La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mid E'roïb
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
avatar


Nombre de messages : 55
Âge du perso : 44 ans
Race : Cyborg/Quermien

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Dim 23 Juil 2017 - 20:04

-Nous transmettons en solairevision depuis la place de la Commission Générale où, comme vous pouvez le voir, un million de manifestants se sont rassemblés pour contester la politique du Parti Mineur. Avec une audace extrême, la journaliste du Coruscant Post, infiltré parmi la masse d'individus présents sur la Place du Pouvoir, continuait de relayer en direct les événements qui se déroulaient sur Anoat.

-Au-dessus de la foule, se dresse la Commission Générale, siège du gouvernement planétaire, où vient à peine de commencer la rencontre historique entre le Secrétaire-général du Parti Mineur d'Anoat, Mid E'roïb, et l'ambassadeur de Gerrenthum, Kawa Burrako. Ce sommet inattendu tentera d'apporter une solution au conflit entre les deux planètes.
Depuis maintenant vingt ans, Anoat fait l'objet de plaintes répétées de la part de ses voisins envers son régime, jugé tyrannique.


Il y avait effectivement de quoi parler d'un événement insoupçonné. Jamais depuis le renversement de l'ancienne administration, le gouvernement d'Anoat n'avait toléré un rassemblement de citoyens. Non seulement celui-ci était excessif, mais il se déroulait de surcroît devant la magistrature planétaire, symbole suprême du pouvoir.
Si Gerrenthum était déjà au courant de la situation sur Anoat, le repérage ces derniers jours de plusieurs caméras de la presse républicaines avait largement dissuadé Mid d'interdire le rassemblement. Il fallait croire que la Gardienne de la Galaxie s'intéressait enfin à son cas. Du moins, ses satanées journalistes.
Excédé par ces pernicieux tours de passe-passe, sans doute plus que jamais paranoïaque et énervé à son paroxysme, Mid suspectait largement la planète voisine d'avoir tout organisé. Cette confrontation était un arbre masquant la forêt. Une couverture destinée à le faire tomber dans un piège en acceptant les conditions de Gerrenthum.

-Votre fermeté, Citoyen Mid, est totalement déplacée ! Au cours de ces dernières années, votre cote de popularité a chuté à la vitesse d'une fusée Wingflash dans le secteur. Ce qui a augmenté, c'est le taux de délinquance et la diffusion des armes dans les rues de vos mégapoles, c'est du jamais vu ! La mise en service de ces monstres que sont vos droïdes n'empêchera pas Anoat d'être précipitée dans le chaos où vous l'aurez conduite !!  Malgré son ton enclin à la leçon de morale, le Lutrillien laissait constamment entrevoir un petit rictus sur le bord de ses lèvres. Il se donnait largement l'air de maîtriser la situation.
Face à lui, Mid était correctement installé dans l'assise de son fauteuil de cuir ocre, ses bras reposant sur les accotoirs garnis de petites gemmes ovales vertes. Il observait son homologue tel un prédateur verouillant sa proie.

-Il ne vous reste qu'une seule chose à faire pour sortir de cette impasse, accepter nos conditions. Votre gouvernement doit arrêter immédiatement sa course à l'armement, et l'oppression de la population. Si vous refusez, tôt ou tard, ce sont vos propres citoyens qui auront votre peau !  Le petit Lutrillien qui marchait à sa convenance dans la grande salle depuis le début des négociations s'approcha de la grande baie vitrée qui donnait sur l'aval. D'un air amusé, il désigna de la main l'immense foule qui s'étendait sur plusieurs kilomètres en contrebas.

-Secrétaire-général Mid, qu'avez-vous à répondre ? Dit-il sur un petit ton taquin en se passant les mains derrière le dos.

Le cyborg se leva de son siège.

-Ce que j'ai à répondre ..

-Regardez là-haut ! Quelqu'un a été projeté du dernier étage de la Commission Générale, des gens s’agglutinent au tour du cadavre et .. MON DIEU ! Il s'agirait de l'ambassadeur de Gerrenthum ! C'est inédit ! C'est une catastrophe ! Anoat est réellement la dictature décrite par les mondes du secteur !

Tout autour, des voix commencèrent à se lever significativement. Certains se mirent même à chanter des airs absolument interdits par le régime. Des mouvements de foule eurent lieux. On hurlait que cet hystéro-sanguinaire de tyran venait de flanquer le sommet par terre. Des propos autrement plus hostiles commencèrent à se véhiculer, demandant ce que l'on attendait pour faire la peau de l'oligarque et de sa clique.

A l'intérieur de la Commission Générale, l'ambiance était plus calme. On avait fait venir des techniciens Kedorzhans pour réparer en vitesse la grande baie vitrée fracturée par la vélocité de l'ambassadeur de Gerrenthum.
Confiant à ses subordonnés de ramener l'ordre à l'extérieur, le tyran s'était retiré dans l'une des ses suite, où il s'était fait servir un verre de vin Zeltronien, trente ans d'âge. Pour Mid les négociations étaient terminées. Les choses étaient revenues à l'état initial, sans doute pire encore.

Une dizaine de minutes plus tard, un conseiller Quermien entra dans la pièce après s'être fait signaler aux sentinelles qui gardaient l'entrée.

-Votre Excellence, un vaisseau de petite taille vient de franchir notre atmosphère ! C'est très inquiétant, Monseigneur !

Le Secrétaire-général referma instinctivement la poigne de sa main droite sur son verre de cristal qui éclata sous la pression.

-Arraisonnez le sur-le-champ et amenez-moi ses occupants. Ce sont certainement des complices de cette vaste conjuration !

Le dignitaire s’exécuta aussitôt et quitta la pièce à grande enjambé. Mid était toujours assis dans son fauteuil. Il sentait un terrible courroux envahir son esprit. On avait cherché à le berner. Sa vengeance serait terrible. Mais avant cela, il fallait comprendre exactement ce qui se tramait, et la capture de cet aéronef y répondrait sans doute en partie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emhyr Zaknafein
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 173
Âge du perso : 44 ans
Race : Humain
Binôme : Ancien amant de Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Vagabond
HP:
90/95  (90/95)
PF:
58/78  (58/78)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Mar 25 Juil 2017 - 10:29

 « Vous avez déjà essayé avec un cheval de bois ? Nan parce que... »

 « La ferme ! »

Le coup de crosse de blaster eut un meilleur effet ; Emhyr sombra dans un tourbillon de couleur et de douleur pour les minutes qui suivirent. Son atterrissage plus ou moins forcé n'avait pas eu l'effet escompté par le Jedi gris. Il avait vaguement entendu parler du fait que cet endroit était un peu... bizarre, un peu mal foutu etc, mais à ce point ? C'était une putain de dictature, ici, ou un simulacre en tout cas. Les autorités arrêtaient tous les vaisseaux qui passaient par ici, y compris les contrebandiers. Non pas qu'il ait tenté de se faire passer pour un contrebandier, car ça aurait probablement aggravé son cas. Mais juste pour rire, il aurait du essayer.

Emmené de force, dès que son vaisseau s'était posé, il n'aurait su dire ce qui le surprenait le plus : l'arrivée très rapide des autorités ou le fait qu'on l'emmène, apparemment, voir un grand patron comme ça, sans le foutre en prison avant. De toute sa vie, ce serait probablement la première fois qu'il parviendrait à faire quelque chose comme ça. S'il retrouvait Myir – et son esprit redoubla de douleur à cette pensée – il pourrait lui dire qu'il avait rencontré un type méga important ! Même si c'était le seigneur auto-proclamé d'une planète merdique du fond du trou du cul de la République. Nan, soyons honnêtes : Anoat était pas du tout une planète digne de figurer dans la liste des systèmes républicains, mais plutôt en indépendante ou en partisane de l'Empire.

On le menotta, par précaution, quand ils entrèrent dans un bâtiment à l'aspect très... officiellement pompeux. On lui retira son pistolet blaster, ce qui fit doucement sourire l'ex-Jedi. Son sabre-laser était dissimulé dans sa manche, et... merde, ils l'avaient trouvé aussi. Satanés gardes. Bon, bah maintenant il était mal. Il allait sûrement subir les foudres d'un type en longue cape rouge, avec une coiffe métallique débile, et extravagante, qui allait sûrement lui passer un savon, se délecter de son plan machiavéliquement méchant et le faire jeter en prison. Hmm, guère réjouissant.

Mais en réalité, non, rien de tout cela. Les gardes l'escortèrent jusqu'à une pièce d'aspect tout aussi officiel que le bâtiment, et annoncèrent son arrivée avec solennité.

 « Monseigneur ? Le prisonnier est là. Il portait ce blaster et ce sabre-laser sur lui. Il était le seul occupant de son vaisseau. »

On fit asseoir Emhyr, les menottés sur un fauteuil somme toute très confortable. C'était le luxe, ici. On lui retira également sa capuche, afin que tout le monde puisse voir son hirsute tête. Il avait bien songé à se raser et à se couper les cheveux, courts comme les aimait Myir, mais il avait eu un gros coup de flemme.

 « Il n'a pas opposé beaucoup de résistance. De plus, il dit ne pas être un contrebandier, ni un pirate, un voleur, un chasseur de primes ou un quelconque mercenaire. Il serait un simple vagabond égaré. »

Ce qui, sur le papier, était tout à fait vrai. Après, dans la pratique, il savait à peu près où il était, donc il n'était pas non plus complètement égaré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mid E'roïb
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
avatar


Nombre de messages : 55
Âge du perso : 44 ans
Race : Cyborg/Quermien

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Mar 25 Juil 2017 - 14:05

-La sécurité a été rétablie à 58% dans le secteur, Excellence. Mille neuf cent quarante-sept arrestations, aucune victime parmi les civils. Le petit hologramme de l'officier de la surveillance projeté par l'holopad que le tyran tenait dans la main se mis au garde-à-vous.

-Bon travail, Capitaine. Rétorqua son supérieur, avant de couper la liaison.

Deux gardes du Téknéou, terrible police politique, apparurent soudain sous le seuil de la porte du grand salon. Les deux Kedorzhans étaient coiffés d'une sorte de grosse toque de fourrure grise, et un intriguant masque respiratoire, surmonté d'une paire de lunette de protection aux verres émeraudes, était plaqué sur leur visage de mort. Une voix aux airs métalliques émana aussitôt de l'un d'eux.

-Monseigneur ? Le prisonnier est là. Il portait ce blaster et ce sabre-laser sur lui. Il était le seul occupant de son vaisseau.

Le troisième individu, l'otage, était menotté et solidement empoigné par ses geôliers. Plutôt imposant, solidement charpenté et grand pour un humain, il portait une bure surmontée d'un capuchon qui était rabattu en arrière.

-Il n'a pas opposé beaucoup de résistance. De plus, il dit ne pas être un contrebandier, ni un pirate, un voleur, chasseur de primes ou un quelconque mercenaire. Il serait un simple vagabond.

Mid se passa les mains derrière le dos et s'approcha malicieusement de l'individu, s'arrêtant à moins d'un mètre de lui, le toisant de toute sa hauteur. À la place d'un être terrifié, il découvrit un visage étonnement impassible et sévère qui avait presque l'air de le défier. Ce qui l'insupporta.
Les cheveux de l'humain étaient sombres et tiraient parfois légèrement sur le gris. Le cyborg était bien content de ne plus avoir à se soucier de la vieillesse depuis qu'il avait adopté une forme droïde. La chaire organique était décidément quelque chose de bien trop agressif et encombrant pour le dieu qu'il était, un attribut qui correspondait à tous ceux qui refusaient d'abandonner leur primitivité !

-Un vagabond possédant un chasseur spatial, avec le carburant régulier qui va avec, héhé, bien tenté cher ami. Malheureusement vous êtes tombé sur la mauvaise personne. Voyez-vous, j'ai une grosse affaire sur les bras, avez-vous remarqué ce qui se déroule l'extérieur ? Le résultat des machinations perfides de vos mentors. Ceux qui vous ont envoyé ici !

Il flanqua un revers de main à l'homme, pas assez puissant pour le tuer, bien qu'il aurait sans doute pu de part sa force extrêmement augmentique, mais suffisant pour l’impressionner.

-Un sabre laser .. il saisit la trique métallique dépourvue de tout ornement et l'examina avec attention, avant de la poser sur une table translucide en cristal pourpre où reposait le deuxième gadget de l'humain. Rien que cela, n'est-ce pas ? Cette fois votre compte est bon ! Bien entendu que je vais vous faire pendre. Mais avant cela, vous allez parler ! Oui mon cher, car j'ai besoin de connaître toute la vérité sur ce vaste complot. Empoignez-le !!

Mid se fit servir un verre de Dark Side Daiquiri pendant que ses hommes de mains étaient occupés à flanquer des claques à l'espion qui était maintenu assis sur un vaste fauteuil de cuir garni de petit jais polis.
Au bout d'un moment, le Secrétaire-général s'approcha à grandes enjambés du prisonnier en commençant à sérieusement se mettre en colère.

-Quelle est le plan de la République pour m'abattre ? Quelle mission diabolique vous a confié l'Ordre Jedi ? ? Expliquez-moi !!!

Mais le bougre ne semblait visiblement pas du tout impressionné par les méthodes des agents du régime. C'était bien la première fois. De son côté, Mid perdit totalement patience.

-Aha ! vous continuez de nier ? Mettons donc les choses au clair.
Je me fais me livrer un espion dans l'espoir d'obtenir des informations sur ce qui se déroule en ce moment sur ma planète. Je cherche à le faire coopérer pendant que ma propre population travaille à m'abattre.
Je pourrais continuer de vous torturer jusqu'à ce que la biologie ait raison de vous, effectivement. Ou bien m'épargner cette peine en vous supprimant, comme il y a de fortes chances que vous ne parliez pas avant que cette ample brigue de mon pouvoir soit terminée.


Les deux Kedorzhans lâchèrent l'individu et saisirent leurs fusils blasters.

-Je n'aime pas beaucoup les efforts. Je choisis la seconde solution.

Il tourna la tête et adressa un signe à ses sbires. Les deux cogneurs levèrent leurs armes et firent sauter les crans de sûreté. Les cellules énergétiques se mirent à bourdonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emhyr Zaknafein
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 173
Âge du perso : 44 ans
Race : Humain
Binôme : Ancien amant de Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Vagabond
HP:
90/95  (90/95)
PF:
58/78  (58/78)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Jeu 27 Juil 2017 - 10:39

Le Jedi gris partit d'un rire nerveux, secouant la tête pour chasser la douleur et pour se réorienter. Il était sérieux, ce clown ? Une petite baffe et il abandonnait ? En plus, il soupçonnait Emhyr d'être quelqu'un qu'il n'était pas ; un espion, un traître, un Jedi envoyé par la République... ok, le sabre-laser jouait contre lui. Ça, c'était indéniable, et il n'allait pas forcément mentir sur le fait que c'était le sien. Il allait falloir jouer une autre carte, et vite, car il semblait particulièrement impatient, ce gars, et que la vie d'Emhyr risquait de se terminer sous peu. Et d'une manière assez moche. Ce type pensait qu'il était un espion... démentir ne suffirait pas. Il allait falloir ruser.

Or, pour ruser, il était pas le plus mauvais. Mais là, il avait affaire à un politicien complètement détraqué.

 « Dîtes, ça vous embêterait de me laisser parler avant de me flinguer ? »

L'audace eut l'effet escompté : les deux soldats chargés de l'éliminer restèrent momentanément scotchés, consultant leur chef du regard. Avant que ce dernier ne puisse s'exprimer, l'ex-Jedi reprit la parole, conscient que chaque seconde aurait de l'importance. Bon sang, s'il s'en sortait vivant, il pourrait le sortir à Myir : regarde chérie, j'ai réussi à berner un politicien complètement taré ! A condition de la retrouver, pensée qui le ramena brutalement à la réalité. Et qui amena une autre pensée.

 « Ecoutez... je sais pas trop ce qu'il se passe sur cette planète. En fait, j'en sais absolument rien, et je m'en fous. Entre nous, j'ai vraiment l'air d'un foutu Jedi ? Ok, j'ai un sabre-laser, mais soit je l'ai piqué, soit je ne suis plus un Jedi. Nan, sérieusement, regardez ma tronche ! Un Jedi ou un Sith serait comme ça ? Vous avez plus de chance de trouver une bouteille d'alcool qu'un plan secret, dans mon vaisseau. Quoique. Si ça se trouve, l'ancien propriétaire était un espion, mais ça m'étonnerait. Bref. Vous êtes énervés, je suis énervé, et si on s'arrangeait ? Je veux dire, vous me laissez partir tranquillement, et vous reprenez votre... euh... je sais pas quoi. Marché conclu ? »

Il n'était pas certain de vouloir essayer de sentir les émotions de l'autre gars, dans la Force. Un tourbillon de complexité et de colère, c'était pas beau à voir. Cela dit, maintenant qu'il avait fini de parler et qu'il attendait une réponse, il sentit ses pensées s'organiser autour de ce qu'il avait ressenti quelques instants auparavant ; Myir bien sur. Il s'engageait de plus en plus sur une pente dangereuse, faites d'embûches et de trucs moches. Il tenait à la récupérer coûte que coûte, et se débarrasserait de tout le monde sur sa route. Il avait de sacrées excuses à lui donner, à commencer par le fait d'avoir été drogué et kidnappé par un simple chasseur de primes. La honte, quoi.

Mais la honte ne serait rien à côté des regrets, s'il ne parvenait pas à sortir d'ici. Bon elle venait cette réponse ? Il avait eu le temps de faire cinquante fois le Tour Galactique, de finir cinquante fois Vaisseau Jaune, là. C'est qu'il n'avait pas toute la journée non plus, merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mid E'roïb
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
avatar


Nombre de messages : 55
Âge du perso : 44 ans
Race : Cyborg/Quermien

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Jeu 27 Juil 2017 - 21:24

-C'est incroyable, reprit la journaliste du Coruscant Post sur un ton plus calme, ce qui avait commencé par un geste de détente pouvant conduire à la paix universelle entre les deux planètes s'est transformé en détonateur d'une révolte colossale !

À l'extérieur, un nouveau mouvement de foule se produisait effectivement sous les regards inquiets des dignitaires du Parti, reclus dans les différents étages de la Commission-Générale.

-Excellence, la situation est grave. Déclara à l'autre bout de la ligne le chef des mercenaires présents sur la place.
Nous n'avons pas assez de droïdes pour mater un million de personnes sur le point de se révolter. Il faudrait éloigner votre noble personne avant qu'.. Une gigantesque explosion retentit à l'extérieur, mettant subitement fin à la communication.

-Diantre ! La liaison est coupée ! S'exclama Mid qui s'était temporairement détourné de son otage pour répondre à l'appel urgent qu'il venait de recevoir.

-Non Excellence, c'est le quartier général de la surveillance qui vient de sauter. Corrigea le conseiller Quermien qui regardait la scène depuis la grande baie vitrée de la pièce.

Le Secrétaire-général se mit à tourner en rond, les mains passées derrière son dos, telle une lune orbitant autour d'une présence planétaire. Il s'approcha du gaillard menotté dans la même démarche, saisissant au passage la trique métallique qui était posée sur la table de cristal. Il la brandit au-dessus de lui en l'agitant.

-Vous savez vous servir de ce bidule correctement ? Il avait écouté religieusement cet humain qui l'avait bluffé par son indifférence, alors que deux armes étaient braquées sur lui. Méticuleusement, comme il avait l'habitude de le faire, le cyborg avait pris soin de l'observer pendant qu'il continuait de nier les accusations lancées contre lui. Quelque part, il y avait une chance que ce drôle dise la vérité. Si son profil correspondait en tout point à celui d'un agent clandestin envoyé par des services spéciaux, son indifférence et son arrivisme face aux menaces avaient de quoi laisser perplexe. Après tout, il ne serait ni le premier, ni le dernier à s'égarer dans l'espace d'Anoat. Un certain nombre de ce genre de comparses croupissait déjà dans les geôles planétaires.

-Je n'ai pas de temps à perdre, mettons cartes sur table ! Il fit signe au garde de lui retirer ses menottes, tandis qu'il s'emparait de son long sceptre de duracier, prêt à se défendre si la situation dérapait.

-J'ai une révolte sur les bras, aidez-moi à reprendre le contrôle de ma ville et je vous laisse partir. Vous serez bien le premier. Mieux, je vous récompenserais même. Croyez-moi, je ne manque pas de richesses ..

D'un bras, il adressa un signe à l'un des deux gardes qui flanquait toujours l'homme, tandis que Mid jetait à ce dernier son arme sans doute principale. Les politiciens présents dans la salle comprirent aussitôt et détalèrent en grande pompes, quittant les lieux en soulevant leurs robes pour certains, afin de ne pas se prendre les pieds dedans.

-Montrez-moi que vous pouvez m'être d'une grande utilité. Fidèle au couard qu'il était, il recula contre la baie vitrée en gloussant. Les deux cogneurs venaient de quitter la pièce, l'un d'eux avait passé un appel dans son holomicro.

Une escouade de dix Kedorzhans du Teknéou, armée jusqu'au dents, débarqua dans la salle en grandes pompes. Certains étaient équipés de vibro-hallebardes, d'autres de fusils blasters. Ils se ruèrent sur l'homme sous le regard curieux du dirigeant suprême.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emhyr Zaknafein
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 173
Âge du perso : 44 ans
Race : Humain
Binôme : Ancien amant de Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Vagabond
HP:
90/95  (90/95)
PF:
58/78  (58/78)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Dim 30 Juil 2017 - 10:40

L'effet de surprise dissipé, Emhyr se retrouva, libéré, le sabre-laser à la main, sur le point de devoir en découdre avec une dizaine de gros bras. La situation lui échappait complètement ; quelle idée de venir sur cette foutue planète ? Pourquoi est-ce qu'il avait été là, déjà ? Il ne s'en rappelait même plus, mais ça avait sûrement à voir avec le fait que son vaisseau était en mauvais état et qu'il aurait eu besoin de le faire un peu réparer. Avec la guerre entre les deux gros gouvernements galactiques, ce n'était pas évident de se procurer du carburant et/ou du matériel de vaisseau. Encore moins de faire réparer discrètement un vaisseau comme celui-là, qui pouvait servir de chasseur comme de petit cargo pour la contrebande. Et donc, potentiellement réquisitionnable par l'un ou l'autre des gouvernements.

Il jeta un dernier coup d’œil au politicien qui lui avait rendu son arme, et qui donnait des ordres. Ce gars-là avait reculé, visiblement assez peu serein à l'idée de rester près d'Emhyr et des autres énergumènes. L'idée – très tentante – d'aller l'attaquer traversa l'esprit du Jedi gris, mais c'eut été folie d'essayer. Il n'aurait plus aucune chance de quitter la planète en vie. Déjà qu'il lui en restait peu... N'empêche, il allait encore devoir se battre, et mais cette fois sans en avoir envie. Il voulait simplement qu'on le laisse tranquille et partir. Mais l'autre couard avait visiblement une idée derrière la tête, car il avait parlé d'aide. S'il s'attendait à ce qu'Emhyr aille tailler dans du manifestant pour l'aider, il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu'à l'omoplate. S'il lui restait une omoplate.

Malheureusement pour lui, le premier gros bras, avec son arme de corps à corps, se jeta sur lui, ne lui laissant pas le choix. Emhyr esquiva sur le côté, activa son arme et lui coupa le bras droit d'un habile mouvement du poignet.

 « Tout ça ne rime à rien ! » s'exclama-t-il pour protester.

Il n'eut pas plus d'opportunité à la suite. Il fut forcé de se battre, d'esquiver, parer, dévier, frapper et mutiler. Il évitait de les tuer, pour ne pas avoir la possibilité d'être condamné à mort sur une énième planète. Néanmoins, le combat fut bien plus simple qu'il ne l'aurait pensé : les armes longues des gardes gênaient leurs mouvements, et à cause de leur nombre, ceux avec des fusils ne pouvaient pas vraiment tirer sur Emhyr. Lui, agile et avec une arme bien plus courte, put se faufiler parmi eux et les éliminer un par un, sans trop de problèmes. Et alors qu'il venait d'assommer le dernier garde, il pointa son sabre-laser vers le dirigeant de cette planètes de dingues, ce dernier presque acculé contre sa baie vitrée.

L'agacement de l'ex-Jedi était palpable. Son visage hirsute lui donnait un air sans doute des plus expressifs.

 « J'en ai déjà marre de ce spectacle de clown. On est pas chez les Hutts, pourtant, on dirait que vous savez faire le même genre de plaisanterie douteuse. Maintenant, dîtes-moi ce que vous voulez, que je puisse refuser et me barrer d'ici. Ou alors, non, on va faire plus simple : laissez-moi partir tranquille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mid E'roïb
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
avatar


Nombre de messages : 55
Âge du perso : 44 ans
Race : Cyborg/Quermien

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Dim 30 Juil 2017 - 14:21

-Je .. Je vous interdit de me toucher ! Balbutia t-il en se raidissant contre la vitre.

Le type venait d'éliminer dix soldats vétérans du Teknéou en l'espace de quelques secondes. Il y avait de quoi être surpris. Assurément, ce bretteur pourrait lui être d'une aide précieuse en ce moment. Il restait toutefois à le convaincre de l'aider, et pour l'heure, le bougre ne semblait pas prêt de coopérer. Il ne désirait autre chose.

-Partir ? D'abord, il leva la tête vers haut, comme s'il était sur le point d'éternuer. Puis, un immense rire émana des fentes verticales qui lui faisaient office de bouche. Il plaqua ses bras métalliques au niveau de ses côtes en se tortillant, presque de douleur, tant ses poumons se contractaient sous les éclats de rire ininterrompus. Il s'appuya contre la vitre, d'un bras, manquant presque de tomber tant il ne tenait plus debout.
Il tenta finalement de se calmer et de reprendre ses esprits après plus de trente secondes d'esclaffement.

-Certainement pas. Vous êtes très doué pour la pantomime, les poses virils et le numéro de gladiateur farouche, mais vous ne comprenez pas très bien le protocole et les différentes strates de la hiérarchie.

Il glissa lentement vers la table de la pièce où reposait toujours le blaster de l'homme, tout en restant à distance de ce dernier.

-Que gagnerais-je à vous laisser partir ? Rien. Vous employer par contre, temporairement, me serait sans doute d'une forte utilité. Et je suis prêt à mettre le prix nécessaire.
Comment vous appelez-vous déjà ..
il s'empara des papiers d'identité posés sur la table, à côté du blaster, Emhyr Zaknafein..

Soudain, une politicienne Quermienne suivit d'une troupe de dignitaires entra dans la pièce en courant, le regard affolé, n'accordant presque pas d'intérêt à la masse de corps mutilés qui étaient empilés devant l'entrée.

-Monseigneur, la population se révolte ! Ils s’apprêtent à marcher vers le cordon de sécurité de la Commission ! D'autres groupes ont été signalé de toute part, c'est une insurrection générale, nous sommes encerclés !

-Tolérer ce rassemblement de plébéiens était la première erreur. Je vais les noyer dans leur sang.

-Il y a sûrement des caméras parmi la foule, nous nous sommes fait piéger Excellence ! La République est déjà entrain de voir ce qu'il se passe.

Mid ignora largement la remarque.
Il était entrain de s'approcher de la fenêtre à grande enjambée lorsqu'une nouvelle détonation résonna à l'extérieur. Le Secrétaire-général termina ses pas en courant et se plaqua de nouveau contre la grande baie vitrée. Derrière l'immense foule, une énorme machine qui avait l'allure d'un long cargo anti-grav précédé d'un énorme pieu fixé sur sa cabine, et qui tournait sur lui même, venait de sortir du sol. Une écoutille s'ouvrit sur sa partie supérieure et un drôle équipé d'un mégaphone en jaillit, braquant son appareil vers la masse de citoyens. Les dignitaires n'entendirent pas distinctement ses paroles, mais la galvanisation générale qui s'en suivit parmi les manifestant ne présageait rien de bon. Le million d'individus rassemblés se retourna vers le bâtiment suprême, menaçant la colonne de droïde qui les séparait de la Commission.

-Qu'est-ce que c'est que ça ? Venez voir ça Emhyr !

-On dirait l'une de machines utilisées dans les mines de Nor Chusa. Déclara un conseiller.

-Que fait cet engin à Anoat City ?

Un silence glacial envahit aussitôt la pièce. Aucun conseiller n'osait prendre la parole pour expliquer cet événement inattendu qu'ils ne comprenaient pas eux-même.
Soudain, l'énorme engin se mis à avancer à allure modérée en direction de la Commission-Générale, tandis que la foule qui l'exhortait, s'écartait sur son passage. Une sorte de flash illumina la partie avant du véhicule minier.

-On dirait un … MISSILE !!

L'explosion du projectile fit trembler la bâtiment suprême, on avait l'impression que le ciel venait de s'abattre sur le sol. Mid qui s'était jeté à terre se releva en vociférant.

-Où est le Station Mectaid ? Mettez les moi en liaison immédiatement !

La silhouette du chef du terrible porte-aéronefs atmosphérique apparut aussitôt au-dessus de l'holopad.

-Votre Excellence, malheureusement le headquarter se trouve en ce moment même au-dessus de Zokholk pour y démanteler un trafic de speeder-machines à laver. Même en mettant toute la gomme, on n'arrivera pas à vous rejoindre avant une heure.

-COMMENT ?! MAIS IL FAUDRAIT FAIRE PENDRE TOUS LES CHEFS DE L'ARMÉE DE L'AIR ET VOUS AVEC !!!

Il projeta violemment le petit appareil contre un mur. L'objet éclata sous l'impact dans une explosion d'étincelles. Les conseillers se mirent à trésailler.

-Très bien Emhyr. Si ce bâtiment est investi, vous serez suspecté d'être l'un des nôtres et croyez-moi, ces drôles ne feront aucun quartier. Nous serons tous pendus ! Il s'approcha du type qui était visiblement excédé par les événements.

-Mettez cet engin hors d'état de nuire, et je vous laisse partir. Mentit-il sans le moindre remord. Non pas qu'il excluait l'idée de laisser son comparse continuer sa vadrouille galactique, mais il comptait sur son aide pour mettre fin à cette odieuse révolte.

Dans le fond, le type semblait sympathique. Le Secrétaire-général comprenait son effarement, mais il était bien trop inquiet de la survie de son règne pour s'y attarder. Si tout se passait bien, cet Emhyir Zaknafein pourrait se targuer d'être l'un des rares à avoir pu quitter le monde d'Anoat, avec peut-être une récompense intéressante ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emhyr Zaknafein
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 173
Âge du perso : 44 ans
Race : Humain
Binôme : Ancien amant de Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Vagabond
HP:
90/95  (90/95)
PF:
58/78  (58/78)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Ven 4 Aoû 2017 - 15:35

En se retrouvant à l'extérieur du bâtiment, lâché en pleine rue, Emhyr dut admettre qu'il avait quand même commis une belle erreur en venant ici. Anoat figurait désormais, avec Phindar, Aeten II, Yaga Minor et la moitié des planètes de la Galaxie, sur sa liste des endroits pas cool où il ne fallait pas aller. Que ce soit pour le business ou pour le tourisme. Et encore moins seul, fatigué, la gueule de bois et avec un vaisseau en pièces. Enfin, délabré, beaucoup délabré. Il pouvait encore voler. Si on le brusquait pas trop et si on avait potentiellement la possibilité de remplir le réservoir pour pas trop cher. Hélas, avec la guerre, les prix grimpaient.

Il se creusait déjà la tête, en plus, pour déterminer ce qui serait le plus dangereux à faire : forcer le passage jusqu'à son vaisseau, ou essayer de s'en sortir avec la promesse à peine louche de l'autre gland de cyborg. Nan, soyons honnêtes : c'était très tentant d'essayer de filer en douce. Mais il y avait un truc, une espèce de sentiment ou prémonition, qu'il devait faire autre chose que ça, que ça aurait été un peu débile de dire « ouais c'est cool je viens là mais en fait je m'en vais ». Puis quelque chose lui disait que quelqu'un s'attendait sûrement à ce qu'il fasse ça pour faire exploser son vaisseau. Ce qui le contrarierait un peu.

De là où on l'avait laissé, il pouvait voir la foule, extrêmement dense, en train de scander des insultes contre le gouvernement local, tout en acclamant les utilisateurs de leur machine de destruction. Parmi les nombreuses pancartes et messages de la foule en colère, le plus récurrent était un « le gouvernement pro-impérial dehors ! ». Ce qui n'était pas étonnant. Aux yeux de tous, un système aussi pourri s'apparentait beaucoup aux clichés sur l'Empire. Pour y avoir vécu quelques temps, les nuances étaient bien plus subtiles, et tout n'était pas à jeter chez le gouvernement des Sith... mais bon. Toutes ces questions de politique l'exaspéraient, ne l'intéressaient pas, et il s'en foutait complètement. La Galaxie pouvait bien brûler, du moment qu'il retrouvait Myir en vie, et pouvait reprendre sa route avec elle.

Il dut descendre plusieurs autres rues avant de réussir à atteindre les abords de la foule en colère. Plusieurs dizaines de personnes étaient juchés sur un container, et ils criaient pour attiser la majorité. Emhyr rabattit son capuchon sur sa tête, et le sabre-laser à la main, se mit à avancer et à se faufiler à travers les manifestants. Avancer était difficile, mais il parvenait à peu près à s'en sortir. Au final, il mit plusieurs minutes à atteindre ce qu'il estimait être le milieu de la distance, quand des détonations retentirent, et qu'il y eut des cris de panique. La machine continuait de hurler, et se mit à avancer petit à petit. Maintenant qu'il était là, Emhyr était à peu près persuadé qu'il ne parviendrait pas à arrêter le véhicule sans blesser les gens. Ou les tuer.

Il allait devoir trouver une autre idée. Il regarda autour de lui, et avisa un autre véhicule : un landspeeder à l'arrêt, sur lequel était grimpé un ado. Il se dirigea vers lui, une nouvelle idée en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mid E'roïb
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
avatar


Nombre de messages : 55
Âge du perso : 44 ans
Race : Cyborg/Quermien

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Dim 6 Aoû 2017 - 9:13

À priori, le type avait accepté la proposition du Secrétaire-général, puisqu'il était descendu avant de se frayer un passage dans la foule sous les regards attentifs des agents du Teknéou qui le suivait. Il était effectivement hors de question de laisser s'échapper un être aussi intéressant que précieux.

Sur la Place du Pouvoir, les manifestants ne parvinrent pas à tenir en place et certains, précédant le terrible engin minier, commencèrent à courir en direction des droïdes de sécurité.

-Tirs de sommation ! Hurla un conseiller, reclus dans le bâtiment suprême, à l'intention du commandant des automates présent sur la place.

Des rafales jasèrent en direction des insurgés pour frapper à leurs pieds, les touchants parfois aux membres inférieurs. Leur progression n'en fut nullement affectée.

-Envoyez les gaz dissuasifs, vite ! Réitéra le chef de la sécurité du comité général, qui observait la scène derrière la baie vitrée du dernier étage.

Une centaine de droïdes jaillirent depuis l'arrière du cordon de sécurité, se frayant un passage parmi leurs homologues équipés d'armement létal, avant de s'avancer de quelques mètres devant eux dans une démarche aussi mécanique que défectueuse, et de marquer l'arrêt en posant un genou à terre. Une multitude de bruits sourds se mirent à résonner de toutes parts. Les droïdes étaient entrain de tirer des gaz anti-émeutes vers les manifestants qui stoppèrent aussitôt leur progression pour une large part. Le véhicule des rebelles se mit alors à ouvrir le feu une deuxième fois, expédiant un missile sur les éléments de maintient de l'ordre, pulvérisant un certain nombre d'entre eux en quelques secondes.

-Ce ne sera pas suffisant. Jugea le Secrétaire-général. Si nous n'arrêtons pas cette machine nous perdons l'avantage. Où en êtes vous dans vos recherches ? Déclara t-il à l'intention des opérateurs-naviguant qui étaient penchés sur leurs tableaux de bords, dans la Salle des Communications.

-Monseigneur, nous pensons qu'une partie des responsables se trouvent en ce moment dans l'espace de Bespin. Nous avons interceptés des communications cryptées à destination de l'espace de Genrenthum depuis une cité flottante.

-Commandant ? Dit-il à l'intention du Kedorzhan du Teknéou qui se tenait prêt des conseillers. Rassemblez vos hommes, nous allons partir pour une opération clandestine.

Un conseiller Quermien sembla s'inquiéter.

-N'est-ce pas un peu risqué pour notre crédibilité, Excellence ?

-Cette station abrite des criminels portant atteintes à ma légitimité. Nous réglerons nos différents plus tard avec Bespin. Préparez ma navette personnelle en vitesse, nous allons avoir besoin de notre ami Jedi.

Une dizaine de minutes plus tard, un peu plus de quinze personnes sont rassemblées sur l'une des pistes surélevées de la Commission Générale. Mid, escorté par une garde prétorienne, disparaît par la trappe arrière du transport qui s'élève aussitôt dans les airs.
À quelques kilomètres du bâtiment suprême, une centaine de soldats méconnaissables du Teknéou embarquent à leur tour dans cinq transports.

-Pilote, approchez-vous de la Place, nous allons prêtez main forte à notre agent. Nous le récupérerons lorsqu'il en aura terminé avec cette machine diabolique. J'ai besoin de lui pour ce qui va suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emhyr Zaknafein
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 173
Âge du perso : 44 ans
Race : Humain
Binôme : Ancien amant de Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Vagabond
HP:
90/95  (90/95)
PF:
58/78  (58/78)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Mar 8 Aoû 2017 - 11:13

Faire tomber l'ado et le neutraliser en une relative douceur fut facile. Prendre le landspeeder pour forcer le passage en fut une autre. Les manifestants étaient récalcitrants, et s'ils craignaient quand même la mort, ils ne se pressaient pas pour lui faciliter le passage. Il eut beau s'époumoner à expliquer qu'il n'était pas avec le gouvernement, à dire qu'il devait en toute urgence se rendre dans la machine avant qu'on n'intervienne pour la détruire et fasse d'énormes dégâts... rien n'y faisait. Il dut se résoudre à avancer par à-coups, sans vraiment gagner du temps par rapport à une course à pieds. Mais au moins, il craignait moins le mouvement de foule inévitable, qui survint quelques minutes après.

La panique continua de s'emparer, telle une peste diabolique, de la foule, créant des bousculades et des mouvements inconsidérés pour de plus en plus de manifestants. Pour un peu, les différents manifestants qui se pressaient autour du véhicule d'Emhyr allaient paniquer, et tenter de s'emparer du landspeeder. Mais heureusement, il n'en fut rien. L'ex-Jedi arriva à proximité de la gigantesque machine, et se hissa sur le capot. Il entendit des voix l'interpeller, lui crier de s'arrêter et de descendre, mais il n'en tint pas compte. Il pouvait arrêter la machine sans créer davantage de victimes chez les manifestants. Il parvint d'ailleurs à se hisser sur la paroi de ladite machine, et se cramponna à elle pour atteindre une des fenêtres. Se servant de son sabre-laser, il fit sauter le verre, et s'engouffra à l'intérieur...

...pour tomber nez-à-nez avec un manifestant armé d'un pistolet blaster. Sans le vouloir (peut-être avec l'intervention de la Force?) Emhyr était tombé directement dans la cabine de contrôle, là où se trouvait le pilote de cet engin de destruction. Le pilote ne prêtait d'ailleurs aucune intention au Jedi gris, lequel brandit son sabre-laser pour faire reculer le gars au pistolet.

 « Vous... vous voulez quoi ? » balbutia ce dernier.

 « Arrêter cet engin. Vous allez causer la perte de milliers de personnes sinon. Parmi vous autres manifestants. »

Brandissant son sabre-laser et l'activant, Emhyr détruisit les commandes de l'appareil, ravageant le tableau de bord et le poste de pilotage. Les deux jeunes hommes reculèrent, apeurés, mais n'osant pas l'interrompre. Quand il eut fini, l'appareil se mit à vibrer, puis à s'éteindre lentement, se contentant de flotter sur ses répulseurs. Au moins, il ne serait plus utile pour détruire les environs. Emhyr fit mine de partir quand il se ravisa, et se tourna vers les deux abasourdis.

 « Le bâtiment principal de votre gouvernement est vide. Prenez-le d'assaut, discrètement. Quant à moi... »

Il eut un sourire malin.

 « On oublie mille et une choses tous les jours. Si j'étais vous, j'ajouterais ceci à la liste. »

Et sur cette citation, il s'en alla, quittant l'appareil pour retourner au landspeeder et se frayer un chemin en sens inverse. Il ne savait pas exactement où se rendre désormais, pour réussir à sauver sa propre peau ou même pour annoncer à l'autre débile de cyborg tyran qu'il avait réussi. Mais si ça se trouve, il serait rapidement retrouvé, aussi décida-t-il se regagner un point assez ouvert, où on pourrait le retrouver rapidement. Une fois fait, il annoncerait directement la fin de la collaboration et se tirerait fissa de cet endroit pourri. C'était presque pire que Phindar, ici.

Presque. Il y avait pas un Darth Valeras frustré et rancunier sur Anoat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mid E'roïb
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
avatar


Nombre de messages : 55
Âge du perso : 44 ans
Race : Cyborg/Quermien

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Mer 9 Aoû 2017 - 14:22

-Kendice vous me recevez ? Oui, ici Jenya du Coruscant Post, nous transmettons toujours en solarvision depuis la Place du Pouvoir ! Je suis parmi les manifestants. Nous venons d'assister à une escalade des tensions entre les forces loyalistes et le peuple mécontent d'Anoat. Un nouvel élément a fait irruption comme vous pouvez le voir, une énorme machine menaçante est sortie du sol avant d'ouvrir le feu à deux reprises en direction de la Commission Générale du Parti Mineur.

Les caméras effectuent alors un zoom sur le véhicule en question, qui vient d'être abordé par une silhouette capuchonnée portant une bure.

-Un individu vient d'accoster le véhicule et.. il possède un sabre laser, c'est un Jedi ! Il vient de rentrer de force à l'intérieur et .. voilà la machine qui stoppe sa course. Nous n'avons aucune information concernant l'identité ou l'affiliation de cet individu, je vous tiens au courant de l’avancée des événements !

Dans les airs, un oiseau de fer a fait irruption au-dessus de la foule. Il s'immobilise, ses rétrofusées pivotant à la verticale, tandis qu'une porte coulissante pressurisée s'ouvre sur le côté droit.

-Nestay, donnez moi ceci.

-Kendice ?? Vous me recevez ?? Nous venons d'être pris pour cible par .. l'image de la caméra se met à bouger dans tous les sens, avant de se braquer en direction du ciel, ciblant l'aéronef d'où partent des rafales de blasters. Depuis l’entrebâillement de la porte grande ouverte, un droïde de plus de deux mètres tire sur la foule à la mitraillette.

Ici Jenya ! C'est absolument incroyable ! Le Secrétaire-général Mid E'roïb ouvre lui-même le feu sur les opposants ! Tout le monde craint maintenant le pire ! Que va t-il se passer à présent ? Nous restons en liaison.

Le canon de l'arme se met soudain à chauffer brusquement en virant au rouge. Le cyborg retire son doigt de la gâchette et rend l'arme au prétorien qui se tient à côté de lui.

-J'ai toujours rêvé de faire ça. Comment m'avez vous trouvé messieurs ? Demande t-il, fier de lui.

-Magnifique, Excellence ! Rétorque l'un des conseillers qui l'accompagne, parmi les applaudissements des autres comparses présents dans la navette.

-Où se trouve notre homme ?

Un navigateur indique alors une position sur la carte 3D qui plane au-dessus d'un projecteur holographique dans le fond du vaisseau, puis deux gardes se mettent à balayer l'aval à la jumelle tactique, tandis que le transport avance à vive allure à six-cent pieds au-dessus de la foule. On attend que le dénommé Emhyr Zaknafein s'extirpe hors de la masse agglutinée sur la Place du Pouvoir, puis l'on va à sa rencontre. Le landspeeder du « Jedi » est garé sur une petite place carrée surélevée, à plus de cinq cent mètres des événements. Deux navettes atterrissent sur les flancs du véhicule, une dizaine d'agents du Téknéou jaillissent de chacune en établissant un périmètre de sécurité autour du lieu. Une quinzaine de curieux qui tentaient de s'approcher sont mis en joue et contraint de rebrousser leur chemin. Puis une troisième navette vient se poser à proximité du landspeeder. Mid en sort avec une garde prétorienne, et il s’avance vers l'écumeur de l'espace jusqu'à être à moins d'un mètre de lui.

-Joli travail, Monsieur Zaknafein, ces gens sont des fanatiques qui ne savent pas ce qu'est l'intérêt général. Des échos de blasters résonnèrent au loin. Voyez, je ne suis pas un monstre. Seulement un être pragmatique.

Je comprends que vous souhaitiez partir, mais j'ai encore besoin de vous. Les conspirateurs de cette révolte ont été localisé sur une station balnéaire de Bespin, une planète voisine. Je souhaite que vous m'accompagniez là-bas. Acceptez de guider mes troupes pendant l'attaque au sol pour trouver et éliminer les leaders ennemis.


Il croisa les bras en ayant un léger mouvement de recul.

-Parlons franchement, je suis capable d'avoir de la dignité et je suis prêt à honorer ma promesse. Que désirez-vous en échange de votre coopération ? Si vous pensez que je vais vous éliminer pour ne laisser aucun témoin de cet répression, vous vous trompez. Nos actions ont déjà été filmée, vous n'apporterez rien de plus à la République.

Combien désirez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emhyr Zaknafein
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 173
Âge du perso : 44 ans
Race : Humain
Binôme : Ancien amant de Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Vagabond
HP:
90/95  (90/95)
PF:
58/78  (58/78)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Sam 12 Aoû 2017 - 12:29

Là tout de suite maintenant, te défoncer le crâne me suffirait, Boulonnator. Hélas, pour le moment, le Jedi gris n'était pas en position d'exiger quoi que ce soit, et l'autre cyborg le savait. Il aurait beau argumenter, se plaindre, trouver n'importe quelle excuse, il serait amené de force, bon gré malgré, avec l'autre en direction de Bespin. C'eut été une visite de courtoisie, et non une participation à une extermination qui s'annonçait sûrement massive... il aurait peut-être accepté sans rechigner. Là, il était nettement moins enthousiaste. Certes, il avait une minuscule garantie de ne pas être piégé. Mais si minuscule...

Disons qu'il valait que le cyborg ignore qu'il était recherché pour escapade et copinage avec une Sith. A vrai dire, il se demandait comment réagirait la République, si la guerre ne couvait pas et n'empêchait pas une intervention directe sur Anoat. D'un côté, Emhyr Zaknafein, l'un des plus grands fugitifs de ces dernières années, et de l'autre, un dictateur sanguinaire. Tous deux des épines dans le pied de la République. Si ça ne tenait qu'à lui, il aurait largement déjà choisi un moyen de faire sauter le gouvernement local. Genre à coup d'assassinat, mais bon, ça faisait pas très Jedi. Or, tout le monde semblait le prendre pour un Jedi. Sauf quelques rares personnes.

Son esprit flotta vers son ancienne Padawan, mais il revint rapidement à lui. Il croisa les bras, et prit un air contrarié.

 « Soyons clairs : essayez de me la faire par derrière encore une fois, et vous goûterais de mon sabre-laser. Vous avez beau être en métal, mon arme peut couper tout ce qui permet de vivre. Alors j'espère qu'on se comprends bien, vous et moi. Je ne bosse pas pour vous, j'accepte parce que je n'ai pas le choix. Vous commandez, j'obéis comme je le veux et si je le veux. Compris ? »

Il eut un sourire mauvais, pour appuyer ses propos. Sa froideur mortelle et son austérité donnaient à sa menace un air bien plus dangereux. Et si ce mec avait un minimum compris à qui il avait affaire, il saurait qu'Emhyr n'hésiterait pas à mettre ladite menace à exécution.

 « Faites pas cette tête. Je vais rien demander d'extravagant. Faîtes le plein de mon vaisseau, et laissez-moi repartir tranquillement, et on sera quittes. Et si jamais vous changez d'avis en plein milieu, et que vous vous dîtes « allez, je vais le laisser partir maintenant », surtout, vous gênez pas. Je me ferais un plaisir d'accepter. »

Il suivit donc le cyborg, s'apprêtant à répondre à ce qu'il n'avait pas encore répondu.

 « Parlons donc de votre plan. Soyons clairs : je ne vais pas aller tuer pour vous. Je guiderais vos hommes si vous le voulez, mais le premier qui ne m'obéit pas, je le sabre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mid E'roïb
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
avatar


Nombre de messages : 55
Âge du perso : 44 ans
Race : Cyborg/Quermien

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   Jeu 17 Aoû 2017 - 17:49

-Vous me menacez..

Mid fit le moue. Au fond cela lui importait bien peu, il avait surtout peur pour sa crédibilité auprès de ses comparses. Ces derniers n'avaient pas pour habitude de voir quelqu'un s'exprimer ainsi à leur maître, d'autant que le type n'était pas un dirigeant, mais un « vagabond » comme il se définissait lui-même. Un aventurier certes diablement puissant, mais pas un homme de pouvoir au sens politique. Un dur à cuir dans tous les cas.
Le cyborg sentit la température monter à l'intérieur de son exo-armure, signe de l'énervement qui le gagnait. Il avait envie d'écrabouiller ce prétentieux qui osait discuter son autorité. Mais il savait bien que l'idée n'était pas la bonne. Cet Emhyr Zaknafein était la clé de sa réussite. Et tandis que le drôle poursuivait son monologue, un conseiller chuchota quelque chose au cyborg.
On lui tend alors une plaque numérique sur laquelle est inscrit un avis de recherche républicain à propos de deux dangereux criminels en cavale : Emhyr Zaknafein et Myr Alshain. Décidément, ses comparses ont eu raison de continuer à se renseigner sur le bonhomme. Il rend la plaque à l'Abyssin à la vision cyclopéenne, et porte à nouveau son regard sur le Jedi. Ses mains de nouveau croisées derrière son dos, il prend à son tour la parole.

-C'est vrai .. Je pourrais vous laisser partir tranquillement et tenter de me charger moi-même de cette vaste affaire, comme je pourrais contacter ce très cher Monsieur S'orn. Je suis certain que le Ministre de la Sécurité de la République sera satisfait d'un présent tel que vous ! Il arracha de nouveau la plaque numérique des mains de son acolyte et la toisa avec amusement. Deux-cent cinquante mille crédits mort ou vif. Moi mon ami, je coûte bien plus cher que cela ! Vous et moi, nous appartenons à la même espèce. Celle des criminels, mais surtout celle des audacieux ! Nos destins sont liés Emhyr, la providence vous a conduit jusqu'à cette planète pour y rencontrer un individu tel que moi. Figurez-vous, je pense pouvoir vous êtres d'une aide dans ce malencontreux contrat dressé contre votre humble personne. Il me suffirait de glisser quelques mots.. à un ami bien placé.

Les petites bandes rétroprojetées de ses yeux étaient de nouveau courbées en arc de cercles inversés. Mid s'amusait de la situation.

-Vous n'êtes pas en mesure de discuter mes ordres, cher ami ! Je vais vous utiliser contre ces maudits adversaires incrédules, puis .. j'aviserai, Ha, Ha, Ha, emmenez-le !

Les soldats du Téknéou braquèrent leurs armes en direction du Jedi, puis on somma à ce dernier d'embarquer dans une navette. Mid pris place en face de lui, flanqué de cogneurs armés jusqu'aux dents qui observaient les moindres faits et gestes du type.

-Ne tentez pas le diable, cher Emhyr, écoutez plutôt sagement ce que j'ai à vous dire. Vous allez en avoir besoin une fois sur place, Ha, Ha, Ha.

Il adressa un signe à l'un de ses sbires. Le Kedorzhan assit devant un écran de contrôle appuya sur un petit bouton et une vaste carte holographique apparue entre le Jedi et le Secrétaire-général. C'était une représentation 4D de la station balnéaire de Bespin.


-Vous voyez cette grosse structure rectangulaire ? C'est l'hôtel dans lequel se trouvent ces rats de Gerrenthum. Mes informateurs rapportent que leur comité serait établi au dernier étage, dans un restaurant spécialisé dans la gastronomie océanique de Mon Calamari. Il y a une entrée principale au rez-de-chaussé, et trois entrées secondaires dont une de service. Le bâtiment comporte .. cinquante étages. Hélas.
Je ne connais pas vos talents de stratège, mais voici mon plan : notre armada est constituée de cent soldat d'élite de ma police politique. Je vais en faire larguer une vingtaine à chaque angle de l'hôtel, à l'extérieur. Ils bloqueront d'éventuels renforts adverses qui arriveraient par voie terrestre. Dix autres vont se charger se bloquer plus personnellement les quatre issues du bâtiments. Nos navettes couvriront l'espace aérien et empêcheront tout accostage de renfort ennemis sur les plate-formes surélevées qui bordent les façades de l'hôtel. Vous serez déposés avec dix hommes directement sur le toit du bâtiment, sur une terrasse externe du restaurant. À vous de dénicher les cibles et de les ramener à l'extérieur. Nous les réceptionnerons et détaleront de la planète. Ne tardez pas ! Où les forces de sécurité planétaires nous tomberons dessus, et vous répondrez de votre échec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée normale sur Anoat (PV Emhyr Zaknafein)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-