La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Culture confiture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lhazyr Fey'twa
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 24
Âge du perso : 23
Race : Bothan

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
62/68  (62/68)
PF:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Culture confiture   Sam 2 Mai 2015 - 22:03

Nom : Fey’twa

Prénom : Lhasyr

Âge : 24

Race : Bothan

Côté de la Force : Lumineux

Rang désiré :
Padawan (Jedi de l’Agricrops, n’a donc pas passé les Epreuves) Je précise que ce compte a été validé pour quelque chose que je n'étais pas à même de jouer. J'en avais parlé avec Saï, n'ayant aucun RP dessus, il faudra simplement le passer en groupe padawan (Ou le laisser en gris, en fait..) s'il est validé.


Armes : Bêche, pelle et vieux pistolaser banal.

Caractéristiques : 22 points (ratio d'un padawan de + de 12ans)

Force 4
Dextérité 3
Agilité 4
Constitution 4
Intelligence 2
Sagesse 2
Charisme 3

Pouvoirs : Détection (niveau 1)
Télékinésie (niveau 1)
Lancer de sabre (de pelle)
(+ technique de l'agricorp qui consiste à faire pousser des fleurs, utilité nulle en combat)

Points Forts : Lorsqu’on couple l’art du sabre au travail de la terre, on finit par tomber sur un très solide et agile bretteur, une force de la nature ramassée sur elle-même, fonction de sa génétique. Par ailleurs, c’est un esprit vif, volontaire et calme. Un vrai détendu s’il en est. Son opiniâtreté reste d’une certaine manière un trait passablement positif également.
Notons par ailleurs qu’il a un très fort sens de l’organisation (l’efficacité est la science de faire beaucoup en glandant le plus possible) et qu’il est incollable sur tout ce qui agriculture, jardinage et élevage.

Points Faibles : « Fais-le comme Bothan » (Traduction revisitée d'une maxime réelle trouvée dans le lore "The Bothan way") est une expression connue signifiant en gros que tu peux presque tout faire pour arriver à ton but. Si l’on retire d’un esprit le côté retord que peut avoir ce dicton, on se retrouve avec un jeune homme buté qui manque passablement de discernement lorsque les choses vont contre lui. Il est du genre à foncer dans un mur, remonter une rivière.. Ou se battre avec une pelle parce qu’on lui refuse un sabre.
Et c’est aussi pour ça, ayant clairement décidé de ce qui était intéressant de ce qui ne l’était pas, que l’étude des philosophies de la Force, du Protocol, de la diplomatie ou de ce genre de choses lui sont totalement passé par-dessus la truffe, créant une vraie lacune.

Caractère : Vous l’aurez compris, Lhazyr est un caractère atypique. Il est clairement borné, jusqu’à en être parfois stupide, mais c’est également une de ses plus grande qualité : il n’abandonne jamais. L’autre contradiction, c’est qu’on pourrait le dépeindre comme quelqu’un de volontaire, énergique, moteur.. Il émane de lui une gaité certaine et contagieuse qui pousse et motive à l’effort.. D’un autre côté, il sait également aussi être le pire des feignants. L’équilibre se fait par la motivation et l’intérêt. Quelque chose qui l’intéresse sera exécutée et terminé dans l’heure le reste… « Boarf, je m’en occuperai demain », vous voyez le genre ?
Cet étrange Bothan est le portrait parfait du pasteur : doux, calme, posé, feignant sur les bords mais ne rechignant jamais à s’investir dans ce qui lui tient à cœur.. Il est également, au nombre des qualités prises lors de sa formation, loyal et responsable… des autres. Ah, oui, non : lui, il s’en tape. Il est prêts à paterner un novice qu’on aura momentanément mit sous sa garde, en revanche, sa conscience propre du danger est très… Approximative. Notons par ailleurs qu’il a un léger souci de fierté : l’agricrop ne sera jamais pour lui un échec, c’était un souhait, et ceux qui le traitent de « Jedi raté » finissent généralement mal, ou alors c'est lui. Car l’autre petit défaut de ce personnage, c’est qu’il n’a pas le moindre self-contrôle. En effet, c’est un je-m’en-foutiste détendu qu’il est très difficile d’agacer. Mais s’il se trouve vulnérable ou usé, il n’a réellement aucun moyen de se dominer. La rage semble être quelque chose qu’il ne connait pas, mais ses coups de sang et de gueule lui ont déjà valu quelques blâmes.
Enfin, et c’est une note charmante, n’oublions que c’est un Bothan : il sait jouer de chacune de ses qualités et de ses défauts pour manipuler l’opinion que vous vous ferez de lui, afin de tirer de vous ce qu’il peut avoir intérêt à en tirer.

Description Physique : Fixons un point, avec une hauteur d’un mètre cinquante-sept, Asyr est PETIT. Bon, c’est de race et il n’a pas le moindre complexe. Puisqu’on est dans le physique Bothan, notons deux oreilles poilues et pointues, une forte pilosité qui traduit plus un pelage et une crinière qu’un portug.. Une forte pilosité blanche qui traduit un pelage et une crinière. Il est également l’heureux propriétaire d’un appendice caudal (une queue, quoi.), lequel n’est touffu qu’a son extrémité. Ledit appendice est presque systématiquement en mouvement, preuve d’une bonne santé.
De plus, il a clairement été entraîné, et donc formé pour le combat. Il porte une musculature forte qui lui permet aussi bien d’endurer que de se mouvoir avec aisance.
Pour tout ce qui est d’apparence, notre petit Bothan noue sa crinière en.. Paquets, laissant filer sur la toute fin quelques mèches. C’est une coiffure loin d’être élaborée mais qui discipline déjà beaucoup son poil. Notons par ailleurs que la crinière d’un Bothan traduit ses émotions, en effet son poil oscille au gré de ses réactions. Oui, c’est parfaitement traître, mais c’est comme ça, et ça se limite avec ce genre de coiffure.

Au reste, ses traits ne sont pas marqués, jeune encore, ses yeux sont d’un bleus perçant et trône sur sa gueule un perpétuel semblant de sourire. On le trouvera le plus souvent vêtu d’une tunique de Jedi passablement usée, d’une pelle et d’une bêche attachée dans son dos, tableau global à la fois terriblement normal et pourtant si singulier. Et drôle quand il veut passer une porte étroite.

Notons tout de même un léger strabisme divergeant donnant l’air malencontreux qu’il regarde toujours à coté de vous.


Histoire : La porte de la salle du Conseil se refermait tandis que mon maître et moi en sortions. Mon pauvre maître s’arrêta et posa ses mains sur ses hanches.

« Lhazyr, tu m’expliques à quoi ça rime ? »

« C’est simple maître. Il ne cessait de me narguer, comme quoi à mon âge j’étais trop nul pour porter un sabre, et je lui aie démontré le contraire. »

« En lui cassant le nez avec une pelle ? »

« Bah.. J’avais rien d’autre sous le coude, Maître. »

Dépité.. Il était dépité, mais d’un autre côté, il le cherchait bien. Cela, quelque part, m’attristais de le mettre dans cette position, mais il savait quel était son objectif, et son entêtement lui poserai plus de tort qu’à moi. C’était un vieil humain qui devait avoir dans la soixantaine, j’étais son troisième padawan, et surement le dernier vu les misères que je lui faisais. Moi, je n’avais encore à l’époque que la petite vingtaine, et j’étais bien loin encore d’être adoubé, uhuh..

« Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi, Lhazyr.. ? »

« Oh ben, je serai refusé aux Epreuves, je serai radié du Temple, de dépits je deviendrais un Justicier utilisant la Force, et parce que je ne renierai pas mes origines et ma formation jamais terminée, je me ferai appeler le Pelldawan. »

Je levais le nez pour trouver la mine dangereusement rouge de mon maître, puis je secouais les bras.

« Je plaisantais, je plaisantais ! Mais sérieusement, Maître… Vous savez ce que je veux.. »

« Je n’ai pas abandonné l’espoir de faire de toi un Chevalier Jedi ! »

« Bah j’ai qu’a continuer de vous désespérer, alors. Au pire quoi ? Vous m’envoyez passer le reste de mes jours sur Bandoomer ? Je demande que ça, moi ! »

Et je plantais là mon mentor, en râlant. Il était têtu, et moi aussi, encore plus, même ! Hors de question que je devienne Chevalier Jedi. Et plus il s’acharnerait, plus je lui rendrai la monnaie de ses efforts.
Cela faisait 10 ans présent que l’on m’avait sorti de Dantooine, ou j’avais vécu avec mes parents et les colons, à garder les Iriaz et veiller sur les blés.. Je n’avais pas de réels regrets. Mon maître m’avait appris beaucoup de choses, il m’avait éveillé à la Galaxie, et pour rien au monde je ne voulais renier la voie du Jedi.. Simplement, je ne désirais pas être un chevalier Jedi. Et plus mon maître insistait, plus j’étais turbulent pour qu’on me refuse les Épreuves que, de toutes façon, je n’aurai pas réussi.
J’avais pratiqué très assidûment l’art du sabre, et je m’étais réellement attaché à comprendre ce qu’était un Jedi, pour le reste.. Il n’y avait rien à faire.. La Force était un concept métaphysique là où j’étais pragmatique, et ce couple-là ne fonctionnait pas. J’avais réussi à comprendre deux ou trois trucs, mais sans plus, en vérité. Les quelques pouvoirs que j’avais étaient plus venus par instinct qu’autre chose.



Mais tout n’était pas noir, loin de là.. Mon maître finit par comprendre ce qu’il fallait comprendre, et les circonstances de ce déclic restent un admirable souvenir. Vous devez savoir qu’étant né dans un coin reculé de la Galaxie, j’ai mon propre patois. Je ne parle pas une langue à part, non, c’est juste que nous autre, dans les familles de paysans, on abrège, on coupe, on modifie et surtout : on s’comprend. J’ai très vite appris à parler le Basic, bien sûr, mais j’ai conservé un vice affreux : chaque fois que je m’adresse à un supérieur que je ne connais pas, ou que je n’aime pas, je lui parle en patois. Aussi, un jour que je m’entrainais –à la pelle, par pure provocation-, un chevalier qui n’était pas le mien vint me questionner alors que mon référent, lui, était allé chercher de quoi nous sustenter à midi.

« Eh bien, Padawan, tu as égaré ton arme ? »

« Poussur qu’na, chep. »

Il me regarda un moment, sourcil levé, avant de me demander, plus circonspect :

« Tu parles le Basic ? Est-ce que tu me comprends ? »

« Bin sur que j’comprenions, chep. J’soyons pas brun, t’sé. Bin sur que j’va parler l’basic et l’entendre correc’ment ! »

« Ou est ton maître.. ? »

« Le v’la quec’part prendre d’quoi f’nir l’jour sans passer. Meul’va rev’nir tantot, j’pensions ! »

Entraîné, cela allait de soi, à masquer et contenir mes émotions, je ne trahissais pas la moindre once de l’hilarité qui hantait mon âme. Seul une personne adepte de la physiologie Bothan pouvait comprendre la légère ondulation de mon crin comme une moquerie. Plus la conversation allait, plus il était mal à l’aise. De maître inquisiteur il passa à négociateur, et si on m’avait laissé le travailler encore un peu, il m’aurait proposé des verroteries pour un cour de langue. Mais mon Maître revint bien vite, bien trop vite, les bras chargés de notre déjeuner.

« Aaah, Lhazyr, tout va bien ? Qui est-ce.. ? »

« Aucune idée, Maître, je n’arrive pas à savoir ce que ce Chevalier me demande ! »

M’entendre parler le Basic fit rougir mon Chevalier, honteux, qui de suite vint se plaindre de moi à mon maître, lassé. Ce scénario avait déjà été joué et rejoué, et le pauvre en avait assez qu’on se plaigne de moi. Et moi.. Je culpabilisais de devoir lui infliger ça, mais il devait comprendre. Et il comprit. J’avais repris, studieux, mes mouvement d’entrainement, lorsqu’un eclat de voix attira mon attention :

« JE SAIS ! Et je sais aussi que ce jeune homme a beaucoup de qualités, et que comme chacun d’entre nous, il est exceptionnel à sa manière ! »

Un rire légèrement méprisant se fit entendre en réponse, et la répartie fut cinglante : « Défiez-le si vous ne me croyez pas. ». Après coup, c’était peut-être présomptueux et déplacé de sa part, toujours est-il qu’après quelques passes, il eut le privilège de proposer un mouchoir à son camarade qui semblait avoir perdu quelques millimètres au niveau du nez, avouons que ce Jedi avait pris ce duel à la légère, il n'était pas représentatif. Tandis que mon maître le plantait là, il se permit une réflexion.. Une réflexion qui fut, je crois, inspirée par de longues années à me côtoyer :

« Vous en connaissez beaucoup qui savent manier l’Ataru avec une pelle ? Il n’est pas exceptionnel : il est unique ! »

Alors que nous nous éloignions, il se mit à pouffer.. Puis, pour la première fois, nous échangeâmes un rire complice. Il leva la main.. Par toutes les étoiles.. J’avais hight-five mon Maître..



A partir de ce jour, tout fut différent. Il disait qu’il voulait me préparer, mais il semblait avoir compris que me préparer à être un Chevalier Jedi ne servirait à rien. De mon côté, je redevins calme et obéissant, enfin, relativement, et ne lui causais plus de soucis. Il avait compris qu’il devait me préparer à autre chose.

« De tous mes padawan, Lhazyr, tu es réellement celui qui m’aura donné le plus de mal.. Mais tu m’auras finalement ouvert les yeux. Je.. Je suis désolé d’avoir essayé de faire de toi un Chevalier Jedi contre ton gré, mon garçon. Je me rends compte à présent qu’il y a longtemps que tu es prêts.. Non pas à passer les Epreuves, mais bien à devenir un Membre de notre Ordre.
Tu es un emmerdeur paresseux, mais tu as bon cœur, tu sais être raisonnable, responsable et efficace. Tu as parfaitement compris l’essence des Jedi, ce qui t’as permis d’être particulièrement insupportable, mais aussi d’être parfait lorsque tu avais enfin une raison de l’être.. Tu seras un grand Jedi, chevalier ou non, cela importe peu. Mais si tu es ce que tu veux être, tu le seras avec brio.
»

Je hochais la tête, fermant ma gueule, c’est qu’il m’avait ému, le vieux. Les dernières années que nous avions passé ensemble, j’avais l’impression qu’il m’avait enfin compris, que ses yeux voyaient clairs au fond de moi, et qu’il avait décidé d’apprécier ce que j’étais.. Et là, il me disait que j’étais appréciable et clairement au niveau des autres dans l’idéal de notre Ordre.



Cette année-là, plusieurs de mes camarades étaient passés devant le Conseil pour se faire adouber. Moi.. Moi je n’avais pas passé les Epreuves, ainsi personne ne pouvait me dire que j’avais échoué. Mon maître avait convaincu le Conseil d’estimer que ma formation était terminée et suffisante pour une affectation permanente à l’Agricorp.
Bien sûr, ils (mes camarades adoubés) furent curieux de cette décision.. Pourquoi ? Pourquoi n’avais-je pas voulu être un Chevalier Jedi ?

« Souvent, c’est la misère qui pousse les gens à être mauvais. Ils ont faim, ils ont froid, ils sont désespérés et n’ont plus rien à perdre. Survivre devient alors, à leurs yeux, une affaire de crime, c’est ce que j’ai compris.. Vous êtes d’accord ?
Ils hochèrent la tête. En ce temps-là, l’Empire n’existait pas encore dans nos âmes de jeunes Jedi..
Eh bien moi, je préfère nourrir les miséreux que de les tuer. »

Ah, ça, oui : je les avais sécher. Mais en toute bonne foi, il me fallait admettre qu’être chevalier c’était.. Trop compliqué. J’aurai surement pu y arriver si je m’en étais donné la peine.. Mais j’avais finis par faire comprendre que jamais je n’aurais été à ma place, et qu’il en aurait résulté des malaises, des erreurs et peut-être même des catastrophes. J’ai la foi, moi, que même un fermier peut sauver la Galaxie.



Aujourd’hui… Aujourd’hui, j’ai perfectionné mon art de la pelle, j’ai appris à jouer de la guitare, et je passe mon temps à mâchonner un épi de blé en regardant les céréales pousser et les uxibêtes qui paissent. La Force, enfin, je crois, m’a d’ailleurs fait un magnifique cadeau : le pouvoir de faire croître les plantes. J’avais vu de « vrais » Jedi de l’Agricorp agir ainsi, et j’avais essayé sans réellement être motivé.. Miracle, je crois, ça a marché. J’ai envoyé un message à mon maître lui disant que moi aussi, à présent, je savais transformer les glands en chênes. Il a beaucoup rit, puis il a quand même dis que c'était une branche du "Curato Salva" appliquée par les hippie. Au moins, hippie je sais ce que c'est..

A présent je ne me déplace pour livrer des cargaisons, j’en ai profité pour apprendre comment faire du pain, et j’ai même gagné en trichant au pazaac un pistolaser antique que je porte. Très pratique pour régler les rixes sans attirer l’attention. J’admets que je profite de ma position pour être très loin de ce qu’on exigerait d’un chevalier Jedi. Je n’ai jamais défié ouvertement le Code, ou nos règles de vie, mais je m’octroie souvent le droit de marcher sur la ligne et de flirter avec ce que communément on appelle « Le mal ». Et non, il est question ici de savoir s’amuser et profiter des années que la Force nous concède, pas de céder au Côté Obscur. C’est avec fierté que je peux dire que l’Ordre voit aujourd’hui en moi un interlocuteur de confiance pour un certains nombres de tâches, et que j’ai acquis le respect de mes pairs. D’un certain nombre. Bon, de quelques-uns, mais ce sont eux qui comptent !

Enfin, mon maître m’a fait un inestimable cadeau, et je crois surtout que c’était pour se moquer de moi.. Il est venu me voir sur Bandoomer et il m’a prit ma pelle et ma bêche pour effectuer un rituel dessus.. Il semblerait qu’elles puissent à présent résister aux sabres laser. Bon.. Il m’a dit que je pourrais ainsi vaincre des Sith, mais j’ai vaguement l’impression qu’il se paie réellement ma tête.. Je suis content de le voir aussi détendu. Cela étant, je n’aime pas qu’on rit de ma pelle. Réellement, avec je peux creuser des trous, faire du pain et des pizzas, et.. Tien, vous vous souvenez du Jedi qui s’était formalisé de mon accent ? Je l’ai revu il y a peu, eh bien je lui ai littéralement roulé la pelle.

Je n’aurai sans doute ni gloire, ni importance. Je n’aurai pas la vie pleine d’aventure dont on rêve.. Mais j’ai deux privilèges qui font que je suis exceptionnellement fier de ma vie : je suis utile et heureux. Et si un jour je signe ma biographie par un « Lhazyr Fey’la, Jedi raté », ce sera uniquement pour me moquer de ceux qui pensent avoir réussi.


Question HRP : Comment avez-vous connu le forum ? : Léonard inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luuna Shein
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 4583
Âge du perso : 39
Race : Zeltronne

Feuille de personnage
Activité actuelle: change des couches
HP:
8/80  (8/80)
PF:
35/105  (35/105)

MessageSujet: Re: Culture confiture   Mer 13 Mai 2015 - 18:24

Et bien je ne vois rien à redire!

Fiche vraiment originale et sympathique à lire que je valide sans plus attendre!

Amuses toi bien Pelldawan!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Culture confiture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Administration :: Présentations :: Présentations Validées :: Jedi Gris-