La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tak sam, Jedi soli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karm Torr
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 325
Âge du perso : 27 ans
Race : Humain (Ark-Ni)
Binôme : Maître de Soruan Deaell
Compagnon de Luke Kayan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
105/105  (105/105)

MessageSujet: Tak sam, Jedi soli   Mar 7 Aoû 2018 - 10:24

Le soleil était sur le point de disparaître au coin de la baie d’observation, alors que la station tournait lentement sur elle-même. De temps en temps, Karm pouvait apercevoir un vaisseau-marchand qui sortait de l’hyperespace et préparait ses manœuvres d’arrimage. On était loin de l’activité bourdonnante des grandes stations du Noyau, sur les principales routes commerciales, mais Centaur-XX restait une institution essentielle, dans ce secteur de la Bordure Extérieure.

Un peu plus loin, en effet, un large trou noir imposait des détours à tous les vaisseaux et, sans planète habitée à des années-lumières à la ronde, Centaur-XX était une escale nécessaire pour le ravitaillement des cargos qui desservaient les mondes agricoles et indépendants qui s’étendaient au-delà. Karm se souvenait d’avoir observé la station de loin, quand il n’était encore qu’un enfant, sur le pont d’un vaisseau ark-ni, alors que les siens venaient y livrer des minerais extraits d’un champ d’astéroïdes voisin.

Désormais, il était de l’autre côté. Après la succession des batailles et des péripéties, et comme l’enquête sur l’explosion du croiseur bakurien n’avançait pas, le Conseil s’était finalement décidé à remettre sur les rails la mission diplomatique à destination des Ark-Ni. Après bien des explications, un nouveau rendez-vous avait été pris. Dans quelques minutes, un émissaire viendrait les trouver, Luke et lui, qui attendaient là depuis plus de deux heures. Dans quelques minutes, Karm retrouvait son peuple.

Et il était nerveux.
Très nerveux, même.
Ce qui s’exprimait par une mine impassible et une contemplation immobile de l’espace infini.
Mais son anxiété était palpable à travers la Force.

Son datapad vibra. Il jeta un coup d’oeil au message qui s’affichait, écrit en idéogrammes ark-ni.

— C’est parti, souffla le Chevalier en se levant, après avoir serré doucement la main de Luke dans la sienne.

Ils remontèrent les coursives de la station jusqu’aux docks, pour rejoindre le quai qu’on lui avait indiqué dans le message. Trouver l’émissaire ne fut pas compliqué : une silhouette androgyne aux yeux turquoises et aux cheveux argentés se détachait au pied d’un vaisseau. De loin, on aurait eu bien du mal à la distinguer de Karm. De près, le Jedi était nettement plus musculeux que les autres Ark-Ni, parce qu’il ne s’était pas développé dans la gravité artificielle des vaisseaux, et un peu moins pâle.

Il était à peu près impossible de discerner l’âge ou même le sexe de l’émissaire.

— Tak sam, Karm Abd Oni Torr.
— Tak sam, Ark-Ni Mak.

Chacun inclina légèrement la tête en avant. L’émissaire posa les yeux sur Luke.

— Luke Kayan, Jedi soli. République Mak.
— Tak sam, Luke Kayan.

Après ces salutations d’usage, l’émissaire reprit en basic :

— Vous êtes de ceux qui voient l’espace au-delà du monde.
— Luke Kayan parle bien et avec sagesse.

L’émissaire inclina la tête, dans un signe d’assentiment, avant de les inviter d’un geste à monter à bord. Karm précéda Luke dans le vaisseau, pour que l’Hapien put suivre son aura. Il était convenu que les Jedis suivraient l’Emissaire jusqu’à un vaisseau de la Flotte, où la réception diplomatique à proprement parler aurait lieu.

Karm ignorait s’il devait être optimiste quant à cette mission. Les Ark-Ni cultivaient soigneusement une distance certaine avec les grandes affaires de la Galaxie et leur méfiance pour les étrangers était considérable. La République avait d’ailleurs confié aux deux Jedis un projet aux ambitions des plus modestes : l’autorisation pour les vaisseaux non-militaires de la République de s’approvisionner aux stations ark-ni, en échange de matériel aéronautique. Il n’était pas question d’alliance, ni même de rapports plus réguliers que cet échange de bons procédés.

L’Emissaire les conduisit sur le pont, sans paraître résolu-e à leur donner son nom. Dans le petit vaisseau, ils croisèrent trois autres Ark-Ni. Karm n’en reconnut aucun. Pendant un instant, il eut peur d’être incapable de distinguer les siens, après avoir trop longtemps vécu loin de la Flotte. L’Emissaire s’installa aux commandes et le décollage ne tarda pas.

— Bientôt…, murmura l’Emissaire, avec un sens de l’ellipse propre à son peuple.
— On arrivera dans moins d’une heure, traduisit Karm à l’intention de son ami.

Le vaisseau commença à trembler, sans que ni l’Emissaire, ni Karm ne parussent s’en inquiéter. La mécanique ark-ni avait la réputation d’être faite de bric et de broc. L’appareil n’en parvint pas moins à rentrer en hyperespace.

— Il faudra excuser les nôtres, reprit l’Emissaire, en pivotant sur son siège après avoir enclenché le pilote automatique, ils ne sont pas habitués à…

La phrase laissée en suspens, Karm compléta :

— … recevoir des invités…

Il attendit la suite mais rien ne vint alors il poursuivit :

— Donc ils sont pas au point sur les règles diplomatiques et tout ça.

L’Emissaire inclina la tête pour indiquer que c’était bien ce qu’elle avait voulu dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2851
Âge du perso : 25 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Compagnon de Karm Torr.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
80/80  (80/80)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Tak sam, Jedi soli   Jeu 9 Aoû 2018 - 17:48

La négociation devrait être facile, revue à la baisse, elle n’impliquait aucun accord militaire. Aucun accord tout court. Un simple échange de bons procédés qui pourrait profiter aux Ark-Nis bien qu’aux vues de leurs spécificités, Luke n’était pas sûr qu’ils veuillent ou ne sachent le faire. À une époque, cet éloignement mental et physique était aussi recherché par les Jedis. À cette époque, il était admirable de savoir le conserver. Le jeune homme avait donc compris, en retirant ses écouteurs, que l’échange ne serait pas aussi simple. Son rang n’aurait aucune importance là-bas, ses paroles seraient prises en compte selon leur finesse, leur intelligence, à l’instar de cette hypothétique gamine de 6 ans, plus maligne que le vieillard s’inclinant devant sa sagesse comme lui l’avait expliqué Karm, son Ark-Ni à lui.

Dans les couloirs, le jeune Jedi reconnaissant suivait l’aura de son ami. Il avait jusque-là, salué l’émissaire en inclinant légèrement la tête et en lui rendant son « Tak Sam » d’un murmure. Il se rappelait du début de tout, lorsqu’il étudiait le peuple sur son datapad, piochant dans les maigres informations à leur sujet. Puis l’explosion, le naufrage, Karm Torr, leur union. Tandis qu’ils parcouraient les coursives, le Hapien sentit trois auras concentrées sur sa personne, probablement des locaux. Si son physique androgyne inspirait pour une fois la confiance, offrant aux hôtes du vaisseau, un reflet vaguement familier, ses yeux bicolores et sa crinière blonde rappelaient que cet homme était au minimum un métisse Ark-Ni. À l’instar de Karm, Luke abordait une silhouette plus athlétique que l’émissaire ou les autres bien qu’il semble plus élancé, fin. La fragilité qu’on lui prêtait ailleurs s’était gommée, rendant sa silhouette peut être menaçante pour ces êtres qui évoluaient dans l’espace sans effort. Contemplé tour à tour avec méfiance puis intérêt, le Jedi suivait docilement ses deux guides.

L’émissaire s’arrêta enfin pour prévenir de la difficulté des Ark-Nis à communiquer, Luke dû retenir un sourire. Si elle savait combien il y était accoutumé. Au lieu de cela, il répondit par un simple hochement de tête gracieux, acceptant les excuses – qui n’en n’étaient pas vraiment, certes de celle qui ne s’était pas présentée. Privé de vue depuis presque deux décennies, le Hapien avait noté quelques inflexions traîtresses de voix, une danse de pas évocatrices. Leur émissaire semblait être une femme, mais qu’importe vu l’importance que ces êtres singuliers donnaient au genre.
Luke essaya de tranquilliser son compagnon d’une onde de Force alors qu’il était lui-même nerveux. En plus d’évoluer dans une société totalement différente de la sienne—malgré des coutumes différentes, les sociétés fréquentées partageaient un noyau dur de codes communicatifs. De plus, les émissaires ou diplomates avaient normalement un bagage culturel plus cosmopolite tandis que ceux des Ark-Nis ne semblaient pas vouloir s’adapter. Luke avait l’impression de passer le fameux test des beaux-parents, et là, il ne s’agissait pas de satisfaire deux paires d’yeux fluorescents, sinon celles de toute la communauté. Décidé à suivre Karm dans ses conseils, le jeune homme ne s’était pas opposé à la main dans la sienne et il ne s’opposerait guère au reste, désirant autant réussir cette mission que satisfaire son aîné.

-Ne vous inquiétez pas, c’est déjà un honneur pour nous d’être reçus.

Le chevalier nota qu’il lui était moins difficile qu’au début de penser à murmurer. Il lui était en revanche plus compliqué de rester sobre. La diplomatie requérait des courbettes que les Ark-Nis – autant que Luke, détestaient. Il fallait influencer l’autre, le pousser à plier par le biais de nombreux mots riches, élégants, en mettre plein la vue, ne pas laisser le temps de réfléchir au potentiel signataire. Aujourd’hui, l’art de la parlotte pourrait signifier la perte de la République. Le Hapien s’était donc fait discret, une cascade de cheveux dorés retombait sur sa tête légèrement baissée, lueur qui marchait soigneusement à distance de celles bleutées des yeux Ark-Nis. Il lui semblait complètement fou de faire des efforts pour laisser ressortir sa vraie nature – discrétion, humilité, timidité et ne pas céder à des « vertus » pour lesquelles on l’avait programmé – assurance, charisme, élégance.

L’heure se passa silencieusement aux yeux de l’émissaire, mais Luke envoyait continuellement des messages silencieux à Karm. Il avait pris le « dessus » émotionnellement pour une fois, et c’était lui qui assurait que tout irait bien mentalement, sans l’ombre d’un doute. Les siens, il les gardait au fond de son cœur, souriant via la Force à celui qui l’avait finalement bel et bien envoyé retrouver son peuple. Le peuple des étoiles.

Luke qui avait toujours eu une fascination pour ces astres, et qui passait sa vie, gamin, à demander à son maître « les habitants de Coruscant voient-ils les étoiles ? » se demanda si ce n’était pas vraiment le destin qui avait organisé ce cruel naufrage sur Vonghaï, précédé par la mort des membres de l’équipage du vaisseau. Cela semblait un peu prétentieux, voir narcissique de penser que tous ces événements avaient eu lieu dans le but de les réunir, mais difficile de ne pas y songer. Dans ce monde de nuit perpétuelle percée de petite lueurs non moins immortelles, aux côtés d’un homme ayant navigué parmi elles. Sans ce naufrage, et toutes les missions suivantes, une chose était au moins claire dans l’esprit de Luke, jamais celle-ci n’aurait eu la chance de fonctionner. Il était si ignorant à l’époque, si inexpérimenté, gamin. Aujourd’hui malgré un apprentissage encore imparfait, le jeune homme pouvait au moins transmettre cet espoir à Karm. Oui, ils allaient réussir, à accomplir leur devoir et renouer avec son peuple dans de bons termes.
L’heure passée, le vaisseau s’amarra en douceur à un autre bien plus gros, celui diplomatique, préparé pour. Luke ne pouvait pas le voir, mais il avait été en réalité bien peu modifié. Destiné à recevoir des ambassadeurs ou non, il était plus fonctionnel que confortable, débarrassé de décorations inutiles.  Courbes savamment dessinées, lignes fines et horizons fuyantes. Un vaisseau rapide, destiné à tailler l’espace dans le vif. Pratique. Cela convenait parfaitement aux Hapiens, tout comme les sièges sans rembourrage dans lesquels ont les fit attendre, un café –quand même ! à la main.

Luke se tourna vers son ami, lorsque des présences s’annoncèrent. Sa bouche se referma et il se leva pour s’incliner devant les représentants ou intermédiaires. Impossible de savoir quand les négociations commenceraient réellement, vu que faire attendre leurs invités ne dérangeait pas les Ark-Nis, mais le blond était patient, c’était même une de ses principales vertus, toujours encouragée, jamais dénaturée, elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karm Torr
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 325
Âge du perso : 27 ans
Race : Humain (Ark-Ni)
Binôme : Maître de Soruan Deaell
Compagnon de Luke Kayan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
105/105  (105/105)

MessageSujet: Re: Tak sam, Jedi soli   Hier à 12:31

Luke avait probablement était le seul à percevoir la nervosité qui montait en Karm. Fidèle à ses origines comme à l’enseignement de l’Ordre, le jeune Chevalier avait conservé un visage impassible, alors qu’ils traversaient l’hyperespace et que le monde des Ark-Ni se rapprochait d’eux. Il se contentait d’observer les stries lumineuses de l’autre côté des hublots, et de se fondre dans la présence de Luke, à travers la Force.

Finalement, ils abordèrent l’un des grands vaisseaux de la Flotte. Karm en reconnut la silhouette. Il l’avait vu bien des fois, lors des réunions, quand plusieurs familles se retrouvaient, pour discuter des affaires ou mener une opération en commun. Les portes de l’une des baies s’ouvrirent, comme pour avaler la navette, qui s’y faufila sans difficulté.

A l’intérieur, on pouvait remarquer que l’appareil avait été soumis bien souvent à l’ingéniosité de ses propriétaires. Nombreux étaient les circuits, les modules, les conduits à avoir été remplacés. Si le vaisseau avait conservé, de loin, un aspect ordinaire, ses entrailles révélaient un enchevêtrement de bricolages tous plus exotiques les uns que les autres. Certaines des pièces que l’on avait utilisées là n’avaient même pas été conçues pour l’aérospatial. Pourtant, tout fonctionnait.

La rampe de la navette baissée, Karm et Luke purent rejoindre le hangar, où les attendaient des visages tous familiers. Les différences avec celui de Karm étaient parfois très subtiles mais, chez d’autres, une coiffure singulière ou des grains de beauté permettaient de reconnaître qui était qui. Il était en revanche singulièrement difficile de deviner, au corps ou à la voix, lesquels de ces Ark-Ni étaient des hommes et lesquels étaient des femmes.

— Oni, murmura quelqu’un.
— Mama…, risqua Karm, soudain très timide ?

Une femme se détacha de la foule et ses bras se refermèrent sur le jeune Ark-Ni. Ils échangèrent quelques mots dans leur langue, à voix basse, et Karm dut retenir des larmes d’émotion, puis sa mère desserra son étreinte et ce fut l’heure des présentations. Elles ne facilitèrent guère le travail de Luke : cinq ou six personnes lui furent présentées sous le simple nom de Torr, et les autres, sous celui de Vaï.

Quand on les invita enfin à quitter le hangar pour rejoindre l’une des salles des ponts supérieurs, Karm demanda à l’Emissaire :

— Seulement deux familles ?

L’Emissaire inclina la tête sur le côté.

— Problème ?
— Ta famille est ta famille. Et les Vaï sont des marchands. On a pensé que c’était…

Karm hocha la tête et termina à l’intention de Luke :

— … les mieux placés, pour parler.

C’était assez dire que les dissensions frappaient rarement la Flotte, puisque toutes les autres familles étaient apparemment prêtes à confier une affaire aussi déterminantes dans les mains de seulement deux d’entre elles.

Dans les coursives du vaisseau, chacun vaquait à ses occupations. La présence de Luke attirait cependant un certain nombre de regards méfiants et, quoique le Jedi ne fût pas capable de les croiser, il devait sans doute sentir, à travers la Force, que tous les Ark-Ni n’accueillaient pas les étrangers avec une égale bienveillance. Karm, lui, faisait l’objet d’une curiosité dénuée de toute hostilité, comme si son escapade dans la vaste galaxie n’avait rien changé à son appartenance à la communauté qui vivait et travaillait là.

Les portes d’un vaste salon communautaire se refermèrent bientôt sur eux, coupant court à la curiosité des membres de l’équipage. On était loin ici des salles de réception diplomatique des grandes ambassades que l’on trouvait dans les capitales des mondes de la Républike. Des sièges, des canapés, des poufs, pour la plupart fabriqués avec les moyens du bord et rembourrés de vêtements qu’on n’avait plus pu rapiécés, de toiles spatiales usagées, qui trouvaient une seconde vie en offrant un peu de confort, occupaient tout l’espace, dans une disposition apparemment anarchique.

Karm guida Luke vers un fauteuil manifestement pris au cockpit d’un chasseur impérial, avant d’être modifié, et il s’assit lui-même sur un pouf, fabriqué à partir d’un parachute d’éjection, cousu sur lui-même et rembourré d’autres parachutes.

— Tu viens d’où, Kayan ?

La question était sortie de nulle part, et sans préambule. La formulation avait été brusque, mais la voix douce, et l’on devinait que l’intention n’avait pas été d’agresser.

— Tu connais Abd depuis longtemps ?
— Qu’est-ce que tu fais de tes journées, quand t’es pas ici ?

Et les questions commencèrent à fuser dans tous les sens, toutes adressées à Luke, et toutes destinées à cerner un peu mieux cet étranger qui se présentait là, pour parler avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tak sam, Jedi soli   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tak sam, Jedi soli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-