La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vivre dans le monde "Au-delà des nuages" (PV Aramyss)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Vivre dans le monde "Au-delà des nuages" (PV Aramyss)   Ven 2 Mai 2014 - 1:17

Un léger grognement s’échappe de mon museau tendis que j’étire mes muscles engourdis. La nuit a été plutôt frais et je me sens légèrement léthargique. Je jette un regard aux alentours, vérifiant instinctivement que tout est en ordre. Depuis combien de temps exactement suis-je sur cette planète? J’ai perdu le décompte des jours. Qu’importe. Mes gestes sont devenus habituels, mon horaire prévisible. Mes prunelles parcours rapidement les autres mal nantis qui comme moi ont trouvé refuge dans le vieil immeuble abandonné qui nous sert de chez nous. Plusieurs dorment encore, certains s’éveillent tout comme moi et d’autres surveillent toujours les alentours. Être sur ces gardes, surtout dans ce milieu si de Coruscant est la clef même de notre survie. J’écarte mon sac et me relève lentement, prenant soin de bien étirer mon corps engourdis. Dormir assis est loin d’être confortable, mais cela me permet de rester sur mes gardes tout en gardant mon fameux sac dans mes bras. Non idéal mais nécessaire, je l’ai rapidement appris à mes dépens. Désormais mieux réveiller, j’ouvre ma sacoche, fouillant rapidement dans mes rares possessions en quête d’un morceau à grignoter. Je penche pour un morceau de viande séché, décidé à le mâchonner le plus longtemps possible.

Sans plus perdre de temps, je quitte les lieux d’un pas décidé. J’ai vraiment besoin de me faire quelques crédits. Mes réserves se font nulles et je sais pertinemment que mon maigre repas ne suffira pas à faire taire mes deux estomacs. Je parcours rapidement l’un des chemins que je connais désormais par cœur. Les gigantesques structures de cette planète m’ont d’abord frappé, désormais, je ne les vois même plus. J’opte pour l’astroport. Avec un peu de chance, quelqu’un auras besoin de réparation. Avec beaucoup de chance, on me fera confiance. Il est encore tôt, ce qui me va parfaitement. Les heures de pointes sont beaucoup trop achalandées pour moi. De toute façon, s’il y a bien une planète qui ne dort jamais, c’est bien Coruscant. Tel un chronomètre programmer à la seconde près, je termine mon repas tout comme j’arrive sur place. Comme je le pensais, plusieurs personnes vagues déjà à leur occupation.

Je passe devant une rangée de vaisseau stationné avant de rejoindre un groupe de technicien. Légèrement en retrait de la piste, ils observent les allers et venus des navettes. Ils me font penser à des Chauve-faucons affamés près à fondre sur leur cible. Je laisse échapper un chuintement désapprobateur. Avoir l’impression de faire partie de ces rapaces me déplait au plus haut point. Je tiens donc à préciser que je n’agis pas de façon aussi honteuse. L’un des types m’interpelle. On s’est souvent croisé et il veut sans aucun doute que je me joigne à son groupe pour la journée. Sans prendre la peine de lui adresser la parole je me contente de le fixer en ouvrant légèrement ma gueule garni crocs, laissant échappé un bref grognement sourd qui veut tout dire. Je l’ai déjà vue faire lui et sa petite bande et ils doivent être les pires. Ils proposent leurs services à tous ceux qui en ont besoin mais au final ne réparent que les vaisseaux de bonne taille où ceux qui appartiennent aux riches. Bref, ils courts les contrats rapportant beaucoup de crédit délaissant la valeur que pourrait avoir leur réputation.

Ma réaction ne semble pas leur plaire et j’accuse le coup de mon impulsivité. Il semblerait que la faim et la fatigue me fasse perdre ma prudence habituellement plus que je ne le croyais. Finalement, je fais demi-tour. Peut-être que je devrais aller chercher du travail ailleurs. Il me semble que cela serait plus sage et en plus, il y a un autre astroport pas trop loin. J’ai seulement besoin de descendre quelques étages pour rejoindre une passerelle, ensuite, remonté deux étages avant de… Je m’arrête subitement, mes pensées figées en cours de réflexion. Ma tête se tourne instinctivement en direction d’un vaisseau qui se pose un peu plus loin. C’est moi ou le son qu’il produit est tout sauf naturel? Curieux, je m'approche pour voir de quoi il en retourne. Mon envie de partir viens de s'envoler, emporter par mon besoin impérieux de savoir qu'elle est la source de son inhabituel.


(HJ: Voili voilou! J'espère que sa te plaît comme début, si un truc te dérange, ne te gêne surtout pas pour me le signaler! :) )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Vivre dans le monde "Au-delà des nuages" (PV Aramyss)   Lun 5 Mai 2014 - 9:47

[HJ : J'ai trouvé ça plus logique et plus sympa finalement qu'Aramyss t'interpelles et reste à côté du vaisseau (puisqu'en fait il habite à Coruscant, donc il revient forcément d'un voyage). Comme ça il peut voir agir tes doigts de fées et t'écouter commenter lol, en plus ils peuvent discuter et on évite l’ellipse. Qu'en dis-tu ? Sinon je voyais bien ton mécanicien faire parti de ces jeunes qui rôdent toutes la journée autour des astroports à trouver du travail ponctuel sur les vaisseaux (genre les garer, remettre de l'essence (même si je doute que ce soit de l'essence lol) etc. Si j'ai mal interprété, que je me suis trompée ou quoique ce soit, n'hésite pas à me le dire.]

Le petit vaisseau, sobre mais élégant se positionna au-dessus de la place qui lui était réservée pour descendre doucement et se garer, seul un ronronnement étrange cassait l'harmonie de la machine récente sans être flambant neuve pour autant. Le Vida, un petit chasseur modifié pour être plus confortable acheva de se ranger puis fit descendre une rampe lisse. L'homme qui en sortit paraissait d'humeur légèrement assombrie, probablement à cause de la panne de son vaisseau. Il était arrivé à bon port mais cela ne réglait pas ses problèmes pour autant. Celui qui avait travaillé pour retoucher le Vida était parti pour servir une grande « écurie » de vaisseaux de course, son rêve de jeunesse. Repéré justement grâce à la modification du petit chasseur d'Aramyss, il avait prit ses cliques et ses claques sans se retourner, quelle ingratitude ! Dire que le Séphi l'avait choisi comme mécanicien personnel avant la sortie de son école, payant sa dernière année scolaire comme cela se faisait parfois. Malheureusement, ne se préoccupant guère du malus, l'impudent avait quitté son travail avant la fin de son contrat pour filer chouchouter ses vaisseaux favoris. Il avait le don pour traiter la mécanique mais en ce qui concernait le savoir-vivre, aucun. Le Séphi était donc particulièrement fâché car il ne trouvait aucun centre de manutention qui souhaite s'adapter à son vaisseau pourtant pas si modifié que ça. Ou était-ce à cause de la rareté du modèle que personne n'osait y mettre ses mains ? C'était fort possible, car l'engin venait d'une toute petite planète, là encore c'était son ancien mécano qui avait repéré l'affaire. Depuis Aramyss se retrouvait seul, avec un vaisseau qui accumulait les problèmes sans qu'il n'y puisse rien. Constater qu'il devrait peut-être s'en séparer bientôt le mettait évidemment de mauvaise humeur.

A la sortie, constater qu'un de ces mécaniciens de pacotille était en train de baver sur le Vida l'agaça d'avantage. Sans doute espérait-il gagner une piécette en inventant un quelconque problème comme cela arrivait souvent avec ces jeunes qui s'improvisaient « répare-tout ». Malheureusement, en l’occurrence, si Aramyss voulait encore effectuer un ou deux voyages le temps de trouver un autre vaisseau, il allait devoir recourir à une de ces personnes, ne serait-ce que pour vérifier que l'engin n'exploserait pas en vol. Si toutefois il tombait sur un charlatan un peu moins « charlatan » que les autres. Mais bon, désormais que le Jedi Gris avait retrouvé un minimum d'autonomie financière voir un peu plus, il pouvait se le permettre, ça ne coûterait presque rien et c'était une sécurité en plus. Sans compter qu'il n'avouerait jamais que le reptile bipède lui faisait peine à voir. Malgré son âge difficile à deviner à cause de son exotisme, Aramyss pariait pour un jeune en difficulté. A moins que comme lui le lézard en ait 50 mais paraisse en avoir 18 ou 19.

-Bonjour, il semblerait que mon vaisseau ait un petit souci. J'aimerais que tu vérifies que ce n'est rien de grave. Je payerai bien si tu fais ton travail sérieusement... C'est en désespoir de cause car je n'ai jamais trouvé un seul mécano compétent parmi ceux qui errent dans le coin comme toi. Alors si tu ne sais pas faire quelque chose... Tu ne le fait pas ! Je préfère encore payer trop pour la formule basique que de donner à un bidouilleur qui veut me faire croire qu'il a tout arrangé. D'accord ?

Direct, totalement honnête mais sûrement plus poli que ces riches pompeux ou même un peu moins qui restaient méprisants face à ces jeunes en difficulté. Pendant un bon moment Aramyss avait connu la faim. Plus jeune dans les rues avec Kiaran, refusant de toucher à l'argent de ses parents car c'eût été vendre sa liberté, et à la naissance de sa fille quand son ex lui avait tout prix. A cette époque il ne lui restait que ce petit vaisseau et un droïd protocolaire. Le Vida l'avait mené jusque sur Naboo où il avait rencontré un médecin, le seul capable de lui rendre l'usage de ses jambes qui l'avait bien aidé, mais pas suffisamment pour accomplir cette prouesse malheureusement. Raison pour laquelle sans doute il tenait tant à ce petit chasseur, certes confortable mais remplaçable. Lorsque l'argent avait commencé à revenir il avait fait «casser » l'intérieur pour le transformer en un petit vaisseau de transport confortable pour lui car il ne voulait pas s'en séparer. Son premier voyage avec en fauteuil roulant avait été horrible, il n'avait pas eu d'autre choix que de réengager ce mécanicien qui lui avait déjà dégoté le vaisseau. Hors de question donc que le jeune homme (enfin selon les critères de sa race^^) abandonne son précieux chasseur à n'importe qui. Même si en armement il ne valait rien, n'était pas plus rapide qu'un autre et certainement pas aussi luxueux que ce qu'il pourrait se permettre, tant pis. Autant dire que le jeune avait intérêt à bien se tenir. Pour l'en persuader, le Jedi Gris sortit de son portefeuille un bon paquet de pièces.

-Voilà pour l'avant. Maintenant je te laisse faire ce que tu as à faire. Mais gare, si tu l'abîmes... Je te traîne par la peau du derrière devant le tribunal du travail, alors tu agis comme tu peux mais pas plus. Je ne suis pas un pro mais je saurai si tu fais n'importe quoi. En revanche admettons que tu me dises ce qui ne colle pas ou que tu augmentes un peu la "vie" de ce vaisseau, tu auras le reste de l'argent.

Fallait-il qu'il n'ait pas le choix ! Seulement les vraies « astrogarages » refuseraient de prendre le risque ne serait-ce que de regarder le vaisseau, inutile d'espérer en faire déplacer une. Ne restait plus qu'à s'installer pour regarder le mécanicien travailler en priant pour que celui-ci ne soit pas totalement manchot et lui permette encore un ou deux voyage avec le chasseur.

*Tout de même, que de temps et d'argent perdu pour ce fichu transport. Je deviens émotif à cause de Kiara et de ses conneries de princesses...*

Soupira-t-il intérieurement avant de se mettre à fixer intensément la carlingue du Vida de ses yeux couleur miel. Au lieu de rentrer chez lui après son dernier voyage il avait bien l'intention de surveiller le jeunot.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Vivre dans le monde "Au-delà des nuages" (PV Aramyss)   Mar 6 Mai 2014 - 22:10

(HJ: C'est parfaitement nickel :p! Et avise moi si je dis un truc qui cloche pour ton vaisseau, j'ai eu un peu de difficulté as en parler sans 'trop' en parler (sans connaitre le modèle c'est dur de parler de qu'est-ce que je vérifie/répare puisque je sais pas à quoi il es supposé rassembler XD ))

Mes yeux ophidiens fixent le vaisseau désormais à bon port. Il s'agit d'un petit chasseur d'ont le modèle exacte m'est inconnu. Pour avoir visité de nombreuses petites planètes en bordures de la galaxie avant d'atterrir ici, je reconnais le type d'ouvrage sans plus. Mes prunelles finissent de parcourir l'assemblage harmonieux du métal au niveau du réacteur principal. Même si l'engin est désormais éteint, je serais près à parier que le son provenait de là. Ce qu'il y a de bien avec ce type d'engin, c'est qu'en règle général il ne possède que le nécessaire. Ce que je veux dire par là, c'est que ce sont des vaisseaux fait pour durer, par pour être remplacé l'année suivante par un modèle plus récent. Aussi, n'eu été de cet étrange son, l'appareil me semblait en excellent état.

Une voix m'interpelle, coupant court à ma réflexion. Je dévissage rapidement le type qui me parle avant de tout simplement regarder à ma droite puis à ma gauche. Quoi? C'est vraiment à moi qu'il parle? Je suis tellement étonné que pour le coup je reste sans voix, à le fixer avec un air d'abrutit. C'est plutôt rare qu'on vienne me voir directement pour un boulot. En règle général, il faut même que j'interpelle plusieurs personnes avant d'obtenir la moindre offre sous payée. Reprenant peu à peu mes esprits, je referme mon museau ouvert sous la surprise.

Le gars ne me semble pas très vieux. La vingtaine peut-être? Pas plus. Ces oreilles pointues, semblables à des cornes me tende à penser qu'il n'est pas humain. Ou encore fait-il partit de l'une de ces nombreuses sous-races? Je ne saurais dire en fait, il me reste tellement de choses à découvrir dans ce monde. La seule chose qui me choque un peu chez lui, c'est son... Moyen de locomotion? J'ai déjà croisé de riches abrutis qui favorisaient l'utilisation de chaise-volante pour protéger leurs chers pieds de l'effort de la marche. Mais là, ça me semble tout autre. Déjà, sa ne flotte pas alors bonjour les emmerdes lorsqu'il est question de changer de niveau dans cette ville. Je veux dire, adieu les escaliers, bonjour les ascenseurs ultra bondé. Et que sais-je d'autre encore. Non, ça semble plus obligatoire qu'un simple caprice personnel. Peut-être un autre trait de sa race, je ne sais pas. Quoi? Non, désolé, je n'ai jamais vue de type en chaise roulante. Je ne suis pas con hein, juste un peu inculte. Faites bien la différence.

Pour en revenir à ce qu'il me disait, il semble que je me sois finalement trouvé un boulot pour la journée. La chance m'aiderais-t-elle un peu? Le ton avec lequel il m'a parlé ne me dérange aucunement. C'est un peu sec et alors? Il ne faut pas vraiment s'attendre à mieux de la personne qui vous emploi. Et puis ça as le mérite d'être parfaitement clair et franc. Au final, c'est presque agréable de ce faire parler ainsi, sans détour inutile et sous-entendues désagréables. Sans plus de détour, il me file une poignée de pièce. Cette fois, il a toute mon attention. Mes yeux se fixe à ses puits dorées et ne s'en détache qu'à la fin de son petit discours. Oui, très franc. Ma langue claque fortement contre mon palet et un léger raclement s'échappe de ma gorge.


-Je ne fais jamais un travail si je sais que je ne saurais pas parfaitement le faire. Il y a déjà assez d'abrutis pour s'amuser à ça. Et là où toi ça peu te coûter très cher, moi je suis pris à faire face aux préjugés et la honte qu'ils lancent sur ceux de notre métier.

Il n'est pas le seul ici à prioriser la franchise et à avoir un mauvais point de vue sur ceux qui s'improvisent mécanicien. Sans plus de cérémonie, je glisse l'argent qu'il ma donné dans mon sac et je laisse ce dernier aux côtés de sa chaise. C'est un peu ma façon à moi de lui garantir que je ne partirais pas sans son autorisation. Indirectement, c'est aussi lui accorder un peu de confiance tout comme il la fait en m'octroyant cette chance, puisque je laisse à sa garde une grande partit de mes maigres possessions. Je me dirige ensuite vers le vaisseau, mes doigts jouant impatiemment avec les outils attachés à ma ceinture.

Je commence par une inspection extérieure, à la recherche de la moindre anormalité qui pourrait signaler un problème. Cela me permet de constater que l'habitacle du vaisseau semble avoir été modifié et qu'il n'y as pas d'armement. Pour un véhicule civil, je veux bien admettre que l'absence d'arme est normal. Mais pour le reste... Peut-être la cause est cette mystérieuse chaise sur laquelle l'autre reste assit?Qu'importe, il a bien le droit de poser ses fesses où bon lui semble. Je termine ma tourné par le réacteur, là où je suis persuadé de trouver la source du problème. Je saisis mes premiers outils et commence habilement à enlever des pièces bien précises de la carrosserie. Je place soigneusement chaque nouveau morceaux au sol, l'aire de stationnement de mon employeur du jour me permettant aisément de les déposer en ordre. Cela va faciliter le remontage. Une fois le moteur à l'air libre, je recommence mon enquête.

Je ne remarque que très rarement le temps qui passe lorsque je bricole. Aujourd'hui, j'aurais aimé me perdre dans les dédales électro-mécaniques de ce vaisseau, oublié un peu tout le reste. Mais avec ce type qui monte la garde, impossible. Il me fait légèrement penser au vieux Caliban, à vérifier le moindre de mes gestes.


-Je m'appelle Baskiel.

Tant qu'à l'avoir sur le dos, autant en profiter pour parler un peu non?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Vivre dans le monde "Au-delà des nuages" (PV Aramyss)   Sam 12 Juil 2014 - 18:41

-Les préjugés naissent d'un mérite en général. Pas toujours certes, mais en grande partie c'est malheureusement le cas. J'ai eu affaire à tes collègues, et ils m'offraient l'occasion d'abonder en ce sens. Par chance tu sembles différent quoique tu as la langue bien pendue, je me demande comment tu es toujours en vie, mais tant mieux, je préfère ça qu'une chiffe molle.

Répliqua le Sephi, étrangement plus amusé que vexé. Il faut dire qu'Aramyss aimait les gens qui osaient, les provocateurs sans intelligence l'irritaient, mais les gamins courageux comme ce lézard bipède lui plaisait. Le Jedi Gris choisissait rapidement ses alliés, ses ennemis et ses "victimes" en général, aidé par la Force et l'expérience. Son physique l'aidait souvent en ce sens, le faisant paraître comme un jeunôt facile à avoir, et quel était dès lors, son plaisir de retourner l'impudent tel une crêpe, disons que cela compensait le manque de crédibilité dont il souffrait souvent dans sa propre entreprise. Malgré sa main de fer, le Sephi n'était en effet pas toujours respecté par ses employé, et ne pouvant avoir les yeux partout, il laissait les mutineries grandir au sein du groupe puis devait les gérer une fois qu'elles explosaient. Heureusement qu'il avait du sang-froid pour remplacer ce cruel manque de diplomatie.

-Nous sommes sur la même longueur d'ondes l'ami. Fais-moi du bon travail, et je jugerai si je peux t'offrir quelque chose de plus intéressant encore que l'argent... Je cherche un mécanicien personnel en fait.

Même si le physique de l'ado affamé n'attirait pas vraiment la sympathie, Aramyss avait envie de lui faire confiance. De prime abord, il ne s'agissait pas de sauver un pauvre misérable. Il aurait dû rester sur sa planète au lieu d'écouter les autres déblatérer sur le rêve Coruscantien pour échouer ici, et puis lui-même avait ses propres malheurs à gérer; en revanche, gâcher un talent qui se perdait lui apparaîtrait comme un crime, d'autant plus si le gamin était travailleur. Il ne fallait pas le laisser s'accomoder du rythme de vie de la plupart des jeunes qui ne souhaitaient pas se salir les mains. Oh oui, Aramyss en avait connu, des petiots en plein désarroi qui parvenaient encore à faire des caprices, refusant de plonger dans le cambouis, quand lui à l'époque, il aurait fait n'importe quoi pour échapper à ses parents, argent ou pas, il avait toujours détesté être dépendant. D'où ses fréquentations légales mais demeurant dans la limite comme Kiaran. Il ne fallait jamais se satisfaire de ce que l'on avait mais tenter plus, tout en sachant ne pas être trop ambitieux, un juste milieu qui s'apprenait avec l'âge et là où lui-même manquait encore d'expérience.

-Dis-moi, tu n'es pas obligé de répondre, mais comment t'as atteri là ? Je ne m'y connais pas trop mais t'as l'air de bien savoir y faire, avec un meilleur niveau que les autres zouaves qui traînent ici.

Il n'y avait qu'à voir le gamin d'à côté, un humain rondouillard tout sale, très beau parleur qui savait séduire les gens, mais qui, dès qu'ils partaient, se grattait la tête avec une pièce dans la main. L'autre plus loin, un Rodien empochait le plus de pièces détachables possibles pour s'enfuir avec, et le dernier travaillait bien mais avec une brutalité qui abîmait encore plus le vaisseau. Comme quoi, en effet, certains préjugés étaient en partie vrai, à moins qu'Aramyss ne sache voir que le côté négatif comme souvent. Appuyé contre un des accoudoirs de son fauteuil, le Sephi ne perdait pas une miette des faits et gestes du Lézard, il ne lui avait pas demandé son prénom mais son histoire, il lui parlait rudement mais avec respect, une façon bien à lui de montrer du respect pourvu qu'on sache lire entre les lignes et les expressions. Quant à sa façon de fixer les doigts de l'adolescent, c'était de la curiosité pure, Aramyss adorait observer, comprendre, saisir l'instant, le mouvement ou le caractère de toute chose ou de toute personne. Lui-même possédait une belle agilité en tant qu'ancien bretteur, il avait conservé cette capacité aujourd'hui grâce à de nombreux exercices mais ça ne lui était malheureusement plus aussi utile. Le plus fascinant chez ce garçon-lézard était l'harmonie de ses gestes, ses jambes qui bougeaient pile à l'endroit nécessaire, se ployaient, laissant saillir un muscle pour servir leur propriétaire autour du vaisseau. Un détail, juste un détail dont Aramyss sentait la force au sein du pouvoir qu'il avait la chance de capter. Un mouvement, un autre, des doigts qui s'agitent, c'était le rouage de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vivre dans le monde "Au-delà des nuages" (PV Aramyss)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vivre dans le monde "Au-delà des nuages" (PV Aramyss)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-