Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Réveil Brutal [Hildegarde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evran Fykk
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 66
Âge du perso : 27 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/70  (0/70)
PF:
48/83  (48/83)

MessageSujet: Réveil Brutal [Hildegarde]   Mer 12 Sep 2018 - 9:52

- Je vois de nouvelles réponses aux stimuli depuis les dernières minutes.
- Attendez… je crois qu’il reprend connaissance.
- Non, c’est une impression. Mais sa pupille réagit fortement à la lumière, c’est bon signe.

On pense qu’une perte de connaissance se déroule parfois en vitesse réelle, surtout pour les cas de longue durée. C’est le cas pour plusieurs cas de coma, certes, mais c’est loin d’être l’expérience que font ceux qui ont des complications liées à une commotion cérébrale. Evran avait été placé dans un état de sommeil induit chimiquement pour laisser le temps à son corps de récupérer après le violent coup qu’il avait reçu sur Destrillion.

Les voix présentes dans le complexe médical du temple jedi semblaient distantes, désincarnées; le réel n’avait pas de portée sur ses sens. Du moins, dans les premières minutes. Puis, ce fut le plein éveil. D’un seul coup, Evran ouvrait ses yeux et fronçait les sourcils devant le curieux comité d’accueil qui le dévisageait.

- Qu’est-ce que vous avez tous à me regarder comme ça?

Hébété, un premier médecin se pencha davantage sur lui, ayant même l’audace de venir poser sa main sur son épaule. La sensation était étrange. Presque trop vraie; trop intense pour un simple toucher.

- Comment vous sentez-vous?

Evran regarda aux alentours, puis comprit exactement pourquoi il était le centre de tant d’attention. La glorieuse bataille sur la lune de Dubrillion, puis l’appel d’urgence auquel il avait répondu une fois la flotte écartée de l’orbite de la planète. Sa victoire n’avait duré que peu de temps avant que ces droïdes assassins n’aient eu raison de ses piètres compétences à l’art martial. On l’avait sans doute retrouvé sur le champ de bataille peu de temps après, puis ramené avec les autres blessés de la république et de l’ordre.

- En pleine forme! Merci de m’avoir rafistolé.

Le jedi écarta le médecin et releva son buste pour s’asseoir sur le lit. Il constata par le fait même que ses vêtements lui avaient été ôtés et que ses armes n’étaient en vue nulle part dans la pièce. Il ne portait qu’une mince tunique blanche, dans laquelle il avait sans doute l’air parfaitement ridicule. Il avait l’impression d’avoir subi beaucoup de traitements pour absolument rien, puisqu’il ne ressentait aucune douleur.

- Bon, je… je dois voir mon équipe et coordonner avec eux la réaction du temple à l’issue des récents développements sur Dubrillion. Nous avons gagné, au moins?
- C’est… plus compliqué que cela. Je…

Le second médecin, beaucoup plus jeune, interrompit son collègue pour expliquer clairement la situation au patient.

- Chevalier Fykk, vous n’êtes pas encore tout à fait remis. Nous vous avons injecté un stimulant afin de vous réveiller, mais…
- Un stimulant? Pourquoi faire un stimulant? Je vais bien je vous dis! C’est plutôt vous qui devriez en prendre un, de stimulant; vous avez l’air tout mou! Franchement vous devriez prendre des vacances, ça vous ferait passer votre pessimisme à deux ronds et demi.

Intrigués devant l’étrange comportement du jedi, les médecins de concertèrent du regard avant de remettre leur attention sur le porte-parole de l’ordre. Lui n’avait qu’une chose à l’esprit : la colère. Une colère indomptable, qui sommeillait en lui et dont il n’arrivait pas à en saisir l’objet. Il avait pourtant gagné la bataille contre l’envahisseur sith au silo à missiles; il avait mis fin au blocus d’une seule main, puis avait tenté de sauver un compagnon. C’était plutôt une bonne journée pour quelqu’un qui passait son temps sur une chaise au temple, d’ordinaire. Mis à part la blessure, bien entendu, qui somme toute s’avérerait peu tenace face à un peu de bacta. Non, quelque chose le démangeait… Un nom qui lui revenait vaguement à l’esprit.

De son côté, le docteur plus âgé commençait également à insister sur le fait qu’il avait besoin de repos.

- Je veux seulement vous aider. Restez pour quelques tests, un jour ou deux, et nous signerons la décharge ensuite.
- Si vous voulez m’aider, indiquez-moi immédiatement où je peux trouver le chevalier… eum… Ses’kai. Oui, c’est cela! Ses’kai Mora, ou un truc du genre. C’est d’une importance capitale.

C’était cela. Ce nom fit renaître en lui sa fougue et lui fit serrer les poings. Les actions de ce chevalier, complètement risquées et inutiles, devaient être rapportées à qui de droit. Evran n'avait pas eu besoin de passer beaucoup de temps avec lui pour savoir que son tempérament était probablement l'unique cause de la délicate situation dans laquelle il s’était Ses'kai mis. Les connexions à l’intérieur du cerveau du jedi se faisaient à une vitesse monstre à mesure qu’il cherchait une solution à ce problème.

- C’est… à quel sujet? Il a déjà quitté la baie médicale, il y a un moment.
- À quel sujet, vous êtes sérieux? Je vais forcer ce type à faire face au code jedi pour son arrogance et son attitude indigne de ce qu’il représente. Je vais demander à voir le conseil jedi... Et mieux encore, je vais exiger à ce qu’on lance une enquête interne au temple pour montrer à tous le vrai visage de ce sanguinaire! Oui, je veux que la galaxie soit débarrassée illico de cet énergumène qui ne pense qu’à empaler les citoyens de la république! M’avez-vous bien compris?

Maintenant debout à discourir seul dans son accoutrement léger, Evran avait les veines de cou gonflées et les yeux injectés de sang. Les dents grinçantes, il alternait son regard inquisiteur sur chacun de ses interlocuteurs pour trouver une réponse qui le satisfasse.

- Je ne suis pas certain de comprendre. Vous venez de vivre quelque chose de très difficile et vous avez peut-être les idées confuses, Chevalier Fykk.
- Ouais d’accord, ouais, « Chevalier Fykk », mais méfiez-vous vous aussi! Si je m’y mets, je peux vous faire descendre à la cave : vous, ce gamin qui vous sert d’assistant, et tout votre orchestre de loustics!

À nouveau, ce fut le jeune médecin qui chercha une réponse dans les yeux de son mentor.

- Qu’est-ce que je fais? Je lui mets un sédatif?
- Allez-y pour voir. Je vais vous inoculer un sédatif naturel moi : une grosse torgnole dans votre museau, tiens!
- Non. Vous pourriez le plonger dans un état végétatif.

Les deux médecins se retournèrent vers Evran un instant, seulement pour constater qu’il s’était déjà fait la malle dans le couloir.

- Bon sang! Appelez la sécurité du temple.
- Monsieur, c’est notre porte-parole.
- Je n’en ai rien à faire, il est complètement instable.

Seul à vadrouiller les couloirs du temple, Evran retirait les quelques fils encore attachés à son corps. Visiblement, la blessure ne l’empêchait pas de se mouvoir parfaitement, et ce sans la moindre douleur. Un fait qu’il trouva légèrement étrange compte tenu que le choc semblait avoir été assez puissant pour lui faire perdre connaissance. Enfin, il prit l’ascenseur qui menait à son bureau, recueillant plusieurs regards surpris parmi les passants.

Alors que les portes coulissantes de l’élévateur se refermaient sur lui. Le métal parfaitement luisant lui renvoya son reflet : celui d’un jeune homme cerné, un peu plus maigre, et portant une barbe de plusieurs jours. Une barbe qu’il se souvenait pourtant d’avoir rasée la veille. Le porte-parole porta la main à son visage et constata la longueur des poils avec stupéfaction. La vérité le frappa alors : il avait sombré dans un état comatique pendant plusieurs jours, d’où la nécessité du stimulant pour le ramener à ses sens.

Son côté rationnel lui disait de retourner sagement au centre médical et d’obéir à ceux qu’il venait d’envoyer promener, mais cette rage bouillait encore en lui, probablement amplifiée par le cocktail chimique qu’on venait de lui mettre dans le sang. Enfin, lorsque les portes s’ouvrirent, il fut accueilli par plusieurs collègues jedi, qui portaient tous la main à leur ceinture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildegarde Marja
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 119
Âge du perso : 77 ans
Race : Humaine

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Réveil Brutal [Hildegarde]   Mar 18 Sep 2018 - 0:23

Bien mes chers enfants la leçon est terminée, au revoir mes petits.

La guerre avait été comme les autres, brutale, volcanique, terrible. La mort comme toujours avait été la seule gagnante des combats qui s’étaient joués dans l’immensité galactique. Inexorablement à mesure que les années s’égrainaient à la course du temps, la mort empochait toujours un peu plus de terrain. Emportant avec elle l’espoir d’un avenir meilleur, un avenir qui se devait pourtant d’être sauvé. Car pour que la vie triomphe, il était nécessaire de construire encore et toujours le futur. Construire l’avenir pour que jamais la mort ne soit la seule protagoniste sur la scène du théâtre de la Force.

Cet avenir avait ce jour la forme d’une dizaine d’initiés assis en tailleur autour d’Hildegarde dans une petite salle de méditation donnant sur les jardins. La vieille Maître Jedi avait repris ses cours dès son retour de Gree, où elle avait été défaite. L’opération avait été un fiasco monumental. Absalom plus connu sous le pseudonyme de Darth Noctis avait survécu tandis qu’elle avait perdu plus de trois cents hommes dans la bataille. L’image des Jedis avait été écornée par sa faute et pire encore, elle n’avait pas pu empêcher Yana Silvasi de quitter Dubrillon, ajoutant une pierre supplémentaire sur l’édifice de sa défaite cuisante. Cette défaite n’était pas la première, mais elle serait peut-être la dernière sur le curriculum de la Caratienne.

Les petits initiés se levèrent en cœur et saluèrent d’une même voix leur professeur qui se fendit d’un sourire triste face à ces enfants au cœur si purs, pour qui la guerre semblait si lointaine, cette même guerre qui un jour viendrait faucher leur innocence.
La Maître se leva avec peine sentant sa douleur à la hanche se manifester. Elle posa ses yeux sur un petit humain qui ne devait pas avoir six ans, le gamin l’interpella d’une voix comme seule l’assurance d’un enfant était capable de le faire.

Vous avez l’air triste Maître Marja, quelque chose ne va pas, je le sens.

L’auguste vieillarde ploya un genou pour se mettre à sa hauteur et lui pinça la joue.

Tu as raison Dimitrim, je suis triste car j’ai fait des erreurs et je les regrette.

Le petit être adressa un grand sourire édenté à son professeur.

Vous ne devriez pas être triste Maître Marja, tout le monde fait des erreurs, Maître Brock dit que nous devons apprendre de nos erreurs et ne pas les laisser prendre le dessus.

Renchérit le petit avec une assurance parfaitement inhabituelle pour un enfant de son âge.

Maître Brock à raison, tu es un jeune Jedi rempli de sagesse Dimitrim. Merci maintenant file, tu vas être en retard pour le goûter.

Émue, elle donna congé à ce drôle d’initié en lui caressant les cheveux avec douceur avant de le laisser partir.

Au revoir Maître Marja.

La Jedi alla vers la fenêtre de la salle réfléchissant son image de vieille femme usée et fatiguée. Des rides profondes marquaient son visage d’albâtre ; si elles n’ôtaient en rien au charme de son visage finement ciselé ; elles réfléchissaient le doute profond qui l’habitait. Était-elle allée trop loin ? En quête de victoire elle avait tout sacrifié, ses hommes, la dignité de l’Ordre, elle ne savait pas dire si tous ses choix avaient été motivés par la mission ou bien par son propre ego ? Cette question la terrifiait car cette bataille était aussi sa croisade, son exploit pour prouver à tous qu’elle était encore la glorieuse Hildegarde Marja du passé, la Maître d’armées redoutée de tous – gardienne du Juyo - , le général auréolée de prestige. En perdant sur Gree, elle n’avait pas fait qu’affaiblir les positions Jedis sur Gree elle avait montré une nouvelle faiblesse.

Un jour ; Elle le savait ; Plus personne ne viendrait lui demander conseil, un jour, elle n'aurait plus de larmes à sécher sur de jeunes joues humides. Elle serait totalement dépassée, oubliée reléguée, un jour elle n’aurait plus personne à aider, plus personne à défendre ; Plus personne à aimer.

Elle réprima un sanglot et se passa la main sur le visage pour empêcher une larme assassine de s’échapper de ses yeux verts, piètre manœuvre. Elle fondit en larmes, ne parvenait pas à retenir son chagrin, les yeux braqués sur l’immense parc magnifié par le soleil d’Ondéron.

Quinze minutes plus tard dans les couloirs du temple.


Hildegarde venait de terminer de se remaquiller faisait les cents pas, les mains dans le dos, le regard accusateur, les yeux plissés, prête à bondir pareil à un oiseau de proie.

[color=blue]Chevalier Lambert, sortez-moi les mains de vos poches, nous ne sommes pas dans une cantina que je sache et par pitié allez me changer cette bure elle est aussi sale qu’un faubourg de Balossar. [color=blue]

Quelques mètres plus tard, elle hurla à moitié faisant sursauter Maître Tev qui passait par là.

Padawan Olfi, ce mur n’a pas besoin de votre aide pour tenir debout, redressez-vous immédiatement ou je envoie finir vos jours à l’Agricorps !

Un demi-tour plus tard, elle grogna à nouveau, toujours aussi fort.

Padawan… Padawan comment déjà, peut-importe, approchez.

Elle pointa un doigt accusateur sur un petit nautolan d’une douzaine d’années qui avait eu le malheur de ricaner quand la mégère avait admonesté son petit camarade. L’ignoble Maître s’apprêtait à faire tomber les feux de l’enfer sur le malheureux mais un coup du destin l’empêcha de sonner le glas de l’infortuné padawan.

Trois Jedis mains à la ceinture se précipitaient vers le fond du long couloir. À voir leur précipitation et le tumulte ambiant qui agitait les méandres de la Force quelque chose ne tournait pas rond dans le Temple, habituellement si paisible. Jugeant bon d’aller voir ce qui se tramait, elle abandonna le nautolan non sans un regard menaçant et se fraya un passage dans le couloir qui s’était rempli de badauds. À grand coups de « place » « place », Hildegarde arriva finalement devant l’ascenseur numéro dix-huit.

La Maître haussa un sourcil circonspect devant la scène ubuesque.

Chevalier Fykk ?

L’homme qui se tenait devant elle n’avait rien du brillant et fringant porte-parole qu’elle avait déjà eu l’occasion de côtoyer à l’occasion de diverses missions diplomatiques. Mal rasé, négligé, visiblement blessé et surtout très agité. Il représentait une menace directe pour lui-même et pour les autres.

D’un bras, elle empêcha le Chevalier Lambert de pénétrer dans l’ascenseur n’imaginant que trop bien ce qu’il avait en tête.

A la place c’est elle qui entra dans le tube tout en faisant signe à l’assistance de reculer. La Caratienne détestait les scandales, hors de question de se donner en spectacle et en particulier en impliquant celui qui passait régulièrement aux Holonews.

D’un geste de la main elle ferma la porte de l’ascenseur et appuya sur le bouton menant à la cuisine du Temple.

Vous permettez.

Sans attendre la moindre permission qui aurait de toute façon été superflue, elle inspecta sans vergogne le torse nu du Chevalier et sonda son pou sans délicatesse cherchant à sonder son état de santé. À l’évidence Evran sortait juste de l’infirmerie, si vite en fait qu’il en avait oublié de se rhabiller et de se déséquiper de la tuyauterie.

Elle reprit ensuite la parole d’une voix teintée d’ironie, se refusant à poser frontalement la question.

Vous avez une mine horrible mon vieux, si j’étais vous je passerai à l’infirmerie me faire ausculter.

Quittant son vis-à-vis quelque instants, la vieille femme se regarda dans le métal poli qui ornait la porte de l’ascenseur. Elle n’était évidemment pas dupe, et pire encore, elle lisait les rapports qui étaient si soigneusement remplis par les archivistes à chaque fin de mission. Si dernièrement elle n’avait rien vu d’inhabituel concernant l’humain, il fallait être aveugle pour ne pas faire le lien entre son état et la fin des batailles quelques jours plus tôt. Le lien établi, la Maître décida de ne pas se faire trop dure, elle qui était aussi tenaillée par la tournure dramatique des récents événements.

J’allais à la cuisine me préparer quelque chose à manger, me feriez-vous le plaisir de m’accompagner ? Il va sans dire que nous pouvons tout à fait envisager un détour si d’aventure vous vouliez passer récupérer une bure avant.

Conclut-elle non sans malice en replongeant son regard parfaitement neutre vers le Chevalier pour lui faire comprendre que la question posée était parfaitement rhétorique. Au diable l’infirmerie, le Jedi était assez grand pour savoir si il avait besoin ou non de soins supplémentaires, un gigot de Shaak, lui serait beaucoup plus profitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evran Fykk
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 66
Âge du perso : 27 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/70  (0/70)
PF:
48/83  (48/83)

MessageSujet: Re: Réveil Brutal [Hildegarde]   Jeu 20 Sep 2018 - 0:03

Figé, contenant des tremblements, Evran regardait d’un œil méfiant la vieille femme entrer dans l’espace exigu avec lui. Il la reconnaissait, mais ne se souvenait plus de son nom. Maître Chose. Non, Maître Marja ; ça lui revenait. Les portes de l’ascenseur se refermèrent sur eux alors que les membres de l’équipe de sécurité restaient pantois devant l’intervention de leur supérieure. Evran regardait le demi-sourire de la femme et faisait bouger son regard de haut en bas, à la recherche de la moindre anomalie. S’agissait-il d’un subterfuge? Cherchait-elle à lui faire du mal? Les idées se bousculaient dans son esprit à une vitesse phénoménale ; une pensée en interrompant constamment une autre. Ses’kai. Oui. Il devait le faire payer. Plutôt lui faire payer ses actions impures ; l’inverse n’aurait pas été très jedi. Enfin. Il devait aussi se changer pour éviter d'avoir l'air débile.

L’ascenseur s’arrêta à l’étage des dortoirs. Sortant de ses pensées, il avait à peine réalisé qu’Hildegarde venait de poser les mains sur lui. Peut-être pour lui injecter d’autres produits dans les veines. Il ne se produisit rien, mais la chose lui avait traversé l’esprit un instant.

- Je dois retourner au travail. J’ai des tas de trucs à faire!

Dit-il simplement avant de s’engouffrer dans le couloir menant à sa chambre. Rapidement, il enfila une chemise des plus simples, un pantalon, et se passa de l’eau froide dans le visage. Le choc thermique le ramena un instant les pieds sur terre. Sa main continuait de trembler involontairement, mais ses pensées commencèrent à lui appartenir de nouveau. Il se souvenait de l’affrontement contre les droïdes sur Dubrillion, mais ignorait combien de temps s’était écoulé depuis. Il revint à l’ascenseur, évitant le regard de sa supérieure, et enclencha lui-même le bouton qui les mènerait aux cuisines.

- Je… je crois que je dois m’excuser pour ma… réaction. L’on m’a injecté quelque chose dans le sang pour me réveiller. Le résultat a été… un peu trop efficace.

Il parlait encore rapidement, mais ne pouvait s’empêcher. Evran saisit son bras droit pour faire cesser un autre tremblement. Les symptômes étaient encore là, sa tête fonctionnait à cent miles à l’heure, mais il avait maintenant le pouvoir de se maîtriser lui-même. Il venait de faire un fou de lui devant la sécurité et devant un futur membre du conseil jedi. Il se sentait stupide. Le porte-parole avait laissé une colère noire prendre le contrôle de lui et dicter ses actions. Le stimulant était à peine une excuse pour la façon avec laquelle il avait fomenté son évasion de l’infirmerie. Enfin, peut-être qu’un repas l’aiderait à se calmer davantage. D’ici ce soir, il espérait être en mesure de se mettre au boulot et de s’intéresser aux conséquences des batailles d’hier… ou de la semaine dernière. Pour ça aussi, il faudrait qu’il se mette à la page. Peut-être le conseil avait déjà jugé bon de déléguer le travail à son équipe pendant son « absence », mais Evran savait qu’il devrait repasser sur leurs communiqués pour que ce soit digeste.

Bientôt, les portes de l’ascenseur s’ouvrirent à nouveau, laissant échapper le son ambiant des élèves et des autres jedi qui prenaient leur repas. Le bruit résonnait dans ses tympans comme si l’on sonnait une cloche contre ses oreilles. Après réflexion, il faudrait peut-être plus que quelques heures. Avant de faire un pas, il se tourna vers Hildegarde et demanda très calmement :

- Quand sommes-nous? J’ai perdu un peu la notion.

Ne pas savoir le tuait. Peut-être qu’il venait de passer plus de temps qu’il ne le pensait sur ce lit, à ne rien faire alors que la galaxie se remettait d’une escarmouche meurtrière. Il avait l’impression d’avoir raté beaucoup de choses. Mais en même temps, il ne pouvait croire qu’un coup asséné par un simple droïde pouvait l’avoir assommé pendant plusieurs jours. Encore et toujours, ses nerfs ne lui transmettaient aucun signe de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildegarde Marja
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 119
Âge du perso : 77 ans
Race : Humaine

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Réveil Brutal [Hildegarde]   Hier à 11:03

La galaxie peut se bien se passer de vous quelques heures Chevalier Fykk.

Nota Hildegarde de toute sa hauteur en levant les yeux au plafond, essayant de faire comprendre au porte-parole qu’il n’avait pas vraiment le choix. Le brun pouvait s’estimer heureux d’être tombée sur une Hildegarde « des bons jours ». La vieille Maître, réputée et crainte pour être parfaitement acariâtre avait fait trembler des Jedis bien plus expérimentés que le brillant communiquant qui se trouvait à ses côtés. Son propre émoi, ses doutes et sa défaite sur Gree avaient tempéré l’indomptable Jedi plus connue pour son extraordinaire inventivité à trouver des punitions que pour sa douce philosophie.

L’ascenseur s’ébranla à l’étage des quartiers des Chevaliers. La Maître Jedi quitta l’ascenseur à la suite de son protégé ne voulant pas le laisser seul dans son état d’énervement. Les bras croisés sur son torse, l’imposante Jedi le suivi jusqu’à la porte de sa chambre notant à quel point le sol était sale et les plinthes couvertes de poussière. Elle l’abandonna au bout du couloir ne poussant pas le vice jusqu’à aller l’habiller elle-même… Il n’était plus un padawan après tout. Las, elle alluma son Comlink sur la fréquence de l’infirmerie. Le vieux médecin qui dirigeait l’infirmerie répondit pour s’entendre dire d’une voix aussi sèche que le désert de Tatooine.

Docteur Huak, ici Marja. Je suis avec le Chevalier Fykk, tout est sous contrôle. Rappelez la sécurité demandez à votre interne d’arrêter d’injecter des saloperies à mes Chevaliers Jedis.

Sans attendre la moins réponse, sachant qu’elle sera obéie au doigt et à l’œil elle ferma la communication, l’ingérence était une autre de ses spécialités, elle n’était pas experte en médecine et pour être tout à fait honnête elle se moquait pas mal de savoir ce qu’on avait pu injecter à Evran. Le Chevalier n’était pas un simple Jedi, sa tête était connue et il représentait l’Ordre Jedi à travers la galaxie. Son accès de violence était déjà assez embarrassant et donnerait probablement lieu à une enquête interne toutefois, si une tête devait tomber ça ne serait pas la sienne et tant pis pour l’équité.

L’ascenseur se remit en branle vers les cuisines. Hildegarde nota que l’humain avait retrouvé un peu de poils de la bête. D’une voix égale, fixant à nouveau la paroi polie elle expliqua :

Vos excuses sont acceptées Chevalier Fykk. Toutefois, je me dois de vous informer que je devrais normalement informer le Conseil de votre petit exploit.

Elle voulut lui faire comprendre que non, elle n’avertirait pas le Conseil, ce qui était ironique car elle était en bonne voie pour succéder à l’un des vénérables sages de la chambre décisionnelle du Temple. La Force était remplie d’ironie, ce même Conseil qui autrefois l’avait honni pour ses méthodes et son irrévérence envers le code avait aujourd’hui besoin d’elle. Les relations entre les sages et la Caratienne n’avaient jamais été au beau fixe. À moitié bannie de l’Ordre lorsqu’elle fût enceinte, puis régulièrement convoquée pour ses sorties de route elle n’avait jamais été mis à l’écart pour autant. C’eût été injuste de faire subir l’humiliation à Evran. Lui faire passer le message suffirait. L’Ordre Jedi était en guerre et en temps de guerre on n’envoyait pas ses camarades à l’échafaud.

La porte s’ouvrit sur la cantine déjà animée à cette heure-là.

Vous êtes probablement resté inconscient plusieurs jours Chevalier. Je vous invite à consulter les rapports médicaux. On injecte rarement de la déuthéradone de carbone pour une simple mal de tête.

Répondit-elle en marchant d’un pas énergique vers la porte de la cuisine tout en saluant les quelques Jedis qu’elle connaissait sur son chemin, sans s’arrêter elle pénétra dans la cuisine en plein coup de feu, remplie de droïdes et d’employés qui s’affairaient à toute allure dans un ballet savamment orchestrée par un vieux cuistot chauve au tablier tâché.

Hildegarde mon amie, quel bon vent t’amène toi et ton copain sous-alimenté !

S’exclama l’humanoïde en s’approchant des Jedis. Il salua respectueusement Evran, notant qu’il l’avait déjà aperçu sur un plateau d’information aux informations.

Un travail important avec le Chevalier Fykk ici présent. Peux-tu me libérer un plan de travail et me sortir quelques saucisses de Shaaks, Javert ?

Réserve personnelle, hé hé t’en fais pas ma poule j’ai tout ce qu’il te faut. Va au fond, j’arrive.

Hildegarde gloussa comme une adolescente et frappa les fesses du cuisiner en le remerciant. Elle entraîna ensuite Evran vers le plan de travail qui leur avait été assigné. Très à l’aise, elle ouvrit un placard et en tira deux tabliers, elle s’équipa du premier et lança le second au Chevalier.

Avez-vous déjà eut l’occasion de goûter les délicieuses saucisses de Shaaks de la coopérative agricole Ondéronienne Chevalier ? Le foie de Shaak est une des spécialités de notre beau système. Les premiers colons ont importé le Shaak sauvage de Naboo voilà près de cent ans, l’herbe grasse qui pousse dans les forêts d’Iziz donne un goût extrêmement particulier à la viande. Je me procure des saucisses de première qualité directement auprès de Carlos Piedsdeporcs en échange de menus service. Tenez, enfilez moi ça et mettez-vous ici, vous allez me couper des oignons Bakurien en lamelles.

Elle désigna une planche et un couteau abandonnés sur le plan de travail et se mit de son côté à fouiller un frigo pour en tirer quelques légumes qui accompagneraient le met le plus raffiné de la galaxie. Elle allant laver les légumes, elle reprit la parole à l’attention du Chevalier.

Que se serait-il passé Chevalier si vous aviez été armé et qu’une bande de padawans avait croisé votre chemin ? Aurais-on eut de la saucisse d’initiés pour le déjeuner ?

Demanda-t-elle sans agressivité mais d’une voix forte légèrement ourlée d’un reproche tout à fait diplomate. Elle devait savoir, l’état émotionnel du Chevalier n’était pas totalement apaisé, elle le sentait et devait en avoir le cœur net. Le Temple avait connu suffisamment de malheur ces dernières années. Elle ne pouvait imaginer qu'Evran, qu'elle savait relativement pacifique puisse atteindre de telles extrémités, il n'était pas réputé pour être belligérant. Mais elle ne prenait aucun risque.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réveil Brutal [Hildegarde]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réveil Brutal [Hildegarde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Ordre Jedi - Planète Ondéron :: Temple Jedi :: Centre médical-