Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mon maître est mort, longue vie à mon maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 117
Âge du perso : 22 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 28 Aoû 2018 - 14:36

Heureusement, il ne pleuvait pas ce jour-là. Il n’aurait plus manqué que ça pour parfaire le tableau de la journée pourrie. Enfin, je disais ça, mais la journée était vraiment loin d’être joyeuse, et je n’avais pas envie de rire.
 
J’étais avec Malaco dans la bibliothèque du temple sur Korriban quand j’ai appris la nouvelle. Le seigneur Asta était mort, emporté par une maladie. J’étais resté le plus impassible possible, renvoyant Malaco dans ses quartiers, repoussant l’apprentissage à plus tard. Pour ma part, je me suis dirigé comme à mon habitude dans ce genre de moment dans mon oasis de tranquillité sur l’une des nombreuses falaises que comporte ce désert de sables, de roches et de statues. Là, je pus exprimer toute ma tristesse, mais aussi ma colère et ma frustration. Je venais de perdre la seule personne qui m’avait protégé, éduqué et élevé. Qui m’avait en partie modelé et participer à ce que j’étais devenu comme personne. Je n’avais plus personne pour me guider, je me retrouvais seule. Je resta là un bon moment, assise en tailleur, laissant mes émotions tourbillonner en moi, jusqu'à ce qu’elle disparaisse peu à peu afin que je puisse réfléchir de nouveaux. Mais la situation était assez claire. Il fallait que je me rende sur Dromund Kaas avec Malaco pour les funérailles.
 
Trois jours se sont écoulés depuis que j’ai appris la nouvelle. C’est aujourd’hui que nous brulons le corps. Nous sommes assez peu nombreux. Si le seigneur Asta n’était pas forcement apprécié par beaucoup de monde, je pensais que nous serions bien plus qu’une dizaine.
 
Je restais assise silencieusement sur les gradins, mon long manteau camouflant mon corps et la capuche dissimulant mon visage. Je regardais tranquillement le corps bruler, pensant à tous ce que le seigneur Asta m’avait appris et faits pour moi.
 
Quand il m’avait récupéré parmi les esclaves, il m’a appris à lire, à écrire et à compter. Cela pouvait sembler bizarre, mais étant née esclave, je n’avais pas vraiment de réel éducation. Une fois cela accomplis, il commença à m’éduquer sur la Force et m’appris quelques tours basiques avec. Quand je pense qu’à une époque attirer un objet à soi me semblait être exceptionnel. Mine de rien, cela prit son temps, et je dus rentrer à l’académie. Mais même là, il continua à m’apprendre et à me surveiller. Il me montra des choses plus complexes et m’initia à certaines pratiques qui me permirent de m’en sortir sans trop de mal et de devenir une vraie guerrière. Et encore une fois, il restait derrière moi, vérifiant que je ne manquais de rien. Il mit un vaisseau à ma disposition, me mit en contact avec certaines personnes, m’envoya des demandes de mission. Il s’assurait vraiment que je m’en sorte un maximum. Et même après sa mort.
 
J’avais eu rendez-vous seul à seul avec celui qui s’occupait de la cérémonie et il me montra que les appartements et le vaisseau du seigneur Asta me revenait. Il avait tout préparé pour que j’hérite de ses biens à sa mort et que je ne me retrouve pas dans le besoin. Mais pour l’instant, tous les biens étaient bloqués tant que je ne payais pas. Et ce que je possédais n’était en rien suffisant pour tout récupérer. Il me faudrait donc trouver rapidement des crédits, voulant à tout prix récupérer le tout, refusant que quelqu’un d’autres mette ses mains dessus.
 
Le corps venait de finir de bruler. Il ne restait que des cendres et les gens commençaient à s’en aller. Certains passaient me souhaiter leurs peines et leur condoléances. Je les acceptais sans grande conviction. Mon attention était ailleurs. Dans les gradins en face de moi se tenait une femme qui me fixait depuis le début de la cérémonie. Je l’avais déjà vu en compagnie du seigneur Asta, mais impossible de me rappeler de son nom. Et alors que l’enceinte se vida complètement, ne laissant que moi et Malaco, elle était toujours là assise à nous regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 30
Âge du perso : 47 ans
Race : Umbaran
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 4 Sep 2018 - 14:08

La disparition du Seigneur Asta avait quelques peu chamboulé Darth Oracci. Idès avait prévenu rapidement l’umbarane à ce sujet. Darth Asta et Oracci avaient partagé bien des choses, y compris leur couche à de multiples reprises. Il était pourtant plus vieux qu’elle, mais cet érudit avait su capter l’attention de la jeune guerrière pleine d’ambition qu’Oracci était par le passé. A ses côtés, elle avait acquis un léger prestige mais surtout mis à la main sur quelques savoirs anciens et reliques du passé glorieux de l’Ordre Sith. Mais il y avait eu un instant ou ce tandem s’est séparé au fur et à mesure après quelques années. Asta avait été un seigneur Sith qui manquait dramatiquement d’ambition pour la Dame Sith qui, en prenant de l’âge et de l’influence, le voyait de moins en moins important dans ses projets.
En dépit des années et de ce qui avait pu séparer Asta d’Oracci, il avait su conserver une certaine aura auprès de l’umbarane et elle éprouvait une forme de pitié à son égard, mais aussi une admiration pour le savoir qu’il avait pu accumuler au cours de son existence.

Au moment de ses funérailles, Darth Oracci était présente vêtue sobrement, sa bure noire tombant sur son visage, elle prit place dans les gradins et assista sans un mot à la cérémonie de crémation d’un de ses amants. Elle avait déjà assisté à la mort ainsi qu’aux enterrements de nombre d’entre eux, mais Asta avait le mérite d’être l’un des rares à avoir rencontré sa fin sans qu’Oracci ne l’ait provoquée elle-même. Sa disparition n’aurait qu’un impact limité dans ses projets et si elle était là aujourd’hui, c’était plus par fidélité et en souvenir d’un de ses rares amis. Tout au long de la cérémonie, la Dame Sith avait porté son attention sur une togruta vêtue de noir, accompagnée à ses côtés d’une autre togruta qui semblait être sa sœur probablement. Sans doute devait-il s’agir de l’ancienne apprentie d’Asta avec à sa droite, sa propre apprentie qui la surplombait du haut de son mètre quatre vingt. Toutes les deux portaient la même tenue noire avec le capuchon rabattu sur leur visage.

Lorsque vint la fin de la crémation et que les dernières cendres chaudes de ce qu’il restait d’Asta furent dispersées par les vents de Dromund Kaas, Darth Oracci laissa les autres Sith quitter les lieux tout en présentant leurs condoléances à celle qui répondait au nom d’Asehla. Plus petite que son apprentie, la Dame Sith avait entendu son nom circuler sur les lèvres de ceux qui avaient assisté à la crémation, cependant elle ignorait l’identité de son apprentie. Rapidement il ne restait plus que trois personnes présentes, et l’attention du duo de togruta finit irrémédiablement par se porter sur l’umbarane présente. La Dame Sith croisa leur regard et laissa quelques secondes de silence flotter dans l’air réchauffé du brasier. Puis d’un geste elle se leva sur ses jambes, la tête légèrement penchée en arrière tandis qu’elle descendit des gradins avec une certaine grâce pour rejoindre les restes fumants d’Asta.

- Adieu mon ami…

Furent les seuls mots qu’elle laissa flotter. Sa main gantée de noir fondit dans l’une de ses poches et elle ressortit un pendentif qu’elle déposa au milieu des braises. Un cadeau qu’Asta lui avait fait il y a plusieurs décennies de cela. Darth Oracci resta un instant immobile, la main relâcha le collier puis elle pivota sa tête vers le duo de togruta. Sur le visage pâle de l’umbarane, il n’y avait aucune émotion. Son regard se posa sur Asehla dans un premier temps, puis elle prit la parole d’un ton plus peiné qu’elle ne l’aurait voulu.

- Je vous présente mes sincères condoléances. Je présume que vous étiez son apprentie… est-ce exact ?

La Dame Sith tourna la tête vers la plus grande des togrutas puis la désigna du bout de son index avant de la lier à Asehla d’un mouvement de la main.

- Et vous-même êtes son apprentie si je ne me trompe pas.

Darth Oracci d’un geste lent retira son capuchon afin de révéler son visage aux traits fins et à l’épiderme blanchâtre après avoir fait ses premières suppositions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malaco Signavar
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 104
Âge du perso : 18
Race : Togruta
Binôme : Apprentie de Vijay Ananda

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
31/61  (31/61)
PF:
74/74  (74/74)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 4 Sep 2018 - 16:07

Une journée, voir à peine quelques heures pour qu’elle décide de changer d’enseignement. Elle qui s’était juré de ne jamais rejoindre les Siths, voilà qu’elle portait une toge noir et connaissait déjà le Code Sith et sa signification. Si son ancien maître la voyait, il aurait très certainement honte. Une part d’elle aurait pu regretter. Mais cette part était désormais renfloué et Malaco cherchait à effacé cette identité de Padawan de l’Ordre Jedi, la manière dont elle avait été influencé de manière rapide et progressive lui avait donné la comparaison avec certains virus que l’on pouvait retrouver dans la nature.

Virus, un mot qui lui avait permis de trouvé une nouvelle appellation pour se désigner : Vira. Elle n’était plus Malaco Signavar, mais simplement Vira.
Cela faisait une quinzaine de jours désormais que Vira avait rejoint sa maîtresse Asehla Derla, c’était lors de sa confrontation avec elle lorsque la Guerrière Sith testa sa future Apprentie que Vira fut né. Elle laissait libre cours à ses émotions et ses pensées et très vite elle avait senti cette puissance dont les jedis avait tant fait d’histoire avec Malaco.
Vira l’accepta sans discussion, étudiant avec Dame Derla les secrets de la Force, s’entraînant à mieux utiliser son corps au corps et gagner en précision avec son corps et ses armes. Dépourvue de sabre-laser. Vira avait opté pour l’utilisation d’une vibrolame similaire à un Katana, disposant d’un fourreau et d’une lame légèrement courbé ne coupant que dans un sens. Elle se sentait plus à l’aise avec cette arme qu’une vibrolame standard. Les autres vibrolames reprenant une forme proche de son ancien sabre-laser était bien trop lourd pour elle et son gabarit. C’était là un des avantages des sabres-lasers. La lame n’avait pas de poids et une fois habitué et grâce à la Force, Jedi et Sith pouvait à peu près utiliser n’importe quelle type de sabre-laser. Cependant Vira regrettait une chose par rapport à son ancienne identité. Son sabre-laser disposant des ventilations lui manquait, cela pouvait paraître ridicule mais l’arme était efficace, peu commune et affrontait un avantage certains lors des duels. Particulièrement lorsque les lames se bloquèrent et que les adversaires étaient aux plus près.
Un autre ajout à son arsenal était un blaster standard. Sa petite première expérience avec dans la navette l’avait convaincue qu’elle ne devait pas sous-estimer ces armes qui pouvaient s’avérer aussi dangereux que des sabres-lasers. C’était inhabituel, mais bon. Vira et Malaco étaient toutes les deux relativement inhabituels de par leurs carrières. Et Vira le serait très certainement pour une Sith.

Vira avait démontré être capable de garder un sang-froid presque effrayant passé la première semaine, mais sa maîtresse savait parfaitement que si Vira se déchaînait, elle devenait un véritable monstre pouvant effrayer. Certains apprentis sur Korriban l’avaient déjà appris à leurs dépens.
Elle adorait se battre, elle adorait la violence, elle la demandait ! Chaque jour la Togruta espérait une occasion pour mettre toute la rage de Malaco qui s’était transvasé en Vira et de l’utiliser.
Mais elle n’en était pas devenue obsédé non plus. Sa soif de connaissance était aussi remarquable, un trait que possédait déjà la Togruta lors de sa vie de Jedi. Quand elle le pouvait elle utilisait les holocrons qui lui étaient accessibles -relativement peu du fait de son arrivé récente et de son statut de simple apprentie- mais déjà elle avait appris un grand nombre de chose. Mais ses compétences dans l’utilisation de la Force restaient relativement faibles. Du progrès se voyait, et bientôt la jeune Sith espérait pouvoir user d’un pouvoir qui avait toujours rendu curieuse l’ex-padawan. Les éclairs de Force. Une abomination pour nombre de Jedis. Vira trouvait cela au contraire très intéressant et une preuve que la Force offrait des possibilités insoupçonné. Elle avait entendu des rumeurs comme quoi certains Siths pouvaient se dédoubler au combat. Que d’autres pouvaient absorber la vie de leurs adversaires, d’autres encore pouvaient augmenter de manière immense force physique au point de plier l’acier de leurs mains. Bien entendu cela était peut-être de simples rumeurs sans fondement. Mais la Togruta restait curieuse.

3 jours auparavant, alors que l’Apprentie et la Maître se trouvait dans la bibliothèque de Korriban. La nouvelle tomba, le Seigneur Sith Asta était mort et d’après ce que Vira avait compris, il s’agissait de l’ancien maître de Asehla. Vira n’avait pas eu réellement l’occasion de rencontrer de Seigneur Sith mise à part en voir de loin. Ses rapports s’était limité à quelques apprenties dans les couloirs dont l’un avait d’ailleurs commis l’erreur de la taquiner vis à vis de son passé tout récent chez les Jedis. Ho l’apprenti en question était encore vivant, il avait juste eu une côté brisé et une dent cassé. Et son maître semblait avoir trouvé cela plus amusant qu’autre chose et il n’y eu aucun problème.

La découverte de Korriban a été une surprise. Elle en avait entendu parler dans les couloirs du Temple Jedi d’Ondéron ainsi que dans certains cours sur le côté obscur. Mais aucune description ne pouvait véritablement préparer à l’atmosphère chargée en sable et la puissance dans la Force que dégageait cette planète. Et son constat avait été fait rapidement : elle détestait ce satané sable qui venait frapper régulièrement sa peau quand elle était dehors et qu’un coup de vent passait.

Enfin bref, Vira et Asehla était parti pour un rite funéraire envers le Seigneur Sith et voilà qu’elle se retrouvait dans une toge noir très similaire à celle de son maître. Masquant en partie son visage, et elle ne pouvait s’empêcher de penser que le rite était extrêmement familier à celui des Jedis. Cependant elle se sentait trop à découverte, chacun pouvait tout de même lire les expressions de son visage. Les capuches pour les Togrutas ne pouvaient hélas pas recouvrir suffisamment pour véritablement être efficace… Mais elle avait vue certains Siths porté des masques, et cela aussi la rendait curieuse et intéresser. Oui en fait, elle en voulait également un pour elle. Question de goût, et aussi parce que cela lui permettrait de masquer son visage et de simplement faire fonctionner l’imagination des personnes en face d’elle.

Le rite se déroulait sans accros, de multiples personnes venaient présenter leurs condoléances et la Togruta se demandait si une seul de ces personnes étaient sincères ou non dans leurs vœux. Peut-être, mais vue le mode de pensée que la philosophie Sith prônait, la méfiance restait de mise. N’importe laquelle des personnes présente dans la pièce pouvait être un futur ennemi à abattre. Ce qui était à la fois intriguant, et décevant. Si les Siths ne passaient pas de temps à s’entre-tuer et à se combattre les uns les autres, ils auraient très certainement pris le contrôle de la Galaxie depuis des lustres. D’ailleurs, une nouvelle personne se présentait, et cette dernière semblait ne pas être le guerrier ou la connaissance. Non, quelque chose en cette personne lui faisait comprendre qu’il s’agissait d’un Seigneur Sith. Qui demanda l’identité des deux Togrutas. Décidant de laisser Asehla parler, la Togruta se contenta de simplement acquiescer en réponse à la question. Mieux valait ne pas parler sans y être autorisé par Asehla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 117
Âge du perso : 22 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 4 Sep 2018 - 17:27

Je continuai de regarder la silhouette face à nous. Elle finit enfin par se lever et se dirigea vers le bûcher devant lequel elle resta un petit moment, y installant même un médaillon. Je tentai alors de comprendre qui c’était. Le seigneur Asta avait eu nombre de conquêtes, pourtant, aucune d’entre elles n’était venue. Et à voir son comportement, elle devait faire partie de ses amantes ou de ses proches. Sauf qu’à ma connaissance, il n’a plus de famille et aucun de ses « amis » ou alliés n’a eu de tel geste envers lui.
 
Après un petit moment, elle finit par nous rejoindre pour présenter également ses condoléances. Je hochai simplement la tête, les acceptants, m’attendant à ce qu’elle parte, mais elle continua à parler. Sa supposition sur mon identité me fit sourire. Ce n’était clairement pas un secret bien gardé. Tous ceux qui étaient venus ici me connaissaient. Soit elle était loin d’être une lumière, soit elle voulait bêtement une confirmation. Au vu de la façon dont elle vient de se comporter, j’opterais pour la seconde solution. Elle était proche d’Asta, elle devait forcément me connaître.
 
Cependant, sa seconde supposition me fit relever la tête. La seule personne au courant du fait que j’avais un apprenti était Asta. Tous les deux devaient donc être proches et bien se connaître pour qu’elle soit au courant.
 
Finalement, elle se révéla, retirant sa capuche et dévoilant son visage au teint blanchâtre. Une Umbaran. Le seigneur Asta en avait fréquenté une seule. Je me leva alors de mon siège et me dirigea vers le bûcher, retirant ma capuche. Je m’arrêtai devant les flammes qui commençaient à s’éteindre. Vira ne répondit pas à la question de « l’inconnue ». Bien, elle apprenait vite et savait qu’il valait mieux ne pas parler sans mon autorisation.
 
« Vous êtes Darth Oracci n’est-ce pas ? Le seigneur Asta n’a fréquenté qu’une seule Umbaran à ma connaissance. Même si votre relation n’a pas duré longtemps, il s’est souvenu de vous. Il a continué à suivre votre évolution. Par contre, mes félicitations pour avoir deviné qui était Vira. Tout le monde pensait qu’il s’agissait juste d’un compagnon qui était là pour me soutenir. »
 
Les flammes finirent par ne plus être que de simples cendres. Je me retournai alors Oracci.
 
« Maintenant, dites-moi. Pourquoi êtes-vous là ? Que signifie le médaillon ? Pourquoi vous et pas une autre de ses amantes ? Je suis curieuse à ce sujet. »
 
Et j’étais dans mon droit de l’être. Après tout, elle débarquai ici, plusieurs années après leur histoire sans avoir donné de nouvelles. Il valait mieux pour elle qu’elle ait une bonne raison. Cependant, je n’arrivais pas à percevoir de reel mauvaise attention à mon égard, envers Vira ou même un mépris du seigneur Asta. Au timbre de voix qu’elle avait quand elle prit la parole, elle semblait vraiment désolée de toute cette histoire. Je pouvais peut-être paraître injuste et agressive, très sur la défensive, mais j’avais mes raisons. Le seigneur Asta est tout, non, était tout pour moi. Je voulais tout simplement éviter que n’importe qui vienne ici afin de profaner sa mémoire.
 
Je laissa alors le bûcher derrière moi et rejoignit Oracci et Vira.
 
« Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour ce comportement erratique et légèrement perturbant et perturbé. J’ai bien conscience que je peux agir un peu bizarrement, cependant, je vous demanderais de bien vouloir comprendre qu’avec la mort du Seigneur Asta, j’ai tout perdu. On tente tout même de m’enlever son héritage. Alors, je suis perdu. Je ferais tout de même de mon mieux pour continuer à entretenir une conversation normale avec vous. »

Je repris alors mon souffle et pendant quelques secondes je fis le vide.

« Bien, reprenons depuis le début. Je suis effectivement Asehla Derla, l’ancienne apprentie du seigneur Asta et c’est bien mon apprentie, Vira, qui est juste derrière moi. Je vous remercie pour vos condoléances seigneur Oracci. »


Dernière édition par Asehla Derla le Dim 16 Sep 2018 - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 30
Âge du perso : 47 ans
Race : Umbaran
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Dim 9 Sep 2018 - 22:25

L’umbarane hocha simplement la tête après avoir observé l’espace d’un instant la plus grande des deux togruta qui avait conservé le silence. Son attitude confirmait l’hypothèse de la Dame Sith concernant son statut d’apprentie, aussi elle ne s’exprimerait sans doute qu’avec l’accord d’Asehla, ou peut-être celui d’Oracci. Elle répondit à la question posée par son interlocutrice d’un ton simple et sensiblement amical.

- C’est exact, vous m’avez reconnue. Simple déduction de ma part en observant vos postures respectives. Mais j’admets avoir eu la Force de mon côté.

Il y avait une once de fierté dans sa voix, puis vinrent une série de questions posées par l’ancienne apprentie du défunt du jour. Darth Oracci fronça les sourcils légèrement puis répondit.

- La nature de ma relation avec Asta ne regardait que lui et moi.

Dit-elle sèchement afin de rappeler implicitement le rang que Darth Oracci avait, ainsi que celui d’Asehla. Et concrètement l’umbarane n’avait aucun compte à rendre à la togruta là-dessus. De surcroit le ton employé n'avait pas beaucoup plus à Sly Keto. Cependant la Dame Sith était suffisamment psychologue pour comprendre les interrogations que la jeune femme pouvait avoir sur la nature des rapports ayant lié les vies de Darth Oracci et Darth Asta. Aussi elle croisa les bras et décida de fournir que les informations qu’elle acceptait de donner sans pour autant entrer dans les détails. Elle inspira un grand coup puis raconta brièvement la nature de leur relation.

- Mais si vous voulez tout savoir, notre relation était plus que physique, lui et moi partagions le même goût pour les choses de l’esprit et les anciens savoirs. Asta avait des qualités mais aussi ses défauts, ce médaillon était l’un des cadeaux qu’il m’avait offert. Quand j’ai su sa qu’il avait rendu son dernier souffle, j’ai souhaité le voir une dernière fois pour lui dire adieu. Je savais qu’il avait observé ma progression de loin, la discrétion n’était pas toujours son fort. Sans lui, je n’occuperais peut-être pas la place que j’ai aujourd’hui.

Ce qui n’était pas totalement vrai, mais pas non plus complètement faux. En vérité l’apport d’Asta avait été assez complexe pour Oracci afin de déterminer ce qu’il avait vraiment fait pour l’umbarane. Il y avait certes, le partage d’anciens écrits Sith à travers les parchemins de sa collection, mais aussi autre chose comme une forme de noblesse qu’avait pu perfectionner la jeune femme qu’était la Dame Sith autrefois. Darth Oracci inclina la tête lorsqu’elle eut enfin une confirmation de l’identité d’Asehla, mais aussi celle de son apprentie qui répondait au nom de Vira. Son entrée au sein de l’Ordre Sith semblait être récente, mais la plus grande des deux togrutas semblait avoir assimilé la discipline de son mentor. Elle se rapprocha des deux autres femmes d’une démarche toujours aussi légère et gracieuse, presqu’envoutante pour se pencher sur Asehla et lui répondit avec sincérité.

- Mes condoléances sont bien malheureusement le peu que je puisse faire en souvenir d’Asta. Cependant vous avez évoqué une histoire d’héritage qui risque de vous être spoilé. Pouvez-vous m’en dire plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 117
Âge du perso : 22 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Dim 16 Sep 2018 - 15:28

L’air commençait à se rafraichir, resserrant ma cape autour de moi afin de me réchauffer légèrement.  On sentait que le bucher se dissipait, arrêtant de réchauffer l’air ambiant. Je me mis alors à écouter Oracci me parler de de la relation qu’avait le seigneur Asta et elle. Malgré qu’elle semblait réticente à me donner des informations, son ton avait été claire là-dessus, elle finit par céder. Voulait-elle jouer franc-jeu avec moi et montrer patte blanche ? Il y avait des chances, et ce genre de chose ne risquant pas se reproduire de sitôt, autant glaner le plus d’informations.
 
Visiblement, tout comme le seigneur Asta et moi, elle aimait le savoir, les secrets enfouis, les mystères de la Force. Pas étonnant donc qu’elle s’entendait bien avec lui, quand on sait le nombre de textes anciens et de reliques qu’il possède. Mais visiblement, ce n’était pas tout. Cela allait plus loin que l’amour pour le savoir ou une simple relation charnelle. Oracci semblait avoir un profond respect voir amour pour le seigneur Asta, en demeurait le médaillon cadeau qu’elle venait de lui rendre. Un geste pour clôturer cette relation.
 
Bizarrement, malgré que le seigneur Asta ai été une grande figure paternelle pour moi, j’enviais Oracci. Elle semblait avoir eu une vraie relation fusionnelle avec lui. Surement car tous les deux se considéraient comme l’égal de l’autre alors que le seigneur Asta ne m’as jamais vu comme autre chose que comme son apprenti et son héritier, me préparant pour poursuivre ce qu’il avait entrepris. Je sentis ainsi comme un picotement au fond de moi, quelque chose que je n’avais jamais ressenti. Qu’était-ce ? De la jalousie ? De l’envie ? Ça ne pouvait pas être ça. Pourquoi je serais jalouse ? J’ai eu une relation privilégié avec le seigneur Asta. Je n’ai aucune raison d’être jalouse. Pourtant, être face à une de ses amantes, me fait douter. En y repensant, il ne m’a jamais témoigné une véritable affection. Il m’a juste formé, entrainé et éduqué. Je ne suis que la résultante de ce qu’il m’a appris. Juste une arme, un objet. Une petite créature sans défense qu’on élève dans le but de s’en servir pour progresser.
 
Je fus tiré de mes pensées quand Oracci se remit à me parler de l’héritage.
 
« Hein ? Ho ça, juste une histoire d’argent. Je suis sensé récupérer le vaisseau ainsi que l’appartement et les affaires du seigneur Asta, sauf que je n’ai pas assez en stock. Je n’ai pas pensé à ce genre d’éventualité, vu que le seigneur Asta s’occupait d’une bonne partie de mes frais, mais je pense que la maladie l’a surpris car s’il avait su, il m’aurait fait un certain nombre de virement pour que je puisse payer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 30
Âge du perso : 47 ans
Race : Umbaran
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Jeu 20 Sep 2018 - 15:57

L’umbarane écouta très attentivement la réponse de la togruta qui lui faisait face. Celle-ci semblait avoir été tirée de ses pensées par la question posée par la Dame Sith, aussi sa réponse fut plutôt brève mais suffisamment riche en informations pour que Darth Oracci puisse saisir ce dont la jeune femme avait besoin. Apparemment c’était bien un problème administratif et financier qui semblait préoccuper Asehla. Pour connaître le fonctionnement interne de la République, l’umbarane soupira en réalisant que la bureaucratie était un obstacle à bien des ambitions aussi bien sur Coruscant que sur Dromund Kaas. Il était dommageable pour la jeune guerrière Sith de voir ce qui lui revenait de plein droit, échapper à ses griffes. Et Darth Oracci le comprenait très bien : sans les ressources de son propre maître, il lui aurait été plus compliqué de s’élever dans la hiérarchie impériale, mais aussi de trouver ses deux premiers apprentis sans son soutien ainsi que son réseau. Le problème d’Asehla ne posait aucun problème pour la Dame Sith qui pouvait très bien la laisser tenter de sortir de ce sable mouvant administratif. Cependant il y avait là une opportunité à exploiter, et l’umbarane fronça les sourcils, marquant une inquiétude sincère sur son visage, le ton de sa voix se faisait quelques peu désolé lorsqu’elle reprit la parole, apposant sa main gauche sur sa poitrine.

- Je vois. Effectivement connaissant Asta, je doute qu’il vous aurait laissée dans cette situation si sa maladie n’avait pas été aussi foudroyante.


D’un pas agile, lent mais gracieux, elle s’approcha de la jeune togruta et se pencha sur elle un peu comme une mère le ferait vis-à-vis de sa fille pour lui laisser entrevoir une solution. Sa main droite se posa lentement sur l’épaule d’Asehla tandis que la Dame Sith réfléchissait quelques secondes avant d’ajouter d’un ton perplexe et honnête tout en douceur.

- Peut-être pourrais-je intercéder en votre faveur auprès du responsable de ce regrettable contretemps…

Ces deux derniers mots pouvaient laisser entrevoir ce que l’umbarane était capable de faire en usant de son influence, de sa fortune personnelle ou encore de ses pouvoirs afin de malmener ce fonctionnaire un peu trop zélé. Retirant sa main de l’épaule d’Asehla, l’attention de Darth Oracci se porta sur son apprentie Vira. La Dame Sith laissa son regard courir le long du corps de la togruta qui était plus grande que sa maîtresse. Lentement elle se redressa et s’exprima à nouveau sur la même voix que précédemment mais en s’approchant de Vira tout en continuant de s’adresser à Asehla.

- Après tout, sans cet héritage il vous sera compliqué de mener à bien la formation de votre apprentie ici présente sans pouvoir quitter Dromund Kaas. Il en va de même pour vos ambitions plus… personnelles.

Joignant les mains dans le dos et se redressant une fois en face de la plus grande des deux togruta, l’umbarane jaugea d’un regard pénétrant l’apprentie qui se tenait face à elle. Puis elle posa la question à Vira, cherchant tacitement à obtenir son soutien dans cette affaire.

- L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves. Vous aurez vite fait le tour de Dromund Kaas, et l’expérience du terrain est capitale pour les apprentis aspirant à s’élever. Ai-je tort ?

Sondant l’esprit de la dénommée Vira, Darth Oracci resta immobile tout en écoutant sa réponse. Sans les ressources d’Asta, Asehla n’aurait pas beaucoup d’opportunités en termes de formation, mais aussi d’évolution au sein des sphères impériales. Fort heureusement pour elle, la Dame Sith pouvait être la solution idéale à ces deux problèmes. Restait à voir si elle saisirait cette chance ou non.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malaco Signavar
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 104
Âge du perso : 18
Race : Togruta
Binôme : Apprentie de Vijay Ananda

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
31/61  (31/61)
PF:
74/74  (74/74)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Ven 21 Sep 2018 - 21:47

« L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves en effet Seigneur Orrici.»
Elle s’interrompit brièvement, retirant sa capuche qui lui masquait le visage et dévoila ses yeux verts avec lequel elle rencontra celle du Seigneur Sith. L’espace d’un instant, un lien se créa et la Togruta put sentir la puissance de ce Seigneur Sith, et cette dernière pouvait très certainement sentir la flamme qui animait Vira.
Elle reprit alors.

« Mais le Côté Obscur ne peut faire pleuvoir les crédits, pas plus qu’il ne peut fournir l’expérience sur un plat. Nous sommes tous limités dans nos capacités de manière individuelle. Bénéficier de moyens pour parcourir la Galaxie ne peut-être qu’une bonne chose au final. »
Elle n’en dit pas plus, ce n’était pas sa place et elle avait pu s’exprimer. Mieux valait rester le plus silencieux possible et simplement écouter la discussion, analyser pour le moment était la chose à faire. Elle avait encore pas mal de choses à apprendre de son côté. Mais il était vrai que la situation de Maître Derla n’était pas des plus resplendissantes avec les différents soucis. Et bénéficier du support d’un Seigneur Sith pouvait être un avantage considérable. Seulement, elle préférait ne pas faire savoir son opinion de manière trop évidente, mais il fallait aussi se résoudre à l’évidence.
Cependant être entièrement dépendante de Maître Derla et peut-être le Seigneur Orrici ne lui plaisait pas non plus, il lui fallait personnellement de quoi pouvoir se mouvoir par elle-même. Et ne pas avoir à compter que sur les autres, mais sa position empêchait cela. Elle ne pouvait rien construire pour le moment.
Patience.
Elle avait déjà tant appris et avait tant de chose à apprendre, elle n’avait même pas encore reçu un nouveau cristal pour son sabre-laser et tant de capacité et de chose à savoir sur la Force lui restait à découvrir…
Patience !
L’environnement était différent de chez les Jedis, mais quelque chose rendait le tout bien plus excitant, les rapports entre chaque individu variaient grandement et il fallait toujours garder un œil ouvert. C’était tout simplement parfait pour elle. Ho oui, elle aimait cela. Et elle était curieuse d'entendre le reste de la discussion entre ses deux supérieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asehla Derla
l~~ Guerrier Sith ~~l
l~~ Guerrier Sith ~~l
avatar


Nombre de messages : 117
Âge du perso : 22 ans
Race : Togruta
Binôme : Maitre de l'apprenti Malaco Signavar

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
34/70  (34/70)
PF:
95/95  (95/95)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Mar 2 Oct 2018 - 12:04

Quelle conne tu es Asehla. Tu ne savais pas la boucler ? Toi, qui il y a peine quelques mois ne laissait rien paraitre. Et voilà que maintenant Oracci était au courant. Tu as été trop honnête sur ce coup. Et à voir sa réaction, elle ne compta pas passer à côté de cette information.
 
Après avoir avoué qu’Asta m’aurait évidemment tout offert s’il savait que sa mort serait si brusque, elle s’approcha de moi, se penchant vers moi et mis sa main sur mon épaule. Ma main se porta presque instinctivement sur mon sabre, quand je réalisa où j’étais. Je laissa alors retomber ma main. Fichu Krayn, encore aujourd’hui, tu me hantes. Quand serais-je capable d’accepter à nouveaux un contact physique ?
 
Je me concentra à nouveau, écoutant Oracci.
 
Peut-être pourrais-je intercéder en votre faveur auprès du responsable de ce regrettable contretemps…
 
Pardon ? Qu’est-ce qu’elle me chantait là ? M’aider ?
 
Elle se tourna alors vers Vira, me laissant seul dans mes pensées qui n’étaient obsédaient que par une seule et unique question : Pourquoi ? Pourquoi m’aider ? Qu’est-ce qu’elle y gagnait ? Honorer la mémoire du seigneur Asta ? Un simple geste désintéressé envers deux jeunes personnes perdues ? Ou bien avait-elle réellement un objectif derrière cette proposition.
 
Oracci continua alors en enfonçant le clou.
 
Après tout, sans cet héritage il vous sera compliqué de mener à bien la formation de votre apprentie ici présente sans pouvoir quitter Dromund Kaas. Il en va de même pour vos ambitions plus… personnelles.

 
Je voyais où elle voulait en venir. Elle voulait apparaitre comme la seule personne capable de m’aider et que je lui cède donc. Elle avait donc un objectif caché, auquel cas, elle n’appuierait pas sur le sujet. Elle n’aurait fait qu’évoquer la question, sans plus.
 
Et elle enchaina en attaquant en fourbe, venant récupérer l’aide de Vira
 
L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves. Vous aurez vite fait le tour de Dromund Kaas, et l’expérience du terrain est capitale pour les apprentis aspirant à s’élever. Ai-je tort ?
 
Qui la lui offrit


« L’indépendance est la vertu des maîtres à l’égard de leurs élèves en effet Seigneur Orrici. Mais le Côté Obscur ne peut faire pleuvoir les crédits, pas plus qu’il ne peut fournir l’expérience sur un plat. Nous sommes tous limités dans nos capacités de manière individuelle. Bénéficier de moyens pour parcourir la Galaxie ne peut-être qu’une bonne chose au final. »
 
Mais je n’avais pas besoin de ça pour savoir qu’elles avaient raison. Il me fallait entrainer Vira correctement, et sans moyen financier, ça allait être compliqué. Me retrouver à être dépendante était une mauvaise chose. Il faudrait que je règle ça à l’avenir avec Vira pour lui laisser de quoi être tranquille, mais ici aussi, il fallait que j’évite de me retrouver à nouveau dans cette situation. Mais j’étais bloqué. Je n’avais pas réellement le choix. Je soupira un long coup, sachant que je regretterais surement mon choix, mais il était nécessaire. Un mal pour un bien dirons-nous.
 
« Bien, je vous laisse intercéder pour moi si vous le souhaitez, je vous laisse carte blanche. Je veux juste savoir ce que vous voulez en échange de ce service.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Oracci
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 30
Âge du perso : 47 ans
Race : Umbaran
Binôme : Maîtresse de Shoya Karnel.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Intrigue pour tisser sa toile.
HP:
68/86  (68/86)
PF:
63/88  (63/88)

MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   Jeu 11 Oct 2018 - 0:17

En entendant Malaco répondre par l’affirmative à la question de l’umbarane, Darth Oracci étira ses fines lèvres en un léger sourire de satisfaction. Vira avait sans doute mis Asehla en position de porte à faux avec ses projets, ayant rallié son opinion à celle de la Dame Sith. S’en était-elle rendu compte ? Probablement. Mais Vira préférait sans doute contrarier son mentor plutôt que de risquer de subir le courroux d’un seigneur Sith de la trempe de Darth Oracci. Une réflexion pleine de bon sens. Cela donnait de surcroit un ascendant sur le duo que les deux togrutas constituaient. La Dame Sith fixa un instant Vira qui avait retiré sa capuche pour répondre, ses yeux plongés dans ceux de la jeune apprentie finirent par se détourner d’elle, ayant terminé de sonder son esprit.
Elle croisa les bras, ramenant ceux-ci sous sa poitrine tout en répondant d’un air satisfait de la réponse.

- Tout à fait Vira. Les crédits ne sont nullement une fin en soi, mais un moyen de s’affranchir de certaines contraintes.

Elle se détacha de la jeune Vira pour reporter son attention sur son maître. Le soupir d’Asehla en disait long sur ce qu’elle pensait. Sans doute devait-elle estimer avoir été piégée par l’umbarane, ce qui était vrai mais en partie. Darth Oracci ne souhaitait pas porter préjudice au tandem de togrutas se tenant devant elle. Toujours souriante, mais avec une voix toujours douce, elle félicita et complimenta Asehla lorsque celle-ci répondit ce qu’elle devrait donner en contrepartie de l’aide de la Dame Sith dans la résolution de son problème.

- Vous êtes perspicace. Une qualité de plus en plus rare chez les Sith, et qui vous fait même honneur. Vous savez que l’on ne peut obtenir quelque chose sans donner autre chose en échange. C’est l’une des règles élémentaires régissant la galaxie. Voyez ceci comme l’une des lois fondamentales de l’univers dans lequel nous évoluons au même titre que d’autres.

La Dame Sith reprit d’un air convaincant, donnant à Asehla l’information dont elle avait besoin afin de mieux appréhender ce qu’elle devrait faire.

- Je ne demanderai en retour du service que je vous offre que votre simple loyauté ainsi que celle de votre apprentie. Croyez-moi si nous travaillons ensemble, je pourrais même vous récompenser davantage si mes projets atteignent leurs objectifs.

Darth Oracci surplombait la togruta la plus âgée, mais se pencha sur elle comme pour appuyer son propos précédent. Elle plaça ses mains dans son dos et les joignit pendant qu’elle résumait ce que l’umbarane proposa en retour des services du duo de togrutas. Elle avait de la suite dans les idées, mais il était encore trop tôt pour les mettre au courant de ses projets concernant son ascension dans les hautes sphères de l’Empire Sith. Mais si jamais elle réussissait, Oracci aurait besoin de personnes compétentes et de confiance à qui déléguer certaines tâches importantes. Des tâches qui par corolaire, leur permettrait de s’élever dans la hiérarchie de l’Ordre Sith.

- En échange, je vous assure l’accès total à l’héritage de votre mentor. S’il occupait bien la place aussi importante que vous prétendez qu’il avait dans votre vie, cela en vaut bien la peine non ?

L’umbarane se redressa, et tendit sa main droite à l’attention d’Asehla avant de conclure par une question simple.

- Marché conclu ?

Furent ces derniers mots. Il était temps pour Darth Oracci d’intensifier ses efforts pour tisser sa toile d’influence au sein de l’Empire afin de gagner des alliés et des soutiens qui lui seraient utiles dans les projets qu’elle comptait mettre en œuvre, ses sinistres desseins destinés à lui permettre d’accéder à la plus haute place que l’Empire Sith pouvait lui proposer afin de régner sans partage sur l’Ordre et de changer le cours de l’Histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon maître est mort, longue vie à mon maître   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mon maître est mort, longue vie à mon maître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Dromund Kaas-