Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mon maître est mort, longue vie à mon maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 28 Aoû 2018 - 16:36

Heureusement, il ne pleuvait pas ce jour-là. Il n’aurait plus manqué que ça pour parfaire le tableau de la journée pourrie. Enfin, je disais ça, mais la journée était vraiment loin d’être joyeuse, et je n’avais pas envie de rire.
 
J’étais avec Malaco dans la bibliothèque du temple sur Korriban quand j’ai appris la nouvelle. Le seigneur Asta était mort, emporté par une maladie. J’étais resté le plus impassible possible, renvoyant Malaco dans ses quartiers, repoussant l’apprentissage à plus tard. Pour ma part, je me suis dirigé comme à mon habitude dans ce genre de moment dans mon oasis de tranquillité sur l’une des nombreuses falaises que comporte ce désert de sables, de roches et de statues. Là, je pus exprimer toute ma tristesse, mais aussi ma colère et ma frustration. Je venais de perdre la seule personne qui m’avait protégé, éduqué et élevé. Qui m’avait en partie modelé et participer à ce que j’étais devenu comme personne. Je n’avais plus personne pour me guider, je me retrouvais seule. Je resta là un bon moment, assise en tailleur, laissant mes émotions tourbillonner en moi, jusqu'à ce qu’elle disparaisse peu à peu afin que je puisse réfléchir de nouveaux. Mais la situation était assez claire. Il fallait que je me rende sur Dromund Kaas avec Malaco pour les funérailles.
 
Trois jours se sont écoulés depuis que j’ai appris la nouvelle. C’est aujourd’hui que nous brulons le corps. Nous sommes assez peu nombreux. Si le seigneur Asta n’était pas forcement apprécié par beaucoup de monde, je pensais que nous serions bien plus qu’une dizaine.
 
Je restais assise silencieusement sur les gradins, mon long manteau camouflant mon corps et la capuche dissimulant mon visage. Je regardais tranquillement le corps bruler, pensant à tous ce que le seigneur Asta m’avait appris et faits pour moi.
 
Quand il m’avait récupéré parmi les esclaves, il m’a appris à lire, à écrire et à compter. Cela pouvait sembler bizarre, mais étant née esclave, je n’avais pas vraiment de réel éducation. Une fois cela accomplis, il commença à m’éduquer sur la Force et m’appris quelques tours basiques avec. Quand je pense qu’à une époque attirer un objet à soi me semblait être exceptionnel. Mine de rien, cela prit son temps, et je dus rentrer à l’académie. Mais même là, il continua à m’apprendre et à me surveiller. Il me montra des choses plus complexes et m’initia à certaines pratiques qui me permirent de m’en sortir sans trop de mal et de devenir une vraie guerrière. Et encore une fois, il restait derrière moi, vérifiant que je ne manquais de rien. Il mit un vaisseau à ma disposition, me mit en contact avec certaines personnes, m’envoya des demandes de mission. Il s’assurait vraiment que je m’en sorte un maximum. Et même après sa mort.
 
J’avais eu rendez-vous seul à seul avec celui qui s’occupait de la cérémonie et il me montra que les appartements et le vaisseau du seigneur Asta me revenait. Il avait tout préparé pour que j’hérite de ses biens à sa mort et que je ne me retrouve pas dans le besoin. Mais pour l’instant, tous les biens étaient bloqués tant que je ne payais pas. Et ce que je possédais n’était en rien suffisant pour tout récupérer. Il me faudrait donc trouver rapidement des crédits, voulant à tout prix récupérer le tout, refusant que quelqu’un d’autres mette ses mains dessus.
 
Le corps venait de finir de bruler. Il ne restait que des cendres et les gens commençaient à s’en aller. Certains passaient me souhaiter leurs peines et leur condoléances. Je les acceptais sans grande conviction. Mon attention était ailleurs. Dans les gradins en face de moi se tenait une femme qui me fixait depuis le début de la cérémonie. Je l’avais déjà vu en compagnie du seigneur Asta, mais impossible de me rappeler de son nom. Et alors que l’enceinte se vida complètement, ne laissant que moi et Malaco, elle était toujours là assise à nous regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 4 Sep 2018 - 16:08

La disparition du Seigneur Asta avait quelques peu chamboulé Darth Oracci. Idès avait prévenu rapidement l’umbarane à ce sujet. Darth Asta et Oracci avaient partagé bien des choses, y compris leur couche à de multiples reprises. Il était pourtant plus vieux qu’elle, mais cet érudit avait su capter l’attention de la jeune guerrière pleine d’ambition qu’Oracci était par le passé. A ses côtés, elle avait acquis un léger prestige mais surtout mis à la main sur quelques savoirs anciens et reliques du passé glorieux de l’Ordre Sith. Mais il y avait eu un instant ou ce tandem s’est séparé au fur et à mesure après quelques années. Asta avait été un seigneur Sith qui manquait dramatiquement d’ambition pour la Dame Sith qui, en prenant de l’âge et de l’influence, le voyait de moins en moins important dans ses projets.
En dépit des années et de ce qui avait pu séparer Asta d’Oracci, il avait su conserver une certaine aura auprès de l’umbarane et elle éprouvait une forme de pitié à son égard, mais aussi une admiration pour le savoir qu’il avait pu accumuler au cours de son existence.

Au moment de ses funérailles, Darth Oracci était présente vêtue sobrement, sa bure noire tombant sur son visage, elle prit place dans les gradins et assista sans un mot à la cérémonie de crémation d’un de ses amants. Elle avait déjà assisté à la mort ainsi qu’aux enterrements de nombre d’entre eux, mais Asta avait le mérite d’être l’un des rares à avoir rencontré sa fin sans qu’Oracci ne l’ait provoquée elle-même. Sa disparition n’aurait qu’un impact limité dans ses projets et si elle était là aujourd’hui, c’était plus par fidélité et en souvenir d’un de ses rares amis. Tout au long de la cérémonie, la Dame Sith avait porté son attention sur une togruta vêtue de noir, accompagnée à ses côtés d’une autre togruta qui semblait être sa sœur probablement. Sans doute devait-il s’agir de l’ancienne apprentie d’Asta avec à sa droite, sa propre apprentie qui la surplombait du haut de son mètre quatre vingt. Toutes les deux portaient la même tenue noire avec le capuchon rabattu sur leur visage.

Lorsque vint la fin de la crémation et que les dernières cendres chaudes de ce qu’il restait d’Asta furent dispersées par les vents de Dromund Kaas, Darth Oracci laissa les autres Sith quitter les lieux tout en présentant leurs condoléances à celle qui répondait au nom d’Asehla. Plus petite que son apprentie, la Dame Sith avait entendu son nom circuler sur les lèvres de ceux qui avaient assisté à la crémation, cependant elle ignorait l’identité de son apprentie. Rapidement il ne restait plus que trois personnes présentes, et l’attention du duo de togruta finit irrémédiablement par se porter sur l’umbarane présente. La Dame Sith croisa leur regard et laissa quelques secondes de silence flotter dans l’air réchauffé du brasier. Puis d’un geste elle se leva sur ses jambes, la tête légèrement penchée en arrière tandis qu’elle descendit des gradins avec une certaine grâce pour rejoindre les restes fumants d’Asta.

- Adieu mon ami…

Furent les seuls mots qu’elle laissa flotter. Sa main gantée de noir fondit dans l’une de ses poches et elle ressortit un pendentif qu’elle déposa au milieu des braises. Un cadeau qu’Asta lui avait fait il y a plusieurs décennies de cela. Darth Oracci resta un instant immobile, la main relâcha le collier puis elle pivota sa tête vers le duo de togruta. Sur le visage pâle de l’umbarane, il n’y avait aucune émotion. Son regard se posa sur Asehla dans un premier temps, puis elle prit la parole d’un ton plus peiné qu’elle ne l’aurait voulu.

- Je vous présente mes sincères condoléances. Je présume que vous étiez son apprentie… est-ce exact ?

La Dame Sith tourna la tête vers la plus grande des togrutas puis la désigna du bout de son index avant de la lier à Asehla d’un mouvement de la main.

- Et vous-même êtes son apprentie si je ne me trompe pas.

Darth Oracci d’un geste lent retira son capuchon afin de révéler son visage aux traits fins et à l’épiderme blanchâtre après avoir fait ses premières suppositions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malaco Signavar
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 112
Âge du perso : 19
Race : Togruta
Binôme : Apprentie de Asehla Derla

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/61  (0/61)
PF:
54/74  (54/74)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 4 Sep 2018 - 18:07

Une journée, voir à peine quelques heures pour qu’elle décide de changer d’enseignement. Elle qui s’était juré de ne jamais rejoindre les Siths, voilà qu’elle portait une toge noir et connaissait déjà le Code Sith et sa signification. Si son ancien maître la voyait, il aurait très certainement honte. Une part d’elle aurait pu regretter. Mais cette part était désormais renfloué et Malaco cherchait à effacé cette identité de Padawan de l’Ordre Jedi, la manière dont elle avait été influencé de manière rapide et progressive lui avait donné la comparaison avec certains virus que l’on pouvait retrouver dans la nature.

Virus, un mot qui lui avait permis de trouvé une nouvelle appellation pour se désigner : Vira. Elle n’était plus Malaco Signavar, mais simplement Vira.
Cela faisait une quinzaine de jours désormais que Vira avait rejoint sa maîtresse Asehla Derla, c’était lors de sa confrontation avec elle lorsque la Guerrière Sith testa sa future Apprentie que Vira fut né. Elle laissait libre cours à ses émotions et ses pensées et très vite elle avait senti cette puissance dont les jedis avait tant fait d’histoire avec Malaco.
Vira l’accepta sans discussion, étudiant avec Dame Derla les secrets de la Force, s’entraînant à mieux utiliser son corps au corps et gagner en précision avec son corps et ses armes. Dépourvue de sabre-laser. Vira avait opté pour l’utilisation d’une vibrolame similaire à un Katana, disposant d’un fourreau et d’une lame légèrement courbé ne coupant que dans un sens. Elle se sentait plus à l’aise avec cette arme qu’une vibrolame standard. Les autres vibrolames reprenant une forme proche de son ancien sabre-laser était bien trop lourd pour elle et son gabarit. C’était là un des avantages des sabres-lasers. La lame n’avait pas de poids et une fois habitué et grâce à la Force, Jedi et Sith pouvait à peu près utiliser n’importe quelle type de sabre-laser. Cependant Vira regrettait une chose par rapport à son ancienne identité. Son sabre-laser disposant des ventilations lui manquait, cela pouvait paraître ridicule mais l’arme était efficace, peu commune et affrontait un avantage certains lors des duels. Particulièrement lorsque les lames se bloquèrent et que les adversaires étaient aux plus près.
Un autre ajout à son arsenal était un blaster standard. Sa petite première expérience avec dans la navette l’avait convaincue qu’elle ne devait pas sous-estimer ces armes qui pouvaient s’avérer aussi dangereux que des sabres-lasers. C’était inhabituel, mais bon. Vira et Malaco étaient toutes les deux relativement inhabituels de par leurs carrières. Et Vira le serait très certainement pour une Sith.

Vira avait démontré être capable de garder un sang-froid presque effrayant passé la première semaine, mais sa maîtresse savait parfaitement que si Vira se déchaînait, elle devenait un véritable monstre pouvant effrayer. Certains apprentis sur Korriban l’avaient déjà appris à leurs dépens.
Elle adorait se battre, elle adorait la violence, elle la demandait ! Chaque jour la Togruta espérait une occasion pour mettre toute la rage de Malaco qui s’était transvasé en Vira et de l’utiliser.
Mais elle n’en était pas devenue obsédé non plus. Sa soif de connaissance était aussi remarquable, un trait que possédait déjà la Togruta lors de sa vie de Jedi. Quand elle le pouvait elle utilisait les holocrons qui lui étaient accessibles -relativement peu du fait de son arrivé récente et de son statut de simple apprentie- mais déjà elle avait appris un grand nombre de chose. Mais ses compétences dans l’utilisation de la Force restaient relativement faibles. Du progrès se voyait, et bientôt la jeune Sith espérait pouvoir user d’un pouvoir qui avait toujours rendu curieuse l’ex-padawan. Les éclairs de Force. Une abomination pour nombre de Jedis. Vira trouvait cela au contraire très intéressant et une preuve que la Force offrait des possibilités insoupçonné. Elle avait entendu des rumeurs comme quoi certains Siths pouvaient se dédoubler au combat. Que d’autres pouvaient absorber la vie de leurs adversaires, d’autres encore pouvaient augmenter de manière immense force physique au point de plier l’acier de leurs mains. Bien entendu cela était peut-être de simples rumeurs sans fondement. Mais la Togruta restait curieuse.

3 jours auparavant, alors que l’Apprentie et la Maître se trouvait dans la bibliothèque de Korriban. La nouvelle tomba, le Seigneur Sith Asta était mort et d’après ce que Vira avait compris, il s’agissait de l’ancien maître de Asehla. Vira n’avait pas eu réellement l’occasion de rencontrer de Seigneur Sith mise à part en voir de loin. Ses rapports s’était limité à quelques apprenties dans les couloirs dont l’un avait d’ailleurs commis l’erreur de la taquiner vis à vis de son passé tout récent chez les Jedis. Ho l’apprenti en question était encore vivant, il avait juste eu une côté brisé et une dent cassé. Et son maître semblait avoir trouvé cela plus amusant qu’autre chose et il n’y eu aucun problème.

La découverte de Korriban a été une surprise. Elle en avait entendu parler dans les couloirs du Temple Jedi d’Ondéron ainsi que dans certains cours sur le côté obscur. Mais aucune description ne pouvait véritablement préparer à l’atmosphère chargée en sable et la puissance dans la Force que dégageait cette planète. Et son constat avait été fait rapidement : elle détestait ce satané sable qui venait frapper régulièrement sa peau quand elle était dehors et qu’un coup de vent passait.

Enfin bref, Vira et Asehla était parti pour un rite funéraire envers le Seigneur Sith et voilà qu’elle se retrouvait dans une toge noir très similaire à celle de son maître. Masquant en partie son visage, et elle ne pouvait s’empêcher de penser que le rite était extrêmement familier à celui des Jedis. Cependant elle se sentait trop à découverte, chacun pouvait tout de même lire les expressions de son visage. Les capuches pour les Togrutas ne pouvaient hélas pas recouvrir suffisamment pour véritablement être efficace… Mais elle avait vue certains Siths porté des masques, et cela aussi la rendait curieuse et intéresser. Oui en fait, elle en voulait également un pour elle. Question de goût, et aussi parce que cela lui permettrait de masquer son visage et de simplement faire fonctionner l’imagination des personnes en face d’elle.

Le rite se déroulait sans accros, de multiples personnes venaient présenter leurs condoléances et la Togruta se demandait si une seul de ces personnes étaient sincères ou non dans leurs vœux. Peut-être, mais vue le mode de pensée que la philosophie Sith prônait, la méfiance restait de mise. N’importe laquelle des personnes présente dans la pièce pouvait être un futur ennemi à abattre. Ce qui était à la fois intriguant, et décevant. Si les Siths ne passaient pas de temps à s’entre-tuer et à se combattre les uns les autres, ils auraient très certainement pris le contrôle de la Galaxie depuis des lustres. D’ailleurs, une nouvelle personne se présentait, et cette dernière semblait ne pas être le guerrier ou la connaissance. Non, quelque chose en cette personne lui faisait comprendre qu’il s’agissait d’un Seigneur Sith. Qui demanda l’identité des deux Togrutas. Décidant de laisser Asehla parler, la Togruta se contenta de simplement acquiescer en réponse à la question. Mieux valait ne pas parler sans y être autorisé par Asehla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 4 Sep 2018 - 19:27

Je continuai de regarder la silhouette face à nous. Elle finit enfin par se lever et se dirigea vers le bûcher devant lequel elle resta un petit moment, y installant même un médaillon. Je tentai alors de comprendre qui c’était. Le seigneur Asta avait eu nombre de conquêtes, pourtant, aucune d’entre elles n’était venue. Et à voir son comportement, elle devait faire partie de ses amantes ou de ses proches. Sauf qu’à ma connaissance, il n’a plus de famille et aucun de ses « amis » ou alliés n’a eu de tel geste envers lui.
 
Après un petit moment, elle finit par nous rejoindre pour présenter également ses condoléances. Je hochai simplement la tête, les acceptants, m’attendant à ce qu’elle parte, mais elle continua à parler. Sa supposition sur mon identité me fit sourire. Ce n’était clairement pas un secret bien gardé. Tous ceux qui étaient venus ici me connaissaient. Soit elle était loin d’être une lumière, soit elle voulait bêtement une confirmation. Au vu de la façon dont elle vient de se comporter, j’opterais pour la seconde solution. Elle était proche d’Asta, elle devait forcément me connaître.
 
Cependant, sa seconde supposition me fit relever la tête. La seule personne au courant du fait que j’avais un apprenti était Asta. Tous les deux devaient donc être proches et bien se connaître pour qu’elle soit au courant.
 
Finalement, elle se révéla, retirant sa capuche et dévoilant son visage au teint blanchâtre. Une Umbaran. Le seigneur Asta en avait fréquenté une seule. Je me leva alors de mon siège et me dirigea vers le bûcher, retirant ma capuche. Je m’arrêtai devant les flammes qui commençaient à s’éteindre. Vira ne répondit pas à la question de « l’inconnue ». Bien, elle apprenait vite et savait qu’il valait mieux ne pas parler sans mon autorisation.
 
« Vous êtes Darth Oracci n’est-ce pas ? Le seigneur Asta n’a fréquenté qu’une seule Umbaran à ma connaissance. Même si votre relation n’a pas duré longtemps, il s’est souvenu de vous. Il a continué à suivre votre évolution. Par contre, mes félicitations pour avoir deviné qui était Vira. Tout le monde pensait qu’il s’agissait juste d’un compagnon qui était là pour me soutenir. »
 
Les flammes finirent par ne plus être que de simples cendres. Je me retournai alors Oracci.
 
« Maintenant, dites-moi. Pourquoi êtes-vous là ? Que signifie le médaillon ? Pourquoi vous et pas une autre de ses amantes ? Je suis curieuse à ce sujet. »
 
Et j’étais dans mon droit de l’être. Après tout, elle débarquai ici, plusieurs années après leur histoire sans avoir donné de nouvelles. Il valait mieux pour elle qu’elle ait une bonne raison. Cependant, je n’arrivais pas à percevoir de reel mauvaise attention à mon égard, envers Vira ou même un mépris du seigneur Asta. Au timbre de voix qu’elle avait quand elle prit la parole, elle semblait vraiment désolée de toute cette histoire. Je pouvais peut-être paraître injuste et agressive, très sur la défensive, mais j’avais mes raisons. Le seigneur Asta est tout, non, était tout pour moi. Je voulais tout simplement éviter que n’importe qui vienne ici afin de profaner sa mémoire.
 
Je laissa alors le bûcher derrière moi et rejoignit Oracci et Vira.
 
« Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour ce comportement erratique et légèrement perturbant et perturbé. J’ai bien conscience que je peux agir un peu bizarrement, cependant, je vous demanderais de bien vouloir comprendre qu’avec la mort du Seigneur Asta, j’ai tout perdu. On tente tout même de m’enlever son héritage. Alors, je suis perdu. Je ferais tout de même de mon mieux pour continuer à entretenir une conversation normale avec vous. »

Je repris alors mon souffle et pendant quelques secondes je fis le vide.

« Bien, reprenons depuis le début. Je suis effectivement Asehla Derla, l’ancienne apprentie du seigneur Asta et c’est bien mon apprentie, Vira, qui est juste derrière moi. Je vous remercie pour vos condoléances seigneur Oracci. »


Dernière édition par Asehla Derla le Dim 16 Sep 2018 - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Lun 10 Sep 2018 - 0:25

L’umbarane hocha simplement la tête après avoir observé l’espace d’un instant la plus grande des deux togruta qui avait conservé le silence. Son attitude confirmait l’hypothèse de la Dame Sith concernant son statut d’apprentie, aussi elle ne s’exprimerait sans doute qu’avec l’accord d’Asehla, ou peut-être celui d’Oracci. Elle répondit à la question posée par son interlocutrice d’un ton simple et sensiblement amical.

- C’est exact, vous m’avez reconnue. Simple déduction de ma part en observant vos postures respectives. Mais j’admets avoir eu la Force de mon côté.

Il y avait une once de fierté dans sa voix, puis vinrent une série de questions posées par l’ancienne apprentie du défunt du jour. Darth Oracci fronça les sourcils légèrement puis répondit.

- La nature de ma relation avec Asta ne regardait que lui et moi.

Dit-elle sèchement afin de rappeler implicitement le rang que Darth Oracci avait, ainsi que celui d’Asehla. Et concrètement l’umbarane n’avait aucun compte à rendre à la togruta là-dessus. De surcroit le ton employé n'avait pas beaucoup plus à Sly Keto. Cependant la Dame Sith était suffisamment psychologue pour comprendre les interrogations que la jeune femme pouvait avoir sur la nature des rapports ayant lié les vies de Darth Oracci et Darth Asta. Aussi elle croisa les bras et décida de fournir que les informations qu’elle acceptait de donner sans pour autant entrer dans les détails. Elle inspira un grand coup puis raconta brièvement la nature de leur relation.

- Mais si vous voulez tout savoir, notre relation était plus que physique, lui et moi partagions le même goût pour les choses de l’esprit et les anciens savoirs. Asta avait des qualités mais aussi ses défauts, ce médaillon était l’un des cadeaux qu’il m’avait offert. Quand j’ai su sa qu’il avait rendu son dernier souffle, j’ai souhaité le voir une dernière fois pour lui dire adieu. Je savais qu’il avait observé ma progression de loin, la discrétion n’était pas toujours son fort. Sans lui, je n’occuperais peut-être pas la place que j’ai aujourd’hui.

Ce qui n’était pas totalement vrai, mais pas non plus complètement faux. En vérité l’apport d’Asta avait été assez complexe pour Oracci afin de déterminer ce qu’il avait vraiment fait pour l’umbarane. Il y avait certes, le partage d’anciens écrits Sith à travers les parchemins de sa collection, mais aussi autre chose comme une forme de noblesse qu’avait pu perfectionner la jeune femme qu’était la Dame Sith autrefois. Darth Oracci inclina la tête lorsqu’elle eut enfin une confirmation de l’identité d’Asehla, mais aussi celle de son apprentie qui répondait au nom de Vira. Son entrée au sein de l’Ordre Sith semblait être récente, mais la plus grande des deux togrutas semblait avoir assimilé la discipline de son mentor. Elle se rapprocha des deux autres femmes d’une démarche toujours aussi légère et gracieuse, presqu’envoutante pour se pencher sur Asehla et lui répondit avec sincérité.

- Mes condoléances sont bien malheureusement le peu que je puisse faire en souvenir d’Asta. Cependant vous avez évoqué une histoire d’héritage qui risque de vous être spoilé. Pouvez-vous m’en dire plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Dim 16 Sep 2018 - 17:28

L’air commençait à se rafraichir, resserrant ma cape autour de moi afin de me réchauffer légèrement.  On sentait que le bucher se dissipait, arrêtant de réchauffer l’air ambiant. Je me mis alors à écouter Oracci me parler de de la relation qu’avait le seigneur Asta et elle. Malgré qu’elle semblait réticente à me donner des informations, son ton avait été claire là-dessus, elle finit par céder. Voulait-elle jouer franc-jeu avec moi et montrer patte blanche ? Il y avait des chances, et ce genre de chose ne risquant pas se reproduire de sitôt, autant glaner le plus d’informations.
 
Visiblement, tout comme le seigneur Asta et moi, elle aimait le savoir, les secrets enfouis, les mystères de la Force. Pas étonnant donc qu’elle s’entendait bien avec lui, quand on sait le nombre de textes anciens et de reliques qu’il possède. Mais visiblement, ce n’était pas tout. Cela allait plus loin que l’amour pour le savoir ou une simple relation charnelle. Oracci semblait avoir un profond respect voir amour pour le seigneur Asta, en demeurait le médaillon cadeau qu’elle venait de lui rendre. Un geste pour clôturer cette relation.
 
Bizarrement, malgré que le seigneur Asta ai été une grande figure paternelle pour moi, j’enviais Oracci. Elle semblait avoir eu une vraie relation fusionnelle avec lui. Surement car tous les deux se considéraient comme l’égal de l’autre alors que le seigneur Asta ne m’as jamais vu comme autre chose que comme son apprenti et son héritier, me préparant pour poursuivre ce qu’il avait entrepris. Je sentis ainsi comme un picotement au fond de moi, quelque chose que je n’avais jamais ressenti. Qu’était-ce ? De la jalousie ? De l’envie ? Ça ne pouvait pas être ça. Pourquoi je serais jalouse ? J’ai eu une relation privilégié avec le seigneur Asta. Je n’ai aucune raison d’être jalouse. Pourtant, être face à une de ses amantes, me fait douter. En y repensant, il ne m’a jamais témoigné une véritable affection. Il m’a juste formé, entrainé et éduqué. Je ne suis que la résultante de ce qu’il m’a appris. Juste une arme, un objet. Une petite créature sans défense qu’on élève dans le but de s’en servir pour progresser.
 
Je fus tiré de mes pensées quand Oracci se remit à me parler de l’héritage.
 
« Hein ? Ho ça, juste une histoire d’argent. Je suis sensé récupérer le vaisseau ainsi que l’appartement et les affaires du seigneur Asta, sauf que je n’ai pas assez en stock. Je n’ai pas pensé à ce genre d’éventualité, vu que le seigneur Asta s’occupait d’une bonne partie de mes frais, mais je pense que la maladie l’a surpris car s’il avait su, il m’aurait fait un certain nombre de virement pour que je puisse payer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Jeu 20 Sep 2018 - 17:57

L’umbarane écouta très attentivement la réponse de la togruta qui lui faisait face. Celle-ci semblait avoir été tirée de ses pensées par la question posée par la Dame Sith, aussi sa réponse fut plutôt brève mais suffisamment riche en informations pour que Darth Oracci puisse saisir ce dont la jeune femme avait besoin. Apparemment c’était bien un problème administratif et financier qui semblait préoccuper Asehla. Pour connaître le fonctionnement interne de la République, l’umbarane soupira en réalisant que la bureaucratie était un obstacle à bien des ambitions aussi bien sur Coruscant que sur Dromund Kaas. Il était dommageable pour la jeune guerrière Sith de voir ce qui lui revenait de plein droit, échapper à ses griffes. Et Darth Oracci le comprenait très bien : sans les ressources de son propre maître, il lui aurait été plus compliqué de s’élever dans la hiérarchie impériale, mais aussi de trouver ses deux premiers apprentis sans son soutien ainsi que son réseau. Le problème d’Asehla ne posait aucun problème pour la Dame Sith qui pouvait très bien la laisser tenter de sortir de ce sable mouvant administratif. Cependant il y avait là une opportunité à exploiter, et l’umbarane fronça les sourcils, marquant une inquiétude sincère sur son visage, le ton de sa voix se faisait quelques peu désolé lorsqu’elle reprit la parole, apposant sa main gauche sur sa poitrine.

- Je vois. Effectivement connaissant Asta, je doute qu’il vous aurait laissée dans cette situation si sa maladie n’avait pas été aussi foudroyante.


D’un pas agile, lent mais gracieux, elle s’approcha de la jeune togruta et se pencha sur elle un peu comme une mère le ferait vis-à-vis de sa fille pour lui laisser entrevoir une solution. Sa main droite se posa lentement sur l’épaule d’Asehla tandis que la Dame Sith réfléchissait quelques secondes avant d’ajouter d’un ton perplexe et honnête tout en douceur.

- Peut-être pourrais-je intercéder en votre faveur auprès du responsable de ce regrettable contretemps…

Ces deux derniers mots pouvaient laisser entrevoir ce que l’umbarane était capable de faire en usant de son influence, de sa fortune personnelle ou encore de ses pouvoirs afin de malmener ce fonctionnaire un peu trop zélé. Retirant sa main de l’épaule d’Asehla, l’attention de Darth Oracci se porta sur son apprentie Vira. La Dame Sith laissa son regard courir le long du corps de la togruta qui était plus grande que sa maîtresse. Lentement elle se redressa et s’exprima à nouveau sur la même voix que précédemment mais en s’approchant de Vira tout en continuant de s’adresser à Asehla.

- Après tout, sans cet héritage il vous sera compliqué de mener à bien la formation de votre apprentie ici présente sans pouvoir quitter Dromund Kaas. Il en va de même pour vos ambitions plus… personnelles.

Joignant les mains dans le dos et se redressant une fois en face de la plus grande des deux togruta, l’umbarane jaugea d’un regard pénétrant l’apprentie qui se tenait face à elle. Puis elle posa la question à Vira, cherchant tacitement à obtenir son soutien dans cette affaire.

- L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves. Vous aurez vite fait le tour de Dromund Kaas, et l’expérience du terrain est capitale pour les apprentis aspirant à s’élever. Ai-je tort ?

Sondant l’esprit de la dénommée Vira, Darth Oracci resta immobile tout en écoutant sa réponse. Sans les ressources d’Asta, Asehla n’aurait pas beaucoup d’opportunités en termes de formation, mais aussi d’évolution au sein des sphères impériales. Fort heureusement pour elle, la Dame Sith pouvait être la solution idéale à ces deux problèmes. Restait à voir si elle saisirait cette chance ou non.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malaco Signavar
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 112
Âge du perso : 19
Race : Togruta
Binôme : Apprentie de Asehla Derla

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/61  (0/61)
PF:
54/74  (54/74)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Ven 21 Sep 2018 - 23:47

« L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves en effet Seigneur Orrici.»
Elle s’interrompit brièvement, retirant sa capuche qui lui masquait le visage et dévoila ses yeux verts avec lequel elle rencontra celle du Seigneur Sith. L’espace d’un instant, un lien se créa et la Togruta put sentir la puissance de ce Seigneur Sith, et cette dernière pouvait très certainement sentir la flamme qui animait Vira.
Elle reprit alors.

« Mais le Côté Obscur ne peut faire pleuvoir les crédits, pas plus qu’il ne peut fournir l’expérience sur un plat. Nous sommes tous limités dans nos capacités de manière individuelle. Bénéficier de moyens pour parcourir la Galaxie ne peut-être qu’une bonne chose au final. »
Elle n’en dit pas plus, ce n’était pas sa place et elle avait pu s’exprimer. Mieux valait rester le plus silencieux possible et simplement écouter la discussion, analyser pour le moment était la chose à faire. Elle avait encore pas mal de choses à apprendre de son côté. Mais il était vrai que la situation de Maître Derla n’était pas des plus resplendissantes avec les différents soucis. Et bénéficier du support d’un Seigneur Sith pouvait être un avantage considérable. Seulement, elle préférait ne pas faire savoir son opinion de manière trop évidente, mais il fallait aussi se résoudre à l’évidence.
Cependant être entièrement dépendante de Maître Derla et peut-être le Seigneur Orrici ne lui plaisait pas non plus, il lui fallait personnellement de quoi pouvoir se mouvoir par elle-même. Et ne pas avoir à compter que sur les autres, mais sa position empêchait cela. Elle ne pouvait rien construire pour le moment.
Patience.
Elle avait déjà tant appris et avait tant de chose à apprendre, elle n’avait même pas encore reçu un nouveau cristal pour son sabre-laser et tant de capacité et de chose à savoir sur la Force lui restait à découvrir…
Patience !
L’environnement était différent de chez les Jedis, mais quelque chose rendait le tout bien plus excitant, les rapports entre chaque individu variaient grandement et il fallait toujours garder un œil ouvert. C’était tout simplement parfait pour elle. Ho oui, elle aimait cela. Et elle était curieuse d'entendre le reste de la discussion entre ses deux supérieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 2 Oct 2018 - 14:04

Quelle conne tu es Asehla. Tu ne savais pas la boucler ? Toi, qui il y a peine quelques mois ne laissait rien paraitre. Et voilà que maintenant Oracci était au courant. Tu as été trop honnête sur ce coup. Et à voir sa réaction, elle ne compta pas passer à côté de cette information.
 
Après avoir avoué qu’Asta m’aurait évidemment tout offert s’il savait que sa mort serait si brusque, elle s’approcha de moi, se penchant vers moi et mis sa main sur mon épaule. Ma main se porta presque instinctivement sur mon sabre, quand je réalisa où j’étais. Je laissa alors retomber ma main. Fichu Krayn, encore aujourd’hui, tu me hantes. Quand serais-je capable d’accepter à nouveaux un contact physique ?
 
Je me concentra à nouveau, écoutant Oracci.
 
Peut-être pourrais-je intercéder en votre faveur auprès du responsable de ce regrettable contretemps…
 
Pardon ? Qu’est-ce qu’elle me chantait là ? M’aider ?
 
Elle se tourna alors vers Vira, me laissant seul dans mes pensées qui n’étaient obsédaient que par une seule et unique question : Pourquoi ? Pourquoi m’aider ? Qu’est-ce qu’elle y gagnait ? Honorer la mémoire du seigneur Asta ? Un simple geste désintéressé envers deux jeunes personnes perdues ? Ou bien avait-elle réellement un objectif derrière cette proposition.
 
Oracci continua alors en enfonçant le clou.
 
Après tout, sans cet héritage il vous sera compliqué de mener à bien la formation de votre apprentie ici présente sans pouvoir quitter Dromund Kaas. Il en va de même pour vos ambitions plus… personnelles.

 
Je voyais où elle voulait en venir. Elle voulait apparaitre comme la seule personne capable de m’aider et que je lui cède donc. Elle avait donc un objectif caché, auquel cas, elle n’appuierait pas sur le sujet. Elle n’aurait fait qu’évoquer la question, sans plus.
 
Et elle enchaina en attaquant en fourbe, venant récupérer l’aide de Vira
 
L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves. Vous aurez vite fait le tour de Dromund Kaas, et l’expérience du terrain est capitale pour les apprentis aspirant à s’élever. Ai-je tort ?
 
Qui la lui offrit


« L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves en effet Seigneur Orrici. Mais le Côté Obscur ne peut faire pleuvoir les crédits, pas plus qu’il ne peut fournir l’expérience sur un plat. Nous sommes tous limités dans nos capacités de manière individuelle. Bénéficier de moyens pour parcourir la Galaxie ne peut-être qu’une bonne chose au final. »
 
Mais je n’avais pas besoin de ça pour savoir qu’elles avaient raison. Il me fallait entrainer Vira correctement, et sans moyen financier, ça allait être compliqué. Me retrouver à être dépendante était une mauvaise chose. Il faudrait que je règle ça à l’avenir avec Vira pour lui laisser de quoi être tranquille, mais ici aussi, il fallait que j’évite de me retrouver à nouveau dans cette situation. Mais j’étais bloqué. Je n’avais pas réellement le choix. Je soupira un long coup, sachant que je regretterais surement mon choix, mais il était nécessaire. Un mal pour un bien dirons-nous.
 
« Bien, je vous laisse intercéder pour moi si vous le souhaitez, je vous laisse carte blanche. Je veux juste savoir ce que vous voulez en échange de ce service.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Jeu 11 Oct 2018 - 2:17

En entendant Malaco répondre par l’affirmative à la question de l’umbarane, Darth Oracci étira ses fines lèvres en un léger sourire de satisfaction. Vira avait sans doute mis Asehla en position de porte à faux avec ses projets, ayant rallié son opinion à celle de la Dame Sith. S’en était-elle rendu compte ? Probablement. Mais Vira préférait sans doute contrarier son mentor plutôt que de risquer de subir le courroux d’un seigneur Sith de la trempe de Darth Oracci. Une réflexion pleine de bon sens. Cela donnait de surcroit un ascendant sur le duo que les deux togrutas constituaient. La Dame Sith fixa un instant Vira qui avait retiré sa capuche pour répondre, ses yeux plongés dans ceux de la jeune apprentie finirent par se détourner d’elle, ayant terminé de sonder son esprit.
Elle croisa les bras, ramenant ceux-ci sous sa poitrine tout en répondant d’un air satisfait de la réponse.

- Tout à fait Vira. Les crédits ne sont nullement une fin en soi, mais un moyen de s’affranchir de certaines contraintes.

Elle se détacha de la jeune Vira pour reporter son attention sur son maître. Le soupir d’Asehla en disait long sur ce qu’elle pensait. Sans doute devait-elle estimer avoir été piégée par l’umbarane, ce qui était vrai mais en partie. Darth Oracci ne souhaitait pas porter préjudice au tandem de togrutas se tenant devant elle. Toujours souriante, mais avec une voix toujours douce, elle félicita et complimenta Asehla lorsque celle-ci répondit ce qu’elle devrait donner en contrepartie de l’aide de la Dame Sith dans la résolution de son problème.

- Vous êtes perspicace. Une qualité de plus en plus rare chez les Sith, et qui vous fait même honneur. Vous savez que l’on ne peut obtenir quelque chose sans donner autre chose en échange. C’est l’une des règles élémentaires régissant la galaxie. Voyez ceci comme l’une des lois fondamentales de l’univers dans lequel nous évoluons au même titre que d’autres.

La Dame Sith reprit d’un air convaincant, donnant à Asehla l’information dont elle avait besoin afin de mieux appréhender ce qu’elle devrait faire.

- Je ne demanderai en retour du service que je vous offre que votre simple loyauté ainsi que celle de votre apprentie. Croyez-moi si nous travaillons ensemble, je pourrais même vous récompenser davantage si mes projets atteignent leurs objectifs.

Darth Oracci surplombait la togruta la plus âgée, mais se pencha sur elle comme pour appuyer son propos précédent. Elle plaça ses mains dans son dos et les joignit pendant qu’elle résumait ce que l’umbarane proposa en retour des services du duo de togrutas. Elle avait de la suite dans les idées, mais il était encore trop tôt pour les mettre au courant de ses projets concernant son ascension dans les hautes sphères de l’Empire Sith. Mais si jamais elle réussissait, Oracci aurait besoin de personnes compétentes et de confiance à qui déléguer certaines tâches importantes. Des tâches qui par corolaire, leur permettrait de s’élever dans la hiérarchie de l’Ordre Sith.

- En échange, je vous assure l’accès total à l’héritage de votre mentor. S’il occupait bien la place aussi importante que vous prétendez qu’il avait dans votre vie, cela en vaut bien la peine non ?

L’umbarane se redressa, et tendit sa main droite à l’attention d’Asehla avant de conclure par une question simple.

- Marché conclu ?

Furent ces derniers mots. Il était temps pour Darth Oracci d’intensifier ses efforts pour tisser sa toile d’influence au sein de l’Empire afin de gagner des alliés et des soutiens qui lui seraient utiles dans les projets qu’elle comptait mettre en œuvre, ses sinistres desseins destinés à lui permettre d’accéder à la plus haute place que l’Empire Sith pouvait lui proposer afin de régner sans partage sur l’Ordre et de changer le cours de l’Histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Ven 26 Oct 2018 - 23:02

Je n’aimais vraiment pas ce qui se passait en ce moment. Cette femme tentait de nous attirer de son côté pour je ne sais quelle raison. J’avais du mal à concevoir qu’elle veuille bien m’aider à récupérer ce qui me venait de droit juste par bonté d’âme envers le seigneur Asta. Elle voulait forcement quelque chose en plus. Et le fait qu’elle continuait à sourire confirmait bien mes craintes : elle avait atteint son but en fragilisant ma position et en faisant en sorte que je me sente obliger d’accepter son offre si je voulais éviter les problèmes.
 
Et elle me félicitait maintenant ? Où voulait-elle en venir ? En quoi me flatter allait l’aider ? Ça m’énervait de ne pas réussir à voir dans son jeu. Pourquoi me porter un tel intérêt ? Qu’avait-elle réellement à y gagner ?
 
Je ne pus m’empêcher d’être surprise. J’avais enfin la réponse à ma question, mais je ne m’attendais pas à ça. Surtout de but en blanc ainsi. La servir ? Elle voulait que j’entre comme ça à son service ? Décidément, elle n’avait peur de rien pour être aussi sur d’elle. Et évidemment, elle n’oublia pas de préciser que les récompenses seraient grandioses, mais uniquement si elle faisait aboutir ses différents plans ?
 
Cela me permit notamment de voir plus clair. Je n’étais donc finalement qu’un rouage dans tout ce qui lui traversait l’esprit. J’allais juste la servir et puis basta, elle me jetterait où me tuerait. Impossible pour moi de savoir ce qu’il advenir de moi si elle arrivait à ses fins. Mais surtout, si elle se plantait complétement ? Si ces projets tombaient en ruine ? Qu’allait-il se passer ?
 
J’étais complétement bloquée dans ces négociations, il me manquait trop d’informations pour pouvoir prendre une décision maintenant.
 
Et elle acheva le tableau en jouant sur le plan sentimental. Je devais au moins lui accorder qu’elle savait parler. Pour ça, elle était forte. Elle arrivait à jouer sur différents tableaux et bien mixer le tout pour faire réagir ceux en face d’elle. Cependant, est-ce que l’héritage valait ma servitude ? Je mourrais d’envie de lui balancer des éclairs à la face, mais au vu de ses réactions, cela n’allait servir à rien. Elle n’allait pas risque de provoquer ainsi deux Sith, si elle n’était pas sûr de sa victoire en cas de combats. À moins que ce soit du bluff.
 
« Bien, avant que j’accepte votre marché, je veux savoir plusieurs choses. A quoi vont vous servir vos plans ? Qu’est-ce qu’il se passera si vous échouez à les mener à termes ? pourquoi vouloir me recruter ? Quel sont les fameuses récompenses que vous promettez ? Répondez à cela et je réfléchirais à votre proposition. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Lun 29 Oct 2018 - 18:55

L’Umbarane fut quelques peu décontenancée devant la réponse de la Togruta qu’elle avait visiblement sous estimée. Elle était cependant maligne et méfiante, signe d’intelligence et qu’il valait peut-être mieux jouer carte sur table avec Asehla. Vira semblait plus aisément manipulable, mais il était plus sage de ne pas attiser une tension éventuelle entre la maîtresse et son apprentie. Ce serait gagnant à court terme, mais si elle acceptait sa proposition, une rivalité entre les deux togrutas pourrait se révéler contreproductive pour les sinistres desseins de Darth Oracci. Mais Asehla en demandait beaucoup trop pour la Dame Sith. Hors de question de lui révéler l’intégralité de ses projets pour prendre la tête de l’Empire Sith. Cela prendrait du temps, beaucoup de temps. Cependant Darth Oracci pouvait lui confier un aspect de ses plans susceptibles de l’intéresser. De surcroit elle ignorait si Asehla était favorable au pouvoir en place, ou au contraire susceptible de prendre part à des machinations à l’encontre de l’Impératrice. Se raidissant et croisant les bras, l’Umbarane parut quelques peu contrariée et reprit la parole d’une voix plus neutre tout en gardant Vira à l’œil au cas où celle-ci agirait.

- Je ne peux pas vous révéler mes projets globaux sans que vous acceptiez au moins mon aide pour récupérer l’héritage de feu le seigneur Asta. Mais vous n’êtes pas sans savoir qu’un changement a eu lieu dans les hautes instances impériales. D’aucuns soutiennent l’impératrice actuelle par intérêt, d’autres n’attendent que le bon moment pour l’évincer et revendiquer le pouvoir. Une situation idéale pour accomplir ses ambitions personnelles si vous voulez mon avis. Les opportunités de gagner en influence et en pouvoir sont idéales. Si je parviens à devenir membre du Conseil Noir, vous aurez donc des intérêts à avoir mon appui…

Marquant une légère pause, la Dame Sith laissa la togruta écouter cette introduction sur ses motivations avant de préciser un peu plus ses projets sur la même voix.

- Au cours des dernières manœuvres militaires de l’Empire, seule Dathomir a pu être arrachée des griffes de la République. Une prise bien maigre en comparaison des efforts déployés et pourtant les apparences sont loin d’être trompeuses… Un vestige du passé est en notre possession. Nombreux sont les Sith considérant cette prise comme une planète sans intérêt car ignorant l’histoire galactique antique, mais plus nombreux sont ceux ignorant la présence de cet artefact dont je vous parle. Un vestige si capital, vieux de plus de vingt millénaires qui nous permettrait de renverser le cours de la guerre en notre faveur entre de bonnes mains. L’impératrice et le Conseil Noir ignorent son existence. En trouvant comment l’utiliser, nous pourrions tirer notre épingle du jeu politique auquel nombre de nos pairs jouent.

Cet artefact était demeuré un secret, un secret enfoui dans l’Histoire de Dathomir depuis près de vingt millénaires et ce n’est après plusieurs centaines d’heures de recherches et l’exploration du tombeau de Vodal Kressh sur Athiss qu’elle avait pu obtenir cette information d’importance capitale. Si bien qu’elle s’accapara tous les documents ou sources de savoir contenant cette information afin d’être la seule à en avoir la primeur. Et c’était justement pour cela qu’elle n’avait pas donné plus de détails à Asehla tant que celle-ci n’aurai pas fait preuve de sa loyauté à l’égard de Darth Oracci. Ce savoir pourrait renverser le cours de la guerre et par extension de l’Histoire. Un avantage à garder secrètement dans sa manche pour en garder profit. Mais l’umbarane comptait bien en révéler davantage si Asehla se montrait efficace et être digne de confiance. La Dame Sith reprit la parole d’une voix plus posée et directe en même temps.

- Je suis convaincue que le Seigneur Asta aurait été impressionné de pouvoir le voir, tout comme je pense qu’il a peut-être des informations à ce sujet dans les artefacts consignés de son héritage en effet. Croyez moi bien, je ne compte pas vous spoiler de ce qui vous revient de droit, mais consulter ces données avec votre concours, pourrait nous permettre de nous hisser à des places plus importantes. Réussir ce tour de force fera que l’impératrice et le Conseil Noir ne pourront pas ignorer ce coup d’éclat et si nous contrôlons l’artefact, alors il est probable que nous soyons en position d’être récompensés.

En vérité, elle savait que Darth Asta s’était intéressé aux Gree et leurs savoirs anciens et perdus. Cela pouvait ne pas avoir d’importance et Asta avait à l’époque ou il avait fréquenté Darth Oracci, préféré abandonner cette piste pour se concentrer sur l’histoire Sith et ses secrets. L’umbarane était peu convaincue de trouver des données capitales qu’elle ne connaissait pas déjà concernant les Gree, mais il fallait donner à Asehla des explications pour justifier son geste. Et jeter un œil à sa collection de parchemins et d’artefacts depuis la dernière fois pouvait peut-être recéler quelques surprises qui sait ? Asta avait peut-être rassemblé sans le savoir quelques sources de savoir supplémentaires. Les bras toujours croisés sous sa poitrine, l’umbarane se pencha vers Asehla, révélant un peu de sa poitrine comme pour suggérer d’autres récompenses supplémentaires en plus de ce qu’elle venait de dire.

- Ce que je peux vous donner en récompense ? Du savoir, du pouvoir, des titres, tout ce dont vous aurez besoin pour concrétiser vos ambitions. Si je mène à bien mes projets, je ne pourrais pas tout gérer par moi-même. J’aurai besoin d’individus capables, compétents et loyaux pour m’assister. Aucun souverain ne gouverne seul. Quant à ce que nous risquons si nous échouons, je vous l’ai dis plus tôt : on n’obtient rien sans donner en échange. Reste à savoir ce que vous êtes prête à mettre dans la balance afin d’accomplir vos souhaits. Mais soyez convaincue que le jeu en vaut la chandelle…

Darth Oracci se redressa puis décroisa les bras pour prendre une posture un peu plus détendue. Espérant avoir été assez exhaustive et prise au sérieux. Elle s’était exprimée avec une voix plus basse et douce sur sa dernière phrase. La Dame Sith remit son capuchon sur la tête dissimulant le haut de sa tête.

- Il va recommencer à faire froid. Nous pourrions poursuivre cette discussion en discrétion jusqu’à mes quartiers si vous le souhaitez. Qu’en dites-vous ? En gage de bonne foi, je contacterai de là bas l’un de mes agents pour qu’il se charge de débloquer votre héritage. Je profiterai de cette opportunité pour vous répondre à la question du « pourquoi vous avoir choisies » une fois arrivées. Les couloirs ont des oreilles sur Dromund Kaas.

Ganys, l’ancien maître de Darth Oracci était présent dans ses quartiers entrain de tenter de résoudre l’énigme que constituait le décryptage des données contenant l’identité du Sith ayant donné la position de Darth Xothun, l’un de ses amants, à la République pour lui tendre une embuscade. De là, l’umbarane pourrait offrir son hospitalité au duo lui faisant face le temps que les détails concernant le legs laissé par Darth Asta soit transféré directement à Asehla qui pourrait ainsi en faire bénéficier son apprentie. La Dame Sith espérait avoir convaincue le duo de togrutas. Être rattaché à un membre du Conseil Noir était un honneur en soi et garantissait de certaines prérogatives exclusives et des avantages tout comme cela pouvait aussi avoir des inconvénients. Mais en règle générale, peu de Sith osaient se risquer à s’attirer le courroux d’un membre de cette institution tant son pouvoir était presque sans égal. Enfin si l’on excluait les manigances entre membres du Conseil ou l’autorité de l’Impératrice bien entendu. Cela dit, le poste qu’envisageait d’obtenir Darth Oracci lui garantirait suffisamment de secret et de discrétion pour constituer une sécurité en soi pour ses projets.
L’on n’avançait jamais mieux que tapi dans les ombres, c’était une leçon que Ganys lui avait apprise lorsqu’elle n’était encore qu’une apprentie sur Korriban. A la manière d’une araignée, Darth Oracci prenait soin de tisser sa toile pour mieux piéger ses opposants au moment ou ils s’y attendraient le moins, et ses alliés lui seraient utiles pour frapper simultanément plusieurs cibles à la fois pour profiter de l’effet de surprise et de la confusion pour tirer son épingle du jeu.
Paradoxalement, son identité de membre du Conseil serait inconnue, mais les avantages et les secrets sur lesquels elle pourrait mettre la main seraient sans aucune mesure un bénéfice acceptable en comparaison des risques pris. L’instabilité politique de l’Empire Sith était l’occasion rêvée pour agir à couvert, restait à attiser les tensions entre sympathisants et conjurés pour faire son nid et profiter du chaos afin de s’élever.

D’un simple geste de la tête, elle invita le duo à la suivre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Ven 2 Nov 2018 - 17:58

Visiblement, elle ne s’attendait pas à ce que je lui résiste ainsi. Elle devait surement s’attendre à ce que je cède directement à ses avances. Mais je n’allais pas me laisser faire ainsi. Elle prit quelques secondes pour réfléchir. Une petite dizaine de secondes, prouvant bien qu’elle cherchait un nouveau plan pour nous recruter. J’avais visiblement réussi à fissurer son masque d’assurance, mais elle se reprit assez vite, tissant de nouveaux sa toile.
 
- Je ne peux pas vous révéler mes projets globaux sans que vous acceptiez au moins mon aide pour récupérer l’héritage de feu le seigneur Asta. Mais vous n’êtes pas sans savoir qu’un changement a eu lieu dans les hautes instances impériales. D’aucuns soutiennent l’impératrice actuelle par intérêt, d’autres n’attendent que le bon moment pour l’évincer et revendiquer le pouvoir. Une situation idéale pour accomplir ses ambitions personnelles si vous voulez mon avis. Les opportunités de gagner en influence et en pouvoir sont idéales. Si je parviens à devenir membre du Conseil Noir, vous aurez donc des intérêts à avoir mon appui…
 
Une dissidente au pouvoir en place ? Quelle originalité. Mais le truc, c’est que cette fois-ci, c’était bien plus que ça. Ysanne n’était pas vu comme une impératrice capable de diriger par beaucoup de monde et peu digérait le fait qu’une simple apprentie ait pu accéder au trône ainsi sur un coup de chance. Ainsi une petite faction dissidente avait vu le jour et était bien décidé à renverser l’impératrice. Dans le tas, on trouvait bien évidemment plusieurs profils. Ceux qui voulaient quelqu’un de compètent au pouvoir ou bien des gens qui voulaient en profiter pour prendre le pouvoir. Mais Oracci faisait partie d’une troisième catégorie. Elle ne voulait pas prendre sa place mais rejoindre le conseil noir. Visiblement, ses plans étaient tout autre, mais il n’était pas facile de deviner qu’en l’absence d’un dirigeant légitime, le Conseil Noir prendrait le commandement, ne serait-ce que de façon temporaire. Oracci pourrait ainsi avoir son mot à dire dans la politique impériale sans avoir à s’exposer.
 
Je comprenais mieux où elle voulait en venir, et en plus, m’expliqua comment atteindre son objectif.
 
- Au cours des dernières manœuvres militaires de l’Empire, seule Dathomir a pu être arrachée des griffes de la République. Une prise bien maigre en comparaison des efforts déployés et pourtant les apparences sont loin d’être trompeuses… Un vestige du passé est en notre possession. Nombreux sont les Sith considérant cette prise comme une planète sans intérêt car ignorant l’histoire galactique antique, mais plus nombreux sont ceux ignorant la présence de cet artefact dont je vous parle. Un vestige si capital, vieux de plus de vingt millénaires qui nous permettrait de renverser le cours de la guerre en notre faveur entre de bonnes mains. L’impératrice et le Conseil Noir ignorent son existence. En trouvant comment l’utiliser, nous pourrions tirer notre épingle du jeu politique auquel nombre de nos pairs jouent. 
 
Un vestige pouvant renverser le cours de la guerre ? Effectivement, cela pourrait permettre de faire un bond dans la hiérarchie si nous le ramenions en premier. Mais cela était s’exposé à la fureur d’autres seigneurs. Il fallait donc bien prévoir son coup si nous voulions réussir et ne pas nous faire poignarder dans le dos. La question maintenant, c’était comment elle avait eu accès à ses informations avant le Conseil Noir et l’impératrice. Mais je ne pensais pas avoir accès à ce genre d’informations, je deviendrais alors un danger pour elle.
 
- Je suis convaincue que le Seigneur Asta aurait été impressionné de pouvoir le voir, tout comme je pense qu’il a peut-être des informations à ce sujet dans les artefacts consignés de son héritage en effet. Croyez moi bien, je ne compte pas vous spoiler de ce qui vous revient de droit, mais consulter ces données avec votre concours, pourrait nous permettre de nous hisser à des places plus importantes. Réussir ce tour de force fera que l’impératrice et le Conseil Noir ne pourront pas ignorer ce coup d’éclat et si nous contrôlons l’artefact, alors il est probable que nous soyons en position d’être récompensés.
 
Je me raidis d’un coup. Ainsi, elle s’en foutait de moi. Elle voulait juste avoir le disciple d’Asta à ses ordres pour avoir accès à ses différentes reliques. J’avais donc raison, j’étais juste un larbin pour elle qu’elle puisse avoir des pions lorsqu’elle serait au pouvoir. Et elle espérait que je lui sois complètement loyal. Elle rêvait. Mais pour l’instant, je ne pouvais pas faire grand-chose. Au moins, mon affrontement avec Velvet m’avait calmé et m’évitais d’agir à l’instinct. Surtout que je doutais de pouvoir la vaincre, même avec l’aide de Vira. Il me faudrait donc être patiente.
 
- Ce que je peux vous donner en récompense ? Du savoir, du pouvoir, des titres, tout ce dont vous aurez besoin pour concrétiser vos ambitions. Si je mène à bien mes projets, je ne pourrais pas tout gérer par moi-même. J’aurai besoin d’individus capables, compétents et loyaux pour m’assister. Aucun souverain ne gouverne seul. Quant à ce que nous risquons si nous échouons, je vous l’ai dis plus tôt : on n’obtient rien sans donner en échange. Reste à savoir ce que vous êtes prête à mettre dans la balance afin d’accomplir vos souhaits. Mais soyez convaincue que le jeu en vaut la chandelle…
 
Cela confirmait bien mes soupçons à son propos. Elle voulait juste des vassaux a son service pour le jour où elle règnerait.
 
Finalement, elle avait fini ses explications et remis sa capuche avant de m’inviter à la suivre dans ses quartiers pour continuer à discuter, mais aussi faire débloquer l’héritage. Visiblement, elle prenait déjà mon allégeance pour acquise. Je soupira alors la suivant, Vira derrière nous.
 
« C’est bon, j’accepte votre offre. Je veux bien me mettre à votre service. »
 
Pour l’instant, j’étais bloqué, mais je gardais la porte ouverte pour la suite au cas où il me faudrait retourner ma veste. En fin de compte, tout cela ne saurait être totalement inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 6 Nov 2018 - 22:52

Le trio de femmes évoluait à travers les coursives de la citadelle impériale après la crémation du seigneur Asta. Ayant arraché le consentement d’Asehla, Darth Oracci se savait triomphante, mais elle n’était pas dupe, la résistance –vaine mais notable- de la togruta trahissait qu’elle demeurait méfiante. Une méfiance en somme toute naturelle et probablement due à ses antécédents ou son expérience qui s’était manifestée par une certaine raideur dans les épaules de la jeune Sith. L’umbarane comptait bien effacer ce sentiment rapidement qui pourrait brider le potentiel d’Asehla ou encore se retourner contre elle-même au pire moment.

Après plusieurs longues minutes de marche silencieuse, et trois turbo-élévateurs, les trois Sith arrivèrent dans les quartiers de Darth Oracci ou elle déverrouilla l’entrée grâce à ses capteurs biométriques, son mot de passe et une analyse vocale. Très peu de personnes pouvaient y accéder sans elle. Lorsqu’elles entrèrent, elles furent accueillies par un togruta âgé, dans la soixantaine mais qui en dépit de son âge demeurait imposant de part son mètre quatre vingt dix huit et ses quatre vingt neuf kilogrammes. Drapé dans sa bure noire, l’ancien mentor de la Dame Sith inclina la tête devant celle qui le dominait à présent. Son nez et sa mâchoire étaient dissimulés derrière son masque respiratoire, et le bruit de métal à chacun de ses pas indiquait clairement qu’il avait perdu une jambe qui avait été remplacée par une prothèse en duracier lourde ce qui lui donnait une démarche un peu boiteuse. Les doigts de sa main droite s’étaient refermés sur le manche long et chromé d’un long bâton ; sa canne laser. En dépit de son apparence lugubre de conseiller vieillissant et mutilé, sa carrure indiquait clairement qu’il n’en demeurait pas moins dangereux. A travers la Force, sans doute que les deux invitées de Darth Oracci pouvaient ressentir un lui une certaine fierté ainsi qu’un pouvoir presque équivalent à celui de l’umbarane qui fut son apprentie par le passé.
Il jaugea du regard Vira et Asehla, intrigué de voir deux femmes partageant en commun son espèce avant de reporter son attention sur l’umbarane. Sa voix déformée par son masque et rendue grave ainsi que vibrante s’exprima sur un ton qui se voulait neutre.

- Maîtresse, que puis-je faire pour vous ?
- Darth Ganys, je vous présente Asehla Derla, guerrière Sith et Vira son apprentie. Le seigneur Asta, ancien maître d’Asehla est décédé récemment.


Le seigneur Sith ne parut pas stupéfait de cette annonce, il avait été mis au courant en même temps que Darth Oracci, son froncement de sourcils sous sa cape ainsi que regard morne laissaient transparaître une sensation désagréable à chaque fois que l’on évoquait ce fait en sa présence. La mention de sa disparition le chamboulait quelques peu dans la mesure ou il avait déjà eu le plaisir de travailler avec Asta, c’était d’ailleurs lui qui avait mis l’umbarane en relation avec lui afin d’acquérir certains savoirs que tous pensaient disparu, ou encore accès à des reliques du passé. Avançant en boitant légèrement, il s’appuya sur sa canne et inclina respectueusement la tête envers Asehla et déclara solennellement.

- Je vous présente mes sincères condoléances Asehla.

Darth Oracci laissa quelques instants s’écouler avant de reprendre.

- Son héritage a été bloqué par la bureaucratie impériale. Je me suis donc naturellement proposée de l’aider à résoudre ce contretemps. Je vous laisserai donc prendre contact avec eux afin de débloquer la situation seigneur Ganys.
- Il sera fait selon vos désirs, ce ne devrait pas prendre plus d’une heure Maîtresse.


Répondit-il calmement, il contourna les deux femmes qui quitta les quartiers de sa maîtresse sans un mot supplémentaire.
Ces quartiers étaient bien décorés sans paraître surchargés, tout ici remplissait sa fonction et rien n’était superflu. Le mobilier se limitait au minimum, mais semblait tout sauf spartiate bien au contraire. Les matériaux utilisés étaient nobles ou de luxe. Par ci, par là vers le bureau de Darth Oracci se trouvaient deux plantes qui semblaient émettre une lumière de couleur orangée d’une façon bioluminescente. Ces fleurs provenaient d’Umbara, le monde natal de la Sith. Soucieuse de détendre l’atmosphère elle invita les deux femmes à s’asseoir en face d’elle tandis que la Dame Sith déposa sa cape sur un porte manteau, révélant une tenue en cuir noir agrémentée de quelques étoffes grises autour de ses hanches.
Elle sortit deux verres et quelques bouteilles d’alcool originaires du Noyau Galactique, assez sucrées et faible en alcool, elle servit les deux verres et en prit un pour elle.
Assise dans son fauteuil à la manière d’une Reine, elle reprit la parole d’un ton plus amical et doux que plus tôt.

- Je n’ai pas encore répondu à l’une de ces questions, mais en attendant je vais vous la retourner. Pourquoi pensez-vous que je vous ai choisie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Jeu 8 Nov 2018 - 17:42

Vira et moi nous mimes alors à suivre Oracci à travers la citadelle impériale, nos bruits de bottes resonnant dans les couloirs gigantesques de ce bâtiment tentaculaire, accentuant encore plus le fait qu’aucune parole ne fut échangé pendant tout le trajet jusqu'à ses quartiers. Mine de rien, même si j’avais accepté son offre, je demeurais gênante pour elle au vu des questions posé et de la résistance effectué, démontrant bien mon manque de confiance en elle. Mais cela elle avait dû le comprendre, étant ce que j’appelais une « courtisane ». Une femme à l’aise dans les complots politique et sachant manier avec intelligence les fils qu’elle tissait ainsi que les personnes sous sa coupe. Et cela ne me plaisaient pas vraiment pour plusieurs raisons.
 
Tout d’abord, elle risquait de nous mêler à ses intrigues, et je n’aimais pas la politique. Ce n’était pas mon domaine de prédilection, préférant me cacher derrière un bouquin ou une relique. Et même si je n’aimais pas vraiment la nouvelle impératrice, jugeant qu’une apprentie n’avait rien à faire là, fit-elle l’apprentie de Darth Ynnitach, je ne disais rien, restant dans mon coin. Autre chose de possible, c’était la possibilité qu’elle monte Vira contre moi à l’avenir. En soi, ce n’était pas problématique. Une fois que j’aurais fait de Vira une guerrière, nous deviendrons des rivales. J’y suis préparé et je l’y prépare. Mais Oracci pourrait faire cela bien plus tôt si l’envie lui en prenait. En me mettant à son service, par extension, je mets aussi Vira à son service. Enfin, elle pouvait tout simplement décider de nous tuer à la première occasion quand elle déciderait que nous serions inutiles à ses plans d’avenir ou que nous étions devenu trop gênant pour elle.
 
Mon cerveau bouillonnait de ces réflexions quand nous arrivâmes à ses appartements dont elle ouvrit la porte avec une sécurité renforcée. Décidément, elle ne laissait rien au hasard. Nous entrâmes alors et un togruta fit son apparition. Celui-ci paraissait âgé et marqué par le temps au vu de son masque respiratoire et de sa prothèse remplaçant la jambe gauche. Pourtant, malgré cela, je sentais chez lui un lien puissant dans la Force. Il avait peut-être une dégaine d’une vieille personne, mais il valait mieux s’en méfier et ne pas le prendre à la légère si l’on voulait éviter de se faire surprendre. Avoir ainsi à son service une personne à l’allure faible, mais pourtant puissant, voilà bien quelque chose qui ne m’étonnait pas venant d’Oracci. Elle nous présenta alors au Togruta, le seigneur Ganys, puis lui apprit la mort du seigneur Asta. Ganys me présenta ses condoléances que j’accepta sans broncher.
 
Elle l’envoya alors régler la question de l’héritage et il nous quitta, nous laissant seuls. Oracci nous invita alors à prendre place sur un des divans meublant la pièce finement décorée par des objets luxueux tout en servant deux verres d’un alcool qui m’était inconnu et en en gardant un pour elle, laissant le second sur la table. Je n’y toucha pas, n’étant pas intéressé, mais me demandant pourquoi elle n’en avait servi que deux. Elle pensait que Vira ne pouvait boire ? Enfin, ce n’était pas le plus important.
 
- Je n’ai pas encore répondu à l’une de ces questions, mais en attendant je vais vous la retourner. Pourquoi pensez-vous que je vous ai choisie ?
 
« J’étais la disciple du seigneur Asta. Vous voulez l’héritage car il peut vous aider dans vos propres projets, mais je suis votre seule porte d’entrée pour y accéder. J’ai raison ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Sam 10 Nov 2018 - 14:27

Tout en entendant la togruta lui répondre, Darth Oracci sortit un troisième verre qu’elle servit à Vira. Pendant qu’Asehla s’exprimait, l’umbarane invita les deux femmes à s’asseoir sur le divan qu’elle leur présenta. Elle trempa ses lèvres dans son verre pour goûter la qualité de conservation de son contenu, puis passa lentement sa langue sur sa lèvre supérieure avant de répondre à la jeune femme d’un ton plutôt neutre.

- Vous avez raison.

Elle marqua une pause d’une seconde pour terminer d’avaler une gorgée de la liqueur couleur or, puis reprit la parole de sa voix douce et calme.

- En partie. Pour être honnête avec vous, je ne pense pas pouvoir trouver quelque chose de significatif de plus que les informations que j’ai déjà à ma disposition sur ce que je recherche. Mais ne pas jeter un œil dans ces reliques et textes serait idiot, aussi je préfère vérifier et ne pas passer à côté de quelque chose d’important, par acquis de conscience bien entendu.

La Dame Sith avait choisi de jouer carte sur tables. Confortablement assise dans son fauteuil qu’elle fit pivoter sur la gauche afin d’avoir ses deux interlocutrices face à elle, l’umbarane semblait en un sens, assise comme une reine, son avant bras gauche posé à plat sur l’accoudoir, sa main droite portait de nouveau son verre à ses lèvres avant d’ajouter quelques mots.

- Je savais que le seigneur Asta avait eu une apprentie et je me suis un peu renseignée sur vous avant de vous rencontrer. D’après ce que j’ai pu en conclure, c’est que vous êtes quelqu’un avec qui j’ai des points en commun. En effet vous semblez éprouver un intérêt certain pour les anciens savoirs Sith ainsi que l’histoire de notre Empire. Je suis en train de rassembler des individus partageant mes ambitions, aussi j’ai grand intérêt à diversifier les talents de cette association. Et je pense que votre profil ainsi que vos talents pourraient être utiles à notre cause, tout comme votre collaboration pourrait également vous permettre de mettre la main sur des artefacts ou relique du passé difficiles à accéder sans notre appui. Ce que je vous propose, c’est de jouer un rôle à mes côtés, ainsi que pour l’Empire : celui de gardienne de mon savoir. Je serai disposée à partager avec vous les accès à ma collection privée d’artefacts, tout comme votre expertise en la matière.

Darth Oracci croisa les jambes dans une pose plus détendue mais toujours empreinte de noblesse. Jaugeant ses deux interlocutrices, une pensée vint à son esprit et la fit légèrement sourire. Elle préféra mettre de côté cette idée qui venait la divertir et qui n’était pas vraiment à propos pour reprendre une posture plus sérieuse. L’umbarane reprit la parole avec honnêteté et sans aucune duplicité dans ses mots ou le ton de sa voix.

- Vous êtes quelqu’un d’intelligente et de perspicace. Vos questions posées plus tôt me l’ont prouvé. Et c’est un gage de compétence si mon avis sur la question vous importe. Je sais que votre appréhension était naturelle. Et je suis convaincue que vous avez… d’autres qualités que j’aimerai découvrir.

Puis elle se leva, jeta un œil à son verre dont il ne restait qu’un tiers de la liqueur. Elle fut tentée de se laisser aller à une dernière gorgée mais sa volonté fut plus forte. Darth Oracci fit quelques pas supplémentaires dans sa démarche gracieuse et envoutante en direction du duo de togrutas puis se pencha vers Asehla pour lui poser une question, révélant au passage une partie du haut de sa poitrine.

- Dites moi, avez-vous déjà eu l’opportunité d’étudier ou d’être en contact avec des artefacts datant d’une époque ou les Rakatas dominaient la galaxie ? Qu’avez-vous lu sur eux ? Que savez-vous d’eux ?

Certaine d’avoir éveillé l’attention de l’érudite Sith, Darth Oracci guettait une réaction sur son visage si jeune qu’il avait quelque chose de charmant. Pour l’heure hors de question d’en révéler plus tant que Ganys n’avait pas accompli sa tâche, mais réussir à cerner les intérêts historiques d’Asehla n’engageait à rien pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Dim 11 Nov 2018 - 17:58

Alors qu’elle servait un troisième verre qu’elle tendit pour Vira, elle approuva ma conclusion sans même tenter de se cacher. Elle avouait clairement que la seule chose qui l’intéressait chez moi, c’était mon statut et non la personne que j’étais réellement. Et c’était donc pour ça que je devrais bosser ? Tu parles. Un petit coup de lame dans le dos, et on en parle plus. Mais bon, pour l’instant, autant se faire discrète et ne pas trop attirer l’attention sur moi. D’autant plus que si elle cherchait réellement à monter une équipe, je pourrais peut-être créer différents liens et me trouver des alliés. Donc, autant attendre pour le moment. Je pourrais toujours la prendre à revers plus tard.
 
- En partie. Pour être honnête avec vous, je ne pense pas pouvoir trouver quelque chose de significatif de plus que les informations que j’ai déjà à ma disposition sur ce que je recherche. Mais ne pas jeter un œil dans ces reliques et textes serait idiot, aussi je préfère vérifier et ne pas passer à côté de quelque chose d’important, par acquis de conscience bien entendu.
 
Là, par contre, je fus assez surprise, et cela dut se voir sur mon visage, ne m’attendant pas à un tel retournement de situation. Si elle estimait que les trouvailles du seigneur Asta n’était pas vitale, le fait qu’elle m’est choisie était du coup pour une toute autre raison. Je m’étais faite avoir comme une débutante. Elle avait surement déjà dû me découvrir quand elle dialoguait encore avec le seigneur Asta et donc me vouloir quelque chose. Cependant, elle avait attendu jusque maintenant pour me contacter. Pourquoi ? Elle aurait très bien pu fouiller les archives du seigneur Asta, il ne lui aurait rien refusé, quant à moi, elle aurait très bien pus me rencontrer plus tôt. Je posa alors mes coudes sur mes jambes, les mains croisées, dissimulant partiellement mon visage, perdu en pleine réflexion tandis qu’elle continuait.
 
- Je savais que le seigneur Asta avait eu une apprentie et je me suis un peu renseignée sur vous avant de vous rencontrer. D’après ce que j’ai pu en conclure, c’est que vous êtes quelqu’un avec qui j’ai des points en commun. En effet vous semblez éprouver un intérêt certain pour les anciens savoirs Sith ainsi que l’histoire de notre Empire. Je suis en train de rassembler des individus partageant mes ambitions, aussi j’ai grand intérêt à diversifier les talents de cette association. Et je pense que votre profil ainsi que vos talents pourraient être utiles à notre cause, tout comme votre collaboration pourrait également vous permettre de mettre la main sur des artefacts ou relique du passé difficiles à accéder sans notre appui. Ce que je vous propose, c’est de jouer un rôle à mes côtés, ainsi que pour l’Empire : celui de gardienne de mon savoir. Je serai disposée à partager avec vous les accès à ma collection privée d’artefacts, tout comme votre expertise en la matière.
 
J’avais donc raison. Son intérêt ne datait donc pas d’aujourd’hui, mais était bien plus lointain. Elle avait donc bien préparé tout cela en amont. Notamment, cette histoire d’équipe. Mais quelque chose me fit tilter. Pourquoi vouloir une équipe diversifiée et me donner un post aussi important ? Cela fit tilt d’un coup. Elle ne voulait pas faire partie du Conseil Noir. Cette place était pour moi. Elle, elle visait le trône d’impératrice. Bordel, ça ne pouvait être que ça. Auquel cas, elle ne se donnerait pas la peine de créer un groupe ainsi et de promettre autant. Elle voulait forcement bien plus qu’une place au Conseil Noir. Le terme de courtisane lui allait donc au poil. Elle savait comment fonctionner la politique, et comment jouer avec ses codes pour se faire une place tout en haut de la pyramide hiérarchique. Mais je ne la coupa pas, la laissant terminer son développement.
 
- Vous êtes quelqu’un d’intelligente et de perspicace. Vos questions posées plus tôt me l’ont prouvé. Et c’est un gage de compétence si mon avis sur la question vous importe. Je sais que votre appréhension était naturelle. Et je suis convaincue que vous avez… d’autres qualités que j’aimerai découvrir.
 
On en revenait a la flatterie. Mais ma résistance de tout à l’heure n’avait rien à voir avec de l’intelligence, juste de la prudence. Je ne pouvais décemment pas accepter de me mettre au service du premier venu. Et pour elle, je l’avais fait, mais uniquement parce que je n’avais pas vraiment eu le choix. Si elle ne m’avait pas forcée la main, je n’aurais surement pas accepté cela, mais bon, j’étais bien obligé si je voulais avancer.
 
Elle quitta alors son siège pour me rejoindre, se penchant bien, dévoilant la partie supérieure de ses seins. Une tentative de charme ? Malheureusement, j’étais insensible à cela, ne m’étant jamais intéressé au sexe. D’autant plus qu’après Krayn, cela allait être compliqué.
 
- Dites moi, avez-vous déjà eu l’opportunité d’étudier ou d’être en contact avec des artefacts datant d’une époque ou les Rakatas dominaient la galaxie ? Qu’avez-vous lu sur eux ? Que savez-vous d’eux ?
 
Les Rakatas ? Pourquoi changer de sujet ainsi ? C’était un test pour voir jusqu’où allait mes connaissances. Enfin, soit.
 
« On les appelle Les Bâtisseurs. Ils ont existé, il y a plus de 20 000 ans, et sans eux on n’en serait surement pas là. On retrouve de leur trace un peu partout dans la galaxie. Après, ce n’est que spéculations et mythes. Impossible de démêler le vrai du faux sans des artefacts précis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malaco Signavar
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 112
Âge du perso : 19
Race : Togruta
Binôme : Apprentie de Asehla Derla

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/61  (0/61)
PF:
54/74  (54/74)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Lun 12 Nov 2018 - 9:27

Si jusqu’à présent, la Togruta était resté silencieuse, son attention fut à son comble lorsque le Seigneur Oracci posa une question sur quelque chose qui interloqua la jeune Vira. Les Rakatas.
C’était quelque chose d’obscur qui n’était pas véritablement enseigné chez les Jedis, plus une légende. Mais Malaco durant son temps là-bas avait durant de longues heures passé du temps à se documenter sur le passé ; mêlé avec une soif de connaissance sur une légende que lui avait raconté son maître. Le Chevalier Prodige et ancien Seigneur Sith.

« On les appelle Les Bâtisseurs. Ils ont existé, il y a plus de 20 000 ans, et sans eux on n’en serait surement pas là. On retrouve de leur trace un peu partout dans la galaxie. Après, ce n’est que spéculations et mythes. Impossible de démêler le vrai du faux sans des artefacts précis. »
L’apprentie se raclât légèrement la gorge, demandant la permission visuelle de s’exprimer de la part de la Seigneur Oracci. Cette dernière acquiesça légèrement puis aussitôt Vira s’exprima.
« Les Rakatas étaient apparemment sensible à la force, j’ai pu lire certaines informations… Sensible durant mon temps chez les Jedis. Ils étaient les constructeurs notamment de la Forge Stellaire, une sorte de station spatial géante qui pouvait créer des vaisseaux et droïde à l’infini, avant qu’elle ne soit détruite par un ancien Seigneur Sith : Darth Revan.
L’Holocron était le témoignage d’un archiviste ayant pu lui-même lire certains holocrons inaccessible pour moi, et apparemment la Forge Stellaire état lié au Côté Obscur. »

Elle prit une petite pause, cherchant ses mots, gardant le ton le plus respectueux possible.
« Il y a relativement peu d’information sur eux, les jedis semblaient évasif à ce sujet quand je m’y intéressais, mais ils semblaient être plutôt proche du Côté Obscur. Avant qu’ils ne disparaissent sans que l’on ne sache véritablement comment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Dim 18 Nov 2018 - 0:05

Visiblement Asehla ne s’était pas attendue à cette révélation. Elle qui pensait n’être qu’un outil réalisait peut-être qu’elle pourrait devenir bien plus que ça. La stupeur qu’elle avait affichée sans un mot n’avait pas échappé à l’œil avisé de l’umbarane qui l’observait de face. Vint les réponses concernant les Rakatas, et sur ce point une fois que la guerrière Sith se fut exprimée, son apprentie demanda visuellement la permission d’exprimer. Darth Oracci inclina légèrement la tête pour lui donner une permission dont elle n’avait pourtant pas besoin tant qu’elle restait à sa place.
Darth Oracci esquissa un sourire intéressé lorsque les deux jeunes femmes répondirent tour à tour en déclarant au moins savoir ce qu’étaient les Rakatas. Là ou Asehla fut la plus brève et peu diserte, Vira quant à elle semblait être la plus bavarde, révélant ce qu’elle semblait savoir de manière concise mais en en disant bien plus que sa maitresse. Ce trait de personnalité était des plus intéressants et à l’avenir, peut-être que poser directement les questions au tandem permettrait d’obtenir des informations intéressantes. Se redressant, l’umbarane reprit la parole.

- Peu de gens savent qui ils sont et l’impact qu’ont pu avoir les Rakatas sur la galaxie. A une époque, ils gouvernaient en maîtres incontestés sur de nombreux systèmes. Et en effet la Forge Stellaire était profondément liée au Côté Obscur de la Force.

Reprenant sa respiration, elle réfléchit quelques instants pour ajouter quelques mots ainsi qu’une nouvelle question.

- Je trouve malheureusement très peu de choses les concernant. Et je doute que vous soyez capable de comprendre ou de lire leur langue… mais comme vous venez de le dire Vira, vous savez que l’Ordre Jedi en possède certains, mais tenter de mettre la main dessus serait bien trop compliqué. Est-ce que vous disposez dans votre entourage, des individus assez spécialisés dans ces domaines ?


Ce qu’elle avait trouvé dans ce tombeau perdu sur Athiss demeurait des plus flous. N’ayant pu réussir à décoder que trois mots, le reste des informations contenues à l’intérieur restait quelque chose d’incompréhensible et de difficilement déchiffrable. Au fond d’elle, la Dame Sith croisait les doigts pour pouvoir mettre le doigt sur ce qui lui manquait le plus : un spécialiste capable de décrypter cette langue morte depuis plusieurs millénaires afin de percer les secrets et mystères entourant l’artefact après lequel elle courrait. Jetant un œil à son chrono sur son bureau, Darth Oracci se doutait bien que Ganys reviendrait dans peu de temps. La garantie que l’héritage du Seigneur Asta revenait à Asehla aurait sans doute tôt fait de dissiper les doutes pouvant la hanter et sa méfiance exacerbée –mais non moins justifiée- à l’égard de l’umabarane. Cependant sa disciple semblait beaucoup plus enjouée à l’idée de collaborer avec Darth Oracci, son jeune âge et son passé de Jedi la rendaient peut-être moins méfiante, quoiqu’il en soit, ce duo avait quelque chose de complémentaire au regard de la Dame Sith qui voyait une érudite, une future sorcière Sith désireuse de percer les secrets de la Force en devenir accompagnée d’une guerrière et duelliste au potentiel ayant le mérite d’attirer l’attention sur ses prouesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 164
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Ven 7 Déc 2018 - 14:21

Alors que je terminais de répondre à Oracci, Vira enchaina, étalant plus ou moins tout ce qu’on savait sur eux.
 
« Les Rakatas étaient apparemment sensible à la force, j’ai pu lire certaines informations… Sensible durant mon temps chez les Jedis. Ils étaient les constructeurs notamment de la Forge Stellaire, une sorte de station spatial géante qui pouvait créer des vaisseaux et droïde à l’infini, avant qu’elle ne soit détruite par un ancien Seigneur Sith : Darth Revan. L’Holocron était le témoignage d’un archiviste ayant pu lui-même lire certains holocrons inaccessible pour moi, et apparemment la Forge Stellaire état lié au Côté Obscur. »

« Il y a relativement peu d’information sur eux, les jedis semblaient évasif à ce sujet quand je m’y intéressais, mais ils semblaient être plutôt proche du Côté Obscur. Avant qu’ils ne disparaissent sans que l’on ne sache véritablement comment. »

 
En regardant Oracci, celle-ci semblait vraiment ravi de notre réponse. Était-ce donc un simple test pour voir où s’étendait notre savoir sur le domaine ? Mais au-delà de ça, pourquoi nous questionner sur les Rakatas ? Avait-elle trouvé une technologie qui leur appartenait ? Ou un artefact ? Plutôt que me torture l’esprit, je décida finalement de la laisser parler. Depuis le début, à chaque fois que je me posais une question ou qu’un doute subsistait, elle y répondait sans problème. Alors, a quoi bon se torturer l’esprit.
 
« Peu de gens savent qui ils sont et l’impact qu’ont pu avoir les Rakatas sur la galaxie. A une époque, ils gouvernaient en maîtres incontestés sur de nombreux systèmes. Et en effet la Forge Stellaire était profondément liée au Côté Obscur de la Force. »
 
« Je trouve malheureusement très peu de choses les concernant. Et je doute que vous soyez capable de comprendre ou de lire leur langue… mais comme vous venez de le dire Vira, vous savez que l’Ordre Jedi en possède certains, mais tenter de mettre la main dessus serait bien trop compliqué. Est-ce que vous disposez dans votre entourage, des individus assez spécialisés dans ces domaines ? »
 
Je me braqua aussitôt. Il y avait danger. Avant que Vira ne réponde, je mis mon bras devant elle, comme pour la bloquer.
 
« C’est hors de question. Il faudra trouver quelqu’un d’autres pour décoder tout cela. Je ne laisserais pas Vira se mettre en danger en contactant d’ex-alliés de l’Ordre Jedi. »
 
Mon regard et celui d’Oracci se confrontèrent alors. Mes soupçons se confirmèrent alors. Elle avait un artefact Rakata et avait besoin d’aide pour la traduction d’écrits. Sa question était donc de voir laquelle de nous deux était la plus aptes à l’aider. Et Vira avait sauté dans le piège les pieds joints. En soi, je n’avais rien contre, mais là, c’était risqué pour Vira et je ne voulais pas la mettre en danger ainsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malaco Signavar
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 112
Âge du perso : 19
Race : Togruta
Binôme : Apprentie de Asehla Derla

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/61  (0/61)
PF:
54/74  (54/74)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Dim 9 Déc 2018 - 18:29

« C’est hors de question. Il faudra trouver quelqu’un d’autres pour décoder tout cela. Je ne laisserais pas Vira se mettre en danger en contactant d’ex-alliées de l’Ordre Jedi. »

Le bras placé devant elle, Asehla voulait visiblement la protéger et la jeune Togruta comprenait pourquoi. Cependant la réaction de son maître déclencha une réaction quelque peu… Inhabituel pour la Togruta.
Elle commença alors à avoir un petit rire, puis elle répondit.


« Pffahaha, merci de vous soucier de moi Maître. Mais pour vous répondre Seigneur Oracci, s’il y a bien des personnes spécialisées au Temple. Ils préféraient mourir que d’apporter leurs aides. Et je n’ai aucun moyen de les contacter, ni l’envie. »

Elle fit une pause puis ajouta alors d’un ton un peu moins sûr d’elle.

« … Ils m’ont permis de voir certaines choses et certains holocrons particuliers qui étaient sans "danger" de leurs propres mots. J’adorais me documenter auprès d’eux durant mon temps passé chez eux. Et j’ai pu voir certains Holocrons normalement interdit aux Apprenties. On pourrait dire que j’étais une exception dans ce domaine. Mais j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises de voir certains holocrons parlant des Rakatas et certaines traductions. Mais c’était très léger. »

Tout en parlant, son visage était devenu un peu plus timide, se grattant l’arrière de la tête.Elle se reprit alors, cette fois regardant Darth Oracci.

« Je ne peux absolument pas vous aider Seigneur Oracci, j’ai encore énormément de choses à apprendre sur le côté Obscur et les Sith. Je suis parmi vous depuis moins de deux mois et je ne dispose même pas encore de mon propre sabre-laser Sith. Je doute de pouvoir vous traduire cela directement. De plus, je ne ferais rien sans l’autorisation de mon Maître. Pas plus que sans en savoir un peu plus sur ce que vous voulez savoir exactement. Je suis une novice, mais je sais que cela peut-être extrêmement dangereux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 90
Âge du perso : 48 ans
Race : Umbarane
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 11 Déc 2018 - 13:59

A peine venait-elle de finir sa question que déjà Asehla tendit le bras devant son apprentie comme pour la protéger de l’umbarane. Elle conserva les bras croisés tandis que la plus petite des togrutas croisa le regard de Darth Oracci, affichant clairement son opposition. Mais opposition à quoi concrètement ? La Dame Sith n’avait pas encore exposé quoique ce soit comme plan que déjà Asehla se braquait et agissait comme pour défendre son apprentie, la surprotégeant des dangers. Une attitude qui ne rendrait pas service à Vira selon l’opinion de Darth Oracci. Asehla semblait intelligente mais tirait bien trop de conclusions hâtives, de surcroit cela traduisait sans doute un manque de confiance en elle, ou en les capacités de son apprentie. Quoiqu’il en soit, l’umbarane soutint le regard de la togruta sans faillir, affichant une expression plutôt neutre. La réaction de Vira quant à elle fut des plus stupéfiantes. Darth Oracci eut l’impression qu’elle prenait cet échange sur le ton de la légèreté avec un certain aplomb qui frisait l’insolence. Fort heureusement elle se reprit en prenant les choses plus sérieusement et affichant plus de réserves quant à ses capacités, puis redescendant elle s’adressa directement à l’umbarane. Cette dernière conserva les bras croisés et releva la tête avant de répondre immédiatement à ses deux interlocutrices afin de leur expliciter ses intentions sur une voix plutôt calme.

- Je souhaitais seulement avoir des informations pouvant nous permettre d’identifier des personnes capables de lire et de comprendre la langue Rakata, pas envoyer votre apprentie s’approcher aussi prêt de l’Ordre Jedi. Une fois les individus identifiés, je me serai chargée des… détails… me permettant de les convaincre de m’aider à décrypter l’artefact en ma possession.

Un détail revint à l’esprit de la Dame Sith qui changea brutalement de sujet tout en fronçant les sourcils l’air quelques peu surprise.

- Vous ne possédez pas encore de sabre laser ? Pourtant un vous sera très utile…

La porte coulissante derrière l’umbarane s’ouvrit et immédiatement Darth Oracci sut de qui il s’agissait bien qu’elle trahisse un certain étonnement quant à la rapidité de son servant.

- Seigneur Ganys.

Fit-elle sans avoir besoin de se retourner. La lourde voix grave et déformée de l’imposant togruta résonna sur une tinte mécanique tandis qu’il avançait à pas lourds vers le trio de femmes présentes.

- C’est réglé maîtresse. L’héritage du seigneur Asta a été débloqué.
- Excellent travail.


Le Seigneur Ganys avança à hauteur de Darth Oracci, prenant appui sur sa canne en duracier. Gardant le silence, il laissait la conversation entre les trois Sith reprendre si le besoin se faisait sentir. L’umbarane estimait que ce qu’elle avait pu avancer avait peut-être pu convaincre les deux togrutas de se joindre à elle. Nul doute n’était permis quant au fait que l’héritage du seigneur Asta ait été débloqué. Asehla avait également peut-être hérité de ses quartiers. Darth Ganys sortit quelque chose de sa poche et la tendit à la sorcière Sith, un petit databloc holographique qui lui permettrait de vérifier si tout avait bien été exécuté comme demandé par Darth Oracci. Et tout serait en règle. Darth Ganys était quelqu’un de très bien organisé et de compétent. Sa sagesse tout comme ses prouesses martiales en faisaient quelqu’un d’intelligent et de rusé de surcroit. Au fond de lui, le vénérable togruta savait qu’il avait bien plus accompli de choses en se soumettant à Darth Oracci plutôt qu’en faisant cavalier seul.

- Je crois que tout est en règle. Vous n’aurez pas à craindre du manque de crédits Asehla. Vous voyez que j’honore toujours mes promesses.

Conclut Darth Oracci qui souhaitait retourner sur le sujet de conversation précédent concernant les Rakatas et la possibilité de décrypter leur langue. Peut-être que le déblocage de l’héritage d’Asta achèverait de convaincre Asehla de collaborer étroitement avec la Dame Sith lui faisant face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mon maître est mort, longue vie à mon maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Dromund Kaas-