La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Lun 6 Jan 2014 - 15:25

[HJ: suite de : >> Ce topic<< ]

-Moi rentre oui. Je m'être un peu pécipritrée... Non précipitée. Besoin de toute seule rentrer.

Jinn avait doucement baissé la tête. Elle s'en voulait d'avoir refuser de le quitter une seconde et de lui faire subir cet éloignement désormais. Pour autant, cet enfant qu'elle avait porté contre sa poitrine pour courir lors du sauvetage lui avait rappelé  ses bébés. Si l'Horansi avait cru faire son deuil en abandonnant tout pour suivre le militaire, elle s'était trompée, en refusant d'écouter son instinct la jeune femme-panthère ne serait jamais totalement à Randall, ce dont elle se refusait. En effet, si la féline s'engageait, c'était dans son entièreté et non avec une moitié de cœur sur une autre planète. Rien n'était sûr dans une jungle, même celle d'Ondéron, ainsi, Jinn prenait le risque de ne plus retrouver son compagnon. Si la navette auto programmée pour la ramener sur Coruscant avait une panne, ou qu'un animal sauvage s'acharnait dessus, ou encore qu'une tempête se déchaînait, Jinn ne pourrait plus rentrer avant un certain temps. Sa connexion avec la Force l'empêchait d'aller voir les Jedis, elle s'était peu à peu persuadée, vu son attitude envers les otages "faibles" et son dernier combat singulier que ceux-ci la mettraient en prison. Oui, cela avait été de la légitime défense, mais les Jedis étaient tellement lumineux que la féline en avait soudainement conçu une certaine peur, comme s'ils pouvaient tout deviner de ses pensées et la jeter aux cachots. Avant la jeune femme n'avait pas conscience de cette grande différence entre les auras blanches et grises, mais la victime sur laquelle elle avait grogné pour la faire avancer l'avait invectivé violemment après le sauvetage. Jinn avait eu une sorte de prise de conscience, ou tout du moins de culpabilité, ainsi craignait-elle désormais ceux dont la femme avait parlé. Aucun recours possible donc si la petite navette apprêtée tombait en panne.

-Je revenir, dans 7 jours pour le temps de tout arranger.

Avait murmuré la féline à Randall. Ainsi, tous deux auraient le temps de se remettre de leurs émotions, de se poser et surtout de voir s'ils se manquaient l'un l'autre. Pour l'ancienne Padawan, ce serait un bol d'air nécessaire pour la transition si cette dernière se faisait. A Nouveau la femme-panthère allait quitter le monde sauvage pour celui civilisé, elle avait des tas de choses à faire dans sa maisonnette pour "tout arranger"; sauf si elle notait que Randall ne lui manquait finalement pas. Après s'être laissée emportée par ses émotions durant le combat, la jeune femme avait fait le point à l'infirmerie. L'humain était un excellent camarade, elle lui avait donné sa confiance et vice-versa, le lien était évident. Seulement Jinn ne quitterait pas Ondéron pour un "ami", si elle partait, c'était pour s'engager à long terme. Sans parler de fiançailles puisque de toutes façons ce terme n'existait pas chez les siens, l'Horansi partirait avec le but que tout se passe pour le mieux et le plus longtemps possible, il n'était pas concevable de laisser sa vie derrière elle pour une amitié, si précieuse soit-elle, ce ne serait pas productif.

Un dernier baiser avec lequel la jeune femme espérait signer un au-revoir, puis elle monta dans la petite capsule soigneusement revérifiée pour l'occasion. Elle décolla et atterrit donc dans la jungle. Là, Jinn ne ménagea pas sa peine, elle cacha soigneusement son "ticket retour" dans les fourrés, bien que des bêtes plus curieuses et plus intelligentes puissent toujours la trouver et décider de s'amuser avec. Encore une fois, l'ex-Padawan savait très bien que le risque était là, elle aurait pu demander à l'équipe de la déposer et de revenir la chercher, seulement son besoin d'indépendance et de réflexion l'avait poussé à partir avec cette petite capsule. A elle d'assumer. De toutes façons, l'Horansi n'avait pas de temps à perdre, ses deux premiers jours furent dédiés à se recueillir auprès des petites tombes dans lesquelles reposaient les cendres des fœtus perdus. La jeune femme les déterra ensuite et monta sur le plus gros arbre qu'elle avait pu trouver pour les disperser au vent.

Ensuite, Jinn fit des réserves, peu utiles mais c'était inscrit dans ses gênes. Incapable de ne rien fait, la chasseresse avait attrapé du gibier pour sécher la viande et la mettre dans sa besace, remplaçant les vivres qui n'avaient pas servis lors de son premier voyage. Ceux-ci furent offerts aux prédateurs qui ne craignaient pas la nourriture plus dure que les stalactites de Hott en plein hiver. Il faut dire que la jeune femme avait aussi un autre objectif en tête, elle cherchait quelque chose de spécifique à chacune de ses chasses, dédaignant même un bon petit Ibbot quand elle pouvait attraper des sortes de petits félidés bruns extrêmement difficiles à poursuivre, l'Horansi les dépeçait, donnant leur chair aux autres animaux de la jungle mais conservant la fourrure...

Le cinquième et le sixième jour, Jinn qui avait très peu dormi s'organisa pour détruire sa cabane et coudre les peaux. Puisque la jungle ne serait plus son habitat, elle avait à coeur de lui rendre son apparence première, avant son arrivée. Le but des Horansis, respectueux de la nature était d'essayer de ne pas avoir d'impact sur elle. Ainsi, même si détruire ce lieu qu'elle avait bâtit de ses propres pattes était difficile psychologiquement, Jinn s'attacha à tout faire disparaître, jusqu'au dernier morceau de bois. Puis, elle s'était mise à laver les peaux, il pouvait paraître étrange que la jeune femme en ait tué autant alors qu'elle prélevait uniquement le nécessaire normalement, et seulement pour manger ! De plus les petits canidés n'avaient pas la peau la plus efficaces pour protéger du froid, pour autant, ses activités expliquèrent petit à petit ce qui avait pu apparaître comme un écart de conduite. Jinn marchait à l'intuition, elle prenait des mesures sur sa propre silhouette avant de reprendre le travail. Or si à Coruscant comme dans tout autre ville, la couture faite entièrement main valait si chère et était si prisée, ce n'était pas pour rien. Chaque centimètre carré de peau était soigneusement choisi, y compris les nuances de brun des pièces ou la densité du poil. La jeune femme avait aussi alterné cette besogne avec la destruction de son habitat, ainsi elle avait pu mettre à tremper les fourrures dans une solution pour garder l'aspect soyeux et même vivant tout en vaquant à ses sinistres occupations. D'un côté elle détruisait, de l'autre, elle bâtissait.

L'ancienne Jedi fit ainsi naître sous ses doigts, en pas moins de 36 h, dont 22 de couture, une robe en robe en beau de félidé, accompagné d'un chapeau duquel pendait la queue de l'animal s'il faisait froid. La tenue n'avait qu'une seule bretelle, révélant sont autre épaule, toujours aussi mince étant donné qu'elle n'avait pas vraiment eu le temps de se nourrir ces 6 jours derniers. La dite robe enserrait délicatement sa taille, un tour de force que de travailler la fourrure pour qu'elle épouse aussi bien ses formes. Jinn n'était habituellement pas très douée en couture, pas assez patiente pour cela, et préférant chasser. Pour autant, le cinquième et le sixième jour lui avaient implicitement prouvés qu'en effet, elle comptait retrouver son amant. Randall lui manquait beaucoup, d'où la destruction de sa maison sans hésitations, sans même se poser devant le bâtiment pour se demander s'il en valait vraiment la peine. Le clou qui venait consolider ses convictions en s'embrochant directement dedans était cette robe que la jeune femme-panthère avait confectionnée sans presque relever le museau de sa tâche. Son père aurait sans doute été très content de la voir travailler comme une vraie "femelle" sans râler une seule seconde pour une fois.

-Tu serais content père je crois. Randall n'est pas un Horansi mais il est fort, rusé, et c'est le chef des "jeunes chiens fous". Je les ai vu et j'ai travaillé avec eux. Ils le respectent, c'est un bon parti...

Disait-elle à haute voix comme si Noche pouvait l'entendre. D'un autre côté, ce qu'elle n'avait pas commenté à son paternel décédé, c'était que Randall lui plaisait aussi parce qu'il était gentil, doux et drôle. Bien que les Horansis ne soient pas des brutes avec leurs femelles, ces traits de caractère ne devaient pas compter, ils vivaient très bien sans ces qualités inutiles, alors pourquoi s'encombrer ? On demandait d'une fille qu'elle soit travailleuse, affectueuse et protectrice avec les enfants avec un minimum de savoir-faire en défense et en chasse. Un mâle lui devait respecter sa femme, lui donner ce dont elle avait besoin, aider à l'éducation si les petits osaient élever la voix contre leur mère, chasser et défendre le territoire... Et c'était mieux s'il avait en plus un esprit de leader naturel. A quoi servaient la beauté, la gentillesse ou encore "pire", l'humour ? A rien, Jinn le savait, pourtant, il lui semblait bien qu'elle ne serait pas prête à tout quitter pour un "mâle" juste parfait selon les critères des siens. S'était-elle trop humanisée à force de côtoyer Maekoth ? Difficile de s'humaniser avec un cupide pareil remarque. Alors avec maître Flynn, plus tôt, il avait enfoui en elle des désirs autre que la stricte nécessité. L'Horansi avait bien essayé de faire son introspection mais y avait renoncé finalement. Seule c'était trop dur, elle était perdue.

Heureusement, la jeune femme savait en revanche où en était son ouvrage. Il était enfin terminé. Pour encore marquer sa taille, comme elle savait que les civilisés aimaient à le faire, Jinn avait passé une ceinture de cuir légère autour de sa robe. Celle-ci pendrait sur ses hanches fines, accentuant ses courbes -peu marquées avouons-le.- tandis que le vêtement retomberait en diagonale, pour la plus longue partie, ce serait son tibia gauche qui serait recouvert tandis que de l'autre côté, la robe s'arrêtait au-dessus de son "genou". C'était la première fois que Jinn porterait un habit à sa mesure, un qui ne la faisait pas ressembler à une souillon où un sac à patates.


Le dernier jour, le septième, fut consacrée à elle. Encore une chose que Jinn n'avait jamais fais. Au lieu de se contenter de faire trempette dans la bassine, la jeune femme avait entièrement rempli cette dernière de l'eau la plus propre qui coulait aux alentours. La source émanait de la naissance d'un petit ruisseau pur, celui-ci était difficile à atteindre mais tant qu'à le faire, autant bien faire. Après avoir récuré la bassine donc, la jeune femme s'était récurée elle-même. De fond en comble. Oh attention, ce n'était pas une partie de plaisir avec une brosse dure qui arrachait la peau et de l'eau gelée, mais Jinn tenait à être parfaite, et autant dire que ses derniers travaux autour de la cabane l'avaient encore plus salie que d'habitude. Longuement la jeune femme peigna sa chevelure rousse, shampooinant chaque mèche avec attention grâce à un produit naturel. Elle avait bien eu une lotion avec le Doc' mais elle préférait de loin faire sa composition qui embaumait les fruits rouges.

Cela faisait au moins deux semaines que ses pauvres mèches étaient en bataille, Jinn les débrouilla avec un soin particulier, Randall l'avait vu le premier jour propre mais affaiblie par la maladie. Aujourd'hui, bien qu'encore maigre-et de toutes façons c'était dans sa nature- la jeune femme-panthère avait des cheveux éclatants et un pelage plus soyeux. La brosse dure qui fait mal, ce n'était pas pour rien. Piochant dans ses objets personnels, souvent trouvés par terre, Jinn choisi la petite chaîne en or que sa mère lui avait laissé, un bijou qu'elle avait toujours affectionné bien qu'elle ne le mettait pas pour éviter de l'abîmer. L'objet était si fin qu'il épousait chacun de ses mouvements, étant presque à ras de son cou, léger, dont la présence se notait pour les yeux observateurs seulement. A sa patte arrière droite, Jinn avait enfilé quelques bracelets cliquetant, simples mais de bonne facture, trouvés lors de son bref passage à Coruscant, juste avant sa rencontre avec Tikva. Une adolescente humaine les avait égaré dans un cliquetis sur le béton, et la féline s'était bien gardée de la rappeler pour les lui rendre. Sur le haut de son bras, droit toujours, l'Horansi avait enfilé un petit lacet de cuir serré confectionné par ses soins. Du reste, elle allait pattes nues comme toujours, sa chevelure coiffée mais libre se mariant au brun fauve extérieur-blanc crème à l'intérieur-de sa robe.

Jinn se rendit ensuite à la capsule, elle n'eut qu'à appuyer sur un petit bouton. La Force était avec elle car aucun ennui n'arriva bien que la jeune femme fut prise d'un doute lorsque la navette refusa de démarrer au début. Finalement cette dernière avait un peu crachoter, râler pour la forme avant de partir vers Coruscant, sa destination déjà programmée depuis le début. A son arrivée, Jinn se rendit compte que sa robe dépareillait. Toutes les femmes avaient des vêtements sublimes, plein de motifs, originaux alors qu'elle avait l'air d'un être préhistorique dans sa tenue. L'ouvrage était de qualité certes mais tellement loin des critères de mode. Avec ses breloques, la jeune femme se sentit un peu démunie, elle qui avait été fière de sa personne. Fière de ses efforts pour plaire à son mâle, parce que ça aussi on l'attendait de la part d'une femelle. La beauté comptait moins que la solidité mais une femme devait quand même s'arranger pour son compagnon. Jinn n'avait jamais mis de robe auparavant, elle se retrouvait encore plus empruntée tout à coup.

Avec son baluchon également en peau, l'Horansi attendit à l'astroport. Une heure avait été convenue pour se retrouver pour les deux amants qui n'avaient pas de moyens de communication, Jinn ne sachant pas les utiliser et ayant tellement besoin de se retrouver. Désormais, elle était tout entière à Randall, l'attendant, dressée sur la pointe de ses pattes arrières, sa queue flattant nerveusement ses jarrets. Elle le cherchait du regard de chasseresse d'un air inquiet. Pourquoi être revenue ? Faisait-elle le poids à côté de cette magnifique Twi''Lek voluptueuse qui attendait posément à ses côtés ? Sûre et magnifique, la femme était parfaite, éclatante, comme le prouvaient les regards que s'attiraient ses yeux de biche. Randall devrait normalement la choisir aussi, c'était dans l'ordre des choses... Pourtant l'Horansi espérait qu'il ne suive pas cet instinct primaire poussant à choisir le meilleur. Allait-il la retrouver ? Ou avait-il décidé, lui, qu'elle ne lui avait pas manqué et qu'ils devaient rester amis de loin...
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 132
Âge du perso : 32 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aspirant dans l'armée Républicaine
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mer 8 Jan 2014 - 1:26



Se regardant dans le miroir de sa salle de bain, en tenue de sous officier prêt à faire son débriefing avec le colonel, Randy ne pouvait s'empêcher de penser à sa séparation d'avec Jinn. Elle avait choisit de retourner momentanément -définitivement?- dans la jungle, mais le jeune militaire lui avait mit à disposition une navette qui la ramènerait en pilotage automatique directement sur Coruscant. Cette petite faveur lui avait valut de donner "gracieusement" deux caisses de whisky au sergent qui s'occupait de dispatcher les navettes. Mais bon, qu'est ce que pouvait bien coûter deux caisses de douze bouteilles d'alcool si cela pouvait lui permettre de la retrouver au bout du compte? Pas grand chose, enfin du moins si elle revenait, ce qui n'était pas encore certain...

Mais pour l'heure, il fallait aller discuter avec le colonel... Et surtout lui expliquer pourquoi une civile avait prit part à une opération militaire. Quelqu'un avait dû balancer le morceau, mais l'important était de justifier son choix devant lui, et surtout, ne pas se laisser démonter!

Fin prêt, le major quitta la salle de bain et son appartement que l'armée mettait à sa disposition lorsqu'il n'était pas en mission. Celui ci était plutôt spartiate, pas de fioritures. Oui, on ne s'embêtait pas avec la décoration dans l'armée, enfin mis à part la maquette poussiéreuse d'un fier croiseur républicain qui trônait vaillamment sur le gros meuble du salon. Enfin c'était un peu son chez lui et surtout cela ne lui coûtait rien, ce qui lui permettait de mettre allègrement la quasi totalité de sa prime de sous officier de coté, autant être prévoyant et penser à ses vieux jours!

Son pas assuré le mena une Vingtaine de minutes plus tard dans le bureau de son supérieur hiérarchique. Et, après un salut militaire usuel, le jeune homme s’essaya devant l'homme pour lui faire son rapport.

Racontant leur mésaventure en omettant bien sur  la nuit qu'il avait passé avec la belle Horansi, le major resta professionnel, argumentant sur le fait de l'avoir délibérément inclus dans la mission. 
Randy retraçant, le fil des événement, le colonel au sourcils noir broussailleux l'écoutait tout frottant pensivement son menton. 
Randall ne pouvait pas vraiment savoir ce que cet homme d'une cinquantaine d'année standard pensait, mais il vanta les mérites de la femme félin. Sans elle, les choses auraient probablement été relativement plus compliquées, voir même impossible. Et ce fut après quelques secondes de silence interminable que l'officier républicain prit la parole.

"Ce que vous avez fait major, est passible de la cour martiale. Vous êtes assez intelligent pour le savoir. Je me trompe?"

"Non colonel."

L'heure n'était pas à en faire des tonnes... Randy attendit donc la suite restant assis droit comme un i sur sa chaise en métal froid. 

"Vous n'êtes pourtant pas le genre de soldat à mettre en danger une opération de ce genre, alors qu'est ce qui vous est passé par la tête ? Et si les otages s'étaient fait tuer ?''

Inspirant lentement le jeune militaire répondit :

''Sauf votre respect colonel, les otages sont vivant, malgré que nous ayons subit des pertes. Mais j'ai estimé que les talents de combattante et de furtivité de L'Horansi pourraient être un atout décisif dans cette mission. Et j'estime ne pas m’être trompé. Elle à suivit mes ordres à la lettre, et à fait ce que je lui ai dis de faire. Elle ferait une recrue de choix Colonel.''

Conclut le Major, alors que dans son fauteuil en cuire, son supérieure se penchait en arrière le regardant avec attention. Fouillant dans le tiroir de son bureau, celui ci en tira un cigare qu'il se plaça au coin des lèvres avant de l'allumer.
Soufflant un nuage de fumé vers Randy, le colonel reprit, un brin excédé :

''Écoutez moi bien foutu Mac Allistair, si on vous fait suivre une formation militaire ce n'est sûrement pas pour rien ! Coupez moi si je me trompe. Vos états de services son brillants, malgré le petit couac d’après la bataille d'Artorias... Vous risquez même d’être promu. Alors pourquoi vous encombrer de cette personne ? Cela pourrait très bien être une espionne à la solde des sith ! Allez savoir Mac Allistair, allez savoir...''

Randall le coupa, ce qui n'était pas dans ses habitudes de gars qui rentre dans les rangs, mais après tout le colonel ne lui avait-il pas dit de le faire si il se trompait ?

''Ce n'est pas le cas monsieur, et puis l'instinct de survie et du combattant, on ne vous l'apprends pas à l’académie militaire...''

Soupirant, le colonel se leva de son fauteuil, toisant le sous officier tout jeune trentenaire, avant de lui glisser un brin excédé :

''Allez non de Dieu...foutez moi le camp de mon bureau... J'aviserai pour cette Horansi... et... félicitations pour la réussite de la mission.''

Se levant, Randall fit un salut militaire avant de finalement ajouter :

''Mes respects Colonel.''

L'heure était à foutre le camp de ce bureau moisi. Ce n'était pas pour rien que Randy préférait le terrain, car en juger par la bedaine du colonel, la bureaucratie ne lui avait guère été profitable...
Mais il aviserait comme il l'avait si bien dit, et tout cela n'était plus entre les mains du jeune major, à présent il ne lui restait plus qu'à attendre.
Attendre pour voir si Jinn viendrait, ou si au contraire elle était resté dans sa Jungle, seul comme lorsqu'il avait fait sa connaissance.
Cette question ne cessait de tourner et retourner dans sa cervelle, et ce fût donc pour cela qu'une fois n'étant pas coutume...

''Yo Naël ma poule ? Ouais c'est Randy... Ouiiii toi aussi tu m'as manqué mon « Chou »...''

''Tu fais quoi là ? Ça te dis qu'on aille se farcir on bonne bouteille ? Ou quelques... unes ?''

La communication Holo engagé avec le Félidé tout comme à son habitude, effémine au possible, faisait sourire le Major. Manifestement il n'était pas contre une petite soirée à s’éclater.

''Oui... Je sais que t'aime pas l'alcool... Bon on va faire un truc... je boirais pour deux. Ce soir on fait la fiesta !''

Et puis au diable ! De toutes façons, ça ne comptait pas, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas prit une bonne murge! Et surtout qu'il n'avait pas vu Naël ! Alors en toute honnêteté, pourquoi s'en priver ?


***


L'heure fatidique arriva alors que Randall se réveilla au son criard d'une alarme de réveil.
La gueule de bois, était-ce donc là la piètre image qu'il allait donner de lui si jamais elle revenait ?
Pas le temps de prendre une douche... Sinon il allait être en retard...
Passant la main dans ses cheveux pour rapidement se recoiffer et fourrant trois ou quatre chewing-gum dans sa bouche pâteuse pour tenter d'enlever l'odeur résiduelle de l'alcool, le jeune trentenaire se saisit de son blouson en cuir avant de se hâter vers la sortie de son appartement.
La tête un peu dans le brouillard, il courut dans les rues de coruscant jusqu'à la plate-forme d'atterrissage ou était supposé se poser la navette. Le hangar n’était pas très loin, peut être à un kilomètre, rien du tout donc pour un militaire ivre la veille...
Et si elle ne venait pas ? Ah... Il ne s’était sûrement pas saoulé la veille pour se reposer la même question le lendemain, surtout avec une gueule de bois...
Pour lui tout était clair, il voulait la revoir et même plus encore si affinité -bon... il y avait déjà eu affinité...- , elle lui avait manqué et même si... Enfin si elle n’était pas comme tout les standards de femmes qu'il avait côtoyé, on pouvait dire qu'elle était... nature ?
Oui... nature était assez approprié, comme ça il n'avait pas besoin de penser à « sauvage »... Mais ça aussi ça lui donnait un charme certain. Et puis merde quoi ! Il avait envie de la revoir !

''MAC ALLISTAIR !''

Criat-il au vigile gardant l'entrée du hangar, tout en lui montrant son badge de militaire, celui ci se contentant de le regarder passer avec un air perplexe rajoutant à voix basse :

''Ouais ben ça me fait une belle jambe tout ça...''

Rien d'étonnant, c’était un hangar civil...
La navette quand à elle était bien là... alors que Randy se recoiffa une nouvelle fois un peu à la hâte, passant sa main dans ses cheveux, histoire de dire... faisant parcourir son regard noisette sur la plate-forme d'atterrissage, sur une Twi'lek sur des mécanos et sur... Jinn ?

''Jinn ?''

Se contentât-il d'envoyer à son encontre avant de se précipiter vers l'Horansi et de s’arrêter à un pas d'elle, se rendant compte qu'il avait probablement l'air ridicule dans son attitude... Il la regarda un peu, et se rendit rapidement compte qu'elle avait prit soin d'elle. Bon elle avait prit soin d'elle à sa maniéré, mais est ce que cela comptait vraiment ? Elle l'avait fait pour lui, c' était bien ça le plus important, et une femme panthère ou pas avait toujours besoin que l'on lui dise qu'elle était belle. Et puis c’était vrai alors pourquoi s'en priverait il ?
Souriant, le jeune homme, pas très très frais débuta tout de même la conversation :

''Je sais pas pourquoi j'ai cru que tu ne viendrais pas... Mais je suis vraiment heureux que tu sois là, tu m'as vraiment manqué...''

S'approchant pour lui donner un baiser -après avoir bien sûr jeté discrètement son chewing-gum par terre- lui jeune homme poursuivit :

'' En tout cas tu es ravissante, vrai de vrai ! Le voyage à pas été trop long ? Tu as peut être envie de te dégourdie les pieds...pattes?''

Être enfermé des heures dans une petite navette avait dû être insupportable pour elle qui vivait dans la nature, au grand air, elle avait décidément fait beaucoup d'effort, se rendit compte le militaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mer 8 Jan 2014 - 23:44

Une nouvelle odeur désagréable fit froncer le museau de la jeune femme-panthère. Parmi tout le lot d'effluves déplaisantes celle-ci remportait la palme de la plus déroutante. Outre l'essence, le bitume et les gens qui ne se lavaient pas toujours-jolis robes, pantalons chics cachant une hygiène douteuse.- l'alcool flottait autour de sa personne. Jinn savait ce que c'était, Maekoth en buvait un peu parfois. Il lui avait présenté une bouteille un jour et la femelle l'avait dédaigné avec un regard inquiet, la truffe révulsée. Un petit vin rouge, elle supportait, appréciait même mais lorsque c'était concentré de la sorte et pire, mélangé à l'odeur d'une personne, c'était indigeste pour Jinn. Surtout si elle connaissait l'empreinte olfactive, l'attendant même avec empressement. Songeant qu'elle s'était trompée à cause de son désir de voir Randall, Jinn redressa légèrement ses babines, sans grogner mais sans pour autant se montrer amicale. Coincée entre deux comportements, la féline tendit un peu le cou vers « l'inconnu » afin de répondre à ses doutes. Comme la majorité des bêtes, bien que sa vision soit excellente, l'ancienne Jedi se basait surtout sur l'odeur pour reconnaître quelqu'un, peu étonnant donc que l'étude du visage vienne après, surtout que l'intimidation causée par cet être aux relents de vieil alcool l'empêchait de croiser son regard sereinement. La jeune femme-panthère adopta petit à petit une attitude moins défensive mais sans quitter son air dubitatif. Elle cherchait à comprendre pourquoi Randall avait autant changé.

Ce dernier s'adressa à elle, la féline voulut lui sauter dans les bras mais s'abstint, son odorat extrêmement développé n'était pas toujours un cadeau, surtout en pleine ville. Tourmentée par ce qui l'entourait, comme étouffée la jeune femme avait laissé ses inquiétudes concernant l'envie de Randall de la retrouver au lieu de choisir une compagne plus apte qu'elle, mieux faite. Présentement la féline se demandait plutôt comment retrouver le Major, son odeur de mâle viril au naturel, au lieu de ce mélange dégoûtant d'alcool et de transpiration. Bien entendu ce dernier ne puait pas non plus à des kilomètres et il n'avait pas la tenue d'un dépravé. Pour autant Jinn avait l'odorat très fin, et puis le fait qu'elle soit dans cet endroit totalement étranger la rendait encore plus sensible car elle était sur ses gardes sans arrêt.


-Bonjour

Lança-t-elle, d'un ton que l'on devinait joyeux tout en étant retenu, un brin inquiet. Avait-elle idéalisé Randall ? Pourquoi ne pas avoir perçu cette déviance ? L'ancienne Jedi n'arrivait plus à capter ses réelles intentions, et encore moins les signaux de communication de son corps. Son faciès ne lui indiquait que des choses confuses, un peu inquiétant pour une personne communiquant beaucoup via la gestuelle. L'ex Padawan sentait également à travers la Force que son amant était un peu différent, même ses réactions semblaient légèrement amoindries. De plus il portait sur lui l'odeur d'un autre félin dont l'Horansi eut même du mal à découvrir le sexe, un mâle apparemment. Mais bizarre le mâle hein.

-Toi être malade ?

Demanda la féline soudainement inquiète, quittant son air un peu renfrogné. Elle avait décidé que Randall n'y était pour rien dans ce qui lui arrivait et que quelque chose l'avait rendu malade, collant l'alcool à sa peau. En effet Jinn ne connaissait pas l'entre deux entre buveur raisonnable comme Maekoth et soûlard comme ceux des bas-fonds de Coruscant. Randall réagissait bien trop clairement pour être leur égal, alors qu'était-il ? Car Maekoth ne portait pas cette odeur sur sa personne après un verre. S'habituant néanmoins, l'ancienne Jedi se concentra sur le parfum qu'elle connaissait bien, celui-ci finit par supérer l'effluve parasite et la jeune femme-panthère consentit à serrer Randall contre elle, ronronnant même de plaisir. Là où un inconnu dans cet "état" l'aurait poussé à changer de trottoir, le major parvenait à passer outre son instinct bien qu'il ait fallut un temps pour se faire.

-Merci !

Claironna l'Horansi bien qu'elle ne savait pas trop ce que voulait dire "ravissante". En tout cas ses efforts semblaient plaire à Randall. Lui n'en avait fait aucun mais Jinn était pour l'instant trop heureuse de le retrouver. Cela n'empêchait pas d'attendre des explications, puisqu'en effet, elle n'avait pas oublié sa précédente question qui sous-entendait quelques éclaircissements. Bien entendu, Jinn n'était pas aussi superficielle qu'une femelle civilisée qui crisait si un bout de chemise dépassait du pantalon de son compagnon, en fait elle n'aurait même pas remarqué s'il était peigné ou non. D'ailleurs pour elle n'aurait jamais pensé qu'un mâle aux cheveux courts utilise ce genre d'ustensile. Pour autant, cette odeur qui semblait intentionnellement avoir été gardée-bien qu'elle ait envie de croire à une "maladie" innocentant le militaire.- était la véritable "faute". Pour contrebalancer une éventuelle colère heureusement, il y avait la joie et le soulagement que Randall soit venu la chercher.

-Moi aussi, pas croire que tu venir. Beaucoup femelles mieux ici.

Fit-elle en désignant du menton la plantureuse Twi''Lek qui lui lança un regard dédaigneux en se demandant bien ce que lui voulait la sauvageonne à la regarder ainsi de ses yeux verts.

-Oui on va promener les pattes... Euh les pieds.-reprit-elle dans une tentative d'humour, singeant à l'envers les précédentes paroles de Randall histoire de détendre l'atmosphère. Oui pour apprendre l'humour, la jeune femme agissait également par mimétisme. Une véritable éponge à la fois effrayée par ce qui l'entourait mais avide de connaître et d'avancer en véritable curieuse autodidacte.- Où on va ?

Bien que l'odeur la pousse à ne pas suivre Randall, la jeune femme-panthère avait envie qu'il la guide, lui montrant son monde. Maekoth et elle évoluaient surtout de nuit, ils n'entraient jamais dans un magasin, ou tout du moins pas la féline. Entrants par effraction avant de se terrer dans leur minuscule appartement presque plus inconfortable que sa cabane dans les bois pour programmer la prochaine rapine. Du reste, lorsqu'elle s'était retrouvée seule, totalement abandonnée par Maekoth, la jeune femme avait déambulé dans les mauvais quartiers, là où aucun magasin, aucune lumière ne subsistaient.

-Avant je venir ici... Avec un autre, humain. Mais lui il a parti sans dire de mots. Nous vivre dans cette ville, la ville-lumière on dit je crois ? Je pas comprendre parce que là où nous être, pas de lumière.

Les vols qui marchaient très bien au début n'avait pas continué en ce sens. Maekoth était trop avide, Jinn trop prudente et s'intéressant bien plus à dérober des sandwich que des bijoux. Sans doute était-ce pour ça que l'humain était parti, il en avait eu assez ou alors une belle Twi''Lek lui avait fait de l'oeil. Intérieurement l'Horansi ne put s'empêcher de se demander si Randall allait agir pareillement, s'il allait changer puis la délaisser, d'ailleurs selon l'odeur qu'il amenait avec lui, il avait déjà changé... Moins alerte que lorsqu'il était blessé, moins sain à ses yeux. A n'y rien comprendre !
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 132
Âge du perso : 32 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aspirant dans l'armée Républicaine
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mer 15 Jan 2014 - 17:51



Malgré leur retrouvailles, la réaction de Jinn semblait un peu bizarre. Bien sûr Randall la savait relativement peu expansive, et totalement en contradiction avec toutes les filles dites « civilisées » , mais il y avait un petit truc de différent. Ou bien était ce encore les vapeurs de gnôle qu'il avait but la veille qui lui jouait encore des tours ? Pas impossible, il fallait dire qu'il s’était ingurgité la part de Naël qui lui, ne buvait pas vraiment d'alcool, et là pour le coup, il avait tenu parole, Randy avait réellement bu pour deux !
Et d’après les parole de la jeune Horansi qui se demandait s'il avait l'air malade, le major en civil se douta que sa petite stratégie pour faire semblant que tout allait bien avait lamentablement échoué... On ne faisait pas d'un taco un module de course, et pour le coup le Randy avait un peu l'air d'un taco...
Secouant la tête négativement pour signifier que tout allait bien, le jeune homme accompagna la petite dame venu de la jungle d'Ondéron vers la sortie du hangar. Le jour était bien avancé et le soleil caché derrière les hautes tours éclairait par intermittence la rue légèrement surchargé.

Répondant avec un peu de retard à Jinn qui avait l'air tout de même un peu inquiète, même si d'un autre coté elle semblait un peu rassuré sur le fait qu'il soit bien là, Randy, un peu embêté tenta tant bien que mal de la rassurer. De toutes façons il n'avait pas l'air dans son assiette autant l'admettre...

''Bon pour être honnête, je ne suis pas au meilleur de ma forme... J'ai été boire plusieurs verres d'alcool hier soir avec Naël, un ami... Bon ça ne servirait à rien de nier que j'ai bu un peu plus que de raison... mais rassure toi, c'est exceptionnel, ce n'est pas dans mes habitudes... Alors désolé de te faire subir mes excès de la veille. J'aurai voulu te retrouver dans de meilleurs dispositions ! Et par peur d'être en retard je n'ai pas voulu perdre de temps... Enfin pour ce qui est des autres femmes... Oui il y'en à beaucoup ici ! Mais je crains qu'aucune d'elle n'arrive à ta cheville, tu es spéciale à mes yeux, pas comme toute les autres.''

Il n'allait certes pas lui dire qu'il était amoureux d'elle, lui même ne le savait toujours pas vraiment, mais il y avait toujours ce quelque chose qui le rendait fébrile, et qui surtout qui lui disait qu'il avait besoin de l'avoir à ses cotés. On laissera la déclaration de quoique ce soit pour plus tard donc !

Marchant d'un pas lent dans la rue en direction de chez lui, rien n’était vraiment pressant, tout les deux avaient le temps, alors autant se servir de ce temps précieux pour en profiter à deux, lui montrer les attraits de la « ville lumière ». Selon ses dires, Jinn était déjà venue ici avec un homme. Qui pouvait il être ? Ou était il à présent ? Randy l'ignorait, mais peut être qu'elle parlerait un peu plus de lui plus tard si l'envie lui en prenait ? Ou peut être s'il insistait un peu..

''Ne t’inquiète pas je ne te laisserais pas tomber moi ! Tu sais, c'est dur de trouver quelqu'un sur qui compter dans cette galaxie, mais je suis de ce genre là ! Tu pourras toujours compter sur moi!''

Voila qui était bien dit, et surtout assortit d'un sourire qui se voulait des plus rassurant. Le jeune homme voulait qu'elle se sente en sécurité avec lui, même si au passage il puait l'alcool, et commençait d'ailleurs à s'en rendre vraiment compte. Pour Jinn cela devait être largement pire, ce devait être légèrement exacerbant, son sens olfactif devait être sacrément saturé par cette odeur de cigarette froide et de relents de whisky. Et pour le coup Randy se sentait vraiment honteux de l’accueillir dans ces conditions.
Et surtout il n'avait rien à la maison pour lui faire un repas... ça c'était bien le comble... De toutes facons il ignorait un peu ce qu'elle voulait manger.

''Bon pour ce qui est de l'endroit ou on va aller, et bien je ne sais pas trop ! J'ai deux ou trois courses faire, trouver à manger par exemple. Car je n'ai pas vraiment ce qu'il faut pour que l'on puisse passer un repas décent..et surtout je ne sais pas ce que tu aimerais manger... Tu veux que je porte ton sac ?''

Autant user de galanterie, mais si Jinn n’était probablement pas très réceptive à ce genre d'attentions du monde dit civilisé. La regardant d'un peu plus près Randy ne pouvait se rendre compte que d'une chose: elle avait prit le temps de prendre soin d'elle pour son arrivée, pas comme lui... Ses cheveux roux étaient bien coiffés, sa tenue bien que datant d'un autre âge lui allait à la perfection.
Marchant à coté d'elle, curieux, le jeune homme lui posa la question :


''Dis Jinn, c'est toi qui à fait cette robe ? Ça à du te demander beaucoup de temps et de travail... et elle te va à la perfection, tu es vraiment une belle jeune femme, qui n'a pas grand chose à envier à n'importe quel Twi'lek !
Et Je me rends compte que tu fais beaucoup d'effort pour moi et j’espère que je ne te décevrais pas...


Passant son bras doucement autour des épaules de velours de la jeune Horansi, le jeune homme lui sourit doucement. Alors que leurs pas les menaient dans une zone commerçante, le major trouva bon d'ajouter innocemment :

''Bon ! Tâchons de trouver quelque chose à manger !''

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Jeu 23 Jan 2014 - 1:55

Jinn hésita un bon moment. Il faut dire que Maekoth lui avait promis un certain nombre de choses aussi, et sans boire. Après, en pesant le pour et le contre, la féline se rappelait que les preuves de Randall étaient nettement plus convaincantes quand il s'agissait d'appuyer ses arguments. La bataille qu'ils avaient menés tous deux avec l'équipe de "jeunes chiens fous" était une belle illustration des propos de Randall. Ce dernier avait protégé ses arrières, de fait, Jinn ne pourrait présentement pas sentir l'alcool sur sa personne puisqu'elle serait morte sans lui. Poussant un soupir, la féline consentit à donner son sac à son compagnon. Bien entendu la sauvageonne préférait garder ses affaires, ce n'était même pas une question de confiance mais de pratique, et puis elle n'était pas en sucre ! Pour autant, c'était sa façon d'accepter les paroles de son amant. Elle venait de lui dire oui pour faire un petit bout de chemin avec lui, offrir sa chance à celui qui n'inspirait pourtant pas vraiment confiance aujourd'hui.

Estimant que le trentenaire avait fait amande honorable après un certain temps où elle était restée tendue comme un arc, silencieuse et garnie de reproches, Jinn se montra ostensiblement plus ouverte. Malgré des pas prudents, ainsi qu'un air de bête traquée, la jeune femme s'ouvrait au nouveau monde qui se dessinait sous ses yeux. Certes, l'ancienne Padawan connaissait Coruscant mais pas sous cet angle de vue. Elle l'avait côtoyé avec Maekoth, un parfait inconnu le temps d'une nuit, seule ou encore le temps d'une soirée avec une Maître Jedi Twi''Lek. Du coup, tout était nouveau car Randall était pour elle, aussi important qu'avait pu l'être son second "mentor". Ce dernier lui avait appris beaucoup de choses en échange de son "travail" pour lui. Ce n'était qu'après que leur relation avait évolué, et encore même à ce niveau Jinn devait payer son professeur, compagnon et directeur pour rester à ses côtés. Comme lui, Randall venait de parler de "faire les courses", la féline n'en pris pas ombrage, elle n'avait jamais imaginé vivre aux crochets du militaire, il était normal qu'il lui demande une contrepartie donc pour l'accueillir en ces lieux... Autrement dit, la chasse c'était pour elle !

-Merci pour la robe -Fit-elle en se surprenant à ronronner de plaisir et de gêne à la fois; se sentant particulièrement stupide et superficielle à ce constat.- Mais toi un peu aveugle. Elles plus belles. Mais je être contente que tu être aveugle en tout cas.

Moui, drôle de façon d'accepter un compliment, pas la plus bourgeoise qui soit mais cette dernière était naturelle au moins. Jinn était spontanée, avec elle pas de mensonges ! D'ailleurs la féline s'empressa de répondre à son instinct. Non seulement la chasse était un acte normal à ses yeux mais Maekoth avait grandement contribué à le généraliser en ville. La féline n'aimait pas dérober des bijoux car cela lui était inutile, en revanche pour la nourriture elle n'avait aucune pitié. Qui laissait traîner ses affaires n'avait aucun mérite de les avoir ! Non mais que croyaient-ils ces commerçants gras et pompeux ? Jinn s'était fait volé ses propres biens plus d'une fois dans les bas-fonds, or, malgré sa colère, elle n'avait jamais fait appel à la "police"... Un concept que la jeune femme ne comprenait pas vraiment d'ailleurs. Ils ne faisaient pas partie de la "meute" mais protégeaient quand même les inconnus, un peu comme Randall mais au quotidien, à moindre échelle et pour des broutilles ! Si les faibles étaient sans arrêt avantagés, ils se reproduisaient, donnaient leur comportement à leur progéniture, la race s'affaiblissait avant de s'éteindre tout simplement.

Enfin, peu importe ses pensées hautement philosophiques sur le bien ou le mal, Randall souhaitait manger, et malgré sa connaissance des lieux n'en avait trouvé aucun. Jinn avisa rapidement un sac abondante. Elle se fichait pas mal de l'argent qui se trouvait sûrement dans le portefeuille qui dépassait de la poche arrière, d'ailleurs l'ancienne Jedi n'était pas certaine de le dérober même si le militaire le lui demandait. Elle ne voulait pas retomber exactement dans le même cliché qu'avec Maekoth, ça risquerait de finir pareil, sans compter qu'étrangement, Jinn se sentait coupable lorsqu'elle dérobait des sous. Elle avait vu combien avoir des petites pièces dorées pouvait changer la vie de quelqu'un, or la féline se refusait à mener toute une famille à la ruine. Alors que ces deux sandwichs appétissants...

Le couple, deux tourteraux humains, se bécotaient sans faire attention à ce qui se passait autour. Dans la main de la fille-assez grasse d'ailleurs- se trouvait le butin. Jinn n'eut aucun mal à passer à côté d'eux, faire glisser sa menotte habilement pour prendre le sac mine de rien, au point que si le couple se retournait, sur le coup, ils penseraient que Randall et elle avaient simplement le même pochon avec les mêmes sandwichs dedans. En fait, voler avec sa robe et son allure correcte était bien plus simple que lorsqu'elle errait dans les bas fonds car les gens ne se méfiaient plus d'elle automatiquement. Ramenant le sac devant eux, Jinn tendit un sandwich à son chéri et mordit dans le papier aluminium du sien pour atteindre la mie. Les civilisés étaient bizarres, en général ils n'aimaient pas croquer dans une nourriture déjà entamée par quelqu'un. De ce fait, si les individus se rendaient compte du vol et revenaient sur place-ce qui était peu probable- Jinn prenait une précaution en plus, mais surtout elle avait drôlement faim ! Premier coup = réussite, Randall allait sûrement être très fier de ses "courses".

-C'est Maekoth qui a appris chasse en ville. Lui il voulait des "brillants", mais pour ça je veux plus. Ça gêne pas toi ? Pour vivre il y a juste besoin de nourriture pas vrai ?

Voilà Jinn avait été "honnête", elle espérait que Randall ne la rejetterait pas en sachant qu'elle se refusait aux larcins d'argent. Ironiquement la voleuse semblait avoir un certain sens moral.
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 132
Âge du perso : 32 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aspirant dans l'armée Républicaine
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mar 28 Jan 2014 - 0:41



Marchant avec le sac de Jinn en bandoulière sur son epaule gauche, Randy regardait d'un air satisfait la petite Horansi. Elle semblait, dans son attitude, lâcher un peu de leste, ce qui aida le militaire à se détendre un peu plus. Son air de déterré avait sûrement mis un brin mal à l'aise la jeune femme panthère, mais voilà que tout ça était derrière lui, et cette jolie journée se présentait sous les meilleurs hospices!

Comme le Major républicain lui avait glissé innocemment, il était temps pour eux de trouver quelque chose pour se restaurer. Ah ce Randall, sur ce plan là c’était bel et bien un homme comme les autres ! Penser à tout sauf à ce que l'on pourrait bien se mettre sous la dents ! Mais qu'à cela ne tienne, le petit couple trouverait sans aucun doutes quelque chose à se mettre sous la dent -ou le croc-. Les petite échoppes et épiceries ne manquaient certes pas, et le couple n'aurait probablement pas beaucoup de chemin à faire pour trouver ce qui pouvait s'apparenter à un bon petit repas.
Tout en marchant, souriant à la remarque sur sa probable cécité, Randall laissa échapper un doux rire. Jinn pour une sauvageonne, avait beaucoup de répartie et le trentenaire aimait ça. Le Major en profita donc pour lui répondre avec espérait il tout autant de repartie :

''Tu sais Jinn, si je suis un peu aveugle, c'est tant mieux ! Car vu que tu es près de moi je ne peux voir que toi ! Et j'aime ça ne voir que toi''

Il accompagna ses paroles d'un geste de complicité, d'un petit sourire et d'un clin d’œil. Un simple geste, ça valait parfois beaucoup plus que tout ce que l'on ne pouvait, ni savait dire. Oui, l'esprit du militaire était assez embrouillé quant à la relation qu'il avait établi avec le jeune Horansi, mais une chose était sûr, il aimait l'avoir près d'elle, et il souhait bien que cela dur le plus longtemps possible.
Et, souriant toujours tel un doux imbécile, quel ne fut pas sa surprise quand la jeune femme lui tendit un sandwich, alors qu'elle, dans toute sa candeur, mangeait le sien mordant allègrement dans le papier aluminium.
Randy resta bloqué sur cette vision quelques secondes, ne sachant pas trop quoi dire. Il était clair qu'elle avait chipé la nourriture à quelqu'un au passage. Le major ne se retourna pas, inutile d'attirer le regard sur eux... manquerait plus que ça, qu'ils terminent au poste après avoir piqué de la bouffe à des badauds... Mais le rouge lui monta rapidement au joues, il n’était pas du genre à faire quelque larcin que ce soit, et il ne savait vraiment pas mentir ni cacher quelque chose...
Prenant le sandwich sans rien dire, il fit un signe de tête à L'Horansi, histoire qu'elle le suive un peu plus loin, écoutant d'un air ahuri ses propos sur un certain Maekoth. A ben bravo, on pouvait dire que celui là l'avait bien éduqué à sa manière...

Lui faisant finalement signe de s’arrêter au coin d'un mur, Randy ne savait pas trop comment lui présenter la chose. Mais il était clair qu'elle ne devait pas agir comme ça ici. Ça commençait par un sandwich et ça pouvait se terminer avec quelque chose de plus conséquent...
Essayant de parler avec le plus de tact possible, malgré qu'il était devenu tout rouge de peur de se faire prendre, Randall chuchota a Jinn :

''Noooon Jinn... ! Faut pas voler ! Je comprends que dans la jungle on doive se servir, mais ici ça ne marche pas comme ça. Voler c'est mal. Tu sais, quand je parlais de trouver à manger, je voulais dire, acheter à manger... et D’après ce que tu me dis, ce Maekoth te demandais de voler ? Et bien... ne le fait plus, ça ne servira à rien avec moi, j'ai tout ce qu'il me faut, moi je suis pas cupide et tout ce dont j'ai besoin, c'est toi.''

Le major devait reconnaître qu'il n'avait peut être pas employé le terme adéquat. « Trouver à manger » était plutôt propice à une mauvaise compréhension de la part de la jeune femme panthère. Et puis même si elle était déjà venue sur Coruscant par le passé, sous la main mise d'un voleur de brillants, ce qui s'apparentait avec une quasi certitude à des diamants ou à des pierres précieuses, Jinn restait néanmoins une sauvageonne, avec probablement peu d'informations sur les eusses et coutumes du monde civilisé.

Accusant le coup, Randy constata qu'il avait pas mal de pain sur la planche, mais ne se décourageant pas pour autant, il croqua sans vraiment s'en rendre compte un bout du sandwich.

''Écoute Jinn, je sais que tu n'as pas voulu mal faire... Je sais que tu as voulu me faire plaisir, mais ici, on ne peut pas voler la propriété des gens... Oui même s'il ne s'agit que de sandwich... Bon j’admets qu'il est tout de même très bon... J'ai de l'argent alors, on va se limiter à acheter de la nourriture d'accord?''

D'un sourire pour la rassurer, le jeune militaire prit le sandwich des mains de la jeune femme panthère. Il n'allait certes pas aller le rendre... ça serait plutôt mal venu, pas vu pas prit... enfin pour cette fois.
Secouant un peu la tête, il retira le papier aluminium du sandwich et le rendit à L'Horansi, ajoutant d'une voix douce mais cependant amusée :

''Il vaut mieux ne pas manger le papier aluminium, ce n'est pas très digeste tu sais... Allez viens, suis moi ma jolie, y'a une épicerie au coin de la rue, on va « acheter » à manger...''

Conclut finalement le jeune major en caressant doucement la joue de Jinn, avant de croquer une nouvelle fois dans le sandwich.
Randy voyait déjà d'avance l’énorme décalage qu'il y avait entre le monde de Jinn et le sien. Mais quel importance ? N'en était elle pas plus attirante encore ? Elle avait certes beaucoup à apprendre, mais Randall ne pouvait pas lui enlever ses qualités de débrouillardise.

''Sinon... ce Maekoth et ton ancienne visite ici, tu as envie de m'en parler? Et puis, si tu veux me poser des questions, ne te prive pas !''

Conclut il alors que tout les deux se dirigeait finalement vers le magasin où le major pourrait enfin acheter quelques provisions pour garnir son frigo désespérément vide.
Oui, il était bel et bien un homme comme les autres...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mar 28 Jan 2014 - 18:44

Les chuchotements de Randall fit se dresser les oreilles de l'Horansi qui fronça un sourcil et releva l'autre sans s'en rendre compte. La jeune femme-panthère ne comprenait pas ce qu'attendait le militaire à part « être avec lui ». Certes, le mâle était sensé fournir la nourriture pour le couple, mais seulement lorsque la femelle avait des enfants ou qu'elle était enceinte. Sans être de véritables lapins -ce serait le comble pour des félins.- les Horansis attachaient beaucoup d'importance aux enfants. Une fois le couple ensemble, ils procréaient rapidement. La tradition voulait d'ailleurs que la femme quitte l'homme pour élever seule leur progéniture, seulement cette coutume se perdait. La vie était trop difficile pour que le couple se dessoude ainsi, risquant doublement la vie des rejetons. En revanche le désir de transmettre ses gênes était resté, sinon s'était accentué au fur et à mesure que la race disparaissait, entraînant un genre de compte à rebours. Cependant, même pour un Horansi l'insinuation de Randall était rapide ! La jeune femme-panthère devait d'abord prouver ce qu'elle valait à la chasse et dans la vie quotidienne avant de songer à ne plus partager la recherche de ressources. En effet, le major n'était certainement pas en train de lui demander d'avoir des enfants, il voulait sûrement que l'ancienne Jedi gagne sa vie « honnêtement ». Les souvenirs surgissant dans la tète de la féline, les oreilles de cette dernière se rabattirent sur le sommet de son crâne. Elle ne grogna pas mais demeura pensive un bon moment, silencieuse aussi, comme bloquée dans un antan peu réjouissant.

-Pour acheter il faut petites pièces rondes et papiers verts... Je sais, mais je essayer faire ça. Beaucoup travail, même femelle avec la fourrure qui gigote et qui s'enlève le soir, mais ça pas marcher. Alors comment je gagne les ronds brillants ?

Bien entendu Jinn parlait d'avoir été danseuse, son style sauvage ayant plu... Jusqu'au moment où c'était devenu trop encombrant comme lorsqu'elle griffait les mains des clients un peu trop familiers. Pour dire la volonté de la jeune femme-panthère, elle avait été jusqu'à servir dans un bar ou s'inscrire à un concours pour devenir secrétaire. Un travail parfait pour gagner de l'argent, bien loin de l'être pour une sauvageonne qui avait compris que « taper » à la machine consistait à réduire en bouillie l'engin. Ben oui, quand ça ne fonctionnait pas ces trucs, fallait bien des gens pour les réveiller, non ? Un peu découragée, court circuitée dans ses raisonnements purement instinctifs, Jinn resta un long moment immobile. Sans être agressive ou rancunière envers Randall, elle demeurait sceptique, l'observant lui faire la morale tout en se régalant quand même du sandwich. D'ailleurs l'humain replaça le sien dépouillé de son papier d'aluminium dans ses mains. Elle ne savait vraiment pas comment continuer de suivre tout ce qu'on lui avait enseigné et ce que lui criait son côté animal très prononcé au vu de sa race. Comment prouver à Randall qu'elle serait une bonne mère en chassant pour lui comme c'était la coutume ? Comment faire vivre ce couple en y était exclue ? Déroutée de devoir agir telle la femelle enceinte qu'elle n'était pas-ou plus- et qui laisse son mâle s'occuper du principal, Jinn mit un certain temps à se décider.

Son côté humain prenant le dessus, elle jugea qu'une solution finirait par s'offrir à ses yeux. Ainsi, tandis que le Major encore rouge lui prenait le bras pour l'entraîner vers une épicerie, la jeune femme-panthère jeta son sandwich par terre, ronronnant de contentement. Elle avait enfin compris ce que lui demandait Randall bien que cela défie sa logique, elle savait comment le contenter. Son caractère entier ne lui permettait cependant pas de comprendre que pour une fois, puisque le méfait était accompli, autant aller jusqu'au bout. Avec elle c'était tout ou rien... Bon, sans compter que l'ex Padawan ne savait pas à quoi servait une poubelle à part fouiller dedans. Pour elle, des gens les remplissaient mais certainement pas elle puisque ce n'était pas sa « propriété ». D'ailleurs quels gardes mangers mal entretenus que ceux-ci ! Le prédateur qui les remplissait ne devait pas être doué tiens. Sûrement un canidé, ces bêtes là n'avaient pas le cerveau très développés en général.

-Plus voler, plus sandwich, comme ça ? D'accord ? Comme ça, oui ?

Déclama la jeune Horansi en désignant le sandwich jeté à terre avant de fixer le Major avec intensité pour savoir si elle avait bien agi, bien compris ce qu'il fallait faire... Mais également pour observer les réactions de son amant quant à son propre bien dérobé qu'il mordait à pleines dents. Pour Jinn, on devait agir comme on parlait et vice versa, elle s'attendait donc naturellement à ce que lui aussi se débarrasse du Sandwich.

Quand son amant lui parla de Maekoth, l'Horansi coucha légèrement ses oreilles rondes et son poil se hérissa. Elle resta muette mais ses yeux perdus dans le vague insistaient bien sur le fait qu'elle passait un mauvais quart d'heure en se souvenant de ce goujat. Jinn n'en avait pas encore conscience mais le fait que Randall lui demande de ne plus voler l'arrangeait parfaitement. Même pour de la simple nourriture, la jeune femme-panthère souffrait d'un pincement au coeur au moment de porter ses griffes sur le bien d'autrui. Sans doute parce qu'elle s'identifiait à sa propre victime, conscient du déplaisir qu'elle aurait à découvrir la disparition. Jinn restait toutefois surprise que le Major veuille parler de l'ancien mâle de sa compagne du moment, autrement dit un rival. Pourquoi cette dernière souhaiterait parler du passé d'ailleurs ? Ça n'avait pas de sens ! Pour autant l'ancienne Jedi reconnaissait que quelque part, oui, ça lui ferait du bien. Elle ne pipa mot mais coula un regar reconnaissant à Randall. Furti, à peine conscient mais oui, reconnaissant. Il ne voulait pas qu'elle vole pour ses beaux yeux et en plus lui proposait de l'écouter. Un mâle comme ça, il allait falloir le garder aussi bizarres soient ses manières. A nouveau l'inquiétude remplit le coeur de la sauvageonne. Elle savait très bien comment il fallait faire pour conserver un garçon près d'elle mais ce dernier ne la laisserait pas agir en ce sens. Cruel dilemne. Peut-être fallait-il par accepter de parler de son ancien mâle dans ce cas ? Avec un ton détaché et sans se plaindre d'ailleurs car Jinn voulait démontrer qu'elle n'était pas une stupide bécasse soumise.

-Maekoth était bon mâle pour apporter le manger même si difficile parfois de trouver. Il a nourri moi au début de mon arrivée ici. Je volais les brillants, il donnait. Jamais il a volé ou menti moi, il donnait vraiment le manger... Après lui il est devenu mon mâle. Entraînements ensemble, plus de brillants mais des maisons de plus en plus cassées... Et alors un jour, il est parti, comme ça...

La jeune femme-panthère avait conclu un pacte avec l'humain de son plein gré. Nourriture et toit contre des bijoux. Ainsi, elle n'avait pas réellement été sa femelle dans le sens Horansi du terme. Plutôt une indépendante, comme une employée lui disait Maekoth. Par la suite, Jinn s'était vraiment imaginé vivre avec lui, que leurs maisons soient de plus en plus "cassées" ou pas, d'ailleurs même la nourriture venait à manquer mais le côté humain de la féline était tombé amoureux, peu importait le sens pratique... Par la suite, le mercenaire avait brisé le pacte après l'avoir renforcé. Jinn avait été blessée car lorsqu'une femelle se donnait à un mâle les liens étaient très forts et à vie. Enfin bon, heureusement l'ex Padawan avait fini par se faire une raison, elle n'avait probablement rien perdu, quitte à ce qu'un autre l'ait mise enceinte et qu'elle ait errée seule dans Coruscant avant de retourner dans la jungle où elle avait perdu ses bébés. Jinn était instinctive, bien sûr le passé demeurait ancré dans sa mémoire, la jeune femme étant capable de sentiments pouvait aussi souffrir, mais en général elle s'attachait au présent. C'est donc d'un pas vif pour suivre Randall que Jinn quitta cet antan pas si lointain, un nouveau sourire aux lèvres. Jusqu'à maintenant tout se déroulait bien, malgré un accrochage, la sauvageonne était parvenu à comprendre celui qui pourrait devenir "son" mâle. Sans accepter de se soumettre totalement à sa volonté, elle était contente de lui avoir fait plaisir et déjà ses yeux verts n'avaient plus un regard pour le Sandwich par terre.

Lorsque le couple pénétra dans la petite épicerie, les yeux de la voleuse se portèrent sur tous les produits qui lui étaient inconnus. La jeune femme se contentait toujours de ce qui était basique, aussi ignorait-elle tout ou presque des sucreries et autres gourmandises. Ou presque tout, puisqu'il était déjà arrivé à Maekoth de lui offrir des bonbons ou gâteaux en échange d'un diamant dérobé par ses  doigts de fée-cabotine et sauvage la fée.-Cependant, l'odeur lui plaisait particulièrement et sans même chercher à éviter le regard outré du vendeur de pâtisseries fines, elle laissa courir une langue gourmande entre ses babines à demi relevées qui laissaient voir ses crocs fins mais acérés. Ce n'était certainement pas là, l'attitude d'une dame qui accompagnait son mari à l'épicerie. D'ailleurs même si c'était difficile à deviner, la rouquine n'était-elle pas bien plus jeune que l'humain qui l'accompagnait ? Et pour aimer une espèce de chatte sur pied (et encore, c'était bien des pattes qu'elle avait avec ses genoux retournés non ?) Il fallait être un peu zoophile n'est-ce pas ? Au bout d'un moment la jeune femme-panthère remarqua qu'on la regardait avec suspicion, comme si sa robe à la mode-très- ancienne faisait d'elle une arriérée (quand il aurait été plus simple d'acheter un bout de tissu d'aujourd'hui.). Le poil de la chapardeuse se hérissa, elle sortit ses griffes tout en regardant l'impudent. Randall allait devoir supporter beaucoup de yeux aussi curieux et malsains que ceux du vendeur s'il voulait rester avec Jinn... Jinn qui ne faisait rien pour arranger les choses en se comportant comme une petite sauvage bien entendu. Elle, elle voulait juste défendre son amant, puisqu'il ne la laissait pas "chasser", l'Horansi était bien décidée à mordre tout ce qui se mettait en travers de leur chemin. Comme s'ils n'avaient pas assez de mal comme ça à l'heure de le construire ce dit chemin, il fallait en plus que des inconnus se mêlent de leurs affaires ! La jeune femme ne pensait évidemment pas à se mettre à parler pour prouver qu'elle était aussi civilisée -sinon plus- que le pâtissier qui jetait désormais un regard rempli de pitié à ce pauvre bougre d'humain qui n'avait rien d'autre à se mettre sous la dent que cette petite furie sans cervelle. Pourtant il n'était pas laid... Bizarre.

-Bonjour. Qu'est-ce que je vous sers ?

Demanda la vieille femme qui venait de rentrer à la suite de son mari dans la boutique, au moment où Jinn allait s'en prendre au gros boulanger. Elle avait un chignon serrée, une silhouette bien rondelette et un regard rieur. S'approchant de la rouquine, la pâtissière ouvrit une vitrine pour sortir une brioche délicieuse. Jinn laissa courir ses doigts près des autres gâteaux laissés à découvert mais se souvint des paroles de son amant. Se renfrognant légèrement à l'idée de ne pas pouvoir savourer toutes ces choses, l'ancienne Jedi tourna dédaigneusement son museau des pâtisseries. Jusqu'à ce qu'une main bien pleine tapotte son épaule mince. La vieille femme regardant par dessus ses lunettes lui tendait la brioche de tout à l'heure sagement enveloppée, attendant d'être dévorée.

-Pas de ronds brillants, pas voler

Répondit laconiquement Jinn qui faisait de sacrés efforts pour ne pas se saisir de ce qu'elle considérait être le bien d'autrui, toujours selon la définition de Randall. Seul le mâle ou les proches d'une femelle lui faisaient des cadeaux encore que ce fut très rare. L'idée d'un présent ne lui effleura donc même pas l'esprit.

-Comment ça pas d'argent ! Et vous venez ici pour quoi alors ? Pour voler, je suis sûr qu'elle a les poches pleines de sucreries ! j'l'ai vu fureter, et ses mains se sont baladées un peu partout en plus ! Madeleine éloigne-toi, tu n'vois pas plus loin que le bout de ton nez ! De la mauvaise graine ces deux là... La fille comme le gars. Allez déguerpis mon p'tit gars et emmène ta sauvageonne avec toi.

Jinn coula un regard outré à son compagnon. Cette fois elle n'avait rien fait, Randall la croirait-il. Ce monde était fou, on ne la coinçait pas quand elle dérobait, mais à l'heure d'être totalement innocente on l'accusait. Flûte alors, c'était la femme humaine qui lui avait tendu la brioche qu'elle n'avait même pas prise, donc ce n'était pas du vol, pas vrai ? Pour les mains baladeuses Jinn n'avait rien à dire. Peu au fait de l'hygiène exigée dans la ville, elle avait tripatouillé à peu près toutes les pâtisseries pour les sentir, se retenant quand même de mordre dedans pour goûter-ben oui, ça aurait été du vol-. Peu étonnant donc que malgré ses propos injustes, le vendeur soit furieux. Il voyait ses préjugés se réaliser petit à petit. Cette sauvage était débile et son compagnon n'avait aucune prise sur elle. De vrais dangers publics.
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 132
Âge du perso : 32 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aspirant dans l'armée Républicaine
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Ven 31 Jan 2014 - 2:45



Ce fut avec un petit sourire que Randy vit la jeune femme panthère jeter le sandwich au sol. Il était bien sûr contre le principe de jeter de la nourriture, mais si le militaire l'avait à nouveau sermonné sur ce sujet, il aurait été évident qu'elle l'aurait mal prit. Et, pour prouver ses dires, malgré un sandwich qui cela dit était délicieux... Le militaire fit de même en jetant le sien au sol.

Reprenant sa marche en compagnie de sa maîtresse, le jeune homme l'écoutait parler. Il était vrai que pour elle, trouver un travail pour gagner de l'argent ne devait pas être des plus simple.
Et alors qu'elle fit une allusion à un supposé travail de danseuse, enfin si la description imagée de L'Horansi -ce qui fit un peu sourire Randy- était bien celle qu'il pensait, le militaire se dit intérieurement qu'elle n'avait pas vraiment eu la vie facile. Pas comme lui en tout cas.
Le major était né dans une famille tout ce qu'il y avait eu de plus normale. Des parents aimants, pas de soucis d'argent, l’école, la fac, le Huttball puis l'armée... Non, il n'avait jamais vraiment galéré, et pour cette raison il n'arrivait pas vraiment à se mettre à sa place. Mais il n'allait pas la plaindre, Jinn ne devait pas être le genre de femme à apprécier cela. C’était une battante, Randall s'en était rendu compte la première fois qu'il l'avait rencontré dans le jungle.
Jinn parla ensuite de ce fameux Maekoth, qui ressemblait d'ailleurs plus à un profiteur qu'à autre choses, mais une sentiment de jalousie s'empara de lui quelques instants, espérant que cela ne se voit pas trop, le militaire tenta de lui répondre simplement. Il n'était pas la pour la juger, il était juste là pour l’écouter.

''Oui je comprends ce que tu veux dire... La vie n'est pas simple des fois... Mais la roue tourne! Et puis le passé appartient au passé comme on dit. Ce qu'il faut maintenant, c'est penser au présent... Et puis peut être aussi un peu à l'avenir, qui sait ?''

Conclût il, lui adressant un petit sourire charmeur alors que leurs pas les menèrent finalement à l’intérieur du magasin où tout le monde semblait les regarder comme une attraction de foire que l'on trouvait parfois dans les bleds perdus.
Randall ne se sentait pas directement visé, mais ces regards suspicieux vers Jinn l’agaçaient légèrement. Mais ce n’était cependant pas le moment de créer une esclandre. Ravalant momentanément sa fierté, le major se mit en quête de trouver de quoi remplir le frigo.

Prenant un panier, le jeune trentenaire entreprit de le remplir de denrées de base sans trop perdre de temps, laissant quelques instants Jinn devant la vitrine de la pâtisserie.
Randall comptait bien aller au principal : Viande fraîche, légumes, féculents et puis pourquoi pas un truc sucré pour le dessert ? La jeune femme panthère ne devait pas en avoir l'habitude et puis il avait jeté un rapide coup d’œil vers elle qui observait les pâtisseries avec envie. Alors pourquoi se priver de ce petit plaisir simple ?

Alors que le jeune homme terminait de remplir son panier, celui ci releva le nez, observant le patrons s'en prendre à Jinn d'une façons relativement agressive. Saisi d'un tic nerveux, le major fronça les sourcils et se releva prestement.

''Hey!''

S’exclamât Randy d'une voix autoritaire en direction des patrons. Ces allusions, ces regards, ce manque de tolérance, s'en était trop pour lui. Remontant d'un pas vif le rayon de la viande, le major posa son panier près de lui et pointa de son index tendu le vendeur.

''Dites moi... Vous ne seriez pas le genre de personne à juger les gens à la hâte sur leur apparence et leur façon d’être? Si je faisais comme vous, j'aurai tendance à dire qu'à en juger par l'indice de masse corporelle élevé de votre dame, celle ci doit être du genre à s'enfourner en cachette toute ces jolie brioches que vous avez en vitrine... et par conséquence à s’empiffrer le maigre bénéfice que vous pourriez en retirer...''

''Mais non, je ne suis du genre à juger les gens au premier coup d’œil.


Outré le patron regarda sa femme rondelette. Avant de hurler en réponse au grand brun :

''C'est une honte! T'entends ça Madeleine ? Nous traiter de la sorte dans notre propre magasin ! Payez et foutez moi le camp tout les deux ! Ou bien j'appelle les forces de sécurité ! Bande de mauvaises graines...''

Le vendeuse un peu abasourdie, retint son mari par le bras, alors que le militaire s’avança au dessus de la vitrine, la mine fière, le nez pointé presque contre celui du patron.

''Non je n'ai pas honte ! C'est vous qui devriez avoir honte ! Je suis major dans l'armée républicaine et de jeunes soldats meurent à cause de personnes butées qui pensent exactement comme vous... Alors tenez... prenez votre sale pognon et carrez vous le où je pense... Et surtout, ne vous avisez plus jamais de parler de ma compagne de la sorte!''

Termina le militaire les dents serrées avant de finalement se reculer. Que les gens juge -sa?- Jinn, cela le rendait fou. Lui la connaissait, et que des personnes se permettent de la cataloguer de la sorte, le faisait tout simplement sortir de ses gonds.
Les choses avaient certes faillies déraper, mais lorsque Randy fouilla dans sa poche pour lancer au patron quelques de crédits républicains couvrant largement les dépenses des courses, l'ambiance se détendit quelques peu, tout en restant cependant relativement froide.
Mais au moins il avait payé une brioche à Jinn.

''Viens ma belle... fichons le camps d'ici...

Lui glissât-il doucement avant de se saisir du sac de commissions et de prendre la direction de la sortie. Les autres clients les regardèrent sortir, certains avec un regard différent du début, d'autres non, se contentant de secouer négativement la tête à leur passage. Randy les fusillant d'un regard noir alors qu'il passèrent les portes pour ressortir dans la rue.
Mais qu'importait ? Comme il avait souvent discuté avec Naël, la paix et la tolérance dans la galaxie, tout ça n’était qu'une vaste farce, un vœux pieux, une grande fumisterie intergalactique...

'' Ce jeune homme à raison... c'est toi qui me fait honte Jérémiah...''

Conclut finalement Madeleine à l'attention de son mari, devant les clients.






Après avoir marché quelques secondes pour se calmer, le poing serré sur la poignée du sac, Randall se tourna finalement vers Jinn, avant de soupirer.

''Écoutes, je suis désolé d'avoir réagi comme ça. Mais je sais pertinemment que tu n'as rien fait, j'ai confiance en toi, et ça me rends dingue que l'on te traite comme ça... je suis comme ça parce que je crois que... je crois que.... je..... ''

''Bon... Oublie ça.... ça n'a pas d'importance... On continue notre chemin ?''


Randy lui glissa un petit sourire rassurant, prenant de sa main libre sa main dans la sienne.
Oui bien sûr, ce qu'il avait à lui dire avait énormement d'importance, le militaire ne pouvait bêtement se résoudre à refouler ses sentiments. Oui bien sur qu'il en avait pour elle, c'était l'évidence même, il n'aurait sinon probablement pas réagi de la sorte dans le magasin... Mais lui dire maintenant...? Ce serait probablement gâcher quelque chose. De toutes façons Randy n'avait jamais été vraiment doué pour ce genre de chose. Mieux valait pour l'instant marcher un peu, et oublier l'histoire du magasin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mer 5 Fév 2014 - 0:05

-Pas être désolé, il faut répondre aux attaques sinon faible ! Même si je pouvoir défendre seule.

Le ton de Jinn se durcit légèrement sur la fin, mais Randall comprendrait sûrement que ce n'était pas dirigé contre sa personne. En fait la jeune féline avait simplement tâché d'illustrer ses propos. Si le militaire l'avait laissé faire, sans doute que le gros boulanger se serait retrouvé serti de tatouages naturels au visage, surtout quand il avait eu l'impudence d'attaquer Randall. Sans se rendre vraiment compte de la phrase suivante de son compagnon, plutôt docile sur le coup puisqu'elle lui obéit et "oublia", Jinn était concentrée sur l'affaire qu'ils venaient de vivre. La sauvageonne réfléchissait intensément. Encore une fois les deux cultures dont elle faisait partie s'entrechoquaient, et cette fois ce n'était pas tout noir ou tout blanc. C'était carrément gris, aussi gris qu'une aura de Jedi "Nuageux" comme elle les appelait. Randall n'avait pas physiquement attaqué le pourceau, mais il avait été agressif, or l'Horansi se rappelait qu'on lui l'avait interdit, encore une de ces règles des civilisés. Pourquoi lui en avait-il eu le droit ? Parce que les mots étaient moins tabous que les griffures peut-être. En tout cas, c'était totalement absurde car si Jinn avait plus souffert des mots-qu'elle ne comprenait pas toujours pourtant- que des coups. Elle préférait un bon combat qui remettait les choses à leur place au lieu d'une guerre froide entre deux partis qui ne se finissait jamais. Chez elle, c'était plutôt rare mais un affrontement entre des tribus pouvaient éclater, soit par l'intimidation, soit en combat direct, le différent se réglait rapidement et par la suite, les meutes devenaient alliées. Évidemment les tensions subsistaient un temps mais finissaient par se diluer puis disparaître. Ici comment espérer annoncer la paix un jour si le mal couvait pendant des années sans jamais éclater ? Le jour où cela arrivait, bonjour les dégâts !

Quoiqu'il en soit, autre chose taraudait Jinn... Pourquoi le gros bonhomme avait-il agressé en premier ? Dans le monde civilisé, celui qui se défendait se faisait incompréhensiblement punir. Mais le pire dans tout cela, c'était que les provocateurs ne connaissaient pas ce souci. Peut-être parce qu'ils étaient les "mâles dominants" de la société ? Non, ce n'était pas possible. Un Alpha était un être calme, charismatique qui mordait uniquement lorsque c'était utile. De ce fait, ses colères étaient d'autant plus craintes qu'elles étaient rares et justifiées surtout. Mais pas cet homme qui s'était époumoné, virilisé au maximum pour mieux cacher sa peur de l'inconnu. Il n'était qu'un faible, et pourtant personne ne venait le remettre à sa place, le punir. En fait, il était bien plus "Sauvage" qu'elle si Jinn avait bien compris le sens donné à cet adjectif. Sans lois ni logique il avait agit comme une bête. En revanche soucieuse de la justice, la féline interrogea son ami sur un autre sujet.

-La femme gentille non ? Pas devoir attaquer les femelles gentilles, même si c'est pour défendre. Je crois qu'elle voulait faire un... Cadeau ? C'est possible sans connaître le personne ? Sans être le famille ?

Demanda-t-elle après son mini sermon qui prêterait presque à rire vu son comportement de petite sauvageonne si ses yeux ne brillaient pas de milles feux. Croyant en la justice qu'on lui avait enseigné, l'Horansi avait à coeur de ne jamais se retourner contre une personne innocente pour passer ses nerfs, ce n'était pas toujours simple car il était tentant de planter son venin dans un regard gentiment offert. Pour autant, Noche son père et Flynn le Jedi lui avaient fourni la même éducation en ce sens. Aussi avait-elle tenu à en faire part à Randall avant d'essayer de comprendre cette histoire d'incitation au vol/cadeau.

-Oui on continue le chemin... Mon beau

Fit la jeune femme-panthère en singeant l’appellation du Major. Gentiment moqueuse pour cacher son plaisir un peu futile à ce compliment, l'Horansi prouvait également qu'elle écoutait attentivement le militaire. Si elle n'avait pas rebondit sur ses demis aveux c'est qu'elle n'était pas comme ces femmes civilisées. D'autres civilisées sauvages oui qui arrachaient ce qu'une personne n'était pourtant pas prête à dire. Elles pressaient leur victime jusqu'à ce que cette dernière parle avant d'éclater de rire, de le tourner en ridicule ou de se fâcher. Toutes n'étaient pas ainsi mais Jinn qui espionnait souvent les femmes riches pour mieux les cambrioler ensuite avait remarqué ce caractère capricieux chez bon nombre d'entre elle. Loin d'avoir été inattentive donc, la rouquine avait simplement décidé de laisser sa chance à Randall malgré une certaine curiosité évidemment. Surtout que l'ex Padawan était très curieuse justement !

-On fait quoi ? Tu me montres quoi ?

Demanda-t-elle, ne semblant plus vraiment traumatisée par ce qui s'était passé même si au fond d'elle, son coeur battait encore un peu la chamade. Que de violence dans le monde de "ceux qui savent se tenir". Enfin bon, il fallait aller de l'avant désormais, éviter de se poser trop de questions alors qu'elle trouvait justement en abuser, comme si côtoyer Randall et les citadins en général l'amenait à être plus philosophe. Parce qu'elle s'adaptait sans doute, et que cette jungle n'avait pas des règles aussi catégoriques et implacables. Mortelles ? Si elles l'étaient aussi, mais on ne mourrait pas de la même façon sur le bitume de Coruscant que sur Iziz. Sur Coruscant, Jinn avait l'impression qu'un mort pouvait encore marcher, qu'il était parmi eux, comme ce mendiant à la sortie d'un magasin, édenté, laid, sale avec un regard terne. Son regard ne reflétait plus aucune envie, il n'avait pas de but et survivait uniquement par peur de mourir.

-Ça être le monde civilisé ?

Demanda Jinn d'un ton détaché en pointant l'homme du bout de la griffe. De bonnes gens se retournèrent pour fixer l'insolente qui osait "montrer" directement le sujet de son attention. C'était très impoli ! Sans aller jusqu'à lui donner de sa nourriture car la jeune femme n'avait pas ce réflexe d'offrir pour donner à un inconnu. S'il avait été blessé, en revanche elle aurait eu tendance à le soigner, mais pour elle on chassait sa nourriture. Le mendiant n'avait donc rien à attendre de sa brioche sagement rangée dans les sacs de Randall-surtout que c'était la nourriture de son "mâle", pas la sienne, elle n'en disposait pas librement. Au passage l'ex Jedi n'avait d'ailleurs pas compris que le militaire avait finalement acheté la dite brioche pour elle spécialement.

Toutefois sans éprouver de pitié pour l'individu, elle se surpris à avoir de la compassion pour lui. Sa vue la mettait réellement mal à l'aise, et non pas comme ces badauds incommodés par l'odeur ou la présence elle-même. Non, en tant que toute nouvelle citoyenne Jinn se sentait inexplicablement coupable de sa situation. Son ton détaché ressemblant à celui des gosses qui posent des questions, aussi intelligents qu’implacable démontrait l'illogisme de la chose avant même que l'on puisse lever le regard pour le constater. L'homme était assis non loin d'un magasin de luxe qui brillait de mille feux d'où on l'avait déjà chassé. Passant près de lui, une inconnue se baissa pour laisser tomber quelques piécettes dans son chapeau. Sans réellement comprendre le geste effectué, l'ancienne Padawan se sentit reconnaissante envers l'inconnue. Dans ce monde noir et pollué, son aura brillait. Plus que l'enseigne du beau magasin, elle était une de ces raretés, un diamant plus précieux que ceux que volaient Jinn avant dans les maisons. Un brin de bonté disséminé dans l'Univers. Toujours sans saisir son geste, l'Horansi la suivit du regard et lorsque cette dernière passa devant eux, elle esquissa une révérence, élégante mais un peu ridicule car hors de propos. La femme rit, un joli son de cristal sortant de ses lèvres. Sans être belle, elle était même commune, l'inconnue était pour autant très attirante. Jinn la regarda passer, galvanisée avant de se retourner vers Randall. Le bien l'attirait, c'était déjà une bonne chose pourrait facilement constater le militaire, même si elle ne savait pas encore le séparer du mal.

-Qu'est-ce qu'elle acheter à lui ? Lui quoi vendre ?

Continua-t-elle en plantant ses yeux d'émeraude dans ceux de son compagnon, très concentrée alors qu'elle réfléchissait à plein régime. Les pièces rondes et les billets servaient à acheter, à ne pas voler, OK elle avait compris, pour autant son regard aiguisé n'avait capté aucune échange cette fois. S'agirait-il d'un bien immatériel ? Les civilisés vendaient ça aussi... Des services que ça s'appelait ! Parfois c'était le fait de nettoyer une maison - Jinn avait également essayé mais la vieille femme, une mégère s'était plainte à la société comme quoi la technicienne de service laissait plus de poils derrière elle qu'elle ne ramassait de poussière.- ou de servir dans un restaurant, ou encore de la voyance. Une personne disait votre avenir, ou plutôt inventait une histoire -c'est vrai quoi, qui pouvait deviner de quoi serait fait demain ? Et si la chasse était mauvaise, et si les troupeaux tombaient malades, AH elle y avait songé Madame Irma- et on lui donnait des ronds qui brillent... Dans le même genre, pareil pour ces grandes fêtes où les gens montaient dans des roues immenses ou des vaisseaux spatiaux très colorés, qui semblaient tout sauf vrais-en plus ils n'emportaient même pas le vaisseau après-. Des fêtes foraines, voilà !  

-Il fait du service ?

Fit-elle, formulant une hypothèse qui lui semblait tout à fait viable, fruit d'une mûre réflexion qui, si on ne connaissait pas ses origines, paraitrait surtout émaner d'une gentille fifille un eu demeurée.
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 132
Âge du perso : 32 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aspirant dans l'armée Républicaine
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mer 12 Fév 2014 - 18:41



L'esclandre dans le magasin terminé, Jinn et Randy se remirent doucement en route. Le major se sentait un peu mal à l'aise après sa réaction quelque peu agressive excessive. Lui qui était plutôt d'un naturel réfléchi et calme, il s’était emballé comme un jeune ado rebelle. Et même si le jeune Horansi prétendait savoir se défendre -et Randy le savait très bien, il l'avait vu mordre griffer et se battre comme personne- mais le militaire n'avait pu se résoudre à faire autrement. Cet planète, ce n'était pas chez elle, il voulait simplement l'aider, sans trop savoir comment.
Et surtout Jinn avait raison sur un point, il s'en était prit à cette femme -bien qu'indirectement certes- alors qu'elle semblait avoir des intentions louables.
Oui, Randy n'était pas fier, on aurait dit que plus il essayait de faire bien, plus ça dérapait...

''Oui tu as raison, je n'aurai pas du m'en prendre à elle, après tout elle n'avait rien fait... ça a dérapé... et j'en suis désolé... J'irai lui présenter mes excuse demain, c'est promis.''

Glissa le major d'un léger sourire montrant sincèrement son malaise face à cette situation passée.
Mais le jeune homme se détendit par la suite, Jinn l'appelant ''Mon beau'' l'y aida grandement.
Continuant de marcher dans la rue et portant le sac de victuailles, le petit couple se frayait un chemin à travers bon nombre de passants.
C'était l’après midi, bon nombre de personnes avaient finit de travailler et rentrait tout simplement chez eux, alors que d'autre se rendaient au boulot. Rajoutant à cela divers touristes et personnes comme Randy qui était parti faire les courses, on se retrouvait avec une rue bondée.

Lorsqu'au détour d'une rue, la jeune femme panthère observa un sans domicile fixe assis sur le sol, le pointant du doigt alors que plusieurs personnes la dévisageaient, celle ci lui demanda si c’était réellement ça le monde civilisé.
Le major ne prêtant cette fois ci pas attention au autres personnes autour de lui, Randy avait bien remarqué l'aspect assez ironique de sa question, lui répondant d'un léger haussement d'épaules fataliste. Une femme qui passait par là, vint déposer de l'argent dans le chapeau de l'homme assis au sol, sous le regard ébahi de Jinn, qui se prit à lui faire une révérence comme pour la remercier, ce qui ne manqua pas de faire sourire une nouvelle fois le militaire. Oh cette fois ce n'était pas un sourire pour se moquer, bien au contraire, L'Horansi était ''nature'' agissant selon ce qu'elle pouvait ressentir sur le moment même.
Randall tenta cependant de répondre à ses question  essayant de lui expliquer assez simplement :

''Non il vent pas de services... c'est une personne qui n'a pas d'argent ni de chez lui. Cette femme lui a donné un peu d'argent, peut être pas par pitié, je dirais plutôt par empathie, ou par compassion si tu préférés. Ici on ne peut définitivement pas vivre comme dans la Jungle, les codes ne sont pas les mêmes. Dans les mondes civilisés... Tout est différent, si on vole on se fait arrêter et on va en prison, il faut suivre les lois... et on ne peut pas non plus toucher toutes les brioches avant d'en prendre finalement qu'une... enfin tu vois le genre ?''

Venant de Randall, ce n'était pas un reproche, il essayait de lui expliquer qu'ici, tout était vraiment différent.
Le jeune homme ayant reprit sa marche en direction de chez lui, commençait à se demander si faire venir Jinn dans ce monde avait réellement été une bonne idée. Regardant les gens qu'il croisait autour de lui, Randy ne pouvait se rendre qu'à l’évidence.
Malgré tout ses efforts, Jinn ne serait jamais comme eux, mais d'un autre coté c'était exactement ça qui le rendait fou d'elle. La jeune femme n'était pas comme toutes les autres femmes. 
Ce qui la guidait c’était son instinct, elle n’était pas intéressé par l'argent, par avoir une grande maison, là dernière grosse voiture à répulseurs, et toutes ces choses futiles qui pouvaient intéresser les femme d'un monde civilisé.
Et dire qu'il l'avait rencontré en pleine jungle et qu'il avait couché avec elle comme ça, sans se poser vraiment de questions. Ce n’était pourtant ni son habitude, ni sa façon de faire. Lui était plutôt d'habitude réservé, ne sachant trop comment exprimer ce qu'il ressentait, et ce surtout envers une femme. Mais Jinn comprendrait elle le message ? Et surtout quand lui avouer ? Non il ne pouvait définitivement pas lui sortir tout cela tel quel.
Peut-être que s'il l'invitait au restaurant ? Oui ce serait probablement une bonne idée, comme ça il pourrait tout lui expliquer aussi clairement que possible, et puis une femme même sortie de la jungle devait probablement apprécier un endroit tel que ça ? Oui, il allait faire comme ça !
Mais avant toutes choses, il devait aussi penser à lui trouver des habits, sa robe aussi charmante soit elle ne faisait qu'attirer le regard sur elle, mais comment lui présenter la chose sans la froisser ?
Bonne question...

''J'ai une idée Jinn, avant de rentrer à la maison, enfin chez moi dans mon appartement, on va s’arrêter dans un autre magasin pour te trouver des habits. Ta robe est très jolie, mais j'ai peur qu'elle ne suffise pas pour ici. Vu tes bagages, tu ne dois pas avoir emmené grand choses, et ça serait peut être approprié de trouver des habits de rechange, ne t’inquiète pas j'ai de l'argent, d'accord ? Et puis comme ça ce soir on ira dîner tout les deux, J'ai plein de choses importantes à te dire... ça te convient comme plan?''

Le jeune militaire glissa un sourire confiant à sa jolie sauvageonne, tout irait comme sur des roulettes, c’était évident !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Mer 5 Mar 2014 - 3:40

Jinn était un peu surprise, elle n'en attendait pas tant de son homme. Et puis d'ailleurs un homme ça ne s'excusait pas sensément, sauf pour des fautes très graves où le mâle devait faire amende honorable. Toutefois agréablement surprise, la féline se rengorgea ponctuellement, très fière d'avoir compris comment "ce monde" marchait, enfin l'espace d'un instant en tout cas. Oui elle avait eu suffisamment d'empathie pour la boulangère et surtout avait trouvé une injustice "juste" là où cette ville semblait prôner des non-règles encore plus cruelles que dans la jungle. Jinn pataugeait en pleine incompréhension, quelques secondes après avoir cru toucher ce monde du bout de la patte. Désormais ses doigts se rétractaient-littéralement aussi, ces derniers se crispèrent, formant un poing encombrant dont elle ne savait quoi faire.- et l'ancienne Padawan s'éloignait à nouveau de cette planète qu'elle n'avait visiblement pas encore réellement accosté bien que ses deux pattes soient solidement ancrées sur le bitume.

-Mais les lois avoir point ressemblances, oui un ! Si pas suivre les lois on peut mourir... Mais ici, si on suivre lois... Mourir aussi. Pourquoi ? Pas avoir de chances de survivre, ça être interdit ? ! L'homme là-bas peut pas chasser ? Pas voler, je dire chasser... Il y a des animaux ici, attachés à des cordes faciles à avoir. Mais comme ils sont propriété... Hum... Si Je comprendre bien c'est pas possible. Les gens qui les ont, c'est pour manger eux ? Pourquoi ils se promènent avec leur proie au bout d'une corde ? Je pas comprendre, ni pourquoi petite proie pas fuir. Mais en tout cas, l'homme sans l'argent pouvoir attaquer animaux sans corde, j'ai vu eux. Tard le soir, il y en a beaucoup...

Oui c'est vrai ça, pourquoi l'homme s'abaissait-il à demander de l'argent ? Et comment les citoyens d'une ville sans pitié pouvaient-ils en éprouver, étaient-ils hors là loi de ce fait ? Ah non, apparemment on n'avait pas le droit de toucher les brioches mais on pouvait donner. C'était déjà ça mais quand même le mystère restait entier. Dans un monde aussi cruel, Jinn n'avait absolument pas envie d'offrir ses affaires ni même de les prêter. Encore que Randall lui demande d'accord, mais pour le reste elle ne donnerait rien, pas même à l'homme sans abri. Certes ce dernier lui faisait mal au coeur, mais si le militaire et elle devaient établir leurs quartiers en ces lieux-à plus ou moins long terme, cela restait à voir !- la féline ne comptait rien laisser passer. Elle regarda quand même sa brioche d'un air triste, hésitant à la toucher. Oui, elle avait compris la leçon-bien difficile à assimiler- et attendait désormais l'autorisation de son compagnon pour la toucher.

-Tu avoir maison et appartement et chez toi alors ? Pourquoi tout ça ? Un "Chez moi" c'est bien !

Lança la jeune féline qui avait oublié comment Maekoth parlait de leurs "chez eux". Se protégeant de la déception, Jinn avait remplacé ses connaissances déjà maigres du monde civilisé par ce qu'il était nécessaire de savoir pour tenir bon dans la jungle. La jeune femme-panthère ne se souvenait donc plus que maison voulait dire "chez soi". Quant à appartement, elle n'avait jamais entendu ce mot ou tout du moins jamais compris la signification. Randall prenait du temps pour lui expliquer, il avait autant de patience qu'elle qui essayait de comprendre sans s'énerver. Parfois l'ancienne Jedi mélangeait les concepts, passant par exemple du problème des sans-abris à celui des animaux de compagnie, mais elle essayait c'était certain, bien plus qu'avec Maekoth. Ainsi, bien que sa tête soit douloureuse, la féline continuait sans se décourager, abordant quelques moues tristes ou déçues à l'évocation des saletés de règles qui régissaient la ville mais reprenant ensuite courage. Randall lui en insufflait beaucoup, sans en être à le considérer comme son "mâle pour la vie", Jinn était très contente d'être avec lui. Il lui apportait bien plus que Maekoth, sans oublier ce "quelque chose" de "futile" qu'elle appréciait. Les Horansis n'étaient pas sensés se poser autant de questions, à vrai dire l'ancienne Padawan pouvait bien outrepasser les règles de la ville, se faufilant dans la nuit pour dérober, le tout sans se préoccuper des pauvres sans domiciles fixes ou des brioches à ne pas toucher. Pourtant, elle s'attachait à respecter ces nouveaux codes -qui l'ennuyaient soyons clairs- pour Randall, décidé à s'adapter à son mode de vie tandis que Maekoth ne lui demandait même pas ça. Le Major lui était bien plus exigeant mais plus enrichissant aussi, plus rassurant, Jinn avait vraiment vécu des choses positives avec lui et non de simples passages agréables comme c'était le cas avec le mercenaire. Oui il fallait être honnête la vie était plus simple avec le premier, de même qu'elle s'amusait parfois, alors qu'avec Randall ça risquait d'être plus dur, pour autant le Major prenait le temps de faire ressortir la bonne personne que pouvait être ce petit chat voyou. Il savait sans doute que derrières ses rapines Jinn n'avait jamais tué ni blessé intentionnellement, et il voulait qu'elle se dépasse, lui donnant du fil à retorde mais aussi plus d'estime de soi bien que la féline soit encore loin de s'en rendre compte. Pour le moment elle n'agissait pas pour la beauté du geste mais clairement dans l'optique de plaire, de faire des concessions comme c'était le cas dans une relation. Celle-ci n'en était qu'à son début mais l'Horansi s'engageait déjà à fond dedans. Après tout pourquoi ne pas bien commencer les choses dès le début ?

-Euh d'accord moi suivre...

Annonça la jeune Jedi rompant le silence presque romantique qui s'était installé entre eux. Loin de se sentir offusquée, elle était tout simplement surprise par les propos de Randall. Pourquoi choisir un autre habit quand le sien était fonctionnel ? Lui non plus ne correspondait pas aux normes de cette planète ? Pourtant Jinn était sûre que ses yeux fureteurs avaient distingué bien pire dans la foule. Elle avait notamment vu une robe criarde honteusement décolleté-même si le manque de pudeur ne la choquait pas personnellement- en fourrure jaune tâchetée de noir -ressemblant d'ailleurs à son propre pelage.-. Revoyant son pauvre père massacré par des chasseurs de peaux, la féline n'avait pu s'empêcher de grogner sourdement au passage de la mégère, s'imaginant déjà qu'elle portait la peau d'un de ses parents, laquelle moulait son gros derrière. Lequel s'était d'ailleurs éloigné dans un déhanchement dédaigneux. Jinn avait également eu le temps d'apercevoir des bouts de tissus troués au niveau des genoux -et après on disait de ses haillons !- ou des shorts tout effilochés. Les habits servaient à couvrir à cause de la pudeur des civilisés, alors pourquoi admettait-on ces haillons qui laissaient tout voir ? Décidé à ne pas poser trop de questions alors que les premières n'avaient même pas obtenues de réponses, Jinn hocha une nouvelle fois la tête. Elle avait hâte de voir comment on "dînait" ici. En général Maekoth et elle mangeaient une boîte de conserve mais cela la fascinait déjà à l'époque. Pouvoir réchauffer sa nourriture en une minute sans faire de feu, sans entretenir la machine sinon en branchant un "câble"; et pouvoir réchauffer encore après ! Ainsi même si la jeune femme-panthère était réellement enchantée à cette idée. Même si elle l'était moins de devoir mettre une robe pour goûter à ce plat merveilleux qu'étaient le cassoulet en boîte, encore moins de se faire entretenir par Randall pour la dite robe. Néanmoins comme cela semblait lui faire plaisir Jinn ne se plaignit pas.

-C'est comme brioches, on touche pas ? -Demanda-t-elle, avide de bien faire alors que le magasin choisi par son compagnon se profilait.- Ok toi choisir pour moi. Moi je sais pas...

[HJ: Je te laisse choisir le style de magasin et la ou les robes pour les essais^^. Je pense que notre cher Randy va avoir des sueurs froides, fais attention à ce que tu expliques ou pas haha ! ]
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 132
Âge du perso : 32 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Aspirant dans l'armée Républicaine
HP:
72/72  (72/72)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   Jeu 13 Mar 2014 - 0:57



Randy marchant toujours d'un pas décontractée au côté de Jinn, ressentait beaucoup de difficultés pour lui expliquer tout les tenant et aboutissant d'une vie sur coruscant. Oui, tout cela était simple pour lui, le major avait vécu toute sa vie dans un monde qui se disait civilisé. Mais elle avait raison sur un point, ce monde qui se voulait civilisé était littéralement transpercé d'énormes aberrations. Ce fut donc d'un sourire désolé que Randall lui donna une nouvelle fois raison.

"Je me vois dans l'obligation de te donner raison. Ce monde se dit civilisé, mais si on y regarde de plus près avec un œil vif et neuf comme le tien, tout ça semble complètement illogique... Et je suis d'accord avec toi sur ce point. Mais les règles sont ce qu'elles sont... Et si on s'y soustrait on en paie le prix..."

La main du jeune homme vint caresser un peu maladroitement l'épaule la jeune femme panthère. Ah, si lui aussi pouvait voir la vie aussi simplement qu'elle, tout serait tellement facile, sans compter qu'il n'aurait pas besoin d'aller lui acheter d'autres habits.
Sa robe était jolie au yeux du jeune militaire, et elle avait surtout du passer beaucoup de temps pour la confectionner, ce qui le touchait d'autant plus...
Mais ici, les gens avait la fâcheuse tendance à beaucoup trop juger sur l'apparence, et le major voulait avant tout enlever un poids supplémentaire des frêles épaules de L'Horansi qui n'était pas vraiment dans son élément.
Cependant, celle ci avait accepté, avec un petit regard surpris certes, mais elle avait accepté, c'était bien là le plus important dans tout ça.

Arrivant finalement devant l'entrée d'un magasin spécialisé pour la gente féminine, Randy ouvrit la porte, laissant rentrer Jinn en premier -la politesse c'était important !- et, saluant la vendeuse d'un signe de tête, celui ci accompagna la jeune femme près d'un présentoir où se trouvait accroché divers habits, robes, et jupes décontractées.

Regardant les habits sur les cintres, Randy ne voulait pas prendre quelque chose de trop habillé, pas qu'elle ne le méritait pas, mais il était inutile de l'habiller comme une poupée d'amour... Le militaire voulait avant tout qu'elle se sente à l'aise, enfin, plutôt qu'elle soit à l'aise avec des vêtements...
Il arrivait difficilement à l'imaginer autrement habillé qu'avec sa tenue minimaliste de chasseresse de la jungle, et aussi surprenant que cela puisse paraître, il l'aimait bien comme elle était. Peut être restait il bloqué sur le première vision qu'il avait eu d'elle, son corps athlétique, sa posture sauvage, sa façon de se déplacer, furtive, aussi rapide que le vent... oui, c'était définitivement comme ça qu'il l'aimait.
Comment allait-il un jour expliquer cela à ses parents ? Cela arriverait probablement un jour. A chaque fois qu'il était en holocommunications avec sa mère, la conversation revenait inlassablement toujours au même sujet : ''Alors mon chéri, tu es toujours célibataire ? A ton age... Il serait bien temps de te fixer et fonder une famille... ! L'horloge biologique tourne...''

Elle n'avait pas tors, c'était un fait il avançait en age, mais l'apparence de Jinn risquait de faire grincer des dents les parents du jeune militaire. Cela serait une situation très compliqué à gérer, mais pour Randall, tout était clair dans son esprit, il souhaitait rester avec elle, et pour rien au monde il ne changerait d'avis sur ce sujet.

Prenant une tenue qu'il plaça devant la jeune femme pour juger de la taille adéquat, le militaire s'y prit à plusieurs fois avant de trouver ce qui semblait lui aller.

''Ca m'a l'air de la bonne taille ! Tien, cette robe à l'air plutôt décontractée. Mais si tu vois quelque chose qui te plais n'hesite pas non plus...''

Termina le major en civil d'un sourire confiant malgré que Jinn semblait un peu perdue dans un endroit de son point de vue aussi étrange. Ici, pas besoin de tuer des animaux, il fallait juste tendre la main et se servir, et bien sur passer ensuite à la caisse, mais pour cette partie, Randall s'en chargerait, il lui devait bien ça.

La vendeuse pour sa part, ne pouvait s’empêcher de regarder cette petite femme dans cet accoutrement tout ce qu'il y avait de plus surprenant, et apres un temps d'interrogation, décida finalement de les rejoindre.
Grande, blonde, maquillée et pourvu d'une poitrine qui ressemblait allègrement à deux obus ioniques de 55 mm, la jeune femme pimpante s'adressa au couple, sous le regard légèrement protecteur du militaire en perm'.

''Bonjour, je peux peut être vous aider à faire votre choix?''

Randall, faisant glisser son regard vers la vendeuse puis vers la petite Horansi, opina lentement. Une femme pouvait forcément aider une femme ! Même si l'autre était recouverte de poils...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée d'une petite Dame [PV Randall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-