La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Balamak] Savoir mettre l'ambiance, c'est important [PV Alys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylen Torsahn
$$ Mercenaire $$
$$ Mercenaire $$
avatar


Nombre de messages : 24
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
64/64  (64/64)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: [Balamak] Savoir mettre l'ambiance, c'est important [PV Alys]   Sam 14 Jan 2017 - 23:51

Confortablement installée dans le vieux landspeeder d'occasion, Sylen observait le paysage qui défilait avec fascination : pour quelqu'un qui avait grandi sur un caillou un peu froid, littéralement, les champs agricoles de Balamak étaient une merveille de verdure et de fertilité, même après cinq longues années à y vivre par intermittence.
A côté d'elle, un grognement caractéristique se fit entendre : se tournant, elle vit que Rairahab, plutôt que de regarder devant lui pendant qu'il conduisait le véhicule, l'observait avec un air perplexe. TIC traduisit avec une petite seconde de décalage :


-Si la verdure te plaît tant que ça, tu devrais venir sur Kashyyyk.

-Un jour peut-être, on fera ça, mon gros, répliqua-t-elle avec un sourire. Mais ça m'empêchera pas d'apprécier la région.

-Tu t'attaches trop, traduisit le tas de ferraille.

Elle ne répondit pas : il avait probablement raison. Pour une mercenaire, elle était bien trop attachée à ses hommes et à la planète sur laquelle elle vivait, ça ne faisait que peu de doutes. Elle tapota amicalement – donc, en y allant de toutes ses forces – le dos du Wookiee, qui lui rendit un sourire plein de dents, des plus expressifs.

-Faut vraiment que tu laves ces trucs, fit-elle en montrant les crocs de Rair. Je pourrai te sentir depuis Nal Hutta, et pourtant y'a l'odeur des Hutts qui fait écran.

Sous leurs yeux, le paysage changeait doucement : les champs laissaient place à des habitations, tandis qu'ils approchaient rapidement de la capitale de la planète, Dorum. La capitaine s'y rendait une fois par mois avec un de ses camarades : faire le plein de vivres, saluer les quelques contacts dans la ville, et parfois même, faire connaissance avec les gens du crus comme les nouveaux arrivants. Après cinq ans, la plupart des cantinas la connaissaient et l'accueillaient avec plaisir : les gars de la Griffe tenaient le secteur tranquille, et la ville avait toujours pu compter sur eux pour faire changer de métier quelques hors la loi qui croyaient profiter du fait que Balamak était une planète sans histoire pour faire quelques mauvais coups.
La capitale était bien loin en apparence des grandes métropoles galactique : tout au plus un million d'habitant y vivaient, sans compter les équipages des nombreux cargos qui voyageaient en permanence pour assurer les transit de nourriture de Balamak jusque dans les autres mondes du secteur. Les visiteurs et touristes étaient rares : la planète n'avait guère d'attraction autre que bucolique, et il y avait des secteurs de la République plus adaptés pour cela.
Pour cette fois, le plan était simple : le Wookiee la déposait près d'une des cantinas, où elle devait retrouver deux personnes. L'un était un de leurs contacts en ville, celui qui leur avait dégoté le complexe minier, et qui leur trouvait la plupart de leurs boulots dans le système. Le suivant était un pilote de cargo qui venait régulièrement sur Balamak, avec toujours de bonnes infos sur ce qu'il se passait dans la République : à voyager de spatioport en spatioport, il laissait traîner ses oreilles. Son plus gros défaut : il était persuadé d'être l'un des plus grands dragueurs de la galaxie, et pouvait être vachement lourd. Mais c'était un bon gars, qui avait un bon sens de l'humour et de l'autodérision, aussi la plupart avait tendance à s'en accommoder.
Une fois n'était pas coutume, elle verrait même ses contacts dans la même cantina – ce qui n'était pas plus mal, ça lui éviterait de devoir se taper une heure de marche à pied pour pas grand chose.
Comme convenu, Rair la déposa : il viendrait la récupérer dans trois heures, sobre si tout se passait bien. Ce qui était généralement le cas. Elle entra dans la cantina, et repéra bien vite celui qu'elle venait voir.


-Hey, Boost, lâcha-t-elle en s'approchant. Ca roule les affaires ?

Elle profita bien sûr du passage pour saluer quelques autres connaissances, des habitués de la cantina qui reconnaissaient sans peine la Mirialane. Elle s'installa finalement au côté du vieux Twi'lek répondant au surnom de Boost, échangeant les nouvelles sur la planète, les possibilités de mission pour elle et ses mercenaires. A un moment donné de la discussion, elle aperçut un visage familier, en la personne d'un Morellien un peu bedonnant. Il semblait jeune, mais Sylen savait que Teran approchait de ses soixante ans – un jeunot, pour cette race d'humains à la l'espérance de vie bien supérieure à celle de la plupart des proches humains. Leurs regards se croisèrent, mais la jeune femme n'en avait pas fini avec Boost, aussi le pilote alla s'installer près d'une jeune arkanienne, qui était arrivée un petit peu plus tôt. Avec un soupir, elle reprit sa conversation avec le Twi'lek, et au bout de cinq minutes, abrégea, sentant que le dragueur intergalactique risquait de leur provoquer un incident bientôt.
Elle n'avait pas tout à fait tort : en s'approchant, elle put entendre une remarque au ton légèrement graveleux sur un « sabre laser » et la cabine de son vaisseau... Avant que l'Arkanienne puisse répondre, la capitaine tapota à l'épaule du pilote, lui balançant à voix haute :


-Arrête de dire des conneries, Fesses de Hutt. Le sabre laser de Saï Don a probablement vu les cavernes interdites plus souvent que ton cure dent n'a pénétré le rosbeef.

Le Morellien se retourna, surprit, et source de l'hilarité de la dizaine de clients qui les entouraient, suite aux remarques de Sylen : c'est que le coco était connu, et la plupart se disaient qu'elle devait pas être très loin du compte.

-Navré, mais je n'accorde pas mon attention aux filles de chien dans ton genre.

Les yeux du pilote jetaient des éclairs, et sa main était proche de sa ceinture. La tension était palpable...

-Fille de chien ? C'est moi que t'appelle fille de chien ? Commença-t-elle à dire en haussant doucement le ton. Putain mais comment tu sais !

Puis elle éclata de rire, accompagnée par son vis-à-vis et les occupants des tables voisines. Elle fit signe au pilote de dégager, et qu'ils se parleraient plus tard : il refusa d'un signe de tête, et lui passa un datacard dans la main tandis qu'il s'écartait. Elle haussa les épaules : elle verrait bien les infos que contenait la petite carte qu'elle tenait. Elle se tourna finalement vers l'Arkanienne, qu'elle détailla du regard : jeune et plutôt mignonne, elle avait un aspect un peu fragile, mais son équipement dénotait le contraire. La veste de combat était de plutôt bonne qualité, mais semblait avoir servi une paire d'années. Ca, plus le blaster, et ce qu'elle aurait juré être un bouclier personnel, ne mentaient pas vraiment : la gamine n'était peut-être pas d'ici, mais elle n'était pas une touriste anodine.

-Désolée pour ça, commença la Mirialane en s'installant. Teran est pas un mauvais bougre, mais il est un peu envahissant, et il s'arrête que si quelqu'un vient lui donner une paire d'insulte. Moi c'est Sylen !

Elle tendit la main à sa nouvelle interlocutrice.

-T'as pas l'air d'être du coin, donc si t'as des questions sur la planète ou même le secteur, je dois pouvoir te renseigner. Ca fait 5 ans que moi et mon équipe de mercs, on est installé, donc on commence à bien connaître. Qui sait, on peut même peut-être t'aider à trouver du job.

Les visiteurs n'étaient pas légions, mais lorsqu'il y en avait, ils ne manquaient souvent pas d'intérêt, et la capitaine mercenaire se faisait du coup un devoir d'en apprendre plus : c'était comme ça qu'elle avait recruté les corelliens, à l'époque, donc ça ne pouvait pas être une mauvaise méthode !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alys Vel Aath
$$ Mercenaire $$
$$ Mercenaire $$
avatar


Nombre de messages : 468
Âge du perso : 29 ans
Race : Arkanienne

Feuille de personnage
Activité actuelle: Techie à louer - Touriste galactique
HP:
74/61  (74/61)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Balamak] Savoir mettre l'ambiance, c'est important [PV Alys]   Sam 21 Jan 2017 - 18:03


BALAMAK

Un trou perdu du secteur Taldot, Une planète sans importance, loin des routes spatiales sur laquelle aucun galactique ne verrait d'intérêt à se poser et encore moins à y vivre. Agréable cependant bien qu’un peu chaude à mon goût, avec un écosystème diversifié, mais sans attrait particulier. Ni riche, ni accessible, ni époustouflante, ni célèbre. Juste vivable, agréable et lointaine. Un endroit parfait pour ce que je voulais faire : à savoir m’enterrer quelques temps et me faire oublier. Avec l’Echange sur le dos je préférais disparaitre et laisser tout ça se tasser. Mais il allait falloir trouver une occupation et d’errances en errances dans ce coin de galaxie, j’avais entendu parler d’un groupe de mercenaires qui semblait correspondre à ce que je cherchais : la Griffe du Krayt . C’était des freelances ni trop gros ni trop petits, dirigés par une femme et avec un minimum de moralité. Ils ne s’en prenaient pas aux gens trop dangereux, vivaient de coups et de rapines, évitaient les trucs les plus sales sans être non plus des enfants de coeur. Ca me semblait pas mal. Peut-être qu’ils seraient prêts à me recruter ? En même temps, engager quelqu’un comme moi c’était une chance inespérée pour ces bouseux ! J’allais même devoir veiller à ne pas trop les impressionner histoire de ne pas attirer l’attention. On a beau dire être brillante n’avait pas que des avantages !

Je zonais donc de cantinas en cantinas en posant quelques questions afin de trouver ces mercenaires et j’avais atterri ici, sur Balakm. Pour ce que j’en savais je pouvais être sur une piste tout autant qu’égarée par un mauvais conseil. Une nième cantina dans une nième ville paumée à être accostée par un nième lourdeau qui devait s’imaginer que ses répliques étaient les plus spirituelles de la galaxie. Cette fois ci le prix du boulet venait de tomber sur un Morellien ventru avec l’agilité d’esprit d’un Hutt pratiquant le limbo. Heureusement, quand on passe autant de temps que moi dans des bars mal famés, la réplique cinglante devient un mode de communication aussi pratiqué que le galactique.

Je le laissais donc s'enthousiasmer sur l’opportunité de faire connaissance, la nécessité d’engager un guide local tout en profitant des plaisir de la vie et de la chance que j’avais d’être tombé sur lui dans cette campagne où il était le seul galactique d’expérience à l’horizon. Son offre de ma montrer son sabre laser dans sa cabine nécessitait une sérieuse remise à l’heure des pendules et j’allais m’y employer lorsqu’une Morellienne intervient dans la conversation.

“Arrête de dire des conneries, Fesses de Hutt. Le sabre laser de Saï Don a probablement vu les cavernes interdites plus souvent que ton cure dent n'a pénétré le rosbeef.”

Mais la remarque n’avait pas plus, la situation s’était tendue. Si ca arrivait j’espérais bien que le Morellien y passerait sinon j’allais devoir m’en charger moi même, si possible de dos et par surprise. Lâcheté et absence d’honneur en combats avaient plus fait pour moi par le passé que bravoure et droiture. Mais cela ne dégénéra pas au contraire, les deux semblaient se connaitre et l’échange fini sur des éclats de rires et des sourires.. Le Morellien parti je pus observer la nouvelle venue. Une Mirialane, grande, au style excentrique avec ses cheveux dénudés colorés et ses tatouages. les vêtements près du corps mais sans soin particulier apporté à la mise en évidence de sa féminité témoignaient de la recherche d’un effet pratique, non esthétique. Les mouvements fluides, maîtrisés, le blaster sur le côté, cette fille était autrement plus dangereuse que le grassouillet de tout à l’heure. Son arrivée était-elle dûe à de la solidarité féminine ou était-elle un traquenard, ou une mise à l’épreuve ? Instinctivement je vérifiais les environs, mes angles morts et options de fuite. Pas de Gamoréen en embuscade, pas de blaster braqué sur ma nuque. On pouvait se lancer dans la discussion.

“Merci de l’aide, même si j’aurais pu me débarrasser de lui moi même : les insultes ça me connait. Eälyr, enchantée.” Je lui serrais la main en retour.

“T'as pas l'air d'être du coin, donc si t'as des questions sur la planète ou même le secteur, je dois pouvoir te renseigner. Ca fait 5 ans que moi et mon équipe de mercs, on est installé, donc on commence à bien connaître. Qui sait, on peut même peut-être t'aider à trouver du job?”

Ah. Il était possible que mes questions aient attiré l’attention mais en bien ou en mal ? Et si elle était la négociatrice, il pouvait y avoir des gens dangereux plus loin. Méfiance, méfiance. Ca sentait le traquenard, même si la fille avait l’air sympathique. Je fis signe au barman de lui servir un verre tandis que je réfléchissais à ma réponse.

“Ca pourrait m’intéresser en effet. Merco, tu dis ?” Je fis semblant de la détailler comme si elle venait d’attirer mon attention alors que c’était la première chose qui m’avait sauté aux yeux chez elle.

“Ca tombe bien je recherche des contrats en ce moment. J’ai entendu parler d’un groupe qui traînerait dans ce coin de la galaxie mais je ne suis pas fermée à d’autres propositions. Sans être effrayée par le terrain je suis plus techos que mercos : mon truc c’est la mécanique et l’informatique. Réparer des vaisseaux, stations de communications, un peu d’entretien d’armement et tout ce qui comporte de près ou de loin une puce électronique … pour faire court.”

Tout en veillant attentivement à ses réactions, je bus une gorgée de bière à mon tour.

“La griffe du Krayt, Je ne sais pas si tu connais ? Enfin je dis ça comme ça, disons que de réputation ils semblaient assez fréquentables. Après j’ai l’esprit ouvert, quand il y a des crédits Eä répond présente.”

Rien de plus chatouilleux que l’honneur de quelqu’un qui vit par le chargeur de ses blasters. C’était présenté avec distance, à la fois une perche tendue vers elle et rien de trop directif non plus si elle représentait un groupe opposé mais elle pouvait aussi être une sorte de shérif local et là, je devrais la jouer fine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylen Torsahn
$$ Mercenaire $$
$$ Mercenaire $$
avatar


Nombre de messages : 24
Race : Mirialan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
64/64  (64/64)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Balamak] Savoir mettre l'ambiance, c'est important [PV Alys]   Lun 13 Mar 2017 - 16:39

La poignée de main de la fameuse Eälyr fut brève mais ferme. Sylen ne doutait pas un seul instant que son interlocutrice aurait pu se débarrasser de Teran sans trop de difficultés – c'était uniquement le comment qui l'avait inquiétée. Aussi lourd puisse-t-il être, le Morellien avait son utilité, après tout, mieux valait donc le garder en bonne forme.
En tout cas, elle semblait avoir fait mouche, ou au moins attiré l'intérêt de l'Arkanienne : celle-ci semblait la jauger, et avait relevé en premier le fait qu'elle était une mercenaire. Sylen se contenta de hocher la tête, avec un sourire confiant sur les lèvres, l'autre ayant encore bien plus à dire. Elle eut un haussement de sourcil accompagné d'un léger mouvement de tête en entendant la femme s'expliquer : ainsi elle cherchait à rencontrer un groupe spécifique du coin ? Intérieurement, la capitaine mercenaire se fit plus méfiante : il n'y avait pas des tonnes de groupes de talent qui traînaient dans ce secteur hors de l'Espace Hutt. Pas les plus nombreux, mais ceux qui avaient le plus bougé, sans aucun doute. La possibilité que la jeune femme qui lui faisait face soit liée aux Hutts ou aux Siths n'était pas à exclure : pour peu que les Besadii aient enfin réussi à les identifier, dire les mauvais mots en présence des mauvaises personnes pourrait leur être fatal.
Cependant, les compétences que proposaient Eälyr étaient vraiment alléchantes : ils avaient suffisamment de combattants, mais tout ce qui touchait à l'informatique était un peu limite. Dezel savait faire parler les serrures électroniques, mais ça s'arrêtait là.
Toute concentrée qu'elle avait été, elle remarqua seulement le verre qu'on venait de lui servir, et en but une petite gorgée : c'était vrai que ses rendez-vous s'organisaient là car ils servaient quelque chose d'un peu meilleur que de la pisse. Prenant en même temps une tête pensive, elle lâcha finalement :

-Y'a pas mal de demande pour des gens capables de toucher à tout ce qui est informatique. Mais ce groupe que tu cherches, c'est qui ? On n'est pas cinquante dans le secteur non plus, et largement moins à faire du bruit jusqu'à Arkania.

La réponse fit sourire Sylen : une partie d'elle-même était bien heureuse de savoir qu'elle et ses gars étaient considérés comme fréquentables – tous les mercenaires de la galaxie ne pouvaient pas s'en vanter. Son interlocutrice était relativement ouverte, cependant, ce qui était une bonne, et une mauvaise chose. Quelqu'un de trop ouvert aux crédits pouvait être acheté et corrompu, chose que la Mirialane n'appréciait pas spécialement. En tout cas, une chose semblait s'éclaircir : si c'était une espionne qui lui faisait face, elle n'était pas la reine de la subtilité... Ou alors elle l'était beaucoup trop. Quoi qu'il en était, la mercenaire décida de ne pas dévoiler tout son jeu dans l'immédiat.

-La Griffe ? Oui, il semblerait qu'ils recrutent toujours depuis la dérouillée qu'ils ont pris sur Byss y'a quelques années. Les gars de qualité qui n'ont pas déjà une équipe, c'est une denrée rare, et ces mercos là ont tendance à ne pas recruter tous les bleus du coin. J'ai rien contre eux cela dit, et ils ne nous ont jamais posé de problèmes.

S'adossant au comptoir, elle sirota un peu plus sa boisson, et son regard parcourut rapidement la salle : quelques uns la regardèrent avec un petit sourire. Ces gars-là savaient qui elle était, bien sûr, mais ils n'iraient pas gâcher son petit numéro, pas tout de suite en tout cas.

-Dans tous les cas, si tu préfères bosser avec des gars un minimum respectable, je peux probablement faire quelque chose pour toi. Les payes sont honnêtes, et on est du genre à faire attention les uns aux autres. En plus, on n'est pas nombreux, donc les spécialistes sont tout particulièrement les bienvenus – presque n'importe qui peut manier un blaster, mais l'informatique, c'est beaucoup de travail.

Sylen avait volontairement éludé la question de la Griffe : ne pas dire qu'elle était celle qu'Eälyr cherchait, mais ne pas dire qu'elle ne l'était pas. Par prudence d'abord, mais c'était aussi un moyen de voir à quel point elle était renseignée, et à quel point elle avait de la jugeote. Le fait était que sur Balamak, la Griffe était la seule entité mercenaire du cru qui ait une réelle organisation, mais seul quelqu'un de très bien renseigné sur la planète et le milieu pouvait le savoir ou le deviner.

-Si tu as des questions, n'hésite pas trop : un de mes collègues sera là dans un petit quart d'heure pour me ramener au bercail. Mais avant ça, j'aimerai bien que tu me racontes tout ce que tu peux sur toi : ton expérience, pour qui tu as déjà travaillé, qu'est-ce qui t'a poussé à vouloir bosser avec des mercenaires... Si je devais engager ou recommander quelqu'un, je préférerais encore savoir à quelle genre de personne j'ai affaire, pas vrai ?

Elle s'était remise face à la jeune femme, son regard ouvertement inquisiteur. C'était là la meilleur chance pour la capitaine de jauger une potentielle recrue, pour peu qu'elle en fut une en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Balamak] Savoir mettre l'ambiance, c'est important [PV Alys]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Balamak] Savoir mettre l'ambiance, c'est important [PV Alys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-