Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au fond du trou [pv Lune]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Korgan Kessel
Militaire
Militaire
avatar


Nombre de messages : 309
Âge du perso : 33 ans
Race : Epicanthix

Feuille de personnage
Activité actuelle: Caporal dans les Forces Spéciales
HP:
93/93  (93/93)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Au fond du trou [pv Lune]   Mar 10 Juil 2018 - 21:45

Je me réveille en sursaut, la gueule en feu. Comme après un lendemain de cuite doublée d’une bonne baston. Merde. J’suis où bordel ?! Qu’est-ce qui se passe ?! Ma mémoire est HS, autant que mes facultés cérébrales. Je suis dans le gaz, la nausée au bord des lèvres, la bouche sèche, la tête en plein de concert de percussions. J’ai été drogué. Cette vérité me saute grave à la gueule… Putain.

Je tente de bouger. Mais mes muscles sont flasques, lourds. Pareils à du coton, mais… heu… En plus lourd et rigide quoi. Ouais. Le crissement du métal m’arrache une grimace de douleur. Mes mains sont libres… Mais mes chevilles sont solidement attachées. Des fers, une chaine rouillée hors d’âge, plantée dans un mur… Et je me rends compte seulement à cet instant que je suis entièrement nu, le cul posé sur la pierre froide et humide. Putain j’suis où ?! Que…

Un mouvement à la limite de mon champ de vision me fait vivement tourner la tête. Geste que je regrette aussitôt. Un haut le cœur me courbe en deux… Je lutte, mais échoue lamentablement : la seconde suivante, le contenu de mon estomac trouve sa voie de mes lèvres pourtant serrées. Je tousse, crache, grogne. Raaah. Les crampes me tordent les boyaux. Putain, c’est vraiment pas mon jour…

« Lune, c’est toi bordel ?! »

Ma voix est rauque, éraillée par la déshydration. Ici, dans ce qui semblent être des geôles, la pénombre est si dense que je peine à distinguer mes orteils. Je frisonne. L’air est frais, chargé de l’odeur de crasse et de moisissure. La silhouette bouge encore. J’ignore si c’est vraiment lui… Mais comme j’ai besoin de vider mon sac, je lance dans sa direction :

« Qu’est-ce qui s’est passé, merde ?! Tout ce que je me souviens… C’est… »

Les souvenirs sont difficiles à atteindre. J’ai de la brume plein la tête. Une image me revient. Celle du soleil ardent du désert. Cette mission sur Corellia. Une secte dirigée par un présumé adepte de la Force obscure. Une enquête conjointe entre la République et les Jedi… Et cette mission de reconnaissance, loin dans le désert… Une mission en binôme. Moi, Korgan, le militaire. Lui, Lune, le chevalier Jedi à poils ras…

« C’est… Ces ruines… »

La mission consistait en une reconnaissance nocturne, sur un site archéologique perdu dans le désert. Un site parmi tant d’autres, où ces enfoirés d’enquêteurs officiels soupçonnaient la secte d’opérer les lavages de cerveaux de leurs nouveaux membres.  

« On s’est approché… Puis… »

Plus rien. Le vide total… Il fallait être un triso congénital pour ne pas arriver à cette conclusion :

« Ils nous ont toppés. Merde. Bordel. Ils nous ont fait quoi ?! »

A mesure que les sensations me reviennent, picotement de mes extrémités, je prie pour qu’une vive douleur anale ne fasse son apparition. Tout mais pas ça ! Merde !

« Tu crois qu’on est encore dans les ruines ?! »

Les vieilles pierres suintantes me poussent à y croire. Oui. Ils nous ont choppés, foutus à poils, enfermés dans les entrailles de leurs ruines antiques. Quelle connerie ! Les enculés, ils vont payer !

Profonde inspiration, paupières clauses. Je fais le vide. Ça va chier des bulles. Je rouvre les yeux, la tête saturée d’une détermination sans faille.

« On va se les faire. Putain, on va se les faire. J’ai un plan… »

Des mots qui s’extirpent de ma bouche avant même qu’une seule idée me viennent à l’esprit… L’improvisation, voilà le plan, bordel de merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 141
Âge du perso : 32 Ans
Race : Shistavannéen

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/0  (0/0)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au fond du trou [pv Lune]   Jeu 12 Juil 2018 - 6:42

Les  poils  ne  pouvaient  adoucir  la  dureté  du  sol  sous  ses  flancs,  et  ses  courbatures  ne  s’en  faisaient  que  davantage  ressentir.  Lune  poussa  un  soupir  plus  profond  que  ses  autres  inspirations,  jusque  là  saccadées  et  irrégulières,  comme  si  la  notion  de  respirer  lui  revenait  enfin.  Sa  tête  lui  faisait  terriblement  mal  et  il  avait  la  gueule  toute  endormie,  à  tel  point  qu’en  refermant  ses  mâchoires,  il  coinça  sa  langue  entre  ses  canines.  Difficile  de  dire  si  le  grognement  qui  suivit  était  une  réponse  à  Korgan  ou  l’expression  de  sa  douleur  lorsque  ses  dents  avaient  égratigné  son  organe.  Une  des  oreilles  du  loup  pivota  tout  de  même,  preuve  qu’il  reprenait  conscience  et  distinguait  au  moins  les  sons  produits  par  l’humain.    Ah  oui,  la  secte,  la  Force  Obscure,  cet  apprenti,  fils  à  papa  aux  moyens  presque  aussi  illimités  que  ses  parents  étaient  absents.  Rejeté  par  les  Siths,  il  était  revenu  en  pleurant  dans  leurs  jupons  après  trois  ans  d'études  vaines.  Et  encore,  être  revenu  était  un  cadeau  inhabituel  de  ses  anciens  professeurs.  Il  ne  devait  même  pas  valoir  la  peine  de  l'effort  que  doit  fournir  un  poignet  armé  d'un  sabre-laser  pour  une  décapitation.  Lune  aurait  aimé  l'interroger  sur  les  méthodes  employées  chez  les  adeptes  de  la  Noirceur,  savoir  où  se  situait  exactement  leur  trou  à  rats  afin  d'y  débarquer,  la  gueule  saillante  sur  des  crocs  luisants  et  effilés  pour  l'occasion.  Dommage.  Ils  s'étaient  fait  avoir,  Korgan  et  lui.  Aucun  combat,  du  moins,  pas  légal.  

Lune  gronda,  il  se  souvint  de  ce  cocktail  sans  alcool  aux  fruits  rouges  pâteux.  Il  n'avait  rien  dit,  peu  habitué  à  consommer  d'autres  boissons  que  de  l'eau,  ce  devait  être  normal.  Ça  aurait  dû.  Le  Chevalier  leva  une  patte  avant,  mais  cette  dernière  s'effondra  sur  l'autre,  même  sa  queue  paraissait  peser  des  tonnes  lorsqu'il  la  ramena  contre  ses  flancs,  nus  d'ailleurs.  Il  ne  sentait  pas  la  gêne  habituelle  que  lui  procuraient  les  vêtements,  signe  de  civilisation  qu'il  devait  arborer  en  tant  que  Jedi  et  citoyen  de  la  République.  Nu  comme  sur  Tatooine,  comme  lors  qu'il  était  esclave.  Cette  pensée  donna  la  rage  suffisante  au  Jedi  pour  lever  la  tête,  son  museau  s'agita  un  peu,  il  renifla  les  alentours.  Relents  de  renfermé,  d'urine  et  de  désespoir.  Des  gardiens  frustrés,  faibles  devaient  bien  s'amuser  lorsque  les  cachots  contenaient  des  prisonniers.  Leur  odeur  imprégnait  les  lieux,  plus  sale  encore  si  c'était  possible  que  l'endroit  en  lui-même.  Lune  détecta  un  excrément,  d'un  ancien  détenu  ou  d'un  geôlier.  Inutile  d'aviser  Korgan.    Les  yeux  de  Lune  s'imbibèrent  d'un  liquide  commun  à  tous  les  prédateurs,  faisant  briller  ses  prunelles  azurées  dans  l'obscurité.  Il  détailla  les  parois  rocheuses,  puis  la  silhouette  humaine.  Une  chaîne  apposée,  imposée  sur  une  jambe  complètement  imberbe,  une  autre  sur  sa  patte.  Une  autre,  non,  la  même,  ils  étaient  attachés  ensemble.  Toujours  couché  sur  le  côté,  le  Chevalier  répondit  enfin  au  soldat,  d'une  voix  rendue  plus  grave  par  la  sédation.  

-Raconte.    

Souffla-t-il,  la  tête  péniblement  levée,  les  oreilles  pointées  vers  l'humain.  Lorsqu'il  put  enfin  s'assoir,  le  Jedi  attrapa  la  chaîne  entre  ses  mains  pour  mordre  dedans,  il  referma  sa  mâchoire  puissante  sur  les  liens  pour  les  triturer,  les  malaxer,  les  faire  rouler  entre  ses  canines  et  molaires,  il  y  eut  un  déclic  prouvant  que  son  idée  de  base  n'était  pas  si  stupide.  Cependant,  les  chaînes  avaient  beau  être  anciennes,  elles  étaient  encore  solides,  juste  un  peu  trop  pour  ses  dents.  Alors  il  chercha  la  serrure,  fit  jaillir  une  griffe  d'une  de  ses  mains  pour  essayer  de  la  travailler.    

-Je  pense  que  quelqu'un  du  Boogie  Wookie,  un  client  ou  un  membre  de  la  secte  nous  a  balancé.  Ils  ont  facilité  l'affrontement  en  droguant  nos  boissons,  ou  peut-être  la  nourriture.  Non,  je  n'ai  pas  mangé.  Impossible.  Puis  nous  avons  été  traîné  jusqu'ici.  Je  ne  sais  pas  si  nous  avons  été  déplacés  sur  une  autre  planète,  ni  depuis  combien  de  temps  nous  sommes  ici,  mais  c'est  bien  enfoncé,  je  ne  sens  même  pas  un  courant  d'air.  On  risque  de  recevoir  de  la  visite  par  contre,  beaucoup  d'odeurs  enchevêtrées,  trop  pour  toutes  appartenir  à  des  prisonniers.  

Commenta  le  Jedi  en  songeant  que  c'était  une  bonne  nouvelle.  Si  des  gardiens  venaient  les  humilier  ou  les  chercher  pour  il  ne  savait  quel  rituel,  ils  pourraient  leur  tendre  une  embuscade,  tout  était  mieux  que  de  demeurer  seuls,  ici,  sans  aucune  chance.  L'oreille  tendue,  le  loup  attendit  le  plan  de  Korgan  pour  tout  faire  sauter.    Ah  Korgan,  le  soldat  le  plus  brutasse  que  Lune  ait  connu,  et  pourtant  tous  avaient  une  réputation  de  durs  à  cuir,  mais  lui.  Cet  humain-là  mordait  plus  que  n'importe  quel  Shistavanéen.  Tant  mieux,  au  moins,  il  était  libre.  Pas  aveugle  comme  son  couard  de  père,  ce  chien  qui  remuait  la  queue  devant  son  Hutt  de  maître.  Korgan  était  de  ceux  dont  il  fallait  jouer  avec  la  laisse,  savoir  le  tenir  parfois  probablement,  mais  aussi  la  lâcher  et  même  l'encourager  à  mordre  avec  rage. Et puis, ils étaient tous les deux égaux, dans la même galère. Lune n'était pas du genre à se prendre la tête, à parler de façon guindée ou imposer les idéaux qu'il avait choisi. Surtout qu'il serait mal venu, ici, de jouer aux êtres supérieurs. Vu l'étroitesse des lieux, il ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs sans risquer de blesser le soldat, sans parler de son état de semi-drogué. Pour un corps n'ayant jamais ingurgité la moindre goutte d'alcool ou le moindre milligramme de drogue, le choc avait été rude. Et si lui avait été épargné de crachats ou de vomissements, il avait la tête dans un étau, doublé d'une fatigue intense. Mais bon, Korgan avait un plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korgan Kessel
Militaire
Militaire
avatar


Nombre de messages : 309
Âge du perso : 33 ans
Race : Epicanthix

Feuille de personnage
Activité actuelle: Caporal dans les Forces Spéciales
HP:
93/93  (93/93)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au fond du trou [pv Lune]   Jeu 12 Juil 2018 - 20:40

Merde, le con. Il m’a cru. Il a vraiment cru que j’avais un plan. Moi j’ai sorti ça… Comme ça. C’est du genre… heu… Plan au sens large du terme. Raaah. Bon. C’est maintenant ou jamais pour faire tourner tes neurones Korgan. Fait chier, on fait comment déjà ? Ah oui. Heu… Naturellement, j'me dis : mieux vaut commencer par le début. J’entre en mode : analyse de terrain façon type super expérimenté capable de buter un mec même seulement armé d’une tasse à thé.

Il fait noir, on ne voit rien. Ça c’est déjà noté. Sans lumière on n’ira pas bien loin. Mais c’est pas la priorité. Alors même que toutes ces idées s’emmêlent sous mon crane, l’urgence me saute à la gueule :

« Ecoute. Au sujet de mon plan... Je... Avant toute chose, faut déjà qu’on trouve un moyen de se détacher des ces saloperies ! La suite, on verra après. OK ?  »

D’un coup tout parait limpide, comme un jet de pisse après s’être enfilé trois litres d’eau. Des fers nous entravent les jambes. Serrés aux chevilles, ils me charcutent la peau à chacun de mes mouvements. Vu leur état, je remercie l’armée de ne pas avoir oublié mon rappel pour la tétanos le mois dernier. Ça ressemble à des menottes, en plus large, en plus épais. Je me contorsionne, cherche connement un moyen de les ouvrir. Genre j'suis assez débile pour espérer y trouver un bouton ou un truc du genre ? J'sais pas. J'agis à l'instinct. Mais je ne trouve rien. Absolument rien. Même pas le moindre trou de serrure. Comme si ces machins avaient été moulés en une seule pièce ! Ils sont rugueux mais suffisamment lisse pour que je n’y trouve aucune réelle prise. Chiotte.

« C'est pas vrai... Attend. Bouge pas. J’vais tenter un truc. La Force brute, c'est ma spécialité. Ca fini toujours par passer comme disait ma mère. Et elle savait de quoi elle parlait, elle était pute sur Coruscant. J'te jure c'est vrai, c'est pas une vanne. »

Je me penche sur le côté, me relève avec une difficulté folle. Je sens à peine mes extrémités, groggy par les drogues. Mais je n’ai pas le temps me redresser complètement. Ma tête bute violemment contre un plafond si bas qu’il m’est impossible de me tenir debout. Le choc me prend par surprise, je lâche un juron coloré. Massacre frénétique de cuir chevelu. Raaaah. Ma colère s’en retrouve décuplée !

« Les enfoirés… Les enfoirés… J’te jure, ils ne paient rien pour attendre ! Je vais leur coller mon pied si fort dans les burnes qu'elle vont leur remonter dans la gorge, et qu'ils ressembleront à des dindons ! »

C’est une prison pour Jawa ou quoi ?! Pas possible. Tout est fait pour m'emmerder ici. Bref. Plié en deux, j'y vais à tâtons pour remonter les lourdes chaines qui relient nos fers au mur de la cellule. Crissement du métal contre le métal. Les maillons frottent les uns contre les autres, produisant un son si désagréable qu’il pourrait rendre timbré bien des personnes. Par chance, l’opération est extrêmement rapide. La chaîne ne fait pas plus d’un mètre cinquante. Le contraire m'aurait étonné : on n'attache pas des gens pour leur laisser la liberté de se balader. Son extrémité est solidement enfichée dans un mur humide, suintant, couvert de mousses poisseuses à l’odeur de poisson pourri. Je tire un coup, façon coup de semonce pour tester le truc. Mais rien ne bouge. C’est pas du toc. Je tire encore, et encore… De plus en plus fort, avec de plus en plus de rage. A la fin, ultime tentative, je pose carrément les deux pieds sur le mur, pour y mettre tout mon poids. Mais mes mains glissent, je m’éclate au sol, sur le dos, ruisselant de sueur.

« Putain de… »

Soudain une sensation désagréable m’arrache une série de frissons. Si je ne m’étais pas intégralement rasé pour l’opération, tous les poils de mon corps se seraient hérissés. Oui. Rasage intégral. Même la teub pour ceux qui se le demande. Si, si, je sais qu'il y en a. C’est mon petit rituel pour les missions d’infiltration. Ca permet de tenir plus longtemps sans me laver, de moins sentir la sueur, tout ça tout ça… Et puis ca fait la peau super douce. Enfin bref. C’est pas le moment.

Cette sensation dans mon dos donc. Je suis tombé sur un truc. Difficile à décrire. Une matière molle, un peu collante, presque poisseuse. Il me faut pas cinq secondes pour piger ce que c’est : des excréments. D’un bond, je me retourne, me roule au sol pour me débarrasser de cette merde, excusez-moi le terme, qui me colle entre les deux omoplates… Mais ce faisant, je m’en fou partout. Des crottes, y’en a pas qu’une dans ce coin de la cellule qui servait j’imagine de lieu d’aisance pour les précédents locataires…  Quel bord… Mais je me fige. Déstabilisé par un truc qui m'arrive pas souvent. Une idée vient de germer dans mon esprit… UNE PUTAIN DE BONNE IDEE !

« Lune ! Fait comme moi ! »

Je sais que le cabot peut voir dans le noir. J’ai même l’impression d’apercevoir ses yeux luire dans la pénombre. Je plonge les deux mains dans un gros caca encore assez frai pour me couler entre les doigts. L’odeur est immonde… Le machin qui a démoulé ça rencontrait visiblement quelques problèmes de digestion… J’imagine que les repas sont pas le fort de cette chambre d’hôtes rustique… Puis rapidement, j’étale la merde sur mes mollets, mes pieds. Je lui explique le topo, d’une voix rendue nasillarde par mes tentatives de stopper ma respiration :

« Nos fers n'ont pas de serrure ! Notre seule chance de nous en débarrasser, c'est de réussir à les faire glisser ! Et les cacas sont assez mous pour servir de lubrifiant ! CQFD ! »

La lubrification, une histoire de famille j'aurais même pu rajouter. Quelle idée de génie Korgan, putain tu te surpasses ! Savoir utiliser tous les éléments de son environnement pour survivre : ça c’est ma vraie force ! L'intelligence des mains comme on dit !

Et, exactement comme je l’imaginais, après trois ou quatre tentatives infructueuses…

« J’y suis… Je sens que ça rien… Oui, oui oui… Putain c'est bon ! »

Je parviens à me débarrasser de mes entraves. Une fois le talon passé, ça glisse tout seul.

« Libéré, délivr… »

Mais mon explosion de joie est de courte durée : on est loin d’être sorti des emmerdes. J’pourrais même dire qu’on est en plein dedans, dans la merde. Au sens propre comme au sens carrément dégeux.

« Tu t’en sors Lune ?! Un coup de main ? »

Je tends vers le Jedi des mains maculés d’excréments malodorant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 141
Âge du perso : 32 Ans
Race : Shistavannéen

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/0  (0/0)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au fond du trou [pv Lune]   Mer 18 Juil 2018 - 9:57

Doté d'un odorat animal mais -en partie- élevé comme un être civilisé, Lune ne portait pas l'affection que les canidés avaient pour les excréments. Son museau se fronça tandis qu'il décelait, malgré lui, ce qu'avaient mangé les prisonniers ou les plaisantins. En demeurant ici, il pourrait même s'exercer à deviner, selon la richesse des aliments laissés dans les déchets, si ceux-ci appartenaient à des geôliers bien nourris ou de pauvres hères comme eux.

- Non merci, mais tu m'as donné une idée!

S'exclama le loup en visualisant sa patte toujours enchaînée. En apparence rien ne se produisait, mais en réalité, le chevalier faisait passer un courant de Force léger mais toujours plus épais -comme un écarteur.- entre sa peau et le métal, tel une rivière d'air. L'action était délicate contrairement à ce qu'il avait auparavant imaginé: fracasser la chaîne avec la Force au risque que l'onde ne se propage, se répercute sur les murs apparemment très bas et les blesse. Avec de la patience, au bout de quelques minutes enfin, le Jedi put, en serrant un peu les dents, faire passer sa patte hors de l'objet momentanément déformé par le courant de Force. Têtu, ce dernier émis ensuite un "cling" pour revenir à sa forme originelle, mais au moins il n'enserrait plus sa chair.

Libéré, Lune se dressa sur ses jarrets pour renifler le haut, le museau presque collé au plafond. Enfin quelque chose éveilla sa fourrure, la poussant à une danse timide, mais une danse tout de même, laquelle était évidemment provoquée par un faible courant d'air. Le Chevalier glissa une griffe dans un minuscule interstice, puis suivi le contour du trou, ce dernier s'étendait en une ligne, puis il changea d'angle pour en former une nouvelle: une trappe.

- Si tu veux farcir quelques dindons- commença-t-il en reprenant les mots du soldat poète.- c'est par là... Et c'est le moment de nous démontrer ta force brute.

Ajouta le Jedi en plaquant ses paumes sous la trappe afin de pousser. Il ne savait pas à quoi s'attendre là-haut, mais pour l'instant ses sens- la Force, car son odorat, lui, était envahi de relents d'anciennes visites, donc trompeur.- ne percevaient aucun signe de vie.

- Au fait, ta mère, elle avait du succès?

Le canidé n'était pas très porté sur la chose, en fait il avait en tout et pour tout, embrassé une fois, une femme, Jesaëlle. Cependant, vu les circonstances, le Chevalier trouvait que décompresser par le biais d'un peu d'humour n'était pas si mal. Il n'était pas une sainte nitouche comme certains Jedis qui prétendaient l'être pour ensuite entretenir des relations avec des pairs ou des civils. Il imaginait que Korgan était pareil, dédié à son travail, bosseur, pas pleurnicheur, alors on pouvait au moins lui concéder cette soupape pour se détendre. Lune préférait les mecs vrais, bien que son collège se situe dans les extrêmes en ce sens. Jusque là, le Républicain ne lui avait pas failli, d'ailleurs, ils avaient avancé, s'étant libérés -même si lui avait été épargné par l'option caca.- grâce à lui. Le chevalier appréciait aussi qu'il use de son instinct, une chose qu'on avait toujours refréné au Temple. Surtout chez lui, la bête sauvage. De temps à autre, cela faisait du bien de pouvoir parler et agir sans être jugé. Lui aussi avait envie de "se venger" de ceux qui les avaient enfermé là. Il désirait mordre, ou du moins griffer -il ne s'agissait pas d'attraper une infection en plongeant ses quenottes dans un derrière aussi vicié.- le responsable de tout cela: Apollon. Rien que cela.

Le jeune humain, un blond aux yeux bruns, la trentaine, une tête de gosse et un air de fils à papa flanqué sur le visage, qui prônait la suprématie des Sensitifs. Évidemment, le petit gourou n'avait pas eu le courage de parler de son projet à de vrais manieurs. Sa présence était faible dans la Force, ce qui expliquait probablement son rejet de la part des Siths -quoique sa survie, elle, était beaucoup moins explicable.- alors il s'était entouré de deux ou trois autres sensibles qu'il avait plus ou moins bien -plus "moins" d'ailleurs- formés. Depuis, il s'agrandissait en prétextant pouvoir offrir la Force à ceux qui ne la possédaient pas mais la méritait, réparer cette erreur commise par ceux qui naissaient sans la mériter, puisant dans ses ressources. En éliminant un sensitif qui ne devrait pas avoir l'accès à cette puissance mystique, il permettait à l'un de ses suiveurs d'en prendre le contrôle. Évidemment c'était impossible et tout tenait sur une arnaque. Ses premières recrues avaient été des sensitifs se faisant passer pour des fidèles nés sans pouvoir, lesquels le développaient grâce à une série d'exercices imposée par leur gourou. Bref, le matériel habituel de la parfaite secte: peu dormir, beaucoup travailler, se retrouver dépossédé de tout. Les suiveurs des plus basses échelles finissaient par perdre le peu de capacité de jugement qu'ils avaient un jour eu et étaient attrapé-. Malgré tout, Apollon l'Enfant Unique de la Force n'était pas si stupide.

- Tu n'es pas sensible à la Force et cette fichue secte est suffisamment étendue pour que les membres ne se connaissent pas tout, d'ailleurs d'après nos recherches, ils ont aussi une base sur Nar Shadaa, donc je te propose de jouer les fidèles qui aurait attrapé le vilain Padawan que je suis. Je peux me cacher dans la Force pour me faire passer pour plus faible, mais pas totalement, et puis l'arnaque ne fonctionnera pas longtemps, pas face aux grosses têtes, il faudra changer de stratégie, car ceux qui nous ont jeté au trou, dont Apollon, me reconnaîtront sûrement.

Et ils iraient vérifier naturellement l'état du prisonnier restant. Son absence rendrait aussitôt suspect l'héroïque fidèle. Cela ne tenait pas, Lune avait un physique beaucoup trop reconnaissable. Il leur faudrait donc logiquement adopter un autre plan, mais sur les sous-fifres, jamais au courant de rien, cela pouvait fonctionner, y compris les Sensitifs au bas de l'échelle, les larbins ayant déçu Apollon qui pourraient être trompés par la fausse impuissance de Lune. Ils ne se méfieraient pas et auraient même envie de se confronter à lui, peut-être. Le but était d'attirer les dindons à la Farce en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korgan Kessel
Militaire
Militaire
avatar


Nombre de messages : 309
Âge du perso : 33 ans
Race : Epicanthix

Feuille de personnage
Activité actuelle: Caporal dans les Forces Spéciales
HP:
93/93  (93/93)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au fond du trou [pv Lune]   Jeu 26 Juil 2018 - 21:45

Je dévisage le Jedi à poils mi-long. Enfin j’essaye. Il fait trop noir putain. On n’a rien, pas de lampe, quedal. J’écarquille les yeux, ronds comme deux grosses de billes. Je le mate, il me mate. Je baisse le regard, tend les paumes vers mes parties intimes.

« T’as pas oublié un détail ?! T'es sûr ? »

J’avance le bassin, pour qu’il est bien mes burnes en visuel. Rasage intégral. Chacun ses petits trucs d'avant mission. J’suis pas du genre superstitieux, mais j’ai mes rituels. Parmi lesquels : me raser intégralement le corps. Sauf les cheveux. A vrai dire, c’est plus utilitaire qu’autre chose : ça gratte dans les armures de combat.

« Je joue l’adepte nudiste c’est ça ? Le mec qui est tombé sur le Padawan en fuite en sortant de la douche ? J’te le dis comme je le pense hein : ton plan, il pue autant que le machin que je me suis étalé sur le mollet. »

Je prends une profonde inspiration, tente de rester zen. Péter une pile ne nous aidera pas à sortir de ce foutoir vivant, au contraire. Mais j’peux pas m’empêcher de me dire qu’ils m’ont foutu un illuminé autre les pattes. Un de plus. C’est pas le même style que la vieille bique d’Hildegarde clairement… Mais c’est pas mieux pour autant. Ou alors, le loup, à force de se promener sans vêtements, il ne se rend même plus compte quand les autres n’en ont pas. Ouais, c’est peut-être ça : le choc des cultures. L’agacement gagne mes traits, déjà tendus. J’ai été contraint de plonger mes mains dans de la merde fraîche, pour m’en enrober la jambe… Alors que l’autre disposait d’un moyen « propre » de le faire, et que genre il a rien dit ! En plus derrière, il parle de ma mère. DE MA MERE QUOI. DE MA MERE !! Trop, c’est trop.

J’avance d’un pas, agressif. Geste rapide, du à un entrainement intensif. Mon torse s’écrase contre le sien, mon entre-jambe contre la sienne. Poils contre peau. Mon avant-bras cybernétique achève sa rotation contre sa gorge.

« Ecoute mon pote. J’vais pas le dire deux fois. Ok t'es un putain de Jedi aux grands pouvoirs. Mais pour le reste, je prends les commandes. Sortir des emmerdes, c’est mon job. Alors, j’dis pas que ton plan il est complètement débile, mais va falloir faire les choses dans l’ordre. Petit un : trouver un slip à ma taille. Petit deux : trouver des armes. Petit trois : on leur refait la face. Si entre petit deux et petit trois on peut mettre ton plan en branle. OK. Sinon, on s’en fou. Et petit quatre : plus jamais un seul mot sur ma mère. Pigé ? »

J’lui laisse deux secondes pour cogiter. J’suis pas con non plus. J’sais qu’il peut se dégager de mon étreinte, il dispose d’assez de pouvoirs pour le faire. Ils pourraient même me fait péter les burnes à grand coup de télékinésie. J’ai entendu des histoires à propos d’une ex-Sith qui… Bref. Mais j’compte sur le fait qu’il a pas l’air bien méchant.

« Dernier truc : si on trouve des pastilles de menthe, t’en prends deux. Franchement, tu pues de la gueule mec. »

Je recule. Ce qui est dit est dit. Moi j’suis comme ça : volcanique, impulsif. On me gonfle, je réagis. Mais une fois la tempête passée, je passe direct à autre chose. J’suis pas du genre rancunier, sauf avec les vrais cons. Lui n’en est pas un. J’lui fais signe de me suivre, je prends les choses en main. Dans les faits, c’est pas la décision la plus intelligente que j’ai pris de ma vie. Par deux fois, faute de lumière, je manque de me bouffer de glisser sur le sol moussu, froid, humide. Je laisse trainer mes doigts sur la pierre du couloir, comme un guide. Elles s’effritent sous mes ongles. Leur ajustement laisse à désirer, ça sent pas la construction récente, comme le reste.

« Ils nous ont fourré au fin fonds de leurs foutus ruines putain… »

Mais soudain, je me fige. Je m’arrête net, doigt sur la bouche pour intimer l'ordre au Jedi de ne dire un mot. Echos de voix et de pas qui se répercutent sur les murs. Les échos sont trompeurs… Mais rapidement, une lueur apparaît au fond du corridor. D’abord blafarde, tremblante, puis plus vive. Deux faisceaux de lampes-torches qui oscillent aux rythmes de leurs propriétaires. Ils sont deux. Deux voix. Ils blablatent tranquillement, mais pas assez fort pour que leurs propos soient intelligibles. Ce qui est certain c’est qu’ils sont pas en état d’alerte.

Je regarde à gauche, à droite. Tâtonne. Merde. J’vois rien, aucun moyen de nous planquer. Le couloir est bas de plafond, à peine assez large pour laisser passer deux hommes. En résumé : y’a aucune échappatoire. Soit on recule jusqu’à la cellule… Soit on leur fonce dessus… Mon choix est vite fait. Je tourne la tête vers le Lune :

« Tu te fais celui de gauche. Je prends l’autre. »

Je m’accroupis, ramassé sur moi-même, mollets bandés. Prêt à bondir. J’avise ma cible. La lumière m’irrite la rétine, je dois plisser des paupières… Mais très rapidement, urgence oblige, ma vue s’adapte. Les deux gars sont en bures noires, profondes capuches sur le visage. Ça ressemble à un accoutrement de Seigneur Sith façon film de série Z. Difficile de juger de leur carrure… Mais la démarche du mien n’a rien d’athlétique, au contraire. Je remarque qu’il boite légèrement, s’appuyant sur sa jambe gauche plutôt que la droite : son point faible. J’inspire un grand coup… Et fonce !

Les deux zigotos ne voient pas grand-chose venir. Un bruit, un mouvement dans l’ombre. Ils lèvent leurs torches, mais déjà on est sur eux. Je me jette au sol, glisse sur le mousse, me râpe le cul sur les roches saillantes. Mes deux pieds frappent durement le genou faible de ma cible. Craquement sinistre, l’articulation se plie dans l’autre sens. Il bascule en avant, en hurlant. Sa lampe tombe au sol, comme sa gamelle pleine d’une pâtée tout sauf ragoutante. Je roule, me redresse, lui bondit sur le dos alors qu’il termine à peine sa chute au sol. Mes deux grosses paluches se posent sur sa tête… Mouvement vif, sec. Torsion extrême. Sa nuque résiste une fraction de seconde puis se brise. Ultimes tressaillements réflexes de ses membres. Puis plus rien. Il est raide mort. Je me redresse, m’étire, sourire carnassier sur les lèvres. Héhé. Une file pellicule de sueur recouvre les muscles dessinés de mon torse. Ma respiration est hachée. L’adrénaline coule dans mes veines comme un drogue qui m’aide à me sentir toujours plus vivant. Putain que ça fait du bien de bouger un peu ! Je balance, par-dessus mon épaule :

« Ça en fait deux de moins. Il en reste combien tu penses ? »

Sans attendre de réponse, je me ré-accroupis, pour choper le cadavre par les bras et le retourner, sur le dos. La bure est faite d’un seul tenant. Ni bouton, ni fermeture. Conneries. Faut tout passer par la tête. Bref, je m’y attelle. Je choppe l’extrémité au niveau de ses pieds, tire dessus un bon coup pour la lui remonter… L’effort manque de déchirer le tissu pourtant épais. Je tire, tire encore. Ses mains et sa tête retombent lourdement au sol, libérés de la bure sur laquelle je m’excite comme un diable.

« Putain… J’ai cru que j’y arriverais pas… »

Le gars est totalement à poil en dessous. Erf. Mais je l’enfile sans commentaires. Elle pue la sueur. C’est dégueulasse. Ce mec a. Non, avait. Un sérieux problème d’hygiène. Dit le mec qui a un mollet enrobé de bon caca tout frais. Si je me choppe des champis ou des morbacs... Je ramasse la lampe-torche tombée au sol. Elle est intact, c'est un miracle.

« Petit un : check. Bon. Pas le choix. On laisse les corps ici. On avance. On va bien déboucher sur quelque chose. »

Je fourre le faisceau lumineux dans la tronche de mon copain de galère :

« Et sans rancune pour tout à l'heure hein ? J'étais un peu sur les nerfs. Là ca va mieux. »

Mon ventre grogne.

« Putain j'ai la dalle. Si on trouve un truc à grailler, on le met en petit deux et demi, ok ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 141
Âge du perso : 32 Ans
Race : Shistavannéen

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/0  (0/0)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au fond du trou [pv Lune]   Jeu 26 Juil 2018 - 23:23

Lune émit un petit grognement de surprise lorsque Kessel avança son bassin.

- Merci mais c'est pas mon genre, range ton attirail.

Commença-t-il, irrité par la proximité de ce corps beaucoup trop proche de sa personne. Le rasage n'était pas un souci puisque le loup savait apprécier la beauté d'une certaine femme proche-humaine rousse, c'était plutôt le côté mâle qui l'embêtait, couplé à la provocation sous-entendu. Seulement, il n'était pas encore au bout de ses surprises, puisque tendis que ses oreilles se tendaient doucement vers l'arrière, se collant irrémédiablement à son crâne, évoquant un mal être mêlé à de l'agacement, Korgan s'empara de sa silhouette, le collant contre son torse en une prise bien connue. Lune l'avait également apprise lors de son apprentissage bien qu'il use davantage de techniques Jedis, il savait que bien exécutée, il était très difficile de sortir de cette feinte, à moins de forcer. Chose pas forcément conseillée dans un lieu aussi réduit, et en ruines en prime.

Le grondement s'amplifia légèrement, voyageant de sa poitrine jusqu'à la gorge, roulant avec une profondeur nettement menaçante, sans parler des babines redressées qui dévoilaient des canines aussi tranchantes qu'immaculées -car contrairement à ce que prétendait Mr Papier Hygiénique, le Shistavanéen jouissait d'une santé buccale parfaite grâce à Dent'Ix, LA marque de dentifrice en vogue. Sans oublier LE fil dentaire.-. La situation tendue se dénoua lorsqu'enfin le soldat se décida à le lâcher, juste avant que Lune ne griffe le premier bout de peau à sa portée pour lui aussi, avertir. L'humain avait de la chance que les Jedis aux grands pouvoirs apprennent aussi à se contrôler, en tout cas mieux que lui.

- Ces étapes étaient tellement évidentes que ça aurait été une insulte de les mentionner.- Ronchonna le chevalier en massant sa gorge. Était-ce le surentraînement des républicains ou le métal qui conféraient tant de force à ce foutu bras?- Et ne parle plus de ta mère si t'assumes pas.

Acheva-t-il, conscient du ridicule de la situation. Lui qui s'était forcé pour suivre un peu le jeu du soldat et détendre l'atmosphère. Bref, heureusement Lune n'était pas du genre à prendre facilement la mouche, bien que Korgan ne risquait plus de le voir essayer une "approche" un peu plus amicale avant un temps. D'ailleurs, il se tu, laissant l'autre malin les démêler de la situation. Il faudrait savoir alors, il avait un plan, ou non et souhaitait-il sa participation? Si non, autant ne pas gaspiller sa salive à lui causer.

Patiemment Lune attendit que l'homme se débrouille pour les sortir du fin fond des "foutues ruines" de la secte. Il ne disait pas un mot mais devait retenir un rire quelque peu sarcastique en voyant l'orgueilleux buter contre des obstacles que lui voyait parfaitement. Mais bientôt il fallut en venir aux choses sérieuses, deux adeptes, pas précisément les typiques geôliers glacials bardés de muscles en acier. Hochant la tête suite aux propos de Korgan, il s'attaqua à l'homme de gauche, un peu plus en forme que celui de droite, mais guère plus. Apollon piochait vraiment ses suiveurs dans les poubelles de la société. D'un geste rapide, Lune plaqua sa cible contre le mur, patte contre son cou. Les yeux agrandis par la peur, celui qui se révéla être presque un gamin suffoquait des "pardons" et des suppliques en tout genre, le chevalier crut même entendre l'excuse de "j'ai deux petits frères malades". Fatigué par le babillage de celui qui s'était converti en victime plus qu'autre chose vu sa capacité à se défendre, le Jedi envoya invoqua la Force pour induire un sommeil profond à l'homme. Il ne s'en déferait pas avant une bonne heure celui-là. Après l'avoir solidement bâillonné avec sa propre toge déchirée, Lune retrouva sans surprise le soldat. Ce dernier avait évidemment réduit son adversaire.

- Peut-être une dizaine, les échos amplifient les pas, donc peut-être un peu moins, et les odeurs de pourriture qui émanent de ces ruines trompent mon odorat.

Signifia discrètement le Shistavanéen en agitant ses oreilles indépendamment l'une de l'autre afin de capter les moindres bruits. Ici, il lui fallait l'admettre, ses sens étaient étourdis, et la Force se répercutait de manière trop aléatoire pour qu'il ne confie pleinement en lui. Des relents de passé, des appels au secours de sensibles à la Force ayant été torturé ou sacrifié se mélangeaient aux auras belles et bien vivantes. Sous ses allures de secte bon marché, celle-ci avait tout de même franchi l'étape du meurtre, et non sans cruauté.

- Pas de problème.

Lune balaya les excuses, ou plutôt le problème surgit avant d'un geste de la patte. Kessel avait eu de la chance de ne pas tomber sur un de ces grattes-papiers de Consulaires à cheval sur l'étiquette. Lui était plutôt je-m'en-foutiste de ce côté là, surtout après avoir eu un père aux bottes d'un Hutt vulgaire et dangereux. Le caporal savait sûrement, d'autre part, que le Jedi n'admettrait pas une nouvelle "agression" physique, du moins pas sans répondre. À ses risques et périls.

D'accord pour avancer, le Shistavanéen hocha de nouveau la tête. Tandis que Kessel avançait à demi-accroupi, lui-même choisit de le faire à 4 pattes, trottant agilement et furtivement entre les cachettes que constituaient les murs ou des piliers- poisseux à souhait par ailleurs.- C'est avec un petit sourire que le jeune canidé avisa ce qui ressemblait à une salle de repos. Sur une table en bois grossièrement taillée, trônait un verre à demi vidé ainsi que des restes de sandwich.

- Si t'as pas peur d'attraper un virus.

Plus intéressant, attenante à cette mini salle de repos, se trouvait des toilettes. Certes, au niveau où il en était, Korgan ne devait pas vraiment s'inquiéter de son hygiène, mais s'il ne voulait pas se faire repérer à l'odeur sur plusieurs mètres, Lune ne lui dit rien mais lui laissait implicitement le choix.

Pendant ce temps, ignorant d'ailleurs si le trentenaire le suivrait, Lune avisa un petit escalier qui menait vers les hauteurs. Il signala l'encadrement de la porte -dessiné pour des nains ou presque semblait-il.- silencieusement. Chercher les hauteurs étaient toujours salutaires pour quelqu'un comme lui qui se promenait aisément sur les toits, mais à vrai dire, il se demandait si une armoire à glace telle que son compagnon de galère le pourrait. En même temps ils ne cherchaient pas à fuir, pas encore, sinon à évaluer la situation. De là-haut il espérait au moins pouvoir se repérer, savoir où ils se trouvaient: en plein désert certainement, mais où?. Bref, prendre la température, mais vu que le Caporal voulait prendre les décisions, sans animosité aucune, Lune les lui laissait, il faut dire que c'était premièrement une mission assignée à la République. Le Jedi n'était là qu'en soutien, peu ambitieux et peu amateur de gloire, Lune n'allait certainement pas disputer la tête à Korgan. Et puis ils en avaient déjà "discuté" entre "mecs", c'était sans rancunes pour tout à l'heure. N'importe qui aurait perdu les pédales dans un tel lieu, Apollon ne perdait rien pour attendre.

- On vient.

Signala soudain Lune, les oreilles pointées vers l'entrée vide pour peu de temps encore. Cette fois, l'instinct et la Force, en coeur, lui criaient dessus. Le seul souci restait de savoir combien venaient, et s'ils les avaient déjà repéré ou étaient en quête de bières corélliennes et de blagues grasses. Quels types de blagues les adeptes faisaient-ils entre eux? S'ils étaient peu nombreux, Lune pensa qu'ils pourraient les obliger à parler, afin de révéler où se trouvait le coupable de cette mascarade S'ils étaient aussi vaillants que leurs premiers adversaires, c'était largement faisable. Toutefois le Chevalier ne se faisait pas d'illusions non plus, ils avaient surtout rencontrés la masse grouillante, le tapis que foulait l'ex-apprenti Sith. Pour avoir une base ici et sur Nar Shadaa ainsi que quelques points d'influence supposés sur Coruscant, il disposait forcément de moyens et d'une organisation appropriée.

Lorsqu'un homme s'approcha, un seul, le Shistavanéen saisit sa chance. Malgré la carrure cette fois réellement impressionnante de l'adepte, il profita de l'effet de surprise pour lui tomber dessus silencieusement. À défaut de pouvoir le soulever contre le mur, Lune le plaqua au sol, crocs à nu, frôlant presque amoureusement la carotide- tout était dans le jeu d'acteur et la taille des quenottes.-  à cheval sur l'ennemi, il utilisait sans vergogne son aspect sauvage pour avoir l'air davantage menaçant, glacialement silencieux. D'une main, il braquait le faisceau lumineux de la lampe gracieusement offerte par son partenaire dans les yeux de l'adversaire. Toutefois, il attendait les ordres de Korgan. Devraient-ils le pousser à bavarder au risque qu'il avise ses amis ou simplement l’assommer? Quoiqu'il en soit le loup était prêt à fermer les yeux sur certaines méthodes pour l'interroger. À la guerre comme à la guerre. D'un regard il consulta le Caporal. Ce n'était peut-être pas un spécialiste des sectes mais Lune l'était encore moins. Alors à l'humain de décider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korgan Kessel
Militaire
Militaire
avatar


Nombre de messages : 309
Âge du perso : 33 ans
Race : Epicanthix

Feuille de personnage
Activité actuelle: Caporal dans les Forces Spéciales
HP:
93/93  (93/93)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Au fond du trou [pv Lune]   Lun 27 Aoû 2018 - 15:41

J’aurais pu débattre pendant des lustres avec cette boule de poils aussi têtue qu’arrogante. Putain. Depuis quand évoquer sa mère autorise à l’autre à poser des questions sur ses performances sexuelles ?! Aucune respect bordel ! Ces Jedi ne manquent pas de culot !

Ces pensées tournent dans ma tête de longues minutes durant. Ces évidences, il peut se les foutre ou je pense : et je pense sa rondelle pleine de poils, pour ceux qui se le demandaient… J’inspire, expire, garde mon agacement et ma colère pour le prochain adepte qui croisera ma route. Le visage boursouflé sur premier me revient. C’était qu’un gosse. Fait chier. Je déteste buter des gosses… Mais y’a des moments où y’a pas le choix. J’suis pas du genre à faire dans la demi-mesure lorsque ma vie est en jeu. Comme je m’y attendais, l’autre Jedi n’a pas eu le cran de faire de même. J’espère vraiment que son petit tour de magie sera vraiment efficace. Sinon l’autre type pourrait se réveiller et donner l’alerte. Y’a que les cadavres qui ne parlent pas, ne cherchent à vous planter un coup de couteau entre les omoplates.

Bref, j’ai repris les devants. Lampe torches éteintes, histoire de ne pas attirer l’attention. Sauf que la longue toge est tout sauf pratique. Plusieurs fois, je manque de me prendre les pieds dedans, et de m’étaler au sol comme une bonne grosse merde. Le tissu est épais, rugueux. Putain ça gratte cette saloperie… Et je ne parle pas de l’odeur. Si on est encore dans le désert sur Corellia, ça pourrait expliquer pourquoi elle est imbibée de sueur à l’intérieur. Erk.

Enfin, on débouche dans un tunnel plus large, faiblement éclairé, qui donne directement une grande salle commune. Les murs sont les mêmes : vieux, irréguliers, couverts de moisissures qui se nourrissent de la condensation générée par la présence des vivants. Ces fiches ruines ne datent pas de la veille, c’est clair. Un archéologue aurait bandé à ma place… Mais moi, à cet instant, tout ce qui me vient à l’esprit c’est : j’ai faim, soif, et putain, il me faut un gun !

J’avise les restes de repas. Mon estomac grogne. Effet secondaire de la drogue j’imagine : j’ai grave la dalle. Le loup lâche un commentaire, je lui réponds, armé d’un sourire en coin :

« Rien à branler des virus. Si tu savais tout ce que j’ai choppé en mission… Mon dossier médical est plus épais que ton pédigré. »

J’enfourne le sandwich dans ma gueule grande ouverte. Une seule énorme bouchée. Pas de temps à perdre en savoir vivre. Je mâche bruyamment, dégluti, fait descendre le tout en terminant le verre. L’eau a un gout dégueulasse, de javel. Au moins elle est stérilisée. Je me dis de toute façon que si les adeptes la consomme c’est qu’elle est potable. Sinon ils seraient encore plus con que ce que racontait le briefing. Je lâche un petit rôt que j’étouffe du plat de la main, histoire que ses échos ne remontent pas jusqu’aux oreilles de nos geôliers. Putain que ça fait du bien d’avoir un truc dans l’estomac.

« Pas mauvais, même si je suis incapable de te dire ce qu’il y avait dedans… »

Mon ventre grogne encore… Mais cette fois ce n’est plus l’estomac. C’est plus bas. Bordel. Cette putain de drogue est en train de me ruiner les intestins ! Y’a des trucs, dans la vie, qui ne peuvent pas attendre : et bah là c’est le cas ! Je m’élance au pas de course en direction des chiottes, plaque la porte derrière moi, que je referme à double tour, par réflexe. Je soulève ma robe, pose mon séant sur le trône dégueulasse. La cuvette est humide, glacée, certainement recouverte de tout un tas de germe vu l’odeur d'égouts bouchés qui en émane. Je préfère ne pas allumer la lumière pour aviser l’état du machin. Mais voilà : après t’être enrobé toi-même le mollet de merde fraîche, tu ne peux faire comme si quelques taches de cacas séchées qui te frottent les miches te dégouttent hein. Un moment, faut être cohérent avec soi-même ! Je serre les dents. Même pas besoin de pousser : le paquet trouve direct le chemin. Le cargo n’est plus en sortie de piste, il vient de prendre son envol, sans escale. Il s’éclate lourdement sur la faïence, glisse jusqu’au fond du trou. Y’a pas d’eau, c’est genre des toilettes sèches. Mais mon petit doigt me dit que ça n’a rien à voir avec un soucis écolo. Il laisse derrière lui une traînée épaisse… Bref. Je me relève, toujours la robe portée bien haut entre mes mains… Mais je constate alors avec effroi que le dérouleur de PQ est vide. Merde ! C’est le cas de le dire ! Raaah. Je regarde à gauche, à droite. Quedal. La semi-pénombre ajoute au côté glauque des lieux… Il n’y a aucun renfoncement, placard ou autre mobilier ou foutre le PQ en rab. Ces types sont de vrais barbares !

Je laisse tomber ma robe, dégoupille le verrou, passe la tête par l’entrebâillement. Lune n’est plus là. Putain, il a bien choisi son moment pour partir en éclaireur celui-là ! J’avance d’un pas, essaye de serrer les fesses pour ne pas mettre de la merde partout à l’intérieur de ma robe. Dans la salle repos, en plus de la table sur laquelle trônait le sandwich, j’avise une paillasse. Spartiate. Un simple matelas, même pas de couverture ou de coussin. J’approche, pose la main dessus et presse pour l’analyser. Il grince. Des ressorts. Mais probablement noyés dans de la mousse ou du coton. Ni une ni deux, je choppe le matelas à deux mains, enfourne l’un des coté dans ma bouche grande ouverte, et le déchire d’un grand coup de dents. La pousse expansive souple me saute à la gueule. J’en récupère une pleine poignée puis file aux chiottes achever mon œuvre… Et accessoirement : m’essuyer le mollet, aussi.

****

Quelques minutes plus tard,

Je mate l’escalier dégoté par le Jedi. Étroit, en colimaçon, qui remonte rapidement vers les hauteurs des ruines. Je fourre ma tête à l’intérieur. Trop étroit à mon gout. En cas de mauvaise rencontre, il sera impossible de se battre. Fait chier. V’la que je suis partagé entre l’envie de revoir la lumière du soleil, et mon instinct de survie qui me hurle de chercher une autre issue. De plus, on ignore tout des lieux où tes tarés nous ont enfermés. On pourrait être à des centaines de mètres sous terre… Qui sait…

Je m’apprête à sortir un truc, lorsque Lune l’ouvre. Je me fige. Il me faut encore quelques secondes avant de repérer le claquement de bottes dans l’escaliers. Putain, il a raison ! Je me jette derrière une caisse éventrée. Cachette précaire mais qui, dans la pénombre, devrait m’assurer un parfait effet de surprise. Je tourne la tête. Cherche le Jedi du regard. Mais celui-ci s’est déplacé si rapidement que je n’ai aucune idée d’où il se trouve. Ces utilisateurs savent être de vrais fantômes… Pfff. Je lâche un :

« Tu prends le premier… »

A demi-mot, histoire que les échos de ma voix de remontent pas jusqu’à nos visiteurs surprises. Les secondes s’étirent. Longues. Ma tension monte à mesure que l’adrénaline coule dans mes veines. Muscles bandés, je suis prêt à bondir, à tuer… Une première silhouette passe l’encadrement… Et aussitôt une ombre file devant mon champ de vision. L’adepte est plaqué au sol, menacé par des crocs acérés que j’ai, moi aussi, vu très près. Quand je suis mal luné, que j’ai les boules, il m’arrive de faire des conneries… Et insulter un mec disposant d’une telle arme en était une. Je réalise un peu trop tard qu’il aurait pu me trancher la gorge d’un simple claquement de mâchoire s’il avait voulu. Mais bon. Ce moment est déjà loin dans ma tête. J’suis plutôt du genre à vivre dans le présent, sans regarder en arrière.

Je bondis à mon tour hors de ma cachette… Mais quelle frustration, bordel : personne ne le suit. Le type est seul. Tant pis, le prochain prendra pour deux. Je rallume la lampe torche, la file au loup. La lumière dans les yeux, ça met toujours sous pression. Je lui fais signe de ne plus bouger. J’approche encore, me baisse, genou à terre, pour lui parler à quelques centimètres de son oreille.

« Salut beau gosse. Alors on se balade tout seuls dans ces sombres couloirs ? »

Il type s’agite, baffouillé un truc du genre :

« Va… tef… air… outre… »

Mais comme sa gueule est pressée contre la roche humide du sol poisseux, dur dur de piger ce qu’il raconte. Un problème épineux s’offre à moi : si on le relève, il risque d’hurler. Si on le garde comme ça, on pigera rien de ce qu’il raconte… Alors je fais :

« On n’en tirera rien. Arrache-lui la gorge… »

C’est du gros bluff… Le gars se fige une fraction de seconde, avant de se débattre de plus belle. C’est un coriace, le genre de mec qui ne se pisse pas dessus à la première menace. La manière forte ne passera pas aussi facilement. Avec du temps je pourrais lui… le… Mais le temps nous manque. Clairement. Alors, je décide de passer à un tout autre genre de menace, tout aussi efficace que la perspective de se faire massacrer la carotide :

« Tu vois, mon pote, au-dessus de toi… Il est un peu particulier. T’as vu ses crocs ainsi ? Ouais, c’est un putain de gros loup. Mais pas que. C’est aussi un putain de gros loup pédé. Et les petites rondelles comme les tiennes, ça le fait bander grave. J’suis sûr que tu sens déjà sa queue pleine de poils entre tes reins hein. Ouais tu la sens avoue… »

Le mec frissonne, dans son œil à la pupille dilaté, je peux sentir le doute. Haha. Ça marche toujours avec les pédés refoulés. Alors que, bon, entre nous : se faire péter la rondelle, c’est pas ce qu’il y a de pire dans la galaxie hein… Bref.

« Alors, le deal il est simple. Soit tu causes tranquille avec nous. Soit tu te fais trancher la gorge… Mais avant ça t’en prendra plein le fion. Suis-je clair ?! »

Le gars fait un oui de la tête. C’est là que ça devient tendu. Je m’approche encore, passe de l’autre côté, puis demande à Lune de relâcher la pression. Le gars roule sur le coté, se retrouve allongé sur le dos, avec toujours le Jedi à califourchon dessus. Direct, je plaque mon genou sur sa gorge, et presse pour qu’aucun son ne puisse entrer ou sortir. Pratique, sauf que le gars ne peut plus respirer non plus… Bah ouais. Je le laisse poireauter quinze, vingt secondes, qu’il pige bien qui mène la barque, puis je relève le genou de quelques centimètres seulement. Il inspire un grand coup, tousse… Mais ma main plaquée sur sa gueule étouffe tout ce bordel. Lorsqu’il se calme, je le bombarde de questions :

« Qui es-tu ?! On est où ?! Qui dirige ?! Où est la sortie ?! »

Les questions fusent de plus en plus rapidement. Je les répète inlassablement entre deux séances d’étouffement. Le mec panique, tente de répondre à toutes à la fois. Ses mots se mélangent, ils racontent que de la merde… Mais se faisant, sa garde baisse. Il lâche involontairement des trucs importants. Difficile de mentir et de rester cohérent sous pression. La seule vraie technique, celle enseignée dans les forces spéciales, c’est de répéter toujours la même phrase, son numéro de matricule par exemple. Ca a le don d’énerver le bourreau qui se lâche un peu plus… Ouais ça pique, mais ça permet de ne pas dire de conneries. Une pensée me revient. Une séance de torture après ma capture sur Artorias. Les Impériaux m’ont arraché la moitié de la peau du torse pour me faire parler. Les enfoirés… Ils payeront un jour ces fils de pute !

« Desert… Apollon… Etage… derrière… Joël… Corellia… »


Lorsque je le juge assez mur, je ralenti mon flot de parole.

« Qui es-tu ?! »
« Joël Just.. »
« On est-on ?! »
« Corellia, dans le désert de… »
« Qui dirige ?! »
« Apollon, dans la salle du trôn… »
« Où est la sortie ?! »
« En haut ! Faut monter à l’étage ! Derrière la porte, y’a un large couloir vouté ! Il mène à un autre escalier, pour sortir des sous-sols ! J’vous jure ! Je dis pas de conneries ! C’est super simple ! Y’a pas d’autre issue ! »
« Okay… »


Je lui balance mon poing dans la gueule. Sur la tempe. Le mec sombre dans l’inconscience. Je relève la tête vers le Jedi :

« Tu peux refaire ton truc ? Pour le faire dormir… Sinon je le bute. »

Il est encore plus jeune que celui que j’ai tué. Merde, c’est vraiment pas mon délire de torturer des gamins ! Fait chier ! Mission de merde ! Je me redresse, avise l’étroit escalier.

« Bon, ben on dirait qu’on n’a plus le choix… »

Une fois de plus, je prends les devants. La montée est longue, rendue périlleuse par l’état des marches glissantes, usées. La progression est lente et difficile, par manque d’espace. Mes épaules raclent sur les murs… Et enfin, lorsque j’aperçois la lumière des étages supérieurs, que je me dis qu’on y est… Je me retrouve nez à nez avec un autre adepte. Une petite blonde de quinze ou seize ans, pas plus :

« Joël ?! Qu’est-ce que tu foutais ! On t’attend pour… »

Mais la nana pige direct que je ne suis pas son pote. Elle recule d’un coup, hurle comme une démone. Merde ! Je bondis, pour la chopper… Mais faute d’espace suffisante pour me mouvoir correctement, je ne peux que m’accrocher à sa robe d’adepte. Avec une célérité folle, elle s’en défait. Le lourd tissu me retombe sur la gueule. Dernière image : une petite paire de fesses qui filent à vive allure en hurlant que les prisonniers se sont échappés…

« Bordel ! »

Ses cris sont rapidement repris par d’autres. Je me redresse péniblement, me défait du tissu enroulé autour de ma gueule.

« Escaliers de merde ! Il est trop étroit ! J’ai un très… Très mauvais pressentiment… »

Une dizaine de marches nous séparent encore du palier. Mais déjà, le claquement d'une multitude de bottes foncent dans notre direction.

« C’était voué à l’échec ton putain de plan ! Jamais j’aurais pu passer pour l’un de ces foutus adeptes ! C’est qu’une bande de gamins ! »

Je peste, tout en cogitant pour trouver une solution. Si le Jedi avait été devant, peut-être que la situation aurait évolué différemment. Raaah. Je tente de me rouler en boule, pour lui offrir le plus d’espace possible… Mais même comme ça, il ne peut me passer devant.

Raaah. J’envisage en une fraction de seconde tous les plans. Si on monte : on se fera canarder à peine le nez dehors… Si on redescends, on pourrait avoir l’avantage, ils ne pourront nous attaquer à plus d’un de front… Mais ils pourraient aussi nous murer dans les sous-sols et nous laisser crever de faim et de soif… Merde.

A situation désespérée, plan désespéré. Comme je le pense souvent. Il me reste dans ma besace une dernière carte magique. Risqué, mais je ne vois rien d’autre… Je tourne la tête vers le Loup et lui fait :

« Je vais faire un truc chelou, mais tourne pas de l’œil, je sais ce que je fais… »

Aussitôt je soulève ma robe, plonge une main jusqu’à mes burnes. Mes doigts se referment sur celle de gauche. L’aspect est proche de celle de sa jumelle… Mais au touché, elle est plus froide, plus dure. Je tire dessus un grand coup. La peau synthétique s’étire, blanchit, fini par rompre. A l’intérieur de la coque, je ressors une petite charge explosive, ronde.

« Je l’ai perdue sur Gravelex med. Pour déconner, j’ai dis au doc’ de me la remplacer par une grenade… Il l’a fait ce con ! »

Première fois que je l’utilise. L’idée de m’arracher une couille, même une fausse, m’avait toujours filé des sueurs froides… Mais quand y’a pas le choix hein…

Sur le côté, la sphère lisse présente une excroissance. Je presse dessus. Le pourtour s’illumine d’un fin bandeau rouge qui clignote alors de plus en plus rapidement. Dix secondes. Je recule l’avant bras, bandes mes muscle… Neuf secondes… Puis la balance de toutes mes forces vers le palier… Huit secondes… Elle rebondit dessus, contre le mur d’en face, puis disparait de mon champ de vision.

« On dégage ! On dégage ! Si un de ces enfoirés nous la renvoie, faut pas qu’on soit dans le coin ! »

Sept secondes. Je fais volte face, manque de tomber sur le Jedi. Descente au pas de course. Six, cinq, quatre, trois, deux, un…

BOOOOM.

La charge explose. Tout l’édifice vibre sur ses fondations. Des nappes de poussières nous dégringolent sur la gueule. Craquement sinistre de la roche. Je lève les yeux, me jette en avant, entrainant le Jedi avec moi, une fraction de seconde seulement avant qu’un bloc deux fois plus gros que nous, nous écrabouille. Merde ! Roulé boulé dans l’escalier. Plusieurs marches se détachent, nous entrainent dans leur course. Lorsqu’enfin on déboule dans le sous-sol, nous sommes couvert de poussière. L’issue derrière nous est encore moins praticable. Je jure. Bordel ! J’étais à prévoir, mais j’avais espéré qu’un vieux bâtiment en pierre résisterait mieux à une explosion ! Fait chier !

Soudain, les pierres sous nos pieds se fissurent à leur tour. Non ! Je me précipite vers l’unique autre sortie, celle donnant sur la salle de repos… Mais l’issue s’écroule sur elle-même, déchainant une véritable avalanche de pierres de toutes les tailles. Je m’agrippe à ce que je peux… Mais c’est déjà trop tard. Le sol cède, et m’emporte avec lui. C’est la dégringolade, façon toboggan, mais en beaucoup plus violent et flippant. Par miracle, je parviens à ne pas lâcher la lampe torche. Le tout semble durer plusieurs minutes, ou seulement quelques secondes. J’atterris les miches les premiers sur un tas de gravant, manque de m’exploser le coccyx.

« Raaaaah, mon cul, putain ! »

C’est tout ce que je trouve à dire. Rapidement, je me redresse, grimace. Tout mon corps n’est qu’une plaie ouverte. Heureusement que le tissu épais de la robe d’adepte m’a protégé. Il est en lambeaux, dessous ma peau est couverte de coupures bégnines. Je tourne sur moi-même :

« Lune, t’es là ?! »


Je braque la lampe torche dans toutes les directions… Et me fige aussitôt devant un spectacle inattendu.

Un bassin rectangulaire, artificiel. Autour de lui s’élèvent plusieurs colonnes. De grandes arches d’ouvrent sur plusieurs directions, creusée à même la pierre pourtant épaisse.

« On est où là… Si c'est l'enfer, c'est pas aussi flippant que ce que j'imaginais... »

Merde. D’autres structures s’étendent sous le vieux temple. Elles sont incroyablement bien conservées, comme neuve… Même si mon petit doigt m’affirme qu’elles sont bien plus vieille. J’approche d’une colonne, pose la main dessus. Ce n’est pas de la pierre, mais du métal. Ouah…

Une fois j’ai entendu une histoire sur le système Corellia. Un conte pour bonne femmes que je n’ai jamais vraiment cru. Comme quoi tout le système serait artificiel, aurait été créé par une antique race qui aurait tractées les planètes depuis leur position originelles. Des rumeurs courent à propos de la station Centerpoint… Comme quoi son niveau de technologie, pourtant antique, dépasserait de loin tout ce que nous connaissons. Bref des rumeurs. Y’a beaucoup de secrets et de théories du complots là-dessus…

Mais en posant mes grosses paluches sur ces vieux piliers métalliques je me dis : y’a peut-être du vrai là-dedans…

« Lune ?! T’es là ?! J’sais pas où on est tombé… Mais ça date pas d’hier… Je sais pas comment on va faire pour sortir de là… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au fond du trou [pv Lune]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au fond du trou [pv Lune]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Corellia-