La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 « J'ai planté l'arbre amer dont la sève empoisonne » [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darth Valeras
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 107
Âge du perso : 53 ans
Race : Humain
Binôme : Autre compte : Ben Doyle
Autre compte : Sayla Kobarr
Ancien compte : Valerion Scalia (décédé)

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
58/110  (58/110)
PF:
73/100  (73/100)

MessageSujet: « J'ai planté l'arbre amer dont la sève empoisonne » [solo]   Dim 9 Aoû 2015 - 16:41

    « Comment va la patiente aujourd'hui? »

    « Comme d'habitude, docteur Mengold. Elle regarde par la fenêtre pendant des heures. Elle ne dit rien. »

    « Elle continue de s'alimenter? »

    « Oui, elle mange tout. Une fois, elle a laissé une note, demandant des cigarettes. Vu qu'elle semble faire des efforts, nous avons préféré lui accorder cette faveur. Mais elle n'a pas touché au paquet. »

    « Au moins, elle se nourrit... Prend-elle ses médicaments? »

    « Oui, tout va bien de ce côté-là. »

    « Mais il y a eu un problème... n'est-ce pas? »

    « Pas vraiment... Enfin... Hier j'ai fait une erreur. J'avais laissé un coupe-papier dans le salon et le soir... »

    « Bon dieu, Betty! »

    « Mais il ne s'est rien passé, justement, docteur! Je l'ai retrouvée alors qu'elle l'avait en mains, et elle n'a rien fait! »

    « Betty, vous vous rendez compte un instant du risque qui a été pris? Est-ce que je dois vous rappeler ses antécédents? Cette fille, notre patiente, a essayé de se tuer il y a trois mois en s'ouvrant les veines... Elle est restée plongée dans le coma pendant une semaine puis, quand elle s'est réveillée, a avalé tous les médicaments qu'elle a pu trouver à l'hôpital! Il a fallu la garder encore trois semaines, puis on l'a envoyée ici, sous surveillance médicale constante, et au début elle refusait d'avaler quoi que ce soit. Vous avez mis en danger la vie de votre patiente, Betty! »

    « Oh arrêtez! Elle est là non? Toujours habillée dans ses vêtements noirs, moulants comme pas possible... Ca devrait pas être permis de s'habiller comme ça à son âge! Et même après... Sans parler de son rouge à lèvres, de son maquillage! Elle ne veut pas mourir, elle s'estime trop belle pour ça. »

    « Ça suffit, Betty. Si ça peut l'aider, alors tant mieux. Vous oubliez qu'elle a perdu une mère il y a quatre ans et un père il y a plus de trois mois. Elle n'a plus de famille. »

    « Ce n'est pas vrai. Le Snivvien vient tous les trois jours, il est très gentil et laisse toujours quelque chose. Mais elle refuse de le voir. »

    « Ça va s'améliorer, j'en suis sûr. Elle mange, maintenant, elle prend soi de son physique, et votre imprudence a démontré qu'elle tenait à la vie. »

    « Docteur Mengold, combien de temps vais-je encore devoir rester ici? Je suis une infirmière, pas une garde-malade, une psychologue ou je-ne-sais-quoi d'autre... Ma place est à l'Hôpital Central de Coruscant. Pas dans cet appartement des beaux quartiers appartenant à un mort! Émilie en a assez également, elle souhaite aussi retourner au travail. Ne me dites pas que personne d'autre ne peut faire ce boulot. Je veux retrouver mon vrai job et ma vie sociale. Ici, je ne sers à rien et je ne fais que jouer à la gouvernante. J'ai un mari et j'aimerais bien le revoir. »

    « Vous avez sa confiance, à elle, non? »

    « Oui, je crois, mais... »

    « Alors c'est réglé, Betty, vous restez ici jusqu'à ce que ça s'améliore. Je suis sûr que ça ne prendra plus tellement de temps... Elle a besoin d'un environnement familier, sans perturbations. Si vous vous en allez maintenant, peut-être utilisera-t-elle ce coupe-papier? »

    « C'est du chantage affectif, là, docteur... »

    « Oh, pour 2500 crédits la semaine vous ferez bien avec, Betty! L'Etat prend en charge tous les soins de la petite et vous paye plantureusement pour vous occuper d'elle et que vous gardiez tout ça pour vous. Alors, faites votre boulot et ne laissez plus traîner des objets tranchants... Point à la ligne. »

    « Je me demande bien combien de temps le secret va tenir... »

    « C'est une menace? »

    « Non! Vous croyez vraiment que tous les bobards vont encore tenir longtemps? Le garde de faction a surpris un journaliste près de l'appartement, l'autre jour. »

    « Alors soyez plus efficace et sortez-la de son mutisme. Parlez-lui, je ne sais pas. Plus vite cette histoire sera dernière nous, mieux on ira! Bon, c'est pas tout ça, mais moi je dois y aller. »


L'infirmière grommela quelque chose et accompagna le docteur jusqu'à la porte de sortie.

    « Tiens, tant que j'y pense, Betty... Vous avez remarqué des choses bizarres? Des choses qu'elle saurait... faire? »

    « Quelle question, docteur! Elle sait rester des heures assise sans bouger, elle sait rester muette pendant des semaines, elle sait écrire "amour" en pleine nuit avec ses ongles sur la porte de sa chambre, elle sait... »

    « Non, je voulais dire des trucs plus... anormaux. Du style de ce que font les Jedi, quoi! »


Betty fronça les sourcils.

    « Non. Pourquoi? Vous pensez que... vous avez les résultats des analyses de sang? »

    « Non non non, c'était juste comme ça... De toute manière, vous n'avez pas à connaître le dossier médical de la patiente plus que nécessaire. C'est moi le docteur. Vous, vous êtes l'infirmière. »

    « C'est ça, au plaisir docteur. »


La porte claqua, laissant la bien en chair Betty dans le grand appartement. Elle soupira et se dirigea vers la cuisine. En passant, elle jeta un coup d'œil dans la chambre de sa jeune patiente. Celle-ci regarda vers l'infirmière. Les joues de l'adolescente, autrefois rondes, étaient désormais creusées. Malgré les récentes privations, elle conservait de belles formes féminines, toujours en train de s'épanouir. Ses cheveux blonds ressemblaient à du blé doré et lui descendaient dans le dos. Elle portait un t-shirt, à travers lequel on devinait le soutien-gorge. Ses avants-bras étaient recouverts de tatouages, des ronces s'entremêlant douloureusement. Et deux yeux, d'une couleur émeraude glaciale, fixaient sans émotion les individus qu'ils découvraient. Betty frissonna, et retourna à son fourneau, préparer le souper.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« J'ai planté l'arbre amer dont la sève empoisonne » [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-