La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maelyna Tarkas
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 225
Âge du perso : 23 ans
Race : Miraluka

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Jeu 21 Juil 2016 - 12:16

Maelyna se réveilla sur sa couchette. La cellule était pratiquement nue, si ce n'était son lit, une table, une chaise et, derrière un mur, un lavabo, des sièges de toilettes et une douche, afin de lui laisser de l'intimité. Il n'y avait pas de miroir, afin d'éviter que les prisonniers ne les cassent et ne s'en servent pour se taillader les veines. La cellule était fermée par un champ de force, et une unique lampe dispensait de la lumière. Cette dernière s'alluma quand elle sorti de son lit et agita la main en sa direction. Elle se passa la main dans les cheveux, avant de se diriger vers la "salle de bain".

Elle était arrivée dans l'austère Temple Jedi de Coruscant trois jours auparavant, toujours encadrée par les deux soldats républicains. Ces derniers l'avaient laissé entre les mains des Jedis avec plaisir, avant de s'en retourner dans une caserne.
Depuis, elle avait été fouillée par une des Jedis, puis conduite dans une des cellules se trouvant dans les fondations du Temple. On la nourrissait à heure fixe, en lui donnant des couverts qui ne coupaient ou ne tranchaient pas. Tout était prévu pour faire en sorte à ce que les prisonniers ne puissent s'ôter la vie, même les draps se déchiraient quand ils étaient soumis à une trop grande force, comme l'Aveugle s'en était rendue compte durant sa première nuit de sommeil, alors qu'elle se tournait et se retournait dans son lit.
Depuis, elle passait ses journées à se reposer, méditer ou à faire de l'exercice.

Elle ôta son pyjama, une simple robe de bure relativement chaude, avant de se mettre sous la douche. Tandis que l'eau coulait sur son corps, elle entendit le champ de force être désactivé quelques instants, avant d'être remit en marche, signe que ses geôliers venaient de lui fournir son petit-déjeuner et de nouveaux vêtements pour la journée. Maelyna sorti de la douche et s'enveloppa dans sa serviette, avant de se diriger vers la table. La première chose qu'elle fit fut de remettre son bandeau, qu'elle ôtait toutes les nuits. Puis, elle s'habilla prestement, avant de manger un frugal repas.

Une fois le jeûne de la nuit rompu, elle s'installa dans un coin de la pièce, avant de commencer à méditer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorn Vocklan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 215
Âge du perso : 37 ans
Race : Épicanthix
Binôme : Partenaire de Alyria Von


Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi
HP:
79/100  (79/100)
PF:
58/110  (58/110)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Jeu 21 Juil 2016 - 21:33

De par leur culture et l’importance qu’ils accordaient aux vies humaines il était assez rare que les jedis fassent des prisonniers, mais depuis quelques temps cette galaxie avait pris une tournure suffisamment sombre pour que quelques individus soient privés de leurs libertés et jetés dans ces cellules jusqu’à ce que leur sort soit décidé. Les jedis jouaient-ils à Dieu en décidant arbitrairement de l’avenir d’un individu aussi aisément qu’ils décideraient de ce qu’ils mangeraient au petit déjeuner ? Pas vraiment, pas du tout. Il ne s’agissait pas ici d’avoir droit de vie ou de mort sur un individu mais de décider si libérer ce prisonnier était la chose la plus sage à faire, si le libérer n’allait pas déclencher une spirale de chaos et de destruction dont ces adeptes de la Force seraient seuls responsables.
D’ordinaire le jeune maître d’armes ne passait jamais près du quartier des cellules de détention car son agenda était suffisamment rempli pour qu’il ne puisse se permettre de flâner ainsi, cela et également le fait qu’il ne portait qu’assez peu d’intérêt aux personnes enfermées là-dedans. Si elles étaient-là c’était toujours pour une bonne raison et, malheureusement, Lorn n’en savait pas suffisamment pour pouvoir décider de leur sort avec impartialité.

Mais aujourd’hui les choses étaient différentes, il était revenu de son affrontement face à cette seigneur sith quelques jours plus tôt et, alors que son corps commençait enfin à retrouver une forme acceptable selon ses critères très élevés, on lui fit part de la présence d’une personne sensible à la Force dans une des cellules de détention. D’ordinaire il se serait contenté d’hausser les épaules et de passer à autre chose, mais il devait bien avouer que son affrontement face à la sith avait eu le mérite de piquer son intérêt. Pourquoi arpentaient-ils cette voie ? Pourquoi choisir de s’acoquiner avec les pires racailles de l’univers ? Aux vues du pédigrée de la demoiselle qui était enfermée non-loin de lui, le colosse pensait pouvoir obtenir une réponse.

Ayant obtenu l’autorisation d’interroger cette personne, affirmant que sa vision peu orthodoxe des choses pourrait s’avérer plus efficace que la diplomatie dont faisaient preuve tous ses collègues, le maître d’armes se munit de la tablette de données récapitulant les informations recueillies sur cette personne avant de pénétrer dans la cellule sans s’être annoncé.
Trainant une chaise derrière lui dans un raclement des plus désagréables, il pénétra dans la pièce et, une fois le champ de force e nouveau actif derrière lui, positionna la chaise devant la table, à l’opposé de l’autre. Ce qu’il y avait de bien avec cette femme – ou du moins avec les gens de son peuple – c’était que Lorn n’allait pas avoir besoin de jouer des muscles ou de braquer son regard froid sur elle pour essayer de la déstabiliser, tout passerait par la voie et sa présence dans la Force.

Cette femme était en train de méditer, chose qui ne surprit pas vraiment le maître d’armes, familier avec ce type d’occupation, mais cela n’empêcha pas ce dernier de briser le silence qui régnait en ce lieu. S’asseyant sur la chose amenée avec lui, il émit un premier soupir léger avant de finalement lâcher :

« Maître Vocklan, je suis là pour décider de ce que nous allons bien pouvoir faire de vous. »

Il n’avait pas besoin de s’appesantir en formules de politesse pour quelqu’un ayant fricoté avec les siths ainsi que ces immondes limaces géantes que l’épicanthix ne portait pas dans son cœur. Laissant à son interlocutrice le temps de remarquer la présence d’une autre personne dans la pièce et de retourner son attention vers ladite personne, le colosse jeta un autre œil aux données sur la tablette devant ses yeux avant de reprendre par :

« Ça va être très simple. Je vais chercher à vous connaître et vous comprendre. Je vais poser des questions et le reste ne dépendra que de vous.»

Bien évidemment que le maître était en train de mentir, le reste n’était plus entre les mains de cette demoiselle depuis bien longtemps mais il avait besoin de lui donner un peu d’espoir pour espérer sa coopération. Pourquoi parlerait-elle si elle se savait déjà condamnée ? Désireux de conclure cette introduction en laissant sa parole à son interlocutrice, le jeune maître conclut par un :

« Si vous avez quelque chose à dire avant qu’on ne commence, c’est maintenant ou jamais. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelyna Tarkas
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 225
Âge du perso : 23 ans
Race : Miraluka

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Ven 22 Juil 2016 - 17:16

La jeune femme méditait au mieux, se reposant au final de ses nombreuses péripéties. Elle en profitait en même temps pour faire le point sur sa vie : plus d'alliés ou d'amis, en exil, sans véritable attache ou allégeance, sa tête mise à prix et, pire encore, morte aux yeux de ses parents. Cela l'abattait totalement. Supposée supplanter l'enfant du Sith pour lequel ils travaillaient, leur fille unique avait finalement déçu leurs espoirs d'avancée sociale. La jeune femme était parvenue à leur parler, à avoir une conversation écrite avec eux, durant son passage au "service" de Borenga, mais les mots durs de son père et de sa mère l'avaient fait désespérer.
Elle avait apprit à ce moment-là qu'elle avait été déshéritée, et qu'ils avaient fait récupérer ses affaires à l'Académie de Korriban pour les détruire, et faire disparaître toute trace de leur fille.

Elle soupira tristement en repensant à cela, avant de changer de pensées. Ces dernières se dirigèrent vers Naël, et elle se demanda ce qu'il devenait, depuis Sernpidal. Était-il revenu à Korriban, continuait-il de s'occuper de l'entraînement des Apprentis ? Ou bien avait-il, entre temps, cherché à se trouver une relation intime un tant soit peu soutenue ?
Cheekitah, quant à lui, avait finalement été échangé à la République contre trois officiers de bien moindre importance, hiérarchiquement parlant, mais d'une valeur toute aussi grande, d'un point de vue stratégique.

Elle fut tirée de sa réflexion par l'arrivée de quelqu'un dans la cellule. Il s'agissait d'un Jedi, dont l'aura était grise, mais tirait vers la clarté. Il traînait une chaise derrière lui, avant de s'appuyer dessus. Il expliqua être Maître Vocklan, et il serait la personne qui décidera du sort de la jeune femme. Il lui poserait des questions, et les réponses qu'elle ferait détermineront son sort. Enfin, il lui laissa dire quelque chose, avant le début de l’interrogatoire.
Maelyna se releva et s'enveloppa dans sa couverture, avant de s'asseoir sur la chaise en face du Jedi, avant de laisser s'échapper un sourire en coin.

"Très bien, je comprends vos raisons. Mais, j'espère que vous m'excuserez de la pauvreté de mon accueil, je ne peux même pas vous servir de tasse de thé, ou de café..."

L'Aveugle cessa de sourire, pour remettre ses cheveux en place. Ces derniers avaient été coupés durant son passage au "service" de Borenga, et par une personne ayant autant de talent qu'un Tusken aveugle, ce qui lui donnait une tête aux épis plus ou moins long. Sa petite tentative d'humour n'avait qu'un but : tenter de détendre l'atmosphère, et au moins tenter de se faire apprécier de son interlocuteur. Sa voix était légèrement éraillée, dû à son peu d'interactions sociales pouvant lui permettre de parler à quelqu'un.

"Enfin... Mis à part ces quelques considérations matérielles, quelles questions souhaitez-vous me poser, Maître Vocklan ?"

Elle ne tenta pas de le charmer d'une quelconque façon et ce pour une excellente raison : c'était un Jedi, qui se devait donc de se contrôler vis-à-vis de certaines... "Pulsions" et de certains sentiments. De plus, rien ne lui prouvait qu'il serait sensible à son charme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorn Vocklan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 215
Âge du perso : 37 ans
Race : Épicanthix
Binôme : Partenaire de Alyria Von


Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi
HP:
79/100  (79/100)
PF:
58/110  (58/110)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Sam 23 Juil 2016 - 18:11

À force d’avoir voyagé le jeune homme avait eu l’occasion d’observer certaines techniques de déstabilisation mentales qui pouvaient servir dans les interrogatoires, mais aujourd’hui il décida de les laisser de côté car elles ne lui seraient d’aucune utilité. Il aurait pu faire lever cette femme en trombe en la privant de repas pour affaiblir son corps et son esprit mais ce n’était pas là la façon de faire des jedis. Il aurait pu baisser la température de la pièce pour mettre cette femme mal à l’aise mais c’était là une fourberie plus utile aux siths qu’aux jedis qui, grâce à leur goût de la diplomatie, désiraient toujours obtenir la vérité sans avoir recours à des manipulations mentales et autres brutalités physiques.
Quid de Lorn ? Il n’était tout simplement pas assez subtil et encore moins suffisamment patient pour prendre le temps de mettre en place ces fameux stratagèmes qui auraient pu lui simplifier la vie. Si vous connaissez un peu le bonhomme vous savez désormais qu’il est le genre à apprécier les actions directes aux palabres inutiles et chronophages, il aimait quand les décisions étaient prises et aujourd’hui, avant la fin de la journée, il aurait décidé si cette femme ressortir d’ici ou si elle finirait ses jours dans cette cellule de luxe. Demanderait-il l’aval du Conseil ? Bien sûr ses pairs auraient un droit de regard sur sa décision et il leur en ferait part avant d’appliquer sa décision, mais ce n’était pas de l’arrogance que de dire qu’il se savait suffisamment détaché pour prendre une décision en se basant uniquement sur ce qu’il savait de cette personne. Oh bien sûr s’il avait à faire à un hutt ou à un sith qu’il avait combattu par le passé toute objectivité s’envolerait aux quatre vents, mais ici ? C’était la première fois qu’il voyait cette personne et avait tout à apprendre d’elle.

Pénétrant dans la salle et posant les fesses sur sa chaise, le jeune homme prit la parole et laissa l’occasion à son interlocutrice de faire son petit trait d’humour bien senti. Si d’aucun n’auraient pas trouvé cela drôle, Lorn savait que parfois certaine personnes usaient d’humour comme un bouclier pour masquer un certain inconfort. Était-ce le cas ici ? Dur à dire en sachant si peu de choses sur cette personne, mis le colosse serait vite fixé. Sans même regard la demoiselle, il se contenta de répondre :

« De l’humour ? C’est bien, vous en aurez besoin.»

Était-ce une menace ? Bien sûr que oui, le jeune homme préférait donner le ton dès le début pour que cette conversation ne souffre d’aucune ambiguïté. Cette femme avait une chance sur deux que cette cellule soit sa maison pour le restant de ses jours, autant dire qu’elle avait une chance sur deux de plonger dans le désespoir le plus profond et l’humour saurait lui être d’un secours précieux pour ne pas se noyer dans ce désespoir et cette solitude.
Il n’était pas là pour plaisanter et espérait qu’avec cette seule phrase son interlocutrice l’ait compris.

Ainsi, alors que son interlocutrice lui laissai bien volontiers débuter les hostilités, le jeune homme posa les yeux sur les données de sa tablette. La demoiselle avait été arrêtée deux fois et avait réussi à s’évader durant la première. D’abord version dans le côté obscur puis alliée à ces espèces de limaces géantes, elle avait de toute évidence des goûts de chiotte en matière de camaraderie. Le nez toujours plongé dans les données, il demanda alors :

« Siths et Hutts. Si je vous libère, vers qui vous tournerez vous ensuite ? »

La demoiselle fricotait avec les pires racailles de cet univers, il était évident que le jeune homme voulait savoir quels autres alliés étaient dans sa liste. La libèrerait-elle pour qu’elle saute dans les bras d’autres agents du chaos et de la destruction ? Évidemment que non. Le monde était suffisamment dans la merde pour ne pas rajouter un élément imprévisible en plus dans l’équation.
Puis, finalement, il conclut son intervention par :

« Vous vous doutez bien que la nature des gens avec qui vous trainez ne joue clairement pas en votre faveur. Autant dire que si vous voulez sortir d’ici il va falloir faire bien plus qu’un trait d’humour. »

Il n’avait pas besoin de belles paroles enjôleuses, il n’avait pas besoin de vaines promesses, il avait besoin de la vérité et il l’obtiendrait coûte que coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelyna Tarkas
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 225
Âge du perso : 23 ans
Race : Miraluka

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Dim 24 Juil 2016 - 22:21

La jeune femme se passa la main dans le cou, se le massant par la même occasion. Son interlocuteur semblait avoir apprécié sa piètre tentative d'humour. Du moins, il laissait supposer que cela serait utile à l'Aveugle, qu'elle en aurait grandement besoin. Etrangement, cela ressemblait à une sorte de menace voilée. Si cela n'en n'était pas, c'est que le Jedi avait le don pour faire de bien étranges sous-entendus. Il lui demanda vers qui sa loyauté la ferait aller, si elle venait à être libérée. Irait-elle chez les Siths, rejoindre ses pairs et retrouver l'attirant Côté Obscur ? Ou bien accepterait-elle que sa loyauté soit bradée pour entrer au service de quelques Hutts influents au Cartel ?

Maelyna prit une mine pensive. Les Hutts ? Bah ! Ils ne la connaissaient pas, mais elle connaissait leur réputation. Le seul travail qu'elle pourrait espérer décrocher auprès d'eux serait celui de danseuse, de courtisane, à moins qu'elle ne parvienne à faire étalage de ses pouvoirs avant. Quand aux Siths, elle se doutait bien qu'ils l'accueilleraient à bras ouverts... Ainsi que leurs nombreux instruments de torture, à n'en pas douter. Elle soupira, à voix basse, avant de lever le visage vers le Jedi. A défaut de "réellement" le "regarder", elle pouvait en donner l'illusion, ce que certains interlocuteurs appréciaient grandement.

"Les Hutts ? Ils ne me connaissent nullement, je doute même que Borenga puisse être capable de se rappeler de mon nom. Je n'étais qu'un pion sur son échiquier, après tout. De plus, ils sont aussi glissants et fuyants qu'une limace, et leur accorder sa loyauté équivaut à se jeter nue au beau milieu d'Apprentis Siths aux hormones torturées. Donc je n'irais pas vers eux."

Elle prit le temps de reprendre son souffle, avant de continuer, et laisser ainsi planer le doute sur ses motivations.

"Quant aux Siths... Mes parents ont mit ma tête à prix. Mes Instructeurs n'ont sans doute cure de moi. Si je reviens vers l'Empire Sith, le mieux qui puisse m'arriver est d'être exécutée proprement pour toute forme de procès."

Maelyna se passa machinalement la main sur le cou et le frotta pensivement, semblant se rassurer sur la présence de chair à cet endroit-là, et non pas d'un vide aux contours carbonisés par un sabre-laser.

"Au pire, ce qui m'arriverait serait d'être torturée longuement et maintenue en vie artificiellement le plus longtemps possible. Et ce sans aucun doute de la part de mes parents, après tout, ils ne proposent pas moins de 60.000 crédits pour m'avoir vivante, et doivent avoir bien des idées quant à mon sort, afin de me faire payer ma traîtrise et la déception de leurs espoirs..."

Elle se leva et, assez pudiquement et prudemment, tourna le dos à Lorn Vocklan, avant de retirer la bretelle droite de sa robe de bure, afin de dévoiler son omoplate droite, et le tatouage scarifié qui s'y étendait.

"Ce tatouage, ainsi que celui de mes lèvres, a été fait par mes parents, qui pensaient que la douleur permettrait de me stimuler, et de m'inciter à user de la Force, qui sommeillait de façon latente en moi à l'époque. Quand je parvins à échapper à l'Empire, et après qu'ils aient décidé que ma vie ne valait que 60.000 crédits, je l'ai scarifié."

Maelyna se rassit après avoir rajusté sa tenue. Elle "fixa du regard" le Maître Jedi.

"Croyez-moi, si je suis libre, je n'offrirais ma loyauté qu'à moi-même, et irais sur mon propre chemin. Je poursuivrais ma propre quête, avant de décider que faire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorn Vocklan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 215
Âge du perso : 37 ans
Race : Épicanthix
Binôme : Partenaire de Alyria Von


Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi
HP:
79/100  (79/100)
PF:
58/110  (58/110)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Lun 25 Juil 2016 - 22:01

En vérité cela aurait été mentir que de dire que cet individu s’intéressait profondément à l’histoire et aux péripéties ayant jalonné la vie de la femme qui se tenait devant lui, bien sûr il était toujours intéressant de savoir comment un individu avait pu être attiré par le côté obscur mais, ici, son intérêt n’était que purement intéressé. Aucune curiosité malsaine, aucune envie de connaître les moindres habitations et les plus profondes aspirations de cette jeune personne, juste la volonté de savoir ce qui l’animait et d’évaluer si sa libération ferait plus de mal que de bien.
De par son expérience très personnellement avec l’esclavagisme il éait évident de dire que Lorn ne gardait pas les Hutts dans son corps et qu’il n’avait que mépris pour ceux qui choisissaient de se ranger aux côtés de ces immondes limaces, mépris qu’il ne prenait aucunement la peine de masquer. D’un autre côté, de par le rôle qu’il jouait en ce onde, les siths étaient ses Némésis et croiseraient toujours sa route aussi longtemps qu’il resterait un souffle de vie dans ses poumons. Et, aujourd’hui, il faisait face à une personne qui, en plus d’être une girouette, s’était alliée tour à tour avec ces deux camps. Pas très bon comme départ, non ?

Laissant son interlocutrice s’expliquer concernant son refus de revenir vers ces immondes limaces car sa loyauté ne leur était pas acquise, car elle n’était qu’un pion de plus dans leur jeu, le jeune homme ne fronça même pas des sourcils et se contenta de répondre :

« Travailler pour quelqu’un ne nécessité ni loyauté ni confiance..»

Vint ensuite pour la demoiselle le temps d’avouer que ses parents la portaient si peu dans son cœur qu’ils avaient mis une prime sur sa tête et que, de ce fait, elle ne pouvait décemment pas retourner vers les siths qui n’appréciaient que très vaguement la trahison et la désertion. Essayait-elle d’émouvoir son interlocuteur en parlant de sa famille ? C’était une piètre tentative et la réponse du jedi en fut la preuve.

« Vous êtes seule et les pires racailles de cette galaxie vous en veulent. Autant vous laisser ici, vous y serez plus en sécurité..»

Plaisantait-elle en faisant ce constat ? Absolument pas, mais bientôt ses paroles s’envolèrent lorsque son interlocutrice prit de nouveau la parole. Elle se dénuda soudainement, pensant peut-être éveiller l’intérêt du jedi de cette façon, mais tout ce qu’elle réussit à faire fut de raviver dans l’esprit du jeune homme le souvenir du fouet et du fer chaud contre sa peau. Frissonnant légèrement l’espace d’un instant, il fronça les sourcils et reprit avec :

« Rien d’étonnant à ça. Entre les siths et la douleur, physique ou mentale, c’est une grande histoire d’amour. »

Enfin vint le moment où la demoiselle dévoila ses projets pour la suite et, bien qu’elle fut évasive à ce sujet, elle avoua ne vouloir désormais avancer que pour elle et elle seule. Pensait-elle que l’égoïsme allait jouer en sa faveur ? Raté, ce n’était pas un sith qu’elle avait en face d’elle et encore moins un mercenaire. Repensant aux informations présentes sur la tablette, il lâcha alors sur un ton cassant :

« Seule, sans ressources, sans alliés. Ayant succombé au côté obscur, ayant bradé sa liberté pour l’offrir à des criminels et esclavagistes. J’espère que vous ne me pensez pas assez stupide pour gober, ne serait-ce qu’un instant, que vous êtes capable de faire les bons choix. »

Prenant une pause de quelques secondes dans son speech, il redressa la tête vers la demoiselle et, pointant ses yeux azurs vaguement dans sa direction, conclut par :

« Je suis certain que vous avez déjà quelques projets en tête. La vengeance, peut-être. Ai-je tort ?»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelyna Tarkas
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 225
Âge du perso : 23 ans
Race : Miraluka

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Mar 26 Juil 2016 - 16:39

Les réactions du Jedi vis-à-vis d'elle étaient... Rabaissantes, voire humiliantes, du point de vue de l'Aveugle. Pire encore, selon lui, la meilleure façon de la "protéger" des nombreuses racailles peuplant la galaxie et étant susceptibles de lui faire du mal. Ce qui allait totalement à l'encontre des désirs de liberté de la jeune femme, et surtout de son souhait de possession de sabre-laser. Quand Vocklan parla des Siths, sa seule réaction fut un commentaire sur l'amour immodéré des Siths pour la violence et la douleur. Maelyna ne pouvait qu'acquiescer silencieusement à cela, tout en ajoutant intérieurement que cela faisait des Siths des mâchines à tuer pratiquement sans âmes. Et c'était ce genre de personnage qui avait fait plier la République, et qui parvenait à la maintenir en échec sur certains fronts.

Puis, il lui fit remarquer qu'elle n'avait pas fait que des choix judicieux dans sa vie, avant de lui demander quels étaient réellement ses projets. Intérieurement, la Miraluka fulminait en entendant cela, et on pouvait le voir à ses lèvres tatouées ne dessinant plus qu'une fine ligne de couleur pourpre. Qu'est-ce que ce Jedi connaissait à ses choix de vie ? Que savait-il réellement de ce qu'elle avait vécu ? Rien ! Alors qu'il lui demandait quels étaient ses véritables projets, comme la vengeance, elle ne put s'empêcher de répondre de façon effrontée.

"Bon. Je n'ai jamais voulu me tourner vers le Côté Obscur de moi-même. Je suis née dans l'Empire, et dans l'Empire, la norme est de confier les personnes sensibles à la Force aux "bons soins" de l'Académie Noire, les contrevenants étant généralement soumis à la peine de mort. Si j'étais née dans l'Espace Hutt, ou même dans la République, nul doute que mon chemin aurait été différent..."

Elle s'arrêta de parler pour reprendre son souffle à l'aide de grandes inspirations. Puis, une fois son calme relativement revenu, elle reprit la parole :

"Quant à Borenga... J'avais le choix entre le rejoindre, ou mourir. Je tiens bien trop à ma vie pour la perdre bêtement ainsi. De plus, quand vous avez le couteau sous la gorge, ou le blaster contre la tempe, pensez-vous avoir encore votre libre-arbitre ?"

Elle se reprit. Alors que l'Aveugle se calmait, elle se prit la tête entre les mains, en proie à la réflexion. Une fois qu'elle parviendrait à avoir son sabre-laser, que pourrait-elle faire de plus ? Se venger ? Sauter nue et enduite de sauce à viande, dans une fosse à nexus est plus simple, pour se suicider. Nul doute que ses parents s'attendaient à une visite de sa part.
L'Aveugle se passa la main sur la nuque.

"Ce que je ferais une fois sortie ? Mmmh... J'irais me confectionner un sabre-laser, avant de m'exiler loin de la politique impériale ou républicaine, des machinations Hutts... Juste moi, ce sabre pour me défendre, la paix et, pourquoi pas une servante à qui me confier et qui partagerait ma couche ? Eh quoi ? Cela semblerait choquer vos opinions, Maître Jedi..."

L'ajout de la servante n'était qu'à moitié sérieux : la Miraluka souhaitait surtout tester les réactions du Jedi devant ce genre de comportement. Même si elle caressait ce genre d'idée avec une certaine envie. Sa seule expérience réelle en la matière avec quelqu'un du sexe opposé avait été Cheekitah, et il n'était pas l'amant le plus adorable, ni le plus doux qui puisse exister. Elle se demanda si ce dernier avait parlé de toutes ses mésaventures dans son rapport, une fois qu'il était revenu dans la République ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorn Vocklan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 215
Âge du perso : 37 ans
Race : Épicanthix
Binôme : Partenaire de Alyria Von


Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi
HP:
79/100  (79/100)
PF:
58/110  (58/110)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Mar 2 Aoû 2016 - 22:28

Si vous connaissez un peu le jeune maitre vous savez qu’il n’est pas vraiment un grand fan du baby-sitting, préférant nettement plonger dans le cœur de l’action plutôt que d’enseigner à de jeunes esprits qui ne voulaient rien de moins qu’être ailleurs. Alors comment expliquer sa présence dans cette pièce exiguë ? Comment expliquer que ce jeune maître était capable de mettre de côté ce qui ne faisait que l’ennuyer pour mener à bien une tâche précise qui ne lui – normalement – n’aurait pas été assigné ? Cette personne en face de lui avait-elle un je-ne-sais-quoi de spécial pour justifier la présence du maître d’armes en face d’elle ? En vérité pas du tout, le maître avait déjà pris sa décision avant même de lui quoi que ce soit sur cette femme, il était davantage intéressé par ce qu’il pouvait apprendre de cette girouette plus que cette personne en elle-même. Et en plus il avait toute la latitude de décider de son sort une fois cet entretien terminé et, même s’il n’aimait pas jouer à Dieu en tenant la vie d’une personne dans le creux de sa main, il trouvait cette situation assez cocasse.

Contrairement à ses collègues le jeune homme se fichait de rester des heures à palabrer avec cette femme de ses croyances profondes, il n’avait que faire des fausses promesses qui sortiraient sa bouche et avait besoin de voir et sentir de lui-même si cette femme essayait de l’embrouiller ou si elle était sincère. De toute façon pouvait-il croire sincèrement la parole d’une femme avec un tel passé ? Bien sûr que non, la question ne se posait même pas.
Alors que Lorn écoutait cette femme parler de son passé comme si cela allait expliquer et justifier tout ce qu’il avait pu faire par le passé, le colosse ne chercha même pas à masquer le soupir de lassitude qui sortit de sa bouche et fit écho à l’affaissement de ses épaules. Pourquoi une telle réaction ? Parce qu’il était déçu de voir cette femme choisir l’option de la soumission forcée au lieu d’assumer pleinement ses croyances profondes comme l’aurait faire n’importe quel sith digne de ce nom. Elle choisissait donc l’option de la victime, de celle n’ayant pas eu d’autres choix que de s’associer avec le diable au lieu de se laisser mourir.

Son passé aurait-il été différent si elle était ailleurs ? Pour s’être posé la question un millier de fois le jeune colosse savait bien que oui, ses origines définissaient son passé comme son avenir, il n’y avait aucun doute là-dessus. Suite à cela la demoiselle posa une question directe à son interlocuteur, concernant la notion de libre-arbitre lorsque sa vie était menacée, ce à quoi il répondit :

« Même avec un couteau sur la gorge vous avez le choix. Le choix de mourir plutôt que de passer de l’autre côté de la barrière, le choix de mourir plutôt que de finir par blesser ou tuer des innocents. La plupart excluent simplement cette option d’office car ils tiennent plus à leur propre vie qu’aux centaines ou milliers d’autres qu’ils seraient amenés à supprimer ou briser. »

Était-ce nécessaire de dire que le colosse savait son interlocutrice dans cette catégorie et que lui, de par sa formation, sacrifierait volontiers sa vie plutôt que de se voir corrompre ? Non, il ne pensait pas avoir besoin d’enfoncer cette porte ouverte. Bientôt, alors que la demoiselle évoqua ce qu’elle souhaitait faire plus tard, Lorn ne se força même pas à mettre un peu d’amusement dans le ton de sa voix tant il trouvait cocasse la réponse de la demoiselle.
Espérait-elle le choquer en parlant de sexe ? Était-ce parce qu’il était jedi qu’elle l’imaginait coincé du cul ? Elle avait faux sur toute la ligne et il ne manqua pas de le lui faire remarquer :

« Alors c’est ça qu’on vous apprend chez les siths ? Que tous les jedis sont coincés et facilement choquables ? Je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer mais il va falloir revoir votre copie, surtout si votre tactique consiste à espérer me choquer ou me surprendre.»

Il en avait vu des vertes et des pas mures, suffisamment pour ne pas se laisser impressionner par une tactique aussi simpliste que celle-ci. Croisant les bras devant sa poitrine, il conclut son intervention d’un simple et clair :

« Persistez à me prendre pour un idiot si vous le souhaitez, ça n’accélèrera en rien votre hypothétique sortie. Vraiment pas. Aussi je vous suggère de vous mettre à table avant que ma lassitude ne prenne le pas sur ma curiosité et ma patience.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelyna Tarkas
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 225
Âge du perso : 23 ans
Race : Miraluka

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Mer 3 Aoû 2016 - 22:21

Le Jedi fit remarquer, avec une justesse et une vivacité d'esprit tout à fait remarquable pour les membres de son Ordre, que l'on avait toujours le choix, quand on avait le coutelas sous la gorge. Bien entendu, on pouvait choisir de laisser la lame trancher dans notre chair, la déchirer et l'arracher, avant de nous quitter, pour nous laisser tomber au sol, gargouillant dans notre sang. C'était ce qu'avait pensé Maelyna à cet instant-là. Mourir ? Très peu pour elle. Elle voulait vivre, quitte à jeter aux orties sa loyauté le temps pour elle de retomber sur ses pattes. Lorn en vint ensuite à son histoire de servante, qui pourrait être plus.

Il expliqua que, contrairement à ce que pouvait penser l'Aveugle, les membres de l'Ordre Jedi n'étaient pas tous une bande de bigots, et lui conseilla de revoir sa tactique si elle souhaitait surprendre ou choquer son interlocuteur. La jeune femme se gratta la tête, alors qu'il reprenait contenance, afin de lui ordonner de dire la vérité. Que pouvait-elle dire de plus ? Elle se mordilla les lèvres, ses dents raclant contre le tatouage rugueux, puis remit en place une des bretelles de sa tenue, qui menaçait de tomber de son épaule.

"Que puis-je vous dire ? Je préfère la vie à la mort, pauvre petite égoïste que je suis... Depuis mon arrivée à l'Académie, mes Instructeurs me tenaient sous leurs coupes, en me faisant miroiter un sabre-laser en récompense de leurs services. N'en n'ayant toujours pas, je me contenterais de m'en faire un par moi-même. Mais je me désintéresse de la politique, de la République ou de l'Empire."

Elle se leva, doucement, sans montrer de signe d'hostilité, pour se réfugier sur le lit, s'enveloppant dans la couverture, presque à la façon d'un enfant se rassurant. Son visage était tourné vers Lorn pendant ce temps-là. Maelyna se recroquevilla un peu plus et, de ce cocon ne dépassaient que sa tête et ses pieds.

"Je n'ai cure de l'Echange ou des Hutts. Si je ne parviens pas à me trouver une petite retraite tranquille, en compagnie d'une confidente et plus encore, je me rendrais sans doute sur Alderaan. Là, je trouverais sans doute une nobliaute ou la fille d'un hobereau sans guère d'importance qui voudra bien d'une manipulatrice de la Force pour lui servir de garde du corps et, pourquoi pas, de confidente, sans que cela n'aille nécessairement plus loin."

Elle ne savait trop que dire pour la suite, quand ses sens améliorés captèrent l'arrivée imminente de plusieurs personnes. Elle ne savait combien de temps s'était écoulé depuis son réveil, mais son estomac qui commençait à la tenailler lui indiqua qu'il était l'heure pour elle de se restaurer. La "porte" de la cellule s'ouvrit, pour laisser entrer un jeune Padawan qui s'arrêta net en voyant Lorn. Il tenait entre ses petites mains un plateau caché par un couvercle. Il était suivi d'un soldat républicain qui, l'arme au poing, était supposé braquer l'Aveugle le temps que le Padawan dépose le plateau et s'en aille. Ils changeaient de Padawan tous les jours, bien que Maelyna ne comprenne guère le sens de la démarche : les Jedis craignaient-ils que la Miraluka pervertisse d'une quelconque façon leurs chers élèves ?

Celui qui était arrivé était jeune, très jeune, et avait à peine douze ans, à tout point de vue. De petite taille, fluet et frêle, il était tout autant intimidé par la femme blonde que par le soldat qui l'escortait, alors le Jedi accompli assit dans la cellule... En tremblant comme une feuille, l'enfant parvint à rassembler un peu de courage et s'adressa à ce dernier :

"M-maître Jedi... Je... Je... suis ici pour... Eeeuh..."

Le soldat lui souffla complaisamment la fin de sa phrase :

"Pour donner son repas à la prisonnière."

"Ou-oui, c'est cela, pour... Pour donner son repas à la prisonnière."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorn Vocklan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 215
Âge du perso : 37 ans
Race : Épicanthix
Binôme : Partenaire de Alyria Von


Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi
HP:
79/100  (79/100)
PF:
58/110  (58/110)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Dim 7 Aoû 2016 - 22:50

Le maître d’armes savait qu’il était hypocrite de juger quelqu’un sur son impossibilité à sacrifier sa propre vie pour le bien du plus grand nombre, pour éviter de provoquer la souffrance d’autres individus dans un avenir plus ou moins proche, mais il ne pouvait tout simplement pas passer sous silence les choix peu recommandables de la personne se trouvant en face de lui. Il était conscient que même au sein de son ordre il y avait certains éléments, de jeunes éléments pour la plupart, qui avaient encore un peu de mal à accepter qu’il n’y avait pas de mort mais uniquement la Force, ces personnes-là étaient ls moins susceptibles d’oser se sacrifier même pour le bien du plus grand nombre. Mais comment leur en vouloir ? Cette abnégation venait avec le temps et l’expérience, elle n’était pas idée et Lorn ne pouvait décemment pas en demander autant d’une personne n’ayant connu que la douleur et la trahison toute sa vie durant.

Il n’avait fallut que d’un seul paraître, qu’un seul lieu de naissance différent pour qu’elle et lui soient opposés, peut-être se serait-il trouvé dans la même situation que son interlocutrice si ce n’était pas un jedi mais un seigneur sith qui était arrivé en premier sur cette planète. Qui pouvait le dire ? Mais le passé était le passé, le maître jedi se trouvait avec une supposée ancienne sith et devait décider s’il la laisserait enfermée ici pour le restant de ses jours ou s’il lui rendrait la liberté. Il n’y avait pas d’autre choix possible, pas de compromis, pas de liberté surveillée dans une galaxie aussi grande.

À bien y réfléchir ce n’était pas la seule vie de cette sith qui était dans la balance mais également les vies des innombrables personnes qu’elle aurait tout le plaisir de détruire si jamais elle succombait de nouveau au côté obscur. Et c’était à lui de décider de tout cela ? Il allait devoir prendre son tôt et y réfléchir mûrement, ce qui n’était clairement pas dans ses habitudes.
Cette femme tenait trop à sa propre vie et ne cherchait même pas à le cacher, ce qui n’allait pas peser très lourd dans sa balance car cela signifiait, aux yeux de Lorn tout du moins, qu’elle ferait tout et n’importe quoi pour suivre, jusqu’aux plus viles et basses besognes. Une fois cette partie passée elle évoqua ensuite ses désirs d’un avenir simple et loin des tourments de ce monde et de la vie politique, ce que le colosse avait clairement du mal à gober. Appelez cela méfiance ou expérience personnelle mais il doutait qu’une sith, même à la retraite, soit capable d’embraser une vie simple et isolée.

Trop sceptique et suspicieux pour être objectif ? Non, pas vraiment, il jugeait simplement par le biais des siths qui avaient déjà croisé sa route et ces exemples n’étaient guère flatteurs. Penchant la tête sur le côté, simple reflet de sa surprise et de son scepticisme, il lâcha :

« Vous seriez prête à vous ranger définitivement, loin de tout et de tous. Vraiment ? Vous comprendrez que j’ai quelques difficultés à gober ça.»

Mais à mesure que la conversation suivait son cours une idée émergea dans les tréfonds de l’esprit froid et fermé de ce parangon de discipline. Au début ce n’était pas plus qu’un murmure, qu’une brise lointaine caressant légèrement son visage, mais plus la conversation avançait et plus cette idée se faisait insistante au point qu’il dut la matérialiser par des mots concrets. Pointant ses deux froides prunelles azur vers son interlocutrice, il lui proposa le plus simplement du monde :

« Après avoir erré aussi longtemps au beau milieu des ténèbres, maintenant que vous semblez libérée de son emprise, l’idée de voir ce que la lumière aurait à vous proposer ne vous a jamais traversé l’esprit ? .»

Était-ce vraiment en train de lui proposer ce que vous pensez ? Était-il vraiment sérieux ? Nul autre que lui n’aurait su le dire mais il avait besoin d’entendre la réponse de cette femme tout autant que de voir sa réaction face à cette proposition sortie de nulle part. Alors qu’il s’enfonçait dans son siège il tourna la tête et fit signe au padawan et au soldat de s’avancer, le premier n’était pas rassuré d’être dans la même pièce que cette prisonnière et que le maître d’armes que sa réputation précédait, mais il fit son mieux pour déposer le repas sur la table avant de repartir, suivi de près par le soldat.
Voyant la demoiselle toujours sur son lit, Lorn n’eut qu’à lever très légèrement une main pour que le plateau repas ne lévite en direction de celle à qui cette collation était destinée. Pourquoi se lever quand il pouvait lui apporter son repas d’ici ? Et, qui sait, peut-être qu’avec un repas chaud dans le ventre elle serait plus encline à écouter la proposition de son colossal interlocuteur.
Peut-être.

« Bon appétit.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelyna Tarkas
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 225
Âge du perso : 23 ans
Race : Miraluka

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
75/75  (75/75)
PF:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Jeu 11 Aoû 2016 - 16:29

Le Jedi avait proposé à Maelyna de... Voir la lumière ? Pour lui, cela signifiait sans doute "intégrer la Miraluka dans les rangs des Padawans". Oui, c'était une excellente idée, que de mettre une femme, adulte depuis des années, aux réactions et aux besoins matures, parmi une bande d'enfants... Ou d'adolescents aux hormones vaguement tourmentées. Quant au fait de vouloir vivre de façon rangée, c'était un souhait trivial, qui répondait surtout au désir de calme et de liberté de l'Aveugle.

Le Padawan déposa le plateau sur la table, avant de repartir, le soldat le suivant comme son ombre. L'Aveugle allait se lever pour le prendre quand Lorn fit léviter le plateau jusqu'au lit, avant de souhaiter un bon appétit à son interlocutrice. Cette dernière retira le couvercle du plat, découvrant ainsi une platée de pommes de terres, accompagnées de quelques cuisses de volailles. Elle prit une des cuisses, en se léchant les babines à l’avance, avant de remercier le Jedi. Elle mordit en salivant dans la chair blanche, avant d’en arracher un beau morceau, qu’elle mâcha en émettant des sons de contentement. A peine l’os rongé, elle attrapa une patate, qu’elle mordit à pleine dent et dévora rapidement, avant de faire subir le même sort à une seconde pomme de terre, ne s’interrompant que pour boire quelques gorgées d’eau. Parler avec le Jedi l’avait affamé, quand bien même son seul exercice physique de la journée avait été la méditation.
La seconde pomme de terre mangée, elle observa ce qui restait dans le plat. Une dernière patate et une cuisse de poulet. L’Aveugle s’essuya la bouche avec sa serviette, avant de déposer le plateau sur la table, devant Lorn.

"Tenez. Si vous voulez vous restaurer vous aussi."

Si on lui apportait à manger, c’est qu’il devait être aux environs de la mi-journée dans le Temple… Difficile à prédire, en fait, étant donné qu’elle n’avait aucun moyen de voir le jour ou de déterminer l’heure, au point qu’au départ elle se demandait si cela ne faisait pas partie de quelque torture psychologique mise au point par les Jedis, afin de lui faire perdre toute notion du temps et la rendre folle au point de craquer psychologiquement et tout avouer.
L’estomac plein, elle se frotta les mains, avant de s’installer le plus confortablement possible dans le lit, les mains serrant les pieds. Elle soupira et s’étira voluptueusement, avant de regarder" le Jedi.

"Vous me proposez de vous rejoindre, en me demandant si l’idée d’embrasser la lumière n’avait jamais traversé mon esprit. Ma réponse reste la même. J’ai bien trop longtemps vécu sous la coupe des Siths pour accepter de faire confiance aisément aux Jedis… Les vieilles habitudes ont la vie dure, que voulez-vous ? De plus… Comme je l’ai dit, je ne souhaite pas faire partie d’un ordre quelconque. Alors quoi ? Vous allez me faire exécuter ? Ou bien vais-je rester aux bons soins de l’Ordre Jedi jusqu’à ce que l’âge me rattrape ? Après tout, vous êtes-là pour décider de cela, non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorn Vocklan
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 215
Âge du perso : 37 ans
Race : Épicanthix
Binôme : Partenaire de Alyria Von


Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi
HP:
79/100  (79/100)
PF:
58/110  (58/110)

MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   Mar 16 Aoû 2016 - 21:48

Être juge, juré et bourreau à la fois était un fardeau qu’aucun être doué d’intelligence ne devrait avoir à supporter car cela demandait une impartialité et une résistance morale que peu d’individus pouvaient se vanter de posséder, et pourtant c’était exactement ce qu’on avait attendu de ce colosse lorsqu’il avait posé le pied dans cette cellule faisant office de foyer à son interlocutrice. Son boulot ? Étudier le profil psychologique de cette personne, la sonder, fouiller son passé grâce aux informations récolter jusqu’alors et finir par décider si la reâcher dans ce monde était la chose à faire ou non. Allait-il vraiment se ranger comme elle le clamait tout à l’heure ou, à l’image de tous les siths, était-elle simplement en train de mentir et dire à Lorn ce qu’il voulait entendre pour gagner sa liberté ?

D’autres jedis – plus jeunes et inexpérimentés sans doute – auraient donné le bénéfice du doute à cette jeune personne pour le simple fait de dire vouloir fuir les siths et se ranger loin des problèmes de ce monde. C’était tentant de la croire car cela signifierait se débarrasser d’un danger potentiel sans grands efforts, mais malheureusement le temps avait marqué trop sèchement la carcasse de l’épicanthix pour qu’il n’en sente plus la douleur. Cette démangeaison dans le coin de sa tête était présente à chaque fois qu’il taillait le bout de gras avec un cousin déchu, il n’était plus assez jeune pour se permettre d’être crédule et, ce que d’autres qualifieraient de subjectivité, il lui donnait les noms de prudence et de pragmatisme.

Il ne pouvait la croire sur parole pas plus qu’il ne pouvait surveiller tous ses déplacements jusqu’à l’autre bout de la galaxie, à bien y réfléchir le risque était trop grand pour la relâcher mais en tant que jedi son rôle avait été d’au moins envisager cette possibilité. Elle avait été envisagée, pendant quelques poignées de secondes, puis la réalité avait repris son cours au moment où la demoiselle offrit le reste de son repas au maître d’armes.

Irrémédiablement silencieux, ne posa même pas le regard sur cette nourriture pourtant si généreusement proposée, il écouta la demoiselle répondre à sa curieuse proposition et sa réponse fut celle attendue. Bien sûr qu’elle refusait, elle avait goûté pendant trop longtemps à la froide caresse des ténèbres – et apprécié son contact – pour envisager de connaître autre chose. Était-il déçu ? Non car au fond de lui il avait toujours su que cela allait se finir ainsi, il avait juste espéré que la demoiselle fasse preuve de davantage de bonne foi pour racheter sa conduite et sauver son avenir…ou ce qui pouvait encore l’être.


Alors comme cela elle voulait une réponse ? Celle-ci ne tarda pas à venir.

« Ma décision est déjà prise. J’attendais de voir si vous parviendriez à me faire changer d‘avis. »

N’était-ce pas vicieux que de lui mentir ainsi ? Si, très certainement mais il n’en avait cure. Se levant de son siège, il se dirigea vers la porte avant de conclure :

« Je vais informer le Conseil de ma décision. J’espère que vous aimez cette cellule, c’est maintenant votre foyer.»


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Interrogatoire à l'aveugle [Lorn Vocklan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant :: Temple Jedi de Coruscant-