La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Lun 14 Sep 2015 - 19:35

Coruscant était différente. Différente de la dernière fois où j'y avais posé le pied. Et pourtant, tout semblait pareil. L'effervescence des élections était retombé, mais pourtant je l'a trouvé différente. C'était peut-être le résultat d'une année passé sur Tanaab, entouré de nature et de champs, mais être sur Coruscant me rendait nostalgique des champs d'haricots de l'Agricorps. J'avais pourtant ressenti une once de bonheur quand Maitre Dolkin m'avait annoncé la nouvelle de mon "rappel" dans les rangs des Jedi, mais maintenant que j'étais loin de ce nouveau bercail de mon coeur, je ne pouvais que me sentir légèrement triste.

Tanaab avait été une étape décisive dans ma vie, et je le savais. J'étais devenu effronté, une vraie calamité, mais j'étais meurtri. J'étais réellement en proie à un désespoir, à la souffrance que la vie avait su implanter dans mon coeur. Et même si un voyage "extra-ordinaire" comme mon périple sur Tython avait su réveiller cette blessure, un passage sur un monde aussi banal que Tanaab et les champs de l'Agricorps avait été salutaire pour moi.

Voila ce à quoi je pensais, alors que le transport m'amenait à destination et que mon regard se perdait à travers la vitre du vaisseau, regardant d'une manière vide l'horizon qui défilait. Dans le transport, un ensemble de passager, qui utilisait ce moyen de locomotion comme chaque jour. Il y avait les habitués, qui allaient à leur travail à une heure franchement agréable, et les autres qui prenait pour la première fois cette rame et suivait leur plan d'itinéraire tracé par l'office du tourisme du coin.

-"Pardon jeune homme, mais puis-je prendre votre place assise ?"

La voix de la vieille dame qui parlait me tira de mon état second, et la regardant, j'en vins à lui sourire, pour hocher de la tête.

-"Bien sur Madame. Tenez..."

Et prenant mes affaires, à savoir un sac à bandoulières et ma lance, je lui laissais la place en bon seigneur, presque désolé de ne pas l'avoir proposé avant. Elle déclara "Merci", indiquant que l'Ordre Jedi éduquait encore bien ses membres, remarque qui prolongea le fascies que j'affichais, avant de m'éloigner finalement. Mon arrêt était de toute façon en vue, à quelques mètres du Temple restauré de Coruscant.

Et après avoir replacé un pan de ma bure, je sortais du transport et prenais la route qui m’amènerait à cet édifice séculaire.

--- Plus tard, au Temple Jedi ---

J'étais accoudé au balcon. Je regardais l'horizon. D'ici on pouvait voir le Sénat. Sa simple vue me rappelait la dernière fois et la question qui me venait à l'esprit était simple : Milésya. Je me demandais comment mon amie se portait. J'avais appris que la tentative d'enlévement avait échoué, mais cette année de sanction m'avait empêché de prendre de ses nouvelles. C'était une chose que à laquelle je comptais remédier au possible, mais avant il fallait que je rencontre quelqu'un. Personne n'avait visiblement le droit de me dire qui, même Maitre Dolkin s'était refusé à me dire qui allait m'accueillir. Je savais juste où aller, et qu'il me faudrait l'attendre. Visiblement, lui saurait me reconnaitre. Alors j'attendais.

Que pouvais-je faire d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mar 15 Sep 2015 - 16:29


En ce jour, je trouvais à Coruscant un air de magnificence. Depuis mes appartements, je contemplais la disparition du ciel orangé de l’aube après l’exercice matinal quotidien. Ce jour-ci était bien différent des autres car j’étais certain que son empreinte serait le signe de la transition. Le visage encore humide de la douche prise après l’effort, je plissais le regard lorsque le soleil tenta de m’éblouir. Mes yeux châtaigne observaient avec attention le trafic aérien alors que mon esprit sondait la Force. Je cherchais quelque chose de précis, ou plutôt quelqu’un et je restais donc concentré sur ce lien puissant et brillant qui s’échappait de ma « matrice » et qui filait vers celle de Zélonion Tianesli. Oui, c’était lui que j’attendais, et cela après une séparation des plus déroutantes et inattendues. Nous avions longuement discuté à ce sujet avec Maitre Don et Maitre Von suite à cette réunion houleuse du Conseil à laquelle nous avions participé, et je pouvais en effet admettre que tout ceci ait pu être d’abord un test, puis une mise à l’épreuve pour tenter de raviver quelque chose en nous. En réalité, je n’avais pas beaucoup pensé à Zélonion pendant notre éloignement. La charge de travail et les évènements d’Aargau avaient accaparé toute mon attention et ce n’est que lors de mes quelques moments e calme que je pouvais repenser au jeune Kuati et à ce qu’il avait bien pu devenir sur Tanaab. J’espérais qu’il ait pu apprendre de ses erreurs, et qu’il avait effectivement définitivement décidé de changer et de ne plus ressortir une scène pareille devant le Conseil.

Mon regard avait néanmoins finit par se river sur un transporteur civil qui approchait et un sourire s’était doucement esquissé sur mes lèvres. Il était là-bas, dans ce véhicule atmosphérique. Bientôt, nous serions réunis. Mais d’abord, je devais m’acquitter de certaines choses, et notamment d’aider Maitre Vulnik dans le déroulé d’un de ses cours sur le maniement du Soresu à de jeunes cadets encore insouciants. C’était une grande marque de reconnaissance à mon égard et le je ne savais trop comment remercier le Bothan de m’offrir une telle chance de faire valoir mes capacités auprès des plus jeunes. C’était également une façon intelligente de m’amener à œuvrer avec des élèves, à voir de quelle manière je me comportais à leurs côtés pour leur dispenser mes conseils.

Le cours se déroula sans encombres et je pus admirer avec étonnement l’aisance de certains initiés et padawan qui, il faut l’admettre, m’avait surpris à plusieurs reprises en effectuant plusieurs manœuvres osées mais parfaitement maitrisées qui avaient mit leurs adversaires dans des situations précaires. Je n’avais pas hésité à donner quelques indications aux perdants comme aux gagnants pour qu’ils puissent espérer mener leurs bottes à terme sans réellement échouer aux portes de la réussite. Je ne donnais d’ailleurs que rarement la solution à un problème, préférant les laisser réfléchir et tenter la chose avant de les emmener doucement vers la résolution de leurs problèmes.
Lorsque l’enseignement prit fin, Maitre Vulnik et moi offrîmes une démonstration en croisant le plasma de nos lames devant l’assemblée pour qu’ils puissent réellement discerner o leur apprentissage pouvait les mener, mais aussi faire relever certaines nécessité à maitriser pour les prochains cours. Ce n’est que suite à cet exercice nullement fatiguant que j’avais pris congé pour ce que j’espérais être un moment de soulagement.

J’avais pensé qu’on avait dit à Zélonion que j’étais la personne qu’il était censé attendre, mais visiblement, je m’étais trompé. Alors que je descendais les marches menant à une salle de repos donnant sur l’extérieur, je ne ressentais aucune animosité chez le jeune initié. C’était d’ailleurs assez étrange chez lui. M’arrêtant devant la porte de la salle, je réfléchissais. Je réfléchissais à ce que j’allais bien pouvoir lui dire après tout ce temps. Allait-il m’en vouloir pour ne pas avoir prit sa défense ? Allait-il m’ignorer de ne pas lui avoir écrit pendant son périple sur Tanaab ? Avait-il réellement évolué ? Relevant le regard, je finissais par faire coulisser la porte pour entrer dans la pièce. Il était bien là, appuyé sur le balcon, à observer Coruscant. Un sourire s’esquissa sur mes lèvres alors que je m’approchais d’un coin de la pièce avant de lancer, posément :

« Un thé peut-être ? »

Le ton neutre était volontaire, et je servais déjà deux tasses de thé avant de sourire dans sa direction. J’étais stressé, et quelque peu anxieux mais je m’attelais à ne rien laisser transparaître. Non, je voulais que cette discussion se passe au mieux, et je m’approchais donc.

« Ca fait longtemps, n’est-ce pas ? » lâchais-je simplement en lui tendant une tasse encore fumante, avant de reprendre. « Je suis ravi de te revoir, Zélonion. J’espère que tu as fais bon voyage jusqu’ici.

Je m’appuyais légèrement contre la rambarde, avant de porter mon regard dans sa direction.

« J’aurais voulu prendre de tes nouvelles plus tôt, mais je n’en ai pas eu la possibilité. J’en suis navré. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mer 16 Sep 2015 - 19:21

A nouveau, je m'étais perdu dans la contemplation de cette planète sans verdure. La réalité, c'est que je comprenais enfin ce qui créait en moi ce sentiment de nostalgie : le manque de nature. J'avais passé un an à étudier sur Tanaab, et à canaliser la Force afin de favoriser la croissance des éléments du règne végétal. J'avais, d'une certaine manière, passé une année entière et plus à pratiquer la Force Vivante. Ces grattes ciel, cette technologie... tout me semblait à l'excès.

Et cette perte dans l'infini de l'horizon ne me fit même pas remarquer que quelqu'un était entré dans la pièce. C'était ce qui allait le plus me frustrer, alors que les premiers mots éveillaient réellement mon attention, me ramenant à nouveau d'une manière sèche à la réalité. Ce n'était pas lui, juste la situation. En osmose avec la Force vivante, sa proximité n'aurait pas du m'échapper. Maitre Dolkin m'aurait probablement dit que c'était parce que je manquais de concentration. Et il aurait eu parfaitement raison. Et ça, c'était frustrant.

-"Oh Joclad... Je veux dire, Maitre Draayi..."

D'ailleurs. Comment devais-je l'appeler maintenant ? Joclad était mon ami, c'était un fait. Et il était aussi celui que j'avais déçu probablement, alors que je le considérais comme un mentor éventuel. Et il était maintenant un Chevalier agguerri, et donc pour moi quelqu'un que à qui je devais le respect du rang, de part l’appellation de Maitre. Et prenant la tasse de thé de mon bras mécanique, je venais me ré-appuyer au balcon de mes avants-bras.

J'hochais simplement la tête en réponse à la question sur le voyage, attendant patiemment que le thé refroidisse un peu. Mais la phrase suivante de Joclad allait appeler une réponse.

-"Quand bien même tu aurais voulu prendre de mes nouvelles, où m'en faire parvenir, que tu n'aurais pas pu. Aucun contact. C'était dans les closes de mon envoi là-bas. Et le Maitre qui était en charge de mon cas n'était pas quelqu'un que l'on pouvait berner facilement."

Ce vieux Dolkin. J'en étais venu à penser qu'il était même plus vieux que Maitre Don, mais je devais reconnaitre que rien ne l'avait jamais ébranler. Et si j'avais eu la possibilité de faire des "expériences" sur lui, j'aimais à croire qu'il les aurait déjoué sans la moindre difficulté. Cet Hylsarien m'avait vraiment laissé pantois.

-"Ne serait-ce que pour faire parvenir un holo d'excuses à Maitre Brock, j'ai du demander des autorisations. Et ce fut le seul contact que j'eus avec l'extérieur. Alors ne sois pas navré."

Navré. Joclad n'avait aucune raison de l'être. Par contre, moi. J'avais toutes les raisons de m'excuser. Et je lui devais aussi une explication. Je savais que ce moment arriverait, mais je devais reconnaitre que je ne pensais pas qu'il serait venu si vite. Alors autant profiter du moment. Et le regardant, je portais une fois la tasse à mes lèvres, buvant un peu du liquide brulant, avant de dire :

-"Il faut que je te dise, pour ce qu'il s'est passé il y a un an au Conseil. Je suis désolé."

Et le mot était faible. Mais il fallait qu'il sache. Je lui étais redevable d'une explication, et j'allais me décharger de ce fardeau. Mon regard deriva alors, pendant que mon esprit se replongeait dans un souvenir de ce moment.

-"Tonton avait tord. Je n'ai pas activer mon sabre ce jour-là pour les défier. Je l'ai fait pour qu'ils se taisent, simplement. Je ne supportais pas qu'il te remette en cause sur ce que tu avais fait, vu, ressenti. La vérité, c'est que j'étais fier de cette réalisation. Et j'étais fier de ce que j'avais fait, de ce que nous avions fait. Mais j'étais aussi... disons qu'il restait encore une plaie dans mon coeur qui n'était pas encore refermé."

La vérité : j'étais content de mon séjour sur Tanaab. Mais j'étais triste de ce qui l'avait entrainé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Sam 19 Sep 2015 - 11:17


Je portais délicatement la tasse de thé à mes lèvres, goûtant avec attention au liquide que je trouvais relaxant. Mon regard pointé sur Zélonion, je songeais à ce qui aurait bien pu se passer s’il ne s’était pas laisser aller devant le Conseil lors de notre dernière entrevue ensemble. Les maitres auraient peut-être entrevu la possibilité et auraient pu nous laisser la chance de montrer que nos pensées, mais surtout que la Force n’avaient pas commis d’impair à notre sujet. Pourtant, ressasser le passé ne servait pas à grand-chose et je préférais encore me laisser bercer par l’instant présent. Plutôt serein, l’esprit éclairé, je redécouvrais les sensations qui avaient été les miennes lorsqu’Ilia ou Léonard avaient accepté de me faire confiance. Ou encore lorsque nous avions foulé tous les deux le sol de Tython pour la première fois. Je pouvais presque saisir le flot de la Force qui coulait entre nous tout en y déchiffrant le sens particulier qui s’en dégageait.

Cette distance mise entre nous par le Conseil et les évènements récents ne s’était pas relevée particulièrement douloureuse, mais je pouvais clairement sentir la différence maintenant que nous nous étions retrouvés. Pourtant, je ne saurais dire si j’aurais apprécié la présence de Zélonion dans les situations délicates dans lesquelles je m’étais retrouvé. Aargau, par exemple. La dernière expérience qu’il avait eue aux commandes d’un chasseur était Artorias. Quant au Sénat, je m’en serais voulu de l’avoir confronté sans préparation à ce qui avait été mon quotidien pendant un long moment.

Savoir qu’il avait fait bon voyage était inutile car j’avais pu le ressentir dans la Force, dans son esprit. Mais la question se devait néanmoins d’être posée. C’était une preuve d’intérêt, même si en soi ma présence à ses côtés en cet instant suffisait surement. Pourtant, j’avais l’impression que nous avions pris un long retard, et une distance qui se devaient d’être comblés.

« Je suis au courant des directives du Conseil. Mais j’aurais sans doute trouvé un moyen de les contourner. Et dans le pire des cas, j’aurais demandé directement à Maitre Dolkin de tes nouvelles. » expliquais-je simplement tout en appuyant sur le nom du Jedi qui avait été son responsable sur Tanaab. Et je rajoutais, pour anticiper sa surprise à ce sujet : « Oui, même occupé je me suis renseigné sur ta situation. C’était… nécessaire, bien que ce fut une maigre consolation. »

Mes propos précédents restaient néanmoins sincères. J’étais navré de ne pas avoir pris le temps de faire les choses plus en profondeur, de demander à Maitre Von le droit de me rendre sur Tanaab pour ne serait-ce qu’observer ses évolutions sans pour autant prendre contact avec lui. Tout ceci n’était désormais que du passé, car nous étions à présent de nouveau réunis, partiellement tout du moins. Cependant, ses excuses me prirent au dépourvu. Je ne m’attendais pas à ce qu’il vienne mettre le sujet aussi vite sur la table, et surtout de son plein gré. De fait, j’avais tendance à le croire sincère dans ses propos et peut-être que sans réellement le vouloir Maitre Fyëlen avait fait le bon choix en l’envoyant sur Tanaab.

« Tu étais peut être fier, tout comme moi. Je sais bien que tu ne voulais pas agir de la sorte. Mais ce qu’il t’a manqué ce jour-là n’est en rien différent à ce que je t’ai longtemps fait remarquer : un manque de réflexion sur tes actes et leurs conséquences. Tu n’as agis que par pur instinct, sans évaluer toute l’étendue du problème. Mais ce qui est fait est fait, et ça doit seulement te pousser à faire mieux à l’avenir, d’accord ? »

La question n’attendait pas de réponse puisqu’il se devait de faire mieux. Seule la manière de le faire lui serait au choix. Mais au final, il se devait d’aller de l’avant et non reculer pour mieux sauter.

« J’espère néanmoins que tu es parvenu à tes fins, et que cette plaie s’est refermée.. »

Je souriais et je buvais une autre gorgée de ce délicieux thé. Je laissais pour la première fois mon regard quitter Zélonion pour venir se porter sur la cité et le Sénat qui se dévoilait aisément d’une volute de nuages, au loin. Et voyant un autre transport atmosphérique fendre le ciel à quelques centaines de mètres, je réalisais alors que j’avais fait un oubli quelque peu volontaire :

« Ah… et j’espère que tu as profité de ton voyage pour te reposer. On a un transport atmosphérique à prendre dans vingt-minutes pour les montagnes de Manarai. »

Je laissais un léger sourire s’esquisser sur ces quelques mots avant de porter une énième fois la tasse à mes lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mer 23 Sep 2015 - 20:38

Se renseigner auprès de Maitre Dolkin ? Sérieusement, la simple idée me fit sourrire, moi qui avait du supporter le Maitre presque comme une ombre. Et j'avais une idée des informations très sporadiques que celui-ci aurait pu donner. Mais du reste, avec cette attitude, l'Hysalrien m'avait permis de mûrir, et de comprendre certaines choses.

Je regardais Joclad, alors que celui-ci m'expliquait ce qu'il retenait de cette entrevue que nous avions eu il y a un peu plus d'un an avec les membres les plus sages de notre Ordre, et je le rejoignais sur la fin. "Ce qui est fait est fait ..." Nous n'allions pas nous appesantir sur le passé, et j'étais on ne peut plus d'accord avec le fait qu'ils nous fallait maintenant considérer cet incident comme clos. Mais le serait-il réellement un jour ? En tout cas, il viendrait renforcer mon vécu, et serait une pierre dans l'amas représentant mon expérience, et ce que je serais plus tard.

« J’espère néanmoins que tu es parvenu à tes fins, et que cette plaie s’est refermée.. »

Si j'avais distraitement éloigner mon regard de mon interlocuteur, celui-ci revint le fixer une nouvelle fois. Mes yeux fixèrent les siens, et de ceux-ci, j'imaginais que l'on pourrait distinguer que le sujet "Hélène" serait toujours un sujet difficile. Après tout, je m'étais attaché à elle. Elle était comme une soeur, et même peut-être comme une mère pour moi. Et chez les Tianesli, ce genre de sentiment, ce n'était pas rien.

Sans dire un mot, mes coudes se reposèrent sur la rambarde du balcon, mon coude métallique faisant entendre un bruit lors du contact. Et alors, je répondais sincèrement :

-"Oui... et non..."

Parvenu à mes fins ? Refermée ? Joclad, j'imaginais, méritait de savoir. Mais je ne savais décemment pas comment m'expliquer. Je n'étais pas le plus habile dans ce genre de situation, pour employer les mots justes.

-"J'aimais Hélène. Profondément..."

Oh non, ce n'était pas un amour du style interdit par le Conseil. Cet amour était désintéressé. Parfaitement basé sur l'envie de lui faire plaisir uniquement. D'être à la hauteur de ce qu'elle aurait pu attendre de moi. Avec elle, tout avait toujours été si simple. Alors forcément, quand la situation s'était compliqué, je ne l'avais simplement pas accepté. Et ça, même tonton ne l'avait pas compris visiblement.

-"Maitre Dolkin... il m'a aidé à faire le point. Il m'a appris à voir cette situation finalement comme ce bras."

Je relevais ma prothèse en exemple.

-"Je n'ai rien choisi dans cette situation. Alors, il me faut faire avec. M'en accommoder. Ce n'est pas simple à accepter. Mais cela vaut mieux que de laisser le passé m'enchainer."

Selon le vieux lézard, je m'étais même approcher de l'obscurité. Preuve en était de ma maitrise des Eclairs de Force, principalement quand la colère s'emparait de mon âme. Et quand un Maitre comme lui vous dit ça, bah vous avez juste envie d'une chose : le croire et ne pas le contredire. Mais je n'avais visiblement plus le temps de m'attarder, si j'en croyais Joclad. Un transport nous attendait. Et...

-"Attends... tu... tu veux dire que..."

Oui bon. On m'avait dit d'attendre que le Maitre qui m'avait été attribué viendrait me chercher, et c'était lui qui était venu, mais je croyais encore à la coïncidence là. Pourtant, le sourire qui se dessina sur son visage, avec un air de "tu en doutais?" venait confirmer l'évidence. Joclad serait définitivement mon mentor.

****

Une dizaine de minutes plus tard, j'étais assis dans la salle à l'entrée du Temple, juste à coté d'un "espace vert" de l'entrée. J'attendais. Je l'attendais. Je n'avais rien à récupérer, tant j'avais fais le tri dans mes affaires sur cette dernière année. Au final, je n'avais que mes vétements, un sac à bandouillère et mon arme maintenant. Et c'était suffisant. Joclad lui, par contre, semblait avoir une chambre dans le Temple de Coruscant, et je pouvais le comprendre, au vu de ce que j'avais appris sur ces attributions de cette dernière année.

Bref je l'attendais. Et pendant cette attente, j'en étais venu à poser mon regard sur cette plante à coté de moi. Elle semblait entretenu, mais à travers la Force, je la sentais faible. Conséquence d'une année sur Tanaab...

Ma main de chair se porta à elle, et je me concentrais. A travers celle-ci, j'utilisais le pouvoir que j'avais commencé à apprendre à l'Agricorps : Consitor Sato. Et mon visage se fendit d'un sourire quand je vis la plante légèrement se redresser.

-"Voila. Tu iras mieux ainsi. Déjà qu'il n'y a pas beaucoup de verdure sur ce monde, alors autant que tu te sentes à l'aise..."

Avais-je senti que Joclad était arrivé derrière moi ? Peut-être. Mais cette phrase ne lui était en rien destiné. Et j'étais de toute façon trop distrait sur le moment même que pour faire attention à cela. Au pire, il me prendrait pour un fou.

Je l'étais peut-être, de toute façon.


Dernière édition par Zelonion Tianesli le Dim 4 Oct 2015 - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Dim 27 Sep 2015 - 20:04


J’avais longuement hésité par le passé lorsque je devais exprimer clairement certaines appréhensions et incertitudes, et je me souvenais très bien le mal être que j’avais ressenti après que j’eu été séparé de Maitre Herambra. C’est pourquoi les propos de Zélonion ne me laissaient pas indifférents. Je comprenais sa propre hésitation et je savais combien il pouvait être délicat de trouver ses mots pour expliquer clairement la situation à autrui. Si j’avais accepté la proposition de Zélonion, à savoir se rendre sur Tython, ce n’était que dans l’unique but de crever l’abcès et pouvoir comprendre le malaise qui le rongeait intérieurement et qui l’avait longtemps poussé à agir en décalage de certains principes essentiels. J’avais eu l’illusion d’être parvenu à mes fins et de lui avoir fait tourner la page de cette histoire qu’il trainait depuis bien trop longtemps derrière lui. Je pensais qu’avec ce lien qu’avait tissé la Force entre-nous, ses incertitudes disparaîtraient, qu’il accepterait le fait qu’Hélène n’était plus, et qu’il devait aller de l’avant et accepter le chemin que lui indiquait la Force. Je m’étais visiblement trompé, et j’en avais accepté les conséquences. J’étais ravi qu’il en soit de même pour lui, même si je devais admettre une certaine pointe de frustration à l’idée que cela n’était pas de mon fait mais bien celui de l’Agricorp. J’avais donné beaucoup pour tenter de régler son problème, au point de risquer l’exclusion pour l’aider, et j’avais l’impression d’avoir quelque peu œuvré dans le vide.

J’opinais légèrement du chef tandis qu’il énonçait l’évidence même que j’avais tenté de lui faire comprendre pendant l’intégralité de notre périple : que notre vie est faite de points de passages, d’importances différentes, mais qu’il ne faut surtout pas s’ancrer à l’un d’entre eux tant que le chemin que trace notre destinée ne s’est pas arrêté. Le contraire, je l’avais fais. Et j’avais manqué de finir mes jours sur Bandomeer. J’étais parvenu à surmonter mes doutes, et il était hors de question pour moi de laisser Zélonion sombrer dans les siens. Pour tout dire, je préférais voir la surprise dans son regard que l’inquiétude profonde que j’y avais décelé sur Nar Shadaa quand j’étais venu le chercher. Mieux encore, j’étais ravi de le voir réagir de la sorte au sous-entendu que j’avais volontairement ancré dans ma phrase et je posais donc ma tasse vide sur le plateau d’où je l’avais enlevée quelques minutes auparavant pour finalement porter un regard mi-amusé au jeune Initié.

Sans un mot, laissant son interrogation en suspens pour qu’il puisse méditer dessus, je m’éclipsais comme j’étais venu. Ce que nous allions faire dans les montagnes de Manarai ? Franchement, je l’ignorais, mais se mêler à la foule et participer à la vie quotidienne faisait partie de mes prérogatives, de nos obligations. Souvent, c’est en errant sans réel but précis que l’on tombe sur un bon filon qui mène au dénouement heureux d’une situation improbable. C’est pourquoi j’appréciais tant cette liberté qui m’avait quelque peu été retirée par le Conseil après notre retour. Je pouvais arpenter les rues, découvrir de nouvelles cultures, comprendre les gens et leur manière de penser et de procéder. Tant de choses merveilleusement intéressantes que je n’avais pu retrouver durant mon séjour aux côté de Maitre Von. En réalité, seuls les entrainements matinaux aux Arts Jedi à ses côtés et ceux de Maitre Vocklan s’étaient révélés distrayants et pleinement enrichissants. D’une certaine manière, j’avais toujours attendu cette rencontre quotidienne aux aurores avec une certaine impatience.

Profitant d’une solitude retrouvée, j’étais retourné dans mes appartements pour y déposer certaines affaires inutiles, comme le datapad que j’utilisais pour les supports de cours avant de redescendre lentement les couloirs qui faisaient le tour du Temple et desquels on pouvait admirer le gigantisme structurel de Coruscant, ses gratte-ciels et ses longues et fines flèches qui venaient percer les nuages. Pourtant au-delà de l’horizon, un paysage sublime venait jurer avec ce monde de ferraille et de durabéton. Une étendue de verdure préservée de l’expansionnisme de la civilisation, bordée d’une haute montagne aux sommets parfois enneigé et épousant parfaitement les contours d’un grand lac. Sur les premières hauteurs, de larges villas venaient surplomber l’étendue d’eau qui venait former une certaine barrière entre les riches demeures d’un côté, et les faubourgs moyens de l’autre. Je n’avais jamais vu ce paysage de mes propres yeux, mais j’espérais qu’il serait plus magnifique encore que ce que j’avais pu lire ou observer sur des holos.

Je ne tardais pas à faire mon entrée dans le grand hall aux gigantesques et majestueuses colonnes. Me déportant sur la gauche, je m’étais rapproché de Zélonion, dont j’avais une nouvelle fois repéré l’aura pour ne pas avoir à le chercher. M’arrêtant à quelques pas derrière-lui, je l’observais agir et parler seul alors que j’observais avec un certain étonnement le résultat. Il avait progressé, c’était maintenant évident.

« Oh, il y a plus de verdure sur Coruscant qu’il n’y parait. Tu ne tarderas pas à t’en rendre compte. Mais avant toute chose, il y a certains engagements qui nécessitent des contreparties nécessaires. Suivre la formation de Chevalier en est une et tu t’en rendras compte bien assez tôt. » expliquais-je d’abord calmement pour attirer son attention alors que je m’approchais de lui, sortant une main d’une des poches de ma bure pour venir la poser sur son épaule. « Néanmoins, le Conseil a été clair à ce sujet. Je ne serais pas ton mentor, Zélonion. Je n’en ai ni l’autorisation, ni les prérogatives. J’ai cherché un moyen de te le dire tout à l’heure, mais je préfère que ce soit clair et qu’il n’y ait aucune confusion entre-nous. »

J’étais désolé, et mon ressenti à cet instant était clairement visible sur mon visage. Je l’avais pourtant averti lors de notre retour sur Ondéron qu’une seule dérive, même légère, dans son comportement risquait de mettre un terme à tout ce que nous avions fabriqué. Mais il ne m’avait pas écouté, et à présent les conséquences étaient lourdes, terribles. Hélas, je ne pouvais strictement rien faire pour changer cela à court terme. Plus tard, les choses pourraient changer. Mais il serait sans doute trop tard.

« Mais à présent, j’espère que tu es sur une bonne pente. Et je ne peux te conseiller qu’une chose : Fais confiance à la Force. Ce n’est qu’un suivant son appel que tu pourras réussir. Tu trouveras peut-être tes expéditions périlleuses et perturbantes, mais tu ne dois jamais douter. Car pour comprendre et saisir l’appel de la Force, il te faudra d’abord te heurter à ses aspérités, comme c’est le cas aujourd’hui. »

Je respirais calmement, retenant un soupir d’exaspération et de désespoir. On lui avait peut-être dit à son départ qu’un Maitre l’attendait à son arrivée, et alors il avait pensé que j’étais cette personne qu’il attendait. Hélas, il n’a jamais été question de cela, et je n’étais certain que la méthode que j’avais employée était la bonne. Je voulais seulement le voir, prendre de ses nouvelles. J’étais certain que ce jour serait marqué d’une empreinte particulière, mais j’en ignorais encore la nature.

« A présent, veux-tu bien tout de même m’accompagner ? Je ne suis peut-être pas ton mentor, tu n’es peut-être pas encore Padawan, mais tu peux tout de même te joindre à moi aujourd’hui. Mais le choix est tient. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Dim 4 Oct 2015 - 16:56

Je le savais. Il y avait au fond de moi cette chose qui me murmurait à l'oreille que ce revirement d'avis du Conseil était étrange, et puis, il y avait le message que j'avais reçu il y a quelques minutes encore. J'avais eu le temps de le lire cette fois, et il ne laissait pas le doute possible sur la question.

F4P3 a écrit:
Au Padawan Zelonion Tianesli,

il est apparu une erreur dans le message qui vous est parvenu il y a peu de la part du Maitre Dolkin. Il me faut vous informer qu'aucun Maitre ne vous a encore été attribué. Le Conseil a pris la décision cependant de vous réintégrer au rang de Novice, cela jusqu'au prochaine épreuves visant à cet effet.

Un Transport vous emmènera donc de Coruscant à Ondéron dans de brefs délais. Vous êtes invité à vous présenté à l'astroport de Coruscant, afin de prendre celui-ci aussitôt que l'information vous sera communiqué.

Ceci est une exigence du Conseil. Leurs salutations,

F4P3 - Droide de protocole du Temple Jedi sur Ondéron.

Le Conseil ne pouvait pas se tromper deux fois d'affiler, ni envisager sérieusement de me confier à ce partenaire d'aventure. Comment leur en vouloir ? J'aurais probablement agi pareil à leur place. Il me resterait à faire mes preuves lors des prochaines épreuves afin d'impressionner un Maitre, et de le convaincre de me prendre en tant que disciple. Je souris à Joclad, afin de lui faire comprendre, mais je n'avais pas envie non plus d'être explicite sur ce qui me faisait comprendre ce qu'il m'expliquait. Pour lui, je suppose qu'il suffirait de dire que je m'en accommoderais voilà tout.

J'écoutais ces conseils, parce que j'avais appris finalement à tenir compte de l'avis des autres. Il y avait parfois une certaine sagesse à prendre. Ca, ce n'était pas la face de serpent qui me l'avait appris mais plutôt Ishaa, mon amie de l'Agricorps. Et certaines parties de mon corps se souvenaient encore de cette leçon.

-"Je ne comptes pas agir autrement que de cette façon."

Ecouter la Force, la suivre, me vautrer et me relever, apprendre de mes erreurs -puissent-elles être nombreuses-, j'envisageais sérieusement de m'y plier. Après tout, même l'ancien mentor d'Hélène avait été précis sur la question : l'Agricorps n'était pas pour moi, même si d'une certaine façon la quiétude qui y régnait était attirante.

Ramassant mon sac, portant ma lance dans son carquois présente à mon dos, je lui lançais :

-"On y va alors ?"

Il fallait quand même que je m'occupe, le temps de recevoir ce fichu ordre de transport.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Ven 9 Oct 2015 - 15:44


« Oui, on y va. C’est par ici. »

D’un geste simple de la main, je l’invitais à me suivre. Plus exactement, je lui faisais comprendre de marcher avec moi à travers le grand hall puis la grande place d’arme faisant office d’esplanade qui s’étalait devant les murs et les marches du Temple Jedi de Coruscant. En bas, plusieurs speeders aériens étaient alignés, dont des appareils faisant office de transport en commun. C ‘était justement l’un d’entre eux que nous allions prendre pour quitter le quartier et nous éloigner vers une zone plus calme et paisible de la Cité Galactique. Après avoir descendu les dernières marches sans un seul mot, je l’invitais à entrer le premier dans l’appareil et à choisir une place avant de le rejoindre.

Je croisais les bras devant moi, laissant mon sabre attaché à ma ceinture pendre à la vue de tous sur mon flanc gauche. Sur Coruscant, nous n’avions pas à nous faire discret sauf si la situation dans laquelle nous nous trouvions le nécessitait. Je ne tardais pas à briser le silence qui s’était établit entre-nous tandis que l’appareil débutait son ascension vers le ciel surchargé de Coruscant :

« Beaucoup viendront te poser des questions à ce sujet en pensant que les Corps de services sont une sentence terrible qui pourraient leur être assignés. Alors, que peux-tu me dire de ton séjour à l’Agricorps ? »

Survoler la ville-monde pouvait paraître ennuyeux tant le paysage qui s’offrait à la vue semblait identique à chaque instant. Pourtant, chaque immeuble, chaque tour était différente de son voisinage, de telle sorte qu’à chaque kilomètre avalé par le speeder atmosphérique, l’étendue qui se dévoilait était différente de la précédente. Le trafic aérien était toujours aussi intense quelque soit le moment de la journée. Les véhicules se déplaçaient en file indienne, en suivant des routes virtuelles surchargées pourtant bien définies. On y trouvait tout types d’appareils, en partant des speeders personnels aux transports en commun de grande capacité comme celui dans lequel nous voyagions vers les Collines de Manarai. Parfois, la grande densité de gratte ciels laissait la place à de vastes étendues industrielles où s’entremêlaient d’imposantes conduites et se dressaient de larges cuves et entrepôts aux utilisations aussi diverses que variées.
Les étendues de duracier et de durabéton finirent par se faire moins nombreuses alors que notre appareil s’approchait des deux pics rocheux qui venaient se dresser à l’horizon, au-delà des nombreuses tours de hauteurs réduites qui délimitaient les quartiers à très forte densité qui caractérisaient si bien la capitale galactique. Le véhicule de transport ne tarda pas à se laisser dériver vers l’ouest pour venir survoler la Grande Mer Occidentale qui bordait les quelques collines naturelles qui persistaient à la surface urbanisée de Coruscant depuis plus de vingt mille ans. Pour sa part, l’immense étendue d’eau que nous survolions était en réalité artificielle. Il s’agissait d’un immense réservoir fabriqué par les habitants de la Cité Galactique lors de la construction de celle-ci. Son unique but était d’offrir un lieu où les visiteurs et les touristes pourraient passer leur séjour à l’abri des désagréments offerts par la vie mouvementée de la capitale républicaine. On pouvait y trouver de nombreuses iles, elles aussi utilisées pour développer l’attractivité touristique de la planète.

Après un survol de plusieurs minutes, notre speeder atmosphérique finit par atteindre la terre qui bordait cette étendue d’eau paisible. Rapidement, les contreforts des deux montagnes vinrent rompre les courbes légères et fluides des quelques collines où quelques villas et grandes demeures régnaient sans partage. Il finit par se rapprocher à nouveau des quelques flèches qui constituaient la bordure urbanisées de ce quartier de Coruscant méconnu des non-initiés avant de se laisser dériver au dessus d’une aire d’atterrissage. Le véhicule trembla légèrement lorsque son champ antigrav vînt s’opposer fortement au sol en duracier qui s’étalait sous le fuselage de l’appareil dont les propulseurs diminuaient en régime pour finalement fonctionner au ralenti.
Lorsque l’appareil fut totalement immobilisé, j’attendis que l’ensemble des passagers aient débarqué pour emmener Zélonion avec moi le long de la plateforme pour emprunter les escaliers qui se trouvaient à l’une de ses extrémités. L’air ambiant semblait bien différent de celui que l’on pouvait respirer dans les zones plus urbanisées de la capitale, tel le Quartier du Sénat ou bien encore celui du Temple. Les arbres se balançaient au gré de la légère brise qui circulait en bord du lac dominé par les deux pics rocheux et les passant allaient et venaient le long des sentiers qui bordaient les berges.

Ce que nous allions faire ici ? Encore une fois, je l’ignorais. Pourtant, je savais qu’un évènement se manifesterait tôt ou tard.

« As-tu déjà mis les pieds ici, Zéolonion ? C’est un quartier assez atypique et rare sont les personnes qui en connaissent l’existence. Pour la majorité des habitants de la galaxie, Coruscant n’est qu’une sphère de durabéton et de duracier. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Sam 24 Oct 2015 - 17:15

-"Tu t'attends à ce que je dises quoi ?"

L'Agricorps était l'Agricorps. C'est sur que quand on les expliquait au Temple, c'était pas de tous celui qui remportait le plus de succès. Autant le Medcorps était bien vu, l'Explocorps presque une vocation, l'Agricorps sonnait comme une destination suite à un échec.

Sauf qu'après avoir essayé, ré-essayé et re-ré-essayé, je n'avais jamais mis en échec Maitre Dolkin, et qu'il avait été de tous l'adversaire le plus fort que j'avais rencontré. Et puis, ils avaient une autre façon d'appréhender la Force, plus focaliser sur le concept de la Force Vivante. Qu'importe ce que les gens pensaient finalement de l'Agricorps, et qu'importe même ce que j'avais pu penser avant, l'Agricorps m'avait permis de me rééquilibrer.

-"Je leur répondrais que c'est comme on nous l'enseigne, comme on le décrit dans les cours sur l'Ordre que l'on reçoit. Et que mine de rien, grâce à eux, on a de quoi bouffer chaque jour."

C'était pas rien finalement que de penser à nourrir tout un Ordre. Et l'Agricorps seul n'y suffisait pas, mais ça aidait tout de même. Mais à mon sens, il n'y avait pas de meilleure école que celle-là pour comprendre certaines choses sur la Force. Je ne maitrisais pas mon pouvoir jusqu'alors. Et maintenant, je comprenais comment enfin y arriver. Ce simple détail m'avait en soi rendu plus "paisible", plus serein avec moi-même.

-"Je regrettes de ce que mon comportement a pu avoir comme conséquences sur toi il y a un an. Mais pas le fait que j'ai été envoyé à l'Agricorps. S'il mettait donné la possibilité de le refaire, j'y retournerais bien de temps en temps."

J'y avais des amis, des connaissances, des souvenirs. Tant de choses. Mais ça, c'était à moi. Et je n'avais pas envie de m'étendre plus sur le sujet. Ce ne fut pas le cas, car nous arrivions visiblement et une fois la navette immobile, je découvrais une partie de Coruscant que je ne connaissais de rien. Alors forcément, quand Joclad demanda, ma figure, toujours bouche bée légèrement, lui fit non d'un mouvement de gauche à droite répété lentement quelque fois.

-"Je ne suis venu ici qu'une fois, et tu étais avec moi. Et jusqu'à maintenant, j'ai toujours pris la planéte pour une planétopole complètement recouverte."

D'ailleurs, en y repensant, la dernière fois, j'avais reçu ce message d'une certaine amie.

-"Comment se porte la famille royale d'Ondéron au fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mer 4 Nov 2015 - 18:31


Je ne pouvais clairement lui répondre, car je n’attendais pas de réponse précise de sa part mais plutôt une réflexion philosophique. Chacun se forgeait sa propre expérience de l’Agricorp et je ne pouvais imposer directement ma propre vision de cette composante du Corps de Service Jedi sans l’amener à penser par-lui-même. Cependant, je pensais nécessaire que chaque initié, chaque padawan, vive cette expérience des différentes composantes du Corps pour les démystifier et faire tomber les préjugés depuis longtemps ancrés depuis des dizaines d’années –si ce n’est depuis des siècles. Ma propre aventure me fut bénéfique et me permit de faire mon deuil. J’avais réalisé que, contrairement à ce que beaucoup affirmaient au Temple, l’Agricorp n’était pas le refuge des condamnés à l’échec. Au contraire, il s’agissait d’une voie à part entière. Elle était peut-être différente, mais elle restait des plus respectables.

On y trouvait de doctes Jedi, particulièrement au fait de la Force Vivante. Ils étaient peut-être vus comme des agriculteurs, mais leur savoir n’était pas à sous-estimer. Zélonion affirmait peut-être l’avoir compris mais ce n’était pas le cas pour beaucoup d’autres padawan ou initiés pour lesquels l’Agricorp n’était qu’un regroupement de Jedi reniés par le Conseil suite à leur échec aux Epreuves. Oui, Zélonion affirmait avoir saisi la réalité de la chose. Pourtant, il commettait toujours le même impair, celui de les considérer comme des fermiers et non comme des Jedi à part entière. De fait, non, la vocation des membres de l’Agricorp n’était pas que de nous nourrir. Ce n’était là que la partie émergée d’un iceberg profond. Avant d’être des agriculteurs, ils étaient des protecteurs de la nature, du bien être d’une part bien plus vaste de la vie que celle des êtres pensants seuls. Ils étaient les gardiens de cette part où la Force s’épanouissait sans égal. C’était ça que j’avais compris il y a plusieurs années, lorsque j’avais échoué sur les berges de Bandomeer pour récupérer de la houleuse tempête qui avait suivit l’absence de Maitre Herambra.
Devais-je donc lui donner ma propre vision ? Evidemment, mais pas avec autant de simplicité. Il devait penser, réfléchir.

« Donc, selon toi, les membres de l’Agricorp ne sont que des fermiers ? Mmh… rappelles-moi Zélonion. Qu’est-ce qu’un Jedi ? » lâchais-je solennellement à son égard, mon regard figé sur la surface de l’étendue d’eau qui se présentait face à nous.

Il devait en effet faire appel à son esprit pour partir de la définition même du Jedi, pour ensuite remonter les longs filaments de la réflexion avec l’espoir de mettre doigt sur la vérité. D’un geste léger de la main, je lui faisais signe de ma suivre alors que nous entamions notre lente marche le long des berges. Mes mains s’étaient liées au niveau de mon ventre, cachées par ma bure aux amples manches. J’écoutais attentivement ses explications, ayant de toute manière fait fi de ses regrets et de ses justifications. S’il ne voulait pas trop s’étaler sur certains sujets, c’était son choix. Pas le miens. Je constatais aisément son émerveillement pour cet endroit qui, à ses yeux, ne pouvait réellement existé. Il était pourtant bien réel et j’en avais bien vite fais mon lieu de pérégrination favori sur la ville-monde.

« C’est en quelque sorte l’exception qui confirme la règle. Il ne reste de la Coruscant originale que ces deux montagnes. Et encore, certains soupçonnent qu’elles ne soient là encore que des résultats de la main de l’Homme. » expliquais-je en désignant du doigts les deux montagnes jumelles séparées de nous par le grand lac.

Nous finîmes par traverser le grand lac, avec l’idée de nous enfoncer dans les faubourgs qui précédaient les gigantesques tours qui semblaient se dresser dans le ciel à plusieurs centaines de mètres de l’endroit où nous nous trouvions. J’en profitais pour répondre à sa question concernant la famille royale :

« D’après les dernières nouvelles, elle se porte bien. La Princesse tout autant que la Reine. J’aurais aimé voir sa tête quand on lui a dit que c’est Maitre Tianesli qui a empêché l’enlèvement de sa… »

KRRRWAAASH !

Le bruit puissant me stoppa et je tournais la tête vers son origine pour découvrir un large panache de poussière projeté dans les airs. Le sol en durabéton s’était quelque peu affaissé sur notre gauche et des gens ne tardèrent pas à s’affoler. L’explosion, du moins ça y ressemblait, s’était produite sous nos pieds et j’attrapais le bras de Zélonion pour l’attirer vers la foule qui fuyait comme elle pouvait les souterrains par les sorties réservées à cet effet. Je ne tardais pas à intercepter un membre des forces de sécurité qui venait de quitter en quatrième vitesse le souterrain avant de le contraindre à reprendre ses esprits à l’aide d’une légère baffe.

« Je suis le chevalier Jedi Draayi, et voici l’initié Tianesli. Qu’est-ce qui se passe, agent… ? »

« Wildrock, monsieur ! C’est… c’est le maglev. Il n’a pas freiné à son entrée à la station et à déraillé. Il… Il a arraché une bonne partie de la station, c’est horrible ! Ces gens… »

L’officier Zabrak semblait dépassé par les événements, et il y avait de quoi. Un accident de maglev était rare, et celui-ci semblait assez catastrophique. Pendant ce temps, un petit attroupement s’était formé autour de nous.

« Du calme. Prévenez les secours. S’il y a des gens là-dessous, nous devons les sauver avant que la situation n’empire. »

« Excusez-moi ! Excusez-moi ! Vous êtes de la police ? Mes enfants.. »

« … Vos enfants ? » lâchais-je, interloqué.

« Ils étaient en sortie avec le reste de leur classe… Ils étaient sensés arriver à cette heure ! Pitié, vous devez les sauver, pitié ! »

Je fronçais les sourcils, alors que j’analysais la situation. Ce maglev était peut-être en feu, ou bien était-il totalement détruit. Peut-être n’y avait-il plus personne à sauver, ou bien étaient-ils encore bien nombreux là-dessous. Je faisais lentement appel à la Force, pour sonder l’environnement et je sentis presque aussitôt la chaleur et la destruction qui se situaient plus bas. Mais entre toute cette vision d’horreur, je pouvais discerner la vie, nombreuse. Nous devions intervenir.

« On va descendre pendant que vous gérez la foule. Y a-t-il un accès de libre ? »

« Non, les entrées principales se sont effondrées. Il y a peut-être.. la ventilation, oui ! Mais c’est trop étroit. »

« La ventilation fera l’affaire. C’est peut-être étroit pour nous, mais pas pour lui. » annonçais-je en portant mon regard vers mon acolyte Jedi. « Zélonion, j’ai confiance en toi. Viens. »

Le policier acquiesça, bien qu’inquiet à l’idée de devoir laisser un jeune adolescent risquer sa vie. Il nous amena quelques marches plus bas, devant un conduit de ventilation qu’il ouvrit grâce à une carte magnétique. En effet, le couloir était très étroit. Je n’aurais pas pu y passer. Mais Zélonion, si.

« Zélonion. Je veux que tu entres là-dedans et que tu te faufiles jusqu’à la station ou le tunnel. Une fois en bas, pas de risques inutiles. Cherches les survivants et tente de les mettre à l’abri. Si possible. Privilégie les plus jeunes, qui ne peuvent se débrouiller seuls. Si jamais l’accès est bloqué, ne reste pas coincé. Remontes. Pour ma part, je vais tenter de déblayer un chemin par l’entrée principale. Vas. »

J’attendis qu’il entre et fasse quelques mètres avant de m’éloigner. L’agent était déjà partit et je me retrouvais seul au bas des escaliers. Effectivement, l’entrée de la station s’était effondrée et il n’en restait que des gravats. Pourtant, il me fallait agir. Faisant appel à la Force, je venais sonder les éboulis à la recherche d’un passage plus aisé à déblayer. Il me fallut plusieurs minutes pour trouver, avant que je ne fasse une nouvelle fois appel à mon allié pour tenter d’ouvrir un passage qui serait certes étroit, mais suffisant pour évacuer les blessés et permettre aux secours d’intervenir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mar 1 Déc 2015 - 10:42

-"J'ai confiance en toi qu'il a dit..."

Le conduit était étroit, plus que d'habitude, ou était-ce moi qui avait grandi ? Voir grossi légèrement ?

-"J'ai confiance en toi qu'il a dit... Et ma lance, t'y a pensé ? Corellien de medeux !"

Je râlais, mais il fallait vraiment faire preuve de génie pour que cette arme passe par certain angle de cette fichue ventilation. Mais petit à petit, je me faufilais jusqu'à l'autre bout. Mine de rien, maugréer me donner une certaine volonté qui me permettait définitivement d'affronter ce défi qu'était ...

-"Oh ! Bonjour. Désolé de te déranger. Et pardon pour ta maison. Mais bon, t'en referas bien une."

Une araignée. Par les étoiles, heureusement que je n'étais pas phobiques de ce genre de bestioles. Même si, la rencontrant, ma main se porta tout de même à une cicatrice présente à mon cou, me rappelant ce cher monde de Dantooïne et ces fichus laigreks. Je hais les Laigreks. Allumant le comlink, je transmettais à Joclad :

-"Je suis à la grille au bout du passage. Mais je vois rien. Le Maglev ne s'est pas crashé ici. Peut-être un peu plus loin dans le tunnel. Le temps d'ouvrir et je te tiens au courant."

Ouvrir une grille, quoi de plus facile quand vous êtes Jedi. Un petit coup de lance par-ci, un petit coup de télékinésie par là, et un Chblong métallique pour couronner de succès l'opération "Faudra que je maigrisses". Sortant du conduit et sautant au sol, je me relevais et époussetais un peu ma bure avant de prendre compte de la situation. J'étais dans le bon conduit, il y avait encore de la poussière dans l'air. Mais il me restais à savoir de quel coté aller.

-"Maglev Maglev, où es-tu ?"

Je me concentrais, cherchant à identifier ma destination, et à travers la Force, quelque chose attira mon attention. Un pic, une sensation connue : de l'énergie. Ordinairement, quand je la ressentais, c'était quand je m'essayais à la surcharger dans un circuit, mais là, elle était distincte.

-"Vers le terminus donc ..."

Attrapant à nouveau mon comlink, je l'activais à nouveau, mais cette fois-ci, je n'eus pas de réponses, si ce n'était des parasites. Pourquoi des parasites ? C'était insensé. Quand j'étais quelques mètres plus haut, ca fonctionnait très bien. Et maintenant, j'avais des parasites ?

-"Encore du matos Corellien, je vous le dis."

J'étais donc maintenant dans ce fichu tunnel, sans moyen de communication avec celui qui m'y avait envoyé. Quelle chance ! Pour un retour à la vie tranquille, ça commençait bien. Y avait pas à dire : les emmerdes, elles savaient toujours où me trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Dim 13 Déc 2015 - 0:59


Les gravats étaient trop nombreux et trop volumineux. Seul, il m’était impossible de tous les déplacer dans le temps qui m’était imparti, car oui, le temps jouait contre nous. Plus nous tarderions à intervenir et plus les gens coincés à l’intérieur risquaient de périr dans la catastrophe qui venait de se produire sous nos pieds. J’espérais sincèrement que Zélonion bénéficierait de plus de facilités de son côté. Plus encore, j’attendais avec impatience l’arrivée des secours qualifiés qui étaient de fait les plus à même à intervenir. Je ne pouvais cependant pas ne pas essayer et c’est pourquoi je faisais appel à la Force pour me soutenir depuis déjà de longues minutes. Etant entré dans un état de méditation, je m’étais concentré pour lentement déplacer les plus gros gravats qu’il m’aurait été impossible de bouger sans l’aide de mon alliée. L’intensité était éprouvante et je ne pus maintenir mon état bien longtemps. Mes bras tremblaient encore de l’effort développé tandis que j’observais l’état du tas de débris, ce dernier ayant bien diminué en volume du fait de mes actions. Je pouvais désormais discerner une partie du mur en durabéton qui juxtaposait la porte et qui me séparait du reste du couloir. La porte, pour sa part, était toujours bloquée et ensevelie sous les décombres.
 
J’analysais donc la situation tout en sondant la Force. Je cherchais à établir un plan, une stratégie à adopter qui me permettrait de passer cet obstacle. En analysant le mur, j’en constatais sa faiblesse nouvelle du fait de l’accident. Derrière, le couloir semblait se dessiner, presque intact. Il était donc possible de passer au travers. J’avais donc saisi mon sabre laser et j’étais prêt à agir lorsque j’eus enfin des nouvelles de Zélonion, qui semblait avoir atteint la destination que je lui avais indiqué avant qu’il ne disparaisse dans le conduit de ventilation. Il avait bien progressé, en comparaison.
 
 « Entendu. Poursuis ton investigation. Tiens moi au courant régulièrement, il ne faudrait pas que l’on agisse de manière désordonnée. Pour ma part, je suis toujours en train de déblayer l’entrée principale. Pour l’instant, tu es seul. Joclad, terminé. »
 
Rangeant le comlink dans une de mes poches, je finissais par enfoncer la lame bleutée de mon sabre-laser dans le durabéton épais mais fragilisé. L’ensemble de plasma sembla éprouver quelques difficultés dans les premiers instants mais dès que la lame eut traversé le mur, il me fut plus simple de le découper le plus proprement possible. Je faisais néanmoins attention à mes mouvements pour ne pas risquer l’effondrement total du plafond qui me surplombait et je finissais par retirer ma lame. Je fis donc une nouvelle fois appel à la Force alors que je m’appuyais contre le pan de mur découpé. A l’aide de la télékinésie, je cherchais à le renverser, ce qui finit par arriver après quelques minutes. La chute du morceau de durabéton souleva une grande quantité de poussière dans l’air et je toussotais légèrement alors que je laissais mon sabre éclairer l’horizon désormais dégagé.
 
Ce que j’y vis n’était pas aussi catastrophique que ce à quoi j’étais attendu. Le couloir était à peu près intact et je fus soulagé de découvrir qu’il y avait quelques survivants qui étaient parvenus à se hisser jusqu’ici. Couverts de poussières, ils eurent du mal à réaliser que quelqu’un ait pu les rejoindre aussi vite :
 
 « Vous… vous êtes des secours ? » lança un homme d’affaire visiblement sonné et les bras en sang.
 
 « Pas tout à fait. Ils ne vont pas tarder, je ne suis que l’avant-garde. Vous pouvez marcher ? »
 
L’homme sembla acquiescer avant de se tourner vers la dizaine de rescapés qui s’étaient redressés en me voyant surgir de derrière le mur. Certains semblaient apeurés mais c’était bien une aura de calme qui paraissait se dégager de ce petit groupe.
 
 « Je pense, oui. Au pire, on aidera à porter ceux qui auront du mal. Vous feriez mieux d’aller aider les gens, en bas. »
 
 « Très bien. Je suis là pour ça. Vous allez sortir par l’entrée que j’ai taillée dans le mur. Grimpez jusqu’à la surface, les secours vous attendent. D’accord ? »
 
Un simple hochement de tête me suffit et je venais aider les gens à se diriger vers la sortie en faisant attention à ce qu’ils ne trébuchent pas sur les débris. Lorsqu’ils eurent disparu de mon champ de vision, je repris ma route en m’offrant à la Force. Je laissais mon esprit sonder les couloirs et mon alliée me guider. Je faisais confiance à mon instinct mais également aux bruits que je pouvais entendre. Rapidement, je dû descendre plus bas et je pus commencer à entrevoir les violents dégâts de l’accident. Les premiers corps, aussi. M’arrêtant devant chacun d’eux pour vérifier leur pouls, je soupirais avant de me remettre en route. Je n’avais qu’à suivre les flammèches avant de finalement me retrouver confronté à un problème bien plus inquiétant : l’accès au quai du maglev était ravagé, une boule de feu ayant certainement soufflé une bonne partie de la station. L’odeur de brûlé était difficilement supportable et je finissais par me stopper au pied d’une personne gravement blessée qui agonissait au sommet des escaliers menant au quai.
 
 « Là.. du calme. Du calme, ça va aller. Respirez, je suis là pour vous aider. »
 
Voyant ma tentative de communication vaine face à l’état de choc de l’individu, je décidais de faire appel à la Force pour l’envelopper et tenter de l’apaiser. Je n’avais guère de connaissance dans le domaine mais la présence chaleureuse de mon amie eut une partie de l’effet escompté. Le blessé sembla se détendre légèrement alors que je venais sonder ses brûlures. Elles étaient nombreuses, et je pouvais au mieux apaiser sa douleur pendant un temps. Il fallait donc que les secours viennent, et vite.
 
 « Zélonion ? Zélonion, est-ce que tu m’entends ? » lançais-je au travers de mon comlink, dans l’espoir de pouvoir communiquer avec mon partenaire.
 
La communication fut d’abord brouillée, mais je parvins finalement à l’atteindre.
 
 « Est-ce que tu vas bien ? Je suis juste au dessus du quai. La zone est ravagée, il y a beaucoup de morts mais aussi des blessés. De là où je suis, je ne perçois que ce qu’il reste de l’avant du maglev. Quelle est ta situation, de ton côté ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Sam 2 Jan 2016 - 15:58

J'avais continuer pendant quelques mètres avant de mettre retrouvé face à ce que j'avais ressenti à travers la Force. Et c'était bien ce que je pensais : de l'énergie, à l'état libre. Apparemment, le Malgev avait tout en déraillant arracher plusieurs câbles de l'installation qui jonchaient les parois, avec d'ailleurs l'épaisse protection en duracier pour prévenir ce genre d'incident. Quand au sol, on voyait déjà des morceaux de la carcasse du transport.

Deux choix s'offraient à moi. Le premier : continuer et ignorer la fuite d'énergie ; le second : tenter de réparer. D'un coté, il y avait surement des blessés à secourir dans l'absolu et rapidement, de l'autre, le fait que cette fuite pouvait encore faire plus de dégats si elle venait à s'aggraver. Alors je me demandais pourquoi ? Pourquoi moi, adolescent que j'étais, j'avais à prendre ce genre de décisions...

Finalement, je choisis. M'installant les jambes croisés, mon regard se riva sur l'installation abîmée et j'entrepris de la comprendre, avant de faire quoi que ce soit. Ce qui était évident, c'était le câble qui s'était décroché, et qui perdait du jus. Le toucher, c'était pas la meilleure idée à avoir. Mais où le remettre, ça c'était de dilemme. Une erreur et je risquais de compliquer toute la tâche que Joclad m'avait confié. Il y avait aussi un circuit à induction qui semblait avoir perdu son alimentation, mais comment savoir si ce n'était pas lié... Puis bon, c'était pas comme les mini drones que j'avais déjà bricolé. Si eux se prenait une surcharge, c'était loin d'être grave. Mais le circuit d'un Malgev, y avait de quoi se transformer en ampoule de 1000 Méga Watt sans problème.

-"Bon. On va pas y passer la journée..."

Comme dirait les gens sur Tanaab, il arrive des moments où il n'y a pas à réfléchir, il fallait juste y croire très fort. Et attrapant le conduit électrique par la Force, je venais le reconnecter à ce qui me semblait être le bon emplacement. C'était à la fois un exercice difficile et gratifiant, tant je devais d'une part maintenir l'objet stable, et d'une autre venir y greffer des attaches qui seraient provisoires, mais qui permettraient quand même de tenir ce fichu morceau en place. Et, aussi incroyable que cela puisse paraitre, j'eus raison quant à l'endroit. Le circuit à induction se relança et comme pour me signaler que tout revenait, un éclairage s'alluma dans toute la rampe. Un allumage, mais aussi ce comlink qui ne répondait plus.

-"Bah comme ça, plus de parasites. J'aurais du m'en douter..." ajoutais-je, pour moi même avant d'écouter celui qui me contactait.

-"J'ai croisé la route de personne pour l'instant. Je me suis arrêté pour rtablir le courant. Je me remets en marche vers le terminus. Si toi tu as l'avant, je dirais que je dois pas être loin du cul de ce truc. Enfin, j'y vais. Zelonion, terminé."

Des blessés ? Merde. Y avait des morts aussi. Est-ce que j'avais fait le bon choix ? Chienne de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Dim 7 Fév 2016 - 20:17


Zélonion allait bien, ce qui me rassurait. Voir tout ces cadavres allongés sur le sol, certains déchiquetés et d’autres démembrés me donnait la nausée. L’impact avait dû être des plus violents et la déflagration les avaient sans doute propulsé comme de simples bonhommes de papiers sur tout le quai. Je n’osais pas imaginer ce qu’il était advenu des gens situés à l’avant du maglev, dans les deux premiers wagons. Ils n’étaient cependant pas les plus à plaindre. Leur souffrance était terminée, ce qui n’était pas le cas de ces gens qui hurlaient et gémissaient, meurtris et grandement blessés voir brûlés. J’étais débordé, et même l’aide de Zélonion n’aurait rien changé. Je m’attelais à apaiser les douleurs du plus grand nombre, m’arrêtant parfois pour soigner les plaies les plus bénignes ou simples à guérir. Je m’arrêtais devant le cadavre mutilé d’un enfant, fermant les yeux un instant avant de me retourner face au maglev meurtri et au quai en partie détruit. Mon comlink, lui, revînt se porter vers mes lèvres alors que je répondais à Zélonion :

« Entendu. Normalement, la circulation du maglev a dû être interrompue. Je te rejoins dès que possible. Continue comme ça.»

Le rejoindre. Il s’agissait là d’une lourde tâche qui risquait de me prendre du temps. Je devais d’abord m’assurer que le maglev était sûr avant de prendre le risque de m’y aventurer. Qui plus est, beaucoup de blessés nécessitaient des soins d’urgence et je ne pouvais me résigner à les laisser à leur sort pour venir aider un Initié Jedi. Zélonion allait devoir attendre. Je venais me porter auprès d’un enfant qui agonisait, posant ma main droite sur son front pour l’apaiser. La seconde venait se porter sur son ventre, à la recherche de l’hémorragie qui était en train de le tuer.

Fort heureusement, des bruits se répercutant en échos dans la station vinrent attirer mon attention. Je pivotais légèrement, cessant mon office auprès de l’enfant pour découvrir tout un cortège de secouristes accompagnés de nombreux droïdes. A leur tête se trouvait un humain plutôt âgé mais qui semblait parfaitement maîtriser son métier. Il donnait ses directives sans la moindre hésitation là où j’aurais été incapable de prendre de réelles décisions sans paniquer quelques instants.

« C’est par ici ! Déposez les brancards sur la droite. Le responsable pointa la direction du bras alors que l’ensemble des équipes s’afféraient derrière-lui. Finalement, il se tournait vers moi, m’interpellant : « Vous allez-bien ? Vous n’êtes pas blessé ? »

Je me redressais, le laissant s’approcher. J’opinais du chef avant de soupirer de soulagement. Ces gens là étaient bien mieux qualifiés que moi, et j’étais convaincu qu’ils parviendraient à sauver beaucoup de monde. Je pouvais encore les aider s’ils le souhaitaient mais j’estimais que mon rôle ici était pour l’instant terminé. Je répondais donc, calmement

«Je vais bien, mais ce n’est pas leurs cas. Il y a de nombreux morts mais il y a tout autant de blessés. J’ai fais ce que j’ai pu pour les apaiser mais je suis dépassé. Les cas les plus graves sont là-bas. Vous devriez commencer par-là. »

Je désignais la direction où se trouvaient les blessés les plus graves.

« Ne vous en faites pas, on va s’en occuper. Vous êtes Jedi, c’est ça ? »

« En effet, oui. J’ai un Jedi à récupérer. Il est de l’autre côté, dans le tunnel. On va essayer de trouver d’autres survivants. »

L’humain sembla comprendre et opina du chef. De toute manière, j’étais prêt à parier qu’il espérait que je n’allais pas lui mettre des bâtons dans les roues. Ce n’était pas mon genre, surtout lorsque j’avais affaire à une situation qui me dépassait complètement. Il déclara, confiant :

« Allez-y. On va s’occuper de ces gens-là. Si jamais vous en trouvez d’autres, faites-nous signe. On viendra vous aider. »

Je le remerciais d’un sourire approbateur, avant de prendre congé. Je me dirigeais vers le maglev et notamment vers ce qui s’apparentait à un reste de wagon. Sans doute le troisième de la rame. L’habitacle était éventré, ce qui me facilita l’accès. Là encore, des cadavres. La lumière allait et venait en gerbes d’étincelles alors que je m’avançais à la recherche de survivants. Je passais alors au quatrième wagon, visiblement intact. Il était presque vide, signe qu’il ne s’agissait pas d’une heure de pointe. Fort heureusement, auquel cas le bilan se serait révélé bien plus lourd.

J’arrivais vers les derniers wagons, m’arrêtant face à une porte qui me bloquait le passage. C’était anormal. Normalement, elle aurait dû se déverrouiller avec le choc, pour la sécurité des passagers. Sans doute un faux contact l’avait-elle bloquée. Et au-delà, je parvenais à percevoir des sons. Des survivants !

« Bhesj… » J’attrapais mon comlink. « Zélonion, tu m’entends ? Je suis au milieu de la rame. J’entends des voix, plus loin. C’est peut-être les gens que l’on cherche. Rejoins-moi là-bas. »

Pas d’hésitation à avoir. La porte résiste ? Pas de problème. Mon sabre laser vînt aussitôt dans ma main, sa lame bleutée fendant l’air dans un bruit bien particulier. Porte en duracier, me voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mer 17 Fév 2016 - 21:06

J'y étais arrivé. Le cul du Malgev était complétement sur le flanc, et malgré l'odeur qui s'en échappait, j'avais décidé d'affronter la vision présente à l'intérieur. Je m'arrêtais à coté de chaque personne, et ma main venait prendre le pouls sur le coté de la gorge de chacun. Mais rien. Le choc semblait avoir été dur pour eux. Et alors que j'arrivais à la porte pour passer au wagon suivant, je retirais au mieux le corps qui était à travers la vitre de la porte. Le ventre de ce Twi'lek garda quelques morceaux de verre dans le ventre, et son visage était encore déformé par l'impact avec la vitre. C'était à la fois sanguinolent et dégelasse. Une vraie boucherie.

-"Rejoins la Force, et veilles sur les tiens à travers elle..."

Ma main de chair venait refermer ses paupières, alors que je récitais ces quelques mots. J'avais fini par devenir croyant, d'une certaine manière, à force d'entendre ce qui était enseigné sur Tanaab. Puis, me relevant, j'escaladais la porte pour passer par la vitre brisée, me rendant à l'évidence sur le fait que la serrure brisée de ce wagon ne s'ouvrirait même pas.

J'espérais que le deuxième wagon serait différent, mais je me trompais. Si ce n'était pas pire, impossible pour moi de dire que c'était mieux. Certains corps visiblement non attachés s'étaient même amoncelé dans un coin, en une sculpture morbide bizarre et dénuée de toute forme morale.

-"Aidez-moi..."

Le son fut faible, mais mon oreille en entendit le timbre. Cela venait de la rame suivante. Avais-je rêvé ? Etait-ce mon esprit qui me faisait entendre ce que je cherchais ? Me taisant un instant, j'écoutais pour en avoir le coeur net.

-"Aidez-moi..."

Me relevant alors, je bondis vers la porte, cette fois pleine et métallique dans le but de l'ouvrir. Mais la serrure mécanique était également bloquée. Et frappant dessus, mon visage afficha une moue énervé devant ce fait.

-"Saleté de conneries de putain de serrure magnétique. Tu vas t'ouvrir oui ..."

J'avais beau passé plusieurs fois le badge que je venais de retrouver, le signal restait rouge. Devant cet état buté de l'électronique moderne, je ne voyais qu'une solution. Et posant ma main de métal contre la paroi froide du chambranle de cette porte, ma main de chair vint épouser le duracier de la porte. Respirant, je cherchais à entourer celle-ci d'une "poigne de force", d'en ressentir chaque jonction, chaque gonds. Puis je tirais comme d'un coup sec sur mon ressenti.

Un bruit se fit entendre, mais la porte n'avait pas encore cédé. Pour autant, je n'abandonna pas, et je recommançais une nouvelle fois, et encore, et encore, m'énervant petit à petit sur cette fichue porte, sans qu'elle ne céde. Alors, comme un Tianesli digne de ce nom, je finis par m'emporter.

-"TU VAS T'OUVRIR CONNERIE DE MERDE !"

Ma colère alimenta alors mon contrôle sur l'énergie mystique, et la porte céda et je donnais l'impression de la lancer derrière moi de rage. Quant à la porte suivante, celle de la nouvelle rame, je n'eus qu'à en transpercer la mécanique externe d'un coup de sabre pour agir plus calmement avec la Force pour l'entrouvrir et derrière : un survivant. Ou plutot une. En dessous d'un siège, bloquée par plusieurs choses, mais vivante. Une gamine d'à peine dix ans.

-"Aidez-moi... je vous en prie..."

-"Ne t'inquiètes pas. Je suis là maintenant. Je vais te sortir de là."

Bon... il restait à espérer que ce ne serait pas comme dans ses holofilms dramatique, où ce qui vous ensevelit vous empêche de vous vider de votre sang ou que sais-je ... Parce que la guérison, ça n'avait jamais été mon fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Sam 26 Mar 2016 - 19:43


La porte tomba lourdement en arrière dans un bruit strident, dévoilant à ma vue le wagon suivant de la rame accidentée. Les dégâts étaient moins importants, les autres wagons ayant amortis l’impact les uns après les autres. De fait, les wagons les plus éloignés étaient les moins touchés et constituaient donc le noyau où il était probable de trouver le plus de survivants. Il devait d’ailleurs surement y en avoir, une des portes donnant sur le tunnel ayant été ouverte. Cela voulait aussi dire que des civils se baladaient de manière inconsciente le long de la voie, dans la pénombre, sans savoir les dangers qu’ils encouraient. Un arc électrique était vite arrivé, tout comme une électrocution par les rails du maglev, et cela sans oublier les secours qui allaient être mobilisés pour les retrouver.

Mon regard dévia de la porte vers le fond du wagon, où je discernais plusieurs silhouettes recroquevillées derrière une rangée de sièges. Je pouvais discerner plusieurs têtes qui dépassaient, visiblement attirées par le bruit sourd de la porte heurtant le sol. J’esquissais un léger sourire, soulagé de constater que ce carnage ne se résumait pas à un amoncellement de cadavres. Mon regard déviait cependant, se portant vers les autres passagers avachis dans leurs sièges ou bien étendus sur le sol du wagon. Via la Force, je pouvais déjà sentir que leurs consciences n’étaient plus mais je ne pouvais m’empêcher de vérifier physiquement la chose, cherchant un pouls inexistant.

Je ne laissais aucune émotion m’envahir, restant de marbre face à la réalité, comme déconnecté. Pourtant, je ne l’étais pas. Je pouvais comprendre ce qu’ils ressentaient tous, alors que je m’approchais des cinq survivants restés à l’intérieur du wagon. Cependant, je ne pouvais pas laisser les flots négatifs me submerger. J’étais un Jedi, j’avais des automatismes et des principes. Ma lame continuait d’éclairer le wagon plongé en partie dans l’obscurité, et je venais les inviter à se relever. Bien que je ne laissais aucune émotion m’atteindre, un léger sourire amical et plein d’encouragements venaient s’offrir à eux :

« Ne vous inquiétez pas, respirez calmement. Je vais vous faire sortir d’ici mais il faut que vous me fassiez confiance, d’accord ? Je suis Chevalier Jedi. Vous êtes blessés ? »

« Nn.. non, ça va. Enfin, je crois. Je pense que nous ne sommes pas les plus à plaindre. » rétorqua le plus alerte du groupe.

Mon sourire s’élargissait quelque peu et mon regard venait glisser sur les plus silencieux des cinq. Ils étaient terrifiés. De tels drames laissaient autant de marques physiques que psychologiques, et j’étais persuadé que certains d’entre eux risquaient de garder des séquelles qui allaient être longues à dissiper. Il fallait néanmoins que je reste positif pour l’instant, c’est pourquoi je déclarais :

« C’est bien, tant mieux. On va tenter de rejoindre l’arrière du maglev, j’ai mon collègue qui s’y trouve. Si ça ne vous dérange pas. Vous savez s’il y a d’autres survivants ? »

« Je… ne pense pas, non. Il y a des enfants dans ce wagon. Ils sont montés il y a cinq stations de là. Une classe, je suppose. On les a entendus pleurer et crier peu après l’accident. On a essayé de les rejoindre en marchant sur les voies mais les portes sont bloquées. «

Je posais une main sur son épaule, pour le rassurer, alors que j’étendais ma perception dans la Force pour en laisser l’écho s’échouer sur les êtres vivants que je détectais dans les wagons suivants. Je repérais même Zélonion, signe que nous nous étions suffisamment rapprochés l’un l’autre. Je me redressais, leur faisant signe de faire de même pour se placer derrière moi.

« C’était donc vous, la porte ouverte. Vous avez bien fait de revenir dans ce wagon. La voie est dangereuse. Je vais m’occuper de la porte. »

Comme la précédente, celle-ci ne put rien faire face au plasma de ma lame, laquelle découpait une ouverture d’une précision remarquable. Elle chuta et je m’engouffrais en premier dans le wagon encore à peu-près éclairé. Il était salement endommagé, comme les autres, mais la plupart des gens étaient encore conscients. Il y avait beaucoup d’enfants, peut-être une vingtaine, recroquevillés les uns contre les autres au milieu du wagon, occupés à écouter une histoire dictée par un de leurs accompagnateurs. Je restais sidéré par ce sang-froid, et cette capacité à détourner leurs attentions de la réalité. Pourtant, mon arrivée avait fait interrompue l’histoire, et tout le wagon s’était tourné dans ma direction. Pour la première fois, je laissais les émotions filtrer, soupirant de soulagement alors que j’attrapais mon comlink pour contacter les secours qui s’affairaient sur les quais.

C’est à ce moment même qu’un bruit sourd se fit entendre, le sol se mettant à trembler. Je m’agrippais à une des barres, alors que le tunnel s’effondrait en partie sur la rame, deux wagons plus en amont de la station, coupant toute possibilité de la rejoindre à nouveau. Rapidement, une vague de poussière nous envahit, et je faisais usage de la Force pour la dissiper. Les enfants s’étaient mis à pleurer et à crier, et je me concentrais pour tenter de diffuser une aura apaisante pour l’intégralité du wagon, alors que j’entendais au loin la frustration de Zélonion à l’encontre de la porte du wagon suivant. Nous étions tout proche l’un de l’autre.

« Bhesj… Bon, on va devoir marcher. Êtes-vous en état ? Nous allons remonter la rame, pour marcher jusqu’à la station suivante, ou bien une issue de secours présente dans le tunnel. »

« Et pour les autres ? On ne peut pas les laisser là… »

« Je sais, mais nous n’avons guère le choix. Je vais laisser mon comlink dans le wagon et activer sa balise de détresse. Je dois absolument vous évacuer en priorité, pour éviter qu’il y ait plus de victimes encore. Je ne doute pas sur la capacité des secours à parvenir jusqu’à eux. Leurs états sont stables, pour la plupart. »

Le choix était difficile à prendre, mais je l’avais fait pour eux. Le tunnel pouvait encore s’écrouler, et je devais les sortir d’ici au plus vite. Je n’étais pas apte à retenir des tonnes de durabéton. Je m’approchais de la porte qui me séparait de Zélonion pour finalement arraché les fils du tableau de commande situé à côté. La porte coulissa aussitôt, dévoilant une ambiance plus morbide que celle que j’avais pu côtoyer de mon côté depuis quelques instants. Je soupirais à nouveau.

« Zélonion ? Ça va aller ? Tu as besoin d’aide ? Il va falloir que l’on remonte le tunne jusqu’à une issue. L’autre sens est bloqué.»

J’accourais presque, marchant d’un pas rapide pour venir l’aider, lui et l’enfant.

« Ça m'a l’air assez grave. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 331
Âge du perso : 18 ans
Race : Humain Kuati

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sombre déchéance
HP:
44/61  (44/61)
PF:
82/82  (82/82)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mer 2 Nov 2016 - 22:23

Il ne fallut pas longtemps pour que la porte à l'autre bout de la rame ne s'ouvre, et qu'un visage familier n'y fasse son apparition. Joclad. Ce bon vieux Joclad. J'étais content de le voir enfin de nouveau.

« Ça m'a l’air assez grave. »

A ces mots, le visage de l'enfant se crispa un peu, mais la regardant, je souriais.

-"Ne t'inquiétes pas. Il a jamais su ce qu'il disait..."

Cela ne la rassurerait peut-être pas complètement, mais l'intention était pourtant là. Et qu'importe ce que disent même tous les Maitres. Je venais de traverser des rames de Malgev jonchée de cadavres, je ne comptais pas abandonner une fillette vivante sous prétexte que c'était grave.

-"Aides-moi à la débloquer, je la porterais jusqu'à la sortie s'il le faut."

Mon idée était simple : la débloquer, la porter et l'amener au premier poste de secours que l'on trouverait sur la route. Et pour la débloquer, je comptais sur la télékinésie de Joclad. S'il soutenait ce qui était sur le corps de la gamine, je n'aurais qu'à la retirer de sous les "décombres". Et d'un regard entendu, je savais qu'il s'apprêtait à essayer mais à peine avait-il commencer à essayer que la gamine commença à hurler.

Son cri m'avait glacé le sang, et pas parce que celui-ci s'était révélé perçant, mais parce que je savais ce qu'il signifiait : les secours devaient aider cette enfant sur place si l'on voulait espérer la sauver. Mais visiblement, le tunnel s'effondrait et les secours ne seraient pas là avant un bout de temps.

-"Je... J'ai trop mal. Je..."

-"Chut. Tais-toi."

Mon regard se déplaca vers Joclad. Il allait dire non, c'était évident. Mais s'il le faisait, je m'opposerait, et je gageais ma vie qu'il savait que je m'opposerais. Nous nous connaissions. Il savait qui j'étais, comment je réagissais...

-"Je reste ici avec elle. Va chercher du secours. Je pense qu'au dela du puits que j'ai descendu, des accès sont possibles vers la surface. Sans moi ni elle, avec eux, tu iras plus vite."

Une fois à destination, il ne lui resterait qu'à envoyer des secours. Moi, je n'aurais qu'à attendre, et m'assurer que tout se passe bien ici. Ce qui, je le reconnais, n'était pas gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1224
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   Mer 4 Jan 2017 - 12:05


Bah voyons !

Certes, je n’avais jamais été très doué pour enrober la pilule avant de la balancer au visage des autres, mais j’avais l’avantage d’être extrêmement franc en plus de connaître le domaine dont j’étais en train de parler. Je n’avais pas développé des capacités extrêmement avancées comme l’avait fait Léonard ou encore Alyria, mais mon niveau de connaissance du sujet était tout de même assez poussé pour savoir quand une personne risquait de ne pas s’en sortir. Alors évidemment, j’aurais très bien pu m’occuper de l’enfant avant de partir, stabiliser son état pour m’assurer qu’il ne nous claqua pas entre les doigts… mais nous n’avions pas le temps pour cela ! Le tunnel était instable et l’ensemble de la rame pouvait également nous tomber sur la tête à tout moment. A cela venait s’ajouter le fait que les débris qui surplombaient que le corps de l’enfant étaient peut-être la raison qui la maintenait en vie. Combien de fois avais-je déjà entendu parler, ou bu de mes propres yeux, des corps étrangers bloquer une importante hémorragie ?

Non, ce n’était pas raisonnable. Pourtant, c’était l’une des rares survivantes et je ne pouvais pas laisser une vie rejoindre la Force après un tel massacre. On allait essayer. J’allais soulever ce tas de débris avec la Force et Zélonion la récupérerait. Ensuite, je ferais mon mieux pour stabiliser rapidement son état avant que non ne prenions la poudre d’escampette. Je ne voulais pas finir enseveli sous des tonnes de permabéton et de duracier !

« C’est une très mauvaise idée… »

Une idée impensable, même ! On aurait mieux fait de mettre ces gens à l’abri avant. Par notre faute, tout ces gens pouvaient très bien y passer également. Mais la décision était prise, et je m’ouvrais déjà à la Force, laissant le flux d’énergie me traverser et rayonner autour de moi. La proximité de toutes ces vies tendait à accentuer l’afflux de Force tout en l’imprégnant d’une aura apeurée, terrorisée. Je tentais d’en faire fi, alors que je courbais la Force autour des gravats et la poutre d’acier. Je fermais les yeux alors que je m’apprêtais à élever ce que je n’avais encore jamais soulevé. Ma télékinésie était bien trop faible, mais je devrais pouvoir soutenir l’ensemble en puisant dans mes réserves. Je respirais calmement, inspirant et expirant de longues goulées d’air avant de finalement me lancer. L’ensemble sembla trembler et s’élever mais je relâchais immédiatement la pression exercée en entendant la petite enfant hurler.

Je déglutissais en ouvrant les yeux car je savais bien pourquoi elle venait de réagir ainsi et mon regard glissa vers Zélonion. On ne pouvait rien faire pour l’instant. Nous devions mettre ces gens à l’abri et ensuite revenir, éventuellement, s’occuper d’elle. Le regard que je croisais m’étais bien trop connu, et je n’avais pas besoin qu’il m’informa de ce qu’il comptait faire que je savais déjà que c’était une mauvaise idée. Il était le moins qualifié de nous deux pour la maintenir en vie. J’avais les connaissances requises pour la stabiliser, voir même en partie la soigner. Nous étions d’ailleurs tout les deux capables de ramener ces gens vers la surface, ce qui ne faisait que conforter l’idée que je devais rester là. Lui, n’était pas dans son environnement. En le récupérant au Temple de Coruscant, j’avais pris des responsabilités. Je devais le ramener, lui aussi.

Pourtant, je ne pouvais me résigner à l’idée qu’il ne pourrait pas se charger d’elle. Il m’avait peut-être grandement déçu lorsque nous avions tout deux affronter le Conseil, au point même de m’insulter sans en avoir conscience, mais j’étais certain des qualités qui m’avaient fait prendre, à l’époque, le parti de le croire et de l’aider.

Je déglutissais légèrement, mon regard glissant vers les autres rescapés avant de revenir sur le Kuati :

« Ne prends pas de risques plus inconsidérés que ceux-là Zélonion. Je ne serais pas long. » J’apposais une main sur son épaule, en gage de confiance. « Que la Force soit avec toi. Fies-toi à elle et concentre-toi uniquement sur l'instant présent.»

Je me redressais aussitôt, détournant le regard et me retournant pour faire face à ceux que j’avais mené jusque là et que je comptais bien guider loin de cet enfer. D’un geste autoritaire, je pointais le chemin à suivre avant de m’y engouffrer devant eux. Laisser Zélonion en arrière ne me plaisait pas, car je n’étais pas certain que tout le monde suivrait le mouvement, je n’avais personne de confiance pour fermer la marche. J’étais donc contrains d’utiliser la Force pour m’en assurer, alors que j’abattais la dernière porte en acier du plasma de ma lame avant de transpercer la baie vitrée qui constituait l’extrémité de la rame automatisée. D’un petit bond, je sautais hors du wagon avant d’aider les enfants à descendre les uns après les autres. Puis venaient les adultes.

« Suivez moi et marchez sur mes pas. Ne mettez surtout pas les pieds sur les rails. »

On était jamais trop prudent, et je voulais éviter de voir une partie de ces gens finirent électrocutés par une surtension venue du sol. Pour plus de sécurité, je faisais en sorte qu’ils longent avec moi le tunnel. Je sondais la Force à la recherche d’une issue, mais aussi de l’endroit par où Zélonion était passé. Je pouvais sentir les restes de son aura, laquelle s’amenuisait à mesure que nous avalions les dizaines de mètres qui nous éloignaient de lui. Nous marchâmes sur plusieurs centaines de mètres avant que nous ne stoppions face à une issue de secours, un puits d’urgence menant vers la surface. Je pouvais entendre des voix derrière la porte, autoritaires mais réconfortantes. J’activais le sas, lequel pivota pour dévoiler une des équipes de secours dépêchée sur place. Je n’étais pas surpris de les voir ici, en train de se préparer. Ils avaient du constater que le tunnel s’était effondré. De fait, il était logique de penser qu’ils aient pu décider de remonter la ligne jusqu’à l’issue de secours suivante, pour ensuite descendre dans les tunnels et remonter les voies jusqu’au lieu de l’accident.

« Remontez à la surface avec eux. Ils vont vous prendre en charge. Vous êtes saufs. »

« Vous ne venez pas avec nous ? »

Je souriais légèrement, avant de baisser légèrement le regard.

« Il y a encore des gens à sauver, et je ne repartirais pas sans eux. »

Et cette fois-ci, je ne repartirais certainement pas sans lui. Je faisais signe à une équipe de sauveteurs de me suivre, alors que nous reprenions le tunnel dans le chemin inverse. Avec leur aide, nous devrions pouvoir sortir la petite fille des décombres et ils pourront estimer s’ils peuvent creuser au travers des éboulis du tunnel pour aller sauver les autres. J’espérais sincèrement qu’ils le pourraient.

« Ce n’est plus très loin. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alors c'est ici que tout commence ? [Pv Joclad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-