La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Philosophie de comptoirs [PV Gabriel Fyelën]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Philosophie de comptoirs [PV Gabriel Fyelën]   Mar 7 Oct 2014 - 7:02

C'était parfois étrange de constater comment, dans une galaxie, les proportions n'étaient pas les mêmes que sur un seul monde. Coruscant était la capitale de la République, comme une cité pouvait être la capitale d'une planète. Et une cité, Coruscant en était bel et bien une. Une vaste ecumenopole recouvrant, comme on dit dans le jargon... en d'autres termes : une ville tellement vaste, tellement peuplée, qu'elle recouvrait la totalité de la surface planétaire. En combien de milliards, combien de trillions se chiffrait la population ? Difficile à dire. Hanna n'avait pas mené ses G'ecnsi in'hahn ici par hasard : les retrouver dans plus de 5000 niveaux bâtis les uns sur loes autres relevait de l'exploit, surtout en considérant que l'organisation se faisait la plus discrète possible.

Mais, aujourd'hui, il n'était pas question de se cacher. Après avoir été rencontrer un potentiel informateur, pour jauger ce qu'il savait, ce qu'il pouvait apporter aux Griffes de l'Ombre, la Chiss avait décidé de se détendre un peu. C'était une chose qui ne lui manquait pas, depuis son départ de l'Ascendance : la rigidité militaire, qui empêchait ce genre de petits encarts frivoles. Hanna profitait de chaque minute, chaque seconde de son temps libre, réservant la discipline froide aux halls de son organisation. En attendant, ses pas trouvèrent le chemin d'un des multiples bars des niveaux inférieurs, là où les moeurs étaient plus libérés. Il ne s'agissait pas d'un bouge infâme comme on pouvait parfois en trouver, mais d'un établissement modeste. La petite place d'où on pouvait voir avait la forme d'un large U, dont tout le bord extérieur était longé d'autres bâtiments servant diverses boissons, se concurrençant les uns les autres à l'aide de néons plus flashy les uns que les autres. La partie interne de la place servait de parking, regroupant tous les véhicules volants à l'arrêt, flottant à quelques centimètres du rebord gris. Sautant de sa voiture gravitique de location, la jeune femme s'étira quelques instants, faisant craquer son dos. Elle s'était habillée de manière sobre, arborant un simple débardeur blanc qui laissait son ventre nu, tout en comprimant sa poitrine en un joli décolleté, le tout accompagné d'un pantalon de cuir brun moulant admirablement ses rotondités fessières, ainsi que le galbe de ses cuisses. Plusieurs personnes, de toutes espèces, se retournaient en passant, le regard attiré par la beauté de la demoiselle, ou bien par le bleu profond de sa peau. Mais Coruscant était tellement cosmopolite que même une race inconnue dans la galaxie n'attirait pas le regard outre mesure. Après tout, qui pouvait se targuer d'être suffisamment érudit pour pouvoir lister toutes les espèces connues de la galaxie ? Peu de gens. Après avoir vérifié la sécurité de ses pistolets charric, rangés de part et d'autre de ses hanches, Hanna se dirigea enfin vers le bar qui l'intéressait.

En entrant, la Chiss sentit avec délice les fumées et les vapeurs des différentes plantes légales qu'on fumait sur ce monde, ainsi que les vapeurs d'autres produits plus douteux. Non pas que l'odeur ambiante fut particulièrement agréable, mais cela avait un gout de liberté que la leader des G'ecnsi in'hahn appréciait tout particulièrement. Toujours sur le seuil, elle sortit un cigare de carababba de sa poche, pour le caler au coin de ses lèvres. Mais, a peine sa main avait elle replongé vers sa poche pour trouver son briquet qu'une flamme fut présentée devant ses yeux. Un humain à la mine patibulaire et aux épaules plutôt larges lui tendait le sien avec un sourire qui se voulait charmeur accroché aux lèvres. Hanna hésita une seconde, puis se pencha en avant pour laisser le bout de son cigare rougeoyer dans la flamme, tirant quelques bouffées pour accélérer le processus. Une fois chose faite, la Chiss recracha une brume bleutée en tordant le cou, allant épaissir le nuage qui masquait déjà le plafond. Rangeant son briquet, l'individu prit la parole sur un ton entendu :


- Bonsoir, belle bleue. J't'offre un jus d'Juma ?
- Non merci, bonhomme, j'ai envie de me détendre seule ce soir.
- Oh allez, souffla le type en enroulant un bras autour des épaules féminines, un joli p'tit lot comme toi c'est pas fait pour passer la soirée seule.
- J'aimerais autant que vous ne me touchiez pas, monsieur.
- Pfeuh, tu crois vraiment qu'parce que t'as des flingues tu impressionne ? Moi je vois surtout tes obus, comme armes mortelles... héhé...

Le type joignit les gestes à la parole, en faisant glisser son bras autour de la nuque féminine, pour que sa main puisse glisser vers les seins de la belle, en empoignant un sans aucune délicatesse. Déjà peu souriante de par son héritage Chiss, on ne pouvait pas dire que cet acte lui fit changer d'expression. Avait il seulement la moindre idée de ce qu'il était en train de faire ? Non, évidemment. Parfois, la stupidité des mâles - toutes espèces confondues - était impressionnante. Clairement, ce n'était pas sur Csilla qu'un homme se comporterait ainsi, à moins d'avoir sévèrement abusé de l'alcool. Or ce type là n'avait absolument pas une haleine avinée. Plongeant ses yeux écarlates dans le regard du lourdingue qui espérait lui forcer la main. La Force frémissait autour d'Hanna, avant même quelle commence à parler. Mais, dès que sa voix suave s'échappait d'entre ses lèvres bleues, la Chiss les faisait vibrer d'une note surnaturelle, une note qui raisonnait bien dans le crâne vide de ce pauvre garçon :

- Clairement, je ne suis pas assez poilue pour vous.
- Ouais, j'les préfère avec plus de poils... répéta-t-il, sur un ton monocorde en relâchant la poitrine féminine.
- Peut être qu'un beau Wookie bien monté se trouve dans les bars voisins, vous avez toujours voulu expérimenter ça avec un Wookie.
- Ouais, c'est nul ici, y a pas d'Wookie !
- Dégage maintenant.

L'humain obéit bien sagement, sortant de l'établissement sans même se retourner. Hanna le regarda disparaître au tournant avec un sourire aux lèvres. C'était toujours amusant de faire ce genre de choses. Bien sûr, l'utilisation de Ch'acuzah pour ce genre de frivolités n'était pas la plus conseillée, mais la belle Chiss n'était pas devenue la patronne des Griffes de l'Ombre en ignorant comment rétablir l'équilibre au sein de sa psyché. Les quelques secondes qui suivirent servirent d'ailleurs à cette petite mise au point spirituelle, avant que la jeune femme ne se dirige enfin vers le comptoirs. S'accoudant à ce dernier, elle héla le barman, un grand bonhomme écailleux à quatre bras dont elle ignorait l'espèce, pour lui passer sa commande :

- Patron, un jus de Juma s'il vous plait ! Et laissez la bouteille.
- Vous êtes sûre ? Le jus de juma assomme bien.
- Mais oui... Au pire, il vous restera deux bras pour servir les clients, si jamais vous deviez me porter, souffla-t-elle avec un clin d'oeil.

Le patron ne protesta pas. Il n'était pas là pour contrarier ses clients après tout. Il amena donc un verre et une bouteille, avant d'empocher les crédits que lui tendait la Chiss. Désormais seule avec sa boisson, Hanna commença à s'en verser un verre, pour se retourner, dos appuyée contre le rebord du zinc, sa boisson à la main. Le barman avait raison : si la donzelle sifflait toute sa bouteille seule, elle se retrouverait à coup sûr étendue sur le sol, complètement KO. Mais, en cet instant, Hanna n'avait pas envie de beaucoup réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fyelën
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 140
Âge du perso : 39
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
88/88  (88/88)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Philosophie de comptoirs [PV Gabriel Fyelën]   Ven 10 Oct 2014 - 21:02

« Curieux est parfois le chemin qui s'appelle destin... »

Avez-vous déjà eu un ami qui fait plus de cent kilos, qui a quatre bras et une dégaine pas possible ? Oui. Alors imaginez-le patron d'un bar sur Coruscant, et, quand l'on connait leur attitude et leurs mœurs, imaginez-le ami avec un Jedi. Que pensez-vous qu'il dirait s'il apprenait que son ami est de passage sur Coruscant, pour la 4e fois en un mois seulement, et qu'il n'a pas prit la peine de passer une seule fois le saluer ?

-"Gabriel !"

Un sourire se dessinait sur le visage du Corellien, à l'attention de Pix, patron de l'endroit. La réponse à la question précédente, le Jedi vous aurez répondu qu'il lui était impossible de vous répondre, tant ça serait pour lui soit un manque clair de courtoisie ou alors une circonstance purement exceptionnelle.

Un cas bien particulier avait amené le Jedi jusqu'à la capitale, mais grace à la Force beaucoup plus simple que l'histoire de la famille Sanders, famille pour laquelle une aide sénatoriale s'était imposée. Et la brieveté de cette affaire permettait au Jedi ce genre de petites visites, à certaines de ses connaissances. Pourquoi ? Simplement parce que cette fois-ci, Gabriel avait préféré les transports en commun. Et le prochain transport pour Ondéron était seulement pour le lendemain.

-"Bonjour Pix..."

-"Comment vas-tu ?"

Deuxième question typique des Besalisks. Et eux ne vous la pose jamais pour combler les blancs. D'ailleurs n'allez jamais ignorer cette question de leur part, car vous la poser démontre chez eux une réelle attention sur votre état.

-"Bien... mais j'avoue que j'irais mieux avec un de tes fameux thé."

-"Sans problème. Assis toi où tu veux, j'arrive avec ça."

Une discussion s'en était suivie, longue, où tant le Jedi que le tenancier se rappelèrent de bons vieux souvenirs d'époque, mais la discussion fut finalement abrégée par les devoirs qui attendaient l'un, et pour une fois, ce n'était pas le Jedi. Mais un point était clair, point sur lequel avait insisté le maitre des lieux, en apprenant que le Jedi ne quitterait la planète que le lendemain : ce dernier devait passer la nuit ici, et pas ailleurs. Et comment refuser ce genre d'attention quand elle vient d'un loyal ami ?

Une faiblesse peut-être, mais Gabriel céda sans grande bataille à son ami, motivé par l'envie de faire ce plaisir à ce dernier, et alors que Pix retournait à son ouvrage, le Maitre Jedi profitait d'une "Pause thé" dans ce bar modeste. Modeste, mais pas moins plein. Et en fonction des heures, différents milieux étaient représentés par les clients.

Gabriel aimait ses moments. Il pouvait ainsi passer des heures, à voir les gens passer et repasser, les observer et être attentif. Surtout que le thé du Besalisk avait cette touche que le Maitre n'avait jamais pu identifié, et qui rendait sa saveur particulière. Mais un duo attira pourtant l'attention du Maitre. Et plus que le duo en lui-même, une personne. Non remarquée tout de suite, la Force était présente autour d'une dame, à la peau étrangement bleue. Et c'était d'autan plus valable que cela se confirmait par la façon dont le duo se sépara. Une parole, répétée par l'interlocuteur presque mot pour mot. Et les actions suivants. Mieux qu'un pièce de théâtre, l'indigène venait d'influer sur les pensées de l'humain, contraignant son esprit à une action non voulue à la base.

-"Intéressant..."

Simple murmure pour lui-même, Gabriel se demandait encore comment réagir. La rejoindre, ou l'observer encore ? La deuxième remporta le prix, et la décision. Gabriel l'observerait ce soir, la suivant au besoin. Pix n'avait pas à s'en faire, le Jedi s'était engagé à tenir parole et à être son invité ce soir. Portant une énième tasse à ses lèvres, le Maitre ne quittait pas des yeux la source qui avait piquée sa curiosité. Qu'allait-elle faire maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Philosophie de comptoirs [PV Gabriel Fyelën]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-