La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madigan Obadia
Contrebandier
Contrebandier
avatar


Nombre de messages : 63
Âge du perso : 35 ans
Race : Dévaronien (Nar Shaddaa)
Binôme : Karissa Bron (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
52/72  (52/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   Lun 26 Déc 2016 - 11:01

- Obadia, j'ai un sacré service à te demander. Tu m'en dois une tu t'en souviens ?

Le holo du bothan était instable, grand nombre de parasites venaient troubler l'image. Pourtant Madigan entendit parfaitement les derniers mots de son vieux camarade. Des mots qui lui arrachèrent un brève grimace. Le dévaronien haïssait être redevable.

- Ouais, difficile à oublier, ouais…

Kogo avait fait du gringue à un Hutt qui avait une dent (façon de parler, Mad n'était pas certain que les Hutt étaient dotés de tels attributs) contre Karissa et lui. Un banal accident, deux équipes de mercenaires qui se croisent, ils avaient dérobé un pactole qui appartenait au Hutt et envoyé ad patres quelques uns de ses fidèles lieutenants. L'accident bête. Kogo avait flatté le chef de gang, moins une qu'ils se retrouvent avec une belle prime sur la trogne. Connus comme ils étaient dans le milieu, ils auraient pas tardé à avoir des ennuis monstrueux. Depuis ils étaient redevables à Kogo, sympathique bothan qui traînait dans la plupart des affaires louches de la bordure extérieure.

Le dévaronien alluma une cigarette pendant le bref silence qui s'ensuivit. Kogo cherchait ses mots apparemment. Il devait vraiment avoir besoin d'une aide particulière pour appeler Mad et Karissa à la rescousse. Il était en bons termes avec les deux contrebandiers, ils cherchaient généralement d'autres merdeux pour accomplir les basses œuvres. Non. Ce devait être un truc plus grave. Un truc du genre bien dangereux. Mad se retrouvait toujours dans ce genre truc, un don personnel depuis Artorias.

- Je sais que t'avais été dans les forces spéciales quand tu appartenais à la République avec Karissa, l'Opération Faucon…

Un sourire ironique étira brièvement les lèvres du dévaronien. Une épaisse fumée s'échappa entre ses canines, lui donnant soudainement l'air d'un diable sorti des enfers. Kogo était l'un des meilleurs informateurs de la bordure extérieure, mais aussi l'un des plus chers. Il valait mieux ne pas l'avoir à dos, même si ce n'était pas le genre à faire des vagues inutilement.

- Je vois que tu as fait des recherches…

Les bothans étaient à la hauteur de leurs réputation. Ils étaient de loin les meilleurs agents de renseignement que l'on pouvait dénicher dans cette foutue galaxie.

- Je ne recrute pas n'importe qui, surtout pour les affaires qui me touchent directement l'ami… Où est Karissa d'ailleurs ?

Mad se pencha un peu plus vers le holo de Kogo. Maintenant qu'il disait ça, l'image bleutée du bothan semblait dégager une certaine nervosité. C'était difficile à dire avec toute cette fourrure.

- Y a un fusible qu'a sauté, je lui ferais le topo si elle a pas fini avant que notre accord soit conclu.

- OK. Je sais que tu avais l'habitude des extractions d'otages aussi, le genre de chose qui nécessite un minimum de talent. Eh bien c'est un boulot du même genre. Tu sais que je suis mariée ?

Il y avait toujours comme une sorte d'embarras à évoquer des sujets très personnels pendant le boulot. Kogo avait ce petit ton gêné. C'était un homme qui tenait à sa vie privée. Il avait un peu de mal à parler de son mariage. Mais oui, Mad savait qu'il était marié depuis près de 15 ans et que sa femme n'était pas forcément tenue au courant de toutes les activités peu légales de son époux.

- Madame Kogo, la fameuse.

- On peut dire ça, ouais. J'ai aussi deux gosses, la prunelle de mes yeux. Il y a quelques temps des gens pas très recommandables n'ont pas vraiment apprécié que l'on me ramène une tablette antique d'un ancien monde Sith. J'avais payé une fortune pour qu'un groupe d'aventuriers parte fouiller un Temple Sith antique sur Arkania.

Mad n'y connaissait pas grand-chose aux Sith. Sa plus grande rencontre avec eux était sur Artorias, il savait qu'ils n'étaient pas de la petite friture. Il avait entendu une ou deux fois qu'Arkania avait autrefois fait parti d'un vaste Empire et leur avait appartenu pendant longtemps. La suite n'était cependant sûrement pas des choses joyeuses à entendre.

- Certains sont revenus. Ils avaient ramené divers babioles dont une tablette sur laquelle était écrite une langue incompréhensible. Je l'ai faite examinée par une connaissance, une mauvaise idée. Il s'agissait de la langue antique des Sith. J'ignore comment, mais le fait que j'ai mis la main sur des objets Sith est venu à la connaissance d'un groupuscule de zélotes...

Le dévaronien se recula subitement. S'il devait s'attaquer au vaste Empire, ce serait pour le moins un moment de grande terreur. Cela sut se voir sur son visage car Kogo le rassura immédiatement d'un ton aussi apaisant qu'il le pouvait.

- Ils sont tellement illuminés qu'ils n'ont même pas de rapport direct avec le véritable Empire. Je n'ai pas réussi à avoir d'infos sur la présence de… manipulateurs de la Force parmi eux, mais il semblerait que non d'après mes recherches.

Mad avait encore un peu de mal à se faire un dessin sur les tenants et aboutissants de cette complexe histoire. Kogo ne semblait pas en avoir fini, car il reprit en murmurant.

- Ils ont su que je possédais des objets appartenant à leur culte de malades mentaux. Ils ont forcé l'une de mes baraques, pris les objets. Mais si ce n'était que ça… Noora a dû entendre un bruit qu'il ne fallait pas, en tout cas ils l'ont prise avec eux, ces salauds ! Ils la gardent comme gage, punition ou garantie… Je n'ai pas bien saisi le sens du mot ancien Sith qu'ils ont utilisé.

- Noora ?

- La plus jeune de mes filles !

Le silence tomba. Madigan réfléchissait intensément. Il ne connaissait que peu les groupuscules Sith. Il savait que l'Empire était un ensemble disparate de clans qui s'étaient alliés autour d'un chef unique, il avait eu quelques cours car il s'agissait d'ennemis de la République. Cependant il subsistait quelques groupes éparses qui se faisaient discrets mais qui continuaient à agir dans l'ombre. Certains étaient très présents dans l'espace Hutt. C'était en tout cas une affaire complexe. Le contrebandier observa le visage décomposé du bothan.

- Ce sera payé bien sûr, et cher. Pas qu'en crédits…

Voilà qui était tout de suite plus motivant.

- C'est tout de même une mission risquée…

- Je sais, c'est pour cela que j'ai récupéré une autre personne dont on m'a conseillé les talents particuliers.

- Je suppose que tu sais déjà où ta gamine est retenue ?

Le visage chevalin de Kogo s'illumina vivement quand il comprit qu'il avait gagné. Madigan vit qu'une bonne quantité de données étaient en train d'être téléchargées dans son datapad. Le malfrat avait beaucoup donné pour retrouver la prunelle de son existence. La base de ce groupuscule était sur un caillou de la bordure extérieure, Shola.

- L'autre agent attend que vous le récupériez. Contacte-moi si tu as besoin d'autres informations.

Le holo s'éteignit et Madigan poussa un lourd et douloureux soupir. Il ne pouvait plus revenir en arrière. Il entendit la porte de la cabine s'ouvrir en couinant.

- J'ai raté un truc ? Demanda Karissa en toussant, le visage couvert de suie.

----------

Mad attendait au point de rendez-vous la recrue spéciale de Kogo. Il espérait que le mec serait sacrément doué et qu'il allait pas se farcir un boulet sur un truc aussi sensible. Il avait parcouru toute la docu qu'il avait eu de l'époque du Faucon sur l'extraction de civils et espérait vaguement que tout se passerait sans accroc.

Une fois le dernier membre de l'équipe ramassé, ils pourraient se rendre sur Shola, en bordure de l'espace Hutt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayla Kobarr
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 49
Âge du perso : 29 ans
Race : Dévaronienne
Binôme : Autre compte : Ben Doyle
Autre compte : Darth Valeras
Autre compte : Valerion Scalia (décédé)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
78/78  (78/78)

MessageSujet: Re: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   Lun 26 Déc 2016 - 23:17

Le Chevalier Kobarr se massait délicatement les tempes, à l'instant où son communicateur manifesta la réception d'un nouveau message. Sayla fronça les sourcils. Elle avait particulièrement mal dormi, cette nuit. L'hôtel minable dans lequel elle s'était installée provisoirement, comme toujours, avait manifestement acheté les matelas les plus durs de toute la Bordure extérieure. A force de se retourner, de changer de position son coussin et d'écarter puis remettre ses draps, elle n'avait eu qu'un sommeil agité, parcouru de cauchemars particulièrement désagréables. Après s'être enfin endormie, vaincue par l'épuisement, elle s'était réveillée en nage, les poils de sa mince fourrure hérissés. Elle avait encore rêvé d'Artorias, sans doute à cause de ces stupides nouvelles sur l'holonews au sujet de Dubrillion. Comprenant qu'elle ne dormirait plus, Sayla avait pris une douche puis s'était lancée à la recherche d'un boulot disponible.

Le dark holonet fourmillait de quantités d'annonces en tous genres pour qui pouvait y accéder, ce qui n'était guère difficile. En allant sur les pages prévues à cet effet, on pouvait trouver de tout. Généralement, rien d'ouvertement illégal. Pour ces trucs-là, il fallait chercher plus profondément, ce que ne faisait pas Sayla. Elle n'était pas une tueuse à gages. Les propositions d'emploi de bodyguard étaient les plus nombreuses. La Dévaronienne ne savait plus combien de boulots équivalents elle avait fait. C'était relativement simple et correctement payé. Un gros bonnet se lançait dans une activité économique un peu risquée, l'obligeant à prendre quelques précautions le temps de mener à bien son opération. Rien de bien folichon, car les méfiances de ces employeurs relevaient plus souvent de la paranoïa que de la menace réelle, de sorte que les attaques étaient bien rares.

Pendant deux trois mois, Sayla avait ainsi travaillé pour un Hutt dans le fin fond de l'est galactique. La limace baveuse s'était avérée étrangement correcte. Evidemment, ses revenus provenaient de toute une série d'activités illégales, surtout des trafics de toutes sortes. Mais le Hutt ne s'était jamais montré sadique ou pervers. C'était un individu plutôt placide. Bon, pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, ou sur la queue plutôt, mais pas non plus le style à jouer au petit tyran tout puissant. Quelqu'un de cultivé, d'ailleurs, étonnamment. Comme quoi, les apparences pouvaient être assurément trompeuses. Elle en savait quelque chose, en tant que femme. Les stéréotypes machos étaient monnaie courante à travers la galaxie, peu importe les races. Combien de fois ne l'avait-on pas sifflée vulgairement, comme si elle était un éopie à vendre. Dès son enfance, elle avait détesté ces façons de faire et n'avait pas hésité à répliquer. Maître Wroo'koro était parfois intervenu, lorsqu'elle allait un peu trop loin, il était cependant resté globalement très permissif, souriant plus qu'autre chose à la leçon qu'infligeait avec coeur sa padawan. Pas très jedi tout ça. Peut-être, en tout cas Sayla continuait de répliquer.

Rien d'intéressant dans les annonces... ça commençait à devenir un problème. Depuis un peu plus d'une semaine elle n'avait rien trouvé qui lui correspondait. Sayla avait peut-être quitté l'Ordre mais elle restait attachée aux principes jedi. Evidemment, cela devenait immédiatement plus difficile de trouver un travail dans ces conditions vu le milieu dans lequel elle déambulait. Elle avait finalement arrêté de chercher, et déposé sur la table de chevet son vieux comlink, essayant de libérer son esprit de ses problèmes et de chasser un début de mal de tête.

Il avait fallu qu'à cet instant précis son comlink se mette à vibrer et tinter. Un message. D'un certain Kogo, un Bothan. Elle avait déjà eu affaire à ce bonhomme, qui par deux fois lui avait confié une mission, toujours bien rémunérée. Le problème c'est qu'à un moment Sayla avait dû utiliser son sabre laser, ce qu'elle essayait de faire le moins possible. Elle ne tenait pas à être repérée et ne sortait son arme jedi qu'en cas de nécessité. Le reste du temps son blaster faisait l'affaire, et si un problème particulier se présentait elle pouvait toujours faire appel à la Force pour l'aider.

Une histoire de cultistes Sith. Qu'est-ce que c'était que ce bourbier? Elle continua la lecture et commença à comprendre. D'une façon ou d'une autre, le Bothan avait appris son affinité à la Force. Sans doute cette fameuse mission... on avait dû lui faire un rapport. Sayla déroula le message, jusqu'à tomber à la fin sur la somme qui lui était promise.

    « Oh. »


Voilà qui était rondelet. De quoi se payer un chasseur, peut-être même un neuf. Voir du plus gros mais en occasion. Et avec quelques pièces en moins. Ce serait toujours mieux que rien du tout. Elle en avait marre de ne se déplacer qu'en transports. Un vaisseau personnel serait l'assurance d'une plus grande indépendance, quitte à devoir passer du temps sur des réparations. Et puis, après tout, elle avait toujours été une bonne mécanicienne, elle arriverait bien à se débrouiller. Elle l'avait toujours fait. Sa réponse fut rapide. Le Bothan confirma puis lui envoya la position de son camarade de vadrouille. Il ne se trouvait pas loin. La Force faisait décidément bien les choses. La Jedi rassembla son paquetage puis se mit en route.

----

Sayla ajusta ses nattes, alors qu'elle se dirigeait vers le vaisseau du type avec lequel elle travaillerait. Sa plus longue natte tombait en arrière, tandis qu'une plus petite longeait son visage sur le côté droit. Par des gestes précis à force d'être répétés, elle remit en ordre les deux bandes blanches de cheveux qui encadraient son visage. Elle avait avec elle son paquetage, peu conséquent comme d'habitude. Sur elle, sa veste noire, tannée par le temps et l'usage, et en-dessous des vêtements de cuir de même couleur, épousant élégamment ses formes.

Elle s'approcha du vaisseau. Un transport moyen kuati, de classe wayfarer. Pas mal, même si celui-ci semblait avoir bien vécu. Elle vit enfin le propriétaire du bâtiment et eut un sourire autant surpris qu'amusé. Un Dévaronien! Surprenant! Elle s'avança vers lui, ses yeux d'un bleu intense cherchant le regard de son nouvel associé. Des mâles de son espèce, elle en avait croisé quelques-uns mais jamais bien longtemps, toujours de façon anecdotique. Ils étaient nombreux à arpenter la galaxie, réputés pour leur caractère aventureux. Les Dévaroniennes restaient généralement sur leur planète d'origine. A force de voir les hommes partir, elles avaient naturellement pris la direction de la société et y menaient la danse. Mais il ne fallait pas généraliser exagérément. Sayla tenait plus du caractère des mâles, mises à part la colère et l'agressivité, qui restaient assez rares chez elle, bien que pouvant être intenses. Elle ignorait tout de Devaron, puisqu'elle avait rejoint le Temple jedi d'Onderon dès son plus jeune âge. Mais elle était curieuse de rencontrer un individu de son espèce. Elle n'avait jamais passé du temps avec un de ses semblables et espérait en découvrir un peu plus sur ceux-ci.

    « Sayla Kobarr. Mercenaire, pilote et résolution de problèmes en tous genres selon les moyens les plus variés, enchantée... »


Elle tendit un main chaleureuse, souriant de façon provocante et scrutant le visage de Madigan Obadia, puisque tel était son nom. Sa peau n'était pas vraiment rouge et tendait plus vers un orange foncé. Il avait de bien belles cornes, pas trop grandes ni trop larges... Un regard franc, voire un peu dur mais des traits fins et équilibrés, dénués d'hostilité et de malice. Un beau brin de Dévaronien, se dit-elle, amusée d'être sans doute l'une des rares femmes à qualifier de la sorte un membre masculin de son espèce.

Elle entra dans le vaisseau et salua une jeune femme, à l'air taciturne. Elle déposa son sac et suivit le duo dans le cockpit. Il était temps de partir. Et pendant que l'Eternel prenait son envol, Sayla décida de lancer un peu la conversation.

    « Sympa le vaisseau! Bon un peu de poussière ici ou là... mais tant que ça n'encrasse pas le carburateur! »


Elle ne savait pas trop pourquoi mais elle était de bonne humeur.

    « Shola hein? Plutôt chaud, y paraît. Sans doute à cause des éruptions volcaniques et des tremblements de terre. Ou à cause des coulées de lave permanentes. Fin bref, le rêve quoi, un petit paradis. Ajoutons à ça quelques tarés adorateurs des Sith, une pincée d'enlèvement de jeune fille et cela vous donne une bonne destination bien explosive en vue. Une vraie pétaudière.

    Je la sens bien cette mission! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madigan Obadia
Contrebandier
Contrebandier
avatar


Nombre de messages : 63
Âge du perso : 35 ans
Race : Dévaronien (Nar Shaddaa)
Binôme : Karissa Bron (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
52/72  (52/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   Sam 31 Déc 2016 - 11:29

Mad manqua de sursauter quand il entendit Karissa surgir derrière lui. Il ferma sa documentation dans un geste sec. Leur associé dans cette histoire ne devait pas tarder à arriver. Ce fut chose faite quand la mirialane laissa échapper une exclamation mi-admirative mi-amusée :

- En voilà un joli petit bout de dévaro !

Madigan remercia la Force, la femme en question était encore trop loin pour entendre les remarques de sa collègue. Il jeta un bref regard furieux à Karissa qui se contenta de renchérir avec un grand sourire ironique. Cette mirialane devenait intenable dès qu'elle apercevait une attirante créature à sa portée.

- C'est dommage qu'on ne croise pas souvent vos petites femmes ! Vu comment vous êtes moches, les mâles, ça permettrait d'avoir de quoi se rincer l'œil. Je vais faire chauffer les moteurs.

La contrebandière entra dans « l'éternel » sous le regard furibond de Madigan. Il préférait quand elle parlait un peu moins. Bien sûr qu'il savait que c'était affectueux. En plus, il n'était pas moche. Enfin pas autant que la plupart de ses congénères. D'ailleurs, c'était comme chez les humains, si beaucoup de dévaroniens ressemblaient à des créatures de cauchemars, d'autres avaient des physiques acceptables. Il se demandait bien d'où venait ce cliché. En attendait, la nouvelle venue approchait à pas décidés et il devait faire bonne impression.

La dévaronienne tendit vers lui une main amicale. De manière générale, les femmes de son espèce avaient tendance à être plus calmes que leurs pendants masculins, sans doute pour équilibrer l'agressivité des mâles. Il souvenait de sa mère qui était depuis toujours une femme très douce, polie et un peu effacée. Beaucoup avaient tendance à le prendre pour une créature faible et facilement manipulable mais en réalité elle n’avait rien de la femme fragile. Elever seule un enfant sur Nar Shaddaa n’avait rien de quelque chose d’aisé.

Au sourire provoquant de la jeune dévaronnienne il sut cependant qu’elle ne faisait pas partie de ces femmes un peu effacées qu’étaient souvent les personnes de leur peuple. Mad en déduit qu’elle n’avait peut-être pas grandi sur Dévaron, qu’elle n’avait pas non plus grandi avec des gens de son espèce. Le contrebandier ne se considérait pas non plus comme un représentatif de son peuple. Il n’avait pas connu son père, sa mère ne l’avait que très rarement évoqué !

Il serra chaleureusement la main que lui tendait la jeune femme. Elle avait l’air sportive, le genre débrouillarde. Il se souvent que Kogo avait fait référence à quelques talents particuliers qui pourraient s’avérer utile pour cette opération. Madigan hésitait à lui poser la question de but en blanc, mais il pourrait le faire une fois qu’ils auraient sympathisé un minimum.

- Mad Obadia ! Contrebandier, tireur d’élite, transporteur, mercenaire à l’occasion… Entrez donc dans mon vaisseau de luxe.

Elle s’appelait Sayla. Elle parlait, souriait semblait mine de rien contente d’être là. Madigan se demandait pourquoi. Ils étaient sur le départ sur une planète surchauffée pour une mission bancale, afin de sauver une jeune bothane. En plus de cela, « L’éternel » ne payait pas particulièrement de mine. C’était un vaisseau ancien et rouillé qui avait largement vu de meilleurs jours. Mais il volait bien. Il avait comme une âme, Mad ne pouvait l’expliquer autrement.

- Ouais, sacrée fournaise ! Et l’endroit idéal pour se planquer. Il est pas censé y avoir un rat vu que cette planète a été abandonnée il y bien longtemps.

Il s’installa au poste du pilote et invita d’un geste la jeune femme à s’asseoir non loin. Il pouvait entendre le moteur vrombir. Il commença à manœuvrer pour faire décoller l’engin. Il n’était pas un pilote vraiment doué, il avait simplement eu quelques cours quand il était dans l’armée, mais ce n’était pas son rôle principal dans l’unité. Il n’était que la doublure. C’était Iraliz la pilote officielle.

- D’après les infos de Kogo, la planète est truffée de tunnels miniers anciens désertés depuis des siècles. Shola possède un réseau complexe qui ressemble à un véritable labyrinthe. Dans ces documents, notre commanditaire indique tout de même l’endroit où se trouve le Quartier Général de nos cultistes Sith.

Une l’Espace atteint, Mad enclencha le pilote automatique jusqu’à destination. Il commença alors à trifouiller un autre panneau de commande tandis qu’il exposait la situation à Sayla. Le holo d’une planète apparut, ce dernier était parasité par de la poussière mais au moins elle pouvait voir clairement un enchevêtrement complexe de lignes souterraines qui représentait l’ensemble des tunnels miniers de la planète, hormis quelques zones inexplorées.

- Ils se terrent dans ce coin-là, Kogo est sûrement parvenu à faire entrer une taupe. Ces tunnels vont être un avantage pour nous, il existe apparemment une route souterraine adjacente condamnée qui peut nous conduire au sein de la base des Sith sans passer par d’autres entrées surveillées.

Le holo avait zoomé sur une partie des tunnels en éclairant une zone où les tunnels s’élargissaient en salles plus ou moins vastes, sûrement un endroit où les mineurs vivaient jadis pour se reposer. D’une autre couleur, un petit tunnel s’illumina, à peine visible. Ce genre de seconde route devait être monnaie courante et compliquée à trouver. La taupe de Kogo devait être un as, Mad pouvait à peine quantifier l’argent qu’il avait dû mettre pour sauver sa fille.

Le dévaronien était satisfait de ne pas avoir à passer outre les cultistes. S’ils se révélaient être des manipulateurs de la Force (Kogo n’avait apparemment plus de nouvelles de son informateur, ce dernier n’avait de toute façon pas réussi à déterminer la nature exacte des membres de la secte), il n’avait aucune envie d’être découpé au sabre-laser. Tous les sensitifs entraînés avaient des sabre-lasers, non ?

- Avec ces informations, nous arriverons sûrement à entrer et sortir sans provoquer trop de grabuge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayla Kobarr
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 49
Âge du perso : 29 ans
Race : Dévaronienne
Binôme : Autre compte : Ben Doyle
Autre compte : Darth Valeras
Autre compte : Valerion Scalia (décédé)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
78/78  (78/78)

MessageSujet: Re: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   Sam 31 Déc 2016 - 18:15

Sayla regarda attentivement l'hologramme représentant la planète Shola. Le territoire semblait traverser en souterrain par des centaines et centaines de tunnels. La Dévaronienne s'était renseignée en vitesse sur le lieu de destination, avant de partir. Elle n'avait qu'une connaissance superficielle du bled, et ça ne donnait pas vraiment envie d'y passer ses vacances. Enfin, pour le coup elle serait payée, et bien. C'était l'essentiel.

Madigan Obadia, tel était donc le nom de son compère de mission, ce Dévaronien ayant l'air étonnamment bien plus calme et posé qu'elle. Ils faisaient une belle paire de paradoxes. Par son tempérament, Sayla ne correspondait pas trop aux dispositions générales des femmes de son espèce, et il semblait en aller de même pour Obadia. Il était assez rigide, d'ailleurs, tout en rigueur martiale. Il parlait correctement, sans accent particulier... cela pouvait sembler anecdotique mais dans l'univers du mercenariat c'était plutôt rare. On devenait quand même rarement mercenaire ou contrebandier par choix, en tout cas on trouvait rarement dans le milieu des individus ayant reçu un enseignement, ne fut-ce que basique. Dans l'Espace Hutt, il n'y avait pas d'écoles publiques, sauf sur quelques rares planètes. Une bonne partie de la population de cette région de la galaxie était tout simplement analphabète.

"Tireur d'élite" en plus, avait-il dit... C'était bizarre comme remarque. Bien sûr, les bonnes gâchettes ne manquaient pas mais tireur d'élite ça semblait vouloir dire autre chose. Enfin bon, elle se faisait sans doute des idées. Et puis de toute manière, est-ce que c'étaient bien ses oignons? Qu'est-ce que ça pouvait lui foutre que ce Dévaronien ait été ci ou mi par le passé? Elle n'allait pas tout dire non plus... peu de personnes connaissaient son parcours, et elle gardait pour elle son passé au sein de l'Ordre jedi. Elle n'en avait pas honte, et n'avait pas non plus de mauvais souvenirs de cette époque. Simplement, mieux valait rester discret. S'il y avait bien un truc que Maître Wroo'koro lui avait reproché sempiternellement c'étaient son orgueil et son arrogance. Combien ne lui avait-il pas dit de fermer son clapet impertinent? Mais bon, Sayla était curieuse... Diablement curieuse. Du coup, elle commençait à s'imaginer toute une série de trucs au sujet de ce Madigan. Se cachait-il sous cet air aussi sévère qu'austère un mercenaire déjanté capable des plus folles actions? Peu probable, quand même. Bah, on verrait bien.

Le bonhomme semblait être attaché à son vaisseau, l'Eternel. On aurait difficilement pu choisir nom plus ironique. C'était un vieux transporteur, une sorte de coucou grinçant de partout. Mais elle comprenait l'attachement de son propriétaire. Après tout, c'était son chez lui. Le vaisseau avait vraiment une âme, on sentait qu'il avait vécu et que les réparations artisanales avaient du se faire au gré des capacités financières de ses occupants, plongés dans toutes sortes d'aventures fascinantes. D'une certaine manière, Sayla l'enviait d'avoir ce rafiot interstellaire. Au moins, il avait quelque chose à se raccrocher, alors qu'elle dérivait plus souvent qu'à son goût.

Par réflexe, la Jedi porta une main à sa tresse latérale, commençant à jouer négligemment avec elle. Sans trop de grabuge? La Jedi était enthousiaste mais pas pour autant optimiste.

    « Est-ce que le Bothan t'a dit s'il s'agissait de personnes sensibles à la Force? Il m'a pas donné beaucoup d'infos... J'ai les grandes lignes. J'ai surtout sauté sur l'occasion en voyant le petit pactole à la clé. Tu sais, ton yacht de l'espace, c'est déjà pas mal... j'ai jamais réussi à garder les creds en mains, moi! »


Elle sourit malicieusement puis s'assit plus agréablement dans son siège, les bras croisés dans le dos, les mains sur la tête. Elle posa ses pieds sur le tableau de bord, faisant s'envoler un peu de poussière. Elle porta une de ses mains à son visage et regarda ses ongles, en rongea un délicatement puis se força à arrêter, soucieuse.

    « Je sais pas si t'as déjà eu affaire à des forceux mais... le truc c'est qu'si t'en as d'assez forts, ils peuvent te repérer. Ils te perçoivent, à travers la Force. Enfin le plus probable c'est que ce soient juste des dingues obsédés par les sith. On verra bien. »


Elle ne pouvait pas dire grand-chose d'autre. Sans doute y avait-il un manipulateur de la Force dans le groupe, un type sensible mais non repéré par les Jedi, à la maîtrise aléatoire. Les chances de tomber sur un véritable utilisateur de la Force étaient faibles, encore heureux. Mieux valait toutefois prendre ses précautions et partir averti. L'histoire des tunnels ne la rassurait guère, cela dit. Depuis quand les cultistes se planquaient sur cette planète de fous? Depuis le temps, ils devaient probablement connaître les méandres de leur point de chute. Bah, il fallait être fataliste, et se redire : on verrait bien.

L'Eternel continua sa course en hyperespace, des nuances de bleu l'entourant à travers son voyage spatial. Après quelques instants, Sayla s'endormit. C'était la conséquence de sa mauvaise nuit et elle put ainsi récupérer. Lorsqu'elle se réveilla, étonnée de s'être ainsi longtemps assoupie, elle s'étira généreusement puis vit sur le tableau de bord qu'ils arrivaient bientôt. Elle vit passer une membre de l'équipage, du nom de Karissa si elle avait bien retenu, non loin du cockpit. La Mirialane lui sourit, contrairement à la dernière fois, et la Jedi la regarda s'éloigner dans un déhanché des plus agréables à voir. Madigan réapparut dans le cockpit et Sayla s'adressa à lui, tandis qu'il se préparait à arriver au point de destination.

    « Alors Madigan... je peux t'appeler ainsi, n'est-ce pas? Ou tu préfères Madi? C'est pas mal ça! Ou Mad? Plus sérieux, Mad, plus ton genre j'imagine. »


Elle avait dit ça sur le petit ton moqueur et taquin qui la caractérisait tant, ses lèvres noires pincées en une petite moue mutine. Sa main revint lisser ses mèches blanches puis jouer avec sa natte.

    « Ca fait longtemps que tu fais ça? Secourir les gentes demoiselles en détresse? Tu viens de Devaron? Je ne connais pas la planète de notre peuple. Ca fait longtemps que j'aimerais m'y rendre mais je ne me suis jamais décidée... On a des envies, des rêves, et parfois on se trouve toutes sortes d'excuses pour éviter de les réaliser. »


Pensive, Sayla posa son visage sur la vitre froide. Le vaisseau sortit d'hyperespace, arrivant devant une grande planète brillant de centaines de nuances de rouge. En quelques instants, ils furent dans l'atmosphère et le vaisseau se dirigea vers une position où il serait possible de se poser.

    « J'espère que tu as des masques à oxygène, l'air est difficilement respirable. En surface, du moins. »


A mesure que le vaisseau avançait des visions cataclysmiques se présentaient. Des coulées de lave partout, des terres noires, brûlées et solidifiées dérivant, des gerbes de feu volant vers les airs, nulle trace de vie à l'horizon, bienvenue sur Shola.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madigan Obadia
Contrebandier
Contrebandier
avatar


Nombre de messages : 63
Âge du perso : 35 ans
Race : Dévaronien (Nar Shaddaa)
Binôme : Karissa Bron (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
52/72  (52/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   Sam 7 Jan 2017 - 16:24

Sayla avait l’air d’en savoir un rayon sur les jedi, mais Mad avait aussi pu croiser des manipulateurs de la Force quand il était plus jeune. C’était à grâce à des jedi qu’il avait pu quitter le caillou dégénéré qu’était Nar Shaddaa. Il savait que les sensitifs pouvaient manipuler l’esprit des ceux qui étaient les plus fragiles. Il ignorait cependant qu’ils étaient capables de ressentir la présence de certaines personnes. Fallait-il être puissant pour obtenir ce genre de résultat ? Il n’en avait pas la moindre idée, il partagea donc les quelques informations qu’il avait pu obtenir de Kogo avec la dévaronienne.

- J’ai rencontré des forceux, des jedi il y a très longtemps. J’ai amené une gamine sensible à la Force au Temple, il y a un an même. Mais je n’en ai jamais affronté et je n’en ai pas rencontré beaucoup d’autres.

Il lui semblait parfois attirer les créatures les plus étranges et inhabituelles de la galaxie. Le souvenir fugitif d’Apo traversa son esprit, quand elle était encore adolescente. Elle avait un sacré caractère, entier mais joyeux, simple. Aujourd’hui elle avait une sorte de dureté dans le visage et dans les traits, comme elle contractait constamment la mâchoire pour s’empêcher de crier ou de frapper un mur. La guerre avait fait beaucoup de dégâts, même à l’intérieur. Penser à Artorias fit renaître cette habitude qu’il avait de passer son doigt sur la cicatrice qui ornait son œil, comme les blessures étaient inscrites juste dans ses gestes, hanté, comme un souvenir trop coriace qui ne voulait pas disparaître malgré le temps passé.

- La taupe de Kogo n’a pas confirmé la présence de Sith. S’il y en a, ils sont peu nombreux et bien cachés. Notre Bothan n’a plus de nouvelles de son informateur depuis quelques temps. Mais il est resté un petit bout de temps sous couverture, je doute que s’il y a forceux ils soient assez puissants pour nous repérer.

Ou peut-être étaient-ils occupés par l’enlèvement d’innocents enfants pour se soucier de savoir s’il existait des espions au sein de leurs troupes. Ou pas assez organisés. Sayla s’était éloignée, le temps de se reposer surement, pendant que le voyage se terminait et que leur destination, une planète d’apparence pas particulièrement séduisante, se déployait à travers les vitres sales de « l’éternel ».

Sayla réapparut dans le cockpit, l’air un peu requinqué. Elle avait sans doute eu le temps de se reposer un peu. Shola continuait à s’étendre, ressemblant à n’importe quel autre caillou minier qui pourrait se trouver dans un coin perdu de la galaxie. La dévaronienne n’avait rien perdu de sa verve, Mad lui adressa un bref sourire. Elle le taquinait. Un peu comme Karissa pouvait le faire quand elle était de bonne humeur, ou d’humeur bavarde.

- Mad, c’est ce que je préfère.

Il entama les manœuvres d’atterrissage. « L’éternel » pourrait se placer dans l’un des ravins qui striaient la planète. Il serait aisé de d’atteindre le tunnel condamné depuis leur point de chute afin de s’introduire dans le QG ennemi.

- Pas si longtemps à vrai dire. Je suis devenu contrebandier sur la tard, il y a quelques années après qu’Artorias m’ait définitivement écarté de l’armée.

Il ne tenait pas particulièrement à détailler les tenants et les aboutissants de son changement de parcours. Y penser lui suffisait un goût de sang sur la langue et de revoir la chair à même le sol, l’odeur de viande brûlée. Les bruits défaits, irréels, distortionnés dans la jungle. Devaron lui offrait l’occasion de se soustraire à d’autres images qu’il voulait fuir.

- Je suis né sur Nar Shaddaa, non sur Dévaron. Ma mère en revanche a grandi sur Dévaron avant de la quitter. Je ne connais que peu les coutumes de notre peuple même si ma mère me pousse à y aller depuis très longtemps.

Aussi bien pour retrouver ses origines que pour trouver une épouse semblait-il. Mad ne comptait plus le nombre de fois que la question des petits-enfants avait été mise sur le tapis lors de l’une de ses rares visites. Il avait croisé parfois des personnes de son peuple, certes, des mâles surtout. Il n’avait cependant jamais eu cette curiosité qui semblait habiter Sayla. Cette envie de connaître Dévaron, sûrement le fait de n’y avoir jamais posé un pied. Elevé sur une planète cosmopolite (à sa manière), le principe de race lui semblait certes réel mais peu important, peu déterminant.

- Tu n’as pas grandi sur Dévaron non plus ? Pourtant peu de femmes quittent volontairement la planète-mère.

Il fallait bien qu’une partie de la population de son peuple ait un peu de bon sens et tienne la maison pendant que le reste crapahutait ailleurs. Le vaisseau eut un bref soubresaut avant de toucher le sol. Shola n’avait rien d’une destination touristique. Les cultes louches ne pouvaient-ils pas trouver de sympathiques planètes paradisiaques pur s’installer ? Etait-il indispensable de s’enfoncer dans le cliché de la planète aux allures de fin du monde pour montrer qu’on était des êtres sombres et torturés ?

- Bien sûr que j’ai des masques. Me prendrais-tu pour un amateur ? (un mince sourire moqueur se dessina sur les lèvres de Mad) Dans ce compartiment là si mes souvenirs sont bons.

D’un geste brusque, la porte du compartiment avait tendance à opposer une bonne résistance, il ouvrit une sorte de petit caisson rouillé. C’était là-dedans qu’il conservait le matériel qui servait aussi bien à sortir dans l’espace qu’à affronter des atmosphères peu respirables. Il y avait ce type de chose dans de nombreux vaisseaux dont le voyage spatial était constant. Il arrivait parfois qu’il y ait des réparations d’urgence à faire en extérieur, qu’il faille se poser sur des planètes aux atmosphères peu accueillantes. Avoir des combinaisons et des masques étaient donc indispensables : une question de survie.

Un peu de poussière se souleva dans les airs quand il extirpa 3 masques légers qui avaient probablement connu de meilleurs jours. Ils seraient suffisants cependant pour supporter l’air suffocant de Shola, un si joli nom pour une planète si peu hospitalière.

- Equipage, sur la rampe d’embarquement, fit Mad avec le plus grand sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayla Kobarr
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 49
Âge du perso : 29 ans
Race : Dévaronienne
Binôme : Autre compte : Ben Doyle
Autre compte : Darth Valeras
Autre compte : Valerion Scalia (décédé)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
78/78  (78/78)

MessageSujet: Re: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   Mar 17 Jan 2017 - 15:39

Sayla se mordit la lèvre. Quelle idiote elle pouvait être parfois. Evidemment qu'il s'intéressait maintenant à elle et lui posait des questions... C'était bien normal. Mais que pouvait-elle faire? Lui raconter qu'elle avait été une Jedi? Que jamais elle n'avait vraiment connu Devaron, car on l'avait envoyée sur Onderon? Qu'après Artorias elle avait finalement quitté l'Ordre? Artorias... La mention de cette planète par Madigan l'avait surprise. Ainsi il avait été un militaire républicain? Elle comprenait mieux son apparence rigide et sévère maintenant, bien qu'il ne parût pas aussi inflexible dans la réalité qu'à première vue.

Quelles coïncidences quand même... était-ce la Force qui l'avait mise sur le chemin de cet individu si différent d'elle et pourtant plein de similitudes? Ils étaient de la même race, tous deux avaient vu leur vie changer il y a quelques années à la suite d'une même bataille... Tout cela la troublait. Elle se sentait étonnamment en confiance en sa présence, ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps avec qui que ce soit. Pourtant, elle n'arrivait pas à raconter son passé, à se confier... Qu'arriverait-il si elle lui révélait qu'elle était une Jedi? Quels doutes et suspicions s'éveilleraient contre elle? Non, elle se trouvait des excuses. Son sentiment était étrange, mêlé. Elle aurait bien voulu se confier et ce dévaronien lui semblait digne de confiance. Mais comment en être sûr? Elle le connaissait à peine. Sa méfiance naturelle, renforcée par ces dernières années de solitude, prenait le dessus comme souvent. Elle n'avait pas d'amis, se sentait seule mais, malgré ses bravades, s'avérait incapable de faire un pas dans le sens de ce qu'elle désirait. Toujours, elle finissait pas se fermer, se replier sur elle-même. Elle avait toujours eu ce comportement, mais depuis la mort de Maître Wroo'koro puis de Jerel, son amant, les choses ne s'étaient pas vraiment améliorées.

    « Mad, d'accord. Oh non... non, je ne suis pas née sur Devaron c'est juste que... heu, ben, disons que j'ai une histoire familiale compliquée! Pour une Dévaronienne. »


Elle savait qu'elle mentait particulièrement mal. Dans ces cas-là, elle usait souvent de la Force mais vu le bonhomme, cela aurait été sans effet. Ce n'était pas un esprit faible, a priori.

    « Je ne suis pas comme la plupart des femmes de notre espèce... » rétorqua-t-elle avec une malice mêlée de hauteur.


Comme d'habitude, lorsqu'elle perdait un peu de sa confiance en soi, elle se reboostait en allant à fond dans le sens inverse. C'était sa façon à elle de se protéger. Et puis, bon, c'était vrai, non? Elle n'était pas comme la majorité de ses congénères. Elle n'était pas juste belle, sexy, sportive, séduisante... mais pleine d'audace, aventurière! Bref, elle était elle-même et, malgré ses défauts, c'était déjà franchement pas mal. Sayla doutait d'elle-même, certes, mais était au fait de ses qualités.

Le vaisseau se posa dans un des nombreux ravins traversant cette planète inhospitalière. De là, sans doute, pourraient-ils relier le tunnel découvert par la taupe de Kogo. Sayla prit un masque et l'harnacha correctement autour de son cou. Peu à peu, les éléments du vaisseau s'éteignirent tandis que le sas s'ouvrait sur la planète. La Dévaronienne quitta le bâtiment et fut étonnée que la température ne soit pas plus chaude. Certes, il ne faisait pas froid mais tout de même sur une planète volcanique elle s'était attendue à autre chose. Sans doute la situation devait-elle être liée au fait qu'ils soient dans un tunnel, relativement à l'abri des dégagements malsains et des chaleurs torrides.

Avant d'entamer l'aventure, la Jedi prit le soin de cacher sa présence dans la Force, l'entourant d'un voile fin et discret. Elle recourait assez régulièrement à cette technique, et la maîtrisait correctement. Lorsqu'elle appartenait à l'Ordre, elle n'en avait jamais eu vraiment besoin. Mais après l'avoir quitté... Elle s'était rendue compte que toutes sortes d'individus plus ou moins réceptifs à la Force, plus ou moins capables de l'utiliser, peuplaient la galaxie et particulièrement l'Espace Hutt, où l'Ordre Jedi ne pouvait faire grand-chose pour les jeunes enfants. Mieux valait généralement éviter ces individus se prenant généralement pour de puissants Jedi et s'avérant souvent moins capables que bien des padawans d'Onderon. Ces utilisateurs de la Force étaient avant tout de pauvres hères, n'ayant pas bénéficié de l'enseignement procuré par l'Ordre.

    « Bon, Madigan, je te suis. On va tout droit et on espère avoir de la chance? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madigan Obadia
Contrebandier
Contrebandier
avatar


Nombre de messages : 63
Âge du perso : 35 ans
Race : Dévaronien (Nar Shaddaa)
Binôme : Karissa Bron (PNJ)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
52/72  (52/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   Lun 20 Fév 2017 - 14:20

Madigan fixa Sayla quelques instants. Elle avait eu l’air soudainement très mal-à-l’aise. De toute évidence le passé difficile dont elle parlait n’était pas tout à fait derrière elle. Etait-elle fille de négociants ? Avait-elle fugué à un jeune âge pour un galant ? Il était rare que les Dévaroniens ne soient pas nés sur la planète-mère. Lui-même était une exception. Pas forcément le meilleur cela était dit. Naître sur Nar Shaddaa, Dévaronien par-dessus le marché, avait tendance à vous contraindre dans vos choix de vie. Si cela n’avait été autrement grâce à des rencontres providentielles, il aurait fini par devenir bien plus criminel qu’il l’était aujourd’hui. Bien sûr être contrebandier n’était pas une voie professionnelle très bien considérée par la sainte République, mais au moins il pouvait faire ses propres choix sans être obligé d’obéir aux ordres parfois douteux des grosses huiles de l’armée. Tous ces généraux étaient parfois plus obnubilés par leur gloire personnelle, par leur ambition dévorante, que par le bien commun.

- Je vois bien que tu n’es pas comme la plupart des dévaroniennes. Je doute en avoir jamais croisée durant mes… voyages.

Affaires plus ou moins louches ou obscures, il ne le dirait jamais assez mais il n’avait que peu croisé de femmes dévaros. Cela dans n’importe quel coin de la galaxie et encore moins à bord d’un foutu vaisseau miteux en direction d’une foutue planète minière déserte. Enfin supposément déserte. Il n’eut pas le temps de questionner plus la jeune femme.

Il jeta un coup d’œil méfiant par-dessus la rampe de lancement. Le sol semblait couvert d’une fine poussière sombre, surement due à une forte érosion. Nulle trace n’indiquait que des êtres vivants étaient passés par ici récemment. Si présence intelligente, ils avaient dissimulé leur présence. Mad sauta souplement sur le sol, les particules de roches crissant avec un bruit désagréable. Pas un souffle de vent ne venait troubler la planète, qui était dotée d’un calme et mortel silence. Les extractions minières avaient arrêtés il y a longtemps, bien longtemps, pour des raisons qui restaient encore flous. Les filons avaient-ils fini par être taris ? Ce ne serait pas étonnant vu les multiples tunnels qui striaient la planète, témoins d’une exploitation massive des ressources de l’inhospitalière Shola. Ou alors il y avait eu un accident de grande ampleur. Les dégâts causés avaient précipité la chute de la compagnie minière qui avait dû fermer ses portes, laissant la planète inhabitée et avec une bien sinistre réputation.

Il était cependant complexe d’aller plus loin que de simples hypothèses. Madigan Obadia se remémora la carte que leur avait fournie Kogo. L’entrée du tunnel en question n’était pas loin de leur position. Ils n’eurent pas à marcher bien loin pour la trouver. C’était une excavation sombre qui n’avait rien de rassurant. Les marques qui s’étendaient sur les parois indiquaient qu’il ne s’agissait pas d’une cavité naturelle mais qu’elle avait été creusée, sûrement par des engins assez massifs. Les cornes de Mad frôlaient cependant la paroi supérieure. L’endroit n’avait pas été prévu pour un dévaronien adulte de taille légèrement supérieure à la moyenne. Il se baissa légèrement pour plus de précautions avant d’entrer et alluma une sorte de lampe de poche qui éclaira fortement les parois nues du tunnel.

- L’agent de Kogo nous a laissé une marque pour montrer où la partie du tunnel était la plus fragile, là où il est parvenu à déplacer des planches et gravas pour nous faciliter la tâche.

Il baissa la voix. Mad ignorait à quelle distance les quartiers du groupuscule Sith se trouvaient, ou même si le couloir où donnait leur entrée dissimulée était très fréquentée ou non. Il reporta son attention sur ses pas. Les traces de présence intelligente étaient infimes mais visibles. Quelques outils antiques recouverts par une poussière sombre, un lourd wagonnet comme figé dans le temps dans un recoin obscur. L’endroit donnait l’impression de s’être arrêté, comme si l’horloge avait cessé de tourner. Ils débouchèrent finalement sur un cul-de-sac. La sortie avait été bouchée maladroitement par des gravats, comme si le travail avait été réalisé à la va-vite.

Le contrebandier se pencha en avant, fixant les pierres à la recherche d’un signe. Il remarqua que certaines avaient été couvertes de croix blanches qui luisaient d’une douce lueur sous sa lampe torche.

- J’imagine qu’il va nous falloir déplacer ces gravats si nous voulons avancer, murmura-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Shola] Bothan disparue, secte Sith, chronique d'une joie annoncée... PV Sayla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Espace :: Espace Intersidéral-