La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leto Vorkosigan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 325
Âge du perso : 59 ans
Race : Falleen
Binôme : Kalen Nelaru (Padawan)
Aurora Azulis (Padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Plusieurs missions à travers la Galaxie pour l'Ordre Jedi
HP:
88/88  (88/88)
PF:
98/98  (98/98)

MessageSujet: [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)   Lun 9 Jan 2017 - 0:01

Dans l'espace froid et infini, un bâtiment de guerre déchirait le drap obscur et impénétrable des étoiles. En vol régulier depuis plusieurs jours dans cette partie calme de la galaxie, la frégate de combat républicaine Adrammelech s'occupait de patrouiller. Plusieurs semaines s'étaient écoulées depuis que la Chancelière Emalia Kira avait subitement attaqué Dubrillion pour la reprendre, de gré ou de force à l'Empire. Les tensions dans ce secteur galactique était à leur paroxysme et déjà les Sith fomentaient de vives représailles. La galaxie toute entière était sur le point d'imploser, il suffirait d'une étincelle pour embraser des systèmes innocents entiers du brasier infernal de la guerre. La frayeur étranglait le peuple tandis que les guerriers ne cessaient d'affuter leurs lames et de décrasser leurs fusils pour se préparer lentement mais sûrement à une lutte qui semblait inéluctable. Pourtant, certaines zones de l'espace semblaient en dehors de tout cela. En dehors du temps. Là où la quiétude régnait, où jamais rien ne se passait, ou pas même le moindre vaisseau de commerce ne semblait s'attarder. C'était le cas du système Antolus, dans le secteur Sarka. D'après les études spatiographiques, le système était occupé par une planète unique et son soleil, découvert il y a des milliers d'années mais de tous temps reconnu comme parfaitement nul en matière de stratégie militaire ou commerciale. Et pour cause, Antolus I était absolument vide de vie. Aucune trace d'être vivant intelligent, et ceci, depuis des millénaires. Rares étaient les planètes qui n'avaient aucune trace de civilisation ou de vie quelconque dans l'univers quand bien même son atmosphère avait été déclarée respirable pour la plupart des races de la galaxie. Et par un mystère le plus total, jamais aucun peuple n'avait jugé bon d'essayer de s'installer sur ce caillou. Si jamais ceci avait eu lieux, l'Histoire n'en gardait aucun souvenir. Antolus I était une énigme, même dans cette galaxie déjà si étrange.

Et en ce jour, Antolus I avait choisi de se faire remarquer et d'épaissir le mystère qui la recouvrait.

Sur le pont de l'Adrammelech, un homme à l'allure fière et altier observait ses subordonnés s'activer comme dans une fourmilière géante, faite de duracier et de câbles d'énergie. Le capitaine Volf Alcyon n'avait pas encore été - à sa grande surprise - convoqué par la cour martiale de l'armée républicaine après avoir ouvertement fait entendre son désaccord avec les directives des généraux, amiraux, et surtout avec les actions de la Chancelière. Tandis qu'une partie de la flotte avait suivie Kira en orbite autour de Dubrillion pour attaquer, lui avait préféré rejoindre le Furtivo en retrait de la bataille pour aider les Jedi et la Ministre Ress Laz'ziark à organiser l'aide humanitaire. Pire encore, lorsque l'assaut fut fini, et que des milliers de morts étaient à déplorer, il avait refusé d'escorter le vaisseau en fuite de la Chancelière, poursuivie par un escorteur Sith. Répudiant de risquer vainement la vie de son équipage, avec qui il collaborait depuis plus de sept ans, il n'avait pas tardé à s'inscrire publiquement en faux face aux évènements récents, outrepassant ses droits de militaire. Le mythe de l'armée que l'ont surnommait la grande muette car n'ayant jamais le droit de réfuter un ordre de la chancellerie sous peine d'être décrite comme traitresse avait volé en éclat le lendemain de la bataille de Dubrillion. Alcyon ne savait pas de quoi son lendemain serait fait, mais il avait gardé cette prestance imperturbable de pur produit de l'académie navale républicaine qu'il était. Il affronterait son destin en homme vaillant comme il l'avait toujours fait. Ces derniers jours de patrouille dans ce secteur galactique avait été si redondante et ennuyeuse qu'il avait eu loisir d'y penser plus que de raison. Mais la voix guturrale d'un officier Mon Calamari en charge des analyses spatiographiques à bord de l'Adrammelech le tira de ses pensées.

- « Capitaine, nous détectons une source d'énergie anormale.
Peut-être de l'action, enfin ? L'Empire avait-il essayé de pénétrer ce secteur pour attaquer de nouveau l'espace républicain ?

- Position exacte ? Demanda-t-il.

- Quadrant 35, coordonnées 1138. C'est la seule planète du coin, selon la base de donnée, on l'appelle Antolus I.

- Comment cela se fait-il que nous arrivions à détecter une source d'énergie précise provenant d'une planète ? Normalement, c'est impossible.

- Cette planète semble totalement vierge d'habitation capitaine, la source d'énergie détectée est la seule sur toute sa surface, nos détecteurs ne pouvaient pas manquer son signal. C'est comme croiser un Rancor dans la salle de bain de la Chancelière... se permit d'ajouter le Mon Calamari sur le ton de l'humour. D'aucun dirait que ce ne serait pas si surprenant que cela de croiser un Rancor dans la salle de bain de la Chancelière. Le capitaine Alcyon s'approcha de son subordonné pour contempler les données affichées sur son écran d'analyse.

- Peut-on définir ou calculer cette émission d'énergie ?

- La source reste inconnue, mais selon le relevé, il y aurait plus de vingt mille unités énergétiques émisses à la surface de la planète. Ce chiffre est en augmentation constante. Le capitaine fut interloqué. Ce chiffre lui paraissait invraisemblable. Vingt mille unités selon l'échelle standard galactique suffisait à alimenter un grand bâtiment comme le Sénat, l'ensemble d'appartement du 500 Republica ou une frégate de combat comme la sienne. Ce qui voudrait dire que sur ce caillou désert s'était installé quelque chose de suffisamment grand pour dégager une telle énergie, mais que cela pouvait-il être ? Vingt cinq mille unités, capitaine. Nota le Mon Calamari qui fit pivoter son siège pour croiser le regard dubitatif de son supérieur. Que devons nous faire ? Contacter Coruscant ? Alcyon fut comme foudroyé sur place. Il ne savait toujours pas si il pouvait de nouveau faire confiance aux instances dirigeantes républicaines. À vrai dire, il n'avait plus confiance en grand monde. Mais il lui vint quelqu'un pour qui il lui parut tout naturel de tenter un rapprochement. Quelqu'un avec qui il avait déjà eu l'occasion de collaborer.

- Non. Nous allons contacter quelqu'un d'autre. Cherchez dans les archives du répertoire de communication, la fréquence de Leto Vorkosigan doit encore s'y trouver. Nous avons déjà eu quelques contacts.

- L'ancien ministre ? Pourquoi lui, j'ai cru comprendre qu'il n'était qu'un Jedi, je doute que ce soit de son ressort de...

- Vous n'êtes pas là pour avoir des doutes, mais pour obéir. Mettez moi en communication avec Vorkosigan tout de suite. » Insista Alcyon. Le Mon Calamari fit cligner ses yeux globuleux avant de hocher doucement la tête et se mit au travail. 

Par chance, ou peut-être parce que la Force l'avait voulu, Leto Vorkosigan était présent dans les parages. Ou en tout cas, son appareil monoplace qui lui servait à parcourir la galaxie pour effectuer ses missions était à portée des systèmes de communication de l'Adrammelech. Et ce dernier était en vol en direction du Temple Jedi d'Onderon. Le Falleen reçu l'appel et n'ayant pas reconnu immédiatement la fréquence se permit d'y répondre. Qui sait si ce n'était pas un SOS ? Et en vérité, on en était pas si loin. Une petite silhouette holographique bleutée s'éleva sur le tableau de bord du chasseur Aurek du Jedi et l'individu le salua modestement. Si Leto n'avait pas reconnu la fréquence, il n'en fut pas de même pour l'homme miniaturisé qui se dressait devant ses yeux.

- « Capitaine Alcyon. La Force aurait-elle de nouveau envie de se faire croiser nos chemins ? Le Falleen ne feint pas l'amabilité, appréciant de revoir le militaire sain et sauf car il n'avait plus eu de nouvelle de ce dernier depuis qu'il avait sauté à l'abordage de l'escorteur Sith.

- Il semblerait, oui. Le militaire alla droit au but. Je me permet d'entrer en contact avec vous car nous sommes tombé sur quelque chose... d'étrange, ici. Quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer de façon rationnelle pour le moment et qui je pense serait susceptible de vous intéresser.

- Vraiment ? Mais que faites vous du protocole ? Vous savez que je n'ai plus aucune autorité sur l'organisme républicain, et que l'Ordre Jedi ne se permettrait pas d’interférer avec … il fut coupé.

- Je ne veux pas mettre au courant la République pour l'instant. Nous avons conclut cela d'un commun accord avec mon équipage. Discrètement, Alcyon avait hoché la tête en direction du Mon Calamari, sceptique. Écoutez, je comprend que cela puisse vous paraître suspect, mais comprenez moi. Après ce qu'il s'est passé, pour être tout à fait honnête avec vous, je n'ai plus confiance en grand monde. Nos senseurs ont détecté quelques choses d'étrange et mes officiers en charge de l'analyse ne savent pas expliquer cela. Sans savoir ce que cela pourrait être, je me suis dis qu'il valait peut-être mieux mettre quelqu'un d'un minimum neutre sur le coup. Sait-on jamais... souffla le militaire. Leto ne voulait pas faire semblant de ne pas comprendre les enjeux et les conséquences des récents évènements. Il avait été aux premières loges des fâcheuses entremises qui avaient eu lieux entre la hiérarchie militaire et le gouvernement lors de la bataille de Dubrillion. Et sans en avoir eu la confirmation par l'un des intéressés au Sénat, le Jedi avait deviné que suite à cela, il subsisterait une période de flou où chacun allait être forcé de prendre position. La République allait être fatalement scindée en deux grands camps : les pro et les anti Kira. Il ne voulait rien reprocher à Alcyon, sa position n'était pas des plus confortables et il estimait ne pas avoir le droit de le juger. Leto prit néanmoins une mine pensive. Il soupira doucement.

- Que puis-je pour vous aider ? Soudainement, le faciès de marbre du capitaine se détendit, mais ce n'était pas pour autant un sourire qui vint déformer ses lèvres.

- Pour commencer, pouvez-vous nous rejoindre ? Nous vous expliquerons tout dans les détails. On vous envoi les coordonnées de notre position. » Leto acquiesça et après réception des données mis le cap vers l'Adrammelech, à quelques parsec de là.

Sur l'Adrammelech, le Jedi prit rapidement connaissance de ce qu'il se passait. Et comme s'il avait à en douter après avoir comprit quel genre de personnage de confiance pouvait être Alcyon, il saisit enfin l'importance de la situation. Il n'osa pas le lui faire remarquer afin de ne pas risquer un conflit engageant sa faction toute entière, mais il reconnaissait que le militaire avait eu raison de le prévenir lui avant la République. Et très vite, un constat put s'établir. Pas plus au Jedi qu'aux militaires républicains la planète Antolus I n'était familière. Les propos que l'ont tenaient sur les Jedi selon lesquels ces êtres légendaires possédaient toutes les connaissances de la galaxie n'avaient bien entendu que peu de sens. Mais de tout temps, les gens appréciaient de se rassurer avec des contes et histoires fabuleuses. Et les Jedi étaient les héros millénaires de ce genre de récit au quatre coins de l'espace. Qu'à cela ne tienne, Leto était décidé à entreprendre quelques vérifications d'usage en y allant personnellement. Après tout, quel meilleur moyen pour en avoir le cœur net. Moins d'une heure après son arrivé sur la frégate, et après avoir averti l'Ordre Jedi qu'il aurait un peu de retard, il était de nouveau à bord de son Aurek en direction de l'étrange planète sans vie. Pendant le court laps de temps où il avait reçu un briefing aussi détaillé que possible de la bouche d'Alcyon et de ses aides techniques, les unités de mesure de la source d'énergie n'avaient cessées de s'accumuler au compteur. Désormais, prêt de vingt neuf mille unités d'énergie émanaient d'un point précis sur la surface d'Antolus I.

Sur le chemin d'accès à la planète, Leto s'était connecté à la base de donnée du Temple Jedi via l'ordinateur de bord de son Aurek. Là, il put consulter un très maigre fichier d'information qui ne lui apprit que des choses élémentaires et en vérité d'une évidence assommante. Antolus I était une planète désolée de la Bordure Médiane, orbitant seule autour d'un soleil mourant. Selon tous les critères galactiques, cette planète reconnue pour être inhabitée, était sans la moindre importance. Le sol dévasté d'Antolus I se résumait à un vaste désert rocailleux peuplé semble-t-il d'une pléthorique faune d'insecte. Très vite, la probabilité que ce soit ces créatures très primitives qui soient à l'origine d'un tel pic d'émanation d'énergie fut égale à zéro et Leto ne perdit pas une seconde à y réfléchir. Néanmoins, le détail du soleil mourant interpella passablement le Jedi qui songeait à quel point il n'aimerait pas se retrouver sur Antolus I quand son soleil se déciderait à entrer en phase de fusion. Synonyme de déflagration et de destruction du système toute entier. Autrement dit, il ne voulait pas finir littéralement désintégré par une explosion solaire. Ainsi, il comptait bien découvrir ce qui se tramait derrière tout cela et repartir aussitôt d'Antolus I.

La pénétration de l'Aurek dans l'atmosphère se fit sans problème et après avoir procédé à une vérification coutumière pour savoir si l'air était respirable, le Jedi mis le pied sur le sol sablonneux. Cela ne lui rappelait que trop l'infernale Tatooine aux astres diurnes jumeaux brûlants et impitoyables. À ceci prêt que la température semblait plus soutenable. Peu-être était-ce dut à l'état mourant du soleil du système qui ne dardait plus Antolus I de ses rayons de façon aussi passionnée qu'auparavant ? À son habitude, et selon une règle fondamentale du corps des Sentinelles Jedi qui privilégiait la discrétion avant tout, Leto avait posé son vaisseau proche d'une gorge rocailleuse. Entre deux falaises de plusieurs mètres de hauteur, personne ne pourrait observer l'appareil, à moins de tomber dessus par hasard. Selon les informations recueillies par son ordinateur de bord, la source d'émission étrange se situait quelques centaines de mètres plus loin, au nord. Vu d'en haut, le Maître Jedi n'avait rien vu de particuliers si ce n'est un amoncellement massif de rocs de couleur ocre, typique d'un désert vide et vaste. Devait-il rebrousser chemin et prétendre que les senseurs dysfonctionnaient ? Qu'il n'y avait rien d'intéressant ici bas ?

Il se mit en marche. Il entreprit de grimper jusqu'au sommet d'une dune et lorsqu'il put embrasser du regard l'horizon du haut de son promontoire, la surprise fut phénoménale. Un édifice majestueux se dressait devant lui, impérieux, seul au cœur de l'aride thébaïde...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3046
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)   Ven 13 Jan 2017 - 17:41

Dubrillion. L’Empire. Ces choses étaient derrière Elle en ce moment. Darth Ynnitach avait quitté l’espace impérial depuis près de six heures. Six heures à passer par des voies hyperspatiales différentes. Principales comme secondaires. Surtout des secondaires. Point de flotte cette fois, une des corvettes personnelles de la Dame Noire des Sith. Une seule. C’est plus discret et passe facilement pour un modèle de gros transporteur. Surtout avec le transpondeur qu’il faut pour ça, ou alors d’être un incollable sur le design des vaisseaux de la flotte Sith. Le transpondeur choisit était celui d’un gros transporteur essayant d’esquiver les combats autour de Makem Te. Des tonnes d’informations furent enregistrées ce jour là sur le champ de bataille et vu que le vaisseau Sith croisera non loin de la voie Hydienne, quoi de plus logique que d’utiliser un faux transpondeur d’un vaisseau qui est déjà passé par là. Si anomalie devait y avoir, il faudra des jours si ce n’est plus avant que cette histoire de faux transpondeur ne soit analysée…
 
Seule dans la cabine lui étant réservée sur son vaisseau personnel, Darth Ynnitach finissait de consulter les dernières notes qu’elle avait quant à sa destination. Lorsqu’elle ne recevait un rapport qualifié « d’urgent » de son intendant Muun qui s’occupait de ses affaires sur Dromund Kaas et gardait un œil sur les opérations en cours dans la Zone Neutre. Mais pour cela, il ne fallait pas s’en faire. Des dispositions étaient prises vis-à-vis de l’état major de la Flotte et du Conseil Noir. Le seigneur Laduim en tant que nouvel Castellan Noir pouvait prendre les décisions concernant les flottes, le seigneur Senjak avait l’autorité nécessaire pour négocier avec nos nouveaux alliés et le seigneur Lumen, en chienne folle, fera en sorte que la vengeance des Sith s’imprime fortement dans les esprits de chacun !
 
Dans une autre pièce du vaisseau, une équipe d’érudits et d’archéologues sur les Sith et les différents cultes du Côté Obscur travaillaient sur les sources dont ils pouvaient disposer. Comparant cela aux images qu’une sonde, envoyée des semaines plus tôt, leur donnait. De son côté, Ynnitach ne trouvait rien de semblable. Levant les yeux du datapad, son regard se portait sur la baie vitrée de ses appartements. Devant, passait les restes d’un autre vaisseau, un petit cargo de fret sans importance. Il avait eu le malheur de croiser la route de la corvette personnelle de la Dame Noire des Sith. Il avait tout fait pour y échapper, mais ce ne fut pas suffisant. C’était quelque part, entre Saleucami et  Ultaar. Le temps pour que la passerelle calcule le dernier itinéraire. Le vaisseau plongeait à nouveau dans l’hyperespace alors que la Sith se levait de son siège et allait rejoindre ceux qui œuvraient pour Elle.
 
-Dame Noire. Dirent-ils avec ensemble, se levant de leurs sièges et s’inclinant. L’éminent spécialiste restant debout. Le Droïde a cessé d’émettre depuis environ dix minutes… Et il a relevé quelque chose d’étonnant. De l’énergie émanait du temple.  C’est apparu subitement…
 
-Avez-vous une idée de quand date cet édifice ?
 
-C’est antérieur à l’Age d’Or des Sith. Peut être que cela remonte à la période des premières explorations et conquêtes des Sith à l’extérieur de leur espace et leurs tentatives de colonisations. Plusieurs signes laissent à penser que des Sith seraient venus sur cette planète. Mais c’est tellement déformé qu’ils ont dû trouver quelque chose sur place… Nous n’en savons pas plus, Dame Noire.
 
-Alors, préparez-vous ! Inutile de perdre plus de temps en conjectures !
 
-------------------------------------------------
 
Moins d’une heure plus tard, la corvette Sith arrivait à destination : Antolus I. Planète insignifiante qui avait pourtant attiré l’attention la Dame Noire des Sith et  qui l’accueillait en ce jour. Les senseurs du vaisseau captaient une émission d’énergie provenant de la surface. La même que celle que le droïde sonde avait relevée. Mais plus forte cette fois et elle continuait d’augmenter. Sans perdre plus de temps, alors que d’autres informations parvenaient, il y en avait une de notable. Le soleil mourrait. C’était une occasion unique pour explorer ce qu’il y avait à explorer. Tôt ou tard tout ceci finirait par être anéanti.
 
Une navette, suivie d’une autre, sortaient du hangar du vaisseau. Leurs ailes se déployaient et elles filaient droit sur la planète. Dans le secteur d’où avait émis le droïde pour la dernière fois. Là où se trouvait le temple. En plus des navettes, quatre intercepteurs Sith les escortaient. Le regard de la Sith fixait la planète qui grossissait au travers de la verrière de la navette. Puis peu à peu ses éléments désertiques et rocheux se dégageaient avant de voir apparaître l’immense bâtisse. A aucun moment Darth Ynnitach ne sentit la présence du Jedi qui arpentait déjà le sol de la planète. Ni même lorsque l’ombre menaçant de sa navette le recouvrit alors qu’il découvrait enfin le temple.
 
La première venait de se poser. La rampe s’abaissait lourdement sur le sol, soulevant des volutes de poussières. Deux soldats en armures noires en descendaient, arme au poing.  D’autres suivaient, délimitant un périmètre. L’autre navette atterrissait à son tour. Comme pour la première, la rampe s’abaissait. Darth Ynnitach en descendait, manteau épais reposant sur les épaules, capuche relevée. Elle baissait la tête pour éviter d’avoir le visage balayé par le souffle brûlant des repulseurs de la navette et de la poussière encore soulevée. S’avançant de quelques pas dans le sable, la Sith finissait par relever la tête. D’un œil rassuré, Elle avisait l’architecture du temple et pas en projection holographique cette fois via les photorécepteurs d’un vulgaire droïde ! Non, Elle était rassurée, il s’en dégageait quelque chose d’étrangement familier, comme si l’héritage sombre de Korriban se retransmettait partout dans la galaxie. Un grésillement à sa droite attirait son attention, brisant cet instant de contemplation. Le responsable du corps de sa garde rapprochée venue avec Elle approchait. En même temps, il recevait les rapports de ses hommes.
 
-Majesté. Périmètre sous contrôle. Rien à signaler.
 
-Parfait. Gardez une équipe pour surveiller les navettes et dresser le campement.
 
-A vos ordres, Majesté.
 
L’homme en armure noire s’éloignait. Ses pas lourds étaient à peine atténués par la couche de sable que les millénaires passés avaient empilés devant ce temple, semblant l’épargner de le recouvrir entièrement. Comme si quelque chose avait fait en sorte qu’il soit découvert et accessible à ceux qui viendraient ! En cet instant, la Dame Noire des Sith ne doutait absolument pas que la Force, et en particulier le Côté Obscur, était résolument de son côté. Les érudits et scientifiques divers requis par la Dame Sith descendaient avec une partie de leur matériel. Sans plus attendre, Darth Ynnitach s’avançait vers le bâtiment. Passant entre les immenses colonnades, usées par l’usure du temps en plusieurs endroits, Darth Ynnitach jetait un œil tout juste intéressé par ce qu’elle voyait. Attendant que le reste de l’équipe n’arrive et ne commence à s’installer.Un nouveau « bang »supersonique annonçait la venue d’une nouvelle navette qui apportait le matériel nécessaire à l’élaboration d’un campement.
 
Mais l’envie de découvrir, imaginant nombre de secrets, de savoirs, enfermés à l’intérieur depuis des éons et n’attendant plus que l’on se baisse pour les ramasser…  était la plus forte. Des savoirs n’attendant qu’Elle !  La Sith s’avançait encore vers la porte, son regard ne s’en détournant plus. Comme si une voix insidieuse, sourde, tentatrice, l’intimait d’ouvrir la porte. L’envie, l’envie de posséder sans nul doute ! Ses pas étaient à peine étouffés alors qu’Elle se plantait devant l’immense porte à double battant. Levant ses deux mains gantées, la Sith invoquait la Force pour débloquer le mécanisme maintenant la fermeture… Alors qu’une voix plus lointaine venait titiller son esprit.
 
-Majesté… Je crois qu’il vaudrait mieux… Attendre que nous ayons décelé… Comment ouvrir… Cette porte… Et…
 
-Silence !
 
Le silence était là, si ce n’est juste le vent et les grains de sables courant sur la pierre de taille jaunie par le soleil et lacérée par les vents. Concentrée, Elle appelait la Force à nouveau. La contraignant d’agir sur sa seule volonté. Rien… Durant d’interminables secondes puis un grincement. Des claquements secs répétés. Un nouveau grincement, plus long, plaintif presque. Un battant s’entrouvrait peu à peu, repoussant le sable accumulé peu à peu devant lui. Le second battant en faisait autant. Darth Ynnitach continuait, ne se laissant distraire par ceux de sa garde venant l’entourer, ne sachant ce qu’il pouvait bien y avoir de l’autre côté. L’odeur de renfermé s’en dégageait et venait chatouiller les narines. Ne se laissant distraire, la Sith continuait son œuvre avant de s’arrêter. Il n’y avait plus que le son du vent s’engouffrant à l’intérieur, asséchant les couloirs. La surprise était lorsqu’Elle ouvrit les yeux de voir des lumières en mode veille le long du couloir au niveau du sol. Sans attendre plus d’un instant, la Dame Noire des Sith s’engouffrait à l’intérieur, suivit de deux soldats. Le bruit de leurs pas, le seul bruit qui se répercutait alors dans les couloirs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leto Vorkosigan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 325
Âge du perso : 59 ans
Race : Falleen
Binôme : Kalen Nelaru (Padawan)
Aurora Azulis (Padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Plusieurs missions à travers la Galaxie pour l'Ordre Jedi
HP:
88/88  (88/88)
PF:
98/98  (98/98)

MessageSujet: Re: [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)   Ven 20 Jan 2017 - 20:15

L'édifice couleur sable semblait hors du temps. Majestueux, massif, il avait été semble-t-il construit attenant à une structure rocheuse encore plus énorme. Il serait même possible qu'une partie de l'intérieur du bâtiment soit creusée à même la roche. De loin, Leto parvenait à saisir quelques détails de l'architecture extérieure du bâtiment dont il ignorait tout de la nature ou de l'origine. Était-ce un temple d'une religion oubliée il y a longtemps ? Était-ce un palais ou un château d'une civilisation perdue des millénaires auparavant ? Le pylône s'élevait à cent mètres au dessus du sol tandis que des colonnades fissurées mais encore solides créaient une vaste arcade à l'abri du soleil. De chaque côté de l'allée centrale se trouvaient des murs recouverts de bas-reliefs étranges. L'un d'eux figurait d'immenses créatures ailées offrant semble-t-il une boule de lumière à des individus beaucoup plus modestes, agenouillés tel un peuple idolâtrant des dieux venus des cieux.

Mais il n'eut pas le loisir de contempler plus amplement l'édifice, que ce soit de prêt ou de loin car il fut interrompu par le vrombissement qui gagnait en intensité d'un appareil volant. Plusieurs navettes ne tardèrent pas à passer au dessus de sa tête pour se diriger vers le bâtiment. Aussitôt, plusieurs choses purent être établies. Les navettes se posèrent devant le temple, même à cette distance, le Jedi pouvait correctement observer la scène. Les passagers inconnus n'étaient donc probablement pas sur Antolus I par hasard. Ils auraient put décider de se poser ailleurs au milieux du désert, mais ils avaient préféré atterrir ici, devant la mystérieuse bâtisse. De plus, il put presque instantanément reconnaître les navettes. Il en avait vu un certain nombre du même type sur Felucia lors de la crise de Makem Te et plus récemment en orbite de Dubrillion lorsqu'il avait dut prendre d'abordage l'escorteur Sith … C'étaient d'anciens modèles de transport des industries Kuat. Désuets en comparaison des nouveaux modèles républicains mais que l'Empire avait acquit pour une bouchée de pain au marché noir et réhabilité pour en faire un usage militaire. Aussitôt, plusieurs questions envahirent l'esprit du Falleen et subitement, son intéressement pour la déserte planète Antolus I s'accrut. Était-ce réellement des impériaux ? Et si oui, que faisaient-ils dans ce coin-ci de la galaxie, en plein milieux d'un territoire neutre entre l'espace républicain et l'espace Hutt ? L'énigme de l'émission d'énergie semblant provenir du bâtiment était elle aussi toujours d'actualité. L'affaire gagnait de seconde en seconde en intérêt et Leto comprit qu'il devait désormais s'y atteler sérieusement pour trouver des réponses. Sans savoir si il s'agissait de l'Empire ou pas, il ne pouvait pas laisser les évènements se produire sans qu'il ne cherche à interférer. Qui sais ce qui pourrait se passer, si la République était de nouveau en danger ? Pire encore, le Temple d'Onderon. À un petit saut en hyperespace d'ici se situait le lieux d'habitat de ses confrères Jedi. De Kalen, d'Aurora, de Nada-Ma, d'Alyria...

Plus question de tergiverser, il dévala la dune de sable et pressa le pas pour s'approcher du bâtiment. À mesure qu'il se diriger vers l'édifice antique, il ne parvenait pas forcément mieux à distinguer ce qui se tramait. Il contournait les plus grandes dunes car il ne voulait pas risquer d'être repéré en se plaçant sur leur sommet tandis qu'il parvenait au terme de plusieurs minutes de marche à l'est de la position des navette. La concentration de Leto était partagée entre sa surveillance de l'activité autour des navettes nouvellement débarquées dans les environs et l'approche du bâtiment qui ne cessait de grandir sous ses yeux. Son architecture se faisait de plus en plus écrasante et il put distinguer certains détails impossibles à percevoir à distance. Pour s'assurer plus de discrétion, il entreprit de plonger au plus profond de la Force afin d'y diluer sa présence, comme une goutte d'eau se noyant dans un océan infini et impalpable. Mais se faisant, il se condamner à naviguer à l'aveuglette ou presque. Si il se servait de la Force pour utiliser ses dons de clairvoyance et voir à travers les distances, au-delà des limites d'un œil Falleen, il risquait d'être mis à jour. Si un Sith ou tout autre utilisateur de la Force suffisamment doué se trouvait à bord d'une des navette, il pourrait aisément ressentir la présence d'une puissance telle que celle de Leto. Le Maître Jedi était ainsi contraint de se rendre aveugle pour mieux progresser, aussi paradoxal que cela pouvait paraître.

Il parvint à proximité d'une des navettes mais ne put observer qu'une partie de son environnement. Il ne vit que quelques membres de son équipage, des soldats aux armures malheureusement familières. La présence d'impériaux ne faisait désormais plus aucun doute. Et Leto nota non sans dérision que pour une fois, il avait réussi à répondre à une de ses questions assez rapidement avant de passer à la suite du problème. Il craignait désormais que l'Empire n'ait encore fomenter quelconque plan de bataille en vue d'attaquer la République. Rapidement, il fit le rapprochement entre la présence d'impériaux sur Antolus I et les relevés de traces d'énergie enregistrés par l'Adrammelech. Se pourrait-il que ce vieux temple d'apparence abandonné soit en réalité une base militaire impériale camouflée ? Ce qui expliquerait que cela dégage une intense énergie semblable à celle d'un bâtiment imposant et luxueux comme le Sénat. Plus que jamais, le Jedi était déterminé à obtenir des réponses, il se devait de vérifier, d'en apprendre plus pour dans le cas échéant prévenir la République du danger qui la guettait.

Ne pouvant profiter d'un meilleur angle de vision de sa position actuelle, il s’avança de nouveau. Les alentours des navettes étaient dégagées, les impériaux n'avaient pas prit la peine de décharger des caissons de matériels ou des moyens de locomotions plus petits. Peut-être avaient-ils déjà tout le matériel dont ils avaient besoin à l'intérieur ? Leto devait s'approcher encore un peu et lorsqu'il parviendrait à apercevoir des détails qui apporteraient la preuve que la sécurité de la République était compromise, il en référerait au Conseil Jedi. La galaxie entière était assise sur un baril de poudre, aussi, il ne valait mieux pas lancer des accusations mensongère à tord sous peine d'effrayer la population et engendrer une réaction en chaine désastreuse. De plus, l'Empire ne se ferait probablement pas prier pour entamer des représailles. Qui sais si les impériaux n'avaient en réalité pas bâtit de base militaire sur cette planète aride et isolée ? Qui sait si il ne s'agissait pas que d'explorations tactiques menées par un petit groupe de reconnaissance sans importance ? L'optimisme n'était après tout pas un crime. Trop de question, pas assez de réponse, Leto en avait assez et saisi qu'il devait agir pour débloquer la situation.

Il s'écarta des navettes pour rejoindre le côté du fronton du bâtiment, prêt des colonnes extérieures lorsqu'au détour d'un petit muret de pierre ocre, il tomba nez à nez avec deux soldats impériaux. Ces derniers, armes au poing réagirent sans attendre. Leur conversation interrompue par un hoquet de surprise, ils brandirent leurs fusils en direction du Jedi qui eu le temps de lever les mains devant lui. Réflexe de défense moins que d'attaque, les deux impériaux furent aussitôt propulsés en arrière par une vague de Force. Les soldats s'écrasèrent sur le flanc d'une dune quelques mètres plus loin, assommés. Il était désormais trop tard pour fuir. Leto l'aurait put, mais quoiqu'il en soit, l'Empire serait au courant qu'un Jedi était présent et l'avantage stratégique de savoir ce que tramait les impériaux sur Antolus I serait réduit à néant. À moins que Leto ne décide d'éliminer définitivement les soldats qui l'avait aperçu et de cacher leur dépouille... ce qu'il choisit de ne pas faire. À la place, il se dit qu'il était de toute façon aller trop loin pour reculer. Alors autant obtenir un maximum d'informations que possible sur les agissements de l'Empire dans le secteur et apporter un compte rendu minutieux de la situation à la République. Il pressa alors le pas en traversant le banc de sable qu'il avait devant lui en direction de la zone prêt des murs d'enceinte du bâtiment, de l'autre côté de l'entrée. En espérant y trouver une alcôve ou une entrée dérobée, beaucoup plus sûre que l'issue principale sûrement bien gardée.

Soudain, il sentit son pied droit s'enfoncer brutalement dans le sable. À peine eut-il le temps de regarder au sol et de comprendre ce qui lui arrivait qu'il fut englouti par le sable brûlant, comme aspirer de force dans le conduit d'un entonnoir. Il se sentit glisser sur une pente semi solide à une vitesse vertigineuse, des torrents de sable l'accompagnant dans sa chute. Du sable lui envahissait la bouche et les narines, il lui était impossible d'ouvrir les yeux tandis qu'il ne parvenait pas à freiner son infernale descente à l'aide de ses pieds. Parfois, il tentait de s'agripper à quelque chose, n'importe quoi qui puisse le retenir à l'aide de ses mains, mais rien ne lui venait. La chute lui parut prendre une éternité, et en réalité plusieurs secondes plus tard, Leto sorti malgré lui d'un conduit située au plafond d'une structure pour continuer sa chute. Cette fois-ci, hors du tunnel dans lequel il se trouvait, il tomba lourdement dix mètres plus bas, une cascade de sable ondoyant le suivant en manquant à nouveau de l'engloutir. Le Falleen resta au sol pendant un moment, sonné, mais soulagé de n'avoir rien de fracturé. Une fois ses esprits retrouvés, il constata deux choses en priorité : il faisait bien plus sombre que dehors, et il faisait aussi plus frais, bien que l'humidité soit toute aussi absente ici que nulle part ailleurs sur Antolus I.

Leto se releva, dégageant autant que possible le sable qui s'était insinué partout entre les couches de tissus de ses vêtements, faisant crisser à chacun de ses pas les semelles de ses bottes. Il tenta de discerner l'ouverture par où il était arrivé et vit qu'elle était très haute. Il pouvait encore y accéder via un Saut de Force, cela aurait même été très simple pour un Jedi de son rang. Mais remonter à la surface via ce tunnel empli de sable et qui n'offrait aucun moyen de s'accrocher ou d'escalader serait infiniment plus complexe. Il se fatiguerait certainement pour rien. D'autant qu'il ne savait pas quelle longueur faisait le tunnel, peut-être vingt, cinquante, ou cent mètres ? Une telle entreprise lui paraissait trop hasardeuse par rapport aux chances de réussite bien maigres.

Il ne tarda pas à réaliser qu'il venait d'arriver à l'intérieur de l'étrange temple. D'une manière ou d'une autre, il avait réussi à y pénétrer. Mais était-ce réellement une bonne chose, ou un acte d'une incroyable inconscience et d'une impitoyable dangerosité ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3046
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)   Mer 25 Jan 2017 - 20:50

Le pas de Darth Ynnitach se faisait moins pressant. La Sith était intriguée par les inscriptions et peintures qui se trouvaient sur les murs. Cela ressemblait étrangement à de l’art Sith mais en quelque chose de… différent, comme si abâtardit par autre chose. Non pas que les Sith en tant qu’espèce n’aient pas changés au cours des millénaires. Très vite, dès qu’ils purent voyager dans l’espace, ils s’en étaient alors prit aux autres espèces pour les réduire en esclavage. Il ne s’agissait au tout début que de raids. Les conquêtes vinrent plus tard. Mais les raids persistaient encore et toujours. Et les cultures asservies finissaient par s’assimiler. Certaines facettes de ces cultures venant rejoindre celle des Sith. Le plus grand chamboulement fut l’arrivée des Jedi Noirs. Perçues tels des dieux au milieu des Sith. Et ainsi de suite… Peut être était-ce des Sith qui se sont adaptés à une autre culture après la destruction de l’Ancien Empire Sith ? Ou bien était-ce un autre peuple manifestant une certaine croyance dans la Force qui a été découvert par les Sith durant la guerre ?
 
Qu’importe en réalité. Les chercheurs et historiens auront une réponse à un moment ou un autre lorsqu’ils prendront des images de ceci et surtout commenceront à déchiffrer les symboles ornant les murs et semblant décrire les scènes sculptées et peintes. Leurs pas conduisaient la Sith et les deux soldats qui la suivaient à un croisement. Un tas de sable s’étalait au sol. Le jour donnait dans ce couloir. C’était par là qu’était entré le droïde sonde. Contournant soigneusement le tas de sable, la Dame Noire continuait sa progression jusqu’à arriver dans un hall immense. Elle restait là à le contempler tandis que ses deux soldats  se positionnaient sur les côtés. Il ressemblait à ceux que l’on pouvait voir dans certains temples Sith. Dans les représentations du Temple Jedi il y avait le même genre d’architecture. Comme dans de nombreux cultes de la Force à travers la galaxie. Il n’y avait pas un bruit, si ce n’est le vent qui passait parfois entre les colonnades. Le cliquetis régulier des respirateurs des casques de ses deux gardes. Puis un léger grésillement.
 
-Majesté. On nous informe qu’une de nos patrouilles a été retrouvée… inconsciente. Ils sont encore en vie. Apparemment ils ont reçu un choc.
 
-Serait-ce dû à la faune locale ?
 
-Non, Majesté.
 
Le garde décrochait un lecteur portatif et l’allumait. L’image représentée avait été prise par la holocaméra fixée sur le casque de ses soldats. C’était un humanoïde de type lézard. Falleen peut être ? Plutôt rare de croiser une telle espèce en dehors de leur planète.  L’image était floue et il n’était guère possible de voir s’il était armé ou non.
 
-Les pas de l’individu le mènent vers ce temple. Il serait tombé via un trou dans le sol. Sans doute un puits de lumière ou une aération. Un pillard, Majesté ? Ou bien quelqu’un d’abandonné sur cette planète ?
 
-Mmmmhh… Le droïde sonde. Il est encore opérationnel ? Il pourrait se lancer à la poursuite de ce… cet individu ?
 
-Nous n’avons plus de liaison avec lui, Majesté. Il est en mode veille. Si quelque chose d’inhabituel passait à portée de ses senseurs il sortira de sa veille et irait constater ce que c’est. Cela dit sans trop s’éloigner de son point d’arrêt d’origine.
 
Quelque chose n’allait pas. Darth Ynnitach avançait doucement dans le hall sans plus faire attention à quoique se soit d’autre. Son esprit restant obnubilé par ce qu’elle avait vu. Un Falleen, de ça elle en était presque certaine. Mais cette façon d’agir, de se déplacer. Cela ne correspondait pas à un pillard ou un exilé quelconque. En plus de s’être débarrassé aussi facilement de deux de ses gardes, quand bien même ceux-ci avaient été surpris. Ils avaient été vifs. Plus d’un aurait fini troué par leurs blaster ou arrêté avant même de réagir. Lui, il s’en était défait. L’inévitable parvenait à l’esprit de la Sith. Un Jedi ? Un de ceux que l’on nomme Veilleur ? Qu’est-ce qu’il l’intéresserait sur ce caillou ? Si ce n’est peut être la montée énergétique qui avait été relevée et qui émanait de ce temple perdu sur un caillou tout aussi perdu et condamné…
 
-Où se trouve le puits découvert par nos patrouilles ?
 
-… Au nord, Majesté.
 
----------------------------------------------------
 

« Protocole d’activation : [18.45.06] ».


« Dernier contact avec base : [-14.19.23] ».

«En mode veille à : [14.21.35] ».
 
Tout les dix minutes le vocable du droïde émettait en dans un binaire déformé à travers les couloirs dans lesquels il attendait. Il était en mode veille depuis la perte de liaison entre le vaisseau Sith et lui.Il restait là à attendre qu’un signal vienne le «récupérer » ou qu’une équipe de droïde ou « humide » ne vienne le chercher. Ou tout simplement, comme c’est souvent le cas pour un droïde comme lui, qu’une transmission avec un code d’autodestruction ne lui parvienne. Il n’y avait rien d’autre à faire à part attendre. Attendre. Ses senseurs scannaient les alentours dans un rayon de cent mètres. Il pourrait « voir » plus loin. Mais les protocoles insérés dans son programme lui interdisent de s’éloigner de plus de cent mètres de sa dernière position connue. Et il n’y avait rien qui éveillait la « curiosité » du droïde Sith.
 
«Sortie du mode veille ». « Détection à : [15.02.52] ».
 
Ses senseurs détectaient quelque chose à la limite de son champ de surveillance. Un mouvement. Sortant de son mode veille, les photorécepteurs du droïde s’activaient, luisant d’une lueur vermillon. Les senseurs auditifs percevaient comme des grattements sur la pierre. A peine détectable pour lui. Impossible à détecter pour des « Humides » standards. Ses bras, refermés sur lui-même, se dépliaient telles des pattes d’une araignée. Doucement, il s’avançait dans le couloir. Le quittant pour se rapprocher de la dernière position connue des mouvements perçus. Ce qui est à l’origine de cette perturbation sensorielle du droïde s’était avancé à moins de soixante dix mètres du point de veille. Cinquante mètres. Trente mètres. Dix mètres. Bientôt le droïde sera « en vue » de cette perturbation. Trente mètres ? Cinquante mètres ? Quatre-vingt dix ? Cent ? La chose s’éloignait vers l’ouest, sortant de son périmètre de surveillance.
 
« Mode veille désactivée ». « Mode garde activée jusqu’à : [15.32.52] 
 
Revenue à sa position initiale, le droïde restait activé. Comme l’exigeait ses protocoles une fois sorti précipitamment de sa veille. N’ayant rien de mieux à faire que de rester sur place et attendre qu’un nouvel « intrus » passe dans sa zone de surveillance, il lançait divers diagnostics pour s’assurer de rester performant. Bientôt un autre mouvement était détecté. Il était différent. Ce n’était pas une série de grattement sur la pierre. Non, plus des frottements. Comme s’il s’agissait de semelles de bottes sur un sol pierreux. Cent mètres. Quatre vingt dix mètres. La distance était régulière et sans précipitation. Ses programmes arrivaient à identifier cela comme étant le déplacement d’un « Humide ». Sans attendre, le droïde se dirigeait vers l’origine de cette nouvelle perturbation dans sa zone de surveillance. Arrivé dans un long couloi, les photorécepteurs vermillon du droïde Sith se posèrent sur un humanoïde. Un « Humide Froid ». La machine à l’allure agressive se sentait pourtant agressée par l’arrivée de cet être dont il n’arrivait à définir la raison quant à sa présence ici.
 
« Identification ! ». « Identification ! ».

Le Langage mécanique et inquiétant du droïde était soit pas compris ou ignoré du Falleen, d’après sa banque de données, se trouvant face à lui. Le canon blaster s’alignait sur lui. Ouvrant le feu. Un nouveau photorécepteur s’activait. Enregistrant la rencontre. Le droïde devait tout consigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leto Vorkosigan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 325
Âge du perso : 59 ans
Race : Falleen
Binôme : Kalen Nelaru (Padawan)
Aurora Azulis (Padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Plusieurs missions à travers la Galaxie pour l'Ordre Jedi
HP:
88/88  (88/88)
PF:
98/98  (98/98)

MessageSujet: Re: [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)   Dim 16 Juil 2017 - 11:52

L'intérieur du temple, tout comme l’extérieur – il venait de s'en rendre compte désormais – lui semblait fort bien entretenu. Ou en tout cas, les fondations avaient semble-t-il admirablement bien résisté au temps et aux conditions extrêmes d'un désert où les tempêtes de sable étaient monnaie courante. Les murs, tantôt propres et secs, tantôt suintant une étrange matière visqueuse et luisante étaient fait de pierres massives assemblées de façon élaborée pour former des murs solides et épais. Même en y plongeant la lame de son sabre-laser, le Jedi n'était pas sûr de pouvoir traverser l'un de ces murs. Et sans savoir ce qu'il pourrait y trouver par delà, il ne préférait même pas risquer le coup. Il avait déjà lu dans des rapports de mission et des documents d'archive du Temple Jedi, qu'il existait des fondations de temples dont les murs et les sols étaient piégés. Quiconque essayerait de percer ou d'abattre ces murs déclencherait un mécanisme complexe de défense provoquant bien souvent de terrifiantes explosions.

Leto entreprit de faire quelques pas pour explorer le couloir sombre dans lequel il avait atterri. Ses pas lents résonnaient dans le vide des coursives souterraines du temple tandis qu'il faisait aller ses doigts froids sur la surface du mur à côté de lui. Parfois, il sentait sous la pulpe de ses doigts des sortes de tranchées, fines et régulières, sur la pierre. Des rainures, des sillons et des stries qui accomplissaient d'étranges paraboles et courbes, certaines s'entrecoupant les une et les autres. En prenant un peu de recul, il constata rapidement que certains pans de mur étaient gravés et que bien qu'affectés légèrement par les affres du temps, bon nombres de représentations graphiques étaient encore lisibles. Celles-ci décrivaient, pour la plupart, un peuple humanoïde visiblement en extase, en admiration face à un être supérieur venu des cieux, auréolé d'étoiles et d'un cercle de feu lui englobant le haut du crane. Cet être portait une sorte de bâton qui selon les détails sculptés était lumineux, ou semblait dégager quelque chose comme des flammes, ou des étincelles. Comment ne pas songer immédiatement aux légendaires sabres-laser des Jedi devant ce genre de gravures antiques ? Mais faute de connaissances archéologiques et de documentations, Leto ne pouvait qu’émettre des suppositions. Se pouvait-il que les Jedi d'il y a plusieurs milliers d'années soient entrés en contact avec le peuple de cette planète aujourd'hui déserte et inhospitalière ? Ou était-ce autre chose que les Jedi ? Est-ce que les dessins gravés dans la pierre représentaient vraiment un sabre-laser, ou simplement un bâton lumineux utilisé comme artefact sacré par une civilisation oubliée ?

Le choix ne s'offrait guère à Leto. Bien évidemment, il aurait apprécié trouver un moyen rapide de pouvoir sortir de ce temple souterrain. Il préférait organiser quelconque action à partir de la surface, préalablement en ayant prévenu les renforts. Mais il se souvenait de ce qui l'avait attiré ici et ce que l'équipage du capitaine Alcyon avait détecté à la surface d'Antolus I. Si cela pouvait constituer une menace pour la République, même avec la plus infime des possibilités, Leto se devait d'en avoir le cœur net. Il se décida donc à fouiller autant que possible l'infrastructure dans laquelle il se trouvait désormais. Au moins jusqu'à temps qu'il obtienne quelques réponses à ses interrogations. Il quitta des yeux les gravures et s'éloigna pour sortir du couloir. Il pénétra dans une petite salle rectangulaire vide et sablonneuse de laquelle partait qu'une seule et unique voie, juste en face de lui. L'implantation des coursives et des salles de l'intérieur du temple lui paraissait pour le moment bien énigmatique et tant qu'il n'aurait pas parcouru un peu plus de distance, le Jedi aurait du mal à élaborer un semblant de plan dans son esprit. Il n'avait rien sous la main pour tenter de griffonner une carte, comme le ferait les explorateurs d'antan enfermés dans un labyrinthe archéologique. Mais qu'importe, ses facultés de mémorisation ferait le travail, il avait confiance en cela.





Suivant l'unique chemin possible, il déboucha dans une nouvelle salle, elle aussi vaguement rectangulaire mais de dimension plus grande. Il y avait, en comptant celle qu'il avait emprunté, cinq sorties possibles. Celle d'où il venait était visiblement un cul de sac, il le savait désormais. Reste à explorer les autres voies. La salle était creusée à même la roche. Les murs étaient fabriqués en pierre comme précédemment observé mais son plafond était moins travaillé, comme si c'était la voute d'une caverne primitive. Des crevasses en hauteur faisaient s'écouler régulièrement des trainés de sable mais étrangement, la pièce ne semblait pas se remplir. Peut-être y avait-il un système d'évacuation et de circulation du sable que Leto ne voyait pas ? Par delà une série de petites colonnes simplement décorées, au sol, se trouvait plusieurs plaques de pierre dont l'épaisseur faisait deviner au Jedi qu'elles devaient peser lourd. Ces plaques n'étaient recouvert de rien d'autre que de quelques motifs s'apparentant à des lettres d'un alphabet inconnu. Tandis qu'il contournait les colonnes et les plaques, Leto aperçut deux choses. La première, ce fut une petite statue d'environ un mètre de haut, située dans l'obscurité d'une alcôve à l'autre bout de la pièce. La statue représentait un être humanoïde vêtue d'une sorte de toge, encapuchonné, levant la paume de la main face à lui et tenant de son autre main un sceptre semblable à celui qu'il avait vu sur les murs précédemment.

La seconde chose, à cause de laquelle il ne put vraiment s'attarder sur la statuette, était un petit droïde qui attendait à l'entrée d'une des coursives qui menait à cette salle. Petit aurait été le qualificatif adéquat si seulement la machine était resté dans sa configuration actuelle. Mais en se mettant en branle et en s'élevant sur sa paires de pattes mécanisées telle une araignée goliath de Dantooine, le droïde s'élevait soudainement jusqu'au sommet du crane du Jedi et dépassait bientôt les deux mètres de hauteur ! Ses récepteurs visuels rouges vifs se plantèrent sur sa cible et un grésillement de vocodeur obsolète débita une salve de sons aiguës à l'air alarmiste. Sous la carcasse principale de la machine, qu'on pouvait appeler « tête » se trouvait un petit tube d'acier que Leto distingua un peu trop clairement à son goût comme un canon blaster. Et ses craintes furent confirmées aussitôt. Quelques secondes après avoir aperçu le droïde, il fit feu sur sa cible tout en continuant d'invectiver qui voulait l'entendre de ses bip et ses bloup suraiguës. Le Jedi eu tout juste le temps de se mettre à couvert derrière une des colonnes avant de tirer son sabre-laser de sa ceinture. Une lame verte éblouissante jaillit et soudain, les traits de lumière rouges et mortels rebondirent sur leur cible comme d'énorme gouttes de pluie sur la surface d'une vitre en transpacier. La lame verte virevolta un instant, la cadence de tir du droïde n'étant pas suffisante pour mettre en difficulté un Chevalier Jedi bien formé et habile à la manipulation du sabre-laser. Il ne fallut que quelque seconde à Leto pour défendre ses positions et renvoyer un des tirs de blaster à l'envoyeur. Le droïde explosa instantanément ce qui fit frémir l'ensemble de la pièce.

Une fois le calme revenu, Leto désactiva son arme et s'approcha de la carcasse fumante de l'appareil. Il s’accroupit et il prit soin de démanteler la coque de protection de la tête du droïde pour dévoiler son appareillage interne. Là, sur une plaque d'identification fixée à même le châssis du droïde, il put y lire quelques mots et série de numéro dans un alphabet universel, celui qu'on utilisait de coutume dans toute la galaxie de nos jours. Il comprit alors qu'il s'agissait d'un droïde sonde impérial. Il aurait presque préféré avoir eu à faire à un droïde pirate, ou à un appareil d'une antique civilisation perdue sur Antolus I. Mais la présence de cet engin de surveillance confirmait ses craintes. Il savait désormais que les impériaux avaient investis les lieux et que cela ne présentait rien de bon. Si proche de la frontière de la République, sur un monde isolé et oublié de tous, à l'écart des yeux trop curieux, une force de frappe militaire pouvait paisiblement se développer et préparer ses opérations d'attaque. Et lorsque viendrait le moment fatidique, il serait bien entendu trop tard. L'Empire investissait des mondes neutres à la frontière républicaine, dans des endroits aussi calmes et désertiques que possible afin d'étendre sa maitrise géographique de la galaxie et ainsi pouvoir frapper la République de n'importe où. N'importe quand. Cela ne faisait plus aucun doute. Leto devait en avertir rapidement les autorités. Peut-être qu'Antolus I n'était pas encore complètement sous le joug impérial. Peut-être que les impériaux n'effectuaient ici que des opérations de repérages. Mais même à partir de cela, la situation devenait problématique et il était hors de question d'attendre patiemment que les impériaux décide d'y installer un bataillon entier de leur armée pour réagir et prendre la menace au sérieux.

Mais Leto était loin d'imaginer qu'un autre type de problème aller très vite le mettre en danger... il avait oublié bien vite où il se trouvait, et que le temple dans lequel il était enfermé recelait bien des secrets tous plus dangereux les un que les autres... Aussi, il n'avait pas entendu dans son dos le bruissement du sable se frottant étrangement à une surface solide et écailleuse en mouvement. Un appel de la Force l'avertit au dernier moment du danger qui allait s'abattre sur lui. Dans son dos, une grande silhouette insectoïde s’éleva et un membre cuirassé trancha l'air en direction du crâne du Falleen. Celui-ci bondit de côté tandis qu'une gigantesque pince noire et aussi dure que la pierre des murs de cet endroit éclata le sol, là où il se trouvait une demi seconde auparavant. Les restes du droïde sonde impérial volèrent en éclat sous l'impact et le Jedi put apercevoir l'auteur de cette soudaine attaque. Il s'agissait d'une bête immonde, un scorpion, ou en tout cas ce qui pouvait s'apparenter à ce genre d'arthropode. Immédiatement, le regard de Leto se posa sur le dard du monstre, une sorte de grosse olive protégée par une plaque de cuirasse et gonflé d'un venin meurtrier. Le simple transpercement de cette pointe venimeuse suffirait à séparer le tronc des jambes de sa victime, même s'il s'agissait d'un fort et puissant Wookie ! Le scorpion mesurait au minimum quatre mètres de long, ses pinces étaient si larges que Leto se demandait comment il avait put se faufiler dans une des coursives qui menait à cette salle.





Il n'eut pas plus le temps de se questionner ou d'analyser la morphologie de la créature que celle-ci fit glisser son corps rampant de côté et planta sa paires d'yeux noirs et globuleux sur sa proie. Ses pinces claquèrent d'un son menaçant et sa queue frappa les colonnes de pierre aux alentours, occasionnant des tremblements dans toute la pièce. La bête était sur le point d'attaquer à nouveau, certainement bien décider à faire du Falleen son repas. Nul ne savait depuis quand le scorpion n'avait eu le plaisir de goûter à de la chaire fraiche, des semaines, des mois, peut-être des années ? Après tout, les scientifiques avaient déjà prouvé que certaines formes de scorpions pouvaient se passer de nourriture pendant plusieurs années standard afin de survivre dans leur habitat hostile. Rendant ce genre de période de jeun forcé comme une torture pour les créatures, elles en devenaient d'autant plus agressives et assoiffées de sang dés lors qu'une proie s'aventurait dans leur repère...

Leto esquiva un fauchage d'une des pinces du scorpion qui s'écrasa dans le mur situé derrière lui, puis il fit un roulé-boulé sur le côté et se prépara à esquiver à nouveau, cette-fois-ci le sabre au clair. Il lui faudrait se défendre, inévitablement, il savait d'ors et déjà qu'il était inutile de tenter de raisonner le monstre, ou d'essayer de le dresser avec un quelconque subterfuge de la Force. Le scorpion était bien trop primitif, bestial et affamé pour se laisser convaincre par un tour de passe-passe mental. Aussi, il savait qu'il lui faudrait attendre le moment opportun pour attaquer, car de moyen de défense, la bête n'en manquait pas. Ses pinces offraient un mur frontal quasiment infranchissable, tandis que son dos était protégé par une épaisse carapace et son dard venait régulièrement foudroyer l'air aux alentour. Le poids même de l'animal devait être conséquent, subir un écrasement de la part de ce scorpion pourrait briser les os de n'importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3046
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)   Ven 21 Juil 2017 - 17:23

Un vaisseau venait de sortir de l’hyperespace en bordure du système Antolus. Un vaisseau aux lignes agressives. Le pilote savait ce qu’il faisait. Il était sortit de l’autre côté du soleil. Soleil qui se mourrait et qui devait par moment affoler les systèmes de détection standards de n’importe quel vaisseau. Y compris celui-ci. Mais dans cette histoire il est le chasseur. Ni le gardien et encore moins la proie. Après la décélération, le vaisseau filait à grande vitesse vers sa destination : la planète Antolus I. A peine était-il sorti de l’hyperespace qu’un brouilleur s’était mis en route. Le genre sophistiqué. Personne ne les verrait venir. Tout juste un faible écho qui laissera penser à l’un de ces nombreux corps flottants qui passent près des astres.
 
-Frégate Sith. Seule.
 
-Elle nous a vus ?
 
-Non. Il n’y a qu’une patrouille de trois chasseurs. Et leur trajectoire ne dévie pas.  
 
-Excellent. N’oublie pas de passer par le nord. Inutile d’éveiller leurs senseurs endormis.
 
----------------------------------------------------------------
 
Darth Ynnitach se déplaçait de plus en plus rapidement. Au point que les deux soldats qui l’accompagnait trottinaient presque pour suivre le rythme. Entre deux inspirations étouffées par son casque un des soldats lui indiquait que le droïde avait établie le contact avec l’intrus. La Sith ralentissait et prenait le datapad montrant les images. Le droïde arrivait dans le couloir. Ouvrait le feu moins de deux secondes plus tard. En moins de temps le Jedi acivait son sabre laser et les déviait. L’un d’eux venant frapper le droïde et mettant fin à la liaison. Ces images confirmaient la présence d’un Jedi. En revanche impossible de l’identifier clairement. Mais vu sa réactivité ce n’est pas un padawan égaré en vadrouille.
 
La Dame Noire reprenait la marche, pressant le pas. Ses talons claquant sur le sol pierreux de ce temple perdu sur une planète oubliée de tous. Elle se drapait dans le Côté Obscur de la Force. De sorte à minimiser son aura et que le Jedi ne puisse ressentir à travers la Force son arrivée. La Sith regrettait déjà d’être suivie par deux soldats. Le Jedi pouvait ressentir leur présence à ces deux là. Mais par prudence excessive Darth Ynnitach préférait les garder auprès d’elle. Ils pouvaient servir de bien des manières… Les sens de l’Anzat s’étaient éveillés. Ses sens de chasse. Le Jedi était tout près. Il ne devait pas être là. Mais il y avait autre chose. Une présence plus bestiale, primaire.
 
Au détour du couloir la Dame Sith voyait une masse sombre se mouvoir laissant apparaître le Jedi obnubilé par cette masse que le laser vert de son sabre laser réfléchissait à peine sur… de la chitine ? S’habituant à la luminosité du couloir, la Sith distinguait la forme de l’animal attaquant le Jedi. Une sorte de scorpion en beaucoup plus gros. Intéressant… Elle restait là à regarder, restant d’un geste de la main ses deux soldats qui braquaient leurs armes sur le scorpion où le Jedi lorsqu’il apparaissait. La première fois que son regard se posait sur ce dernier, Darth Ynnitach ne le reconnaissait pas encore. La seconde fois elle ne voyait qu’un Falleen. Mais comme il n’y en avait pas trente-six au sein de l’Ordre il était facile pour elle de mettre un nom sur ce visage : Maître Jedi Vorkosigan, ancien Ministre de la Justice de la République. 
 
L’envie de savoir ce qu’il faisait ici la tenaillait. Autant que la Faim. Mille questions boulversaient déjà son esprit qui échafaudait déjà plusieurs théories. Mais son intérêt se portait aussi sur cet animal. Si ce monde était réellement désert comment aurait-il pu survivre ? Certes, les scorpions font partis de ces espèces qui peuvent survivre des années sans se nourrir. Mais l’interrogation de la Sith portait davantage sur l’espèce que sur l’animal en particulier. Finalement, le Jedi lui donnait l’occasion d’en apprendre davantage…
 
Darth Ynnitach choisissait de rester à distance. Cependant elle faisait signe à ses deux soldats de s’avancer. Ceux-ci devant empêcher qui ou quoi que se soit d’approcher. Dans un geste emplit d’arrogance la Reine Noire levait les bras, laissant sortir ses mains gantées de son manteau. Elle ne se dissimulait plus à présent. Laissant son aura se diffuser autour d’elle,  imprégnant tout. Employant le Côté Obscur pour servir ses dessins, la Sith appliquait des gestes étranges, comme si elle tirait des fils invisibles du bout des doigts. C’était ainsi qu’elle avait réussi à pénétrer l’esprit de Krepusckle, son Leviathan. Bien qu’elle ne cherchait pas à le contrôler, pas encore, mais à savoir ce qu’il était. Depuis combien de temps il vivait et qu’avait-il vu par ici ? Mais pour l’heure, la bête n’avait qu’une idée fixe. Se nourrir. Un comportement que la Sith comprenait parfaitement. Elle-même réfrénant encore ses propres pulsions.
 
L’agressivité du scorpion était telle qu’il n’écoutait pas ce qu’elle lui ordonnait à travers la Force, continuant de s’en prendre au Jedi. Mais pas seulement. Il cherchait d’où provenait cet appel au calme, à se réfréner. Sans doute comprenait-il ce que l’on attendait de lui et aussi sans doute le sort funeste qui l’attendait malgré tout. Délaissant le Jedi qu’il ressentait comme « plus calme », sur la défensive, l’attention du scorpion s’orientait vers les signaux de chaleur les plus importants. Darth Ynnitach pouvant accéder aux fonctions cérébrales de l’animal « voyait » à travers ses yeux.
 
« Oui, animal, c’est moi ! Calme-toi ! »
 
Mais le scorpion ne l’entendait pas ainsi. Il avait décidé de mettre fin à cette voix qui cherchait à réfréner sa faim et sa chasse. Et montrait son désaccord en se saisissant d’un des soldats, le plus proche, avec une de ses pinces. Le soldat hurlait, appelant à l’aide. Et plus il le faisait et le scorpion serrait sa prise jusqu’à le couper en deux. Le second soldat ouvrait le feu avec son blaster, visant les yeux. L’animal était incommodé et avait mal. Connecté à lui, la Sith ressentait cette même douleur. Mais elle n’arrivait toujours pas à contrôler son esprit foncièrement indépendant et obnubilé par la faim. Le scorpion géant essayait de l’attraper avec une pince, puis essayait encore avant de frapper avec le dard caudal, l’aplatissant sous le poids de la masse caudal. A présent il ne restait plus qu’elle et le Jedi. Et pouvait-elle sincèrement faire confiance au Jedi ? Non ! La Dame Noire des Sith n’avait d’autre choix que réussir ! Se plongeant complètement au Côté Obscur de la Force, elle l’invoquait pour noyer l’esprit de l’animal, percer ses maigres défenses  et pouvoir l’orienter à défaut de le contrôler et d’avoir accès complètement à sa mémoire. La Sith arrivait à le persuader que le Jedi était une meilleure proie qu’elle. Pas trop difficile pour un prédateur nocturne face à une proie faisant usage d’une lumière désagréable ! Ce qu’il a recommencé à faire ! A présent, la Sith est capable de le retenir, ou plutôt de ralentir ses mouvements, permettant au Jedi de frapper. Autant utiliser les outils à disposition…
 
-Jedi ! Je ralentis ses mouvements ! Frappez ! Maintenant !
 
--------------------------------------------------------
 
Le vaisseau venant d’arriver sur Antolus I avait réussi de passer en-dessous des senseurs de la frégate Sith. A aucun moment les membres d’équipage l’avait détecté. Il lui avait fallu cinq minutes pour entrer dans  l’atmosphère de l’autre côté de la planète et de venir se poser non loin du temple. Moins d’une minute plus tard la rampe s’abaissait pour ne laisser que quatre personnes. Quatre humanoïdes, une femelle et trois mâles. Un cinquième, leur Maître, restait dans le vaisseau. Il attendait le retour des quatre autres et activait un brouilleur. Empêcher les impériaux à la surface de communiquer avec leur vaisseau en orbite. Donnant à ces derniers l’illusion d’une tempête qui les bloquent.  
 
-Votre attention, vous n’avez que quelques heures pour profiter de la « tempête ». Si vous prenez plus de temps, je devrais m’occuper de la frégate. Et elle ne fait pas spécifiquement partie du contrat ! A votre place je ne le tenterais pas ! Dans le cas contraire, il y aura des pénalités !
 
Il ne restait qu’une heure avant que la nuit de tombe totalement de ce côté de la planète. Le petit groupe pourra passer à l’action. Les impériaux ne seront pas un obstacle. Quelques soldats et beaucoup de techniciens et scientifiques. Pas une grande menace. Rien qui ne les empêchera d’atteindre leur contrat. A-t-on déjà vu des tueurs Anzati ne pas honorer leur contrat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Antolus I] collaboration inattendue... (PV Ynnitach)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-