La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mer 26 Nov 2008 - 22:15

Des étoiles plein le coeur...Luke avait encore le souffle coupé par la description que lui faisait Saï de ces petites lueurs peuplant le ciel par milliards. Faisant le rapprochement avec le souvenirs qu'il avait des couleurs le Padawan les peignit d'un jaune brillant et réconfortant comme ce soleil qu'il aimait tant regarder avant, prostré devant sa baie vitrée...Des milliers de petits soleils en éclats, éparpillé sur une grande nappe noire comme si un magicien un peu maladroit, en voulant lire sa boule de cristal avait renversé ses morceaux de magie, sa poussière d'or dans la nuit d'encre. Le vaisseau avait atterrit en pleine nuit encore; Luke s'était levé à 3h comme lui avait demandé son maître, réveillé par son fidèle R2 Jaune qui répondait au doux nom de Bip. Comme prévu l'énergie qui fourmillait anormalement en lui la veille s'était éteinte et le gamin, malgré son émerveillement ne pouvait empêcher quelques baîllements de temps à autres. Le Padawan était fatigué mais aussi nerveux et excité; il n'avait que 10 ans et son organisme peinait à accepter un levé si prompt, il y avait aussi ce passé qu'il devrait raconter devant un tas de gens inconnus sur une planète inconnue...Même pas une région, un pais...Non une planète rien que ça! Mais Luke était aussi heureux de son expérience du vol. Il avait sentit les vibrations, les secousses et la légèreté que leurs corps avaient dans l'espace; légèreté moindre que personne ou presque ne pouvait percevoir à part le Hapan, aveugle et donc bien plus réceptifs aux changements et aux détails...

L'apprenti Jedi était aussi tout content de revoir son père qui l'avait élevé pendant un peu moins de deux ans, suite à son "sauvetage" part le médecin de Madame Kayan qui avait profité de la maladie de cette dernière pour demander la garde du petit et porter plainte. Sans doute que le Sénateur Grimm ainsi que sa nouvelle femme et leurs deux jumaux allaient avoir un choc en voyant l'enfant qu'ils avaient quitté apathique, triste et presque éteint il y avait de cela trois ans. Certes Luke avait gardé cette attitude parfois perdue, sauvage et tristounette...Mais parfois seulement; le plus souvent c'était un gamin éveillé qui n'avait de cesse d'observer autour de lui et qui commençait-comme son maître avait dû le percevoir- à montrer peu à peu sa force de caractère jusque là tellement enfoui que sans connaître son passé, on le prendrait pour un lâche.

L'enfant décidé à rendre son mentor fier ne lui tenait pas la main et ne se cachait pas derrière la toge de son dernier malgré l'envie qu'il en avait. Il essayait de ne pas montrer sa crainte et marchait dans le sillage de Maître Don le dos bien droit, les yeux somme toutes un peu trop fixes mais fureteurs. En réalité c'était part la Force et non par son regard inutile que le Hapan fouillait ce nouveau monde; ne cherchant plus à fuir l'inconnu mais à l'apprivoiser malgré sa crainte...En cela résidait le principal changement que le Temple Jedi avait opéré chez lui. Pour le physique; Luke avait toujours deux ans de retard et sa fragilité apparente lui donnait plus 8 ans que ses 10 ans déjà bien entamé. Il était très mince et ses os fins, ça n'aidait pas. Son visage était celui d'un Hapan...Beau, angélique, parfait...Cette race n'avait eut de cesse que de toucher à la génétique alors forcément. Le père de Luke aussi était beau malgré la vieillesse qui commençait à se voir à ses 60 ans bien trempés maintenant. La mère, l'horrible mârâtre avait quand à elle 52 ans; ayant eut son fils très tard après avoir longtemps désespéré maintenir l'empire des Kayan...La maladie qui l'avait rongé pendant quelques mois-suffisants pour sauver Luke-, la méchanceté lui avaient fait perdre une bonne partie de son physique admirable qu'elle déplorait à qui voulait l'entendre...

Le petit garçon attendit dans l'astroport, le bruit des vaisseaux ne le rassurait pas...Son père allait bientôt arrivé, dans ses souvenirs le Sénateur était toujours ponctuel comme tout sénateur se le devait! Normalement il y aurait aussi son demi-frère Tom et sa demi-soeur Mélinda de deux ans ses cadets, faux-jumaux mais qui faisaient aussi âgé que lui physiquement...Luke avait hâte de revoir ces deux-là farceurs comme tout et inséparables qui avaient sû lui insuffler un peu d'amour pour la vie, suffisamment en attendant que le Temple Jedi prenne le relai et finisse de le guérir peu à peu...Assez pour que le Padawan essaye désormais de vivre et ne se laisse plus aller des heures et des heures devant une baie vitrée sans rien attendre que le soleil sur sa peau...

Bientôt une silhouette haute et droite arriva auprès d'eux, un peu essouflé d'avoir semé les journalistes-Il représentait quand même Hapès sur Coruscant s'il vous plaît^^-pour rejoindre son Fils et le maître de ce dernier. A ses côtés, peut-être réel ou n'était-ce qu'une ombre mais une silhouette bipède semblait se dessiner...Serait-ce la brume matinale qui l'avait dessinée ? En tout cas Luke, Aveugle ne pouvait pas le savoir et sentait juste la présence de son Père...


Dernière édition par Luke Kayan le Mer 26 Nov 2008 - 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mer 26 Nov 2008 - 22:34

-Biiip! Bip! bip!

"Lève-toi! Lève-toi"...Autrement dit, remplissant méticuleusement la mission confié par Saï Don la veille, le petit droïd venait de réveiller son petit maître à 3H00 pile du matin pour aller sur Coruscant...Pour y faire quoi ? Bah...Ca ce n'était pas ses affaires; c'était une histoire d'humain après tout non ? Le robot roula jusqu'au lit de son maître tandis qu'un genre de pince sortait de son ventre pour saisir la couverture du lit et la retirer doucement afin de lever Luke...Tout content d'avoir accompli sa mission lorsque le Jedi se leva en grommelant pour aller manger une brioche préparé la veille, Bip rangea son bras mécanique ainsi que sa troisième "patte" pour se mettre en position verticale; à moitié "endormi" en attendant le padawan. Il n'avait pas besoin d'économiser de l'énergie étant donné que ses batteries étaient "recyclables" et que son corps n'avait de cesse d'en produire seul en renouvellant l'ancienne mais c'était une habitude -si tenté qu'un droïd puisse en avoir-

De son petit oeil mobile, à grand renfort de "Roûuuuu" lorsque son dôme tournait et de sifflotis lorsqu'il enregistrait de nouvelles données R0-D7 regardait lui aussi les étoiles. Le droïd à défaut de s'émerveiller de leur beauté; de leur majesté ou de leur poésie essayait d'analyser leur composante et de retrouver quelque chose à ce sujet dans son "encyclopédie" interne accumulée au fur et à mesure de ses aventures en plus du programme initial...Bip avait été crée pour prendre des initiatives et être curieux, toujours apprendre, apprendre apprendre pour s'en servir plus tard et c'est ce qu'il faisait avec "joie" - sauf pour la mécanique, comble du comble étant donné son appartenance aux groupe astromechs mais passons-...Dans le grand vaisseau, une fois le tour du propriétaire terminé et les informations enregistrées il se posta sagement dans un coin en mode "repos" sans se désactiver pour autant...N'ayant pas besoin de recharger son énergie Bip ne se mettait quasiment jamais en veille.

Une fois sur le plancher des "vaches", les capteurs de ses roues lui envoyèrent une multitude de données sur la composition du sol tandis que le reste analysait l'air...Mouais, plutôt pollué selon ses chiffres...Une situation nouvelle s'offrit à Bip lorsque Maître Don et le Padawan levèrent la tête vers une silhouette lointaine. Le capteur de chaleur de R0-D7 indiquait une masse en mouvement de 37.5 °...Sans doute un humain ayant un peu trop chaud ou fiévreux bien que le droïd ne comprenne pas trop ce terme...Malade = Surchauffe avait essayé de lui inculquer Luke...Mais quand tout était parfaitement réglé, comment pouvait-on faire une surchauffe? Les capteurs de Bip étaient précis mais pas exeptionnels non plus de part son appartenance aux Astromechs et non aux droïds de combat. Pour cela le robot fut un peu décontenancé par ce qu'il crut être une ombre aux côtés de l'homme -selon la carrure apparemment s'en était un- une ombre nullement humaine car aucune chaleur n'émanait de lui...Ce n'était pas vivant...Hummm peut-être la brume ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Jeu 27 Nov 2008 - 21:02

Eh bien espérons que ce nouveau propriétaire relèvera le niveau des autres !

Il avait pas mal bourlingué depuis la mort de sa conceptrice. Tout d'abord, il s'était retrouvé sur le marché noir, et avait atterri entre les mains d'un Mon Calamari mafieux. Il s'était plutôt bien entendu avec lui. Son nouveau maître était quelqu'un d'intelligent et la tête sur les épaules, il savait que seul comptait l’intérêt personnel, c'était "tuer ou être tué". Et DT se faisait une joie d'éliminer ceux qui pourraient un jour probablement nuire à son maître. Cependant cette cordiale collaboration ne dura pas longtemps : alors que DT infiltrait la maison d'une cible, il fut capturé et reprogrammé pour liquider son propriétaire. Il fut ensuite revendu à une riche famille sur Naboo, qui se servit pendant un mois de lui comme majordome. Il devait constamment subir les piaillements de leur agaçante et nombreuse progéniture, qui l'obligeait à éxecuter leur quatre volontés. Très vite, DT-89 se lassa. Il ne parlait de ses protocoles d'assassinat qu'aux maîtres qu'il appréciait un tant soit peu, et à qui il pensait qu'ils s'en serviraient judicieusement. Or, c'était loin d'être le cas de ces abrutis d'Ithoriens. Son programme Origine était donc vierge, et il n'avait de chaînes que des ordres vaseux qu'il pouvait très facilement mal interpréter. Aussi, lorsqu'après une après-midi particulièrement éprouvante pour ses circuits on lui ordonna de "descendre les ordures"... Un léger court-circuit dans son programme de langage, il comprit le sens familier des paroles et s’exécuta aussitôt, promptement, soigneusement, et avec zèle s'il vous plaît !

Comme sa mémoire et ses circuits étaient trop bien protégés pour les mécanos incompétents des services de l'ordre, et que comme à son habitude il n'avait laissé aucun indice ou trace, on ne sut jamais comment la famille était morte. C'est ainsi qu'il fut légué au frère du défunt Ithorien, qui le revendit presque aussitôt pour des clopinettes à un commerçant sur Coruscant. Malgré qu'il fut plutôt vexé d'être vendu pour si peu vu sa qualité indéniablement supérieure, il était néanmoins satisfait de revenir sur Coruscant : la planète où il pouvait travailler le plus efficacement possible.

Ce fut à ce moment qu'il fut à nouveau revendu. D'après les informations auxquelles il eut accès, c'était un sénateur, rien que ça ! Enfin un maître à la mesure des talents du droïde ! Comme ses talents "spéciaux" étaient cachés, et vu sa connaissance de plusieurs langues, sa constitution et ses manières précieuses, il fut vendu en tant que droïde de protocole, comme c'était souvent le cas.

Mais DT-89 ne tarda pas à être vivement déçu, ce n'était pas au sénateur qu'il était destiné, qui d'ailleurs lui avait paru malheureusement droit et intègre, mais à son jeune fils. DT piocha dans son répertoire d'onomatopées pour pousser un profond soupir, encore un petit bidon de fluides organiques en voie de développement... Il espérait qu'il n'aurait pas à "descendre les ordures" trop rapidement cette fois...

Il resta donc inutilisé pendant deux semaines. Pour ne pas rouiller d'ennui dans la gigantesque demeure, DT patrouillait, couloirs, cour, il analysait les différentes issues possibles, scannait les visages de tous les domestiques, bref, tuait le temps. Puis on vint une nuit le chercher pour l'emmener à son véritable propriétaire. S'assurant pendant tout le trajet de la sécurité du sénateur contre tout attentat (DT n'y était en rien obligé, mais il aimait bien se sentir utile), ils arrivèrent rapidement aux quais d'embarquement. Ses capteurs de chaleur étaient en ébullition, entre les moteurs des vaisseaux et les milliers d'êtres vivants grouillants. Même à cette heure tardive les touristes, émigrants et immigrants affluaient. Ils se dirigèrent vers un quai en particulier, un vaisseau venait, au vu de l'activité de ses refroidisseurs, se poser il y a peu. Deux bipèdes se tenaient près du vaisseau, ainsi qu'un... ses senseurs électroniques se mirent en marche, oui, un droïde, astro-mécano au vu de sa conception primaire et peur recherchée. Il captait également d'étranges ondes provenant de sa part, qui ne concordait pas avec celles habituellement émises par sa catégorie, étrange, mais peu inquiétant. Dans les deux bipèdes, l'un était un humain. Il paraissait proche de sa limite de vie, mais pour une raison inconnue, son corps semblait même mieux constitué que les autres humains. En comparant l'autre avec le sénateur, il comprit très vite que c'était lui le fils à qui il allait appartenir. Chétif, il le voyait mal tenir une arme. Enfin... Il n'était qu'un droïde et devait accepter ses maîtres quels qu'ils soient. Il assista, immobile, aux retrouvailles entre le père et le fils, jetant des regards froids au petit droïde trop joyeux à son goût. Puis il s'avança vers son propriétaire.

"Cette unité DT-89 entre dès maintenant sous votre contrôle, maître. J'ose espérer que vous en ferez bon usage, et qu'elle vous servira au mieux. Désirez vous quelque chose ? Souhaitez-vous que je vous débarrasse de l'incommodante présence de ce petit tas de ferraille ? Bien qu'il n'a pas dû vous être d'une grande utilité dans le passé, quelle que soit sa fonction, vous n'en aurez plus besoin maintenant que vous m'avez."
Revenir en haut Aller en bas
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Jeu 4 Déc 2008 - 8:35

[HRP : Luke, je te laisse le soin de jouer le sénateur et ses enfants, parce que je ne sais pas trop comment tu veux qu'ils soient...]



Le voyage spatial n'avait pas été long. Ou plutôt si, mais ni maître ni padawan n'avait vu le temps passer : tout heureux qu'il était de reprendre ses voyages, le vieil homme racontait à Luke ce qui s'offrait à leurs yeux. Il connaissait les noms des étoiles les plus brillantes et ne se privait pas de les nommer en expliquant à Luke quel système elles hébergeaient. Parfois, il ponctuait ses explications d'une petite anecdote vécue par ici ou par là, comme cette planète désertique sur laquelle il avait attendu la nuit pour dormir : le soleil ne s'y couchant jamais, il avait attendu des jours avant de s'effondrer d'épuisement. Ah ! Il en avait connu des choses lorsqu'il était chevalier ! Et ce serait au tour de Luke, à présent.

Quelques heures plus tard, leur vaisseau atterrit dans l'astroport de Coruscant. Il était immense et grouillait de voyageurs, de vaisseaux, de droïdes et de techniciens. Tout cela n'avait rien à voir avec l'astroport d'Iziz, et Maître Don ne se priva pas pour faire part de son enthousiasme à Luke.

Bip les suivant en sifflant quelques fois d'agacement lorsque que quelqu'un le percutait sans une excuse, ils traversèrent les pistes d'atterrissage pour rejoindre le grand hall de l'astroport. Là, les sièges étaient envahis par des familles de toutes races qui attendaient un transport, de créatures qui surveillaient les terminaux dans l'espoir d'apercevoir un proche ou qui râlaient à des comptoirs pour obtenir leurs billets. La salle était haute, et parmi le brouhaha ambiant, parfois une voix féminine retentissait dans des hauts-parleurs pour annoncer le départ ou l'arrivée de telle ou telle navette dans plusieurs langues différentes.

Maître Don veillait tout de même à ce que Luke, qui le suivait courageusement sans un signe de peur ou d'irritation face à ce monde qu'il avait dû oublier, marche bien dans ses traces et ne se perde pas, ni ne soit la victime d'un pickpocket. Bien qu'ils aient, tels des Jedis, très peu de possessions sur eux, il serait fort ennuyeux que l'on lui ôte son sabre laser. Toutefois, la plupart du temps, les pickpockets n'étaient pas assez fous pour s'attaquer au compagnon d'un vieux Maître Jedi.

C'est alors que -et le vieil homme ne put s'empêcher de soupirer à la vue des journalistes- ils aperçurent enfin celui qu'ils cherchaient.

- Sénateur Grimm ! Appela Maître Don en faisant signe d'une main pour que le sénateur les repère dans la foule.

L'homme les remarqua immédiatement et vint dans leur direction, suivi de près par deux jeunes adolescents et un droïde à la démarche militaire.
Pour signifier à son padawan qu'ils étaient arrivés face au sénateur, Maître Don vint poser une main sur l''épaule de Luke en s'immobilisant.

- Bonjour, Sénateur, se contenta-t-il d'énoncer.

En effet, les retrouvailles se feraient plutôt d'abord avec Luke, et si le sénateur avait envie de parler de l'évolution de l'enfant, ce ne serait pas immédiatement.

- Et, heu, non, Bip est notre compagnon, merci, ajouta-t-il en agrandissant un peu les yeux.

Le sénateur avait dû penser que jamais Luke n'évoluerait pour lui offrir un droïde de sécurité pour le protéger... Un peu contrarié, le vieil homme songea que ces machines violentes ne devraient jamais sortir des champs de bataille. Allons bon, si Luke en était le maître, toutefois, il allait devoir se le coltiner et le surveiller, cet énergumène...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Jeu 4 Déc 2008 - 23:10

- Bonjour, Sénateur,

-Oh Maître Don c'est vous, j'ai entendu votre nom dans bien des bouches

Fit le Sénateur sincèrement enchanté et non obséquieux ou faux comme la plupart de ses collègues. Il ne savait pas grand chose à part que c'était un bon Jedi apparemment...En tout cas l'homme était respecté; tous ceux qui avaient eu à faire chantaient les louanges de ce vieux personnage un peu excentrique parfois qui donnait l'impression d'avoir 20 ans de part l'énergie qu'il avait encore en ressources. Le brave sénateur était ravi que Luke ait cet homme comme mentor. Il sourit au Jedi avec une sincérité un peu déstabilisante, car rares étaient les politiciens aussi intègres et honnêtes que le sénateur Grimm...Mais il fallait avouer que savoir son fils battu pendant ses années sans pouvoir rien faire aidait à prendre conscience de l'importance de la notion du bien. De ce fait il était riche grâce à son travail fournit mais beaucoup moins que la plupart de ses compères...Et ses achats étaient souvent modérés sauf peut-être pour DT-89 qui avait l'air d'être une vraie perle de la technologie.

-Je suis heureux de vous rencontrer malgré les circonstances

Repérant enfin son fils, le sénateur se moquant de l'éthique s'approcha son enfant qui lui avait tant manqué puis le souleva sans aucune autre forme de procès. Le gamin, étrangement ne broncha pas, il ne chercha pas à se défaire d'une étreinte qui l'aurait appeuré venant de quelqu'un d'autre. Le sénateur ne s'attendait pas à ce que Luke réagisse et lorsque ce dernier l'enlaça il eut les yeux un peu humides tout à coup...Mince quoi! Ce fils que tout le monde avait plaint car on le croyait faible et malade mentalement était en fait...Comme un autre, aussi intelligent que les autres gamins. Il se tourna vivement vers le maître, logeant Luke contre sa poitrine. Ce dernier se sentait plutôt bien là-haut...Il pouvait enfin relâcher un peu ses efforts concernant le repérage...De là-haut aucun obstacle ne pouvait le faire butter puisque le sénateur le portait

-Merci...Maître

Il s'inclina légèrement pour bien montrer son respect envers le Jedi qui avait accomplit ce miracle, lui et ses pairs puis embrassa son fils avant de le faire descendre...Aussitôt le petit se tourna vers son maître pour voir si tout allait bien de son côté avant de se diriger vers son demi-frère et sa demi-soeur, rassuré de voir que Saï se portait à merveille...Ceux-ci bien que de deux ans plus jeune que le padawan le dépassait de part la taille et paraissait plus vieux. Ils étaient beaux mais la perfection caractéristique des Hapan était plus atténuée chez eux étant donnée que leur mère était une humaine. Cependant de coeur, elle était certainement mille fois plus belle que la génétrice Hapan de Luke.

-Merci papa pour le droïd...Tom ! Mélinda!

Le petit Jedi les embrassa avec tendresse; parlant quelques instants avec eux, laissant les adultes entre eux

-Maître Don...Ma femme nous attend au tribunal. J'aurais voulu qu'elle n'y participe pas...Mais c'est elle qui a récupéré Luke la nuit...Quand le médecin de mon ex-épouse nous l'a amené. C'est aussi elle qui a appelé l'hôpital lorsqu'on a détecté une hémorragie interne après qu'elle ait essayé de le baigner. C'est là qu'il a perdu la vue...Les enfants ne viendront pas par contre, ils voulaient juste voir leur frère. Quelqu'un les gardera. Ils voulaient venir mais hors de questions qu'ils entendent parler de ces horreurs. Je leur expliquerai plus tard

Il ne savait pas vraiment pourquoi il expliquait tout cela au vieux Jedi. Sans doute le stress. Le pauvre homme avait déjà été face à face avec sa femme lorsqu'elle était encore enceinte et cette dernière, redoutable avait réussi à obtenir qu'il n'approche pas son enfant à moins de 500 mètres mais aussi à voler la moitié de son argent...Cette femme était terrible!

Le gamin se retourna quant à lui vers DT-89; l'observant avec méfiance mais curiosité. Contrairement à la plupart des enfants, Luke ne criait pas, ne courrait pas dans tous les sens. Il était calme et tranquille; sachant apprivoiser petit à petit la nouvetaué depuis qu'on lui avait apprit à ne plus en avoir peur. Comme le Jedi ne voyait plus; il se concentra sur la Force mais pour un Padawan voir un être non vivant à travers la Force était très difficile; il réussit juste à définir la taille de DT-89 sans exactitude mais aussi sa position. Ceci étant fait le gamin put poser ses doigts sur le métal froid du droïd...

"Cette unité DT-89 entre dès maintenant sous votre contrôle, maître. J'ose espérer que vous en ferez bon usage, et qu'elle vous servira au mieux. Désirez vous quelque chose ? Souhaitez-vous que je vous débarrasse de l'incommodante présence de ce petit tas de ferraille ? Bien qu'il n'a pas dû vous être d'une grande utilité dans le passé, quelle que soit sa fonction, vous n'en aurez plus besoin maintenant que vous m'avez."

- Et, heu, non, Bip est notre compagnon, merci,

-Bip est mon ami. Tu ne dois pas lui faire de mal

Ennonça l'enfant sur un ton protecteur envers le petit R2 mais pas le moins du monde méchant envers DT-89...Même si au fond l'idée l'effrayait un peu...Il en avait de drôles d'idée ce droïd! Son père ne réagit pas, sans doute le sénateur n'avait pas entendu le robot parler ou pensait-il que c'était un farce ?

-Et quelle est donc ta fonction à toi ?

Demanda-t-il poliement avec un peu de distance toutefois...Il aimerait bien que le curieux droïd décrive un peu plus ses qualités et défauts, non comme un acheteur mécontent ou autre...L'intention du Sénateur Grimme le touchait énormément; mais juste par curiosité et pour découvrir ce qui l'entourait aussi
...

-Au fait-Fit l'enfant en revenant à son mentor, tout fier comme cela lui arrivait peu-Tom, Mélinda, je vous présente Maître Don, c'est un Jedi, et c'est lu iqui va m'apprendre à en devenir un. Je vais tout faire pour bien réussir comme il faut...

Vu que son père connaissait déjà son maître apparemment, inutile de faire les présentations...Les deux gamins s'approchèrent du vieux Jedi et pour s'amuser ils lui firent une révérence avant de s'éloigner. Luke fut très peiné car le marjordome ou ce qui s'y apparentait vint les chercher; Grimm n'utilisait pas beaucoup de "serviteurs"...Il répugnait à faire cela mais pour garder les enfants cette fois c'était pratique. Ceux-ci n'avaient pas l'habitude, cela se voyait car ils rechignèrent; avec douceur le Sénateur parut leur expliquer quelque chose puis Tom et Mélinda, tristes mais résignés obéirent, offrant un salut à Luke qui espérait bien les revoir après le tribunal.

-On doit y aller maintenant ?

Demanda courageusement l'enfant qui voulait montrer à son maître comme il retenait bien son enseignement...Son mentor lui avait promit qu'il ne lui arrivait rien donc Luke devait faire confiance à ce dernier! Puis il n'était pas le seul à être embêté avec cette histoire. Son pauvre papa et sa femme aussi seraient obligés d'y être tout comme l'ex- médecin de Maria Kayan qui l'avait sauvé...Pendant des années ce dernier avait joué le jeu de la femme jusqu'à la fin, qu'elle croit qu'il était de son bord pour lui laisser la garde de l'enfant lorsque la maladie s'en était prit à elle...C'était à se demander si ce n'était pas lui qui avait glissé quelque chose dans les boissons de la mégère pour l'affaiblir...Le pauvre avait été vraiment choqué par la vue de Luke; étant médecin, même si les coups étaient cachés il pouvait facilement deviner si un gamin était bien traité ou pas...

-Je crois que c'est l'heure

Fit le sénateur stressé en regardant sa montre

-Merci encore pour votre présence

Lança le sénateur Grimm, éternellement reconnaissant envers Saï Don


Dernière édition par Luke Kayan le Dim 7 Déc 2008 - 2:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Dim 7 Déc 2008 - 2:11

Souhaitez-vous que je vous débarrasse de l'incommodante présence de ce petit tas de ferraille ?

Bip était tranquillement en train d'assister aux retrouvailles de son petit maître et de son père avec toute l'émotion dont est possible un droïd...C'est a dire en calculant la joie de chaque partie en comparant les changement de température de leur corps et autres signaux scientifiques cassant un peu la poésie du moment...Mais que voulez-vous; aussi attachant soit-il, Bip était un robot et certaines choses lui échappaient malgré sa capacité à se forger un caractère beaucoup plus prononcée que la plupart des autres êtres de "fer". Donc le R2 jaune profitait pleinement de ces retrouvailles lorsque la troisième silhouette que ses capteurs avaient signalé comme un grand droïd bipède se mit à baragouiner n'importe quoi...Non mais quelle arrogance dites-moi donc! Comment ça inutile ? Bien sûr que si Bip était utile non mais! Et qui avait réveillé Luke ce matin hein ? Et qui le guidait parfois lorsque le Padawan était perdu ou trop fatigué pour "voir" les obstacles à travers sa "Force" ? -D'ailleurs Bip n'avait toujours rien comprit au principe que ses capteurs ne pouvaient déceler et pourtant...Il avait essayé !!! -Une main sur son dôme arrondi, le petit garçon pouvait toujours compter sur son fidèle petit compagnon à trois pattes pour lui montrer le chemin...Et l'autre là, à peine arrivé commençait à lui demander si il avait besoin qu'on le débarrasse de ce "tas de féraille"...Pffft en plus Bip était sûr que le modèle du grand robot était plus ancien que le sien à peine âgé de 2 ans ...Alors hein !

-Biiiip! Bôoo bip bip ! Biliip !

Ce qui signifiait en gros " Hey regarde l'état de tes cables avant de juger celui des autres boîte de conserve mal assemblée"...En gros dirons-nous! Mais bon les sifflotement agressifs se dispensaient de traduction; tout le monde avait comprit que le petit robot n'avait pas du tout apprécié la "gentille" proposition de DT-89...

- Et, heu, non, Bip est notre compagnon, merci,

-Bip est mon ami. Tu ne dois pas lui faire de mal


Si le petit droïd avait su rire, nul doute qu'il l'aurait fait. Il se sentait rassuré...Enfin autant qu'un robot puisse l'être encore une fois; mais au moins le voilà sauvé; le mot "compagnon" et "ami" dans le langage humain signifiait " je veux te garder près de moi" dans le dictionnaire électronique de Bip...Ou " j'ai encore besoin de toi"...Exactement le contraire de ce qu'on lui avait fait comprendre dans cette ancienne entreprise qu'il était sensé sauver grâce à son concept révolutionnaire d'autonomie et de recyclage d'énergie...Qui avait en fait coûté plus que ce que cela ne pourrait jamais rapporté; bref, le vieil homme qui semblait proche de son propriétaire et ce dernier lui-même souhaitaient le garder donc...

Le R2 restait tout de même "méfiant". Il s'approcha, tous ses capteurs en éveil, prêt à déceler une "alerte rouge" concernant l'individu. Sortant sa troisième "patte" pour rouler un peu autour de l'individu et analyser ce qu'il pouvait tout en restant à distance respectable le Droïd récolta bien peu d'informations; les humains possédant cet avantage de distribuer à tout va dans le vide des signaux changeants, organiques que Bip pouvait plus ou moins reconnaître; apprenant petit à petit à savoir l'état d'un humain à sa voix, à la chaleur que son corps dégageait, à ses gestes ou à sa peau si ce dernier le touchait mais aussi à leur langage que le R2 comprenait parfaitement...En même temps c'était plutôt utile pour un Astromécano de savoir le basic; parce que sinon, pour réparer un vaisseau on n'était pas sorti de l'auberge...Donc bref pour en revenir à nos fils électriques bien emmêlés; Bip fut bien mécontent de ne déceler aucune information intéressante sinon la taille impressionnante de l'être pour un droïd -comprenez, lui faisait à peine ses 1 M- et son aspect de bipède -pas très pratique pour l'équilibre nota le petit robot pour lui-même.

-Bip biiip Bip Biip bÔoOo?

Il demandait au droïd son lieu de fabrication et son matricule entier pour savoir à quel "espèce" appartenait son compère. C'était une chose qui se faisait pas mal entre droïds pour "faire" connaissance quand ils se rencontraient et être fixé sur l'utilité de chacun et donc la place qu'il devait tenir...Même si celle du R2 en temps que "compagnon" ou robot effectuant des tâches normalement réservées aux droïds de protocole étaient un peu hors normes. Pour "montrer" l'exemple, il déclina lui-même son identité; l'information s'affichant sur un petit écran de son dôme qui servait aussi de traducteur pour les humain - pour la même raison justifiant que les R2 comprenaient le basic...Dur dur de réparer un vaisseau sans communication de la part des deux parties-

Citation :
"Matricule RO-D7; issu de l'entreprise A.C.C "Astromechs-Coruscant-Compagny" sur Coruscant, âge du matériel: 2 ans, classe du droïd: astromech spécialisé dans la réparation de vaisseaux type chasseurs"

Voyons si DT-89 connaissait la "politesse" et lui rendrait la pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: i   Dim 7 Déc 2008 - 19:28

DT-89 fut assez interloqué du refus de son nouveau maître à se délester de l'unité astromécano, surtout que le vieil homme qui l'accompagnait s'y opposa également. Non pas que son avis ait un quelconque poids sur DT, mais cela renforçait son incrédulité sur la nature humaine. Après tout, c'était quelque chose de tout à fait normal, même plus, naturel, de se débarrasser de l'obsolète et de le remplacer par du meilleur.

"Comme vous le désirez, maître, je cherchais seulement à vous rendre service. Soyez donc assuré que je ne toucherais pas un seul de ses boulons, tant que vous me l'ordonnerez."

Le petit droïde semblait ne pas avoir apprécié sa suggestion et avait échauffé ses circuits, jetant dans ses recepteurs audiaux une gerbe remarques outrées et colèriques. DT soupira : typique des astromech, ils n'avaient aucun "sang" froid, toujours à s'emporter inutilement et à en faire six caisses. DT allait répliquer lorsque son propriétaire lui demanda plus amples informations sur ses fonctions. DT se fit donc une joie d'oublier le nabot mécanique et de faire un exposé de ses capacités, répondant par la même occasion à ce dernier lui demandant d'où il venait.

"A l'inverse de certains camarades, je ne suis pas le produit d'une entreprise en robotique, je n'ai pas été pensé par une équipe d'ingénieurs tous plus incompétents les uns que les autres, je n'ai pas vu le jour dans une morne chaîne de travail, et je n'ai surtout pas été fabriqué en série. Pour l'heure, sachez que je suis un droïde très polyvalent. Je suis par exemple doté de programmes d'élocution de grande qualité, je comprend ainsi de nombreux languages et idiomes parlés dans la République et la Bordure. Je suis également doté d'excellentes connaissances en ce qui concerne l'informatique et la programmation/reprogrammation de droïdes. Sachez aussi que je suis un Droïde de protocole et serviteur hors pair, je serais en mesure de vous rendre tous les services que vous me demanderez."

DT marqua une pause, savourant l'effet que faisait sa tirade. ET ce n'était pourtant que ses fonctions secondaires. Car si DT excellait dans tout ce qu'il venait d'énumerer, sa véritable maîtrise se trouvait autre part. Bien sûr, comme son programme origine ne lui permettait pas de mentir en ce moment, il était bien obligé de décrire ses fonctions en totalité. Mais rien ne l'empêchait de parler de manière plus subtile, pourvu qu'on ne lui pose pas plus de questions.

"Pour ce qui est des situations nécessitant plus de muscle que de diplomatie, sachez aussi que mes compétences de combat ne vous décevront certainement pas. Et je suis le droïde de la situation si vous désirez... regler une situation épineuse..."

Bien, les présentations étaient faites. Tout ce qu'il espérait, c'était que son maître n'était pas le genre à le mettre à la casse dès qu'il découvrirait ses fonctions d'assassin, mais qu'au contraire il s'en servirait avec un enthousiasme justifié ! Enfin bref, passons à autre chose. Faisant exprès de se positionner entre le petit droïde et le maïtre, cachant complètement ce dernier, il demanda :

"Désirez-vous que je vous accompagne, ou dans le cas contraire, où souhaitez-vous que je stationne ? Coruscant n'est pas une planète fort paisible, je serais plus rassuré si vous me permettiez de veiller sur votre sécurité."
Revenir en haut Aller en bas
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Dim 21 Déc 2008 - 18:14

En réponse aux remerciements du Sénateur Grimm sur les progrès de Luke, Maître Don afficha un sourire entendu :

- Ne me remerciez pas, Luke est un padawan remarquable et j'ai beaucoup de plaisir à le former.


Après tout, le vieil homme n'estimait pas avoir à être remercié sur ce point. S'il n'avait pas, sur un coup de tête, choisit un matin d'emmener Luke dans la salle du Conseil alors qu'il devait faire son rapport sur Dagobah, sans doute un autre Maître aurait-il fini par prendre le jeune hapan sous son aile et aurait fait aussi bien que lui.
Maître Don attendit que Luke en ait terminé avec ses retrouvailles avant d'inviter le Sénateur Grimm à poursuivre la conversation tout en marchant vers le tribunal. D'un coup d'oeil imperceptible, il vérifia que son padawan leur emboîtait le pas avec ses deux droïdes.

- Vous avez bien fait, Sénateur,
fit-il sur un ton compréhensif, vos enfants sont un peu jeunes pour assister à un tel spectacle. Quant à votre femme, je comprends qu'elle soit curieuse de savoir comment va finalement se dénouer toute cette histoire. Et Luke sera certainement heureux de la revoir.

La petite compagnie sortit de l'astroport après que l'on ait vérifié leur passeport et leur code d'immatriculation pour les droïdes. Une twi'lek à l'air morose leur souhaita négligemment un « bon séjour sur Coruscant » avant qu'ils ne se retrouvent tous dans une large allée pavée bordée de bâtiments colossaux aux formes étranges et aux couleurs criardes. Autant de monde circulait en se bousculant, en discutant à voix forte pour couvrir le brouhaha, et le vieil homme, comme par une habitude ancestrale, vint poser une main sur l'épaule de son padawan : impossible de le perdre ainsi.

- Quel débordement de vie !
S'exclama Maître Don avec amusement. Je n'avais pas vu cela depuis des années... Tu ressens tout cet impressionnant flot, Luke ?

Bien sûr, qu'il le ressentait, mais le vieil homme voulait que Luke s'enrichisse de son tout premier voyage avec son Maître. A travers la Force, le padawan pourrait ici se rendre compte que la vie était loin d'être la même partout. Au Temple, la vie était tel un lac paisible. Ici, c'était un torrent d'informations, d'émotions, d'intentions que l'on pouvait lire à travers la Force.

- Si impressionnant que l'on pourrait facilement s'y perdre, toutefois... Il est difficile de se concentrer en de tels lieux, tant il y a d'information à prendre en compte. Essaie de ne te concentrer que sur ce qui se passe dans un petit rayon, à deux-trois mètres de toi.

Derrière eux, les deux droïdes suivaient, et le vieil homme ne pouvait s'empêcher parfois de jeter quelques coups d'oeil méfiants à l'encontre du droïde d' « allègement de présence indésirée ». Quel nom odieux ! Il se tourna à nouveau vers le Sénateur.

- Vous utilisez souvent ce type de droïde ?
Interrogea-t-il sans se cacher de DT-89. Excusez ma méfiance, mais je ne fais pas trop confiance aux machines. Est-il possible qu'il se montre facilement agressif ?

Le vieil homme regarda à nouveau le droïde en question avant de s'adresser à lui.

- DT-89, pour t'expliquer brièvement la situation, je suis le Maître Don de l'Ordre Jedi. Et je suis... Le maître de ton maître, si je puis dire. J'imagine que tu dois posséder pas mal d'information dans ta banque de données sur les Jedi ; probablement sais-tu que nous sommes une organisation pacifiste... Qui essaie d'avoir recours aux meurtres et aux violences physiques le moins possible. Etant le droïde de Luke, tu fais donc quasiment partie intégrante de l'Ordre Jedi désormais, et je vais donc te demander d'essayer d'adopter toi aussi ce comportement pacifiste. Ta programmation te le permet-elle ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mer 7 Jan 2009 - 21:16

-Quel débordement de vie ! Je n'avais pas vu cela depuis des années... Tu ressens tout cet impressionnant flot, Luke ?

La main protectrice de Saï Don se posa soudain sur l'épaule de Luke qui tressaillit mais ne se dégagea pas...Au contraire. Bien que ridée car vieille, les doigts de son maître étaient rassurants; le Padawan était enchanté que ce dernier l'ait fait, il avait jusque là évité le contact pour se montrer courageux envers lui...montrer qu'il savait fait autre chose que se cacher derrière les plis de la robe de son mentor. mais puisque le vieux Jedi tenait tant que ça à ne pas le perdre, ce n'était pas le Hapan qui allait rechigner. Le petit garçon n'aimait pas beaucoup le contact en temps normal mais lorsqu'il apprivoisait quelqu'un, il en devenait, au contraire, très friant sans spécialement le montrer d'ailleurs...mais tout de même, au fond de son coeur le gamin appréciait beaucoup ce signe d'affection et d'attention...Le tout était de ne pas en profiter, de rester courageux et de ne pas se comporter comme un bébé en se réfugiant auprès de Saï Don même si c'était très tentant. Pour bien faire, décidément très volontaire le Padawan écouta même la leçon avec intérêt et attention. Le sénateur, curieux et ouvert aussi tendait l'oreille; pas de façon indiscrète non, presque comme un padawan...on s'attendait même à ce qu'il essaye d'ailleurs!

-Oh Oui alors...J'en aies presque le tourni

L'enfant, énergique une fois n'est pas coutume ne savait plus ou donner de la tête. il devait avoir l'air adorable ainsi...Comme il ne l'avait jamais été, éloignant plutôt les adultes de sa personne de part sa tranquilité anormale qui dérangeait; cette souffrance installée dans ses yeux vides qui ne se plaignaient jamais et ne pleuraient que rarement et encore, en cachette...Maintenant on aurait juste dit un gamin émerveillé comme tout gosse de 11 ans l'est devant cet immense spectacle. Le sénateur à fond dans la Force et l'amusement ferma les yeux et marcha ainsi, essayant d'imiter son fils...Mais la différence était que l'homme n'avait pas la Force et qu'il manquait singulièrement d'entraînement, aussi buta-t-il contre un obstacle et cela fit un grand bruit. Luke éclata d'un rire cristallin et doux, frais et léger... Il n'avait jamais ri jusqu'à maintenant, sourit oui...mais jamais ri.


- Si impressionnant que l'on pourrait facilement s'y perdre, toutefois... Il est difficile de se concentrer en de tels lieux, tant il y a d'informations à prendre en compte. Essaie de ne te concentrer que sur ce qui se passe dans un petit rayon, à deux-trois mètres de toi.

Luke, ne désirant pas faire comme son père qui se frottait maintenant le bout du pied- avouons que pour un sénateur, la classe et la dignité en avaient prit un sérieux coup mais il paraissait s'ne moquer-le padawan se concentra et fit ce qu'avait dit son mentor. Pendant une minute environ en fronçant les sourcils l'apprenti parvint à se cantonner au dit rayon...Mais après, une présence s'échappait de son cercle, mouvait et le déconcentrait car Luke la suivait dans la Force par réflexe...Il peinait à démarquer son rayon de deux ou trois mètres et à le rendre hermétique mais ce n'était qu'un élève après tout...S'il réussissait tout alors il ne serait pas sous la tutelle de Maître Don. Pourtant Luke essayait, cela on ne pouvait le lui repprocher...De toutes ses forces le petit Padawan retentait la chose, minute après minute et cela portait ses fruits car il parvint à rester bien concentré pendant quelques temps sur un rayon bien limité...Avant de reperdre la frontière.

- Vous utilisez souvent ce type de droïde ? Excusez ma méfiance, mais je ne fais pas trop confiance aux machines. Est-il possible qu'il se montre facilement agressif ?


-Et bien-Il se frotta une dernière fois le bout de pied sous les éclats de rire de son fils avant de le reposer par terre et de recommencer à marcher normalement, la petite douleur se diluant finalement-A vrai dire on me l'a vendu comme droïd de protocole uniquement; j'avais demandé un robot pour aider mon fils...Oui...je sais, vous allez pensez que je ne vous faisais pas confiance; en réalité, si puisque la première chose que j'ai fais quand je l'ai pu c'était l'ammener au Temple. Je savais que vous étiez capable de l'aider, mais pas d'exploits comme ceux-ci...de Miracles. Comprenez-moi, j'essaye d'être ouvert d'esprit mais il est difficile pour moi de mesurer les "capacités" de la Force. Le voilà en train de marcher comme ça...dehors, sans canne ni aide...Alors oui j'ai acheté ce droïd pour l'aider à cause de son handicap...Le vendeur sachant ceci et voulant à tout prix vendre ne m'a vanté ses capacités de robot de protocole. Il m'a dit que son disque avait été entièrement nettoyé.

Comme quoi, même un sénateur pouvait se faire avoir. mais sa voix n'était pas amère, il était quand même content de son achat car DT-89 était vraiment un excellent droïd. Jetant un coup d'oeil à ce dernier, le Sénateur lui accorda un sourire pour le rassurer...Non il n'irait pas à la casse.

-S'il le faut vraiment, si il vous gêne je le reprendrais. Il pourra m'être très utile, sans parler de la sécurité...Après tout, je n'ai pas de sabre-laser et aie déjà reçu des menaces

Confia-t-il au Maître. Il n'avait pas l'air d'avoir trop peur pour lui mais plus pour sa famille. Le sénateut Grimm n'était pas du genre à pleurnicher sur son sort mais assumer...Il ne s'enfuierait pas avec sa cassettes de bijoux si on le menaçait mais tenait à sa famille, vraiment plus qu'à tout!

- DT-89, pour t'expliquer brièvement la situation, je suis le Maître Don de l'Ordre Jedi. Et je suis... Le maître de ton maître, si je puis dire. J'imagine que tu dois posséder pas mal d'information dans ta banque de données sur les Jedi ; probablement sais-tu que nous sommes une organisation pacifiste... Qui essaie d'avoir recours aux meurtres et aux violences physiques le moins possible. Etant le droïde de Luke, tu fais donc quasiment partie intégrante de l'Ordre Jedi désormais, et je vais donc te demander d'essayer d'adopter toi aussi ce comportement pacifiste. Ta programmation te le permet-elle ?

Sortant tout juste de son exercice; Luke ne s'était rendu compte de rien, laissant poliment les adultes deviser comme on lui l'avait apprit. Il émergea en cet instant et regarda le droïd puis les deux hommes tour à tour.

-Hein ? Quoi ?


Oui un peu minable sur le coup mais que voulez-vous...On ne peut pas s'entraîner, essayer d'appliquer les conseils de son mentor et suivre la conversation...Au moins ça prouvait que Saï ne parlat pas dans le vide quand il apprenait des choses à son apprenti...

-DT-89 ? Agressif...Pourquoi donc ? Remarque il y a bien un moyen de le savoir...Dis-moi s'il te plaît DT- Et oui la politesse ne se perdait pas chezl ui, même face à une machine-Quels sont tes antécédents? Tes anciens maîtres par exemple...ce qu'ils faisaient, et surtout ta constructrice...Enfin si tu as gardé tout cela en mémoire.

Le gamin se justifia ensuite, surtout à Saï

-Puisque mon maître dit toujours que c'est au sabre-laser qu'on connaît le Maître...peut-être pourrions-nous essayer le contraire pour en savoir plus sur DT-89; non ? Connaître son fabriqueur et ses intentions pour en arriver à ce droïd.


Le Padawan pensait que DT-89 ne pouvait pas mentir; et ce serait d'autant plus intéressant que ce robot n'avait pas été fait à la chaîne apparemment...Donc.

"Désirez-vous que je vous accompagne, ou dans le cas contraire, où souhaitez-vous que je stationne ? Coruscant n'est pas une planète fort paisible, je serais plus rassuré si vous me permettiez de veiller sur votre sécurité."

S'adressant directement au droïd cette fois, le petit garçon hocha doucement la tête.

-Je te remercie pour ta proposition DT; Effectivement, elle fourmille de vie et certainement de dangers comme tu le soulignes mais Maître Don est là et personne ne nous attaquera comme ça, sans raisons je pense. Par contre si tu disposais d'un programme de recherche avancé et d'isolement je pense que cela nous aiderait-Puisque le droïd avait l'air de ne pas aimer être inutile, l'enfant sortit de sa poche une photo de la mère des jumeaux et la sienne de coeur...Elle était froissée et l'enfant ne pouvait pas voir à quoi elle ressemblait mais le seul contact du papier lui avait toujours apporté du réconfort, tout comme cette fiche chaînette en or qui ne l'avait jamais quitté depuis qu'elle avait été mise à son cou-Si tu pouvais trouver cette femme dans cette foule ça nous arrangerais. Elle doit être près du tribunal mais il y aura beaucoup de monde massé autour je suppose.

La gorge du gamin sen oua. A n'en pas douter; beaucoup de personnes seraient là-bas...Après tout son père représentait Hapès à Coruscant, c'était un sénateur...Non ? Et les drames de famille déchirées et d'enfants souffrants avaient l'air de faire la joie des carnassiers...Journalistes comme curieux à chaque fois.


Dernière édition par Luke Kayan le Mer 7 Jan 2009 - 22:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mer 7 Jan 2009 - 21:34

"A l'inverse de certains camarades, je ne suis pas le produit d'une entreprise en robotique, je n'ai pas été pensé par une équipe d'ingénieurs tous plus incompétents les uns que les autres, je n'ai pas vu le jour dans une morne chaîne de travail, et je n'ai surtout pas été fabriqué en série. Pour l'heure, sachez que je suis un droïde très polyvalent. Je suis par exemple doté de programmes d'élocution de grande qualité, je comprend ainsi de nombreux languages et idiomes parlés dans la République et la Bordure. Je suis également doté d'excellentes connaissances en ce qui concerne l'informatique et la programmation/reprogrammation de droïdes. Sachez aussi que je suis un Droïde de protocole et serviteur hors pair, je serais en mesure de vous rendre tous les services que vous me demanderez."

Oh l'autre hey! Il devait avoir de sacrés résistances et de bons circuits de refroidissements pour que l'une de ses diodes n'ait pas encore éclatée sous la surchauffe causée par sa modestie incroyable. Bip était un peu oublié dans l'histoire mais heureusement un droïd ne connaît pas la jalousie en général. la frustration ou ce qui s'en approchait ainsi que l'indignation étaient connues du programme du R2 afin d'être capable de plus ou moins reconnaître le bien du mal bien que cela reste limité...Et là on peut dire qu'il l'était, indigné. Non mas quel toupet lui et quelle commère aussi. Blablablabla...R2-07 avait tout de même finit par se mettre en position indifférente et avait continué de rouler tranquillement, traçant gentiment son petit bonhomme de chemin...loin de toutes ces considérations sur la Force et autres mystères indéfinissables pour un petit robot comme lui.

-Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip

Ca c'était un cri strident tout droit sorti du "coeur"...En effet; le sénateur en voulant imiter son fils pour l'histoire de "ressentir" ce qui l'entourait façon Jedi avait butté sur lui. Bien sûr le R2 n'avait pas eu mal mais il avait été tout de même surprit et avait sifflé en conséquences (Voyez le cri de D2 recraché par le monstre dans le marais^^). Ah nan mais je vous jure ces humains ! Un droïd se bornait à n'utiliser que ses capacités -et avouons que DT-89 en avait beaucoup- mais les bipèdes vivants non...Il fallait toujours qu'ils essaient de faire ce qui était impossible en théorie...remarque peut-être pour ça que c'était eux les créateurs et maîtres et non pas les droïds...Mais loin de toute cette philosophie Bip se contenta de filer auprès de son maître qui bien qu'aveugle paraissait avoir un pied plus sûr.

"Désirez-vous que je vous accompagne, ou dans le cas contraire, où souhaitez-vous que je stationne ? Coruscant n'est pas une planète fort paisible, je serais plus rassuré si vous me permettiez de veiller sur votre sécurité."

-Bip bip ?

"Quel est ton matériel, ton arsenal?" demandait le petit droïd avec la curiosité qui le caractérisait; son principal trait de caractère en fait qui avait été mit en valeur par la fabrique pour lui permettre d'évoluer d'être plus autonome...Demander, apprendre par soi-même, découvrir pour être plus indépendant et ainsi plus utile, prompt à réagir dans différents cas...des plus étranges aux plus dangereux dans un vaisseau ect...
Revenir en haut Aller en bas
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mar 20 Jan 2009 - 15:19

Le droïde de protocole laissa le sénateur répondre à son sujet, expliquant au vieil homme sceptique qu'a priori, la machine, bien réglée, ne devrait pas poser de problème.

- Si vous le dites, je vous fais confiance, Sénateur. Mais il ne servira pas à compenser le handicap de Luke, car je ne considère pas qu'il en ait. Saviez-vous que, dans notre Ordre, les chevaliers aveugles se retrouvent souvent avantagés par rapport à leurs congénères ? C'est étrange mais c'est un fait, ceux qui, comme vous et moi, voient avec leurs yeux, sont plus facilement distraits par tout ce qui les entoure !

Le vieil homme se plaisait toujours à raconter des anecdotes et des détails concernant les Jedi, comme si, en dépit des quelques soixante-et-dix années passées au sein de l'Ordre, il venait tout juste d'en découvrir les petites merveilles.
Sur ces paroles, le petit hapan entreprit quant à lui de questionner le droïde de protocole. Saï se retourna également pour écouter la réponse du principal concerné, avec un petit rire.

- Ce n'est pas une mauvaise idée, Luke,
fit-il sur un ton amusé en entendant la théorie du petit padawan. Puis, se retournant vers son père : vous voyez, Sénateur, parfois, je crois qu'il a plus d'idées que moi ! Il est trop jeune pour avoir appris à se battre mais, il a déjà toutes les qualités d'un excellent diplomate. Et, si cela peut vous rassurer, je suis moi-même convaincu que rares seront ceux qui sauront abuser de ses faiblesses !

Le vieux Maître avait profité du bruit de la foule et de ce que Luke était occupé à parler à son nouveau droïde pour dire cela au sénateur. Il était mieux que le padawan n'entende pas ces compliments-là : pour l'instant, il était lancé pour faire de son mieux et il n'était tout-de-même pas temps de se reposer sur ses acquis ; malgré les étonnants progrès réalisés en quelques mois, il avait un important retard pour son âge.

- La mission que te donne Luke me semble appropriée, DT,
renchérit-il à l'adresse du droïde. Mais s'il arrivait malheur dans ce tribunal, abandonne immédiatement la mission et rejoins-nous, car ton principal objectif devra être de protéger Luke et le Sénateur Grimm avant tout. Et sans tuer, si possible... Quant à nous, nous avons rendez-vous avec un envoyé du Tribunal non loin d'ici. Il nous fera entrer dans le bâtiment plus discrètement que par la porte principale.

Pour une fois, le tribunal avait pris d'excellentes mesures. Un Twi'lek à la peau vert foncé, entre deux âges, vint les retrouver à l'angle d'une rue. Il reconnut immédiatement le Sénateur et s'inclina respectueusement devant lui, puis devant le Maître Jedi. L'instant d'après, toute la petite troupe (excepté DT-89 qui entrerait par l'entrée principale) le suivit dans de plus petites ruelles avant de pénétrer dans une rue adjacente au tribunal. Une entrée en apparence condamnée fut ouverte par d'autres employés, et il s'engouffèrent tous dans le bâtiment. Le vieil homme songea qu'il se sentirait mieux lorsqu'ils ressortiraient tous, et il n'y aurait pas que lui...

Le Tribunal était une salle immense et profonde. La petite troupe y accéda par un sombre couloir et, lorsque le Sénateur apparut aux yeux de la foule, une cacophonie s'installa. Des gradins en métal épais étaient aménagés en forme d'amphithéâtre et, tout en bas, dans un bureau rond se tenaient une série de trois juges : un vieil Humain noir, un Mon Calamari et un Quarren au visage peu sympathique. A leur gauche, il y avait un compartiment vitré, gardé par deux gamorréens et doté d'une arche donnant devant le bureau des juges. Le sénateur, son fils et Maître Don étaient à l'intérieur. A l'opposé, donc à la droite des juges, se tenait un compartiment identique... Le vieil homme avait déjà assisté à plusieurs procès. Lui et le Sénateur Grimm savaient pertinemment que dans cet autre compartiment, dans quelques minutes à peine, apparaîtrait... Madame Kayan. Et alors, le procès commencerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mar 3 Fév 2009 - 16:04

Luke sentit une autre présence, quelqu'un qui ne possédait pas la Force; un homme entre deux âge sans qu'il ne puisse définir la race jusqu'à ce qu'il tombe, nerveux, glissant sur un câble sortit d'on ne sait ou à l'entrée du tribunal. Visiblement pas aussi neutre et indifférent qu'il n'en avait l'air, le twi''lek attrapa Luke et le cala dans ses bras. L'enfant était si préoccupé par la séance qui suivait qu'il ne rechigna pas; même si les mains qui le touchaient ne le rassuraient pas...Il sentit les lekkus filer entre ses doigts lorsque ceux-ci se posèrent sur l'épaule de l'homme pour se maintenir. Le petit garçon se rappela de l'une de ces créatures qui venait toujours aux réceptions que sa mère organisait; un vieux twi''lek, ennuyeux, pas vraiment méchant mais assez perdu dans ce monde qui paraissait aller trop vite pour lui. Il avait la peau rouge et réagissait toujours avec une désespérante lenteur, n'étant là que pour le décor. Aussitôt Luke rassembla ses souvenirs pour retrouver la sensation, l'impression du rouge et l'apposa sur la peau de son porteur qui en réalité était vert.

L'homme aux lekkus le déposa finalement lorsque l'endroit fut moins bondé. Le petit garçon sentit sous ses pieds, la raisonnance du sol, presque pareil à celle du Temple. Les dalles en marbre donnaient effectivement l'impression d'être dans le grand couloir du Temple, assez luxueux où étaient exposés les statues des anciens Jedi. Pas que les gardiens de la paix affectionnent la richesse en général, mais l'architecte avait eu la liberté...Or lui aimait le luxe...Et puis ces braves anciens méritaient bien une belle galerie non?

Le Padawan aux côtés de son maître, plus lié à lui que jamais par crainte de le perdre, posa courageusement sa petite menotte sur l'immense porte qui s'ouvrait sur la salle d'audience. Il poussa dessus, comme s'il cherchait lui-même à l'ouvrir; que tout cela se termine au plus vite, l'entrée s'ouvrit finalement, grâce à la force du Twi''lek vous l'aurez comprit, le gamin était bien trop petit et faible pour pousser ces portes immenses. Aussitôt assaillit par un remous violent de Force le petit garçon recula et se retrouva contre la toge de son maître, tous ces regards qu'il ne voyait pas, il les sentaient, posés sur sa frêle silhouette et celle âgée de son mentor. Au bruit qui avait cessé soudain, aux trois coups de marteau du juge là-bas, au fond de la salle...L'écho se répercutait et faisait perdre ses points de repères à Luke qui ne pouvait plus savoir d'où le bruit provenait exactement. Pourtant courageux jusqu'au bout, tremblant de peur mais décidé à faire honneur à son rang de Padawan il marcha...Le long de cette allée étroite qui raisonnait, le déroutant, lui donnant l'impression d'être nulle part et partout à la fois à cause du bruit qui se répercutait.

Après s'être assuré que Saï les suivaient, l'enfant s'assit à sa place, sa tête se tournant vers l'endroit d'où sortirait sa mère...Ce monstre. Les yeux de Maître Don lui servaient de soutien pour savoir à peu près d'où les choses à savoir allaient jaillir; Luke copiait ses mouvements après les avoir ressenti dans la Force. Pour l'instant l'Aura de Saï étant dirigé vers ce point là, ce point de rupture le petit Jedi y mit toute sa bonne volonté et son attention. Les bancs du Tribunal étaient très grands et le gamin ne pouvait même pas toucher le sol avec ses pieds; avec sa taille de petit garçon de 8-9 ans ce n'était guère étonnant. Luke attrapa quelques secondes les doigts de son mentor pour se donner du courage et lui adressa une onde de Force se voulant réconfortante; comme si Saï avait besoin d'un échange, comme si son élève devait aussi lui donner sa part de soutien...Bien que des deux le plus effrayé soit certainement le plus jeune.

-Mesdames et messieurs bonjour. Levez-vous


Luke fit ce qu'on lui demandait, devant d'avord trouver un autre appuit que ses pieds qui ne touchaient pas par terre. la porte se fit entendre de nouveau, puis des cliquetis...Puis des pas; une sonorité que Luke connaissait, un rytme choisi, élevé, élégant malgré tout...Maria Kayan était là. Lorsqu'elle tourna ses yeux et les posa sur son fils, ce dernier comme lié à son aura, la sentant parfaitement bien tout à coup malgré le brouillard dans lequel il était enfouit baissa la tête; comme honteux ou punit avant de faire beaucoup d'efforts pour la redresser et lui jeter un regard dans le vide, aveugle mais le plus téméraire possible; décidé jusqu'au bout de tout donner, de rendre fier son mentor.

-Le dossier AG 3221, opposant Luke Kayan à Maria Kayan sa génitrice est désormais ouvert.La parole est donné à l'avocat de la défense. Veuillez appeler votre premier témoin Maître.

Luke fut tout étonné et chamboulé, ce personnage n'avait pas la Force, pourquoi l'appelait-on ainsi ? Mais il n'eut pas le temps d'y réfléchir plus que ce dernier appela son mentor.

-J'appelle Maître Saï Don à la barre.

C'était une femme
bien arrangée aux cheveux courts grisonnant maintenu par une barette , sûre d'elle qui défendait Luke avait à peu près la cinquentaine, était sévère et se tenait droite. Quelques rides avaient entamé leur travail, ainsi que quelques bourrelets malgré elle. Elle n'était pas grosse mais de fâcheuses rondeurs avaient fait leur apparition avec l'âge et peut-être un peu de laisser aller même si ce n'était pas son genre. Quoiqu'il en soit, elle demeurait très élégante et soignée.

-Maître Don. Nous vous demanderons d'éviter le plus possible de faire intervenir les phénomènes ou explications dûe à la Force. Son existence est reconnue par les scientifiques mais, peu d'entre nous ici peuvent prouver ses effets, pour des soucis pratiques nous vous prierons donc de ne pas y faire référence plus que nécessaire.

On la voyait désolée de ses dires, sachant que les Jedi intéragissaient très souvent avec ça mais...Bon

-Vous avez déjà "élevé" des enfants à problèmes plus tôt, le dernier tout particulièrement dont le tribunal avait entendu parler; une affaire qui avait été finalement close. Vous êtes donc à même de constater certains problèmes chez ces enfants...Vous avez aussi l'expérience, la pédagogie nécessaire pour distinguer chez l'enfant un mensonge quelconque ou un véritable traumatisme. Les autorités vantent souvent votre intégrité et vous êtes reconnu au Sénat comme étant quelqu'un de patient et de diplomate.

-Malgré le fait que vous n'ayez eu Luke Kayan à votre charge assez tardivement, pourriez vous formellement diagnostiquer une trace éventuelle, une conséquence de maltraitances exercées sur sa personne lors de son jeune âge ? Quelle est exactement la nature de votre relation? Il me semble qu'elle est déjà assez profonde non? Comment voyez-vous son évolution auprès de vous, et la votre auprès de lui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Ven 6 Mar 2009 - 11:39

La main du vieil homme étreignit une dernière fois l'épaule de Luke avant qu'il ne se déplace jusqu'à la barre. A sa gauche était arrivée Maria Kayan. A plusieurs reprises, elle posa des yeux curieux sur son fils puis sur Maître Don. Ce dernier ne lui accorda pas un regard. Il se contenta d'acquiescer calmement ce que lui expliquait la femme aux cheveux grisonnants. Son allure était sévère mais le vieux maître sentait du bon en elle ; elle avait dû, avant de perdre un peu ses illusions, se lancer dans des études de droit en espérant servir une justice... Qui s'était révélée bien fantomatique dans le métier qu'elle avait durement appris. Saï réfléchit un instant avant de prendre la parole.

- En effet, voilà de longues années que je côtoie toutes sortes d'enfants qui arrivent à notre Temple, souvent dans un très jeune âge. Il jeta un regard vers son padawan avant de se tourner, le plus sérieux du monde, vers les différents juges. Lorsque Luke est arrivé sur Ondéron, amené par les soins du sénateur Grimm, l'enfant montrait encore de lourdes traces d'un traumatisme psychologique. Il s'isolait des autres, se forçant ainsi à se créer un cocon de protection. Certains de mes confrères ont même pensé que peut-être il ne recouvrerait jamais certaines de ses facultés sociales et mentales. Pourtant, nous avons bel et bien vérifié qu'il ne s'agissait en aucun cas d'un enfant attardé. Heureusement, nous avons pu constater par la suite que la plupart de ces séquelles n'étaient pas irréversibles et, bien qu'il ne recouvrera jamais la vue perdue suite à un choc psychologique au cours de son enfance, je suis heureux de pouvoir vous dire qu'il montre aujourd'hui les capacités d'un padawan exemplaire. Il est redevenu un enfant quasi-normal, et très doué.

Cela le peinait un peu de devoir dire de telles choses devant le padawan en question. Certains de ces mots seraient peut-être durs à encaisser pour l'enfant. Mais Maître Don se promit de lui expliquer, une fois la séance terminée, que ses progrès en étaient d'autant plus remarquables.

- Pour ce qui est de notre relation, j'imagine que vous avez déjà dû entendre parler du fonctionnement de l'Ordre Jedi. Lorsque le Conseil, après examen de l'enfant, estime que les cours communs dispensés au Temple ne l'aideront plus à évoluer, on attribue à ce padawan un Maître qui va l'aider dans le développement de ses facultés et dans le choix de son orientation. Si je suis ici présent, c'est bien sûr parce que le Maître de Luke Kayan, c'est moi.

Les flashs des journalistes mitraillaient par instant la scène. Pour une fois, le vieil homme fut content que Luke soit aveugle. Au moins, il était protégé de ce désagrément et du stress que cela causait.

- Mon rôle, parmi d'autres, est de l'assister dans son développement personnel. Cela comprend de surmonter les difficultés et les peurs qu'ont placé sur son chemin ses mésaventures avec Madame Kayan. Comme tout enfant l'aurait fait à sa place, Luke a d'abord eu beaucoup de mal à comprendre pourquoi il avait vécu cela, et je pense qu'il y a beaucoup de détails qu'il mettra beaucoup de temps à accepter et comprendre. Ce sera certainement le travail de toute une vie. Ce que je peux affirmer sur son évolution, c'est que Luke a repris peu à peu confiance en lui, poursuivit-il. Parfois, les longues attentes de la justice ont du bon, vous voyez... Aujoud'hui, il est en mesure de surmonter nombre de ses peurs, et c'est avec grand courage qu'il est venu témoigner ici.

Après dix secondes de silence, on entendit quelques clappements audacieux. L'instant suivant, la foule avait suivi et applaudissait bruyamment le courage de l'enfant. Le vieil homme en eût presque les larmes aux yeux. Il sourit sans se retourner vers la foule, gardant ses yeux dans ceux de l'interrogatrice sévère, attendant de savoir si d'autres questions suivraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Jeu 23 Avr 2009 - 20:50

Luke écouta tout ce qu'avait son Maître à dire et rougit. Tous ces compliments, même subtiles il ne s'y attendait pas, n'en avait jamais eu l'habitude. Cela lui fit un peu oublier son stress car il était tout heureux que son mentor soit fier de sa personne. Le Hapan cependant ne trouva nul orgueil sur la route de ses pensées embrouillées qui défilaient, juste la promesse de continuer de travailler dur pour montrer au monde qu'il n'était pas idiot...Puis aussi pour lui-même parce qu'il aimait apprendre et enfin pour aider le plus d'enfants dans sa situation, qu'ils aient sa chance de rencontrer un jour quelqu'un comme son père sa femme et leurs jumeaux ainsi que Saï Don...Des personnes qui leur diront que tout cela n'était pas de leur faute...Le Padawan venait en effet de comprendre, juste maintenant, il y avait à peine quelques secondes que c'était elle la méchante. Lui qui avait cherché des explications sur son comportement, en excluant même le fait que ce soit lui qui avait posé des soucis et qui n'avait jamais comprit pourquoi elle agissait venait de trouver le résultat, le triste constat: elle était juste malade, méchante, inhumaine (bon pour une Hapan c'est normal mais bon...On vous saisissez quand même le sens^^).

Pour cela le Padawan remercia du fond du coeur son maître, un immense poids étant désormais là pour contrebalancer celui qui restait...Ce n'était pas sa compréhension des choses qui allait lui faire quitter cette crainte de tout raconter à ces inconnus mais il se sentait plus libre, un peu en tout cas...Et surtout, étrange impression, Luke semblait avoir retrouvé la vue, sa nuit était moins noire. Il ne se cognerait pas à la barrière, ni à la frontière, il les repousserait grâce à son nouveau savoir. Les questions, c'était bien elles ces brarrières effrayantes cependant le hapan prendrait son élan tel un cheval vacillant mais courageux et finirait pas sauter l'obstacle. Fort de cette mentalité le petit garçon se dressa doucement, il ne connaissait pas la salle et prenait donc plus de temps pour étudier les lieux, le bruit, les innombrables présences et la grandeur de la salle faisaient que le gamin se sentait un peu perdu. Les ondes de Force ne se répercurtaient plus, allant jusqu'aux murs mais ne revenant plus à lui, trop loin déjà pour avoir la puissance suffisante et revenir...Ca c'était la taille de l'édifice qui voulait ça. Cela signifiait qu'il n'y avait aucun obstacle pour butter dessus mais bien entendu ça c'était la théorie, plus difficile à croire en pratique. Luke avait l'impression saisissante qu'il allait tomber, qu'un objet roulant l'attendait juste sous son pied pour le faire glisser sur le sol de marbre. Les échos raisonnaient, lui retirant une bonne partie des possibilités de se repérer grâce à l'ouïe sans parler du bruit environnant. Pourtant lorsqu'une main chercha à l'aider, gentiment, sans orgueil mais sur le ton de la nécessité Luke s'exprima avec douceur...Sa voix faible portant dans toute la salle à cause de la raisonnance...

-C'est gentil. Mais vous savez, même si je aveugle, je ne suis pas handicapé


C'était contradictoire mais pensé sincèrement. Luke savait qu'il ne fallait pas déborder de vantardise et sans cesse repousser l'aide des gens mais cette fois le Jedi en ressentait le besoin, il voulait comme un grand non pas comme un assisté traverser la distance qui le mènerait à la barre. Lentement le petit évolua sous le regard, il en était conscient de sa mère biologique, des Grimm, et de son maître, les autres le Padawan n'y prêtait pas attention, se concentrant sur les seuls êtres qui étaient chers à son coeur-ou détesté dans le cas de Maria- ne voulant rien offrir à ces rapaces qui ne connaissaient pas son nom mais était venu en bon public pour se régaler d'une histoire bien dramatique. Une fois arrivée, enfin il poussa un soupir de soulagement. L'avocat de sa mère biologique un rapace l'agressa violemment.


-As-tu toujours été gentil? Tu sais c'est difficile pour une mère seule d'élever son enfant. Tu es certain que ce qu'elle t'a donné n'était pas de simples gifles ? Non bien sûr tu as été à l'hôpital, tu as perdu la vue...Mais on voit de tout aujourd'hui, je ne t'agresse pas, je sais que parfois c'est difficile d'avoir une maman sévère, on ne comprend pas alors on se venge en s'infligeant quelques coups pour aller chez papa plus gentil mais on ne se contrôle pas et on se blesse très gravement. Et puis si elle y a été fort parfois, c'est parce que tu étais invivable peut-être...Tu ne crois pas que tu n'y as jamais mis du tien? Elle avait peur pour toi, elle t'aimes tu sais, te voir toute la journée sans bouger devant une baie vitrée c'est assez intriguant pour une maman, elle voulait te faire réagir.

-Je sais
-Fit-il d'une voix tremblante de peur mais affirmée toutefois-Que ce n'est pas de ma faute depuis quelques minutes. Je suis un enfant, elle est l'adulte, on ne frappe pas un enfant même quand il est méchant...Tout du moins pas aussi fort, c'est toujours ce que Madame Grimm me répétait quand j'avais peur, je ne comprenais pas pourquoi elle était gentille avec moi maintenant si...Parce que c'est Maria Kayan qui a tort, c'est elle qui a fait fausse route. J'ai et j'aurais des torts dans ma vie...mais là rien n'est de ma faute.

Epuisé d'avoir parlé si peu mais de façon si mature et sincère, d'avoir fouillé dans son coeur pour trouver ses mots, une bonne manière pour se faire comprendre, Luke soupira, non il n'était même pas en colère contre l'avocat méchant, si hypocrite...Ce n'était pas de la sagesse, n'exagérons pas, juste de la fatigue. La femme qui le défendait prit la place de l'autre et lui demanda de compter son histoire. Trouvant moins difficile de faire cela suite à ses précédentes paroles, sans rien omettre ou presque Luke récita tout d'une voix sans émotions, vide de sens presque, une récitation de poème de la part d'un gamin trop timide pour agrémenter son texte d'autre chose que sa monotonie.

-Ne trouvez-vous pas étrange pour un enfant maltraité que son timbre de voix soit si égal? Si
tranquille malgré les horreurs contées?


Il avait parlé de la cave, quand elle l'affamait si il ne prononçait pas bien ses mots, des insultes, des coups et de la haine, de tout ça...Et cet homme trouvait encore des choses méchantes à dire, après tout c'était son devoir de défendre sa mère. lui il avait fait sn témoignage et avait la gorge sèche après avoir parlé durant une demi-heure pleine, ayant l'impression d'avoir vidé les piles de sa voix...Que le disque était rayé et qu'il allait finir muet en plus d'être aveugle. Luke retourna, cette fois aidé, n'ayant pas d'autres choix, si épuisé qu'il avait du accepter. Maintenant qu'allait-il se passer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Lun 27 Avr 2009 - 15:21

L'avocat de Maria Kayan jouait son rôle à merveille. Il était un peu agressif et titillait les personnes à la barre en décortiquant les moindres détails. Il était compétent, et c'était d'ailleurs normal : vu l'ampleur qu'avait pris l'affaire aux yeux de la presse, il fallait que le jugement soit impartial et approfondi.
Quant à Luke, il répondit de manière simple mais posée : c'était exactement ce que le vieil homme voulait. Car un padawan dissipé, aux émotions chaotiques devant la foule, ne reflétait en rien une personne équilibrée et sensée dans ses paroles, et encore moins un membre de l'Ordre Jedi. Les journalistes grattaient toujours leur papier lorsque Maître Don reprit la parole après la remarque de l'avocat.

- Il est moins étrange que cet apprenti ait appris, avec de longues années de souffrance et de travail, à gérer ses émotions, qu'une dame du rang de Madame Kayan n'ait su le faire face à l'enfant si jeune, si chétif et doux qu'était Luke il y a quelques années, fit-il lentement et avec un ton plus que courtois, pour que l'on n'attribue pas ces paroles à de la colère.

La dame aux cheveux grisonnants s'avança à nouveau d'un pas pour annoncer froidement à l'avocat et à Maître Don qu'il était temps d'interroger les témoins. En d'autres termes, leur temps de parole était écoulé et ils étaient priés de ne plus intervenir. Le vieil homme se retira de la barre sans un mot, rejoignant Luke dans leur petite loge. Il se plaça derrière lui et posa une main sur chacune de ses épaules. Maintenant, ils pouvaient parler librement, aucun micro n'amplifierait leurs commentaires.

- Tu t'es très bien débrouillé, Luke, lui glissa-t-il. Tu ne t'es pas laissé prendre par la panique, et c'est exactement ce que j'attendais. Quelle que soit la décision que prendront les juges, je suis fier de toi.

Un premier témoin arriva à la barre : c'était une chadra-fan chargée à l'époque de faire le ménage chez Maria Kayan. L'on lui demanda de raconter exactement tout ce dont elle se souvenait, mais la pauvre créature se laissait impressionner par les avocats, n'osant jamais contredire ni l'un, ni l'autre. Oui, l'enfant était gentil. Oui, Madame Kayan était gentille avec elle et non, elle n'avait jamais fait preuve de violence devant elle. Oui, Madame Kayan était stricte en affaire. Non, l'enfant ne communiquait guère.
Au final, ils ne purent rien tirer de très intéressant d'elle ; il semblait qu'elle n'était tout simplement pas au courant de l'affaire à l'époque et qu'elle se souciait bien peu de ce qui se passait dans ce foyer en dehors de ce qui salissait le sol.

D'autres témoins défilèrent. Beaucoup ne savaient rien, et déclaraient n'avoir jamais rien remarqué de suspect et avoir été très surpris lorsque l'affaire avait éclaté. Une voisine de Madame Kayan déclara bien sûr que « ça ne l'étonnait en rien, elle s'en était toujours douté, elle avait le flair pour ces choses-là » mais il sembla qu'elle voulait plutôt se rendre intéressante et rusée auprès de l'assemblée. L'effet fut qu'elle passa pour une adepte des commérages mal placés, et son témoignage n'aida pas plus les juges.

Pourtant, Maître Don avait plus d'espoir pour le dernier témoin que l'on présenta à l'assemblée. Il s'agissait du docteur qui s'était rendu compte des blessures étranges que portait Luke à l'époque et qui avait permis à ce dernier d'échapper une bonne fois pour toutes à une mère indigne. Son témoignage serait un élément clé de l'affaire. Son padawan allait-il reconnaître le son de la voix de l'homme qui l'avait en quelques sortes sauvé ? Il fallait dire qu'il était très jeune à l'époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mar 28 Avr 2009 - 19:03

Dès lorsqu'il s'avança le Padawan reconnut le médecin. Comment oublier celui qui l'avait prit dans ses bras pour le mener au Sénateur Grimm...Comment ne pas se souvenir du pas de l'homme qui avait toujours pour lui une quelconque sucrerie à donner bien sûr dans le dos de l'ignoble mégère? Luke avait rechargé ses batteries plus souvent qu'à son tour avec les bonbons du docteur ou parfois...Oh bonheur! Un sandwich. La seule personne pour laquelle durant son isolement le Padawan avait détourné le regard de la baie vitrée pour écouter ce qui s'annonçait. Le ronronnement de son moteur si particulier puis ses pas jusqu'au perron, à l'intérieur de la maison! Le jeune apprenti tourna aussitôt la tête vers lui; ayant le réflexe de désirer voir son visage, chose impossible malheureusement. Conscient que cela mettrait un terme à l'innocence présumée de la trop appuyée Mrs Kayan le docteur avait décidé par un aveu, de mettre son métier tant aimé en danger...C'était l'unique façon selon lui de montrer aux gens combien la situation avait été critique. Il parla des gâteaux donnés en cachette et de ces brefs moments ou ayant l'esprit tourné vers l'alimentation il observait discrètement Luke, autant dire que l'examen n'était pas probant, de pire en pire chaque fois. Pour cela, au risque de perdre sa place il avait agit...

-Oui. Madame Kayan est tombée malade, quelque chose de grave et épuisant quoique non mortel. Oui elle me faisait confiance parce que je marchais dans son jeu en l'appuyant toujours alors elle m'a confié Luke et avec moi...Et oui c'était un drôle de coincidence que celle de la maladie de cette femme...C'est moi qui lui ait versé ce médicament spécial pour les personnes atteintes au coeur dans son verre...Ayant la propriété de détériorer le corps de celui qui n'en ait pas atteint...Jusqu'à ce que la personne ne prenne plus le médicament et que tout rentre en ordre. Mais cette mère indigne méritait bien ça non? Je ne l'ai pas fait par vengeance cependant. J'avais besoin qu'elle me confie Luke et donc l'interdiction donnée à Monsieur Grimm par le Tribunal-A tort- d'approcher Luke à moins de 500 mètres. Ayant enfin le droit de faire ce que je voulais de cette distance maudite sans que le sénateur n'ait à craindre des poursuites puisque j'étais devenu le repsonsable...J'ai pu résitituer l'enfant à celui qui a toujours voulu son bien ainsi qu'à sa charmante femme.

Luke baissa doucement la tête, désormais assez grand pour s'apercevoir de l'enjeu de cet aveu. Il risquait son métier, son gagne-pain, sa passion. Les bouches des bonnes gens s'ouvrirent et se fermèrent comme celles de poissons hors de l'eau. Un nouveau scandale venait d'éclater au sein même du tribunal. Luke très touché par le geste du docteur de Maria eut un pincement au coeur. Ce dernier avait habilement manoeuvré et personne ne s'était aperçu de son stratagème pour le sauver...Mais pour montrer le dramatisme de la situation, appuyer le Padawan l'homme n'avait pas hésité à dire toute cette vérité. Dire que Luke lui était reconnaissant était un euphémisme...Cette homme était une merveille! Soit la chose se retournerait contre lui uniquement, soit il entraînait Maria sans défense désormais dans la fosse...Soit elle seule tombait et ce serait là le plus beau des rêves accomplis. Cependant, même sans être trop pessimiste l'apprenti Jedi savait que les rêves n'existaient pas ou très rarement alors...

-Nous allons procéder aux votes


Déclara le juger suite à la longue plaidoirie de chacun des avocats prenant à témoin le public qui paraissait vraiment affecté par l'affaire dans un sens comme un autre. C'était surtout un règlement de compte entre ceux qui ne pouvaient pas supporter les Jedi ou la politique de justice menée par Monsieur Grimm, le père de l'enfant et soutenaient donc Mrs Kayan et les autres qui détestaient la noblesse et son arrogance. Luke n'était qu'un prétexte; un peu comme tous les autres cas. Le Padawan essaya de se calmer mais cela restait extrêmement difficile. Une grande partie de sa vie future se jouait là.

-Merci Maître

Merci pour les compliments, la fierté que Saï Don éprouvait, ce qui le consolait, le réconfortait...Et merci pour sa fidèle présence, tout cela à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Jeu 30 Avr 2009 - 15:18

L'avocat de Madame Kayan ne manqua bien sûr pas de dénoncer les agissements du docteur comme étant d'une cruauté et d'un vice remarquable, et Maître Don aussi bien que son padawan mesura alors les risques que prenait l'homme. Mais ce dernier avait compris que l'enjeu de la séance était considérable pour l'enfant et son père – sans oublier pour le symbole de la justice de Coruscant, si une affaire concernant un sénateur était un fiasco.
L'avocat de l'accusation fit toutefois remarquer à son confrère que l'affaire du jour concernait les maltraitances qu'avaient reçu un enfant et non pas des pratiques d'un médecin. Les abus de ce dernier, si abus il y avait eu, n'étaient pas le bon débat, et il faudrait attendre un autre procès, si Madame Kayan portait plainte, pour décider du sort de ce pauvre docteur.

Ce ne fut qu'au bout d'une attente interminable que les jurés revinrent enfin s'asseoir à leurs places après avoir délibéré dans une pièce isolée des regards. Ce fut le juge président, un mon calamari, qui allait annoncer leur décision. Il se leva et les journalistes se turent un à un, aux aguets.

- SILENCE ! S'écria-t-il, et sa voix profonde résonna en écho pendant plusieurs secondes. Les jurés ont délibéré quant à l'accusation portée contre Madame Maria Kayan.

Il laissa planer un silence angoissé avant de poursuivre :

- L'accusée est reconnue coupable de maltraitances physiques et morales graves et répétées sur un enfant sans moyen de se défendre, et également coupable d'avoir trompé la justice et fait accuser à tort le Sénateur Grimm par le passé.


Un cri déchirant retentit depuis la loge de Madame Kayan. La Hapan s'était effondrée au sol, et elle semblait plus sangloter de rage que de peine. Dans les rangs des témoins et des journalistes, tout le monde murmurait, chacun y allant de son commentaire. Maître Don se contenta d'écouter la suite du discours du mon calamari.

- Madame Maria Kayan écope d'une peine d'emprisonnement ferme de huit années consécutives. Cette sanction pourra être modulée selon son bon ou mauvais comportement à la prison républicaine pour femme de Nar Shadaa.

Nar Shadaa ! Le vieil homme fut stupéfait. Cela la changerait complètement la vie de la dame bourgeoise. Même si les prisons républicaines étaient hautement surveillées, il se demanda si la Hapan survivrait dans un environnement soudain si dur. A moins qu'elle sache suffisamment graisser les pattes autour d'elle pour ne pas avoir à purger sa peine...

- Elle devra se soumettre à un suivi psychologique approfondi durant ces huit années et ne devra pas approcher son fils Luke Kayan à moins de 500 mètres jusqu'à ce que cet enfant atteigne sa majorité. Enfin, le sénateur Grimm reçoit à nouveau la garde Luke Kayan, à moins qu'il n'exprime la volonté de laisser l'enfant sous l'autorité de l'Ordre Jedi.

Maître Don soupira de soulagement. Ces derniers détails, ils verraient cela avec le sénateur lui-même.
Quelques minutes plus tard, les journalistes se collaient aux bulles respectives où se tenait Madame Kayan et Luke et son Maître, dans l'espoir de pouvoir leur poser des questions supplémentaires. Mais pour le vieil homme, Luke avait déjà été bien suffisamment la bête de foire des journalistes. Pendant plusieurs jours, son visage paraîtrait dans les holonews comme étant le fils très beau mais aveugle et maltraité du sénateur Grimm, devenu qui plus est Jedi et ayant vaincu par la Justice Républicaine sa méchante mère. Il y avait largement de quoi créer un petit héros... Et aussi de quoi le flatter et l'instrumentaliser au service de différentes causes. Luke était trop jeune, selon lui, pour être ainsi l'objet des médias.

Il l'entraîna par l'épaule et tous deux disparurent à nouveau dans le couloir sombre qui les avait amenés dans la salle de procès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Jeu 13 Aoû 2009 - 20:07

La question de la garde ne se posa même pas; le sénateur laissait Luke aux bons soins de ceux qui avaient su éveiller son fils, lui que l'on croyait perdu à jamais dans les abysses inextricables d'un autisme volontaire. Le petit garçon ne demanda rien du genre non plus. Pour lui il s'agissait de ce père aimé mais chez lequel il ne pouvait plus vivre. Sa voie était celle de la Force, cette étrange entité si puissante qu'il n'avait jamais -suffisamment- craint. C'était pour lui une amie et le Hapan savait que pour communiquer encore avec, il devait rester au coeur du Temple Jedi. Son père biologique ainsi que sa nouvelle femme et les jumaux étaient des anges descendus du ciel pour le réconforter; du ciel, peut-être pas mais d'un autre endroit. Leur destin était ailleurs et ça, Luke l'avait comprit, voilà pourquoi le gamin n'émit aucun son exprimant le refus lorsqu'il fallut dire adieu et se résigner à se quitter. Le gamin câlina sa famille avec une indolence certaine, incroyable même. On pourrait presque le croire ingrat de ne pas verser de larmes, ses yeux ne savaient plus voir mais pouvaient briller de peine, ce n'était pas le cas. Sinon un chagrin léger et éphémère on ne distinguait nulle autre lueur dans les prunelles bicolores du petit garçon.

Est-ce que quitter cette famille aimée mais appartenant à un passé qui l'empêchait de vivre vraiment pour avancer. L'enfant voulait vraiment marcher devant, devenir Jedi comme les autres. Oh non, pas le meilleur Jedi, ça il ne pouvait pas se permettre de le souhaiter parce qu'il avait bien trop de choses à travailler en parallèle. Son rêve devenait peu à peu réalisable grâce au soutien inestimable de Saï Don. Son maître était toujours là pour lui, de la meilleure façon il le stimulait pour le faire avancer. C'était lui aussi un ange aux yeux de Luke; par chance, il ne descendait pas du ciel ou d'ailleurs mais bien du Temple Jedi, là où se trouvait la destinée de l'enfant. Luke sentait bien qu'il avait commencé à évoluer puisque déjà, l'immense différence entre lui et le gamin brisé d'avant c'est qu'il pouvait se permettre de songer, il savait que ça existait les rêves et que ... Oui, ça se réalisait.

-Au revoir Madame

Fit-il doucement à celle avec qui il avait décidé de couper tout lien. Il avançait petit à petit, c'était encore trop dur de lui pardonner, sans doute, cela ne se ferait-il pas avant des années et des années, alors Luke au lieu de la Haïr était décidé à l'ignorer. Madame Kayan eut toutefois un geste de rappel pour essayer, dans un unique et dernier geste de tendresse de ramener son fils contre sa poitrine. Elle ne serra que le vide car Luke s'écarta lestement sur le côté. En même temps que le mental, sa condition de Padawan avait beaucoup amélioré sa motricité ainsi que sa souplesse; désormais l'enfant était une véritable anguille; dès qu'il sentait un courant d'air passer ou un remous dans la Force indiquant un rapprochement, il se faufilait loin de la zone de "danger" de contact. La seule personne qui pouvait le toucher sans qu'il ne bondisse 10 m plus loin c'était Saï Don qui ne lui arrachait bien souvent qu'une très léger sursaut.

Les lourdes portes se fermèrent sur un son plus doux que lorsqu'elles s'étaient ouvertes; enfin, les pas de Luke et des autres quittèrent le carrelage qui raisonnait dans toute la salle. Le petit aveugle entendait parfaitement la source de chaque son sans écho pour l'embêter; oui, enfin, ils étaient dehors. Sans prendre la main de son maître puisque c'était un grand garçon-et qu'il était décidé jusqu'au bout à le montrer- le gamin resta près de Saï sagement, attendant avec patience de voir ce qui se passait. Il espérait que le vieux mentor n'avait pas oublié qu'ils devaient se promener et rencontrer toutes ces choses intéressantes dont il lui avait parlé. La technologie effrayait un peu l'enfant mais palper la coque un vaisseau pour apprendre ce que c'était était plus fort que sa crainte. En plus, il avait vraiment confiance en Saï. De toutes manières, même si le jeune Hapan serait déçu de ne pas se promener, il saurait comprendre, ou au moind faire semblant que Maître Don aurait peut-être un imprévu à régler vu son poste important au Conseil Jedi. Bien se comporter était pour l'instant l'étape la plus facile pour lui; c'était l'un des sentiers qui menait à la bonne voie pour devenir Jedi.

-Où va-t-on maintenant?

Ne put-il s'empêcher toutefois de demander de son éternelle voix douce et même un peu timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mar 25 Aoû 2009 - 11:53



Lorsque les deux Jedi se retrouvèrent enfin à l'air libre, ils réalisèrent que le procès avait duré plus de temps qu'ils ne se l'étaient imaginé. Déjà, la nuit était tombée au-dessus de leur tête ; mais, bien sûr, sur Coruscant et en ces lieux, l'obscurité n'atteignait jamais la ville. Saï aurait aimé que Luke put se servir de ses yeux pour voir s'allumer les centaines de néons et d'enseignes autour d'eux, les éclairant de mille nuances. Il semblait qu'ils s'étaient égarés dans une espèce de gigantesque parc d'attraction. Coruscant paraissait vivante, et nul ne pouvait imaginer qu'un jour, ces lieux pourraient s'assombrir.
Tout leur aurait semblé moins magique s'ils avaient été dans les bas-fonds de Coruscant ; mais le quartier où se trouvait le Tribunal Républicain abritait également le siège du Sénat Galactique, la Cour Galactique de Justice -qui s'occupait principalement des procès impliquant des gouvernements et organisations, le district financier, mais également des hôtels et des restaurants de luxe. L'endroit était parfait pour les touristes de toute la galaxie et il fallait avouer que l'on ne voyait un tel paysage nulle part ailleurs.

- Oh, hé bien, il y a tellement de choses autour de nous, Luke,
fit le vieil homme en saluant le twi'lek qui les avait auparavant conduit dans le couloir pour lui dire au revoir, que je ne sais pas par où nous pourrions commencer notre petite visite !

Comme un enfant, les yeux du Maître se baladaient partout autour de lui. Cela faisait de nombreuses années qu'il n'avait pas revu Coruscant.

Finalement, ils déambulèrent une bonne demi-heure dans les rues de la plate-forme où ils se trouvaient, Saï évitant soigneusement de se retrouver avec Luke dans les quartiers plus mal-famés. Ils restaient dans les allées bondées où ils croisèrent un groupe d'une demi-douzaine de Bith autour duquel s'était amassée la foule. Et l'on comprenait vite pourquoi : leurs mélodies de cantina enflammées pouvaient faire remuer malgré eux les pieds de n'importe quelle créature capable d'apprécier la musique -sauf ceux d'un vieux Maître Jedi, bien sûr. Saï se contenta, les yeux clos et un sourire heureux accroché au visage, de dodeliner de la tête en claquant des doigts pour battre la mesure.
Puis, lorsque les Bith eurent terminés leur petite prestation, les Jedi repartirent à nouveau et ne s'arrêtèrent pas devant la danseuse twi'lek qui effectuait ses mouvements gracieux en espérant gagner quelques crédits, car Luke ne pouvait pas la voir, et ce n'était pas tout-à-fait, de toutes manières, un spectacle pour un jeune padawan. Parfois, ils croisaient un bâtiment particulièrement original et Saï ne manquait pas de le décrire à son padawan pour qu'il puisse se faire une idée de ce qu'il y avait autour d'eux. Ils montèrent également dans une espèce de métro aérien qui les décoiffa complètement tandis qu'ils volaient en rond au-dessus du quartier avec d'autres touristes. Maître Don raconta alors joyeusement à Luke que d'ici, ils pouvaient se rendre compte que le quartier qu'ils avaient foulé n'était autre qu'une immense plate-forme bien loin au-dessus de la véritable terre ferme de Coruscant. En-dessous s'étiraient les bas-fonds de Coruscant, plutôt mal famé, et Saï confia à son padawan que la vie de ceux qui y vivaient ne devait pas être des plus faciles. Les sensations de vol leur semblèrent de courte durée avant qu'ils ne quittent le wagon.

Ils gagnèrent finalement une large place non loin de l'astroport d'où l'on pouvait voir le Sénat Galactique -un édifice imposant mais que Saï trouvait un peu impersonnel. Le ciel étant maintenant fort assombri, des projecteurs éclairaient l'endroit et Saï proposa au jeune Hapan de s'asseoir dans un restaurant. Le procès et leur petite virée en ville avaient dû épuiser le padawan, et Saï lui confia que son propre estomac commençait à faire des siennes. Ils entrèrent donc dans un petit établissement discret où ils ne mangeraient pour pas trop chers et sans être ennuyés. Ici, les races et les cultures étaient si variées que leur bure de Jedi ne semblait choquer personne, mais Saï savait qu'ils pourraient facilement être reconnus, et il n'avait pas envie qu'un journaliste vienne embêter l'enfant ou qu'un membre du Sénat venu se pavaner dans un grand restaurant de luxe ne vienne l'entretenir des affaires de la République ou de l'Ordre Jedi. L'établissement serait donc parfait.

- Pour moi, ce sera une grosse assiette de won-won chauds, s'il vous plaît, indiqua-t-il au droïde serveur en s'asseyant à une table. Et toi, Luke, qu'est-ce qui te ferait plaisir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Ven 28 Aoû 2009 - 16:26

Luke devina que la nuit était tombée. L'air était plus frais, il manquait les rayons dorés courant sur ses épaules; l'humidité avait alourdie les cieux qui semblaient bien bas désormais. Tout cela, l'enfant aveugle le savait évidemment; c'était son unique moyen de lutter contre son sens disparu: développer les autres. C'était cependant plus facile pour lui d'écouter les descriptions patientes que lui offrait son maître puisqu'ayant déjà vu, se servant de ses souvenirs le petit Hapan pouvait mettre des couleurs sur des bâtiments qu'il dessinnait plus ou moins correctement dans son esprit. La musique lui demandait moins de concentration puisqu'il la ressentait en triple au fond de son coeur. Chaque son le transportait, les vibrations des pas de danse ou même du simple claquement de doigts entraînant de Saï Don le faisaient revivre. Luke, comme la plupart des aveugles adorait la musique qui lui permettait facilement de se repérer. Un long moment ils écoutèrent les Biths, l'orchestre était très bon et le gamin eut été tenté de danser s'il n'y avait pas eu autant de monde, une foule suffisamment garnie pour l'effrayer et lui en faire passer l'envie. Aux côtés de son mentor l'enfant s'était donc contenté de sourire béatement; heureux du son qui parvenait à ses oreilles ainsi que des images d'antan qu'il apposait aux paroles; des images tantôt tristes ou joyeuses selon ses souvenirs et le rythme de la musique. Pourtant Maître Don l'entraîna dehors alors que l'orchestre changea-pas les mêmes vibrations, des instruments différents, une mélopée contenant des accords trop étrangers aux précédents-Le son plaisait pourtant au Padawan. C'était quelque chose d'assez doux pourtant, sensuel même-connotation que le trop jeune enfant ne saisissait pas- et personne ne claquait plus des mains ou presque, observant médusés la belle Twi''Leck dont le Hapan percevait juste les gracieux mouvement au son mat et léger de ses pas.

-Pourquoi s'en va-t-on Maître?

Cette remarque fit sourire leurs voisins songeant qu'à son âge, le petit Padawan était déjà un petit pervers. La mine désabusée et innocente de l'enfant triste de quitter la musique y faisait penser en effet; pourtant ça ne dura pas longtemps car Luke n'était pas du genre à faire des scènes à son mentor. Il ne résista guère et suivit son maître en retrouvant vite son sourire. Ce dernier lui expliqua que la vie des gens des bas fond ne devait pas être bien rose et l'enfant les imagina eux aussi, enfermés dans une cave, punis pour une bêtise qui n'était pas une bêtise. Les pauvres... Mais si c'était des familles entières qui souffraient de la faim, c'était donc que la mère ne punissait pas, étant punie elle même, qui donc les punissait ainsi? La vie! La vie tout simplement, mais pourquoi?

-Nous les aiderons, n'est-ce pas Maître? N'est-ce pas notre devoir après tout?

L'enfant se serait jeté corps et âme dans ses nouvelles croyances si pures, si vraies comme le sont celles de tous les enfants. Pressant le pas pour ne pas tirer sur les bras de son mentor déjà certainement fatigué par la longue aventure.

<table width="100%" border="0" cellpadding="0" cellspacing="0"><tr><td colspan="2">
- Pour moi, ce sera une grosse assiette de won-won chauds, s'il vous plaît, Et toi, Luke, qu'est-ce qui te ferait plaisir ?
</td></tr></table>

-Pour moi aussi alors, mais pas une grosse assiette. Juste une assiette

Ajouta le Padawan avec douceur; comme toujours l'enfant avait un appétit d'oiseau. Ne connaissant plus grand chose au grand monde renié, haït en premier lieu il avait oublié ce qu'était un Won-Won ou des plats plus sophistiqués; de plus Luke lisait encore mal en braille, ne voulant pas faire étalage de ses maladresses concernant la lecture avec les doigts, le jeune aveugle avait préféré prendre la même chose que son maître. De toutes façons, ce n'était pas le plus important.

-C'était une belle promenade Maître. Merci! Mais dites-moi, va-t-on rentrer maintenant?

C'était juste une question comme ça, ça ne le dérangeait absolument pas de continuer leur aventure mais Maître Don avait peut-être des choses à régler sur Ondéron. Quoiqu'il en soit Luke n'oubliait pas les pauvres malheureux de Coruscant, d'ailleurs une idée innocente et bien douce traversa son esprit.

-Maître, je n'ai pas très faim et puis, je peux manger comme je le veux au Temple. Puis-je offrir mon repas au monsieur qui nous a demandé une petite pièce dans la ruelle? C'est juste à la sortie du restaurant. Il dit avoir deux enfants à charge et être aveugle. Je sais ce que c'est, et puis, je sais aussi ce qu'est la faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mer 7 Oct 2009 - 16:41

Luke semblait toujours si innocent, si plein de bonnes volontés, qu'il semblait parfois oublier la difficulté qu'il y avait à aider toute une planète entrée dans la misère avec les modestes armes qu'ils avaient choisi : la diplomatie, la patience et l'écoute de la Force. Mais cette innocence faisait aussi le charme de l'enfant. Sans sourire, le plus sérieusement du monde, le vieil homme répondit à son padawan.

- Nous les aidons déjà en formant une communauté qui défend corps et âme les droits des êtres vivants. Nous ne pouvons offrir la richesse et le bonheur à chacun d'entre eux, car nous ne pouvons offrir ce que nous n'avons pas, Luke. La misère de toute une planète ne peut être guérie le temps de la vie d'un humain ou d'un Hapan. Il faudra probablement des centaines d'années d'efforts conjugués pour donner à cette population et à ses générations suivantes suffisamment de confort et d'éducation pour qu'ils puissent vivre correctement et en sécurité. Mais bien sûr, nous essaierons de contribuer à cela, Luke.


Le vieux Maître se souvenait de la déception que lui-même avait eu, adolescent, lorsqu'il avait réalisé combien les êtres intelligents, y compris les Jedi, étaient quasi-impuissants face à certains malheurs qui frappaient des populations. Même le Jedi le plus formidable ne pouvait prévoir l'explosion d'un volcan qui engloutirait des milliers de vies, ni empêcher une économie de s'effondrer en entraînant avec elle des milliers de travailleurs désespérés et endettés à tout jamais. C'était une réalité que les jeunes esprits croyaient toujours pouvoir surmonter. « Quand on veut, on peut » , clamaient certains. Et pourtant, comme tous, ils leur arrivaient d'échouer. Il fallait beaucoup de temps pour s'avouer impuissant. Il en fallait encore plus l'accepter, et pour accepter qu'une fois Maître, l'on vous reproche de ne pas pouvoir sauver une galaxie.
Saï soupira. Luke comprendrait en temps voulu. Il était un peu tôt, mais le temps ferait bien son travail.

- Nous allons bientôt rentrer, en effet, déclara-t-il en finissant sa copieuse de assiette de won-won. Bien sûr, tu peux donner ton assiette à ce monsieur, Luke...

Peut-être l'homme au sol n''avait-il pas réellement deux enfants à charge. Peut-être la nourriture ne l'intéresserait-il pas, certains ne voulaient que des crédits. Mais c'était avec l'expérience qu'on apprend, et Saï se contenta de suivre des yeux l'enfant qui sortait. Puis, il se dirigea lui-même vers le comptoir pour déposer les crédits que leur repas leur avait coûté. La patronne le remercia d'une manière froide et professionnelle, regardant l'accoutrement du Maître comme s'il avait été déguisé en clown. Le vieil homme ne se rendit compte de rien -ou fit comme tel- et se contenta d'ajuster sa cape autour de lui. L'air devenait plus frais, la nuit plus profonde ; il était donc inutile de s'attarder dans la ville. Un vieil homme et un enfant pouvaient en effet apparaître comme des proies toutes désignées...

Quelques secondes plus tard, Saï avait rejoint Luke à l'extérieur.

- Tu es prêt ? L'interrogea-t-il sans savoir si l'homme avait accepté l'assiette sans poser de problèmes à son padawan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2448
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Mer 7 Oct 2009 - 17:17

Le jeune Jedi avait comprit la leçon. Enfin... Intégré la théorie disons. Le petit Hapan était intelligent et si on lui démontrait point par point qu'un raisonnement se tenait; il écoutait. Sans compter qu'une part de lui avait gardé cette relation de déférence totale avec les adultes: si ils disaient, ils avaient raison. Ce fonctionnement très rigides et tout aussi sévères lui venaient de souvenirs inconscients qu'il avait de sa mère biologique. Cette dernière était toute puissante, et même si le garçon savait que ses agissements étaient les mauvais aujourd'hui; il continuait de prendre exemple sur la seule éducation qu'il avait eu; enfin pas la seule grâce à Saï Don mais disons la plus longue. Toutefois, pour faire passer ces paroles à la pratique ce serait difficile et Luke devrait apprendre par l'échec... Il était jeune, fougueux malgré sa proverbiale patiente; bref, c'était un gosse; et un enfant faisait des erreurs, même un adulte alors imaginez... Probablement que comme Saï, s'il arrivait à son âge vénérable; Luke se tromperait encore, tout comme son maître devait le faire parfois même si le Padawan était à des années lumières de le penser. Pour lui Saï était parfait, tout simplement.

- Nous allons bientôt rentrer, en effet, Bien sûr, tu peux donner ton assiette à ce monsieur, Luke...

Le petit garçon mangea au moins son dessert puis sortit de table, remerciant son maître d'un sourire et d'un hochement de tête, tant pour le repas que pour l'autorisation. Malheureusement, les choses ne se passèrent pas tout à fait comme prévu. Luke sortit effectivement; mais l'assiette ne fit aucun plaisir à l'homme. Ce dernier lui cria que le Padawan l'insultait, que ce n'était pas d'une nounou dont il avait besoin, ou d'un cuisinier en culotte courte mais de "thune". Mot que ne comprit pas le gamin. Toujours est-il que les injures pleuvaient et que les braves gens se retournaient. Le mendiant hurlait encore plus en voyant son marché s'envoler. En le voyant se mettre ainsi en colère; plus personne ne lui donnerait la moindre petite pièce. Le Hapan tout déconfit venait de prendre sa première leçon pratique suite aux dires de Saï pendant le repas. Un peu écœuré Luke lui tira la langue... Convenons en, ce n'était pas très Jedi mais tant pis!

Retournant dans le restaurant et déposant le met d'un air désolé sur le comptoir le gamin retourna bien vite rejoindre son maître. La restauratrice le salua d'un petit au revoir amical pour ne pas qu'il ne se fasse de souci. Oh oui Luke était bien du genre à se torturer l'esprit à savoir si la serveuse lui en voudrait d'avoir perdu ce plat pendant une nuit entière. Elle avait du le deviner à son attitude embarrassée et attristée par l'échec du petit, l'avait défait de ses inquiétudes... Mais pas de ses questions!

- Tu es prêt ?

-Oui Maître

Il se renfrogna un peu, cette histoire le turlupinait au plus haut point... Mais qu'avait-il donc fait de si mal pour que le mendiant le rejette de cette façon? Sa manière d'agir si violente et surtout ses paroles avaient quelque peu ébranlé le Padawan qui resta sagement aux côtés de son maître; finalement Coruscant n'était pas un si bel endroit que cela et Luke avait hâte de rentrer au Temple. Une grande fatigue pesait tout à coup sur lui.

-Il a refusé vous savez; et en plus, il s'est mit en colère. Il a dit qu'il voulait de la "thune"... Étrange non?

Finalement le Hapan n'avait pu se retenir de se confier à son mentor. Il ne l'avait pas fait d'une voix plaintive et pleurnicharde comme il l'avait pensé; au contraire son ton était posé, curieux mais tranquille comme quelqu'un qui cherche à analyser un phénomène de société. Luke était très surprit de prendre les choses si bien. En fait la fatigue et non la sagesse était la cause de cette bonne réaction. Il était trop dépassé pour les événements pour fulminer ou pester plus contre l'impudent.

-On rentre de suite au Temple Maître?

La nuit était tombée. Luke s'en rendait compte à cause des bruits différents ainsi que de l'odeur, quoique ce soit plus difficile que sur Ondéron... En effet, il émanait du parc, une odeur d'herbe mouillé qui l'aidait à se repérer au crépuscule et à l'aube. Une autre question le taraudait. En effet, Luke se souvenait bien d'elles et espéraient qu'elles étaient présentes ce soir là, cela le rassurait grandement.

-Y-a-t-il des étoiles ce soir ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7731
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   Dim 1 Nov 2009 - 14:41

Il était inutile d'être un maître Jedi pour deviner la déception du padawan à son visage décomposé. Le vieil homme fit la moue. Le personnage assis au sol avait dû être peu sympathique. C'était prévisible... Il posa une main sur l'épaule de Luke pour le guider vers la rue qu'ils emprunteraient pour rejoindre l'astroport. Il n'eut même pas à demander à l'enfant ce qui s'était passé, car ce dernier résuma cela de lui-même. Malgré ses mots détachés, il sentait un peu d'amertume dans les paroles de son padawan.

- Alors, il nous a peut-être menti. S'il n'a pas voulu de nourriture, il n'avait sûrement pas si faim que ça... Il arrive que les gens fassent croire certaines choses pour avoir quelques privilèges. Comment savoir ceux qui sont de bonne foi et ceux qui ne le sont pas, mmh ?

La question n'en était pas vraiment une. C'était plutôt une constatation de la difficulté de différencier les gens. Le vieil homme haussa les épaules. L'expérience avait dû être désagréable pour l'enfant. Combien faudrait-il qu'il en vive avant d'arriver à trouver la bonne mesure entre la naïveté et la méfiance ? Probablement plus que les autres padawans, de part sa nature si bonne. C'était le sort des « gentils » et cela, Saï ne pouvait le lui apprendre. Il ne pouvait que le mettre sur les pistes en attendant que Luke se rend compte de ces choses lui-même.
L'air s'était refroidi autour d'eux, et le vieil homme commençait à envier la chaleur des cheminées du Temple Jedi et la quiétude de sa sobre petite chambre sur Ondéron.

- Oui, nous allons rentrer, maintenant.


Une journée riche en émotions et en découvertes (et en redécouvertes pour le vieux Maître) venait de se terminer et il était temps pour le binôme de regagner leur vie quotidienne, au moins pour un temps. De plus, Saï tenait à ce que Luke retrouve rapidement ses habitudes du Temple après l'épreuve du tribunal car les repères que lui offrait la vie de Jedi sur Onderon lui permettrait sûrement de garder le moral ainsi qu'un sentiment de sécurité indispensable au bien-être d'un enfant.
Le vieil homme leva les yeux au ciel en marchant.

- Non, je n'en vois aucune. Elles sont là, mais on ne peut les voir. Il y a tant et tant de lumière sur cette planète que cela masque complètement celle que l'on pourrait recevoir des étoiles... Et puis, j'imagine que la pollution n'y est pas pour rien non plus. Mais nous allons avoir l'occasion de nous rapprocher d'elles, cette nuit.

Saï ne se souvenait pas avoir perçu les étoiles depuis Coruscant de toute sa vie. Une pensée absurde lui traversa l'esprit : les habitants de Coruscant n'avaient-ils jamais vu les étoiles ?
Il sourit à lui-même à cette brève pensée, car c'était le type même de question que posait son padawan à tout bout de champ. Déteignait-il sur lui comme lui-même l'influençait ?

Quelques minutes plus tard, Saï et Luke pénétraient à nouveau dans l'immense astroport par lequel ils étaient arrivés. L'endroit était bien sûr toujours bondé, et ils furent heureux de retrouver Bip à leur vaisseau. Le vieil homme régla quelques détails et paiements avec un droïde de protocole avant qu'ils n'embarquent dans l'appareil. Celui-ci décolle deux minutes plus tard et bientôt, ils n'entendirent tous deux plus que le ron-ron du vaisseau qui traversait l'atmosphère.

Et le temps d'une nuit, sur le chemin de leur foyer véritable à tous deux, ils furent plongés dans les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après la pluie, viendra le beau temps [PV Saï, Bip et DT-89]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-