Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qui de nous deux ? [PV : Emalia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Qui de nous deux ? [PV : Emalia] _
MessageSujet: Qui de nous deux ? [PV : Emalia]   Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Icon_minitimeJeu 11 Avr 2013 - 9:23

Il n'avait beau l'avoir vécu que très peu de fois, ce moment était rapidement devenu l'un de ses plaisirs préférés. Il se tenait debout, face à la rampe d'abordage encore levée. D'abord il y eut le souffle de la compression d'air se relâchant, puis le discret crissement du métal se mettant en branle. Ce n'est qu'alors qu'il put sentir le souffle d'air s'engouffrant dans l'appareil, se mêlant à l'oxygène produit par les machines à l'intérieur. Il s'immisçait ainsi l'odeur d'un monde inconnu, son air chargé de particules qui n'appartiennent qu'à lui, fait d'une histoire unique. Si l'existence était une artiste, c'était là l'un de ses nombreux chefs-d'œuvre. Du moins c'est ce que pensa Zixen Hessar tandis que la rampe finissait de s'ouvrir, mettant fin à ce moment pour laisser place à la déception de la réalité, la vision d'un spatioport bruyant et laid, comme tous les spatioports. Celui d'Ondéron, puisque c'était là celui dont il s'agissait, différait cependant de la plupart des autres, de par son odeur un peu moins nauséabonde. Ici l'huile de moteur et la graisse ne laissaient que de légers résidus olfactifs, plus que sur Falleen, mais l'on ne pouvait trop en demander à une planète primitive.

Durant le court trajet qui séparait l'astroport et le palais royal, l'ambassadeur de Falleen médita sur ce dernier point. Ondéron semblait moins arriérée que les autres mondes. L'esthétique de la ville d'Iziz était plus subtilement mêlée à son environnement que bien d'autres villes que Zixen avait pu voir en hologramme. Certes nous étions encore loin du raffinement de Falleen Throne ou même des terres de la maison Hessar, mais après tout c'était pour cela que les falleens restaient une espèce supérieure en tant de points. L'exercice serait épuisant, cette fois plus particulièrement.
La reine Emalia était une figure singulière même si tous ne le comprenaient pas forcément. On la disait aussi intelligente que belle, et aussi intègre que bornée. Hôtesse de l'ordre Jedi, sa moralité était hors de tout soupçon, et c'était là que Zixen commençait à la trouver intéressante, un peu plus que les autres du moins. D'un côté le sénat l'ignorait presque, comme tout dirigeant de province, qu'il soit roi, gouverneur ou prophète d'un dieu quelconque. De l'autre, ces mêmes dirigeants des mondes éloignés du noyau remplissaient le vide de leurs conversations avinées de ses frasques politiques et amoureuses, de sa beauté insaisissable comme du nom dont elle était la digne héritière, de sa richesse indécente comme de l'admiration du peuple qui en est la source. La reine maintenait ainsi un équilibre subtil, difficile à maintenir, étalant son influence aussi loin qu'elle le pouvait sans se faire remarquer des plus gros poissons qui la mangeraient d'une seule bouchée. Il fallait, pour cela, être plus futée que ce que les racontars pouvaient laisser à entendre. Les deux explications possibles étaient que la reine Emalia était soit assez douée pour y parvenir sans compromettre son intégrité, soit assez pernicieuse, pour parvenir à tromper les Jedi. À moins bien sûr que les Jedi se fichent d'elle et de ses activités, mais cela indiquerait surtout que l'ordre gardien de la paix se serait énormément ramolli, ce dont doutait sérieusement le jeune ambassadeur.
En descendant de la navette de transport civil qui l'avait mené au palais, Zixen n'était arrivé qu'à une seule conclusion, il ne pouvait avoir aucune certitude quant à la nature de la femme qu'il allait rencontrer. Mais après tout, n'était-ce pas là tout l'intérêt d'une nouvelle rencontre, et du jeu politique ? Et puis, qu'elles que soient les réponses aux questions qu'il se posait, il savait également qu'il ne pourrait qu'apprendre au contact de la souveraine, elle qui si jeune, a fortiori aux yeux d'un falleen, semblait si bien tirer son épingle du jeu.

Il avait à peine fait quelques pas, ceux qui lui permirent de se positionner à l'orée des marches du palais, dos à elles, lorsqu'une seconde voiture remplaça celle dont il venait de descendre. En sortirent, dans un calme et un silence quasiment religieux, une jeune femme et une petite fille se tenant par la main. Elles n'avaient pas de bagages, rien d'autre sur elles que les vêtements qu'elles portaient. Le lien de parenté était évident tant elles se ressemblaient, mais il était, en revanche, plus compliqué de deviner ce lien, tant le visage de la femme semblait suspendu entre deux âges. Adolescente précoce ou jeune adulte chanceuse ?
Pouvait alors commencer le protocole dans ce qu'il avait de plus fastidieux. Vérification des identités, un peu plus poussées pour les soldats formant la sécurité du falleen, fouille détaillée des suivantes. Durant ce temps, l'ambassadeur, une fois son identité confirmée, avait le droit à un rapide historique des lieux et un bref résumé de la réputation que voulait se conférer la reine, le tout au travers de la voix métallique et froide d'un droïde protocolaire. Un choix judicieux qu'il fut volontaire ou non. Pour les falleens, ces machines avaient l'avantage de ne pas avoir d'émotions, et donc de ne pas en faire étalage dans leurs moindres mouvements et réactions comme le faisaient les humains.
Alors seulement, ils furent conduits devant les portes de la salle du trône. C'était là la coutume lors d'une première visite officielle, présenter ses respects à la reine assise sur son trône. Le visiteur reconnaissait ainsi à son hôte toute la souveraineté qui lui était dût, exposant sa soumission à cette autorité tant qu'il profitait de son hospitalité. Du moins avait-ce été le sens de cette pratique un jour, avant la république. Désormais ce n'était plus qu'une façon de flatter ce qu'il restait d'ego et de pouvoir aux dirigeants des mondes extérieurs au noyau, et accessoirement l'occasion de jauger son nouvel interlocuteur.
C'est sur le pas de la porte qu'on l'arrêta. Commençait la partie falleen du protocole. Les portes étaient fermées, et de l'autre côté de la porte, du côté du trône, on put entendre deux coups de bâton sur le sol.

"L'ambassadeur falleen, Zixen Hessar !"

Son nom avait été annoncé, pouvaient désormais s'ouvrir les portes de la salle de trône. Chacun avait désormais le nom de l'autre, laissant l'esprit libre de ne se concentrer que sur le premier regard, la première impression. C'était ainsi qu'un noble était jugé pour la première fois par son roi sur Falleen. N'ayant pas à se poser la question de l'identité de la personne en face de lui, le roi pouvait se focaliser sur chaque détail, physique et hormonal, jaugeant la maîtrise de soi, le degré de sophistication de son sujet.
Zixen s'épousseta un peu par principe, replaça parfaitement ses manches. Il éclaircit légèrement son teint, le rendant d'un vert un peu plus lumineux, tâta l'intérieur de sa tenue, se redressa un peu et souffla doucement. Puis, alors que les portes s'ouvraient devant lui, comme au ralenti, il se récita intérieurement une courte litanie.

*Se couper d'elle, ne pas la sentir, se couper d'elle, ne pas la sentir... *

Voilà, le spectacle commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Emalia Kira
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
Emalia Kira


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 40 ans
Race : Humaine

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chancelière Suprême de la République - mène la guerre contre l'Empire !
HP:
Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Left_b1164/64Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Empty_10  (64/64)
PF:
Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Left_bar_bleue0/0Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Empty_bar_bleue  (0/0)

Qui de nous deux ? [PV : Emalia] _
MessageSujet: Re: Qui de nous deux ? [PV : Emalia]   Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Icon_minitimeMar 16 Avr 2013 - 16:38


Lui écrire, ne pas lui écrire… Son cœur balançait et lui rappelait ses rêveries adolescentes au sujet de ses nombreux soupirants. Elle avait toujours été consciente qu’il ne s’agissait guère d’amour alors, mais plutôt de leur intérêt à courtiser une jeune femme de son rang et si belle et pour sa part, le plaisir de charmer, se faire désirer, surprendre. Ces jeux étaient devenus lassants lorsqu’elle avait pu s’occuper de l’argent du royaume et de relations intergalactiques –les pauvres adolescents attardés s’étaient vus jetés à la corbeille pour qu’Emalia puisse s’intéresser au prince de tel monde, à l’archiduc de tel système, à l’universitaire d’Alderaan ou au futur Sénateur de Chandrilla.
De ces jeux-là aussi, elle s’était lassée. Les hommes ne l’intéressaient plus guère désormais –sauf peut-être encore un peu le duc Gordon et le prometteur héritage dont Mylésia bénéficierait.

C’était au milieu de cette lassitude vaguement malsaine que le mercenaire avait débarqué, sa cigarette coincée entre les dents, ses réflexions fort inconvenantes et son allure de baroudeur que rien n’impressionnait. Pour une fois, assise dans un fauteuil en velours violet de son salon privé, elle repensait sérieusement au message qu’il lui avait envoyé. Tout simple. Il avait fait le boulot qu’elle lui avait donné. Elle n’avait pas répondu tout de suite, se laissant le temps de la réflexion. Et puis les jours avaient filé, elle avait eu fort à penser avec cette histoire de sommet républicain à héberger et soudain, un sacré bout de temps s’était écoulé.
Ce n’était pas poli de ne pas répondre. Elle s’était faite attendre, comme toujours. Mais maintenant, que dire ? « Très bonne soirée la fois dernière ! Par contre je ne peux pas remettre ça, c’était trop inconvenant ! ». Mais oui, bien sûr.
La Reine soupira avant de se jeter à l’eau en écrivant sur son datapad.

Citation :
Cher Monsieur Jake,

Je vous remercie d’avoir effectué cette petite course pour moi. Cela a été un plaisir de traiter avec vous. J’espère que vous avez bien reçu le virement dont j’ai donné l’ordre dès réception de votre message.
Mylésia n’a de cesse de raconter quel genre d’aventures vous devez être en train de vivre, nous ne la tenons plus en place.

Elle s’interrompit, à court d’idées. Devait-elle l’inviter à revenir ? Ce n’était pas ce que l’on attendait d’une Reine. Et puis, elle ne voulait pas avoir l’air d’avoir trop apprécié leur nuit passée ensemble. Mais elle avait également du mal à refermer tout à fait la porte qu’ils avaient entrouverte…

Citation :
Elle serait émerveillée de vous revoir bientôt. Mais je n’attise pas ses espoirs, je sais que vous êtes un homme fort occupé.

Je me joins à elle pour vous souhaiter bonne chance dans vos aventures.

Je vous prie d’accepter, Monsieur Jake, mes amitiés sincères.

Voilà. Ni trop engageant, ni trop froid. Enfin, lui semblait-elle. De toute façon, il devait déjà s’estimer heureux de recevoir une réponse de la Reine en personne !

Trois coups frappés à la porte la firent sursauter, et par un réflexe idiot, elle cacha son message contre sa poitrine. Un conseiller Twi’lek –le seul de cette race qu’elle avait acceptée à la cour- passa son crâne bleu entre les battants de la porte.

- Ma Reine, vous êtes attendue dans la salle du trône pour vos réceptions quotidiennes,
lui rappela-t-il sobrement.
- Déjà, commenta-t-elle avec lassitude et sans attendre de réponse, mais elle se leva tout de même. Bon. Quel est l’ordre du jour ?
- Votre premier rendez-vous est un ambassadeur Falleen du nom de Zixen Hessar, votre Majesté.

Ah, oui. La Reine vérifia qu’elle tenait bien sur ses escarpins, puis le Twi’lek dut se retirer prestement du passage parce qu’Emalia s’était élancée pour sortir dans le couloir, juste après avoir négligemment jeté le datapad sur un pauvre sofa qui n'avait rien demandé. Le Twi'lek la suivit au petit trot tandis que les talons de la Reine marquait le rythme sonore de sa façon de prendre en main ce qui concernait son royaume : avec sérieux et à tambour battant.

- Que sait-on de lui ?
- Peu d’informations circulent à son sujet, haleta le conseiller. Il est jeune –plus jeune que vous, nous pouvons peut-être y voir là un signe de manque d’expérience… Mais ce n’est pas sûr. Il est l’ambassadeur de la planète Falleen –en Bordure Médiane comme nous, comme vous le savez…
- La piste Corellienne, oui. Pas vraiment notre secteur, en fait.
- Non…

Que venait-il donc faire ici, alors ?

La Reine et le Twi’lek sur ses talons apparurent au fond de la salle du trône. Y discutaient les courtisans et conseillers, adossés à une colonne ou autour d’un vin sur une petite table. Mais lorsqu’Emalia fut aperçue, le brouhaha des conversations se turent et la souveraine prit place élégamment sur son trône, son masque d’élégance cloué sur le visage. Elle réajusta les voilures vert pâle de sa robe –le vert s’accordait si bien avec le rouge de ses pommettes et ses longues boucles brunes- et vérifia la bonne position de ses bijoux, des perles blanches à ses oreilles, autour de l’un de ses poignets et suspendus au-dessus de son décolleté dont on ne voyait qu’une délicat aperçu –parce qu’elle était en hauteur.

Lorsqu’elle fit un signe bref de sa main droite, un homme à fort embonpoint frappa le sol de marbre de deux coups de bâton avant d’annoncer à pleine voix qui était leur visiteur.
Puis les portes s’ouvrirent…

Avait-elle déjà rencontré des Falleens ? Emalia fouilla dans sa mémoire. La peau verdâtre de l’individu qui s’approchait lui rappelait bien une ou deux têtes croisées dans une soirée mondaine, mais cela s’arrêtait là. Ce n’était pas une race aussi répandue que les humains ou les Twi’lek, et la Reine ne savait d’eux que ce que l’un de ses conseillers lui avait répété hier soir : utilisation de phéromones –bizarrement, elle n’y croyait guère, on ne la lui faisait pas, à elle- classes sociales réparties en familles nobles, ils n’aimaient guère les autres espèces et ils vivaient longtemps. Voilà en gros ce qu’elle avait retenu.
Lorsqu’il fut assez près du trône, la souveraine se leva avec une lenteur calculée, observant par-dessous ses cils l’ambassadeur : il était séduisant. Inhabituel, mais agréable à regarder, elle devait le reconnaître.

- Je vous souhaite la bienvenue sur Ondéron, Ambassadeur Hessar.


Parfois, en certaines circonstances, elle descendait les trois marches de son trône pour tendre une main qu’on lui baisait. Mais avec celui-là, elle ne l’avait pas senti de cette manière. Sa méconnaissance des coutumes de la race l’empêchait de prendre un quelconque risque charmeur. Elle s’était donc contentée d’incliner respectueusement la tête, attendant les propres salutations du Falleen.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Qui de nous deux ? [PV : Emalia] _
MessageSujet: Re: Qui de nous deux ? [PV : Emalia]   Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Icon_minitimeVen 19 Avr 2013 - 9:52

Le corps bien droit, mais néanmoins souple. Le pas ferme, mais pourtant gracieux. Le visage impassible, mais toutefois apaisé. Ainsi était le jeune ambassadeur lorsqu'il amorça son entrée dans la salle du trône d'Ondéron, sa maigre suite lui emboîtant le pas.
D'abord il balaya la pièce d'un bref regard. Il y avait là tout ce qui fait une cour digne de ce nom. La noblesse et la bourgeoisie locale étaient réunies pour faire des courbettes devant leur reine, mais surtout pour propager ou prendre connaissance des derniers potins. Il y avait eu un court silence lorsque le falleen avait fait son entrée, avant que les murmures ne reprennent.
Certains devaient se demander ce qu'était un falleen exactement, ce qui était compréhensible. Après tout Falleen ne faisait pas partie de la république, et hormis les échanges commerciaux, qui se faisaient rarement, si ce n'était jamais, dans ce coin de la galaxie, elle n'entretenait que peu de contact avec les systèmes républicains. La raison était simple, du moins officiellement, protéger la culture falleen de l'impureté des autres espèces. Zixen, lui, soupçonnait le trône de vouloir protéger avant tout certaines informations, comme les spécificités de leur espèce, ou bien l'organisation militaire de la planète.
D'autres, plus informés ou moins curieux, s'interrogeaient plutôt sur les raisons de la venue d'un ambassadeur n'ayant pas fait allégeance à la république. Quelques femmes gloussèrent même en le voyant, rougissant lorsque quelques regards se tournèrent vers elles.

Mais comme il a été dit, le regard sur la salle fut bref, le temps de deux battements de coeur si ce n'était moins. Il n'y eut ni temps d'arrêt, ni réaction d'aucune sorte, de la part de Zixen, simplement sa marche se poursuivant, d'un pas volontairement plus lent que d'ordinaire. Les seuls bruits qu'il produisait étaient ceux de ses pas et le froissement de sa tenue.
Il portait, pour l'occasion, une tenue traditionnelle de la noblesse falleen. Fait d'un tissu léger, le haut était parfaitement taillé pour mettre en avant sa silhouette. Son torse plus encore, dont le dessin naturel était accentué par une sorte de plastron étrange se terminant en épaulettes légèrement plus larges que ses épaules. Sa ceinture, un simple bandeau de tissus, renforçait le contraste entre le haut et le bas de sa tenue. Car si le buste était serré, la veste qu'il portait prenait des airs de robe lorsque l'on en venait à regarder ses jambes. Une robe étrange, ample, dont l'ouverture frontale, partant des pieds et remontant à la taille, laissait voir ses jambes, couvertes d'un pantalon tout aussi cintré que le haut, à chaque pas. Le tout était d'un bleu indigo strié par endroits de dorures si fines que la lumière ne les révélait que sous un certain angle, que lors de certains mouvements.

C'est à cinq pas du trône qu'il s'arrêta. La jambe gauche légèrement en arrière, il fléchit le genou droit légèrement, tout en baissant brièvement la tête et les épaules. Dans cette position, il révélait à la reine la naissance de la fine crête qu'était sa nuque. C'était certainement là l'un des aspects les moins gracieux du physique falleen, avec les fines griffes au bout des doigts, le tout leur donnant une apparence de prédateur. Par chance les phéromones que Zixen, ainsi que tous ses semblables, produisait en permanence, faisait oublier cette notion à ceux qu'il côtoyait.
Ce ne fut que lorsque la reine eut fini de parler qu'il se redressa, posant son regard sur la souveraine. Le visage totalement impassible, la voix dénuée de toute émotion, il prit alors la parole.

"Le peuple de Falleen vous présente ses hommages, Votre Majesté."

Marquant un léger temps d'arrêt il tendit la main droite en arrière, vers la plus âgée de ses deux suivantes. Sans qu'un mot ne soit échangé, celle-ci y déposa un coffret qu'elle sortit de sous la veste qui la couvrait. La boîte était faite de bois finement travaillé. Toute la surface était recouverte de gravures typiques de l'art falleen, racontant un conte sous forme d'images particulièrement ardues à interpréter.
C'est en le tenant à deux mains, devant lui, qu'il reprit la parole.

"Je vous prie de bien vouloir accepter ce présent, gage de l'amitié que nous aimerions tisser avec vous et vos sujets."

Mais il ne s'avança pas pour donner le coffret directement à la reine. Chez lui, un serviteur serait venu prendre le cadeau, l'aurait ouvert pour le roi afin de s'assurer qu'il n'y avait pas de piège, et enfin l'aurait donné au souverain. Mais Ondéron n'était pas Falleen, et les coutumes étaient tout aussi différentes que les deux populations. Zixen ignorait les secrets de la pratique du pouvoir ici, il ignorait si la reine était soumise aux mêmes intrigues, aux mêmes conspirations incessantes. Alors il préférait attendre un signe, une indication sur ce qu'il convenait le mieux de faire. S'approcher ou bien attendre que le twi'lek qui le regardait avec méfiance vienne saisir l'offrande.
Revenir en haut Aller en bas
Emalia Kira
¤ Dirigeant ¤
¤ Dirigeant ¤
Emalia Kira


Nombre de messages : 658
Âge du perso : 40 ans
Race : Humaine

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chancelière Suprême de la République - mène la guerre contre l'Empire !
HP:
Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Left_b1164/64Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Empty_10  (64/64)
PF:
Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Left_bar_bleue0/0Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Empty_bar_bleue  (0/0)

Qui de nous deux ? [PV : Emalia] _
MessageSujet: Re: Qui de nous deux ? [PV : Emalia]   Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Icon_minitimeMar 14 Mai 2013 - 16:36

Le Falleen s’était rapproché et la Reine inclina légèrement la tête sur le côté. Elle avait du mal à cacher son étonnement. Cela ne lui ressemblait guère, mais étrangement le masque dont elle se dotait ordinairement avait aujourd’hui du mal à tenir en place. Elle ne se l’expliquait pas.
De plus près, Emalia put remarquer les différences qu’un Falleen possédaient avec un humain en dehors de sa couleur verte : des doigts longs terminés par de fines griffes qui la firent frissonner, et sa nuque qu’il présentait de manière étrange. Il était grand, aussi, et la Reine appréciait alors d’être surélevée. Ne sachant guère comment réagir face à sa position, elle se contenta de lui adresser un regard attentif qu’elle n’avait besoin de sur-jouer –cet individu était fort curieux.

Plus intéressant encore fut ce coffret, présenté comme une offrande. Fermé. La Reine demeura un bref instant silencieuse, s’interrogeant sur le pourquoi le contenant n’était pas ouvert pour qu’elle puisse admirer le cadeau en question. A moins que ce coffret ne fut le présent ? Il eut du mal à réprimer un sourire.

- Je vous remercie, Ambassadeur. C’est un honneur pour moi de connaître un peuple, surtout si loin du mien, qui considère notre amitié à ce point importante.

Comment lui dire… On n’achetait pas si facilement l’amitié d’Ondéron, surtout lorsque l’on sortait de nulle part ainsi et que le cadeau n’avait pas l’air de pouvoir briller sur la peau ou dans la chevelure de la souveraine. Mais elle aimait les cadeaux et cette année, elle était fort gâtée. Rien ne dépasserait l’offre du Chancelier Suprême pour le moment bien sûr…

- De quoi s’agit-il donc ? Une boîte à secret ?


Ton faussement enthousiaste, ironie à peine voilée. Il était question de ce qu’il y avait à l’intérieur –elle avait suffisamment de boîtes inutiles entreposées dans son palais. Mais la Reine arborait maintenant un sourire épanoui : en plus d’être plaisant à regarder, le Falleen avait des coutumes amusantes qui changeaient un peu des traditionnelles visites de courtoisie qu’elle recevait ordinairement. Et dire que la veille, une famille de basse noblesse d’Alderaan, sans un sou en poche, s’était présentée juste pour pouvoir dire qu’ils avaient rencontré la Reine, leur lointaine cousine –lien difficilement prouvable par ailleurs, au vu des complications généalogiques de sa lignée. Mais zut alors ! Il l’avait fait rougir de honte, ces imbéciles ! Il avait fallu faire bonne figure, complimenter la simplicité de la vie d’Alderaan, et tout ça tout ça, alors qu’ils n’étaient que des bouseux aux bas crottés et indécrottables.
Alors que celui-là avait l’air d’avoir des manières. Etrangères certes, mais des manières.

Ainsi rêvassait la Reine en attendant la réponse de l’ambassadeur. Mais lorsque celui-ci ouvrit la bouche, les sons qui en sortirent ne portaient aucun sens. D’abord, elle se dit qu’il était peut-être en train de prononcer le nom du cadeau –un objet que visiblement elle ne connaissait pas. Puis elle se rendit compte que l’articulation lui prenait bien du temps et que non, elle ne comprenait rien du tout à ce qu’il racontait. Pourquoi avait-il changé de langage, soudain ?
Lançait-il un sort indigène ?
Oh ! Elle en sentait déjà les effets, sa vision s’obscurcissait et le visage du Falleen se déformait ! Emalia ouvrit la bouche pour ordonner de faire sortir cet horrible individu et d’arrêter sa production de phéromones, mais elle n’entendit aucun son sortir de sa propre gorge. Elle entendit pourtant une voix lointaine et féminine, puis un long silence. Enfin, un bouquet de voix incompréhensibles fleurit autour d’elle –mais elle ne pouvait plus tourner la tête pour voir de quoi il s’agissait.


Comme une poupée inanimée, la souveraine d’Ondéron glissa de son trône et s’effondra mollement sur la volée de marches qui y conduisait, froissant voiles et boucles brunes.


Non, ce n’était pas un sort. C’était une mauvaise nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Qui de nous deux ? [PV : Emalia] _
MessageSujet: Re: Qui de nous deux ? [PV : Emalia]   Qui de nous deux ? [PV : Emalia] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui de nous deux ? [PV : Emalia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Le Jeu :: 
République Galactique
 :: Ondéron :: Cité d'Iziz :: Palais d'Iziz
-