La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2439
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   Mer 22 Avr 2015 - 9:34

Condamné.

Janos n'était plus rien, Lord déchu, le quinquagénaire charismatique était devenu un petit vieux aveugle. Luke en avait soupé de cette histoire, sachant qu'avant même d'entendre les Holonews, tout le monde lui avait rabattu les oreilles avec ce fait divers sordide. En effet, l'acien politicien s'était lui-même énuclé, comme s'il pensait ne plus mériter de voir à cause de son échec ou "simplement" pour évacuer sa rage. Pourquoi les autres pensaient-ils que cela devrait affecter d'avantage Luke ? Parce que lui aussi avait perdu la vue ? A sa réponse neutre, quelques-uns de ses interlocuteurs, y compris des Jedis s'offusquaient. Comment le Hapien pouvait-il rester de marbre face à une telle histoire ? Un homme bien portant qui se rendait volontairement aveugle, ça aurait dû le faire hurler à l'injustice, lui, devenu handicapé après avoir subi un choc violent, un de plus par-dessus tant d'autres.

Mais au fond... Cela ne regardait pas Luke qui préférait encore entendre parler d'un homme s'auto-mutilant plutôt que de choisir la vengeance sur des innocents via une fusillade comme c'était la mode depuis quelques années. Certes, le jeune Jedi n'avait pas trouvé l'acte de ce quinquagénaire très malin, se priver soi-même d'un sens dont d'autres aimeraient disposer comme avant... C'était l'art de la satire poussé à l'extrême. Mais bon, le fait qu'un ancien Jedi révélé se retire les yeux ne changeait rien à sa propre vie, s'énerver ne lui retirait pas son interdiction aux couleurs. Quant à se réjouir comme d'autres qui trouvaient que l'infâme bonhomme avait bien mérité son châtiment, ce n'était pas non plus son genre. Le Hapien ne croyait en aucune entité capable de diriger les mains de l'homme contre lui-même pour se châtier. Il croyait bien évidemment en la Force mais pour lui, sa présence était plus scientifique que spirituelle bien qu'il conserve cette habitude de la considérer affectueusement comme une sorte d'être rationnel le guidant. Ni la Force ni quoique ce soit d'autre ne saurait commander les êtres pensants, chacun étant responsables de ses actes la majorité du temps, même s'ils cédaient parfois à la folie, une folie explicable encore une fois. Que ce soit suite à une maladie ou un choc, exactement ce qu'avait subi Lord Janos, ou plutôt Côme Janos, son titre ne lui correspondant plus vraiment.

Malheureusement, malgré ses efforts de détachement, Luke était inexorablement lié à ce cas. Un de ces signes du destin auquel il se refusait à croire ? Peut-être... Toujours est-il que l'Ordre de mission posé sous ses doigts était physiquement bien réel lui. Ecrit en braille, la mention confidentielle l'incitait à la discrétion, juste au-dessus des détails concernant ce qu'il devrait faire.

Le Hapien avait pour mission peu banale de travailler de pair avec l'ancien politicien pour l'habituer à sa nouvelle cécité. Puisque Janos maîtrisait la Force, il était possible de lui enseigner les bases de la perception à travers cette dernière pour pallier son handicap. Bien sûr, Luke devait seulement lui apprendre le minimum, des astuces neutres pour éviter au côté sombre du Jedi détourné de ressortir, il ne faudrait pas lui donner d'armes, juste faciliter sa vie de nouveau prisonnier en attendant son jugement. A ce propos, personne ne savait réellement ce qu'il en était de l'accusation concernant son "intelligence avec l'ennemi". Jusqu'à quel point Janos était-il mouillé dans cette affaire ? Si seulement il l'était vraiment ! Bien que beaucoup l'accusaient déjà, Luke croyait malgré tout en la présemption d'innocence et refusait donc tout avis par anticipation. Ce n'était pas là son rôle, alors pourquoi s'encombrer ? Il avait déjà fort à faire puisqu'à l' occasion, on l'enjoignait également à lui apprendre d'autres petits trucs basiques auxquels un voyant ne penserait jamais, des détails. Sans oublier de l'aider à développer des capacités autres et plus physiques comme l'ouïe. Bref, Luke devenait un professeur de rééducation.

Sans à priori concernant ce nouveau travail pour le moins déviant de ses habituelles missions, le jeune Jedi s'était préparé après une bonne douche. Ses doigts passèrent ensuite méthodiquement sur les vêtements étalés sur son lit, cherchant l'étiquette qui indiquait les couleurs. Les divers codes d'assemblement soigneusement enregistrés dans sa mémoire le jeune homme s'accroupit devant son armoire, le dos et la tête droite. Sa main frôla le meuble pour trouver presque immédiatement la poignée. Pliés sommairement, les habits furent calmement rangés. La cécité était une affaire de patience.

-Non Bip, on nous a demandé d'être discret, alors mieux vaut choisir des vêtements civils. Donne-moi l'ensemble où c'est écrit "Smoking".

Du bout de sa pince, l'astromech récupéra les dits habits encore neufs entreposés dans l'armoire de Luke, armoire quasiment vide que le jeune homme ne touchait jamais. Rares étaient les fois où il renonçait à sa tunique de Jedi, se trouvant bien trop à l'aise dans cet ensemble ample qui cachait ses formes, enfin, le peu dont disposaient son corps élancé. Pour autant, cette fois, le Hapien préférait choisir la discrétion, et il l'obtin, aidé de Carla la Chevalière la plus coquette de tous les Temples de la Galaxie très certainement. Cette fois c'était lui qui l'avait appelé, un peu dérouté en enfilant ces vêtements de facture raffinée et délicate.

-Ohhhh Luke, on dirait un avocat stagiaire ! Tu es tout beau comme ça et loin de te vieillir, ce smoking te rajeunis encore. On croirait même que tu as piqué celui de ton père.

S'amusait la trentenaire tout en coiffant à nouveau ses mèches blondes, n'attendant ni n'acceptant aucune réponse "insolente" du dit fils à papa qui grimaçait déjà. Une fois n'est pas coûtume, le Chevalier la laissa les attacher en demi-queue, refusant par contre la cravate ou l'éternel gel que l'humaine affectionnait. Après avoir remercié son amie, le jeune Jedi encore un peu dérouté par la situation prit sa malette précédemment préparée avec soin puis fila vers la prison.

Le garde du moment, un Rodien très curieux, fixa tant et si bien la silhouette de ce drôle d'officiel sans réel rang que le concerné pouvait presque sentir ses yeux de mouche le transpercer. Il y avait de quoi remarque, puisqu'en effet du haut de ses 22 ans, Luke paraissait bien trop jeune pour être avocat. De plus, son physique parfait de Hapien était mis en valeur par les vêtements coupés justes qui soulignaient sa taille fine et les muscles fins qui parcouraient son corps soigneusement entraîné chaque jour. Enfin, juste pour rajouter une touche d'exotisme au tableau, le blond tenait dans sa main gauche une canne d'aveugle pliée qu'il n'utilisait pas malgré son handicap évident. En effet, si de prime abord, on ne lui prêtait aucun problème, son regard presque toujours fixe, son maintien trop droit typique des aveugles finissaient par mettre à la puce à l'oreille, surtout quand le concerné tenait une canne blanche entre ses doigts... Canne dont il ne se servait pas donc.

Suivant le garde qui s'était enfin décidé à décoller du sol, le jeune homme enregistrait par automatisme les différentes tonalités de sols, souvent différents selon le couloir traversé. Ses doigts frôlaient le mur, évaluant la distance entre les portes, quant à elle souvent semblable.

-S'il vous plaît, vos doigts Monsieur. Nous arrivons aux cellules, ces dernières sont fermées par un champs de force, je vous conseille de ne pas les laisser traîner.

Luke rétracta ces derniers, substituant ses sens par la Force pour situer le plus exactement l'Aura de l'homme-insecte et le suivre comme son ombre. Tout ceci se faisait par habitude, sans que cela ne lui coûte beaucoup d'énergie même si les endroits encombrés lui étaient difficilement accessibles. On pouvait s'habituer mais jamais retrouver la même agilité ou flexibilité qu'un voyant. Une chose que devrait apprendre son élève, en espérant qu'il soit réceptif et non du genre à pleurer sur son sort. En effet, le Hapien n'était pas certain de pouvoir supporter longtemps un pleurnicheur qui avait choisi comme un grand de se priver de ses yeux. Certes, le Jedi se refusait à le juger mais même lui avait des limites. Enfin, d'après ce qu'il avait lu du quinquagénaire, avant sa chute, il n'y avait guère plus volontaire,  travailleur et rigoureux que lui. Dans une autre vie, ils auraient pu s'entendre... Où qui sait, serait-ce encore possible ? Bien que l'ancien politicien soit un ancien Jedi, dans le cadre de la réeducation, cela ne devait pas empêcher Luke de profiter d'une bonne ambiance éventuelle.

Bon, de toutes manières, vu l'état du prisonnier, cela semblait plutôt difficile et bien qu'il se refuse aux préjugés, le Hapien s'attendait à tout sauf à une atmosphère détendue. Les lieux, la situation ou même le personnage ne s'y prêtaient pas. Ces leçons pour peu qu'elles soient acceptées seraient probablement assez lourdes et Luke devrait faire attention à ses propos. Un homme grisonnant de cette envergure pourrait bien mal prendre certains conseils de la part d'un jeunôt de 22 ans vêtissant un smoking pour la première fois de sa vie.

Ouvrant la veste d'un gris clair, laissant ainsi apparaître la chemise blanche, le Jedi soupira un bon coup pour se donner du courage avant de pénétrer dans la cellule.

-Laissez-nous seuls s'il vous plaît.

-Mons...

-Je saurai quoi faire en cas de problème, rassurez-vous.

Certes, Lord Janos s'il était réellement détourné de la lumière (même si personne ne savait à quel point et que peu nombreux étaient ceux qui imaginaient un changement disons... complètement radical) ou fou devait être particulièrement talentueux, pour avoir joué double jeu aussi longtemps. Cependant, le jeune Chevalier sans présumer de sa force savait qu'il aurait l'avantage en cas de rébellion, si improbable soit-elle. On avait éteint sa lumière depuis ses 7 ans, il connaissait le monde de la nuit comme personne alors que, doué ou pas, Côme devrait s'habituer à ce fait avant de songer à attaquer qui que ce soit.


Frappant légèrement le mur d'un petit coup de canne, le jeune homme s'annonça d'une voix claire, prenant soin d'accentuer certains bruits comme la chaise râclant sur le sol. S'il était aveugle depuis très longtemps et avait donc oublié la majorité des couleurs-sa mémoire déformant les autres.- le Hapien se rappelait particulièrement du choc lors de son réveil et des premiers temps sans ses yeux. La coupure était nette, horrible, effrayante... Mais on s'habituait à tout, malgré soi, et l'outil principal pour reprendre contact avec le monde était l'ouïe. Le jeune Jedi à l'époque se rappelait guetter le moindre son qui pouvait le renseigner, et ce malgré son apathie apparente. Peu songeaient à aider un aveugle en déclenchant quelques bruits, si légers et subtils soient-ils sauf un autre aveugle.

-Bonjour Monsieur Janos.

Fit Luke en choisissant volontairement un terme courtois mais neutre. Il ne le nommerait ni comme un traître, ni comme un politicien. Avec lui, Lord Janos n'était rien d'autres qu'un aveugle qui nécessitait l'aide d'un jeune homme pourtant vétéran dans l'art de se diriger au milieu des nuances de noir. Râclant encore une fois une chaise, cette fois celle de l'homme, il l'interpella gentiment mais fermement et sans concession. Trop aider un handicapé aussi novice soit-il dans le domaine n'était pas l'aider.

-Veuillez vous assoir je vous en prie. Nous avons beaucoup de choses à nous dire. Premièrement laissez-moi me présenter. Je m'appelle Luke Kayan, j'ai été envoyé par la République pour vous guider dans votre adaptation à... Disons, votre nouvelle situation.

A laquelle précisemment pourrait se demander probablement le quinquagénaire ? Celle du politicien déchu ? Du prisonnier ou de l'handicapé ? Sans doute un peu des trois même si Luke était présent pour l'une de ces particularités, raison pour laquelle il avait seulement utilisé son nom pour se présenter et non son rang. Il n'était pas Jedi dans cette cellule bien que ce soit cette fonction qui avait décidé la République à le choisir comme "professeur". Non seulement il pourrait apprendre à Janos à utiliser la Force pour se diriger mais aussi se défendre en cas de problèmes. Ce que le Jedi ignorait sans doute en revanche, encore jeune, inexpérimenté et sans doute un peu naïf, c'est que son statut d'ancien apprenti de Saï Don l'avait peut-être propulsé dans cette mission dont il se serait bien passé sans pour autant se sentir dégoûté. Juste qu'il n'avait jamais été réellement prof et qu'il ne savait pas trop ce qu'on attendait exactement de lui. Les Jedis semblaient en effet avoir à coeur de surveiller un des "leurs" ayant quitté leur chemin et qui réapparaissait maintenant. Craignaient-ils les éclaboussures ? Loin d'être un de ces Jedis politiques qui veillaient aux apparences, un peu contraires à leur idéologie de base par ailleurs-bien qu'il en fallait en tant qu'institution publique.- Luke ne s'était nullemet posé la question, intérieurement curieux de connaître le parcours de Janos sans pour autant en faire une obsession. Pour le moment il était trop occupé à cacher ses doutes quant  son rôle de prof. Une réalité qu'il était bien sûr impensable de montrer à Janos devant lequel le Chevalier paraissait sûr sans pour autant verser dans l'arrogance. Au pire un peu procédurier et rigide, ce qu'il était malgré un bon fond.

-Tout d'abord, je me dois de vous transmettre une proposition de la République. Un programme de réhabilitation répondant à la chartre des droits des Prisonniers de la République vous offre la possibilité d'une opération afin de recouvrer la vue. Ce sera un processus long entre l'envoie de votre dossier médical, plusieurs examens, l'approbation... et l'opération mais sachez que votre... Hum... Accident est réversible. En attendant, je suis là pour vous aider comme je vous l'ai dit à vous adapter à votre cécité, étant donné qu'elle durera au moins 5 à 6 mois, mais également pourrédiger entamer les démarches et gérer les papiers si vous souhaitez accéder au programme. Vous n'êtes pas obligé de me donner la réponse maintenant.

Trouvait-il un tel programme juste ? Débourser les crédits du contribuable pour un vieux cinglé qui s'était lui-même retiré les yeux ? Encore une fois, ça n'était pas l'affaire de Luke bien que subjectivement, ce dernier donnerait plutôt la monnaie à des malades ou autres "véritables victimes" mais bon, les suicidaires aussi avaient le droit à une aide, et légitime en plus... Ne devaient-ils pas considérer l'acte de Janos comme un genre de suicide en, ironiquement, moins extrême ? Tant d'idéaux, de lois et de droits s'entrechoquaient que Luke préférait adopter une attitude neutre. L'attitude qui lui était demandé de toutes manières.


-Comme vous, je ne suis pas aveugle de naissance-commença le jeune homme, avouant du même coup et sans plus d'embages souffrir également du même handicap que son "élève."- j'ai donc connu le monde des voyants. Grâce à cette expérience, je peux comprendre le choc que cela a dû vous produire, nous allons tenter progressivement de passer outre en vous apprenant à ouvrir vos autres sens. Je commencerai par vous donner de simples astuces si vous le voulez bien... Ainsi qu'un matériel adapté.

Ignorant tout des réactions de son interlocuteur vu que très peu de temps était passé entre son arrivée et son petit discours, le jeune Jedi posa la canne d'aveugle sur la table, invitant Janos à la curiosité... Ce dernier pouvait choisir de tendre la main pour comprendre ce qui avait crée ce petit bruit métallique proche de sa personne ou l'oublier tout simplement, s'enfermer dans sa bulle et refuser les messages du Monde qui lui parvenaient toujours, seulement d'une autre manière.

-Des suggestions ? Des questions ?


Acheva le Jedi du même ton doux et diplomate quoique ferme, démontrant qu'il avait parfaitement organisé son cours. Il avait beau être dans le flou artistique le plus total quant à la suite des événements, Luke avait réellement tenté de rendre productive cette première rencontre. Tant par souci de bien faire que par stress. Qu'il se l'avoue ou pas, rencontrer Lord Janos, figure du podium politique de ces dernières années, ça faisait quand même "quelque chose".

[HJ: Tenue de Luke sans le noeud papillon: ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 668
Âge du perso : 54 ans
Race : Humain
Binôme : Plus personne pour l'instant.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Officiellement suicidé.
HP:
86/86  (86/86)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   Ven 24 Avr 2015 - 21:57

«Mais... Elle insiste vraiment...»

«J'ai dit non. Pas question de la voir. Enfin, façon de dire...»

Il y eut, un court instant, une certaine tension dans l'atmosphère. Thorn Kelen, debout, dos à la porte, se demandant comment il lui fallait réagir face à ce lapsus. Lord Janos, assis sur le même fauteuil que d'habitude, constatant dans un dépit enragé que le vocabulaire lui-même se moquait de lui.

«Avouez qu'elle est bonne, celle-là, non ?»

Se pourrait-il qu'il fît... une blague ? Janos, blaguer ? Non, impossible. Ironiser, oui. Mais blaguer... Surtout sur un sujet aussi sensible... Thorn Kelen préféra passer son tour, et attendre que le quinquagénaire reprît la parole. C'est d'ailleurs ce que fit ce dernier :

«Enfin bref, mettez-la dehors. Vous êtes mon garde du corps, non ? Vous devez me protéger, protégez-moi.»

«Mais tout de même... C'est votre mère... Et puis, elle a des choses à vous dire. Au sujet de votre futur avocat, je crois. Et aussi sur la possibilité d'avoir de nouveaux yeux, payés par l'État.»

«Je suis déjà au courant pour cette proposition d'opération, et ma réponse est non. J'assumerai jusqu'au bout. Du reste, j'imagine qu'elle veut me refourguer cet avocat de famille, le bureaucrate le plus stupide qu'aie jamais porté la Galaxie...»

«En effet. Enfin...», se reprit le garde du corps, constatant que son "en effet" pouvait valider la critique formulée par son protégé, alors qu'il ne voulait que confirmer l'information : Lady Janos comptait faire appel à l'avocat de famille. 

«Dites-lui que c'est hors de question. Et que j'ai déjà pris ma décision, pour l'avocat.»

«Bon, très bien.»

Janos entendit Thorn Kelen quitter la pièce et se confirma l'information en la percevant tant bien que mal par la Force. Il y eut quelques éclats de voix auxquels il reconnut le timbre exaspérant de sa mère, puis ce fut tout. Le silence revint comme auparavant, apaisant. L'ancien Lord décida alors de se lever, de s'étirer, et resta debout, sans bouger, désireux de se désengourdir, mais craignant de tomber s'il se mettait à déambuler à travers la pièce. La position droite et statique lui convenait le mieux, jusqu'à présent.

Ce fut pour l'ex-politicien l'occasion de songer de nouveau à son projet de vengeance. Ce projet qui l'obnubilait encore, la nuit dernière, alors qu'il ne parvenait pas à s'endormir, oppressé qu'il était par cette obscurité permanente et exaspérante. Ce plan... irréparable, impitoyable, sans retour possible. Mais après tout, pourquoi pas ? Ce serait l'acte d'un désespéré, mais n'était-ce pas sa situation présente : désespérée ? Quelle chance aurait-il de s'en sortir, tout bien estimé ? Autant entraîner dans sa chute l'ensemble du système : il y avait quelque chose de grand, d'héroïque, dans un tel geste. Bien sûr, le succès de cette entreprise reposait sur le général Telkaar : pourvu que celui-ci ait suivi ses instructions, surtout... Pourvu que la mécanique que l'esprit de Denos avait conçue s’enclenche correctement... C'est face à ce genre de situation que l'on ne peut que se remercier d'avoir prévu les choses d'avance...

Il s'imaginait déjà la réaction de la presse, l'exaspération de Scalia, l'humiliation de Keyiën, le harcèlement que subirait peut-être le gouvernement à cause de lui, et il fallait avouer qu'il s'y sentait bien, dans ce monde décadent que se construisait son imaginaire. Il s'y serait volontiers installé quelques heures encore, si le jeune Kelen n'était pas rentré dans la pièce une seconde fois - à force, Janos savait l'identifier au bruissement incertain que déposait la main du garde du corps sur la porte, chaque fois qu'il pénétrait dans le salon.

«Qu'est-ce que vous me voulez encore ?»

«C'est le Jedi que vous envoie le Temple pour réapprendre à vous repérer dans l'espace.»

«Ah... Oui... Déjà ?»

«Oui, il est quatorze heures.»

Même le cours du temps perdait de sa rationalité quand on était aveugle. Exaspérant, oui...

«Bon, faites-le rentrer. Ça va me faire passer le temps intelligemment, au moins.»
* * *


Le jeune Jedi - Luke Kayan de son nom - venait de terminer sa présentation. Janos l'avait écouté d'une oreille mi-amusée, mi-ennuyée, tout en percevant à travers la Force un certain embarras dans son attitude. Cet émissaire essayait de se donner un genre, manifestement, de se pose en maître de la situation. Quand on ne disposait plus que des yeux de la Force pour observer l'attitude d'autrui, ces détails cachés et souterrains, que l'on saisissait habituellement à une crispation latente ou à un timbre de voix un peu trop tremblant sur les bords, se parait d'une évidence, d'une visibilité réservée à bien peu de monde en somme.

Mais Janos tiqua tout de même en découvrant la véritable nature de son "thérapeute".

«Alors, comme ça, vous êtes aveugle, vous aussi...», lança-t-il d'un ton difficile à ranger dans une case, entre ironie, agressivité et dépit amusé.

Il avait cru comprendre au petit bruit lancé contre le mur et aux images floues que lui transmettait son aura de Force que le jeune Luke Kayan était venu avec une canne, et qu'il l'avait ensuite posée sur la table.

«Vous devez m'en vouloir, alors, hein ?», reprit-il sur le même ton. «M'arracher les yeux, tout seul, à la manière d'un gamin capricieux... Il y a de quoi faire enrager des gens comme vous, qui n'ont rien demandé à personne. Et puis m'offrir une nouvelle paire d'yeux, aux frais du système de santé publique, alors que je suis responsable de tout... Il n'y a pas de justice sociale, pas vrai ? Tout pour les privilégiés ! Enfin, soyez rassuré sur ce point : je vais refuser.»

Janos fit un mouvement en avant, tendant la main vers ce que ses sens avaient réussi à percevoir comme la canne. On aurait dit qu'il allait s'en emparer, mais non : cachant une forme de provocation sous une forme d'inadvertance, il prit en fait le petit paquet de cigarette qui traînait sur la table et qu'il déposait toujours exactement au même endroit.

«Je vous autorise donc à me haïr.», dit-il en ouvrant le paquer. «Rien de plus légitime, au fond. Moi-même, je me haïrais, si j'étais à votre place.»

Et sur ces mots, qu'il prononça d'un ton calme et légèrement persifleur, il s'alluma nonchalamment une cigarette.

«Ah ! Elle est bien bonne, quand même, non ? Un jeune Jedi comme vous, en charge d'un vieux dingue comme moi accusé de connivence avec les Sith. Je pourrais même être un Sith, au fond... Oui, ça me fait rire ! Et il faut bien en rire ! Mais peut-être est-ce parce que je n'ai plus d'yeux pour pleurer...»
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2439
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   Dim 26 Avr 2015 - 15:58

Haine.

Luke et elle s'étaient suffisamment cotôyé pour se connaître tout en restant étrangers l'un à l'autre. Ils se frôlaient, fôlatraient sans jamais passer les limites inconsciemment imposées par l'autre. Luke l'observait creuser des sillons dans le cerveau des autres, elle se riait de sa personne, le faisant frissonner, jusqu'à le rendre malade. En effet, le jeune homme peinait à supporter les sentiments trop négatifs à cause de sa relation particulière avec la Force. Là où chaque être sensible naissait neutre puis devait choisir sa voie, lui avait été crée déjà lumineux, doué et extrêmement réceptif mais déséquilibré, incapable de se sentir à l'aise face à la puissance du côté obscur. Comme quoi, même les déséquilibres avaient leurs propres moyens pour continuer à avancer sur le fil de la vie, s'équilibrant d'eux-même.

Ainsi, la colère soudaine du quinquagénaire eut le mérite de faire sursauter le Hapien malgré son calme olympien habituel. Une telle décharge n'était nullement prévisible, émanant d'un corps harassé par la douleur physique et psychologique. Luke n'osait d'ailleurs même pas imaginer la souffrance que cet homme avait enduré en s'énuclant, ni celle qui l'avait mené à ce geste par ailleurs. Tout ce qu'il avait lu ou entendu sur Janos se révélait faux jusqu'à maintenant. D'homme ordonné, maître de ses émotions il semblait hors de lui, fautant à toutes les règles de courtoisie et imprévisible, incapable d'aligner ses pions sur un échiquier comme savaient le faire les politiciens. Ensuite, qui pourrait vraiment lui en vouloir ? Des aveugles qui n'avaient rien demandé à personne, certes. Des Jedis socialistes comme Carla, oui. Mais pas Luke... La carrière de Janos ne lui faisait ni envie, ni ne le dégoûtait, que les crimes commis s'ils étaient réels soient punis par la Grande Justice de la République.

-Haïr ? Vous qui avez été Jedi devriez vous souvenir de votre formation quant à ce sentiment, non ?


D'un air détaché, le jeune Jedi attendit patiemment que le quinquagénaire finisse son discours. Etrangement, malgré le noeud qui se formait dans son ventre à cotôyer ainsi tous ces sentiments négatifs, le jeune homme se sentait à chaque fois moins gêné. Lui qui s'était attendu à un grand personnage intimidant trouvait face à lui, un enfant égaré, particulièrement sordide, oui, mais un enfant. Un paumé de la société qui n'avait plus pour seuls repères, que son talent d'orateur égratigné, son intelligence certainement intacte mais désordonnée et deux trous à la place des yeux.

-Vous avez une drôle de définition du "caprice".

Ironisa Luke avec malgré lui, un léger sourire. Il n'imaginait certainement pas un enfant mécontent s'arracher les yeux parce qu'il n'avait pas obtenu le jeu désiré. En réalité, Janos était une victime, une victime de sa vie délurée et exigeante de politicien, souvent ingrate, risquée aussi par ailleurs. Pour avoir choisi la voie de la diplomatie, Luke avait un petit aperçu d'où pouvaient mener les paroles, du danger représenté et du prix à payer parfois. Côme pouvait être coupable ou non, se retrouver ici pour avoir tué la poule aux oeufs d'or par avidité ou n'être que le pion sacrifié d'une machination. Peu importe, lui ne jugerait pas bien qu'il se serait certainement montré plus froid s'il avait été en face d'un meutrier d'enfants avéré. Non, pour le moment et il l'espérait, pour longtemps encore, Luke n'avait aucune raison de détester Janos personnellement, c'était juste un pauvre vieux aveugle dont l'intelligence servait à éviter qu'on le prenne en pitié. Il en était là oui, à la limite de recevoir toute la condécendence de certains là où le jeune Chevalier s'acharnait à agir avec neutralité, tournant 7 fois sa langues dans sa bouche avant d'exprimer calmement son point de vue. -c'était le cas de le dire.-

-Je ne vous en veux pas. Certains de mes proches aimaient la vie, ont lutté pour mais sont morts pour une raison ou une autre. Dois-je en vouloir aux suicidaires pour autant ? De la même façon que l'on pourrait me haïr pour avoir été secouru là où d'autres n'ont pas pu l'être. Nous avons nos chances, nos malchances, nos histoires qui coïncident, en parallèle où s'entrechoquant violemment. Vous détester ne me servira à rien, de même que ce programme a été établi par la République après de multiples concertations pour respecter au mieux les droits de chacun, sachant qe même les prisonniers en ont... Si vous pouvez vous faire opérer, je vous conseillerais de le faire. Sans doute au nom de ceux qui n'ont aucune chance d'y accéder.

Luke s'exprimait d'une voix tranquille voir douce et cette fois réellement sûre de lui, insinuant que lui-même n'avait pas le profil pour retrouver la vue. Si ses yeux semblaient toujours vivants, réagissant même à la lumière ou ayant l'air de regarder la personne à qui il parlait, néanmoins les nerfs optiques étaient complètement grillés. On pourrait bien lui mettre de jolies prothèses que la communication jusqu'au cerveau était irrémédiablement coupée. Luke s'était fait à l'idée, valorisant d'autant plus des grands miracles comme avoir pu regarder dans le cokpit d'un vaisseau à travers les pupilles d'Halussius ou des yeux de son amant au moment physique le plus intense. Malgré son attitude parfois fataliste, il était plutôt idéaliste, se focalisant sur le positif. En effet, à force de méditations, le jeune homme était parvenu à gommer certains sentiments non souhaités chez les Jedis tels que la haine, haine crée via le parti prix bien souvent. La chance qu'avait Janos de retrouver sa vue ne lui retirait absolument rien et le contraire ne l'avancerait pas non plus. Autant donc se réjouir ou dans le pire des cas y être tout simplement insensible.

A ce propos, si comme tout à chacun le Hapien avait ses limites, il était bien plus difficile à énerver que la majorité de ses pairs, abordant un air impassible et diffusant à chacune de ses paroles un peu de cette Force qui l'accompagnait tout le temps. Une aura douce et chaude qui se voulait apaisante, enveloppant la cellule dans l'optique de s'opposer pacifiquement à l'ire de son occupant.



-Si pour une raison ou une autre, vous ne souhaitez pas être opéré, c'est votre droit. Je le respecterai, néanmoins nous avons alors d'avantage intérêt à nous mettre au travail pour vous habituer à votre cécité définitive.

Acheva plus fermement le Chevalier qui tendait l'oreille depuis un moment et avait fini par se demander ce que fichait son "élève" vu qu'aucun clang ne daignait résonner. Visiblement donc, l'homme n'avait pas saisi la canne d'aveugle et ce malgré le frottement presque inaudible d'un bras qui se déplace au-dessus d'une table. Le tissu se plissant légèrement avait trahi geste, tandis que le silence puis les mots de Janos avaient achevé de confirmer les soupçons du blond. Il lui faudrait jouer les psychologues avant d'espérer être professeur avec ce client là.

L'odeur de cigarette répondit à sa question précédente concernant les agissements de son vis-à-vis. D'un petit geste de la main, ayant parfaitement localisé l'objet, le jeune homme envoya une onde de Force minime pour éteindre le mégot. Si Janos jouait au dur avec lui, Luke devait répondre bien que dans une moindre mesure pour espérer obtenir le respect de ce dernier. Ou tout du moins, son oreille.


-Un Sith ? Vraiment ? Et quel nom auriez-vous en tant que tel ?

Sans colère ni ironie, juste impassible, Luke lui avait posé cette question d'un air si détaché que rien ne pouvait sembler le toucher. Pour autant, les confidences de l'homme l'intéressaient du moment qu'il ne savait pas du tout comment l'aborder.

-Dans tous les cas, je pense que vous n'êtes pas un homme à aimer dépendre des autres. Du moins, c'est ce que j'ai cru comprendre même si jusqu'à présent tout semble faux. Mais donc, en supposant que vous n'êtes pas du genre à vous complaire dans votre marasme... Par où commençons-nous ?

Un ton ouvert, un sourire sur les lèvres. Luke avait choisi d'ignorer superbement les plaintes et coups de colère de son interlocuteur pour se focaliser sur l'apprentissage de ce dernier. Oh oui, il avait bel et bien l'intention de rapidement commencer son travail bien qu'il reste ouvert à l'écoute, c'était aussi son boulot après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 668
Âge du perso : 54 ans
Race : Humain
Binôme : Plus personne pour l'instant.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Officiellement suicidé.
HP:
86/86  (86/86)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   Jeu 30 Avr 2015 - 16:35

«Jedi ? Moi ? Oh, non !»

La phrase avait fusé, rigoureuse, violente, impitoyable. Seul un homme véritablement convaincu de ses affirmations pouvait parler sur un tel ton : Janos n'était plus Jedi, et il le revendiquait.

«J'ai quitté le Temple il y a maintenant... presque trente ans. Ce qui m'a laissé l'occasion de prendre mes distances par rapport à tout ce que l'on m'y a appris. Et croyez-moi, la haine peut constituer un excellent moteur... C'est elle qui paramètre le mouvement poursuivi par l'Univers, me semble-t-il. Votre petite enclave exceptée, bien évidemment.»

Sur ces mots, il se leva d'un coup, sa cigarette toujours en main, fit un pas en avant, sentit le bord de la table lui effleurer le genou, s'interrompit net. Cette conversation l'agaçait déjà : il ne se sentait pas l'âme de discuter, ni de son expérience comme Jedi, ni de sa représentation du Code, ni de quoi que ce fût. Son esprit s'était retrouvé vidé de tout projet par l'accusation portée à son encontre. La trahison dont il avait fait l'objet s'était abattu sur lui comme un ras-de-marée sur une ville, emportant avec elle ambition, projets politiques, idéaux, tout. À la place, dans les territoires de son esprit ravagé par la haine, il ne lui restait plus qu'une idée, une seule : vengeance, vengeance, vengeance ! Peu en importaient les conséquences : dût-il déclencher une guerre galactique, dût-il causer la mort du Chancelier, il se vengerait.

«Je pourrais vous dire que vous avez une bien belle philosophie, Chevalier Kayan. Je vous pourrais vous dire bien des choses, en somme. Nous pourrions discuter valeurs, Code Jedi, ou que sais-je. Nous pourrions nous demander si tout ce que j'ai fait en valait vraiment la peine... Si cette longue carrière a abouti à quelque chose... si ses fondements... Ordre... Paix... Harmonie...»

Il s'interrompit peu à peu, laissant la logique de sa phrase se perdre dans les méandres de sa pensée. Pendant quelques instants, il donna l'impression de s'être estompé, éclipsé de la conversation, fixant toute son attention sur ces trois mots qu'il répéta d'une voix fébrile : «Ordre... Paix... Harmonie...», et qu'il conclut de ce quatrième membre : «Cosmos.», avant de reprendre en criant à moitié, d'un ton trop avenant pour ne pas être forcé :

«Mais ça ne nous avancera à rien, n'est-ce pas ? J'ai beaucoup de respect pour votre vision des choses : vous refuser cette haine à mon égard est tout à votre honneur ! Ça oui !»

L'effet de variation qu'il venait de produire malgré lui devait donner, vu de l'extérieur, une impression de folie douce, de quasi-schizophrénie. Ce comportement était tout à fait incongru : et au cœur de cette absurdité, une terrible anxiété, une tension aliénante. Le grand et machiavélique Lord Janos semblait se métamorphoser en un simple illuminé qui n'avait d'autre ambition que de venger sa carrière démolie - et ce n'était qu'un début, une toute petite propédeutique qui laissait présager un avenir bien plus sinistre encore.

«En tout cas... Ne vous inquiétez pas pour ces histoires de Sith... Ce n'était qu'une façon de dire... Mais j'avoue que si j'étais un Sith, je me ferais appeler... je ne sais pas... Darth... Darth Janos, ce n'est pas terrible, hein ? Un truc en -nos, oui ! Ça sonne bien ! Enfin bref...»

Une interruption.

«Vous avez raison : commençons les cours, ça me fera du bien, de penser à autre chose... Et non, me complaire dans mon marasme, moi ? Oh, non, ce n'est pas mon genre.»

Il pivota sur lui-même et se tourna vers ce qu'il croyait être le corps de son interlocuteur, avant de comprendre que depuis tout à l'heure, il s'adressait en fait à la plante.

«Ah... Zut... En fait...»

Il fit alors volte-face, mais son geste trop brusque l'amena à se cogner contre la table. Sa jambe droite eut alors le mouvement totalement illogique d'une machinerie enrayée, fléchit, entraîna Janos dans une trajectoire à laquelle il ne s'attendait pas du tout... Et ce fut la chute. La déchéance du Lord, non pas au sens métaphorique de l'expression, mais dans ce qu'elle avait de plus concret et de plus piteux. Un vieil homme démoli qui tombe, bêtement, comme un mendiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2439
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   Jeu 21 Mai 2015 - 6:57

[HJ: Pour ne pas te jouer, je n'ai pas dis que tu t'es relevé, mais si tu le fais, imagine déjà que l'exercice suivant t'as été donné, tu peux donc le faire: il s'agit de traverser la cellule, guidé par les bruits que fait Luke. En espérant que le Rp te plaise :/ Je le trouve moyen pour ma part et j'en suis désolé.]

-Le problème avec la haine, c'est qu'elle paramètre surtout la politique ces derniers temps.

Répondit Luke, la voix imbibée d'une tranquilité déconcertante. C'était à croire que rien ne pouvait le détourner du sentiment prédominant chez lui, encore moins aujourd'hui où il ne pouvait se permettre aucun impair. En réalité, le jeune homme cachait un agacement grandissant à l'encontre de ce "vieillard" gémissant qui rejetait tout son précieux apprentissage, celui auquel seule une infime partie de la population avait accès. Pourquoi refuser qu'on le lie aux Jedis ? Pensait-il vraiment que c'était une époque sombre de son histoire ? Peut-être devrait-il y réfléchir et comparer sa situation avant et maintenant, totalement détruit avec deux orbites vides. Se mordant légèrement la lèvre inférieure pour éviter d'opiner de trop, le Chevalier se rappela à temps que sa neutralité devait valoir autant pour ce qui l'arrangeait que ce qui ne lui convenait pas. Défendre de trop l'Ordre serait rentrer dans un débat qui lui était formellement déconseillé. Janos avait le droit de critiquer, du moment qu'il n'insultait pas. C'était sa vie, s'il regrettait d'avoir été un jour Jedi, grand bien lui fasse, qu'il continue à haïr, sachant que ce sentiment ayant la réputation de rendre aveugle ne ferait donc que doubler sa nouvelle cécité.

La moquerie déguisé sous un ton avenant fit simplement hausser un sourcil au blond bien que le demi-cri avait eu le mérite de le faire-encore une fois- sursauter. Cet homme serait-il devenu déjà fou ? Luke savait que sa nouvelle vision -ironie quand tu nous tiens- des choses le mènerait à sa perte mais il ne pensait pas que la haine l'avait déjà détruit à ce point. Vaguement peiné pour le quinquagénaire, le Chevalier choisit soigneusement ses mots pour éviter de trop s'impliquer tout en redirigeant son interlocuteur vers autre chose, l'acceptation peut-être.

-Je sais qu'il est difficile de croire que la paix puisse exister, surtout lorsque l'on mène sa vie tambour battant et qu'elle nous fait tomber plusieurs fois. Mais... Sans elle, la définition du Chaos lui-même n'aurait aucune raison d'exister. Tout comme je ne nie pas que, malheureusement, la paix n'aurait aucun sens sans la haine, mais si on pouvait la cantonner à des excès moindres, ce serait déjà ça. Désormais que vous en êtes là, soyez sûr cependant qu'atteindre la tranquillité de l'âme est votre meilleur objectif, celui qui vous mènera le plus loin.

Apprendre à un aveugle haineux à voir clair ? Luke avait une lourde tâche devant lui, cependant il ne renoncerait pas car c'étai une mission que lui avait donné le Conseil ainsi que la Force elle-même. Les oreilles bien ouvertes, le Jedi attendit les réponses, s'étonnant de percevoir le filet de voix de l'homme se diriger dans un sens pour le moins... Désordonné, comme s'il lui parlait carrément de dos. Mais tandis qu'il allait l'interroger sur l'étranger phénomène, induisant une gentille ironie pour l'aider à s'en amuser et sortir de son marasme, son interlocuteur parut s'apercevoir de sa méprise. Luke allait donc le féliciter mais encore une fois, les choses se précipitèrent... Un bruit de chute résonna, faisant écho dans la cellule. Avec un peu de mal le Hapien localisa la véritable origine du bruit, sachant que les échos étaient les ennemis des aveugles, se dispersant dans tout l'habitacle concerné. Heureusement, Luke disposait d'une ouïe particulièrement fine, sans compter que la cellule n'était pas bien grande; il trouva donc assez rapidement le corps au sol et se baissa, toujours de cette façon caractéristique: la tête et le dos bien droit.

Sa main se tendit pour trouver le corps étendu au sol, frôlant l'épaule, il remonta avec une certaine agilité jusqu'au poignet du quinquagénaire, habitué à calculer les proportions humaines mieux encore qu'un dessinateur réaliste chevronné.


-Ce n'est rien,
-Commença-t-il, épargnant à l'homme l'habituel "ça va ?" de convenance. Qu'il se soit fait mal ou pas, Janos chuterait bien d'avantage encore dans les semaines à venir. Luke n'avait pas aimé que l'on perde du temps à le consoler lorsqu'il tombait, et il supposait par extension que l'ancien politicien non plus n'était pas du genre pleurnichard. Mieux valait utiliser son temps à essayer de se relever, minimiser l'impact de cette chute et de celles à suivre pour continuer l'exercice. A ce propos, le Chevalier bien qu'ayant une voix douce et compatissante demeura ferme, sans concession et surtout sincère quant au futur proche de Janos. Il allait souvent rencontrer le sol, découvrant la joie des marque de pavés sur la joue, la froideur du marbre qui brûlait les mains et l'art de se reproduire des poteaux bien plus nombreux en ce monde qu'aucun voyant ne le soupçonnait.-

C'est en tombant que l'on apprend et cette maxime est encore plus vraie pour les aveugles. Attrapez ma main et redressez-vous doucement.

Plongeant ses doigts fins dans la paume -qui lui parut cailleuse à tort ou à raison- de Janos, sans pour autant les fermer, le Jedi lui laissa le choix de rendre la poignée plus solide pour s'appuyer dessus ou d'y échapper. De son autre main, il tenait la canne d'aveugle pliée prête à servir. Une autre règle des non-voyants... Toujours tout avoir à portée.

-Vous pouvez aussi vous aider des murs, ce sont généralement des alliés de taille même si un tableau ou quoique ce soit accroché à votre hauteur peut causer des dégâts. Lorsque vous commencerez à comprendre les fondements, nous irons dans la cour intérieure de la prison qui sera mise à disposition exprès pour nous en temps voulu, ensuite nous irons dans celle extérieure... Mais pour l'heure, je vais vous demander de vous concentrer sur les bruits, guidez-vous à l'oreille et laissez la Force de côté. Ne sachant rien pour le moment, vous risquez surtout de vous épuiser.

Dès que Janos se serait relevé, il se placerait à l'extrémité de la pièce, tapotant de manière régulière et fréquente sur les barreaux, puis sur le mur dont le son plus mat était difficile à localiser. Son élève aurait le choix de tenter une traversée périlleuse en diagonale ou sûre quoique plus longue en perpendiculaire, une main collée au mur. Toujours est-il que l'Ex politicien devrait déjà marcher. Avec Luke il devait comprendre que malgré un soutien indéfectible couplé à une grande patience, il n'aurait pas d'autre choix que d'avancer, le Hapien n'étant pas habitué à verser dans le larmoyant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 668
Âge du perso : 54 ans
Race : Humain
Binôme : Plus personne pour l'instant.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Officiellement suicidé.
HP:
86/86  (86/86)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   Sam 20 Juin 2015 - 15:36

Spoiler:
 


Au moment même où son visage vint se heurter au sol, au moment où ses lèvres en vinrent lécher la poussière, où un arrière-goût de sang vint lui imprégner les papilles, Janos comprit. Il comprit que c'en était fini. Qu'il ne pourrait plus jamais faire marche arrière. Que son grand projet était mort, déchu, que ses idéaux n'adviendraient jamais.

Ce ne fut pas seulement une prise de conscience. Ce fut aussi... une révélation. Il y eut, dans la seconde d'intervalle où son visage alla rejoindre le bas, une image, une illumination. Noire illumination... Il crut se voir lui-même avouer l'inavouable. Puis des silhouettes lui dansèrent sous les yeux, prirent le visage de politiciens qu'il connaissait bien, avant de se dilater de nouveau dans l'ombre. Enfin, un très bref instant, son propre corps lui réapparut, drapé des habits de Chancelier Suprême, régnant sur une République différente de celle-ci, avant que tout ne s'effondrât de nouveau, laissant place à un vieux détenu aveugle au cœur d'une cellule carrée et minuscule. Ces images, soudaines, incontrôlables, avaient la même texture que celles qui lui étaient apparues deux ans plus tôt. Partout, toujours, le chaos. Était-ce cela ? Était-ce vraiment cela : l'avenir ?

«Je... n'y... arriverais... jamais.»

Où était passée la voix vibrante de cet orateur chevroné qui savait mobiliser les foules sur Aargau ? Où était-elle, cette voix que même les sénateurs les plus têtus craignaient, quand elle s'élevait dans la Rotonde ? Que restait-il du grand Janos que l'on admirait, détestait, louait, dénonçait ? Rien. Il n'en restait déjà plus rien.

«Laissez-moi. Laissez-moi crever dans mon coin. C'est tout ce qu'il me reste.»

Le cœur semi-artificiel qui lui avait permis de traverser toute cette existence tempétueuse battait à tout rompre, comme pour s'échapper de sa poitrine. Il sentait en travers de sa gorge une boule de métal lui interdire de respirer, et dans le ventre un poids lui imposer une gravité terrible, étouffante.

La peur... Il l'avait déjà ressentie, jadis. Peu de fois, il est vrai, très peu de fois. Il n'avait pas eu peur quand la station de Flydon Maxima lui avait explosé sous les yeux. Il n'avait pas eu peur quand il avait prêté allégeance à Darth Ynnitach. Il n'avait pas eu peur quand il avait fait tuer son père. Non, son ascension s'était faite dans la résignation, dans la détermination. Mais encore avant, quand s'étaient forgés ses idéaux, là, il l'avait vraiment ressentie, la peur : quand la bombe avait explosé et lui avait arraché la moitié de son corps... quand il avait décidé d'extraire une enfant des rues et d'en faire sa créature... quand celle-ci avait disparu, également, quelques mois plus tôt...

Les sentiments qui tourbillonnaient en lui à ce moment précis n'étaient pas tout à fait de cette nature. La peur qu'il avait ressentie, au début de cette folle course vers le pouvoir, était créative : elle lui avait permis de se transcender, d'évoluer vers des formes de pensées nouvelles et inédites. Cette fois, c'était une peur purement déceptive, tournée vers le chaos et l'humiliation.

Janos n'écouta pas un seul mot de ce que lui dit le jeune Jedi - le pauvre ! Tous ces efforts pour rien... Le futur ex-politicien était tourné vers sa propre misère, piteusement, égoïstement. Et sur sa joue, une larme... Une larme de désespoir...

«Oui... Vous perdez votre temps avec moi. Il y a bien mieux à faire, dans cette Galaxie. Des gens à sauver. Une guerre à mener. N'importe quoi. Mais moi, je n'en vaux plus la peine. C'est trop tard.»

C'était trop tard, en effet. Mais il lui restait encore une possibilité. Une seule. Détruire le reste du monde qu'il avait bâti autour de lui. Accuser le Chancelier et le Vice-Chancelier pour les voir sombrer dans le même gouffre que celui où ils l'avaient plongé. Voilà ce qu'il lui restait à faire.

Et c'est ainsi que, du fond du trou où il se trouvait, imbibé de haine et de rancune, il trouva tout de même la force de sécher sa larme, de se relever, et de traverser la salle sans plus tomber, d'une traite, pris d'une énergie brute, dévorante. Ironie du sort : Darth Deinos venait de réussir l'exercice que lui avait imposé Luke Kayan en utilisant le Côté obscur de la Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2439
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   Dim 12 Juil 2015 - 1:12

[HJ: Je te comprends parfaitement, d'ailleurs j'ai tardé, je m'en excuse aussi :/ J'espère que le rp te plairas, même s'il me paraît un peu destructuré et bizarre... Je pense qu'il mène doucement à la conclusion... Mais rien ne nous empêche d'en recommencer un. J'en serais ravie pour ma part en promettant d'ailleurs des délais plus courts ! ]

D'habitude, les gens parlaient sans agir, cette fois-ci c'était le contraire. Janos avait réussi l'exercice mais continuait de se plaindre. S'était-il seulement rendu compte qu'il avait atteint son but ? En chutant, en grimaçant certes mais il avait réussi. Luke ne souriait pourtant pas, au contraire, son visage habituellement serein tendant vers le neutre ou fermé et concentré se montrait grave. Le côté obscur avait envahi la cellule, une seconde certes, mais une seconde intense pendant laquelle le Hapien s'était senti vacillé. Par instinct il s'était raccroché au mur qu'il frappait précédemment pour indiquer le chemin au sénateur déchu.

-C'est bon ? Avez-vous terminé de pleurer ? Si non, sanglotez votre comptant puis séchez vos larmes -Bien sûr, le Hapien parlait au sens figuratif du terme, incapable de voir son interlocuteur pleurer physiquement, surtout pas s'il n'y avait qu'une seule larme, petite guerrière de sel cruelle et salvatrice à la fois, creusant son sillon dans la chair de sa victime.- alors peut-être pourrons-nous retrouver Lord Janos le roc, le Maître de l'Ordre, l'Homme déterminé pour espérer faire quelque chose de productif.

Le charisme de Luke s'exprimait peut-être à travers son physique parfait de Hapien mais il y avait aussi cette étrange capacité d'oxymore dans les tonalités de sa voix. A la fois douce et incisive, sa voix se refusait à flancher devant un vieillard pleurnichard, si important fut-il en son temps- pas si lointain d'ailleurs.-. Le jeune homme consentit toutefois à adopter un ton plus égal pour parler de ce qui lui semblait être le fond du problème, d'ordre plus... Psychologique.

-Vous ne pouvez pas ou vous ne voulez pas ? Je me doute que votre situation instable vous rend versatile, tantôt désireux de ne pas "être un poids" pour reprendre vos termes, tantôt fragile, prêt à vous délaisser totalement. La seule chose qui peut vous aider à vous décider définitivement est une référence qui n'a jamais changé, demeurant la même du début à la fin. Faites appel à votre caractère profond, au caractère du jeune Côme Janos. Là, vous vous retrouverez vous-même ainsi que vos réels désirs et besoins.

Ton patient, mots soigneusement choisis pour éviter un long discours ennuyeux. Luke essayait de sortir de son amour pour la théorie pour le mieux. Jouer sur la corde sensible n'était pas son truc bien qu'il soit naturellement empathique, juste que ce fameux sens était bien rouillé, entravé par ce qu'on lui avait enseigné de l'attachement. Comment trouver la moyenne exacte entre la compassion et la force du coup de pied au derrière nécessaire pour faire décoller ce cher Lord Janos ? Au moins, aucune pitié ne perçait dans les tentatives de communication avec l'étrange homme dont le mental le fascinait autant qu'il l'agaçait pour tout dire. Sans compter le troisième mais non moins important problème. L'utilisation du côté obscur. Or, il bien sûr impensable de traiter Janos comme un apprenti qu'on réprimanderait pour s'être un peu trop approché de la corde raide. Luke n'avait plus qu'à ravaler sa morale qu'il savait parfois gênante dans ses propres négociations. Ses propos parfois patriarcaux étaient un défaut que Saï lui avait conseillé de corriger. Un peu de fermeté valait dans certains cas mais mieux valait s'arrêter à temps. Tout le monde ne pouvait pas être aussi droit que lui, et même pour un aveugle, tout ne pouvait pas être blanc ou noir. Il y avait parfois des traces de gris et des gens qui n'acceptaient pas les critiques à son instar, parfait petit soldat discipliné prêt à changer pour s'améliorer.

-Au moins, vous y êtes parvenus, c'est déjà bien. Néanmoins, vous ne tiendrez pas longtemps à ce rythme. Votre... Façon d'en appeler à la Force dirons-nous demande une grande dépense d'énergie, sans compter que vous n'y aurez pas toujours accès. Premièrement il vous faut réapprivoiser votre corps.

Ouf, il avait botté en touche. En revanche, son ton calme cachait une tension interne assez élevée. Bien sûr, le jeune homme savait que Janos avait un lien avec la Force, néanmoins, le sentir en vrai l'avait secoué. Difficile de se défaire de l'image du Sénateur charismatique, certes maniaque mais "propre". Rien qu'à l'idée qu'il pourrait être ce fameux Deinos-nom balancé d'un ton moqueur et certainement pas crédible.- et que de véritables Siths s'étaient ainsi infiltrés dans les hautes sphères de la République faisaient frissonner l'échine du Hapien. Il ne détestait pas ces personnes, pas plus qu'il ne haïssait Janos, néanmoins, restant humain -ou plutôt proche-humain dans son cas- Luke ne pouvait s'empêcher d'avoir peur. Sans compter son extrême sensibilité au côté obscur proche d'une allergie.

-Bien, une dernière fois si vous vous en sentez le courage, ensuite je vous laisserai avec quelques devoirs le temps que je revienne. Les gardes sont au courant, il vous feront pratiquer dans la cour. Prenez ça du bon côté, c'est une occasion de sortir plus qu'une heure par jour.


Pas même moqueur, juste optimiste voir même sympathique Luke n'avait pour seule vocation que l'adoucissement d'une ambiance tendue, plongée dans une tristesse profonde imbibée de colère. Quant à sa proposition de laisser la répétition d'exercices pour la prochaine fois, elle visait à ménager un peu l'ex-Sénateur. Encore une fois, ce n'était pas son apprenti même si Luke avait réellement envie de le secouer. Janos n'était pas qu'un adepte du côté obscur, le déclencheur de toute une guerre dans la Rotonde et même sur plusieurs planètes, c'était son protégé et celui qu'il devait surveiller.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oeil pour Oeil [PV Darth Deinos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-