La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Galidraan] Le petit Dojo dans la prairie (Darth Noctis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syn Kieffer
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 429
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain (Naboo)
Binôme : Apprenti de Darth Noctis

Feuille de personnage
Activité actuelle: Remet à nouveau le pied à l'étrier
HP:
34/76  (34/76)
PF:
22/64  (22/64)

MessageSujet: [Galidraan] Le petit Dojo dans la prairie (Darth Noctis)   Dim 15 Avr 2018 - 23:48

-Reste.
-Vous êtes sûr ?
-S'il te plaît.

Aussitôt, la charmante twi'lek revint s'allonger près de moi. Dans un élan de tendresse, certainement dû à l'ambiance si particulière qui régnait dans le chalet de bois, j'enlaçai l'esclave entre mes bras, et fermai les yeux, prêt à m'endormir.
Ce n'était pourtant pas mon habitude. Depuis que mon maître m'avait accordé cette semaine de vacances, et avait permis que j'emmène avec moi Lya, un esclave tout à fait à mon goût pour subvenir à tous mes besoins, je n'avais jamais souhaité partagé mon lit avec cette dernière en dehors de mes pulsions charnelles. Ce n'étais pas un aveu de brutalité de ma part, seulement le signe que je voulais établir entre nous un certain rempart, une frontière due à nos statuts différents et inégaux.

Le chalet que mon maître m'avait permis d'occuper, dans cette charmante planète de Galidraan, m'avait permis pour la première fois depuis bien longtemps, de reposer mon esprit, de retrouver une sorte de paix intérieure. La nature y était douce, accueillante. Grâce à Lya, le chalet était propre, vivant, chaleureux. Le climat y était léger, confortable. J'avais trouvé un plaisir immense à vivre quelques temps dans ce petit coin de paix.

Pendant cette semaine, mon quotidien avait été monstrueusement sain : choisir entre la forêt et la rivière qui se tenaient non loin de là, préférant un temps la chasse, un autre la pêche. Je m'évadai enfin de la prison qu'était ma propre violence. J'avais su me retrouver, penser, imaginer.
Cette planète m'avait profondément inspiré. Avant même que je ne la quitte, il me tardait déjà d'y revenir.

Mon mentor avait mis les petits plats dans les grands. Le chalet était assez grand, s'étendant sur trois étages, composé de presque une dizaine de chambres, un salon, une cuisine, et même une large pièce destinée à l'entraînement, où je pouvais chaque jour répéter mes katas. Tout y était décoré, en harmonie avec l'extérieur, les vitres et le bois s'accordant à merveille avec la nature environnant le tout.
Ainsi, l'hapien m'avait prouvé que le sacrifice d'une semaine de sa vie pouvait être un mal nécessaire. Pouvait permettre de devenir à long terme plus productif, plus efficace. Un homme reposé serait sans nul doute plus à même de servir ses desseins.

Or, servir les desseins de mon maître était encore et toujours ma priorité. Depuis quelques temps, mon esprit était en partie occupé par le projet de fonder un petit groupe de fidèle à même d'accomplir les plus sanglantes missions de Darth Noctis.
Je m'étais montré extrêmement sélectif, ne me penchant que sur le profil des fidèles les plus compétents de mon maître. Après ces longues études bien souvent vaines, j'étais parvenu à dégager du lot deux individus véritablement intéressant : un aleena expert en infiltration, et l'un des acolytes qui avaient aidé mon maître dans sa vendetta contre Darth Ombrios.

Je devais non seulement réunir cette troupe de futurs fantassins, mais aussi la former et la diriger. Or, je n'avais encore rien d'un professeur. Bien que ma formation m'aidait petit à petit à devenir plus sociable, plus courtois, je craignais que ma pédagogie soit encore bien loin d'être parfaite.
Au cours de mon séjour sur Galidraan m'était venu un constat réjouissant : y aurait-il un endroit plus propice à la cohésion de groupe et à l'apprentissage ?
M'était rapidement venue l'intime conviction que ce chalet, après quelques travaux d'élargissement, serait un sanctuaire idéal où former une prochaine génération d'assassins Sith prometteurs. Alors que ma semaine de vacances parvenait à son terme, j'avais partagé ce constat avec mon maître, et nous avions finalement conclu qu'il me rendrait visite dans ce fameux chalet pour partager avec moi ce projet d'établissement.

-Syn ! m'appela Lya alors que révisai un nouveau kata dans la pièce aménagée pour l'entraînement, le seigneur Noctis devrait arriver d'un minute à l'autre !
-Bien Lya, invite le à me rejoindre quand il sera arrivé.

J'allais reposer le bâton de bois poli qui me servait à la révision de mes katas sur un meuble prévu à cet effet. La pièce était extrêmement calme, d'une propreté irréprochable. Il en allait de même pour moi. J'étais habillé dans un kimono noir et blanc classique mais élégant, mon habituelle tignasse blanche attachée strictement à l'arrière de mon crâne.
Je m'étais positionné dans cette pièce plutôt qu'une autre afin que Darth Noctis puisse partager avec moi quelques notions élémentaires de la pédagogie, en plus pourquoi pas de nouvelles compétences. A moins qu'exceptionnellement, il ne cherche à mettre à l'épreuve mes compétences de bretteur et de professeur, en prenant lui-même une arme en main.

Lorsque finalement, je perçus la présence obscure du hapien, je vins me placer au centre du tapis recouvrant le sol de bois de la vaste salle d'entraînement, et je m'agenouillai en son centre. Finalement, la grande porte coulissante s'ouvrit sur la silhouette majestueuse du seigneur Sith, toujours vêtu avec le même raffinement. Comme à son habitude, son charisme et sa puissance s'imposait silencieusement tout autour de sa personne.
Sans plus attendre, je le gratifiai d'un solennel :

-Je vous souhaite la bienvenue, maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Noctis
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 108
Âge du perso : 33 ans
Race : Hapien
Binôme : Maître de Syn Kieffer

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
110/110  (110/110)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Galidraan] Le petit Dojo dans la prairie (Darth Noctis)   Lun 16 Avr 2018 - 12:50

— T’as une drôle de conception du repos, dis donc...

Comme toujours lorsqu’ils n’étaient qu’entre eux, et qu’aucune oreille étrangère ne pouvait les surprendre, le ton de Venenous était beaucoup plus familier. L’ancienne Jedi, les bras croisés, sur le pas de la porte, contemplait la chambre holographique au milieu de laquelle se tenait son maître, beaucoup trop légèrement vêtu pour la décence élémentaire, comme à son habitude, mais surtout environné d’innombrables projections d’équations, de rapports industriels, de lettres diplomatiques et de brèves politiques.

— J’ai dormi jusqu’à six heures.
— La grasse matinée, quoi.

Noctis hocha distraitement la tête. Ceux qui le connaissaient pas et se faisaient sur son compte un avis bâti sur la seule réputation de coureur de garçons, de beauté fatale et de politicien aguerri mais pacifiste le prenaient souvent pour un homme frivole que sa lascivité poussait à toutes les négligences. Ils étaient loin de s’imaginer la rigueur presque inhumaine de ses journées, où les entraînements, les études, les exercices mystiques et physiques, l’écriture et la réflexion, l’emportaient presque toujours sur les plaisirs.

Ainsi, s’il avait conseillé à Syn de prendre un peu de repos, lui-même n’avait passé que quelques heures en compagnie de l’un de ses amants, avant de se plonger dans l’un des projets qu’il avait repoussés depuis un certain temps : une évaluation substantielle de la situation interne de l’Empire, sur le plan économique et financier. Ses conclusions n’étaient pas optimistes. L’état des lieux n’était pas catastrophique mais il y avait tout à craindre, selon lui, que le temps et l’énergie qui n’étaient pas employés à faire émerger une véritable cohésion institutionnelle et économique mais à fournir aux efforts continuels d’une guerre d’extension finiraient par précipiter l’effondrement d’une mégastructure insuffisamment renforcée pour pouvoir se maintenir d’elle-même.

— Le croiseur est prêt.
— Excellent, merci. Et Antara ?
— En chemin. Un rapport préliminaire.

Darth Venenous lui tendit un petit disque contenant les informations essentielles concernant l’évasion de la Sith et la fin de l’opération sur Belsavis. Quelques années auparavant, une Sith qu’il ne connaissait pas encore, une scientifique du nom d’Antara, avait formé seule le projet de s’infiltrer dans la Tombe, la fameuse prison rakkata, pour se plonger dans l’esprit des criminels millénaires qui y étaient maintenus là en stase. Scientifique habile et créative, Antara manquait du sens de l’organisation et des infrastructures nécessaires à un projet d’envergure et Noctis avait, deux ans plus tôt, réussi à la convaincre de rejoindre ses rangs.

Celle-ci s’était finalement laissée capturer, pour échouer dans la Tombe où, grâce à des complicités intérieures, elle avait pu mettre son plan à exécution, avec que Noctis n’emploie Harmonia, la société de Naboo qu’il avait acquise grâce à la première mission de Syn, pour orchestrer une évasion, qui avait servi à la fois de test pour une arme bactériologique, élaborée grâce aux informations que Madigan, un contrebandier dévonarien engagé dans l’Espace Hutt, avait fait passer pour lui à travers les frontières républicaines.

Toutes les pièces de cette machination complexe — de cette série de machinations imbriquées les unes dans les autres, plutôt — s’étaient emboîtées à la perfection et il en tirait une fierté certaine mais il n’oubliait pas, dans le même temps, qu’il n’aurait pas toujours cette bonne fortune et que le succès d’un jour ne devait pas endormir sa vigilance pour le lendemain. Sur le chemin qui le menait à Galidraan, il étudia donc avec soin le rapport composé par Antara et remis par Venenous.

Ce fut plusieurs heures plus tard qu’il fit son apparition dans la salle d’entraînement de son Apprenti. Il sentit immédiatement que le repos avait beaucoup profité à Syn. Ce n’était pas une surprise. Tumultueux et torturé, le jeune homme l’était certainement, mais Noctis avait été persuadé très tôt que le tempérament de Syn avait beaucoup mûri au fil des épreuves et qu’il ne lui manquait plus qu’un guide susceptible de développer les aspects de sa personnalité auxquels on s’était montré trop peu attentif et de lui offrir des opportunités de s’adonner à des tâches plus complexes, plus sociales et plus méditatives. Or, de jour en jour, Syn réussissait de mieux en mieux.

L’Hapien fit signe au jeune Sith de se relever.

— Vous avez l’air de vous porter fort bien. Lya a aussi l’air de se porter fort bien.

Il eut un sourire entendu, qui suggérait que Syn avait pleinement joui de la compagnie de la jeune esclave.

— La douceur et même la tendresse sont essentiels au plus féroce des guerriers. Elles contribuent à transformer la machine à tuer en homme et elles donnent à l’héroïsme une raison supplémentaire de s’exprimer. Ceux qui disent que les affections de ce genre amollissent l’âme sont ceux dont l’âme est trop faible pour en tirer une occasion supplémentaire de s’élever. Tout combattant médiocre que je sois, je me suis lancé à l’assaut de forteresses pour les yeux d’un bel esclave et je n’en suis ressorti que plus aguerri.

Il n’empêchait que les passions amoureuses de Noctis étaient pour lui la source de bien des difficultés politiques, surtout avec les militaires impériaux. Naturellement, comme la préférence de Syn allait aux femmes, il était peu probable que son Apprenti fût en butte à la même hostilité.

— Tout cela pour dire que vous avez bien fait. Si le chalet vous a plu, j’espère que vous accepterez de le garder. En signe de ma reconnaissance.

L’Hapien retira ses chaussures et ses chaussettes pour avancer pieds nus sur le tatami.

— Vous savez que malgré tout, je passe généralement deux heures par jour, sabre à la main, à répéter ce qu’on m’a appris. Parfois, je me demande si cette obstination est vraiment utile. Voilà bien des années que je n’ai pas fait le moindre progrès en la matière.

Il avait le niveau d’un Chevalier Jedi lambda, au sabre laser, et ce n’était pas si mal, mais le temps qu’il passait à entretenir ses réflexes en la matière lui paraissait de plus en plus du temps perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syn Kieffer
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 429
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain (Naboo)
Binôme : Apprenti de Darth Noctis

Feuille de personnage
Activité actuelle: Remet à nouveau le pied à l'étrier
HP:
34/76  (34/76)
PF:
22/64  (22/64)

MessageSujet: Re: [Galidraan] Le petit Dojo dans la prairie (Darth Noctis)   Mar 17 Avr 2018 - 21:42

-Nous avons pris soin l'un de l'autre, répondais-je avec un sourire entendu.

En ces lieux si paisibles, dans cette atmosphère si propice au développement intérieur, les conseils de mon maître, sa vision de la tendresse et de l'affection, avait quelque chose d'encore plus profond.
Sur une planète comme celle-là, si éloignée de la violence et la froideur régnant partout dans l'Empire Sith, les propos eux-mêmes de mon mentor, si atypiques parmi les hommes de son rang, avaient quelque chose d'encore plus convaincants.

-Je ne sais pas de quoi je serais capable pour une femme. Mais pour le peu de vrais amis que j'ai, je serais capable de braver tous les empires de la galaxie !

Bien que mon maître l'avait déjà plus ou moins sous-entendu, le fait de savoir que désormais, ce chalet serait mien me fit un plaisir immense. Peut-être aurais-je alors l'opportunité de vivre encore bien des semaines comme cette dernière.
Mais les desseins que je nourrissais à l'égard de cet endroit étaient désormais bien plus larges que de simples vacances. Maintenant que ce lieu était ma propriété, sans doute pourrais-je mettre profit une partie de mes économies à l'aménager pour le rendre plus approprié à la formation de nouvelles troupes de fidèles du seigneur hapien.

-Merci beaucoup maître, c'est un présent magnifique.

Lorsque mon maître monta à son tour sur le tatami, je me retournai pour aller décrocher deux des barres de bois poli, dont les proportions avaient été travailler pour ressemble sensiblement à celles d'un sabre laser. Amusé, entreprenant, j'effectuai quelques jongles avec l'une de ces barres, puis m'approchai de mon maître pour lui tendre la seconde :

-Tenez, lui disais-je.

Lorsque l'imposant philosophe se fut muni de l'instrument, je tournai les talons et reculai de quelques pas. Darth Noctis et moi ne nous étions jamais entraînés ensemble au sabre laser. Ce dernier était davantage porté sur l'intellectualisme dans tous ses domaines, et semblait exceller dans chacun d'eux. Cette excellence intellectuelle, dont j'avais tout à apprendre, avait pris une place essentielle dans la formation que me prodiguait mon maître, à un tel point que les arts martiaux et militaires avaient pris une place secondaire, d'abord car l'hapien ne s'y intéressait pas outre mesure, d'autre car j'y avais déjà acquis une solide expérience.

-S'imposer une telle routine est le signe d'une rigueur qui paie toujours maître. Mais me permettriez-vous d'évaluer vos acquis ?

Sur ce, mes mains se placèrent mécaniquement à l'une des extrémités de l'arme d'entraînement, adoptant une prise serrée, raide. Mes jambes suivirent tout aussi mécaniquement le mouvement, se disposant l'une derrière l'autre, la gauche légèrement inclinée vers l'avant. C'était ma jambe d'appui. De solides appuis, bien que cela pouvait paraître basique, était essentiel dans un affrontement. Sans eux, impossible de repousser un adversaire agressif. Sans eux, impossible de prendre l'ascendant sur un adversaire plus passif. Négliger ses appuis était une faute grave, et ce genre d'erreur pouvait se payer lourdement, très vite. Cela avait été le cas pour ce padawan que j'avais terrassé sur Félucia. Une seconde de négligence lui avait coûté la victoire.

-J'ajouterais que je vous ai vu à l'oeuvre sur Serreno. Vous n'avez pas démérité !

Mon maître, dans toute sa dimension humaine, était aussi quelqu'un d'assez humble. Certes, il ne serait peut-être jamais un bretteur renommé, cependant, étant donné ce qu'il avait été capable d'accomplir face aux mercenaires nautolans que nous avions rencontré sur Serreno, il n'avait pas à rougir de son niveau.

Voulant enfin entraîner mon mentor dans une valse d'échauffement, je m'élançai en avant, insistant sur mes appuis et portant un coup basique au hapien, dont le rythme et la précision avait quelque chose de plus scolaire que martial. Je voulais simplement commencer doucement, jauger ses capacités. J'augmenterais la cadence de frappe et élèverait le niveau au fur et à mesure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Noctis
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 108
Âge du perso : 33 ans
Race : Hapien
Binôme : Maître de Syn Kieffer

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
110/110  (110/110)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Galidraan] Le petit Dojo dans la prairie (Darth Noctis)   Hier à 18:20

Noctis attrapa le bâton que son Apprenti lui tendait.

— Evaluez tout ce que vous voulez, consentit l’Hapien, mais vous risquez fort d’être déçu.

S’il lui arrivait de rester évasif sur son rapport au sabre quand il évoluait à l’extérieur de son cercle de fidèles, parmi les siens, Noctis n’avait pas la même pudeur. D’abord, elle aurait été contre-productive : il était beaucoup plus prudent que ceux qui le protégeaient fussent avertis de ce genre de faiblesses pour prendre les mesures qui s’imposaient. Ensuite, elle était une invitation salutaire à l’humilité. Noctis était indubitablement fier de ses exploits, et orgueilleux à sa manière, comme beaucoup de Siths, mais, élevé par les Jedis, il avait conservé une méfiance de principe face aux égos trop pleins d’eux-mêmes et se rappeler régulièrement sa médiocrité au sabre lui permettait de descendre de son propre pied-d’estal.

L’Hapien se débarrassa de son lourd manteau qu’il avait revêtu pour combattre la fraîcheur de Galidraan avant de retirer un pull de laine rare. Dessous, son débardeur laissait voir la musculature solide et harmonieuse que Syn lui connaissait mais les exercices que l’Hapien s’imposait répondaient d’abord à une logique spirituelle puis à des préoccupations esthétiques. S’il se musclait, c’était pour s’astreindre à régime physique constant et rigoureux, qui domestiquait le corps et l’esprit. Et, bien sûr, il s’en servait pour entretenir sa beauté.

Les premières passes d’armes ne furent pas risibles au demeurant. Noctis avait malgré tout les mouvements fluides et aisés d’un Jedi bien entraîné, qui n’avait pas abandonné sa pratique, malgré son peu d’attrait pour la discipline. La souplesse et la maîtrise du corps qu’il cultivait surtout avec ses amants n’étaient toutefois pas sans pertinence sur un tatami.

Ses gestes témoignaient d’assez peu de variété mais d’une maîtrise honorable de ce sur quoi il s’était concentré, à savoir principalement le Makashi et le Niman. Il était évident que, comme il l’avait fait avec les mercenaires nautolans, il suppléait le plus souvent ses limitations techniques par l’usage de la Force mais, ce jour-là, il s’en abstint naturellement, pour que Syn eût une idée exacte de ce dont il était capable.

Il y avait au moins quelque chose d’exceptionnel dans les performances de l’Hapien et c’était qu’il ne fatiguait pas facilement. Son endurance était tout aussi saisissante que sa résistance à la douleur et la finesse de ses traits délicats n’annonçait rien de la solidité redoutable de son corps. Mais cela ne suffisait certes pas à l’emporter et, à mesurer que les enchaînements devenaient plus complexes et dépassaient ce que le Conseil Jedi attendait de tout Chevalier pleinement indépendant, l’Hapien se faisait rapidement dépassé.

La première fois qu’il fut désarmé, il se contenta d’un « reprenons », et ainsi de la deuxième, et de la troisième. Tout le talent du monde ne valait rien sans l’obstination et la volonté de se plier à des exercices fastidieux. De la même manière que Noctis s’astreignait aux lectures interminables des rapports économiques des quatre coins de la Galaxie, il était prêt à répéter les mêmes exercices autant de fois qu’il jugerait être capable d’apporter quelque chose de nouveau, pour que Syn eut une idée aussi informée que possible de ses aptitudes.

L’évaluation dura donc un long moment, avant que, désormais à nouveau, Noctis ne lève la main pour y mettre terme. Il était en sueur mais sa respiration était encore régulière.

— Je crains de ne pouvoir faire mieux.

Endurance mise à part, sa performance n’avait rien eu de spectaculaire, sans être toutefois parfaitement déshonorante. Simplement, elle était un peu scolaire, consciencieuse sans aucun doute, mais limitée, et contrainte par une puissance de frappe toute relative, absolument disproportionnée au regard de ce que son physique athlétique pouvait laisser espérer.

— Mon Maître au sein de l’Ordre était un diplomate. Et un Neti. Autant dire que l’entraînement d’un humain au sabre lui échappait dans une large mesure. J’ai suivi les cours des maîtres d’armes du Temple, comme les autres Padawans, et c’est ce qui m’a permis d’acquérir un niveau suffisant, mais au-delà de ça...

Darth Venenous, très fine lame elle-même, ne lui avait jamais proposé d’entraînement, convaincue que son maître s’en désintéresserait et Oblivion, de son côté, s’était toujours jugé indigne d’enseigner quoi que ce soit au Seigneur Sith.

— J’aurais pu rechercher activement de nouveaux professeurs, il est vrai, mais enfin, on s’installe facilement dans sa routine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Galidraan] Le petit Dojo dans la prairie (Darth Noctis)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Galidraan] Le petit Dojo dans la prairie (Darth Noctis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-