La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 (3488 BY) Sur les traces de la Force. (PV Lune & Er 'tan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: (3488 BY) Sur les traces de la Force. (PV Lune & Er 'tan)   Sam 14 Sep 2013 - 1:06

An -3488, Bordure extérieure, Tatooine, Grand Reg de Jundland, huit cent soixante kilomètres Est de Anchorhead.

Bravant les vents ardents qui relevaient le sable et l'usaient tel un fouet naturel, surmontant les températures extrêmes qu'imposait la planète aux multiples soleils, les éléments, en colonne avançaient, les yeux de chacun rivés sur ceux qui les précédaient.
Depuis l'arrivée et l'implantation de la cellule Phi sur le sol rocheux du reg de Jundland, les multiples effectifs, cinq au total, n'avaient cessé de se relayer dans leurs tâches, de façon à obtenir une efficacité maximum à chaque fois qu'ils opéraient.
Aujourd'hui, c'était le tour de « Siphon », « Oktaol » et « Mocle », de partir en reconnaissance de l'objectif, afin de compléter la phase d'observation, vitale au bon déroulement de ce qui allait s'en suivre.
Alors que « Dektar » et « Riga » s'occupaient de garder le campement de fortune, dissimulé dans une maigre cuvette rocheuse, leurs trois compagnons s'en étaient allés en direction d'un endroit autrement plus hostile.
La profondeur du cratère où était planté leur campement permettait de ne pas distinguer directement leurs installations et c'est précisément pourquoi tous avaient opté pour cet emplacement. Une tente de trois regroupait Dektar, Riga et Siphon, tandis qu'une tente de deux places rassemblait Oktaol et Mocle. Ces dernières étaient positionnées au centre du cratère, en compagnies d'une tente vierge, qui permettrait d'accueillir le restant de l'expédition.
En retrait du « quartier d'habitation », était installée une grande antenne circulaire, orientée vers les astres et à côté de laquelle était enfin aménagé un abri sans entrée, qui pourrait servir de laboratoire ou encore de salle de contrôle.
Après avoir longtemps arpenté les falaises qui surplombaient le défilé de Mo 'arr , les trois agents des renseignements, privés du sentier qui laissait dorénavant place au gouffre qui s'imposait devant eux, firent haltes et, après avoir détaché les liens qui les unissaient, commencèrent à déballer les divers instruments que contenaient leurs sacs à dos.
Pour cette opération clandestine, les éléments étaient équipés assez simplement, de façon à ne pas attirer l'attention sur eux et à ne pas les encombrer plus qu'ils ne l'étaient déjà. Ainsi, la plupart d’entre eux portaient un pantalon de couleur beige et une veste thermique en Polytétrafluoroéthylène de couleur noire, de façon à favoriser les sorties nocturnes qui constituaient la plus grande partie de leur quotidien, au détriment de la capacité isolante de la chaleur dont elles faisaient également usages.
Leurs visages étaient recouverts de cheiks protégeant du soleil pendant la journée et un gilet multi-poches recouvrait leur torse, par-dessus la veste.
Dans le calme, ils s'installèrent sur les hauteurs, pendant que les étoiles de Tatooine disparaissaient au loin, marquant les cieux d'une forte lueur orange-âtre. Depuis les falaises, le spectacle paraissait encore plus surprenant, le ciel témoignait d'une rare beauté ; mais les binoculaires des hommes de l'ombre étaient braqués vers un tout autre lieu. En contrebat, errant çà et là, voilés de la tête au pied et baignant dans de vieux tissus qui tombaient en lambeaux, des silhouettes furent repérées.
Si certains étaient embusqués dans quelques creux de roches, à divers niveaux des parois des falaises, la plus grande partie occupait l'étroit plateau entre les deux parois du défilé et qui laissait tout juste la place à un vaste campement établit en verticale, le long du défilé.
Une multitude de cases, dont l'aspect laisser désirer quant à leur composition matérielle, penchant entre de la peau de bête et de la terre cuite, étaient réparties le long du couloir qui continuait dans un angle mort, mettant un terme à une reconnaissance plus avancée pour les observateurs.
Ces mêmes infrastructures qui semblaient être les habitations des autochtones, présentaient pour la plupart une forme circulaire et étaient relativement petites et basses. Tout autour, se tenaient recroquevillés de nombreux individus, assis et assoupis autour de plusieurs feux de campement, délimités par de petites pierres. Plus loin, on pouvait distinguer de grands mammifères tenus cloîtrés à l'intérieur d'enclaves de fortunes, faites de piquets de bois : les Banthas.
Malgré les quelques grognements et hurlements de bestioles autrement plus féroces, un certain calme régnait au sein du campement.
« Mocle », alias Er 'tan, balaya longtemps la zone à l'aide de ses lunettes thermiques, à la fois captivé par sa mission et passionné par la véritable société qui se présentait plus bas. C'était effectivement toute une civilisation qui s'était installée dans le défilé, implantant son joug en plein cœur d'un désert brûlant au jour et glacé la nuit. Il y en avait peut-être une centaine.
Forts d'une réputation impitoyable, les Tuskens constituaient l'une des plus anciennes races de Tatooine. Nomades, ils voyageaient la plupart du temps à travers la mer de Dunes, errant de points d'eau en points d'eau et pillant catégoriquement tout ce qu'ils pouvaient sur leur passage. Fins tireurs, ils s'avéraient également être de rudes adversaires au corps à corps où ils usaient d'armes artisanales, qu'ils fabriquaient à l'aide de multiples matériaux récupérés.
Pour Siphon, le chef d'escouade, la situation s'annonçait tout aussi mal qu'aux deux dernières reconnaissances qu'il avait entreprises avec ses hommes. Misant sur leur statut de nomade, il avait espéré un départ des Hommes des Sables dans les plus brefs délais, mais ces derniers semblaient s'être parfaitement accommodés à leur emplacement et n'avaient pas l'air décidé de s'en aller. Les éléments de la République, toujours sur leur sommet, prirent une série de captures holographiques, avant de lever le camp et de repartir aussi discrètement que possible d'où ils provenaient.
Mocle qui avait retiré ses binoculaires pour s'aérer le cerveau, les vissa à nouveau sur son crâne, avant d'attacher à son ceinturon le câble qui le reliait à Oktaol et de se mettre en route derrière ses deux coéquipiers. Tandis qu'il luttait contre la fatigue qui le gagnait peu à peu, des transmissions vibrèrent dans ses oreillettes, entre Siphon et Dektar, qui était resté à la base :
« Phi-I à II, on rentre à la maison, rien à signaler, tout est-prêt pour l'aube ? »
« Bien compris I, nous avons terminé les dernières installations et les deux éléments devraient arriver à l'aube comme convenu. Attention à la marche en rentrant. »
Revenir en haut Aller en bas
Lune
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 126
Âge du perso : 23 Ans
Race : Shistavannéen
Binôme :


Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
0/0  (0/0)
PF:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: (3488 BY) Sur les traces de la Force. (PV Lune & Er 'tan)   Sam 12 Oct 2013 - 11:48

Lune avait été dépêché sur Tatooine. Autant dire que retrouver sa planète d'origine qu'il avait eu tant de mal à quitter ne lui faisait pas spécialement plaisir. Pourtant le chevalier s'était montré obéissant. Le Conseil avait besoin de sa personne et il était de son devoir d'aider un militaire à trouver une ancienne relique. Cette dernière pourrait donner des informations intéressantes sur la Force, sans compter que c'était un document à protéger au nom de l'histoire. Lune avait trouvé étrange que des militaires et non des archéologues soient envoyés, on lui avait dit que c'était à cause des Tuskens et autres bandes d'êtres sauvages, sans parler des chasseurs de trésor qui tueraient père et mère pour accéder au trésor et le revendre au plus offrants. Pour autant, le Jedi n'était pas d'accord, il pensait que la discrétion était la meilleure arme dans le monde vicié de Tatooine. Il valait mieux éviter de se déplacer en plein soleil(s) sous peine d'être brûlé vif. Cette planète fonctionnait ainsi, marcher à l'ombre pour tenir le coup et non déployer une armada entière qui amènerait rumeurs, commérages et cancans, desservant totalement la mission. Le loup s'était cependant contenté d'un grognement de désapprobation avant de sauter hors du vaisseau sans rien de plus, il n'avait pas le choix, la République décidait ce qui était le mieux. Il servirait de guide, tant comme Jedi si la Force émanait de l'holocron que comme connaisseur des lieux. Tatooine était une planète remplie de pièges, sans doute l'une des plus hostiles dans la Galaxie, aux yeux de Lune en tout cas. Ce dernier serait capable de parler Huttais et de renseigner les militaires sur les coutumes étranges des locaux, histoire qu'ils ne froissent pas bêtement un homme qui cachait un blaster sous ses habits de fermier.

Lune poussa un léger soupir lorsque ses pattes nues entrèrent en contact avec le sable chaud, c'était à la limite du supportable pour le Jedi, mais il préférait encore avoir toutes ses sensations au risque de se brûler, plutôt que de porter des bottes qui l'emprisonneraient totalement. Vêtu d'un simple effet qui cachait son intimité et d'une toge, Le Shistavanéen avait plus que jamais l'air d'un loup, surtout quand il se mit à 4 pattes à l'approche du campement pour aller plus vite. Le jeune canidé ne tenait pas à mourir de chaleur dans ce désert, de même que sa tunique de Jedi n'était pas forcément très discrète dans le paysage aride, son pelage couleur argenté-miel correspondant bien mieux.

Il se remit debout en passant devant une grande demeure qu'il connaissait bien, celui du Hutt que son père servait. D'ailleurs, le mâle désormais âgé rencontra même la route de son fils. Tatooine était grande mais possédait ce don étrange de faire se retrouver des personnes qui avaient un passé en commun. Personnes qui n'avaient parfois pas envie de se revoir, mais la planète ne leur laissait pas le choix. Bien qu'encore fort, le vieux loup était tout gris désormais, ses yeux demeuraient injecté de sang, prouvant qu'il n'avait pas changé, de même qu'il se déplaçait toujours à 4 pattes. Pour autant, un simple grognement de Lune le remis à sa place, râlant dans son coin mais se tenant sage. Quelles retrouvailles joyeuses !

L'ancien retourna auprès de son maître ou dans une taverne cuver son vin, qui sait, lui qui se disait sauvage avait finalement succombé aux vices des hommes. Lune lui se dirigea vers le campement, s'abritant sous sa capuche percée par ses deux oreilles qui la maintenaient en place. Le chevalier dressa l'oreille et esquissa encore quelques pas. Une patrouille l'accueillit, il se présenta, montra sa carte d'identité avant d'entrer dans le camps. Apparemment tout le monde était revenu, l'exploration étant remise à demain. Tant mieux, il aurait le temps de discuter avec le chef de toute cette armada et de poser ses conditions. Les militaires étaient parfois de vraies brutes et le Jedi tenait à avoir une discussion avec le grand manitou avant de tout saccager pour trouver ce qui les intéressait, quand bien même il n'y avait pas grand chose d'intéressant à abîmer sur cette planète.


-Bonjour, je suis le chevalier Jedi Lune, j'ai été envoyé par le Conseil Jedi d'Ondéron en coordination avec le gouvernement, je serai votre guide pour les fouilles... J'aimerais voir votre... Comment vous dites ? Commandant voilà.


Fit-il en ignorant bien comment fonctionnaient ces hommes qu'il trouvait parfois un peu trop disciplinés. Bien sûr, chez les Jedis c'était pareil, mais moins poussé quand même. Les Padawans pouvaient s'exprimer, et tous leurs gestes ne leur étaient pas dictés. Autant dire que pour un esprit libre comme Lune, ce mode de vie était difficile à comprendre, même si il le respectait. D'ailleurs s'il avait montré une certaine confusion, le loup n'avait en aucun cas montré de la condescendance ou du manque de respect. Il n'était juste pas très doué pour présenter les choses.

Ses yeux bleus mi-clos, le jeune chevalier attendit que le dit chargé de mission arrive. Bien campé sur ses pattes arrières, sa longue queue touffue balayant doucement le vide, tandis que sa truffe en l'air recevait de multiples informations. Fichue planète de sable, elle lui avait quand même manquée quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(3488 BY) Sur les traces de la Force. (PV Lune & Er 'tan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Tatooine-