La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tarask Mordekaar
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 22
Âge du perso : 34 ans
Race : Cathar croisé Trianii
Binôme : Aucun.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Casse la croûte dans une Cantina coruscanti
HP:
80/80  (80/80)
PF:
72/72  (72/72)

MessageSujet: Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)   Lun 31 Oct 2016 - 0:20

Fiche de présentation

Nom : Mordekaar

Prénom : Tarask

Âge : 34 ans.

Race : Cathar.


Côté de la Force :
Lumineux, mais penche souvent dangereusement vers le côté obscur.


Rang désiré :
Chevalier Jedi.

---------------------------------------------------------

Armes :


(Le méyeur dékoupaj laul #expertphotoshop)

Un sabre laser à lame de couleur jaune. Un design plutôt classique et sobre, mais qui ne manque pas d'élégance. Notamment grâce à deux parties externes du sabre : la poignée, ornementée par des gravures stylisées, et la partie en bois qui relie l'émetteur au reste du sabre. Ces deux parties ont été confectionnés sur Cathar, la planète natale de Tarask, par des artisans Cathar de sa connaissance. Un choix plutôt judicieux, puisque les Cathar ont bonne réputation dans le domaine des gravures et du travail du bois. Mais outre la qualité, Tarask a surtout cherché à emmener un peu de son monde natal avec lui à travers la confection de ce sabre. Voir et toucher ce sabre apporte d'apaisants souvenirs au Jedi, ce qui lui permet de reprendre une bouffée d'air frais quand les ténèbres essaient de l'engloutir. En quelque sorte, son sabre fait souvent office de garde-fou.

Autre particularité de ce sabre : il ne comporte pas de bouton/cristal permettant de régler la longueur et l'intensité de la lame, qui restent donc en permanence sur des valeurs fixes, c'est à dire une longueur de lame un peu plus grande que la moyenne, et une intensité standard, mais donc toujours potentiellement mortelle. Ainsi, si Tarask veut s'entraîner avec un autre Jedi, il lui faut prendre un sabre d'entraînement qui ne tranche pas au toucher. Pour ceux qui connaissent bien le Jedi, c'est aussi un indicateur : si Tarask active son sabre personnel, c'est qu'il va passer aux choses sérieuses et défendre farouchement sa vie.

Enfin, le sabre laser de Tarask ne comporte qu'une seule cellule d'énergie au Diatum. Le Chevalier Jedi estime qu'en tant que Sentinelle, il s'expose à un mode de vie ou il ne vivra pas vieux. Sachant qu'une seule cellule d'énergie possède normalement assez d'autonomie pour tenir une espérance de vie humanoïde standard, c'est donc suffisant pour lui. Et c'est un gain de poids non négligeable pour un sabre laser aux dimensions hors-normes, car adapté à la poigne et à la corpulence de son propriétaire.

Pour le reste, le sabre de Tarask est composé de matériaux standard.





Lorsque Tarask se fait passer pour un gladiateur, il s'équipe de cette épée constituée de matériaux des plus classiques. Cette arme a pris de l'âge et des coups, et ses composants s'en trouvent donc usagés. Tarask s'en est servi pour son premier combat de gladiateur, et ne l'a plus jamais quitté. (En clair, il l'a volé depuis le stock d'armes des gladiateurs.)






Une dague traditionnelle Cathar donc Tarask s'équipe lors de ses missions nécessitant une infiltration et/ou un assassinat silencieux. De manière générale, il la porte toujours sur lui, elle est cachée dans sa bure.

---------------------------------------------------------

Caractéristiques :

Force : 5
Crocs, griffes, musculature puissante... Tarask a tout l’attirail du prédateur. D'une machine à tuer. Et il le sait. C'est bien pour cela qu'il mise tout sur une domination physique en combat. Son entraînement dans les formes de combat au sabre laser les plus agressives achèvent de le rendre très dangereux une fois qu'il est à portée de son ennemi au corps à corps. Il peut tuer vite et bien. C'est dans sa nature.

Dextérité : 2
La plupart des Sentinelles Jedi deviennent des experts dans des domaines techniques variés. Tarask dispose de ses propres domaines de prédilection, mais en revanche, il a toujours été plutôt médiocre dans le bricolage, la réparation d'objets en tous genre, bref, les travaux manuels en général. Des grandes paluches et un œil en moins n'aident pas à être efficace et précis dans ce genre de domaine. Cette lacune lui a déjà posé des soucis plusieurs fois au cours de sa "carrière". De même, difficile de viser au blaster avec un seul œil, et son style au sabre laser est assez brut, sans moulinets ou autres mouvements du poignet. De ce fait, sa capacité de déviation de tir de blaster s'en trouve franchement limitée. La forme Soresu n'est pas son fort.


Agilité : 4
De par son agilité féline naturelle, Tarask peut bondir haut, et loin. En général, grâce à ses griffes, l'escalade ne lui fait pas peur, et en cas de chute, un chat, même bien dopé, retombe toujours sur ses pattes. De même, le Cathar compense ses capacités défensives limitées par une bonne aisance en esquive. De manière générale, les bonds, roulades, déplacements vifs et actions furtives ne lui font pas peur.


Constitution : 4
Avec sa carrure et sa rigueur dans les entraînements physiques, Tarask est devenu assez endurant face à l'effort et la douleur physique. De plus, sa nature de Cathar lui donne des capacités de guérison et de régénération des tissus supérieure à la moyenne des autres humanoïdes. Bien qu'il préfère la furtivité et les coups sournois, la ligne de front ne lui fait donc pas peur pour autant, de manière générale. Il y a sans doute plus endurant que lui encore, mais il peut déjà encaisser davantage que beaucoup de personnes lorsqu'il s'agit de blessures physiques.


Intelligence : 5
Tarask a toujours accordé un point d'honneur à la culture et au savoir sous toutes ses formes. Il est toujours curieux d'apprendre et d'étoffer des connaissances générales. Il assimile vite ces mêmes connaissances et sait ensuite en tirer profit. Il fait également preuve d'intelligence à travers ses missions d'infiltration et est souvent insaisissable. De même, à défaut de ses piètres performances en travaux manuels, Tarask brille en informatique. Pirater, reprogrammer, analyser des données, s'en servir et/ou les modifier font partie de ses atouts techniques. Autre facette de son intelligence : de par son apprentissage des techniques ennemies, Tarask est devenu un bon stratège de guerre. Enfin, il est suffisamment malin et rusé pour se faire passer pour une toute autre personne lors de ses missions d'infiltration et d'espionnage. Sa capacité d'adaptation lui a même déjà valu le soupçon d'être un agent double, dont l'allégeance véritable est finalement inconnue. Et le fait est qu'il ne cherche pas à se débarrasser de cette méfiance, bien au contraire : il s'en sert comme d'une couverture et pense même que cette part de mystère autour de lui est le signe qu'il fait bien son travail.


Sagesse : 2
Le principal point faible de Tarask se trouve dans son utilisation de la Force, clairement médiocre pour un Chevalier Jedi. C'est limite à se demander s'il est sensible à la Force parfois. Par exemple, faire léviter un objet lui demande un effort mental colossal. Son rapport avec la Force a toujours été un peu instinctif, bestial. Par exemple, il peut déclencher une vague de force lorsqu'il est acculé, instinctivement, sans même l'avoir vraiment décidé. En gros, son utilisation de la Force devient potable dans des situations extrêmes ou sa survie est en jeu, mais autrement, un padawan ferait mieux. Le seul pouvoir qu'il maîtrise plutôt bien est le Voile de Force.


Charisme : 4
Tarask ne parle pas beaucoup, mais quand il parle, on l'écoute, car même s'il n'aime pas les grands discours, il a souvent des mots justes. Sa carrure, son regard dur et sa voix grave lui octroient une bonne capacité d'intimidation. Il sait impressionner et tenir les gens en respect. Il a aussi des bons talents de leader. Mais pour le reste, il demeure peu bavard, et préfère bien souvent garder ses pensées pour lui plutôt que de chercher à donner son avis dans une conversation de groupe, sauf s'il juge son avis nécessaire. Et même s'il sait se montrer poli, courtois et respectueux, cela n'en fait pas un grand charmeur.

---------------------------------------------------------

Pouvoirs

Amélioration des Capacités (niveau 1)
Détection (niveau 2)
Télékinésie (niveau 2)
Voile de Force (niveau 2) + 1
Protection de Force (niveau 1)
Absorption de Force (niveau 1)
Guérison (niveau 1)
Persuasion 

+ Vague de Force (niveau 1)

(Amélioration du Voile de Force et obtention de la Vague de Force)

---------------------------------------------------------

Points Forts :

- En qualité de Sentinelle Jedi, Tarask dispose désormais d'une aisance dans les domaines de l'informatique et de l'électronique. On apprécie souvent sa présence dans des endroits ou ses compétences peuvent être mises à l'épreuve (vaisseaux, complexes et secteurs urbains ou privés) et/ou si l'on a besoin d'un pirate informatique.

- Dans le même contexte, vous pouvez compter sur lui pour des missions d'infiltration, d'espionnage, de sabotage ou d'assassinat. Il fait également un bon éclaireur.

- Pour avoir passé des années au sein de cartels criminels, ou même au sein de l'Empire Sith, Tarask dispose désormais de bonnes connaissances sur les ennemis de la République et de l'Ordre Jedi. Tactiques militaires, organisation administrative ou religieuse, ; logistique, hiérarchie, présence cachée ou non sur tel ou tel monde, culture, etc. Des connaissances inestimables qui ont plusieurs fois permis d'avoir l'ascendant sur l'ennemi et le repousser d'un secteur donné, par le passé. Tarask est un partisan de l'adage «  Pour vaincre ton ennemi, apprends à le connaître. ».

- De ce fait, le Cathar est devenu un bon stratège de guerre avec le temps, et possède de bonnes capacités de commandement.

- Même s'il semble manquer d'altruisme et d’abnégation en apparence, Tarask est en vérité très protecteur, surtout envers l'Ordre Jedi, qu'il considère comme une famille d'adoption. Sa dévotion et sa loyauté pour lui est sans failles, et il se sacrifierait volontiers pour sauver un Jedi. Un sens du devoir et de l'honneur bien cachés derrière un égocentrisme apparent.


Points Faibles :

- Une connaissance de la politique galactique plutôt faible. En fait, cela ne l'intéresse pas spécialement. Il se méfie des personnes de pouvoir, qu'il juge aussi hypocrites que lui lorsqu'il serre la main à un chef de cartel pour mieux le tuer par la suite en retournant ses hommes contre lui. Il se contente de suivre les news sur l'Holonet vis-à-vis de la politique et des lois votées par le Sénat, mais se garde bien d'en faire plus. Pour lui, une seule certitude : Il faut détruire l'Empire et les Sith. Généralement, il se contente de cela. Et de toute façon, pour lui, les ficelles du pouvoir sont un système trop compliqué et obscur pour être honnête. Il fait toujours en sorte de minimiser son temps passé au Sénat lorsqu'il doit s'y rendre.

- Sa haine des Siths. C'est un combat qu'il mène contre lui-même depuis son premier affrontement contre un Sith. Les séances de méditation et les tests psychiques qu'il a suivi auprès de son maître, ainsi que les Épreuves passées pour devenir Chevalier Jedi l'ont aidé à garder le contrôle de ses émotions et à instaurer la paix en lui. Mais de par son passé, il y a toujours une part de frustration lorsqu'il affronte un Sith. Chaque combat engagé contre ces derniers peut potentiellement le faire s'approcher dangereusement du côté obscur. Son style de combat, souvent agressif, achève d'inspirer la méfiance au sein de l'ordre Jedi.
Il semble toujours avoir eu le recul que l'on attend d'une Sentinelle, mais n'est-ce qu'une façade ? Le côté obscur finira-t-il par l'engloutir ? A-t-il déjà son emprise sur lui? Personne ne peut vraiment le déceler... Pas même lui.

- Une remarquable opiniâtreté et des idées bien arrêtées. Il est difficile de lui faire changer d'avis, et il admet rarement avoir tort.

- Il est assez individuel et n'aime pas être en groupe. Il compte surtout sur ses propres capacités. Il n'est pas non plus indiscipliné et sait obéir à des ordres, même s'il a du mal à obéir à un ordre qui ne lui semble pas bon. Il aura peut-être tendance à ne pas appliquer à la lettre ce qu'on lui demande et faire à sa sauce s'il en a l'occasion.

- De part sa capacité naturelle de guérison et son habitude de Sentinelle à ne compter que sur lui, Tarask a quelque peu délaissé des disciplines telles que la médecine. A part pour des gestes de premiers secours, il ne faut pas compter sur lui pour guérir ou soigner quelqu'un. De ce fait, il a de piètres connaissances en botanique également.

- Ses lacunes dans l'utilisation de la Force. Tarask a toujours eu un rapport assez sauvage avec la Force. Son instinct est excellent, mais manipuler la Force reste étrangement compliqué pour lui. Le seul moment ou il parvient à en faire correctement son alliée est pour accroître ses capacités physiques, ou pour se dissimuler grâce au Voile de Force, un pouvoir bien souvent nécessaire pour une Sentinelle. Bien évidemment, avec le temps, l'expérience et l'entraînement, il est parvenu à assimiler les bases, sinon il ne serait pas Chevalier Jedi aujourd'hui. Mais là ou un Padawan maîtriserait avec aisance la télékinésie, une poussée de force ou une génération de protection, Tarask est toujours d'un niveau très moyen.

---------------------------------------------------------

Caractère :

Si l'on pose la question à l'ordre Jedi, la plupart de ses membres vous diront qu'ils ne savent pas sur quel pied danser avec Tarask. Il accomplit ses missions avec brio, mais est trop pragmatique. Ses méthodes sont discutables pour un Jedi. Et le fait qu'il soit toujours aux limites du côté obscur accentuent son côté imprévisible, chaotique. On a souvent l'impression que sa loyauté envers l'Ordre Jedi peut voler en éclats sur un coup de tête, qu'il est un peu trop accentué sur la guerre contre les Sith alors qu'il devrait consacrer son existence à préserver la paix, etc. En bref, on ne lui trouve pas beaucoup de bons côtés. Il fait plus peur qu'autre chose aux Padawans, les Chevaliers se méfient de lui, et les Maîtres ont tendance à le surveiller pour prévenir un éventuel basculement vers le côté obscur. Mais il s'en fiche. Pour lui, l'Ordre Jedi est sa nouvelle famille, son clan d'adoption. Même si ce dernier le rejette, il fera tout pour lui. Tarask est un Cathar, et ceux qui connaissent les Cathar savent que leur loyauté est sans failles.
En tant que fils d'un chef de clan traditionaliste Cathar, Tarask est fier, peut-être même un peu trop. C'est ce qui lui permet d'ailleurs de conserver sa prestance alors que l'Ordre Jedi se méfie de lui.

Toutefois, la plupart des êtres proches du Cathar mesureront leurs propos, et diront que Tarask a deux visages.

Il y d'abord la facette du quotidien. De manière générale, Tarask est calme et avare en paroles. Mais il est quand même agréable de converser avec lui, car il a souvent des mots justes, issus d'une expérience de vie assez concrète. Il va toujours droit au but lorsqu'il prend la parole. Il est franc. Son regard est toujours ferme, l'expression de son visage est dure, mais sa voix est paradoxalement posée, voir paternelle, grave. Il aime la franchise et la simplicité, et déteste les chichis, le beau parler, les compliments exagérés, les mondanités. Il se moque bien souvent du regard des autres et n'a pas peur d'être jugé. En fait, il semble n'avoir peur de rien, et il gère bien son stress au quotidien. Il n'est pas du tout cupide, et se moque même éperdument de l'argent, qui n'a aucune valeur dans sa vie. Il peut toutefois se montrer orgueilleux et arrogant, tout comme il peut parfois juger trop vite. En somme, ce sont les premiers instants de sa vie, passés au sein de son clan sur Cathar, qui ont déterminé le profil psychologique de Tarask aujourd'hui. Par ailleurs, il se montre bien souvent bienveillant avec les jeunes Padawan. Il veille sur eux comme il veillerait sur les petits de son clan. D'ailleurs, on peut noter quelque chose à ce sujet : Tarask est souvent prêt à accomplir des actes moralement et éthiquement discutables pour accomplir ses missions, mais son côté paternaliste lui fera toujours rechigner à s'en prendre à des enfants d'une quelconque manière. Il considère cela comme un acte véritablement monstrueux.

Tout ceci constitue la personnalité qui n'est montrée qu'en temps normal, ou à ses proches. Mais le second visage est bien différent.

Ce visage est visible quand Tarask est sur un champ de bataille, dans une arène ou lorsqu'il affronte un ennemi. C'est le visage du guerrier Cathar, du prédateur qui traque sa proie et qui consacre toutes ses forces à sa survie, et à la mort de son ennemi. Dans ces moments-là, le profil psychologique de Tarask tient plus de celui d'un animal que celui d'un humanoïde. Mais sa conscience ne s'en va pas totalement non plus, sans quoi il en deviendrait incapable de se battre avec un sabre laser. C'est juste que son instinct reprend le dessus, et il ne s'en va qu'une fois l'adrénaline redescendue. Et lorsqu'il se bat contre un Sith, c'est encore pire, car ses farouches instincts s'accompagnent d'une vindicte largement que n'importe qui peut ressentir. Autant dire que contre un Sith, le Cathar devient très dangereux, même pour lui-même, car non seulement il peut lui arriver de s'approcher du côté obscur de très près, mais en plus il est prêt à prendre des risques inconsidérés pour abattre son ennemi.

Dans des missions plus classiques d'infiltration, d'espionnage ou de sabotage, Tarask se montre néanmoins bien plus malin. Il est capable de cacher ses émotions et toutes ses véritables intentions, aussi bien auprès de ses ennemis que de ses alliés. Il devient insondable. Rares sont les personnes qui parviennent à déceler ce qu'il pense vraiment dans ces moments-là. Il ferme totalement son esprit et ne laisse passer aucune intrusion. Il n'existe plus que deux choses : lui et son objectif. Il est aussi tout à fait capable de changer son comportement pour avoir l'impression d'être totalement quelqu'un d'autre, afin d'assurer sa couverture.

Bref, c'est un Cathar aux mille visages, mais sa véritable personnalité ressort principalement au sein du temple Jedi, en présence d'amis, ou d'enfants, mais aussi lorsqu'il retourne sur sa planète natale.

Un autre point notable concernant Tarask : son clan a adopté une sorte de religion centrée sur les étoiles comme divinités créatrices de vie et guides bienveillants dans la nuit. Le Soleil de Cathar ne déroge pas à la règle et serait leur divinité attitrée. Les quelques rares Cathar du clan qui ont montré une sensibilité dans la Force sont nommés « Elus des étoiles » et sont ainsi catapultés en haut de la hiérarchie sociale, plus importants encore que le chef du clan. Bien que Tarask se soit détaché de son clan, il a néanmoins conservé une certaine foi en cette religion.

---------------------------------------------------------

Description Physique :



Tarask est un beau bébé Cathar faisant aujourd'hui 2m10 pour 120 kilos. Et en tant que semi-race féline, sa masse graisseuse est moins présente que chez d'autres races. De toute manière, le Jedi est un modèle de puissance physique de la tête aux pieds. Son pelage est d'un blanc-gris assez doux, qui n'agresse pas les yeux, même si l'on peut distinguer des motifs noirs sur son visage. Ses cheveux sont en vérité une longue crinière parsemée de tresses et autres dreadlocks.

Ses yeux sont d'un très beau bleu-ciel. Enfin... l’œil qui lui reste, en réalité. En effet, une longue balafre remplace désormais son œil gauche. C'est un vestige de son premier combat contre un Sith, qui lui a tranché cette partie du visage avec son sabre laser.

Un long pagne, des brassières et des lanières de cuir autour de bras, des jambes et du haut du corps constituent les seuls vêtements du Cathar, et c'est ainsi qu'il apparaît sans sa bure de Jedi. D'ailleurs, s'il n'emporte pas sa bure de Jedi avec lui, il prend le temps de s'équiper d'épaulières en métal doré, qu'il fixe aux lanières croisées en X autour de son torse. Mais c'est désormais assez rare, il le fait notamment lorsqu'il se fait passer pour un gladiateur. Autre fait notable : il reste pieds nus.



Mais à présent, Tarask ne se sépare pratiquement jamais de sa bure Jedi et ne la retire que pour se battre, ou pour mieux s'infiltrer chez l'ennemi. Il prend soin de couvrir son corps peu vêtu pour ne pas paraître outrancier, et rester un exemple pour les Padawans. De ce fait, sa bure est un peu plus resserrée que chez les autres Jedi, notamment au niveau du ventre. Mais son torse, ses cuisses et ses jambes sont laissées à découvert. En revanche, il met rarement sa capuche : à titre d'exemple, il aime bien la pluie, elle ne le dérange pas. Il ne se couvre la tête que dans des climats extrêmes, ou s'il cherche à passer inaperçu. Autre particularité de sa bure : elle est pourvue d'un trou pour laisser passer sa queue féline. Le clan du Cathar dispose d'ailleurs de quelques particularités physiques : le bout de leur queue est touffue, ce qui n'est pas forcément le cas chez les Cathar en général. De même, elle est un peu plus longue. C'est aussi parce que leurs pattes arrière sont plus proéminentes et ressemblent davantage à celle d'un félin que Tarask reste pieds nus. Elles n'empêchent cependant pas du tout de rester debout, ce qui fait que le Cathar est autant à l'aise debout qu'à quatre pattes.

Un point, cependant, qui est similaire à tout autre Cathar : leurs ongles sont des griffes rétractables.


Dernière édition par Tarask Mordekaar le Mar 15 Nov 2016 - 17:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarask Mordekaar
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 22
Âge du perso : 34 ans
Race : Cathar croisé Trianii
Binôme : Aucun.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Casse la croûte dans une Cantina coruscanti
HP:
80/80  (80/80)
PF:
72/72  (72/72)

MessageSujet: Re: Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)   Lun 31 Oct 2016 - 0:52

Histoire


---------------------------------------------------------

Chapitre 1 : Naissance

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...

3518 avant la Bataille de Yavin, Région d'Expansion, planète Cathar.

Le grand soleil de la planète se levait sur les vastes plaines et prairies parsemées d'arbres géants de la planète. Le froid de la nuit s'en allait peu à peu, laissant place à une douce chaleur matinale. La nature s'éveillait doucement. Tout semblait d'une incroyable quiétude. Le silence n'étant interrompu que par des bruits de criquets et autres chants d'oiseaux. Du moins... dans un premier temps.

« Apportez de l'eau ! Vite ! »

Une voix, puissante et grave, retentit soudain depuis l'une des nombreuses cités arbres Cathars de la planète. Elle est rapidement suivie de gémissements plaintifs. La plupart des Cathars de cette cité-arbre s'éveillent et se demandent alors, encore somnolents, ce qui se passe. La voix et le gémissement provient de la cime de l'arbre. L'habitation du chef de clan... Il y a un problème. Des guerriers se lèvent alors, laissant derrière eux leurs femmes et leurs enfants inquiets, pour rejoindre la dite habitation. Rapidement, les gens s'amoncellent devant l'entrée de la grande « tanière » creusée à même le bois. Une femelle Cathar surgit alors de l'ombre, et par des gestes amples, invite la tribu à reculer.

« Kaletha est en train d'accoucher ! Nous avons besoin d'espace et d'air pour elle et son petit. Reculez, s'il vous plait ! »

D'abord surprise, puis intriguée, la foule s'exécuta néanmoins, dans un léger brouhaha. Elle laissa le pont principal libre pour permettre une circulation fluide et rapide à celles qui en ont besoin : les plus proches femelles de la femme du chef s'improvisèrent en sage-femme. De temps à autre, l'une d'elle s'échappa de la tanière précipitamment, disparut dans la cité-arbre et revint quelques minutes plus tard avec du matériel médical, de l'eau ou des serviettes. Les plaintes de Kaletha ne cessèrent de se faire entendre : l'accouchement était douloureux. Les minutes semblèrent interminables, le suspense était insoutenable pour la foule amassée devant la tanière du chef.

« Courage, ma bien-aimée. Bats-toi comme une vraie Mordekaar ! 

- On voit bien que tu n'auras jamais à mettre au monde un enfant, Gralthar !

- Tenez bon, Kaletha, c'est bientôt fini. Il arrive ! »

La foule ne parvenait pas à retenir son excitation. Les gens étaient impatients. Certains essayaient de s'approcher, mais tout de suite, des guerriers s'auto-disciplinèrent et se placèrent devant l'entrée pour empêcher quiconque de s'approcher. Un dernier cri, presque un rugissement plaintif, résonna depuis le fond de la tanière. Et puis plus rien. Un silence assommant. Les gens se regardèrent, se demandant ce qui se passe. Ils prirent peur pour la mère et pour le petit.

Et c'est alors que, petit à petit, des pleurs de bébés s’élevèrent. Il semblaient même s'approcher de l'entrée de la tanière. Les guerriers s'écartèrent, et le chef du clan, Gralthar, un grand et puissant Cathar, sortit triomphant, arborant son enfant au dessus de sa tête, tel un trophée.

« Écartez-vous, qu'il puisse être béni par la lumière du jour ! Ha ha ! C'est mon fils ! Tarask ! Je ferai de toi un grand chef ! »

La foule acclama la venue au monde de Tarask, fils de Gralthar et de Kaletha Mordekaar. Rapidement, des festivités s'organisèrent au sein de l'arbre-cité, et des fresques furent gravées à même le bois pour mémoriser à jamais cette scène. Les guerriers firent entendre leurs rugissements dans les plaines pour acclamer l'arrivée de leur futur chef. Dans la tanière, Kaletha se reposa, observant de loin tout ce remue ménage. Elle regarda son époux faire le zouave en montrant son fils au soleil, et elle ne put s'empêcher de sourire, d'un bonheur simple et maternel.
---------------------------------------------------------

Chapitre 2 : Tarask rejoint l'Ordre Jedi

3513 avant la Bataille de Yavin. Tarask a désormais 5 ans.

« Écarte bien tes mains sur ta lance, pour te donner plus d'allonge et de force. Fais attention à ne pas emmêler tes bolas... »

Gralthar et son fils rentraient de la chasse, tranquillement. Le chef, transportant la carcasse d'un animal tué à la seule force de son corps, profita du chemin du retour pour enseigner quelques leçons de chasse et de combat à son fils. Ils n'étaient plus très loin de leur arbre-cité. C'est alors qu'un guerrier Cathar, faisant office de messager, se précipita vers eux. Ils s'arrêtèrent net, le laissant venir à eux.

« Puissant Gralthar, un étranger est arrivé. Il dit appartenir au clan Jedi, et il souhaiterait vous voir. »

« Hoo. Un Jedi. Ça faisait longtemps. Dis-lui qu'il peut entrer dans la tanière, j'arrive tout de suite. »

Après un salut respectueux, le guerrier repartit en trombe, courant à quatre pattes. Gralthar et son fils, quand à eux, reprirent la marche tranquillement.

«  Papa, c'est quoi un Jedi ?

- Tu vas voir, mon fils. Mais pour le moment, reste concentré. Je disais quoi, déjà.. Ah oui, les bolas... »

Un quart d'heure de marche plus tard, les deux Cathars arrivèrent à l'arbre-cité. Gralthar emmena d'abord son fils au banquet quotidien du rez-de-chaussée, afin d'y déposer l'animal et le laisser aux cuisiniers et autres bouchers. Puis, ensemble, les deux Cathar montèrent vers la cime de l'arbre, pour rejoindre leur tanière.

A l'intérieur, des torches disposées en cercle tout le long du mur offraient à la salle un jeu de clair-obscur mettant le trône en évidence, pour le faire paraître plus impressionnant. Il n'y avait d'ailleurs pas que des torches sur les murs : partout, l'on pouvait voir des fresques gravées dans le bois, représentant les grands moments du règne de Gralthar et de ceux de ses ancêtres. La tanière était assez grande et offrait un large espace en face du trône de bois surélevé, accessibles avec quelques marches. Un espace prévu pour un rassemblement en face du trône.

Le Chevalier Jedi, un humain d'une trentaine d'années, brun aux cheveux mi-longs, disposant d'un physique avantageux, d'une barbe de trois jours et d'un regard bleu océan se tenait au centre de cet espace, les mains jointes devant lui dans ses manches, au niveau du ventre. Il attendait patiemment l'arrivée du chef en conversant avec Kaletha, qui se tenait à coté du trône et qui lui expliquait la signification de certaines fresques en les montrant du doigt. Gralthar, suivi de très près par son fils fit alors s'étendre son ombre depuis l'entrée de la salle, avant de s'avancer d'un pas tranquille mais noble.

« Mes respects, puissant Gralthar. Votre épouse vient tout juste de me raconter quelques uns de vos hauts-faits... »

« Boah, trois fois rien. » Gralthar fit un geste ample de la main, faussement modeste. Il croisa le Jedi et inclina la tête en réponse à ce dernier, qui venait d'exécuter le même geste. Il reprit alors, en se dirigeant puis en s'asseyant sur son trône :

«  Salutations, Jedi. Je me souviens de ton clan. Il est puissant et se bat pour la paix à travers les mondes dispersés entre les étoiles. Que me vaut le plaisir ?

- Hmm, on m'a dit, en effet, que vous aviez déjà rencontré un Jedi par le passé. A l'époque, il vous a sans doute parlé des Sith, je me trompe ?

- Hmmm... oui, ça me dit quelque chose. Votre clan rival, c'est ça ? Des gens mauvais qui veulent la guerre et dominer les mondes que vous défendez... »

Gralthar énonca ses souvenirs, pensif, se tenant le menton, tout en observant son fils venir vers lui, pour finalement se tenir aux côtés de son père.

« C'est cela, en quelque sorte. Votre clan est une exception chez les Cathars, et l'ordre Jedi s'intéresse à vous, pour votre culture, vos traditions que vous gardez alors que la plupart de vos semblables se tournent vers la modernité et les nouvelles technologies depuis un bon moment, déjà.. et aussi et surtout, pour votre propension à la paix malgré vos talents guerriers irréfutables. C'est pour cela que nous considérons comme des amis, et qu'en tant qu'amis, nous venons malheureusement vous faire part d'une nouvelle inquiétante. »

Le petit Tarask haussa sa tête vers son père, affichant une mine inquiète. Gralthar fronça légèrement les sourcils.

« Et quelle est-elle ? »

Le Chevalier Jedi ferma les yeux, affichant une expression grave.

« Des Sith auraient été aperçus dans les secteurs de Dromund Kaas et de Korriban. C'est une information qui demande encore confirmation, mais si c'est la vérité... Alors les Sith seront bientôt de retour. Ce peut être demain, dans quelques jours, des mois, des années...en ce qui nous concerne, nous préférons prévenir que guérir, et c'est pour cela que je suis là. Nous tenions à vous avertir. Vous aurez peut-être à défendre votre monde prochainement. »

Il rouvrit les yeux durant son annonce, mais arbora un visage qui se voulait plus rassurant à son terme, pour finalement reprendre :

« Mais sachez cependant que vous disposerez de toute le soutien de l'Ordre Jedi et de la République si jamais cela arrivait. »

Gralthar écoutait, se tenant toujours le menton, le coude posé sur l'accoudoir droit de son trône. Il semblait réfléchir pendant le monologue du Jedi. Lorsque ce dernier finit de parler, il hocha la tête avant de se lever, pour faire une sorte de déclaration officielle.

« Merci pour cette mise en garde, Jedi. Je ne saurai dire pour le reste des Cathar, mais en ce qui nous concerne... J'ai déjà vu un Jedi en action. Ce sera un honneur que de nous battre à vos côtés, si jamais cela arrivait comme vous dites. Nous vous apporterons nos lances, nos crocs et nos griffes en renfort. Nous nous tournerons toujours du côté de ceux qui cherchent à apporter la paix. »

Tarask hocha la tête en souriant innocemment, idolâtrant son père. Kaletha sourit également, mais semblait plus inquiète. L'annonce d'une éventuelle guerre n'est jamais agréable. Le Chevalier Jedi s'inclina humblement.

« C'est tout à votre honneur, puissant Gralthar. Je vais repartir ce soir pour apporter la nouvelle auprès de l'Ordre Jedi. Puis-je rester au sein de votre arbre en attendant ? J'aimerai faire le pont entre votre clan et l'ordre, mais pour cela, j'ai besoin d'en apprendre plus sur vous. Votre culture m'intéresse beaucoup. »

En effet, le Jedi était un Consulaire, généralement chargé de la diplomatie et du savoir au sein de l'ordre. Gralthar accepta d'un ton enthousiaste :

« Avec plaisir, Jedi. Commencez donc votre apprentissage en goûtant à ce que j'ai rapporté tout à l'heure, un mets de choix. Sa viande est tendre, et nous y ajoutons une petite sauce personnelle : du sirop confectionné à partir de notre arbre. Vous m'en direz des nouvelles. »

Le Jedi se mordit les lèvres. Cela avait l'air délicieux ! Il s'inclina de nouveau, enjoué à l'idée de se joindre au banquet. Mais soudain, il fronça les sourcils. La Force le prévint d'un danger.

Un guerrier Cathar fit irruption dans la pièce et confirma ce pressentiment en donnant l'alerte :

« Puissant Gralthar ! Une horde de Kiltik fonce droit sur notre arbre ! »

Une agitation planait déjà dans la cité, à la vue de ce danger de loin. Les Kiltik sont une race insectoïde visible uniquement sur Cathar. Une nuée s'approchait dangereusement de l'arbre géant. Gralthar fronca alors les sourcils, affichant une expression guerrière :

« Aux armes ! Protégez notre foyer !

- Je vais vous aider.

- Volontiers, Jedi ! Cela va être un plaisir de revoir un membre de votre clan manier... euhm... votre enfin de mort, là ! »

Le Chevalier sourit légèrement avant de s'emparer de son arme et de l'activer. Une lame d'énergie verte surgit alors de l'instrument, dans un son éclatant, avant de laisser place à un bourdonnement apaisant.

« Un sabre laser.

- Oui, voilà ! Ça a l'air vraiment trop dangereux. Très peu pour moi ! Je me contenterai volontiers de ma double hache !

- C'est tout aussi dangereux, mon chéri. »

Bien sûr, Tarask était fier de voir son père s'emparer de l'arme transmise de chef en chef chez les Mordekaar. Mais il ne put s'empêcher de loucher sur le sabre laser. Il n'avait jamais rien vu de tel. Il fixa la lame de lumière, attiré comme un insecte par une lampe. Était-elle si dangereuse ?

« Tarask, tu restes ici. Veille sur ta mère.

- Si vous le souhaitez, je vais rester ici et veiller sur eux.

- Faisons comme ça ! Je vais rejoindre mes guerriers. »

Gralthar bomba le torse, armé de sa double hache, prêt à en découdre, avant de se ruer vers la sortie de la tanière pour rejoindre ses hommes à l'entrée de l'arbre-cité. Tarask rejoignit sa mère, obéissant au doigt et à l’œil à l'ordre de son père. Sa mère le retint près d'elle. En vérité, elle était plus à même de défendre son fils que l'inverse.

Après quelques minutes, l'attaque des Kiltik débuta. Une Horde d'insectoïdes se rua sur l'arbre géant, mais les Cathar, dont la férocité et les prouesses au combat son légendaires, ne l'entendit pas de cette oreille. Partout au sein de la cité, le combat fit rage. Les femmes et les enfants s'enfermaient dans leurs maisons de bois, tandis que les guerriers repoussaient l'envahisseur et l'empêchait de circuler librement dans les rues. A la cime de l'arbre, le Chevalier Jedi fit une démonstration de ses talents au combat. Il employa un style agile, rapide et vertigineux par ses sauts périlleux et autres acrobaties : il s'agissait de l'Ataru, une des formes de combat crées par les Jedi, et sans nul doute une des plus exigeantes physiquement, mais plutôt adaptée à l'ennemi qu'affrontait le Chevalier actuellement : des insectoïdes l'attaquant de tout part, tantôt sur terre, et tantôt par les airs.

Hélas, bien qu'il gardait l'entrée de la salle du trône efficacement, il ne put empêcher l'entrée d'un des Kiltik, qui se rua alors sur Kaletha et Tarask. La mère du Cathar le repoussa sur le côté, avant de pousser un rugissement guerrier. Elle sortit ses griffes et bondit sur l'insecte, lui infligeant rapidement de sévères blessures. Mais elle fut repoussée et éjectée un peu plus loin au sol par le Kiltik, qui jeta alors son dévolu sur le jeune Tarask. Il se rua sur lui avec une telle vitesse que ni Kaletha, ni le chevalier Jedi, ne purent s'interposer.

Paniqué, acculé et en même temps furieux que l'on s'en soit pris à sa mère, Tarask essaya alors désespérément, de manière instinctive, de repousser son agresseur en lui « rugissant » dessus. Mais il ne s'attendit pas à un tel résultat : le Kiltik fut comme catapulté dans le mur intérieur de la salle avant de chuter lourdement au sol, sonné. Le Chevalier Jedi bondit alors sur lui pour l'achever rapidement, un coup mortel immédiat pour ne pas le faire souffrir davantage. Puis, dans le chaos ambiant, il se tourna alors lentement vers le jeune Cathar, stupéfait. Le petit lui-même n'en revenait pas. Il regarda ses mains, se demandant si c'était vraiment lui qui avait fait ça. Il était partagé entre trouver ça cool et en être effrayé.

« Votre enfant... est sensible à la Force... »

Le Chevalier affirma cela en fixant d'abord Tarask, puis en tournant son regard vers sa mère, qui elle-même regarda alors son fils alors qu'elle se relevait péniblement, avant de reporter son attention sur le Jedi.

« Je... ne sais pas de quoi vous parlez, mais... il fait ce genre de chose depuis tout petit. Quand il a une émotion intense, de la colère, de la peur, de la joie... Il se passe ce genre de choses. On dirait que... oui, il a des pouvoirs. Dans notre clan, ceux qui ont ce genre de pouvoir sont appelés « élus des étoiles ».

« Votre fils possède le même genre de pouvoirs que les miens. Il pourrait devenir un Jedi... mais nous reparlerons de ça après. Restez bien cachés. »

La bataille continua ainsi pendant encore une bonne demi-heure qui sembla interminable pour les combattants. Les Kiltik furent finalement repoussés. Il fut temps de constater les dégâts... des bâtiments et des installations saccagées, des guerriers blessés, certains grièvement, mais par chance, pas de morts à pleurer. Galthar organisa son peuple pendant une partie de la soirée et de la nuit. Le Chevalier Jedi décida de rester jusqu'au lendemain. Tarask, lui, eut le sommeil léger, repensant à ce qu'il s'était passé et à ce qu'avait dit le Jedi sur lui.

Le Lendemain, le Chevalier Jedi attendit jusqu'à l'après-midi, à un moment ou Gralthar était un peu moins chargé. Ce dernier souhaitait raccompagner le Jedi à son vaisseau, pour le remercier d'avoir défendu la ville. Il vint avec sa femme et son fils à la sortie de la cité. Le Chevalier Jedi vint à son tour à leur rencontre, après avoir ouvert le cockpit de son vaisseau pour se préparer au départ.

« Merci encore pour votre aide, Jedi. Vous serez toujours la bienvenue ici. »

Le Chevalier Jedi hocha la tête humblement, puis il prit la parole, le visage sérieux.

« Il y a quelque chose dont je dois vous parler avant de partir. C'est au sujet de votre fils. »

« Oui, ma femme m'a tout raconté. Et le petit est encore un peu sous le choc... Et je le comprends. Mais si ça s'est vraiment passé comme ça... alors c'est un élu des étoiles. Un peu comme vous. »

« Oui. En vérité, il détient un pouvoir qu'il ne contrôle pas encore. Et en vérité, s'il n'est pas formé pour le maîtriser... ce pouvoir pourrait se retourner contre lui un jour. Il peut devenir une menace pour les autres, comme pour lui-même. »

« J'suis pas un monstre ! »

Le petit Tarask pleura de colère et de peur. Le Chevalier Jedi se mit à genoux et le rassura.

« Non, Tarask. Tu n'es pas un monstre. C'est un véritable don que tu as. Des pouvoirs que nous pouvons t'apprendre à utiliser. Comme ceci. » Le Chevalier Jedi utilisa alors la télékinésie pour faire léviter son Comlink entre lui et le petit Cathar, qui observa le spectacle, stupéfait. Au final, ça avait l'air sympa, c'était comme faire de la magie. Son âme innocente souhaitait désormais apprendre.

« Mais... il faut que j'aille avec vous, c'est ça ? »


« Hélas, j'en ai peur, oui. Mais cette décision ne m'appartient pas. » fit le Chevalier Jedi avant de se relever et d'observer ses parents, qui semblaient y réfléchir longuement. Tarask, quand à lui, était tout d'un coup triste de quitter sa famille, son peuple, et même son monde. Il n'était plus très sûr d'en avoir envie.

Gralthar s'adressa à sa femme.

« Une guerre se prépare, Kaletha. S'il peut apprendre à utiliser le pouvoir des étoiles, et qu'il revient un jour nous aider... Il sera le plus grand chef que notre clan n'ait jamais connu. C'est peut-être son destin.

- C'est avant tout notre fils. J'ai du mal à le croire que tu serais prêt à le laisser partir aussi vite...

- Comment peux-tu dire cela ? Tu sais très bien que cela me peine autant que toi. Mais son destin est dessiné dans les étoiles. Que pouvons-nous faire contre cela ? »

Le Chevalier s'avança d'un pas et profita d'une courte pause pour prendre la parole.

« Nous veillerons sur lui. Vous avez ma parole.

- S'il arrive quoique ce soit à mon petit, je...

- Kaletha ! Ce Jedi vous a protégé, il a nous a prévenu d'une menace et il veut aider notre fils ! Tu pourrais montrer un peu plus de respect. »

Loin de se laisser faire, la femme du chef prit néanmoins conscience que son époux avait raison. Les deux Cathar s'abaissèrent alors vers leurs fils, dont les larmes perlaient sur ses joues.

« Je veux pas partir... »

Gralthar posa sa grande main sur l'épaule de son fils, bienveillant.

« Mon petit Tarask. Ecoute-moi bien. Les étoiles t'ont promis un avenir radieux, auréolé de gloire et d'adulation auprès des tiens. Tu es encore petit, mais tu dois quand même suivre la voie qui t'as été tracée. Tu n'imagines pas à quel point ton vieux père est fier de toi. Un jour, tu reviendras ici, et tu seras un plus grand chef que je n'ai jamais été. Mais pour cela, tu dois apprendre à utiliser ton don pour le bien. Tu seras comme ce Jedi, tu sauveras des gens et tu combattras les méchants qui nous veulent du mal. Mais pour cela, tu dois partir et commencer à devenir aussi grand et fort que ton père, hm ? Alors sois fort, mon petit. »

Gralthar prit son enfant dans ses bras, la voix tremblotante. Tarask se serra fort contre lui.

« Je veux pas que tu m'aimes plus, papa. Je vais le faire. »

« Ton vieux père t'aime pour l'éternité, mon fils. Chacun de tes souffles me rend plus fier. Ne l'oublie jamais. »

Ce fut alors au tour de Kaletha de faire ses adieux à son enfant. Tarask se rua dans ses bras, et ils restèrent un moment à pleurer tous les deux.

« Viens avec moi, maman...

- Je peux pas, Tarask... ma place est ici, et la tienne est parmi les étoiles. On est tous les deux très fiers de toi. Dis-toi que ce n'est pas un adieu, mais juste un au revoir. Quand tu reviendras, tu seras grand, fort, et tu prendras notre place. Mais tu dois apprendre à devenir fort. Surtout, n'embête pas tes maîtres, d'accord ?

- Oui, maman... »

Après avoir fait leurs adieux à leur enfant, Gralthar et Kaletha le confièrent au chevalier Jedi, qui hocha la tête d'un air compatissant. Le départ fut douloureux. Le petit Tarask rejoignit le vaisseau en pleurant, à reculons, gesticulant sa petite patte pour dire au revoir, ce qui déchira le cœur de ses parents. Sa mère eut beaucoup de mal à se retenir de courir pour le rattraper et le faire rester ici. Mais ils virent ensuite le vaisseau décoller et s'envoler vers les étoiles. Gralthar essaya de consoler sa femme en la prenant dans ses bras. Elle accepta volontiers l'étreinte de son époux durant quelques instants, puis elle se ravisa en l'écartant et en le fixant droit dans les yeux.

« Je te préviens, s'il arrive quoi que ce soit à mon fils... Tu vas m'entendre. fit-elle sèchement avant de s'en aller vers l'arbre-cité.

- Mais, euh... toi aussi, tu l'as laissé partir... » ajouta Gralthar, un peu décontenancé, avant de partir pour rattraper sa compagne.

La tristesse de Tarask s'en alla quelque peu lorsqu'il découvrit le voyage en hyperespace et la découverte d'une autre planète : Ondéron.


- Monsieur... ça veut dire quoi, adulation ? »


---------------------------------------------------------

Chapitre 3 : Premiers pas de Padawan et rencontre avec son Maître.

Les premiers mois en tant que Novice furent difficiles pour le petit Cathar, qui pensait encore à ses parents et son peuple. C'est lorsqu'il rejoignait un clan, un ordre social qui lui parle, qu'il commença à considérer l'ordre Jedi comme sa famille d'adoption. On lui fit rejoindre le clan Katarn, le clan des furtifs, pour son naturel discret (il se faisait tout petit et était déjà avare en paroles) mais aussi parce qu'on l'a surpris à utiliser inconsciemment un voile de Force pour se dissimuler après avoir fait une bêtise, signe qu'il serait un utilisateur efficace de ce pouvoir.

Mais c'était bien là le seul pouvoir qu'il utilisait presque naturellement. Des exercices simples d'utilisation de la Force, tels que la Télékinésie, étaient pour lui un calvaire de concentration et d'effort mental. Ses camarades de clan y parvenaient plus facilement, et cela le frustrait. Il en vint même à se demander ce qu'il faisait ici. Mais il fut pris en charge par des instructeurs qui, pour le réconforter, jouaient à cache-cache avec lui. Tarask pouvait alors utiliser son voile de force. Ils lui firent comprendre alors que la Force le guidait tout simplement sur un chemin plus qu'un autre. Se rappelant les dires de ses parents, il reprit confiance en lui et accepta ses lacunes dans certains domaines.

Mis à part ce petit contretemps, ce fut une époque de stabilité et de paix pour le petit Cathar. Son calme, sa discrétion et sa simplicité furent même remarqués par le Maître Jedi Nada-Ma Kendi, interpellé par le profil psychologique si particulier du jeune Cathar. Et la psychologie est un des points forts de Maître Kendi. Il décela néanmoins chez le novice une peur de perdre ses parents, de ne plus jamais les revoir. Pour palier à ce problème le plus rapidement possible et parce que ce novice l'intriguait de plus en plus de jour en jour, il décida de le prendre comme Padawan à ses 10 ans, en 3508 avant la bataille de Yavin. Il instaura assez vite un climat de confiance entre lui et son nouvel apprenti, qui se confiait à lui assez régulièrement. Le petit Cathar grandissait et gagnait en masse musculaire, mais en présence de son Maître, il se faisait toujours tout petit et ne levait jamais la voix. Il finit par profondément respecter son Maître, et c'est toujours le cas aujourd'hui.

Par la suite, Nada-Ma Kendi est devenu Médecin en chef au MedCorps. Ce qui fait que le parcours du Padawan a tangué entre de longs moments passés au temple, retenu par les obligations de médecin de son Maître, et des semaines de missions dans des zones de conflit ou l'on avait besoin de médecins. Il est assez drôle de noter que, malgré un Maître compétent dans ce domaine, Tarask ne s'est pas du tout intéressé à la médecine, laissant le talent de son Maître s'exprimer, préférant se concentrer sur l'amélioration de ses propres capacités, pour ne jamais rester sur ses acquis. Lors des moments passés au temple, Tarask s'est également tourné vers des études sur des sujets précis en particulier, au détriment d'autres : les Sith, les organisations criminelles en général et ce que l'on savait d'eux. En revanche, la politique et l'Histoire du Sénat passèrent à la trappe. Ce sujet n'a jamais intéressé le jeune Cathar.

Plusieurs fois, il fit part à son Maître de ce qu'il découvrait et apprenait dans ses ouvrages. Kendi lui demanda alors pourquoi il focalisait ses études sur les ennemis de la République et de l'Ordre Jedi. Tarask lui répondit alors :

« Quand j'étais petit, mon père m'a appris que pour battre son ennemi, il faut le connaître mieux que soi-même.

- Hmm. Je comprends, mon garçon. Mais attention. Ne t'approche pas trop des Sith non plus. Méfie-toi du Côté obscur.

Hm. Je me souviens des cours que l'on nous a donné au sujet du côté obscur. Mais j'admets avoir du mal à comprendre le danger qu'il représente... »

Nada-Ma Kendi étancha la soif de savoir de son Padawan en lui rappelant des bases élémentaires et en lui apprenant tout ce qu'il savait lui-même sur le côté obscur, afin de mettre en garde son protégé contre ce fléau. Tarask comprit un peu mieux les dangers du côté obscur ce jour-là.

Mais cela ne l'empêcha pas de le frôler de nombreuses fois par la suite, notamment au cours de sa première rencontre avec un Sith.


---------------------------------------------------------

Chapitre 4 : La tentation du côté obscur

3503 avant la bataille de Yavin. Tarask a 15 ans.

Cela fait quelques jours que Tarask et son Maître sont rentrés au temple Jedi après une réunion diplomatique au Sénat. Pour le Cathar, c'était d'un ennui mortel, et il fut bien content de rentrer au temple pour pouvoir continuer ses études et son entraînement. Il se sépara de son maître et partit se détendre un peu à la Cantina, en se rassasiant et en écoutant les Holonews.

Le Padawan Cathar se posa, et savoura tranquillement son repas. C'est alors qu'une Holonews l'interpella.

« Flash info. On nous rapporte qu'il y a quelques heures, une attaque d'origine inconnue s'est déroulée dans la Région d'Expansion, plus précisément dans le Secteur de la planète Cathar. Des témoins affirment avoir vu des hommes vêtus de noir et armés de sabre lasers. Une enquête est actuellement en cours par l'Ordre Jedi lui-même... »

Tarask écarquille les yeux et en lâche sa fourchette au milieu du message. Son Maître arrive alors à ce moment là.

« Ah, je te jure, si j'écoutais tous mes patients à la lettre, il faudrait les amputer de la jambe à chaque entorse de la cheville... » fit-il en arrivant, disposé à l'humour en compagnie de son padawan. Mais il remarque alors le comportement étrange de ce dernier avant de suivre son regard. Il découvre alors à son tour le message holographique.

« Ça va aller, Tarask. Je suis sûr que tes proches vont bien. Tu vois, des Jedi ont déjà été envoyés sur place, je suis sûr qu'ils vont arranger les choses. »

Mais son Padawan n'écouta pas. Il se leva d'un coup et quitta précipitamment la cantina, surprenant la plupart des Jedi aux alentours.

« Tarask, ou est-ce que tu vas ? Ne fais rien d'insensé ! » Nada-Ma Kendi tenta de rattraper son padawan, en vain. Une fois sorti du temple, celui-ci se mit à courir à quatre pattes pour rejoindre l'astroport le plus proche, atteignant une vitesse fulgurante. Ils bouscula plusieurs Jedi sur son passage. Son Maître le regarda alors partir, inquiet.

** Leto est parti ce matin avec son apprenti... Ça se trouve, c'était pour ça. Je dois le contacter au plus vite.**

Quelques heures plus tard, Tarask arrive sur Cathar en pleine nuit, aux commandes d'un petit vaisseau utilisé par les Jedi pour leurs missions en solo. Il se pose non loin de son arbre-cité, le visage horrifié. Sa cité est en flammes. Il court alors de toutes ses forces vers cet arbre qui l'a vu naître.

A l'intérieur, l'horreur se poursuit. Des corps gisent au sol, tantôt abattus froidement, tantôt calcinés. Tarask parcourt sa cité natale, complètement bouleversé, jusqu'à tomber sur une scène qui le marqua à jamais.

Quelques Cathars sont assemblées autour des cadavres de Gralthar et Kaletha, placés côte à côte. Un jeune et vigoureux Cathar se tient debout, à coté d'eux. Il semble se recueillir. Tarask s'approche alors, les larmes coulant désormais toutes seules.

«  Non.... non ! Noooooon ! »

Tarask déploie alors toute sa tristesse et sa rage dans un rugissement qui résonne dans toute la cité-arbre. La Force circule dans son corps comme un raz-de-marée qui le submergerait, provoquant une bourrasque soufflant tout autour de lui, soulevant les vêtements des autres Cathars et éteignant certains foyers.

« Le pouvoir des étoiles... C'est Tarask ! »
« Oui, c'est lui... il est revenu ! »
« Mouais... un peu tard, non ? »

« … C'est bien toi, mon ami ? »
« … Khoren. »

Tarask reconnut rapidement son ami d'enfance à coté du cadavre de ses parents. Il avait à peu près le même âge que lui.

« Ton père s'est battu vaillamment, surtout pour défendre ta mère. Mais ils n'ont pas survécu à leurs blessures. »

Tarask fixe ses parents gisant à ses pieds. Ses poings se serrent d'une poigne féroce.

« Qui a fait ça ? »

« Il se fait appeler Darth Melicius. Il semblait prendre plaisir à nous rappeler son nom pendant que ses troupes et lui nous massacraient. Pourquoi ? Je n'en sais rien... Toujours est-il qu'il avait le même genre de pouvoir que toi... Mais je ne comprends pas, Tarask. C'est un don du ciel, non ? Pourquoi s'en servir pour faire le mal ? »

Tarask ferme les yeux pendant quelques instants. Puis il les rouvre, le regard vengeur et déterminé.

« Je pars en chasse dès cette nuit. Je vengerai les nôtres. »

Un des guerriers, celui qui semblait sceptique un peu plus tôt, s'approche alors et lève la voix.

« Ou étais-tu, Tarask ?! Tu étais sensé nous protéger, pas nous venger ! Aucune nouvelle depuis toutes ces années ! Ton statut ne t'es-t-il pas monté à la tête ?! Regarde alors le résultat ! Tes parents sont morts ! Les nôtres sont morts ! Notre arbre brûle !»

« Silence ! Tu t'adresses au fils de feu le puissant Gralthar ! A l'élu des étoiles de notre temps ! Son pouvoir n'est pas à nous, il sert au ciel tout entier ! Tu n'as aucune idée du fardeau qu'il porte ! Réfléchis avant de parler, et surtout, revois ta discipline et rentre dans les rangs, guerrier, avant que je ne te la fasse réviser moi-même ! »

Ce ne fut pas Tarask qui se défendit lui-même, mais son ami de toujours, Khoren, qui démontra toute sa vigueur et sa loyauté sans failles auprès de son ami en donnant de la voix et en bombant le torse. Ces dernières années, il s'était démarqué aux yeux de Gralthar pour ces mêmes qualités.

Khoren avait beau avoir 15 ans, le guerrier rentra dans les rang. Mais Tarask posa sa main sur l'épaule de son ami.

« C'est gentil... mais ils ont raison. J'aurais dû venir plus tôt. »

« Tu ne peux pas te blâmer, Tarask ! Tu as fait tout ce que tu as pu. »

« Non... pas encore. » fit le Padawan, le visage sombre.Par ou sont-ils allés ?

- Vers l'ouest, mon ami. Des éclaireurs ont rapporté qu'ils se sont posés sur...

- La Grande Plaine... »

 A côté des forêts habitées, les Cathars ont coutume de se retirer dans une zone désolée connue sous le nom de Grande Plaine, qui leur permet de se recueillir et de méditer sur eux-mêmes. Cet environnement habité par des prédateurs hostiles est également le lieu idéal pour renouer avec ses instincts et aiguiser ses sens.  En d'autres termes... elle est pratiquement sacrée, dans tous les cas chère aux Cathar. Encore un affront de plus. Beaucoup de trop.

Tarask se mit alors à bondir sur les murs embrasés de la cité arbre, manquant de se brûler plusieurs fois. Il montait, grimpait à toute allure tel un monstre assoiffé de sang qui rejoindrait sa proie. Il se dirigea alors vers la cime de l'arbre, le trône de son père. La tanière de Gralthar.

Là, il se prépara. Il plaça sur son visage des peintures de guerre, et changea ses vêtements, s'habillant d'une tenue traditionnelle Cathar. Il s'équipa de son sabre laser ainsi que d'une dague traditionnelle, puis il partit, sans aucune hésitation, la rage au ventre. Il redescendit aussi vite qu'il était monté, et courut à toute allure vers l'Ouest pour rattraper le groupe qui avait attaqué son peuple.

Il arriva le lendemain matin, essoufflé mais toujours autant prêt à en découdre. Il monta au sommet d'une colline et aperçut le groupe terroriste, qui préparait leurs vaisseaux pour s'en aller. L'essentiel des forces d'attaque étaient déjà partis, il ne restait qu'une dizaine d'hommes.


Le Cathar grogna et pesta à voix basse, puis il observa le terrain. La zone ou les vaisseaux étaient posés était entourée de hautes herbes. C'était sa chance. Il activa son voile de Force et descendit la colline pour ensuite rejoindre les hautes herbes. Il se déplaçait en silence, les hautes herbes ne bougeaient qu'à peine. Le prédateur se préparait.

Il attira d'abord un des soldats en agitant des hautes herbes assez éloignées du reste du groupe. L'énergumène, interloqué, s'avança alors dans les hautes herbes et signa son arrêt de mort. Vif comme un éclair blanc, Tarask l'attrapa, le coucha et lui planta le couteau dans le cœur en lui couvrant la bouche de sa grande main blanche. Lorsqu'il rendit son dernier souffle, Tarask changea de position discrètement, se voilant de nouveau dans la Force.

Il put faire la même chose avec un soldat du côté opposé du camp. Mais là, les soldats restant commencèrent à comprendre que quelque chose clochait.

« Ben merde, ou est passé Glyde ?

- J'lai vu se lever, probablement pour aller pisser plus loin, mais après... j'sais pas. »

- Eh bien, qu'attendez-vous ? Allez donc voir. »


Celui qui vient de prendre la parole est Darth Melicius. Un Arkanien à la peau bleu-cendre et aux cheveux blancs attachés en queue de cheval. Il se situe au centre du camp. Il se cale contre un vaisseau en croisant les bras, attendant. Un léger rictus moqueur se dessine sur son visage.

Les soldats se dispersent alors à la recherche des personnes manquantes. Deux soldats sont isolés, et côte à côte. Tarask bondit sur eux, les plaquant au sol dans les hautes herbes, de ses mains puissantes, avant de les étrangler.

«  Bordel, c'était quoi, ça ?! »

«  On nous attaque ! Tirez ! »

Tarask fuya à quatre pattes, restant dans les hautes herbes et parvenant à esquiver de justesse les tirs de blaster. Il resurgit d'un autre endroit, et passa désormais aux choses sérieuses en entrant au combat de front, bondissant et activant son sabre laser à lame blanche de Padawan dans les airs. Et là, il laissa parler sa rage et pourfendit un à un chaque soldat restant, faisant preuve d'une vivacité et d'une brutalité mortelle. Comme il a joué sur la surprise jusqu'ici, les soldats eurent à peine le temps de tirer, et les quelques rayons de blaster dirigés à son encontre furent parés au sabre.

Il bondit sur un énième soldat, atterrissant directement sur lui avec la lame d'énergie plantée dans son corps. Il se releva alors rapidement, tournant le dos à son dernier adversaire et plaçant son visage furieux sur le côté. Il le fixa d'un œil, tandis que le Sith observa autour de lui. Une dizaine de soldats venaient d'être tués en quelques minutes. Il se mit à applaudir et pris la parole, d'un ton moqueur.

« Ouahaoo. Pas mal du tout, le minet. Mais dis donc, c'est pas très Jedi, tout ça. Par contre, tu représentes bien la stupidité de ta sous-race. La haine que tu dégages est repérable à des kilomètres. Ceci dit, elle est délicieuse. Peut-être qu'on pourrait faire quelque chose de toi... Mmm'ho et puis non. Tu es un Cathar après tout. Ha ha ha... »

« Tu as laissé tous ces soldats mourir juste pour me tester ? Espèce de monstre... »

« Ah... c'est moi, le monstre ? Ces gens avaient une famille, tu sais.... »

« Peu importe le sacrifice consenti ! Mon clan réclame justice ! "


Tarask se retourna vivement et fondit sur son ennemi en faisant résonner un rugissement furieux sur son sillage. Le Sith souria en coin et se mit en position de combat, une posture de garde de Makashi parfaite. Si l'on devait analyser le style de Tarask à ce moment là, on dirait... Un Djem So très barbare ? Un Juyo poussé à l'extrême ? En vérité, il tapait comme une brute en espérant que ça passe. Il n'avait plus rien d'un Jedi à ce moment là. La fureur guidait sa lame, mais elle glissait sur la lame du Sith, qui prenait un malin plaisir à simplement contourner les mouvements trop ample du Padawan sur les côtés.

« Quel manque de raffinement... »

« Ferme là ! Meurs ! Meurs ! »

Tarask s'acharna, et finit par porter un coup large de haut en bas. Acculé contre la paroi d'un des vaisseaux, trop occupé à fanfaronner, le Sith n'a pas pris le temps d'observer autour de lui pour éviter ce désavantage. Il ne put que parer, et l'impact du sabre de Tarask contre le sien faillit lui briser le poignet. Fronçant les sourcils et serrant les dents de douleur et d'effort pour résister à la puissance physique de Tarask qui essayait de forcer sa garde, il décida d'en finir.

« Ça suffit, fini de jouer. »

Des éclairs jaillirent de sa main libre et vinrent foudroyer le Cathar, qui recula sous la douleur. Lorsque les éclairs cessèrent, Tarask tenta de reprendre ses esprits, et il ne put qu'apercevoir la lame rouge de son ennemi s'abattre sur son visage. La lame lui trancha le coté droit du visage, touchant sévèrement l’œil. Le Cathar recula en titubant et en se tenant la partie touchée, hurlant de douleur.

« Tu pensais être de taille face au Seigneur Melicius, cloporte ? Ceci est ta leçon du jour. Je vais te montrer le vrai pouvoir, la vraie fureur. »

Le Sith ne laissa pas le padawan souffler et le noya sous un torrent d'éclairs de Force. Le Cathar fut projeté au sol avant de se tordre de douleur au sol. Cette douleur fut trop forte... il sombra dans l'inconscience.

Il se réveilla lentement dans un clinique improvisée, au sein de son arbre-cité. Plusieurs personnes étaient à son chevet. Il y avait Khoren, mais aussi un Maître Jedi : Maître Vorkosigan, accompagné de son padawan, Calef Arkness.

« Il se réveille... »

Tarask se reconnecte à la réalité. Il se souvient alors de tout ce qui s'est passé, et tente alors de se relever subitement, mais son manque d'énergie l'empêche de relever le haut du corps.

« Doucement, padawan. Il te faut reprendre des forces. »

- Ou suis-je ? Ou est le Sith ? Ne me dites pas qu'il a...

- Calme-toi. Mon padawan et moi l'avons neutralisé. Nous sommes arrivés peu de temps après que tu te sois évanoui. Tu as eu beaucoup de chance contre ses hommes de main, mais lui... C'était un ennemi beaucoup trop puissant. Qu'est-ce qui t'as pris ? »

- Il a voulu venger l'honneur de son clan. »

Maître Nada-Ma Kendi apparaît à la porte de la clinique.

« Maître... »

Le visage de son Maître est grave.

« J'ai fait au plus vite quand Leto m'a dit que tu étais ici. Mais il a raison... Et ce que tu as fait à ces soldats est indigne d'un Jedi... Qu'as-tu à dire pour ta défense ? »

Tarask baisse alors le regard. D'ailleurs, il remarque enfin qu'il ne regarde plus que d'un seul œil. Il se palpe le visage, touchant le bandage placé autour de sa tête, avant de replacer ses bras le long de son corps. Il relève la tête.

« Je ne regrette rien. Ces hommes n'étaient pas des innocents. Les miens, si. Mon cœur de guerrier réclamait justice. Et maintenant que j'apprends que le Sith est mort... L'affront est lavé, même s'il ne reste plus... qu'un grand vide. »

Les visages présents s'éteignent tous. Leto regarde son vieil ami, qui reprend alors la parole en s'asseyant non loin de lui.

« Non, mon garçon... La véritable justice aurait été de les arrêter pour les soumettre ensuite aux tribunaux de la République. Et tu n'as pas d'excuses, si tu étais plus assidu à tes cours sur les institutions de la République, tu le saurais par cœur... »

Maître Kendi avait rarement été vu aussi remonté. Mais c'est parce qu'il avait une certaine affection pour son padawan que cela le touchait autant.

« Ne t'avais-je pas mis en garde contre le côté obscur ? Tu as sauté à pieds joints dedans aujourd'hui. C'est un miracle que tu sois tombé dans les pommes, car sinon, tu aurais sombré dans la folie, et nous aurions dû te neutraliser nous-mêmes ! »

- Vous êtes le seul Jedi qui peut me comprendre, Maître. Vous connaissez notre clan, notre race, nos coutumes, et nos valeurs. Et de toute manière, même si j'avais simplement essayé de les arrêter, ils ne se seraient tout simplement pas laissé faire... Que ce soit volontaire ou par pure légitime défense, il se serait passé la même chose. »

- Non, Tarask ! Tu ne devrais même pas être ici. Maître Vorkosigan et son padawan s'en seraient chargés. »

- N'auraient-ils pas fait la même chose que moi ? »

- Non ! Car il y a une différence entre se défendre et abattre de sang-froid ! »

- Nada-Ma, ton padawan est convalescent... »

- Je le sais, c'est moi qui l'ai soigné ! Regarde ce qu'il s'est fait... par la Force... »

Le Maître se tint le front, consterné. Le deuxième Maître Jedi s'inclina alors, et invita son padawan à sortir de la pièce.

« Nous allons prendre congé et te laisser avec ton padawan. Le Conseil doit être informé de la menace grandissante des Sith. Apparemment, plusieurs mondes dans le Secteur ont subi le même genre d'attaque. C'est comme s'il testaient les défenses des différents mondes pour mieux se préparer... Ça n'augure rien de bon. »

« Hm, m'oui, oui. Très bien. On se revoit au temple, Leto. »

Les deux Jedi s'éclipsent alors. Ne reste plus que Maître Kendi, Khoren et Tarask, toujours convalescent. Le Maître se lève alors, péniblement. Il fait les cent pas en se tenant les hanches.

« Tu es encore jeune, et tu es talentueux, Tarask. Tu as un indéniable potentiel, et heureusement pour toi, des circonstances atténuantes qui te font passer à deux doigts de l'exclusion de l'ordre. Le Conseil retiendra davantage tes agissements sous influence de tes émotions que ta neutralisation de l'ennemi avec des méthodes clairement discutables. Mais nous ne t'accorderons pas de seconde chance, Tarask, sûrement pas... »

« Pardon de vous avoir déçu, mon Maître. »


C'était la première fois que l'on entendait Tarask reconnaître avoir des torts et s'excuser auprès de quelqu'un. Nada-Ma Kendi en avait conscience, aussi fut-il figé par cette réponse. Mais il reprit contenance et acheva enfin :

« Ton sabre laser va probablement t'être confisqué. Tu seras assigné au temple ou à l'Agricorps pour une durée indéterminée... et tu vas devoir te soumettre à des tests psychiques. Si on constate que le côté obscur s'insinue en toi... Alors c'en sera fini de ta carrière de Jedi. »

Tarask entend bien la gravité de la situation. Il y réfléchit quelques instants avant de répondre :

« Ce Sith m'a tout pris, Maître. Mes parents sont morts, mon clan me renie pour ne pas l'avoir sauvé... En vérité, plus rien ne me retient ici. Je n'ai plus d'attache. Qui dit plus d'attache... dit contrôle de mes émotions. Plus de tentation vers le côté obscur. »

« Hm'm. Admettons qu'un jour, un Sith me capture. Que feras-tu ? »

«... Je viendrai à votre secours, Maître.... »

« Tu te battras encore contre un Sith, et tu céderas de nouveau à la colère. »

« Quoiqu'il en soit, jamais je ne les rejoindrai. Je préfère mourir de la lame d'un Sith plutôt que de rejoindre le côté de ceux qui ont massacré mon peuple. En plus, ils nous considèrent comme une sous-race... Le Sith m'a vomi ses insultes racistes au visage. Comment pourrais-je obéir aux ordres de ce genre de personnes ? »

« Encore une fois, tu sous-estimes les Sith et le Côté Obscur. N'importe qui peut changer sous leur influence. Si tu ne te forges pas un mental d'acier, et si tu n'es pas entièrement dévoué au coté lumineux, ils causeront ta perte. »

« Alors apprenez-moi, Maître. Apprenez-moi à avoir un mental d'acier, à résister. »

« Nous aurons l'occasion de te faire travailler là-dessus lors des tests psychiques. Bien... à présent, je vais prendre l'air. Prends le temps de réfléchir à tout ce qu'il s'est passé, à tout ce que je t'ai dit. Médite sur les leçons que la Force essaie de t'enseigner aujourd'hui. Laisse-toi guider par elle plutôt que par tes émotions. Nous partirons quand tu seras rétabli. »


Le Maître de Tarask s'éclipse alors à son tour. Il ne reste plus que Khoren, dont le visage ne cache pas sa tristesse suite à tout ce qu'il vient d'entendre.

« … Nous avons besoin d'un nouveau chef, Tarask... Et ce ne peut être qu'un Mordekaar. »

« Tu les as entendu, Khoren. Tu as vu leurs regards qui m'étaient destinés. Ils ne croient plus en moi. La lignée des Mordekaar s'est éteinte cette nuit. »

« … Ce que tu dis est horrible... effroyable. »

« Mais c'est la vérité. Je ne peux rester ici. De toute façon, comme tu l'as dis hier, mon fardeau me force à partir et à défendre les mondes dans les étoiles. C'est pour cela que je te confie les rênes, Khoren. »

« … Pardon ? »

« Je te choisis comme mon successeur, mon ami. Toi, il te respectent. Tu nous as toujours été fidèle. Tu suivras notre voie, et mènera notre peuple à la prospérité qu'il chérit et mérite tant. »

« … Je... ne sais pas, Tarask. Je... vais te laisser te reposer. A plus tard. »


En vérité, il ne revint que plusieurs jours plus tard, à la tombée de la nuit, alors que Tarask et son Maître se dirigent vers leur vaisseau pour retourner au temple Jedi sur Ondéron.

« Je pensais ne plus te revoir. »

Khoren prit Tarask dans ses bras.

« Prends soin de toi, mon frère. »

« Et toi, prends soin de notre peuple, d'accord ? »

« Tu as ma parole. »

Souriant, Tarask tapote l'épaule de son ami, avant de regarder une dernière fois l'arbre-cité, comme pour lui dire adieu. Puis il monta dans le vaisseau, et ne se retourna plus.


Dernière édition par Tarask Mordekaar le Lun 31 Oct 2016 - 10:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarask Mordekaar
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 22
Âge du perso : 34 ans
Race : Cathar croisé Trianii
Binôme : Aucun.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Casse la croûte dans une Cantina coruscanti
HP:
80/80  (80/80)
PF:
72/72  (72/72)

MessageSujet: Re: Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)   Lun 31 Oct 2016 - 10:29

Histoire (suite et fin)


---------------------------------------------------------

Chapitre 5 : La voie de la Sentinelle

Par la suite, Tarask eut effectivement à répondre de ses actes devant le conseil, et dut subir les sanctions énoncées par Nada-Ma Kendi dans la clinique. Le Maître fut chargé des tests psychiques, et entraîna son Padawan pour qu'il se forge une armure mentale. Le Cathar traversa d'abord une longue phase de dépression, mais le côté obscur ne semblait plus avoir d'influence sur lui. Seule sa vindicte contre les Sith subsistait, mais c'est là le défaut de nombreux Jedi. Cependant, Nada-Ma Kendi restait méfiant, et avait peur que le scénario recommence le jour ou Tarask aura affaire à un Sith. Que sa haine ne soit juste qu'en sommeil et qu'elle ne demande qu'à se réveiller pour entraîner le Padawan dans les abysses.

Ce dernier s'acquitta tout de même de ses travaux d'intérêt généraux, et ne fit plus parler de lui jusqu'à son passage des épreuves pour devenir Chevalier Jedi, à l'âge de 20 ans, en 3498 avant la bataille de Yavin.

Il y eut d'abord l'Epreuve d'Aptitude, qui consiste à montrer les compétences du Jedi au sabre laser et aux principes de Contrôle de la Force. A la demande de Nada-Ma Kendi, Tarask eut à affronter la forme holoprojectée d'un Seigneur Sith particulièrement provocateur en plein combat, et qui variait son style de combat pour essayer de surprendre son adversaire. Grâce à l'entraînement qu'il a suivi avec son Maître, Tarask resta majoritairement concentré. Il montra un Soresu correct lors des phases de défense et un Djem So impeccable lors qu'il avait des occasions d'attaquer. Quelques moments de frustration à cause des provocations de son ennemi affaiblirent sa garde, car cela lui rappela son duel contre le Sith sur Cathar, mais il parvint tout de même à résister et à vaincre son ennemi. Le Jury était dubitatif sur ses élans de frustration mais plutôt satisfaits du reste.

Pour l’Épreuve de Courage, qui mesure la volonté d'un Padawan à combattre le Mal en dépit de sa peur, Tarask eut à affronter un Kiltik de son envergure. Depuis les événements de son enfance, il en avait peur. Mais le Cathar démontra qu'il avait gagné en maturité, en contrôle de soi et en unité avec la Force. Il resta concentré et vainquit sa peur en abattant le Kiltik.

Son Épreuve de la Chair, qui teste la résistance d'un Jedi à la douleur physique et mentale, fut également convaincante. Il avait déjà enduré des souffrances physiques en perdant un œil et en se faisant torturer par des éclairs de Force. Pour les souffrances mentales, il démontra une forte résistance. En apercevant les fantômes de ses parents tristes qui le saluaient d'un petit geste de la main en guise d'adieu, Tarask déclara : «  Vous êtes mort... c'est un fait. Et c'est en partie ma faute. Mais lorsque je vous rejoindrai, je vous rapporterai du gibier pour me faire pardonner. A présent, vous devez rejoindre les étoiles. Guidez moi jusqu'à ce qu'à mon tour, je redevienne poussière d'étoile. Je ne vous décevrai plus. »

Les fantômes disparurent pour laisser place à une autre apparition : Nada-Ma Kendi qui se détourne de son padawan, semblant accablé par la honte et le remords de n'avoir pu mieux le former. Tarask déclara : « Hm. Vous vous méfiez de moi, Maître. Vous avez honte de ce que j'ai fait, ce jour-là. L'ordre Jedi tout entier se méfie de moi désormais. Mais peu m'importe. Vous êtes mon clan d'adoption. J'ai déjà tourné le dos à mon clan d'origine, je ne referai plus cette erreur. Peu importe si je suis rejeté, craint, source de méfiance. J'accomplirai mes missions ou je mourrai pour vous. Il n'y aura pas d'autre chemin pour moi. »
Sa neutralité et son contrôle de ses émotions furent jugés satisfaisants.

Pour l’Épreuve de l'Esprit, Tarask dût entrer en méditation profonde, guidé par un Maître Jedi qui l'amène petit à petit vers sa plus grande peur interne. Une fois plongé profondément dans son propre esprit, Tarask eut à affronter un imposant Seigneur Sith en armure. Il était brutal, enragé, mais ses coups étaient trop désordonnés, trop barbares, trop amples. L'impeccable Djem So de Tarask n'eut aucun mal à trouver une faille dans la défense presque inexistante du Sith. Une fois à terre, le casque du Seigneur Noir explosa, dévoilant un visage qui stupéfia Tarask : Ce seigneur Sith était lui-même. Le Cathar sortit alors de sa méditation et ouvrit lentement les yeux.

« Non... ce n'est pas moi. Plus jamais je ne serai ainsi. Le côté obscur rend faible. Je le sais, maintenant. Je serai un piètre Jedi si je laisse libre court à ma colère. Il faut de la maîtrise, de la discipline, du contrôle de soi. J'ai retenu la leçon. Je n'ai plus peur du côté obscur. Plus jamais il n'aura d'emprise sur moi. Je le chasserai de notre galaxie, je le jure. »
Les Maîtres se demandèrent si ces paroles étaient des paroles sincères émanant d'un esprit purifié, ou juste un excès de confiance de la part du Cathar. Quoi qu'il en soit, il avait triomphé de ses propres ténèbres dans son esprit. L'épreuve fut jugée satisfaisante.

Enfin, il fut dispensé de l'épreuve de Lucidité, car au cours d'une mission en compagnie de son maître dans la Bordure extérieure, il parvint à résoudre un conflit entre deux populations en participant aux négociations et en proposant des solutions équitables pour les deux camps, traçant une route vers la paix.

En dépit de quelques défauts repérés lors des épreuves, Le Conseil sembla percevoir que la Force guidait le Cathar jusqu'ici. Il décida d'adouber Tarask au rang de Chevalier Jedi. C'est au cours de sa séance de méditation précédant l'adoubement que Tarask décida définitivement de sa voie : il allait devenir une Sentinelle Jedi. Mettre à profit ses talents de furtivité et les associer à l'apprentissage de l'espionnage, du sabotage et autre piratage pour servir l'ordre Jedi et la République contre ses ennemis en les neutralisant de l'intérieur. Une vie dangereuse, mais le danger fait battre le cœur du Cathar, son instinct de survie naturel serait largement utilisé, en surtout, il pourrait traquer les agents du côté obscur depuis les ombres, chasser le mal et le repousser aux confins de la galaxie. Le désormais Chevalier Jedi ne se voyait pas embrasser une autre carrière, celle-ci lui parut parfaitement adaptée.

C'est ainsi, au terme de son adoubement auquel assistèrent la plupart des membres du Conseil, ainsi que son maître et maître Vorkosigan, que Tarask Mordekaar accéda au rang de Chevalier Jedi, et qu'il choisit la voie des Sentinelles.



---------------------------------------------------------

Chapitre 5 : D'une vie en apnée chez l'ennemi à nos jours

Suite à son adoubement, Tarask se rendit une nouvelle fois sur Cathar, en prenant tout de même soin d'éviter l'arbre-cité de son clan. Il se rendit dans un autre arbre géant de sa connaissance, et demanda alors a quelques artisans de lui confectionner des pièces précises pour son sabre laser. Une fois en possession de ces derniers, il commença le rituel méditatif pour confectionner son sabre laser à lame jaune. Il réussit, et était désormais fin prêt pour sa carrière de Sentinelle.

Du moins, pas encore tout à fait. Le Cathar passa plusieurs années au chevet de différentes Sentinelles de la galaxie, pour apprendre sur les différents domaines techniques nécessaires au bon déroulement du chemin qu'il s'est tracé. Il s'entraîna à la prise d'informations en visitant des quartiers mal famés sur Coruscant, Nar Shadaa et autres planètes urbaines, et rencontra, notamment, une pirate informatique Mirialane du nom de Thélys. Enfin, comme toute Sentinelle qui se respecte, il se posa dans un Secteur (pour lui, ce fut le Secteur Corellien) et veilla dans l'ombre à sa stabilité, se fondant dans la population et en continuant de se perfectionner. Pendant 9 ans, il démantela également plusieurs organisations criminelles dans son Secteur, en retournant les hommes contre leur chef, en arrêtant ce dernier ou en neutralisant par lui-même des agents du côté obscur : mafias, petits cartels, groupuscules Sith... il mit également un terme au commerce de contrebandiers et autres marchands qui ravitaillaient les Sith. Bref, il ne manqua pas d'activités pour se faire la main.

Arriva alors l'an 3489 avant la Bataille de Yavin. Tarask a 29 ans.
Comme de nombreux autres Jedi, il est rappelé au temple sur Ondéron pour faire le point sur la situation suite à l'annonce officielle de l'avènement de l'Empire Sith. Il se porte alors volontaire pour infiltrer l'Empire, afin d'en savoir plus sur lui. Au vu de ses états de service des dernières années et sa faculté à résister au côté obscur, le Conseil accepte.

Tarask prévint alors qu'il allait se préparer et qu'il enverrait un message par holoprojection lorsqu'il serait prêt à infiltrer l'Empire Sith. Et c'est ce qu'il fit.

Il se mit d'abord à réfléchir sur la manière de procéder. Après avoir échafaudé plusieurs plans, il en choisit un, risqué mais qui pourrait marcher : se rapprocher d'un Seigneur Sith et en profiter pour soutirer des informations à l'ennemi. Il faudra être prêt à s'approcher très près du côté obscur et a commettre des actes immoraux pour assurer sa couverture. Le Cathar commença donc par une série de méditations visant à préparer son esprit à cette dure épreuve. Ensuite, il se mit à la recherche d'informations concernant les différents Sith découverts ces dernières années par les services secrets de l'Ordre Jedi et de la République. Il tomba alors sur des archives concernant un Seigneur Sith du nom de Darth Morthis. C'était là la chance du Cathar. Il lui fallait retrouver sa trace. Les dernières sources relataient sa présence sur Tatooine. Il fallait commencer par là. Tarask partit immédiatement pour Tatooine.

Il retrouva sa trace dans une arène de gladiateurs. Il chercha des informations parmi la foule pour connaître le but de sa présence ici. On lui apprit alors qu'il cherchait à recruter des guerriers comme gardes du corps et pour renforcer les effectifs du nouvel Empire Sith. Tarask se fit alors passer pour un gladiateur afin d'attirer son attention et se faire enrôler. En sa présence, il triompha d'un Chistori dans l'arène de manière brutale, en le décapitant. Violent, mais nécessaire pour attirer son attention, et ainsi mener à bien la suite de la mission.



Darth Morthis le remarqua et décida de s'en servir comme garde du corps, pour se défaire de ses ennemis aussi bien au sein de l'Empire-même qu'ailleurs. Pendant 3 ans, Tarask cacha sa véritable identité et appris énormément de choses sur l'Empire Sith, leurs coutumes, leur mode de vie, leurs tactiques, une partie de leurs prochains plans contre les Jedi et la République, leurs styles de combat, etc. Durant ces 3 ans, il offrit aux Jedi et à la République des informations capitales sur leur ennemi, qui put prendre de court l'Empire sur plusieurs fronts. A force de voir la plupart de ses plans contrecarrés, Darth Morthis commença à soupçonner une taupe parmi son entourage, mais fautes de preuves, il ne réussit pas à accabler Tarask, jusqu'en 3486 avant la Bataille de Yavin, au cours des événements majeurs impliquant la reconnaissance de Dark Ynnitach comme Impératrice légitime des Sith et l'assassinat du chancelier Valerion Scalia. Darth Morthis surprit son garde du corps en train de dévoiler des objectifs de l'Empire par Comlink. Tarask fut démasqué : il n'eut plus le choix. Il affronta le Seigneur Sith, et au terme d'un combat acharné, il parvint à le tuer, non sans s'approcher une nouvelle fois du côté obscur. Il fit disparaître le corps pour cacher d'éventuelles preuves, puis il disparut à son tour, s'échappant de l'Empire Sith.

Il retourna donc au temple Jedi en 3486 av.BY, ou il fut complimenté pour ces 3 dangereuses années passées chez l'ennemi à l'espionner. Mais l'on sentit que son âme était moins pure qu'avant, et on l'invita à se reposer au temple. C'est ce que le Jedi fit durant les deux années suivantes, afin de revenir dans la lumière et la sérénité après ces 3 ans passées au cœur des ténèbres, à tuer ou torturer les ennemis du Sith, ou des innocents pour obtenir des informations. Il fallait rétablir l'ordre et la paix dans son esprit chaotique et troublé.

Nous en arrivons à l'époque actuelle, soit 3484 avant la Bataille de Yavin. Tarask est âgé de 34 ans. Après avoir aidé la République à repousser le cartel du Hutt, Tarask se repose de nouveau, vaquant à ses occupations entre le temple Jedi et sur Corellia, attendant l'occasion d'effectuer une prochaine mission, et s'y préparant mentalement.
---------------------------------------------------------

Question HRP : Comment avez-vous connu le forum ? :
J'ai déjà joué un personnage sur ce forum : Kalen Nelaru, le padawan Nautolan de Leto Vorkosigan qui en a désormais les rennes en tant que pnj actuellement. Je reviens avec un nouveau personnage qui devrait bien plus correspondre à ce que je désire jouer aujourd'hui, et après cette longue pause de roleplay, me revoilà, frais et dispo ^^. Je devrais avoir suffisamment de temps maintenant pour maintenir mon rp sur du long terme, je vais bien faire attention à ne pas avoir trop de rp à la fois pour éviter la saturation... Et ça devrait bien se passer ^^.



Dernière édition par Tarask Mordekaar le Mar 15 Nov 2016 - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7810
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)   Ven 11 Nov 2016 - 13:04

Salut Tarask... enfin Kalen Wink

Bon retour parmi nous. Je m'excuse d'abord au nom du staff pour le temps que nous a pris la modération de cette fiche ; nous sommes assez débordés ces temps-ci...

C'est une très belle fiche en tout cas que je viens de lire, néanmoins j'ai un certain nombre de remarques à te faire pour pouvoir la faire évoluer et la rendre validable. Les voici :

  • Tout d'abord, l'armement de ton personnage me paraît assez lourd, surtout que l'une des lames est en cortosis, ce qui ne se trouve pas normalement à tous les coins de rues. Je vais donc te demander de renoncer au moins au cortosis. Déjà avoir trois armes pour le niveau de Chevalier c'est beaucoup...

  • Je ne suis pas vraiment d'accord avec la répartition de tes caractéristiques. Tu parles d'une bonne endurance et d'un être très musculeux. Pourquoi alors cette faible constitution ? Les caractéristiques sont indépendantes de la façon dont le personnage est vêtu, il s'agit de la constitution intrinsèque de Tarask. Or, 3 me paraît très peu vu "la bête". N'oublions pas que tes points de vie seront basés sur ta constitution. Tarask n'a pas l'air maladif, il est probablement bien endurant en combat et ne tombera pas au premier coup, n'est-ce pas ? Je pense que 4 pour lui serait un minimum. De la même manière, l'intelligence ne représente pas la capacité à utiliser la Force, qui est plutôt représentée par la sagesse. Pourquoi a-t-il une intelligence plutôt légère-moyenne alors qu'il a l'air bien futé pour des domaines techniques tels que l'informatique, etc. ? Qu'il a l'air assez sacrément érudit vu la variété de ses aptitudes et connaissances apparaissant dans ses points forts ? Pour être un bon stratège, il faut être intelligent par exemple ! Encore idem : le charisme de Tarask a l'air d'être dans une moyenne basse alors que tu m'en fais une description plutôt imposante : on l'écoute quand il parle, il est intimidant... Bref, il a l'air plus charismatique qu'énoncé. Je pense que tu devrais soit trouver de vrais défauts à ton personnage qui se reflètent dans tes caractéristiques (car là finalement il est très ou assez bon partout dans les descriptions), soit accepter de ne pas surbooster certaines caractéristiques (force, agilité) de manière à ce que le fait qu'il soit "bon" sur toutes ses caractéristiques n'en fasse pas quelqu'un d'exceptionnel mais quelqu'un qui a développé des qualités éparses mais non exceptionnelles dans plusieurs domaines. On ne peut pas être expert en tout...

  • Citation :
    Je demande à ne pas avoir de pouvoir supplémentaire, mais en contrepartie de pouvoir buff 2 spells déjà acquis au lieu d'1 : Amélioration des Capacités et Voile de Force.
    Nope. Cuisines personnelles non acceptées. Merci de te conformer aux formules proposées.

  • L'histoire est vraiment très belle, j'ai eu énormément de plaisir à la lire, tes personnages sont très vivants et très attachants. J'ai deux petits détails à te faire rectifier :

    • Citation :
      la plupart des membres du Conseil, dont son maître ainsi que maître Vorkosigan
      => Leto n'a encore jamais fait parti du Conseil à ce que je sache :-)

    • A la toute fin de l'histoire, je pense que l'ajout du paragraphe sur l'infiltration du clan de Borenga est peut-être en trop. J'apprécie l'effort d'intégration au background, mais le clan de Borenga est très récent, et en 3484 il n'apparaissait pas comme une menace, aussi est-il peu probable que les Jedi aient pu programmer une infiltration. Par ailleurs au regard de la qualité du reste de la fiche, écrire trois lignes là-dessus apparaît un peu trivial et "comme un cheveu sur la soupe" ; ton personnage n'a pas besoin d'être impliqué partout pour avoir son importance. Tu seras très vite mêlé aux intrigues actuelles si tu le souhaites.



Voilà, je pense que ce ne sont pas des modifications insurmontables, surtout pour toi Wink A très vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarask Mordekaar
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 22
Âge du perso : 34 ans
Race : Cathar croisé Trianii
Binôme : Aucun.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Casse la croûte dans une Cantina coruscanti
HP:
80/80  (80/80)
PF:
72/72  (72/72)

MessageSujet: Re: Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)   Mar 15 Nov 2016 - 18:26

Re à vous Very Happy Aucun souci pour le retard. Leto m'a informé que vous étiez en plein évent, et moi de mon côté j'avais pas mal de trucs à faire, donc np. :p

Je viens de rectifier les quelques erreurs décelées, j'ai corrigé ma fiche en coloriant les passages modifiés de cette couleur là. Genre sans dépasser et tout. Trop fort le mec x).

Pour résumer assez vite :

- L'épée de gladiateur est désormais une épée classique, avec des matériaux ordinaires, voir même usés par le temps. Et oui, j'ai trois armes, mais l'épée ne sera que très rarement utilisée. C'est vraiment si Tarask a besoin de se faire passer pour un combattant/gladiateur. Je ne l'utiliserai que dans cette situation là et m'abstiendrai d'utiliser les autres armes dans cette situation.

- J'ai essayé de répartir les stats de manière plus équitable, et de manière plus rp encore pour mon perso. Au final, c'est mieux comme ça, c'est juste surtout des erreurs d'interprétation par rapport à la description que vous faites des caractéristiques... (je me souviens que j'avais déjà galéré à l'époque pour Kalen, rebelote ici xD my bad). Donc là, j'ai deux points forts, deux points faibles, 3 stats correctes... en espérant que cette nouvelle répartition vous convaincra davantage. :p

- Pour mes pouvoirs, j'améliore le Voile de Force au lvl 2 et je prends la Vague de Force lvl 1.

- Pour le passage citant Leto, my bad, ma phrase était mal tournée... J'ai voulu dire que les personnes assistant à l'adoubement de Tarask furent la plupart des membres du Conseil, mais aussi Nada-Ma Kendi et Leto Vorkosigan. C'est corrigé.

- Le passage concernant le cartel de Borenga a été supprimé, j'ai donc précisé qu'à son retour de sa mission chez les Sith, Tarask a passé 2 ans au Temple pour se ressourcer et chasser le mal en lui jusqu'à maintenant, en -3484, ou il va reprendre du service.


Voilà pour les modifs Very Happy en espérant que ce soit niquel cette fois-ci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7810
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)   Sam 19 Nov 2016 - 13:00

Cela me va très bien Tarask. Félicitations à toi pour cette très belle fiche.

Te voilà validé ! Tu peux dès à présent commencer ton RP sur le forum, pense juste à mettre un lien vers cette biographie dans ta signature.

Pour t'aider à débuter dans le jeu, si tu veux, tu peux faire un tour dans les Appels à RP , pour poster ou répondre à une demande de RP.
Et si tu as des interrogations, n'hésite pas à chercher ou poster dans la Foire aux Questions !

Bon jeu :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tarask Mordekaar, l'élu des étoiles. (Ayé, terminé, pfiou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Administration :: Présentations :: Présentations Validées :: Chevaliers Jedi-