La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Mar 14 Nov 2017 - 13:47

La mise en place de son plus vaste dessein obligeait El Masaari à préparer le terrain. Il n’était pas question de lancer un assaut sur les forces restantes de Borenga sans prendre les devants et s’assurer certaines conditions de victoire. Certes, depuis la mort du Hutt, Dennogra et l’ensemble des mondes qui avaient jadis constitué son Kajidic se trouvaient en roue libre et s’autogéraient comme ils le pouvaient.

El connaissait l’importance d’agir le plus vite possible, car d’autres vautours profiteraient à coup sûr de la situation de faiblesse dans laquelle se trouvait à présent cette partie de l’Espace Hutt. Les anciens mercenaires de Borenga, contrôlant les places d’importance, pouvaient rejoindre à n’importe quel moment un autre clan hutt. Il fallait donc passer à l’action, mais malgré tout préparer cette opération d’envergure.

Et El s’en serait bien passé lorsque son vaisseau entra dans l’atmosphère de Jabiim, balayé par les vents incessants et la pluie battante de la planète. Mais Jabiim était d’une importance stratégique de premier plan dans cette partie de la galaxie. Située sur la Route Commerciale de Triellus, elle était le point d’entrée principal du Kajidic Kossakii et contrôlait donc les passages des vaisseaux dans le secteur. Et bien qu’il aurait sans nul doute préférer lancer un assaut direct sur Dennogra, El s’était résolu à prendre en compte cette donnée stratégique. D’autant plus qu’il ne possédait pas encore de tous les moyens pour mettre le siège sur l’ancien monde-capitale de Borenga. Contrôler Jabiim lui assurerait néanmoins un passage protégé et sécurisé. Il tâchait de garder cela à l’esprit pour se détacher des conditions météorologiques atroces de la planète…

A ses côtés se tenait Gaïs Ajkar, le commandant de ses troupes mercenaires. Ne disposant pas encore d’un soutien armé de l’Empire, El avait emmené avec lui ses propres hommes, qui le suivaient depuis longtemps. Les effectifs n’étaient pas forcément très élevés, mais El ne doutait pas un instant de leur qualité. Ils seraient par ailleurs soutenus par un escadron de chasseurs et, si besoin, par le feu d’appui de la corvette. Face aux maigres forces restantes qui tenaient l’ancienne base de contrôle de Borenga, cela devrait suffire. D’autant plus que le Jedi noir ne resterait pas les bras croisés.

Secoués de toutes parts par les bourrasques et la pluie, le vaisseau parvint difficilement à se poser à distance raisonnable de l’objectif. Vu la météo extérieure, il n’était pas difficile de se dissimuler alentours, mais il y avait fort à parier que les radars avaient malgré tout remarqué une arrivée. Pour autant, rien ne laissait présager d’une attaque imminente. El misait sur l’effet de surprise et un assaut rapide.

Conformément aux instructions qui avaient été données, les hommes se préparèrent juste avant de toucher terre. A peine le vaisseau posé, les portes de la soute s’ouvrirent. Ils mirent tous les pieds dans la boue qui recouvrait la surface de la planète et progressèrent – difficilement – vers l’objectif désigné. La station de contrôle émettait quelques timides lumières au loin, grandement masquées par les pluies diluviennes qui ne cessaient de fouetter El et ses hommes.

Au fur et à mesure de leur avancée, les troupes se dispersèrent en groupes distincts, dans le but de mener une attaque coordonnées en différents points. Un assaut rapide et implacable, les défenseurs seraient alors vite submergés. Du moins pour les défenses extérieures. La progression à l’intérieur de la base serait sûrement sujette à une résistance acharnée, ce qui ne faisait pas peur à El. Au contraire, une telle perspective le réjouissait plutôt. De l’action pure, voilà ce qu’il préférait.

Mais alors que ses hommes prenaient peu à peu leurs positions en restant à couvert pour ne pas se faire repérer, El sentit une présence. Une présence familière. Et pas forcément la bienvenue. Car il la reconnait presque immédiatement, et leur dernière rencontre ne s’était pas forcément très bien déroulée, loin de là. El avait à l’esprit cette menace invisible et glaciale et comme alors, El sourit sous son masque.

« Velvet. »


Dernière édition par El Masaari le Jeu 30 Nov 2017 - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Jeu 16 Nov 2017 - 21:15

Jabiim. Une pluie diluvienne s’acharne sur la vitre de mon cockpit, réduisant ma visibilité à son strict minimum, alors que mon appareil vacille sous les vents hurlants. Les voyants virent les uns après les autres aux rouges, et une avarie se signale subitement sur l’aile bâbord. Je grimace, cherchant à percer l’épais rideau d’eau d’un regard pour évaluer les dégâts externes. Mais je ne vois rien, rien d’autre que cette mousson s’écrasant en gerbe comme l’on verse des seaux, et en contre-bas, les lueurs diffuses d’une rampe d’atterrissage.

« Bienvenue sur Jabiim ! » râlais-je en entrant un code d’identification piraté avant de manœuvrer pour un atterrissage difficile.

Entrer sur Jabiim, quoique ce soit déjà une épreuve, n’est qu’une étape. Si les informations de Fantôme sont exactes, les entrepôts regorgent de matériels neufs et absolument nécessaires à la colonie, ainsi que d’un non négligeable stock de consommables et d’armement. Privilégiant une fois de plus, une approche d’infiltration, qu’une attaque frontale malgré le personnel de la base fortement réduit depuis mon exécution de Borenga, je m’extirpe de ma navette, le visage dissimulé sous un foulard crasseux, le tatouage sous mon œil estompé par le prodige du maquillage, la démarche chaloupée et le blaster à la taille.

« C’est toi qui apporte le ravitaillement »

« Ouais. » crissais-je en dénaturant ma voix.

«  Bon ok, les gars, on se bouge le fion, faut décharger ce vaisseau ! Vous, il me faut votre manifeste. »

Le hangar s’active, fourmille, et une dizaine d’humains s’empressent de décharger les caisses de ma soute, sans s’imaginer un seul instant qu’elles ne contiennent que des pierres. Je devrais me satisfaire que le stratagème que Ragda et moi avons mis au point fonctionne… Pourtant… Il y a comme un avertissement palpitant dans la toile éthérée de la Force, comme une légère vibration, une alarme ténue et vivace. Je me fige, inspirant l’air vicié de poussière, le regard perdu et mes sens en éveil. Puis soudain, dans les hurlements lugubres du vent, je le ressens, je le devine, une silhouette évanescente et funeste se découpant par-delà le brouillard de mon aveuglement.

El Masaari.

Je saurais reconnaitre entre toute cette aura, cette présence. Un sourire carnacier s’étire sur mes lèvres en promesse et mes pupilles s’effilent des combats à venir. Oui… parce qu’il nous faut vider notre querelle, parce que je ne peux pardonner sa traitrise à mon encontre, parce que mon être entier réclame le droit de lui faire comprendre qu’on ne me double pas impunément.

« Le manifeste ! » grogne le gradé, agacé.

« Vous êtes attaqués… sonnez l’alerte… » répliquais-je, hypnotique, usant de la Force sur sa volonté jusqu’à ce qu’il cède et sonne l’alarme dans la base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Ven 17 Nov 2017 - 16:16




L’alarme se mit faiblement à retentir par-dessus le bruit permanent du vent et de la pluie battante. El regarda promptement les hommes qui se tenaient à ses côtés. Impossible que lui-même ou que l’un d’entre eux se soient fait repérer. Si une erreur avait été commise, elle venait d’un autre groupe. Toujours à couvert et invisible aux yeux des maigres défenses de la base, El savait qu’il lui fallait faire vite car le temps leur était compté avant que les défenseurs ne se mettent pleinement en position. El sortit son comlink et parla fortement pour se faire entendre de son interlocuteur. Cette planète était vraiment une plaie…

« Ajkar ? Qui est l’imbécile qui nous a trahis ? Que je m’occupe de lui personnellement ! »

« Personne, Seigneur. » répondit le commandant, son signal quelque peu brouillé par les perturbations météorologiques. « Il semblerait qu’ils aient été avertis de notre arrivée, sans que l’on sache vraiment comment… Quels sont les ordres ? »

El avait lui sa petite idée de qui avait bien pu les avertir… S’il avait pu la sentir dans la Force, l’inverse était une certitude également.

« On s’en tient au plan initial, la résistance ne sera qu’un peu plus sérieuse que prévu. Masaari, terminé. »

Le Jedi noir nota à peine la confirmation de son second et s’élança à la tête de sa section. Sans les voir, il savait que les autres divisions en faisaient de même, avançant lentement mais irrémédiablement vers leurs objectifs propres. Personne ne fonçait tête baissée, car même si la victoire leur était pratiquement acquise de par leur supériorité numérique, El préférait – s’il le pouvait – garder un maximum de ses gars vivants. Quant à Velvet, il s’en chargerait personnellement.

En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, les troupes d’El arrivèrent à portée du tir ennemi, mais les intempéries masquaient encore en grande partie leurs déplacements. Tant et si bien que se furent eux qui décidèrent quand ouvrir le feu, et bientôt apparurent un peu partout des tirs de blasters rouges et verts, apportant un peu de lumière à cet environnement si fade.

Le premier périmètre défensif de la base n’avait été d’aucune utilité et les mercenaires d’El avait aussitôt fait de détruire les quelques canons qui en faisaient partie. Les combats étaient plus âpres aux abords immédiats de la station, les échanges de tirs plus nourris. L’objectif de Gaïs Ajkar était la source d’alimentation de la station, trois autres groupes avaient pour but de pénétrer les lieux à divers endroits pour occuper la garnison. Le Jedi noir et les siens se dirigeaient eux vers l’entrée principale et le centre de communication.

Sa lame rouge sortie, El était un point de repère facile pour les hommes qui le suivaient. Elle constituait également un très bon moyen pour se frayer un chemin à travers l’acier et le béton. Mais elle en faisait aussi une cible de choix pour les défenseurs adverses. Toutefois, les tirs de suppression de sa section se révélaient efficaces et El parvenait sans trop de mal à dévier les quelques tirs qui venaient dans sa direction. Méthodiquement, ils avançaient tout en éliminant les poches de résistance. Le Jedi noir leur tombait bien souvent dessus avant même qu’ils aient eu le temps de le voir venir. Le corps-à-corps, c’était vraiment ce qu’il préférait.

Après une nouvelle échauffourée, El stoppa la progression de son groupe d’un geste et reprit son comlink le temps de refaire un point avec son second. Celui-ci lui indiqua que l’ensemble des groupes progressait à son rythme vers les objectifs donnés. La première partie du plan fonctionnait comme il l’avait prévu : les défenses extérieures n’étaient pas suffisantes pour empêcher un assaut rapide et précis.

Mais cela ne restait qu’une partie d’échauffement – non pas de plaisir à cause de la pluie et de la boue – qui n’attendait que son point d’orgue lorsque Velvet montrerait le bout de son nez. En attendant, El sentait sa présence de plus en plus forte sans pour autant se détourner de son objectif premier. Il était là dans un but précis et ce n’était pas la rancunière Jedi qui allait l’en détourner. D’ailleurs, il se demandait bien ce qu’elle pouvait faire ici elle aussi…


Dernière édition par El Masaari le Jeu 30 Nov 2017 - 13:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Lun 27 Nov 2017 - 20:03

L’alerte retentit. Stridente. Funeste. Glas d’un devenir sombre pour la station de contrôle et ses hommes. J’observe un instant le ballet usité des gardes, de leurs armes et des commandements qui fusent au rythme des bottes sur le sol. En un instant, il ne reste rien de l’apparente sérénité et du calme, juste de l’agitation et de l’effervescence contre un ennemi encore invisible.

« Velvet, c’est quoi ce bordel ! » m’interpelle Dax en me tirant de ma rêverie inopportune.

« Un imprévu… récupérer le matériel va être plus compliqué que prévu. Vois ce que tu peux prendre, mais fait au plus vite, on risque de se retrouver au beau milieu d’un champs de bataille très rapidement. »

« Tu ne m’aides pas ? »

« Non. Je veux que tu embarques ce que tu peux, et dès que ça se met à chauffer, tu files d’ici avec la navette. Compris ? »

« Et toi ? Je te laisse en plan ? »

« Tu te mets en sécurité, et tu attends mon contact. Si je n’ai pas repris les communications dans … 3heures, tu rentres à Boz Pity pour faire ton rapport. »

« Bah voyons ! »

« Ce n’est pas une demande Dax, c’est un ordre. Ne m’oblige pas à devenir désagréable. »

Il lève les mains devant lui, en signe de réédition.

« Ok. C’est bon… comme tu veux… »

Il n’y eu pas longtemps à attendre, avant que ne résonnent les premières explosions, dévorant l’enceinte extérieure jusqu’à délivrer aux assaillants un passage. On ne peut présumer de l’issue d’une bataille avant que le dernier homme ne touche le sol et que l’ultime salve ne soit tirée, pourtant je doute que les soldats, en dépit du matériel et de leur entrainement, résistent durablement aux mercenaires s’infiltrant déjà dans les failles béantes de la sécurité. Cet endroit, chausse-trappe, souricière, nasse, quel que soit le nom qu’on peut lui attribuer, referme déjà ses griffes mortifères sur eux, sur moi. Stratégiquement, je ne suis pas à mon avantage, malgré les Ombres dont je me drape, malgré ma présence que je dissipe sous la toile de la Force jusqu’à ce qu’il ne reste de moi, que l’évanescence d’un souffle, et le feu d’un regard dissimulé.

Plusieurs groupes… plusieurs objectifs… mais le serpent ne s’agite plus si sa tête tombe … et mes pas s’en vont à la rencontre de cette lame fratricide dont je ne doute du carnage qu’elle abandonne derrière elle. Et, je me mêle à une poignée de soldats, retranchés derrière les lourdes portes attenantes au centre névralgique des communications, comme un dernier rempart contre cette invasion. Les comlinks grésillent frénétiquement les rapports alarmants, les cris et les ordres. Sur les crosses de leurs armes, les mains sont moites, les regards plein d’appréhension et de peur. Et, lorsque la pointe rubescente d’un sabre pointe au travers de la porte pour la faire céder, les respirations cessent. Un instant. Comme un flottement. Comme si cesser de respirer pouvait arrêter le temps ou la progression de cette lame jusqu’au système de verrouillage. Mais c’est là un espoir bien vain…

Le métal crisse et cède brutalement. Les portes s’ouvrent, déversant le feu des assaillants contre les barricades énergétiques des défenseurs. Et, en cime de ce déferlement de violence, il apparait, de cape et de masque, sombre sous le rougeoiement de son épée. Je doute qu’il me perçoive sous la trame invisible de mon voile, pourtant je contracte mon aura, par reflexe et m’insinue lentement, méthodiquement jusqu’à lui sous la mitraille et les fumées des grenades flash. El Masaari est de ces hommes qui rugissent au cœur de la bataille, vole au cœur de la tourmente, et non de ceux qui observent froidement du haut de leur place protégée les morts s’aligner. Un homme de corps à corps, au dégainé éclair, à la précision mortelle. Et, alors qu’il s’élance, passant si près de moi que sa mante frôle ma cheville, je le contourne, prend à revers les quelques hommes qui l’accompagnent.

L’isoler… d’abord…

J’apparais, fulgurante. Vif argent. Bondissant sur le plus proche de ses mercenaires, pour n’être visible que lorsque la lame de ma dague s’enfonce dans la chair de son cou. Et les mouvements me viennent naturellement, d’une main je saisis le cadavre devenu bouclier alors que ma dague s’envole de l’autre pour se figer dans une orbite avec un chuintement affreux, couvert par le grésillement des blasters. Et de deux. L’hécatombe est parallèle et ceux qu’il fauche chez les défenseurs, se jumellent à ceux qui expirent sous mes attentions. Les vies tombent, les corps s’effondrent dans le fracas des lasers et des cris, jusqu’à ce qu’un silence mortuaire s’installe. Et là, sur les gravats de l’escarmouche et des cadavres encore fumants, s’opposant, s’affrontant, en sœurs fratricides, nos silhouettes se défient.

« El… » commençais-je, hivernale, acide, déployant la longueur de mon sabre rougeoyant. « Auriez-vous abandonné la laisse de votre nouvelle maitresse, ou fomentez-vous encore quelques traitrises dont vous avez le secret ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Jeu 30 Nov 2017 - 13:37

Ces fous qui croyaient pouvoir l’arrêter avec une simple porte blindée. Comme si un tel aveu de faiblesse allait pouvoir empêcher El et ses hommes d’atteindre le centre des communications, c’était pitoyable. Enfin, la résistance avait été légèrement plus acharnée que prévu, mais comme il l’avait programmé, rien ne pouvait entraver la progression des mercenaires dans le complexe. Cette porte ne ferait pas exception au reste. Plongeant son sabre au cœur du panneau de métal, El faisait fondre l’acier et les circuits qui le parcouraient de part en part. Tôt ou tard, le système de verrouillage ne serait plus qu’un amas de ferraille fondue. Et comme un symbole, c’était aussi le courage et la vaillance des défenseurs qui s’évanouissait comme neige au soleil.

Un bruit léger et insignifiant, à peine audible au milieu des cris et des explosions qui secouent la base, indique à El que son entreprise a réussi. Donnant un coup sec de son sabre sur le côté, il ouvre ainsi le dernier rempart des assiégés au feu de ses propres troupes. De plus timides tirs de blasters tentent de riposter tant bien que mal, mais il est déjà trop tard. Et au fond d’eux-mêmes, les derniers défenseurs le savent parfaitement : rien ne pourra les sauver. Trop rapide, trop agile, El est insaisissable pour ceux qui essayent encore de le prendre pour cible. Car le guerrier a fait du corps-à-corps son atout majeur au cœur de la bataille, aussi prend-il le soin de s’approcher au plus près de ses ennemis, ne leur laissant ainsi pas le temps de riposter.

Mais tandis que la masse des défenseurs diminuent drastiquement, El sent les tirs d’appui faiblir également dans son dos. Et quand il vient finalement à bout du dernier survivant, El ne peut que constater le carnage qui vient d’avoir lieu. Mais plus surprenant encore, ses propres hommes ont eux aussi été victimes et ont rendu l’âme jusqu’au dernier. Un lourd silence recouvrait à présent la pièce, un silence sourd dans cette atmosphère sanglante. S’avançant hors de la brume des gravas et des corps fumants encore chauds : Velvet.

El et la Jedi se toisent ainsi quelques instants, comme un défi. La Mirialane vient d’exécuter l’ensemble de son unité sans qu’il ne l’ait sentie, trop emporté dans sa danse meurtrière. Mais l’excitation de ce nouveau combat l’emportait sur le reste, et comme une réponse, Velvet fit jaillir la lame rouge de son arme.

« El… Auriez-vous abandonné la laisse de votre nouvelle maitresse, ou fomentez-vous encore quelques traitrises dont vous avez le secret ? »

Décidément, n’y avait-il rien d’autre que sa trahison dans la galaxie ? El savait la guerrière rancunière, mais c’en était presque une obsession.

« Velvet, moi aussi je suis content de te revoir. » lâcha-t-il d’un ton sarcastique, quoique toujours plus aimable que celui de son vis-à-vis. « Mais ne pourrait-on pas changer d’holodisque ? Borenga, la trahison… Tout ça c’est du passé non ? Et puis, tu es bien assez heureuse qu’il soit mort – tué par ta propre lame, dois-je le préciser ? – pour te trouver ici-même à récupérer quelque matériel que ce soit. J’ai même laissé partir ton acolyte. »

Oui, El avait été mis au courant qu’une navette avait quitté précipitamment juste au début des affrontements. Il aurait alors pu ordonner à son propre vaisseau de la détruire, mais ce n’était pas une priorité. Un peu de matériel manquant, fut-il des armes et de la technologie de pointe, cela ne changeait rien à la finalité de sa propre mission. A vrai dire, il s’en fichait totalement. Ses troupes avaient suffisamment de ressources, et même s’il ne crachait pas sur du matériel supplémentaire, il n’était pas primordial.

« Enfin... » fit-il dans un soupir feint. « Si tu tiens tant à parler de traitrise, je pense que nous en sommes à un point égal. N’est-ce pas… Velyriana ? »


Dernière édition par El Masaari le Dim 10 Déc 2017 - 0:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Jeu 7 Déc 2017 - 20:15

J’esquisse un sourire de lame, de glace et de givre, aussi cruel que le blizzard glacé de Hott. Se moque-t-il, alors que mon sabre pulse d’un désir mortel et que mes doigts enserrent sa gardent jusqu’à ce que leurs jointures blanchissent ? Ou ne mesure-t-il simplement pas cette colère qui gronde en mon sein à son encontre ? Oublier ? Cela, je ne le puis. Ni cet affront, ni cette trahison, et peut-être est-ce une erreur me conduisant à ma perte, mais mon cœur se refuse à entendre raison, alors qu’il martèle violemment ma poitrine.

« Admirable El… Réellement… Doit-on envisager un recours vers cette Eglise humaine de croyants pour une béatification en Saint Masaari devant une si généreuse action ? » commençais-je, caustique sous ma minéralité de jade.

Mon regard, coule sur ce masque d’ornement et d’argent, perçant par-delà l’ouvrage métal pour saisir l’essence de ses prunelles. Et si le mien résonne de ma vindicte et porte d’un étendard azuré, les oriflammes de mes reproches et de mon amertume, le sien me répond d’un éclat fiévreux, presque brûlant d’une promesse à laquelle je refuse de me soumettre.

« Borenga est mort, effectivement. De ma main, comme convenu. Je crois que j’aurais pu accepter, de ta part, la présence de l’Impératrice, si tu avais envisagé, non de ramper devant elle comme un misérable esclave servile, mais d’user de moi et d’Etiam comme d’une arme ou d’un piège. J’aurais compris, que ton ambition te pousse à te servir de nous pour l’asservir Elle, pour t’essayer à lui usurper sa place, son trône, sa position ou que sais-je. Cela aurait été de bonne guerre. Sais-tu que l’espace d’un instant, j’ai cru que tu avais assez de courage et cette pointe de culot qui différencie le génie opportun du fou. Mais au final, tu n’es ni un fou, ni un stratège, juste un lâche qui abandonne une muselière pour une autre… A croire que Borenga t’a finalement bien dressé que tu ne puisses agir sans l’ombre d’un Maitre. »

Mes mots infusent âprement le silence, distillant entre nous ma rancœur. J’ignore s’ils touchent El par-delà les remparts d’airain qu’il dresse entre son âme et le monde, par delà cette cuirasse qui recouvre son visage comme une forteresse inextinguible. J’ignore s’il ressent sous les accents de passion de ma voix usuellement inébranlable et monocorde, l’inflexion d’une colère sourde, sous-jacente, le velours couvrant la menace… et finalement qu’importe… parce que quoi qu’il perçoive en buvant à l’encre de mes yeux, quoi qu’il s’imagine en lisant mon profil ciselé dans la pierre, les braises de sa traitrise grésillent entre nous, d’un feu que je me refuse d’éteindre, d’une querelle qu’ils nous faut vider. Ici. Maintenant.

« Invoquer les fantômes d’outre-tombe ne te sauveras pas, El. »

Et mon sourire de prédateur se mue lentement en un rire sans joie, bref, crue, aux angles coupants comme l’éclat d’un miroir brisé.

« C’est amusant cette façon que tu as de vouloir me faire porter ta traitrise, cette volonté d’inverser les rôles avec un nom jeté à la volée... Parfaitement inefficace, mais amusant… laisses donc les défunts reposer en paix, tu iras troubler leur quiétude bien assez vite… »

Mon attaque coule vers lui, fluide et rapide, et pourtant presque d’une nonchalance moqueuse, alors que les lames jumelles s’arriment l’une à l’autre dans un chuintement funeste d’étincelles. Sabre contre sabre. Force brute, contre force brute. La commissure de mes lèvres s’étire, avec une lenteur délibérée et mon souffle frôle sa joue gainée de métal, dessinant contre la surface un halo de buée tandis que j’appelle la Force, tissant en dessous notre épreuve de force, les prémices d’un maléfice.

« Il est temps de faire tomber les masques Masaari, et de voir que quel bois tu es réellement fait. »

Et, telle une réponse à cette phrase laissée en suspens, ou peut-être même en simultanéité de ces quelques mots, la Force se propulse vers son visage, main éthérée, puissante et invisible, précise comme un coup de poignard mortel, lui arrachant son artifice de métal. C’est presque au ralenti, un peu comme si le temps se suspendait lors de sa chute, jusqu’à ce qu’il percute le sol d’un tintement aigue, qu’il choit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Dim 10 Déc 2017 - 0:56

~ Oh Velvet, si tu savais toute la vérité… ~ pensa le Jedi noir.

Les pensées d’El furent évasives, mais il ne pouvait pas dire que les paroles de la Mirialane ne le touchaient pas dans son orgueil. Un sourire s’étira cependant largement sur ses lèvres. Non, Velvet ne savait rien et n’avait même pas idée d’une infime partie de son vaste plan. Certes, il lui arrivait d’improviser plus souvent qu’il ne l’aurait désiré, avec la mort de Borenga par le sabre de Velvet ou encore le retrait pour le moins énigmatique de l’Impératrice, mais il devait admettre que malgré cela ses projets prenaient forme et il arrivait à tirer du positif là où d’autres auraient pu y voir des obstacles. Le fait que Borenga se soucie aussi peu de la vie de son lieutenant avait marqué le début, et cette épreuve lui avait finalement ouvert des portes qu’El n’aurait fait que rêver auparavant. Un mal pour un bien. Comme tout le reste.

Alors si son orgueil en prenait un coup en écoutant Velvet étaler sa rancœur à son encontre, El s’en contrefiche tant il sait qu’il vise bien plus que tout ceci. Et dans son entreprise, il ne pouvait se fier qu’à lui-même. Laissant couler les paroles de son ennemie en se réjouissant de son ignorance, empruntes de colère et d’un désir de revanche qu’il n’était pas difficile de sentir tant l’air ambiant en semblait chargé. Une querelle parce qu’il n’avait pas daigné se servir d’elle comme une arme, qui plus est contre l’Impératrice ? Mais comment aurait-il pu tirer parti des connaissances des Sith et des ressources de l’Empire en se mettant la toute-puissante Ynnitach à dos ? Car ce n’étaient ni les Jedi, ni la République qui lui offriraient une telle chance.

Etre traité de lâche ou de traitre faisait partie de lui à présent, et El ne pensait pas que Velvet chasserait cette idée rapidement, même s’il lui expliquait tous les tenants et aboutissants de l’affaire. De toute manière, comme il n’en avait nullement l’intention à ce moment précis, il ne se posait même pas la question. Cependant, il devait reconnaitre que ces accusations commençaient sérieusement à entamer sa patience. Enfin, cela semblait amuser Velvet que de se moquer de lui. El n’en prendrait que plus de plaisir à la remettre à sa place.

Mais alors qu’elle lance une dernière – vaine – menace, Velvet se lance en avant en effectuant un mouvement précis et rapide de son sabre, presque avec nonchalance. Prendrait-elle à la légère les talents de bretteur du Jedi ? El espérait une telle erreur de sa part mais n’y croyait guère. La guerrière était bien plus rusée que cela. Et alors qu’il pourrait sentir son souffle sur sa joue s’il ne portait pas de masque, El sentit une force invisible et implacable se saisir de son apparat de métal et l’en ôter.

« Il est temps de faire tomber les masques Masaari, et de voir que quel bois tu es réellement fait. »

Alors son masque tombe et touche le sol, brisant le silence alentours, seulement perturbé par le ronronnement et le crépitement des lames qui se touchaient. Son visage apparaissant au grand jour, El ne montra pourtant aucune émotion particulière. Comme à son habitude, il ne montrait pas ses sentiments, masque ou non. Velvet s’était peut-être attendue à de la surprise ou de la colère, mais il n’en était rien. Car le laps de temps où la Mirialane le dévisagea lui fut suffisant pour passer à son tour à l’action. D’un mouvement ample de son arme, il se dégagea de son adversaire pour reprendre un peu de distance. A présent séparés de quelques mètres, El tendit la main vers le masque gisant là, l’amena jusqu’à lui grâce à la Force puis l’attacha à sa ceinture.

« J’y tiens énormément, alors ne me le raye pas. » lâcha-t-il simplement, avec un petit sourire provocateur en coin.

El ne lui laissa cependant pas le temps de répondre quoi que ce soit et se lança lui aussi dans un assaut. Puissance, vitesse et précision étaient ses principaux atouts lors d’un combat, alors il ne se privait pas pour les utiliser contre Velvet. Mais la Mirialane n’était pas en reste et lui rendait coup pour coup, tous deux entrainés dans une danse folle faite d’assauts, de contres et de ripostes en tous genres. Pour un spectateur averti, ce combat aurait certainement valu le coup d’œil, et bien malin aurait été celui qui pouvait prédire l’issue de l’affrontement.

A nouveau, les deux combattants se retrouvèrent lame contre lame, visage contre visage, les yeux de l’un plongés dans ceux de l’autre. Focalisé dans le combat qu’il menait, les yeux d’El brillaient de se rage de vaincre et ne laissaient aucun doute possible quant à sa concentration. Son esprit tournait lui à toute vitesse, comme à chaque fois qu’il dégainait son arme. El était un instinctif, apte à prendre ses décisions très rapidement et à remarquer certaines failles chez l’adversaire, ce qui lui avait valu ce don de combattant.

Son sabre avait la spécificité d’être composé de deux autres petites plaques émettrices, nécessaires pour évacuer la puissance de son cristal trop instable pour un sabre classique. Ces deux lames annexes pouvaient s’avérer des atouts de premiers ordres… surtout lorsque son adversaire et lui-même croisaient leurs lames comme ils le faisaient là. Utilisant sa force physique, il rapprocha inexorablement l’une des appendices de son arme vers l’épaule de Velvet. La blessure ne serait pas profonde mais la douleur de la brûlure serait elle bien présente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Ven 15 Déc 2017 - 14:01


Le tintement du masque vibre entre nous d’une note aigue délivrant le gong de notre lutte fratricide. Finalement, peut-être est-il taillé de ce même bois que moi, ciselé dans cette minéralité séculaire froide et impassible, que seul le temps érode, parfois. Identiques. Et pourtant, si dissemblables. Le visage figé dans la jaspe, sous la glace, un masque en deçà du masque, brisé de temps à autre, du sourire des prédateurs, et de l’assurance des guerriers. Il est troublant de se découvrir dans le délié des mouvements, dans l’arabesque des sabres, de se refléter au travers de l’autre. Des éclats de miroirs comme un pâle reflet de lui en moi et de moi en lui, comme la réverbération diffuse et déformée d’une silhouette jumelle à la surface de l’ondée.

Je chasse aux frontières de ma conscience, l’emprunte vivace de nos similitudes, et cette désopilante sensation de m’affronter moi-même parce qu’issue du fracas des combats telle que je le suis, je connais les dangers de se perdre alors que la bataille rugit, et l’affrontement s’engage. Je me déleste de toutes ces pensées parasites, et de moi, il ne reste que cet esprit belliqueux de valkyrie, l’équilibre de la duelliste, l’observation rusée de bretteuse. Nos lames se déploient, rougeoyantes d’une plainte mortelle, et je m’astreins à danser ce pas qu’il m’impose avec le brio d’un maître. Là, où il est heurt, puissance et vacarme, je suis fluide et souple. Plutôt que m’opposer en contre, je coule contre ses attaques, les accompagne sans les affronter par la force brute. Sous les néons hoquetant, l’amplitude de nos sabres dessinent nos mouvements symbiotiques et le silence gémit du vrombissement de cette danse létale, de nos pas harmonieux, jusqu’à ce que nos corps s’unissent à nouveau, figés l’un face à l’autre, projetant sur nos profils, la lueur meurtrière de nos armes.

Il use de sa force, et mes muscles bandés à l’extrême, ne parviennent à le repousser. Sous cette étreinte, je perds petit à petit du terrain, mon regard croisant la détermination sans faille du sien, mon souffle saccadé se mêlant au sien. Sa garde frôle inexorablement ma tunique, et son appendice mord et pénètre avec lenteur mon épaule d’une brûlure incandescente. Pourtant, je ne cille pas, mon visage s’éclairant juste d’un sourire narquois en dépit de la blessure, de son ascendant sur moi.

« Quoi donc ? Ton visage ou ton masque ? Je ne peux te promettre qu’ils sortiront d’ici, indemnes, l’un ou l’autre. »

L’une de mes mains, subitement libérée, se tend vers lui, s’invitant au creux de son ventre, ma paume contre sa tunique, mes doigts s’imprimant sur l’étoffe pour se lover clandestinement contre son plexus. Je ressens furtivement, la chaleur de son corps, devine les palpitations de son cœur avant de tirer à moi la Force et lui expédier une salve d’énergie jusqu’à ce qu’il ploie brutalement, jusqu’à ce qu’il soit projeté en arrière, sa lame déchirant davantage mon épaule alors qu’il se retrouve propulsé. Ne lui laissant aucunement le temps de se ressaisir, je me jette sur lui, d’une série d’attaques au sabre combiné à un corps à corps musclés. Les coups pleuvent, tantôt déviés grossièrement, tantôt encaissés, mais pour autant je ne relâche pas la pression, pour arriver à placer une manœuvre osée de désarmement, au risque de finir aussi désarmée que lui. Ma lame se brise contre la sienne, et je bloque son bras, l’enserrant d’une poigne de fer, avant de volter pour entrer dans sa garde, exerçant une torsion sur son poignet, tentant de lui faire lâcher son arme alors que mon mouvement circulaire me porte derrière lui, juste dans son dos, lame éteinte. Sous l’effort, la douleur me vrille l’omoplate, infusant une souffrance qui sans m’arracher une grimace, radoucie involontairement mon étreinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Mar 19 Déc 2017 - 11:46

Un coup de Force en plein milieu de sa poitrine et Velvet parvenait à se dégager de la morsure brûlante du sabre du Jedi noir. Elle ne s’en tirait évidemment pas sans dommages, mais elle avait au moins réussi à rompre le contact entre sa chair et la lame crépitante. Pour autant, si la Mirialane devait ressentir aussi bien la douleur que n’importe qui, elle n’en montra rien.

D’abord plié en deux sous l’effet du choc, puis projeté de plusieurs mètres, El eut à peine le temps de reprendre ses appuis et de se redresser que déjà son adversaire s’était porté à sa rencontre. S’il avait horreur de l’admettre, il fallait bien se rendre à l’évidence que ce coup avait donné un semblant d’avantage à Velvet et le Jedi masqué ne pouvait alors rien faire d’autre que répondre à chaque coup porté, prenant garde de n’offrir aucune faille dans sa garde alors déstabilisée. Viendrait un moment où le rapport de force se rééquilibrerait, il suffisait de laisser passer l’orage.

Mais alors que jusqu’à présent la Mirialane s’était faite agile et tout en esquive, c’était maintenant elle qui imposait la force brute. Rien d’imparable pour un combattant de la trempe d’El, mais suffisamment pour que ses parades ne soient pas aussi efficaces qu’à l’accoutumée devant la pluie de coups qui fond sur lui. A aucun moment Velvet ne semblait vouloir relâcher la pression qu’elle exerçait suite à ce retournement de situation. Mais la Jedi n’était pas une combattante comme les autres, et plutôt que de profiter jusqu’au bout de son avantage, Velvet eut l’audace de tenter un mouvement des plus complexes.

Eminemment exécuté et réussi dans un premier temps, la Mirialane parvint à la fois à bloquer la garde d’El mais également son poignet. Et dans un mouvement aussi rapide et agile que précis, elle passait dans son dos tout en lui tordant suffisamment sa prise pour que le Jedi noir ne soit forcé de lâcher son arme à terre. Cependant, El sentit aussitôt que la prise de son adversaire n’était pas aussi ferme qu’elle aurait du l’être, probablement du fait de sa blessure à l’épaule. Cette fois-ci, ce fut lui qui ne laissa pas une seconde de répit à la Mirialane.

Son poignet toujours emprisonné des mains de Velvet, El tendit brusquement son bras en se retournant face à elle pour mettre un peu de distance entre eux puis asséna un violent coup de pied dans le bas ventre de son adversaire. Profitant de ce moment de flottement, El se redressa de toute sa hauteur et usa de la Force pour faire revenir dans sa main son arme qui trainait au sol.

« Ah Velvet… » fit-il dans un soupir tout en se massant son poignet endolori. « Nous aurions tant à partager, nous qui sommes si semblables. Nous sommes de la même race toi et moi : des combattants. Si seulement tu voulais bien dépasser les rancoeurs du passé, nous pourrions accomplir beaucoup ensemble. »

Le regard sombre d’El était plongé dans celui de Velvet. Elle ne voyait en lui qu’un traitre et un chien de guerre alors qu’en réalité tous deux se ressemblaient beaucoup plus qu’ils ne voulaient bien l’admettre. Elle était d’ailleurs la seule à comprendre qui il était réellement, bien qu’elle ait finalement décidé ne pas y croire et de balayer d’un revers de main cette image pour n’en garder que ce qui restait apparent : un « lâche qui abandonne une muselière pour une autre... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Ven 5 Jan 2018 - 18:13

 Une erreur…  possible que ma volonté de l’immobiliser ne soit qu’une erreur d’appréciation, le souhait de préserver cet écho de moi en lui, ou peut-être n’ai-je jamais eu l’intention de lui faire payer notre querelle à l’encre de son sang, juste lui imposer mon ressentiment sous une pluie de coup, davantage destinée à libérer ma colère à son encontre qu’à le punir définitivement… finalement ce n’est pas tant une erreur qu’une faiblesse…  Qu’importe, je devine à l’instant où cette douleur me vrille l’épaule, adoucissant mon emprise sur lui, qu’il y verra là, l’opportunité de se défaire de moi.

Il se tend brusquement, et, son pied me percute violemment. Mon souffle s’échappe entre mes lèvres dans un grognement douloureux, arraché sous l’impact de sa botte contre mon plexus, alors que mes doigts s’écartent, le délivrant ma contrainte. En réponse, ma main se colle à mes cotes endolories, comme pour les soutenir, mais mon regard lui, ne flanche pas lorsqu’il le harponne, de givre, de souffrance tue et du désir palpable de lui rendre coup pour coup.

« Accomplir beaucoup ensemble ? Mais nous étions ensemble El, sur Tatooine. Unis sous une même bannière avant que tu ne choisisses de faire cavalier seul et de te placer sous l’égide de l’Impératrice. Tu veux que je l’oublie ? Que je passe sous silence ce coup fourré ? Vraiment… tu sais je m’interroge. Si Etiam n’avait pas été là, jusqu’où tu aurais été pour quelques faveurs de cette sith…. »

J’avance vers lui, mon sabre toujours muet, la démarche chaloupée presque rageuse. C’est le seul sentiment qu’il puisse percevoir de moi, alors que je l’affronte d’aussi près, sans ciller du danger potentiel qu’il représente, le visage clôt le regard igné sous un heaume minéral de glace. Mais son arme, en écho à la mienne, ne vrombit nul fiel, nulle rengaine mortelle. Pour l’heure, elle demeure silencieuse, là où je marque mon approche d’audace.

« Donne-moi une bonne raison de t’écouter, El. Donne-moi une seule bonne raison de croire en ta parole, une fois encore. Parce que la combattante en moi, celle qui est de cette même race que toi, se dit qu’il ne peut y avoir de partage, d’échange ou d’alliances sans confiance… »

Mon regard s’étrécit en deux fentes turquoises, et maintenant que nous sommes presque assez proche pour nous enlacer ou nous entretuer, pour qu’il sente le tourbillonnement de mon aura se mêler à la sienne dans un maelstrom d’argent, de clair et d’obscur, mon index vient se planter sur son torse. Menaçant. Inoffensif.

« … et cette confiance, tu l’as dangereusement écharpée en te plaçant dans l’ombre d’Ynnitach , pour ne pas dire complétement réduite en miette. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Jeu 18 Jan 2018 - 15:53

Jusqu’où serait-il allé pour l’Impératrice sur Tatooïne ? El n’y avait jamais réellement songé, mais il était possible qu’il se serait plié à ses désirs à ce moment-là. Elle était la promesse que Borenga avait finalement cessé d’être, la promesse d’une puissance et d’un pouvoir plus haut qu’il ne l’avait jamais rêvé. El n’aurait laissé passer cette opportunité pour rien au monde, et tant pis si sa fierté en prenait un coup. Heureusement, cela n’avait pas été le cas mais il restait toujours Velvet pour croire qu’il s’était totalement renié. Mais il fallait parfois savoir ramper pour mieux atteindre son but, le jeu en valait la chandelle.

Ses yeux campés dans ceux de la Mirialane, El laissait son adversaire s’approcher, peut-être même un peu trop. Mais Velvet venait de recevoir une bonne leçon, à avoir trop relâché sa prise, elle l’avait sous-estimé et s’en était tirée avec un bon coup dans les côtes. Une erreur qui aurait pu s’avérer fatale si El avait eu son arme en main.

Alors même si Velvet s’approchait de lui, El ne leva pas son sabre pour l’en dissuader et la garda en position basse jusqu'à ce que la Mirialane soit suffisamment proche de lui pour qu’il puisse sentir son souffle sur son visage au fur et à mesure qu’elle prononce ses paroles.

El peut également ressentir l’aura de Velvet dans la Force, une présence forte et puissante. Enivrante. Et qui se mêle à la sienne. Tous deux se ressemblent jusque dans la Force, mais il s’agit là d’un amour vache tant l’un et l’autre ont à se reprocher leurs agissements.

« Mais pourrais-tu vraiment croire en ma parole même si je te disais l’entière vérité Velvet ? J’en doute… » répond El, le doigt accusateur de Velvet planté au milieu de sa poitrine en signe d’avertissement.

Saisissant le doigt de la Mirialane pour le retirer de son torse, El resta cependant planté face à elle, ses yeux sombres plongés dans les siens. Puis il se détourna en lui tournant le dos, conscient d’offrir alors à Velvet un angle parfait d’attaque. Mais El savait qu’elle n’attaquerait pas car malgré sa colère, Velvet désirait connaitre ses raisons.

« Qu’aurait eu Borenga à m’offrir alors qu’il se trouvait aux abois, isolé et poursuivi par l’ensemble de la galaxie ? » reprit-il, lui aussi parcouru par une colère sombre. « Sa stratégie n’aura finalement servi à rien d’autre que de dresser à la fois l’Empire, la République et les Jedi contre lui. Dans sa folie, il était prêt à tout pour survivre un jour de plus, mais il était condamné. Je n’ai fait qu’accélérer les choses. »

Et seuls l’Empire et Darth Ynnitach étaient susceptibles de l’accueillir. Certes les Jedi avaient accepté ses informations et sa coopération dans le cadre de l’opération de Tatooïne, mais El n’était pas dupe et il savait parfaitement que cela n’aurait pas suffi à lui éviter l’arrestation et le jugement de la part de l’Ordre Jedi mais également de la République. Les Sith étaient beaucoup moins regardant et Ynnitach avait donc eu bien plus d’arguments. El ne redeviendrait jamais un Jedi et il ne comptait pas passer sa vie à parcourir la galaxie en errant. La situation actuelle de l’Empire lui avait donné raison.

« Mais si tu tiens vraiment à savoir… »

A présent un peu plus éloigné de Velvet, El se retourna pour lui faire face, son sabre émettant toujours des crépitements à ses côtés. Son regard de nouveau plongé dans le sien, il lâcha quelques mots, mais qu’il espérait avoir beaucoup de poids.

« L’Impératrice s’est retirée. »

C’était une situation totalement imprévue lorsqu’il avait décidé de livrer Borenga à l’Empire, mais elle avait l’avantage d’accélérer de façon considérable sa volonté d’ascension au sein de l’Ordre Sith. Et cela ouvrait de grandes perspectives d’avenir au sein de la puissance impériale. Serait-ce assez ambitieux aux yeux de Velvet ou ne verrait-elle toujours en lui qu’un traitre et un lâche ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Dim 4 Fév 2018 - 12:27

Douterais-je des mots qu’il insuffle entre nous ? Même ceux oblitérés du sceau de la vérité ? Peut-être. Mais j’aime à croire que je ne suis pas de celles que la colère et les émotions aveuglent, que je ne suis pas soumises aux affres de mes turpitudes, que je ne leurs suis pas enchainées au point d’ignorer la véracité qui poindrait dans ses propos.

« Alors sois convainquant. » concluais-je fermement, ôtant ma main alors que ses doigts chassent les miens d’un effleurement audacieux.

Un frisson me traverse, hostile, au moins autant que cette flamme qui embrase soudainement d’une tempête, mon regard sur mon profil figé dans la glace. Et le silence entre nous se dresse, comme une barrière invisible d’antagonisme sous nos auras mêlées de clair, d’obscur, et de la couleur vénéfice de la colère, jusqu’à ce que sa voix en perce le voile. Elle déchire le linceul de notre confrontation, brise la tension naissante, émergente de ma folie, m’offrant une prise à laquelle me retenir pour ne pas sombrer dans l’abysse qu’il a initié sans en avoir conscience. Instinctivement, je m’accroche à elle, à ses modulations, aux sentiments qu’elle projette en moi, à l’écho sourd de cette colère qui couve inexorablement sous le nom de Borenga. Toute mon attention se focalise sur lui, sur la ligne de son dos qu’il me présente nonchalamment comme s’il ne craignait rien de moi. Et je refoule ma sœur d’ombre, mes démons, cette autre que je refuse d’être, et l’enferme dans les méandres de mon âme blessée d’un revers de main.

« Sur ce point nous sommes d’accord. Nous l’avons toujours été. Borenga devait mourir. » acquiesçais-je, atone. « Pourtant cela ne t’as pas empêcher de t’allier à quelqu’un qui ne le souhaitait certainement pas autant que nous. L’Impératrice l’aurait épargné, tu le sais, parce que stratégiquement il valait bien davantage vivant que mort. »

« Mais si tu tiens à le savoir… l’Impératrice s’est retirée. »

Mon regard balaye sa silhouette. Je ne doute pas de ce qu’il m’affirme. Pourquoi le devrais-je alors qu’aucune perturbation, qu’aucune vibration ne ternit son aura, alors que sa sincérité s’infuse en mon cœur, comme s’il l’insufflait au travers de la Force pour que je jauge de sa probité. Je croise les bras, sous ma poitrine, affichant toujours ce masque d’imperméabilité sur mon visage, lui refusant l’accès à mes pensées et mes sentiments.

« Et ?... » commençais-je. « Quelle importance ? L’Impératrice n’est rien pour moi. Elle ou un autre à la tête de l’Empire m’indiffère complétement tant qu’ils restent à distance de mes plates-bandes. »

Est-ce ainsi qu’il compte me convaincre de sa loyauté, qu’il compte me persuader que sa trahison d’autrefois repose sur un malentendu, qu’il peut exister entre nous, autre chose que le vrombissement de nos sabres et une mutuelle méfiance ? Il ne comprend pas. Il ne m’a jamais comprise, s’il s’imagine que je retournerais un jour dans le giron de l’Empire ou s’il croit que gravir les échelons de leur hiérarchie m’intéresse. La distance qu’il insère entre nous n’est rien face à ce gouffre de nos idéaux. Je ne cherche pas le pouvoir, juste la liberté d’être celle que je suis, sans la restriction de codes stupides que l’on impose à ceux de notre race. Pouvoir choisir ma voie. Seule. Sans contrainte. Et offrir à d’autres cette possibilité qui n’est, pour les êtres tels que nous, qu’une chimère, une utopie dissolue dans le tissu de réalité de cet Univers.

Son reflet en moi se délite, cet écho qu’il provoquait en mon âme, cette réverbération de lui dans les eaux de mon cœur. Pour autant, je ne laisse la déception gagner ma voix ou le voile de mon regard, je reste cette façade immaculée de jade, parfaite et sans lézarde, minérale et fière.

« Mais j’imagine que c’est un frein pour toi. Tout ça pour en arriver là… j’imagine ta déception devant la stagnation de tes ambitions. Je ne vois toujours pas en quoi je m’insère dans tes plans. Tu parles de nous deux, mais nos avis divergent. Tu penses pouvoir et domination, je n’aspire qu’à la liberté. Nous sommes peut-être tous deux taillés du métal qui moule les guerriers, mais ce qui nous unissait contre Borenga tenait d’une résultante et non d’une commune motivation. Il est mort, et aujourd’hui, nous sommes de part et d’autre d’un abime d’incompréhension. Accomplir beaucoup ensemble ? Et quoi donc ? Ton ascension au cœur de l’Empire ? Et quel serait mon intérêt ? »

Il y en aurait un… mais je sais que c’est là un marché que je ne pourrais passer avec lui sans corrompre une part de moi. Et quand bien même, si j’acceptais de me damner dans ce seul objectif, tiendrait-il seulement sa parole ? Peu probable… le désir de pouvoir appelle le pouvoir. Toujours plus. Toujours davantage. Et c’est dans cette voracité incontrôlable, que toujours les conquerants chutent d’en avoir trop voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Jeu 8 Fév 2018 - 13:45

Elle ne comprenait pas, ou ne voulait pas comprendre. Velvet était dans une telle attitude de défiance qu’El en trouvait ça risible. Il ne se contredirait pas et continuait à penser que tous deux se ressemblaient beaucoup, mais il devait se rendre à l’évidence que bien des aspects les séparaient l’un de l’autre. Là où elle ne cherchait qu’à être libre en se libérant de l’emprise des puissants, lui s’inscrivait dans une démarche diamétralement opposée. Leurs conceptions sur la marche de l’univers n’était tout simplement pas la même. Et Velvet, qui lui reprochait sa traitrise et sa soumission à l’Impératrice, ne pouvait alors pas percevoir quels pouvaient être ses véritables objectifs car tous deux ne partageaient pas la même vision des choses. Dès lors, il n’y avait plus grand-chose à dire, car leurs discours respectifs ne rencontraient qu’une oreille sourde en retour.

« C’est vrai, tu as raison. Nous sommes faits du même métal mais nous avons été façonnés différemment. Tu recherches la liberté, moi je la prends. J’ai cru être libre en rejoignant les Jedi, en me mettant au service de Borenga… Mais tout ceci n’était qu’une illusion. La liberté, on ne peut l’avoir si des puissants nous sont supérieurs. Alors je fais ce que j’ai à faire. »

Peut-être se trompait-il de voie, que Velvet avait raison et que sa quête de pouvoir était peine perdue. Mais au fond de lui, El était convaincu de ses intentions. Certes son ambition l’avait toujours guidé, avait toujours motivé ses décisions et ses choix, mais il ne s’agissait pas que de ça. C’était une conviction intime qu’il avait et qu’il entretenait avec foi.

« Tu ne seras jamais vraiment libre dans cette galaxie, Velvet. » lâcha-t-il dans un souffle teinté d’une forme de lassitude, voire de tristesse. Car il savait qu’elle ne partagerait pas son point de vue et que la confrontation entre eux ne s’arrêterait pas après cet instant.

D’un geste, il décrocha le masque de sa ceinture et le remit en place, dissimulant de nouveau son visage aux yeux de la Mirialane. Un léger sifflement indiqua que le mécanisme de fermeture s’était activé, emprisonnant ses yeux sombres et ses mèches noires sous le masque d’airain. Une manière comme une autre de matérialiser le fossé qui les séparait désormais et de couper court à toute discussion. A peu près aussi efficace que le sabre laser qui crépitait à ses côtés.

El avait volontairement laissé de côté les questions de Velvet. Les longs discours l’ennuyaient et il n’avait pas l’âme d’un diplomate. De plus, tenter de convaincre une personne qui fondamentalement s’oppose à un point de vue n’apporterait pas grand-chose sinon une perte de temps et d’énergie. Velvet avait ses croyances, El les siennes. Il pensait toujours à ce qu’ils pouvaient accomplir tous deux en s’alliant, mais il ne croyait pas Velvet capable de passer outre leurs divergences… Par ailleurs, en serait-il capable lui aussi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Mar 6 Mar 2018 - 20:37

« Tu ne seras jamais libre dans cette galaxie, Velvet. »

« Peut-être … El… peut-être… » [/i]répliquais-je, sybilline.[/i]

Non. Jamais je ne serais libre , pas comme il l’entend, pas comme il se l’imagine. Mais ces chaines, enroulées sur mes poignets et mes chevilles, ces entraves de rêves et d’espoirs sont mon œuvre, mon choix, ma décision. Je me les suis forgées moi-même, par volonté. N’est-ce pas cela, ma liberté, le pouvoir de décider à quelle cause m’asservir, de décider pour qui ou pour quoi me battre, et, peut-être, un jour, si le temps me rattrape, choisir simplement de tout arrêter pour laisser à d’autres la poursuite de cette quête.

J’amorce un sourire triste, brisant l’inflexibilité de mon visage pour laisser mes sentiments affleurer à sa surface. Lui, comme dans un miroir inversé, occulte ses traits sous l’ouvrage d’argent de son masque. Et ce geste, entre nous, ouvre irrémédiablement l’abysse qui nous sépare, creuse encore davantage nos différences. Il n’y a plus rien à en dire, mes mots n’ont trouvé d’écho en lui et les siens sont demeurés à ma porte.

J’esquisse un pas à sa rencontre, non pour jeter des ponts au-dessus de nos dissemblances, ou pour porter entre nous le vrombissement du combat. Pour cela il est trop tard… ou trop tôt…  Mais là, dressé dans ce corridor teinté de sang, sentinelle d’ombre, il est celui qui garde le chemin de mon retour. Je pourrais m’abattre sur lui, reprendre nos échanges de force là où nous en sommes restés. Mais, la colère de sa trahison ne brûle plus mes veines, de cette envie revancharde. Je ne pardonne rien, mais une parcelle de mon âme comprend. Sans approuver. Peut-être en raison de cette résonnance que j’ai ressentie plus tôt, peut-être qu’il me fallait exprimer mes griefs pour m’absoudre de cette soif de vengeance stérile ou peut-être que la raison, tout autre, m’échappe sans que je veuille m’attarder sur elle.

« Je ne serais pas ton ennemie, El Masaari, tant que tes ambitions ne se tournerons pas vers mon horizon, ou tes exactions ne s’affranchiront pas de ces limites, je ne te combattrais pas. »

Je le frôle presque, forçant le passage pour m’arrêter tout juste à sa hauteur pour un dernier regard, un dernier mot, épaule contre épaule. Mes yeux se lèvent sur les siens dont je ne perçois qu’un subtil éclat sous le masque, et mes lèvres s’étirent, lentement, d’un sourire carnacier, tissant entre nous, un lien invisible, un lien de Force, un lien de vie. Avec une douceur à peine perceptible, je lui prélève un peu de son énergie, refermant ma blessure avec le souffle de sa vie.

«  Vas-tu me laisser passer, ou devrais-je sortir d’ici en emportant avec moi ma trêve et en répandant ton sang ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Darth Nesanto
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 229
Âge du perso : 38 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Se bat sur Dathomir
HP:
68/98  (68/98)
PF:
2/88  (2/88)

MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   Lun 12 Mar 2018 - 13:11

Une atmosphère étrange entourait les deux combattants. Celle du combat, lourde et pesante, chargée de tensions et de non-dits, avait laissé sa place à quelque chose de plus intime. Cette nouvelle rencontre, sous les pluies diluviennes de Jabiim et dans le sang versé, n’aura finalement abouti à presque rien sinon une paix fragile entre les deux êtres d’ombres ayant choisi une voie différente.

El avait espéré combler le fossé qui les séparait, il avait surtout l’impression qu’il n’avait fait que se creuser au fil des mots et des passes d’armes. Tous deux avaient leurs raisons d’avancer sur le chemin qu’ils avaient choisi et rien ne les ferait changer d’avis.

Alors quand Velvet fit un pas vers lui et lui proposa une trêve, El comprit qu’il ne gagnerait rien de plus auprès d’elle. Et pourtant, en soi, cela constituait déjà une victoire énorme étant donné les griefs que la Mirialane nourrissait à son égard encore quelques heures plus tôt.

« Je ne serai pas le tien non plus, Velvet, mais je ne peux te promettre de rester hors de ton chemin. Qu’on le veuille ou non, il semblerait que nous sommes liés… »

Au passage, elle le frôla et s’arrêta à sa hauteur, plongeant ses yeux droits dans les siens mais ne rencontrant que le regard sans âme de son masque froid et sans expression. Velvet lui sourit, et si elle avait pu voir son visage, elle y aurait trouvé une réponse. Presque imperceptiblement, El sentit la Force puiser dans son énergie et il sut aussitôt que cela émanait d’elle, comme pour sceller un peu plus le lien qui les unissait par la Force. El ne savait pas quand leurs routes se recroiseraient, mais il était bien convaincu que cela finirait par arriver un jour. Seraient-ils une nouvelle fois l’un contre l’autre ou alliés de fortune, personne ne pouvait cependant le prédire…

« Pars, mais sois assurée que ce n’est pas mon sang qui aurait été répandu aujourd’hui. » lui répondit-il en se dégageant et de ce fait, en lui laissant le champ libre. « Et n’abîme pas mes hommes en cherchant la sortie. » ne put-il pas s’empêcher de lâcher alors qu’elle s’éloignait déjà.

Sans bouger, il la regarda partir et, au tournant d’un corridor, disparaitre. Elle rejoindrait son allié et son vaisseau, avec à son bord le matériel qu’ils étaient venus chercher. El quant à lui, s’était rendu maître sans plus de difficultés de la base de contrôle lui ouvrant les portes de l’Espace Hutt. Dennogra pourrait bientôt tomber, dès qu’il aurait réuni les moyens de faire tomber le dernier souvenir de Borenga le Hutt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Jabiim] Pluvieuses retrouvailles [PV Velvet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-