La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eerhia Aiarohk
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 359
Âge du perso : 24 ans
Race : Arkanienne
Binôme : Apprentie de Darth Riakath (Isobel Takan).

Amante du défunt Noval Artyss alias Darth Araya.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
8/78  (8/78)
PF:
27/72  (27/72)

MessageSujet: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Jeu 26 Jan 2017 - 19:25


Je n’avais pas visité Corellia depuis des années. Mes derniers souvenirs de ce système remontaient à l’époque où je portais la bure pour le compte de l’Ordre Jedi. Les choses, depuis, ont radicalement changé. Adieu Ordre Jedi, adieu République. Bonjour Empire, bonjour Ordre Sith. Certains diront que la déchéance était assez dramatique, mais j’avais plutôt vécu cela comme un renouveau. J’avais pu enfin me libérer des chaines qui bridaient mes capacités tout en me sentant dans mon élément. Cependant, la vie chez les Sith n’était pas toute rose. J’avais pu quitter rapidement l’académie de Korriban après avoir été repérée par Darth Riakath, désormais connue comme Isobel Takan. C’était aussi son ancien nom… enfin bref… c’est compliqué avec les Sith. Surtout quand ils ou elles sont si puissantes qu’ils ou elles pourraient régner sur tout l’Ordre ou l’Empire. J’avais cru pouvoir atteindre mes objectifs, toucher à la perfection que tout Arkanien recherchait dans sa vie. Bercée d’illusions, j’avais fais confiance. Mais en retour, si j’avais effectivement développé des compétences certaines, je me retrouvais prisonnière d’un système dont je ne pourrais m’échapper que de deux manières : la mort, ou bien la fuite, loin de l’Empire. Fort heureusement, je n’en étais pas encore à ce stade. J’étais encore loyale à Isobel, à Darth Ynnitach. Pourtant, avec le temps, des questions venaient à se poser. J’avais l’impression que la Zeltronne cherchait à me brider, tout en m’offrant des libertés. C’était un sentiment étrange, et je n’étais pas encore convaincue quand aux réelles convictions de ma Maitresse. Quand à Darth Ynnitach, quand bien même j’avais été récompensée suite au tournoi, ma méfiance restait grande. Depuis que je lui avais sauvé la vie, je ressentais cette lame de Damoclès au dessus de ma tête, prête à tomber. C’était sans parler de la transformation qu’elle avait initié chez Ysanne, ou encore la fuite de Zora.

Zora. J’avais longtemps cherché à la retrouver. D’abord pour l’assassiner, selon la volonté d’Ynnitach et Riakath, puis finalement pour connaître la vérité sur l’affaire qui l’avait poussé à trahir. Je l’avais retrouvé, il y a de ça plus d’un an, sur Tatooïne. Ce qui s’était passé lors de cette rencontre m’avait vraiment étonnée. Nous avions finit par découvrir qu’un véritable lien s’était tissé entre-nous. Un lien qui était né de notre proximité en temps qu’apprenties des deux Sith les plus puissantes de l’Empire. Lors de cette rencontre, elle avait évoqué certaines raisons, et nous avions évoqué la possibilité de sceller une alliance. Elle aurait continué à me fournir des informations, pour l’Empire, et j’aurais fais en sorte de ralentir les recherches des assassins de l’Empire pour lui faire gagner du temps à elle, et ses deux « complices ». J’avais également profité pour tâter le terrain, pour savoir si je pouvais lui faire confiance au cas où, moi aussi, je devrais un jour quitter les territoires Impériaux pour chercher refuge loin des Sith. Avec le temps, cette idée avait fait son chemin dans mon esprit, et elle prenait de l’ampleur au fil des mois. A présent que je savais qu’Isobel désirait m’offrir plus de latitudes dans mes missions en me faisant passer Guerrière, je pouvais concrétiser ce pourquoi j’avais approché Zora sur la planète aux soleils jumeaux. Sauf que je n’avais plus de nouvelles d’elle depuis des mois, si bien que j’en étais venu à croire que ces fameux assassins l’avaient retrouvé et tuée. Pourtant, aucune nouvelle de la sorte n’était parvenu jusqu’à l’Empire. De fait, elle devait être encore en vie. Elle, ou bien les autres. C’est pourquoi j’avais opté pour une nouvelle approche…

Ma présence sur Corellia n’était pas anodine. Je venais tout juste d’Arkania, où j’avais finalement pu atteindre mes objectifs ne serait-ce que partiellement. J’avais congédié Yawto, pour qu’il retourne à l’Académie et continue à développer ses compétences- je lui avais dit que je le contacterais rapidement. Si j’étais sur Corellia, c’était parce que j’avais enfin intercepté des informations fiables quand à la possible présence de ceux que Zora avait aidé à fuir Dromund Kaas. J’avais évidemment empêché cette communication de remonter plus loin, affirmant que je m’occuperais moi-même de transmettre la nouvelle à l’Impératrice. C’était l’avantage d’être l’apprentie de la Sith la plus proche de Darth Ynnitach : on disposait d’une autorité importante, et peu étaient ceux qui osaient vous contredire. De fait, une fois arrivée dans le système, j’avais rapidement prit contact aves les chasseurs de primes qui avait affirmé avoir repéré Darinson et, après avoir vérifié les informations, je m’en étais aisément débarrasser. Je n’avais pas besoin d’avoir à m’interposer plus tard entre eux et le capitaine, voir Zora elle-même.

Après avoir adoptée une tenue plus passe-partout mais néanmoins quelque peu aguicheuse –hé, il y a des choses sur lesquelles on ne se refait pas, hein !-, j’avais finis par arpenter les rues proches de l’astroport de Coronet pour suivre les informations de feu mon informateur à qui j’avais transpercé le torse d’un coup de sabre-laser. L’arme en question n’était d’ailleurs pas visible et dissimulée dans une sacoche que je portais à l’épaule. Me glissant à l’intérieur d’un bar que le Corellien devait normalement fréquenter, je venais balayer du regard la salle avant de me diriger vers le comptoir.

Il était bien là. Le mercenaire ne s’était pas trompé. Je me glissais sur un siège non loin, attirant l’attention du serveur :

« Un twister ! Corellien, évidemment ! »

J’allais laisser la subtilité de côté pour cette fois. Je n’étais pas là pour rechercher l’affrontement, mais je n’avais pas envie de l’entourlouper pour autant. J’avais besoin de réponses, et il n’avait rien à craindre de moi. Enfin… Normalement. Je me tournais dans sa direction, lui offrant un sourire avant de lâcher avec peu de subtilité, donc :

« Capitaine Darinson, je suppose ? Votre réputation vous précède, vous savez. Hélas, elle n’est pas forcément appréciée partout. Mais je ne vous apprends rien, j’imagine. »

Je levais une main, pour éviter que l’atmosphère se mette à sentir le roussi, dans un geste d’apaisement.

« Je suppose que le nom de Shaar-là vous dit quelque chose, hum ? Je suis à la recherche de véritable réponses quand aux raisons de son départ. Il y a un tas de rumeurs qui circulent. Vous avez de la chance qu’elle ne vous ait pas découpé au lieu de vous aider à filer… Enfin, pour faire bref… »

Je récupérais mon verre, faisant glisser les crédits sur le comptoir.

« … Non, je ne suis pas là pour vous tuer ou vous ramener au cœur de l’Empire. A vrai dire, je viens tout juste de m’occuper de ceux qui s’apprêtaient à tenter leur chance. M’enfin… vous savez ce qui lui est arrivé ? A Zora, j’entends ! »

Au sujet de la boisson, justement…

« Ah, j’en oublie les manières. Je vous sers quelque chose ? »

Ouais, je sais. Peut-être un peu trop cliché !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 561
Âge du perso : 35 ans
Race : Humain
Binôme : Nuray

Feuille de personnage
Activité actuelle: Corsaire et mange de la barbapapa
HP:
31/77  (31/77)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Jeu 26 Jan 2017 - 20:44



La vie était mal faite, ce n'était pas nouveau.

C'était d'un sombre regard dissimulé sous son chapeau que le contrebandier sortit de son vaisseau en direction du centre ville.
Le Raven était devenu un tas de ferraille après son contrat raté sur Nar Shaddaa, le capitaine Darinson n'avait eu d'autre choix que de se rendre sur Corellia en vue d'effectuer de lourdes réparations chez son armateur.

Rien n'allait plus ces derniers temps, mais comme toujours le capitaine se devait de faire avec.
Entre galère financière et désastre sentimental, toute occasion était bonne qu'il se décide d'aller définitivement se pendre en forêt. Une solution pour les lâches, même s'il maudissant parfois le destin de ne pas être un lâche...

Cela faisait plus de 6 mois qu'il n'avait même pas touché une femme, pas plus tard que la veille, lorsqu'il avait été faire le ravitaillement en denrées périssable et que la jolie caissière lui avait demandé ce qu'il avait de prévu ce soir car elle était libre, celui ci avait répondu d'un air désabusé : ''Pas grand choses et ça me va très bien comme ça...'', avant de régler la facture d'une légère grimace , tournant finalement les talons pour sortir de la grande surface les mains pleines de courses.

Non, Dranor n'avait plus le cœur à s'amuser. Ça, c'était très bien il y avait quelques années, mais la vie et son lot de mauvaises surprises avaient finalement réussi à le rendre aigri et prêt à fourrer le canon de son blaster dans le creux de la bouche du premier individu qui viendrait lui chercher querelle.

L'alcool ne l'aidait pas non plus, c'était une certitude. L'éternel pilier de bar se laissait bien souvent entraîner par sa muse single malt, terminant ses soirées solitaire (même si sa coéquipière Nuray profitait malgré elle de ce pathétique spectacle) tout habillé en travers du le lit de sa cabine, le cadavre d'une bouteille de whisky encore accroché à sa main bionique.

Arpentant les rues de la ville sans trop savoir où il se dirigeait, Dranor sortit de sa poche un cigare. Le vissant à la commissure de ses lèvres, il l'alluma presque instinctivement, soufflant une large nuage de fumé qui vint l'entourer avant de disparaître derrière lui. Ce n'était pas encore l'heure pour son rendez vous chez l'armateur, et une douleur vint lui vriller la cervelle lorsqu'il pensa à la somme astronomique que cela allait lui coûter.
Les affaire n'avaient pas été florissantes, et le capitaine Darinson avait enchaîné les déconvenues les unes après les autres.
Maintenant, il était à sec. A sec, sec, sec de chez sec.

Le Hammer-head s'était avéré être un gouffre financier incommensurable, mais il se devait de mener son projet à bien. Le contrebandier avait finalement trouvé une utilité à ce rafiot, seulement il garderait ce projet là bien pour lui, pour l'instant tout du moins...

Bon … qu'allait-il faire de son temps libre ? Probablement débarquer dans le même bar qu'à chaque fois qu'il allait rendre visite à son vieille amis l'armateur très près de ses sous... Haussant les épaules, le capitaine bifurqua avant de rentrer quelques minutes plus tard dans l'établissement.

Poussant la porte d'un coup de pied, comme à son habitude, le contrebandier se dirigea instinctivement vers le comptoir, posant ses avant bras sur celui ci.

''Salut Ben, comme d'hab, mais en double...''

Le patron leva un sourcil et secoua la tête avant de le servir.

''Tiens, vla ton poison Dranor.... amuse toi bien surtout...''

Le capitaine leva son quadruple whisky vers Ben et trinqua seul.

''Çà j'en doute fort mon vieux....j'en doute fort...''

Le capitaine plongea ses lèvres dans le liquide ambré et en but une longue rasade à vous décaper la rouille sur une coque de vaisseau. Il grimaça avant de porter son cigare à sa bouche et d'en tirer une bouffée.

Une femme vint s'asseoir non loin de lui quelques secondes plus tard.
Les yeux du contrebandier glissèrent rapidement sur sa silhouette avant qu'il ne détourne la tête pour simplement l'ignorer, baissant un peu plus son chapeau sur son front, ayant l'attitude du Bernard l’Hermite rentrant dans sa coquille, voulant étouffer dans l’œuf toute conversation inutile.

Le stratagème ne fonctionna cependant pas, elle s'adressa à lui, et manifestement elle le connaissait de réputation.
Soupirant il dégaina son blaster qu'il posa sur le comptoir comme une simple mise en garde. Ben maugréa dans sa barbe, levant les yeux vers le plafond, il connaissait le capitaine de longue date, et cela n'augurait en général rien de bon....
L'attitude de la jeune femme ne semblait pourtant pas agressive malgré tout ce qu'elle lui déballait. Oui... elle semblait plutôt bien le connaître, et ça commençait à le déranger... Beaucoup le déranger. Sa vie le regardait, et l'entendre étaler tout ça comme si de rien n'était le faisait sortir de sa culotte à reculons.
Mais ce fut quand le nom de Zora sortit de sa bouche que le contrebandier vit rouge et repoussa son tabouret d'un coup de talon, se levant en trombe pour venir lui coller le canon du blaster en face de sa figure.

Le patron secoua les mains en l'air invectivant le capitaine à grand cris

''Dranor !!! Arrête tes conneries et range ta quincaillerie merde, les meubles son neufs !''

Grommelant, le contrebandier fixa la jeune femme d'un regard noir avant de déposer son arme sur la table et s'assit devant elle avant de la pointer du doigt et de répondre d'une voix plus qu’exacerbée :

''Alors comme ça on veut faire la curieuse ? En quoi mes putains d'affaires te regardent ?Si je te disais simplement d'aller te faire foutre, hmm ? J'imagine que cette réponse ne te conviendrait pas ? ''

Il plissa les yeux, et la fixa longuement. Très longuement avant de reprendre.

"Je vais reprendre un whisky."

Le capitaine reprit son blaster qu'il rangeât dans son holster de cuisse d'un geste rapide et agile avant de venir tirer une bouffée sur son cigare, soufflant la fumée d'une façon exaspérée tout en reprenant avec une certaine ironie :

''Tu crois connaître des choses sur moi ou sur elle ? Tu crois me sauver la vie de ces supposés clampins qui doivent me ramener à la Dame Noire , comme tout les autres qui ont essayés avant eux dans l'espoir de toucher une prime astronomique? Merci du font du cœur sincèrement... je ne sais vraiment pas comment j'aurai pu m'en sortir sans ton aide... Mais je vais te donner un scoop : Je me démerde très bien tout seul...''

Dranor croisa les bras et l'observa une nouvelle fois de ses yeux émeraude, remontant son chapeau de son index tendu avant de continuer sur le ton de la confidence, se penchant légèrement vers elle au dessus de la table, la fixant toujours dans les yeux.

''Je vais te donner un autre scoop petite curieuse, Zora est bien vivante,oh ça je peux te le garantir. Et je peux te garantir une autre chose, personne ne la trouvera jamais. Tu m'entends bien ? Jamais.''

Le contrebandier appuya son dernier mot et s'envoya son verre de whisky.
Qui était elle ? Que lui voulait-elle à la fin.

''La vérité sur notre départ? La vérité n'a pas d'importance, contente toi des rumeurs, les rumeurs font des histoire d'enfer.''

Le capitaine laissa sa phrase en suspend avant de détourner le regard



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eerhia Aiarohk
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 359
Âge du perso : 24 ans
Race : Arkanienne
Binôme : Apprentie de Darth Riakath (Isobel Takan).

Amante du défunt Noval Artyss alias Darth Araya.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
8/78  (8/78)
PF:
27/72  (27/72)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Mer 1 Fév 2017 - 14:00


Mon regard resta rivé sur lui, ignorant l’arme qui venait soudainement d’être pointée sur mon front. Un regard de défi, mais également dépourvu d’animosité. Je n’avais pas peur, et je faisais tout pour lui montrer ma détermination. Bon, certes, j’avais un petit peu d’appréhension. Visiblement, ce n’était pas son premier verre, et le nom de Zora l’avait visiblement irrité. Cela faisait trop longtemps que je n’avais pas eu de nouvelles de l’humaine, et peut-être était-elle morte. Ou bien avaient-ils décidé de faire bande à part, de se séparer. A vrai dire, Dranor avait eu bien du courage de supporter le caractère de Zora, à moins que cette dernière ait si bien caché son jeu que personne ne pouvait croire à l’idée qu’elle ait un cœur, et des sentiments. J’avais eu l’occasion de découvrir qu’il y avait pourtant quelque chose derrière sa noirceur et sa froideur. Ce lien mental que nous avions développé malgré nous à l’Académie et qui s’était développé sur Tatooine m’avait donné accès à une partie de ses sentiments, de ses pensées. L’inverse fut tout aussi vrai.

Lorsque Dranor péta un câble et se leva de son tabouret, je devais bien admettre que je m’étais immédiatement ouverte à la Force pour me préparer à réagir. Je n’étais pas certain de ce qu’il comptait réellement faire, et je prenais cela plus comme de l’intimidation. Néanmoins, on n’est jamais trop prudent. J’étais prêt à dévier son blaster avec la télékinésie, ou encore de le repousser avant qu’il n’appuie sur la détente. En revanche, il était hors de question de lui faire du mal. J’avais pris une décision, j’avais passé un accord avec Zora. Le tuer n’en faisait pas partie. Au contraire, c’était même défendu. Après tout, elle l’aimait, non ? Enfin, je crois…

Mais bon, au moins le patron avait un peu d’autorité et le Corellien sembla reprendre contenance. Je n’avais pas anticipé sa réaction, mais je n’étais totalement surprise non plus. Zora devait être devenue un sujet tabou. Dommage, je venais justement pour parler de cela. Partiellement, du moins. Le voyant poser son arme sur la table, je me repositionnais face à mon verre, avant d’interpeller le patron pour confirmer la commande de Dranor et calmer le jeu :

« Bien. Pas d’inquiétude, ça va aller. Un whisky, donc.

Pour monsieur. »


Je venais me saisir de ma boisson, venant en prendre une gorgée tout en souriant à la remarque du Corellien. Oui, j’étais pas mal curieuse. Et franche. Mais je préférais cela à la tromperie. Il avait déjà manqué de me faire griller le cerveau pour si peu. Je n’osais pas imaginer le résultat si je l’avais roulé dans la farine.
Mais il se trompait. Je savais pas mal de choses sur eux. Si le lien mental développé avec Zora ne m’avait pas donné d’indications précises sur ses souvenirs, j’avais pu ressentir les émotions et les impressions qui les caractérisaient.

« Oh, mais je connais pas mal de choses, oui. Plus que tu ne peux l’imaginer… »

Mais ce n’était pas vraiment le sujet. Qui plus est, je n’allais pas déballer toute sa vie dans un bar, et devant le patron. Ce serait clairement gênant. Je ne me serais pas gênée s’il s’agissait d’une personne que je n’appréciais pas, mais Dranor n’était pas dans le lot. Pas encore, tout du moins. Et si tout se passait bien, il ne finirait pas par en faire partie non plus.

D’un geste simple de la main, je faisais signe au patron de nous laisser, lui glissant quelques crédits pour qu’il s’assure que personne ne vienne nous déranger. Lui compris. Ce que j’avais à dire n’avait pas à tomber dans des oreilles indiscrètes.

« A ton avis, pourquoi vous avez été uniquement poursuivi par des mercenaires ou des chasseurs de primes, et non des Sith ? Zora avait un talent, c’est certains. Mais elle n’aurait pas pu vous défendre indéfiniment. Elle avait besoin de quelqu’un pour brouiller les pistes le temps que la Dame Noire perde vos traces. »

Et oui. Zora avait peut-être réglé leur compte à bien des gens, chacun avait ses limites.

« Et cette personne, c’est moi. Nous avions passé un accord. Ou plutôt une entente sincère. Mais la connaissant, c’est normal qu’elle n’en ait pas parlé. »

Je laissait glisser le verre entre mes lèvres une nouvelle fois, avant de prendre une grande inspiration et de lâcher platement :

« M’enfin, si tu estimes que tu peux te débrouiller sans problèmes, je devrais peut-être m’abstenir la prochaine fois… »

Et Ysanne pourrait alors se lancer à leur poursuite, pour faire plaisir à sa nouvelle Maitresse, la Dame Noire. Elle pourrait prendre des risques inconsidérés, et se jeter droit sur une Zora qui n’hésiterait pas à la tuer.

Non. Ca ne devait pas arriver. Ysanne comptait beaucoup trop pour moi.

« Je vais être sincère. Je pourrais te faire la peau, maintenant ou plus tard. J’aurais pu le faire bien avant pour avoir les faveurs de la Dame Noire, mais je ne l’ai pas fait. Si Zora est en vie, tant mieux pour elle. Comme je l’ai déjà dis, je ne suis pas là pour la ramener. »

Et ce, pour des raisons déjà mentionnées et expliquées. Plus que tout, je voulais comprendre pourquoi Zora avait fuit. L’avait-elle vraiment fait uniquement pour lui ? Ou bien y avait-il d’autres raisons ? Avait-elle tenté d’assassiner Ynnitach ? Les rumeurs qui pullulaient dans l’Empire énonçaient bien trop de scénarios, tous plus farfelus les uns que les autres.

« Je suis là pour avoir des réponses, et savoir si notre… entente tient toujours. Les rumeurs font peut-être des histoires d’enfer… mais je n’aime pas les histoires. Je préfère le concret, les détails. Alors oui, je veux tout savoir. »

Je posais mon verre sur la table, fixant Dranor droit dans les yeux :

« Et je ne partirais pas sans réponses, Darinson. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 561
Âge du perso : 35 ans
Race : Humain
Binôme : Nuray

Feuille de personnage
Activité actuelle: Corsaire et mange de la barbapapa
HP:
31/77  (31/77)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Jeu 2 Fév 2017 - 14:44



L'exaspération du capitaine commençait à atteindre des sommets faramineux. Venant récupérer son whisky, il s'en enfila une bonne rasade avant de reposer son verre sur le comptoir, observant toujours la jeune femme. Elle avait beaucoup de cran, ou peut être était-ce du culot mal placé en fin de compte. Mais Dranor écoutait néanmoins un peu contre son gré ce qu'elle avait à dire. Elle savait tant de choses à son sujet ? La belle affaire.

''Oh tu crois connaître tellement de choses ? Tu en sais tellement que tu me suis pour venir me questionner. Et j'y gagne quoi à part gâcher un peu plus ma journée qui était déjà pas super folichonne ? J'y gagne à te faire plaisir ? Oh la belle affaire que voilà, moi qui ai un Karma méga pourri, je vais me faire une joie de pouvoir le remonter un peu...''

Le contrebandier observa la jeune femme dire à Ben de rester loin de leur conversation, ce qui n'aida pas le trentenaire à baisser sa garde. Son énervement suintait presque à travers les pores de sa peau, mais il écoutait toujours. Au fond de lui il ne savait pas pourquoi il l’écoutait. Pourquoi ne pas tourner les talons et s'en aller tout simplement ? Ce n’était pas logique, mais la logique ne faisait définitivement pas partie de sa vie.

Le patron vaquant à ses occupations, les regardait toujours du coin de l’œil, sa main se dirigeant doucement vers son fusil à cartouches planqué sous le comptoir, prêt à s'en servir en cas de besoin. La situation était prête à déraper une nouvelle fois, c'était perceptible. Ben croisa le regard du contrebandier qui lui fit un rapide et presque invisible non de la tête.

''C'est toi qui voit mon vieux...''

Ben leva les mains une nouvelles fois avant de s'éloigner un peu plus loin s'occuper de clients beaucoup moins intéressants.

''Brouiller les pistes... La Dame noire... Un accord... ? Hmm Hmm... Ton histoire est vraiment palpitante... J'ai hâte de connaître le dénouement.''

Le contrebandier leva un instant les yeux au ciel, cela faisait beaucoup de mots pour au final pas grand choses. Et ses mots à lui sortirent d'entre ses dents serrées, tel le sifflement d'un serpent.
Son amertume se sentait à des unités astronomique à la ronde, et ce n'était pas le whisky où il vent tremper ses lèvres une fois de plus qui le rendit plus avenant. Mais il écoutait toujours, abordant maintenant le sujet de sa soit disant sincérité. La possibilité de lui faire la peau à lui ? Ah.
Dranor commençait à tapoter nerveusement le bout de ses doigts bioniques sur le revetement du comptoir. Cet image ressemblait un peu à la queue du chat qui commençait à s'agiter alors que l'exaspération atteignait un nouveau sommet.

Tac tac tac tac tac tac.

''Ah... ça y est on en vient à la sincérité... Alors ouvre bien tes oreilles. La sincérité est un concept trèèèèès surfait chez vous les sith. Par contre, moi, en toute sincérité je vais te dire une chose, si tu dois me tuer, fais le sans trop tarder, car je prépare une petite surprise à ta chère Dame Noire. Oh c'est loin d’être encore au point et ça mettra le temps que ça mettra... Mais je suis patient, et j'ai pour ainsi dire, rien à perdre. Je lui garde un chien de ma chienne à celle la, et je compte bien, au risque de t'entendre étouffer un rire, aller lui péter la mouille avec une certaine classe. J'ai le défaut d'être très rancunier...''

Il laissa échappé un bref rire avant de vider son verre et de s'allumer un cigare. Son croiseur avait enfin trouver son utilité, c’était un super plan tout à fait génial, le petit hic serait qu'il ne rate pas son coup, et bon c’était quand même un gros hic... Mais il trouverait bien un moyen. Belle maman payerait, tôt ou tard, mais la bête était maline, il fallait faire ça avec intelligence... Cependant, chaque choses en son temps, ce n'était pas encore d'actualité...
Le contrebandier, cigare à la bouche regarda encore une fois la jeune femme un long moment, ce petit jeu commençait à l'agacer, mais de toutes façons cela ne changeait rien à son problème, autant lui dire les raisons de leur départ, et puis peut être qu'après elle lui lâcherait la grappe une bonne fois pour toute. 

"Bon... tu ne veux pas partir sans réponses... Alors pour avoir le plaisir de te voir me foutre la paix une bonne fois pour toute, je vais te raconter ce qui s'est passé."

Le capitaine Darinson vida son verre et tira une bouffé sur son cigare, les yeux un peu perdu dans le vague, cherchant à remettre ses souvenirs dans l'ordre avant qu'il ne reprenne la parole d'une voix un peu plus adoucie cette fois.

''Zora et moi sommes partit tout simplement parce qu'elle était enceinte, mais pour dissiper tout doutes ce n’était pas a cause du facteur. Elle à voulu fuir pour les protéger, pour protéger nos enfants. Alors on s'est taillé avec le Raven, on à fui avec elle et ma coéquipière. C'est vachement moins cool que ce tu pensais j'imagine...''

Dranor aspira une nouvelle bouffée sur son cigare, soufflant la fumé d'un air blasé. Il regardait à présent son verre vide, un peu comme sa vie, le faisant tourner entre ses doigts. Le contrebandier inspira longuement avant de reprendre.

''Voila, il n'y pas grand choses d'autre à dire sur le sujet, je l'ai aidé à se mettre au frais, et elle est bien loin maintenant...''

L'aider à se mettre au frais... ça c'était un peu réducteur... le capitaine n'aillait pas lui balancer qu'il l'avait cryogénisé contre son gré... ça ferait probablement tache dans la conversation...

''T'as pas a t'en faire pour sa sécurité et celle de nos enfants, il ne pourra absolument rien leur arriver. Te voilà donc déchargé de toute promesse concernant sa/notre protection. Je vais me débrouiller seul, les sith je m'y suis déjà frotté pas mal de fois je connais vos petits tour de passe passe. Sur ce, ça m'a fait plaisir... mais tu dois avoir un planning très chargé j'imagine, comme aller un peu à la plage,ça te ferait pas de mal t'es un peu blafarde. Et puis au fait, c'est quoi ton nom ? généralement on se présente, ne serais-ce que par politesse.''

Dranor s'était légèrement détendu, mais posa cependant sa main sur la crosse de son blaster. Il restait toujours méfiant malgré tout, et il n'avait aucune confiance à donner à une sith sortie de nul part.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eerhia Aiarohk
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 359
Âge du perso : 24 ans
Race : Arkanienne
Binôme : Apprentie de Darth Riakath (Isobel Takan).

Amante du défunt Noval Artyss alias Darth Araya.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
8/78  (8/78)
PF:
27/72  (27/72)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Lun 20 Fév 2017 - 13:04


« A ton avis, mon grand ? Tu sais, j’aurais très bien pu faire comme les autres Sith pour obtenir les informations que je cherche, te forcer à plier l’échine, écraser les barrières de ton esprit pour venir y lire comme dans un livre. Mais tu vois, je ne suis pas comme la Dame Noire. »

Je l’avais déjà fais pour obtenir des informations. Oui, j’avais torturé, oui j’étais une Sith. Et oui, j’avais des méthodes qui pouvaient déplaire. Pour autant, je savais me tenir, ce dont tout les Sith n’étaient pas forcément capables. J’ignorais ses remarques futiles, dont le seul but était, à mon avis, de satisfaire un test auquel je ne lui donnerais pas les réponses qu’il aurait pu attendre.

J’étais peut-être une Sith, mais mes origines étaient bien différentes de la majorité. Je n’avais pas grandi dans leur moule, je n’avais eu à combattre encore et encore, à trahir, à chercher le pouvoir tout au long de ma vie. Non, car avant d’être Sith j’avais été Jedi. On avait cherché à me le faire oublier, mais c’était une chose qui resterait ancrer au plus profond de moi. C’était un échec, une partie de ma vie qui n’avait pas fonctionné, qui ne m’avait apporté que doutes et reproches. J’avais constaté que l’Ordre Jedi, que les dogmes de ces imbéciles n’étaient pas les miens. Ils m’avaient abandonné, et j’avais été récupéré par les Sith. J’avais embrassé leurs idéaux, certes, mais je n’avais pas perdu l’essentiel : ma capacité d’analyse, ma logique. C’est elle qui m’avait permit de sortir du lot, de plier les esprits, d’asseoir ma domination à l’académie avant qu’Isobel ne m’en extirpe.

Mon idéal n’a jamais été de voir la galaxie brûler, de détruire la République ou les Jedi. Mon idéal n’a jamais été de réduire les « aliens » en esclavage, car j’en étais moi-même une ! Isobel vivait pour voir l’univers connu sombrer dans le chaos, moi je vivais pour le voir se transformer à nouveau.

Prenant une nouvelle gorgée, je faisais pivoter le tabouret pour faire face à Darinson, pour mieux le scruter. J’avais besoin d’être certain de ne pas m’être trompé, qu’il ne chercherait pas à m’en coller une entre les deux yeux. Car mine de rien, là, j’étais presque sans défenses. Je prenais des risques.

Je le regardais, esquissant un léger sourire amusé à sa dernière remarque. Frapper Ynnitach serait difficile, ça c’était une évidence. Mais impossible, ça ne l’était pas.

« Rire ? Non, non. Je l’ai vu de mes propres yeux, la Dame Noire n’est pas intouchable, et encore moins invincible. C’est d’ailleurs une des raisons qui m’ont incité à reprendre mes recherches. Quand bien même la Dame Noire m’estime, je sais des choses. Trop de choses. Avec Zora, nous avions une entente, un accord. Ensemble, avec toi, ta coéquipière, pour se protéger mutuellement. Mais ça, connaissant Zora, ça m’étonnerais qu’elle t’en ait parlé. Tout comme le reste, en fait. »

Bah oui. On parle de Zora. Sa fierté est sans limite. Elle s’est toujours pensée au dessus des autres, au dessus de tout. Elle ne pouvait pas lui avoir communiqué cette faiblesse. Enfin bref, avec tout ça, j’avais omis de me présenter. Oh, ce n’était pas un oublie de a part, mais plutôt quelque chose de volontaire. Une protection personnelle et innée. Mais je n’avais plus besoin de le cacher. Enfin, je crois.

« Eerhia Aiarohk, pour vous servir Cap’tain. Mais Eerhia fera l’affaire… » lâchais-je avec un sourire certain, amusée par ma propre éloquence.

Il faut dire que la personnalité de Darinson avait de quoi me faire rire et sourire.

« Le soleil, j’ai déjà donné avec les jumeaux de Tatooïne. Ca ira. Non, le fait est que j’ai beaucoup de temps pour moi-même, en ce moment. »

Ce que j’avais à faire dans la République pour le compte d’Isobel était terminé, tout comme j’avais fais tout ce qui m’étais possible sur Arkania pour régler ce petit… différent avec les responsables de l’assassinat de mes parents et la disparition de mon héritage. Avec ceux responsables de mon envoi chez les Jedi, pour m’éloigner de mon chez-moi, de ce qui me revenait de droit.

« Quitte à être sincère, autant l’être totalement. Je sais beaucoup de choses sur vous, et Zora sait beaucoup de choses sur moi. Ca ne va peut-être pas te plaire, mais tant pis. Au moins, ça aura le mérité d’avoir été dit. » Je soupirais, en espérant qu’il n’allait pas avoir des idées stupides en tête. « Avec Zora, et malgré nous, il s’est tissé quelque chose dans la Force, entre nos esprits. Je sais que la Force est un concept très imagé, mais c’est bien réel. Elle a pu accéder à une partie de ma mémoire, de mes émotions. Et l’inverse est tout aussi vrai. »

Je finissais mon verre, avant de laisser glisser le tabouret en arrière. D’un appui rapide, je me hissais sur le comptoir du bar pour lui faire face, quitte à lui exposer certaines parties de moi. Mais ça, sincèrement, je n’en avais rien à faire. D’habitude, je montrais beaucoup plus, alors bon… Bref, je n’étais pas là pour faire jouer certains de mes atouts, de toute manière. Quoique, je comprenais assez facilement pourquoi Zora était tombé amoureuse du capitaine…

« De fait, je sais depuis longtemps que Zora était enceinte. Tout comme j’ai eu quelques… images ou idées de ce qui vous a poussé à partir. Mais comme tu l’as si bien dit, la confiance et la sincérité, chez les Sith, c’est très subjectif. J’avais besoin d’une confirmation. Ce que vous avez fait avec Zora, peu de gens ont réussi à le faire. Je me demande même si vous n’êtes pas les seuls. Cette… désobéissance à remit en question l’autorité d’Ynnitach, et vous serez donc en danger, et ce jusqu’à ce que vous ayez passé l’arme à gauche. Que tu le veuilles, ou non. »

Tout comme moi, je serais sans doute surveillée par Ynnitach. Et ce même si cette dernière confirmait sa confiance en ma personne, et en mon « intégrité ». Comme l’avais si bien dit Dranor, la sincérité était très surfaite chez les Sith. La confiance l’était tout autant. Et ce que j’avais vu, à savoir la Dame Noire à genoux et sur le point d’être exécutée, était bien trop… dérangeant pour être cautionné indéfiniment.

« Pour ma part, j’ai besoin de m’assurer un… refuge en dehors de l’Espace Sith, et j’ai besoin pour cela de personnes de confiance. Et les seules que je connaisse réellement, c’est vous. Enfin, par l’intermédiaire de Zora. Et aussi étrange que cela puisse paraître, je lui faisais confiance… »

Je croisais les jambes, tournant mon regard vers le barman un instant avant de me concentrer de nouveau sur le capitaine, mes yeux glissant le long de son bras pour atterrir sur la main plaquée contre la crosse du blaster. Il ne me faisait pas confiance, et ça se comprenait.

« ... tout comme elle-même te faisait confiance. Tu n’aura spas besoin de ça, je t’assure.» conclus-je en désignant vaguement du doigt son blaster.

Pour ma part, si Zora lui faisait confiance, alors il n’y avait de raison qu’il n’en soit pas de même pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 561
Âge du perso : 35 ans
Race : Humain
Binôme : Nuray

Feuille de personnage
Activité actuelle: Corsaire et mange de la barbapapa
HP:
31/77  (31/77)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Mar 21 Fév 2017 - 18:33



S'il avait eu des glaçons dans son whisky, le capitaine les auraient certainement fait tourner dans son verre. Mais... les glaçons dans le whisky c’était une aberration, et une absurdité, donc non, il n'y en avait pas dans son verre, Dranor aimait le boire sec, ouais sec comme Tatooïne. Faute de mieux il tapotait légèrement le petit récipient sur le bois du comptoir tout en écoutant la jeune femme au teint blafard.

Toc toc toc toc toc...

''Eerhia...''

Dit il simplement.

''C'est bizarre, je m'attendais pas à ça comme nom. Oh Je ne m'attendais pas non plus à un truc plus classique, mais Eerhia j'aurai pas parié un crédit la dessus, pourtant je suis joueur...

Tapotant toujours son verre sur le comptoir, son regard s’était baissé sur son blaster dont l’étui était toujours recouvert par sa main cybernétique. Ce prénom n'était pas spécialement beau, ni spécialement moche, mais bon... c'était le sien, et les présentations étaient ainsi faites.

''C'est pas commun, mais bon enchanté j'imagine... Et pour ce qui est de Tatooïne je peux te comprendre étant donné que je viens de la bas... Bref... pas besoin de te parler de moi hein... ?''

Dit-il finalement avant de hausser un peu les épaules avant de venir boire une gorgée de whisky alors qu'elle se tourna face à lui pour lui présenter ses atouts caractérisés par deux... fruits plutôt bien murs. Mais Dranor ne préféra pas jeter un coup d’œil dessus... C’était bien mieux comme ça, même s'il se reniait totalement... Toutefois il l'écoutait lui parler de toutes ces choses, de Zora, de la force, de le Dame Noire, le regard à présent retourné dans son verre qui se vidait petit à petit.
Tout ça pour en arriver à la plus stupide et incongrue proposition.

''Bon... Écoutes moi...''

Le capitaine Darinson se mordit légèrement la lèvre inférieur, cherchant probablement les mots adéquats avant de replonger son regard dans le sien.

''Comme je t'ai dis, il ne faut plus compter sur Zora, elle est hors jeu, ce qui signifie que je suis le « seul » à pouvoir t'aider.''

Il tapota sa poitrine de sa main cybernétique, fronçant les sourcils à cette idée. Était-elle tombée sur la tête ou quoi ? Purée, les bonnes femmes n'étaient vraiment pas toutes nette dans cette galaxie...
Mais bon il décida de retirer la main de son blaster comme signe d’apaisement avant de reprendre sur le ton le plus négatif qui soit.

''Je vais être tout à fait honnête avec toi, j'ai plus un rond, mon vaisseau le Raven doit subir de lourdes réparations. Je dis pas que le fait de vouloir quitter l'espace sith ne soit pas louable, bien au contraire, mais ça a un putain de goût de déjà vu dans ma bouche... et ça sans compter sur ma coéquipière qui serait prête à éventrer la première sith qui si présente, et ça avec le sourire ! Et puis surtout je ne te connais pas ! Moi, j'ai pas eu de super visions « trop cool » pour savoir qui tu es vraiment !''

Le capitaine soupira d' exaspération et leva ses mains sur le coté avant de les laisser retomber dans un léger claquement sur ses cuisses. Que pouvait-il bien faire d'elle ? Et seulement avait il besoin d'un fardeau en plus ? N'avait-il pas assez de problèmes sur le dos, entre l'argent, le vaisseau, la prime (qu'il estimait ridicule, le capitaine valait bien plus que ça !) sur son dos, sa probable dépression et il passait outre beaucoup d'autres choses qui avait le ton de l'agacer ces temps ci...
Bordel à cul pourquoi donc ferait-il ça ? Non c'était décidé, il n'avait pas besoin d'elle, et il se passerait bel et bien définitivement de ce futur boulet.

''Bon ok...''

Se contenta t-il de dire simplement. « Dranou t'es tombé sur la tête ou quoi ? » alors qu'il se massait la nuque en grimaçant. Qu'est-ce qu'il venait de faire ? Laisser tomber encore une fois sa raison, pour prendre le risque d'embarquer une inconnue qui accessoirement était également une sith avec lui à bord du vaisseau ? Le capitaine était vraiment... En fait non il n'écoutait que rarement sa raison... ce qui lui avait valut tout un tas d'emmerdes... Mais finalement... A quoi bon ? On ne peut pas échapper au destin. Et peut être que cette bonne action ferait pencher la balance en sa faveur ? Peut être que tout allait changer ? Qu'il retrouverait gloire fortune ? Que son Karma se referait la cerise???

Fallait pas rêver, il était stupide et agissait sur un coup de tête, ça s’arrêtait là...

''T'es contente j’espère ?''

Dit-il un peu amer tout de même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eerhia Aiarohk
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 359
Âge du perso : 24 ans
Race : Arkanienne
Binôme : Apprentie de Darth Riakath (Isobel Takan).

Amante du défunt Noval Artyss alias Darth Araya.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
8/78  (8/78)
PF:
27/72  (27/72)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Jeu 23 Fév 2017 - 19:15


« La galaxie est faite de surprises. »

Ce fut la seule réaction, avec le large sourire, que j’offrais à ses remarques sur mon nom. Que pouvais-je ajouter de plus ? Je n’allais pas me braquer pour ça. Après tout, Dranor n’était pas très commun d’où je venais, et les Arkaniens avaient pour habitude de dénigrer et de snober tout ce qui n’était pas originaire d’Arkania. En soi, j’étais quand même bien plus ouverte d’esprit que la majorité des gens de mon peuple. Oh bien sûr l’égo était bien là. Tout comme la suffisance. Mais des années passées au cœur de l’Empire avait quelque peu réduit à néant la part de xénophobisme que j’aurais pu avoir.

Quand à Tatooïne, par contre, j’en fus réellement surprise. Je n’aurais jamais crû qu’il puisse venir de ce coin paumé de la Galaxie. Bah quoi ? C’est « paumé » qui vous gêne ? Allons, il faut faire preuve d’un peu d’honnêteté, quand même…

« Oh, vraiment ? Sans cette information j’aurais parié que vous étiez plutôt du coin. »

Bah quoi ? Bon, ok, j’admets, c’était peut-être un peu trop cliché. Mais c’était aussi dans les mœurs, dans les habitudes des gens qui peuplent cette galaxie : les contrebandiers sont généralement Corelliens, ou se font passer pour tels. Qu’ils soient humains ou pas, d’ailleurs, et ce malgré que le système Corellien soit majoritairement peuplé par les Humains qui l’ont colonisé il y a des millénaires.

« Crois-moi, ces visions étaient toutes sauf « cool ». Et je ne connais pas ta vie sur le bout des doigts. En fait, je n’en connais pas grand-chose pour être honnête. Je n’ai pas été confrontée à tout les souvenirs de Zora, et donc encore moins ce qui te concerne. Enfin, j’ai bien quelques détails en tête mais… »

Clac. Clac. Clac…

Les talons de mes chaussures venaient frapper contre le rebord du comptoir alors que mes jambes se balançaient depuis déjà quelques instants dans le vide. Il était clair que le lien mental que nous avions échangé Zora et moi n’avait rien de génial, ou d’agréable. Nous avions toutes les deux cherché à l’ignorer. Et lorsque l’on s’en servait, généralement, c’était à contre cœur, parce que nous avions été forcé de le faire. Plonger dans les souvenirs des autres nécessitait de laisser tomber toutes les barrières, et donc de laisser l’autre se promener au cœur de votre esprit. Et lorsque l’on cherche dans vos souvenirs, c’est extrêmement douloureux. Je l’avais suffisamment expérimenté.

Je l’écoutais me résumer sa situation et j’en profitais pour le découvrir, l’observer plus précisément. Mon regard glissait, inquisiteur, sur son corps, ses courbes. Je regardais ses réactions, ses manières. Je l’avais vu détourner le regard lorsque je m’étais postée en face de lui, et j’avais retenu un sourire amusé à le voir réagir ainsi. Encore une fois, je comprenais parfaitement Zora. Malgré sa main cybernétique, l’humain était plutôt bel homme. Enfin bref… J’étais pas là pour discourir des goûts de Zora, mais bien pour tenter de le convaincre que j’étais sincère, et que je ne plaisantais pas.

Clac. Clac. Clac…

« J’ai bien saisi pour Zora, ne t’en fais pas. Tout comme j’ai bien saisi que t’es à cours de crédit et que ton super vaisseau tombe en carafe. Mais vois le bon côté, je ne tiens pas à ce que tu y retournes, dans l’Espace Sith. T’envoyer dans la gueule du loup serait rompre le pacte que j’avais conclu avec ton… ex-copine ? »

Je grimaçais, affichant un air navré en espérant ne pas l’avoir froissé. Ex-copine, sincèrement… J’aurais pu trouver mieux. Mais bon, il fallait bien finir par arrêter de parler d’elle, quand bien même j’avais toujours eu du respect pour l’Humaine. Du côté de Dranor, j’avais bien compris qu’il hésitait, qu’il n’avait pas envie de se lancer dans quelque chose qu’il regretterait. Après tout, j’étais une Sith. Comme Zora. Ce n’était pas un point à mon avantage, je devais bien l’admettre. Mais cela voulait donc également dire qu’il savait de quoi j’étais capable…

Glissant une main dans mes cheveux, repoussant le verre vide, je venais secouer doucement la tête avant de surenchérir pour tenter de faire oublier mes derniers mots :

« Je peux t’être utile, et tu le sais très bien. Je pense que tu sais très bien tout ce que je suis capable de faire, vu que tu as fréquenté une autre Sith. En plus de ça, je peux continuer à brouiller les pistes. Et c’est sans parler de ce qui m’est dû par mes origines. Tout ce que je demande en échange, c’est un point de chute loin de l’Empire. Au cas où les choses tourneraient mal pour moi et…»

Je m’arrêtais, interrompue par la réponse soudaine de Dranor, sa maigre phrase, ses deux mots. « Bon, ok… ». Je le regardais un instant sans rien dire. Peut-être quelques secondes, sans doute moins. Même mes jambes avaient cessées de se balancer, tout comme mes chaussures de frapper contre le bord du comptoir.

[color=darkorange] « Ok ? »[color] Je marquais la pause, brève. « Comment ça, c’est ok… ? »

Je percutais, comprenant finalement ce qu’il voulait dire alors que mes yeux restaient fixés sur lui et que je me penchais un peu avant.

« Attends, t’es sérieux ? »

Bah oui, il était vraiment sérieux. Sincèrement, je n’y croyais pas. Je ne pensais pas qu’il accepterait aussi vite. Mon fessier quittait le comptoir du bar alors que je me laissais retomber sur mes talons, face à l’humain.

Clac !

« Et comment ! Enfin, tu es certain d’avoir vraiment pesé le pour et le contre ? Comme je l’ai dis, je ne suis pas là pour te la faire à l’envers, je suis parfaitement sincère. Mais je peux comprendre que tu sois méfiant, hein… »

N’en rajoute pas, tu vas réussir à le faire changer d’avis ! Je passe une main dans mes cheveux, les ramenant derrière la nuque. J’ai toujours du mal à croire qu’il ait pu accepter aussi vite. Était-ce son instinct qui parlait ou bien cela faisait-il partie d’un plan plus vaste ? Mon regard glissa une seconde vers son holster pour constater que sa main n’était pas sur son blaster. Pas de risques immédiats, donc.

« Oh, j’en oublie les bonnes manières ! » fis-je plus enthousiaste avant d’interpeller le barman. « Servez-nous la même chose. Merci. »

J’attendis qu’il réagisse, ou que Dranor intervienne avant de venir de nouveau me percher sur le comptoir. Le manège de mes jambes reprit presque aussitôt, d’instinct, dans un mouvement de balancier simple et naturel alors que mes pieds ne touchaient de nouveau plus le sol.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 561
Âge du perso : 35 ans
Race : Humain
Binôme : Nuray

Feuille de personnage
Activité actuelle: Corsaire et mange de la barbapapa
HP:
31/77  (31/77)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Ven 24 Fév 2017 - 17:01



Le capitaine Darinson se demandait encore pourquoi il avait répondu si rapidement sans avoir réellement réfléchi.

"Oui c'est tres sérieux mademoiselle "Aiarohk", je sais pas ce qui m'a poussé à dire oui, mon instinct peut être, en tout cas non je n'ai absolument pas pesé le pour et le contre! Mais une chose est sûre si j'ai dis oui, ce n'est pas à cause de ta plastique et de tes jambes fuselées. "

D'un regard entendu il parcourut rapidement la longueur et de jambes dont les talons claquaient encore quelques secondes auparavant sur le comptoir. Et alors qu'elle descendit pour venir approcher son visage du sien, le contrebandier fit de même et glissa d'une voix grave:

"Et j'aimerai autant ne plus parler de mon... "ex-copine" comme tu dis. Cette histoire fait partie du passé depuis un long moment déjà et je n'ai pas envie que dans toutes nos conversations le nom de Zora en ressorte. Capice?"

Dranor la regarda replacer ses cheveux derrière sa nuque d'une facon... fort feminine, se demandant l'espace d'un instant ce que tout cela allait donner et surtout dans quel pétrin il s'était vraiment foutu. La gamine était plutôt mignonne en y regardant de plus près, elle n'était certe pas en lice pour faire la page centrale de Playhutt mais le contrebandier devait le reconnaître, elle avait un petit quelque chose qui ne laisserait personne indifférent, pour peu que l'on apprécie le physique d'une Arkanienne évidement.
Il était vrai que par le passé il avait déjà ramené toutes sortes d'aliens dans sa cabine. De la twi'lekk, de la notholane, bref tout ce qui passait vulgairement à portée de tir. Mais Dranor devait le reconnaître, il n'avait pas fait de folies de son corps depuis bien longtemps déjà, pourtant, étrangement, le prédateur du sexe opposé ne s'en portait pas plus mal, et puis de toutes façons, sa réputation le suivait toujours malgré les années, d'un certain point de vue, il vivait un peu sur ses acquis.

Le contrebandier chassa bien vite toutes ces questions et constatations de son esprit et descendit de son tabouret pour venir se poser dos au comptoir tout en croisant les bras, venant scruter pensivement la salle où les différents clients s'occupaient le plus naturellement du monde en buvant leurs consommations tout en jouant par ci par là au pazak et autres jeux prisés de la galaxie.

Penchant sa tête vers elle sans toutefois quitter la salle des yeux, le contrebandier ajouta:

"Je suis un gars réglo, je te la ferais pas à l'envers, et j'espère que ce sera aussi ton cas."

Lâcha le pilote d'une façon nonchalante tout en la regardant remonter s'asseoir sur le comptoir, remarquant du coin de son oeil artificiel sa dextérité évidente à venir poser son popotin plutôt agréable sur le comptoir.
Lorsqu'elle commanda un autre verre, le capitaine la remercia inclinant légèrement sa tête ou trônait son chapeau de cowboy. Il commençait à ses détendre, sa main avait quitté son holster pour se poser sur son ceinturon, ce qui était une bonne preuve de magnanimité. Cependant se détendre ne voulait pas encore dire baisser sa garde, Dranor avait toujours un léger doute sur ses intentions, et le sabre laser qu'il avait de planqué dans son dos calé sous sa ceinture la calmerait bien vite en cas d'idée folle.

Levant son verre à la hauteur de son regard, il la dévisagea un instant avant de lâcher le plus simplement du monde:

"Avec toi, regarder quelqu'un dans le blanc des yeux prend tout son sens..., Merci pour le verre, à la tienne.

Il vida son verre de whisky d'une traite dans une légère grimace, reposant ensuite le verre sur le comptoir près de lui, venant réajuster son chapeau sur sa tête,  pinçant l'extrémité entre son index plié et son pouce.

"Merci pour les verres et cette courte discussion mais faut que je m'arrache. Retrouve moi au hangar 27A44 dans 4 jours je décolle à 14h00 heure locale. Si t'es pas là, je me tire sans toi et ça c'est très réfléchi ! "

D'un coup de rein, le capitaine se décolla du comptoir, levant la main alors qu'il se dirigeait vers la sortie, saluant son ami le proprio qui lui Répondit du même signe.
Mais avant de quitter l'établissement il tourna la tête et la regarda par dessus son épaule avant d'ajouter finalement.

"Je crois qu'au final, je sais pourquoi j'ai dis oui si vite. Ma vie manque grandement d'aventures super géniales et complètement timbrées. Alors... sois pas en retard Eerhia."

Souriant finalement le capitaine la salua du bout du chapeau, tout comme lorsqu'il la remercia pour le verre avant de lui faire un clin d'oeil et de se retourner pour allumer un cigare, s'esquivant dans la ruelle pour aller à la rencontre de son armateur.

On pourra dire ce qu'on voudra, ça c'était une sortie réussi. Bravo! La classe capitaine Darinson. Bon faudrait jusque qu'elle soit la dans 4 jours... sinon tant pis pour elle, ou plutôt pour lui, car mine de rien, si elle n'était pas à l'heure, il attendrait tout de même un peu...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eerhia Aiarohk
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 359
Âge du perso : 24 ans
Race : Arkanienne
Binôme : Apprentie de Darth Riakath (Isobel Takan).

Amante du défunt Noval Artyss alias Darth Araya.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
8/78  (8/78)
PF:
27/72  (27/72)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Mar 7 Mar 2017 - 18:29


Que ce soit sérieux, c’était déjà une bonne chose. Je n’aurais clairement pas apprécié qu’il me mène en bateau de la sorte. En ait, je crois que Dranor lavait déjà bien compris. Au fond, j’étais tout de même une Sith, et je ne prendrais aucun risque à dire que les Sith, ça le connait plutôt pas mal. Non, je ne me faisais aucun souci pour lui de ce côté-là. Pour ma part, j’étais plutôt soulagée de ne pas avoir dû batailler très longtemps pour le convaincre. Je n’étais pas très convaincue par son affirmation, sur le fait qu’il n’ait pas d’idée dernière la tête, qu’il puisse avoir fait ce choix par pur instinct. Mais bon… tout est possible dans cette galaxie, non ? J’avais moi-même pris des décisions par instinct, et ça m’avait plutôt bien réussi à chaque fois. Alors pourquoi pas lui, hein ?

Enfin, peut-être que la raison réelle était dans son subconscient, et que ce dernier lui envoyait des indices qu’il laissait transparaître sans s’en rendre compte ? Je laissais échapper un léger rire en réponse à sa remarque, avant de réagir de façon sincère :

« Oh voyons, Capitaine ! Si j’avais voulu vous convaincre avec ces atouts, j’aurais agi différemment. »

Oh, ça je pouvais clairement vous l’assurer ! Si j’avais voulu le convaincre en faisant usage de mon corps, je me serais drapé dans quelque chose d’encore plus léger, à l’instar de ce que j’avais pu porter lors des premières semaines de mon récent voyage sur Arkania. Pour autant, visiblement, je n’avais pas besoin d’aller aussi loin pour lui faire de l’effet, au Cap’tain ! Enfin, il me semble…

« Ouais, je comprends les raisons. T’en fais pas, je n’en parlerais plus. » rétorquais-je alors que nos visages s’étaient soudainement rapprochés pour échanger une fausse confidence.

Entre-nous, je le voyais bien lorsqu’il me relookait vraiment et je faisais comme si je n’avais rien vu. Si ça lui faisait plaisir, alors qu’il profite ! Personnellement, je n’avais pas de réel complexe sur le sujet et le capitaine, comme je l’avais déjà dit, était plutôt pas mal. Je comprenais bien l’avis de Zora à son sujet. Mais ça, là aussi, je crois que je vous l’aie déjà dit…

Mon regard était repartit vers le fond de la salle lorsqu’il m’interpella à nouveau pour me rassurer sur sa sincérité et j’acquiesçais doucement du chef. Je le croyais réellement, bien qu’il ait œuvré contre les Sith à plusieurs reprises. Mais ça, honnêtement, je m’en moquais totalement. Les Sith n’ont jamais formé une famille unie et entretenaient plutôt l’esprit de compétition jusqu’à leur mort. Disons que le marché passé avec Dranor, sur ce sujet, était parfaitement légitime.

« Je sais bien qu’en général les Sith ne respectent pas leurs accords, mais tu n’as rien à craindre avec moi, Darinson. » rétorquais-je avec la même nonchalance tandis que je me réinstallais sur le comptoir.

Récupérant le verre que j’avais commandé, le levant à hauteur du regard, je venais trinquer en-même que je le dévisageais une fois de plus.

Que nous nous dévisagions.

« Je vais faire comme si tu étais le premier à me la sortir, d’accord ? » laissais-je échapper à son intention dans un rire étouffé.

Il faut dire que celle-là, on me l’avait lancé plus d’une fois ! Portant le verre à mes lèvres, je prenais mon temps là où Dranor reposait déjà son verre vide sur le comptoir et je me permettais mon propre commentaire :

« Pour ma part, je suis assez fan du chapeau. »

Puis, esquissant un sourire à peine caché, je me laissais retomber sur le sol pour lui faire face, alors qu’humain m’annonçait son départ. Je prenais note de son invitation, du rendez-vous qu’il me fixait. Dans ma tête, je pensais déjà ce que j’avais prévu de faire et aux modifications que j’allais devoir apporter à mon planning. C’était de toute manière sans la moindre importance désormais. Bien que je ne fusse pas encore une Guerrière au service d’Isobel, je disposais d’une grande autonomie, ce qui me permettait de faire à peu près tout ce que je voulais tant que je rendais des comptes. Mais ça, à vrai dire, ça ne regardais pas vraiment le Capitaine. Pas encore, en tout cas. Et même lorsque ça le concernerait, il n’aurait rien à craindre.

« 27A44… J’y serais. »

J’acquiesçais, le laissant filer pour me re-concentrer dans le verre que j’avais dans ma main. Pivotant, je refaisais face au comptoir pour finir tranquillement ma soirée. Une fois la boisson consommée, je payais l’addition au barman et je m’éclipsais vers mon vaisseau d’emprunt. Une fois là-bas, je repensais à cette discussion, je l’analysais à froid. J’étais désormais certaine, Dranor Darinson était réellement sincère. J’avais convoqué la Force pour qu’elle vienne me dicter son opinion et cette dernière était allée dans mon sens.

Les autres jours, je les avaient passés dans le système Corellien, voyageant de Corellia vers les autres planètes, me renseignant sur les informateurs que l’Empire pouvait bien avoir disséminé dans la région. C’était ça, l’avantage d’être l’Apprentie de Darth Takan : je pouvais avoir les noms de ces individus avec une extrême facilité, et ensuite trouver facilement la faille idéale pour les éviter et les leurrer. J’avais également pris contact avec l’informateur que j’avais enrôlé malgré-lui sur Arkania pour venir aux nouvelles et connaitre plus en détails les faits et gestes de ceux qui avaient osé tout me prendre à la naissance en m’envoyant au Temple Jedi.

Puis, j’étais revenue sur la planète mère, Corellia. Là, j’avais entreposé le vaisseau que j’avais volé sur Arkania dans le hangar d’un astroport d’une cité annexe à Coronet avant de prendre un transporteur pour la capitale corellienne. De là, j’avais fais marche jusqu’à l’astroport avant de remonter les hangars en regardant l’heure sur mon comlink.

En arrivant devant les portes du hangar 27A44, j’étais plutôt en avance.

Je tirais un peu sur les lanières du sac que j’avais à mon dos et j’écrasais mon index ganté sur l’interrupteur de l’interphone, lequel était sans doute relié à l’intérieur du hangar, voir au vaisseau :

« Capitaine Darinson ? Si vous aviez l’amabilité de bien vouloir m’ouvrir… » demandais-je avec une certaine ironie.

Si je voulais passer de l’autre côté, ce n’était pas ces portes verrouillées qui m’en aurait empêché. Mais autant faire bonne figure, non ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 561
Âge du perso : 35 ans
Race : Humain
Binôme : Nuray

Feuille de personnage
Activité actuelle: Corsaire et mange de la barbapapa
HP:
31/77  (31/77)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Lun 27 Mar 2017 - 14:31



Les quelques jours qu'avait imposé le capitaine étaient arrivé à expiration. Il avait eu le temps de faire réparer le vaisseau, ce qui au sens figuré lui avait coûté un bras, au sens propre il ne lui en restait plus qu'un vrai alors autant ne pas le gâcher... Mais bon cela lui avait coûté une petite fortune. Pas étonnant, le Raven était sacrément racé et modifié au bon vouloir du capitaine.

Sortant de la douche, pied nus, une serviette autours des hanches, les cheveux mouillés en bataille sur la tête, il fit un petit tour dans le cockpit pour venir se servir une gorgée dans le verre de whisky à moitié plein (rester positif, c'est important !) posé sur la console du poste de pilotage.

S'envoyant le reste de son verre d'un mouvement de la tête en arrière, le jeune trentenaire de sa main secoua ses cheveux mouillés et tenta en vain de les recoiffer. La question capillaire chez les Darinson était relativement compliquée, que ce soit chez lui ou son cousin, leur tignasse n'était pas souvent d'humeur à se faire dompter, bon cela donnait un certain style nonchalant qui marchait par le passé plutôt bien auprès de la gente féminine, mais c'était tout de même à se demandé d’où leur sortait cette moutte noir de jais. Peut être était ce du à la génétique après des générations passées sur Tatooïne ? Le fruit de l’évolution en somme ? Le corps cherchant à les protéger des deux soleils ? Allez savoir ! Peut être était-ce juste comme cela... et puis c'est tout.

L'intercomm du cockpit bipa alors que la voix d'Eerhia lui annonçant son arrivée crachota dans les hauts parleur situés sur le panneau supérieur. Elle était en avance ? Carrément, mais la sith était finalement venue. Dranor s'était demandé si elle allait vraiment venir ou s'il allait se faire attaquer pendant ces quatre jours. Il s'était attendu à un piège, que l'on vienne attaquer son vaisseau et finalement lui rendre la monnaie de sa pièce. Mais finalement tout s'était passé normalement, peut être disait elle finalement la vérité ? C’était surprenant, mais peut être pas plus mal en fin de compte. Toute ces petites frappe qui lui filaient le train commençaient à lasser le capitaine, mais bon fallait faire avec, et ça occupait Nuray de temps en temps.

"Hey salut miss Aiarohk, pour être franc je pensais pas que tu viendrais... Et pour tout te dire t'es en avance... très en avance même, et moi je suis à poils car je sors de la douche. Bon.... attends deux minutes, j'enfile un falzar et je te déverrouille le sas."

Relâchant le bouton de l'intercom, le capitaine se dirigea vers sa cabine. Ça promettait très fort tout ça... Elle venait d'arriver et il était déjà à poils. Enfin, pas de raisons de paniquer! Il enfila rapidement un pantalon propre, et passa une chemise manche courte plutôt vintage, les cheveux bien évidemment toujours mouillés.

Le capitaine se dirigea tout de même prestement vers le sas d'accès pour ne pas faire attendre plus longtemps son hôte.
Une hôte? Ou bien une nouvelle camarade d'aventures? Pour l'instant il était trop tôt pour en juger, mais malgré sa qualité de sith, Dranor la trouvait plutôt agréable à la discussion, peut être n'était ce finalement qu'une impression? Et quelle se révélerait aussi barré dans sa tête que Zora? Bah... finalement c'était bien dur d'arriver à son niveau à elle... Alors c'était déjà en soi plutôt reposant.

Pianotant du bout des doigts sur le petit clavier mural, le capitaine déverrouilla les portes du hangar et abaissa la rampe d'accès et descendit tranquillement, les mains dans les poches.

"Content de te voir, et bienvenu dans le monde de merveilleux du Capitaine Darinson ou chaque repas est un festin, et chaque corvée est une partie de plaisir!"

Dit il souriant sortant ses mains de ses poches pour étendre ses bras sur les côtés, montrant non sans une certaine fierté son beau vaisseau couleur noir mat tout réparé. D'ordre général, la couleur mat n'était pas monnaie courante sur les vaisseaux. Beaucoup aimaient y mettre une finition brillante et bling bling, mais Darinson n'aimait pas faire comme les autres, ça en jetait tout simplement et ça donnait au Raven un air sacrément agressif, ce qui il fallait l'avouer était un peu le but.

"Alors t'es parée? Je vois que tu voyages léger c'est bien, comme ça ça coûtera moins cher en carburant! Allez viens, restes pas là, monte à bord!"

Ce faisant, il fit une signe de tête pour qu'elle le suive à l’intérieur du vaisseau. Et, après une rapide visite guidé, préférant esquiver sa propre cabine, il l'amena devant la porte de ce qui se révélerait être la sienne.
L'endroit n'était très grand en soi mais toutefois propre et carré. Le capitaine se doutait que cela lui irait, après tout c'est elle qui avait demandé à venir, ce n'était pas du luxe, mais ça avait le mérite d’être entretenu, pas comme sa cabine qui était plus ou moins qu'une caverne sombre ou trônait bon nombre de souvenir et de petits trophée de chasse.

''Bon étant donné que tu es mon invitée, je te dispense de corvées ! J'espere que la cabine te conviens, et si c'est pas le cas tant pis. Je te propose pas la mienne, elle est pour le moins... encombrée... et dit comme ça c'est plutôt flatteur.''

Le capitaine mis ses mains dans ses poches avant de poser son épaule contre l'encadrement métallique du sas tout en la regardant avant de reprendre :

''Je serais dans le cockpit en train de préparer le décollage, histoire de t'emmener vers... L’anonymat ?''

Il lui sourit doucement avant de se décoller d'un coup d’épaule, se retournant pour partir dans la coursive concluant finalement :

''Fais comme chez toi.''

Quelle rencontre inattendu... se dit il tout en regardant ses pieds alors qu'il se dirigeait vers le cockpit.

''Oui... Très inattendue...''

Répéta t-il a voix basse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eerhia Aiarohk
l~ Apprenti Sith ~l
l~ Apprenti Sith ~l
avatar


Nombre de messages : 359
Âge du perso : 24 ans
Race : Arkanienne
Binôme : Apprentie de Darth Riakath (Isobel Takan).

Amante du défunt Noval Artyss alias Darth Araya.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
8/78  (8/78)
PF:
27/72  (27/72)

MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   Ven 21 Avr 2017 - 16:00


Je n’eus à attendre que quelques instants avant d’entendre la voie du cap’tain, celle là même que j’avais pu entendre dans la cantina lorsque nous nous étions rencontré. Il ne m’avait donc pas menti, moi qui lui avais fait confiance. Chose assez rare pour être soulignée, preuve que j’étais encore capable de la confier à quelqu’un. A vrai dire, ma tendance paranoïaque disparaissait lorsque je ne côtoyais pas d’autres Sith, lorsque je ne me trouvais pas sur le territoire de l’Empire. Dranor Darinson venait de réussir son test. Il ne m’avait pas menti.
A dire vrai, je le trouvais sympathique et amical. Il semblait ouvert à la discussion, preuve en était l’aveu soudain de sa condition actuelle, à savoir à poils, qui ne manqua pas de me faire rire. Un rire que j’avais étouffé à l’aide de ma dextre avant de lui répondre sur le ton de l’amusement :

« Oh ! C’est une de tes nombreuses méthodes de séduction, c’est ça ? »

Il fallait admettre que Darinson avait fait mine de ne pas sembler intéressé lors de leur dernière rencontre, et moi-même je n’avais pas cherché à lui faire de quelconques avances. Il faut dire que j’étais venu pour obtenir des réponses, en m’imaginant que Zora était encore présente, quelque part. Et même si j’avais trouvé Dranor plutôt séduisant, je n’avais pas envisagé ce genre de possibilités. Tout ce que j’avais pu admettre était que je comprenais pourquoi Zora avait pu tomber sous le charme.

La porte se déverrouillant finalement, je faisais mon entrée d’un pas gracieux, vérifiant tout de même que je n’avais pas été suivie. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur de l’aire d’atterrissage que je laissais retomber le voile qui masquait une bonne partie de mon visage, abandonnant la discrétion arborée pour me rendre au rendez-vous. Cette discrétion n’avait plus lieu d’être, et j’esquissais un sourire amical et sincère en voyant le cap’tain débarquer par la rampe de son vaisseau.
Et quel vaisseau, d’ailleurs ! Il ne semblait pas vraiment flambant neuf mais il rayonnait avec splendeur, preuve qu’il était tout de même bien entretenu. La couleur noire lui donnait un air agressif et le rendait sans doute plus difficile à trouver de visu dans l’obscurité de l’espace intersidéral.

Agitant doucement le doigt, je réagissais à sa remarque :

« J’ose l’espérer ! répondis-je avec un léger rire cristallin, avant de rebondir sur le vaisseau en lui-même. « C’est pas mal du tout, effectivement. Il paraissait plus petit sur les holos que j’ai pu voir sur Dromund Kaas. Et la couleur noire, ça change vraiment de la grisaille habituelle. »

J’avais presque l’air de m’y connaître. Car bon, honnêtement, à part ces maigres réflexions, mes connaissances en vaisseau étaient assez limitées. Je savais les piloter, ce qui était tout de même déjà pas mal. Pas la peine de m’en demander plus ! S’il cherchait un mécano, alors il allait devoir m’apprendre tout depuis le début. Car ça, moi, j’y connais que dalle…

Quand à sa remarque sur la taille réduite de mon sac, je devais bien admettre qu’il avait raison. En même temps, l’intégralité de mes affaires était encore sur Dromund Kaas et Korriban, et je voyageais uniquement avec mes affaires récoltées sur Arkania et Corellia. De toute manière, je ne pouvais pas récupérer mes effets laissés en territoire Sith sans attirer l’attention, ce qui allait m’obliger à faire des achats, et donc de dédoubler. Mais c’était là une nécessité pour assurer ma sécurité tout autant que la sienne. Tant que je resterais une Sith, avec un lien avec l’Empire, alors il me serait possible d’effacer les traces que nous laisserions derrière nous.

M’enfin, laissons ça de côté pour l’instant !

Je me contentais donc de répondre avec un peu de malice :

« On peut dire ça. Je n’ai pas besoin de beaucoup de choses. Mais si tu y tiens vraiment, rien empêche quelques achats, capt’ain. »

Clin d’œil guère subtil, qui veut tout et rien dire. J’affichais immédiatement un sourire amusé, avant de répondre à son invitation avec un certain entrain :

« Ah ! Je me demandais justement quand est-ce que tu comptais me faire visiter ta merveille ! »

De l’entrain, et un amusement bien réel. J’appréciais beaucoup ses manières et la tournure de ses phrases. Ses remarques tombaient toujours à point. Bref, je ne dirais pas que le cap’tain était parfait, mais c’était déjà un très bon début de collaboration !
Grimpant à bord du vaisseau, je suivais l’humain dans sa visite de son appareil. L’intérieur confirmait les pensées que j’avais développées à l’extérieur : son vaisseau n’était pas flambant neuf, mais il était clairement bien entretenu. Sans doute Dranor faisait-il passé la majorité de ses économies dans la maintenance. Ce serait même assez logique, puisque ce vaisseau est également son lieu de vie et de travail.

Finalement, ce fut ma cabine que je découvris. Plutôt petite mais habitable. En somme, j’étais plutôt satisfaite d’avoir décidé de me joindre à son équipage. Son vaisseau n’était pas une épave, la compagnie était agréable. Mon regard glissa une fois de plus sur son corps, cette fois-ci sans réelle gêne, avant que mes lèvres ne s’articulent pour répondre à sa remarque :

« Il est vraiment plus grand que ce que je m’imaginais. Bon, la cabine est petite mais je m’y ferais. Je n’ai pas besoin de beaucoup d’espace. »

Ce qui était vrai. Mes appartements sur Dromund Kaas étaient bien plus spacieux, et pourtant désespérément vides. Là, la cabine était étroite mais suffisamment habitable pour moi. Le lit était assez grand, il y avait des espaces de rangement. Bref, ce n’était pas parfait mais néanmoins satisfaisant.

« Oh ? Elle est si mal rangée que ça ? »

Nouveau sourire. Moqueur, celui-ci.

Bref.

J’acquiesçais à ses explications, le voyant se décoller de la paroi pour prendre la disrection du cockpit. Je lui offrais un dernier sourire entendu, avant de rétorquer :

« Entendu. Je vais en profiter pour déballer mes quelques affaires. Et prendre une douche. »

Puis, je rentrais dans ma cabine, déposant le sac rempli d’affaires sur le lit. J’ouvrais une armoire, avant de venir y glisser les différents effets vestimentaires que j’avais pris avec moi de Dromund Kaas ainsi que ce que j’avais récupéré lors de mon séjour sur Arkania. Bref, si je devais sortir de ma cabine, ce ne serait surement pas avec ce genre de fringues. Trop légers, trop sensuels, trop… osés ? Ceux de Dromund Kaas, en revanche, feraient l’affaire le temps de trouver des choses plus adéquates.

Sortant quelques livres, je déposais mon sabre-laser sur une étagère, non loin du lit, avant de me déshabiller. Puis, je me glissais sous la douche, ouvrant l’eau et repensant aux dernières paroles de l’humain.

« Comme chez moi, hein... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey Cap'tain ! Faut qu'on cause ! [PV Dranor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Corellia-