déjà mort.

Un sourire apparut au coin des lèvres du jeune homme. S'il ne savait pas ce quelle partie de son organisme s'était définitivement éteint, le Chevalier croyait en l'hypothèse approximative des membres du MedCorps auxquels il avait certes laissé, peu de temps pour l'observer et constituer son dossier. Quelque chose était inutilisable, au niveau des yeux sans doute pas, mais ses nerfs et/ou l'interprétation des images était hors d'état de nuire, ce qui justifiait qu'il fuit l'infirmerie, les batteries de tests, qu'il continue à se résigner à sa nuit indicible sans faire face au dilemne d'une tentative de guérison probablement aussi longue que fastidieuse. Sa formation, son propre coeur s'entendaient pour lui souffler de ne perdre ni l'argent ni le temps du contribuable à cette fastidieuse tentative. Et s'il est vrai que le Jedi serait sûrement plus utile armé de ses yeux, il lui faudrait de longs mois avant d'être opérationnel, le temps de se soigner après une très lourde opération puis de se réadapter. Des Jedis voyants, il en existait pléthore, de succroît bien plus doué que lui. Le Hapien s'était donc convaincu que les couleurs faisaient partie de son passé, un passé terrible où le rouge avait dominé. Peut-être une autre raison pour laquelle il craignait -oui parfaitement.- de retrouver ce sens si salutaire à la majorité des êtres peuplant la Galaxie.

Enfin, ils arrivèrent au chevet du patient, heureusement dégagé. Luke failli trébucher en arrière lorsqu'il s'appuya sur une paroi en réalité mouvante. Des rideaux. Ils étaient donc juste à côté d'un petit espace privé où les médecins parlaient entre eux, murmuraient de fatals diagnostiques aux familles de patients condamnés. N'étant pas sûr que celui du jour soit réceptif à l'idée d'être un cobaye de Jedi - Luke savait que les militaires avaient leurs a priori sur sa faction, c'était d'ailleurs réciproque à force de cotôyer des individus comme Korgan Kessel.- ils pourraient donc se retirer dans la simili-tente pour discuter, ce que Luke fit après la prise habituelle de température et autres données dont il avait laissé Balian s'occuper. Avec son autorisation, il avait passé une blouse blanche, passant aisément vu sa tête de premier de la classe pour un jeune stagiaire.

- Essayez d'entrer en lui, il n'est pas Sensible, et ressemble donc beaucoup à notre environnement, au sein de la Force il est transparent, elle passe au travers lui, comme s'il était un obstacle, une branche au fond de l'eau. Existante mais guère remarquable. Je vous guiderai donc.- Le Miralian connaissant son aura, le Chevalier pensait qu'il aurait moins de mal à guider son flux jusqu'au sien, à les mêler encore une fois.-[/color].

Avec un sourire aimable mais sans plus, le Jedi s'approcha du malade. Une infirmière avait judicieusement été invitée à effectuer quelques prélèvements et soins à ce moment pour retenir l'attention du patient ailleurs que sur Luke et peut-être Balian figés, attentifs, l'air absent. Luke essaya de guider ce dernier jusqu'au flux sanguin de l'homme. Au début ça semblait couler de source, chaque chose était à sa place mais arrivé à la cheville, la Force se nouait douloureusement autour. Confuse et perdue, dérangée dans son cheminement elle s'agglutinait, s'agitait sans accepter de se poser au fond de ses veines.

[Hj: ton RP était super, ne t'inquiète pas. Pour ma part j'espère ne pas avoir trop fait avancer l'action. J'ai fait attention toon à ne pas faire trop de choses à Balian. Seulement supposer. Mais si quelque chose ne va pas n'hésite pas à me le dire!]

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeMer 6 Fév 2019 - 10:27

Nous finîmes notre café, puis nous quittâmes mon bureau, direction notre nouveau patient.

Les propos de Luke ne me froissèrent nullement, je savais bien que j'étais limité, bien que ma condition de Mirialan facilite le contact avec la Force, je ne m'attendais pas à cela. Je préférai ne pas relever quand il parla de "ce qui était mort"...quelque chose aurait donc subi un tel traumatisme au niveau de son réseau optique. Je mettais cela dans un coin de ma tête. Pour plus tard

J’avais passé une blouse blanche, afin de prendre un air plus médical, et j’en avais passé une à Luke…il avait l’air d’un stagiaire avec son visage angélique…Quand j’entrai dans la salle, suivi du Jedi, l’infirmière qui était présente, releva la tête, manifestement surprise de me voir. Elle fronça les sourcils, regardant son datapad, faisant défiler les noms pour arriver à celui du jeune soldat allongé là…gémissant.

Voyant mon nom apparaître l’infirmière haussa les épaules, elle avait, depuis bien longtemps, renoncé à se mêler des petites « querelles de médecins » lorsque nous nous piquions des patients…du moment qu’un toubib était présent elle s’en fichait pas mal. Elle ne fit aucune réflexion en voyant Luke, un étudiant sans doute…bien que je ne sois nullement réputé pour être un bon encadrant, nous avions toujours des jeunes internes qui venaient s’immerger dans d’autres services que le Centre Médical de Coruscant. Et puis l’armée avait toujours besoin de jeunes médecins, aussi l’Etat-Major pensait qu’en ouvrant ses portes à des stagiaires, elle parviendrait à les débaucher pour les recruter. L’infirmière me tendit le datapad, contenant le dossier du patient.
Je m’avançais vers lui, avisant d’un coin de l’œil Luke qui avait manqué de partir en arrière, j’avais oublié de lui signaler le dispositif de cette partie de la pièce…nous avions une sorte de recoin avec des rideaux pour mieux parler en spécialistes. Mais Luke avait de bons appuis, et l’habitude sans aucun doute de se ressaisir en un éclair. Nous évitâmes la chute.

Le patient était un jeune soldat de 2ème Classe : Dwayne Hicks, il avait tout juste 20 ans et venait de s’enrôler. Je regardais à quel peloton d’entrainement il avait été rattaché…j’eu un petit sourire en voyant qu’il était au « P2 », chez les « verts » comme on disait, car pour nous distinguer des autres pelotons, nous avions un passant vert sur nos épaules, le P1 avait un passant bleu, et le P3, un passant jaune. Nous ne nous entendions pas et il y avait toujours ce qu’on appelait de la « pelotonite », en gros on se faisait des crasses et on se délectait de voir les sergents-instructeurs d déchaîner leur colère sur le peloton punis. Généralement cela nous retombait toujours dessus d’une façon ou d’une autre…cela n’était pas raccord avec ce que prônait l’armée à savoir que nous étions « frères d’armes » à présent. Tout à mes souvenirs, je commençais l’examen du patient :

- Bonjour soldat, je suis le docteur Atraïde, et voici mon collègue, le Docteur Kayan.

J’avais présenté Luke comme un médecin, ce qui me semblait être plus judicieux qu’un « bonjour voilà un guérisseur jedi »… les Jedis ne sont pas toujours apprécié par les soldats, qui les voit comme des bien-pensants un peu trop spirituels et pas assez guerriers, avec toujours de belles paroles plein la bouche.

- Voyons ce qui vous amène.

Le jeune homme expliqua alors qu’il avait sentit sa cheville se dérober sous lui alors qu’il avait sauté par-dessus un fossé en pleine simulation d’une prise de tranchée ennemie…et que l’instructeur Cathar, après l’avoir insulté de tous les noms, avait finalement décidé de l’envoyer à l’unité médicale, non sans lui promettre qu’il pomperait dès qu’il sortirait de là.
Haha…mon très cher Sergent instructeur faisait encore des siennes…décidément il y en avait qui ne changeait pas…et c’était tant mieux. Combien de fois avais-je dû pomper parce que j’avais répondu au sergent, ou que j’avais mal fait un exercice. J’en avais fait aussi des passages à l’unité médicale.

Je commençais un examen routinier, prise de température – 37°c tout pile – j’enchaînais par un examen des ganglions lymphatiques, peut-être couvait-il quelque chose et qu’une infection virale ou bactérienne avait affaiblit son organisme et provoqué sa chute…mais je ne sentais rien… Comme toujours j’expliquais d’une voix douce, quasi paternelle, chacun de mes gestes à mon patient pour le rassurer.

- Bon, vos ganglions sont parfaits, vous n’avez pas de fièvre. Je vais écouter votre cœur et vos poumons.

M’armant d’un stéthoscope je poursuivis mon diagnostic, avec des gestes précis mais délicat. Son cœur battait un peu vite, mais rien d’alarmant, pas de souffle cardiaque, ni de fuite aortique, et ses poumons ne présentaient aucune trace de pathologie, ou de crépitements. Enfin sa tension artérielle était un peu élevée, mais sans doute un petit effet « blouse blanche ».

- Hé bien mon garçon vous êtes en pleine forme. Votre chute n’est pas dû à une maladie, c’est déjà ça. Nous allons faire quelques prélèvements pour compléter vos analyses, et vu que vous êtes arrivés il y a peu, cela me permettra de compléter votre dossier médical, certaines données sont manquantes. Ne vous inquiétez pas notre infirmière ici présente est très douce vous ne sentirez rien. Ensuite nous soignerons votre cheville.

Luke m’attendait dans la petite tente, je l’y rejoins tandis que l’infirmière vint coller sous le nez de notre pauvre 2ème classe des écouvillons de sang vide et une seringue de prélèvement…Luke m’expliqua comme je devais m’y prendre pour ressentir où se trouvait la rupture dans le flux de la Force chez mon patient.

Tandis que l’infirmière piquait le jeune Hicks, Luke et moi nous rapprochâmes…nous postant l’un et l’autre de l’autre coté du lit, face à l’infirmière qui servait de diversion dans un sens pour notre soldat. Ce dernier avait manifestement peur des aiguilles et avait les yeux rivés avec horreur sur l’aiguille plantée dans son bras, faisant passer le sang de sa veine au tube de prélèvement.
Allons-y…

Je tâchais de me concentrer, faisant abstraction de ce qui m’entourait. Je sentais l’aura de Luke…celle-là je la connaissais, je devais aller vers ce pauvre garçon. Ses veines…ses artères…ca y est…j’y suis…tout semblait s’écouler normalement, je devais aller plus loin…je descendais, suivant le courant du flux sanguin que le cœur envoyait dans toutes les parties du corps. J’arrivais à sa jambe, encore un peu plus bas…connaître l’endroit de la douleur me guidait sans aucun doute, manquant de pratique, j’étais lent, en même temps je venais tout juste de commencer mon « apprentissage ».

La présence de Luke était d’une grande aide, je sentais bien qu’il m’accompagnait…il n’était pas loin, me remettant sur le chemin quand je lâchais prise. Nous arrivâmes à sa cheville…c’était là. Il y avait une rupture dans le flux…une inflammation. C’était une extravasation sanguine, le sang quittait son canal adducteur pour se répandre dans les tissus environnants, formant une magnifique ecchymose sur toute sa cheville, doublée d’une contusion. La cheville avait sérieusement enflé. J'étais dans mon élément, cette contusion me fit soupçonner autre chose...presque instinctivement, je quittais le réseau sanguin pour m’accrocher à autre chose…les ligaments. La cheville est une articulation synoviale de type ginglyme, c’est-à-dire qu’elle agit comme un roulement d'une surface convexe dans une surface concave, reliée par des ligaments. Lors d’une mauvaise réception durant un saut, le pied part brutalement vers le bas et en dedans, responsable de l'atteinte du ligament externe. La Force montrait comme un point lumineux en plein cœur du réseau des ligaments…l’un d’entre eux présentait quelque chose…ce ne semblait pas grave, il ne semblait pas y avoir de rupture dudit ligament externe, je penchais pour une entorse par déchirement du faisceau de ligaments.

Une radio confirmerait cela, mais j’avais Luke…dont les sens étaient plus aiguisés que n’importe quel instrument d’imagerie médical…

- Entorse par déchirement du ligament externe de la cheville droite.

Fis-je dans un souffle…comme sortant d’une absence…revenant à la réalité.


Dernière édition par Balian Atraïde le Lun 18 Fév 2019 - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeLun 11 Fév 2019 - 9:42

La Force ricocha sur une aspérité. La rivière changea de cap pour esquisser un demi-tour, remonter son propre cours et caresser les berges abruptes. L'écume lécha presque tendrement la grève blessée d'un rocher jadis brisé en deux, dont la cicatrice de réconciliation témoignait d'une initiative personnelle. Luke ouvrit les yeux.

- Et une ancienne blessure. Un os mal ressoudé qui a probablement affaibli la cheville, provoquant la torsion.

Peut-être faudrait-il opérer pour casser l'os, briser le traité de paix signé entre les deux parties: naturel et mal fait. Le jeune homme supputa même que le ligament s'était indirectement appuyé sur les morceaux ressoudés à l'improviste et que le frottement avait eu le même effet qu'un ciseau aux bouts élimés sur une feuille. Inapte à la scinder proprement en deux, il avait provoqué la déchirure, ou du moins l'avait facilité. Que l'incident ancien soit le responsable du nouveau ou non, il faudrait de toutes manières veiller à ne pas laisser les choses en l'état. Luke était persuadé que Balian, minutieux, songerait pareillement, hormis qu'il consignerait dans son cahier des mots plus techniques pour s'exprimer. En tant qu'apprenti tardif dans ce domaine, handicapé de surcroît, le blond avait emprunté une voie différente, que d'aucuns jugerait moins professionnelle. Peut-être était-ce vrai, cependant ses connaissances remplissaient leur office. Sans radio, le Jedi était passé maître dans l'art de repérer une aspérité osseuse. Il avait développé la capacité de faire courir la Force sur la peau dure des os, de la pousser à quitter son lit pour s'immiscer jusqu'au plus profond des muscles, suivant la moindre de leurs contractions pour se guider. Le courant sanguin n'était que la route principale, celle qu'il fallait s'apprêter à quitter pour rejoindre les plus petites veines, avant de finalement emprunter un sentier jamais dessiné. C'est ainsi que le jeune homme voyageait dans les corps, une méthode un peu artisanale et certainement pas officielle. Il devait d'ailleurs très souvent corroborer son diagnostique avec une radio dont on lui commentait les résultats. Mécaniquement, à travers des cours appris par coeur sans qu'il n'en saisisse le concept, Luke récitait les possibilités que cela supposait. Au Temple, on avait appris -du moins pour les plaies légères.- à avoir confiance en ses diagnostics via la Force, afin de gagner de précieuses minutes à offrir à un patient plus grave. Que Balian se fie exclusivement à son jugement était autre chose, et Luke en était parfaitement conscient. Ce serait d'ailleurs peu professionnel de se risquer à croire un aveugle sur parole concernant une ancienne fracture susceptible d'affaiblir le pied du soldat en devenir. Le blond laissa donc son aîné demander éventuellement d'autres examens.

- Je ne sais pas s'il y a une corrélation, mais je suggère de réparer cette ancienne blessure, sans quoi, Monsieur risque bientôt de devoir "pomper" à nouveau, suite à une rupture directe de la cheville cette fois.

Peu au fait que le soldat l'ait écouté ou non, le Jedi tourna la tête par réflexe vers Balian, un peu trop vers la gauche. Il n'avait pas l'habitude de la disposition des lieux, ni suffisamment des gens qui l'entouraient pour viser correctement. La stature du docteur, ses habitudes lui étaient encore suffisamment étrangères pour que son handicap se remarque davantage, et puis surtout, le Hapien était trop concentré sur son travail pour s'occuper de maintenir ne serait-ce que légèrement les apparences.

- On ne m'a pas fait de radio, avant, comment pourriez-vous sav... Et puis qu'est-ce que vous faites planté là sans rien faire? À me fixer...

Hicks avait beau être militaire, il n'était pas stupide avait constaté Luke. Ce dernier tourna la tête vers le jeune homme, hésitant à répondre. De fait, il choisit de l'ignorer, ce qui ne fit qu'augmenter l'inquiétude de ce dernier. Le Chevalier était bien plus habitué à traiter des congénères confiants en la Force, qui ne demandaient aucune justification de ce type ou alors des patients si graves qu'ils étaient trop concentrés sur leur survie voir complètement inconscients. La jeune femme qui avait accouché en plein espace avait bien dû l'accepter malgré sa cécité ou ses doutes concernant la Force. Face à un jeune soldat plaintif, en pleine possession de ses facultés mentales, Luke ne savait pas vraiment comment s'en sortir. Pire, son regard vairon, jusque là vissé sur la silhouette de Balian n'avait pas eu le réflexe de se diriger vers la source d'ennuis relatifs. C'était si pratique d'avoir ce droit d'ignorer sciemment les problèmes, de ne leur accorder nul clignement de cils. Luke avait toujours profité de ce privilège, mais ici, ça ne fonctionnait guère.

- Oui, enfin fixer... À ce propos, vous vous pourriez me reg... ? Vous avez une putain de taupe comme collègue? - Et encore c'était un euphémisme, mais vu le degré d'angoisse que cela causait, mieux valait éviter de le corriger en avouant être complètement aveugle. Luke laissa couler. Balian venait de trouver encore moins doué socialement parlant que lui!- Sérieux? Le quota d'handicapés qui fait ses expériences, pas sur moi, hein!

Plus effrayé qu'agressif, le soldat démontrait une peur plutôt normale pour laquelle le Hapien choisit donc de ne pas se vexer. Il opta pour une solution beaucoup trop facile pour un Jedi, qui eut le mérite de calmer le soldat mais inquiéta l'infirmière. En effet, quelques secondes après son petit coup de sang-justifié dans le fond.- Hicks reposait tranquillement entre les draps, détendu comme le prouvait les "bips" paisibles de la machine reliée à son coeur.

- Ne vous en faites pas, je l'ai juste aidé à se détendre... Et à vous faire économiser un peu de morphine.

Plaisanta Luke, l'air sérieux d'un pince-sans-rire (Karm l'influençait!), en présentant sa carte d'identité à l'infirmière. Un peu étonnée mais légèrement rassurée -suffisamment pour décider ne pas se mêler plus des relations bizarres de son chef, elle les laissa seuls.- Elle, la Force, ce truc invisible capable d’assommer un homme à l'instar d'une injection, ça ne la rassurait guère.

- Bonne analyse Monsieur Atraïde. J'ignore si vous seriez capable, via la Force de soigner une plaie aussi bénigne. Il faudra voir à l'usage. Ceci dit, je suggère la méthode traditionnelle, une opération donc, afin de bien réparer l'ancienne blessure en prime du déchirement, sans oublier que l'administration aime les rapports nets, précis et surtout reconnus, mais je ne vous apprend rien.

Même si la Force était chaque fois plus reconnue, elle ne l'était pas de manière officielle.

- Les diagnostics via la Force ou l'interprétation des informations qu'elle donne commence à être admis aux tribunaux, moins dans la médecine, mais on note, certes, une tolérance grandissante. Elle ne constitue toutefois pas une preuve en soi, et il faut toujours étayer ses ressentis, ou actions avec des preuves reconnues comme l'ADN dans le domaine de la justice, ou des radios par exemple comme avec notre cher patient. Prenez donc soin de ne pas vous appuyer officiellement sur elle.

Un bip résonna soudain, coupant la conversation, Luke ignorait si c'était une urgence ou la pause. Les deux seraient profitables pour continuer l'enseignement songeait-il.

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeLun 18 Fév 2019 - 18:29

Luke avait confirmé mes propos, tout en apportant un diagnostic complémentaire…Je n’avais pas vu cette ancienne blessure…Effectivement, si le jeune militaire avait déjà eu un souci à la cheville, celle-ci devait être fragilisée. Le Jedi avait raison, il fallait traiter le mal en profondeur, sans quoi la prochaine fois, le 2ème classe Hicks se verra revenir au Centre Médical pour un temps bien plus long.

Manifestement étonné par les propos de Luke, le soldat l'interpella, constatant que quelque chose n’allait pas avec le comportement de l’aveugle. Par chance, le soldat ne remarqua pas le degré d’handicap dont souffrait mon homologue Jedi. Il répliqua qu’il refusait de servir de cobaye pour un stagiaire infirme. S’il savait à qui il avait vraiment affaire, le soldat n’aurait surement pas été aussi cinglant. Cependant sa réflexion manquait de tact, et de bienséance. J’allais répliquer, mais Luke intervint avec moi avec beaucoup plus de diplomatie que je ne l’aurai fait. Et très vite, Hicks dormait d’un sommeil réparateur sous mes yeux ébahis, ainsi que ceux de l’infirmière.

Luke révéla alors son identité à cette dernière. Elle ne fit aucune remarque, de toute façon ce n’était plus un secret que j’étais…étrange. Et que j’ai à faire avec des Jedis ne la surpris nullement. Du moment que le boulot était fait…

Luke me félicita, il m’avait tout de même largement guidé dans cet exercice. Même si je ne pourrai jamais être un guérisseur dans la Force, cet aperçu de diagnostic serait d’une aide précieuse une fois maîtrisé. Et bien que j’ai une totale confiance dans le diagnostic de Luke, mes supérieur le seraient certainement beaucoup moins… Surtout que Luke avait raison, il fallait intervenir de manière chirurgicale si on ne voulait pas que notre 2ème classe subisse une blessure plus grave par la suite…

- Je prends bonne note et je comprends tout à fais vos propos. Je vais consigner l’intervention sur le dossier du patient.

Je notais sur le dossier du 2ème classe Hicks la nécessité de faire une radio pour confirmer le diagnostic de manière plus…traditionnelle…Mes homologues sauraient quoi faire pour réduire la déchirure des ligaments, et traiter le fond du problème concernant cette cheville…

Un BIP d’annonce se fit soudainement entendre, et une voix robotique s’éleva :


« Le Docteur Atraïde est demandé au poste de sécurité de la base, le Docteur Atraïde est demandé au poste de sécurité de la base… »


Je fus surpris…qu’est-ce que cela pouvait-il bien signifier ? J’ôtais mon stéthoscope que je fourrais dans une poche de ma blouse. Puis je me tournais vers Luke :

- Je suis désolé…peut-être pourriez-vous revenir ? Je ne voudrais pas abuser de votre temps. J’ignore ce qu’on me veut, ni le temps que cela prendra…ce n’est pas…habituel.

Bien que j’essayais de le cacher, Luke décela surement mon étonnement, et une pointe d’inquiétude naissante dans ma voix. Je guidais Luke jusqu’à mon bureau, et ôtais ma blouse. Je saisis ma veste militaire qui était posée sur le dossier de mon fauteuil, puis je saisis un sac à dos et glissa mon datapad dedans et me dirigeais vers la porte.

- Je peux vous raccompagner à la sortie du camp si vous le souhaitez.

Soudain une voix retentit dans le couloir :

- ATRAÏDE !

Ha merde…c’était le docteur à qui j’avais pris la consultation du 2ème classe Hicks. Il ne semblait pas très content. Il pointa un doigt accusateur vers moi :

- Tu m’as encore pris un patient ! Qu’est-ce que c’était cette fois hum ? Tu pensais que j’étais trop incompétent pour traiter une foulure de la cheville ? Hum ? Je commence à en avoir assez de toi Atraïde ! Tu es arrogant ! Tu te pavanes dans les couloirs de ce Centre médical comme si tu étais chez toi ! Et bien crois-moi ça va changer ! Tu n’es pas le seul médecin ici !

Bon d’accord, ce n’était pas la première fois que je lui prenais un cas…d’abord parce qu’il était clairement nul comme toubib, et ensuite j’avais pris gout à ce petit jeu de lui piquer des patients…Plus les cas étaient anodins et plus il enrageait. Cependant ce n’était pas une raison pour le harceler en plein milieu d’un couloir, devant tout le monde ! Surtout devant Luke ! Il n’avait pas à subir nos querelles de médecins.

Je fis un geste pour imposer le silence, et fit d’une voix dédaigneuse :

- Peut-être que si tu t’intéressais un peu plus aux patients plutôt qu’à ta carrière minable, tu aurais un meilleur diagnostic et je ne serai pas obligé de « repasser » derrière toi. Maintenant si tu veux bien m’excuser j’ai des choses plus importantes à faire…

Mon confrère fulminait, et tandis que je m’éloignais avec Luke il continua à éructer en trépignant comme un gosse à qui on avait pris un jouet :

- C’est ça t’as raison ! Fuis comme toujours ! Tu veux qu’on en parle de ta carrière à toi ! Espèce de sociopathe !

Celle-là je ne l’avais volé…dans un sens j’avais tendu le bâton pour me faire battre. Mais mon homologue ne s’arrêta pas là et me mis en garde :

- Un jour tu commettras une erreur Atraïde, et je serai là pour te la renvoyer en pleine face ! Je t’ai à l’œil Atraïde ! Tu ne t’en tireras pas comme ça !

J’haussais les épaules en maugréant :

- C’est ça…cause toujours…crétin…

J’entraînais Luke avec moi, après quelques minutes, nous étions sortis du bâtiment qui composait l’Unité Médicale du Centre Militaire. Nous étions en vu de l’entrée, et du poste de sécurité. Je fis d’une voix douce, quoiqu’un peu gêné ;

- Je suis désolé pour la scène à laquelle vous avez assisté avec mon confrère…Nous ne nous entendons pas vraiment…

Nous passâmes la sécurité, j’avais montré mon badge d’accès aux soldats en faction. Le planton me désigna alors un personnage de haute stature qui attendait à l’entrée du de la base. Quand il se retourna vers moi, je me raidis…Un Nikto…que je ne connaissais que trop bien. C’était le chef des enfoirés dont Luke m’avait sauvé la dernière fois. S’il était là ce n’était pas bon …pour moi.
Je serrai les poings…je ne pouvais pas reculer. Il m’avait vu, et me fit un signe. Mon sang se glaça. Je posai une main sur l’épaule de Luke :

- Je…je dois y aller…faites-moi signe pour un autre rendez-vous…Je serai vraiment ravi de poursuivre cet apprentissage. A bientôt Luke.

Ma voix avait quelque peu changé, et bien que je tentais de dissimuler mon inquiétude, Luke, avec ses capacités, était parfaitement en mesure de sentir que quelque chose n’allait pas. Je me dirigeais vers le Nikto qui ouvrit en grand les bras, « genre on est pote ».

- Balian ! Ca faisait longtemps ! Parait que tu as morflé à la guerre ? Ils t’ont rafistolé ! haha…

Il me saisit par le bras d’une poigne qui signifiait de ne pas faire de vague…Il m’entraîna plu loin…vers une zone sombre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
Luke Kayan


Nombre de messages : 3275
Âge du perso : 27 Ans
Race : Hapien
Binôme : Compagnon de Karm Torr.
Maître d'Eckthor Akilès.
Ancien Padawan de Saï Don.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/80Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/80)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue94/94Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (94/94)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeVen 22 Fév 2019 - 11:16

Détaché de cette conversation -un combat d'égo- Luke accepta les excuses de Balian d'un bref haussement d'épaules accompagné d'une légère onde de Force, envoyée plus par habitude que pour tester son nouvel élève. Ladite brise, au lieu de mourir, se dirigea presque distraitement vers l'épicentre de la discussion, quoiqu'elle demeura, passive, légèrement en retrait, prête à intervenir. Moins naïf qu'avant, le jeune Jedi saisissait, du moins de manière théorique, les tensions qui agitaient ces deux mâles cherchant à savoir qui avait le plus long stétoscope. Quant à la mise en pratique, c'était autre chose, dépourvue de toute ambition hormis celle de s'améliorer pour servir son Ordre ou rendre Karm heureux, le Jedi écoutait avec une certaine lassitude mâtinée d'un léger dédain ce phénomène hélas présent dans de nombreux domaines, y compris le Temple. Les Gardiens et les Consulaires par exemple ne s'entendaient parfois pas vraiment, et que dire des Ombres qui se croyaient au-dessus de tout? Honnêtement, Luke avait quelques a priori également, influencé par son expérience -Ekkt pour ne citer que lui l'avait rempli de scepticisme à l'égard des Jedis ayant choisi sa voie.- pareillement pour les militaires qu'il considérait avec une once de mépris, la majorité répondant effectivement au cliché du rustre ignorant et suffisant. Sa nature profondément gentille alliée à l'excellente éducation fournie par Saï lui permettaient, ceci dit, de rapidement changer d'avis, pourvu que la personne démontre être différente, un peu comme Balian, para-militaire mais savant, humble et intéressant. De même, il n'avait traversé qu'une brève période où le besoin d'assoir l'autorité de sa Catégorie, ou du moins la justifier s'était faite ressentir. Désormais sûr que les Consulaires étaient utiles, confiant dans sa voie, il luttait davantage avec lui-même, laissant le monde extérieur en paix.

S'il était un homnme qui dérogeait à cette règle d'apaisement entre castes, c'était bien cet étrange homme dont la voix joyeuse s'adressait désormais à Balian, avant que Luke n'ait pu lui répondre et entreprendre de s'en aller, après un bref hochement de tête signifiant qu'il comprenait cette série d'imprévus. Le jeune Jedi tourna la tête, intrigué par ce ton amical qui lui inspirait pourtant moins confiance que celui, colérique, de l'autre médecin. Il laissa la Force s'écouler autour des protagonistes de la nouvelle scène et fronça un sourcil lorsque l'inquiétude de Balian doublée de l'animosité du Nikto se prirent dans la toile de ses capteurs invisibles. S'infiltrant légèrement plus dans l'esprit de l'Insensible, le Chevalier eut bientôt la certitude que quelque chose n'allait pas. Il hésita à appuyer sur un bouton d'urgence situé sur son comlink avant de renoncer. Impossible de s'appuyer sur une impression même confortée par la Force. Il décida de suivre le duo, quand bien même, pour des raisons évidentes, la filature n'était pas un de ses atouts. Après avoir retiré la blouse, il se lança dans cette épreuve difficile, non sans un soupir. Il aurait préféré s'auto-convaincre que ce n'étaient pas ses affaires mais sa conscience ne l'aurait pas laissé tranquille, surtout en sachant que Balian avait quelques "soucis" à cause de ses anciennes fréquentations. Cet homme faussement jovial était peut-être une toute aussi fausse alerte, un collègue, un ancien ami ou un ex-patient un peu brute, mécontent, ce qui devenait donc une affaire personnelle entre le médecin et lui. Mais il devait s'en assurer.

Dès le début, il éprouva une singulière difficulté à suivre Balian, se fier à la trace que laissait ce dernier au sein de la Force lui quémandait une incroyable concentration, surtout qu'il lui fallait avancer vite, dans une zone de la ville peu connue. Le jeune homme ne pouvait compter que sur sa mémoire exercée, laquelle avait pu enregistrer la disposition de l'entrée du centre, mais guère plus. Par chance, le Nikto n'entraîna pas son "invité" trop loin, Par chance, il avait sorti sa canne blanche par réflexe, sachant qu'il était du coup bien plus repérable -on lui l'avait expliqué.- mais semblait moins dangereux. Faisant mine de passer devant le recoin où se terrait le duo, le Chevalier s'assura effectivement une indifférence totale de la part du Nikto, tant mieux. Il se détourna quelques pas plus loin pour revenir à l'endroit où se déroulait la scène. Plaqué contre un mur perpendiculaire -une méthode à laquelle il ne comprenait pas grand chose mais dont on lui avait expliqué les avantages.- le Jedi attendit la suite des événements, oreille tendue. Or l'écoute, contrairement au pistage, était bien un de ses domaines, acquis par la force des choses, lui aussi.
Hj: désolée c'est bof, j'ai tout fait de mémoire sur mon courriel. Et je ne voulais pas jouer la suite, ni m'inventer des réactions de Balian ou du Nikto.

_________________

Luke: sa fiche, ses chroniques et son évolution
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Luke11
Merci Vel pour cette sublime signature

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 110
Âge du perso : 39
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin dans l'armée de la République
HP:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_b1172/72Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_10  (72/72)
PF:
Piqûre de rappel...[ft. Luke] Left_bar_bleue0/0Piqûre de rappel...[ft. Luke] Empty_bar_bleue  (0/0)

Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitimeVen 1 Mar 2019 - 15:32

Après s’être assuré qu’on ne nous observait pas (s'il savait...et moi aussi dans un sens!), le Nikto m’envoya bouler contre un mur. Il était beaucoup plus fort que moi, je connaissais les spécificités de cette race à la peau dur et au tempérament agressif et dangereux. Il faisait parti de l'espèce Kajain'sa'Nikto (les Niktos Rouges), son apparence accentuait ce coté rébarbatif dont il en jouait clairement .

Mon interlocuteur me saisit ensuite à la gorge, écrasant les anneaux souples de la trachée, m’étouffant sans le moindre scrupule. Ses yeux trahissaient son intention de me faire souffrir… Alors que je cherchais à me défaire de cette poigne assassine, il ne me quittait pas du regard, se délectant de me voir chercher de l’air. A l'asphyxie progressive se substitue l'asphyxie franche, je sentais que j’allais tourner de l’œil. Privés d’airs, mes poumons ne ventilaient plus mon corps. L'organisme est capable de résister pendant un certain moment, mais pas indéfiniment. Ma vue se brouillait, mes oreilles bourdonnaient…une sensation des plus désagréable…J’allais m’effondrer, quand soudain, mon agresseur lâcha prise. Il me voulait vivant.

Je chutais lourdement au sol, dos au mur, ma jambe droite légèrement repliée. Une de mes mains était instinctivement venue se placer sur ma gorge, alors que je reprenais de profonde inspiration afin de réoxygéner mon corps, non sans être secoué par une violente quinte de toux. L’enfoiré…j’étais passé à deux doigts de la syncope.

Tandis que ma vision redevenait normale, le Nikto donna un coup de pied dans ma jambe artificielle…Comme pour vérifier que ses renseignements étaient bons. Puis il se pencha et tira sur le col de mon polo, dévoilant l’étendue de mes cicatrices.

- Hé bien…tu as été bien touché…Bah…te voila bien remis, prêt à retourner jouer au parfait petit soldat…

Il me saisit par les épaules et m’aida à me relever, arborant un franc sourire, amusé de la situation.

- Haha, ne t’en fais pas toubib, je ne vais pas te tuer…pas encore…

Il épousseta mes vêtements, et me replaqua contre le mur de sa main puissant, puis de l’autre il pointa un doigt menaçant vers moi :

- Bien… maintenant que j’ai toute ton attention écoute moi bien ! Mes gars sont revenus dans un sale état. Je fus surpris d’apprendre qu’ils t’avaient croisé. Cela m’a rappelé que tu as encore une ardoise chez nous…

Effectivement, je me souvenais du jour où le Sergent instructeur Zhym était venu à mon secours…J’avais des impayés en tout genre, et il avait remboursé mes dettes…légales. Mais pour ce qui était des malfrats à qui je devais encore des crédits, c’était autre chose. Il ne me laissa pas le temps de répliquer, et repris d’une voix rauque :

- Les bons comptes font les bons amis toubib, je pourrais te demander de rembourser et on en parle plus…mais j’ai autre chose en tête pour toi. Tu ne nous devras plus rien, et on te fichera totalement si…tu fais un petit job pour nous.

J’écarquillais les yeux ! Cet enfoiré me demandait de travailler pour lui ? Mais il était taré ! Plutôt mourir ! J’avais encore du mal à parler suite à l’étranglement que je venais de subir, mais je parvins tout de même à articuler :

- J…Ja…mais…pl….plu…tot…mou….rir…

Il se mit à rire…Et me tapota la joue :

- Hahaha…Je savais que tu dirais ça Doc…Aussi ce n’est pas contre toi que je me vengerai. Mais plutôt contre…hum…je ne sais pas…des gens que tu aimes ? Tu sais que l’organisation, pour laquelle je bosse, a le bras long n’est-ce pas…On pourrait envoyer un tueur…rendre visite à ton père ?

Je blêmis… ils oseraient ? Mon clan, et par-dessus tout mon père, c’était ma famille en tant que Mirialan…Il m’était impensable de les perdre par ma faute…Comme pour être sûr que je comprenne bien qu’il ne me laissait pas le choix, le Nikto renchérit :

- Je me demande ce que dirait l’Etat Major si, par un heureux hasard, des informations venaient à atterrir dans leurs bureau…concernant un de leur Médecin militaire, retombé dans ses travers…

Je fermais les yeux…et soupirais…Il me tenait…de quelque façon que ce soit. Je lui fis un signe de tête, signifiant que j’écoutais sa proposition. C’est donc d’une certaine manière, enjoué, que le Nikto m’expliqua :

- Alors voilà, un type a passé commande médicaments. Il ne doit pas être très réglo car il ne passe pas par les voies standards. On ne fait pas que dans les stupéfiants mon pote, précisa-t-il devant mon air dubitatif, donc voila j’ai besoin de bronchodilatateur sous forme injectable.

Je fis un signe de tête, résigné. Il aura ce qu’il demandait…Avec un sourire, il me tapota dans le dos, comme si nous étions amis, et d’une voix enjouée me répondit :

- Bien…Bien ! Je savais qu’on pourrait compter sur toi Balian. T’es un brave type, tu t’en sortiras. Un de mes gars viendra prendre la livraison. Et n’oublie pas Doc…n’essaye pas de te dérober. Sinon…

Je me dégageais de son emprise, j’étais furieux de m’être ainsi fait coincer. Et tandis que mon « ami » me saluait, je repartais vers le Centre militaire, en proie à une profonde détresse. Je ne pouvais faire ce qu’il me demandait. C’était impossible. J’avais juré d’en finir avec tout cela. Si je replongeais de quelque façon que ce soit, je perdais définitivement tout. Mais si je ne faisais rien ces enfoirés allaient s’en prendre à ceux que j’aimais. Et cela m’était inconcevable.

Je n’avais, à aucun moment prêté attention à la Force…peut-être qu’à ce moment j’aurai senti la présence de Luke ? Réconfortant et assistant à la conversation avec le Nikto, mais je n’avais rien senti, trop perturbé parce qu’il venait de m’arriver.

Lorsque je rentrais à mon bureau j’étais torturé par ce que je devais faire ou non. Si je suivais les instructions du Nikto, je risquais la cour martiale, et être rayé définitivement et, de l’armée, et de l’ordre des médecins. Je passais en boucle dans ma tête le problème. Essayant de trouver une solution qui ne m’oblige pas à trahir mes principes, l’Armée, l’Ordre des médecins, et dans un sens la République. Il me fut impossible de fermer l’œil de la nuit.

Le lendemain, il était encore tôt, je m’étais décidé. Aussi, avant mes premières consultations, je me rendis à la pharmacie du Centre Médical. Je cherchais la terbutaline injectable. J’en prix cinq flacons et je revins fissa à mon bureau…non sans croiser, à la sortie de la pharmacie, mon grand rival, qui s’exclama :

- Atraïde ! N’oublie pas la réunion de tout à l’heure. Qu’est-ce que tu fabriques ? On dirait que tu as passé une sale nuit.

Je passais devant lui, mains dans les poches, essayant de maintenir dans ma poche les flacons que je venais de subtiliser, afin qu’ils ne s’entrechoquent pas et n’attirent pas l’attention de mon collègue. Il posa sa main sur mon torse pour le retenir…Je répondis d’une voix fuyante :

- Je n’oublie pas…Ho…tu sais bien comment je suis…si je trouve un sujet intéressant à lire je ne dors pas de la nuit…

Il fronça les sourcils…suspicieux. Ses yeux se posèrent sur la poche de ma blouse, il releva la tête vers moi de fit dédaigneusement :

-Et on peut savoir quel fut le sujet qui eut l’honneur de retenir ton attention ?

Je me dégageais de sa main et poursuivis mon chemin en lui lançant vivement :

- L’utilisation de l’imagerie rétinienne dans le diagnostic des maladies cardiaques.

Il parut réfléchir, il voulu me questionner davantage, mais je ne lui en laissais pas le temps, et le temps qu’il retourne la question dans sa tête, j’étais déjà loin. Quelle poisse, pourquoi avait-il fallut que je rencontre le Dr Artas, juste à ce moment-là ! Il était plus spécialisé en tant que fouine que neurologue.

J’ouvris mon bureau et y entra, fermant soigneusement la porte. Je sortis de ma poche les précieux bronchodilatateurs, et les posaient sur mon bureau. Je les observais…le temps de me confirmer dans mon esprit que je faisais le bon choix. Enfin, j’allais vers une des étagères, saisis cinq flacons vides, une seringue et du liquide physiologique. J’en remplissais les cinq flacons vides à l’aide de la seringue. Enfin je décollais avec précaution l’étiquette des médicaments pour les placer sur les flacons de liquide physiologique. Une fois l’échange réalisé je rangeais soigneusement les bronchodilatateurs dans un tiroir de mon bureau que je verrouillais, et les placébos dans la poche de ma blouse. Je devais les donner à un type qui assurait la liaison lors de ma pause de midi.


____________________________


Il se passa une semaine avant que je ne puisse revoir Luke. Nous avions chacun nos obligations. Je l’attendais dans mon bureau, sans jamais me douter un seul instant qu’il avait tout suivis de ma confrontation avec le Nikto. Je n'avais pas eu de nouvelle, j'imaginais que mon petit stratagème avait fonctionné...du moins je l'espérais.


Dernière édition par Balian Atraïde le Dim 12 Mai 2019 - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Piqûre de rappel...[ft. Luke] _
MessageSujet: Re: Piqûre de rappel...[ft. Luke]   Piqûre de rappel...[ft. Luke] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Piqûre de rappel...[ft. Luke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-