La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Alsakan] Dans la cour des grands [PV Liam O'Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Nombre de messages : 121
Âge du perso : Quarante-deux ans
Race : Humain
Binôme : Co-dirigeant de l'UGSS avec Ress Laz'ziark

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: [Alsakan] Dans la cour des grands [PV Liam O'Connor]   Mer 8 Fév 2017 - 23:04




Centre ville de Xenvaer


Le soleil d’Alsakan billait dans le ciel, ses rayons se reflétant contre les immenses parois vitrées du titanesque anneau d’habitation qui trônait en plein cœur de la capitale de Xenvaer, et dont l’arc supérieur se perdait dans les quelques nuages qui agrémentaient un ciel clair et éclatant. Au loin, sur l’une des nombreuses collines naturelles que les Alsakanis avaient jalousement conservée lorsque leur monde s’était transformé en une oecuménopole urbaine, se trouvait l’immense palais royal de l’Hégémon Vilsenius Fird. Parfaitement placé dans l’axe de l’immense anneau, il délimitait la fin d’une immense et vaste artère piétonne qui bordait le lit du fleuve éponyme. De part et d’autres, les immenses tours d’habitations et les grandes places ou aires de chargement venaient recouvrir la surface de la capitale sur plusieurs niveaux. Xenvaer était, tout comme sa jumelle Archaïs, deux des grands joyaux qui dominaient la planète part la beauté de leur architecture et la conservation écologique remarquable qui avait été fait de leur environnement. Les buildings venaient côtoyer d’immenses jardins qui s’étendaient sur des kilomètres. L’immense mégalopole était en réel décalage avec la majeure partie de la planète, fortement urbanisée et recouverte de grandes tours d’habitations et d’industrie manufacturières guère polluantes. Pourtant, elle n’était rien une fois comparée au titanesque domaine naturel des Dix-Vallées, véritable bijou écologique qui aurait pu faire partie, comme les immenses mosaïques de la cité de Rucapar, des vingt merveilles galactiques. Cette immensité naturelle et montagneuse qui crevait la surface de l’oecuménopole appartenait en grande partie à la Maison Fylesan, et Jeresen était fier de l’héritage porté par sa famille. Pourtant, dans le domaine familial des Dix-Vallées, l’Alsakani n’y était pas. En vérité, Xenvaer n’était même pas visible depuis cet endroit, car les contreforts des vallées masquaient en grande partie l’horizon du lieu.

Depuis son retour de la Zone Neutre il y a de ça quelques jours, Jeresen n’avait pas eu le moindre temps mort. La bataille qui avait eu lieu sur Gravlex Med avait mérité un rapport détaillé devant les Conseils du Roi et Hégémon, et ce, en la présence de ce dernier. Car depuis la libération de Dubrillion par les forces républicaines, le Sénateur était aussi le commandant en chef de la Flotte de Souveraineté quand bien même il n’était lui-même que Contre-amiral. Son expérience contre l’Empire et son succès à Makem Te l’avait rendu indispensable, tout en faisant de lui l’Alsakani le plus à même d’intervenir contre les forces armées des Sith. C’était là un commandement temporaire que l’Hégémon lui avait confié, pour une durée de trois mois, le temps de faire la lumière sur les origines des troubles ayant secoué Alsakan suite à l’attaque de Dubrillion. De fait, il avait dû expliquer comment il était parvenu à repousser l’inévitable, à savoir l’occupation du monde natal des Anx par l’Empire. Il avait également dû faire un rapport sur la flotte de combat mené par l’Amiral Nivohn à proximité de Lorrd, et qui avait finit par faire retraire vers Gravlex Med pour un changement de commandement. Nivohn était un homme de confiance et parfaitement intègre. Sa loyauté envers le pouvoir en place l’avait rendu tout aussi indispensable, c’est pourquoi Jeresen lui avait laissé le commandement des forces restées protéger et assister les Anx suite à la dernière bataille.

A son arrivée, il avait également dû s’informer plus en détails sur ce qui s’était déroulé sur Alsakan pendant son absence, à savoir la tentative manquée de certains membres de l’Archaïad d’emmener l’Hégémonie dans un conflit armée avec la République pour restaurer la souveraineté du Sénat sur les affaires fédérales. Les conséquences s’étaient faites immédiatement sentir, et les sentences terribles : plusieurs maisons membre de la haute-noblesses s’étaient vu déchoir de leurs titres et leurs possessions absorbées par le domaine royal avant que les responsables ne soient présentées face à la justice fédérale. La haute administration ainsi que des hauts dignitaires des armées avaient également été visés, alors qu’une enquête conjointe entre les autorités locales et fédérales avait été ouverte. Le peuple, lui, s’était porté en soutien au Roi et à ses décisions avec une majorité écrasante, si bien que les troubles générés par la révélation de l’attaque sur Dubrillion avaient bien vite cessés.

La tension sur Alsakan n’était pourtant pas encore totalement redescendue, alors que l’enquête poursuivait son cours et que les arrestations allaient encore continuer pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. En revanche, l’autorité du Roi s’en était retrouvée de facto pleinement renforcée et ses actions légitimées. Peu d’informations avaient filtré concernant ce qui s’était passé, et les services d’holonews républicains n’avaient pas réellement porté l’information pour plusieurs raisons. Ils étaient beaucoup trop occupés à commenter les récents événements qui avaient secoué le Sénat, ou bien à organiser des reportages sur l’attaque de Dubrillion ou l’intervention en Zone Neutre. De plus, l’affaire d’Alsakan s’était bien vite révélée mineure lorsque les événements de Corellia étaient arrivés aux oreilles des journalistes et des experts.

L’information du coup d’état militaire qui avait renversé la noblesse et l’intégralité du système aristocratique Corellien avait bien vite été mise à l’ordre du jour des Conseils du Roi Fird, lesquels s’interrogeaient, au même titre que Jeresen et sa délégation, sur les conséquences à court comme à long terme d’une pareille nouvelle. Les informations qui avaient fuit le système Corellien étaient floues, incertaines et contradictoires, si bien que peu de gens étaient à même d’expliquer ce qui s’était réellement passé, et ce qui s’y déroulait encore. C’est pourquoi Jeresen avait agit, avec l’accord des Conseils, pour établir un contact avec la délégation sénatoriale de Corellia qui agissait depuis quelques jours avec le soutien total de leur nouveau gouvernement central. Il y avait beaucoup d’interrogations sur les intentions nouvelles de Corellia, maintenant que le système avait changé, que les têtes pensantes habituelles n’étaient plus.

Il n’était pas secret qu’Alsakan et Corellia n’étaient pas en très bon termes depuis des siècles, et leur intervention dans les vieux conflits ayant opposé Alsakan à Coruscant. Il n’y avait eu aucune relation directe entre eux depuis des années, voir même des décennies, à l’exception de rares rencontres au Sénat dont ils n’étaient pas les instigateurs premiers. Jeresen avait donc demandé une rencontre, une entrevue diplomatique simple et sobre sur Coruscant, au Sénat, avec ses confrères Corellien. Il avait eu bien plus que ça, à sa plus grande surprise.
Non seulement, le nouveau Sénateur avait accepté de discuter, mais il avait surtout accepté de le faire ici, sur Alsakan. C’était donc une rencontre historique.

Voilà pourquoi Jeresen était à Xenvaer, au cœur de la capitale planétaire et si proche de l’autorité royale. Confortablement assis face à la haute fenêtre qui donnait sur le centre-ville, l’anneau et la colline royale. Son regard était rivé sur l’horizon alors que les servants s’affairaient autour de lui pour le préparer aux futures négociations. L’Alsakani n’avait jamais apprécié de devoir subir cet examen minutieux, ce passage obligatoire pour toutes les personnes de son état. S’il arrivait généralement à s’y soustraire lorsqu’il était à Coruscant, c’était une chose impossible sur son monde natal. Le protocole et le cérémonieux était la norme, et Jeresen avait su s’y plier depuis son plus jeune âge ainsi qu’à l’apprécier. Ce n’’était pas pour autant qu’il en acceptait tout les aspects. Le maquillage ne faisait que tromper et masquer les réalités, et quand bien même il n’était pas une femme, il était obligé de se plier à la norme. Gommer les imperfections était une nécessité. Côté vestimentaire, l’Alsakani avait tout de même insisté pour ne pas faire dans l’excès, quand bien même on lui avait conseillé d’impressionner. Il se contenterait d’un pourpoint bleu paon ainsi que d’un pantalon tendant vers l’obscur. Le tout de facture exceptionnelle et transpirant la noblesse. C’était nécessaire, parait-il. Il avait glissé sa longue cape, ou plutôt son semblant de manteau qui retombait au-dessus des épaules et qui tenait grâce à une chaîne aux maillons dorés. Au moins se sentirait-il réellement dans sa peau.

« Messire, la délégation de Corellia est annoncée. Ils seront là dans quelques minutes. » lança une voix féminine dans son dos.

Jeresen se redressa, quittant son fauteuil tout en congédiant d’un geste de la main les servants et servantes qui avaient accaparé son temps plus nécessaire. Le fourreau de sa vibroépée qu’il portait à la ceinture frappe contre le pied de la chaise avant qu’il ne vienne se saisir de la poignée.

« Nous sommes prêts. Ne les faisons pas attendre. »

Jeresen s’avança, quittant la vaste pièce richement décorée et tapissée pour se glisser dans un des couloirs de la résidence Galdvell, petit château extrêmement luxueux appartenant à sa Maison mais qui servait de résidence et de siège pour la délégation sénatoriale sur Alsakan depuis l’accession de l’Alsakani au poste de Sénateur. C’était d’ailleurs là une tradition de son monde que la délégation représentative au Sénat soit établie dans une des propriétés de la Maison de son sénateur. Enfin bref, encore là des traditions et des protocoles. Le château en lui-même était imposant et surplombait lui aussi partiellement le centre-ville de la capitale planétaire du haut de sa colline bien qu’il fut bien moins spectaculaire que l’immense palais qui trônait sur la colline royale. Bâti sur trois étages pour plus de mille mètres carrés, c’était à l’origine un lieu de repos et de rencontre pour les aristocrates de la Haute-Noblesse et de l’Archaïad. On y trouvait donc de nombreuses salles et salons, ainsi qu’une salle d’entrainement pour l’enseignement de l’art noble du combat à l’épée. Le bureau de Jeresen se trouvait au dernier étage était séparé d’une vaste salle de réunion par une antichambre. On y trouvait aussi les bureaux de son assistant sénatorial, Jonn Layrid ainsi que de sa suppléante, Jilah Tharlane.

C’était cette dernière qui l’assistait aujourd’hui en l’absence de Jonn. C’était une femme de trente-cinq ans qui reflétait parfaitement l’héritage noble de sa famille. Son port altier ne laissait pas de place aux doutes, tout comme sa longue robe de satin au teint neutre qui mettait en valeur ses origines tout en dénotant son professionnalisme. Sa chevelure aux grosses boucles blondes était bien ajustée et ses yeux bleus semblaient capables de vous emballer sans efforts. Professionnelle, elle l’était. Jilah avait passé des années à l’Université d’Alsakan à étudier les cultures et l’histoire des peuples de la République, et même de la galaxie. Elle était un véritable atout dans les négociations, et elle guidait en ce moment même Jeresen du claquement de ses talons vers l’aire d’atterrissage réservée à la résidence.

Lorsque les deux gardes royaux vinrent leur ouvrir les portes menant aux jardins, ils furent accueillis par une forte bourrasque de vent qui venait leur rappeler l’approche de la navette diplomatique du Sénateur O’Connor, laquelle vira de bord pour finaliser son approche et se poser sur la plateforme. Puis, d’un geste de la main, il fit signe à Jilah de le suivre.
« Avez-vous reçu les derniers rapports de la sécurité intérieure au sujet des investisseurs des chantiers navals ? » lança-t-il à l’intention de son assistante, faisant référence aux enquêtes en cous à leur sujet.

« Seulement les notes préliminaires. Ils n’ont pas encore terminé de rassembler l’ensemble des documents. » rétorqua-t-elle alors qu’ils arrivaient en face de la navette et de la petite garde d’honneur.

Jeresen regarda les soldats, droits comme des i et impeccablement parés qui venaient se flanquer de chaque côté du vaisseau et . Le protocole sur Alsakan était ce qu’il était, et Jeresen savait ô combien il était important de le respecter. Il était signe d’honneur, de respect ou encore de convictions.

« Il va falloir leur dire d’accélérer le mouvement. Pour l’instant, l’ensemble des médias et des politiques sont concentrés sur les événements du Sénat, de la Zone Neutre et de Corellia. Mais ils vont bien vite se tourner vers nous, et ce communiqué est essentiel. Il nous faut ces informations. »

L’aristocrate acquiesça et s’apprêta à lancer un nouveau sujet de conversation mais Jeresen l’interrompit, son regard s’étant rivé sur les individus qui descendaient enfin la rampe de la navette diplomatique. L’Alsakani attendit quelques instants, avant de s’avancer vers le Sénateur, un sourire amical et sincère aux lèvres, avant d’échanger une poignée de mains sincère.

« Sénateur O’Connor, soyez le bienvenu sur Alsakan. Nous espérons que vous avez fait bon voyage, et que vous n’avez pas été trop intimidé par les mouvements militaires en orbite. Nos forces sont mobilisées depuis notre début d’intervention en Zone Neutre. » Il était assez difficile de manquer les croiseurs dernière génération qui flottaient en orbite alors que la flotte de souveraineté continuait de monter en puissance. L’Empire n’avait peut-être pas encore réagit contre la République, mais Alsakan était déjà en guerre. « Ah ! Sénateur O’Connor, Mademoiselle Tharlane. »

S’ensuivit les salutations habituelles, classiques. Certains se seraient bien gardés de présenter leurs assistants, car pour eux ils n’étaient que des outils sans intérêts. Jeresen pensait autrement. Qui plus est, Jilah allait participer aux discussions.

D’un geste de la main, il invita le Sénateur à le suivre puis ils remontèrent les jardins en direction de l’imposante demeure.

« Vous comprendrez que nous sommes extrêmement préoccupé par la situation sur Corellia. Les informations qui nous parviennent du secteur Corellien sont hélas peu fiables, mais nous espérons que vous pourrez nous donner plus de détails. Ce qui s’est passé sur votre monde était… inattendu. »

Et arrivant devant la porte, celle-ci s’ouvraient devant eux.

« Entrons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Alsakan] Dans la cour des grands [PV Liam O'Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-