La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]   Sam 2 Jan 2016 - 21:33

"Cornecul."


Voici la traduction approximative de ce que se disait le jeune Jawa, perdu dans l'espace infini. Si je peux me permettre de vous faire un bref résumé des aventures précédentes, au cas où, dans l'éventualité éventuelle où vous n'auriez pas lu la fiche de ce personnage et Dieu sait que vous avez tort, car croyez-moi, ça n'est en rien une manière détournée de gratter quelques lignes sur un RP sans queue-ni-tête et dénué de tout intérêt comme votre serviteur est actuellement en train de...


L'ESPACE.


C'est grand, c'est beau, c'est indolore et en plus c'est remplit de p'tiotes n'étoiles qui brillent. C'est super trop cool, quand on le regarde à travers un hublot dans une vieille capsule de sauvetage poussiéreuse et terriblement étroite. 
Deux malandrins l'avaient bazardés, lui, Tokik, à l'intérieur et s'en étaient ainsi débarrassés. Les fous. Les ignorants. Les inconscients. Ils ne savaient pas ce qu'il rataient. 
Toujours est-il que notre ami se retrouvait pris au piège, incapable de faire fonctionner les moteurs pour tenter l'approche d'un quelconque système dans les parages. Et pour être honnête... Tokik n'en avait pas la moindre idée. Et c'était bien là le cadet de ses soucis, il avait bien plus urgent à régler.


Comme l'étrange fuite qu'il venait de provoquer au niveau de ce petit câble qui traînait et qui semblait le narguer. Persuadé de son inutilité, Tokik s'était dit que le raboter de quelques centimètres ne serait guère gênant. A présent, c'était tout cette épaisse marée noire qui devenait fort gênante. Difficile de dire avec précision de quoi il pouvait bien s'agir. Surtout quand y connait rien. Cela devait avoir un rapport quelconque avec la gestion de la gravité. Ou peut-être pas vraiment, difficile à dire. De toute façon il n'y en avait déjà plus à l'intérieur de l'appareil depuis que le Jawa avait retiré cet espèce de bidule, accroché sur le machin clignotant sur la borne de commandes. Ou peut-être n'étaient-ce pas vraiment des commandes. En tout cas, ça clignotait. Clignotait oui. Car sans le voyant, ni les diodes, ni même cette sorte d'ampoule, difficile à dire.


En tout cas, maintenant, avec tout ces amas de bidules, il avait un super bâton lumineux. Un peu comme une grande torche mais qui brûle pas. De toute beauté. 
Puis comme de toute façon, il n'y avait plus de lumière à l'intérieur de la capsule, ça l'arrangeait fortement pour voir si il y'avait de quoi manger à bord.


Quelle ne fut sa surprise de trouver des rations de survie sous le siège passager. Car oui, comble du luxe, à l'intérieur de l'appareil se trouvait bel et bien un siège. On n'arrête pas le progrès, à vrai dire, Tokik n'en demandait pas tant. C'était presque trop.


Trop. Comme cette étrange navette qui s'approchait dangereusement de sa position. Petit point sur l'horizon dans un premier temps, l'appareil semblait venir en sa direction. Elle n'allait pas bien vite, il faut le dire. Voir même, elle se traînait carrément la co... En un coup dans l'aile et un petit quart d'heure et le Jawa l'aurait fait se propulser à l'autre bout de la galaxie. Sans les passagers. Et peut-être pas en un seul morceau. MAIS QUAND MÊME.


Peut-être l'avait-on repéré. Non. Ce serait bien trop beau pour être vrai. Le jawa se sentait quelque peu oublié, mais pas condamné. A vrai dire il n'avait pas conscience de ce qui l'attendait. Son sort ? Il venait de trouver des rations.
Donc pourquoi s'en faire. Des espèces des biscuits sans goûts et sans doute périmés, un peu d'eau potable, sans doute périmée, et le portrait d'une dame, visiblement périmée elle aussi, gravé dans un médaillon qui traînait sous le siège. Le métal doré du médaillon ferait un magnifique ornement pour une de ses futures créations. Encore faudrait-il retirer ce visage ignoble orné sur ce beau métal sans doute précieux. Bien que poussiéreux. 


Du bruit parvint aux oreilles du petit Jawa. (Quel pléonasme) Passant ses deux prunelles luisantes à travers le hublot, provoquant une buée infernale sur ce dernier à force de renifler comme un veau devant, s'inquiétant de ce qui allait bien lui tomber dessus...
Des robots. Par pitié. Des robots.


Il pourrait alors user de son canon destructeur-paralyso-ionique, pour leur faire sauter le caisson et leur dérober leur espèce de coquille de noix mal branlée et se tirer d'ici et enfin de rendre dans un système riche en technologies à dérober et en machines à démonter. Une planète décharge. Le rêve. Mais pas les poubelles pour humains géants, avec des détritus et tout. Non. Une décharge de droïdes. Ou une ancienne usine désaffectée. Ce serait bien ça, ouais. 


Tokik se cacha, dissimulant sa torche sous son épais manteau, sous le siège de la capsule. Il épiait, tel un fauve acculé, priant pour ne pas être découvert. L'arme à la ma... Ah non. Son fusil était resté à quelques encablures, adossé à la paroi à sa gauche. Enfin. Adossé... En flottant légèrement car la gravité semblait être quelque peu... Défaillante. Mais passons.
Il pria donc juste très fort de tomber sur des espèces un peu bêtes. Comme des gamoréens ou... Que sais-je. Des twi'leks pourquoi pas ? Avec leurs tentacules tout flasques là et...


Malheureusement, ce qui alpagua son vaisseau de fortune ne fut pas un droïde...


Une silhouette passa la porte qui venait de s'entrouvrir... Et ce qui pendait à son ceinturon était mille fois plus intéressant que tous les droïdes du monde. Aussi, derrière sa capuche, d'où luisaient ses grands yeux jaunes comme les soleils de Tatooine, un sourire carnassier se dessina sur son visage difforme et nauséabond...
Revenir en haut Aller en bas
Myra Tylanor
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 64
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta de Shili
Binôme : Tokik Mada -> compagnon de voyage

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi / Gardien de la Paix
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]   Dim 3 Jan 2016 - 22:42

« Allez, on rentre à la maison. » J’annonce simplement, plus pour moi-même qu’autre chose. Car non, il n’y a personne d’autre dans la petite navette qui m’a servie à venir à Coruscant. J’ai bien célébré le succès de ma première mission en tant que Chevalier Jedi et je dois avouer que, malgré la personnalité difficile de Korgan, je me suis bien amusée en compagnie du militaire. Sauf que maintenant, il est temps de rentrer au Temple. Une fois que j’ai quitté l’atmosphère de Coruscant, me retrouvant de nouveau dans l’espace avec son vide intergalactique, j’entre les coordonnées pour Ondéron, mais quelque chose attire mon attention à l’horizon. Lâchant la manette destinée à sauter dans l’Hyperespace, je fronce mes pseudos sourcils, plissant mes yeux en essayant de déterminer la nature de ce qui semble divaguer dans l’espace, perdu au milieu du néant. Ma curiosité finit par l’emporter et puis si c’est vraiment trop dangereux, mes coordonnées sont déjà rentrées, je n’aurai qu’à tirer sur la manette pour faire le saut. Et puis si je ne suis pas aux commandes, je pourrais toujours utiliser la Force pour l’activer à distance, alors je ne me fais pas trop de soucis. Et puis si je stressais pour la moindre petite chose qui m’arrive dans la vie, je ne serai pas là aujourd’hui à faire partie de l’Ordre.

Je reprends les commandes de la navette et la dirige progressivement vers ce que je reconnais enfin comme une capsule de sauvetage. Elle est dans un tel état qu’on aurait dit qu’elle n’a pas servi depuis des années. L’intérieur est plongé dans l’obscurité et même avec les phares du vaisseau je ne parviens pas à voir si quelqu’un se trouve à l’intérieur. Vu l’état délabré de la capsule, cela m’étonnerai et j’aurai été prête à faire demi-tour, mais quelque chose me taraude. Il y a bel et bien quelqu’un de vivant ou quelque chose, je le ressens dans la Force. Sauf que je n’arrive pas à déterminer qui ou qu’est-ce que cela pourrait être. Pas un Jedi, sinon je l’aurai senti. Je force ma navette à contourner la capsule de manière à aligner les deux portes avant de quitter le panneau de commandes. Une fois certaine qu’il n’y a pas de courants d’air entre les deux portes, j’ouvre la mienne et essaie d’ouvrir celle de la capsule, sauf que le mécanisme est dans le même état que la capsule elle-même. Fermant les yeux un instant, je parviens à l’ouvrir avec la Force, le métal crissant légèrement au début avant de céder et de s’ouvrir normalement. L’obscurité m’accueille comme je m’y attendais ainsi qu’une vieille odeur de renfermé. L’intérieur de la capsule n’est pas dans un meilleur état que l’extérieur : tout semble vieux et usé, il me sera incapable d’en faire quoi que ce soit. Surtout avec la fuite magnifique dans la tuyauterie. Je regarde la masse noire se répandant dans un coin de la capsule. Puis je sens mon corps monter légèrement, comme s’il n’y avait plus de gravité. Génial. M’agrippant à l’encadrement de la porte, je regarde les pointes de mes lekkus monter légèrement jusqu’à s’arrêter. La gravité fonctionne encore de mon côté, c’est donc pas si mal que ça. Mes tresses de perles montent aussi et semblent flotter dans l’air devant moi. Tout comme les pans de ma jupe noire que je coince entre mes jambes pour ne pas que ça monte trop haut. Il ne faut pas que je reste ici, ça m’a bien l’air d’être de l’essence qui se déverse sur le sol, c’est un miracle que la capsule n’ait pas encore explosée.

Je retire alors mon shoto de ma ceinture et l’allume, la courte lame viridienne de moins de trente centimètres éclairant le petit espace alors que je m’accroche toujours un peu à la porte. Des vibrations me parviennent alors dans mes montrals grises striées de violet, puis plus rien comme si la personne ou la chose avait arrêté de bouger. C’est sûr que si on joue à cache-cache, ça va pas aller. Je déplace légèrement ma lame tout en veillant à la garder suffisamment haut, on ne sait jamais, si c’est vraiment de l’essence, je préfèrerai ne pas l’allumer sans le faire exprès. Je ne vois toujours personne. Mais la présence est encore là. « Y’a quelqu’un ? » Je demande en basic. Pas de réponse. Il n’y a qu’un seul endroit que je n’ai pas encore vérifié. Je retourne dans mon vaisseau, mais reste près de la porte, de manière à ne plus subir le manque de gravité de la capsule puis je me baisse et aperçoit deux points brillants sous le fauteuil de commandement. « Trouvé. » La lame toujours allumée dans ma main, je la pointe vers le bas du fauteuil, vu qu’elle est très courte, ça ne fera pas grand-chose.

code by sixty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]   Jeu 7 Jan 2016 - 8:58

Cette... Masse difforme sur son crâne. Qu'avait donc cette femme, par tout ce qui est sacré, par tout les droïdes, et par tout le reste. Serait-ce une tumeur proéminente se développant sur sa tête ? Non. Aucune tumeur ne fait pousser des tentacules. Enfin. En tout cas c'est à espérer. Puis de toute façon, Tokik ne sait même pas ce que c'est. Une tumeur. 
De ses grands yeux jaunes, il scrutait l'espace derrière la dame qui venait d'entrer. Ce sac à viande semblait avoir un beau vaisseau tout neuf... Un nouveau territoire à explorer... Un terrain de jeu à la limite de l'infini, plutôt que ce tas de ferraille déjà pré-rouillé et défoncé avant même qu'il ne pose ses paluches sales dessus. 


Il ne saurait dire pourquoi, mais il ne considéra pas cette personne comme agressive. En tout les cas, elle n'en avait pas l'air. La seule chose qui le fit hésiter c'était cette chose brillante qu'elle avait dans les mains. Mais qui éveilla aussi sa curiosité. Et je veux dire par là au point de le faire grelotter d'excitation au point d'émettre des petits grognements de satisfaction impudique. Tremblant de tout son être, il était là... A nouveau devant lui... Plus petit certes, mais il n'est pas Jawa à juger sur la taille des choses. Car la taille, ça ne compte pas, n'est-ce pas ?


Tokik adopta alors un stratagème nouveau. Il se glissa hors du joug du siège, se dévoilant un peu plus à la lumière produite par l'objet de toutes ses convoitises. Il l'obsédait. Si il le pouvait, il soufflerait entre ses lèvres boursouflées de désir "Mon précieux". Mais ce serait déplacé et pourquoi le ferait-il d'abord, si ce n'est passer pour un gland aux yeux de cette charmante twi'lek difforme. Il s'adossa d'abord au siège, hésitant. Puis d'un pas fébrile, il se rapprocha, fixant cette lame avec insistance... Alors qu'il arrivait tout près de la demoiselle, il posa ses petits genoux à terre et enlaça une guibolle de la demoiselle en émettant un pseudo-ronronnement aiguë. 


N'ayant pas l'air dangereuse, elle devait automatiquement être faible. Manger ou être boulotter par les hommes des sables, voilà le destin qui attend tout être vivant dans la galaxie. Aussi, amadouer ce gros tas de barbaque difforme ne devait pas être bien difficile. Là où ça devient amusant, c'est que Tokik vit autre chose... Certes, la demoiselle possédait une lame dans sa main... Mais... Un autre pendait à sa ceinture... Un autre sabre laser. DEUX. DEUX EN UN. Il fit mine de se contenir un instant même si, et elle ne pouvait le voir, sa capuche étant enterrée dans son genou, ses yeux devaient être aussi gros que des détonateurs thermales. Il se redressa un petit peu, le temps ne devait pas passer bien vite. Profitant toujours d'un certain effet de surprise, il se recula un petit peu et fit face à la demoiselle, profitant du fait qu'elle était toujours un peu baissée, sans doute pour ne pas se défoncer la gueule contre l’encadrure de la porte un peu étroite, il mit une main dans sa petite poche et lui fit signe de s'approcher avec un grand sourire, invisible à cause de sa capuche, mais aussi en lâchant un petit son tout kawaï (Oui je sais, kawaï n'est pas un vrai mot) attendrissant, donc, et enjoué, comme si il allait lui donner un beau cadeau en échange de son sauvetage.


Il jeta le sable qui traînait dans sa poche en direction du visage de ce monstre ignoble qui avait osé le libérer. Profitant de l'effet de surprise, à nouveau, il lui chipa le sabre pendant à sa ceinture et s'engouffra dans le maigre espace qu'il restait pour pénétrer dans le vaisseau de la demoiselle. Il ne lui fallut que peu de temps pour se tirer dans les couloirs de cet appareil. Sans doute chercherait-il une cachette, mais il déboula aisément dans la salle de commande. Il se jeta sur le siège et, hésitant, appuya sur quelques boutons, espérons sans conséquences, et s'apprêta à tirer sur les manettes de l'hyper espace...

Avec la porte ouverte. 
Revenir en haut Aller en bas
Myra Tylanor
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 64
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta de Shili
Binôme : Tokik Mada -> compagnon de voyage

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi / Gardien de la Paix
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]   Mer 13 Jan 2016 - 4:13

La créature qui se trouve dans cette capsule de sauvetage n’est autre qu’un Jawa qui droit probablement sortir tout droit du désert de Tatooine. Mais qu’est-ce qu’il fait si loin de sa planète d’origine ? Entre Coruscant et Tatooine, ça fait un sacré chemin ! Surtout vu l’état de sa capsule. Mais des choses plus pressantes me viennent en tête lorsque le petit être sort, ses yeux brillants tels deux soleils miniatures. Il sort de sous le fauteuil, complètement fasciné par ma lame et la lueur viridienne que cette dernière dégage. Et là, comme un bébé Tooka, il se met à ronronner en agrippant mon genou droit, fourrant sa capuche sur mon articulation. J’aurai été attendrie s’il ne m’avait pas ensuite balancé du sable dans les yeux en me chourant mon sabre laser toujours à ma ceinture. Puis il se faufile derrière moi et je pourrais presque l’entendre rire machiavéliquement, toute sa petite silhouette secouée par l’amusement que lui procure certainement le tour qu’il vient de me jouer. Une fois que j’ai chassé les grains piquant mes yeux, je me précipite vers mon vaisseau en jurant à voix haute. J’ai rentrée les coordonnées, le Jawa n’a qu’à tirer sur le bon levier pour entrer dans l’hyperespace. Et vu le coup foireux qu’il vient de me faire, il serait tout à fait capable de faire le saut avec la porte arrière grande ouverte. Me précipitant à l’intérieur, j’écrase mon poing sur le bouton de fermeture, fermant la porte avant de sentir la brusque poussée que procure un saut dans l’hyperespace. Comme je m’y doutais, il l’a fait. « Oh le petit con, si je le chope ! » J’éteins ensuite mon shoto que je glisse sur le côté droit de ma ceinture avant de m’aventurer dans le vaisseau.

À tous les coups, cet abruti ambulant est parti se cacher et je vais mettre des heures à le trouver. De plus, si c’est lui qui a bricolé le tuyau à carburant dans la capsule, je n’ose imaginer ce dont il serait capable avec un vaisseau flambant neuf. Me dirigeant vers la salle de commande, puisque c’est là qu’il devrait être s’il a fait le saut dans l’hyperespace, je fini par le trouver dans l’un des sièges. De toute manière, maintenant que nous sommes dans l’hyperespace, je ne peux plus rien faire jusqu’à ce qu’on arrive. S’il n’a pas modifié les coordonnées, nous devrions être en chemin pour Ondéron comme j’avais prévu. Sauf que je me vois mal expliquer aux autres Jedi pourquoi et comment je me retrouve avec un Jawa à bord. Déjà que certains d’entre eux me critiquent pas mal et trouvent que j’ai des idées à la con, mais là ce serait le pompon. Dès que je le vois, je le sais par le col, le tirant violemment hors du siège. Je le dépose sans ménagement sur le sol après avoir fermé la porte de la salle de commande. Puis je le soulève avec la Force à un bon mètre du sol, en plein milieu de la pièce comme ça il n’a nulle part où s’accrocher. Il cache peut-être des armes sous son épais et puant manteau, mais pour l’instant je n’en sais rien. « Où est mon sabre laser espèce de Bantha poodoo ! » Ça il devrait comprendre, on utilise cette insulte sur sa planète natale. Il a intérêt à me répondre, sinon je vais me fâcher. Le chemin jusqu’à Ondéron risque d’être long, ainsi nous avons tout le temps du monde pour nous mettre d’accord sur la suite des évènements.

code by sixty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]   Sam 16 Jan 2016 - 23:20

Voilà qui était fort singulier, n'est-il pas ? Le voilà-t-y pas qu'il se retrouvait soudainement pris, soulevé, manipulé par de petites mains gracieuses et sans nul doute manucurée (Tout du moins d'après des critères jawaisans, même les rancors paraissent manucurés) puis maintenu dans les airs par une force inconnue. Difficile de dire avec certitude ce qu'il ressentait. Si il eusse sût nager, ce qui semblerait saugrenue lorsque l'on pense un instant de sa provenance et, vous en conviendrez avec moi, il est fort difficile de suivre de bon cours de natation, AINSI QUE DES PROFESSEURS COMPÉTENTS sur une planète entièrement constituée de dunes de sables et de déjections abjects. Nous ne parlons pas ici des hommes des sables, mais des gros cadeaux laissés par nos amis à poils longs qui leurs servent de monture. 
Mais nous ne sommes pas ici pour parler de natation, mais de la FORCE. Même si dans le cas présent, il lui serait fortement bien venu à l'esprit d'entreprendre une nage grotesque et toutefois fort singulière (C'est fou ce qu'il y'a de singulier ces derniers temps, ne trouvez-vous pas ?) en battant des ailes comme un petit oiseau qui viendrait de tomber du nid et qui, maladroitement, chercherait en vain à ne pas s'écraser le bec sur le sol dur et froid. Aussi, la scène devait être fort inhabituelle. Une madame poulpe qui utilise des pouvoirs surnaturels pour maintenir en l'air un lutin malodorant à quelques dizaines de centimètres du sol tandis que ce dernier tente une brasse improvisée pour voir si ça fait comme quand y'avait pas de gravité dans sa capsule. Hors, ce n'est pas vraiment le cas. En réalité, il peinait même à bouger les bras.


La Force est fascinante. Pleine de mystère et d'inconnu. Même pour ceux et celles qui la manient. Enfin, en théorie. Tout du moins... Peut-être car lui, ça ne le concernait pas spécialement. Aussi, il se trouvait être dans une posture fort inconvenante, ne pouvant vraiment remuer les bras et se livrer pleinement à ses activités extra-planaires préférées. C'est alors que, malgré tout la puissance de la jedi et l'utilisation somme toute légèrement exagérée de la Force sur une créature si faible, le Jawa parvint à bouger péniblement un bras. Il contractait tous ses petits muscles, ses petites dents se serrèrent son visage se crispa dans l'effort, la sueur perlait sur son front comme celle du nageur sortant du bassin, contemplant allègrement ses adversaires à des lieux à la ronde de lui, lui qui, triomphant venait de lutter contre le courant, déchirant la mer de son ardeur, les vagues d'écumes de la mer tumultueuse se brisant sur son torse puissant, POUR ENFIN ATTEINDRE SON BUT.


OUI. Le jawa parvint à soulever entièrement son bras, et dans un effort surhumain (Surjawa) pointa ce même bras en la direction de la jeune femme qui osait le maltraiter ainsi. Et, craignant qu'elle ne le comprenne pas avec des mots, allait-il lui répondre d'un seul et unique geste, synthétisant à l'extrême son état de pensée et sa personnalité dans son essence la plus élémentaire. De cette façon, elle ne pourrait se tromper ni se méprendre sur le personnage ou sa façon d'être, elle saurait, d'un simple regard, à qui elle a à faire et que ce Jawa ne rigolait pas un seul instant. Un genre de caïd de l'espace ? Non. Juste un Homme, sûr de lui et qui porte ses roubignolles de Jawa jusque devant une puissante Jedi armée de gros néons et gavée de pouvoirs d'une Force qu'elle soumet à volonté, sur une simple commande de son esprit ou un geste de la main.


Ce même geste de la main qu'il reproduit ici, qui n'a aucun Force ni magique ou extraordinaire. Un geste simple et plein de sens, qui ne lui nécessite alors plus qu'un dernier effort. Son poing brandit en sa direction, sa petite main gantée se crispe alors et dans un dernier élan d'insolence, il ose le brandir.


Son majeur.
Revenir en haut Aller en bas
Myra Tylanor
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 64
Âge du perso : 23 ans
Race : Togruta de Shili
Binôme : Tokik Mada -> compagnon de voyage

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi / Gardien de la Paix
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]   Dim 7 Fév 2016 - 18:38

Je soupire.

Non, là vraiment je me retiens de lui en coller une ou bien d’utiliser la Force pour fouiller son esprit afin de trouver mon sabre laser. En plus, il vient de me foutre en rogne avec son petit geste là, il se croit malin ? Dans d’autres circonstances, j’aurai pété mon câble, vraiment. Mais là, je n’ai pas envie de jouer. Alors je soupire à la place et m’assois en tailleur là où je suis, puis lâche la pression sur son corps, le faisant brutalement tomber sur le sol. Et je l’observe. Je plante mon regard dans les deux soleils miniatures, scrutant le moindre indice sur son visage caché dans l’ombre de la capuche, essayant de lire la moindre émotion. J’observe le langage de son corps pour déterminer ses intentions et ne quitte pas ma position, en tailleur, assise à même le sol de la cabine, à l’autre bout de celle-ci, mon dos contre la porte fermée, lui bloquant le chemin. De toute manière, ce n’est pas comme s’il (elle ? les Jawas ont-ils un genre au moins ?) allait se barrer quelque part. Sauf que je préfère avoir ce petit rigolo sous les yeux. On ne sait jamais. Et vu l’état de sa capsule, je suis sûre qu’il serait capable de faire sauter le vaisseau ou bien de débrancher le truc qu’il ne fallait absolument pas toucher.

Patience, comme disait mon Maître. Alors j’attends. Je guette sa réaction, maintenant que je l’ai relâché. Je ne connais pas les Jawas, je suis loin d’être une experte avec cette race et la seule fois où j’ai mis les pieds sur Tatooine j’ai failli y rester. Le sable n’est toujours pas mon ami et il y fait bien trop chaud. Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de voyager durant mon apprentissage en fait. Cela fait des années que je n’ai pas mis les pieds à Shili, tellement longtemps que je ne me souviens que vaguement à quoi ressemble la planète. Les visages de mes parents ont à jamais disparu de ma mémoire malheureusement. Les rares planètes que j’ai pu visiter peuvent se compter sur les doigts d’une main, comme Coruscant, Myrkr ou bien encore Ilum. Sinon, je connais Ondéron par cœur puisque j’y ai passé la majorité de ma vie. Le temple, je le connais comme ma poche, tous les recoins, littéralement parce que me trouver des cachettes fut l’une de mes choses favorites du temps où j’étais Padawan, ce qui, maintenant que j’y pense, ne remonte pas à si longtemps que ça en fait. Mais je connais très bien Iziz aussi et la jungle alentours.

Mon attention retourne ensuite au Jawa et à son manteau qui dégage une odeur particulièrement nauséabonde, mais avec la distance qui nous sépare, c’est supportable. De plus, les Togrutas sont moins sensibles aux odeurs, mais plus au toucher. Je pourrais peut-être le menacer avec du savon s’il me les brise encore plus. « T’as un nom ? » Je lance alors. Je ne sais pas s’il comprend le basic, mais j’espère sérieusement que c’est le cas, sinon le voyage jusqu’à Ondéron va être très long. Et puis ce n’est pas comme si on avait quelque chose à faire maintenant que nous sommes dans l’hyperespace. Tout ce qu’il reste à faire c’est attendre, alors autant s’occuper d’une quelconque manière. « Moi c’est Myra. » Au final, qu’il me réponde ou non, qu’il me comprenne ou non, ça ne change pas grand-chose : je suis quand même coincée avec lui dans ce vaisseau.

code by sixty

HRP : Désolée pour le retard, j'ai pas mal de choses qui me sont tombées dessus récemment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'espace, personne ne t'entendra... [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-