La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2442
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Jeu 17 Jan 2013 - 20:23

Luke se retint de grommeler. Saï l'envoyait traîtreusement retrouver le Chancelier Suprême pour un "stage". Le vieil homme n'avait pas renoncé à faire de Luke un diplomate doué et surtout bien élevé. C'était d'ailleurs d'une grande sagesse puisque le Padawan s'illustrait souvent dans le domaine du dialogue, bien plus que celui du sabre-laser. Certes, son taux de midichloriens était très élevé et sa maîtrise de la Force excellente, mais il lui manquait toujours quelque chose en combat, même plusieurs, notamment une certaine puissance physique, sa vue et pour ne pas y revenir encore et toujours, l'épée de lumière. Le jeune homme avait évolué, il maniait correctement l'arme des Jedis mais sans plus, et quand on était de si faible constitution, sans parler d'un handicap lourd, ce genre de petit souci ne pardonnait pas. Saï tirait donc le meilleur de son élève, lequel jeune et fougueux ne semblait guère apprécier de se retrouver au centre de palabres ou pire, de banquets gargantuesques. En bon idéaliste, Luke voulait agir de façon immédiate, il ne voyait pas en quoi parlotter deux heures faisait avancer les choses. L'enfant si sage se réveillait enfin, et peut-être pas au bon moment car tout serait plus facile bien sûr, s'il acceptait sans rechigner.

Néanmoins le Hapan vouait un trop grand respect à Saï pour réellement le contredire. Il râlait juste pour la forme, histoire de faire entendre sa voix qui n'avait pu s'exprimer librement jusqu'à ses 13 ou 14 ans, après être passé sous la dictature de sa mère, avoir été enlevé par les Siths et avoir tenté de sortir du traumatisme. Qu'il prenne un peu sa revanche était une petite justice qu'il s’octroyait et Saï ne le réprimandait pas trop, sans doute content que son Padawan montre enfin qu'il avait du caractère.

Le voyage jusqu'à Coruscant désormais bien connu lui rappela instantanément Jason, mais le Hapan bloqua ses pensées et se concentra sur la rencontre avec le chancelier. L'homme était bien jeune pour briguer à ce poste, mais on le disait efficace, et c'était également un Jedi. Ce dernier connaissait donc l'enseignement qu'avait reçu Luke, et il avait certainement dû discuter avec Saï avant. Luke pensa avec un sourire qu'il avait intérêt de se tenir à carreau. Pas de facéties avec la Force ou quoique ce soit car Halussius le sentirait. C'était plutôt inquiétant, mais aussi un bon exercice relativisa le jeune homme qui s'était décidé à prendre les choses du bons côtés tandis qu'il descendait.

Le blond savait que tout ne se passait pas comme prévu, et que la plus ennuyeuses des missions pouvait devenir intéressante. Qui plus est le Padawan était curieux de rencontrer ce Jedi qui avait voulu devenir politicien, peut-être même avait-il déjà croisé son aura au Temple? Un Togruta l'interpella, Luke le suivit jusqu'à un lieu inconnu de lui. Le garde avait néanmoins prouvé qu'il venait de la part du chancelier en déclinant oralement ce qui allait se produire, et les détails étaient uniquement connu du maître, du chancelier et du "stagiaire". Luke l'avait donc suivi et attendit. Le jeune homme n'avait absolument aucune idée d'où il se trouvait, ni ce qui allait se passer. Tout ce qu'il savait, c'était que Saï avait tout prévu, et cela ne le "rassurait" pas forcément. Qu'avait donc été concocter ce cher vieux mentor facétieux?

N'ayant pas d'autre choix que d'attendre, le Hapan se laissa aller contre le mur et fit ce qu'il avait de mieux à faire, essayer de ne pas trop penser en quoi consistait ce stage. Sa cécité le protégeait déjà des allers retours à la machine à café et de la photocopieuse, c'était une bonne chose. Le Padawan riait intérieurement en s'imaginant comme il le pouvait la scène lorsqu'Halussius arriva. Luke se redressa et inclina légèrement la tête. Il avait oublié de se demander s'il devait l'appeler maître ou chancelier.

*Au lieu de penser à mes conneries... Pffft...* -Bonjour monsieur... Euh? Monsieur le Chancelier ou maître? Désolé, je suis un peu confus, je ne sais pas comment je dois vous appeler... Enfin... Maître Don m'a envoyé ici pour venir vous rencontrer, alors... Me voilà.
*Minable.*

Le Padawan s'empourpra, il ne savait pas quelle serait la réaction de son interlocuteur et il l'appréhendait un peu. Décidément, même à 20 ans et malgré sa prise de panache, sa timidité faisait toujours des siennes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 370
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
70/70  (70/70)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Ven 18 Jan 2013 - 15:14

La douce obscurité de la nuit commençait déjà à se dissiper. Du noir, le ciel de Coruscant commença à se nuancer en un bleu violacé, qui lui-même se nuança en un bleu teinté d’orange. Confortablement allongé dans son lit, Halussius commençait à sentir la chaleur, encore timide, des rayons du soleil traversant la large vitre de la pièce. La polarisation de la baie était désactivée. Halussius appréciait de se faire extirper de son sommeil par la lumière du soleil.

Peu à peu, Halussius commençait à émerger et à se redresser. Il avait eu une nuit relativement calme, pour une fois. C’est vêtu d’un pantalon léger et torse-nu, que le jeune homme quitta son lit. Le Jedi n’était guère habitué à tant de confort et de luxe. La structure de sa couche était faite de bois massif de Kaashyyk et recouverte d’or et de platine à certain endroit. Le confort qu’il offrait était sans commune mesure. Halussius descendit les quatre marches qui le séparaient de reste de sa chambre et s’arrêta un instant pour regarder la cité au travers de la baie. Il aimait se petit rituel matinal. Pendant une dizaine de minutes, le Jedi se tenait debout, les mains derrière le dos à observer le spectacle urbain. Au bout d’un moment, il ferma les yeux, se concentrant afin de laisser la Force influer en lui jusqu’à l’envahir totalement. Il n’avait malheureusement pas le temps de méditer plus longtemps.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, le ciel était devenu parfaitement bleu, les rayons du soleil déchiraient de plus en plus l’épaisse masse de brume qui enveloppait les alentours. Halussius se saisi alors d’une robe de chambre et l’enfila. Il quitta alors la pièce pour se rendre dans son bureau. Les luminaires s’activaient à mesure qu’il avançait dans la pièce. Alors qu’il venait de monter le demi-niveau, Halussius s’engouffra dans le corridor qui menait à la Salle stratégique. Il prit alors place dans un fauteuil devant lequel se trouvait une table. Ce petit salon privé, qui d’ordinaire servait au Chancelier pour des entretiens moins officiels, faisait office de salle à manger, au petit matin, où Halussius pouvait prendre son petit-déjeuner.

Comme chaque matin, pratiquement, l’Intendant de la Chancellerie lui apporta son thé, quelques morceaux de pains et des fruits. L’agenda d’Halussius était à ce point chargé, qu’il ne pouvait se permettre de s’attarder. Pourtant, aussi court que pouvait durer ce moment, le Jedi en profitait pleinement. Se retrouver seul, complètement seul dans ce vaste bureau, alors que le soleil était encore en train de se lever, lui procurait un sentiment d’apaisement. Dans quelques minutes, la valse des conseillers et des rendez-vous allait commencer, il n’aurait plus un moment de calme jusque tard dans la nuit. Halussius s’attardait trop.

Après avoir engloutie un fruit semblable à un abricot, Halussius s’en retourna dans sa chambre pour se laver et s’habiller. Dix minutes plus tard, le petit salon avait été débarrassé et parfaitement nettoyer. Dans le salon d’accueil, à l’extérieur du bureau, les premiers rendez-vous arrivaient et patientaient. Halussius sortit alors de sa chambre revêtu d’un costume tout à fait impeccable, les cheveux encore un peu humide. Sans surprise, Rasaak Opale, le togruta secrétaire général du Chancelier était déjà présent et attendait assis dans un fauteuil devant le bureau massif.[/i]

 « Bonjour, Excellence, j’espère que la nuit à été bonne et que vous avez put reprendre des forces. »

 « Bonjour, Rasaak. Je vous remercie, le nuit à été plutôt bonne et je me sens en plaine forme. »

Les deux collaborateurs commencèrent alors à aborder l’agenda de la journée. La matinée commençait sur les chapeaux de roues avec la réunion hebdomadaire du Cabinet au grand complet, à savoir les ministres principaux, les conseillers et les secrétaires d’Etat. Cela lui prendrait déjà une bonne partie de la matinée. Ensuite, il enchaînait directement sur une séance au Sénat au cours de laquelle il était d’usage qu’il fasse un compte rendu de ce qui s’était dit et décidé lors de cette réunion et qu’il réponde aux questions des sénateurs.

 « En début d’après-midi, vous avez un rendez-vous de prévu avec la délégation de Chandrila pour discuter des quotas de production agricole et tout de suite après la délégation d’Aargau souhaiterai s’entretenir avec vous. »

Halussius grimaça intérieurement à cette dernière annonce. Aargau est l’une des places financières et bancaires des plus importantes et des plus performantes de la galaxie et de la République. Cette dernière y possède d’ailleurs de nombreux avoirs, mais aussi de nombreuses créances, qui pour certaines traînent depuis plusieurs siècles. Halussius se réjouissait d’avance de se voir réclamer de les payer. Il sourit alors.

 « En somme une journée relativement calme… »

 « Si l’on peut dire, Excellence. J’attire votre attention, sur le fait que ne avons reçu le plan de vol pour Taris. Si vous voulez arriver à l’heure sur place, il faudra partir en fin d’après-midi. Ce qui implique que votre dernier entretien ne s’éternise pas. »

Le visage d’Halussius s’illumina alors.

 « Vous ne pouviez pas m’annoncer meilleure nouvelle, mon cher Rasaak ! »

Le secrétaire général donna alors un datapad à Halussius, détaillant plus précisément le déroulement de la journée. Halussius avait commencé à le parcourir, lorsqu’il interpella Rasaak.

 « J’aurai un service à vous demander. Vous savez que Maitre Don m’a confié son padawan, le jeune Luke Kayan, afin de parfaire sa formation. J’ai décidé qu’il viendrait avec nous sur Taris. Je crois me souvenir qu’il doit arriver d’Ondéron peu de temps avant que nous ne partions. Occupez vous de l’accueillir, s’il vous plaît, c’est l’affaire de quelques minutes, le temps de partir d’ici et de vous rejoindre à l’astroport. »

Rasaak fut surpris de la demande du Chancelier. Il avait beaucoup de chose à faire, notamment préparer les derniers détails du séjour sur Taris.

 « Pardonnez cette question, Excellence, mais ne peut-il pas directement vous rejoindre ici ou sur Taris ? »

 « Il est aveugle. Bien que la Force lui permette de se déplacer relativement bien, j’estime que Coruscant est une trop grande cité pour qu’il se débrouille seul. Et de toute manière, le temps de faire le trajet jusqu’au Sénat, il sera temps de décoller. Mais ne vous en faite, il ne sera en aucun cas une charge pour vous, vous pouvez me faire confiance. »

 « Vous pouvez compter sur moi, Excellence »

Rasaak se leva et quitta la pièce. Il fut suivit quelques instants plus tard par Halussius qui se dirigea vers le turbolift. La journée venait de commencer.

* * * * * * * * * * *

La berline d’Halussius venait d’entamer le virage menant à la plate-forme qui lui était réservé à l’astroport de Coruscant. La journée fut particulièrement éprouvante, notamment la séance au Sénat. Du fait d’un nombre insuffisant de sénateurs le soutenant, Halussius fut mis en difficulté face aux questions soulever par ses opposants. Mai s pour l’heure, ce qui le préoccupait était le rôle qu’il allait devoir jouer le temps d’un voyage. Depuis qu’il avait été nommé Chevalier, Halussius ne s’était jamais retrouvé en position de maître ayant un padawan. Certes, il avait déjà eu quelques occasions d’enseigner au Temple, mais cela n’avait rien à voir avec le fait d’avoir et d’enseigner un padawan. Halussius avait toujours refusé d’en former un, ne s’estimant pas à la hauteur de mener à bien sa formation.

Un instant, il se dit qu’il aurait dû refuser, sa fonction de Chancelier l’occupant déjà assez pour ne pas avoir à se rajouter une charge supplémentaire. Cette idée, le Jedi la fit disparaître aussi vite qu’elle était apparut. Il devait voir cela comme une chance, aussi bien pour le padawan, que pour lui-même. Mais cela ne réglait pas le problème… Comme devait-il s’y prendre ?

La réflexion d’Halussius fut interrompue par une légère secousse. Son transport venait de se poser sur la plate-forme. Il pouvait déjà voir les gardes sénatoriaux se mettre en position d’escorte à travers les vitres. Il descendit et fut rejoint immédiatement par Rasaak.


 « Tout est prêt, Excellence. Le vaisseau décollera d’ici une quinzaine de minutes. Comme vous me l’avez demandé, je me suis occupé du padawan Kayan. Je l’ai fait monter à bord et il vous attend dans votre compartiment. »

 « C’est parfait »

Halussius et Rasaak, après avoir emprunté une petite coursive, montèrent à bord du Republica One, suivis par les gardes. Halussius remarque que les moteurs du vaisseau n’étaient pas encore en fonction, privant ainsi l’habitacle de cette petite vibration à peine perceptible. A la question de savoir comment il allait s’occuper du padawan, Halussius se dit qu’il allait improviser. Après une longue discussion avec maître Don, Halussius avait retenu que le jeune padawan était un jeune homme fort sage et faisant preuve d’une grande maturité, ce qui pourrait faciliter les choses.

C’est alors qu’Halussius pénétra dans ses appartements. Luke était là, il patientait tranquillement, le dos posé contre la paroi tapissée. Halussius fut alors saisi par la beauté dégagée par le Hapan. Une beauté commune à tous les gens de son espèce et qui ne manquait pas de subjuguer n’importe qui. Luke ne tarda pas à réagir, se décollant rapidement du mur pour le saluer. Halussius eut un petit sourire amusé suite aux paroles du padawan. Il semblait tout aussi désappointer que lui.


[color=green] « Luke, soit le bienvenu. Je sais que Maître Don souhaite parfaire ta formation en te confiant à moi. J’espère que je serais à la hauteur de ses espérances et des tiennent surtout.

On va faire simple. Je suis le Chancelier suprême, mais en ce qui nous concerne, je suis avant tout un Jedi, qui plus est un Jedi qui a un padawan sous sa responsabilité et bien que je ne sois pas très porté sur le protocole, je pense qu’il est plus raisonnable que tu m’appelles maître.

Halussius usait d’un ton très posé et détendu. Peut être même trop détendu dans le cadre d’une relation de maître à padawan. Lui était censé incarner une certaine autorité… Mais sa décontraction ne servait qu’à dissimuler son trac.

Il invita alors le padawan à s’asseoir sur la banquette la plus proche. Halussius s’installa lui sur un fauteuil situé en face.


 « Peut être que maître Don te l’a-t-il dit, mais il souhaiterait que tu te familiarise un peu plus avec les différents aspects de la diplomatie. C’est pour cette raison qu’il t’a envoyé auprès de moi.

C’est une chance qu’il m’ait contacté maintenant, car j’aurai été bien embêté, je t’avouerai. Le Sénat, en effet, n’est pas vraiment le meilleur endroit pour s’exercer à la diplomatie… et pour tout dire, ce n’est pas non plus le genre d’endroit que devrait fréquenter un padawan.

Heureusement donc, il se trouve que je dois me rendre sur Taris, pour une visite d’Etat. Un séjour qui, j’en suis certain, nécessitera toute la diplomatie dont nous pouvons faire preuve… »


Halussius se stoppa un instant. Il se rendait compte qu’il parlait de trop.

 « Désolé, je me rend compte que je suis un vrai moulin à parole. J’ai assez parlé pour le moment, je crois. »

Halussius était toujours calme et posé. Alors qu’il laissait la parole à Luke, un très léger vrombissement se fit alors sentir. Les moteurs du vaisseau venaient de s’allumer. Le décollage était imminent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2442
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Mar 29 Jan 2013 - 15:10

-Je suis sûr que ce sera parfait maître

Répondit Luke d'une voix dégagée qui cachait sa surprise. Le Padawan savait bien entendu qu'Halussius devait être un homme droit, si les Jedis avaient continué d'entretenir de bonnes relations avec lui c'était évident, surtout maître Don bien que ce dernier ait tendance à voir la bonté chez tout le monde en oubliant que certains avaient juste le vice incarné. Néanmoins il ne s'attendait pas à ce que son aîné soit aussi attentif à lui. Le Padawan avait pensé que le chevalier l'entraînerait à sa suite, le laissant "observer" comment il agissait sans trop s'adresser à sa personne, non pas par méchanceté ou mépris mais simplement parce qu'un chancelier était une personne très occupée. D'ailleurs Halussius lui le rappela, le Hapan hocha vigoureusement la tête, ancien voyant, il avait gardé quelques tics d'expression qu'il savait efficaces, le tout néanmoins accompagné d'une onde de Force comme il en avait l'habitude. Cependant une question le taraudait et le jeune homme ne put la retenir, lui-même n'était pas une personne très loquace et à la base, il n'était pas sensé s'intéresser aux questions diplomatiques. Seulement Luke était un faux révolté, il n'avait pas une once d'idée de ce qu'était réellement une crise d'adolescent qu'il était sensé avoir maintenant quoiqu'avec retard. En effet, si le Padawan avait râlé pour la forme, désormais face à une personne des plus intéressantes il ne pouvait s'empêcher de faire travailler ses méninges. Pas très crédible l'apprenti rebelle qui ne voulait pas suivre la voie qui avait été choisie pour lui même si c'était la meilleure.

-Mais ne traite-on principalement pas de questions diplomatiques au Sénat? N'est-ce pas le lieu pour régler des problèmes avec les mots, le Temple des dilemmes et de la sagesse?

Demanda-t-il en songeant à l'idée qu'il se faisait des lieux. Des hommes et des femmes de toutes races qui déployaient au maximum leurs talents d'orateur pour convaincre, se défendre et argumenter encore.

-Très bien, je ne connais pas Taris, cela me donnera l'occasion de visiter un nouvel endroit et d'en apprendre plus. Et je sais que je peux vous faire confiance, si vous jugez que j'apprendrai plus là-bas, je vous suis

Répliqua tranquillement le Hapan en jouant nonchalamment avec une mèche de cheveux longs bien qu'il demeure droit et attentif face à l'homme. Bien sûr il était hors de question de manquer de politesse à Halussius, seulement il ne connaissait que les principaux gestes de courtoisie, n'ayant jamais vu les autres. De ce fait il agissait machinalement en jouant avec ses longs cheveux dorés, comme pour s'assurer qu'il avait quelque chose de palpable à portée de ses doigts fins. Ses mèches auraient dû être coupées autour de sa longue natte de Padawan tressée avec ses vrais cheveux, mais il est vrai que pour raison inconnu, ceux-ci poussaient très vite, au moins 2M5 par mois, le fait que Luke ne voit pas et les urgences de ces derniers temps avaient rendu le Temple plus laxiste sur la tenue de ses élèves. Cependant le Hapan restait un bon représentant des Jedis avec ses vêtements sobres mais propres et "presque" bien mis, à part sa ceinture qui tombait toujours de travers sur ses hanches trop minces et quelques plis de travers, mais comment lui en vouloir?

Le Temple avait bien changé, Luke s'en rendait compte, l'austérité n'était plus de mise, il était difficile de garder une ligne de conduite stricte quand tout fichait le camps. Les inspecteurs avaient vraiment mis le désordre au sein de sa famille, et les Siths également. Luke se demandait quelles répercutions aurait l'élection d'Halussius sur le Temple d'Ondéron ou même celui de Coruscant. Il n'était pas pessimiste cette fois, seulement curieux. D'ailleurs une autre question, moins axée sur la diplomatie cette fois s'échappa de ses lèvres si souvent closes que les plus gentils le voyaient comme une personne très calme et mystérieuses tandis que les moins sympathiques le jugeaient -parfois à raison, au moins pour le premier point à venir- comme ennuyeux et sans personnalité.


-Avez-vous déjà été au Temple de Coruscant? Comment est-ce là-bas? Y a-t-il de grandes différences avec Ondéron? Et rassurez-vous, vous ne parlez pas trop, c'est moi qui ait tendance à être muet. J'aime écouter

Avoua-t-il timidement comme toujours lorsqu'il faisait état de ses défauts, conscient de cette tendance à être trop renfermé encore; ce qui n'était pas forcément bon pour un diplomate qui était sensé amener deux personnes ou des groupes ennemis à communiquer. Au contraire, de l'enthousiasme et de la bonne humeur étaient souvent requis, comme cette malice que possédait Saï qui forçait même l'impassible Luke à sourire et à s'émouvoir. Le Hapan admirait tant son maître. Il se promis de faire de son mieux pendant ce "stage", oubliant les dernières traces de sa prétendue rébellion dans un coin de sa tête. De plus, il avait également envie de satisfaire Halussius qui prenait de son temps pour lui, pour parler, pour expliquer et qui avait même organisé ce départ sur Taris en coïncidence avec son arrivée, comme pour lui offrir quelque chose de plus "intéressant" que le Sénat. Luke lui en était très reconnaissant, ainsi, à son habitude, sa famille Jedi le comblait. Comment Ulrich Andersen avait-il pu les trahir? A y penser, Luke sentit une pointe de colère et de mépris qui de suite lui fit sentir un léger haut-le-coeur, ah oui son étrange allergie au côté obscur qui revenait. Le Hapan tourna la tête vers son interlocuteur, ne pouvant littéralement pas empêcher sa dernière demande de sortir de ses lèvres sous peine d'étouffer alors que cette fois, il aurait vraiment aimé s'abstenir.

-On dit partout qu'un certain Ulrich Andersen pratique la politique malgré son très jeune âge, qu'il est sorti de nulle part. Vous le connaissez?

Le Hapan se retint de tout dévoiler de suite, il voulait d'abord savoir ce qu'en pensait le chevalier Jedi, surtout de son aura Obscure. Luke connaissait ce garçon, ce qu'il avait fait et qui il était avant d'être ce politicien connu et apprécié par certains, hués par d'autres, moins nombreux que les premiers toutefois. Le Hapan se rappela aussi avec horreur qu'il n'avait pas eu l'occasion de plus en discuter avec Saï, la vie d'un Jedi était souvent très chargée, d'autant plus lorsqu'on était chef du conseil et pour le Padawan de ce dernier aussi. Il avait mentionné doucement le nom de ce dernier à Saï mais les choses en étaient restées ainsi... Luke devait vite corriger cela. Avec Halussius pour commencer si cela était possible.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 370
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
70/70  (70/70)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Ven 1 Fév 2013 - 10:43

Halussius regardait le padawan se trouvant en face de lui. Il ne manqua pas de percevoir la Force qui imprégnait fortement le jeune homme et dont il faisait usage pour se localiser et ainsi obtenir une perception de son environnement. Halussius portait une certaine admiration pour ces Jedis atteint de cécité. Leur perception du monde extérieure en était certes grandement altérée, mais ils développaient tous un lien extraordinaire et puissant avec la Force, cette dernière venant optimiser leurs sens, comme jamais une cyber-prothèse ne saurait le faire.

« C’est une bien belle vision que tu as du Sénat, Luke. C’est une bonne vision. Le Sénat est le lieu privilégié des mondes de la République pour régler leurs différends… qui sont, je dois le dire, extraordinairement nombreux.

Mais c’est aussi un lieu d’affrontement. Malheureusement, le chantage, la manipulation, la mauvaise foi et l’inconstance sont de plus ne plus présent au Sénat. Nombreux sont les délégués à l’affut de la moindre faiblesse dont on peut faire preuve, afin de l’exploiter, de l’amplifier afin de servir leurs propres intérêts… Ce n’est heureusement pas le cas de la majorité de ses membres mais c’est ce qui explique qu’un padawan doit être accompagné d’un maître lorsqu’il se rend dans ce lieu, de mon avis.


Il est vrai que la corruption et mal honnêteté ne s’était pas emparée de l’ensemble du corps sénatorial. Mais les quelques sénateurs s’étant laissés fourvoyés suffisaient à jeter l’opprobre sur cette grande institution démocratique.

« Le Temple de Coruscant… J’y suis déjà allé, oui. Lorsque mon maître et moi étions de passage au Sénat, c’est là que nous résidions. C’est un endroit absolument magnifique !
On peut dire que c’est presque une ville… Les cinq tours abritant jadis les cinq conseils se dressent fièrement dans le ciel de Coruscant… La Tour du Temple… Elle est la plus grande des cinq, elle est massive et impressionnante. On pouvait l’imaginer comme un phare, inébranlable, guidant les Jedi vers elle pour leur apporter protection et enseignements. C’est dans cette tour que se trouve la Salle des milles fontaines… Une salle tout bonnement extraordinaire. C’est un immense jardin, bordé de cascades et des fontaines où sont préservées et entretenues des espèces végétales de toute la galaxie… Une parcelle contient même la végétation de Coruscant, qui est totalement morte aujourd’hui. Mais ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autre… Il y a la salle des Archives. Endroit impressionnant qui contient l’Histoire de toute la galaxie… Un lieu dédié au calme, à la sérénité et à l’érudition… Dommage qu’il ne soit plus qu’une annexe du Temple d’Ondéron.

Mais il faut aussi voir que le Temple d’Ondéron offre un environnement naturel que l’on ne trouve pas sur Coruscant… Un environnement que dont tout le monde peut profiter, car le problème qui se pose sur Coruscant, c’est la place. Il peut être facile de construire des annexes sur Ondéron, mais c’est beaucoup plus compliqué sur Coruscant. Peut-être que maître Don et toi y séjournerez un jour, je l’espère.


Le fait d’avoir mentionné le nom d’Ulrich Andersen remémora à Halussius le débat qu’il avait eu avec lui, lors de la campagne. Une campagne qui malgré son échec lui avait été profitable et surtout lui avait permis de se faire connaître et d’être sure le devant de la scène…

« Je le connais, en effet. Il a été l’un de mes contradicteurs lors de la campagne… Il était comme toi à une certaine époque, qui n’est pas si lointaine en vérité… »

La voix d’Halussius laissait exprimer un certain regret à propos du jeune Andersen.

« Un padawan qui malheureusement s’est détourné de son enseignement pour la politique. Je n’en sais pas plus sur lui, ni sur les raisons qui l’on conduit à faire ce choix. Mais lors de notre débat, j’ai pu percevoir une sombre aura l’entourant… une aura proche de celle du côté obscur.
Un padawan qui fait beaucoup parler de lui… surtout depuis qu’il a été élu Maire de Kuat City. Ses idées et son discours inquiètent beaucoup de responsables au Sénat…


Halussius était le premier des responsables à s’en préoccuper. Même s’il n’était encore qu’un échelon inférieur des précises de décisions, sa fonction lui ouvrait l‘accès au gouvernement planétaire où il pourrait très bien étendre son influence… Il ne mentionna pas volontairement la présence de son autre contradicteur, une femme dont il ne faisait aucun doute qu’elle était Sith, une Sith puissante dans le Côté obscur… une Sith qui le préoccupait tout autant si ce n’est plus que le jeune Andersen.

« Est-ce que tu l’as connus lorsqu’il était encore padawan ? »

Juste au moment où la question venait d’être posée, un voix retentie dans l’habitacle.

// Votre Excellence, mesdames et messieurs, nous vous informons que le vaisseau et sur le point de décoller, merci de ne pas vous déplacer jusqu’à ce que nous soyons en orbite.//

Dans la seconde qui suit, des vibrations se firent sentir dans l’habitacle. Le vaisseau s’éleva alors de la plate-forme et commença tranquillement à gagner l’orbite de Coruscant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2442
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Ven 1 Fév 2013 - 14:03

-C'est également mon avis

Répliqua doucement Luke en un écho, il n'était plus aussi naïf qui l'avait été, désormais le jeune homme se doutait bien de ce qui pouvait rôder là-bas. Son enlèvement sur Hapès et ces expériences souterraines ne pouvaient pas être l’œuvre de simples extrémistes, quelqu'un de haut placé devait les y aider pour maintenir leur entreprise à flots, comme les sénateurs par exemple.

-Cependant Maître, la diplomatie n'a-t-elle pas justement sa place entre ces belligérants qui veulent régler leurs différents à coups de poignard? N'est-elle pas utilisé au milieu des guerres pour tenter d'apaiser et de détourner les conflits? A quoi peut servir la diplomatie dans un lieu déjà calme et courtois? C'est dans ce sénat corrompu je pense, que la diplomatie est de plus en plus primordiale.

Continua le Padawan d'un ton serein. Il ne contredisait pas Halussius, son intérêt était simplement de pousser le chevalier, si ce dernier l'acceptait, à aller au bout de son raisonnement. Luke était intéressé, c'était pourquoi il alimentait la conversation. Certes quand le jeune homme se taisait pendant de longues minutes en écoutant simplement, cela pouvait également être une preuve d'intérêt. Mais aujourd'hui, le Jedi avait choisi d'utiliser les mots, n'était-ce pas le but de son "stage" après tout?

-Et à mon goût, la diplomatie n'est pas douceur et innocence, elle est ruse et arme. C'est ce qui permet je crois, de traiter avec les pires manipulateurs ainsi que les autres rois du chantage ou de la mauvaise foi, elle se doit de réguler leur inconstance. Enfin peut-être me trompe-je, qu'en pensez-vous?

Demanda-t-il sans la moindre provocation, simplement intéressé par l'échange spirituel qui en découlait. Quand la conversation revient sur Ulrich toutefois, le Hapan se renfrogna légèrement. Il écouta attentivement le chevalier et tiqua. Andersen avait donc atteint des hautes marches, c'était pire que ce qu'il pensait. Sans haine puisqu'il ne saurait en éprouver mais avec une tension palpable dans la voix, Luke répondit tout de même à Halussius. Il avait honte de cette époque où il n'avait pu ni une des petites victimes ni empêcher Velvet et Ulrich de faire un massacre, cependant le Padawan assumait son erreur.

-Oui je l'ai connu comme Padawan et plus aussi... Comme un Sith. Peut-être n'en est-il pas un, mais il a embrasé le côté obscur, j'en suis certain. Pardonnez-moi ma lâcheté, mais j'ai rarement été aussi heureux d'être aveugle lors de ma mission avec Ulrich Andersen. Nous devions nous rendre sur Coruscant mais les choses ont mal tourné, une femme s'étant révélée être une Sith par la suite était ami avec lui. Tout a explosé dans la boîte de nuit, puis Ulrich s'est fait enlevé. Je ne savais pas qui était cette "Vel" encore mais aurais-je eu le choix de toutes manières? Il était sur Hapès, ma planète d'origine, mais là aussi nous avons été arrêté et parqués dans une sorte de laboratoire. Ma race est obsédée par la beauté physique apparemment, enfin je n'y suis pas spécialement sensible vous le comprendrez. Vel et Ulrich n'ont pas supporté le traitement tandis que je l'abordais avec plus de flegme, sûrement moins de fierté. J'ai déjà été "esclave", je m'étais résigné, lâchement oui je l'avoue. Nous avons pu nous enfuir toutefois, et Ulrich a perdu son sang froid en compagnie de cette femme... J'ai su ce qu'elle était à son aura et en un instant le Padawan Andersen s'est transformé en un monstre. Nous avons été dans une salle où se trouvaient des cobayes, c'est ici que j'ai remercié la Force de m'avoir fait aveugle. Une petite fille que j'ai pris dans mes bras semblait y être totalement déformée, c'était affreux rien qu'au touché, j'ai voulu la sauver mais Ulrich ou Vel l'a tué sans sommation, je ne sais plus qui.

Luke était le plus concis possible mais il ne souhaitait pas non plus omettre les détails importants. En tout cas il ne se donnait pas le plus beau rôle, loin de là son désir.

-La pauvre petite est morte, je n'ai rien pu faire. Les gardes nous ont rattrapé, encore une fois, un scientifique m'avais même pris en otage dans une petite salle attenante où il se terrait, d'où mes cicatrices au scalpel sous l'oeil. Vel et Ulrich sont partis en campagne de violence, j'ai essayé de raisonner le Padawan mais il n'avait plus qu'une seule envie, tuer, se venger, et il ne m'accordait aucun crédit. Avant déjà c'était un garçon sombre et tourmenté, je n'avais aucune influence sur lui. Il me voyait comme quelqu'un d'ennuyeux et trop sage, coincé, ce que je suis probablement.... Je n'ai rien pu faire, et j'ai peur que son intelligence redoutable aujourd'hui, mène ce garçon très loin. Dans les voies d'une diplomatie exploitée à mauvais escient pour convaincre de sa fausse bonne foi.

Ainsi le Hapan acheva ses paroles, il accrocha sa ceinture et se concentra sur les vibrations qui indiquaient que le vaisseau décollait. L'orbite de Coruscant dépassée, le jeune homme posa ses mains sur la vitre, il se souvenait des étoiles, des petites boules lumineuses. Enfant, avec le soleil chauffant son corps à travers la baie vitrée, ces astres étaient une autre de ses obsessions, il questionnait toujours avidement Saï à ce propos. Le Padawan avait senti la pollution qui pimentait l'air, et il se souvenait des épais brouillards que laissaient les vaisseaux jets dans son enfance, alors il avait demandé...

-Maître, est-ce que les habitants de Coruscant voient les étoiles? Humpf, ce n'est rien, je demandais toujours cela Saï Don, le pauvre, je le harcelais de questions du style: pourquoi le ciel est bleu? Et à quoi ressemble le bleu, j'ai oublié? Pourquoi, pourquoi, ma langue ne se déliait pas facilement mais des fois, il devait préférer quand je restais muet.

Luke songea avec tendresse à Saï, il ferma les yeux et essaya de dessiner le Temple Jedi dans sa tête avant de hocher la tête mystérieusement, il venait juste d’acquiescer aux mots du chancelier: oui, il aimerait bien y vivre un jour avec son mentor.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 370
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
70/70  (70/70)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Dim 3 Fév 2013 - 16:34

Le vaisseau poursuivait lentement son ascension vers l’orbite de la planète. Halussius était assis tranquillement sur son assise. La discussion entre les deux Jedi s’annonçait des plus intéressante.

 « C’est ainsi que tu vois la diplomatie donc… C’est intéressant. Arme et ruse… Vois tu, jeune padawan, beaucoup de personnes au Sénat et dans la galaxie ont la même vision que toi de la diplomatie… et ce sont justement les mêmes que tu considères comme inconstants et de mauvaise foi et qui utilise la diplomatie comme une arme.

La diplomatie est avant tout l’art de s’avoir s’adapter à son interlocuteur… La douceur et l’innocence que tu sembles tant décrier peuvent pourtant être des armes tout aussi redoutable que la confrontation et la fermeté, parfois même elles sont complémentaires… Tout dépend de la personnalité qui se trouve en face de nous. Que l’on soit dans une situation de vive tension, d’affrontement ou en temps de paix, être un bon diplomate implique de savoir s’adapter, jeune padawan. »


Halussius écouta avec attention les propos rapportés par le padawan à propos du jeune Andersen. Le trouble de Luke était aisément perceptible dans la Force. Le récrit du jeune homme faisait froid dans le dos et suscita une certaine émotion chez Halussius, à plusieurs titres. D’une part, Luke confirmait ce qu’il soupçonnait. A son grand regret, le jeune Andersen s’était laissé envahir par le Côté obscur de la Force. Le plus inquiétant sans doute était le fait qu’il s’était trouvé un maître pour le former et l’enfoncer plus profondément dans l’obscurité… Une nouvelle donne qui ne laissait rien présager de bon et des agitations en perspective au Sénat.

D’autre part, Halussius commençait à développer une certaine empathie pour le padawan. Cet épisode l’avait marqué, plus qu’il ne semblait vouloir le montrer. Il ne pouvait imaginer la scène que Luke venait de décrire, mais il pouvait esquisser l’impression que cela avait put laisser sur le padawan.

Alors que le vaisseau venait d’atteindre l’orbite, Luke se leva et se mit debout devant le hublot du compartiment. Halussius lui resta assis à observer. Il avait beaucoup de mal à s’imaginer l’effet que cela pouvait avoir de perdre la vue au cours de sa vie… et surtout si jeune. La voix du capitaine raisonna alors de nouveau.


// Excellence, le vaisseau va entrer en hyper-espace. Nous atteindrons l’orbite de Taris dans quatre heures et vingt six minutes. Nous vous souhaitons un agréable voyage. //

L’annonce était faite à titre d’information. Halussis décida alors de se lever et se posta devant la grande baie vitrée située non loin du hublot devant lequel se trouvait Luke. Les questionnements du padawan ne faisait qu’augmenter l’empathie qu’éprouvait Halussius envers Luke.

 « Tout dépend dans quelle région de Coruscant on se trouve… Mais oui, les habitants de Coruscant peuvent contempler les étoiles. Mais malheureusement, ils sont très peu nombreux à les regarder avec admiration… encore moins à les regarder tout simplement… Les gens se laissent entraîner par le rythme infernale de la cité-monde… Le monde qui ne dort jamais comme certain l’appelle. Un monde en perpétuelle mouvement et où l’activité ne s’arrête jamais… à telle point que ses habitants en ont perdu le temps et l’idée de s’attarder sur les beautés de l’univers. »

Halussius fit une pause un instant alors que le vaisseau s’éloignait de plus en plus de la planète. Il imaginait le padawan, alors plus jeune en train de question le plus respecté des maîtres de l’Ordre.

 « Moi, je suis certain que maître Don prenait un grand plaisir à t’écouter et à répondre à tes questions. »

Halussius paraissait songeur. Une idée lui était venue dès l’instant où Luke avait commencé à le questionner sur le Temple de Coruscant. Puis, il y eut un flash… Les étoiles disparurent en un instant pour laisser place à un flot de lumière bleuté… Le vaisseau venait de passer en vitesse lumière. Halussius se tourna vers Luke et l’observa puis retourna son regard sur le vide de l’hyper-espace.

 « Lorsque j’étais encore padawan, mon maître et moi sommes parties en mission sur Félucia… La planète entière et une immense forêt tropicale ou se confondent des milliers d’espèces animales et végétales. Au cours de la mission, je me suis frotté par inadvertance aux feuilles d’une plante. Une plante vénéneuse dont les feuilles sont tapissées de microscopiques épines imprégnées d’une toxine. Cette toxine avait la particularité de provoquer la paralysie des muscles et des nerfs… autant dire que je serais déjà retourné à la Force si je n’avais pas fait d’effleurer ses extrémités…

Mais je reçu suffisamment de toxine pour que les nerfs de mes yeux soient temporairement paralyser… Pendant, deux heures, j’étais totalement aveugle… Je ne me souviens pas bien de ce que j’ai ressentit sur le moment… mais je me souviens d’une chose que mon maître avait fait pour me rassurer… »


Halussius se dirigea alors vers Luke. Il s’approcha de lui calmement et lui dit.

 « Si tu le veux bien, jeune Luke, j’aimerai que tu fermes tes yeux et que tu laisses la Force influer en toi… »

Halussius ferma alors les yeux et s’immergea dans la Force. Il sentit immédiatement une douce chaleur naitre en lui jusqu’à ce qu’elle se répande dans tout son être. Il se mit alors à percevoir des vibrations… des vibrations différentes de celles produites par les moteurs du vaisseau. Ces vibrations provenaient des êtres vivants présents à bord de l’appareil.

 « Est-ce que tu les ressent ? Les vibrations émanant des passagers de ce vaisseau ? Les pilotes dans le cockpit ? Mes conseillers en plein travail au niveau inférieur ? Les gardes en train de se reposer dans leurs quartiers ? Nous deux présents dans ce compartiment ? Concentre toi sur les vibrations qui émanent de moi »

Tout en parlant, Halussius accentuait sa concentration et son lien avec la Force pour ensuite tenter de lier une connexion avec l’esprit du padawan. Ce qu’il voulait tenter demandait une concentration et une maîtrise de la Force importante. Son maître n’avait guère eut de difficulté à mettre en œuvre le lien avec lui mais Halussius était son apprenti… Maître et padawan était toujours liés dans la Force par un lien particulier.

Halussius leva alors peu à peu les mains pour les placer de part et d’autre de la tête du padawan en évitant tout contact, venant ainsi créer un genre de flux particulier avec la Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2442
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Dim 10 Fév 2013 - 14:23

-Sans doute oui. Vous devez avoir raison.

Répondit évasivement Luke, il était légèrement choqué intérieurement du rapprochement que faisait le chancelier entre son mode de pensées et celui des filous. Néanmoins le Hapan ne rejetait pas en bloc les dires de son aîné, c'était justement l'acceptation, processus difficile, qui l'avait poussé à prendre un air si détaché. Se décoller de son égo même quand on était de nature modeste, changer d'avis parce que l'autre avait inévitablement raison et s'adapter puisque c'était le thème de la conversation, oui s'adapter était une chose aussi difficile de nécessaire. La transition faite, le jeune Jedi n'avait pas envie d'argumenter plus, il savait qu'Halussius était capable de ruse quand il le fallait et surtout qu'il savait doser. Le Padawan préférait croire en lui plutôt que d'argumenter, d'autant plus que son esprit était très occupé par ses souvenirs si étranges. Noirs mais hauts en couleurs, si sombres également. Tout lui revint d'un coup dans la tête, y compris sa séquestration sur Korriban ou plus lointain encore, ses journées sans amour auprès de sa génitrice qui l'avait battu et humilié.

Luke poussa un léger soupir, ses épaules pleines de noeuds se tendirent encore lorsqu'il revint à un passé plus proche concernant un certain Jason Lister. Il chassa définitivement toutes ces pensées de son esprit pour se concentrer sur Maître Arnor, hochant doucement la tête, enregistrant ses propos sans avoir la force d'y répondre. Toutefois une question sortie toute seule de ses lèvres. Luke savait qu'aucune technologie, aucune amélioration ne lui rendrait la vue car la connexion entre son cerveau et ses nerfs optiques étaient morts bien que ces derniers soient encore fonctionnels- ce qui expliquait son réflexe de suivre légèrement du regard les personnes, surtout sur de très grands mouvements lents qui causaient un grand chamboulement.-mais il avait souvent essayé d'imaginer ce que cela donnerait de voir à nouveau. Serait-il déstabilisé? Heureux? Après 8 ans de cécité, il pourrait même entrer en dépression en retrouvant ce don selon les médecins. Mais Luke n'y croyait pas, il se doutait bien de l'égarement, l’étourdissement mais la joie devait être si intense!

-Qu'est-ce que cela vous a fait? Quand vous avez retrouvé la vue je veux dire? On vous avait préparé à devenir définitivement aveugle si le poison ne pouvait être détruit à temps? C'est comment quand on retrouve les couleurs, vous vous en souvenez mieux de ce moment? Maintenant je suppose que vous devez enregistrer chaque paysage, chaque ton en espérant conserver une banque de données précieuses au cas où. C'est ce que j'aurais sûrement fait si j'avais su.

Luke s'imagina une maladie dégénérative où la victime était prévenue qu'elle allait perdre son sens. S'il avait été cette personne, sans doute aurait-il donné tout son argent pour partir dans un grand voyage, visiter les mondes, regarder le ciel chaque soir, chaque matin à l'aurore pour plonger dans le noir plus aisément. Le Padawan ne regrettait cependant rien, car il n'aurait simplement rien pu faire de plus à l'époque. Il n'avait que 7 ans, et ses yeux avaient vu des choses vraiment laides jusqu'à ce jour. Ils s'étaient éteints dans la souffrance avec pour seule belle image, la gentille femme de son père qui le baignait tendrement. Luke avait très peu pu profiter de cet instant, alors très affaibli et sur le point de faire son hémorragie. Il n'avait pas pu se rendre compte de la présence de son géniteur ou de ses demis-frères et soeurs, encore enfermé dans sa bulle. Il avait vu mais pour rien, c'était en grandissant seulement que le Jedi avait reconnu que le monde des couleurs pouvait être beau et qu'il avait compris tout ce qu'il ratait en recoupant les rares images qu'il avait aperçu étant gamin. Les étoiles, le soleil à travers la baie vitrée, les petits animaux dans l'herbe, les couleurs de tissu des robes de Maria Kayan, la beauté inhumaine de cette femme tout aussi inhumaine. Luke était légèrement triste mais surtout curieux et il voulait aussi entendre la suite des aventures d'Halussius en espérant, à travers ce "conte" qui finissait bien, éloigner l'horreur, Velvet et Ulrich Andersen.

La Force l'interpella soudain, un léger sourire ourla les lèvres du Padawan devant l'approche de maître Arnor. Il inclina légèrement la tête. La méthode ne lui était pas étrangère car Saï lui avait apprit à peu près la même chose, pareillement pour son propre instinct. Luke pratiquait cet exercice depuis des années, ce qui n'en diminuait pas la difficulté toutefois. Le contact que quémandait le chancelier était profond et puissant. Le Padawan le connaissait à peine, ce n'était pas comme se connecter avec l'esprit de Saï Don. Pourtant il se prêta au jeu immédiatement, fermant les yeux bien que cela semble inutile. Seulement ses paupières et même ses prunelles bicolores restaient vivantes, il devait donc les reposer pour être totalement disponible. Le jeune Jedi sentit quelque chose s'approcher, le frôler mais finalement son aîné ne le toucha pas, restant à la fois accessible et à portée.

Luke obéit, il avait déjà fermé les yeux et s'apprêtait à chercher à rejoindre Maître Arnor dans cette étrange relation d'esprit, au-delà de toute bassesse du corps. Ainsi lorsque lui, au contraire de son aîné chercha le contact en passant ses doigts sur le visage de son interlocuteur, il n'y avait absolument rien de sexuel, Halussius en tout cas n'avait aucune chance de s'y tromper tant c'était clair. C'était on ne peut plus pur bien que de l'extérieur, l'image pouvait prêter à confusion ou pour les esprits moins tordus, offrir l'impression que deux frères venaient de se retrouver. Luke appela la Force à lui comme il savait si bien le faire, piètre bretteur mais excellent dans l'utilisation de ses dons. Accorder son lien à celui du chancelier était difficile, ce n'était pas le même appel que Saï, cependant le Padawan n'abandonna pas.

Au bout de longues recherches parmi les méandres où se mêlaient respirations de gardes endormis, vrombissements du moteur et battements de coeur, Luke parvint à frôler l'esprit de son vis-à-vis. Il avait depuis longtemps lâché le visage du politicien, se contentant désormais d'un contact uniquement spirituel. D'une onde, Luke testa une fois, deux fois puis trois fois avant de réussir à obtenir une connexion, mais aussi un équilibre afin qu'aucun des deux esprits ne surpasse l'autre. Ils étaient égaux, se cherchant seulement pour communiquer. Quoiqu'il en soit Halussius avait raison, cela avait bien détendu Luke et ce dernier en fut surpris bien qu'il connaissait les vertus de cet exercice.

L'aura particulière du Hapan, toujours très lumineuse s'étendit doucement dans le vaisseau. Il sourit inconsciemment, se laissant porter par le flux de son aîné sans vraiment savoir ce qu'il ressentait, attendant justement ses impressions, via la Force ou la voix s'il voulait couper l'exercice. Luke en tout cas lui était très reconnaissant pour sa part. Il se sentait rassuré et en paix. Comment Andersen avait-il pu quitter ce chemin? Celui des Jedis? Ceux-ci détenaient réellement le secret de la paix et de la sérénité. Luke ne voulait les quitter pour rien au monde, il sentit un élan d'affection pour le chancelier mais aussi pour sa grande famille. Il se sentait bien, remis à neuf, prêt à démarrer à nouveau pour aider les autres, ce qui serait son travail s'il était finalement promu au rang de chevalier un jour, ce qu'il espérait bien entendu, sans pour autant être pressé non plus.

*Merci*

Signa-t-il dans la Force avec une certaine discrétion qui se perdait dans le halo paisible qu'ils avaient tous deux formés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halussius Arnor
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 370
Âge du perso : 40
Race : Humain
Binôme : Aucun

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier Jedi
HP:
70/70  (70/70)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Dim 10 Fév 2013 - 20:25

Les mains toujours placées de part et d’autres du visage de Luke, Halussius s’efforçait de concentrer la Force entre eux. Le lien entre leurs deux esprits était parfaitement établi et la Force influait en eux tel un torrent puissant se déversant le long d’un lit spécialement creusé.

Halussius percevait parfaitement les émotions que pouvait ressentir le padawan. Lier ainsi son esprit demandait, certes une certaine concentration, mais surtout une confiance solide envers celui avec qui on se liait. Après avoir concentré la Force, Halussius s’attelât à étendre son champ de perception dans l’ensemble du vaisseau et à ses proches abords. Malgré sa jeunesse, Halussius percevait un lien fort existant entre l’apprenti de Maître Don et la Force… un lien qui ferait de lui, sous peu, un Jedi puissant.

* Nos esprits sont maintenant liés dans la Force… *

Halussius Avait les yeux fermés… sa respiration était lente, son rythme cardiaque régulier et calme.

* Lorsque ma vue à commencer à se troubler, je me souviens avoir pensé que l’univers autour de moi venait de s’effondrer… Mon esprit était totalement troublé. Je pouvais entendre chacun des bruits autour de moi, mais j’étais incapable de les localiser et de la visualiser… Le bruit le plus insignifiant devenait terrifiant… Je me rappelle que je tremblais tellement d’angoisse et d’inquiétude, que mon maître dû me serrer prêt de lui… ce qui n’était guère dans ces habitudes… D’ailleurs, je me souviens encore de ces paroles… A la fois rassurante mais percutante, m’obligeant ainsi à reprendre peu à peu le contrôle de mes émotions et de me laisser guider par la Force… *


La concentration d’Halussius se porta alors sur une certaine zone du vaisseau… Le cockpit. Grâce à la Force, il pouvait percevoir parfaitement les deux pilotes assis dans leurs fauteuils, en train de faire des réglages et des vérifier leurs écrans de contrôle… Après quelques instants, le pilote fit reculer son fauteuil le long de son rail de maintient… Le fauteuil pivota… Le capitaine se leva de son siège et quitta le cockpit prétextant un besoin naturel…

Halussius entreprit alors de ce concentré sur le copilote rester aux commandes. Il fit alors appel à la Force pour qu’elle s’infiltre dans son esprit… Cependant, Halussius ne cherchait pas à s’emparer de lui, à le diriger et à soumettre son esprit, non, le lien qu’il était d’établir était plus précis, plus fin, plus discret… Il prenait soin que Luke ne puisse pas percevoir ce qu’il était en train de faire, qu’il ne puisse ressentir lui aussi le lien qu’il était en train d’établir…

Après un instant, un sourire se dessina sur le visage d’Halussius… Il avait réussi… Il s’adressa de nouveau à Luke.


* Peu à peu, le calme et la sérénité commencèrent à m’envahir… L’esprit de mon maître et le miens s’étaient unis dans la Force, comme nous venons de le faire. Nos deux esprits ne faisaient qu’un… C’est alors qu’il me posa une question… Il m’a demandé… Que vois-tu, Halussius ? *

C’est alors qu’Halussius entreprit de faire profiter Luke du lien qu’il venait d’établir avec le copilote… Un lien lui permettant de voir à travers ses yeux…

* Que vois tu, Luke ? *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Kayan
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 2442
Âge du perso : 24 Ans
Race : Hapien
Binôme : Ancien Padawan de Saï Don
Sans apprenti(e) pour le moment.

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
70/70  (70/70)
PF:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   Dim 10 Fév 2013 - 22:59

Luke retint un cri. La noirceur habituelle semblait se diluer. Cela arrivait lors d'une explosion, ou si un sabre-laser était vraiment très proche de son visage. Mais rien ne devait normalement dissiper son nuage si sombre. Le jeune homme souffla un bon coup, effrayé par ce qui était en train de se passer mais irrémédiablement attiré. Pour sa part, il ne sentait que le lien qui l'unissait avec Halussius, ne devinant rien des manipulations de son aîné. La chose était donc d'autant plus surprenante pour lui, car tout arrivait par vagues. Après le nuage grisé, il aperçut une espèce de boule blanche étincelante. Égaré dans sa nuit depuis des années, cela relevait déjà du miracle pour Luke et quand il commença à distinguer deux couleurs, le Padawan ne tremblait déjà plus, se contentant de cette vision pour être heureux et fasciné.

Seulement Maître Arnor n'en avait pas terminé avec lui vraissemblablement. Ce que le Hapan considérait comme un véritable accomplissement n'était que le début. Il songea à la finalité de l'exercice mais n'osa pas vraiment y penser, c'était totalement impossible, aberrant. Il se serait contenté d'une histoire assez bien racontée pour vivre par procuration ce retour à la vue, pas une mise en pratique sur sa propre personne. Luke cligna des yeux, préparé au point de retenir sa respiration. Et soudain...

Sur un fond noir mais habillé de nuances subtiles, se dessinèrent des petites boules blanches, admirables, lointaines et hautaines mais si attirantes. La vitre était dérangeante, pourvue de petite salissures qui empêchaient de bien admirer les étoiles, mais pour un non voyant, cette capacité à regarder enfin les astres était plus qu'un miracle, et la cristal mal nettoyé n'avait aucune importance. Il voyait même très bien étant donné qu'un copilote devait être pourvu d'une excellente vision pour être embauchée. Luke retenait toujours sa respiration, au point de manquer d'oxygène et haleter quand son instinct le poussa enfin à reprendre son inspiration.


-Les... Je vois les étoiles... Je crois et... le siège il est... C'est rouge cette couleur non?

Le Padawan était obligé de suivre les yeux du copilote, ce dernier jeta un regard derrière lui pour savoir où son compagnon était resté traîner, Luke aperçu le vaisseau. Il s'attarda autant que possible sur les petites pièces, les boulons et autres éléments qui composaient le cokpit puis recula légèrement lorsque plein de petites lumières clignotèrent devant lui, sûrement le tableau de bord. D'une main, le jeune Jedi essaya de les attraper bien qu'il ne le pouvait pas bien entendu, mais ses notions de distances et de réalités étaient totalement altérées. Dans la vitre il aperçu le reflet de l'homme, c'était donc ça la couleur chair? Luke savait que des nuances existaient selon son souvenir, mais il n'avait pas l'occasion de les découvrir, ni de se voir lui, mais qu'importe, il était déjà fasciné par le visage humain qu'il voyait mal mais bien mieux que depuis 10 ans tout de même. Quelque chose foisonnait sur le menton de la personne, de la barbe? Oui son père lui faisait parfois des câlins et cela piquait, c'était ça la barbe. Instinctivement le jeune homme porta une main à son propre menton, mystérieusement imberbe depuis toujours.


Ne sachant où poser ses mains le Hapan les fit glisser sur Halussius pour ne pas tomber, car toutes ces choses qu'il voyaient soudain lui donnaient l'impression qu'il allait chuter. D'ailleurs retrouver la vue avait totalement effacé ses notions d'équilibre et il vacilla. La fatigue s'empara également de lui. N'étant plus habitués à servir, ses yeux le brûlèrent avec intensité, le Padawan sentit des larmes couler sur ses joues. Il stoppa de lui-même le processus, épuisé et tomba dans les bras du chancelier, éclatant en sanglots.

Jamais, même avec Saï depuis son passage au tribunal quand il avait 11 ans, Luke ne s'était autant laissé aller. Il aurait aimé voir bien d'autres choses mais c'était déjà si beau! Le Padawan n'eut même pas l'idée de demander à Maître Arnor s'il pouvait réparer sa vue. Un tel processus, si stupéfiant devait vider le Jedi de ses forces, et cela ne devait pas être possible, c'était trop beau pour durer, un véritable miracle. Mais qu'importe, le Hapan s'en satisfaisait, il avait au moins retrouvé un peu de notions de couleurs même si bientôt il oublierait à nouveau ce qu'était le rouge et poserait une espèce de gris sans saveur sur les visages.

-Merci...


Fit-il en plongea son visage dans le cou du chevalier sans savoir comment ce dernier réagirait. Luke n'était pas tactile de nature, il n'aimait pas être réellement touché, mais tout cela avait été si surprenant, soudain qu'il devait bien recoller à la réalité. Halussius lui avait offert un rêve dont le Padawan ne souffrait même pas en le sachant irréalisable, il s'était résigné mais le chevalier avec la Force lui avait montré ces étoiles dont enfant il parlait toujours et qu'il continuait d'aimer sans pourtant savoir à quoi cela ressemblait. Enfin jusqu'à maintenant.

Après un moment, le Jedi se décolla de son aîné, gêné, il retrouvait petit à petit le sens des réalités, dont celui qui indiquait qu'il avait failli se moucher sur la toge du Chancelier Suprême.

-Pardon... Je... C'est totalement inconvenant, je suis désolé. Encore merci... Merci maître, et je suis... Prêt pour Taris, je crois que nous arrivons.

Fit-il encore un peu déboussolé en se laissant tomber dans son siège. Luke aurait pu exiger plus, vouloir à tout prix retrouver la vue, mais il prenait ça pour un cadeau inespéré, pas une quête. Il avait déjà tellement de chances! Lui qui se sentait déjà en paix lorsque Halussius avait commencé le processus, il avait été encore plus gâté. Incroyable, tellement incroyable que le jeune Jedi ne demanda même pas comment maître Arnor avait fait. Cela faisait parti du miracle, du mystère. Il ne se posa pas non plus la question fatidique: "pourquoi maître Don ne savait pas faire ça et pourquoi il n'avait jamais rien tenté de tel". C'était une parenthèse dans sa vie, une parenthèse magnifique alors autant ne pas tout gâcher avec des demandes trop terres à terres. Une chose était sûre néanmoins dans tout ce flot d'incertitudes et de magie floue, Halussius avait gagné une voix à vie, un ami fidèle. Luke le suivrait jusqu'au bout et s'exécuterait à la moindre demande de ce dernier. Il avait sa totale confiance. Le Padawan abordait désormais ce stage avec tous ses sens en éveil -mis à part la vue bien sûr.- prêt à apprendre encore et toujours de cet homme merveilleux. Ce mentor à part qui certes, ne saurait remplacer Saï Don ou son père qui l'avait sauvé, mais que jamais l'apprenti devait oublier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le stagiaire qui ne pouvait pas servir le café... [PV Halussius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-