La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un artiste peut-il être un guerrier ? (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leto Vorkosigan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 329
Âge du perso : 59 ans
Race : Falleen
Binôme : Kalen Nelaru (Padawan)
Aurora Azulis (Padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Plusieurs missions à travers la Galaxie pour l'Ordre Jedi
HP:
88/88  (88/88)
PF:
98/98  (98/98)

MessageSujet: Un artiste peut-il être un guerrier ? (solo)   Mer 12 Oct 2016 - 21:29

Le jour des épreuves approchait pour Kalen Nelaru, l'un des deux actuels Padawan de Leto Vorkosigan.

Dans une des salles d'entrainement de l'aile Est du Temple Jedi d'Ondéron, le Maître d'arme Raxle Vandreen méditait. Les jambes croisées en tailleur, son petit corps de tout juste un mètre cinquante planait à environ quarante centimètres du sol. Son calme et sa concentration étaient parfaits, sa présence dans la Force irradiait d'une lumière si pure et si apaisante que même le plus terrible des Seigneurs du Mal de l'Empire se serait changé un doux agneau à ses côtés.

Raxle Vandreen était un Advozse, race humanoïdes native de Riflor, une planète à haute activité tectonique et très instable, située dans la Bordure Médiane. Contraints de vivre sur un monde écrasé par les forces gravitationnelles conjointes de trois soleils, à tel point que les planétologues ne comprenaient pas pourquoi Riflor n'avait pas encore été détruite, les Advozsec, dont les ancêtres se trouvaient parmi les reptiles, étaient devenus avec le temps des spécialistes de la survie en milieu hostile. Ce que Vandreen était manifestement, à n'en point douter. Pendant plus de vingt ans, avant que le Maître Alyria Von ne vienne concurrencer son assise, il était estimé comme le plus grand bretteur au sabre-laser de l'Ordre. Sa petite taille, caractéristique commune à tout les êtres de sa race, dont très peu peuvent se targuer de dépasser le mètre cinquante, et son régime alimentaire exclusivement à base de fruits, de légumes et de plantes font de Maître Vandreen un individu très surprenant. Personne ne serait prêt à jurer qu'un être d'allure si insignifiante pouvait être capable de ridiculiser une troupe entière de commandos militaires républicains forts et solides sans même se servir de son sabre-laser ! Par ailleurs, mis à part Saï Don, il était avec Krava Waray le seul Maître du Conseil à avoir tué en combat singulier un Sith ces dix dernières années. Un élément qui a son importance par les temps qui courent, au moment où la guerre se fait de plus en plus pressente aux portes du territoire républicain...

Les Advozsec étaient des êtres pessimistes. Ils pensaient que rien n'était voué à durer indéfiniment, et se préparaient toujours pour le pire en toutes circonstances. Vandreen n'échappait pas à cette règle gravée dans son ADN, au moins au début de son parcours de Jedi. Ainsi, il s'est efforcé durant tout son apprentissage à repousser ses limites. Passionné des arts-martiaux de la galaxie entière, et véritable amoureux de l'art précis et exigeant du maniement du sabre-laser, il s'est longtemps entrainé d'arrache-pied dans l'optique de se préparer pour le pire, pour le jour où il devrait lutter farouchement pour sa vie et son Ordre. Ce qui arriva plusieurs fois au cour de sa vie, preuve que sa démarche n'était pas inutile. Son pragmatisme et sa volonté de fer avait fait de lui un combattant d'exception. Avec l'âge, la sagesse et l'expérience, il était devenu bien moins pessimiste que ses congénères, et même véritablement surprenant d'espoir et d'optimisme surtout lorsqu'il rencontrait un étudiant en discipline de combat Jedi qui lui semblait prometteur. Ainsi, il n'avait pas tarit d'éloge lorsqu'il supervisait les séances d'entrainement d'Alyria Von, de Lorn Vocklan ou encore du Chevalier Joclad Draayi.

Les Advozsec n'étaient attachés à aucune valeur matérielle, excepté l'argent. En tout cas pour la plupart des membres de leur race. Là encore, Vandreen faisait exception dut à son appartenance à l'Ordre Jedi. Alors que la plupart des possessions matérielles comme les habitations, les villes, les meubles ou les engins personnels pouvaient être anéantis par une saison de catastrophes naturelles comme Riflor en subissait souvent, seul l'argent permettait de rebâtir rapidement la société et empêchait la décadence et la régression technologique. Pour beaucoup, les Advozsec passaient donc pour des individus très liés à l'argent, peut-être même trop, même si au fond, cette idéologie ne manquait pas de sens. En revanche, Vandreen avait acquit une passion fiévreuse et un goût pour la collection de sabre-laser très prononcé. À de très rares exceptions, l'Ordre Jedi n'autorisait pas ses membres à posséder plus d'un sabre-laser ou deux, pour ceux sachant se servir d'un tel duo d'arme extraordinaire. Mais l'Advozse en possédait, selon les rumeurs les plus persistantes, prêt d'une dizaine ! Tous fabriqués de ses mains, avec leurs caractéristiques et leurs particularités qui leurs étaient propres, faisant d'eux des objets absolument uniques. Vandreen aimait particulièrement tenter des expériences, bricoler, inventer, innover et développer des systèmes inédits pour fabriquer des sabres-laser performants et incomparables. Chacun d'entre-eux étaient semble-t-il parfaitement adaptés à une somme hallucinante de critères, allant de la discipline de combat favorite de l'utilisateur, à la race de ce dernier, mais aussi aux conditions climatiques et environnementales du terrain de combat, ou encore l'utilisation très précise qu'on faisait du sabre en question. La collection de Vandreen était un véritable trésor.

Malgré cela, et ceci depuis deux décennies, le Maître d'arme avait toujours été vu avec un sabre-laser à lame violette accroché à sa ceinture, avec lequel il combattait, s'entrainait, apprenait à ses élèves et remplissait ses missions.

À travers une grande baie vitrée au sommet en ogive, le soleil dardait de ses doigts d'or le sommet du crâne cornu du Maître d'arme. La salle d'entrainement était inondée de lumière tandis que la mâtiné était déjà bien entamée. La pièce était spacieuse, d'un côté se trouvait une rangée de colonnades de pierre noble nervée de cuivre et d'argent pour soutenir l'imposante voute sculptée. De l'autre, des bancs de cette même pierre étaient taillés en forme de demi-cercle autour d'une sorte de petite agora au centre de laquelle les entrainements avaient lieux et où les spectateurs assis pouvaient observer et apprendre.

Leto Vorkosigan venait de pénétrer dans la salle d'entrainement en compagnie de Kalen lorsque Vandreen ouvrit doucement ses yeux. D'entrée, le jeune Nautolan fut décontenancé par l'incroyable prouesse que le Maître d'arme exécutait devant ses yeux. Son propre Maître ne lui en avait jamais fait la démonstration, et seuls des on-dits et des explications théoriques dans les archives du Temple Jedi l'avait informé de ce que Vandreen était en train de faire. La Méditation Ascendante - contrairement à la Méditation Vide qui se centrait sur les émotions et la Méditation Mobile sur les aptitudes réclamant dextérité ou agilité - était totalement focalisée sur la Force. Le principe était de se mettre en harmonie avec la Force de manière à amplifier son lien avec celle-ci. Cela permettait de se laisser porter par ses courants au sens propre et ainsi de léviter. Il était d'ailleurs plus simple de faire quitter le sol aux objets environnants qu'à son propre corps. Il s'agissait d'un exercice particulièrement difficile car il demandait une capacité à lâcher prise et se laisser dériver qui n'était pas donnée à tout le monde. Il fallait renoncer à sa propre conscience, la conscience que chaque être intelligent a et qui lui dit qu'il existe en tant qu'être vivant fait de chair et d'os. Une chose défiant toute logique pour la majorité des habitants de cette immense galaxie ! Une fois suffisamment plongé dans l'état méditatif, le Jedi pouvait connaître la volonté de la Force par le biais de révélations et de visions issues de la Force Unificatrice. Bien qu'en ces temps troublés par l'ardeur et l'agressivité du Côté Obscur, les Maîtres Jedi du Conseil avaient de plus en plus de mal à exercer la Méditation Ascendante avec efficacité. Elle était enseignée à tous les Jedi, généralement dès le niveau de Padawan. Mais en vérité, très rares étaient les individus de l'Ordre à savoir l'appliquer à un tel degrés de perfection. Vandreen en était capable, ainsi que Maître Don ou encore Icare Manteer. Mais ils étaient assurément bien peu dans ce cas de figure.

À la connaissance de Kalen, même son mentor n'en était pas capable, pas à ce point en tout cas. Il pénétra dans la salle d'entrainement avec une grande appréhension, de ce fait. Comment pouvait-il vaincre un Jedi - même aidé de son professeur - qui prouvait d'entrée de jeu sa maitrise de la Force infiniment supérieure à la somme de la connaissance de Leto et de lui-même ? Heureusement, maitriser la Force ne se résumait pas à des mathématiques, et c'est ce que Leto aurait aimé lui préciser, ressentant le doute dans l'esprit de son apprenti. Kalen aperçut le sabre-laser à manche court accroché à la ceinture de l'Advozse et commis une erreur de débutant, comme chaque Padawan le faisait encore, même lorsqu'ils approchaient le moment des épreuves. Ainsi, il chuchota à l'intention de Leto :

- « Un sabre-laser à lame simple ? Je croyais que Maître Vandreen était assez doué pour en maitriser deux à la fois, ou un sabre à lame double, au moins... ! L'erreur était de croire que plus l'arme paraissait impressionnante et meurtrière, plus son manipulateur était habile et dangereux.

- Ne te méprend pas, Kalen. Maître Vandreen se sert souvent d'un sabre-laser de ce type, certes, mais sa maitrise est au-delà de toute imagination. Expliqua le Falleen sans juger son Padawan. Il faut que tu comprenne que les apparences sont souvent trompeuses. Parfois, il ne s'agit que d'une succession de choses qui peuvent obscurcir le jugement, parfois, comme dans le cas de Maître Vandreen, il peut s'agir d'une stratégie et d'une façon de se servir de la Force à dessein pour tromper l'adversaire, le surprendre. Tu es tombé dans son piège, si je puis dire.

- Alors dans ce cas, j'ai déjà perdu, je ne parviendrais jamais à passer les épreuves. Comment cela est-ce possible face à un tel adversaire ? S’inquiéta le jeune homme aux tentacules crâniennes.

- Là encore, tu te trompe, Padawan. Je croyais que tu avais compris en me côtoyant sept longues années que rien n'était jamais perdu d'avance, et qu'il fallait accorder une confiance totale en la Force. C'est à cette unique condition qu'elle peut se montrer mécène envers toi et te donner le don d'effectuer les choses les plus incroyables que tu puisse imaginer. »

Kalen hocha silencieusement la tête, les quelques paroles que son Maître lui avait dit contribuèrent à lui faire regagner son calme. Aujourd'hui, il combattrait en joute amicale Maître Vandreen en compagnie de Leto et ceci pour la dernière fois avant de se présenter aux épreuves, quelques jours plus tard. Ce combat comptait pour du beurre de Bantha, si on pouvait se permettre cette locution, même si il serait particulièrement révélateur des compétences véritables du Nautolan et de ses chances de réussite à l'accession au rang de Chevalier.

Raxle regagna le sol en dépliant doucement ses jambes pour se mettre debout. Il salua ses adversaires de façon aussi humble que surprenante eu égard au statut de net favoris dont il disposait pour cette confrontation. Puis il invita Leto et Kalen à le rejoindre au centre de la petite agora intérieure qui constituait le terrain d'entrainement. Les deux Jedi challenger se dévêtirent de leur bure avant de les plier en carré de façon précautionneuse, comme ils en avaient l'habitude. Puis ils s'approchèrent et saluèrent à leur tour leur partenaire. Il paraissait si petit devant les presque deux mètres que le Falleen et le Nautolan chatouillaient du sommet de leur crâne. Kalen était devenu avec le temps et la pratique un jeune homme de belle constitution. Avoisinant, tel son maître le mètre quatre-vingt dix, il était fort et endurant, souple et vif. Adepte du Djem So comme discipline offensive, c'était absolument logique au vue de ses prometteuses capacités physiques.

Environ dix mètres séparaient Vandreen de Leto et Kalen. Aucun n'échangèrent de parole mais tous savaient ce qu'ils avaient à faire, comme une convention naturelle et silencieuse établie depuis des millénaires entre Jedi. Ainsi, la tradition, si elle devait être scrupuleusement respectée, voulait que chacun des bretteurs brandissent son sabre devant lui, d'une manière plus ou moins orthodoxe afin de saluer son adversaire en bonne et due forme. Mais Vandreen, loin de vouloir violer les politesses et coutumes qui seyaient à un combattant de sa valeur, ne l'entendait pas de cette oreille. Il voulut apprendre à ses adversaires, et les surprendre. Leur faire comprendre que dans un combat véritable, les conventions et coutumes étaient bien souvent bafouées, ignorées, pour laisser la place à la surprise et à la loi du plus fort. Ainsi, sans même dégainer son arme ou laisser à Leto et Kalen le temps de le faire, il leva ses deux mains devant lui. Immédiatement, une bourrasque de vent artificiel souffla, le vent siffla de façon stridente à travers les colonnes de pierre de la salle et les bures de Leto et Kalen, pourtant située à plusieurs mètres de là furent dépliées et s'envolèrent pour venir s'écraser sur un mur. Désormais boule de tissu chiffonné au sol, on aurait put parier gros que leurs propriétaires allés finir de la même façon. Mais non !

Contre toute attente, Leto et Kalen avaient admirablement bien encaissés la Vague de Force surprise de Vandreen et s'étaient cabrés sur leurs jambes athlétiques pour laisser le vent les engloutir. Leur tunique gonflait sous l'effet de la bourrasque. Les tentacules, semblables à des lekkus de Twi'lek du jeune homme et l'épaisse que de cheval d'ébène du Falleen flottèrent dans l'air avec agitation avant de retomber sur leurs épaules. Le vent cessa de s'abattre sur ses victimes et les deux Jedi se redressèrent sous les yeux sombres mais respectueux de l'Advozse.

Il prit alors son sabre-laser et l'alluma, ce dernier émit une magnifique lame violette. Leto et Kalen firent de même avec respectivement sa lame verte et bleue puis ils prirent l'initiative à leur tour. Ils bondirent en direction du petit Maître d'arme et à leur réception devant lui, les trois lames s'entrechoquèrent dans un violent crissement.

Le combat était lancé ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leto Vorkosigan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 329
Âge du perso : 59 ans
Race : Falleen
Binôme : Kalen Nelaru (Padawan)
Aurora Azulis (Padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Plusieurs missions à travers la Galaxie pour l'Ordre Jedi
HP:
88/88  (88/88)
PF:
98/98  (98/98)

MessageSujet: Re: Un artiste peut-il être un guerrier ? (solo)   Ven 21 Oct 2016 - 16:33

Les trois lames entrelacées crissèrent. Les deux puissants Jedi surplombants le petit Advosze semblaient à deux doigts d'écraser littéralement leur adversaire, mais il n'en était rien. Sa corne noire et unique ornant son large front luisait des éclats transmis par les lames laser et Leto et Kalen furent repoussés en arrière. C'était au tour du petit maître d'arme de partir à l'assaut. Il utilisa un Ataru fulgurant et d'une précision inouïe. Le premier à devoir se défendre car se trouvant sur le chemin de la minuscule tornade violette était le grand Falleen qui, surpris par tant de célérité n'eut d'autre choix que de placer aussi bien qu'il le put son arme en opposition afin de contrer bon gré mal gré les attaques adverses.

Si Kalen n'avait jamais croisé quelqu'un capable de surpasser la Forme IV de son mentor, ce n'était désormais plus le cas. Avec Leto, il avait appris à quel point l'Ataru pouvait être mortel et foudroyant, pratique et polyvalent. Cette forme de combat au sabre-laser possédait à coup sûr le panel de technique offensive la plus vaste qu'un Jedi pouvait maitriser. Ainsi, un manipulateur aguerri de l'Ataru était capable de varier les angles d'attaques, se servir d'une myriade de feintes et de multiplier les combinaisons de mouvements afin de construire sa stratégie. Si l'ennemi était suffisamment adroit pour résister à la première vague d'assaut, le manipulateur de l'Ataru se servait de toute la variété de technique à sa disposition pour jauger la défense de son opposant et ainsi peu à peu se baser sur un type d'assaut particulier qui le mettrait en difficulté. C'était en tout cas ce que Leto lui avait appris à faire auquel cas il aurait à affronter un adversaire coriace et dont la défense semblait se faire plus efficace que la moyenne.

Il avait aussi appris que l'Ataru basait ses techniques sur l'utilisation des trois axes dans l'espace. Le X, le Y et le Z, soit, la largeur, la hauteur et la profondeur. Si le manipulateur de l'Ataru maitrisait le mouvement selon ces trois axes, il serait capable de voltiger tel une chauve-souris tout autour de son adversaire, bondir au-dessus, virevolter, tourbillonner... et c'est ce que Vandreen faisait. Sa petite taille n'aidant pas à fixer sa concentration sur lui, et conscient qu'il devait bien compenser pour affronter des adversaires de taille plus imposante comme Leto et Kalen, Vandreen avait tout naturellement basé le principal de son apprentissage des disciplines de combat Jedi sur l'Ataru. Mais le sien était nettement au-delà de la plupart des Jedi, et Leto le savait. Un élément primordial à la maitrise de l'Ataru se trouvait dans la Force. En effet, l'Ataru était aussi utile et polyvalent qu'exigeant et fatiguant, réclamant une énergie physique conséquente pour pouvoir utiliser toute la force de son essence, la rapidité, la fulgurance et la puissance. Ainsi, les Jedi les plus qualifiés savaient se servir de la Force afin de s'octroyer un surplus d'endurance et d'énergie, pouvant les faire combattre parfois pendant de longues heures. Les rumeurs les plus folles sur les faits d'armes de Raxle Vandreen voulaient qu'il ait affronté et vaincu coup sur coup plus de vingt Chevaliers Jedi lors d'une démonstration des avantages de l'Ataru.

Mais outre le fait de gagner en endurance en utilisant la Force, Vandreen allait plus loin encore. Il utilisait l'inertie. Certain pensaient qu'il ne s'agissait que d'un phénomène de physique élémentaire, mais nul doute que la Force permettait à l'Advosze de parfaire sa façon de combattre, si tant est que cela soit encore possible.  Il s'agissait assez simplement d'utiliser la Force pour accélérer ses mouvements, de manière similaire à la Vitesse de Force bien connue. Néanmoins, le pouvoir ne devait pas stimuler l'ensemble de l'organisme pour permettre aux Jedi de courir mais se concentrer pour transformer un geste basique en un coup fulgurant. L'usage de cette capacité avait deux avantages. Premièrement, l'accélération soudaine des mouvements permettait de surprendre un adversaire et lui asséner un coup précis et violent quand il s'attendait à une attaque facile à parer. Deuxièmement, l'augmentation de la vitesse avait pour effet d'accroitre grandement la puissance d'une frappe. Grâce aux lois de la physique, davantage d'énergie cinétique rendait une attaque plus redoutable. La technique de l'inertie n'était toutefois pas des plus évidentes à maîtriser car il était délicat de doser la puissance et l'accélération. Bon nombre de débutant si étant essayé, armés d'un sabre-laser, s'étaient retrouvés grièvement blessés voire accidentellement amputés d'un membre …

Très vite, Leto fut débordé et forcé de passer à la défensive. Parfois, il tentait quelque coup d'estoc rapide et peu gourmand en énergie physique afin de maintenir la pression sur son adversaire et éviter qu'il ne prenne trop ses aises. Lorsque Kalen put s'intégrer dans cette danse folle où sabre-laser mauve et émeraude s'entrechoquaient, on aurait put croire qu'il allait employé son Djem So habituel, en se servant de sa formidable force physique et la fougue de se jeunesse pour accabler son petit adversaire. Mais ce ne fut pas le cas. À la place, il utilisa l'Ataru qu'il avait appris en début de formation avec Leto, avant que celui-ci ne le suggère d'employer une discipline plus correspondante à ses prédispositions d’athlètes. Était-ce par excès de zèle, comme pour rendre énormément fier son Maître en usant de la discipline qu'il lui avait enseigné au tout début ? Était-ce au contraire pour le défier et lui montrer qu'il était, si pas meilleur, au moins aussi bon que Leto dans l'exercice de l'Ataru ?

En vérité, rien de tout cela. Kalen avait une raison parfaitement légitime, bien que dangereuse pour employer l'Ataru. En effet, sa stratégie consistait à observer les gestes de Leto afin de coordonner les siens pour mieux attaquer. Il pensait que si les deux bretteurs coéquipiers se servaient simultanément au maximum de l'extrême variété des techniques de la Forme IV, Vandreen ne parviendrait pas à contrer tous les assauts et finirait par abdiquer. Ainsi, si Leto attaquait horizontalement, Kalen pensait le ferait verticalement. Si Leto utilisait des offensives verticales, le Nautolan tenterait des techniques en profondeur ou par les côtés. Cela aurait put fonctionner, si seulement Leto pouvait attaquer. Or, la déferlante de lame violette qui de par sa vitesse de déplacement semblait se multiplier le poussait à reculer. Ainsi, Vandreen parvenait non seulement à museler le Falleen, mais aussi prévoir tous les enchainements simplistes du jeune Nautolan.

Lorsque le premier échange de frappe fut terminé, les trois adversaires s'observèrent. Leto n'avait pas été surpris par le foudroiement des attaques de Vandreen, tandis que lui ne semblait pas le moins du monde à cour ni d'énergie ni d'imagination pour déployer toutes ses connaissances dans l'art du maniement du sabre. Quant à Kalen, le peu de mouvement probant qu'il avait dut faire n'avait bien entendu aucunement entamé sa forme physique, mais il s'en voulait déjà de ne pas avoir été capable de faire la différence. Avec le temps, Leto avait sut modeler ce trait de caractère du Nautolan pour éviter que cette exigence avec lui-même ne se transforme petit à petit en frustration puis en hargne et en colère. Au contraire, cela constituait désormais un des moteurs principaux du jeune Jedi, le poussant à se dépasser pour faire mieux.
Le duo de maître-élève se lança un regard, comme une invitation à passer à l'action communément. Ils n'étaient pas décidés à se laisser faire de la sorte. Dans une coordination parfaite, Kalen bondit par dessus Vandreen tandis que Leto menait à son tour l'attaque dans le seul but de distraire le Maitre d'arme. Frapper si bas pour atteindre une cible plus petite que la moyenne lui paraissait étrange, hors de ses habitudes, mais la souplesse avec laquelle Vandreen se déplaçait lui fit comprendre que c'est pas réellement la taille de son adversaire qui allait composer la principale difficulté de cette joute. Tandis que Leto s'efforçait de ne laisser aucune chance à Vandreen d'enchainer ses mouvements correctement, Kalen s'était mis à l'attaquer avec plus de conviction que précédemment.

Soudain, lorsque Leto pressenti la fermeté de la lame mauve de Maître Vandreen tressaillir, il fondit sur son adversaire. Kalen fit de même mais les deux Jedi se rencontrèrent au milieux de là où se situait l'Advosze une demi seconde auparavant. Leto leva les yeux... juste à temps pour entrevoir les semelles de cuir épais des bottes de son adversaire qui s'écrasèrent sur son nez et le renversa. Aussitôt, Vandreen reprit l'initiative de l'assaut, cette fois-ci sur Kalen qui immédiatement se mura dans un Soresu quasi parfait. Une posture défensive impeccable que même la discipline de Leto n'aurait put reproduire. Le Falleen bondit sur ses jambes après quelques secondes de pause et se dirigea vers les éclairs crépitants qui naissaient à chaque fois que les sabres-laser se croisaient. L'action s'était désormais déplacée sur les petites marches qui menaient au centre de l'agora en cuvette de la salle d'entrainement. Quand bien même Vandreen était en contre-bas de deux marches, lui faisant perdre une portée d'environ trente centimètres, c'était à Kalen que cela portait préjudice car le Nautolan devait désormais allonger à l'excès ses mouvements. Ainsi, il choisit de se servir de son Djem So habituel pour couvrir le plus d'espace possible, mais Vandreen lui menait la vie dure en parvenant à passer aisément sous sa garde et le menacer de ses estocs meurtriers chaque seconde. Se tournant à demi, il vit Leto et le tint à l'écart d'un mouvement élégant. Le bretteur à la lame violette fit un écart précis et visa la jambe droite du Nautolan, ce dernier mit son propre sabre en opposition et dans un éclair de lucidité eu le temps de lever à nouveau sa lame pour protéger sa nuque de l'attaque sournoise que lui avait réservé Vandreen. Ce dernier s'apprêtait à réitérer un revers pour trancher de bas en haut le dos du Nautolan lorsque celui-ci bondit en avant, assenant par la même occasion un fabuleux coup de talon à un Vandreen surpris et décontenancé.

Kalen dévala maladroitement la série de petites marches jusqu'à revenir au centre de l'agora mais Vandreen n'eut pas le temps de le suivre que Leto se trouvait déjà sur son chemin. Du point du vue de Vandreen, Leto n'avait pas un mauvais fond, mais il était un des rares bretteurs de l'Ordre qui faisaient autorité à ne pas réellement déceler ce qui faisait de lui, selon les autres, un escrimeur compétent. Bon nombre de Jedi auraient put vous le dire, Alyria Von, Nada-Ma Kendi, Krava Waray, Quom Brock, son défunt maître Ali-Ann Calista naturellement, Icare Manteer peut-être, s'il n'était pas trop aigri, et d'autres. Selon tout ceux-là, Leto était probablement un très bon combattant sabre à la main. Mais pas selon Vandreen qui le trouvait parfois aussi gracieux dans sa maitrise de l'Ataru qu'un droïde protocolaire. Avançant pas à pas, très, voire trop prudemment, arrondissant les angles selon quelques fioritures artificieuses et prévisibles à souhait, il lui reconnaissait néanmoins une obstination inébranlable.

La petite silhouette engoncée dans sa familière armure de combat faite sur mesure, le reflet lumineux de l'astre diurne à travers les vitraux de la salle d'entrainement. Puis le Maître d'arme soupirant, se dérobant aux yeux de son adversaire. Un geste précipité et deux sabres, l'un violet, l'autre vert, qui s'entrechoquèrent furieusement. Le petit combattant qui implorait la Force de se déverser en lui, avec une telle intensité que le Falleen cru ses propres bras et jambes se transformer en coton. Un courant qui s'écoulait aux quatre coins de la pièce baignée de lumière, passant au travers des muscles et des nerfs de Leto, mais aussi de Vandreen. Tel des arcs électrifiés enflammant leurs jambes, les faisant bondir en tout sens, couvrant d'un voile brûlant l'éclat de leurs yeux, donnant à leurs gestes une célérité surnaturelle. La Force s'accumulait jusqu'au bout de leurs lames laser. Et à chaque fois qu'ils cascadaient et reposaient les pieds au sol, on aurait juré entendre des grondements sourds et on aurait cru que le Temple tout entier tremblait sur ses fondations. Soudain, le sabre-laser de Leto fut stoppé net dans sa course, venu s'abattre sur le front de son adversaire mais bloqué par une force irrésistible et invisible, avant que son propriétaire ne soit envoyé valdinguer cinq mètres en arrière. Leto chuta lourdement sur les bancs de pierre jouxtant l'agora d'entrainement tandis qu'il roula sur le côté pour tomber au sol.

Vandreen fit mouliner son sabre-laser dans sa main souple mais ferme et accueillis Kalen, revenu à l'assaut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leto Vorkosigan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 329
Âge du perso : 59 ans
Race : Falleen
Binôme : Kalen Nelaru (Padawan)
Aurora Azulis (Padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Plusieurs missions à travers la Galaxie pour l'Ordre Jedi
HP:
88/88  (88/88)
PF:
98/98  (98/98)

MessageSujet: Re: Un artiste peut-il être un guerrier ? (solo)   Dim 23 Oct 2016 - 15:34

L'espoir. Il se fit imperceptible à cet instant précis, mais indubitablement réel, et Leto en fut frappé en plein cœur en contemplant désormais son élève faire face courageusement au plus redoutable des Jedi sabre-laser à la main. Comme le jour de leur première rencontre, où il avait été étreint de cette lueur chaude et apaisante qu'avait émise la perle doucement brillante ornant le front du Nautolan. Il se souvenait que ce garçon était rempli d'espoir. À mesure que les secondes passaient lorsqu'il lui avait fait face pour la première fois, il avait ressenti l'espoir qui le maintenait en vie se voiler d'opacité, puis finalement revenir à la clarté avant de repartir se cacher derrière l'obscurité. Tout était très fluctuant, mais l'espoir refusait manifestement de se laisser engloutir par la peur, la colère ou le doute, pas entièrement du moins. Tout jeune, Kalen avait sut faire la différence. À la différence des autres initiés et jeunes Padawan qui semblaient très bien s'accommoder de leurs esprits en désordre et de leur manque flagrant de discipline, il était clair que Kalen lui, luttait contre cela. Instable, mais pas dangereux, étriqué mais pas indiscipliné, il était volontaire et espérant. L'espoir de rendre fiers ses parents, l'espoir de trouver sa place dans cet étrange univers, l'espoir de servir ses valeurs sans en dévier un instant. La déception qu'il éprouvait parfois envers lui-même, lorsqu'il échouait, était infiniment plus forte que celle qu'éprouvaient n'importe lesquels de ses précepteurs. C'est cela qui le poussait sans cesse à se surpasser.

Leto s'appuya sur son avant-bras, son sabre-laser avait été désactivé par le choc de sa chute. Il contempla Kalen lutter contre Vandreen.

Dans un mouvement presque indécelable, la lame violette croisa la bleue puis se leva brusquement. Le sabre de Kalen manqua sa cible et s'en alla frapper le vide. D'un léger retournement de poignet, Vandreen attaqua, obligeant son jeune opposant à faire un bond en arrière. Ce faisant, il ramena son arme devant lui pour parer. Mais Vandreen s'était déjà reculé à son tour pour adopter une parfaite position de défense. Contre ce genre de comportement erratique mais pourtant porté par une fluidité sans commune mesure, la soudaine volée d'assaut de Kalen parut aussi exagérée qu'inefficace car Vandreen semblait les contrer les unes après les autres, parant ou esquivant sans pour autant donner l'impression de bouger. Kalen accomplit une série de balayages et de coups droits et Vandreen levait sa lame en diagonale de droite ou de gauche, forçant celle de Kalen à glisser en sens inverse. Puis il recula, reprit un court instant son souffle et fit sauter le manche de son sabre-laser d'une main à l'autre pour raffermir sa prise. L'assaut suivant fut porté par un impact physique un peu plus élevé. Kalen fit aller sa lame en tout sens, mesurant de mieux en mieux ses coups, renversant régulièrement ses angles, transformant brusquement un large fauchage en estoc direct. Raxle finit par céder du terrain, levant sa lame violette pour tenir son fougueux adversaire en respect. Kalen ne semblait pas fléchir.

Vandreen fit soudainement un pas en avant, repoussant la lame bleu du Nautolan vers l'arrière pour forcer le retour au contact. Il fit descendre sa lame vers la cuisse du Padawan, ce dernier intercepta. Ou en tout cas, c'est ce qu'il croyait faire, mais à son grand désarroi, la lame lavande s'était déjà précipité vers son épaule opposée. Kalen se contorsionna sur le côté, faisant filer le danger le long de la manche de sa tunique sans même le toucher, opéra un large dégagement de sa propre arme vers le haut en cherchant à atteindre l'avant-bras du Maître, puis bondit en avant en accomplissant une roulade au sol pour mettre de la distance entre lui et l'Advosze.

Kalen repassa à l'assaut si violemment, si soudainement, sa lame fut possédée par une telle célérité qu'on aurait dit tout son être nimbé d'une lueur azuréenne. Kalen employa toute son expertise du Djem So, désormais. À cet instant, comme aspiré dans un espace-temps parallèle, comme si tout s'était arrêté autour de lui, la fureur du combat, le crépitement ardent des sabre-laser, l'agitation de son adversaire court sur patte, Kalen se souvint des leçons de son mentor, de quelle façon il lui avait transmis ses connaissances sur les disciplines de combat Jedi. ''Lorsque les Jedi furent appelés pour assurer une certaine stabilité en garantissant la paix dans la galaxie, ils créèrent la Forme V ou Djem So, qui naquit parallèlement à l'Ataru ou Forme IV. Cette Forme correspondait au besoin grandissant de puissance des Jedi afin d'assurer la paix en faisant en sorte que peu des notre suffisent à la faire respecter sur des secteurs galactiques entiers. C'est dans cette optique que le Djem So, à ce jour l'une des plus puissantes Formes de combat au sabre laser, fut inventé, mais également pour faire le pendant à son homologue défensif qu'est le Soresu, connu aussi sous le nom de Forme III.'' Lui avait dit Leto, sept ans auparavant. ''En effet, les Maîtres Jedi qui créèrent la Forme V considéraient à la base la Forme III comme potentiellement trop défensive, cette dernière conférant certes une certaine invincibilité à son utilisateur sans pour autant que ce dernier soit en mesure de vaincre ses adversaires. Si la Forme III était principalement axée sur les mouvements de parade, la Forme V, quant à elle, se concentrait plus sur ceux d'attaque et leur puissance.'' Avait-il poursuivi, pour conclure par ces mots : ''L'intérêt que portent certains Jedi pour l'accroissement de puissance et de pouvoir que procure la Forme V devint caractéristique de la philosophie de cette Forme, qui pouvait se résumer par cette maxime : "La paix par une puissance de feu supérieure". Pour certains Chevaliers Jedi, la Forme V est la Forme de combat la plus apte à répondre à n'importe quel type de situation ou menace, que cela soit en temps de paix ou de guerre; mais pour bien d'autres, la domination des autres qu'elle implique lui donne un aspect quelque peu dangereux, dont les pratiquants pouvent être facilement tentés par le Côté Obscur de la Force. C'est pour cela que je t'inviterais à étudier le Djem So lorsque tu sera jugé prêt, et pas avant, jeune Padawan.''

Thème musical de la scène: ne pas perdre espoir !

Leto ne lui avait pas précisé ce détail car cela n'était pas à l'ordre du jour avec un jeune garçon de treize ans, mais il était avouable que le Djem So convenait naturellement plus à un combattant disposant de certaines capacités physiques qu'à un Rodien malingre aux os de verre. Il ressenti de nouveau l'espoir, lumineux et réel. Il croissait à mesure que Kalen déployait son énergie et sa combativité. C'était une sensation merveilleuse. Pour la première fois ce jour, Raxle Vandreen tressaillait. L'expression de son visage tendu laissa transparaitre la naissance d'un trouble. Il dut redoubler d'effort non plus pour attaquer, mais pour tenir son jeune adversaire à distance. Il tenta un pas de côté mais fut brusquement forcé de partir dans le sens inverse, sa lame venant rencontrer avec fracas celle du Nautolan qui par sa puissance physique repoussa le petit Maître d'arme sans ménagement.

- « Tes mouvements sont peu ordinaires, jeune Padawan. Dit Vandreen d'un ton sincère. Son assurance lui revint graduellement. Jusqu'à revenir d'égal à égal avec le Nautolan, Vandreen faisait de nouveau appel à la Force pour augmenter sa puissance de frappe et réussir à déstabiliser le sabre du jeune homme. Mais ce n'est qu'une interlude. » Ajouta l'Advosze lorsqu'il était sur le point de reprendre l'avantage.

Par derrière, Leto s'était relevé, la crosse de son sabre-laser désactivée toujours en main. Il comprenait que Kalen avait prit momentanément l'ascendant mais qu'il avait usé beaucoup trop d'énergie pour continuer sur ce rythme encore très longtemps. Il restait une chance de vaincre, même si il avait eu l'impression de s'être fait manipuler comme un enfant face à un champion galactique de l'escrime avant d'être repoussé aussi facilement qu'une minuscule poupée de laine. Il fallait à tout prix combiner les talents de Kalen aux siens, son sens du placement et ses frappes de précision avec la force et la rapidité du Padawan. Le Falleen réactiva sa lame d'émeraude et bondit de nouveau dans la bataille.

Le laser vert, bleu et violet se croisa de nouveau. Leto songeait à employer les fondamentaux du Sokan. Parfois appelé Forme VIII, bien que celle-ci ne fut pas officialisée comme telle, le Sokan était une très vieille technique de combat au sabre laser, antérieure à la Grande Guerre des Sith. Développée par d'anciens maîtres d'armes Jedi, l'arcane combinait évasion, mobilité et vélocité et d'autres techniques notamment issue de l'Ataru. Le Sokan est donc une technique percutante, reposant sur des frappes rapides et brèves. Avec le Sokan, le duelliste cherchait à mettre en exergue les failles de l'adversaire par des mouvements amples et des impulsions aléatoires. Leto espérait que ce genre d'assaut, combiné aux mouvements plus amples, pourvus d'une plus grande force de frappe du Djem So de Kalen suffirait à déstabiliser le Maître d'arme. Maintenant qu'il était de nouveau revenu au cœur du combat, il ressentait comme une agréable caresse de chaleur l'espoir qui émanait de son apprenti. Un espoir tout ce qui a de plus communicatif, à tel point qu'il cru que dans le feu de la bataille, il pourrait bien en perdre la tête et se voir déjà vainqueur, piège absolu dans lequel les combattants ne devaient Ô grand jamais tomber.

La tactique de Leto semblait fonctionner, Kalen avait comprit et calquait désormais ses attaques aussi bien qu'il le put à celles de son mentor. Coup droit, estoc, fauchage, balayage, poignet retournée, dévation, pivot et charge, presque toutes les techniques y passaient. Plusieurs fois encore, Leto et Kalen purent sentir dangereusement l'odeur d'ozone de l'air ionisé au passage de la lame laser de Vandreen prêt de leur visage. Plusieurs fois encore ils durent se courber au-delà des limites physiques de leurs corps, lequel aurait déjà rompu sans le soutient de la Force. Plusieurs fois encore ils pensèrent, l'espace d'un fragment de seconde que le combat était terminé, victorieux ou défaitiste. Plusieurs fois au contraire, ils crurent désespérément qu'il leur faudrait encore des heures d'efforts et de joute pour venir à bout de leur adversaire, si jamais ce n'était pas lui qui en sortait triomphant bien avant. Mais Vandreen lâchait enfin prise.

Leto était à bout de souffle, Kalen avait mal aux articulations, son front luisant d'une sueur épaisse typique des êtres de sa race. Le teint vert pâle du Falleen avait sensiblement changé pour se colorer d'une très légère note orangée. L'astre diurne parvint à son zénith au-dessus du temple Jedi et de ses bosquets le jouxtant lorsque le combat prit fin.

Dans un élan commun, les trois Jedi firent mouvoir leurs sabre-laser puis l'agitation se tut instantanément. Le calme revint à l'instant où ils se furent tous arrêté de bouger, comme si il n'avait jamais quitté les lieux, se contentant juste de se cacher dans un petit recoins de la salle. Seul le bourdonnement ordonné et apaisant des lames laser se faisait audible. Vandreen avait été prit en tenaille. La lame émeraude de Leto se tenait sous sa gorge. La lame azuréenne de Kalen se situait au niveau de sa nuque, une pression de l'une ou de l'autre aurait pour effet de décapiter l'Advosze en un clin d’œil. La victoire était là, ensemble, Leto et Kalen avait sut se défaire du plus formidable des sabreurs de l'Ordre Jedi. Leur souffle en fut coupé, non pas de fatigue, mais de surprise et de soulagement.

Mais Leto avait perdu, il était mort, et il le savait. Sans séparer sa lame de la gorge de Vandreen, il baissa les yeux en direction de sa poitrine. La pointe mauve du sabre-laser du Maître d'arme menaçait dangereusement de le traverser de part en part. Ils tinrent la positon encore quelques secondes, laissant le temps au Falleen de recouvrer ses esprits et réfléchir sur les circonstances. Que fallait-il retenir de cet entrainement ? Était-ce là la seule issue ? Pour vaincre, devait-il y en avoir un des deux de leur duo qui devait trépasser et suivre leur adversaire dans la mort ? Devait-il être celui-là, ou cela aurait-il put aussi arriver à Kalen ? Est-ce que Vandreen le savait ? Est-ce qu'il avait été assez fort et adroit pour déclencher cela ou est-ce la Force qui en avait décidé ainsi ? Mais il ne put trouver de réponse à toutes ces questions, la voix rauque de Vandreen s'éleva doucement jusqu'à ses oreilles.

- « Leto. C'est terminé, désactivez votre sabre. Fit l'Advosze qui ne tenait pas compte de l'irritation d'avoir un sabre-laser suspendu à sa gorge. En effet, ce dernier se souvenait que selon un commun-accord, les trois Jedi avaient paramétré leurs armes de façon à ce que leurs lames ne soient pas plus dangereuses qu'une arme d'entrainement confiée aux jeunes initiés. Ceci afin d'éviter tout malheur impromptus. En vérité, il se préoccupait plus de ce que le Falleen semblait ressentir. Leto et Kalen baissèrent leurs lames et désactivèrent leurs engins de mort. Vandreen fit de même en dernier. Ils s'écartèrent l'un de l'autre. Kalen s'approcha de son mentor, les bras douloureux, le souffle court, mais une inestimable lueur d'espoir et de joie dans son regard d'un noir envoutant.

- Quelle est la leçon du jour, Maître ? Demanda très humblement Leto. Sa poitrine se levait doucement en se gorgeant de grande bouffée d'air pour réguler l'afflux sanguin à travers tous son corps crispé. Vandreen réfléchi un instant avant de passer ses mains dans son dos.

- Je crois qu'il n'est plus temps des leçons, désormais, Leto. Vous vous êtes engagé sur un sentier où vous devez apprendre et évoluer par vous-même. Tous les Maîtres Jedi de notre Ordre depuis des millénaires connaissent un jour ou l'autre cette étape. Le petit Advosze avait retrouvé son visage blême et impassible de d'habitude, comme si il n'avait pas combattu farouchement pendant si longtemps. Mais une étincelle de compassion passa à travers sa carapace de discipline et de froideur et vint lui étirer les lèvres en un sourire timide mais sincère. Vous avez admirablement bien saisi ce qui faisait l'essence d'une relation de Maître à Padawan, votre complémentarité au combat avec Kalen est indubitable. Vandreen adressa un regard de la même nature à Kalen. Quant à toi jeune Nelaru, ne te repose surtout pas sur tes lauriers, ne te laisse pas séduire par la solution de facilité, n'ose même pas céder de ta patience aux Côté Obscur car ce serait un épouvantable gâchis. Tu es promis à de grande chose, tu sera un vénérable Chevalier Jedi. »

Kalen, plus que Leto encore en eu la bouche bée. Silencieusement, Vandreen se délecta de la stupeur et de la joie naissante sur le visage du jeune homme et salua ses interlocuteurs avant de tourner les talons et quitter la salle d'entrainement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un artiste peut-il être un guerrier ? (solo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un artiste peut-il être un guerrier ? (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Ordre Jedi - Planète Ondéron :: Temple Jedi :: Centre d'Entraînement-