La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A sang froid [PV : Myir Alshain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tyr Alaki
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 52
Âge du perso : 16 ans
Race : Chistori

Feuille de personnage
Activité actuelle: Padawan
HP:
57/72  (57/72)
PF:
58/58  (58/58)

MessageSujet: A sang froid [PV : Myir Alshain]   Mar 3 Oct 2017 - 13:02

    Depuis déjà un moment, la monotonie s'était emparée du Chistori, qui répétait inlassablement les mêmes choses au temple Jedi. Bien que celui-ci s'avéra être un refuge pour lui et ainsi, éviter de finir dans les geôles de la République, un véritable ras-le-bol s'était emparé de lui, qui se faisait d'ailleurs de plus en plus vivace. La galaxie étant en flamme à cause des Sith et de l'Empire, notre cher ami avait fini par apprécier l'idée d'une bonne baston et ne voulait plus se contenter des simples bouts de bois servant à l'entrainement. En effet, l'évolution qu'il eut au temple fut très certainement complètement l'inverse de ce que l'on attendait de lui. La philosophie Jedi ne lui convenait pas. Elle était beaucoup trop passive et partiale, affirmant que telle chose était bien et telle chose était mal et surtout, sans prendre en compte les particularités d'une situation tout en privilégiant le dialogue. En tant qu'ancien contrebandier et donc un hors-la-loi, il ne pouvait pas en être autrement, surtout qu'il n'avait connu que cela au final, hormis bien entendu lors de l'année écoulée. La défaite sévère qu'il subit face à Shraa suffit également à lui donner une certaine haine aussi envers cet ordre, qui était censé protéger ses initiés. Ce qui le confortait dans la certitude qu'il était plus en sécurité lorsqu'il était la propriété d'un certain contrebandier.

    Enfermer entre ses murs et ayant tout de même le désir de progresser, les cours et pratiques qu'il suivait étaient la plupart du temps compris, bien que Tyr y allât parfois de sa propre interprétation. Ainsi il ne voyait pas les Jedi et les Sith comme de vulgaires gentils et méchants, mais comme une façon différente d'utiliser la Force. Chose qu'il ne disait plus qu'à demi-mots vu que cela n'était pas forcément bien vu, comme on peut s'en douter. Il aurait bien voulu partir il y a de cela un moment, plutôt que d'être enfermé dans cette enceinte de savoir, mais hélas partir de chez les gentils n'était pas aussi simple. Mais il commençait à se faire une raison et se dire qu'il fallait bien qu'il entre dans le moule à un moment. Ce fut dans de ce moment de tourment et de remise en question quasi permanente, qu'il eut cependant pour mission de se forger son mythique sabre laser. Arme de prédilection des utilisateurs de la Force. Ceci le revigora légèrement, mais pas tant que cela en soit et ce alors qu'il laissait transparaître complètement l'inverse. Il était de plus en plus lassé jusqu'en arriver au point qu'il se moquait de se construire un sabre laser, qui achèverait pourtant la première partie de la vie d'un futur membre, peut-être émérite, de l'ordre. Il avait le mérite d'être qualifié d'initier prometteur à condition qu'il élève encore son niveau de concentration dans les différentes disciplines. Un maître Jedi lui fit cependant confiance, un humain du nom d'Anen Sekel. Celui-ci parvenait à canaliser le Chistori et à lui inculquer des valeurs comme la diligence et l'humilité voire l'abnégation, lui offrant une formation accélérée au vus de son âge et de la maturité déjà acquise.

    La nouvelle comme quoi Tyr s'apprêtait à commencer la collecte servant à la constitution de son futur sabre laser fit quelques envieux et surtout de nombreuses moqueries. C'est à cette occasion que le grand reptile appris que Shraa avait cafté l'issu de leur combat amical durant lequel, pour le moins que l'on puisse dire, était que le Chistori s'était fait malmené de bout en bout. Sa réputation devenait exécrable mais n'avait pas encore atteint les oreilles de son maître Jedi et tant mieux. Ceci restait dans le cercle des élèves, au combien nombreux. Il savait très bien que ses sentiments pouvaient être épiés par ceux sachant très bien utiliser la force et par conséquent, il faisait son possible pour ne pas y penser. Tant bien que mal d'ailleurs. En tout cas le départ approchait et il fallait désormais se préparer pour se rendre sur la glaciale planète Ilum. Cet endroit était craint par l'humanoïde à sang froid qui savait pertinemment qu'il risquait sa vie en se rendant dans un climat. L'ordre en était bien conscient aussi et décida donc de mettre des vêtements bien chauds à la disposition de Tyr, qu'il revêtirait avant de débarquer sur la planète aux cristaux. Il se retrouvait donc toute la panoplie pour lui permettre de résister au froid tel qu'une énorme doudoune, des gants ne lui permettant pas de pouvoir manier aisément quoi que ce soit, un bonnet impossible à mettre sans lui ôter complètement la vue et tout le toutim.

    Il ressemblerait à ce personnage qu'on lui racontait plus jeune, avec un certain bonhomme du nom de Michelin qui travaillait dans un garage. Bref. Une sorte de valise lui fut fourni et il essayait désormais de tout faire entrer en boule là-dedans, avant de s'apercevoir que cet accessoire de rangement ne serait pas près de se refermer ainsi. Il insista donc et réussi en partie avant les fermetures n'explosent sous la pression des vêtements à l'intérieur, qui semblait comme vouloir se faire la malle... Il fut donc contraint de ressortir toutes les affaires qu'il devait plier convenablement avant de les replacer à l'intérieur de la valise et de facilement la refermer en improvisant un serre-valise avec une assez large et longue bandelette en plastique histoire de la maintenir en position. Lorsqu'il prêta attention à l'heure il fut bien obligé de passer la seconde, foutue boîte à vêtements. Il mit donc rapidement son sabre d'initier dans son fourreau qui se trouvait en bandoulière dans son dos tout en prenant sa valise sous son bras dans la foulée avant de se diriger au pas de course vers les hangars. Les grandes enjambés et les lourds pieds de Tyr venant heurter le sol faisant se tourner les padawans qu'il croisait. Malgré les sourires qui pouvaient se dessiner sur certains visages, la plupart s'écartaient à l'approche du mastodonte. En une dizaine de minutes il put enfin pénétrer dans cet immense hangar où étaient entreposés tout un tas de vaisseaux personnels et de navettes. Certains étaient propres aux Jedi, d'autre un peu plus communs dont le symbole de l'ordre figurait sur la majorité d'entre eux. Le maître Jedi, lui, attendait le Chistori patiemment et avec les bras croisés tout en regardant son poignet avant de prendre un air blasé une fois le padawan à ses côtés.


    « La ponctualité est un point primordial jeune padawan. Il vaut mieux éviter d’être en retard lorsque l’on a besoin de toi. Tes missions au sein de l’Ordre Jedi exigeront discipline et maîtrise. Un coup d’œil sur le temps sera le bienvenu, tu t’en rendras compte par toi-même. Tu es en formation donc ceci n'a pas vraiment d'incidence, mais tu n’auras pas le droit à cette erreur dans les cas concrets. » Sa voix était calme sans entré une seule fois dans les tons menacent, tout comme la plupart des maîtres Jedi, mais il était également très simple de comprendre qu'il était on ne peut plus sérieux dans ce qu'il disait. Il ressemblait au genre de personne pouvant être colérique, mais qui pesait chacun de ses mots avant de les dire à voix haute. « Ceci ne se reproduira plus maître, je tâcherais de ne plus me mettre dans ce genre de situation. » Les deux individus pénétrèrent alors dans le vaisseau de type défenseur par la passerelle. Sachant déjà où se trouvaient ses quartiers il se dirigea vers ceux-ci et posa la valise sur son lit avant de se diriger vers le cockpit où Maître Sekel commençait déjà les préparatifs du décollage pour cette maudite planète glaciale : Ilum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myir Alshain
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 244
Âge du perso : 38 ans
Race : Twi''Lek

Feuille de personnage
Activité actuelle: En cavale !
HP:
91/100  (91/100)
PF:
73/73  (73/73)

MessageSujet: Re: A sang froid [PV : Myir Alshain]   Dim 15 Oct 2017 - 16:19

A l'instant même où Myir posait un pied à terre, une bourrasque chargée de flocons de neige lui cingla le visage et la fit jurer à haute voix. Elle rajusta les épais vêtements qui glissaient désagréablement sur son corps étroit à cause de cet insupportable vent et du lourd sac à dos sur ses épaules. La Twi'lek avait revêtu un manteau très épais et blanc sur une combinaison moulante et sombre faite d'un tissu technique censé conserver la chaleur de son corps. Des bottes blanches, une capuche dotée de trous par lesquels passaient ses deux lekkus soigneusement enrubannés comme l'aurait fait un Tusken avec ses membres, et enfin des gants blancs en cuirs terminaient la tenue qu'elle avait choisir pour affronter Ilum. Vêtue ainsi, Myir n'espérait pas seulement se protéger du froid, mais aussi éventuellement disparaître aux regards qui pourraient scruter les paysages enneigés de la planète.

Depuis plusieurs mois maintenant, se cacher était devenu une aptitude cruciale. Une habitude, un rituel même, nécessaire à sa survie. Au début, elle avait trouvé laborieux de devoir constamment changer de nom, d'identité, s'inventer une vie, un passé, changer ses vêtements, son maquillage, ses lieux de résidence... Elle avait pensé qu'une telle vie l'épuiserait, mais que bientôt, elle trouverait un refuge dans un petit coin perdu de la galaxie, où elle pourrait conduire une vie paisible loin des Jedi et des Sith, de la République et de l'Empire.
Cependant, non seulement Myir s'était-elle habituée à vivre ainsi, mais en plus elle avait le choix fou de suivre les traces d'une mystérieuse mirialan qui l'invitait à l'aider à bousculer les grands de ce monde qui décidaient de la vie et de la mort de la plupart des civils. Etre un grain de sable dans leurs rouages, après tout le mal qu'elle avait subi et qu'elle avait commis aussi chez les uns comme chez les autres, était une idée immédiatement séduisante. L'occasion de se venger de ceux qui nuisaient à la liberté, une occasion de se racheter pour certains des coups mortels qu'elle avait assené.

L'occasion surtout d'oublier Emhyr en s'investissant corps et âme dans une nouvelle aventure.

- Quelle idée de szu'tak, maugréa la Twi'lek entre ses lèvres couleur océan.

Elle était là pour trouver des cristaux. Un pour elle, d'abord, afin de se refaire une identité loin des Sith et des Jedi... Et puis elle raflerait au passage tout ce qu'elle pourrait trouver. Si les idées de Velvet lui étaient claires, alors quelques cristaux d'avance pour réparer les sabres endommagés seraient tout à fait la bienvenue. Mais pourquoi aller si loin ?! Tout simplement parce que Dantooïne, l'autre planète où l'on en trouvait aisément, était trop proche des Jedi. Nombre de padawans s'y rendaient depuis que quitter la République était devenu si dangereux pour eux. Mais il y avait aussi cette nostalgie étrange qui l'avait attirée : c'était sur Ilum que Myir avait forgé son premier sabre de Jedi...
… mais elle avait jeté son cristal lorsque, sous les ordres de Darth Ynnitach, elle avait renié son appartenance à l'Ordre. Et désormais, ce rouge sang qu'elle arborait ne voulait plus rien dire.


Myir avançait dans la neige à pas lents. Elle s'y enfonçait presque que jusqu'aux genoux. Il lui faudrait des heures pour parvenir à la grotte qu'elle pensait avoir localisé sur la carte du vaisseau grâce à ses souvenirs. Des heures à ressasser ses dernières erreurs... Ixta, elle détestait passer du temps dans sa tête. Mais elle savait aussi que c'était parfois nécessaire. Pour remettre ses idées en place. Le vaisseau derrière la silhouette emmitoufflée de la Twi'lek, qu'elle avait posé à l'ombre d'une falaise menaçante, disparut bientôt de la portée de sa vision. Plusieurs fois, elle extrait de l'intérieur de son manteau son datapad et sa boussole, pour s'orienter sur une carte qui n'avait pas probablement pas été mise à jour depuis plusieurs années.
Si Myir parvint toutefois à s'orienter correctement, retrouver la grotte lui prit plus de temps que prévu. Aucune entrée ne permettait de l'atteindre comme cela avait été le cas vingt ans plus tôt. Vu la saison, la neige avait dû recouvrir cette entrée inutilisée depuis plusieurs mois. Finalement, elle gravit une colline immaculée pour s'approcher d'une crevasse menaçante. Les dents claquant et les bras enroulés autour d'elle dans l'illusion de se protéger du froid, la Twi'lek s'approcha doucement du bord du gouffre, avec précaution. En contrebas, un filet d'eau s'insinuait au fond d'un couloir naturel. Des morceaux de glace énormes s'étaient décrochés des parois, recouvrant par endroits ce drôle de ruisseau. A deux endroits, elle crut voir deux renfoncements dans la roche qui pouvaient être des tunnels vers l'une des cavernes aux cris...

- Aaah !

Le cri s'était échappé de ses lèvres en sentant la neige céder sous son poids. Brusquement, le sol s'affaissa vers la crevasse. Dans un réflexe vain, Myir se rejeta en arrière pour tomber fesses dans la neige sans pour autant arrêter le courant qu'il la propulsait vers le gouffre.
Tout se passa en une poignée de secondes. Myir gesticula pour se retourner et planter ses mains et ses doigts dans la neige et les cailloux en dessous, faisant fi du froid et de la douleur, tandis qu'un flot de neige se déversait sous elle dans la crevasse. Le poids de son corps lesté de son sac à dos l'aspira elle aussi mais alors que son corps entier avait glissé vers l'intérieur, le bout de ses doigts se raccrocha un bref instant sur le bord de la paroi. Son autre main et ses pieds cherchèrent maladroitement une prise. Au lieu de cela, sa première main glissa et elle tomba en grattant follement ses quatre membres contre la paroi devenue un toboggan mortel. A deux reprises la Twi'lek encombrée de ses vêtements volumineux et de son sac faillit parvenir à s'accrocher, mais cela ne lui permit que de ralentir vaguement sa chute avant de retomber plus bas.
Myir heurta une corniche avec un cri de douleur, bascula de nouveau, et termina sa course dans le tas de neige fraîchement formé par ses péripéties, plusieurs mètres plus bas.

- Oooww... Qa obyrru..., gémit la Twi'lek, les larmes aux yeux, tandis qu'elle tâchaît de se redresser.

L'un de ses poignets la faisait terriblement souffrir. Etait-il cassé ? Impossible à dire avec si peu de matériel, et elle n'osait pas le manipuler par peur de souffrir plus encore. Grelottante, Myir s'efforça de se relever, tout en se rendant compte que sa combinaison était déchirée par endroits. Son manteau était strié de griffes inélégantes et c'était un miracle qu'elle n'est pas cassé ses bottes dans cette histoire.
En claudiquant, la Twi'lek s'approcha du ruisseau dans lequel elle parvint, avec une main valide, à remplir sa bouteille vidée en chemin. Elle but un peu, mais l'eau était si froide qu'il lui semblait qu'elle gelait ses estomacs. Prise entre ces deux murs aussi haut que des buildings, elle se sentait minuscule et abattue. Alors, tenant sa main blessée, elle enjamba le ruisseau et s'aventura à l'abri de l'un des renfoncements qui, d'en haut, lui avait paru être une entrée de la grotte. Le premier que Myir visita n'était en fait qu'une alcôve, mais le deuxième avait bien l'air d'une cave s'enfonçant dans les profondeurs de la planète. Il devait y avoir une sortie quelque part, car un d'air glacé s'engouffrait dans le couloir. Le froid mordait Myir jusqu'aux os, tant et si bien qu'elle n'eut pas le courage d'affronter ce nouveau chemin immédiatement. Elle rebroussa chemin jusqu'à l'alcôve, où elle se tapit pour échapper au froid, assise et les genoux ramenés vers elle comme une enfant caché dans un placard. A gestes tremblants, elle ouvrit son sac et en sortit un petit dispositif : un cube lourd et gros comme un petit animal qu'elle déposa devant elle avant de l'activer en enfonçant un bouton. Le dispositif s'entrouvit, laissant apparaître une lumière orangée qui projeta des reflets chauds sur la peau devenue violette de Myir à cause du froid. Cette dernière ferma les yeux lorsqu'enfin elle sentit émaner de l'appareil une chaleur diffuse. L'air dans l'alcôve se réchauffa peu à peu, et malgré la douleur, la Twi'lek sombra dans un sommeil bienfaisant.


Peu à peu, l'astre illuminant la surface d'Ilum se déplaça, ses rayons éclairant de moins en moins la crevasse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyr Alaki
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 52
Âge du perso : 16 ans
Race : Chistori

Feuille de personnage
Activité actuelle: Padawan
HP:
57/72  (57/72)
PF:
58/58  (58/58)

MessageSujet: Re: A sang froid [PV : Myir Alshain]   Ven 20 Oct 2017 - 13:32

    « Tyr, si tu ne te sens pas prêt nous pouvons encore faire demi-tour. Ta race est extrêmement craintive au froid, il est normal que tu sois dans cet état. Laisse-moi te dire que ce passage est obliger, à un moment ou a un autre tu devras y aller. Trouver ton cristal sur Ilum fait partie de ta formation, encore plus particulièrement pour toi. » Le maître Jedi prit alors un temps d'arrêt tandis qu'une couleur bleutée, démontrant un passage en vitesse lumière, se réfléchissait contre les panneaux de commande de cette partie du vaisseau. « Ta plus grande épreuve va avoir lieu sur cette planète, il va te falloir un immense courage et une volonté sans faille. Je serais là pour t'épauler Tyr, je ne te lâcherais pas une seconde et nous reviendrons entier au Temple Jedi. L'Ordre a prévu tout le matériel nécessaire pour ta survie sur Ilum, comme pour chaque race pour qui le froid peut-être fort problématique. Ne t'en fais pas mon jeune padawan, l'équipement que l'on t’a fourni ne cessera pas de te maintenir au chaud, tu n'es pas le seul a devoir passer par là. » Le Chistori commençait a se calmer, son souffle se faisait petit à petit plus contrôlé. Ses battements de cœur revenaient progressivement à la normal et désormais il regardait de nouveau son maître, qui enchaînait les paroles. « Je te le répète, si tu n'es pas prêt nous pouvons encore faire demi-tour et attendre encore un peu son Ondéron. » Le saurien était on ne peut plus anxieux a l'idée de fouler ce sol gelé, au point que son maître le sentait et ceci commençait à le tracasser, d'où ce court monologue.

    Il est vrai que Tyr n'avait pas le choix au final et que personne n'irait chercher un cristal pour lui, cela faisant tout bonnement partie de la formation. De la souffrance il allait y en avoir pour sûr, mais il fallait au moins avoir l'envie de résister contre le froid pour ne pas échouer dans cette aventure. Ils étaient déjà en route et l'humain se faisait rassurant, autant aller une bonne fois pour toute sur cette fichue planète, trouver ce qu'ils étaient venu chercher et retourner à la maison derrière. Plus tôt ceci sera fait, plus vite débarrasser.
    « Nous allons sur Ondéron, Maître. » La décision était désormais prise et il n'y aurait pas de marche arrière. L'humain congédia alors son padawan, qui pouvait aller se reposer car il en aurait bien besoin.

    ___________________________________________________________


    Il était évidant qu'il ne trouverait pas le sommeil facilement et surtout pas en continuant à se projeter comme il le faisait, en s'imaginant mourir de froid. Cette idée le terrifiait au plus haut point mais il était hors de question de le dire. Si le Maître Jedi lui en avait parler, c'était simplement car il était logique qu'il ait cette preuve. Tyr avait beau être courageux il n'en n'était pas pour autant suicidaire et cette mission semblait pourtant lui donner cet aspect. Accumulant la fatigue de ces derniers jours, il devait à tout prix se reposer mais rien n'y faisait. De ses yeux violacés il fixait le plafond de sa cabine avant de fermer très lentement les yeux et se redresser quelques minutes plus tard. Depuis maintenant plusieurs jours c'était comme cela, tout le temps. Si une autre race comme un humain subissait lui aussi ce genre de réveil systématiquement en autant de jours, il aurait a n'en pas douter d'énormes poches sous les yeux.

    Mais pour une fois Tyr décidait de faire appel à la Force pour combattre cela, en essayant de se mettre dans un état de méditation. C'était bien une des premières fois où le saurien faisait preuve de sagesse, forcer par les choses il est vrai, car il était hors de question que le padawan cesse de dormir et ne plus emmagasiner d''énergie plus longtemps, autrement il n'aurait tout simplement pas la force pour lutter plus de cinq minutes sur Ilum. Sa tentative pour se mettre en tailleur était assez comique comme on peut s'en douter au vu du physique d'un Chistori, qui était loin d'être souple. Il avait en réalité, beaucoup plus l'aspect d'une brute de fonderie incapable de faire preuve de synchronisation ou d’acrobatie. Rien que le fait de réussir a se mettre en position après de longues minutes tenait du miracle. Une fois ses jambes croisées il posa la main de ses mains sur ses genoux en fermant lentement les yeux, cherchant à se mettre en lien avec la Force.

    C'était très loin d'être la première fois que Tyr essayait d'entrer en méditation car cette technique était apprise dès les premiers pas des initiés de l'Ordre, mais il avait rarement eu autant l'envie de créer ce lien. Par conséquent il atteindrait probablement plus rapidement son but, bien que jusqu'ici il n'avait que brièvement atteint ce stade. Le mode de méditation qu'il tentant était donc la méditation dite Vide et ne parvenait tout simplement pas a atteindre la Force. Il était si compliqué pour le Chistori d'arriver jusque-là car il était peu sensible a ce don, clairement plus orienté sur la pratique du combat. Ce ne serait pas du jour au lendemain qu'il changerait sr ce point et il prit donc la décision de procéder autrement. Essayant de garder le peu de calme qu'il avait en lui présentement il se dirigea vers son sabre d'entrainement, qu'il saisit fermement à deux mains au niveau de la poignée. Il tenterait désormais la méditation Mobile avec laquelle il était déjà plus à l'aise, procéder qui consistait a chercher la paix intérieure tout en maintenant une activité forte appréciée. Le saurien restait fidèle à lui-même et il partit pour une bonne heure pour en entraînement très léger, au bout de laquelle il décidât de retourner dans son lit et réussir enfin à se reposer.


    ___________________________________________________________


    La porte arrière du vaisseau s’ouvrait enfin, laissant le vent glacial venir fouetter le visage du maître Jedi tandis que le Chistori se tenait droit comme un I, poings serrés, prêt à subir le choc climatique. A sa grande surprise il ne ressentait pas le froid comme il se l’imaginait, preuve que l’Ordre lui avait bel et bien fourni un matériel de la meilleure qualité qui soit. Il avait d’épaisses bottes blanches, qui le doublait la taille de ses pieds et de ses chevilles. Le pantalon gonflait également grandement l’apparence de ses jambes et il en allait de même pour son épais manteau au niveau du torse et des bras. Tout ceci était blanc afin de se fondre dans les couleurs de la planète, tandis le Tyr portait spécialement un casque afin de résister au climat. Sa peau écailleuse et épaisse suffisait très bien en temps normal et lui permettait d’emmagasiner de la chaleur, mais ici il ne fallait surtout pas qu’elle rentre en contact avec un froid extrême, risquant de mourir sur place dans les trente minutes. Si encore les cavernes à cristaux étaient proche du lieu d’atterrissage il pourrait progresser sans ce casque jusqu’à atteindre un endroit moins exposé aux vents, mais c’était loin d’être le cas. Un sac à dos gris l’accompagnait dans lequel se trouvait trois thermos et à côté du sac, une lame d’entraînement qui pointait vers le bas. Les conditions climatiques s’étaient nettement dégradées au depuis qu'ils étaient sortis du vaisseau et progressaient dans la marche vers les cavernes à cristaux, alors que la visibilité devenait quasi nulle et rendait la reconnaissance des lieux quasi impossible. Le Maître on son Padawan continuèrent malgré tout la progression progression dans cette neige qui avait parfois jusqu’à à mi-cuisse de grand Chistori.

    La respiration de celui-ci s’emballait d’ailleurs petit à petit au fur et à mesure de la progression, bien sûr par stress mais aussi car il ressentait petit à petit le froid l’entourant faire baisser sa température corporelle. Pour combler cela il respirait de plus en plus fort et de plus en plus vite, tout en se frottant frénétiquement avec ses moufles. Son maître ne pouvait pas l’emmener con cristal sur Tatooine ? Non bien entendu, ce serait trop beau, c’était mieux de se cailler les écailles sur ce genre de planète pour être un Jedi visiblement. Fichu Ordre, fichue doctrine, fichus cristaux et fichue planète inhospitalière. Tyr était bien mieux lorsqu’il était la propriété de ce contrebandier. Ce dernier au moins le protégeait et il ne lui était pas arrivé de bricole alors que son Ondéron il s’était fait casser par deux fois la tronche. Il en avait véritablement marre de leurs enseignements de la paix, de la compréhension des autres, de devoir sans arrêt tendre la main sans attendre en retour. Et les Sith, les soi-disant grands ennemis de toujours, les grands méchants avec un sabre rouge, Tyr attendait impatiemment d’en croiser un, un de ses jours, histoire de voir si les faits sont avérés. Cette vision restreinte des gentils et des méchants faisait se dresser les écailles au Chistori qui n’acceptait pas ce genre de vision extrêmement simpliste. Cela faisait déjà plusieurs minutes qu’il ne suivait même plus les empreintes de son prédécesseur dans la neige sans s’en rendre compte, ceux-ci n’étant pas encordés alors qu’ils voyaient à peine devant eux.

    Soudain Tyr constata qu’il n’avait plus besoin d’autant lutter contre le vent et ressentait moins cette pression sur le devant de son corps. Une couche de neige s’était amassée sur sa visière, qu’il autan avec la moufle de sa main droite. Il n’était désormais plus du tout dehors, mais dans une caverne. Ce gros bloc blanc qu’il avait devant les yeux était sans aucun doute un dépôt et non cet amas de neige qui semblait s’étendre à l’infini. Tyr commençait déjà à ne plus être lucide malgré la protection de ses vêtements. C’est avec effroi qu’il constatait l’absence de son maître à ses côtés, tournant alors plusieurs fois sur lui-même.
    « Maître ? MAÎTRE ? MAÎTRE SEKEL ? » Dit-il en se mettant a accélérer l’allure vers l’intérieur de cette sorte de grotte. La glace forme comme de grands murs blanc et Tyr a l'intelligence d'enlever un gant et griffer la paroi tout le long de sa progression, afin de retrouver son chemin.

    Et fur et à mesure de progression, des parois deviennent de moins en moins opaques, signalant une épaisseur moindre, tandis qu'il soit certains endroit devenaient plus clairs et légèrement bleutées, démontrant le passage de légers filets d'eau pas encore congelées.
    « MAÎTRE SEKEL ? C'est moi, Tyr où êtes-vous ?! » Toujours aucun réponse alors que le padawan ne cessait d'appeler le Maître Jedi depuis plusieurs lorsque soudain, le bruit particulier de la glace craquelant sous l'effet du poids conséquent du Chistori se fit entendre. Il projeta alors son regard vers le sol et fort heureusement il ne s'agissait que d'une craquelure au sol et il ne risquerait pas de tomber dans un trou ou autre. C'était la faute aux holo-films tout ce genre de chose, tout le monde savait que les cavernes de glace étaient on ne peut plus solide. Désormais Tyr prenait le risque d'enlever son casque afin de ne plus avoir une vision restreinte et surtout constater de ses propres yeux où il se trouvait. Une épaisse fumée blanche sortit alors de la gueule du Chistori alors que le froid venait littéralement refroidir tout son visage aucunement charismatique. Il n'avait jamais vécu cela et il ressentait ses globes oculaires le piquer et comme se rétrécir.

    Au bout de quelques instants, le temps de s'habituer, cette sensation s'atténua légèrement et devenait plus supportable bien qu'il continuait de regretter d'avoir enlevé ce casque. Il pouvait bien entendu le remettre et c'était même fortement conseillé, mais il perdait encore un peu plus de sa lucidité apparemment et continua sa progression ainsi. Ce fût quelques minutes plus tard qu'il fut pris d'un malaise assez foudroyant et qu'il remit à nouveau son casque, qui le coupa à nouveau du froid glacial en le réchauffant légèrement. Cependant il était déjà trop tard et le Chistori éprouvant le désire de s'asseoir, immédiatement. Ce qu'il fit contre un tas de neige situé contre la glace. Que faisait cette neige ici d'ailleurs ? Il ne pouvait venir de nul part. Quoi qu'il en soit il n'y prêta pas attention et passa littéralement au travers, dévalant a grande vitesse en contre-bas. Sa largeur d'épaule faisait qu'il tapait régulièrement les parois et il faillit même une reprise, se retrouver coincer avant que la glace ne cède sous son poids.
    « Arrgh !! Ouuh ! Graaah ! » Puis désormais pplus rien ne ralentissait sa chute, avant de venir violemment s'écraser contre le sol, tête la première. Le casque était désormais cabossé la visière fissurée mais pas encore hors service et surtout, il était inconscient.



HRP: Myir peut très bien se servir dans le sac de Tyr si elle le souhaite, voir même trouver d'autres choses dedans, je n'ai pas décrit grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A sang froid [PV : Myir Alshain]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A sang froid [PV : Myir Alshain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Ilum-