La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Evengellyne Belluma - Entre la liberté et la loyauté à l'ordre [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evengellyne Belluma
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 284
Âge du perso : 25 ans
Race : Zabrak
Binôme : Prête à en avoir un s'il en vaut la peine

Feuille de personnage
Activité actuelle: Médecin au Medcorps
HP:
90/90  (90/90)
PF:
103/103  (103/103)

MessageSujet: Evengellyne Belluma - Entre la liberté et la loyauté à l'ordre [terminée]   Ven 10 Oct 2014 - 22:10

Nom : Belluma

Prénom :
Èvengellyne mais souvent surnommée Ève

Âge :  Èvengellyne a fêté ses 22 ans il y a peu.

Race :
Èvengelyne est comme sa mère une Zabraks. Elle mesure tout juste 1 m 60.

Côté de la Force : Lumineux


Rang désiré : Chevalier jedi (si possible évidement sinon je reverrai ma fiche :) )


Sabre laser :

Èvengellyne possède un sabre laser dont le manche est de taille moyenne, environ 24 cm avec une lame bleue. Sa poignée fait 5 cm. Elle épouse la forme du poing serré. Elle est gravée avec ses initiales et un flocon de neige. Son sabre possède également un cristal d'Adegan bleu cobalt trouvé sur la planète Illum. Cette couleur est le symbole de sa combattivité malgré le fait qu'elle privilégie la sagesse à la force brute. Par ailleurs, Èvengellyne apprécie énormément le bleu lui rappelant le ciel se reflétant sur les glaciers de sa planète natale. Une vraie sentimentale. Le manche de son sabre possède un petit mousqueton lui permettant de l'accrocher à sa ceinture. Elle peut également le porter dans un fourreau attaché au haut de sa jambe à la limite d'une jarretière. 
De plus, on peut trouver sur son manche de petites gravures. Elles représentent les montagnes de Nelvaasn et ses glaciers. On y voit également un crissant de lune semblable à son tatouage frontal.
Par ailleurs son sabre mesure 1 mètre 30 environ (lame comprise). Il est plutôt léger et maniable. Ève lui a inséré des boutons permettant notamment de modifier la longueur de la lame. Si en temps normal; la lame mesure environ 1 mètre, elle peut dansa version courte mesurée jusqu'à 20 cm. Elle privilégie se mode pour des activités de précision.

Caractéristiques :

Force : 3/6
Dextérité : 3/6
Agilité : 3 (+1) = 4/6
Constitution : 5/5
Intelligence : 4/6
Sagesse : 4/5
Charisme : 4 (+1) = 5/6

Pouvoirs :
Amélioration des Capacités (niveau 1)
Détection (niveau 2)
Télékinésie (niveau 2)
Voile de Force (niveau 1)
Protection de Force (niveau 1)
Absorption de Force (niveau 1)
Guérison (niveau 2)
Persuasion
Langage des bêtes (niveau 1)(niveau 2)

+ Collier felucien aux propriétés mystiques (PF +7)

Points Forts :


Èvengellyne est quelqu'un d'intelligent. Son principal point fort est sa connexion à la Force. Elle est assez brillante, voir talentueuse. Ce que certains prendraient pour un point faible, elle le considère, elle comme une force.  Il s'agit de son obstination. Une vraie tête de mule. Autant le dire franchement. Une fois qu'Èvengellyne a une idée en tête elle n'en démordra pas.
Ève est une femme agile et souple. Elle agit toujours avec grâce.

L'un de ses autres points forts est sa beauté. Autant ne pas le cacher, Èvengellyne est belle même très belle, à condition d'aimer les Zabraks. Évidemment, les cornes sur la tête cela ne plait pas à tout le monte. Mais si on est sensible à ce charme, alors Ève fait des ravages. Or, il faut le dire, ce dont de la nature est un atout non négligeable. Ajouté à cela, il faut noter qu'Ève est une femme sportive. Elle est par conséquent assez endurante. Par ailleurs, son origine Zabrak accroit sa résistance physique aux chocs.
 

Points Faibles :

Èvengellyne a cependant des points faibles. Elle a tout d'abord beaucoup de mal à manier son sabre. Non pas qu'il soit lourd, ou peu maniable Ève a tout simplement nettement moins d'affinité avec les armes.De plus, elle est, malgré les entraînements, restée une tête brûlée. Elle ne prend jamais en compte les difficultés lors du "choix" de ses missions. Ajouté à cela qu'elle est assez, capricieuse. C'est une femme un peu enfant sur ce point.
D'autre part, c'est une personne bien trop gentille. De fait, elle serait prête à aider presque n'importe qui, à condition que ce soit un enfant. Elle part en effet de deux postulats. Le premier est que les enfants en savent forcément moins que les adultes en général. Le deuxième c'est que les enfants sont plus purs et innocents que les adultes.



Caractère :



Èvengellyne est une jeune femme respirant la joie de vivre. Elle est toujours souriante et aimable. C'est une jeune femme attentionnée et généreuse. Elle a également depuis son plus jeune âge intériorise les concepts de fraternité et de famille, Èvengelyne risquerai alors sa vie pour sauver l'un des siens sans se poser la moindres question. De plus, elle aime rire et faire des blagues quelques fois douteuses ou inappropriées. Mais après tout c'est comme ça qu'elle est et personne n'arrivera à la changer.
Enfant plutôt espiègle, elle s'est avec le temps quelque peu assagie. Cependant, son impulsivité est un défaut qu'elle s'efforce de corriger. De faite, elle peut facilement s'énervée, mais redescendra très vite. Pour cela elle s'entraîne jour après jour pour apprendre à se poser.
Néanmoins, elle est souvent considérée comme une jeune femme totalement suicidaire. Elle aime en effet provoquer à la fois le conseil et l'ordre, mais aussi les jedi gris ou les rares Sith qu'elle pourrait croiser.

C'est une jeune femme très active, qui a besoin de se sentir en vie. En effet, elle réfléchit, peut-être paradoxalement, nettement mieux alors qu'elle est en pleine action. Étrange, disent certains pas tant que cela. À moins que ce soit-elle, qui soit totalement étrange. Nettement plus probable je vous dirai.


Èvengellyne se perçoit pourtant plus volontiers comme une femme de la glace. Elle aime sa pureté, sa dureté aussi. La glace est un être paradoxal, comme elle. Elle est à la fois résistante et si fragile ; si froide et si prête à fondre au moindres réchauffement.


De plus, cette jeune femme a un caractère bien trempé. En effet elle n'a pas la langue dans sa poche. Elle sait également très clairement ce qu'elle veut et ce qu'elle ne veut pas. Par conséquent, ce qu'elle aime et ce qu'elle n'aime pas. D'ailleurs ce qu'elle aime par-dessus tout c'est sa liberté. Ainsi même en faisant partie de l'ordre jedi qu'elle respecte du plus profond de son être, elle se refuse à perdre sa liberté d'action et de pensée. Il n'est, par conséquent, pas rare de la voir agir légèrement comme bon lui semble. Toutefois ce n'est pas et ce ne sera jamais un jedi gris. Oui, Èvengellyne est beaucoup trop sociable pour ça. Que serait-elle sans personne avec qui bavarder ?



Enfin, de par son passé, Èvengellyne a un rapport à la fois conflictuel et familial envers l'ordre jedi. Si elle le respecte et obéie à ses supérieurs, elle aime néanmoins « choisir » ses missions. Grande comédienne, elle y parvient d'ailleurs assez facilement. En fait ce qu'elle leur reproche, c'est qu'il n'est pas soutenu sa mère. C'était une Jedi bon-sang. Comment avait-il pu la laisser tomber. Oui Ève l'avait vécue comme un abandon pur et simple.

Description Physique :


Èvengellyne est une jeune femme assez mince. Elle a de longs cheveux noirs ondulés. Ses yeux sont gris la plupart du temps. Ils prennent, parfois,  une couleur gris-vert lors de changements de temps trop brutaux. Le teint orangé de sa peau témoigne de son caractère légèrement, impulsif qu'elle essaye cependant de canaliser. Elle n'est pas très grande du haut de son mètre soixante, mais reste dans la moyenne. Elle a plusieurs tatouages. Les plus distinctifs sont : celui représentant un croissant de Lune tournée vers le haut sur son front d'une part. D'autre part, celui de l'infini sur l'intérieur de son poignet droit. Elle possède également des cornes comme tous les Zabraks.

Elle porte deux paires de petites boucles d'oreille. L'une de ses paires sont de simples petites pierres. En revanche, les autres sont de petits croissants de lune semblable à son tatouage sur le front.  Elle couvre généralement ses épaules d'
un châle rouge orangé. Elle est le plus souvent vêtue comme une civile avec une ceinture où elle accroche son sabre. Lorsqu'il ne pend pas à cette ceinture, Èvengellyne l'a dans un fourreau en haut de sa jambe droite. Elle est habillée dans ce cas-là d'un pantalon assez large et d'un haut à bretelle assez ample.

Èvengellyne est facilement reconnaissable à ses tatouages. En effet, ils ont tous un symbole bien défini. Les plus remarquables sont bien évidemment celui de son front et celui de son poignée. Cependant, elle en possède un autre moins visible, mais tout aussi important pour elle. Ce troisième tatouage est celui représentant des ailes d'ange dans le haut de son dos.


Tatouages :
 
Front

Poignet droit


Haut du dos





Histoire :



Le destin est tout tracé bien avant la naissance



L'histoire d'Èvengellyne Belluma commença bien avant sa naissance. Sa mère, Amara Lumatia était une Zabrak comme toute sa famille. Elle était brune, grande, espiègle. Elle vivait sur Iridon, la planète d'origine des Zabraks. Elle était âgée de huit ans quand sa mère fut capturée par des hommes se revendiquant comme des Mandaloriens. Amara fut également prise ce jour-là. Elle grandit au sein du groupe qui les avait capturées. Sa mère fut mariée à l'un des ravisseurs et Amara devint sa fille. Elle apprit les coutumes mandaloriennes. Elle devint par la suite une mercenaire mandalorienne à treize ans malgré son jeune âge. Elle était déjà très mature et douée dans l'art de la discrétion, arme très utile pour tuer. Mais ne faisait que rarement de véritables missions. Sa mère s'y opposait farouchement. Alors qu'elle accompagnait sa mère, elles firent la connaissance de Jedi. Ces derniers les empêchèrent de tuer leur cible. Cela rendit folle la mère d'Amara qui engagea le combat. Mais Amara, ses yeux noirs fixés sur les Jedi s'interposa. Elle avait senti quelque chose en eux. Elle ne savait pas quoi, mais elle sentait au fond d'elle-même qu'ils ne leur voulaient pas du mal. Elle regarda ensuite sa mère et de nouveau les jedi. L'un deux avait les yeux bleus, d'un bleu profond. Amara s'y perdit. Il se présenta sous le nom de Miraïl. Il avait environ vingt-cinq ans. Il était bien trop " vieux " pour elle, mais tellement beau.
Puis les Jedi les saluèrent et repartirent. Leur mission était terminée. Amara ne quitta pas Miraïl des yeux jusqu'à qu'il est disparu. Par hasard, elle le croisa à nouveau deux ans plus tard.
C'est à ce moment-là que sa vie bascula. Elle n'avait que quinze ans. Miraïl ne la reconnut pas tout de suite. Mais ce qui le surprit, c'est de sentir la force en elle. Elle prit alors la décision de la prendre comme padawan contre l'avis des siens de par son âge bien trop avancé. Le fait était rare, mais la jeune Amara avait des capacités, certes pas exceptionnelles mais indéniables tout de même. Elle fit donc son apprentissage jusqu'à ses vingt et un ans passés. Après quoi, devenue chevalier, elle commença à faire des missions. C'est d'ailleurs lors d'une de ses missions que sa vie bascula pour la troisième fois. Elle tomba amoureuse d'un jeune homme aux yeux bleu clair. "Comme c'est étonnant" pourrait-on penser. Un amour inassouvi pour son maitre peut-être ? Quoi qu'il en soit, Amara en était dingue. Amara avait pourtant bien senti le côté obscur de la force qui émanait doucement de lui. Mais comment résister face à un homme aussi désirable ? Elle ne put tout simplement pas. Elle entama une relation discrète et surtout très secrète avec l'homme. Mais comme souvent, les plus belles idylles ont une fin. La leur prit fin peu de temps après qu'elle est eue vent de sa grossesse. Et ça ne s'arrêta pas là. En effet, le conseil et certains membres de l'ordre de l'époque, eurent connaissance de la nouvelle et surtout de l'identité du père. Loin de la soutenir, ils lui firent gentiment comprendre qu'il valait mieux pour elle et le futur enfant, qu'elle quitte l'ordre pour un temps. Quelques jours plus tard, un maître du conseil, un Hut, se présenta à elle. Il la toisait de toute sa hauteur. Son air mauvais exprimait tout le mépris qu'Amara lui inspirait. La jeune femme le regarda et ne prononça pas un mot. Elle était en faute et elle le savait bien. Le Hut s'approcha et s'adressa à elle d'une voix haut perchée. Il y a encore quelque temps cela aurait fait naitre un petit sourire moqueur sur les lèvres de la jeune femme.
« Très chère Amara, je tenais à m'excuser.. »
Mais de quoi voulait-il s'excuser, de la renvoyer. L'ordre était ainsi. Elle avait joué avec le feu et elle avait perdu. Et cette voix mielleuse, elle lui donnait des frissons. Le Hut poursuivit :
« Vous savez, je m'y suis opposé, mais c'est vrai que cela vaut mieux pour vous et pour votre enfant. Je veux dire pour votre sécurité à tous les deux.. » Cette fois s'en était trop pour Amara qui le coupa sèchement.
« Pour MA sécurité ou pour VOTRE honneur de Jedi maître ? Vous connaissez aussi bien que moi la réponse à cette question. Cessez de faire semblant. Votre mépris est si visible dans vos yeux. Même un non-utilisateur de la force pourrait le voir ! » Son ton était cinglant. Cela lui importait peu, elle ne faisait plus partie de l'ordre. Elle pouvait « enfin » dire à nouveau tout ce qu'elle pensait dans une certaine limite. Il était hors de question de mettre la vie de son enfant en danger avant même sa naissance.
« Amara ce n'est que pour un temps. » Lança l'homme avec un petit sourire narquois qui trahissait ses pensées.
« Un temps ! » répéta-t-elle rigolant nerveusement. La belle Amara savait bien une chose. Aux regards qu'ils lui avaient tous lancée, le « un temps » allait vite se transformer en « toujours ». Et ça ne manqua pas. Amara ne fut jamais réintégré à l'ordre même après la naissance de sa fille Èvengellyne. Il faut dire qu'elle s'en doutait un peu en réalité. Elle remarqua également la présence de Jedi qui les surveillaient de temps à autre. L'ordre avait surement peur que sa fille devienne une sith. Après tout le père en était bien un pourquoi pas la fille. ? Fatiguée de cette surveillance accrue, Amara partit sur Nelvaan où elle mit au monde sa fille.


Enfance et révéllation

Èvengellyne, un nom qu'elle appréciait plus que tout. Elle avait connu une Èvengellyne parmi les Mandaloriens. La petite Èvengellyne naquit sur Nelvaan. Amara avait choisi cette planète au climat arctique justement parce qu'elle était à peu près certaine qu'on ne viendrait pas la chercher là-bas. Elle y rencontra son futur époux, un contrebandier exilé de son propre chef. Enfin si on peut véritablement s'exiler soi-même. Il ne ressemblait pas à son précédent amour bien au contraire. Il avait les yeux marron, presque noirs. Il faisait même un peu peur au premier abord. Il s'était lentement intégré aux Nelvaaniens. En réalité, la chose était facile dans la mesure où il n'avait pas essayé de changer leurs habitudes et leurs coutumes. Il était humain et les considérait comme tels malgré le fait qu'ils soient clairement de simple mammifères. Il l'aida à être admise dans la communauté qui l'avait lui-même accueilli. Une fois considérée comme l'une des leurs, elle effectua les tâches qu'étaient réservées aux femmes. Èvengellyne grandit par conséquent au milieu des Nelvaaniens. Elle aimait sentir la fraicheur de l'air sur sa peau. Et puis un jour, elle apprit la vérité sur ses origines, sur, son père. Elle avait surpris une conversation. Èvengellyne se referma sur elle-même. Elle refusait de parler aux autres. Elle fuguait dans les montagnes risquant sa vie. Pourquoi les montagnes ? Parc que la montagne ne trahit pas. Elle demeure un-changer marlgré le temps qui passe. La montagne calme les esprits. Aller dans la montagne, c'était pour elle se sentir vivante, être libre. La montagne à ce côté force tranquille qui apaise. Elle est si belle et c'est si facile de s'endormir là paisible pour ne plus se réveiller. Au fond, c'était peut-être ça qu'elle cherchait, sa propre mort. Plusieurs, fois elle pensa que l'exclusion de sa mère de l'ordre jedi était de sa faute. Si seulement, elle n'était pas née, pensait-elle la nuit. Sa mère avait beau lui dire qu'elle était le plus beau cadeau qu'on avait pu lui faire Ève n'en démordait pas.


« Ève, ma chérie enfin, tu ne peux pas dire des choses aussi noires. » Sa mère la regardait avec une telle tendresse.

« Mais maman, si je n'étais pas née, tu serais toujours Jedi. Tu vois bien que c'est de ma faute, pleurnichait presque l'enfant.

- Cesse donc de penser cela enfin …


- Mais...


- Assez ! "paf !" »


La main d'Amara était partie toute seule. Elle s'était violemment posée sur la joue orangée de sa fille. Un sentiment de culpabilité submergea aussitôt la mère qui prit l'enfant dans ses bras. Elle s'excusait, demandait pardon, disait qu'elle regrettait. Mais sa réaction ne faisait que conforter Ève dans ses pensées. 
Plus le temps passait, plus elle avait des remords et condamnait sa propre existence. Ses pensées noires devenaient dangereuses surtout pour elle. Amara voyait peu à peu le spectre de la force obscure grandir dans l'âme fragile de sa fille. Mais que pouvait-elle faire ? Elle n'avait plus de contact ou presque avec l'ordre. Et quand bien même, qui voudrait prendre sous son aile la fille de celle qui aima un être obscure. Le fait qu'Èvengellyne ait de sombres pensées n'arrangeait rien. L'unique solution était de l'envoyer sous une autre identité. Elle ne pouvait laisser sa fille se perdre sur le chemin de l'obscurité. Avec beaucoup de difficultés et avec l'aide de son mari, elle réussit son coup.



La vie de padawan


Èvengellyne fut envoyée à l'âge de sept ans au temple sous le nom de son père : Èvengellyne Belluma. Là-bas, elle devint padawan. Enfin, elle essaya plus précisément. L'enfant espiègle et sauvageonne qu'elle était en démoralisa plus d'un. « Cette enfant causera ma mort. » râlait chacun des maîtres qui se succédaient. Mais la valse de ses enseignants l'amusait. C'était devenu un jeu. À chaque nouveau maître qu'on lui présentait, elle se demandait combien de temps il allait tenir. Elle ne parvenait pas à rester plus de deux ans sous la tutelle du même maître. À l'âge de treize ans, on vint lui présenter un nouveau maître. Il venait de passer maître. Étrangement, il ressemblait à son père, surtout ses yeux noisettes. On ne sait par quel miracle, mais cet homme réussit à tenir plus de deux ans. En fait, il resta son maître jusqu'à la fin de son apprentissage. Pour Ève il avait trop la prestance paternelle pour qu'elle ose rouspéter. Les yeux noirs de l'adolescente avaient fini par trouver leur maître. Sous sa direction elle se mit sérieusement à mieux connaître la force, mais surtout, tant bien que mal à se calmer. Elle suivit avec assiduité les enseignements et les entraînements qu'on lui donnait. Elle montra vite sa préférence pour l'apprentissage mental. Non pas qu'elle fut un cas désespéré et désespérant pour l'utilisation de la force brute, mais pas loin. Elle s'y entraînait pourtant plus durement que les autres. Mais qu'en ça veut pas, ça veut pas. Elle n'était tout simplement pas faite pour ça.

Malgré tout, elle se jetait corps et âme dans les duels organisés par les maîtres. Elle considérait chaque combat comme un véritable duel. Ses yeux pétillaient d'excitation. Certaines fois, elle tremblait même d'impatience. Elle était comme ça. Elle voulait se battre. Les raisons, canaliser ses pensées d'une part et d'autre part, réfléchir. Cela pouvait sembler étrange, mais Èvengellyne réfléchissait mieux dans l'action. Son être avait paradoxalement dissocié, ce qu'elle appelait la « bougeotte physique » et le « calme plat intellectuel ». Avec le temps et les entraînements, Èvengellyne réussit à améliorer ses attaques directes physiques. Ses professeurs lui rabâchaient que, en tant que futur jedi elle devait bien finir par maîtriser son sabre. Elle finit évidemment par y parvenir, ce qui lui donna une satisfaction personnelle. Ses capacités mentales avaient quant à elles progressé nettement plus vite. Le seul problème, elle n'utilisait pas tout à fait comme il fallait sa sagesse et son intelligence. Elle était peut-être intelligente, mais à quoi cela servait-il si elle fonçait tête baissée dans ses combats. Mais Èvengellyne était comme ça, elle fonçait, réfléchissait en même temps, puis agissait véritablement. L'analyse de l'adversaire, elle le faisait en feintant de l'attaquer. Avec le temps, elle comprit néanmoins les dangers d'un tel comportement. Elle pallia donc le fait qu'elle ne puisse plus agir instinctivement par un comportement assez étrange et déstabilisant. Lors d'un combat, obligé de bouger pour réfléchir correctement, elle marchait, ou effectuait quelques mouvements de ses entraînements tout en gardant son adversaire à l'œil.




Puis vint le jour, où elle fêta ses dix-huit ans. Son maître, qui ne l'avait plus quitté depuis ses treize ans l'emmena sur Illum. Les yeux d'Evengellyne se mirent à briller comme jamais. Elle avait l'impression de revoir sa Nelvaan natale. Voir la glace, lui rappelait des souvenirs enfouis dans sa mémoire. Elle avançait vers une petite caverne en sautillant. À ce moment-là, personne ne pouvait croire que la jeune padawan avait bientôt fini son apprentissage. Ce n'était plus une jeune femme de dix-huit ans qui se tenait devant son maître, mais à nouveau, l'adolescente de treize. L'homme soupira bruyamment. Il avait l'impression que tous ses efforts venaient d'être réduits à néant.

« Cesses donc de te comporter comme une enfant Èvengellyne. À agir comme cela, tu n'auras aucune autorité. » La remarque fit mouche. La jeune femme s'arrêta net. Elle se retourna et fixa son maître du regard. : « Je ne suis pas encore chevalier maître Yin laissez-moi en profiter encore un peu. Hein ? Hein ? » Elle accompagna sa phrase d'une moue des plus mignonnes. Le dénommé Yin devait bien avouer que son élève était une bonne comédienne. Elle avait un visage d'ange et lorsqu'elle faisait ses yeux de chat... Yin se pinça le bras et reprit son sérieux. Il avança d'un pas actif jusqu'à son élève et lui décocha un coup sur le haut du crâne. « Aïeeeee !! » fit Ève en se frottant la tête. Puis elle éclata de rire et reprit sa marche vers la caverne. À l'entrée, elle s'arrêta à nouveau et attendit son maître. Ensembles, ils y entrèrent. La caverne était un peu sombre et humide. Ève avançait prudemment, ses sens en alerte. Il y avait de l'eau qui suintait des parois. De petites stalactites et stalagmites l'obligeaient à zigzaguer. Ses yeux brillaient d'admiration. Au tour d'elle, il y avait des milliers de petits cristaux de formes, de tailles et de couleurs différentes. Son regard se posa sur l'un d'eux avec plus d'attention. Il était bleu cobalt, légèrement en forme d'étoile. C'était un cristal d'Adegan. Le choix ne surprit pas le maître Yin. Èvengellyne n'était certes pas une combattante au sens commun où l'on pouvait l'entendre. Elle n'était pas vraiment une experte au combat rapproché, c'est le moins que l'on pouvait dire. Néanmoins, elle avait un esprit combattif.



Devenir chevalier : entre la soumission et la liberté

De retour au temple, Èvengellyne fut convoquée par le conseil. Mauvaise nouvelle pour elle. Ils s'étaient redus compte de sa véritable identité ou plus exactement de celle de sa mère, Amara Lumatia. Alors, la conversation qu'avaient eue sa mère et son père, puisqu'elle l'avait toujours considéré comme tel, lui revint. Bien plus que la conversation, c'était la réaction de l'ordre qui lui revenait. Instinctivement, Ève serra les points. Elle alla cependant, puisque bien obligée à la convocation bien décidée à avoir des explications. Mais qui était-elle pour oser demander une telle chose ? Rien, elle n'était personne. Ève était juste une padawan qui allait bientôt passer chevalier. Rien de plus, rien de moins, au sein de l'ordre Jedi. Elle acquiesça par conséquent les remarques des jedi persuadée de n'être jamais promue chevalier. Elle quitta ensuite la salle et alla s'effondrer dans sa chambre. Hors d'elle-même, elle éparpilla ses livres d'un geste rageur. Elle n'avait que dix-neuf ans à ce moment-là. Deux ans, elle attendit deux longues années avant de savoir définitivement si l'ordre allait la nommer chevalier ou non. Bien évidemment avec le temps ses sentiments envers l'ordre avaient quelque peu changé. Cependant, elle ne pouvait pas pardonner leur acte.
Alors, quand malgré tout cela, le conseil accepta de l'élever au rang de chevaliers, elle fut extrêmement surprise. Mais aussitôt l'information intégrée, Ève se posa une multitude de questions dont une en particulier. À quoi pouvait-il bien penser ? Qu'elle aurait le sentiment de leur être redevable. Si tel était le cas, le conseil tomberait bien vite de haut. Èvengellyne n'a pas et n'aura jamais un tel sentiment. En grandissant, elle avait certes appris à respecter l'ordre et la plupart du temps, elle adhérait à ses décisions. Mais elle n'allait surement pas être un gentil mouton obéissant aveuglément aux ordres et requêtes. « À ça non » s'insurgeait-elle régulièrement en silence. Èvengellyne était franche. Elle avait la langue bien pendue et elle le faisait savoir. Elle fait d'ailleurs régulièrement comprendre que telle ou telle mission ne lui plait pas. Bien évidemment, elle fait ses remarques avec tacts, révérence et finissant par les effectuer, mais il n'empêche qu'elle les donne à la surprise générale. Alors, pour ne pas la contrarié son ancien maître expliqua une petite ruse au conseil. Lui donnée l'impression qu'elle est libre ou non de la refuser. En d'autres termes, lui donner l'illusion qu'elle reste libre de ses mouvements. Et même si Èvengellyne n'est pas dupe à ce petit jeu, il a au moins le mérite d'éviter une crise de nerf mémorable.

L'autre question qui trotte toujours dans la tête d’Eve est de savoir s'ils ne l'ont pas fait pour la garder du côté lumineux de la force. Après tout, son père étant un sith, elle pouvait très bien se tourner par la suite du côté obscure. Or Ève connaissait l'ordre ce qui s'avérerait dangereux si la jeune femme changeait de camp. C'est peut-être aussi pour cela qu'ils la laissent plus libre de ses mouvements ? Ne serait-ce pas un moyen comme un autre de garder un œil sur elle ?

Question HRP : Comment avez-vous connu le forum ? : Par une amie (Dalla Tellura)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7810
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Evengellyne Belluma - Entre la liberté et la loyauté à l'ordre [terminée]   Dim 12 Oct 2014 - 17:01

Bonsoir,

Voilà une belle fiche que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire. Il faudra que tu sois vigilante dans tes RP, tu as tendance à faire quelques petites fautes par-ci par-là :-)

Félicitations, tu es donc validée ! Tu peux dès à présent commencer le RP, pense juste à mettre un lien vers cette biographique dans ta signature.

Pour t'aider à débuter dans le jeu, si tu veux, tu peux faire un tour dans les Appels à RP , pour poster ou répondre à une demande de RP.
Et si tu as des interrogations, n'hésite pas à chercher ou poster dans la Foire aux Questions !

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Evengellyne Belluma - Entre la liberté et la loyauté à l'ordre [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Administration :: Présentations :: Présentations Validées :: Chevaliers Jedi-