La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En toute discrétion (PV Ragda) [appartements du ministre Rejliidic]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Nombre de messages : 22
Âge du perso : 58 ans
Race : Wroonienne

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: En toute discrétion (PV Ragda) [appartements du ministre Rejliidic]   Ven 24 Jan 2014 - 13:48

La carrière politique de Thelenys Avaïane avait pour le moins démarré du mauvais pied. Arrivée en grande pompe sur Coruscant, il y avait maintenant près de sept mois, elle y avait passé en tout et pour tout 3 jours avant de devoir repartir précipitamment sur Wroona. Une séance d'accueil avec le Ministre Rejliidic, sa présentation au Sénat et une rencontre rapide avec le Chancelier étaient les seuls faits d'arme de sa fraîche carrière. 


Ces sept mois, elle les avait plutôt employés à  désamorcé une crise politique majeure sur Wroona. Les Selesnya, toujours eux, famille la plus influente de la guilde centro-médiane de Wroona et principaux soutiens de Thelenys, gargariser par le succès du départ de leur protégée pour Coruscant, s'étaient piqués de prendre l'ascendant sur le Conseil des Guildes en montant contre le Grand Marchand une cabale destinée à amener sa démission pour ensuite manipuler les autres marchands, soit par achat, soit par pression, soit par chantage pour faire du chef de famille des Selesnya le nouveau Grand Marchand. Afin de s'assurer une impunité totale et garder leurs actions à l'échelle planétaire, les Selesnya s'employèrent à couper les canaux de communication entre Wroona et les autres planètes de la République. Intriguée par l'isolement étrange du nouveau système membre de la République, le Sénat intima à Thelenys de rentrer sur Wroona pour régler le problème. 


Furieuse d'être déjà pointée du doigt par le Sénat pour un manquement aux conditions de la République, Thelenys repartit pour Wroona et dut faire face à un véritable blocus. Tous les astroports de Wroona étaient fermés. Heureusement, sa fonction de sénatrice lui permit de rejoindre Orhzov sans encombre. Là, elle fut confrontée à une véritable guerre civile. Les guildes de Simic, Rakdos et Boros avaient en partie déjoué les intentions de la guilde centro-médiane et, s'ils n'avaient pas pu empêcher la démission du Grand Marchand, ils avaient cependant pu contrer les aspiration des Selesnya. 


Persuadés que Thelenys leur apporteraient tout son soutien, les Selesnya l'accueillirent à bras ouvert et insistèrent pour qu'elle rencontre les guildes rebelles pour les convaincre de se plier aux volontés de la guilde centro-médiane. Peu envieuse de bouleverser l'équilibre de sa planète, Thelenys n'en était pas moins soumise à la pression des Selesnya et surtout de son père qui se sentait très redevable envers eux. Aussi accepta-t-elle de rencontrer les guildes dites rebelles. Mais Thelenys avait son plan. Elle avait compris que Wroona devait retrouver une paix ou du moins une stabilité relative pour pouvoir reprendre au plus vite son rôle de sénatrice sur Coruscant. Mais bouleverser l'équilibre pluri-séculaire du Conseil des Guildes au profit des Selesnya risquait de créer une période de troubles profonds qui pourrait durer des années voir même des décennies. Thelenys décida donc de rétablir au plus vite, et sans mécontenter les Selesnya, la situation initiale qui avait toujours satisfait la population wroonienne. 

Malgré la grande détresse des guildes rebelles et la position avantageuse des Selesnya, Thelenys qui servit de messagère entre les deux camps, masqua délibérément la situation auprès des Selesnya en leur prétendant que les guildes rebelles avaient bien plus de ressources que ce qu'ils s'imaginaient et qu'une confrontation directe serait d'une issue très indécise. Échaudés par ces nouvelles et craignant de perdre tout ce qu'ils possédaient, les Selesnya acceptèrent de traiter avec les guildes opposantes et le Conseil des Guildes fut maintenu dans son fonctionnement, avec interdiction pour un Selesnya d'accéder à la fonction de Grand Marchand pendant 10 ans. 



Après ces négociations épineuses, Thelenys obtint la levée du blocus ainsi que le rétablissement des communications avec le reste de la galaxie. Les nouvelle des sept derniers mois lui arrivèrent de plein fouet, comme une immense gifle. Artorias, une planète de la bordure extérieure avait été attaquée par une flotte Sith, confrontant la galaxie entière à la réapparition du plus puissant danger qu'elle avait jamais rencontré. Thelenys apprit aussi la défaite des troupes républicaines ainsi que la capture du Chancelier Arnor. Alarmée par la situation et préoccupée par le fait qu'e temps de guerre, le commerce et surtout le commerce aussi futile que celui des produits de luxe et d'oeuvres d'art pâtissait affreusement de la situation, elle reprit sans plus perdre de temps le chemin de Coruscant pour assister aux séances du Sénat et tenter de protéger les routes commerciales vers Wroona en rétablissant une situation de paix relative. 


Mais une fois revenue sur Coruscant, Thelenys s'aperçut qu'il serait très difficile de revenir à une situation suffisemment stable que pour pouvoir sauvegarder à coup sûr l'importance du commerce wroonien. De plus, elle avait appris le rôle passablement discutable qu'avait tenu son principal (pour ne pas dire unique) contact au sein du Sénat galactique, Radga Rejliidic, dans les négociations consécutives à l'attaque d'Artorias. Et les bruits qui courraient désormais sur le sénateur Rejliidic et sur son hypothétique fidélité au Sénat et surtout au Chancelier Arnor ne jouaient pas en la faveur du Hutt. Pourtant, il était le presque unique appui sur lequel Thelenys pouvait compter au Sénat. Et en soi, si sa réputation venait à se rétablir, il redeviendrait un support de poids, au propre comme au figuré... 


Aussi, afin de ménager les cancans néfastes si on les voyait en public, sans toutefois snober un éventuel allié d'importance, Thelenys s'était décidée à envoyer au ministre une exquise missive où elle se proposait fort judicieusement de lui rendre une petite visite de courtoisie en toute décontraction afin de discuter à bâtons rompus des événements depuis son séjour sur Wroona. La proposition fut accueillie à bras ouverts par le ministre et une invitation dans ses appartements  arriva chez Thelenys en mentionnant fort judicieusement une heure assez tardive. Thelenys ne put savoir si c'était là le fruit d'un pur hasard ou si le ministre avait percé à jour ses intentions (ce qui connaissant l'oiseau aurait été plus probable) mais toujours était-il qu'elle s'accomodait très bien de cette heure tardive et que c'est dans la discrétion d'une large cape de velours bleu nuit qu'elle se présenta chez le ministre qui l'accueillit avec politesse et courtoisie, une fois qu'elle fut débarassée de son manteau et introduite dans la salon où il se tenait. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 1038
Âge du perso : 246 années standards
Race : Hutt
Binôme : Complice : Darth Velvet

Feuille de personnage
Activité actuelle: Faire chuter Borenga
HP:
80/80  (80/80)
PF:
25/25  (25/25)

MessageSujet: Re: En toute discrétion (PV Ragda) [appartements du ministre Rejliidic]   Lun 27 Jan 2014 - 22:32

« Monsieur ! Vous allez être en retard à votre rendez-vous Monsieur ! »
 
Surpris par la voix paniquée de son secrétaire, Ragda releva les yeux de son datapad afin d'aviser l'heure affichée sur l'horloge holographique, installée au dessus de la porte d'entrée de son bureau au Ministère de l’Économie et du Trésor Républicain. Celle-ci affichait 21h34. Putain !
 
« Diménéon ! Espèce d'incapable ! Je ne VAIS pas être en retard... Je SUIS en retard ! » Pesta le Hutt. Mais quel imbécile congénital ! Le toydarien ne releva pas, preuve qu'il était bel et bien l'unique responsable de cette situation !
 
Certes son appartement de fonction, celui octroyé par le gouvernement de la République, n'étaient à quelques couloirs seulement de la zone réservée à son Ministère, dans l'aile ouest du bâtiment attenant au Sénat... Mais rien n'était prêt... Depuis sont retour d'Artorias, Ragda passait pratiquement toutes ses journées à bosser. Résultat : son appartement se trouvait dans un état déplorable, lamentable même. Une couche de poussière de plusieurs centimètres devait recouvrir tous les meubles... Il n'y avait pas remis les pieds depuis six jours, depuis qu'il s'était offert le luxe de prendre quatre heures pour dormir. Évidemment, rien n'aurait été plus simple que de demander au service de nettoyage de passer faire ses appartements... Tous les Sénateurs et Ministres avaient droit à ce genre de petits services. Mais Ragda n'aurait jamais, oui JAMAIS, laissé une personne inconnue approcher de ses quartiers privés, du moins, pas sans un surveillance rapprochée.
 
Il y avait urgence donc... Mais pour autant, il n'était pas question de tout laisser en plan.
 
« Diménéon, vient par ici » ordonna Ragda à son secrétaire. Il lui montra l'écran de son datapad. « Tu vois cette colonne de chiffres ? C'est la simulation pour l'année prochaine, celle qui tient compte des propositions que je compte bien faire au Chancelier demain. Il faut tout mettre en forme... Demain, je suis à la première heure dans son bureau, à la Chancellerie... Il faut que je lui présente le bilan économique complet. Je ne peux pas lui présenter des données aussi brutes... Tu comprends ? Fait moi des beaux tableaux... Quelque chose de sexy, tu vois ? »
 
L'autre hésita. « Je... Oui... Mais... Il y a des centaines de chiffres ! Comment ? Ça va prendre au moins quatres heure pour tout résumer et rendre cela présentable. » Ragda lui tapota l'épaule :
 
« Oui, il y a encore du boulot... Mais je compte sur toi... Je repasserai après mon rendez-vous, pour voir où tu en es... » Et voilà comment se venger d'un secrétaire un peu trop laxiste avec les horaires ! Il n'aurait pas terminé avant minuit, dans le meilleur des cas. Sur un petit rire moqueur, vengeance bien méritée, le Hutt s’éclipsa du Ministère.
 
*****
 
Exactement quatre minutes plus tard. Appartement de Ragda Rejliidic.
 
Comme prévu tout était en bordel. Sauf qu'il n'avait plus le temps de ranger quoi que ce soit. Un rapide coup d’œil sur la caméra qu'il avait installé pour surveiller le couloir au bout duquel se trouvait son domicile de fonction, lui apprit que la Sénatrice de Wroona sonnerait à sa porte dans quelques secondes.
 
Le Hutt eut tout juste le temps d'enfiler un autre poncho. Un poncho de soie blanche, brodés d'arabesques rouges, et dont les manches et le col en jabot se paraient de dentelles noires et très aérées. Encore une tenue qui dépassait les six milles crédits.
 
Toujours chevauchant son chariot répulseur, Ragda ouvrir d'un claquement des mains la porte d'entrée. De toute sa masse il en barrait le passage. Il annonça immédiatement :
 
« Sénatrice Avaïane ! Quel plaisir de vous revoir... » Il hésita une demi-seconde, embarrassé. « Je... Mon appartement n'est pas très présentable... Excusez-moi, mais il va falloir changer nos plans pour la soirée. A vrai dire je n'ai rien mangé depuis presque vingt-quatre heures. Vous allez me dire que j'ai de la réserve ? Certes... Mais ce n'est pas une raison pour négligier ma santé. »
 
Il fit signe à la Sénatrice de le précéder, pour qu'il puisse sortir de son logement. « Si nous allions au restaurant du Sénat ? Je dirais bien que je vous invite... Mais tout y est gratuit pour les membres du gouvernement et de ses administrations... A cette heure-ci, il sera désert, nous aurons tout le loisir de discuter tranquillement, et dans de bien meilleures conditions. Qu'en dites-vous ? » Question rhétorique. Le Hutt n'avait pas envie de faire entrer qui que ce soit chez lui. La poussière et le désordre étant autant d'arguments qui l'arrangeaient parfaitement.
 
Tout en se déplaçant lentement pour ne pas obliger la Sénatrice à forcer le pas, il continua :
 
« C'est à cinq minutes à peine. » Avant d’enchaîner sur un ton plus sérieux. « J'espère que vous avez pu régler les problèmes de votre planète Sénatrice. Par les temps qui courent, vous aurez besoin de toute votre attention pour suivre les événements politiques... D'ailleurs, vous avez pu prendre connaissance les dernières nouvelles ? Artorias ? Le retour de l'Empire Sith ? Quelle triste époque nous vivons... En tout cas, si je puis me permettre un conseil : ne perdez pas une seule seconde pour vous mettre au goût du jour. Le Sénat, plus que jamais, s'est transformé en un nid de vipères prêtes à s'entre-dévorer... Un comble alors que l'ennemi frappe à notre porte. » Il soupira. « Les intrigues se multiplient comme les verrues sur le cul d'un gamorréen... Si vous me pardonnez l'expression. » Il esquissa un sourire amusé, avant de planter son regard orangé dans celui de la Sénatrice :
 
« Faites très attention à ce que vous direz à ceux qui cherchent à vous accoster... Car rapidement on vous demandera dans quel camp vous êtes. Pro, Anti Arnor ? Pro Anti Paix ? Pro Anti je ne sais quoi...  Et oui, nous en sommes là... Vous savez, rien que le fait de me rencontrer vous place dans une case bien définie qui ne sera pas du goût de tout le monde... »
 
Puis soudain, il enchaîna sur un ton beaucoup plus jovial :
 
« J'ai lu qu'il y avait de la cervelle de Bantha au menu ce soir... J'espère qu'il en reste ! Je meurs de faim ! Et vous, vous avez déjà mangé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 22
Âge du perso : 58 ans
Race : Wroonienne

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En toute discrétion (PV Ragda) [appartements du ministre Rejliidic]   Mer 29 Jan 2014 - 18:10

Ce que vit Thelenys l'espace d'un instant la confirma dans son impression que Ragda Rejliidic ne devait pas être au mieux de sa gloire. Du peu qu'elle avait pu en voir avant que le Ministre ne se carre dans l'embrasure de la porte en la repoussant imperceptiblement vers le couloir, Un capharnaüm notoire saupoudré d'une solide couche de poussière régnait sans partage chez le Hutt. Ce dernier semblait vouloir faire bonne figure dans un poncho hors de prix que Thelenys reconnut comme une importation wroonienne. Déjà il l’interpellait d'une voix caressante.
 
- Sénatrice Avaïane ! Quel plaisir de vous revoir... 

- Bonsoir Monsieur le Ministre, rétorqua Thelenys avec plus de réserve. 

Visiblement embarrassé, le ministre crut devoir s'excuser sur ce qu'elle avait pu apercevoir de son appartement et tenta une diversion. 

- Je... Mon appartement n'est pas très présentable... Excusez-moi, mais il va falloir changer nos plans pour la soirée. A vrai dire je n'ai rien mangé depuis presque vingt-quatre heures. Vous allez me dire que j'ai de la réserve ? Certes... Mais ce n'est pas une raison pour négliger ma santé.

- Oh, Votre Excellence!, minauda Thelenys un peu forcée, jamais je ne me serais permis une remarque aussi mesquine même sous excuse de faire de l'humour! 

Alors qu'il lui faisait signe de passer devant lui, il continua sur le même ton badin. 

- Si nous allions au restaurant du Sénat ? Je dirais bien que je vous invite... Mais tout y est gratuit pour les membres du gouvernement et de ses administrations... A cette heure-ci, il sera désert, nous aurons tout le loisir de discuter tranquillement, et dans de bien meilleures conditions. Qu'en dites-vous ? 

Thelenys n'était pas très enthousiaste à l'idée de discuter dans un lieu publique d'autant plus que ce que lui avait dit Lord Janos le matin même lui trottait dans la tête. Être vue avec quelqu'un du Sénat suffisait à alimenter les ragots et à l'étiqueter de telle ou telle volonté politique. Et comme le Hutt n'était pas vraiment en odeur de sainteté ces temps derniers, elle aurait été bien ennuyée d'être vue en sa compagnie et encore plus qu'on surprenne leur conversation... Toutefois, il était difficile de décliner l'invitation sans tomber dans une impasse car le Hutt ne semblait absolument aps décidé à la faire entrer chez lui. Mais pourquoi diable ne pas avoir fixé un autre lieu de rendez-vous lorsqu'il avait répondu à son holo-bristol? Voulait-il arriver à ce qu'on les voit ensemble? ... Étrange... Thelenys décida d'être sur ses gardes et rempondit de manière neutre.

- Je n'avais pas pensé vu l'heure assez tardive qu'il serait question de manger et vous me voyez bien ennuyée car j'ai déjà pris un repas avant de venir vous voir. Mais je ne peux décemment pas vous laisser sur votre faim, Excellence. Allons donc au restaurant du Sénat, je me contenterai de vous tenir compagnie avec un bon verre de brandy cassandréen. 

Avec cette galipette, Thelenys pourrait peut-être faire croire au hasard d'une rencontre si d'aventure elle venait à être vue avec le Ministre. Lui mangeant et elle se contentant de boire un verre, on pourrait croire à une rencontre fortuite... Rejliidic ne l'en remercia pas moins et lui emboita le pas vers le restaurant galactique. En chemin, il détourna la conversation vers ce qui s'était passé sur Wroona. 

- J'espère que vous avez pu régler les problèmes de votre planète Sénatrice. Par les temps qui courent, vous aurez besoin de toute votre attention pour suivre les événements politiques... 

Thelenys balaya cette observation d'un mouvement de main. Elle n'aimait pas qu'on s'attarde sur les tribulations de sa planète, des problèmes bien triviaux et futiles au niveau de la galaxie. Le ministre en parlait d'ailleurs comme des caprices de gosses, des événements sans importance pour la République et il avait raison compte tenu des dernières nouvelles concernant Artorias et le Chancelier Arnor. 

- Il n'est pas de problème politique que je ne puisse facilement régler sur Wroona.

Le Ministre hocha la tête, probablement dubitatif de ces paroles catégoriques. 

- D'ailleurs, vous avez pu prendre connaissance les dernières nouvelles ? Artorias ? Le retour de l'Empire Sith ? Quelle triste époque nous vivons... 

Thelenys hocha la tête pour signifier quelle était au courant. Toutefois, il faudrait qu'elle revienne sur le sujet pour bien peser toutes les conséquences de ces actes car elle n'en savait pour le moment que les grandes lignes. Mais un couloir du Sénat galactique n'était pas le meilleur endroit pour parler de ça. Elle crut toutefois bon de faire comprendre au Hutt qu'elle comptait reprendre cette conversation plus tard. 

- Oui j'ai eu l'occasion d'en apprendre les grandes lignes. Mais pour vous parler très franchement, j'ignore encore les détails exacts de ces dramatiques nouvelles mais je compte quelque peu sur des acteurs de premier plan tels que vous pour m'apprendre tout le fin mot de cette histoire. 

Un peu de flatterie ne faisait jamais de mal à personne pour se ménager un minimum de contact et de confiance. Comme rasséréné par cette phrase, le Hutt s'hasarda à un conseil. 

- En tout cas, si je puis me permettre un conseil : ne perdez pas une seule seconde pour vous mettre au goût du jour. Le Sénat, plus que jamais, s'est transformé en un nid de vipères prêtes à s'entre-dévorer... Un comble alors que l'ennemi frappe à notre porte. 

Intéressant... Comme s'il avait lu dans ses pensées, le ministre lui conseillait de se tenir le mieux au courant possible. Il ajouta même avec un soupir : 

- Les intrigues se multiplient comme les verrues sur le cul d'un gamorréen... Si vous me pardonnez l'expression. 

Il eut un sourire satisfait tandis que Thelenys en esquissait un plus par politesse qu'autre chose. Les boutade passablement vulgaires ne l'avaient jamais beaucoup amusée. Mais Rejliidic revint vit à des considérations plus sérieuses. Tout en la scrutant du regard, il la mit en garde. 

- Faites très attention à ce que vous direz à ceux qui cherchent à vous accoster... Car rapidement on vous demandera dans quel camp vous êtes. Pro, Anti Arnor ? Pro Anti Paix ? Pro Anti je ne sais quoi...  

Quel curieux hasard... C'était presque mot pour mot ce que lui avait dit Lord Janos le matin même. Seraient-ils tout deux ennemis au Sénat? Peut-être allaient-ils s'engager dans un bras de fer à qui gagnerait la Sénatrice wroonienne à sa cause... Thelenys se promit d'étudier attentivement l'attitude de chacun pour en tirer le meilleur parti, question d'opportunisme. Le Ministre poursuivit son laïus.

- Et oui, nous en sommes là... Vous savez, rien que le fait de me rencontrer vous place dans une case bien définie qui ne sera pas du goût de tout le monde... 

Ainsi, Rejliidic avait conscience du dilemme dans lequel elle se trouvait. En réalité, il devait avoir conscience de bien d'autres chose que Thelenys ignorait ou ne prenait pas en compte, depuis le temps qu'il frayait dans la politique galactique à des postes importants. Il était peut-être plus intéressant d'avoir dans ses contacts un roublard comme lui qu'un homme comme Lord Janos quoi que ce dernier ait une solide réputation d'excellence également. Mais après tout pourquoi poser un choix? Il était bien plus intéressant de conserver ces deux appuis importants. Aussi Thelenys décida de jouer la carte de la flatterie. 

- J'ai un grand principe, Monsieur le Ministre... C'est de me faire mon propre avis sur une personne et de ne pas me contenter de suivre le mouvement courtisant très souvent infondé et primaire. Aussi quand bien même pourrait-on me dire que vous assassinez des nouveaux-nés pour faire un trafique de leurs organes, je ne le croirais pas avant d'en avoir eu la preuve personnelle et irréfutable. Peu me chaud donc que vous ne passiez plus pour un saint par les temps qui courent. tant que ni moi ni le système planétaire que je représente n'avons quelque chose à vous reprocher personnellement, soyez assuré que vous continuerez de jouir si pas de l'amitié, du moins de la courtoisie et de l'estime du système wroonien et de sa sénatrice. 

Bien que ces paroles se contentent de dire "je suis en comerce", elles semblèrent provoquer un vif plaisir chez le Hutt qui reprit la conversation d'un air jovial. 

- J'ai lu qu'il y avait de la cervelle de Bantha au menu ce soir... J'espère qu'il en reste ! Je meurs de faim ! 

Dans un élan de galanterie, il commanda le verre de brandy cassandréen que Thelenys avait souhaité boire après s'être assuré qu'elle ne voudrait rien picorer pour l'accompagner. Alors qu'il entamait avec délectation (et très peu de propres manières il fallait bien le dire) le plat qu'il venait de commander, Thelenys relança la conversation sur ce qui l'intéressait. 

- Et donc, Monsieur le Ministre, si vous m'expliquez précisément ce qu'il en a été de l'attaque d'Artorias et de ses conséquences fâcheuses sur vous-même et sur Son Excellence le Chancelier? 

Thelenys était très curieuse d'entendrele son de cloche du Hutt qui était partie prenante dans cette affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 1038
Âge du perso : 246 années standards
Race : Hutt
Binôme : Complice : Darth Velvet

Feuille de personnage
Activité actuelle: Faire chuter Borenga
HP:
80/80  (80/80)
PF:
25/25  (25/25)

MessageSujet: Re: En toute discrétion (PV Ragda) [appartements du ministre Rejliidic]   Sam 1 Fév 2014 - 17:31

Le restaurant du Sénat... Surnommé la Cantina des Nantis par les plus mauvaises langues.

Cet établissement n'avait rien plus rien de prestigieux. Seules les dorures et les sculptures sur les murs et le plafond rappelaient son passé glorieux. La République, au fil des siècles avait bien changée. Le luxe ostentatoire de ses débuts avait lentement laissé place à une organisation standardisée beaucoup plus efficace. Ce restaurant n'échappait pas à la règle. Aujourd'hui, il s'agissait plus d'une cantine que d'autre chose. Seuls les membres les plus hauts placés du gouvernement disposait d'une salle dédiée, ou un serveur vieillissant venait leur demander poliment ce qu'ils voulaient boire ou manger. Les autres devaient se contenter de la salle commune, et faire la queue devant les présentoirs, plateau en main. Bref, excepté le cadre tout droit sorti d'un autre temps, beaucoup plus faste, rien ne différait cet établissement d'un quelconque restaurant d'entreprise. La qualité de la nourriture peut-être ? Ce n'était même pas sur...

Comme Ragda l'avait prévu, il n'y avait pratiquement personne à cette heure aussi tardive. Quelques Sénateurs terminaient leurs desserts, certains tellement concentrés sur les échanges qu'ils ne remarquèrent même pas l'arrivée du Hutt et de son invitée. Celui-ci fit signe à la Sénatrice Avaïane de le suivre dans la pièce réservée aux membres du gouvernement, totalement vide. Même l'éclairage avait été coupé tant le personnel ne s'attendait pas à voir débarquer un Ministre à cette heure-ci. Rapidement tout fut rallumée, et une table préparée. Ragda s'installa à proximité de la table qui leur avait été indiquée, affalé sur son chariot répulseur, puis commanda :

« Deux brandy cassandréens, pour la Sénatrice et moi même... Et je prendrais le plat du jour, la cervelle de bantha. Crue si possible. » Le Mirialan fit une petite courbette et répondit, le visage neutre :

« Deux brandy Et une cervelle crue. Tout de suite monsieur le Ministre. »

Il s’éclipsa. Ragda et Thelenys étaient à présent seuls.

« Avant toute chose, je tiens à vous remercier pour votre démarche et votre ouverture d'esprit. Tout va bien trop vite depuis le retour de ces Sith... Certains Sénateurs se permettent de juger, sans preuve, au mépris des règles les plus élémentaires de notre constitution. N'est-il pas vrai que chacun est considéré innocent tant que l'accusation ne prouve le contraire ? Et bien... Écoutez les... A les entendre il faudrait m'enfermer... Mais au nom de quelle justice ? La leur ! Quel bel exemple ils font... Ceux là sont bien plus dangereux pour nos institutions que je ne l'ai jamais été... Et après nous nous étonnons que de plus en plus de citoyens se détournent de la politique. » Il soupira. Ragda n'avait pas tellement envie de remuer le couteau dans la plaie. Mais en même temps, il avait envie de parler, de vider son sac depuis trop longtemps maintenu fermé...

Le serveur revint rapidement. Plat et consommations en mains. Le Hutt observa son assiette d'un froncement de sourcils. Il l'avait imaginée... Plus grosse. Comment d'aussi imposantes bestioles pouvaient-elles survivre avec un organe aussi... ridicule ? A peine l'assiette fut elle posée devant lui qu'il l'attrapa à deux mains... Pour en gober, d'une traite, le continu dans son énorme gosier. Un filet de liquide cérébral coula à la commissure de ses lèvres qu'il essuya d'un rapide mouvement de langue. Il tendit l'assiette vidée au serveur.

« Apportez m'en une seconde s'il vous plaît. » commanda-t-il, poliment. Puis il reconsidéra son interlocutrice. Après quelques hésitations, il céda finalement :

« Je vais vous raconter ma version des faits... Pensez en ce que vous voulez, ça m'est bien égal.. » déclara-t-il fataliste. « J'ai passé des semaines à tenter de m'expliquer... Mais au final toutes ces tentatives d’éclaircissement ont été détournée afin de me rendre encore plus suspect... » Il tapa du poing sur l'accoudoir rembourré de son chariot répulseur, colérique. « La République est en échec, et elle cherche des boucs émissaires pour tout ce qui vient de se passer. Lorsque ce n'est pas moi qui suis remis en cause, c'est les choix du Chanceleir Arnor... Triste époque... En tout cas, j'ai appris une chose : il vaut mieux se faire discret, se faire oublier. Mais un peu de compagnie est aussi agréable de temps en temps... » déclara-t-il en souriant à la Sénatrice de Wroona. « A condition que celle-ci ne cache pas de mauvaises intentions, n'est-ce pas ? » Il marqua une pause puis repris, après s'être affalé dans ses coussins cramoisis :

« Je n'ai jamais couru après la popularité... Regardez ma gueule ! Je n'ai pas une tête à faire chavirer les foules... Les politiciens qui courent après ces frivolités sont de loin les pires pensionnaires de notre Sénat. Il y en a même qui vont jusqu'à s'offrir les services d'acteurs célèbres pour vanter les mérites de leur propre personne... Incroyable n'est-ce pas ?  Si je dois ma réussite à quelque chose, c'est uniquement à mon travail et à ma persévérance. Les citoyens regardent les résultats, puisque c'est bien avec leur vie, leur avenir que nous jouons tous les jours en édifiant des lois. Tout le reste n'est que racontars de politiciens aux ambitions débordantes. Je me suis donc volontairement écarté de tout ce cirque qui me parasitait, et je me suis re-concentré sur l'essentiel : les finances de la République et la défense des intérêts de mon monde. »

Aparté terminée. Il pouvait passer aux sujets plus fâcheux...

« Artorias... » dit-il avant de prendre quelques secondes de réflexion. « Difficile de savoir par où commencer. Tout s'est passé si vite. » Il soupira, regard dans le vague, perdu dans ses souvenirs :

« Au début, tout allait plutôt bien... Il y avait quelques querelles autour des réformes courageuses et vitales du Chancelier Arnor, mais dans l'ensemble le programme suivait son cours... Mais tout a basculé en l'espace de quelques heures :

Contre toute attente, Artorias a lancé un signal de détresse, il étaient attaqués par une flotte conséquente, au pavillon inconnu. Face à cette menace, la première réaction du Sénat a été l'union. Oui, l'union. Quand on regarde ce qui se passe aujourd'hui, on a du mal à croire que cela ne s'est passé que quelques mois plutôt. L'Etat d'urgence a été voté très rapidement. Le Chancelier Arnor disposait alors de tous les pouvoirs sur nos forces armées. Dans un laps de temps records, il est parvenu à réunir deux flottes au complet, puis s'est lancé vers Artorias, à la tête de celles-ci.

C'est là que tout le bordel a vraiment commencé.

D'abord il y a eu quelques troubles... Les habituels irréductibles mécontants, comme le Sénateur Keyïen de Corellia par exemple. Au début ce n'était que quelques divergences de point de vue quant à la réponse apportée au dossier Artorien. Puis rapidement... Une sorte de mouvement a été lancée... Plusieurs mondes, guidés par Corellia, ont soudain laissé planer des menaces sous-entendues de sécession. Et c'est ce qui a mis le feu au poudre au Sénat. Un mouvement lâche qui profitait de l'absence du Chancelier pour sortir de l'ombre.»
Il fit une pause pour plonger son regard dans celui de la Sénatrice. Dans voix trahissait une certaine amertume :

« Il est vrai que le cas d'Artorias était épineux. D'un coté, ce monde n'était pas encore membre de la République, même si tous les pré-requis avaient été validés et que ce n'était plus qu'une question de semaines avant l'officialisation... D'un autre, il s'agit du monde natal du Chancelier... Bref, autant dire que la légitimité des actions de notre gouvernement pouvaient être remises en cause. Le malheur des uns donne souvent prétexte aux autres pour se démarquer... Mais, très sincèrement, pouvions nous laisser ce peuple se faire massacrer sans réagir ? Biensur que non !» Il grogna, preuve de l’énervement qui lui piquait les narines, et qu'il n'arrivait plus à contenir :

« Les Sénateurs sont comme une bande d'enfants ! Ils se chamaillent, mais se rangent derrière le plus grand d'entre eux lorsqu'ils se sentent menacés. Lorsque Ion Keyïen a défié l'autorité du Chancelier, personne ne s'est levé pour le défendre. Personne à part moi. Et franchement, ça arrangeait tout le monde que j'aille au charbon, que je risque une humiliation publique pour le défendre. » Il brûlait légèrement les étapes... Après avoir pris une demi-seconde pour souffler un grand coup et calmer ses humeurs, le Hutt repris, plus calmement :

« Après le départ d'Arnor, sentant la tension monter, j'ai demandé l'ouverture d'une session extraordinaire du Sénat. Je me suis dis... Autant convoquer tout le monde et crever l'abcès avant que celui ne devienne mortel. Pratiquement tous les Sénateurs ont répondus à l'appel... Sauf ceux qui étaient bien entendus retenus sur les mondes pour des affaires interne. » Il esquissa un petit sourire. « Le Sénateur Keyïen a pris la parole pendant cette session retransmise en directe sur toutes les holochaines de la République. Je savais que cette diffusion, cette opportunité de mettre en défaut la politique de notre gouvernement serait bien trop tentante pour cet opportuniste personnage. Il a essayé par tous les moyens de me déstabiliser... Mais au final, Il n'a rien pour prouver... Il a même été contraint de revenir sur ses paroles, et de proposer des compromis... Ce faisant j'avais gagné l'estime de l'opinion publique... » déclara-t-i, la voix chargée d'émotion, comme s'il parlait des meilleurs souvenirs de sa vie.

« Mais cette victoire fut de très courte durée. A peine le débat touchait-il à sa fin, qu'une terrible nouvelle ébranla tout la République : le Chancelier venait de disparaître pendant l'affrontement spatial autour d'Artorias, son vaisseau venait de se faire pulvériser. Nous étions à l'aube d'une guerre ! La République ne pouvait pas rester décapitée une seule seconde ! La Chancellerie a alors appliquée la procédure de succession... Le Ministre de la défense avait disparu également, au coté du Chancelier. Il y avait ensuite la Ministre de la Sécurité. Mais celle-ci a usé de son droit de retrait à cause des troubles qui éclataient un peu partout... Il y a même eu des poseurs de bombes arrêtés aux portes du Sénat ! Imaginez-vous... Par conséquent, j'ai repris le flambeau. Je suis devenu Minsitre Spécial d'Etat, Chancelier par intérim pouvons-nous dire pour simplifier la chose. »
Oui... C'était vraiment de bons souvenirs... Une apogée personnelle.

« Tout ceci s'est passé un moins d'une heure. J'ai profité de notre session extraordinaire pour rendre tout cela public... J'ai été le plus transparent possible, malgré le risque de panique soulevé par cette situation inconfortable. » Il marqua une nouvelle pause, pour reprendre sa respiration et se redresser bien droit. « Mais cette annonce ne fut pas du goût de tout le monde... Rapidement la Sénatrice de Kuat s'est opposée à cette nomination... Elle ne manquait pas d'argument... Poignants. » Le Hutt hésita un moment. Devait-il parler de ses soupçons ? Pendant leurs échanges, il avait senti une main invisible lui serrer la gorge. Il avait alors supposé que la Sénatrice en question disposait de pouvoirs... Sith. Une accusation grave qu'il n'avait jamais formulé publiquement. Il n'avait aucune preuve... Il risquait de la faire passer pour une victime. « Mais ce ne fut pas suffisant pour me discréditer. » Lâcha-t-il simplement.

Il se renfonça dans les coussins de son chariot, marquant une pause dans son récit. La partie sérieuse et controversée allait commencer. Il fallait utiliser les bons mots.

« Après cet épisode, j'ai pris en main, temporairement, l'avenir de notre République. Je venais d'éviter la sécession... Mais pour autant tout n'était pas réglé. Notre défaite avait mis en évidence quantité de dysfonctionnements. » Il soupira. « J'ai commis une erreur. Une seule erreur... » avoua-t-il, regard dans la vague. « J'ai commis l'erreur de faire passer la santé de notre Chancelier avant tout le reste. » Il reporta son regard sur la Sénatrice de Wroona. « Lorsque j'ai découvert l'identité de la Reine des Sith, j'ai jugé bon d'agir. Je connaissais cette personne... Et ce parce qu'elle s'était fait passer pour une diplomate lors d'une mission sur Nar Shaddaa... Je vous épargne les détails, si vous en voulez plus, dites le moi... Mais globalement j'ai jugé bon de me servir de cette situation pour négocier au plus vite la libération du Chancelier, dont j'avais eu, entre temps, la preuve de sa survie et de sa capture. » Il grimaça. « Ce que les Sénateurs me reprochent, c'est surtout le silence autour de toutes ces décisions... Mais franchement... Regardez aujourd'hui le temps que prend la ratification du traité... Si j'avais été transparent et attendu que les Sénateurs prennent une décision, Arnor serait toujours entre les mains des Sith... Entre temps il y aurait eu un autre élection... Et celui-ci, faute de valeur, aurait probablement été exécuté. Vous comprenez ? J'ai volontairement court-circuité le Sénat pour sauver Halussius. Si je dois payer pour ça, je l'assumerai... Mais putain, qu'on arrête de dire que j'ai agis dans l'intérêt des Sith ! Que j'ai trahis la République ! »

Ragda stoppa net son discours, visiblement très énervé. Fort heureusement, le serveur revint à ce moment là. Cette pause fut salvatrice pour l'humeur massacrante du Hutt. Il repris ensuite, une fois le Mirialan reparti :

« Quelques Sénateurs se sont alliés pendant l'absence du Chancelier. Ils se sont fait appelés Loyalistes... Parce qu'ils se prétendaient loyales à Arnor. Mais ce sont eux les vrais responsables de tous ces troubles. D'abord ils ont réussi à semer le doute concernant ma personne... Le Sénat a alors voté le retrait de mes pouvoirs spéciaux... Avant de décider l'envoi d'une délégation sur le lieu de rendez-vous des négociations entre la Reine des Sith et moi... Vous vous rendez compte ? Ils sont venus parasiter les échanges diplomatiques... Ils ont discrédités toute la République par leurs actions... Et après on s'étonne que nous ayons du accepter des accords aussi... déséquilibré ?! Ils sont les seuls responsables de cette situation ! Et ils veulent me faire porter le chapeau ! » Ragda marqua une nouvelle pause, pour se ménager. Se remémorer ces instants l'énervait au plus au point... Une putain d'humiliation... Il tenait deux personnes coupables de celle-ci : Bail Rannis, Sénateur de Carida, et Côme Janos, Sénateur de Aargau. Toutefois, malgré cette haine, Ragda préféra taire leurs noms. Il fallait mieux que la Sénatrice Thelenys arrive elle même aux bonnes conclusions.

« J'ai conscience que je vous donne beaucoup d'informations d'un seul coup. Il vous faudra du temps pour digérer tout ça. » Tout en terminant cette phrase, il s'empara du datapad dissimulé dans la poche ventrale de son poncho. « J'ai réalisé un dossier complet... Initialement pour alimenter mes propos... Mais comme j'ai pu le dire, j'évite à présent d'avoir à répondre aux questions. Quoi que je dise, quoi que j'essaye de prouver, l'opinion me trouve de plus en plus louche. Le silence est la meilleure des défense, et le temps le meilleur des alliés. Je peux vous envoyer une copie de ce dossier vous vous voulez.... »

Il se redressa alors, adoptant un ton plus léger.

« Et sinon, avez-vous entendu parler de la Ligue des Mondes Périphériques ? » demanda-t-il visiblement très curieux, avant de gober le second cerveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En toute discrétion (PV Ragda) [appartements du ministre Rejliidic]   

Revenir en haut Aller en bas
 

En toute discrétion (PV Ragda) [appartements du ministre Rejliidic]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-