La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Âme perdue recherche autre âme perdue [PV Dakin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camalia Alateen
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 73
Âge du perso : 18 ans
Race : Humaine
Binôme : Padawan de Lorn Vocklan

MessageSujet: Âme perdue recherche autre âme perdue [PV Dakin]   Mer 17 Sep 2014 - 19:26

-... N'est-ce pas Camalia?


La susnommée s'immobilisa dans son bâillement. Elle referma la bouche d'un air gêné et l'étira en un grand sourire qui se voulait irrésistible. Mais la Jedi au cœur de pierre qui leur servait de guide pour cette petite visite-touristique-d'un-point-de-vue-historique poussa un soupir et reprit son blabla. Camalia se racla la gorge devant le regard réprobateur que lui lançaient ses camarades.


"Bande de fayots" songea-t-elle avec un certain agacement.


Elle était en général la première à être polie, respectueuse des convenances, à l'écoute, active et tout le toutim... Il avait suffit d'un bâillement, un seul, pour qu'on lui fasse une remarque, et que la bande de jeunes apprentis autour d'elle la considère avec condescendance. Bon, il était vrai que depuis le début de la visite la padawan aux yeux verts flânait, baillait, s'étirait et soupirait sans gêne particulière, mais qui s'intéressait au nombre de sénateur Hutt qui avait loué un véhicule à la société AirSpeeders Coruscant? Il y avait des limites tout de même.
Consternée par le point auquel le monde était injuste, la jeune Corellienne, d'un air boudeur, ralentit le pas et resta à une certaine distance du groupe. Pas la peine de se faire remarquer d'avantage. Elle avait de toute façon l'esprit bien trop occupé depuis un certain temps pour prêter attention à un quelconque discours, ce n'était même pas contre la Jedi ou les Airspeeders. L'adolescente n'était toujours pas remise de la mort de son maître, ni de son affectation à un nouveau. Elle ne savait toujours pas à quoi s'en tenir, ne savait que penser et était perdue, tout bonnement perdue. Elle avait espéré que cette "mission rénovation" sur Coruscant lui changerait les idées et lui permette de s'activer de nouveau, et voilà qu'on l'emmenait en ville pour faire une visite qui, déjà en temps normal, aurait barbé la corellienne.


-Venez admirez le grand, le magnifique Verruté!


Camalia détourna la tête en entendant l'annonce, irrémédiablement attirée, une fois encore, par un jeu de mot peut être trop facile. Un espèce d'homme lézard tenait devant lui ce qui semblait être une lance en métal qu'il faisait tourbillonner entre ses quatre doigts griffus. Intriguée, la jeune fille, ayant retrouvé le moral et un semblant d'énergie, s'approcha de la foule qui se tenait devant l'estrade. L'espèce d'artiste fit crépiter sa lance qui se mit à émettre une panoplie de sons agressifs, et projeta des étincelles dansantes couleur rubis et émeraude sur l'audience qui poussait des "Oh!" et des "Ah!" d'admiration. Cam' entendit des bribes de conversations précipitées, et son regard fut attiré par quelque chose. Un enfant bouscula sans le vouloir une dame, qui se mit alors à le traiter de tous les noms d'oiseau répertoriés dans le lexique galactique. Elle le menaça de sa canne et le donna une gifle. Les gens autour d'elle n'osaient rien dire, voyant la condition évidente de Madââme. Rien qu'à voir la canne de celle-ci, un long objet noir brillant orné d'une tête de... Gros chat? En argent massif, on devinait facilement de quelle catégorie sociale l'oiseau sortait.



Mais ce qui intéressait Camalia, c'était autre chose.


Etait-ce un porte monnaie, qui dépassait de sa poche à cette vieille dame, là? Ça en avait tout l'air! La dame en question, que la padawan rebaptisera Dame à la canne, semblait porter la plus haute qualité de tissu que l'on pouvait trouver sur Coruscant, et affichait un air si hautain que Camalia eut un rictus. Quand elle était plus jeune, elle se serait fait un plaisir de lui voler sa pochette, bien qu'une Madââme de cette instance ne le remarquerait peut-être même pas. La Corellienne se tortilla les doigts. En était-elle encore capable? Il y avait tant de monde et d'agitation, personne ne s'en apercevrait... Elle mourrait d'envie d'essayer, juste pour être fixée.


"Non, Camalia, tu es une apprentie Jedi maintenant, tu fais le bien, tu ne fais pas les poches des gens."


Il suffit que l'homme lézard se mette à avaler la barre métallique sous un tonnerre d'applaudissement pour que la jeune fille s'empare de l'objet, aussi rapidement et agilement qu'un chat, sans même avoir à soulever le manteau de la dame. Camalia mit le porte-monnaie dans sa poche et applaudit avec les autres, l'air de rien. Elle rit à la blague de l'artiste écailleux bien qu'elle n'ait pas suivi puis quitta enfin le public pour retrouver son groupe. Elle pressa le pas, sentant une vieille et bien connue adrénaline monter en elle. Elle l'avait fait, elle avait réussi! Et même si l'adolescente savait qu'elle devrait avoir honte d'elle même, elle ne pouvait s'empêcher de sourire en repensant à cette vieille bourge. C'est vrai quoi, elle l'avait bien chercher.




"Ah mais zut, ils sont passés où les autres??"


Une vague de panique s'empara de la jeune fille tressée. Elle scruta tous les côtés de la Grand-rue où elle se trouvait, Grand-rue qui était bordée par des dizaines d'autres rues et ruelles.


"Bon, pas de panique. Tu ne retrouves pas ton groupe? Ok pas de soucis, il suffit de retourner au Temple!"


Camalia se retourna et remonta la rue d'un pas énergique, puis s'arrêta soudain. Elle n'avait aucune idée d'où se trouvait le Temple.
Elle décida de demander aux gens autour d'elle. La plupart marchaient si vite qu'il était tout bonnement impossible de les arrêter.



-Excusez-moi Monsie...


-Pousse toi de là j'ai pas de temps à perdre!



Camalia maugréa et arrêta une petite femme rondelette et bleue et lui demanda:

-S'il vous plait, excusez-moi de vous déranger: je cherche le Temple Jedi...?


La femme l'observa avec des yeux ronds.


-Celui de Coruscant......?


La femme sourit pauvrement et tapota l'épaule de Camalia avant de partir en disant d'une pauvre voix "Ces jeunes, ils ne savent plus où ils habitent, c'est malheureux! Le Temple de Coruscant!!"
Bah alors? Le temple avait été laissé à l'abandon, d'accord, mais il n'avait pas été réduit en cendres tout de même! Est-ce que personne à part les Jedis n'étaient au courant de son existence ou bien?! La padawan, hésitante, arrêta un nouveau passant affabulé de drôles de tentacules peu engageantes et celui-ci lui sauta dessus d'une voix suraiguë:


-Tu es perrdue mon enffffant?


Il sifflait comme un serpent, et la pauvre Camalia cru avoir une attaque quand l'une des tentacules faciales de la... Chose en face d'elle lui caressa la joue. Elle lui donna un bon coup de pied là où elle pria pour que se trouvent ses parties intimes et dévala la rue en sprintant. Plusieurs minutes à près, à bout de souffle, Camalia entendit alors une voix aigrie s'écrier:


-Là bas, c'est cette sale gamine qui coure, avec sa tenue de moine!


Oh oh. Voilà qui ne pouvait signifier qu'une chose: Problème. La vieille dame l'avait donc repéré tout compte fait. Camalia risqua un regard par dessus son épaule et vit deux Gardes Droïdes qui se mirent à lui courir après. La vieille dame fit de même, faisant lever haut les sourcils de la jeune padawan.
Regrettant cet accès de gaminerie du plus profond de son être, celle-ci se mit à courir de plus belle, zigzagant avec agilité entres les passants. Elle tourna dans une ruelle plus ou moins déserte, et trouva un parfait petit "escalier" constitué d'un bloc en pierre d'utilité inconnue, d'une espèce d'échelle et d'un rebord de toiture assez bas, sûrement un hangar -qui tranchait bien avec les immenses, que dis-je: Immenses grattes-ciels de la ville- et s'y élança. Elle grimpa aussi rapidement qu'un chat, risqua un regard dans la ruelle et n'y vit pas les gardes. Soulagée, elle continua son chemin sur ce qu'elle décida d'appeler des "toits" un petit moment et descendit avec une précaution extrême-elle avait le vertige, un vrai chat vous dis-je- pour tomber nez à nez avec...


-M-madame.


-Espèce de sale gamine, détrousser de la sorte une pauvre dame sans défense!


Elle dégaina alors sa canne qui, vue de près, avait tout l'air à Camalia d'être une matraque. L'adolescente déglutit et recula précautionneusement.


- Ecoutez, je vous la rend votre pochette. Il y a erreur, voyez-vous, haha! Je vous ai prit pour ma grand-mère qui, par erreur, a prit ma...


-Silence! beugla la vieille. Tu vas me la rendre ma pochette, ça oui. Mais d'abord, tu mérites une bonne correction! Les délinquants, c'est ça qu'on fait d'eux: on les corrige!


Camalia, sentant une vague de colère mais aussi et surtout de frousse d'emparer d'elle, se redressa et fixa la vieille dans les yeux, puis dit avec lenteur:


-Je vais vous rendre votre pochette. Puis vous allez gentiment partir et dire aux gardes que vous vous êtes trompés, que votre pochette était toujours euh... Là où vous l'aviez fourré.


La vieille regardait Camalia d'un air perplexe qui se mêla avec son air sévère et vicieux de vieille bourgeoise aigrie par la vie qu'elle était.


-Non, répondit-elle simplement d'une voix peu certaine.


Camalia serra les dents. Elle réitéra sa demande sans quitter la dame à la canne du regard et en parlant bien fort et distinctement. La pauvre dame perdit alors son air sévère et un sourire niais pointa sur son visage. (Un sourire niais, pour ce genre de personne; ça veut juste dire l'air un peu moins aigri et les sourcils un peu moins froncés.)


- Bien, heureuse que l'on est eu pareille conversation très chère, au revoir... Dit-elle d'une voix lointaine tout en tournant les talons.


Camalia la regarda partir avec un grand sourire, quand elle se rendit compte qu'elle avait toujours sa pochette dans les mains. Elle s'approcha alors discrètement de la vieille et la plaça avec d'infinies précautions dans ce qui lui servait de poche postérieure, et partit dans la direction opposée.


"Bon, une bonne chose de réglée. Mais je suis toujours paumée moi, sinon..."


La jeune padawan poussa un long, un très long soupir et décida d'essayer de monter à quelque chose pour avoir une meilleure vue. Le plus simple serait d'entrer dans un des bâtiments et de monter à son sommet, mais elle n'avait aucune idée de quel sorte de bâtiment pourrait l’accueillir sans qu'on la vire à coup de pied au train.
Elle escalada alors bêtement le premier poteau qu'elle vit, sauta sur le rebord d'un petit bar ouvert pour se retrouver à à peu près cinq mètres d'altitudes.


"Me voilà bien avancée."


Camalia souffla avec désespoir. C'est alors que quelque chose, ou plutôt quelqu'un, attira son attention...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Âme perdue recherche autre âme perdue [PV Dakin]   Sam 1 Nov 2014 - 18:30

Les Airspeeders Coruscant, le Verruté, la micro-crevasse de Vaachi, le gratte-ciel Big Spender, tout cela n'était que modérément passionnant pour Dakin. Pourtant, il suivait docilement le mouvement, sourire aux lèvres. Son regard s'attardait plutôt sur l'horizon urbanisé de Coruscant, ses lignes de vaisseaux en suspension dans le ciel, ses bâtiments à hauteur, grosseur et matériaux variables, et les gens dans les vaisseaux, les gens dans les bâtiments, les gens sur cette avenue, tous différents eux aussi. Il y avait tellement de vie ici que le sang de Dakin bouillait, le plongeant dans un état quasi euphorique. Il était bien ici, tout simplement, dans ce fourbi d'êtres et de possibles, à respirer à pleins poumons l'air régulé de la planète-Mère.

Bon, les effluves de viande grillée qui venaient de la contre-allée lui donnaient quand même un peu faim, mais il pouvait se contrôler. Il était un Jedi, oui ou bhesj ?

"Nous allons maintenant passer devant l'Opéra des Casinos Zlux, un des édifices les plus récents, sa construction s'est achevée il y a un an. 7600 places, avec un auditorium aquatique pour les Mon Calamari et toutes les autres espèces qui préfèrent s'immerger vraiment dans la musique. Héhéhé."

"Maître... Camalia a disparu." Une jeune twi'lek dont le nom échappait à Dakin venait de lever la main, interrompant le rire un peu forcé de leur guide.

"Comment ça, Camalia a dispar... Quelqu'un a vu Camalia ? Camalia !"

Comme tous les autres, Dakin fit mine de regarder autour de lui, mais la contre-allée lui faisait irrémédiablement de l’œil et son estomac gargouillait. Il mit les doigts dans la poche pour compter le nombre de dataries qu'il lui restait sur la bourse qu'on lui avait alloué, comme à chacun des padawans missionnés sur Coruscant. Surement assez pour une brochette de viande grillée. Il leva la main de manière modèle, pointa l'allée de son autre main et dit d'un air innocent : "Maître, je l'ai vue partir par là. Si vous voulez, je vais la chercher."

Il entama un début de course comme pour signaler que l'affaire était conclue et couper court à toute hésitation de la part de leur guide qui, résignée, haussa les épaules et cria dans son dos : "Vous êtes de retour dans 5 minutes, Padawan Gett. Avec ou sans elle. Et ne vous faites pas remarquer !" Il leva le pouce par dessus son épaule, continuant sa cavalcade. 5 minutes, c'était suffisant pour acheter et manger deux.. non, trois brochettes.

***

"Me to padaa ?"
"Euh... non, merci."

La bouillie verte en ébullition que lui montrait le vendeur rodien était aussi douteuse que sa casquette en peau de bantha. Clignant rapidement des yeux pour s'habituer à la semi-pénombre de la contre-allée (le soleil lui-même ne daignait pas poser ses rayons ici), Dakin fit le tour du petit stand dépareillé à la recherche d'un truc compatible avec son système digestif. Rien ne ressemblait à de la viande grillée, mais l'odeur était entêtante... le vendeur diffusait sûrement un parfum synthétique pour attirer le chaland.

Son choix s'arrêta sur des cuisses fines et longues couleur marron, avec sûrement plus d'os que de viande mais il n'avait pas les moyens ni le temps d'être regardant. Son doigt pointa la bouffe, le vendeur opina du chef, tourna la tête à droite et leva les deux mains en l'air.

"Poodoo."

Dakin fronça les sourcils, essayant de décoder le signal : désapprouvait-il son choix ? lui faisait-il les cuisses gratis ? Il suivit le regard du rodien et comprit, à la vue d'une sorte de pistolet tout chromé tout beau pointé sur eux : 1) que le geste du vendeur ne lui était pas destiné 2) qu'il avait encore trouvé un moyen de se mettre dans la panade sans le vouloir. Il cligna un instant des yeux en fixant le canon de l'arme, puis leva les mains dans un grand soupir.

"Osdeno chaba do datari, Laslek ?" fit le porteur de l'arme d'une voix rocailleuse et assurée. Il était plutôt raffiné pour un Aqualish, ses poils rasés, un beau chapeau noir sur la tête et des habits noirs, élégants, cintrés. Il émanait de lui un parfum de luxe, de classe, et de 'm'emmerde pas, gamin.' Posé, sûr de lui, il attendait une réponse du rodien qui dansait sur place, tremblant de partout.

"Do di noo, Kelsu. Datari de na sutim.. eeee... di stok ! Di stok ! E bossa noma Galva."

Le rodien le pointait frénétiquement du doigt, et Dakin eut un petit frisson dans l'échine. La situation n'allait pas en s'arrangeant... "Tu travailles pour Galva ?" lui fit l'Aqualish dans un basic parfait, et ses grosses lèvres laissaient deviner un sourire diabolique sur ses grosses lèvres. Réfléchir vite. Quelles étaient ses meilleures chances de survie : Le convaincre ? Entrer dans son jeu ? Le frapper ? Fuir ? Il ferma les yeux et prit une courte inspiration, puis avanca la main gauche, envoyant une vague de Force suffisament puissante pour faire trébucher son adversaire.

Sans attendre que l'autre se relève, Dakin empoigna les trois cuisses qu'il aurait du payer et prit la poudre d'escampette. Il fallut quelques secondes et quelques mètres pour qu'un bruit de tir se fasse entendre derrière lui et qu'un laser vert lui passe par dessus l'épaule droite. Il en avait vu d'autres et ne laissa pas la peur lui engourdir les jambes. Les yeux fermés, il se fia à son instinct pour éviter les tirs suivants, tourna dès que possible, courut, courut, tourna encore, courut, il commençait à s’essouffler, calme-toi mon cœur, je peux courir encore, courir, tourner, peu importe les regards des passants, tant pis pour cet étal, zavait qu'a pas le laisser trainer la, il est peut-être encore derrière moi, tourner courir courir tourner la tête me tourne, besoin d'une pause...

Raaaaah.

Il commanda à ses jambes de ralentir pour reprendre son souffle. Ses pieds continuaient à le porter en avant, il ferma les yeux trois secondes pour retrouver sa concentration et percuta quelque-chose de pas mou, laissant filer entre ses doigts la maigre pitance destinée à son estomac.

"Qu'est ce que t'as, petit humain ? Tu veux me voler, c'est ça ? C'est ça ?"

De mal en pis. Il se retrouvait maintenant face à un Dug, l'espèce la plus paranoïaque, et donc violente, de la galaxie. Négocier ? Battre en retraite ? Prendre sur lui ? "Désolé, je ne vous avais pas vu. Je suis poursuivi par un fou de la gâchette avec un très beau chapeau... mais pour une fois, j'ai rien fait." Le Dug s'approcha pour le renifler et montra des dents bien jaunes, supposément menaçantes. "Tu me prends pour un imbécile, c'est ça ? C'est ça ?" Tout en parlant, la créature s'était souplement agenouillée pour récupérer les trois cuisses tombées à terre. Sans les regarder, il les envoya dans son gosier, croqua les os et avala le tout avec une grande satisfaction.

Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix.

Dakin lui colla une beigne qui lui fit mal au poignet. Le Dug s'appuya sur ses mains et le frappa de ses deux pieds, l'envoyant s'écrouler de l'autre côté de la place. Au contact du sol bétonné, le dos de sa tunique se déchira. S'appuyant sur ses coudes, il redressa le buste, cherchant un point à fixer pour arrêter le tournis qui le prenait soudain. Quelques passants le regardaient, l'air hébété ou amusé, mais la plupart continuaient leur chemin comme si de rien n'était. Il sourit. Il aimait vraiment Coruscant.

Prêt à se relever pour aller rendre la monnaie de sa pièce au Dug, son regard s'arrêta sur une silhouette drapée d'habits familiers. Elle était en hauteur, devant un boui-boui quelconque et semblait le regarder. Il leva une main pour la saluer, sans perdre son sourire : "Camalia ! On m'a envoyé te chercher !" Le Dug entrait dans son champ de vision en se dandidant, visiblement prêt à en découdre. "Une petite minute et je suis à toi !" Il se releva en grimaçant, serra les poings, prit une longue inspiration et fila droit vers celui qui l'avait privé de son repas en usant d'un cri qu'il avait appris sur Zolan, sensé semer la peur et le doute dans l'esprit de tout adversaire : "Geronimoooo !"
Revenir en haut Aller en bas
Camalia Alateen
~ Padawan ~
~ Padawan ~
avatar


Nombre de messages : 73
Âge du perso : 18 ans
Race : Humaine
Binôme : Padawan de Lorn Vocklan

MessageSujet: Re: Âme perdue recherche autre âme perdue [PV Dakin]   Lun 29 Déc 2014 - 17:24

Camalia haussa le sourcil en entendant son nom et en voyant le personnage qui avait attiré son regard lui faire signe. Elle se rendit alors compte que son interlocuteur était affabulé de la même tenue qu'elle. Eh mais... Mais oui, c'était bien lui, le blond là, toujours à faire des bêtises et à se faire remarquer; toujours à se resservir au réfectoire...


- Oh, Dakin, je suis bien contente de te voir!


La jeune fille s'était souvenue de son nom, exploit notable. Elle lui fit un grand sourire qui s'effaça aussitôt quand elle se rendit compte que c'était un Dug mécontent qui faisait face au padawan blond. Contrairement à ce qu'elle avait cru voir au premier abord, celui-ci ne tentait pas d'enlacer amoureusement Dakin mais brandissait les poings, ou plutot les pieds; d'un air menaçant. Bref, il semblait prêt à en découdre. Elle hésitait. Prendre discrètement la fuite? Aider Dakin? S'asseoir au café, commander à boire et attendre que ça se passe? Après tout, il semblait bien assez costaud pour se défendre tout seul. Ce n'était pas comme elle, elle était si frêle et fragile. Un os était vite cassé. Camalia se laissa tomber au sol avec l'agilité d'un gros Dewback et pénétra dans le café. Elle avança d'un pas assuré jusqu'au comptoir et s'immobilisa devant le serveur qu'elle fixa pendant quelques instants avec des yeux ronds. Elle ressortit alors, le teint livide. La trompe qu'il avait sur le visage était absolument terrifiante. Et hypnotique. Il lui avait suffit de la fixer quelques secondes pour se rappeler les pires moments de sa vie. La jeune Corellienne frissonna et secoua la tête pour chasser ses vilains souvenirs.


Elle se fit alors une petite place à distance respectable des deux personnages, dans la petite foule qui s'était réunie pour contemple le spectacle. Elle voulait pouvoir intervenir si jamais Dakin se retrouvait mal barré, mais souhaitait aussi se garder une bonne distance de sécurité, juste au cas où. Après tout, si elle l'aidait, rien ne lui disait qu'il lui en serait reconnaissant. Peut-être sa virilité en prendrait-elle un coup, allez savoir! La jeune fille avait connu quelqu'un comme ça, qui après un malheureux accrochage avec des vendeurs, s'était retrouvé dans une mêlée de laquelle il avait peu de chances de sortir. Camalia était alors intervenue, avait réussi à calmer le jeu et avait entre autre sauvé son ami, qui par la suite, ne lui adressa jamais plus la parole. Le fait étant que Dakin représentait pour l'instant sa seule et unique chance de retrouver la lumière du temple; elle préférait garder de bonnes-futures-relations avec. Alors elle se mit à l'acclamer du plus fort qu'elle le pouvait:


- VAS-Y DAKIN RÉDUIS LE EN BOUILLE DE DUG APPREND LUI OUAIS C'EST COMME CA QU'ON FAIT TEAM ONDERON

Elle agita ses bras sans se soucier des regards réprobateurs que lui lançaient les gens. Mais soudain, elle sentie une certaine angoisse montait en elle. "On m'a envoyé te chercher", c'est ce qu'avait dit le blondinet. Donc on s'était aperçut de sa disparition. Evidemment. Donc problèmes. Elle ne put s'empêcher d'émettre un gémissement en pensant aux corvées qui l'attendraient sûrement, à son retour. Et son maître. Gasp. Il était son maître depuis moins d'une semaine qu'il serait déjà contraint de la punir, qu'allait-il penser d'elle?


-Ne vous en faite pas jeune fille, vous êtes avec le jeune homme, c'est ça? Il s'en sort plutôt pas mal, regardez!


Camalia jeta un regard dépité au monsieur qui venait de lui parler. S'il savait. Elle ne couinait pas le bonhomme, ça non. La vérité était bien plus effroyable.
Malgré tout, et au bout d'un moment, la Corellienne ne put s'empêcher de sourire. Un sourire d'amusement mêlé d'un certain désespoir. Elle n'était pas la seule à s'attirer des ennuis à ce qu'il semblait, dans cette grande et colorée et très grande et bruyante et trop grande ville. N'empêche, elle se demandait ce qui avait bien pu mener le padawan à s'attirer des ennuis avec un Dug. Bien qu'à la réflexion; ce n'était pas si dur que ça de les trouver les ennuis, avec les Dugs. Ils cherchent tellement la bagarre qu'ils prendraient un cillement pour une provocation.
Camalia fut tirée de ses pensées en voyant un éclair blond traverser l'espace. Whoa. Ce Dug était vachement costaud dis donc. Aïïe, le Dakin se débrouille aussi. Ils auront mal demain. Dakin se retrouva soudainement par terre, aux pieds d'un serveur qui, surprit, lâcha son plateau et fit tomber les quelques... Morceaux de... Choses marrons, molles et inconnues qui semblaient être mangeables. Camalia se précipita pour aider Dakin à se relever et piqua quelques trucs marrons. Si cela pouvait soudoyer la Jedi-guide et lui faire garder le silence à leurs retrouvailles! Qui sait.


Lorsque ce fut terminé; soit lorsque le Dug couvert de bleus s'en alla en faisant des signes obscènes au padawan de maître Berryl tout en lui signalant qu'il ne valait pas la peine qu'il se fatigue pour une demi-portion telle que lui (à noter qu'il faisait à peu près la moitié de la taille 
de Dakin, m'enfin), Camalia s'approcha de son camarade et lui dit d'un ton détaché:


-Ma foi, vous formiez un beau duo. Très poétique. Et quelle osmose.


Elle ajouta d'une voix un peu étranglée:


-Alors tu es venu me sauver d'une mort certaine dans les fins-fonds de Coruscant, hein? Très aimable. Et euh... Tu sais si notre charmante guide serait du genre... Hum... A se laisser soudoyer par quelque nourriture?


Elle l'observa d'un air misérable, pleine d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Âme perdue recherche autre âme perdue [PV Dakin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Âme perdue recherche autre âme perdue [PV Dakin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-