La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7848
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]   Ven 3 Oct 2014 - 19:06


Temple Jedi d'Ondéron, premier jour du nouveau Conseil, 3487 années avant la Bataille de Yavin.




Comme au tout premier jour en tant que Maître du Conseil, le vieil homme était arrivé à l'aube dans la Chambre sacrée. Treize longues années auparavant, lui et Ellana Caldin avaient été appelés pour consolider un Ordre Jedi en déroute, et ils n'avaient eu de cesse, depuis, de se battre, coudes contre coudes. Face aux Sith et parfois même, face à une République hostile. Il y avait eu des hauts et des bas, comme dans toute entreprise de cette ampleur, mais le vieillard se souvenait surtout de ce que les Jedi s'étaient rassemblés autour d'eux. D'autres Maîtres les avaient rejoints, et ils avaient progressivement retrouvé le nombre originel d'un véritable Conseil : douze.

Douze hommes et femmes, qu'il avait côtoyé chaque jour ou presque, qui l'avaient accompagné, dans la joie de leurs victoires et la douleur de leurs échecs. Mais tout était éphémère, et même le Conseil Jedi devait changer.

Ellana avait annoncé sa décision. Sans surprise. Elle avait déclaré n'avoir plus, pour le moment du moins, le temps de se consacrer comme il le fallait à son rôle. Nul n'ignorait que sa décision n'était pas sans lien avec le fait que ses enfants étaient encore jeunes et qu'elle souhaitait avoir le temps de profiter du temps passé auprès d'eux. Personne ne lui en tint rigueur, car l'on savait les sacrifices qu'elle avait déjà réalisé pour l'Ordre Jedi.

Maître Ashna, Maître Mi, eux aussi s'étaient désistés. L'un pour une retraite méditative peut-être temporaire, et l'autre pour se consacrer plus pleinement à la formation de sa dernière padawan, une jeune fille en difficulté. Le vieillard avait dû reconnaître que cette dernière avait pris une sage décision, de celles qu'il n'avait pas eu le loisir de prendre pour le bien-être de Luke à une époque mouvementée où l'Ordre avait besoin de lui.

Avait-il encore besoin de son esprit vieillissant ? De sa sagesse éreintée par le temps ? Aucun des membres du Conseil n'avait exprimé une quelconque défiance, mais il savait qu'un temps était révolu, et que de nouveaux esprits et de nouveaux corps solides seraient bientôt beaucoup plus utiles à son Ordre que lui-même. Mais en doyen du Conseil, il était là pour montrer la voie à ces nouvelles âmes.

Léonard Tianesli, Pendragon Berryl, Gabriel Fyelën. Les deux premiers avaient été choisis pour leurs dernières actions, dynamiques et couronnées de succès : Tianesli avait su gérer une importante crise lors des évènements de Flydon Maxima, tout comme Berryl, d'ailleurs. Ce dernier avait accompli dans la foulée sa mission de rendre opérationnel le Temple de Coruscant, ce dont le Conseil lui savait gré. Maître Fyelën, quant à lui, avait été choisi pour son érudition et ses accomplissements plus discrets.

Etre un nouveau membre du Conseil, bien sûr, était un honneur, mais souvent aussi, un grand défi personnel. Lorsqu'ils étaient arrivés, ce matin-là, chacun leur avait souhaité la bienvenue et, une fois n'était pas coutume, les Maîtres avaient discuté par petits groupes mouvants dans la salle du Conseil. Poignées de main, chaleureuses félicitations, il était bien rare de voir tant d'enthousiasme dans la Chambre sacrée, et l'on avait fait durer cette effervescence près d'une heure.

Avant que chacun ne prît ou ne reprît sa place dans le siège qui siège qui serait le sien pour les prochaines années. Et puis, comme lors des premières séances du précédent Conseil, on s'était tourné vers lui. On savait qu'il avait quelques petites choses à raconter, au vu des contusions qui étaient encore visibles sur son visage. On savait aussi qu'il avait attendu que le nouveau Conseil fût formé pour en parler.

Mais Maître Don avait d'autres priorités, et il ne tarda pas à prendre la parole quand enfin le silence total fut tombé.

- Bien, je crois que nos nouveaux confrères ont pu mesurer à notre enthousiasme tout l'espoir que nous portons en eux pour régler nos épineux problèmes,
fit-il avec un sourire, mais les choses sérieuses à aborder ne pouvaient guère tarder. Pour cette première séance, Maîtres, j'ai trois sujets importants à évoquer auprès de vous. Deux questions qu'il nous faut débattre, et une proposition. Notre premier thème, vous vous en doutez, concerne les futures élections de la Chancellerie, très proches. J'ai pour habitude de prôner une neutralité politique, mais il nous faut au plus vite clarifier notre position sur la scène politique : vous n'êtes pas sans savoir que la souveraine d'Ondéron, Emalia Kira, se présente. Au titre de notre passif avec elle ainsi que notre présence sur cette planète, nous ne tarderons pas à être pris à parti. De l'autre côté, le Sénateur Scalia, de la planète Artorias, se présente lui aussi. Je ne pense qu'il nous faille soutenir un candidat... En revanche, la République va certainement s'appuyer sur nous pour faire respecter le traité avec l'Empire. Pour que les élections se déroulent de manière démocratique, je propose que nous soyons présents au Sénat pour assurer une certaine sécurité autant que pour vérifier que les scrutins se fassent sans tricherie. Pour que tout se déroule pour le mieux, nous pourrons veiller à ce que les relations avec l'Empire soient pacifiques le temps que les élections se terminent. Qu'en pensez-vous, Maîtres ?

Maître Don, même s'il avait comme chacun des réticences ou affinités pour l'un ou l'autre des candidats, ne pensait que ni Kira, ni Scalia ne pût être véritable néfaste pour la République. En revanche, il savait que les Sith avaient, eux, grand intérêt à ce que leur candidat préféré atteignît le rang de Chancelier, et ils ne tarderaient guère à savoir qui. Mieux valait ouvrir l'oeil, et le bon.

- Le second problème concerne un individu en particulier. Vous vous êtes peut-être demandés qui m'a mis dans cet état,
remarqua-t-il avec un sourire contrit.

Il y avait à peine quelques semaines, il avait été rapatrié d'Alderaan à Coruscant, ainsi que le padawan Torn, dans un piteux état. Les blessures n'étaient pas fatales, ni pour l'un ni pour l'autre, et cela ne relevait guère du hasard. Néanmoins, le vieillard conservait encore d'importantes traces de ses contusions au visage : l'une de ses joues avait une trace violacée, un pansement cachait l'arrière de son crâne et il boîtait. Il n'était pas fier, mais il ne pouvait absolument pas dissimuler ses blessures. Qu'il portât l'affaire au Conseil, néanmoins, prouvait qu'il avait attribué une grande importance à l'évènement.

Le vieillard se leva de son siège. Non pour qu'on l'admirât mieux, mais pour enclencher le lecteur holo qui afficha une image au centre de la pièce.



- C'est la meilleure qualité d'image que l'on ait réussi à obtenir. Elle provient de la caméra de sécurité d'une grande rue d'Alderaan avant que notre combat ne puisse plus permettre de distinguer ses traits. Il s'agit, vous en avez peut-être entendu parler, de Nosfera. Vous trouverez plus d'informations à son sujet dans le rapport correspondant à la mission. Pour faire bref, il s'agit d'une adepte du côté obscur qui terrorise les mondes du Noyau. Elle torture, et tue, impunément, et elle balaye sur son passage les Jedi quand ils sont trop âgés.

La plaisanterie ne fit pas spécialement rire, cependant, car la violence des procédés de Nosfera avaient gagné une certaine réputation.

- La façon dont elle se bat, le fait qu'elle soit accompagnée d'une adepte plus jeune qu'elle, ses sabres rouges et sa haine des Jedi... Tout laisse à penser qu'elle détient une formation Sith. Si jamais elle est affiliée à l'Empire actuel... Alors elle brise le traité de paix.

Double raison d'arrêter cette femme.

- Il n'y a que très peu d'informations à son sujet. Tout ce que nous pouvons faire pour le moment, c'est d'alerter tous les Jedi du secteur à ouvrir l'oeil pour ne pas tomber entre ses griffes, et demander l'aide de l'armée Républicaine pour la faire arrêter. Ensuite, envoyer un groupe d'excellents bretteurs sur ses traces. Voilà du moins ce que j'en pense. Et vous ?

Le vieillard parcourut l'assemblée de ses yeux clairs et impassibles. Les petites ridules qui formaient le coin de ses yeux n'avaient plus le coeur à rire. Quand il pensait à Travis, il ressentait néanmoins plus fortement encore l'importance de mettre la main sur cette femme. Toute la Force semblait lui crier l'évidence que Nosfera était quelqu'un qu'il fallait mieux connaître... Mais impossible de savoir exactement pourquoi. Ses confrères, néanmoins, auraient peut-être des apports avec leurs yeux neufs ou plus aguerris.

L'image holo disparut, mais Saï afficha rapidement une carte de la galaxie, qu'il recentra sur l'Empire Sith.

- Et maintenant, nos projets quant à l'objet de tous nos cauchemars,
fit-il, légèrement maussade, mais déterminé. Quels que soient les projets de l'Empire, il nous faut nous préparer au mieux. Depuis Ondéron et Coruscant, si nous pouvons former nos padawans et assister à la politique de la Galaxie, je nous juge bien loin de l'ennemi lui-même. Je souhaite vous faire la proposition de l'installation d'une base Jedi secrète non loin de la frontière impériale.

La carte galactique s'anima, et une planète fut auréolée d'une cible jaune clignotant doucement, à quelques parsecs de la frontière avec l'Empire Sith.


- Voici la planète Lorrd, située dans le secteur Kanz, bordure extérieure. Elle n'est pas Républicaine, bien qu'elle fasse commerce avec, en raison de quelques ressources minières. Elle n'appartient pas non plus à l'Empire, qui ne semble guère y apporter d'intérêt particulier.

Au début, il avait bien pensé récupérer l'ancien Temple de Dantooïne, qui n'était pas si loin de l'Empire, mais ce lieu était beaucoup trop prévisible à ses yeux. Si la guerre se déclenchait, Ynnitach viendrait les y cueillir avec beaucoup trop de facilité.

- Le terrain est désertique et glacial, aussi n'est-elle pas fréquemment visitée en dehors des autochtones. Avec l'envoi de troupes très progressives, et une base bien dissimulée, nous pourrions passer inaperçus pendant des années... Tout en gardant l'Empire sous le nez.


Il était évident que des missions d'infiltration, un jour, pourraient s'avérer nécessaires. Lorrd permettrait éventuellement de s'approcher au plus près de la frontière pour débuter ce type de mission : si l'Empire faisait commerce elle aussi pour récupérer des ressources minières, il serait alors aisé de profiter du fret pour entrer dans le territoire Sith...

- Je suis conscient cependant du premier risque de cet emplacement,
poursuivit le vieil homme qui se déplaçait à pas lents, mains jointes devant lui pour mieux se concentrer, à côté de la carte animée. En cas d'expansion de l'Empire, Lorrd serait absorbée très vite. Des solutions de fuite devraient être envisagées... Mais les élections prochaines nous permettront d'évaluer la probabilité de ce risque.

Car bien sûr, l'installation d'une telle base ne pourrait se faire en quelques jours. Il faudrait attendre que les élections soient terminées pour que l'on commençât les travaux. Or, l'agressivité du nouveau Chancelier vis à vis de l'Empire serait déterminant pour leurs propres risques.

Le vieil homme cessa son mouvement et se tint droit face à ses confrères.

- Que pensez-vous de ce projet, Maîtres ?




Citation :
Thème : Elections
Ma position : neutralité, mais assurer la sécurité des frontières et du sénat le temps des élections.

Thème : Nosfera
Ma position : faire faire un avis de recherche par la République, et envoyer des Chevaliers et maîtres sur les traces de Nosfera.

Thème : Projet Lorrd
Ma position : construire une base secrète après les élections.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Fyelën
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 140
Âge du perso : 39
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
88/88  (88/88)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]   Sam 4 Oct 2014 - 20:24


Le doute s'était immiscé lorsque Gabriel avait appris la nouvelle. Sa nomination récente au rang de Maitre, après avoir clôturé une formation de Padawan était attendue, mais une nomination au rang prestigieux de Maitre du Conseil, cela avait de quoi l'ébranler.

Était-ce une décision sage du Conseil que celle-là ? Était-ce "responsable" ? Saurait-il remplir cette tâche ? Serait-il suffisamment qualifié pour ? Tant de questions que le Jedi chercha à chasser de son esprit, à apaiser au moyen d'une méditation qui dura une nuit complète.

-"Méditer n'est pas toujours la solution pour apaiser son esprit Gabriel. Je pensais que tu avais au moins appris ça à mes côtés."

Rouvrant les yeux, Gabriel sourit en voyant la silhouette familière s'offrir à son regard : celle de Shanti Ligüel, son ancien mentor et amie de longue date.

-"Maitre."

En bien des années, le respect tintant la voix du Corellien pour son Maitre était toujours présent. Comment en aurait-il pu en être autrement ? Le Jedi devait beaucoup à son ancien mentor. Avançant de quelques pas, la Maitre d'armes décrocha son sabre, saluant Gabriel dans un mouvement que l'ancien disciple connaissait bien. Et les échanges commencèrent, dans une danse de lames et de vrombissement dues à entrechoquement des sabres lasers. Et une heure plus tard environ, Shanti rabattit sa lame.

-"Tu n'es pas qu'un Corellien, Gabriel. Ta mère t'a laissé un héritage que tu ne dois pas délaissé. Tu t'en rappelles ?"

Un simple signe de tête répondit à la Gardienne. Il s'en souvenait, de cette leçon qu'elle lui avait jadis enseigné dans la mesure de ses possibilités sur le savoir qu'elle avait des Echanis, sur leurs traditions et sur leur façon de voir le combat.

-"Cela n'empêche, je ne peux m'empêcher de me demander : Pourquoi moi ?. Vous-même êtes Maitres depuis plus longtemps, avec plus d'expérience. De mon avis, vous auriez été un meilleur choix."

-"Le Conseil a ses raisons Gabriel, et tu ne tarderas pas à les découvrir ; mais retiens que si tu as été choisi, c'est que le Conseil a vu en toi les caractéristiques nécessaire pour remplir cette tâche. Et je penses t'avoir appris à ne pas douter du Conseil, non ?"

-"Oui, mais en l’occurrence, ce n'est pas de lui que je doutes. C'est de moi."

-"Tout comme à l'époque tu doutais de ta manière de manier le sabre. Et pourtant... Être au Conseil ne sera pas différent. Les Anciens te formeront, et je sais que tu donneras le meilleur de toi-même. Maintenant, il est temps de t'y rendre. Ou alors ils vont t'attendre."

Et c'est ce que fit le Maitre, suivant les conseils de son ancien mentor. Et en retard il ne fut pas, bien qu'il soient le dernier à arriver des douze. Mais l’accueil n'en fut pas moins chaleureux, que ce soient par Maitre Anya Jeseladai, pour qui il nourrissait une certaine admiration et qui fut la première à l'accoster, ou encore par le Maitre Waray, qui était à son habitude parmi les Maitres les plus mystérieux de l'Ordre, en étroite collaboration avec ses fonctions.

Rien y faisait pourtant, Gabriel se demandait encore s'il était un Membre de l'Ordre des plus indiqué pour cette place qu'il allait occupé. Et ouvrant le petit écran holographique de son fauteuil, il pianota. Quelques recherches, sur certains noms dont le sien, mais l'un d'entre eux attira son attention : "Shanti Liguel, Ombre Jedi." Elle avait omis de préciser le détail, mais Gabriel sourit tout de même. Il comprenait maintenant ce qu'elle avait voulu dire plus tôt, en disant qu'il ne tarderait pas à découvrir les raisons des choix du Conseil. Lui qui pensait si bien connaitre son Maitre, elle venait encore de le surprendre. Il suivrait dès lors son conseil : faire de son mieux, comme toujours. Mais voila que la séance commençait. Et Gabriel reporta son attention sur le Grand Maitre, Saï Don, qui commença un bref résumé de l'ordre du jour.

Le premier point traitait de l'élection prochaine d'un Nouveau Chancelier, pour remplacer le Jedi Halussius Arnor dont le Mandat arrivait à expiration. Et déjà là, le sujet était épineux. Deux candidats, deux partis principaux, et l'Ordre Jedi entre deux. La voie préconisée par le Grand Maitre fut la neutralité, mais l'avis de chacun était demandé sur la question. Et il y avait également un aspect militaire à traiter. Sur ce point, un avis net fut prononcé, de la bouche du Nautolan à la réputation bien connue.

-"J'ai envoyé un message ce matin aux états-majors de la République pour voir ce qu'il y a lieu de faire. Si effectivement le besoin s'en fait sentir, il sera opportun d'envoyer quelques Maitres sur les points sensibles de la Frontière."

Gabriel aurait juré, au timbre de sa voix, que le Maitre était lui-même volontaire pour cette tâche, autant que d'autres pour être de ceux qui irait au Sénat pour renforcer la sécurité des Elections.

-"Je suis de l'avis du Maitre Don sur notre position quant aux élections. Je... penses que c'était peut-être une erreur de notre part de laisser un de nos membres à la tête du Sénat, et que ce serait renouveler l'erreur que de prendre à nouveau parti. La Reine Kira est notre hôte, mais Artorias était la planète d'origine du Chancelier Arnor. Ce simple fait nous met en porte-à-faux quant aux deux protagonistes principaux de cette élection."

Prendre la parole n'était pas la chose la plus facile lors de sa première séance, mais ça l'était encore moins alors que l'on devait s'avouer en désaccord avec une décision antérieure. Pourtant, Gabriel perçut le regard approbateur du Maitre Geilvta qui appréciait visiblement l'initiative. Fort de cette impression, il continua, reprenant en disant :

-"Nous avons connu l'inquisition, puis une certaine forme de notoriété qui a pu être mal perçue de la part de certains membres de la Galaxie, qu'ils soient Jedi, sénateurs ou encore simples citoyens. Il me semble crucial de profiter de cet évènement pour recentrer notre position face à la République. Nous en sommes des arbitres neutres, et la politique risque de nous mener vers de sombres extrémités. A l'heure actuelle, il nous faut nous concentrer sur cette tâche qui est la nôtre."

Ce fut ensuite Maître Thosscon Sodervall qui prit la parole, pour renchérir sur un point :

-"S'il faut envoyer des Jedi au Sénat, je proposes cependant que l'on soit plus sélectif sur ces Jedi. Nous avons besoin de renforcer nos relations avec le Sénat et ses membres, et certains des nôtres ont parfois, par leur action, l'effet inverse."

-"Je suis d'accord. Lors d'une de mes récentes rencontres avec le Ministre Rejliidic qui m'a confié certaines craintes en relation avec le point que vient de soulever le Maitre Sodervall."

****

Le deuxième point de l'ordre du jour était plus compliqué : Nosfera. Comme plusieurs, Gabriel avait eu l'occasion d'en entendre parler, mais ne s'était pas arrêté à ça encore. Pourtant, ce qui lui avait semblé alors n'être qu'un écran de fumée habituelle était la cause du dernier séjour de Saï à l'infirmerie, et rien que pour cela, ça valait bien la peine qu'on s’intéresse à elle.

Nosfera... rien que le nom était peu orthodoxe, si l'on se penchait un temps soit peu sur la question. Habituellement, les Sith prenait un nom commençant par le terme "Darth" et là pourtant, non. Ce n'était pas Darth Nosfera mais Nosfera qui ressortait.

-"Cette Nosfera est en train de devenir un vrai problème. Alderaan n'était pas son coup d'essai, et c'est malheureux que vous ayez croisé sa route, Maitre Don."

Maitre Waray venait de prendre la parole. Savait-elle quelque chose d'autre ? La réponse n'allait pas tarder.

-"De nombreuses informations ont filtrés par le réseau des Ombres, et même au sein des Sith elle semble faire parler d'elle. Lors de l'attaque de Fyldon Maxima, elle fut nommée la responsable directe par les Sith. Disent-ils la vérité ? Aucun moyen de le savoir, si ce n'est un témoignage que nous avons recueilli du jeune Chevalier Draayi lors de son retour de captivité. Le nom était sorti de son récit des faits, ce qui peut nous permettre de la supposer affiliée à l'Empire. Pourtant, nous n'avons encore aucune preuve concrète de son implication au sein de l'Empire.

Les derniers rapports d'Ombres mentionnent également le fait de transports attaqués, coté autant Républicains que du coté de l'Empire, et à nouveau son nom ressort."


-"Une prime sur sa tête serait une excellente idée, mais peut-être faudrait-il veiller à ce que la prime soit conséquente. Les chasseurs de primes sont souvent sans foi ni loi, si ce n'est la leur propre. Si cette Nosfera a des liens avec eux, ils la trahiront peut-être." renchérit Maitre Sodervall.

-"Profitons d'elle aussi pour peut-être éprouver l'Empire et sa proposition de Paix. Si c'est vraiment la paix que l'Empire souhaite, sollicitons la République tant qu'il est en notre pouvoir de le faire de faire pression sur l'Empire pour obtenir tous les renseignements qu'ils ont sur elle, afin de faire d'une pierre deux coups. Si effectivement elle est liée à l'Empire, ils feront peut-être une faute qui nous sera possible d'exploiter." conclua Gabriel, oubliant de plus en plus ses doutes et en phase de plus en plus avec ses nouvelles attributions.

****

Le dernier point abordé par le Grand Maitre fut l'implantation d'un poste avancé, dans le plus grand secret sur Lorrd, une planète isolée non loin de l'Empire, dans la bordure extérieur. Et que rajouter de plus à ce qu'avançait le Jedi d'expérience ? L'idée était bonne et le lieu approprié.

-"Afin de protéger le lieu et la population, nous pourrions nous inspirer du fonctionnement de l'Enclave de Télos : légère déviation dans le réseau d'alimentation électrique, endroit isolé pour l'implantation, difficile d'accès, discret..."

Des paroles, pleines d'enthousiasme quant à ce projet, afin de plussoir ce dernier. Une initiative, bonne quant à la conjoncture actuelle, qui se devait selon lui d'être finalisée.


Citation :
Thème : Elections
Ma position : Idem que Saï - neutralité, mais assurer la sécurité des frontières et du sénat le temps des élections.

Thème : Nosfera
Ma position : faire faire un avis de recherche par la République (prime haute), et envoyer des Chevaliers et maîtres sur les traces de Nosfera. Demander infos à l'Empire dans le but de percer à jour si Nosfera est lié à celui-ci ou non.

Thème : Projet Lorrd
Ma position : construire une base secrète. L'engouement de Gabriel est par contre plus parlant : l'attente n'est pas nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]   Dim 5 Oct 2014 - 19:02

-Léonard... ?

Je levais le nez du sol que j'étais en train de balayer tout en réfléchissant à je ne sais plus quel problème insoluble dont je nourrissais mes heures perdues en réflexion fertiles.

-Léonard, le Conseil siège dans 15min.

Antogue, un Tif de 2m50, vers, avec une barbe rouge et de grandes tresses, un mélange de couleur improbable et assez effrayant. Le premier padawan de feu mon maître, et ce qui s'approche le plus d'un frère. Un frère qui vient m'importuner pour me dire des choses qui ne me laissent par ailleurs presque indifférent. Je lirais le compte rendu publié, comme pour les 25 ans passés..

-Léonard... Tu ES au Conseil.

Moment de blanc.. Meeeeeerde, c'est vrai ! Ouais, enfin excusez du peu, mais cette proposition m'avait quand même fait bugger. J'étais bien content d'y être, mais ça avait été pour moi assez improbable..
Du coup l'urgence se fit sentir.. Pas être en retard.. Surtout pas.. Surtout pas le premier jour du Nouveau Conseil ! Déjà que ma nomination avait du faire débat si en plus je lâchais une mauvaise impression dès le premier jour.. J'allais m'asseoir sur un siège qui serait éjectable.

-Merci Antogue ! A plus tard !

-Tu me raconteras !


Tu peux toujours rêver tien.. Au pas de charge, je fis une chose qu'il m'arrivait très rarement de faire et que je détestais profondément... J'arrivais en avance. Suffisamment pour échanger les futiles félicitations et poignées de main (qui font mal, ils serrent fort, mine de rien, pour une ossature comme la mienne).. La bonne humeur était une chose, ce cérémonial social.. Était pour moi superflu. Je m'étais contenté de saluer Gabriel d'un hochement de tête et d'un sourire (chose rare chez moi) aussi bien pour lui souhaiter le bonjour que pour manifester le contentement que j'avais de le voir ici, avec moi.

Bref, tout ça pour expliquer pourquoi, une fois assis, il y avait un balais posé contre mon siège de membre du Conseil. Mais la gravité était telle que ce genre de détails.. Au final, on s'en fou. Aussi avais-je écouté parlé, et pris le temps de retourner 17 fois ma langue dans ma bouche. Parce que comme d'hab, j'allais encore ajouter un grain de sel désagréable.

-J'aimerai porter une précision.. Pour ce qui est des élections, je crois qu'il est exclus d'intervenir ouvertement si on ne nous le demande pas. Je veux dire : les Jedi entretiennent depuis toujours des liens très particuliers avec le milieu politique, chose plus vraie encore depuis Halussius et son mandat.. Hors une ingérence forte pourrait passer pour une volonté des Jedi de refuser que le pouvoir passe de main.. Il va de soit que personne ici n'en a envie.. Mais vous savez tous que si nous donnons un angle d'attaque à nos détracteurs, en deux semaines nous pouvons avoir le Sénat et l’opinion publique sur le dos ainsi qu'une image de tyran conservateurs placardé à notre réputation, et rien ne serait plus nuisible à nos devoirs..

Par ailleurs, j'ai déjà attiré l'attention du Conseil sur ce fait : nous avons des Siths très haut placés dans notre République.. Nous ne pouvons pas materner le Sénat, et nous n'avons pas à le faire. La République doit se déterminer elle-même. En revanche, nous pouvons concentrer nos pouvoirs et notre surveillances sur l'éradication du mal.. Nous ne pouvons pas laisser l'Empire avoir des racines jusqu'au Sénat.. Nous nous souvenons de Lana Anthana.. J'avais soulevé la problématique des rapports de la Reine d'Ondéron avec un Seigneur Sith, connu sous le nom de Noval Ortyss, et ce ne sont sans doutes pas les seuls.. Les Siths manipulent le pouvoir, la corruption et la manipulation, beaucoup de choses qu'aiment les puissants du Sénat. Si nous laissons le serpent venimeux impérial empoisonner la République de l'intérieure, à qui pourrons-nous nous fier ? Que faire alors ? Passer des arrestations à une purge ? Nous n'avons pas à choisir le chancelier à la place du Sénat, en revanche, nous ne pouvons pas le laisser se faire bloquer par les rouages administratifs joués par les Sith, ni même le laisser devenir leurs pantins.
Il existe beaucoup de vices dans cette Républiques que nous ne pouvons et que nous ne devons pas gérer. Mais il existe dans cette Galaxie des forces que nous sommes les seuls à pouvoir affronter. Nous ne pouvons pas être la police du Sénat si ce dernier ne peut pas avoir de force de sécurité fiable. Mais nous pouvons représenter une ligne de défense et de vigilance active et réactive face au poison distillé par l'Empire s'il venait à atteindre nos hautes sphères..


Je hochais la tête humblement avant de me proposer de la manière la plus logique possible.

-Les sénateur Rejliidic, Scalia et la Reine ne doivent pas m'adorer, mais cela est inhérents à des raisons strictement personnelles Je reste un Jedi qui a déjoué un attentat au Sénat, et qui lui a rendu son chancelier et sa flotte.. Je suppose que je dois pas être pire qu'un autre en terme de réputation..

Disons que j'avais le tords de considérer qu'une rancune personnelle ne devait pas interférer avec le devoir. En gros j'aurai pu haïr quelqu'un et bosser avec, j'aurai été efficace comme avec d'autres.. Sauf que tous n'ont pas ce détachement inhumain qui me caractérise... Et quelque part, tant mieux.
Pour ce qui était de Nosfera, j'avais en tête une possible idée tordue qui méritait réflexion.. En gros, une dizaine de secondes laissées à un autre maître avant d'intervenir à nouveau, perplexe. Ma voix blanche et monocorde trahissait là le coté expérimental de mon raisonnement.

-J'ai peut-être une piste à proposer pour cette... Nosfera. Lorsque la flotte d'Halussius a été attaquée
... Nous nous sommes retrouvés face à une.. « Force Rebelle Sith ». Une force rebelle qui semble présenter les mêmes caractéristiques d'alignement que cette Nosfera : toute aussi chaotique, tout aussi liée à l'Empire tout en étant son antagoniste..
Or, il se trouve que deux faits sont à remarquer dans cette attaque pour notre cas.. Primo, la Ligue a bordé un vaisseau impérial et leurs hommes s'en sont sortis à l'aide des véhicules impériaux légers.. Deuxio, j'ai eu vent d'une.. Extraction particulière : L'Amiral Alan Laenian Brésancion aurait récupéré des hommes du Ministre Rejliidic à bord d'un bout de vaisseau impérial. Et les holo le confirme, le Tolérant a tiré pour séparer la passerelle du bâtiment Sith du reste du vaisseau. Je n'y ait pas prêté attention sur l'heure ni après car cela dépasse ma juridiction.. Mais étudier ces bases de données pourrait nous renseigner sur le camp auquel appartient Nosfera, et peut-être même sur elle.
J'ajoute néanmoins que je suis très sceptique sur la possibilité réelle qu'une force de sédition Sith de cette ampleur soit autre chose que des sortes de.. « corsaires » de l'Empire.
Par contre, envoyer n'importe qui à la suite de cette Nosfera, c'est envoyer des gens au suicide..


Pour ce qui était de Lorrd.. Là, en revanche, nul doutes. J'étais partant. L'idée était bonne pour plusieurs raisons, et je tenais à souligner que j'étais prêts à participer.

-En ce qui concerne Lorrd, j'ai toujours été partisan d'une solution visant à surveiller et contenir l'Empire. Une telle initiative va entièrement en ce sens, et ne pourra que se découvrir plus de richesses encore lorsqu'elle sera montée, nous manquons cruellement de données sur l'Empire.. Mais il conviendra de briefer correctement ceux qui iront : les Jedi ne sont pas des soldats, du moins ils n'ont pas vocation à l'être.. Ce genre d'initiative ne doit pas être la marque d'une militarisation de nos valeurs..

Je hochais à nouveau la tête avant de m'enfoncer légèrement dans mon fauteuil.. Signe que j'avais terminé.. Et que j'étais quand même un peu gêné de causer devant ces maîtres du Conseil, moi qui était encore chevalier il y avait un an..



Citation :

-Présence au Sénat si demandée par les politiques. Surveiller les politiciens.

-Enquête sur les info obtenue lors de la bataille de Flydon Maxima pour retrouver une trace de Nosfera. Envoyer des Jedi ou des gardes qualifiés après elle.

-Pour une station sur Lorrd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]   Sam 1 Nov 2014 - 21:09

Assis seul dans son bureau en cette heure matinale, le jedi en bure bleue ne vaquait pas à ses occupations. A la place, il observait en silence ses archives et les petits hologrammes qui flottaient, fantômes bleutés de personnes décédées ou toujours vivantes. Il se concentrait sur certains de ces hologrammes : une jeune twi'lek, un vieil humain aux cheveux blanc, une silhouette noire et rouge...
Cherchait-il conseil ? Approbation ? Guidance ? Ce n'était pas exactement cela. Il ne s'agissait après tout que d'immatériels fantômes. Quiconque d'assez fou pour demander l'aide de disparus méritait de les rejoindre. Non, définitivement, il ne s'agissait pas de cela. Le maître se contentait de respecter un moment de silence, sans vraiment de signification, sans vraiment de but. Un bout d'éternité, en l'honneur des morts.

"J'y vais", fit-il simplement, les hologrammes le regardant sans répondre.

Peut-être les holocrons n'avaient-ils pas détecté ses paroles. Sa voix était un murmure, un souffle qui flotta un instant en l'air lorsqu'il tira sa capuche par-dessus sa tête nue. Le Corellien se leva et rejoignit la porte de son bureau, la verrouillant derrière lui. Puis il joignit les mains dans ses amples manches et remonta les couloirs du Temple, un sourire en coin.

Aujourd'hui n'était pas un jour ordinaire. Pour une raison qu'il igno- bon, pour des raisons qu'il suspectait fortement, le Jedi avait été convié à rejoindre le Conseil. Rien que cela. Il y avait longtemps, il avait espéré pouvoir l'approcher. Il y avait encore peu, il avait aspiré à s'en faire entendre. Et voilà qu'assez soudainement, il en faisait partie.

Et tourne, et tourne la galaxie ; et court, et court dans l'infini... ne put-il se retenir de chantonner sous son crâne.

Le maître bifurqua vers la salle du Conseil, se joignant à deux de ses nouveaux collègues qui se hâtèrent de lui présenter leurs félicitations. il sourit, hochant la tête avec reconnaissance, recommençant avec d'autres maîtres en pénétrant dans la vaste salle. Le protocole avait ses raisons.
Ses yeux circulèrent dans la pièce. Elle n'avait pas vraiment changé - pas du tout, même - et pourtant il y sentait quelque chose de différent. Probablement sa propre vision des choses, maintenant qu'il était de l'autre côté de la barrière. Ca, ou bien le balai à la main de l'un des autres nouveaux venus du Conseil, l'autre main occupée à serrer celle de Berryl dans les félicitations de circonstance.
Il n'en fallait pas plus pour amuser le Jedi et rendre une quelconque impression de différence creuse et sans intérêt.

Enfin le douzième et dernier des nouveaux membres - car il faut bien un dernier - pénétra dans la salle et reçu le même accueil chaleureux. Du moins, chaleureux pour des Jedis de haut rang : le genre à se congratuler d'une poignée de mains et d'une légère tape sur l'épaule avec un petit sourire et un hochement de tête satisfait. On verrait plus tard pour les pintes de bière dans une cantina. Bien plus tard.
La séance pu donc commencer, les douze conseillers s'installant à leur aise autour de la table. Tous se tournèrent vers maître Don, bien entendu. il restait le chef de cet étrange orchestre décisionnel, après tout.

Rien que le sujet du jour était un premier casse-tête politique : pour ou contre soutenir un candidat à la chancellerie. Enfin, pas exactement. La position des Jedis envers la politique républicaine, déjà ambiguë par nature, se heurtait aux remous des conflits d'intérêts et fonçait à pleine vitesse sur l’écueil Sith. D'où la question : que fait-on ?

"Je partage l'avis de maître Tianesli sur ce point. La volonté de l'Ordre n'a jamais été de dicter sa conduite à la République, mais seulement de la protéger, d'elle-même s'il le faut. Sans compter, ainsi que maitre Fyelën l'a souligné, que nous ne pouvons en soutenir aucun sans donner l'impression de grappiller notre petit avantage personnel. Plutôt que chercher quel candidat soutenir, je suis d'avis à s'assurer qu'aucun d'eux n'a de liens avec l'Empire."

Facile à dire, évidemment. Coruscant était grande, et littéralement couverte de politiciens prêts à... disons à beaucoup de choses pour atteindre leurs objectifs. Mais ce n'était pas ce qui allait faire peur à des Jedis.

"Je soutiens donc la proposition d'assurer la sécurité du Sénat et veiller au bon déroulement des élections, sous réserve que la République le juge utile, et de surveiller de près les candidats et sénateurs susceptibles de jouer le jeu de l'Empire. Notre rôle devrait dans l'idéal être double : montrer notre bonne volonté au Sénat, et empêcher discrètement toute ingérence de la part des éléments Siths ou autres."

Un travail de longue haleine, Berryl en était conscient, et à vrai dire rien moins qu'utopique. Il s'agissait moins de purger le Sénat - solution radicale qui prendrait trop de temps - que de limiter les dégâts, si dégâts il y avait. Et encore une fois, les Jedis partaient en retard dans ce bras-de-fer aveugle, cherchant dans l'ombre des adversaires qui étaient peut-être déjà plus loin.
Il s'agissait de se souvenir comment éclairer les ténèbres. Prendre les choses à l'envers.

"Nous connaissons la cible, cette fois : le Sénat et les élections. Le meilleur moyen d'agir reste de les y attendre. Maîtres Soderval et Fyelën proposent d'être rigoureux sur le choix des Jedis qui iront nous représenter au Sénat le cas échéant, j'ajouterai de choisir avec le plus grand soin des Jedis qui s'assureront que personne ne jouera double jeu pendant les élections/"

Le sujet étant clos, le deuxième point de la réunion apparu au-dessus de la table : la silhouette bleutée et tremblotante d'une femme qui, d'après la description donnée par maître Don, n'était rien moins que l'ennemie publique numéro un.
Le Corellien pianota sur le clavier de son accoudoir pour afficher devant lui ledit rapport sur l'incident alderaanien. Il s'agissait plus d'une estimation du coût des dégâts qu'un compte-rendu de bataille, ce qui en disait long sur le potentiel destructeur de la dénommée Nosfera...

Les informations supplémentaires fournies par maître Waray pointaient vers une franc-tireuse impériale qui s'était éprise de liberté et d'indépendance. Une sorte de calamité naturelle, ne pu s'empêcher de songer le Jedi en bleu. L'idée d'une prime ne le réjouissait toutefois pas vraiment.
Le témoignage de maître Tianesli bifurquait un brin, décrivant Nosfera comme, au plus, une corsaire impériale. Toujours cette idée d'indépendance, au fond. Nosféra n'était-elle vraiment que cela ? Un électron libre lâché par l'Empire plus ou moins dans la bonne direction en espérant qu'elle aille à peu près droit ? Un peu maladroit de la part de la Sith qui avait barboté la moitié d'une galaxie connue...

"Je me vois contraint de m'opposer à une prime pour cette Nosféra. Je ne doute pas de sa dangerosité, croyez-le bien, mais cela outrepasserait nos devoirs. Sith ou non, nous nous devons de nous en occuper nous-même, et non de passer par l'intermédiaire de mercenaires qui pourraient, pour ce que nous en savons, nous trahir au moment de la livraison."

Maître Berryl savait qu'un bon chasseur de primes suivait un certain code d'honneur : la confiance était tout dans ce genre de métier, et peu de gens embaucherait un chasseur qui ne tenait pas sa parole. Mais il fallait aussi compter sur tous les petits malfrats, les chasseurs amateurs ou simplement les mercenaires appâtés par le gain, qui n'hésiteraient probablement pas à faire sauter un bâtiment et ses occupants pour toucher la prime. La dernière chose dont la République avait besoin était bien que des imbéciles avides ajoutent au sillage de chaos que laissait Nosféra.

"Non, l'Ordre a toujours réglé ses problèmes seul, et a toujours affronté ses ennemis en personne. Si la République désire offrir une prime, c'est son droit. En tant que Jedis, en tant que défenseurs de la galaxie, nous n'avons pas à mettre un prix sur la vie de quiconque."

Pour autant, comment combattre une telle menace ? Ignorant ses buts, ses motivations, ses moyens, comment prédire ou même comprendre ses mouvements ? Ce qu'il fallait, c'était des informations.

"Etudier ces bases de données pourrait s'avérer crucial, en effet. Et il nous faudra très certainement les meilleurs duellistes pour l'affronter. Mais avant cela, il va nous falloir les Jedis les plus rusés pour la dénicher et la forcer à se montrer. Il semble peu probable de pouvoir la dépasser en puissance pure - les déboires de maître Don le prouvent. La tactique sera donc certainement un élément plus important encore pour combattre Nosfera."

Et enfin, le dernier sujet de la réunion : Lorrd. Un nom bien simple pour masquer un mouvement très sournois de la part de Jedis. Mais ce n'était pas lui, habitué à frayer dans les secrets et machinations politiques, qui allait s'en offusquer. Tant que cela restait raisonnable.

"Je ne suis pas un spécialiste de ce genre de base secrète, contrairement à mon camarade", fit le Corellien en désignant d'un geste maître Fyelën. "Je laisse à ceux qui savent le soin d'en peaufiner les détails. Ma position n'a pas changé depuis la grande réunion des maîtres : nous avons besoin d'une telle base. La localisation semble intéressante, ni en terres impériales, ni dans le giron de la République. Je suis pour."

Lui-même n'avait grand-chose à ajouter en la matière, étant plus expert de l'arrière-garde que de la ligne de front. Maître Fyelën semblait largement plus compétent que lui en la matière, nul doute que cette base secrète ferait l'objet d'une préparation minutieuse. Mais cela valait le coup, si les Jedis pouvaient enfin damer le pion aux Siths.

Citation :

- D'accord pour laisser la République décider si elle veut de l'aide des Jedis aux élections, et pour surveiller et enquêter sur les politiciens

- Contre une prime pour Nosfera, et pour envoyer les duellistes les plus forts et rusés sur ses traces

- Pour une base sur Lorrd, laisse les détails aux professionnels
Revenir en haut Aller en bas
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7848
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]   Lun 3 Nov 2014 - 17:34


Enfin la parole fut prise par l’un des nouveaux. Gabriel Fyëlen parlait sans détour. Il montrait le fond de sa pensée, n’hésitant pas à qualifier une « erreur » les choix passés du Conseil Jedi. Il fallait bien reconnaître que le mandat du Chevalier Arnor, s’il avait commencé avec brio, s’était terminé en catastrophe. Tout avait commencé lors des affrontements sur Artorias qui, le Conseil l’avait bien deviné, avait beaucoup plus bouleversé le Jedi Chancelier qu’il n’avait bien voulu l’admettre. Après cela, l’homme n’avait plus jamais été le même et s’était peu à peu éloigné de l’Ordre. Le Conseil n’avait plus aucune prise sur lui, et Maître Don doutait même qu’Halussius allait bel et bien revenir au Temple reprendre ses fonctions habituelles. Il se sentait coupable, parce qu’il avait été l’un des premiers à soutenir le Chevalier Arnor lors de sa prise de fonctions, certain qu’il était qu’Halussius avait les épaules assez larges pour le poste. Après tout, il faisait preuve d’une grande sagesse et d’une grande tempérance pour son âge, en plus d’être volontaire. Il semblait incorruptible. Le candidat parfait. Trop parfait peut-être, aux yeux des Sith, qui s’en étaient pris à son monde ? Etait-ce là une simple coïncidence, ou bien avait-ce été le plan de Darth Ynnitach pour déstabiliser la République une fois de plus ?

Il ne servait à rien de remuer le passé. Ce qui était fait était fait, et le vieillard n’avait plus le cœur à proposer de nouveau que les Jedi se mêlent de politique. Sa proposition de neutralité fut acceptée sans détour, notamment au vu des pressions plus urgentes qui se faisaient sentir au sujet du projet Byss… Néanmoins le Maître Tianesli, flanqué bien entendu de son balai, soulevait un point intéressant : si les Jedi se retiraient du Sénat, les Sith, eux, y resteraient certainement très bien positionnés… Maître Don acquiesça également aux propos de Maître Sodervall, et saisit l’opportunité de régler deux problèmes à la fois, de la même manière que l’avait habilement perçue Maître Berryl :

- Nous sélectionnerons dans ce cas soigneusement les Jedi qui nous représenteront au Sénat, conformément aux préconisations de Maître Sodervall, tout en leur donnant une double mission : celle officielle d’en assurer la sécurité et de faire le lien avec la politique militaire du prochain Chancelier… et une mission plus officieuse de veille. Si des Sith il y a au sein du Sénat, il sera de leur ressort de les surveiller le plus étroitement possible.

C’est par la suite que Maître Tianesli et Maître Berryl prouvèrent aux yeux du vieil homme à quel point ils apportaient des ressources à ce Conseil : Maître Tianesli apporta des informations inattendues sur les procédés de cette Nosfera et le rapprochement avec les rebelles Sith. C’était une piste fort intéressante à creuser… Si Maître Berryl s’opposa à une prime de la République, lui, ce fut avec des arguments sensés qui poussèrent un instant le vieil homme à se mordiller la lèvre inférieure.

- Il me semble fort urgent d’explorer les ressources de ces bases que vous évoquez, Maître Tianesli. Pensez-vous pouvoir former un groupe de travail pour en sortir au plus vite les informations nécessaires ?


Maître Don se rangeait en effet finalement plus facilement à l’avis de Maître Berryl, et il lui semblait qu’un surplus d’informations ne serait pas de trop pour parvenir à coincer cette Nosfera… En se servant peut-être même de leurs ennemis.

- Il serait effectivement très judicieux, Maître Berryl, de trouver une manière de la doubler par la tactique… Si elle se révèle être une Sith de l’Empire, alors ces derniers violent le traité de paix auxquels ils tiennent eux-mêmes. Si elle fait partie des rebelles, l’Impératrice ne serait que trop heureuse de s’en débarrasser…


Du moins, normalement. On ne pouvait pas réellement s’attendre à une collaboration avec l’Empire, bien sûr. Cela aurait probablement été un pacte avec le diable. Mais il y avait à creuser dans cette idée-là…

- Je vous proposer de reparler de cette Nosfera dès que nous en saurons un peu plus à son sujet, pour établir une stratégie.


Il espérait seulement que cela ne traînerait pas trop.

Enfin, le dernier sujet reçut, au soulagement du vieux Jedi, l’approbation de la plupart de ses confrères et consœurs. C’était d’autant plus important qu’à ses yeux, le projet avait de l’intérêt s’ils parvenaient rapidement à la mettre en œuvre. Que le débat ne s’éternise pas là-dessus était le meilleur moyen pour que l’ordre de mission soit transmis au plus vite à deux Jedi triés sur le volet. Oui, il allait bien falloir les choisir, et bien les briefer là-dessus. Un Maître serait nécessaire, mais l’entreprise était loin d’être impossible. Tant que le projet resterait à l’état embryonnaire, il ne ferait pas parler de lui, garder le secret serait aisé. En revanche, quand un plus grand nombre de Jedi seraient au courant de l’existence d’une base secrète sur Lorrd… Jusqu’à quel point faudrait-il protéger l’information ? Pour l’instant, seuls les Maîtres du Conseil seraient dans la confidentialité, puis les deux premiers Jedi envoyés en éclaireurs. Si le projet s’avérait viable, alors l’on repenserait ce projet et l’on en déterminerait tous les minutieux détails…

Le vieil homme retourna doucement s’asseoir à son siège tandis que s’éteignait l’hologramme central. Il avait hâte de passer à la pratique. Voilà longtemps qu’un projet n’avait pas fait naître tant d’espoirs et de motivation que celui-ci…

- Bien,
dit-il pour conclure. Si vous ne souhaitez aborder aucun autre sujet ce jour, la séance est donc levée.

Il interrogea les Maîtres présents du regard pour effectuer une dernière vérification. Si la réunion de la Chambre du Conseil était terminée, certains quitteraient la pièce pour vaquer à leurs occupations, tandis que d’autres resteraient présents pour accueillir un jeune adolescent à qui ils devaient présenter son Maître.

Un début de journée comme une autre pour le nouveau Conseil, en somme.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Ordre Jedi - Planète Ondéron :: Temple Jedi :: Chambre du Conseil Jedi-