La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La discorde chez l'ennemi [PV Grendo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adin Sekoth
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 70
Âge du perso : 42 ans
Race : Muun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sur Korriban. Cherche des contacts parmi les Sith, qu'ils soient importants, anonymes ou tapis dans l'ombre. Cherche aussi un(e) élève. Ponctuellement en mission, en dehors de l'espace Impérial...
HP:
86/86  (86/86)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: La discorde chez l'ennemi [PV Grendo]   Dim 12 Mar 2017 - 22:34


Quelque part dans la Ville Haute de Coruscant, 8 Telona de l'an 21.570...

Presque neuf mois s'étaient passés depuis la piteuse entreprise du Seigneur Tsaw sur Nar Shaddaa. Et depuis ce qui semblait pour le Muun une éternité, la guerre avait officiellement repris entre l'Empire et la République. Une guerre dont chacun savait qu'elle était imminente, mais qui avait cependant pris tout le monde par surprise. Lui aussi bien que les autres. Quand il repensait aux nouvelles qui s'étaient succédées, concernant les opérations militaires menées par la Chancelière Kira, il voyait reparaître le visage de la sénatrice Umbarane, et les paroles audacieuses et belliqueuses de Lana Anthana lui revenait à l'esprit.

Et le Muun se demandait alors depuis quand la République préparait son offensive surprise. Le choc que, ce jour-là, la violente explosion dans la salle qui accueillait les délégations impériale et républicaine ainsi que les principaux chefs Hutt, ne fut pas plus violent que celui qui saisit le Sith, alors que son escorte l'évacuait, et le ramenait vers leur vaisseau diplomatique, lorsque la nouvelle lui parvint que Dubrillon était attaquée. Le souvenir de la défaite Impériale sur ce monde, dont la nouvelle lui parvint quelques jours plus tard, l'emplissait d'une amertume soucieuse, alors que le Muun, adossé contre une paroi de l'agora qui abritait le marché de cette partie des beaux quartiers de la ville-monde, méditait son plan.

Vêtu d'une modeste tunique brune de voyageur, bras croisés, le Sith ruminait. L'Empire s'était laissé surprendre, dans une période de relative accalmie, alors que le souci principal de la Galaxie était de toute évidence la paix et la reconstruction. Force était d'avouer que la Chancelière avait bien calculé son coup. L'émergence de cette adversaire déterminée n'était pas rassurant pour un Empire qui avait déjà perdu Felucia presque deux ans auparavant, et était passé à côté de l'occasion d'annexer Makem Te. Les Sith étaient sur la défensive, alors qu'ils patinaient vis-à-vis des mondes neutres comme Ciutric, Flydon Maxima, et les autres systèmes de cette zone, qui servaient de tampon entre les deux puissances, et où il semblait que l'Empire n'était pas prêt de prend pied, faute de considérer cette région comme une priorité absolue.

Ravalant la frustration que généraient en lui, à la fois le sentiment de son échec face à l'Umbarane Anthana vis-à-vis des Hutt, et le constat que les siens commençaient à perdre du terrain, et avaient perdu leur initiative dans le bras de fer galactique qui les opposait à la République, le Muun décida de se focaliser sur la tâche qui expliquait sa présence, ce jour-ci, sur Coruscant. Il avait appréhendé la colère de l'Impératrice, du fait du fiasco de Nar Shaddaa, mais cette dernière semblait trop préoccupée par la reprise inattendue des hostilités pour avoir eu jusque là le temps de régler le cas de Tsaw. Ce dernier était décidé à faire en sorte que sa prochaine rencontre avec la Dame des Sith (ou plutôt sa première, car il n'avait jamais encore eu affaire avec elle en personne) ne soit pas uniquement consacré à l'exposé des évènements de la Lune des Contrebandiers.

Sensible à l'enjeu que représentaient à la fois les Hutt, comme tierce puissance galactique, et la division qui s'était faite jour au Sénat, à l'encontre de la Chancelière Kira, le Sith avait eu le temps à peaufiner son plan, visant à compenser son échec, et à favoriser l'Empire dans la guerre qui débutait, en minant de l'intérieur la République. La première étape consistait à se rendre sur Coruscant, afin de s'y rendre mieux compte des divisions internes à la politique républicaine, et également d'y apporter son grain de sel.

Sa cible était toute trouvée : le Sénateur et Ministre Gredo S'orn. Tout un personnage, et qui avait eu l'occasion de s'illustrer dans les derniers mois. L'individu n'en était pas à son premier ministère. De ce que le Seigneur Sith avait pu en apprendre sur le Neimoidien, il était l'incarnation même du "vieux briscard" de la politique. Fondateur, deux années auparavant, du parti d'opposition nommé le Front Libéral Républicain, il semblait avoir été depuis le principal représentant de l'opposition au Sénat, et il était sans doute le premier, le plus sérieux, des adversaires politiques de la Chancelière. Un homme de pouvoir et d'influence, ce qu'avait renforcé sa récente nomination à l'un des plus gros postes du gouvernement.

Malgré lui, Grendo S'orn était un élément de fragilité au sein du gouvernement de la République. Les dissensions internes du Sénat pouvaient être interprétées comme un dommage collatéral de la démocratie, le revers de la vertueuse pluralité que promouvait et défendait sa Constitution. Du point de vue du Sith, tout cela relevait de la rhétorique pompeuse, et plus concrètement, cette division révélait à quel point la République était vouée à subir la pression constante des grands conglomérats financiers, industriels et commerciaux, la loi des lobbies, l'infiltration inévitable de ses institutions par la corruption, les intérêts privés, les querelles de clochers, l'hypocrisie politicienne.

Dans quelle mesure ce colosse aux pieds d'argiles, en dépit de ses discours enflammés, et de ses manœuvres militaires, était-il en mesure d'assumer ses contradictions internes, et si celles-ci devaient apparaître au grand jour, serait-il toujours le garant des droits universels, le protecteur des peuples libres, ou bien serait-il gangréné par la lutte toujours plus brutale des factions ? Tsaw, non sans ressentir à cette idée une joie mauvaise et moqueuse, avait décidé de mettre la République en demeure de répondre à ces questions. Pour gêner son effort de guerre, il fallait nourrir la discorde civile et politique. Quoi de mieux, pour se faire, que de frapper en son cœur même ?

Le Neimoidien, Tsaw le savait, devait, ce jour-même, quitter un moment le monde-ville pour une destination inconnue. Arrivé quelques jours auparavant, le Sith avait pris soin de dissimuler sa présence dans la Force, ce qui incluait naturellement d'en limiter l'usage au maximum. N'ayant pas l'habitude de cet exercice, il commençait à accuser une légère fatigue, due à la concentration permanente nécessaire à cet exercice de camouflage. Compensant ce désagrément par la consommation de stimulants divers, il était parvenu pour l'instant, de toute évidence, à passer inaperçu. Il restait à espérer que cela dure.

Le Sith était parvenu à connaître l'emplacement des appartements du Sénateur et Ministre, mais le plus dur, c'était de l'approcher. Il avait pensé, un temps, à se faire passer pour un riche financier ou homme d'affaires Muun en mal d'investissements, et souhaitant acheter un nombre important d'actions auprès de l'ancienne société du Neimodien, S'orn Corporation. L'idée lui était cependant vite apparue trop compliquée et délicate à mettre en oeuvre. Il avait dans un premier temps estimé que l'idéal serait de faire tomber le Ministre dans ses filets en usant de certaines formules Sith, mais encore une fois, le résultat était trop aléatoire pour assurer la réussite du plan.

Aussi avait-il opté pour une approche moins directe, et paradoxalement plus brutale : s'infiltrer dans le vaisseau personnel de Grendo S'orn, et aviser sur le moment quelle serait la meilleure option à prendre. En se camouflant grâce à la Force, il avait pu, à force d'observer les allées et venues des membres du Sénat, se rendre compte du trajet que le Ministre faisait quotidiennement pour s'y rendre, et en le pistant, il avait fini par découvrir l'emplacement de ses appartements. Une plate-forme située en hauteur abritait un élégant appareil de transport, et Tsaw put se rendre compte, en faisant un usage bref de la Force, qu'une intense activité s'y faisait jour, signe évident d'un décollage proche. Il ne fut pas difficile pour le Sith d'entrer dans l'imposante tour coruscantii, mais il entendait bien devoir procéder avec prudence et finesse pour arriver à ses fins. Il décida d'user de la Force pour se rendre invisible au tout venant, et, ce faisant, gagna les étages qui débouchaient sur la passerelle et le vaisseau du Neimoidien.

Une baie vitrée séparait la coursive qui menait à la plate-forme depuis le palier de l'étage auquel il était parvenu. Procédant lentement et sûrement, le Sith se rapprocha de sa cible...

Note HRP : Usage du pouvoir Voile de Force (niveau 2), je ne sais pas, dans ce cadre, comment ça se passe ? Vu qu'il ne s'agit pas d'un combat, est-ce que les 25 PF qui seraient retranchés dans ce dernier cas doivent aussi l'être ici ? C'est peut-être un peu con-con comme question, mais autant être fixé Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grendo S'orn
Sénateur
Sénateur
avatar


Nombre de messages : 350
Âge du perso : 56 ans
Race : Neimoidien

Feuille de personnage
Activité actuelle: Ministre de la Sécurité Intérieure et des Libertés Publiques
HP:
56/56  (56/56)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La discorde chez l'ennemi [PV Grendo]   Sam 18 Mar 2017 - 9:08

« Imbécile ! Sombre crétin ! » hurla une voix sortie de nul part « Je ne vous paye pas pour m'apporter des informations incomplètes surtout lorsqu'il s'agit d'une réunion d'urgence du Cabinet Royal de Neimoidia à laquelle je n'ai pas été conviée ! » bruit de verre cassé « C'est un scandale ! A quoi jouent-ils exactement ?! A présent que je suis Ministre ils pensent pouvoir m'évincer ?! » une porte qui claque « Et vous, arrêtez de pleurer petite idiote. Vous ne valez pas mieux que lui ! Vous êtes censées être mes conseillers et pouvoir me tenir au courant d'événements que j'ignore ! Bon fichez-moi le camp immédiatement et dites à ma navette de se préparer à décoller. Annulez mes rendez-vous ces trois prochains jours, je dois absolument me rendre sur Neimoidia pour savoir de quoi il s'agit. » les deux neimoidiens, une mine dépitée chacun, quittèrent le bureau du nouveau Ministre sans se retourner. S'orn était sur les nerfs. A peine quelques heures avait-il été nommé à sa nouvelle fonction que son Gouvernement planétaire agissait déjà dans son dos. Ce n'était pas la première fois mais il espérait qu'ayant atteint un tel grade ce genre de situation n'arriverait plus. Hors c'était le cas. Le Grand Monarque du Commerce jouait un drôle de jeu. Qu'espérait-il en agissant de la sorte ? Depuis ces dernières années, les relations avec certains membres du Cabinet Royal s'étaient considérablement dégradées. Comme celles avec le vice-roi par exemple, éternel rival du politicien républicain. S'orn ne doutait pas que plusieurs d'entre eux agissaient dans le but de le voir tomber mais lui aussi établissait dans l'ombre un complot visant à les détrôner.

« Oui allo ?! Mademoiselle Ornfray. Oui effectivement ma présence est requise sur Neimoidia pour les trois prochains jours. » répondit-il à son comlink personnel d'un ton sec « Mais comment voulez-vous que je le sache mon petit. Débrouillez-vous bon sang ! Et prévenez la délégation corellienne que je me rendrai personnellement sur Corellia après mon retour. » un tel départ précipité exigeait de tout organiser en quatrième vitesse. Grendo détestait ça. « Le Sénateur de ? Sullust ? Borkus Munb ? Oui et alors ? Et bien il attendra ! Le rapport de Dubrillion il n'a qu'à vous le remettre et je le lirai dans trois jours, ça ne presse pas. Aurait-il oublié que nous travaillons tout deux pour le Sénat ? Nous ne sommes pas réputés pour la vitesse de nos actions. Si ce dossier attend encore une semaine ou deux ça n'a aucune importance. »

Tandis qu'il parlait au comlink avec sa fidèle collaboratrice et bras droit au Ministère de l'Intérieur, son assistante était à ses côtés, préparant en silence les affaires du Neimoidien pour le voyage qu'il comptait faire d'ici quelques minutes. Quelques tuniques soigneusement pliées dans une valise accompagnées par des tiares installées dans des coffres prévus à cet effet. Même son Pylat albinos était de la partie. PIAF de son prénom, était installé sur son perchoir observant la scène parfaitement immobile.

« N'oubliez pas son sachet de graine Mademoiselle Quee. Et ses vitamines, les rouges pas les vertes, il ne les digère pas. » dit-il à son assistante qui s'exécuta en préparant une valise spéciale pour l'oiseau. Ce dernier était la propriété de Grendo S'orn depuis très exactement trois ans. Il lui avait été offert par le sénateur de Coruscant, Kyle Stryver, un cadeau fortement apprécié par le Neimoidien qui l'avait aussitôt adopté.

« Monsieur le Ministre, votre navette est prête. » informa Xiao Katarn, son chef de la sécurité en passant discrètement sa tête par l'encolure de la porte du bureau du politicien. Ce dernier acquiesça, caressa légèrement PIAF avec un léger sourire et suivit son homme de main vers l'aire d'atterrissage. Les couloirs du Sénat paraissaient étrangement long tout à coup. Sans parler de ce turbo-ascenseur qui n'en finissait pas.

« N'avez-vous jamais eu cette étrange impression qu'un drame allait se produire agent Katarn ? »

« Je préfère faire abstraction de mes impressions et me fier aux faits Monsieur le Ministre. Vous craignez quelque chose en particulier ? »

S'orn observait le paysage urbain qui s'offrait à lui par la vitre du turbo-ascenseur, l'air pensif.

« Pas en particulier non. Juste des inquiétudes. Ma nomination de Ministre de la Sécurité Intérieure a fait énormément de bruit au sein du Sénat, dans les Médias également. De nouveaux ennemis se sont dévoilés à nous depuis la dernière séance. Peut-être serait-ce préférable d'accentuer ma sécurité et d'engager des agents supplémentaires, qu'en pensez-vous Katarn ? »

« Un excès de sécurité ne serait pas inopportun en effet, surtout au vu des circonstances. Dès notre arrivée sur Neimoidia je parlerai à certains de mes contacts qui se feront un plaisir de rejoindre votre équipe de sécurité. »

S'orn était satisfait du travail efficace de son chef de la sécurité. Xiao Katarn était un élément indispensable à son équipe ministériel. Cet ancien membre des Forces de Sécurités (police) de Neimoidia avait toujours la réponse adéquate pour rassurer quiconque en avait besoin. Grendo pouvait avoir la conscience tranquille, sa sécurité était assurée par l'un des meilleurs.

« Dites au pilote de décoller dès que mes bagages seront en lieu sûr dans la cale du vaisseau. Et qu'on me serve un whisky. »

« Oui monsieur le Ministre. » acquiesça le Neimoidien accompagnant le politicien jusqu'à bord du vaisseau personnel de Grendo S'orn. Considéré comme un petit vaisseau de croisière de luxe, le navire pouvait accueillir plus d'une vingtaine de passagers et trente membres d'équipage. Tout avait été étudié pour que les visiteurs puissent bénéficier des meilleurs services. La plus belle cabine était incontestablement celle du propriétaire des lieux, Grendo S'orn. Disposée à l'étage avant du vaisseau, il avait l'opportunité de jouir d'une vue imprenable sur l'espace. Les autres, généralement ses proches collaborateurs dormaient dans de plus petites cabines, moins bien équipées mais tout aussi luxueuse. L'équipage en revanche disposait du strict minimum.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La discorde chez l'ennemi [PV Grendo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-