La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Aeten II] - Bienvenue chez les hutts [PV Myir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 476
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: [Aeten II] - Bienvenue chez les hutts [PV Myir]   Mer 7 Juin 2017 - 16:12

Aeten II -  zone de l’astroport - Territoire des prospecteurs 

La rue, soulignée par les lumières crues des enseignes de magasins, des tripots, des bars à striptease, serpente dans les méandres glauques de ce quartier délabré envahit par l’obscurité d’une nuit épaisse et brûlante. Ici, il y en a pour tous les goûts, toutes les espèces. Un petit eden pour les baroudeurs de l’espace, les prospecteurs épuisés en mal de divertissements et d’amour. Je ne compte plus le nombre de visages, croisant mes pas, entre les prostituées aguicheuses accolées aux façades lézardées, les voyageurs battant le pavé avec la joie de ceux qui retrouvent les plaisirs d’une terre ferme et d'un endroit plus accueillant que les scories des mines ou les rivières de lave. J’imagine que, pour cette fois, je me fonds difficilement dans cette atmosphère bigarrée, tandis que j’arpente l’asphalte avec sobriété, pèlerine vêtue de cape et d’ombre. Un homme heurte mon épaule, sans un regard, réveillant en moi un frémissement prédateur, l’onde d’un dégout haineux. Je réfrène les noires pensées qui soudainement m’agitent sous l’outrage, préférant déverser la hargne de cet effleurement contre la porte d’une cantina, que j’ouvre non sans une certaine violence.
 
« Le StripBee » n’est pas réellement une cantina, plutôt un bar de nuit aux danseuses toutes en jambes qui s’enroulent  le long de barres en métal, lorsqu’elles ne sont pas suspendues dans des cages au dessus de la salle. Je réprime difficilement une moue avant de m’installer sur une banquette matelassée rouge aux taches douteuses. Dos contre le mur, regard rivé sur l’unique entrée et sortie de l’endroit, je commande sans empressement un cocktail. La serveuse se fraye un passage parmi les tables, laissant quelques mains curieuses s’égarer sur la courbe de ses reins avant de revenir avec ma boisson. Décidément, rien ne me ferait plus plaisir que de quitter cet endroit… Elle pose le verre paré d’une paille fluorescente, versant quelques gouttes supplémentaires sur une table devenue collante par l’usage et l’alcool des précédents clients.
 

« Merci » 

Ma voix couvre tout juste la musique, mais ses yeux s’éclairent lorsqu’elle aperçoit les crédits entre mes doigts.  

« Vous voulez que je vous appelle un gars… ou une fille peut-être » ajoute-elle désignant d’un mouvement de menton, l’estrade pailletée et la barre métallique trônant au centre de ma table. 

« Ca ira, je pens… » 

« Je trouve que ce serait plutôt une bonne idée, moi. Ma chérie, tu peux faire venir R’becca. Vous verrez Mamzelle Velvet, elle danse divinement bien ! Et je prendrais également un Moritho-rien avec beaucoup de glaçons » S’exclame une voix provenant de derrière la serveuse.  

L’homme, d’ailleurs, s’empresse d’offrir un éclatant sourire à la jeune togruta, avant de s’installer sur ma banquette. Malgré la climatisation et les ventilateurs habilement disséminés en périphérie, l'atmosphère est lourde, chaude, à trancher au sabre. Même la boisson me semble insuffisante pour casser cette impression de pesanteur qui règne sur cette planète. 


"Qu'Est-ce que tu veux Vriks? Pourquoi tu m'as fait venir, on en avait fini, il me semble..." 

"Ouai, mais y'a du nouveau! J'ai quelqu'un qui cherche à passer incognito, du coté hutt. Pis comme t'y vas, j'ai pensé à toi quoi! Tu vas te faire du blé, fastoche !" 

"Dis plutôt que TU vas te remplir les poches. Je ne suis pas intéressée." 

"Mamzelle Velvet! Vous pouvez pas m'faire ça?! Et puis elle arrive de toutes façons!" Conclut-il en faisant de large signe à quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myir Alshain
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 239
Âge du perso : 38 ans
Race : Twi''Lek

Feuille de personnage
Activité actuelle: En cavale !
HP:
91/100  (91/100)
PF:
73/73  (73/73)

MessageSujet: Re: [Aeten II] - Bienvenue chez les hutts [PV Myir]   Dim 23 Juil 2017 - 12:40

Myir se demandait si elle n'avait pas tout simplement épuisé son quota d'émotion. Son corps était engourdi, et la colère ou la peine qu'elle aurait dû ressentir était absente de ses entrailles. Seul son cerveau semblait garder une lueur d'entendement, dans un déni évident : ce n'était pas possible. Littéralement, elle n'avait pas pu ainsi perdre la trace de son amant pour qui elle avait quitté l'Empire, après l'avoir soigné des jours durant, après l'avoir veillé chaque nuit dans cette fichue clinique privée. Le prix d'un lit sans question dans cet endroit pas franchement aseptisé était tel que Myir était forcée de travailler le jour et de donner presque toute sa paye chaque soir à l'institut.
Et un soir, une neimoidienne avait refusé d'encaisser l'argent au motif que la chambre avait été réattribuée. Au terme d'houleux échanges, la Twi'ek avait fini par comprendre qu'Emhyr s'était tout simplement volatilisé. Elle avait fait un tapage pour voir la chambre, le personnel qui s'était occupé de lui, mais aucun indice valable ne s'était révélé : un homme était venu chercher Emhyr, et ce dernier l'avait suivi volontairement, semblait-il, et ils n'avaient rien laissé derrière eux. Aucune description précise : l'homme en question était vêtu d'un costume, portait une barbe bien taillée et une coupe courte pour ses cheveux noirs. Il ressemblait à la description de n'importe quel homme d'affaire de la galaxie. Personne ne savait où ils étaient partis, personne ne les avait vus ailleurs qu'à la clinique. Les recherches de Myir avaient tourné en rond des jours durant. Même la Force était d'un silence effarant. Elle n'arrivait pas à se détacher de l'idée saugrenue selon laquelle Emhyr avait tout simplement décidé de s'en aller pour refaire sa vie sans elle. Cette pensée était un poignard dont la lame était sans cesse tourné et retourné dans sa poitrine.

Alors, elle était retournée travailler des jours durant. Elle avait eu ce drôle d'espoir, qui désormais paraissait stupide, qui consistait à se dire qu'Emhyr avait dû devoir faire une course, arranger quelque chose pour eux, et qu'il allait réapparaître un jour ou l'autre en leur annonçant qu'il avait deux billets pour filer discrètement à travers la République en toute sécurité.

Et puis, un matin, alors qu'elle se rendait à l'usine où elle comptait des boulons et les disposaient dans des petits sachets du matin au soir ; ce matin-là, la vérité la frappa : Emhyr avait quitté Aeten II depuis des semaines et il ne reviendrait pas.
Alors sans prévenir, elle n'était pas allée travailler. Elle était retournée fréquenter les drôles d'oiseaux qui traînaient dans les cantinas des quartiers mal famés, avait payé quelques verres pour essayer de retrouver les personnes qui les avaient la première fois accueilli avant de les diriger vers la fameuse clinique moyennant quelques paquets de crédits. Mais ils étaient introuvables. Sa première idée avait été de mettre la main dessus et de leur faire cracher à qui ils avaient pu signalé avoir rencontré Myir et Emhyr, mais bientôt cela parut tout aussi futile qu'irréalisable. Alors, après avoir remballé quelques mâles trop insistants, elle avait fini par être mise en contact avec un homme qui avait dit pouvoir la faire passer dans l'Espace Hutt. Il lui avait donné rendez-vous le soir même, dans une autre cantina, devant la façade de laquelle elle se trouva désormais.

L'établissement, d'emblée, ne paraissait pas recommandable. Le genre d'endroits où ceux de l'espèce de Myir se trémoussait à demi-nues ou totalement nues pour le plaisir des yeux, voire des mains, des mâles en mal de virilité. La Twi'lek hésita à rebrousser chemin, avant de grimacer et de pousser la porte de l'établissement malgré tout. Un dévaronien à l'entrée, grand et musclé, la toisa de haut en bas, avant de lui faire une révérence et de lui dire d'une voix mielleuse.

- Bienvenue, Mademoiselle...

Ce vigile avait l'air ravi de faire entrer de la clientèle de son type. Myir resta de marbre et se contenta d'entrer en tâchant de faire abstraction du regard de l'alien, qu'elle savait fixé sur elle bien après qu'elle fût passée.

L'intérieur de l'établissement n'était pas mieux que ce à quoi elle s'attendait. L'heure n'était pas encore tardive mais la soirée semblait avoir bien commencé. Pas mal de clients au comptoir, des groupes de jeunes autour de tables rondes et déjà douteuses, des danseuses qui se trémoussaient à des barres de métal. Myir eut un regard circulaire autour d'elle en espérant ne pas trop dépareiller dans un endroit comme celui-ci : elle était bien trop couverte pour être le genre de personne qui fréquentait cette établissement, mais elle tenait à son gilet ample qui dissimulait à la fois les courbes de son corps et le sabre qu'elle portait toujours à sa ceinture.

Elle reconnut immédiatement l'homme qui faisait de grands gestes : c'était celui qui lui avait donné rendez-vous. Il l'invitait avec évidence à le rejoindre à sa table, occupée également par une mirialan au visage plutôt fermé, d'un âge proche du sien. La Twi'lek se hâta de les rejoindre, puis serra la main de Vriks.

- Aayla, te voilà ma belle ! Assis-toi, on parlait justement de toi.

La Twi'lek grimaça un sourire contrit, exaspérée par le tutoiement de cet homme qu'elle ne connaissait guère mais bien décidée à jouer le jeu des innocentes en fuite pour mieux endormir les soupçons. Aayla était bien entendu un nom d'emprunt ; c'est un prénom commun twi'leki.

- Je t'avais promis que je te présenterai quelqu'un de sûr qui t'emmènerait dans l'Espace Hutt, et bien la voilà !

Vrisk désignait sans nul doute la mirialan à ses côtés. Une femme donc. Cela lui convenait très bien ; elle aurait été ennuyée de devoir tuer un pilote qui aurait cru pouvoir s'acheter ses services charnels en guise de rétribution. Ce genre arrivait moins souvent avec les femmes.
Myir tendit une main vers la mirialan pour la saluer.

- Aayla'Rho, se présenta-t-elle sobrement.

Il fallait maintenant espérer que la mirialan ne fût pas une chasseuse de primes qui consultait régulièrement les avis de recherche ; auquel cas elle risquait d'être reconnue. Elle avait beau s'être lourdement maquillée, ce qu'elle ne faisait jamais, pour donner une apparence différente à son visage, elle n'était pas sûre que cela fît illusion face à un chasseur avisé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Aeten II] - Bienvenue chez les hutts [PV Myir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-