La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lei Nae
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 25 ans
Race : Kaminoan
Binôme : Samaël Akiam (padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sur Ondéron, en rééducation
HP:
0/60  (0/60)
PF:
5/105  (5/105)

MessageSujet: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Mer 8 Juil 2015 - 0:47

Nom : Nae

Prénom : Lei

Âge : 22 ans

Race : Kaminoan


Côté de la Force : Lumineux

Rang désiré : Chevalier Jedi - Garde Licteur

______________________________

  • Sabre laser : Lei attache beaucoup d'importance à la beauté des choses, et les armes ne font pas exception. La jedi n'a pas simplement vécu sa fabrication comme un défi. Pour elle, il s'agit d'un grand'oeuvre, un symbole de son abnégation à la Lumière et de sa ferveur à suivre sa voie. Le manche est un ouvrage à part entière ayant nécessité de longs mois de travail, même si les fonctionnalités présentes sont, en définitive, d'une banalité surprenante. Un bouton d'activation par pression en bas de la prise en main, une batterie au datium, aucun réglage. La lame, d'un bleu glacier étincelant, vient du cristal naturel que Lei a elle-même récolté sur Ilum, dans la plus pure tradition Jedi. Il est léger et maniable, sa longueur adaptée à sa taille.

    Image :
     

  • Style au sabre : Lei Nae a eu très tôt une préférence pour les styles polyvalents, contrairement à beaucoup de ses jeunes camarades, souvent impressionnés par les styles offensifs ou au contraire, statiques. De corpulence fine et souple, Lei ne se reconnaissait pas dans le Makashi qu'elle pratiqua un temps aux côtés de son maître, lui préférant le Niman et le Shien. Sa grande taille peut tout à la fois être un atout et un inconvénient dans un affrontement, et Lei a rapidement appris à protéger son cou, principal point faible de son anatomie. Très souple et vive, elle possède de solides réflexes et si elle répugne naturellement au combat, ne s'en laisse pas compter lorsque sa vie est en jeu, faisant preuve d'une hargne redoublée lorsque l'on s'attaque à plus faible ou à une cible désarmée.


  • Caractéristiques :
    • Force : 3
    • Dextérité : 4
    • Agilité : 4
    • Constitution : 2
    • Intelligence : 4
    • Sagesse : 5
    • Charisme : 4



  • Pouvoirs :

    Amélioration des Capacités (niveau 1)
    Détection (niveau 2) (niveau 3)
    Télékinésie (niveau 2)
    Voile de Force (niveau 1)
    Protection de Force (niveau 1)
    Absorption de Force (niveau 1)
    Guérison (niveau 1)
    Persuasion

    Absorption/dissipation de l’énergie (niveau 1)
    Bouclier de Force (niveau 1)
    Surtension



______________________________

  • Points Forts :

    • Ouverte et amicale : D'une très grande ouverture d'esprit malgré son physique froid et son regard intimidant, Lei se montre volontiers curieuse et attentive aux inconnus, pour peu que son instinct et ses sens ne la poussent pas à se méfier. Elle sait aussi se montrer très protectrice envers les plus jeunes, surtout les padawans, dont elle a partagé le quotidien encore assez récemment. Elle parle aisément, même si très rarement d'elle-même ou de son vécu, préférant se faire confidente des âmes en peine ou oreille bienveillante des jeunes en proie au doute. Lei est l'équivalent à l'esprit d'un bonbon à la menthe glaciale en pleine chaleur, à l'imagination débordante et aimant passionnément lire, partager, découvrir.

    • Calme et réfléchie : S'il y a bien un reproche que l'on ne peut pas faire à Lei, c'est de se montrer trop impulsive. Préférant la voie de la réflexion et de l'écoute plutôt que de l'opposition, le chevalier Nae est un être dont la sérénité semble déteindre sur ceux qui la côtoient, son sourire prenant toujours cette petite touche rêveuse renforcée par son allure naturelle. Ce calme lui permet un lien fort avec le côté Lumineux de la Force, un don qu'elle affectionne par-dessus tout et qu'elle aime à développer lors de longues méditations en des lieux tout aussi paisibles que son âme.

    • Modeste et désintéressée : En tant que Jedi, la kaminoane se montre particulièrement humble et impliquée dans sa progression, n'hésitant pas à proposer son aide pour toutes sortes de choses. Aucune tâche ne la rebute, même les plus ingrates, qu'elle aime à exécuter avec autant de sérieux et d'amour que ses entraînements ou méditations.

    • Ferme et stricte : Douce et attentionnée, Lei n'en est pas moins intransigeante dès qu'il est question d'apprentissage, de respect du code Jedi ou des ordres donnés. Et ce autant pour les autres que pour elle-même : la discipline est une forme de beauté, mais surtout le meilleur moyen de remplir efficacement ses missions.

    • Vision ultraviolette : Il s'agit en réalité d'une spécificité de sa race. Les kaminoan voient dans le spectre ultraviolet, et donc ont parfois accès à des informations cachées pour d'autres espèces.



  • Points Faibles :

    • Trop emphatique : Dans la vie d'un Jedi, il est des instants nécessitant un grand détachement, un recul que, malgré sa grande maturité et sa sagesse certaine pour son âge, la kaminoane ne parvient pas à avoir. Poussée par son désir de soulager les âmes tourmentées, elle peut parfois en oublier où est son véritable devoir. Certains y voient une forme de candeur de sa part, arguant que malgré son expérience, elle n'a pas assez arpenté de champs de bataille et vu d'horreurs dans sa courte vie pour comprendre l'implacabilité d'autres de son Ordre.

    • Naïve, peu coutumière des intrigues : Ayant vécu, comme beaucoup de padawans en ces temps, à l'abri du Temple d'Ondéron, Lei n'a pas cette sorte de finesse sournoise permettant à certains de déjouer mensonges, complots et machinations. Son intelligence est dénuée de vice autres que ceux qu'une jeune femme élevée selon les préceptes jedi peut avoir, et ses "plans" ne comportent pas de ces coups sournois pouvant souvent être d'un grand secours : à être trop loyale, Lei en est parfois beaucoup trop prévisible et naïve.

    • Tête en l'air : Lei a assez mauvaise mémoire, et il lui arrive souvent de chercher les noms, des gens comme des lieux, ou de réfléchir longtemps, très longtemps, à l'endroit où – bon sang de bonsoir – elle a bien pu poser ce fichu pass magnétique...

    • Blessure douloureuse : Encore récente, la longue cicatrice crayeuse qui serpente sur son bras gauche fait de ce dernier un point faible, car susceptible de la faire souffrir malgré son apparente guérison. Elle s'en accommode bien au quotidien, mais travaille encore à faire jouer ses articulations sans se voir gratifiée d'une décharge de douleur.

    • Frêle de constitution : Malgré son allure sportive due à sa condition de Jedi, Lei reste une personne fine de corpulence et relativement fragile de nature. Beaucoup plus alerte qu'un kaminoan lambda, elle ne fait cependant pas le poids au sens propre face à un collègue zabrak ou epicanthix.





______________________________

  • Description physique :

    A vingt-deux années standards, Lei Nae est entrée depuis un moment dans l'âge adulte, les kaminoans étant considérés majeurs vers leurs onze ans. Il s'agit donc d'un spécimen dans la force de l'âge, en pleine possession de ses moyens malgré une blessure mal résorbée.
    Aliens gracieux et élancés, les kaminoans ont un cou dont la longueur atteint parfois jusqu'à un bon tiers de leur taille totale, les faisant couramment dépasser les deux mètres de haut. Lei Nae est donc de taille modeste, avec son 'petit' deux mètres quinze...

    D'un teint d'une pâleur lunaire aux légers reflets bleutés, Lei possède une petite tête au menton pointu, juchée sur un cou filiforme, interminable. Ses grands yeux en amandes sont d'un noir profond avec, en leur centre, un iris parfaitement circulaire, blanc et lumineux. Bien qu'assez inexpressifs et légèrement vitreux par leur composition, les yeux de Lei ont cette apparence fascinante et presque hypnotique de par le contraste saisissant entre la pupille et l'iris. Elle scille rarement, prenant alors un long battement de paupière dépourvue de cils pour réfléchir pleinement à ses prochaines paroles. Le reste de son visage en revanche, est très mobile et trahi une foule d'émotions différentes avec facilité.

    Un faciès aplati, reptilien, se termine par deux discrètes narines en fentes incurvées, au-dessus d'une paire de lèvres tout aussi petites, bien dessinées et souvent rehaussées d'une pointe de rouge-à-lèvre turquoise ou mauve, sa seule coquetterie avec son serre-tête tressé. Chauve, son crâne est rond et sa nuque gracile, son cou, très souple, pouvant se mouvoir avec aisance.
    Son corps fin possède néanmoins des courbes bien marquées et harmonieuses. Le tronc est relativement court par rapport au cou et aux jambes, fuselées et sculptées par l'entrainement martial, possédant non pas deux mais trois articulations. Ses membres supérieurs, longs et fins, ne possèdent que trois doigts, très sensibles. Sa voix est grave et chaude, très intelligible et d'un accent très peu prononcé.

    Lei porte, sous sa bure de jedi, des ensembles sobres et très élégants,composés d'étoffes fluides et légères qu'elle aime à décorer elle-même durant son temps libre, étant très bonne couturière. Elle possède une combinaison près du corps pour les missions, faite en des matériaux composites plus résistants mais tout aussi souples, pour permettre à ses longs membres déliés de se mouvoir sans entrave. Un ensemble allant de pair avec des bottes faites à sa morphologie, aux semelles isolantes. Cette armure légère la couvre entièrement jusqu'au menton, comporte une ceinture pour soutenir son sabre et ses accessoires, ainsi qu'un plastron muni d'un haut col protégeant son cou fragile. Un accessoire récurent dans ses tenues est une broche circulaire à la forme énigmatique, comprenant une pierre d'onyx en son centre. Un souvenir, dit-elle.

  • Caractère :

    « Douce comme une brise d'été, mais avec en son cœur cachée la force de l'ouragan. »

    Ce fut l'éloge que fit maître Abloselm de son élève à qui lui demanda un jour ce qu'il pouvait bien en penser. Était-il réellement objectif en complimentant ainsi la kaminoane ? Difficile à dire, et certaines mauvaises langues n'hésiteraient pas à retourner ces propos en affirmant qu'effectivement, Lei n'est que du vent. Desservie par son physique filiforme, seyant plus à une danseuse qu'à une manieuse de sabre, Lei paraît aux yeux extérieurs comme une jedi au cœur d'or, trop impliquée dans ses relations avec les autres et ses devoirs de jedi pour avoir la mentalité d'une combattante. Ce serait vite oublier toute sa formation, depuis son entrée sur Ondéron, à l'obtention de son titre de chevalier, qui en ont fait un être de devoir mu par le don de soi à une cause qui lui paraît aussi essentielle que l'eau et l'oxygène.
    Caricaturale ? Lei se vit comme chevalier, et tout ce qu'implique un tel titre. Elle n'est pas toujours aussi adroite qu'elle le souhaiterait, préfère parfois, à contrecœur, remettre un padawan à sa place plutôt que de rentrer dans son jeu, mais cela, elle sait pourquoi elle le fait : pour son bien à lui. Et telle est aussi sa plus grande faille : croire qu'agir pour les autres est agir pour leur bien.
    Lei est aussi dure avec elle-même qu'elle peut être douce et prévenante pour les autres. De sa progression dépend la solidité du maillon qu'elle représente dans l'Ordre. Une chaîne n'est jamais plus faible que le plus faible de ses maillons. Jamais à court d'idées pour aider, rassurer, consoler, soigner, Lei aime rendre service dans la mesure de ses moyens, sans jamais rien demander en échange sinon le respect qu'elle estime dû à l'Ordre Jedi, ce qui n'est pas forcément au goût de tout le monde.

    Paradoxalement, elle déteste la pitié : pour elle, il s'agit d'un sentiment négatif, qui abaisse l'autre plutôt que de l'élever. L'empathie nécessite pour elle de ressentir réellement la souffrance d'autrui, ce qui peut briser sa concentration, et bien sûr, annihiler ses efforts de détachement, qui lui fait si souvent défaut.

    Lei est d'une nature joviale, quoi que peu expansive et plutôt discrète. Relativement patiente et surtout très calme, la non-humaine a toujours ce rôle un peu maternel avec les autres padawans, sa biologie la rendant naturellement mature bien plus vite que les petits humains et autres aliens proches. Elle est très appréciée des plus jeunes, dont elle a rapidement appris à se faire obéir de par sa capacité à passer spontanément du sourire attendri au regard sévère demandant de ne pas dépasser les bornes. Pour autant, le chevalier Nae a une fâcheuse tendance à se sous-estimer et à perdre confiance en elle, raison pour laquelle elle ne cherche pas sciemment à prendre de padawan : elle n'est pas maître, et ne se juge absolument pas digne de l'être.
    Mais elle ne baisse pas pour autant les bras, tout au contraire : son entraînement est toute sa vie, ou presque. Sa passion est contagieuse : elle aime ce qu'elle fait, et cela se voit. Radieuse lorsqu'elle parvient à progresser, elle n'a rien de plus pressé à faire que de partager ses expériences ou ses découvertes avec autrui, indifféremment maître, apprenti, ou cuisinier.

    Un aspect secret de la personnalité de Lei cependant, reste sa pugnacité : réputée rêveuse et peu sûre d'elle, nombreux sont ceux qui, ne la connaissant pas, la juge avec une fraternelle indulgence. Beaucoup de Jedi savent néanmoins, qu'il n'y a rien de plus terrible à affronter qu'un cœur réellement bon précipité dans l'absence de ce à quoi il tient absolument. Une chose que Lei ignore encore, ne prenant que peu conscience des réelles capacités qui lui ont été offertes.


______________________________

Comment avez-vous connu le forum : Double compte


Dernière édition par Lei Nae le Ven 16 Oct 2015 - 12:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Nae
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 25 ans
Race : Kaminoan
Binôme : Samaël Akiam (padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sur Ondéron, en rééducation
HP:
0/60  (0/60)
PF:
5/105  (5/105)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Mer 8 Juil 2015 - 0:53

Histoire :


- Miraculée -


Ce fut un jour de fin d'été, par un coucher de soleil, que Lei Nae naquit. Un début qui aurait pu être des plus poétiques. Malheureusement, ce que la vie peut donner aux uns, elle le reprend souvent à d'autres. Rien n'est parfait. Le contexte était idyllique, mais la naissance de Lei, elle, fut un cauchemar.

« Qu'est-ce qu'il se passe ?! Pourquoi chutons-nous ?!

-Je n'en sais rien ! L'altimètre déconne plein pot et le réglage des propulseurs ne répond pas !

-Quoi ?! Attendez ! Vous êtes pilote et vous n'êtes pas capable d'identifier un problème sur votre propre vaisseau ?!

-Si l'problème c'était déjà présenté, je l'aurais déjà réglé ! C'est du n'importe quoi ! On dirait qu'on a carrément saboté les commandes !

-Faites quelque chose bon sang ! On va s'écraser !

-Et vous croyez qu'je fais quoi là ?!! »

Le pilote jeta un regard furibond à son passager. Lequel semblait osciller entre une égale fureur et un effroi stupéfait.

« Mned, sanglota une voix à l'arrière, je... elle arrive ! »

Le kaminoan se rua aux côtés de sa compagne et s'agenouilla devant elle, éperdu. Il ne pouvait y avoir pire moment...

« Essaye de la retenir, lui dit-il d'une voix qu'il souhaitait rassurante, tiens bon, juste le temps qu'on règle ce problème... et qu'on atterrisse !

-Je fais de mon mieux, grimaça la future mère, mais... c'est... impossible...! »

L'appareil fut brusquement secoué, envoya voler les objets qui traînaient dans l'habitacle et mettant les quelques passagers à rude épreuve. Lesquels se mirent à paniquer, et Mned le premier.

« J'vais tenter une manœuvre ! S'écria le pilote, cramponnez-vous ! »

Les hurlements et prières retentirent de plus belle alors que la navette faisait une embardée dans les airs, l'un des propulseurs s'arrêtant brusquement.

« Accroche-toi.

-J'ai si peur... »

Elle lui lança un regard implorant, comme si lui, l'amour de sa vie, avait le pouvoir de tout faire cesser. Mais hélas, personne n'avait ce pouvoir.

----

-Thème - La lumière dans la nuit -

« Maître Abloselm ? »

Le vieux maître jedi tourna la tête en direction du policier qui l'interpellait.

« Vous devriez jeter un œil... »

Devant eux s'étalait un vaste champ de ruines, un trou béant fait dans un quartier résidentiel de la ville-planète de Denon, au centre duquel gisait la carcasse pulvérisée d'une navette atmosphérique. Déjà, les équipes policières et civiles avaient investi les lieux, à déblayer les abords du désastre et à rechercher d'éventuels survivants. Une longue et pénible enquête s'annonçait pour trouver la cause d'un tel accident.

« Nous avons repérer des traces suspectes au niveau de ces capteurs, dit l'officier en désignant l'une des parties proéminentes, selon nos experts, il ne s'agit pas d'une détérioration due au crash.

-Je vois... Étrange. Vous avez bien fait de me montrer ça. »

Abloselm inspecta les lieux, du regard d'abord, au toucher ensuite, au travers de la Force enfin. Les flux y semblaient perturbés, mais il était difficile d'être au calme et concentré au milieu de ce qui ressemblait étrangement à un champ de bataille.

« Vu la violence du choc, conclut tristement un technicien, je me fais pas d'illusion sur ce qu'on va trouver là-dedans... »

Le Jedi était prêt à s'en retourner, quand son oreille capta un son aigu qu'il mit quelques instants à identifier : des pleurs. Des pleurs de bébé. Faibles, comme étouffés.

« Attendez, coupa le jedi d'un geste du bras. »

Il écarta les techniciens de la paroi qu'ils étaient en train de découper. À l'aide de son sabre, il tailla une porte dans le métal et la dégagea avec la Force. Se servant de sa lame comme d'une torche, il entra dans le compartiment à moitié enfoncé dans les décombres. L'air empestait, la chaleur était étouffante. Le souffle de l'explosion avait brûlé vif ceux qui avaient eu le malheur de se trouver sans protection. Seuls les sièges avaient vaguement fait office de bouclier de fortune. Le pied d'Abloselm rencontra une main.

Là, au milieu des cendres et des débris, un corps calciné, recroquevillé au sol, semblait protéger quelque chose.
*Non, pas quelque chose, pensa Abloselm en un éclair, quelqu'un.*
Sa respiration se bloqua sous le coup de l'espoir fou qui le traversait, en même temps que l'idée incroyable que...

Avec d'infinies précautions et une douceur douloureuse, il écarta les bras du macchabée pour découvrir une tablette en plastacier jetée sur des couvertures. L'homme tira le paquet à lui, et les cris d'enfants retentirent de plus belle.

« C'est... un miracle... »

Par la Force, il n'y croyait pas lui-même. Un bébé. Vivant. Le petit alien hurla lorsqu'il ouvrit la pelote et l'exposa à l'air libre. Mouillée, rabougrie, la minuscule chose ne devait pas être bien vieille. Malgré son âge et sa vie de sentinelle, Abloselm ne put que verser une larme en prenant le nouveau-né miraculé dans ses bras. Dès sa sortie de la carlingue, il fut entouré par une foule curieuse et stupéfaite.

« Je m'en occupe, dit-il au policier qui ouvrait déjà une bouche de poisson hors de l'eau, le MedCorps va prendre le relais. Continuez votre travail. »

----

- Plus jamais seule -

L'accident avait fait la une des Holojournaux des jours durant, et la petite miraculée du vol privé G-54771 -LEI était devenu une vedette sur Denon et dans son secteur, bien que son visage de nourrisson alien reste totalement anonyme par la volonté des Jedi qui l'avaient recueilli. Si bien qu'un journaliste avisé avait fini par faire une blague idiote qui était devenue la norme : le vol LEI était devenue Lei. La petite Lei.
Soignée dès son arrivée sur un avant-poste jedi, l'orpheline avait fait l'objet de recherche pour que l'on retrouvât son patronyme. La mission ne fut pas bien compliquée : la navette faisait partie d'un parc appartenant à une petite entreprise républicaine, qui répertoriait donc tous ses passagers pour chaque vol.

"Monsieur et madame Nae, avait conclu le jedi en charge des recherches, de Kamino. Nous n'en savons pas plus sur la raison de leur présence sur Denon, mais il est aujourd'hui évident que madame Nae était en route pour une clinique...

-Ont-ils de la famille sur leur monde ?

-Impossible à dire pour l'instant. Kamino est un monde très isolé, une équipe a été envoyée là-bas.»

Les jedi tenaient réunion au beau milieu du hall, au su et à la vue de tous ceux qui déambulaient ici.

« Si nous lui retrouvons une famille, affirma l'humain, nous devrons nous assurer qu'ils soient en mesure d'élever un enfant.

-Rassurez-vous, dit alors une voix dans leurs dos, ce ne sera pas nécessaire. »

Tous se retournèrent d'un même mouvement vers la nouvelle venue, portant le bébé kaminoan dans ses bras, endormi.

« Votre petite protégée a un taux de midi-chlorien qui pourrait vous faire rougir, Abloselm !

-Vraiment ? demanda le vieux maître avec un regard attendri pour la petite chose fragile, Lei est...?

-Tout à fait apte à entrer dans l'Educorps pour l'heure, et dans l'Ordre Jedi d'ici quelques années. Nous avons envoyé un message à Ondéron ce matin. Elle y sera accueillie comme il se doit. »

La nouvelle les emplit de joie, mais au fond de lui, Abloselm ne put détacher son regard du bébé sans une pointe douloureuse. Il ne reverrait certainement jamais la miraculée du vol LEI. Lui qui l'avait arraché à son cercueil de cendre. Et c'était certainement mieux ainsi, il n'était pas bon d'être attaché à ce point à un être, pour un Jedi. Il releva juste son regard d'émeraude vers l'infirmière et lui dit, sur le ton de la confidence :

« Faites-moi juste parvenir un message lorsqu'elle sera arrivée... d'accord ?

-D'accord, fit la demoiselle avec un regard malicieux. »

Elle disparut dans le couloir, emportant le bébé, sous le regard mélancolique du vieux maître.

*Bonne chance, Lei. Tu ne seras plus jamais seule, désormais.*


Et ainsi débuta le grand voyage de Lei Nae. Elle fut confiée à un vaisseau diplomatique Jedi, qui rentrait sur Ondéron, avec plusieurs autres nourrissons. Ils traversèrent l'infinité de l'espace sans encombre : Lei et ses petits condisciples furent laissés aux bons soins des nourrices de l'Educorps du Temple.

Mais la petite kaminoane, dont le cycle de vie était plus court que celui des proches-humains constituant la majorité des rangs, s'éveilla très rapidement à la vie. Ses grands yeux noirs ne manquaient pas d'intelligence, et au bout d'un an, elle balbutiait déjà ses premiers mots. Aussi frêle sur ses pattes qu'une sculpture de verre, sa vivacité causa bien du soucis à ses éducateurs, qui passaient plus de temps à la rattraper dans les couloirs de la nurserie qu'à lui enseigner le basic. Ce qui amusait follement la petite alien, qui grandissait à vue d’œil. Une croissance qui intéressa de près les jedis qui l'observaient. La vie de Lei à l'Educorps fut plus courte que prévue, la kaminoane présentant toutes les qualités d'un enfant de sept ans à l'âge de quatre années standards. Ce fut à son transfert vers les classes des jeunes initiés que Lei commença à s'assagir, au plus grand soulagement de ses aînés. Son dynamisme se mua en curiosité pour les mystères du monde et les diverses espèces qui l'entouraient. Elle qui avait toujours été en avance sur ses camarades, se retrouva avec des jeunes bien plus âgés qu'elles, pour certains déjà potelés et costauds. Une différence qui l'intimidait. Son arrivée au dortoir des padawans ne passa pas inaperçue, les autres se demandant qui était cette 'chose' qui ressemblait vaguement à une girafe sans cornes ! Mais au grand étonnement des nouveaux arrivés au Temple, Lei ne prit pas la mouche, et se contenta de demander ce  qu'était une girafe en riant avec bonne humeur. Les petites filles de son dortoir n'avait pas été, comme elle, des recueillies de l'Educorps, mais des enfants détectées selon les règles de la République ou, pour certaines, des 'découvertes' par hasard, au détour d'une mission dans des contrées indigènes. Lei se lia très vite d'amitié avec une petite twi'lek à la peau rose, du double de son âge, mais qui lui paraissait pourtant bien bébé. Encore foufous et indisciplinés, les petits nouveaux se chamaillaient, couraient en tous sens au grand damne des jedis chargés de leur surveillance, et les garçons ne se privaient pas d'embêter les filles.

Les premiers jours, Lei découvrit enfin le Temple dans toute son immensité, comme un oiseau à qui l'on ouvre sa cage. L'endroit lui parut proprement gigantesque, et elle l'aima d'entrée de jeu. Ses yeux, capables de voir les ultraviolets, détectaient des nuances et des jeux de lumières que beaucoup d'autre ne voyaient pas. Lei aimait à partager ses découvertes avec sa copine Iunie.

----

- Premier cours de magie -

L'enseignant toqua fermement contre la table.

« Un peu de silence, je vous prie. Le cours va commencer. »

En face de lui, sur les gradins, les enfants cessèrent leur agitation. Lei avait choisi de s'asseoir au deuxième rang, à côté d'Iunie et d'un jeune nautolan visiblement très joueur. Il n'avait pas arrêté de tenter de leur dérober leur datapad de cours. Tous portaient la tenue claire des jeunes initiés.

« Je me présente, dit alors leur professeur du jour, je suis le chevalier Danoa, je suis chargé de vous dispenser vos premiers cours. Nous allons aujourd'hui découvrir ensemble une notion vitale pour votre futur. Je veux bien sûr parler... de la Force. »

L'annonce du sujet mit les enfants en joie, et le zabrak dut de nouveau demander le silence. Certains échangeaient des commentaires, tout excités, d'autre pouffaient en se lançant des regards complices. Lei gardait son attention fixée sur le jedi, intriguée par la blessure qu'il portait au visage. Elle était encore bien jeune, et ignorante des implications de son futur...'métier'.

« Je suppose que certains d'entre vous ont déjà entendu beaucoup de choses sur la Force. D'autres parmi vous ignorent peut-être de quoi il s'agit. J'aimerai que vous me disiez, avec vos propres mots, ce que représente "la Force", pour vous. Quelqu'un veut se lancer ? Rassurez-vous, je ne mords pas. Vous n'avez pas à avoir peur de dire une bêtise. Il n'y a pas de réponse idiote. »

Un silence gêné s'installa, propices aux échanges de regard, les yeux noirs du zabrak passant, sereins, sur la petite classe soudain bien sage. Lei, voyant qu'aucun de ses camarades ne souhaitait intervenir, se leva timidement, son long cou ondulant pour faire face au chevalier.


« Moi, je veux bien essayer, dit-elle d'une petite voix.

-C'est très bien, la félicita le jedi, nous t'écoutons. »

La kaminoane sembla paralysée un instant, jeta un regard en coin à son amie, qui avait levée la tête vers elle, visiblement étonnée.

« Eh bien... La Force, c'est... euh... c'est... une chose compliquée. »

Quelques éclats de rires mutins brisèrent le silence, avant d'être interrompu fermement par l'enseignant. Il adressa un sourire à Lei, l'incitant d'une voix douce.

« Continue.

-La...la Force... est à la fois en  nous, et partout. Dans toutes les choses et les gens. Elle n'est pas une personne, mais, pourtant, on dit qu'elle a une volonté, comme nous. Qu'elle peut nous guider, nous aider lorsque l'on en a besoin. C'est une amie pour les Jedi, mais pas que ! Elle l'est aussi pour tout l'Univers. Une fois, on m'a dit que la Force était une sorte de gigantesque puzzle pouvant contenir toutes les âmes ! Je sais pas si c'est vrai, mais je trouve cette idée formidable. »

Le Jedi sourit franchement à la petite kaminoane, ses dents blanches dessinant une ligne brillante sur sa peau brune.

« Voilà en effet une théorie très jolie, et loin d'être stupide ! Je te remercie pour ton intervention, elle va me permettre de soulever plusieurs points fondamentaux concernant la Force. Quelqu'un d'autre ? »

Le cours se poursuivit avec plus d'entrain, les enfants encouragés par l'accueil fait aux propos timides de leur benjamine. Lei apprécia les détails donnés par Danoa, l'attention qu'il portait à leurs questions les plus diverses et le calme qui se dégageait de lui. Le sujet était éminemment complexe, pourtant, le zabrak parvenait à le rendre très accessible à leurs jeunes esprits inventifs. Lei appréciait beaucoup. Au bout d'une grosse demi-heure de théorie, leur professeur les fit lever, pour passer à la pratique. Il déversa de gros galets blancs et lisses sur la table.

« Prenez-en un chacun et asseyez-vous en cercle. Nous allons apprendre un petit exercice très simple que vous pourrez retravailler tout seul pendant votre temps libre. »

Les enfants s'exécutèrent et Lei se retrouva à côté de Danoa, son galet au creux de la paume. Le Jedi leur demanda alors de faire le vide dans leur tête, de ne se concentrer que sur le cailloux qu'ils tenaient dans leurs petites mains. Ils allaient devoir le faire léviter en appelant la Force à eux. L'exercice était plutôt déroutant. Certains, comme Lei, parvinrent à sentir rapidement la présence de l'entité transcendante au sein de leur esprit et de leur environnement. D'autres fronçaient désespérément les sourcils, l'air trop concentré pour être réellement détendus.
Lei, élevée au sein du Temple, avait eu la chance inestimable d'y être confrontée dès son plus jeune âge, contrairement à d'autres... Son rapport avec la Force avait un naturel et une douceur qui faisait défaut à Iunie, qui cherchait la Force comme l'on tente de trouver un œuf de Pâques. Ils stoppèrent leur entrainement au bout d'une heure, à la grande déception de Lei, qui n'était parvenue à faire léviter son galet que cinq fois, de deux-trois centimètres...

Revenus à leurs pénates, les jeunes échangèrent des considérations sur leur premier cours, le second ayant lieu plus tard, dans l'après-midi.

"C'était gé-nial, commenta le nautolan qui les avait rejoint, je me suis éclaté ! Pas vous ? Ah, et, au fait, moi c'est Melyk... Désolé pour le pad, tout à l'heure... J'voulais juste rigoler un peu...

-Pas grave, lui dit Lei, on avait bien compris. Essaye juste d'être un peu moins... lourd  ?

-Ahah... Ok...

-Ben pas moi. J'y arrive pas, c'est nul, chouina Iunie, je suis nulle...

-Ne dit pas ça, la réconforta Lei, tout le monde a du mal au début. Tu verras, on va s'entraîner... on deviendra de vrais Jedi."

Les deux fillettes échangèrent un regard complice, puis se tournèrent d'un même mouvement vers le garçon.

"Et sinon, Melyk, tu ne devrais pas retourner au dortoir des garçons...? C'est celui des filles, là."

Elles pouffèrent ensemble alors que le garçonnet se détournait, rouge comme une pivoine.

Et la vie de Lei de se dérouler, tel un fleuve paresseux et tranquille, au rythme de l'apprentissage de la Voie du Jedi.

----

- L'insouciance de l'adolescence -

Sur Ondéron, le climat était plutôt clément, la vie au Temple d'une douceur presque ennuyeuse pour certains, mais pas pour Lei. A six ans, elle avait déjà manié le sabre d'entraînement, et si elle ne faisait pas partie des plus doués, elle ne se laissait pas marcher sur les pattes. Déjà aussi haute qu'un humain adulte, la jeune kaminoane impressionnait les élèves de sa classe, dont la croissance était bien plus lente. Elle ne s'ennuyait pourtant pas, partageant toujours avec enthousiasme le quotidien d'Iunie et de Melyk. Elle aimait à passer son temps libre à la bibliothèque ou au jardin, plutôt que dans une salle ou au réfectoire...

Elles ne lisaient pas que des ouvrages relatifs aux Jedi ou à la Force. Au contraire, Lei était curieuse de tout, surtout des choses étranges ou insolites. En deux ans, elle apprit un nombre faramineux d'anecdotes farfelues glanées dans les archives des différents corps, des journaux ou des rapports laissés en consultation. On la trouvait souvent, entre les cours, assise sous un grand saule pleureur dans les jardins avec un livre ou un datapad entre les mains. Ces années de paix et de calme furent le terreau de sa sérénité : elle ferait tout par la suite pour retrouver cet état d'équilibre parfait qu'il lui arrivait de ressentir, dans l'ombre fraîche des arbres par de chauds après-midi d'été.
Les cours étaient nombreux, divers et variés. On ne pouvait pas reprocher aux Jedi de dispenser un enseignement restrictif : après les bases indispensables sur le maniement de la Force et le combat au sabre, les jeunes initiés touchaient aux langues, aux mathématiques, à la physique et aux travaux manuels. Plus tard également, les plus âgés abordaient la philosophie, la géopolitique ou l'économie, tout ce qui pouvait être utile aux futurs Jedi consulaires... et aux autres en bien des occasions. Lei appris aussi que ceux se destinant à des carrières plus martiales, gardien ou sentinelle, se voyait itiniés aux armes diverses et à d'autres formes de combat, à mains nues ou à l'arme blanche. En tant qu’adolescente à six ans, Lei devint une petite "maman" attentionnée et drôle pour ses camarades de classe. Elle était difficile à irriter, quasiment toujours de bonne humeur et d'un dynamisme qui l'éloignait de la nonchalance que l'on pouvait lui prêter de prime abord. Lei était toujours là lorsque Iunie se faisait mal, pour la porter à l'infirmerie, toujours là lorsqu'il fallait nettoyer les dortoirs et ranger les chambres. Jamais l'un de ses amis ne l'entendit se plaindre, et certains s'en étonnaient.

"Lei n'est pas normale, rien ne l'ennuie jamais. Rien ne lui fait peur."

Ce qui était faux. Lei était simplement un être secret. Beaucoup plus renfermé que son sourire ne le faisait croire.

Thème - Bercée par la lune -

"Tu as une très jolie voix."

Lei sursauta. Elle n'avait pas senti qui que ce soit approcher. En réalité, elle était entièrement tournée vers le ciel étoilé à cet instant. Le chevalier Danoa, qu'elle avait un peu perdue de vue depuis un an, s'avança dans l'herbe et s'assit à ses côtés.

"Merci, dit-elle en rosissant légèrement."

Lei se demandait pourquoi il ne l'avait pas réprimandée : elle était sensée être couchée, à cette heure. Mais elle n'avait pas sommeil, et l'envie de venir ici avait été la plus forte. La kaminoane s'était faite discrète, son pas aussi léger que le vol d'une chouette, pour se faufiler dans les jardins. Mais elle restait une toute jeune jedi : cacher son aura n'était pas non plus son fort. Alors, elle regarda le Jedi, interrogatrice. Que lui voulait-il ?

"Je sais ce que tu penses, lui dit le zabrak avec une pointe d'amusement, que tu ne devrais pas être ici. Et si l'on se fie au règlement, c'est vrai. Mais... être obtus n'est jamais une solution."

Leurs regards suivirent une étoile filante au travers de la voûte céleste.

"C'est étrange, d'habitude les padawans de ton âge aime à jouer plutôt qu'à lire, à se dépenser... Pourquoi viens-tu tous les après-midi sous cet arbre ? Y as-tu trouvé quelque chose de particulier ? Je suis curieux.

-Eh bien, je ne sais pas vraiment. La première fois que je suis venue dans les jardins, c'était pour la visite. Je voulais absolument y revenir. Ensuite, j'ai cherché un petit coin d'ombre pour me reposer. Et je suis venue ici. Je m'y suis sentie bien, et depuis, c'est devenu une habitude. Une sorte de petite maison à ciel ouvert."

Le Chevalier hocha la tête. Il avait l'air rêveur.

"Peut-être y a-t-il une explication au fait que tu te sentes mieux ici qu'ailleurs ?

-Ce grand arbre me plaît beaucoup oui. J'ai presque l'impression que je pourrais lui parler !

-C'est vrai. Il est très ancien. Certains arbres ont un lien particulier avec la Force : ce sont des êtres vivants au rythme biologique très lent et en accord parfait avec la nature."

Lei caressa amoureusement l'écorce du saule de ses longs doigts fins.

"Croyez-vous que mon chant puisse lui plaire ? rigola-t-elle,

-Je n'en doute pas ! déclara Danoa, d'ailleurs, je ne me suis pas excusé de t'avoir interrompue tout à l'heure... Même si nous devrions tous être dans nos lits respectifs."

Il secoua la tête et posa ses mains ouvertes sur ses genoux.

"Mais en réalité, je voulais profiter de cette occasion pour te poser une question.

-Une question ?

-Mm. Je sais que tu te considères encore bien jeune mais... le fait est que les maîtres ont constaté ta progression rapide. Tu seras bientôt une jeune adulte, si l'on en croit les connaissances actuelles sur ton espèce... Alors, je me demandais si tu accepterais de devenir padawan. "

Il lui Lei se raidit un peu, ses grands yeux aux iris lunaires s’agrandissant de surprise.

"Pad...awan ? Vous voulez dire... que ?

-Je n'en ai encore parlé à personne, s'empressa de dire le Jedi, je préférais avoir ton avis sur la question. Comme tu es un peu un cas, disons, à part. Je comprendrais que tu refuses, ne t'en fais pas. Et quand bien même, ce sera le Conseil qui aura le dernier mot."

Lei resta coite. Elle n'avait pas su à quoi s'attendre de la part du Chevalier, mais certainement pas à cela. Rien de moins que de proposer de devenir son maître, celui qui la guiderait sur le long chemin vers la Lumière. Lei en aurait pleuré si la surprise ne l'avait pas tant paralysée. Elle avait toujours apprécié l'enseignement de Danoa. Mais si elle s'était attendu à ce qu'il la choisisse, elle ? Absolument pas, non, elle ne s'était jamais imaginée devenir padawan aussi vite. Certains élèves attendait plus de cinq années qu'un chevalier ou un maître accepte de les prendre en mission avec eux.

"Je... Bien sûr ! Ce serait un si grand honneur... Je ne sais pas quoi dire... C'est... Wouaho."

Elle se prit la tête entre les mains, les yeux fermés. Danoa rit de bon cœur. Elle, la petite Lei Nae, orpheline et toute maigrichonne, allait être la première padawan de sa classe ! Elle devait être en train de rêver, certainement.

----

- La vraie vie -


Thème - La vraie vie -


La demande de Danoa parvint au Conseil quelque jour après son entrevue nocturne avec la jeune kaminoane. Et, à leur plus grande joie à tous deux, fut acceptée. Les premiers temps, la vie de Lei n'en fut pas changée. Son nouveau statut lui donnait l'impression d'être en décalé par rapport aux autres, mais comme elle faisait de son mieux pour éviter le sujet, ses amis la laissaient en paix. Elle continua de suivre les cours communs, tout en passant une partie croissante de son temps libre avec Danoa. Le Jedi lui faisait part des différentes missions qu'il avait effectué avant d'être affecté aux cours des nouveaux initiés sur Ondéron. Puis, il commença à lui donner quelques cours de sabre. Lei, avec son tout nouveau sabre de novice, à la lame d'un blanc pur, se sentait encore gauche. Danoa était un zabrak vigoureux et alerte, dont la maîtrise du Makashi était impressionnante. Il enseigna donc naturellement son style à Lei, qui n'avait alors dans son escarcelle que le Shi Cho et les premiers mouvements du Niman.

Après plusieurs mois de ces cours particuliers qui leur donnèrent une grande complicité, leurs caractères respectifs étant tout à fait complémentaire et jamais en affrontement, Danoa fit quitter Ondéron à Lei pour la première fois. Elle monta à ses côtés dans une navette diplomatique jedi à destination de Naboo. Ils devaient y rencontrer le chef d'un village Gungan pour mettre fin à des pillages incessants sur l'une des villes côtières. En cours de route, Danoa donna quelques explications à sa padawan sur la situation.

"On va devoir compter avec la liste interminable des broutilles qui opposent les gungans et les naboos depuis la nuit des temps. La tâche n'est pas aussi aisée qu'elle n'y paraît. Plusieurs des chevaliers que je connais ont déjà eu à faire aux gungans. Ils peuvent être de vrais têtes de mûles.

-Mais que devons-nous faire exactement ? Demander aux gungans d'arrêter ?

-En théorie, ça pourrait se résumer à ça. Mais la vérité est qu'à mon sens, il va falloir faire en sorte qu'aucun parti ne se sente lésé. Les gungans ont certainement des réclamations de leur côté, je doute qu'ils soient suffisamment sot pour piller par pur plaisir, même s'ils ne sont pas très malins de base..."

Ils atterrirent à l'astroport de la capitale, et rallièrent rapidement les abords du village où devait se tenir la petite réunion : comme très souvent, les Jedi étaient appelés à la rescousse pour faire office de médiateur, empêcher les deux camps de se taper dessus et déjouer les tromperies.
Lorsque Danoa et Nae firent leur apparition, les deux 'délégations' étaient déjà sur place, se toisant avec morgue dans un silence de plomb. Ce fut le représentant du maire naboo qui vint les saluer en premier, grillant la politesse aux gungans. Le chevalier zabrak s'inclina également devant les deux partis pour tenter de désamorcer la bombe, demandant discrètement à Lei de rester derrière lui et de ne pas intervenir pour l'instant. C'était sa première mission et la kaminoane était extrêmement nerveuse. Son maître prit la parole et invita les humains et les gungans à s'asseoir, rappelant pourquoi il avait été envoyé par l'Ordre : faire en sorte que tout se passe au mieux et que chacun puisse s'exprimer pour trouver un accord équitable qui convienne à tous.

Durant de longues heures, chacun exposa ses griefs, en revenant régulièrement au point de départ, personne ne voulant céder un pouce de terrain. Les gungans accusaient les humains de piller leur territoire : la mer, tandis que les autres leur renvoyaient les récents pillages et mise à sac des docks. La tension s'accumulait à la fatigue et Danoa était à cours d'argument. Il ne souhaitait pas avoir recours à la Force, on ne lui avait pas enseigné de telles pratiques, mais le fait était qu'il ne pouvait à la fois contenir la hargne des naboos et la bêtise des gungans. Alors que le ton se mettait à monter de plusieurs crans, un bruit attira l'attention de tout le monde. Derrière Danoa, oubliée de tous, Lei dormait à poings fermés, épuisée de ce dialogue de sourd. Le cou en travers de la chaise et la tête renversée, elle ronflait tout fort, la bouche grande ouverte. L'arrêt soudain des dialogues la réveilla. Danoa la dévisageait d'une drôle de façon, et Lei se releva d'un coup, rouge de honte. Elle se cassa la figure sur la chaise artisanale et atterri les quatre fers en l'air entre deux caisses de poissons.

"Pardon maître, couina-t-elle d'une voix minuscule, étranglée."

Un silence étrange s'abattit sur l'assemblée, qui dévisageait Lei avec un grand étonnement. Puis, la seconde suivante, humains comme gungans se fendaient la poire en deux devant la mine déconfite de la kaminoane. Certains en pleurèrent de rire, toute la tension accumulée retombant d'un seul coup. Une fois le calme revenu, les gungans signèrent l'accord et remercièrent chaleureusement Danoa pour son aide. De même que les naboo. Le Jedi n'était pas dupe : tout cela n'aurait qu'un temps, jusqu'à la prochaine querelle. Mais enfin, ils avaient gagné.

"J'ai été ridicule... n'est-ce pas ?"

La voix de Lei résonna dans la navette du retour, triste et... en colère. Danoa haussa les sourcils.

"Bien sûr que non voyons ! Tu as simplement permis à deux ennemis séculaires de se réconcilier autour d'une table avec l'arme la plus redoutable qui soit : l'humour. Ne sous-estime jamais son pouvoir, il est terrible !"

Durant plus de six ans, Lei partagea quasiment le quotidien de Danoa, en apprenant peu à peu beaucoup sur lui et son passé. Il n'était pas bien vieux, mais son statut de gardien l'avait amené à combattre une foule d’adversaires divers et nombreux. Une seule chose que Danoa, tout comme Lei, n'avait encore jamais affronté, était l'Ordre Sith. Et pour cause : ce dernier était sensé avoir bel et bien disparu depuis des siècles, seulement parfois ramené parmi les fantômes de la galaxie par un pratiquant du côté obscur ou deux, isolés et souvent terrassés par les unités Jedi.

Les missions ne furent pas si nombreuses au regard du temps passé à droite et à gauche. Le duo jedi arpentait le plus souvent la Bordure Médiane ou le Noyau, pour des affaires mineurs concernant tantôt des désaccords entre communautés, tantôt la recherche et la neutralisation d'un bandit fiché repéré à tel endroit. Des missions que beaucoup qualifiaient volontiers "de routine", en temps de paix, mais qui apparaissaient pourtant comme étant essentielles au bon fonctionnement de la République.
Lei n'aurait troqué cette vie nomade pour rien au monde, pas même pour un retour au Temple : elle se sentait vivre, libre comme l'air. Elle ne comptait plus le nombre d'hôtels miteux, de cantinas et d'astroports délabrés qu'ils avaient visités, et cela l'amusait. Elle s'émerveillait toujours autant des nouvelles choses, comme si l'existence se débrouillait pour toujours lui faire connaître de nouveaux lieux et de nouvelles personnes. Pour autant, leurs vadrouilles lui valurent de nombreuses frayeurs et de cuisants échecs. Échecs qui n'impliquaient heureusement qu'elle-même et parfois son maître, mais qui lui inculquèrent un sens des réalités qui lui avait jusque-là souvent fait défaut... Elle se retrouva au MedCorps avec les deux jambes cassées après une chute vertigineuse à peine amortie par la Force. Danoa la retrouva au fond du ravin, sur Arkania, transie de froid. Cet épisode apprit à la padawan l'utilité de posséder d'excellents réflexes, et elle s'infligea dès lors des séances supplémentaires d'exercices pour garder intacte sa rapidité d'action. Après trois longs mois de convalescence, Lei repartit au travers de la galaxie en compagnie de son maître désormais vagabond, ayant depuis laissé les cours des novices à d'autres. Le zabrak ne ménageait pas sa padawan, il n'hésitait pas à leur faire parcourir de longues distances à pied plutôt que de prendre un speeder, ce qui laissait souvent Lei hors d'haleine. Ils passèrent de longues nuits à discuter de sujets philosophiques, à s'essayer à la maïeutique, à blaguer, leur lien devenant cette chaîne indestructible qui enserre à jamais un maître et son disciple.

Six longues années où Lei ne revint que cinq fois vivre au Temple, où son maître la laissa le temps d'exécuter d'autres missions pour lesquelles elle ne pouvait participer. La kaminoane retrouvait alors son vieux dortoir. Entre temps, Iunie et Melyk avaient eux aussi trouvé un maître. Ils ne se croisèrent que rarement, mais leurs retrouvailles furent à la mesure de leur éloignement. Lei était désormais une adulte, et sa haute taille impressionnait ses jeunes acolytes., encore adolescents. Iunie était une splendide twi'lek pleine de vie et bien moins timide qu'avant, poussée par un maître sentinelle. Melyk avait toujours une aussi grande gueule, et sa musculature commençait à apparaître. Il ne cachait pas son envie de devenir gardien. Les savoir en bonne voie et heureux plut énormément à Lei, qui pour sa part ne savait toujours pas ce qu'elle souhaitait faire. Son tempérament doux et pacifique la rapprochait de la voie du consulaire, mais son amour de la beauté et sa volonté de défendre autrui lui indiquait de suivre Danoa chez les gardiens. Quant à savoir exactement ce qu'elle voulait faire... trop de choses l'intéressaient pour l'instant et elle n'y songeait même pas. Un tour du destin allait pourtant l'obliger à faire des choix.

----

- Dans les flammes de la guerre -

La mort frappe souvent à une telle vitesse, et si soudainement que l'on ne peut que rester figé, pétrifié, devant l'ampleur des dégâts. A l'aube de ses treize ans, Lei Nae allait être confrontée à la plus grande tuerie de sa vie, et du siècle passé par la même occasion.

Lei et Iunie étaient toutes deux de retour au Temple de façon temporaire et profitaient de leurs retrouvailles fortuites pour se raconter leurs voyages respectifs. Un parfum d'insouciante douceur planait sur le Temple d'Iziz, ce jour-là. Et Lei en profitait pleinement. C'était l'une de ces escales bienvenues pour les marins qui voguaient des jours durant. Elles retrouvèrent Melyk et deux de leurs camarades, qui effectuaient des recherches au Temple.

"J'aime pas les bibliothèques autant que toi, dit Melyk à Lei, mais je dois avouer que c'est utile. A petite dose, hein, faut pas non plus...

-Faudrait pas que tu deviennes érudit, c'est ce que tu veux dire ? le railla Iunie, t'inquiètes pas, ça risque pas de t'arriver !"

Ils décidèrent d'un commun accord de passer la soirée ensemble à s'entraîner. Une bonne chose, s'ils avaient pu seulement prévoir l'épreuve qui les attendaient.


Les Siths. Lei avait souvent entendu parler d'eux, mais jamais, dans sa courte existence, elle n'aurait cru qu'ils viendraient les chercher jusque dans leurs lits... L'attaque avait pris le Temple au dépourvu, et Lei avait fait son possible pour faire évacuer les dortoirs. Une silhouette noire avait réussi à passer les premiers barrages de fortune et s'attaquait aux résidences des padawans, qui mourraient par dizaine. Ceux étant parvenus à fuir se retrouvaient déboussolés, au milieu de l'enfer. Où étaient les chevaliers ? Où étaient les maîtres ? Où était Danoa en cet instant ? Au milieu de cette pagaille ? Son comlink ne répondait pas.
Lei sentait la panique la gagner. Elle n'était pas préparée à ça... Qu'allaient-ils faire ? Ils n'avaient aucun moyen de connaître l'état des lieux, ni par où les siths avaient attaqué. Car il ne faisait aucun doute que toute cette noirceur dans la Force ne venait pas de nulle part. Leurs sabres blancs de novices à la main, les padawans avançaient en file indienne au travers des couloirs dévastés par les combats, encore proches.

« Je sens de la Lumière là-bas ! hurla Melyk, on devrait passer par les jardins, on pourra plus facilement se cacher !

-Non, il faut sortir ! S'ils nous rattrapent, on sera fait comme des rats !

-Moi, je suis Lei, affirma Iunie en se cramponnant au bras de son amie. »

Ils s'étaient faufilé vers la sortie la plus proche, avec pour objectif de rallier la jungle ou le gros des forces combattantes. Mais ils ne trouvèrent qu'un duo aux lames aussi sanglantes que leurs desseins. D'instinct, Lei se plaça en bouclier vivant entre ses camarades et les Sith.

« Tiens, tiens, tiens... mais qu'avons-nous là ?  »

Des apprentis. Lei l'avait compris dès que le premier s'était ouvert à la Force. Leur aura était à peine plus développée que la sienne en cet instant. La kaminoane ne savait pas si elle devait s'en réjouir : les apprentis étaient réputés pour être bien moins sages que leurs maîtres. Quoi de plus normal ? Elle dégaina son sabre, alors que derrière elle, les quatre padawans faisaient de même. Ils avaient l'avantage du nombre... bien que Lei doutât que ce fut le seul paramètre à prendre en compte. Le second encapuchonné parla d'une voix rocailleuse :

« Je sais pas... on dirait des petites souris effrayées, ou peut-être... un troupeau de jeunes banthas venus se jeter dans la gueule du sarlacc ! »

Un rire goguenard plus tard, le premier faisait face à Lei, un sourire de dents jaunies pour seul visage sous sa capuche.

« Si c'est un combat que vous voulez, nous sommes vos adversaires, dit Lei, froide et solennelle,

-Sortez-vous de notre chemin, cracha Melyk,

-On a pas peur de vous ! »

Malgré l'assurance qu'elle se donnait, Lei n'en menait pas large. Jamais elle n'avait eu à affronter de Sith, et chacun des deux hurluberlus faisaient bien deux fois sont poids. Ils étaient autrement plus âgés et rodés au combat qu'eux tous. Il fallait réfléchir, et vite.

« Quoi ? On vous a jamais dit à quel point vous étiez pathétiques ? Bah, tant mieux. J'aime pas tuer les gens qui se défendent pas.

-Faites-nous marrer, les morveux ! Allez ! »

Le premier à parler, un proche humain certainement, la pointa avec son sabre, alors qu'elle interposait le sien dans une posture typique du Makashi qu'elle venait à peine d'apprendre. Jamais elle n'aurait cru passer à la mise en pratique si vite...

« Toi, t'as l'air d'être leur petite môman à ces choux tout mignon ? Eh, ça fait quoi si je te zigouille en premier ? Ils se mettent tous à chialer en chœur ?

-Tu la touches et je t'arrache les yeux ! cria Iunie,

-Non ! s'interposa Lei, Iu, ne laisse pas la colère te gagner... C'est ce qu'il cherche. »

Plus facile à dire qu'à faire, le sabre de la twi'lek était agité de légers tremblements, signe de sa nervosité. La kaminoane inspira, tentant de retrouver un semblant de calme, mais son adversaire ne lui en laissa pas le temps. Il la chargea avec rage, un hurlement sauvage en guise d'ouverture du match. Prise de cours, elle recula sous l'assaut en bloquant la lame rouge avec la sienne. L'attaque du premier apprenti avait permis au second de passer outre la barrière de la grande alien pâle, laissant les autres padawans pour cible.

Iunie réagit la première, forte de son poids plume et de sa souplesse. Melyk bondit tel un chat sur son ennemi, et à deux, ils firent rapidement reculer le  sith. Le dernier padawan, un jeune cathar, s'allia à Lei contre l'humain aux dents jaunes. Ce fut le combat le plus court et le plus éprouvant qu'ils n'avaient jamais eu à mener.
Après quelques passes d'une violence terrible, Lei se sentit dépassée. Ses maigres forces ne suffisaient pas, et elle ne maîtrisaient pas encore les formes qui lui auraient assuré la victoire. Mais, alors qu'elle s'attendait à se faire submerger par la haine de l'apprenti, un cri strident retenti sur leur gauche. Aussi déconcentré qu'elle par le bruit, leurs têtes se tournèrent dans un même mouvement vers l'origine du hurlement.

Le corps décapité d'Iunie retomba comme au ralenti, sur le sol maculé de poussière. Tout sembla s'immobiliser, le monde n'était plus qu'un dégradé de gris, figé dans l'horreur. Lei, hébétée, fixa le cadavre de ce qui fut sa meilleure amie, sa confidente et son soutien, les yeux écarquillés d'effroi. Non, ce n'était pas possible. C'était... un cauchemar ?

Un sursaut l'agita avant que quelque chose de puissant ne déferle dans ses veines. Fermant les yeux, elle poussa un cri dont elle ne se serait jamais cru capable, une force qui lui fit littéralement balayer le sabre rouge du sien. Elle ne laissa pas le temps à l'apprenti de se remettre de sa surprise et enchaîna les coups avec une force et une vitesse redoublée, regagnant tout le terrain qu'elle avait perdu. Lorsque son adversaire manqua de perdre l'équilibre sous son assaut furieux, elle tendit la main sur le côté, visant le bourreau d'Iunie, et dévia sa lame par télékinésie, juste assez pour que, pris dans son élan, le Sith ne se la prenne dans la figure, se tuant sur le coup. Son attaque la laissa à la merci de son adversaire à elle, qui la propulsa en arrière et lui fit mordre la poussière. Tremblante, Lei parvint à se remettre sur ses pieds pour encaisser de nouveaux assauts encore plus brutaux que les précédents.

Une larme coula, puis deux. Lei pleurait, mais elle ne lâchait rien, et son épuisement grandissait. Le Sith souriait toujours. Elle fut rejointe par le cathar, qui se mit à harceler son adversaire derechef. Un instant, elle crut le tenir.

La lame rouge décrivit une courbe serrée et l'extrémité trancha net le poignet du cathar, qui hurla de douleur, provoquant une nouvelle fois la paralysie de Lei. Elle avait peur, se sentait impuissante face à cette véritable marrée. Le Sith acheva sa victime sans que Lei ne puisse réagir. Tout était de sa faute, elle n'était qu'une incapable, une moins que rien... Le proche-humain se retourna vers elle et lui fonça dessus.

« C'est ça... Crève ! »

La lame rouge surchargea le maigre rayon blanc, et le sabre de Lei se désactiva, la laissant sans défense. Cette fois, c'était la fin.


Thème - La fin d'une ère -


Ce qui se passa ensuite fut trop rapide pour qu'elle puisse s'en souvenir avec exactitude. L'apprenti fut repousser à plus d'une dizaine de mètre par une vague d'une puissance terrifiante. Une ombre passa par-dessus sa tête. Une ombre munie d'une bure brune. Une lame d'un vert surnaturel scintillait dans sa main gauche. Un vieil homme, que Lei n'avait jamais vu au Temple. Un vieil homme avec l'aura d'un maître. Un rêve, elle devait en réalité être en train de dormir profondément au creux de ses draps. C'était la seule explication possible à cette scène surréaliste.

« Tout va bien ? s'enquit l'inconnu avec un sourire triste,

-Je...n-non, balbutia Lei, mais ça devrait aller... »

Un combat perdu, un meurtre, deux padawans morts sur cinq, et une estime de soi en miette... Lei n'allait pas bien du tout. Elle frissonnait de dégoût alors que le maître soumettait l'apprenti par la Force. L'homme le neutralisa, et la dernière chose dont se souvint Lei fut de son rugissement d'impuissance. Une nausée incontrôlable la prit, et elle s'évanouit.

----

- Échouer et se relever -



Lei ne se réveilla que bien des heures plus tard, mais pas là où elle le pensait. Les draps blancs et propres n'étaient pas ceux du MedCorp. Finalement, elle avait eu raison : tout cela n'était qu'un horrible cauchemar, et elle allait de ce pas rejoindre Danoa... Ce qu'elle pensa jusqu'au moment où d'atroces courbatures la rejetèrent dans les couvertures en gémissant.
Elle se trouvait dans une petite chambre qui sentait l'encens et le vernis. Discrètement, Lei se redressa, écoutant les bruits venus du dehors par la lucarne : un bruit de ville. A pas de loup, elle descendit les escaliers. Une petite maison proprette, très peu meublée, dans un style neutre. Lei suivit les bruits et se retrouva dans une grande cuisine, dont le centre était occupé par une table carrée, à laquelle déjeunait un vieil homme. Son sauveur.

"Ah, ravi de voir que tu vas mieux, padawan, lui dit le vieux maître avec un petit sourire, je t'en prie, assied-toi.

-Je ne sais pas comment vous remercier... Je vous dois la vie.

-Balivernes. Mange un peu, veux-tu ? Cela te fera le plus grand bien."

Encore sous le choc de la veille, Lei s'exécuta et prit la chaise en face du jedi, devant laquelle était disposé un couvert à son attention.

"Où sommes-nous ?

-A Iziz, répondit le jedi entre deux bouchées, chez moi.

-Chez vous ? Vous ne vivez pas au Temple ?

-Moi ? Non, j'officie sur Coruscant, pas ici. Cette maison appartenait à ma famille, j'en ai hérité, et je m'en sers lorsque je viens, ici, tout simplement."

Lei s'était bien fait la réflexion qu'elle ne l'avait jamais croisé, mais après tout, sa mémoire était loin d'être excellente, et elle ne connaissait pas tous les jedis du Temple. Elle continua à manger, portant la cuillère à sa bouche en se penchant légèrement, son regard se relevant régulièrement vers le vieil homme. Ce dernier finit par poser son couvert et leur servit de l'eau.

"Ah, j'oublie la plus élémentaire des politesses avec toutes ces histoires... Maître Elewis Abloselm, à ton service.

-Padawan Lei Nae, se présenta alors la kaminoane, enchantée de vous connaître, maître Abloselm !"

Le jedi avait arrêté son geste en plein air, la bouteille en équilibre précaire dans sa main. Son regard s'était figé, pénétrant.

"Bien sûr, murmura-t-il, j'aurais dû le savoir.

-Pardon ?

-Lei."

Il posa lourdement la bouteille sur la table et dévisagea la jeune alien. Ses yeux trahissaient désormais une émotion intense que Lei ne comprenait pas.

"Tu as tellement grandi."

Lei le fixa avec surprise. Ils se connaissaient ? Impossible, de lui, elle s'en serait souvenu... Elle porta une autre cuillerée à sa bouche sans cesser de le regarder, intimidée.

"Je ne comprends pas.

-C'est normal, rit Abloselm, finis plutôt ton assiette, tu as besoin de te reconstituer après une épreuve pareille. Oh, j'imagine qu'on va me crier dessus pour ne pas t'avoir transporter chez ces pies du MedCorp ! Mais ne t'en fais pas. Moi aussi, je sais crier quand c'est nécessaire. Et pour l'heure, c'est une telle pagaille au Temple que personne ne pourrait se remettre dans de bonne condition.

-Que s'est-il passé ? C'était des Sith, n'est-ce pas ? Ils ont attaqué le Temple ?

-Hélas, oui. C'était des Sith, comme tu dis. Et pas qu'une paire. Un assaut en règle."

Son air s'assombrit. Maître Abloselm donna alors le peu d'éléments qu'il avait à Lei. La situation était grave, et elle se sentait complètement perdue dans cette folie. Ils finirent leurs portions de céréales bouillies, et le maître jedi envoyant leur vaisselle dans l'évier par télékinésie. Il n'y avait guère de confort ultra-moderne dans la maison, mais elle n'était pas antique pour autant.

"Tu devrais remonter à l'étage, prendre une douche et ranger tes affaires. Je les ai laissées telle quelle, je ne voulais pas m'en mêler. Nous avons beaucoup de choses à faire aujourd'hui, à commencer par nous rendre au Temple. Histoire qu'ils ne nous portent pas disparus."

Lei obtempéra et, tête baissée, remonta dans la petite chambre que l'homme lui avait gracieusement prêtée pour se remettre. Elle suivit scrupuleusement ses instructions, agissant tel un automate sans vie. Ses pensées étaient anormalement vides. Elle se sentait vide, incapable d'éprouver autre chose qu'une détresse brûlante qui la paralysait encore. Quand elle enfila enfin sa tenue beige de padawan, ses jambes ne la portèrent plus. Elle n'entendit presque pas l'arrivée du vieil homme dans l'encadrement de la porte, toute à sa colère et à son chagrin.

"Tout est de ma faute. C'est moi qui ait voulu les faire sortir. Si nous avions suivi le plan de Melyk, Iunie et Joshe seraient encore en vie... Je suis une meurtrière... Je ne suis pas une Jedi... Juste une catastrophe ! Je ne mérite pas de vivre après ça !"

Lei avait crié, sa voix, d'ordinaire grave et légère, avait gagné quelques octaves et un timbre désagréable. Abloselm resta silencieux, une sourde douleur contenue dans le regard. Il laissa la padawan éclater en sanglots, ne cherchant pas à la réconforter, laissant simplement sa souffrance s'exprimer :

"Pleure, Lei, dit-il alors d'une voix douce, dans ces moments-là, c'est une folie de croire que retenir ses sentiments est une bonne chose. C'est en les extériorisant une bonne fois pour toute que tu te libèreras de leur emprise néfaste. Lorsque tu seras calmée, descend me voir. J'aurais quelque chose de très important à t'apprendre. Et il te faudra être forte."

Il s'éclipsa, ses pas disparaissant dans l'escalier.

"Il n'y a pas de Mort. Il n'y a que la Force, murmura Lei pour elle-même, sa bure tachée de sang et pleine de poussière tordue entre ses doigts."

Elle répéta la doctrine Jedi comme une litanie, les yeux fermées, la respiration saccadée. Il fallait qu'elle parvienne à s'en convaincre. Où étaient tous les principes enseignés par Danoa ? Où était le détachement et la sérénité qu'elle aurait dû éprouver ? Nulle part : il n'y avait qu'un océan de Peur et de Malheur. Il lui fallut pleurer toutes les larmes de son corps pour parvenir à s'arrêter, trop fatiguée pour se lamenter encore. Mais son cœur était en miettes et c'est la mort dans l'âme que la padawan rejoignit le maître dans le salon.

"Maître, dit Lei en prenant les devant, j'ai tué. J'ai... j'ai voulu la mort de ce Sith !

-Je le sais, Lei. Je n'étais pas loin lorsque cela c'est produit.

-C'est... c'est contraire au Code, maître ! Je suis un assassin !

-Oui, Lei. Tu es une assassine. De façon totalement objective, c'est le cas. Et tu vas devoir apprendre à vivre avec cela sur la conscience. Car, si tu ne le savais déjà, il te faudra l'apprendre : être Jedi, c'est assumer ses choix. Tous ses choix, bons comme mauvais."

La kaminoane déglutit lentement, l'air catastrophée, ses cernes lui donnant un air vaguement cadavérique.

"Qu'est-ce que je vais devenir ?"

Elle avait couiné plus qu'elle n'avait parlé.

"Ce que tu vas devenir ? répéta Abloselm, eh bien, une Jedi, il me semble. Tu avais d'autres projets ?"

Lei se recroquevilla sur un fauteil en jetant un regard effrayé à l'homme.

"Le Conseil me renverra... lorsqu'ils apprendront... que j'ai basculé...

-Basculé ?! De...?! Bon sang, pesta Abloselm en se passant une main lasse sur le visage, Lei, tu es une fille formidable, mais... quelle naïveté ! Je me demande ce que ce joyeux drille de chevalier a bien pu t'enfoncer dans la caboche pendant tout ce temps ! On envoie les padawans en mission pour qu'ils s'affirment et grandissent, bon sang. Pas pour en faire d'innocents moutons...

-Vous connaissiez Danoa ?

-Pas personnellement, mais son maître fut l'un de mes plus grands frères d'armes."

Il poussa un profond soupir et s'enfonça dans ses cousins.

"Lei, il est grand temps que tu apprennes la vérité sur la nature des Côtés de la Force : tes actes forgent ce que tu es... mais pas autant que l'intention que tu y mets derrière. A quoi as-tu pensé lorsque tu as dévié cette lame, Lei ? T'en souviens-tu ? A quoi pensais-tu ? Que voulais-tu ?

-Je... Je voulais..."

Elle n'avait pas les idées très claires. Après coup, la colère et la volonté de vengeance l'avait prise. Brièvement, certes, mais avec une puissance effrayante. Mais au moment de passer à l'action... tout ce qu'elle avait voulu c'était...? Protéger. Protéger Iunie. Melyk. Tous, elle aurait tout donner pour tous les sauver ! Ce geste de désespoir s'était mué en un geste de mort. Mais l'avait-elle voulu ? Non, et l'idée de ce qu'elle avait commis la terrorisait.

"Je voulais les sauver. Je ne voulais pas qu'il tue encore ! Je voulais tout arrêter !"

Mais je n'ai pas pu, disait son regard. Celui de l'homme était sévère et légèrement contrarié.

"Penses-tu qu'un adeptes du Côté Obscur puisse avoir de telles intentions ? Réfléchis, Lei. Ton acte fait-il de toi une Jedi Noire ? Je préfère en rire."

La padawan fit 'non' de la tête, le regard baissé. Abloselm arborait un air dubitatif : il savait qu'elle n'était pas entièrement convaincue. Comment aurait-elle pu l'être ? Il opposait de simples mots à un souvenir traumatisant et on ne peut plus frais dans son esprit. Lei les avait senti disparaître de la Force, cette sensation terrible de vide que créait le trépas d'un être lié.

"Si nous devions chasser tous les Jedi ayant ôté la vie à un adversaire lors d'un combat, Lei, cet Ordre n'existerait plus depuis longtemps. Maîtres comme disciples, nous sommes des êtres faillibles. L'échec... fait partie du jeu, si on peut utiliser de tels termes. Le Côté Obscur le sait et exploite nos remords et nos frayeurs pour nous tirer dans ses méandres. Pour surpasser cette épreuve, il te faut d'abord l'accepter. Accepter d'avoir échoué, d'avoir perdu à jamais des êtres qui t'étaient chers. Te lamenter ne sera pas honorer leur mémoire. Alors, seulement lorsque tout t'apparaîtra limpide et clair, nous pourrons avancer, tu pourras entrevoir le chemin qui s'offre à toi. Tu es jeune malgré tout, Lei. Tu es une âme encore fragile : la vie va se charger de t'endurcir. On ne devient pas Jedi en dix ans, ni même en toute une vie, si tu veux savoir. Non, on ne cesse jamais d'apprendre !"

Abloselm aurait voulu profiter de cette entrevue avec la kaminoane pour lui révéler son secret. C'était son plan premier, mais il se ravisa. Lei n'était finalement pas prête à subir une autre épreuve aujourd'hui : elle devait d'abord cesser de penser à l'attaque, ce qui relevait de l'impossible compte tenu du contexte. Il jeta un oeil à l'heure sur son comlink et jugea qu'il était temps de sortir. De toute manière, il comptait bien faire en sorte de passer du temps avec sa petite protégée : le hasard n'en est jamais vraiment un, avec la Force...

----

- Un sabre pour combattre la Peur -


Lorsqu'ils se rendirent au Temple, les Jedi et civils sur place étaient occupés à évacuer les blessés et à colmater les dégâts faits par les adeptes du Côté Obscur. La vision du Temple donna des frissons à Lei. Son entretien avec maître Abloselm n'avait pas complètement effacé la honte cuisante et le dégoût qu'elle avait pour son attitude. Rapidement, ils furent tous deux abordés par les chevaliers en faction, et maître Abloselm demanda à parler à un certain . Il laissa Lei aux bon soins du MedCorp, après avoir fermement remis à sa place un infirmier qui lui reprochait de ne pas avoir porter Lei directement à leurs services. La kaminoane regarda le vieil homme s'éloigner avec appréhension, mais suivit le jedi guérisseur sans objection.

Dans les couloirs du MedCorp, Lei retrouva finalement Melyk. Vivant. Lorsque leurs regards se croisèrent, leurs souffrances se heurtèrent avec violence, et sans un mot, ils tombèrent dans les bras l'un de l'autre. Ils n'étaient plus des enfants désormais : envolée, leur innocence. Le retour en arrière était impossible. Ils ne purent échanger un mot tant leur émotion était vive. Mais ils n'avaient pas besoin de parler pour comprendre ce que l'autre ressentait : combien des leurs étaient tombés hier ? Impossible à dire pour l'instant, il valait mieux ne pas y songer.

Lei resta seule assise sur un lit durant plus d'une heure, une perfusion de glucose dans le bras. Elle se sentait un peu mieux désormais. Laissée à ses réflexions, la padawan n'eut d'autre choix que de ressasser encore et encore ces secondes interminables où elle avait vu le cadavre de sa sœur d'arme tomber. Une boule dure naquit au creux de son estomac. Son regard fixait le carrelage sans expression.

"Padawan Nae ?

-Oui.

-Venez avec moi s'il vous plaît."


Danoa était mort. Il apparaissait sur la liste des victimes tombées au combat. Mais bizarrement, l'apprendre ne lui fit pas grand chose. Elle était devenue si apathique que la nouvelle ne lui tira qu'un soupir fataliste. Lei était brisée, et rien ne semblait plus pouvoir lui redonner cette incroyable joie de vivre qui avait été la sienne.

Un goût acre et désagréable lui emplissait la bouche. Autour d'elle, des volées entière de Jedis et de militaires s’affairait à tout remettre en ordre et porter assistance à qui en avait besoin. Elle déambula dans les couloirs détruits, sans buts, aidant de ci de là, d'un air complètement abattu. Elle fut rattrapée par un infirmier qui la reconduisit auprès du MedCorp, où elle fut à son tour emmenée par Abloselm.

Le soir suivant, Lei entendit le vieux maître entrer, alors qu'elle dormait à moitié, allongée sur le seul canapé du salon.

"Bien. Comment te sens-tu ? As-tu pris les vitamines que je t'avais laissé ? J'ai demandé audience auprès du Conseil.

-Une audience ?

-Pour toi, oui."

Lei se redressa et lui fit face, inquiète.

"Pourquoi ?"

En vérité, elle redoutait la réponse. Le maître la sonda un instant, muet, puis sourit.

"Pas pour ce que tu crois. Elle aura lieu dans trois jours, les maîtres ont bien d'autres problèmes à gérer. Néanmoins, j'ai insisté pour que nous soyons entendu le plus rapidement possible.

-Nous ? Vous voulez dire... que je viens ?

-En effet. Nous serrons reçu tous les deux. Mais inutile d'en faire une montagne, d'accord ? Je veux juste que tu te remettes sur pieds d'ici là !"

Ce qui signifiait qu'elle était priée de ne pas stresser, de ne pas s'agiter et bien sûr, de rester à l'abri de la petite maison de son hôte.

Les jours passèrent bien trop lentement au goût de Lei, si bien qu'elle crut que le troisième n'allait jamais arriver. Ils étaient attendus le soir-même au Temple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luuna Shein
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 4575
Âge du perso : 39
Race : Zeltronne

Feuille de personnage
Activité actuelle: change des couches
HP:
8/80  (8/80)
PF:
35/105  (35/105)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Ven 14 Aoû 2015 - 10:39

Bonjour,

Cette fiche est elle toujours d'actualité?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Nae
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 25 ans
Race : Kaminoan
Binôme : Samaël Akiam (padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sur Ondéron, en rééducation
HP:
0/60  (0/60)
PF:
5/105  (5/105)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Ven 14 Aoû 2015 - 21:21

Oui, je termine ce week-end ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luuna Shein
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 4575
Âge du perso : 39
Race : Zeltronne

Feuille de personnage
Activité actuelle: change des couches
HP:
8/80  (8/80)
PF:
35/105  (35/105)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Lun 14 Sep 2015 - 21:12

bonsoir,

Cette fiche est elle toujours d'actualité?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Nae
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 25 ans
Race : Kaminoan
Binôme : Samaël Akiam (padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sur Ondéron, en rééducation
HP:
0/60  (0/60)
PF:
5/105  (5/105)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Jeu 15 Oct 2015 - 21:02

Histoire - suite

----

Lorsque l'heure de leur rendez-vous vint, Lei n'était plus qu'une pelote de nerfs écorchés vifs, raide et blême devant les portes de la Chambre du Conseil d'Ondéron. Quand elles s'ouvrirent pour les laisser entrer, elle sentit la main tiède et rassurante d'Abloselm sur son épaule. Un encouragement.

Puis, Lei se retrouva soudain au beau milieu d'un cercle parfait, dans le silence. Beaucoup des silhouettes qui les entouraient n'étaient que des hologrammes, mais elles n'en restaient pas moins impressionnantes... Leurs regards, leurs postures, leurs auras. Tout en eux imposait le respect à la frêle kaminoane qui se sentait plus mal à l'aise que jamais. Elle n'avait qu'une envie : s'enterrer et disparaître. Ce n'était malheureusement pas à l'ordre du jour. L'un des maîtres présents l'interrogea de but en blanc. Morte de trouille, les doigts noués dans le dos, Lei répondit comme un automate : oui, elle était la padawan du défunt chevalier Danoa. Une blessure qui se rouvrit immédiatement, laissant les larmes lui monter au coin des yeux.

Peut-être les sages sentirent-ils sa détresse ? Non, c'était certain : ils savaient. Même un novice aurait deviné son trouble à la voir trembler comme une feuille. Quelques-uns échangèrent de rapides regards. Abloselm vint mettre fin à sa souffrance : il s'avança et salua ses camarades du conseil. Il les connaissait tous...

"Chers confrères...Certains d'entre vous n'ignorent pas l'histoire qui me lie à la jeune Lei Nae ci-présente. Elle, en revanche, si. J'ai donc un devoir aujourd'hui : celui de l'informer de cette situation. Et, avec votre permission..."

Abloselm parla. Il parla si longtemps et si posément que Lei crut qu'ils avaient changé de dimension, qu'ils flottaient à présent dans l'ailleurs... Elle avait senti sa tension la quitter progressivement, au son grave et mélodieux de la voix du maître. Les voix des membres du conseil l'interrompaient de temps à autre, comme quelques notes singulières dans la mélopée, l'incitant à détacher son regard de ses pieds.
Padawan ? Maître ?
La petite tête de Lei se redressa sur son cou interminable. Avait-elle bien entendu...?

"...tre requête est accordée Maître Abloselm. "

Ils ressortirent de la salle comme ils y étaient entrés. Lei nageait entre les mondes. Avait-elle bien entendu ce qui s'était dit ? Elle ne le pensait pas : tout ça n'était très certainement qu'un rêve. Un long rêve pénible, tout à la fois effroyable et... merveilleux ?

"Lei ?"

Elle ne répondit pas. Elle était loin...

"Lei ?"

Une main sur son épaule ?

"Lei ?

-Oh ! ...Pardon ! Je...je réfléchissais."

Abloselm sourit.

"Ah. Un instant j'ai cru que nous t'avions perdu !"

La kaminoane hocha la tête, ses grands yeux se reportant sur ceux du jedi.

"Je crois... je crois que je vous dois la vie, n'est-ce pas ? C'est ce que j'ai retenu de cette histoire."

Ils firent encore quelques pas en silence avant que le vieil homme ne reprenne, presque mélancolique.

"Non Lei. C'est à ta mère que tu dois la vie... Et, peut-être aussi, à la Force. Qui sait !"

La jeune jedi s'arrêta et se tourna vers lui.

"Alors...je suis votre padawan ? Vous... Ils... Vous voulez bien de moi...?"

Il y avait dans sa voix autant d'étonnement que d'espoir.

"Ah oui, je ne te l'avais pas dit, mais les enchères sont montées très très vite... J'ai déboursé une fortune pour te remettre le grappin dessus. J'espère que tu en vaux la peine..."

Il lui coula un petit regard en coin et sourit franchement à son air ébahi.

"Ne fais pas cette tête, Lei, je plaisante !"

Lei tenta de sourire. Ils en étaient à se frayer un chemin sur le parvis du Temple. Abloselm conduisit de nouveau Lei à son pied-à-terre et, après lui avoir mis entre les mains un énorme paquetage de voyage, claironna depuis le couloir :

"Nous partons !

-Pour aller où ?

-Sur Dantooine !

-Sur...? Mais pourquoi ?

-Tttt, première leçon avec moi jeune fille : on n'espère jamais avoir des réponses, on les cherche d'abord par soi-même. Tu sauras en temps voulu !"

--

Une grotte : voilà où le maître jedi l'avait menée. Ils avaient quitté le vaisseau tôt le matin, avec des sacs à dos, comme pour une randonnée au travers des paysages idylliques de Dantooine. Mais Lei avait rapidement senti la présence de la Force, même diffuse. Cette planète avait jadis accueilli des jedis, mais que pouvaient-ils bien venir chercher ici ? Le maître avait refusé de le lui dire, se contentant d'un sourire énigmatique. Ils avaient arpenté la plaine, puis les bois, pour finalement s'arrêter près d'une cascade qui tombait depuis les hauteurs d'un talus sous le couvert des arbres. A sa droite, Lei aperçut l'entrée d'une brèche dans la roche, minuscule et tapissée de mousse.

"Je ne t'accompagne pas, avait alors déclaré Abloselm, ce qu'il y a là-dedans, tu dois le découvrir seule. Reviens lorsque tu auras trouvé."

Trouvé quoi, Lei n'en sut rien. Elle jeta un dernier regard à l'humain avant de s'enfoncer dans le noir, avec pour seule lumière la lame blanche de son sabre de novice. Le bruit de ses semelles était étouffé par l'épais tapis de mousse moelleuse qui poussait grâce à l'humidité ambiante. Lei tendait l'oreille, mais il n'y avait rien d'autre à écouter que le clapotis de l'eau et les bruits de la forêt à l'extérieur.

La grotte formait un long couloir étroit et bas de plafond pour la grande alien qu'elle était. Elle progressait difficilement, sa tunique claire frottant contre les parois et prenant ainsi une teinte affreuse.
Lei marcha un bon quart d'heure avant de se retrouver dans une impasse.

"Qui est là ?"

Tendue comme un arc wookie, Lei avait du mal à reconnaître sa propre voix. Dure, tranchante, presque menaçante.

"Montrez-vous."

Une aura, elle l'avait senti. Mais ce n'était pas une sensation habituelle. Son lien avec la Force était grand, mais... l'endroit tout entier semblait presque aussi présent dans la Force qu'un être vivant. La kaminoane n'avait jamais rien ressenti de tel. Et son premier réflexe fut défensif. Elle se campa en position, lame horizontale.

Quelque chose ondula dans l'ombre. Vive, Lei brandit son sabre en direction du mouvement...

"Melyk ?"

Le visage du nautolan se fendit d'un sourire affreux qu'elle ne lui avait jamais vu. Un sourire cruel.

"Il est temps d'ouvrir les yeux, Lei-Lei, susurra-t-il, mielleux, tu n'en as pas assez de trembler ? Tu es si... pitoyable."

Pourquoi la voix résonnait-elle dans sa tête et non dans la grotte ? Melyk n'avait pas ouvert la bouche. Il la fixait avec une intensité insoutenable, ce même regard que... que...

"Non... Melyk, non... Non non non NON NON NON !"

La terreur déferla de nouveau sur elle. Pas ça, tout mais pas ça, pensa Lei en se recroquevillant malgré elle. Que faisait-il ici ? Des dizaines de questions se posèrent, aucune n'avait de réponse, si ce n'était que le nautolan en face d'elle ressemblait trait pour trait à son ami.

"Je l'ai perdue elle... Je ne veux pas te perdre toi..."

Sa voix s'était faite suppliante, affolée. Non, c'était un non sens : Melyk était sur Ondéron. En phase de devenir un grand gardien... Elle l'aurait su. Elle l'aurait forcément su ! Alors d'où provenait cette image horrible ? Ces yeux injectés de sang qui la dévoraient avec une haine insupportable ? Elle tenta de le surprendre par quelques bottes improbables, le laissa gagner du terrain pour espérer mieux le cerner... Mais rien n'y faisait. C'était comme si chacun de ses coups étaient prévus d'avance par l'adversaire. Pourtant, Lei ne se souvenait pas avoir tant combattu Melyk, qu'il puisse la connaître avec une telle exactitude ! C'était terrifiant. Pour un peu, elle aurait juré qu'il connaissait ses pensées... mais peut-être était-ce le cas ?

L'exiguïté du lieu l'empêchait de déployer un Niman cohérent. Elle se retrancha derrière les entrainements de Danoa au Makashi, mais son adversaire était plus fort et plus aguerri sur cette forme. Elle était cependant légèrement plus rapide que lui de par son allonge. Ils restèrent ainsi au coude à coude jusqu'à ce que Lei sente la fatigue l'envahir. En réaction à sa baisse de régime, la voix s'éleva de nouveau dans son crâne, la poussant à se rendre. Insinuant qu'elle n'était pas à la hauteur.
Soudain, Lei remarqua un détail qui lui avait complètement échappé, obnubilée qu'elle avait été par le visage du nautolan et la peur qui lui nouait le ventre...

Melyk n'avait pas d'ombre !

Lei comprit en un éclair. Comment avait-elle pu être aussi crédule ? Quelque chose de brûlant courut dans ses veines.

"Tu n'es pas Melyk. Tu es juste..."

Elle se fendit à toute vitesse et le faisceau blanc transperça l'image du nautolan.

"Une saleté d'illusion !"

La silhouette disparut alors, sans un bruit. Elle s'évapora purement et simplement sans laisser la moindre trace. Encore sous le choc, Lei resta en garde. Il lui fallut plusieurs minutes pour intégrer le fait que tout était fini.

Lei se redressa alors et sortit d'un pas lent et régulier, pour revenir vers son maître. Dans ses yeux brillait une étincelle nouvelle :

"Merci."

Silencieusement, le jedi acquiesça. Ils restèrent à méditer près de la chute d'eau, jusqu'à ce que le soleil décline lentement. Alors, seulement, ils plièrent bagages, et Abloselm consentit à partager oralement ses réflexions avec son élève sur cette expérience unique que devait mener chaque padawan en son fort intérieur. Le chemin était encore long.

--

L'épreuve de la caverne avait été pour Lei une révélation de l'une de ses plus grandes faiblesses : la naïveté. Mais la padawan ne savait pas vraiment comment combattre un tel ennemi... Affronter un être physique, même une illusion, même plus fort que soi, c'était une chose. Se combattre soi-même... Le concept la faisait frissonner. Pourtant, elle avait conscience que tôt ou tard, elle ne pourrait plus reculer face à l'obstacle. Il lui faudrait trouver le moyen de le franchir.

Les mois passèrent, et Lei s'attachait désormais à travailler son lien avec la Force. Les voyages avec son maître s'étaient quelque peu espacés, Abloselm ayant été rappelé vers d'autres cieux. Lei était désormais une kaminoane adulte, bien dans sa peau, un peu trop rêveuse et idéaliste au goût de certains, mais toujours aussi appréciée des plus jeunes. Et bien que sa présence au Temple d'Ondéron ne fut plus aussi assidue qu'autrefois, elle prenait toujours le temps de jeter un œil au jardin, à l'arbre qui y trônait dans un coin, et à l'entraînement des petits initiés.

Puis, elle attendait le soir. D'un pas feutré, elle venait au pied de son arbre, faisait apparaître la lame blanche de son arme et entamait une danse solitaire.

----

- La foi d'un Chevalier -

-

Les années en compagnie du vieil Abloselm furent autrement mouvementées que celles en compagnie de Danoa. Qui aurait cru qu'un vieil homme pouvait disposer d'autant d'énergie, se déplacer si souvent à tant d'endroits différents ? Il ne se passait pas une journée sans que Lei ne découvre quelque chose, pas une semaine sans qu'ils ne changent de planète. Elle découvrit ainsi la misère de la bordure extérieure, les conditions de vie effroyables sur des mondes tels que Tatooine, Vulper, Sullust ou Balosar. A côté, Ondéron était un vrai petit paradis.

Maître Abloselm était une sentinelle : une voie que Lei n'avait jamais eu le loisir d'approcher durant ses années au Temple. Leur tâche pouvait sembler bien plus ingrate que celles des consulaires, reconnus pour leurs actes diplomates, ou que celle des légendaires gardiens, soldats mystiques d'un Ordre de paix. Pourtant, leur travail était crucial, minutieux, et toujours dans l'ombre. Leurs talents étaient aussi divers que variés, et Lei fut surprise de voir certains jedi passer plus de temps à pirater des systèmes informatiques ou à décrypter des messages sur des fréquences illégales que de patrouiller dans les rues, sabre au côté. Cette réalité la rassurait autant qu'elle l'effrayait.

"Que faut-il faire pour devenir Sentinelle ? demanda un jour Lei à son maître,

-Faire ? Rien de spécial. Sentinelle est une voie comme une autre, et elle a ses spécificités que tu apprendras si tu t'y intéresse. Tout comme les gardiens devront développer leur maîtrise du combat, les sentinelles devront mettre d'autres qualités à profit.
-Pensez-vous que je puisse posséder une qualité qui ferait de moi une sentinelle ? "

De ce que Lei avait pu voir, la plupart des sentinelles avaient des talents liés à l'infiltration, la dissimulation et la discrétion. Elle n'y connaissait rien en informatique, mentait comme un bantha ferait du piano et n'était pas spécialement furtive. On pouvait faire beaucoup avec un bon entraînement, mais... Lei doutait d'elle.

Elle tâchait de n'en rien montrer, mais son hésitation, ses doutes transparaissaient clairement dans la Force pour qui savait les guetter.

--

Ilum. Une planète perdue au fin fond de l'espace, à la limite avec les régions inconnues. Une planète froide et inhospitalière où, pourtant, on trouvait des traces de vie. Des traces Jedi, en vérité. Le vaisseau qui transportait Lei et son nouveau mentor se posa sur une minuscule plateforme d'atterrissage flanquée d'un avant-poste. Il faisait terriblement froid et un rideau de neige limitait leur champ de vision à quelques mètres.

"Nous y voilà. Cela fait si longtemps... C'est fou.

-Vous étiez venu ici ?

-Comme la plupart des chevaliers et maître, Lei. Aujourd'hui, tu vas devoir accomplir quelque chose de fondamental dans ta vie de Jedi : trouver le cristal qui constituera le cœur de ton arme définitive."

Lei retint son souffle. Elle s'en était plus ou moins douté lorsqu'elle avait su où ils se rendaient, mais là... Se l'entendre dire, se retrouver en ce lieu... La padawan inspira profondément.

"D'accord... Mais que faut-il que je fasse ?

-Fie-toi à la Force, lui dit son maître comme si c'était l'évidence même, laisse-là guider tes pas et ta main. Lorsque tu auras trouver ta perle rare, récolte là avec le plus grand soin : il te faudra ensuite pouvoir le retailler pour l'insérer dans sa chambre. N'hésite pas à prendre plus de matière que nécessaire, donc..."

En somme, il ne fallait pas qu'elle espère de plus amples explications de lui. Avec un léger soupir d’appréhension, la kaminoane s'enfonça sous terre, déblayant le passage gelé où scintillaient déjà ci et là quelques cristaux sans aucune valeur.
Le voyage dans la caverne d'Ilum la laissa transie de froid et fatiguée. C'est pourtant là, en toute quiétude, qu'elle effectua l'opération la plus importante de sa formation, après son épreuve : le choix du cœur de son arme. Lei arpenta les grottes à cristaux, les yeux mi-clos, guidée par les remous étranges des cristaux dans la Force. Puis, quelque chose finit enfin par l'interpeller, des heures plus tard, alors qu'elle pensait renoncer.

C'était comme un appel. Faible, diffus, mais Lei parvint à le suivre dans le silence de la grotte. Sous la glace, apparut un magnifique bouquet de cristaux bleutés, découpés en barrettes géométriques parfaites. Lei s'agenouilla devant l’alcôve et déblaya les alentours avec son sabre de padawan. A l'aide de la Force, elle sépara l'une des barrette et la pris entre deux doigts.

"Il est bleu, remarqua-t-elle, amusée. Il est beau.

-Ce n'est que le début, padawan. Il te reste encore toute l'arme à concevoir ! Allez, en route, on a du travail. "

--

"J'exprime le souhait d’embrasser la carrière de Sentinelle."

C'est en ces termes que Lei Nae s'était exprimée à l'issu du passage de ses épreuves de Chevalier. Ce passage rituel, destiné à tester les capacités physiques, mentales morales des aspirants n'avaient rien d'une sinécure, et Lei s'y était préparé plus d'une année durant, avec l'aide de son maître. Et le résultat, s'il n'était pas forcément brillant, avait été à la hauteur de ce qui était exigé par le Conseil. Ce dernier avait alors interrogé la nouvelle nommée Jedi sur la voie qu'elle souhaitait emprunter au sein de l'Ordre millénaire. Et sa demande avait de quoi surprendre. La délibération dura quelques minutes, un éternité pour Lei qui cependant, parvint à ne pas paniquer, et resta digne, même si "sereine" était trop exiger.

"Es-tu certaine de ton choix ? l'avait interrogé Abloselm sur un ton qu'il souhaitait neutre,

-Certaine, avait répondu la kaminoane du haut de son long cou dressé, le regard farouche, bien loin de la petite padawan intimidée qu'elle avait été jadis.

-Nous respectons votre choix, Chevalier Nae. "

Respecter voulait-il dire approuver ? Pas obligatoirement. Abloselm faisait de son mieux pour être objectif et détaché, mais le pouvait-il vraiment ? Lei le soupçonnait d'avoir espérer qu'elle ne le suivrait pas sur cette pente dangereuse, elle la douce, compréhensive, naïve petite kaminoane. Qu'elle aurait préféré la voie du Consulaire, qui semblait si bien lui correspondre. Lei venait de le surprendre. Et la surprise était l'une des armes qu'elle apprenait à manier.

Dans les couloirs du Temple qui les menaient au jardin, Lei ne résista pas à l'envie de dire à son maître :

"Vous n'appréciez pas mon choix, maître ?

-Lei, un choix est un choix, et je serais un piètre mentor si je devais le remettre en cause. Je t'ai trop souvent appris à écouter sans choisir, c'est un tort certainement. je suis heureux que tu prennes tes propres initiatives, librement. C'est la preuve que tu es Jedi, désormais, de plein droit.

-Mais rien ne me dit que je ferais une bonne Sentinelle.

-Tu as la foi. La foi d'un chevalier, et ça, pour moi, c'est très précieux. ne perd jamais ça, s'il-te-plaît. "

Il lui sourit, et Lei le trouva bien vieux, tout d'un coup.

----

- L'amour pour épée, l'humour pour bouclier -

Lei choisit, les semaines suivant sa nomination au rang de Chevalier, de rester étudier à la Bibliothèque du Temple. Elle y consulta une foule d'ouvrages très divers, allant des traités géopolitiques des mondes de la République aux mouvements connus de la piraterie, aux essais philosophique sur, sans oublier les didacticiels sur le pilotage de vaisseau, la survie en milieu hostile ou la fabrication de détonateurs thermiques. Ce petit tour d'horizon des connaissances dont elle aurait peut-être besoin pour ses prochains voyages lui octroya aussi une pause bienvenue après ses semaines d'entraînements intensifs.

Sa première mission en solitaire, sous une fausse identité, la mena sur la lointaine Abregado-rae, à la poursuite d'une personne qu'Abloselm soupçonnait d'être en contact avec l'Empire de Darth Ynnitach. Bien que le vieil homme est conscience qu'il jetait sa jeune protégée dans un piège terrible, il ne lui avait fait que les recommandations d'usage, et lui avait donné un scanner de poche, pour lui permettre d'envoyer des images holographiques de ce qui l'entourait en direct. Un vaisseau de l'Explocorps avait mené la jeune Sentinelle dans le spatioport, et ses membres d'équipage, grimés en contrebandiers pour l'occasion, avaient aidé la kaminoane dans son rôle de composition. Jouer un rôle ne parut pas si difficile à Lei. Du moins, tant que les racailles locales ne leur cherchait pas querelle. La Jedi avait troqué sa combinaison et sa bure pour une tenue qui devait la faire passer pour une petite main des Hutt, venue pour affaire. Le costume, elle l'avait en grande partie confectionné elle-même, exerçant ses talents de couturière pour l'occasion. D'autres mains que la sienne étaient venues compléter le tout et le résultat, selon Abloselm, était bluffant. Lei, en se regardant dans le miroir, avait éclaté de rire. C'était elle, ça ? Par la Force !

Lei en contrebandière:
 

C'est donc sous cette allure peu coutumière qu'elle s'enfonça dans les rues de la capitale d'Abregado-rae, dont même les registres avaient perdu le nom, et qui n'était qu'une extension infâme et anarchique du spatioport, où pullulaient les comptoirs de contrebande en tout genre. Elle parvint à louer une chambre miteuse dans un petit motel. Ses deux partenaires de voyage l'y abandonnèrent à son sort - du moins en apparence. Son comlink restait activé, caché sous ses vêtements.

Un soir, sur le toit qu'elle avait escaladé depuis sa mansarde, Lei discuta avec le pilote du vaisseau, un cathar incorporé depuis plusieurs années à l'ExploCorp. Ils échangèrent des considérations à voix basse, à travers le comlink, pour passer le temps et partager, même à des lieux de distance.

"Mais pourquoi as-tu voulu devenir sentinelle ? l'interrogea le jedi,

-C'est compliqué, rigola Lei, mais en gros, c'est ma façon de servir le monde. Restée enfermée dans un Temple tu sais, ça, je l'ai fait pendant toute mon enfance. Et j'ai compris - un peu tard - que ce n'était pas ma voie. Je suis nulle pour les discours politiques, c'est un fait. J'aurais fait une piètre Consulaire, sous les apparences. Maintenant, je suis libre, mon esprit et mes mains sont constamment mis à contribution, et je peux aider les gens en étant près d'eux, avec eux, et non enfermée dans ma tour d'ivoire.

-Mais n'as-tu pas peur de devenir... je veux dire, les sentinelles que j'ai connu ont été amenées à fréquenter les bas-fonds, et en sont revenues changées, "obscurcies" par leurs actes et leurs missions...

-L'amour est aussi une arme tu sais. Aimer son prochain, c'est parfois savoir lui faire du tort pour son bien. Aimer ceux qui haïssent, c'est aussi s'en défendre, quelque part...

-C'est étrange ce que tu dis.

-Je sais..."

Après plusieurs jours à hanter les rues et ruelles, à acheter un peu de marchandise qu'elle prétendait bien connaître - que la Force l'en protège ! - la kaminoane à l'air louche se posa dans une cantina au hasard et commanda un verre d'une boisson quelconque qu'elle n'avait pas l'intension de boire quoiqu'il advienne. Autour d'elle, les marchandages allaient bon train, les jeux de cartes et d'alcool aussi. Elle s'attira des regards grivois et des remarques du même genre, mais décida d'ignorer les petites frappes, qui se trouvèrent rapidement d'autres centres d'intérêts tout aussi avenants. Assise dans un coin, elle remarqua un homme penché sur une holocarte, assis à l'écart tout comme elle, de l'autre côté de la pièce. Sa description semblait coller à celle que lui avait faite son maître.

Lei scanna discrètement le faciès découvert de l'individu, puis paya sa consommation sans un mot et sortit. Le fichier, envoyé à Abloselm, lui valut une réponse quasi immédiate du maître Jedi :

"C'est lui. "

Elle longea le couloir vers la sortie. Un léger sourire illumina le visage à moitié caché de Lei. Au final, l'enquête s'avérait moins compliquée qu'elle l'avait cru...

"Tu vas quelque part ?"

La voix avait surgi derrière elle, agressive. L'homme recherché par Abloselm s'avançait dans son dos. Et il n'était pas seul. Lei n'eut pas le temps de répliquer que la seconde personne dégainait une vibrolame suintante à la lueur du lustre.

"Fais gaffe, c'est une jedi. Ils sont après nous.

-T'inquiète, j'ai l'habitude des gus de ce genre. J'en fais mon affaire. "

Le timbre était féminin. Alors que sa cible prenait ses jambes à son cou par le couloir du fond, lei se retrouva aux prises avec l'inconnue en armure. Lei le sentait, sa mission allait échouer... Encore une fois ! Mais l'heure était surtout à rester en vie. Elle n'avait que ses vêtements de contrebandière en goguette pour la protéger, contre cette femme en armure de combat. Elle n'était certainement pas une débutante.

Son adversaire tenta de la prendre par surprise en bondissant de droite puis de gauche avec une vitesse sidérante, mais la kamioane avait déjà activé son sabre, et il s'en fallut de peu que le combat ne finisse aussi vite qu'il n'avait commencé. Malheureusement pour Lei, la combattante évita sa lame et parvint à déjouer sa garde en la taclant d'un balayage très adroit. Son sabre lui sauta des mains dans sa chute, la lame d'un bleu glacier découpant un morceau du casque ennemi avant de s'éteindre et de rouler au sol, loin des mains de sa propriétaire, écrasée par l'assassine à la vibrolame. Sa tenue la gênait plus qu'autre chose, et ne lui était pas d'un grand secours.

Lei repoussa l’assaillant de toutes ses forces, mais la lame perça la manche légère et pénétra profondément la chair de son bras, le découpant avec une lenteur sadique sur plusieurs centimètres. Un hurlement de douleur lui échappa.

"T'as une très belle voix chérie, on te l'a déjà dit ?"

La kaminoane déploya sa jambe et s'aida du mur pour renverser . Le mal était fait malgré ses efforts : l'entaille de son bras prenait une horrible couleur violacée et Lei se sentait défaillir.

"Oui, on me l'a déjà dit, gronda-t-elle d'une voix méconnaissable. J'ai pensé à me lancer dans la chanson, plus jeune. "

Oui, se donner contenance et tourner la situation en dérision, Lei avait compris ce qu'elle devait faire. Et cela lui fit un bien fou. Ses longs doigts s'étendirent vers le sabre qui gisait de l'autre côté du couloir et la Force vint à son aide. Elle sentit la sensation familière du manche de métal entre ses doigts et une lueur féroce naquit dans ses yeux noirs.

"Oh non, n'y pense même pas ! Tu vas me faire le plaisir de mourir bien gentiment, ma fille.

-Un autre jour, peut-être. Là, je suis pressée."

La femme se jetait de nouveau sur elle, prête à réitérer son coup tordu. Mais on n'attrape pas deux fois un jedi avec la même farce. Lei esquiva la lame empoisonnée en la repoussant avec la télékinésie, et de son seul bras valide, trancha l'assassine en deux morceaux distincts dans un tourbillon de voiles.

"Navrée du dérangement."

Lei tremblait, ses forces la quittaient à une allure folle. Elle parvint cependant à sortir du bâtiment en enroulant ses voiles autour de son bras blessé. L'homme avait disparu depuis longtemps.

"Grande tige à petite boule de poils, dit elle dans le micro de son comlink avec le plus grand sérieux du monde, demande à regagner taverne pour annonce de festivité. Délais très court, jauge d'huile de vidange bientôt à zéro. Je répète..."

Elle s'affaissa lourdement contre une caisse laissée sur le côté, et ne bougea plus.

----

- Les Gardes Licteurs -

Lei fut pour un temps contrainte d'admirer jour et nuit les murs blancs de l'antenne du MedCorp. On porta beaucoup de soins à sa blessure, on purgea ses veines du poison, mais malheureusement, la nécrose provoquée par la substance laissait ses chairs atrophiées, et même la Force semblait impuissante à la débarrasser totalement de cette gangrène. Alors Lei prit son mal en patience, et recommença à s'entraîner dès qu'elle le put, pour s'habituer à la douleur lancinante provoquée par la cicatrice à chacun de ses mouvements.

Le Temple d'Ondéron avait cela de magique que tout y paraissait hors du temps. On pouvait y séjourner des mois entiers sans avoir vent de ce qui pouvait bien se dérouler aux quatre coins de la galaxie. Pourtant, ce n'était pas les sources d'information qui manquaient. Au contraire : on pouvait accéder à l'Holonet, à toutes sortes de chaînes télévisées et même à d'autres réseaux d'information parallèles si l'on avait les bonnes habilitations. Mais Lei n'était pas du genre à remplacer la vie quotidienne par l'arpentage frénétique des mondes informatiques. Elle aimait à visionner les journaux holotélévisés de temps à autre, mais guère plus.

Et c'est par les journaux holotélévisés, au hasard d'un soir, que sa carrière prit un nouveau tournant. On y montrait Coruscant, la planète-monde capitale de la République, en proie à un drame galactique. Le chancelier Valerion Scalia venait d'être assassiné en direct, sous des milliards de paires d'yeux épouvantées.

Lei avait toujours eu foi en la République et ses institutions, qu'elle avait fréquenté avec Danoa, puis avec Abloselm. L'annonce de la trahison de Lord janos lui revint dans la figure avec la force d'un canon ionique. Comment ? Comment le Sénat pouvait-il accueillir des êtres aussi malsains ? Elle tombait de haut. Une découverte qui pesa lourdement dans ses prises de décisions futures.

Ce ne fut que quelques temps plus tard que le Vice Chancelier Alan Bresançion fit l'annonce officielle de la création de la Garde Licteur, un corps dédié à la protection du Sénat contre l'infiltration Sith et impériale. Une Garde comprenant un contingent Jedi. La nouvelle fut accueillie de façon très diverse chez les jeunes jedis, avec lesquels elle échangeait régulièrement.

L'annonce fut relayée par le Temple : la République recherchait des âmes droites et loyales pour la Garde Licteur. Lei hésita. Son travail de Sentinelle était déjà prenant. Qu'adviendrait-il d'elle si elle partait pour Coruscant et entrait dans cette Garde ?
La Jedi se documenta auprès de ses collègues, puis pris le temps de la réflexion. De nombreuses nuits qu'elle passa au Temple furent hantée par ses souvenirs, ses rêves sur l'avenir.

Finalement, Lei Nae prit sa décision : oui, elle voulait servir dans la Garde Licteur, voir Coruscant, partir vers cet inconnu dont elle ne savait rien. La Force le lui avait conseillé, elle allait le faire. Même si elle était en grande partie incapable d'expliquer son choix avec des mots.

"C'est le Maître Tanesli qui est responsable du recrutement des gardes Licteur parmi les membres de l'Ordre, lui dit-on alors, il vous faut demander à être reçue par lui et il sera seul juge de votre intégration.

-Et comment puis-je contacter maître Tianesli ?

-Demandez-donc à l'un des maîtres présents de le faire. Votre demande sera certainement traitée rapidement, les volontaires ne sont pas si nombreux ! "

Lei rédigea alors une courte missive demandant à voir le Maître Tianesli en vue de candidater pour rejoindre les effectifs qui partiraient vers Coruscant. Le retour lui fut fait le jour suivant, lui indiquant un heure de rendez-vous pour la salle du Conseil. Commença alors la partie la plus rude : l'attente, et la préparation... Un défi autrement plus complexe qu'une rixe dans un coin de ruelle, malgré les apparences.

On disait le Maître Tianesli minutieux, c'était un fait. Chacun des candidats qu'il avait jugé digne d’intérêt s'était présenté à la salle du Conseil pendant une heure creuse pour un entretient particulier. Le cadre était volontairement pompeux, puisqu'il devait préparer à rencontrer des gens qui auraient un sens bien plus aiguë des formes, et ce dans des situations parfois beaucoup plus paradoxale.

Ce qui pouvait choquer, c'était les deux billes anthracites qui se détachaient de la demi-obscurité qu'il avait laissé planer, refusant d'allumer tout le Conseil pour des entretiens particulier. Une paire d'yeux froids, intelligents, redoutables car on sentait d'eux un tel intérêt que ce scan en devenait presque intimidant si on ne s'y préparait pas. Inquisiteur, le maître parlait avec lenteur et d'un timbre de voix polaire. Les questions qu'il posait étaient simples, mais chaque réponse était pesée, soupesée, analysée, et on savait qu'au travers de cet interrogatoire, c'était chaque détail qu'il passait au crible, donnant le sentiment de sonder jusqu'aux âme.

Il voulait des gens irréprochables, fiables, solides et incorruptibles, droits dans leurs philosophies.. Et il semblait qu'il les aurait. Cela, Lei n'en doutait pas, pas à sentir le poids de son attention sur son visage, ses yeux, ses paroles. Sa vision ultraviolette se superposant à la lumière visible, donnait au visage du maître une allure fantasmagorique digne d'un tableau abstrait. Un souvenir qu'elle n'était certainement pas prête d'oublier.

"Alors ?"

Melyk, dans son armure de combat, vint la rejoindre à la bibliothèque, où Lei s'était rendue sitôt l'entretien terminé.

"Alors... eh bien j'aurais ma réponse prochainement, lui répondit Lei d'une voix lointaine. Lorsque tout le monde aura été auditionné.

-Et c'était comment ? "

"Étrange. Et... un peu effrayant sur les bords, admit-elle. "

En vérité, son sang-froid avait été mis à rude épreuve. Elle sentait encore. Lei savait que derrière la batterie de questions quasi-triviales du maître Tianesli se cachait tout autre chose. Elle espérait simplement avoir été à la hauteur de ce que ses aînés attendait d'elle. Sinon ? Elle retournerait à sa besogne, docile et consciente qu'il s'agissait de son destin.

"T'as aucune raison de pas y croire, déclara le nautolan en posant sa main sur son épaule, t'es la fille la plus loyale que je connaisse ! S'ils te prennent pas toi, ils prennent personne !

-Merci Melyk, mais tu sais, il ne suffit pas d'avoir une bonne rigueur morale pour être un bon Jedi.

-Non, il faut aussi connaître ses limites. Et ça tu le fais très bien aussi. Un peu trop bien, peut-être. "

En dépit de sa volonté de rester sérieuse, Lei finit par céder et éclata de rire. Melyk restait fidèle à lui-même, tout adulte était-il devenu : un indécrottable boute-en-train. Tant mieux, pensait Lei, elle ne l'aurait changé pour rien au monde.

--

Coruscant... Lei, en dépit de sa formation, n'y était encore jamais allé. Et l'idée de se retrouver sur cette ville titanesque la rendait à la fois impatiente et nerveuse. La capitale de la République ! Rien de moins !

Lei Nae avait été affectée, comme une dizaine d'autres chevaliers d'Ondéron, à la Garde Licteur fraîchement formée, et avais dû se soumettre à un entrainement spécifique visant à les mettre en condition face à ce qui les attendait. Un monde nouveau, dangereux et impitoyable : les couloirs du Sénat Galactique. Ils avaient tous la même mission, malgré leurs profils différents, leurs affiliations et leurs passés très divers. Pourtant, tous étaient encore bien jeunes et ignorant des travers que bon nombre d'autres connaissaient déjà très bien à leur âge. Ils avaient été jugés incorruptibles. Le resteraient-ils vraiment sur le terrain ? Lei raffermit sa prise sur son sac et emboîta le pas à ses camarades qui montaient à bord de leur navette. Elle pensait à Iunie, elle pensait au Temple en flamme. Elle pensait à Valerion Scalia et à la scène d'horreur filmée par toutes les caméras.

*Oui, je le serait. Plus jamais ça !*

Dans le transport qui jaillissait de l'Hyperespace pour rejoindre le Temple Jedi au 500 Republica, la nouvelle recrue de la Garde devisait gaiement avec ses nouveaux collègues de fonction, faisant connaissance, dans une relative insouciance de ce qui les attendait en bas.

Nous étions alors en l'an 21 568 de l'Ancienne République, et la crise d'Aargau venait de commencer.




- To be continued ! -

PS :
 


Dernière édition par Lei Nae le Ven 16 Oct 2015 - 12:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Nae
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 25 ans
Race : Kaminoan
Binôme : Samaël Akiam (padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sur Ondéron, en rééducation
HP:
0/60  (0/60)
PF:
5/105  (5/105)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Ven 16 Oct 2015 - 11:42

Bon, je suis fier d'annoncer qu'avec deux mois de retard, cette fiche est (enfin) terminée ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyria Von
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 951
Âge du perso : 38 ans
Race : Mi-echanie, mi-hapienne
Binôme : Partenaire de Lorn Vocklan

Maître de Wen Janto

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi.
HP:
86/100  (86/100)
PF:
73/110  (73/110)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Ven 16 Oct 2015 - 12:35

Re-bienvenue Lei, et ne t'inquiète pas pour le délai, l'avantage de faire reposer un début de fiche longtemps, c'est qu'on a l'occasion de la lire en avance!

Un tout petit détail graphique à corriger: ton image de Lei en contrebandière ne s'affiche pas (en tout cas, pas chez moi), et vu la description donnée, j'ai un peu l'impression d'avoir raté un grand moment, je veux voir "Grande Tige" dans toute sa splendeur Razz

Cela dit, le reste est nickel, une Sentinelle originale dans son caractère, j'ai hâte de voir le choc des cultures sur Coruscant entre elle et les grands de cette galaxie Wink

Je te valide donc, et même si tu connais la maison, un rappel ne fait jamais de mal, donc...

Pour t'aider à débuter dans le jeu, si tu veux, tu peux faire un tour dans les Appels à RP , pour poster ou répondre à une demande de RP.
Et si tu as des interrogations, n'hésite pas à chercher ou poster dans la Foire aux Questions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Nae
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 75
Âge du perso : 25 ans
Race : Kaminoan
Binôme : Samaël Akiam (padawan)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Sur Ondéron, en rééducation
HP:
0/60  (0/60)
PF:
5/105  (5/105)

MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   Ven 16 Oct 2015 - 13:01

Merci Alyria pour cette modération on fire !
C'est étrange que tu ne voies pas, puisque l'image est tirée d'un lien... scratch Je te le poste comme ça alors, en espérant que tu puisses y avoir accès :

http://swagonline.net/sites/default/files/images/ReverendStrone/2004/Oct/2609.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lei Nae - Jedi d'esprit et de coeur [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Administration :: Présentations :: Présentations Validées :: Chevaliers Jedi-