La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Nombre de messages : 1038
Âge du perso : 246 années standards
Race : Hutt
Binôme : Complice : Darth Velvet

Feuille de personnage
Activité actuelle: Faire chuter Borenga
HP:
80/80  (80/80)
PF:
25/25  (25/25)

MessageSujet: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Mar 28 Mai 2013 - 23:40

Bureau du Chancelier, 14h28 TSG, deuxième jour du mandat Spécial

« Je viens d'avoir la confirmation du Dernier Rempart... Les Major-Généraux et les Grands Amiraux se réuniront dans moins d'une heure. »

Ragda fit pivoter son chariot répulseur afin de tourner sur lui même. Ce faisant, il quitta la splendide vue panoramique de la baie vitrée pour faire face au Togruta, Rasaak Opale qui venait de pénétrer dans le bureau les lieux après s'être annoncé par l'interphone. Bien qu'il devait tenter de ne rien laisser paraître, une morosité discrète se dégageait de lui. Visiblement, l'inquiétude lui nouait toujours les entrailles. Avec une pointe de sadisme, dictée par un besoin de tester le secrétaire général de la Chancellerie, le Hutt répondit :

« Toujours pas de nouvelles ? »

Ce à quoi, Rasaak répondit simplement, sur un ton neutre :

« Non, aucune »

Ragda actionna une nouvelle fois les commandes de son chariot. Il dériva lentement dans la spacieux bureau afin d'arriver jusqu'à la hauteur du Togruta. Il regrettait presque d'avoir posé la question aussi abruptement. Soudain mal à l'aise, il Hutt tente quelque peu de le rassurer :

« Je suis sur qu'il va bien... S'il avait été capturé, ou s'il nous avait... Quitté... Je suis persuadé que les Sith nous l'auraient fait immédiatement savoir afin de vous forcer la main... Il est plus probable que sa capsule ce soit posée sur Artorias, et qu'il ait eu le temps de se cacher... Mais qui sait, peut-être que cette réunion, ce « Conseil Républicain de la Défense » nous apportera de nouvelles réponses... »

Ragda n'y croyait pas lui même. Si une telle nouvelle devait arriver aux oreilles des états majors, la Chancellerie serait forcément la première informée, dans la seconde suivant la réception des preuves. Rasaak le savait parfaitement : il se contenta d'incliner la tête, lentement, sans lâcher le moindre mot. Un silence gênant s'installa entre les deux officiels. Celui-ci dura prêt d'une minute, jusqu'à ce que finalement Ragda ouvrit à nouveau sa large bouche dépourvue de lèvres :

« Je suis content que vous soyez là M. Opale... Ne perdons pas de temps, vous me brieferez pendant le trajet jusqu'au navire amiral de notre flotte de défense. »

Le Togruta fit volte-face... Ils quittèrent tous les deux les bureaux de la Chancellerie dans l'aile réservée au gouvernement, direction le spatioport privé du Chancelier où une navette les attendait. Pendant la dizaine de minute que dura le trajet, ponctué de déplacement en turbolift, de traversées de passerelles aux vues panoramiques et de déambulation dans des coursives richement décorée, témoignage d'une époque beaucoup plus faste, ni l'un ni l'autre ne fit usage de sa langue. Le silence gêné pris alors des relents morbides de mauvais présage.

*****

Navette blindée classe S, immatriculée DCX-225, haute atmosphère, 14h57 TSG

« Contrôle aérien à navette DCX-225, autorisation de quitter l'atmosphère sur le couloir prioritaire 27, je répète : autorisation de quitter l'atmosphère sur le couloir prioritaire 27. »

La voix synthétique, probablement celle d'un droide chargé de la circulation aérienne, crachait ses instructions dans le haut-parleur, juste au dessus de sa tête. Perdu dans ses pensées, le Hutt observait la sphère de Coruscant, aussi brillante que le joyau éponyme, se dessiner de l'autre coté du hublot. Il soupira. Pendant quelques instants, alors que le pilote de la navette avait brisé le silence pour leur souhaiter la bienvenue à bord, Ragda avait espérer sentir la chape de plomb qui sapait ses humeurs se dissiper... Mais il n'en fut rien. M. Opale avait pris place dans le siège en face de lui. Et depuis la fermeture de la rampe d'accès au confortable compartiment voyageur, la Togruta n'avait pas levé les yeux de son datapad. L'écran irradiait d'une lueur bleutée qui donnait à ses traits un aspect encore plus mélancolique en soulignant les rides d'inquiétude qui zébraient son front et ses pommettes. Ragda soupira une nouvelle fois.

A l'annonce de la disparition d'Halussius, le Hutt avait senti une sorte d'euphorie le prendre aux trippes... Et c'était d'ailleurs de cette énergie qu'il avait su tirer sa verve lors du débat improvisé avec la Sénatrice de Kuat... Lui, Ragda, à la tête du pouvoir exécutif ! Il avait été propulsé, en l'espace d'une année, de parfait inconnu sur la scène galactique, à l'homme réputé le plus puissant de cette galaxie ! Mais très rapidement, le rideau de fumé avait cédé place à la triste réalité. L'heure était grave, la République connaissait une crise majeure... Et voilà qu'il se retrouvait tiraillé par un cas de conscience à la limite du malsain... D'un coté il jubilait de cette extension de pouvoir, même temporaire... Mais d'un autre, il éprouvait une réelle inquiétude pour Halussius avec qui il avait tissé des liens dépassant ceux du strict cadre professionnel. Le Jedi avait su faire naitre en lui un respect sincère... Bien que n'étant pas devin, Ragda discernait les chemins sur lesquels conduisaient ses petites magouilles sous marines... Un jour ou l'autre, il devrait faire le choix entre ce respect inattendu et ses ambitions personnelles... Et ce jour approchait à grand pas. Cette incertitude décontenançait le Hutt au point de lui monopoliser toutes ses pensées... Si bien qu'il sursauta légèrement lorsque Rasaak parla enfin :

« M. le Ministre Spécial... Je me suis permis de vous envoyer quelques fichiers concernant les membres constituants le Conseil Républicain de la Défense de ce jour. L'heure ne sera pas aux présentations chaleureuses, alors mieux vaut que vous connaissiez un minimum vos interlocuteurs avant de les rencontrer. »

Intrigué, Ragda quitta la vue hypnotique de la boule qu'était devenue Coruscant, pour s'attarder sur les données défilant sur l'écran de son datapad. Tout était là. Nom, prénom, age, grade, résumé des états de services, et même quelques commentaires quant à leur « affinité » avec le pouvoir en place. Impressionnant ! Quel esprit de synthèse ! Le Hutt ne put s'empêcher de lancer :

« Excellent travail M. Opale ! »

De quelques manipulations de ses petits doigts potelés, le Hutt fit défiler l'écran, avant de continuer, se parlant presque à lui même :

« Le Conseil Républicain de la Défense... Hmm... Sept Grand-Amiraux, Huit Major-Généraux... Quasiment tous les plus hauts gradés de notre armée réunis dans une même pièce... »

Il hésita un instant, puis leva les yeux pour poser sa question :

« Sont-ils tous dignes de confiance ? »

Ragda ne regardait plus Rasaak, mais l'homme assis sur le siège le plus éloigné d'eux. Celui-ci, déjà présent lorsque Rasaak et lui était monté à bord, n'avait pas pipé mot depuis le décollage. Son visage, à demi dissimulé dans une ombre résultant de l'orientation des plafonniers au dessus de sa tête, ne laissait paraître qu'une expression neutre et calme. Il posa son regard bleu glacial dans celui orangé du Hutt. Ragda frissonna légèrement alors qu'il se sentait soudain mis à nu, comme si son interlocuteur lisait directement dans son âme. Sans baisser les yeux, Baltus Needa, le Directeur Général des Renseignements, répondit :

« Je suppose que vous faites référence à l'enquête mandatée par le Chancelier Suprême après les attentats et l'attaque de l'année dernière ? Les fruits pourris ont été arrachés à la branche. Ceux qui restent sont dignes de confiance. Croyez-vous que je puisse faire mon travail à moitié ?»

L'homme se montrait sec et peu enclin à s'épandre en détails. Était-ce son caractère habituel ? Ragda ne l'avait croisé que deux fois, alors qu'il sortait du Bureau du Chancelier, avant Artorias. Il ne connaissait donc Baltus que de réputation... Un type droit, honnête... Et implacable. La rumeur prétendait même qu'il avait été choisi par Halussius en personne pour diriger son nouveau service secret... Mais le Hutt ne se démonta pas pour autant :

« Même ce... Major-Général Arshton ? »

L'autre haussa les épaules :

« Même lui. Vous pouvez ne pas approuver ses méthodes... Surtout celles qui l'ont hissées à un grade aussi élevé en si peu de temps... Il est à ranger dans la case des opportunistes, des ambitieux... Il est même très compétent, malgré ses apparences... Mais il n'a rien d'un traitre. »

Ragda hésita... Ma voix enjouée du pilote coupa court à la conversion :

« Messieurs, Le Dernier Rempart est droit devant nous. Tout est au vert. Atterrissage dans le Hangar N°1 dans quelques minutes... N'hésitez pas à profiter de la vue !»

Machinalement, Ragda retourna à l'observation du hublot. Aussitôt ses yeux s'écarquillèrent... Le Dernier Rempart, fleuron de la toute jeune flotte de défense de Coruscant... Après la réforme du Conseil Républicain de Défense, la création de la Direction Républicaine du Renseignement, cette nouvelle flotte constituait l'une des réorganisations les plus abouties du mandat du Chancelier Arnor.

La coque blanc laquée du navire de classe Valor modifié, reflétait les lueurs orangées émise par la planète-capitale toute proche, si bien qu'il brillait de milles feu. Beaucoup plus grand et imposant que les autres navires de sa génération, le Dernier Rempart payait sa puissance de feu et son tonnage par une mobilité plus réduite, mais qui ne dérangeait en rien sa mission de défense quasi statique du centre économie et politique de la République. S'en était à se demande si, à force d'hésitation entre le choix d'une flotte ou d'une station de défense géostationnaire, le Haut-commandement n'avait pas finalement tranché pour une solution intermédiaire. Bref, la vue de ce petit bijou coupait le souffle à l'observation non averti...

Les minutes précédent l’amarrage, Ragda ne peut décrocher son regard du navire amiral.

*****

Hangar N°1, à bord du Dernier Rempart, 15h19 TSG

A peine le trio avait-il eu le temps de descendre la rampe d'accès du la navette blindée, qu'une haie d'honneur, composée de soldats aux uniformes impeccables, se forma de part et d'autre d'eux. A l'autre extrémité de ce couloir vivant, trônait un officier supérieur. Dès que le Hutt fut à deux mètres de lui, celui-ci s’égosillât :

« Capitaine Nee'dam au Rapport, Monsieur le Ministre Spécial Rejliidic. Bienvenue à bord du Dernier Rempart ! »

Ragda ne peut s'empêcher de penser que l'officier devait avoir oublier son balais... Dans son cul... Tellement ce dernier se tenait droit, l'air constipé. Zèle ou stress ? Cet accueil en grande pompe était presque surréaliste lorsque l'on considérait la gravité de la situation... Sa présence sur le bâtiment militaire flambant neuf n'avait strictement rien d'une visite de courtoisie, ou d'un coup de communication... Le Hutt grogna seulement en retour des salutations :

« Nous sommes en retard. Où a lieu la Réunion du Conseil de défense ? »

Après avoir adressé un salut militaire à Rasaak et Baltus, le capitaine du vaisseau de ligne répondit :

« Salle de breifing Forn Dodonna. Veuillez me suivre, elle au niveau de la passerelle de commandement. Nous y serons dans trois minutes. »

Forn Dodonna... Ce nom ne lui était pas inconnu. Mais sur le coup, il n'arrivait plus à se souvenir à qui avait bien pu appartenir ce célèbre patronyme...

*****


Salle de conférence « Forn Dodonna », Réunion du Conseil Républicain de Défense, à bord du Dernier Rempart, 15h24 TSG

Le Capitaine Nee'dam actionna la console de la première porte, puis s'arrêta :

« Je n'ai pas les accréditations pour aller plus loin Monsieur. Le salle de Réunion est au bout du couloir, vous ne pouvez pas la rater. »

Dans sa grande mansuétude, Ragda daigna lâcher un :

« Merci Capitaine, vous pouvez disposer... »

Il ne supportait pas les militaires...

Mais ignorant ses a priori, le Hutt manipula son chariot répulseur jusqu'à la destination décrite... Puis actionna lui même la commande d'ouverture... Au même moment, un flot de paroles lui sauta au visage :

« ... Complètement stupide ! Nous devrions ordonner à la flotte de Balmorra de rejoindre celle de Dantooine pour attaquer au plus vite la flotte Sith avant que... »

L'homme, âgé d'une trentaine d'année, le plus jeune de tous les officiers présents dans la pièce se mura dans un mutisme gêné alors qu'il découvrait la présence du Ministre Spécial. Visiblement, malgré sa grande gueule, ce dernier préférait jouer la carte de la sécurité, afin de ne pas courroucer le nouveau représentant du pouvoir exécutif. Sagesse ou lâcheté ?

Ragda n'eut aucun mal à l'identifier... Le Major-Général Arshton... Qui d'autre...

L'armée... Ces hommes, qui avaient choisi de faire de la guerre leur métier, et de la mort leur épouse ne respectaient que l'autorité. S'il voulait se faire entendre en ce jour, le Ministre Spécial devait rapidement démontré qu'il n'en manquait pas. Ainsi, Ragda répondit au jeune Major-Général avant même d'avoir gagné la place qui lui était réservé autour de la table ovale sur laquelle trônait un holoprojecteur qui projettait en trois dimension la carte du système stellaire Artorias.

« Major-Général Arshton je présume... »

Cette remarqua visait seulement à déstabiliser la tête brûlée, lui donnait l'impression que sa réputation de roquet dépassait les frontières du Haut commandement... Mais au lieu de relancer la conversation sur un sujet délicat, Ragda préféra se montrer constructif... Après tout, chaque minute comptait, autant pour Artorias que pour son mandat Spécial :

« Quelle est la situation à l'heure où nous parlons ? »

Ce fut le Grand-Amiral Tog, le plus expérimenté du groupe, qui répondit :

« Pour Artorias rien de nouveau. Nous avons perdu tout contact avec le système. Nos dernières tentatives de communications se sont soldés par un échec. Après analyse des signaux, il s'avère que tout le système est brouillé par ce qui semble un code de brouillage Sith... Néanmoins depuis ce matin, nous reçu une bonne nouvelle. Le Temple d'Ondéron nous a communiqué avoir réussi à exfiltrer la famille royale...»

Depuis l'annonce officieuse de la défaite, dans la matinée, la situation n'avait donc pas évolué ?

« Avez-vous tenté d'envoyer un vaisseau de reconnaissance ? »

Cette fois, ce que Arshton qui répondit, visiblement ulcéré par ce qu'il prit pour un sous-entendu d'incompétence :

« Bien évidemment ! Mais celui-ci n'est pas revenu ! Je mettrais ma main à coupé que ces salopards de Sith ont bouclé tout le secteur avec des puits de gravité ! »

« Il suffit ! Je n'ai pas fait le déplacement depuis Coruscant pour entendre que nous n'avons rien ! Grand-Amiral Tog, quelles sont les procédures standards de la flotte Républicaine pour contrôler un système ? »

L'intéressé sembla quelques secondes déconcerté par la question hors sujet, puis il répondit :

« Contrôler un système ? Et bien... Brouillage des communications, contrôles d'un périmètre de sécurité autour de nos bâtiments principaux afin de palier à toutes surprise... Débarquement des troupes afin de maîtriser le plus pacifiquement possible la population... »

« C'est bien ce que je pensais... Donc les Sith agissent exactement comme s'ils voulaient prendre le contrôle du système ? Il ne s'agit donc pas simplement d'un raid éclair ou d'un massacre gratuit ? »

« Je... Oui, je suppose »

« Mais dans ce cas, que suggérez-vous Ministre Spécial Rejliidic ?! »

Ragda haïssait presque autant les sarcasmes que les militaires. Arshton insistait sur son titre de « Ministre » comme pour bien lui faire comprendre que son rôle de politicien n'avait aucune valeur dans un conseil miliaire... Abruti.

« Certainement pas d'envoyer deux flottes dans ce qui semble, soit un piège, soit une position avancée de l'armée ennemie, qu'il a eu le temps de consolider depuis plus de vingt-quatre heures... »

Touché... L'intéressé ne releva pas. Ragda profita de cette trêve verbale pour consulter le rapport préliminaire du Haut-commandement, celui-là même qui avait été diffusé, de manière officieuse dans la matinée. Puis il repris :

« Si je résume... Nous avons perdu deux flottes et un système... Tout cela pour... Une poignée de survivants et quelques membres de la famille royale exfiltrés in extremis par l'Ordre Jedi ?! »

Putain, comment allait-il annoncer tout cela au Sénat ?! Et après ces événements, il ne faudrait pas s'étonner si l'opinion publique, et par extension les Sénateurs, perdaient toute confiance... Mais que s'imaginait-il en se rendant à ce Conseil ? Les bonne nouvelles ne sortaient pas des culs des Bantha !

Ce fut le moment que choisi Rasaak, jusqu'à présent resté debout en retrait derrière le chariot répulseur pour s'avancer. Il chuchota quelques mots à l'oreille du Hutt. Celui-ci hocha de la tête, puis repris :

« Je demande à ce que les flottes mises en alerte « pour palier à tout risque de sécession » soient démobilisées... Cette menace n'est plus d'actualité... Je m'en suis chargé moi même, et je... »

Une voix crépita soudain dans les haut-parleurs de la salle de réunion coupant le sifflet au Hutt... La voix féminine, haletante, surexcitée, annonça dans un flot de parole difficile à suivre :

« Nous avons un signal holographique ! Système Artorias... Code prioritaire ! Code prioritaire ! Il s'agit du code du Chancelier Arnor ! Transmission du signal sur le projecteur de la salle Dodonna !»

Ragda demeura bouche bée au point de risquer le décrochement de mâchoire...


Dernière édition par Ragda Rejliidic le Lun 10 Juin 2013 - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 388
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
75/75  (75/75)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Mer 29 Mai 2013 - 13:57

Une image holographique représentant un emblème militaire de la République s'afficha...

 « Vous êtes connectés au réseau de communication d'urgence des armées de la République. Veuillez vous identifiez. »

 « Arnor, Halussius... Identification CS-01-HA »

 « Code confirmé... Autorisation accordée... »

 « Communication prioritaire à l'attention du Haut commandement. »

 « Demande en cours de traitement... Demande validée... Liaison établie »

L'hologramme se changea alors... Plusieurs silhouettes apparurent... Halussius arrivait à les reconnaître tous. Halussius faisait son possible pour rester debout tandis qu'il sentait que les douleurs de son crâne reprenaient avec vigueur... Il reconnu également immédiatement la silhouette de Ragda... Bien que nette, la transmission semblait souffrir d'une instabilité certaine... de nombreux grésillements venaient parasiter irrégulièrement l'image. Halussius ne savait quoi dire sur le moment... puis il commença.

 « Ici le Chancelier suprême Arnor... La communication n'est pas stable et risque de se couper à tout moment...

Je suis actuellement en compagnie du capitaine Rohir du Vigilent et de son premier enseigne Jevic... Notre module de sauvetage s'est écrasé sur la planète... Notre position actuelle est incertaine... mais nous sommes dans la forêt de Behlamar... au nord... Nous faisons route pour atteindre le comté d'Arnor et sa capitale Anarion où nous pourrons trouvez de l'aide... Quand les renforts seront arriveront-ils ?


C'est alors qu'Halussius fut pris d'un léger malaise qui ne manqua pas de la faire tituber... La douleur était en train de revenir de plus en plus forte... Halussius sentait également la pression du Côté obscur être de plus en plus pesante... Après un moment, Halussius réussi par se ressaisir quelque peu.

Alors qu'il se reprenait, Halussius remarqua quelque chose d'étrange sur la tête de Ragda... Ce dernier semblait porter un genre de bandage sur le crâne, à l'instar de lui.


 « Ragda ! Comment les choses se passent au Sénat ? Est ce que les menaces de sécession se concrétisent ?

Je remarque que vous êtes blessé, mon ami... Est ce que Coruscant à également subit une attaque ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 1038
Âge du perso : 246 années standards
Race : Hutt
Binôme : Complice : Darth Velvet

Feuille de personnage
Activité actuelle: Faire chuter Borenga
HP:
80/80  (80/80)
PF:
25/25  (25/25)

MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Mer 29 Mai 2013 - 22:55

A la mention du bandage, Ragda porta machinalement la main à son visage. Et oui... Le bandage... Il était toujours là évidemment ! Et il le porterait encore quelques temps, à son plus grand déplaisir... En plus, maintenant qu'il y repensait, les croûtes à l'arrière de son crâne recommençaient à le démanger... Un sensation des plus désagréables, et frustrantes : il n'avait même pas les bras assez long pour se gratter à cet endroit ! Saloperie d'anatomie Hutt !

La transmission avait plongé la salle dans un mutisme le plus total. Il était possible, dans difficulter, d'entendre le rondonnement des appareils electroniques présent dans la pièce. Les officiers du Haut-commandement ne pouvaient décrocher leurs regards du Halussius holographique... Mais soudain ce silence presque religieux fut brisé. Rasaak ne put contenir son soulagement plus longtemps :

« Hal... Chancelier Arnor ! Vous êtes en vie ! Ne vous inquiétez pas pour nous, tout va... »

« Faites moi sortir cet abruti de cette pièce ! »

Le Major-Général Arshton s'était relevé d'un bond avant d'hurler cette phrase, rouge de colère. Toutes les têtes s'étaient tournés immédiatement vers lui. Ragda, l'espace de quelques secondes, s'étonna de cette réaction, mais il compris rapidement où le jeune officier voulait en venir en observant les moues approbatrices des autres gradés... Arshton venait de dire tout haut ce que les autres pensaient tout bas... Interloqué, Rasaak se tourna vers le Hutt, qui ne réagissait pas, lui non plus. Son regard témoignait de son incrédulité, mais aussi de son incompréhension... Qu'elles étaient les pensées qui tournaient sous le crâne du Togruta ? Peut-être croyait-il que la preuve de la survie du Chancelier Suprême Arnor n’intéressait personne, ou bien pire, dérangeait la majorité des membre du Conseil de Défense... Mais non, l’interversion d'Arshton se justifiait d'une toute autre manière... Ce que Ragda expliqua rapidement au Secrétaire Général :

« Il s'agit peut-être d'un faux hologramme, d'un piège... »

« Mais ce serait... »

« Ce serait quoi ? Perfide ? Malhonnête ? Injuste ? Vous vous attendez à quoi de la part de nos ennemis, ceux là même qui ont attaqué un monde reculé sans sommation ?! Visiblement votre attachement au Chancelier vous rend aussi aveugle qu'un Miraluka privé de ses pouvoirs ! Vous étiez sur le point de lâcher des informations ! Vous frisez la haute trahison Secrétaire !»

Le Grand-Amiral Tog, le plus vénérable du groupe, se senti alors obligé d'intervenir :

« Major-Général, un peu de retenue ! C'est vous qui frisez l'insubordination ! »

Puis il se tourna vers Rasaak et Ragda :

« Malgré tout il a raison. Cela fait des heures que nous tentons en vain de contacter la surface d'Artorias... Mais les signaux Sith brouillent toutes nos communications... Et là, soudainement, pile au moment où nous nous réunissons, le Chancelier trouve le moyen de contourner toutes les défenses de notre adversaire pour nous demander si NOUS allons bien ? Pour nous demander si nous comptons envoyer des renforts, si la crise politique est passée... »

« ... Mais si ce n'est pas un piège... Nous ne pouvons pas prendre le risque de... »

Ragda coupa la parole à Rasaak avant qu'Arshton explose une nouvelle fois. Son teint rubicon virait presque au violet sous l'effet de la soude colère qui lui tapait entre les tempes.

« Il doit bien y avoir un moyen d'authentifier cette communication tout de même ! Ce code prioritaire est bien l'un des nôtres ?! »

Cette fois, ce fut un autre officier qui répondit. Le Major-Général Amil Brenton, un corellien quinquagénaire, au cheveu rare, qui avait passé la majeure partie de ses états de services dans les transmissions... Un homme qui parlait peu, mais avec efficacité... Probablement par déformation professionnelle.

« Ce code est celui donné au Chancelier lors de sa prise de fonction... Mais il pourrait très bien avoir été soutiré sous la torture, ou par un quelconque chantage. Nous pourrions... Analyser le signal, établir une triangulation et déterminer ainsi si ce dernier est bien émis du lieu énoncé... En parallèle, nos logiciels d'analyse d'images pourraient passer au crible chaque pixel de cet hologramme afin de détecter un montage, ou un effet numérique... Mais avant de parvenir à un résultat probant, j'ai bien peur que nous ayons perdu définitivement la communication, et la seule chance qu'elle représente d'en savoir plus sur l'ennemi, et sur le sort de notre Chancelier... »

Comme pour mettre en valeur ses paroles, l'image holographique d'Halussius se brouilla soudain. Son visage céda la place, pendant une dizaine de secondes, à un nuage de pixels multicolores qui se mirent à danser en tout sens. Un grésillement désagréable s'échappa des haut-parleurs tandis que l'image couvrait lentement sa substance... Baltus Needa décida à ce moment qu'il était temps d'intervenir :

« Messieurs, les solutions les plus simples sont souvent les plus efficaces »

Tous les officiers tournèrent vivement la tête. Baltus n'avait pas quitté le pas de la porte d'entrée de la salle de réunion depuis leur arrivée, profitant ainsi de la pénombre pour observer en se faisant oublier... Technique qui avait plutôt bien marché à en jugée la réaction des membres du Haut-commandement.

Ragda n'était pas de nature patiente, et le temps jouait de plus en plus contre eux :

« Que proposez vous M. Needa ? »

« Il suffira d'une seule question pour authentifier cette communication... M. Opale... Vous êtes la personne dans cette pièce qui connaît certainement le mieux notre Chancelier... Et bien... Posez lui une question dont seul le véritable chancelier connaîtra la réponse... Une question anodine, tellement anodine que jamais les Sith n'auraient pensée à lui soutirer la réponse par la force... Plus la question sera simple, plus la preuve sera indiscutable...

Astucieux pensa Ragda... Il fut presque jaloux de ne pas y avoir pensé le premier... Simple et efficace, comme promis. Mais Baltus n'avait pas fini :

« Et vous M. Arnor, au lieu de vous interroger sur notre situation... Parlez nous plutôt de la votre. Chaque seconde compte... Et chaque bribe de données que vous pourrez nous transmettre sauvera peut-être des milliers de vies... Ne gâchez pas ce précieux temps avec des inquiétudes mal venues. »

Le visage complément crispé, le Togruta fut alors en proie à une intense réflexion... Allait-il trouver LA question ?

« Dépêchez-vous, nous n'avons pas la journée... »

« Oui, oui... Attendez... Je crois que... Oui, c'est ça ! J'ai trouvé ! »

Jamais autant d'hommes aussi puissants et influents n'avaient été pendu de la sorte aux lèvres de M. Opale... Le pire était que, face à la gravité de la situation, et des responsabilité qui reposaient sur ses seules épaules, le Togruta ne s'en rendit même pas compte...


Dernière édition par Ragda Rejliidic le Lun 10 Juin 2013 - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 388
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
75/75  (75/75)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Jeu 30 Mai 2013 - 18:33

Toujours debout devant le projecteur holographique, Halussius observait avec attention les représentations de militaires en train de discuter. Il ne pouvait que les voir s'agiter... Il ne les entendait pas ou très peu, la communication devant souffrir de nombreuses interférences provoquant des grésillements intempestifs et des distorsions de voix. Il ne put entendre que la voix du directeur Needa lui demandant des informations sur sa situation.

D'abord perplexe sur le pourquoi de cette situation, Halussius en conclut rapidement que sa prise de contacte a dû susciter l'étonnement et la stupeur, en témoigne les visage de certains membres présent, surtout celui de Ragda, véritablement étonnés.

Halussius faisait montre d'une grande concentration et puisait largement dans la Force pour se maintenir en éveil et debout... La pression qui était exercée sur son crâne était terriblement douloureuse.

L'hologramme se focalisa soudainement sur la personne de Rasaak, son secrétaire général. Ce dernier paraissait tendu et pensif. C'est alors que le son fut de nouveau audible.


 « Excellence... Je... je vous demande pardon d'avance... Vous m'avez confié un jour le récit d'une mission humanitaire que vous aviez menez sur Cato Nemoïda avec votre maître alors que n'étiez encore que padawan... Vous m'avez confié ce qui s'était passé là-bas...

Pouvez-vous me dire ce que vous avez ressenti ce jour là ?


Halussius se demanda d'abord où son secrétaire voulait en venir... mais il compris rapidement, cela faisait partie des mesures de sécurité... Une question, sur un sujet si personnel, ne pouvait avoir pour but que de vérifier son identité. Le souvenir de cette épisode de sa vie était encore plus douloureux que son crâne blessé... La question de Rasaak faisait resurgir une vieille blessure... Cela pouvait se voir sur son visage....

 « De la haine...»

Soudainement, Rasaak ferma les yeux...

 « Je suis vraiment désolé, Excellence... Pardonnez moi... »

Rasaak détourna alors le regard.

 « Vous l'avez votre preuve...»

L'hologramme se dé-focalisa de Rasaak pour revenir sur la vue d’ensemble des participants. Halussius reprit alors ses esprits... mais le souvenir de cette mission était en train de provoquer quelque chose en lui... De vieux souvenirs et des émotions qu'il s'était efforcé d'enfouir au plus profond de lui était en train de refaire surface... la chose étant amplifié par le Côté obscur de la Force qui gagnait en influence sur la planète...

 « Messieurs, je comprends vos doutes et votre perplexité. Mais je vous assure que je suis bien celui que je prétend être...

Il y a de cela quelques instants, deux soldats Sith nous ont attaqués, certainement des éclaireurs. Nous nous en sommes débarrasser... L'enseigne Jevic à fait montre d'une ingéniosité impressionnante pour pourvoir reprogrammer et utiliser l'émetteur que contient leur pack dorsal afin de pouvoir utiliser le réseau de communication Sith pour prendre contact avec vous...

Je ne sais pas combien de temps encore il faudra avant que les Sith ne repèrent notre position, mais la forêt voit débarquer régulièrement de nouveaux bataillons qui se mettent en quête de survivants... L'espace aérien est totalement sous le contrôle des Sith qui quadrille notre position sans cesse...

Le capitaine Rohir et l'enseigne Jevic sont en train former une ligne de défense avec les armes que nous avons put récupérer sur les éclaireurs... Mais notre position n'est guère favorable. Nous ne tiendrons pas longtemps en cas d'attaque... D'autant plus, que mon sabre-laser à été perdu lors de mon transport.

J'ai été blessé lors de l'évacuation du Vigilent... D'après le capitaine Rohir, il s'agirait d'une poutre métallique qui me serait tombée sur le crâne... Je viens seulement de reprendre connaissance.. mais mon état est loin d'être stable... Au moment où je vous parle, je lutte afin de rester conscient le plus longtemps possible...

Je ne peux vous en dire d'avantage... Si ce n'est que d'après le capitaine Rohir, la route principale menant à la capitale d'Artorias est actuellement le théâtre d'une bataille de grande envergure entre nos forces et les armées Sith... On peut d'ailleurs entendre le bruit des détonations depuis notre position...


Halussius plaqua alors rapidement sa main contre son front, tentant machinalement de contrer une vive douleur envahissant son crâne. Il prit alors une profonde inspiration... et reprit.

 « Maintenant que nous sommes d'accord sur l'authenticité de ma personne... peut être allez vous consentir à me dire ce que je demande !

Des... des centaines de soldats de la République sont en train de se battre en ce moment même et de mourir ! Nous n'avons aucunes nouvelles de Maître Don, ni même les moyens d'en obtenir !!

Monsieur Needa, vous disiez juste, des milliers de personnes meurt en ce moment même, c'est pourquoi il ne me semble pas déraisonnable et légitime que je sache si l'ordre que j'ai donné d’envoyer des renforts à été suivi !

N'oubliez pas à qui vous vous adressez ! Qui je suis ! Je suis le Chancelier suprême de la République... et je suis votre commandant en chef !

C'est pourquoi, je renouvelle ma question, quelle est la situation des nos forces et quand les renforts seront sur place ?! Et que ce passe-t-il sur Coruscant ?! »


Le ton d'Halussius n'était plus celui qui avait fait sa réputation d'homme posé, calme... Le ton était plus dur, plus martial, plus sévère... Même le regard d'Halussius avait changé, il s'était assombrit, durcit... Paradoxalement, la douleur vive qui était en train de se jouer dans son crâne ne l'avait pas empêché de se redresser, de prendre une posture plus droite... plus impressionnante.

Ce changement d'humeur était inconscient... La sombre influence du Côté obscur tentait par tous les moyens de se frayer un chemin jusqu'au tréfonds d'Halussius dans le but de le corrompre... exploitant ainsi le moindre signe de faiblesse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 1038
Âge du perso : 246 années standards
Race : Hutt
Binôme : Complice : Darth Velvet

Feuille de personnage
Activité actuelle: Faire chuter Borenga
HP:
80/80  (80/80)
PF:
25/25  (25/25)

MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Ven 31 Mai 2013 - 20:00

Après la surprise, l'incrédulité planait au dessus de leurs têtes, donnant à l'atmosphère ambiante une lourdeur surréaliste. Bien qu'aucun des hommes et femmes présents ce jour ne pouvait se targuer d'être un intime du Chancelier, à l’exception faites, dans une moindre mesure, du Secrétaire Togruta, chacun ne pouvait ignorer le soudain changement de ton de l'Artorien. Réputé pour son flegme et son sens de la diplomatie, Monsieur Arnor venait de prendre les traits de caractère d'un tout autre homme... Mais qui pouvait lui en vouloir ? Il était blessé, abandonné sur son propre monde natal... Et tout cela après une défaite qui très lourde de conséquences, autant pour lui que pour le reste de la galaxie. Dans un sens, le Chancelier Arnor se retrouvait acculé, telle une bête blessée physiquement, et fragilisée mentalement... Sur ses épaules reposait la mort de milliers d'hommes, même si la main qui avait appuyé sur la gcommande des turbo-lasers de la flotte Sith n'était pas la sienne.

Mais il n'était ni l'heure de s'apitoyer sur le sort du Chancelier, ni celle de céder à ses caprices probablement causé par une crise d'autorité doublée d'un sentiment de paranoïa. La situation réelle sur Artorias devait être analysée afin de proposer la réponse la plus appropriée. Ragda le savait, tout le monde le savait...

Le Hutt s'accorda tout de même le luxe d'observer ceux qui l'entouraient. Dans le fond, Baltus demeurait impassible... Mais la crispation de ses mâchoires trahissait une vive tension. A sa gauche, légèrement en retrait, M. Opale s'était perdu dans la contemplation de ses pieds... Il se sentait probablement responsable... Sa question n'avait pas été la plus... adaptée... Sur sa droite, à l'autre bout de la table ovale, Arshton chuchotait à l'oreille de sa voisine, la Grand-Amirale Den'tho, une humaine originaire de Metellos, un monde agricole du noyau. Celle-ci hochait lentement la tête, comme pour donner raison à son interlocuteur. Ses yeux d'un vert profond regardaient droit devant elle, pensive, tandis que ses cheveux grisonnants, agencés dans un chignon serré et très simple, donnait à son visage un air des plus sévère. D'un pression discrète sur le dos de sa main factice, Ragda activa l'amplificateur auditif qu'il portait dans le crane depuis l'opération, dans sa jeunesse, qui avait failli lui coûter la moitié de son visage.

« ... ne prouve rien ! Ce gratte papier est tellement obnubilé par la survie du Chancelier qui serait prêt à croire n'importe quoi... Et peut-être même à nous mentir ! »

Ragda ne releva pas. Comme personne ne semblait trouver le courage d'ouvrir la bouche, il décida de rompre lui-même le silence qui s'était emparé du Conseil de la Défense. Il parlait lentement, en articulant avec soin, afin que les parasites de l'holotransmission ne puissent trop manger ses mots et ainsi déformer le sens de ses phrases. Dans un premier temps, il lui faudrait calmer le Chancelier... Et pour cela, il fallait, avec rapidité et effacité, lui donner une vue générale de la situation :

« Chancelier Arnor, quelle joie de vous savoir en vie, mon ami ! »

Il ne mentait pas. Et comme il considérait M. Opale digne de confiance, il se décida à entrer dans les détails :

« La situation sur Coruscant est calmée Excellence ! Cette session extraordinaire a permis de crever l’abcès... Comme nous nous y attentions, les Sénateurs Keyïen et Anthana ont tentés de faire entendre leur voix... Mais leurs arguments fallacieux n'ont pas trouvé oreilles complaisantes. »

Autant commencer par les bonnes nouvelles. La suivante le serait déjà un peu moins :

« Plusieurs personnes ont tentées de franchir la sécurité pendant les débats... Aucun lien n'a encore pu être établi depuis leurs arrestations... J'ai moi même été victime d'une tentative de déstabilisation... Mais ce n'est rien comparé à ce que vous venez de subir ! »

Il indiqua de l'index le bandage au sommet de son large crane :

« Je vous raconterai tous les détails lorsque vous serez de retour... Sachez seulement que la situation est sous contrôle ici, pour le moment... »

Ce qui n'était pas le cas sur Artorias... Ragda craignait quelque peu la réaction du Chancelier à sa prochaine annonce... Mais il n'avait pas le choix :

« Excellence, n'ayant aucune preuve de votre survie, la Cour Suprême a déclaré votre inaptitude temporaire... J'ai repris la vacance, et me voici donc Ministre Spécial... J'ai repris tous les sujets urgents, et notre priorité est bien entendu de sortir la tête haute de ce conflit ! »

Comment lui annoncer qu'il venait se de prononcer, quelques minutes plus tôt, pour l'annulation de l'envoi de renforts ?

« Chancelier, nous avons besoin de vos renseignements ! Quelle est la situation sur Artorias ? Qu'est devenue la flotte de Maître Don ? Toutes les communications du système sont coupées depuis plus d'une journée, et il nous est impossible d'entrer en contact avec qui que ce soit... Vous êtes la seule personne jusqu'à présent à avoir contourné le brouillage Sith... »

Il respira un grand coup :

« Sans un minium d'informations... Il nous sera... Impossible d'envoyer des renforts... Comprenez bien, nous voudrions pouvoir sauver ou exfiltrer tout le monde... Mais nous n'avons aucune idée de l'état de la flotte Sith... Peut-être ont-ils eux même reçu des renforts... Nous ne pouvons pas risquer un sacrifice de masse en envoyant nos troupes à l'aveugle ! »

« Nous devrions lui dire ! »

Ragda tourna vivement la tête, surpris, ne comprenant pas ce qu'Arshton voulait dire... Lui dire quoi ? A lui ? Au chancelier ?

Le Major-Général grommela quelque chose dans sa barbe, comme pour se plaindre du silence de ses homologues, puis continua :

« Monsieur le Ministre Spécial, nous ne vous avons pas tout dit au sujet de... La mission de reconnaissance avec laquelle nous avons perdu contact... En réalité, il ne s'agit pas d'un simple vaisseau de reconnaissance... Nous avons envoyé l'Harmony, un croiseur des Forces Spéciales... Ils ont pour objectif principal de vous retrouver Chancelier.»

Ragda n'en croyait pas ses oreilles... Connards de militaires ! Toujours à organiser des coups de pute dans le dos des honnêtes politiques !

Et pour palier à la question qui allait forcément venir, le Major-Général Brenton pris à son tour la parole :

« Toutes les capsules de sauvetages sont équipées d'un transpondeur de géolocalisation. Celui-ci est capable d’émettre un puissant signal sur une fréquence sécurisée pendant les quelques secondes qui suivent l’atterrissage. Juste le temps qu'il faut pour que nos spécialistes puissent géolocaliser les capsules et envoyer les secours... Sans attirer l'attention des troupes ennemis. Ainsi, conformément au plan d'évacuation du Vigilent, nous avons pu localiser la capsule immatriculée 3470SA34, celle qui était destinée au Chancelier...

Chancelier, pouvez-vous nous confirmer que c'est bien votre capsule ? Si c'est le cas, il ne faudrait pas vous en éloigner trop, sinon les Forces Spéciales n'arriveront pas à vous retrouver ! »


Arshton n'en avait visiblement pas fini... Il se leva une nouvelle fois, et commenca :

« Excellence ! Avons-nous votre autorisation pour envoyer les renf... »

« Ça suffit Arshton ! »

L'Amiral Tog venait de lui couper la parole, clairement énervé... Le jeune Major-Général tentait-il de gagner la reconnaissance d'Halussius en se plaçant ouvertement pour l'envoi de renforts ? Un sacré opportuniste qui en reculait devant rien...

« Excellence, votre seule chance de quitter Artorias réside dans l'Harmony. Le Ministre Spécial n'a fait qu'énoncer l'avis de la majorité d'entre nous. Sans plus d'informations nous ne pouvons prendre la responsabilité d'envoyer encore plus d'homme au front, ce serait irresponsable... Et malgré les durs moments que vous êtes en train de vivre, je suis certain que vous ne voulez pas voir couler injustement le sang de nos fidèles soldats. »

Si Ragda avait eu un blaster, il aura buté tous les officiers... Sans autre forme de procès... Tenter de lui cacher une opération militaire de cette importance ! Quelle bande d'hypocrite ! Décidément le rôle de Ministre Spécial recelait quantité de pièges... De par ce statut il n'avait pas une autorité directe sur les armées... Et par conséquent, ces derniers agissaient dans son dos afin d'échapper au Veto potentiel... Au moins cette réaction en disait long sur la manière dont ils le voyaient... S'ils craignaient le Veto, c'est parce qu'ils considéraient Ragda capable d'utiliser ce droit pour de les empêcher de sauver le Chancelier... Aurait-il été aussi perfide pour grignoter quelques jours de gouvernance de cette sordide manière ? Non, cette méthode manquait trop de... subtilités.

Il venait donc d'être le dindon de la farce... Pas question de rester ainsi les bras croisés... D'abord il s'adressa à l'Amiral Tog :

« Grand Amiral Tog, je suis très surpris que vous ayez tenté de me cacher une telle opération... Je l'approuve évidemment à 200% ! Mais visiblement vous ne me faites pas confiance... Tout comme je n'ai plus confiance en vous dorénavant... »

Il devait user de tout son self-control pour garder son calme... Puis il s'adressa à Halussius, toujours de l'autre coté de la galaxie :

« Excellence, vous deviez saisir cette chance, nous aurons tout le temps de préparer un plan d'attaque, à votre retour... Nous n'abandonnerons pas Artorias.

Mais j'ai une dernière requête à vous demander... Vous venez d'être témoin de la cacophonie qui règne en votre absence entre les sphères politiques et militaires... Cette situation est inacceptable ! Comment pouvons nous agir avec efficacité dans ces conditions ?!

Chancelier... Halussius... Il n'y a qu'un moyen de remédier à cette crise de confiance... Nommez moi dès à présent Vice-Chancelier... Il y a ici assez de témoin pour que votre parole suffise à valider cette nomination... Rasaak s'occupera des papiers officiels... Excellence, vous avez besoin d'être solidement secondé, et j'ai prouvé ma loyauté et ma détermination lors des débats... Sans ce statut, j'ai bien peur de revivre ce que nous venons de vivre à l'instant : la politique et l'armée qui ne rament pas dans le même sens... Et si cette situation devait se renouveler... J'ai bien peur que le navire tout entier frise le naufrage... »


Voilà ce qui s'appelait être "culotté"... Même si, dans la pratique, un Hutt n'avait jamais pu un jour porter une culotte... Ragda devenait nerveux à mesure que les secondes s'égraignaient... Sa demande, totalement insoupsonnée avait de nouveau plongée l'assemblée dans un silence médusé... Qu'allait répondre le Chancelier Suprême... Et quelles en seraient les conséquences ?


Dernière édition par Ragda Rejliidic le Lun 10 Juin 2013 - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 388
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
75/75  (75/75)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Lun 3 Juin 2013 - 19:55

Rohir et Jevic étaient en train d'inspecter les armes avec plus d'attention. Jevic s'appliquait à les charger. Il vérifiait également que les grenades ne souffraient pas de quelconques dommages pouvant potentiellement faire échec à une utilisation optimal. Le jeune homme semblait très intrigué et impressionné. Voilà la première fois qu'il tenait dans ses mains des armes ennemies... Elles semblaient neuves, comme fraîchement sorties d'une manufacture.. ;

Rohir lui aussi inspectait les armes récupérées sur les soldats Sith. Cependant, il ne pouvait s'empêcher de porter également son attention sur le Chancelier.

Le capitaine de vaisseau observait le Jedi debout en pleine discussion. Il ne pouvait entendre ce qui se disait depuis sa position et à dire vrai, il ne le souhaitait guère. Rohir était assez observateur pour remarquer que le Chancelier était préoccupé et que sa fracture lui jouait de nouveau des tours. Il se tourna alors vers Jevic.


 « Dites moi, Jevic, comment avez-vous fait pour contourner le brouillage des communications ? »

Le jeune homme en uniforme souillé et humide répondit tout en poursuivant son inspection.

 « Hé bien, si vous me le permettez, capitaine, j’aimerai autant garder ça pour moi... Disons qu'il me reste encore quelques souvenirs de mes classes... Sauf si vous m'en donnez l'ordre capitaine. »

Rohir sourit à la réponse que venait de lui donner son enseigne... Il savait, d'expérience, que certains cadets pouvaient rivaliser d'ingéniosité pour outrepasser les restrictions du réseau de communication de l'Académie militaire...

 « Je vois... Cela n'a pas d'importance, l'essentiel est étant que le Haut commandement soit au courant que nous sommes en vie... »

 « En effet, mais nous ne le serons certainement plus pour longtemps... Je ne doute pas que les Sith disposent de très bon opérateurs... Ils vont très vite repérer qu'il y a une communication sortante, ils ne sauront pas exactement à destination qui elle est ouverte, mais ils sauront qu'elle est ouverte vers Coruscant... Il ne leur faudra qu'un instant pour localiser l'émetteur... »

 « Et ils nous tomberons dessus l'instant d'après... Nous devons faire en sortes de leur compliquer la tâche... »

Alors que Rohir avait prononcé ces mots... il entendit le Chancelier haussé le ton. Rohir ne manqua pas d'être pris de surprise et d'étonnement...

Halussius venait de remettre sa main sur son front... une vive douleur le prit à nouveau. Mais cette fois, la douleur fut tellement intense, qu'elle suffit à lui faire perdre le sens de l'équilibre... Le Jedi tituba quelque peu et fini sa course sur la vieille souche située derrière lui...

Les nouvelles qui venaient de lui être communiquées se bousculaient dans sa tête... A vrai dire tout ce bousculait dans sa tête... Il repensait à tout ce qui venait de se passer... et à tout ce qui allait encore se passer...

Bien que toujours officiellement Chancelier, Halussius ne dirigeait plus, légalement et temporairement, la République... De prime abord, cette nouvelle souleva un vif sentiment de protestation en lui... le Côté obscur tentant toujours de s'infiltrer en lui... Dans son esprit, une voix familière raisonnait... elle ne faisait pas que prononcer des paroles à la voler, tel l'écho perpétuel d'une pensée vagabonde. Non. Tout comme dans ces visions, cette voix, celle de l'inconnue en habit de Jedi, s'adressait directement à lui.


* Ne succombe pas à son pouvoir, Halussius... Tu dois résister... ne devient pas un agent du Côté obscur... Résistes !*

Cette dernière parole eu l'effet comme d'une gifle pour Halussius... D'un seul coup, son esprit se remémora les toutes dernières minutes, Halussius pouvait se voir colle s'il était en face de lui même. Halussius pu alors se rendre compte de son brusque changement d'attitude... Il tremblait d'effroi de se voir ainsi...

Pris d'une nouvelle douleur, Halussius se mit brusquement assis sur la vieille mais solide souche qui se trouvait derrière lui... Un nom lui parvint alors à l'esprit...


* Maître Seyk'La * 

Ce nom, il le connaissait parfaitement, néanmoins, il ne parvenait pas à savoir pourquoi se nom lui revenait présentement... Il fit l'effort de remettre son interrogation à plus tard. Il porta sa main sur son front et ferma les yeux tandis qu'il commença à reprendre en direction de ses interlocuteurs.

 « Je... je... Ils ont bien fait... Il faut se rendre à l'évidence que je ne suis pas en mesure d'assurer correctement ma fonction... Ragda... j'ai pleinement confiance en vous... Je sais que vous ferez du très bon travail durant mon absence... qui ne sera pas trop longue je l'espère... »

Halussius commença progressivement à rouvrir les yeux tandis que la douleur perdait quelque peu en intensité... Il poursuivit alors.

 « Je... je ne peux pas vous nommer présentement Vice-chancelier, mon ami... Je sais que vous avez fait montre de ténacité, de fidélité et d'intelligence ces derniers temps... Autant de qualités qui vous désignent naturellement pour occuper ce poste...

Mais il est trop tard malheureusement... Vous venez d'être désigné Ministre spécial en charge de l'intérim... officiellement je n'ai donc plus ce pouvoir... Quand bien même, monsieur le secrétaire général et les officiers ici présent pourraient attester que cette nomination est de ma volonté propre, elle serait illégale.

Le Sénat n'aurait absolument aucun mal à demander et à obtenir une déclaration d'inconstitutionnalité de la part de la Cour suprême....


Halussius détacha sa main de son front et la reposa sur sa jambe pliée. Il avait visiblement retrouvé son visage normal.

 « Si je ne peux vous nommer sur l'instant Vice-chancelier, je peux néanmoins faire quelque chose... J'aimerais m'adresser à vous amiral Tog...

De l'avis de nombres de vos pairs, vous êtes un officier sage et expérimenté. Vos qualités nombreuses et votre personnalité font que plus qui quiconque autour de cette table, vous méritez votre grade de Grand Amiral...

Mais vous, comme tous ceux qui sont présent ici, vous posséder une qualité essentielle la fidélité... la fidélité non pas envers un homme, mais envers quelque chose de plus grand, de plus important... Tous ici vous êtes fidèles à la République...

Amiral Tog, vous savez que vous avez ma pleine et entière confiance... Je suis le commandant en chef des armées de la République et pourtant, je serais comme un petit enfant se trouvant devant un casse-tête, si vous n'étiez pas présent, vous et vos collègues, pour me conseiller et me guider pour remplir au mieux cet aspect de ma fonction.

Lorsque j'ai institué ce Conseil de la Défense, lorsque vous avez été désigné comme chef d'Etat-major des armées de la République, vous m'avez dit que je pouvait faire appel à vous pour n'importe quelle circonstance... Je fais appel à vous aujourd’hui, amiral.

Je vous demande à vous, et à vos collègues de l'Etat-major, d'agir avec monsieur le Ministre spécial avec la même fidélité, la même prévenance et le même professionnalisme dont vous faites preuves à mon égard... Agissez avec lui comme vous feriez avec moi... Pas pour moi, mais pour la République... »


Halussius poursuivit alors. Cette fois-ci, il s'adressait à son secrétaire général.

 « Je suis également certain que le sens du devoir et le professionnalisme de monsieur le secrétaire général le poussera également à agir avec vous Ragda, comme il le ferai avec moi. »

Dès qu'il entendit qu'Halussius parlait de lui, Rasaak se remit dans le champ de l'hologramme. Lorsque le Chancelier eut terminé, Rasaak plaça sa main gauche sur sa poitrine et s'inclina légèrement.

 « Mesdames et messieurs, la République vit dans heures sombres et critiques... plus que jamais, nous avons besoin d'être unis et de travailler ensemble si nous voulons l'emporter sur l'ennemi...

Je me range à l'avis de monsieur le Ministre spécial, faire intervenir des renforts nous ferait peut être remporter la victoire mais à un prix beaucoup trop élevé... Ce monde est perdu... mais ce n'est que provisoire...

Je vous ais dit tout ce que je savais à sur notre position, mais le capitaine Rohir pourra certainement vous en dire d'avantage... »


Halussius se releva alors non sans difficulté et fit appel à Rohir. Ce dernier entreprit de le rejoindre, sans pour autant laisser son arme sur place.

 « Capitaine, l'Etat-major aimerait en savoir un peu plus sur notre situation... »

Immédiatement, Rohir se mit au garde à vous, comme il était d'usage dans la marine de la République. Le Grand Amiral Tog prit alors la parole.

 « Repos capitaine, merci de confirmer votre identité et de nous faire votre rapport avec le plus de précision possible... »


 « Arcem Rohir, capitaine de vaisseau, code d'identification AR-897-CV-V, commandant du Vigilent, perdu au combat.

Il y a quelques heures notre module de secours s'est écrasé au nord de la forêt de Behlamar situé dans le comté d'Heregion. Nous savons, de part les informations transmises par les troupes au sol au Vigilent peu avant son explosion, que toute cette zone est sous contrôle ennemi. Je confirme au Major-général que le numéro de notre module est bien celui qu'il à mentionné.

D'après la console de navigation du module, nous nous sommes écrasés à environ sept kilomètre de la frontière avec le comté d'Arnor qui, aux dernières nouvelles, était encore libre de toute occupation ennemie.

Nous envisageons actuellement de faire la route vers la capitale de ce comté, la cité d'Anarion, qui se trouve à environs 13 kilomètres du module. Le Chancelier nous a assuré que nous y serions en sécurité, ce domaine appartenant à se famille...

Nous avons déjà parcourut cinq kilomètres... Nous avons été obligé de nous arrêter et de trouver une position à couvert... A mesure que nous parlons, la forêt accueille de plus en plus de patrouilles Sith... Nous avons neutralisés deux éclaireurs avec l'aide précieuse du Chancelier, mais je ne doute pas que leur silence ne manquera pas à faire venir une patrouille vers notre position... D'autant plus que d'après le premier enseigne Jevic, notre position ne manquera pas d'être découverte d'ici quelques minutes étant donné que nous utilisons le réseau de communication ennemi pour vous contacter.


Rohir se stoppa un instant, il jeta un œil sur le Chancelier qui était resté debout à ses côtés puis il reprit.

 « Nous n'avons actuellement aucunes nouvelles d'autres survivants du Vigilent, ni même de nouvelles de la flotte. Je peux seulement vous dire que depuis le hublot de notre module, je peux affirmer que la flottille qui nous attaquait, faisait manœuvre vers la flotte de maître Don, afin de la prendre en tenaille.

Etant donné l'état de la flotte Sith et la formation qu'ils étaient en train d'adopter, les chances pour que la flotte de maître Don s'en soit sortie sont très minces...

J'ajouterai également que la route principale menant à la capitale d'Artorias est le théâtre d'une grande bataille entre nos forces et les troupes Sith... J'ai pu remarqué que les Sith alignaient un grand nombre de droïds de guerre lourds... Fortes de pièces d'artilleries lourdes, nos forces semblaient pouvoir les maintenir, mais je ne sais pas pour combien temps... les Sith s'étend rendu maîtres du ciel, il suffirait d'un raid efficace pour anéantir nos forces.

Amiral, j'espère sincèrement que le commando que vous avez envoyés est encore sur pied et qu'il nous trouverons rapidement... Cependant, sauf votre respect, même une unité de nos commando ne suffira pas à repousser l'armée entière qui est en train de s'infiltrer dans cette forêt... »


Rohir avait dit tout ce qu'il avait à dire... Il leva un instant la tête alors qu'un escadron de chasseurs Sith passa au dessus de leur position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nombre de messages : 1038
Âge du perso : 246 années standards
Race : Hutt
Binôme : Complice : Darth Velvet

Feuille de personnage
Activité actuelle: Faire chuter Borenga
HP:
80/80  (80/80)
PF:
25/25  (25/25)

MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Lun 10 Juin 2013 - 22:00

Il est des refus qui sont plus difficiles à accepter que d'autres... Comme par exemple ceux exprimés en présence d'autres personnes devenues dès lors témoins d'une déconfiture, ou bien encore ceux qui sont parfaitement justifiés et qui ne laissent aucune place à la contestation... Alors lorsqu'il s'agit des deux à la fois....

Ragda grimaça, ouvrit la bouche pour protester énergiquement, mais fut coupé par l’intervention d'un officier. Le Hutt tourna vivement la tête, délaissant l'image holographique du Chancelier Suprême :

Manifestement agacé, le Grand-Amiral Fyrd, qui était pourtant demeuré silencieux jusqu'à présent, répliqua sèchement aux doutes du soldat.

« Capitaine, sachez que j'ai personnellement veillé à ce que le commando envoyé soit le plus compétent et le mieux équipé possible. Si d'aventure ils échouaient, ce ne sera pas par manque de compétence ou de fidélité. Ils donneront leurs vies pour sauver le Chancelier. Votre rôle est pour l'instant de maintenir ce dernier en vie, non de perdre un temps précieux en discutant les décisions de vos supérieurs.

Par ailleurs, je vous déconseille fortement de vous diriger vers la cité d'Anarion. Étant la résidence de sa famille, il est probable que nos ennemis s'attendent à ce que vous tentiez d'y trouver refuge. Tachez plutôt de trouver un endroit qui permettrait à nos commandos de vous retrouver plus facilement. Toutefois, si vous voyez que toute résistance est impossible, ne risquez pas inutilement la vie du Chancelier. Votre objectif demeure de la garder en vie...

Messieurs, malgré les nouvelles que nous apporte le Capitaine Rohir, j'ai peur qu'Artorias ne soit perdue. Et je déconseille fermement l'envoie de nouvelles troupes pour la reprendre. Je ne donnerai pas l'ordre à la flotte de Coruscant, qui demeure sous mon commandement, d'appareiller vers une défaite certaine. Ce serait une erreur grossière, n'en déplaise au Major-Général Arshton... »


A cette dernière remarque, Arshton s'était redressé, il fusillait du regard son homologue, une fois et demi plus agé que lui. Mais ce fut le Grand Amiral Tog qui répondit le premier :

« Grand Amiral Fyrd ! Un peu de retenue ! Le capitaine n'a pas remis en cause la compétence, la motivation ou le professionnalisme de vos forces spéciales... Il a seulement voulu nous exposer la gravité de la situation sur le terrain... Je suis convaincu qu'il agit pour le mieux étant donné les conditions difficiles dans lesquelles ils se trouvent...»

Arshton commençait à virer au rouge...

S'il n'intervenait pas, le débat risquait de virer en combat de coqs, en duel d'orgueil mal placé entre officiers qui ne manqueraient pas de se rejeter la responsabilité d'un tel échec. S'en était trop ! Plus les secondes passaient, moins Ragda arrivait à supporter ces militaires ! D'autant plus que sa patience venait d'être mise à rude épreuve après le refus d'Halussius. Il repris alors rapidement la main, coupant net la parole au Grand-Amiral Tog :

« Capitaine Rohir, merci pour cet état des lieux de la situation sur Artorias... Bien que vos informations soient maigres et manquent cruellement de précisions... »

Le Ministre Spécial soupira :

« En gros, ce rapport ne fait que confirmer que mon précédent résumé : je vais devoir annoncer au Sénat, et à la République toute entière que nous venons de perdre deux flottes, face à une force armée jusque là inconnue, ou tout du moins largement sous estimée... Le système Artorias est actuellement inaccessible, euphémisme du mot « perdu »... Et pour couronner le tout, notre Chancelier est quelque part à la surface de ce monde, encerclé par l'ennemi, et avec pour seul espoir un commando des forces spéciales, lâché derrière les lignes ennemis...

Si après avoir annoncé tout cela, je ne me fais pas lynché à la prochaine cession du Sénat, ce sera un miracle ! »


L'énervement prenait soudainement la place du dépit :

« Mais putain ! Comment en est-on arrivé là ?! Comment est-on arrivé à une telle... débâcle ?!»

Le silence qui suivi cette remarque trouvait-il sa source dans la surprise éprouvée face à l'agressivité du Hutt... Ou bien fallait-il y voir une forme de... culpabilité de la part des officiers les plus gradés de la République ?

Radga n'avait pas fini :

« Sérieusement... D'abord l'attaque sur Coruscant, les attentats au Sénat... La preuve que les Sith existent toujours... Et maintenant nous parlons d'un Empire Sith ?! Comment avons-nous pu être aussi dupe, comment avons-nous pu être aussi aveugle ?! Ni les nouveaux services secrets, ni l'armée... Personne n'a vu le coup venir... A moins que vous me cachiez encore quelque chose ?!»

Le Hutt marqua une nouvelle pause, se massa les tempes, et repris cette fois sur un ton beaucoup plus posé :

« Messieurs... Ce n'est ni l'heure ni le lieu pour chercher des coupables... Non, et je suis catégorique, il n'est pas question d'envoyer plus d'hommes et de matériel sur Artorias dans ces conditions... Et si l'opération de sauvetage est un succès, nous en seront tous heureux... Mais si ce n'est pas le cas... Nous devrons en assumer les conséquences.

Bientôt, des têtes tomberont pour tout cela... Alors, afin de limiter l'inévitable, je vous conseille vivement d'écouter les directives de notre Chancelier, et de vous montrer irréprochable à l'avenir. Plus aucun secret, je dois impérativement être au courant de tout ce qui se passe, absolument tout... Malgré ce que nous venons de vivre, je reste confiant quant à vos compétences, à condition que nous disposions des bonnes données à analyser... Je n'interférerai donc pas dans vos choix si vous ne m'y forcez pas... Suis-je bien clair ?»


Une question rhétorique... Fort de l'approbation qu'il venait de recevoir du Chancelier, si l'on oubliait le refus quand au poste de Vice-Chancelier, Ragda s'était décidé à mettre les points sur les « i ». Il n'était pas question de se laisser marcher sur les pieds par une bande de militaires orgueilleux qui estimaient, preuve en était l'opération de sauvetage, devoir laisser l'administration et le gouvernement dans le flou.

Ragda se tourna alors vers Halussius, miraculeusement toujours de l'autre coté de l'hologramme :

«Excellence, j'ai bien pris notre de votre décision quant à ma demande particulière. Et bien que vous ayez raison sur la légitimité d'une telle nomination, je me dois d'insister.

Bien que j'espère sincèrement le contraire, il est tout à fait possible que, dans trente jours, vous ne soyez toujours pas revenu parmi nous...

Et dans ce cas, que se passera-il ? Je perdrai légalement toutes mes prérogatives, le gouvernement sera dissous, et une nouvelle élection sera organisée... Oui, une élection en plein milieu d'une guerre ! Croyez-vous vraiment que tout ceci soit judicieux ?

Lorsque je vois la fouge dont font déjà preuve certains pour semer le trouble, sous prétexte que vous êtes à l'autre bout de la galaxie... Je n'imagine même pas de quoi ils seraient capables s'il n'y avait plus de Chancelier du tout ! Et fort de cette défaite, des personnes comme Ion Keyiën seraient bien capable de se faire élire... Je vous laisse imaginer la suite, Chancelier Arnor.

Si j'étais paranoïaque, je dirais même que notre ennemi est parfaitement au courant de notre mode de fonctionnement, et que vous garder sur Artorias fait parti de ses plans pour nous déstabiliser, pour nous affaiblir, pour nous mettre à genoux...

Alors je n'ai qu'une chose à vous répondre : si vous venons de perdre ce premier volet militaire, vous disposez encore des moyens de nous faire triompher sur le plan politique. Même si la cour suprême vous a frappé d'incapacité temporaire, vous n'en restez pas moins le Chancelier Suprême de la République, et derrière vous se trouve des Sénateurs fidèles qui comprendrons la nécessité d'un tel choix... Oui, il y aura des remous, oui il y aura des mécontents qui tenteront de faire invalider cette nomination... Mais je préfère mille fois cette situation, que de me retrouver face à une élection en plein milieu d'un conflit armé !

Pour être clair, voici ce que je vous propose Halussius : nommez moi Vice-Chancelier, devant témoins. M. Opale gardera le document officiel sous scellé... Si j'ai été pessimiste et que nous parvenions à vous sortir de là avant le terme des trente jours, il détruira le document. Si ce n'est pas le cas, il le publiera... Dans un cas comme dans l'autre, il y aura un Chancelier pour mener la barque, et éviter le naufrage.

Je sais que cette proposition entre en conflit avec vos principes Excellence... Mais aux grands maux, les grands remèdes... J'ai bien peur que si nous jouons pas avec les limites de l'acceptable, cette guerre nous passera totalement sous le nez... Vous avez les moyens aujourd'hui de couper l'herbe sous le pied à notre ennemi... Saisissez là !

Mais sachez toutefois que je me plierai cette fois à votre volonté, quelque soit votre réponse. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
l~l~l Jedi Gris l~l~l
l~l~l Jedi Gris l~l~l
avatar


Nombre de messages : 388
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
75/75  (75/75)
PF:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   Dim 23 Juin 2013 - 18:50

L'image du capitaine Rohir et d'Halussius flottaient dans les airs au centre de la table de réunion. Le Grand amiral Tog adoptait une posture sérieuse. Fermement installé dans son siège, le chef de l'Etat major écoutait avec attention ce que le Ministre spécial était en train de dire. Il avait prit pour habitude de ne pas se faire d'avis sur la politique. Mais il ne pouvait s'empêcher de considérer ce qui était en train de se jouer devant lui comme une certaine gêne.

En effet, le vieil homme avait ce que l'on pourrait appeler un esprit cartésien et logique. Il était peu enclin aux bidouillages et autres improvisations. Or, la scène à laquelle il assistait relevait sans hésitation de la cuisine politicienne et du bidouillage institutionnel.

Mais la situation était bien trop préoccupante, à son niveau de responsabilité, pour émettre un quelconque jugement. Lui même avait déjà fort à faire au sein même de l'Etat-major. Gérer les égaux d'Arshton et de Fyrd n'étaient pas toujours aisé... La preuve en était encore faite lors de la réunion.

Alors que Ragda venait de finir ses propos, Halussius leva un peu la tête et prit la parole.


 « Je suis parfaitement conscient de l'agitation qui règne en ce moment au Sénat... et que cette situation ne manquera pas de s'envenimer des les heures à venir.

Mais ce n'est pas une raison pour faire l'impasse sur les règles qui nous gouverne...

Vous nommer Vice-chancelier maintenant, alors que juridiquement je n'en ai pas la capacité, ne manquerai de susciter une plus grande défiance encore à l'encontre du gouvernement... Et de mettre encore plus à mal l'exercice de vos nouvelles responsabilité... Comme vous l'avez dit, j'ai des principes et cette crise ne doit pas être un prétexte pour justifier que je m'en écarte... »


Halussius marqua une pause volontairement afin que tous prennent conscience que cette dernière phrase s'adressait à tous ceux présent autour de la table.

 « Amiral Tog, puis-je compter sur vous pour assister monsieur le Ministre spécial au mieux ? »

Tog s'avança alors légèrement... Tous ses collègues officiers se tournèrent vers lui.

 « Excellence, vous pouvez compter sur ma pleine et entière collaboration. Ainsi que celle de tous les membres de l'Etat-major ! »

Le Grand amiral observa chacun de ses collègues dans les yeux... Un à un... comme pour marquer l'autorité moral qu'il pouvait avoir sur eux. Certains acquiescèrent sans hésitation tandis que d'autres se contentaient d'afficher une expression neutre. Tog se tourna alors vers le Ministre spécial... Ilne dit mot en se contentant seulement de lui faire un signe de la tête. Halussius reprit alors.

 « Je suis conscient des difficultés que vous allez rencontrer mon ami... Aussi, je vous recommande de vous appuyer sans hésitation sur monsieur le secrétaire général. Si quelqu'un est en mesure de vous venir en aide afin d'affronter les sénateurs, c'est bien lui.

Il saura prendre les dispositions qui s'imposent afin que votre tâche soit la moins ardue possible. »



[HRP: Désolé pour le retard et la brièveté de la réponse Sad ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Code prioritaire ! Code prioritaire ! [PV Halussius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-