La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Entretien improbable [Joclad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Entretien improbable [Joclad]   Dim 30 Déc 2012 - 15:13

Lorsqu’on est incapable de bouger un fauteuil de place sans terminer essoufflé, il est nécessaire de jouer sur d’autres atouts que le physique et la force. Jusqu’ici, ça m’avait servis.. Ma remarquable aptitude cognitive m’avait sortis de plus d’un problème.. Et sans vouloir me vanter, sans elle, Velvet m’aurait depuis longtemps congédié et ignoré. Ca et d’autres données que je ne m’expliquais toujours pas.
J’avançais de façon assez inégale vers un objectif que je définissais mal encore. Une chose était sure.. J’avais réussi à la convaincre de venir ici, et ça, c’était une victoire. Je ne doutais pas qu’elle fut sincère en disant qu’elle avait des affaires à régler ici. Mais si elle m’avait souvent écouté, je ne pouvais pas dire qu’elle avait souvent fais ce que je lui avais proposé. Bref, je ne sais pas vraiment ou j’en étais dans son « recadrage », mais une chose étais sure : j’avançais. Depuis ou ? Vers ou ? Trop tôt pour le dire..

Mais passons.. Pourquoi Alderaan ? Parce que je ne savais rien de ma situation auprès des Jedi, et que certaines choses que j’avais mises de côté devaient être réglées. Et ce même si j’étais porté absent, disparu, ou même dissident. Et pour ce faire, j’attendais une connaissance..
S’il faut revenir sur mes capacités à planifier, alors il faut que la chasse à l’information soit dans le top de mes qualités, et ce pas seulement au sein d’une bibliothèque. Il y avait une personne qui ne me mettrait jamais de bâton dans les roues tant que je n déconnais pas ouvertement. Ce Chevalier Jedi, le premier padawan de mon maître, m’avait informé de bon cœur des déplacements du padawan Draayi dès lors que je l’avais informé de mon intention. Une fuite ? Ce camarade aurait donné sa vie pour me couvrir. Et la réciproque était tout aussi vraie.

Etudes ou autres, ça m’était égal. La raison de la présence de Joclad sur cette planète pourrait être un sujet de conversation comme un autre. Encore que je n’avais pas vraiment de temps. J’avais deux heures avant que celle dont je me faisais la confiance ne mette les voiles. Aucuns doutes sur le fait qu’elle ne m’attendrait pas. Bon.. Il était possible que si, et j’en serais ravi, mais je ne tente pas le diable, pas mon genre. Deux heures.. C’était largement suffisant en théorie…


Vêtue d’une robe de voyage qui n’avait plus rien à voir avec l’habit des Jedi, je rabattais mon capuchon, quittant le coin sombre ou j’étais resté pour observer la place qui menait à l’université de la ville. Oui, il était là. Et pile à l’heure. Bon.. Il s’agissait de le surprendre sans l’inquiéter. Je n’étais pas recherché, mais si Joclad tirait son sabre, on me reconnaitrais sans doutes, et je ne tenais pas à ce qu’on apprenne que c’est de mon plein gré que je défie les directive de l’Ordre. Du moins pas tant que je ne serais pas en mesure de m’en défendre en bonne et due forme, un fois ma tâche accomplie. Pouvais-je faire confiance au jeune padawan ? Etant donné ce que je voulais lui proposer, je me devais de lui accorder le bénéfice du doute.

Me lançant dans la foule, je me camouflais dans la Force, de façon à me fondre dans la masse. Pourtant, fixant le dos du garçon, je glissais comme une ombre entre les gens qui allaient et venaient, sans jamais en frôler un seul. Chaque pas, fluide, me rapprochait de lui. Je m’ajustais à sa vitesse et passais à côté de lui, évitant de poser ma main sur son épaule, ce qu’il l’aurait surement surpris, et c’était un risque inutile, donc de ceux que je ne prendrais pas.

Levant un peu le nez pour laissant un brin du soleil magnifique de cet après-midi pénétrer sous mon capuchon pour éclairer mon visage, je lançais dans un mi-murmure clairement adressé au jeune homme :


-Bonjour mon garçon ! Je peux te prendre quelques moments avant que tu ne t’abandonnes à Aldera ?

Je posais ma main sur son épaule et ajoutais avec sérieux :

-C’est important et j’aimerai autant que ça reste entre nous pour le moment..

J’annonçais la couleur. Mon statut me rendais pas forcément désirable, et Joclad pouvait tout à fait juger qu’il n’avait affaire avec moi que pour me faire entendre raison, me ramener au Temple et certainement pas écouter les paroles d’un Jedi qui pouvait sembler dévoyé.
Allons Léonard.. Tu es vraiment en train de perdre tout sens de la mesure..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Jeu 3 Jan 2013 - 10:47

Il arrive toujours des moments où vous avez l’impression que tout dérape autour de vous, que vous ne contrôlez plus rien. Ou pire encore, vous vous rendez compte qu’en fait, vous n’aviez jamais rien contrôlé. Je n’irais pas jusqu’à affirmer que je suis dans ce dernier cas, bien heureusement. Il y a eu beaucoup de mouvements ces derniers temps, que ce soit avec l’attaque du Temple et des vaisseaux d’évacuation après ma rencontre assez tendue avec Andersen ou alors cet affrontement sur Mon Calamari. Mais ce qui m’a le plus marqué, c’était le départ de Lant. Elle avait été jugée prête à devenir la padawan d’un Jedi. Et padawan elle est effectivement devenue.

Depuis mon retour au Temple il y a de ça un peu plus d’un an, j’avais retrouvé mes anciens amis, et Lant en faisait partie. Bien sûr, je n’étais pas constamment en mission avec ancien mentor et je revenais souvent au Temple, mais l’effet, les sensations n’étaient pas les même. Je n’étais pas constamment avec eux, comme à présent. La voir partir pour la première fois avec maitre m’avait bien évidemment rendu heureux, heureux pour elle. Mais j’avais également réalisé ce que mes amis avaient ressentis lorsque moi-même, je les avais quittés pour la première fois il y a plus de sept ans déjà. Une certaine tristesse, et surtout, un certain sentiment d’inquiétude.
Ah Joclad.. tu t’inquiètes pour rien.. Une phrase que l’on me répétait trop souvent.

Mais si j’étais sur Aldéraan depuis quelques jours, ce n’était bien évidemment pas pour cette raison. Et ce n’était pas non plus uniquement pour contempler la beauté de la diversité de paysages que pouvait offrir cette magnifique sphère de vie flottant au milieu du vide qu’est l’espace. Quoi que cela aurait pu être un argument tout à fait valable. C’est d’ailleurs l’un des principaux arguments avancés par la grande majorité des personnes qui sont de passage sur ce monde. Tandis que d’autres faisaient le voyage pour Aldéra. Et je faisais partis de ceux-là.
En fait, cette rencontre sur Mon Calamari me revenait encore et toujours en tête. Non, ce n’était pas la première fois que je me retrouvais face à un Sith, ou plus exactement, une apprentie Sith. Et à chaque fois, ce fut différent. La première fois, ce fut au Temple, avec Akared, lorsque ce dernier avait ramené Lunara. Ensuite, ce fut sur Kuat, avec Viladra. Mais dans aucuns de ces deux cas, j’ai dû faire face. Or, sur Mon Calamari, je m’étais retrouvé à lutter non pas seulement pour ma vie, mais pour celle de mon amie et de nombreux civils, innocents et étrangers à ce qui était en réalité une vengeance personnelle. Alors, bien sûr, je me serais volontiers rendu à Aldéra pour fouiller dans les archives Républicaines afin d’y trouver l’identité de mon adversaire de Mon Calamari mais, en soi, c’était à la fois une stupidité en plus de me mener, certainement, à faire chou blanc.

Alors pourquoi étais-je sur Aldéraan..
Depuis que Lant a quitté le Temple, un autre de mes amis, Johun, suivait un stage spécialisé dans tout ce qui concerne le pilotage de vaisseaux et de speeders, ailleurs, loin d’Ondéron. Quand à Cale, il était trop occupé à étudier aux archives du Temple. Chose qui ne lui ressemblait certes pas mais qui s’avérait visiblement nécessaire. Du coup, en dehors des heures de cours journalières, l’ennui commençait à pointer le bout de son nez. Je serais bien partis faire escale moi-même, de mon propre chef, sur une autre planète afin de m’y changer les idées. Mais je n’avais pas le titre de chevalier, et de ce fait, je ne pouvais en théorie pas sortir du Temple.

Mais bien heureusement, celui que j’appelle depuis longtemps Chevalier ou bien Maitre Vulnik, l’ancien mentor de mon ancien mentor à moi, devait se rendre sur Aldéraan pour croiser certaines archives d’Aldéra avec celle du Temple. En soi, ce n’était pas quelque chose qui m’intéressait maie en revanche, c’était le bon moment pour se changer les idées. Et puis Vulnik ne pouvait pas refuser que je l’accompagne dans un voyage sans danger afin de fouiller dans des archives. Au mieux, je l’aiderais et tout irait plus vite. Et c’est donc de cette manière que je frayais à présent un chemin à travers la foule qui envahissait la grande place.

En soi, je n’aimais pas la foule. Non pas que je n’étais pas du genre sociable, mais j’en gardais pas forcément de bons souvenirs. Aussi, j’étais toujours un peu tendu. Surtout que j’étais seul. Le chevalier Vulnik était déjà en train d’étudier depuis tôt ce matin. Il m’avait laissé me reposer –c’était la première fois depuis très longtemps que je ne me levais pas avant ou à l’aube.- en me laissant un message comme quoi j’avais quartier libre aujourd’hui. Mais je m’étais laissé dire que j’allais tout de même l’aider. Et je marchais donc, glissant entre les attroupements grâce à ma taille fine et à mon agilité. L’esprit en partie ailleurs, songeant à ce que pouvait bien faire Lant en ce moment, je fus bien évidemment surpris à en faire presque un bond lorsque j’entendis presque un murmure, une voix connue et qui ne s’oublie pas.

Mon regard glissa sur le côté, croisant celui du chevalier Tianesli. Je prenais le temps de le dévisager, comme pour m’assurer que je ne me trompais pas de personne. Que pouvait-il bien faire ici !
Aussi, lorsque j’eus la certitude que ma première pensée étais fondée, mon regard devînt quelque peu plus dur. Et c’est en bégayant de surprise que je lui répondait :

-Hum heu … chevalier Tianesli… Que, qu’est-ce que vous faites ici et… co-comment saviez-vous..

Il faut dire que des rumeurs sur les récents actes dudit chevalier avaient circulé au travers des couloirs du Temple. Et que ces dernières n’étaient pas franchement positives. N’étant pas très friand des rumeurs, j’étais toujours émis de certaines réserves. Car le mieux n’est-il pas de confronter les points de vue des personnes concernées avant d’émettre un raisonnement logique ?

- Bien évidemment que je peux vous accorder mon attention ne serait-ce qu'un instant. Et puis ce n'est pas comme si je me posais des questions votre sujet. Et puis..

Enfin… Il affirmait tout de même que ce qu’il avait à me dire était urgent, et surtout, visiblement important. Et j’appuyais encore plus mon regard, visiblement plus intrigué par la situation. Pourquoi moi ? Pourquoi pas un maitre ou un chevalier ? Vulnik n’était pas loin, en plus ! Et puis, surtout, comment avait-il fait pour savoir que je me trouvais ici ? Un simple concours de circonstance, la Force avait-elle agit ou bien quelqu’un l’avait-il informé de l’endroit où je me trouvais ? Dans tous les cas, même si certaines rumeurs affirmaient qu’il avait tout simplement quitté l’Ordre car on ne l’avait plus revu au Temple depuis trop longtemps, je n’y avais jamais cru. Certes, sa façon de penser et ses multiples désaccords avec le Conseil pouvaient aller dans le sens de cette rumeur, mais pour l’avoir rencontré et discuté longuement avec lui, je ne pouvais l’admettre. S’il l’avait fait, alors c’est que la raison était plus que valable. Encore fallait-il que je la connaisse. Je lui accordais donc le bénéfice du doute.

- .. Et puis vous avez pris le temps de m’écouter, lorsque l’on s’est rencontré sur Ondéron, à l’astroport. Je me dois bien de vous rendre la pareille, et cela malgré ce que certaines rumeurs disent de vous au Temple. Je suis tout ouï, chevalier Tianesli.

J’avais repris ma marche, plus lente, avec la volonté certaine de ne pas attirer l’attention sur lui, et donc, sur moi. Vu la manière dont il m’avait abordé, c’était la chose la plus préférable à faire.

- Mais si ce que vous avez à me dire est vraiment important et dois rester entre vous et moi, alors mieux vaut éviter la bibliothèque et tout autre lieu trop fréquenté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Sam 5 Jan 2013 - 13:11

Malgré tout, la stupeur du plus-si-jeune-que-ça novice m’arracha un invisible sourire. Il était tout de même plaisant de remarquer que même si je quittais peu le Temple, aujourd’hui que je m’étais imposé l’exil, je restais efficace dans mes façons de faire.
Du reste.. Tous se passaient comme prévu. Par principe comme par redevance, Joclad semblait m’accorder le bénéfice du doute, et me laisser une marge de manœuvre pour le convaincre, ce que j’entendais bien faire. A cet instant, j’en étais déjà à me demander ce que je pouvais lui dire et ce qu’il valait mieux, pour lui surtout, qu’il ignore.. Je fus quand même surpris qu’il achève son temps de parole en se rendant complice.. Qu’il m’accepte était une chose, qu’il plussoie et aide ma volonté de rester discret et caché, c’était autre chose..
Avec maître Vulnik qui n’était pas loin, j’avais sincèrement crains de devoir mener une course pour repartir.. A présent, je commençais à devenir plus serein. J’avais certes partagés certains moment privilégiés avec ce padawan-là, et eu des conversations qu’il n’aurait pas pu avoir avec tous. Mais si je m’attendais à cela.. Soyons honnête, disons que c’était une des multiples branches de l’arbre du possible, et que je l’avais envisagé depuis le début. Mais je restais surpris cependant. Agréablement surpris.

Souriais-je pour autant ? Non, bien sur. Ma mine était grave, un peu fatiguée d’ailleurs, mais intérieurement, j’étais déjà fier de lui.. De son regard dur qui ne semblait pas exclure de possibilité et qui restait sur une juste méfiance.. De sa réaction saine face à une brèche dans le train-train quotidien d’un jeune Jedi.. Une brèche qui, je le savais, pouvait être des plus troublante.


-Sages paroles mon garçon, en effet. Encore que la masse soit souvent le meilleurs endroit pour se câcher. Mais pour le coup, j’aurais besoin de calme.. Suis-moi je te pris..

Prenant le padawan par l’épaule, je lui indiquais une rue qui semblait aller pour faire le tour de l’université. Veine latéral, sa fréquentation n’était en rien comparable à celle de l’artère principale. C’était dans ce genre d’endroit qu’on trouvait les commerces, échoppes et lieu d’hébergement qui faisaient le quotidien des étudiants d’Alderaa. J’entrainais le jeune homme dans ce qui semblait être la cantine d’un hôtel tout à fait modeste et à l’allure respectable dont tous les occupants –ou presque- semblaient être en cours ou ailleurs, laissant la petite sale presque vide. L’invitant à s’asseoir à ne petite table circulaire, je retirais mon capuchon, secouant la tête pour libérer mon catogan avant de prendre place à mon tour.
Le serveur qui semblait s’ennuyer vint de suite à notre table, espérant faire de nous son occupation de la journée.

-Un thé je vous prie. Avec du miel. Tien, fais-toi plaisir Joclad, c’est moi qui invite.. C’est le moins que je puisse faire…

S’en suivit quelques minutes de conversation anodine avec le padawan. Des nouvelles de sa santé, la progression de sa formation, des questions sur la vie au Temple et les priorités actuelles de l’Ordre.. Bref, autant de sujets peu importants, du moins non capitaux, que je me plaisais à utiliser jusqu’à ce que le serveur revienne avec notre commande. Alors que je le regardai s’éloigner avec un silence nouveau, il devint claire que j’attendais son passage car je ne voulais pas être interrompu dans ce que j’allais avoir à dire.
D’un geste de la main, je sortis ma montre de ma poche, la regardais un instant avant de poser mes deux yeux gris dans ceux de mon padawan.

Le mercure glaciale de mes yeux pesait à présent, inquisiteur, sur le jeune homme : nuls doutes que j’allais entrer dans le vif du sujet. Détournant les yeux, je poussais un soupire pensif avant de commencer, à la fois ailleurs et particulièrement présent dans la conversation que j’entamais de ma voix blanche et impassible.


-Tout d’abord mon garçon, je te remercie de m’accorder ta confiance. Tu as confirmé ce que je savais déjà : je ne suis pas en odeur de sainteté au Temple, et ta présence ici n’en est que plus élogieuse. Ton sentiment m’honore, vraiment. Et je m’excuse d’avances des désagréments qui sauraient en découler, bien que j’espère avoir fait au mieux pour t’éviter tous problèmes.

Je soupirais à nouveau, las de cette situation.. Sans pour autant pouvoir encore en m’en extraire.

-Je ne sais pas ce qu’on t’a dit, et je doute qu’on t’ait dit ce qui étais juste. Je n’ai pas quitté le Temple, et je m’estime toujours digne de porter l’habit de Jedi, du moins je me plais à le croire et je doute d’avoir démérité ce privilège jusqu’à ce jour. Je n’ai aucune envie de quitter l’Ordre.. Ou disons qu’aucun des évènements présent ne serait liés à une potentielle envie d’indépendance.
Non.. En revanche, si je dois perdre ma bure pour faire ce qui me semble juste, alors je la perdrai, et ce sans hésiter..


Je reposais mes yeux dans ceux de Joclad, sérieux au possible.

-Car c’est de cela dont il s’agit : faire ce qui me semble juste. Pour ce faire je dois, hélas, agir seul, et de toute façon, je doute que ce que j’ai à faire plaise particulièrement au Conseil, surtout vu les temps courants.. Non.. C’est triste mais le mieux reste que j’agisse tel que j’ai commencé à le faire..

Je commençais à boire mon thé, appréciant ce dernier, puis commençais à y ajouter une cuillère de miel. D’un geste savant, j’empêchais l’habituelle traînée de ce semi-liquide de filer tout droit sur la table, avant d’homogénéiser ma tasse avec cette même cuillère, appréciant le fumet nouveau qui s’en dégageait.

-Que ce soit clair, Joclad.. Je ne te demande rien vis-à-vis de cela.. Si tu estimes devoir répéter ce qui se dira ici, fais-le. Ton sens de ce qui doit être fait est tout aussi important que le mien, et je ne veux pas te mettre dans une situation embarrassante, que ce soit vis-à-vis de ta conscience comme vis-à-vis du Temple. Ne vas pas t’inquiéter pour moi.. Je saurais me débrouiller, et ce même si tu estimes devoir dire que tu m’as vu aujourd’hui, et en aucun cas je ne t’en tiendrais rigueur.

Et je le pensais. La confiance de Joclad était, à ce jour, un privilège, et je ne voulais pas en abuser en le tenant dans un secret qui pourrait lui couter beaucoup sans pour autant qu’il ait fait quoique ce fut pour mériter un tel sort.

-Pour être plus conc..

Je m’arrêtais en pleine phrase, pensif.. Puis repris, plus soucieux.

-En fait je crois qu’il serait plus sage que je te laisse poser tes questions.. Je ferai ce que je peux pour y répondre avec précision et concision.. Ensuite nous enchainerons, lorsque tu seras sur d’avoir bien compris ce que tu voulais comprendre.. De la sorte je ne risque pas d’en dire trop ou trop peu..

Passant alors la parole, je retournais à ma tasse, profitant de ce thé qui semblait m’avoir manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Dim 6 Jan 2013 - 21:08

Dès l'instant qu'il m'avait abordé et expliqué de manière très synthétique la situation, il m'était venu une question. Pourquoi moi ? Pourquoi moi et pas Maitre Vulnik, qui se tenait certainement assis devant une console de l'académie d'Aldéra à comparer des données concernant je-ne-sais-plus-quels-sujets ? Surtout que d'une manière générale, Maitre Vulnik était quelqu'un de très ouvert et à l'écoute des autres. Mais en y repensant, si j'avais été à sa place, je n'aurais pas fait irruption dans l'académie, je n'aurais pas emprunté les ascenseurs et je ne me serais pas planté devant Maitre Vulnik non plus. Le connaissant plus que bien, je savais qu'il était très sérieux quant au respect du Code et tout ce qui tourne autour. Et lorsque l'on connait ne serait-ce qu'un peu le passé de la personne qui se tenait devant moi, la seule déduction logique finissait sur une incompatibilité.

J'étais sans doute très à côté du véritable motif, le miens étant que très secondaire, un petit détail en quelque sorte. Et puis, Maitre Vulnik le caractérisait comme "disparu", "égaré" lorsque le sujet de nos discussions déviait sur le sujet. L'éviter était donc le mieux à faire. De mon côté, je lui accordais le bénéfice du doute. De par les moments partagés et nos discussions, j'avais la certitude qu'il y avait derrière tout cela une raison implacable. Et de ce fait, une nouvelle question s'immisçait dans mon esprit : Quoi ? Quel est cette raison ?

Et pourtant, je gardais ce regard dur et soupçonneux. Car il restait la possibilité que je me trompe sur toute la ligne. Et je voulais avant tout éviter de me précipiter, de me jeter dans quelque chose que je risquais de regretter sans avoir au préalable peser le pour et le contre. Acquiesçant donc d'un signe de tête prononcé, je me laissais guider à travers la foule, glissant entre les attroupements avec adresse. Et cela jusqu'à la cantine d'un petit hôtel situé dans une des nombreuses petites rues de la capitale planétaire. A peine entré, je balayais la salle du regard. Il n'y avait pas foule, et c'était sans doute une bonne chose. Prenant place en face de lui, je passais la main dans mes cheveux, derrière mon crâne, visiblement un peu plus mal à l'aise au fur et à mesure que je me demandais si j'avais choisi la bonne solution. Tout cela pour finalement poser un bras et une main sur la table alors que le serveur s'était approché pour visiblement prendre une commande.

- Ce sera la même chose pour moi, s'il-vous-plait.

J'aurais pu commander bien d'autres choses mais il était visiblement clair que Léonard n'avait pas toute la journée à m'accorder. Et puis, en soi, un thé me convenait parfaitement. Mais à ma grande surprise, la conversation débuta sur de simples ragots. Moi qui m'attendait à rentrer directement dans le vif du sujet, je me retrouvais à parler de moi, de mes séjours sur Coruscant, Kuat et Mon Calamari tout en évitant le cas Andersen, n'en ayant parlé à personne, d'ailleurs, mais aussi du Temple et de l'Ordre.

Et lorsque le serveur refît son apparition, je me rendais compte que j'étais resté dans le vague tout au long de la discussion. Tout simplement parce que mon esprit était rivé sur quelque chose d'autre, un sujet qui me semblais tellement plus important. Le remerciant, je regardais quelques secondes mon thé, me demandant s’il n’attendait pas que je le lance sur le sujet. Mais bien heureusement, non. Car je m'en sentais incapable, comme pétrifié à l'idée de lui demander directement.
Et dès les premiers mots, rien qu'en le regardant, j'avais compris qu'il aurait préféré me tenir à l'écart de ce qu'il allait me révéler. Sans doute le fait qu'il ne me regardais pas alors qu'il s'adressais bien à moi. Et cela se confirma avec ses paroles. Des paroles qui sonnaient encore plus grave de part sa voix blanche et son impassible, ce qui ne manqua pas de me faire très légèrement frissonner.
Bon sang Joclad, dans quoi t'es tu encore embarqué..

- Vous savez, au Temple, on se garde bien de discuter de ce genre de choses. Mais les seules véritables rumeurs, et je parle bien de rumeurs, vous portent disparu. Ensuite, Maitre Vulnik, pour en avoir discuté avec lui, parle de vous comme un "garé". Et je dois avoué que je ne comprends pas trop ce terme.

Je soupirais, laissant comprendre que j'étais en désaccord avec ces pensées.

- Quand à moi, je me suis toujours laissé dire que vous n'aviez pas quitté le Temple. Que vous étiez simplement absent, que vous aviez une excellente raison pour cela. Sans doute est-ce parce que j'ai déjà bien discuté avec par le passé, je sais pas trop. Mais c'est un fait.

J'acquiesçais donc lorsqu'il enchaina justement sur ce sujet. Car j'étais tout à fait d'accord. Ou tout du moins en grande partie. Car l'idée de le voir quitter définitivement l'Ordre, même pour une raison aussi importante soit-elle me mettait mal à l'aise. C'est quelque chose que je n'explique pas. C'est comme si Nahla quittait le Temple sur un coup de tête, je le vivrais pas de la meilleure façon possible.
Cela étant dis, j'entamais lentement mon thé, hésitant à l'idée d'y ajouter un peu de miel. C'était un mélange que je n'avais jamais tenté. Chose qui influa sur ma décision d'en verser une cuillère dans ma tasse. Car après tout, lorsque l'on refuse, on passe parfois à côté de bonne choses. Et effectivement, je ne le regrettais pas, savourant le mélange.

- Vous savez.. Je ne l'ai dis à personne mais lors de mon récent séjour sur Kuat, j'ai voyagé avec Ulrich Andersen à bord d'un vieux transport faisant la liaison Coruscant. Vous êtes sans savoir que l'Ordre le recherchait. Et bien je n'ai rien dis malgré de profondes réserves. Car au final, je me suis laissé dire qu'il avait le droit de tenter sa chance. De ce fait, je pars du même principe avec vous étant donné que je ne connais pas la raison qui vous pousse à agir ainsi.

Je laissais ainsi supposer que cela pouvait changer à tout moment. Car il suffisait d'un rien pour que je me bloque et que je refuse d'aller plus loin. Mais au final, lui aussi avait le droit de tenter sa chance, non ? D’où le fait que je lui laissais le bénéfice du doute. Aussi, je l'écoutais me dire que c'était à moi de commencer, en posant les questions qui me passaient par la tête. Chose à laquelle je m'attendais depuis le début de notre conversation. J’appuyais mes coudes sur la table et plantais mes yeux sur lui.

- Ca tombe bien, car j’en ai, des questions. Et à vrai dire, elle tourne toute autour du même sujet. Tout d’abord, pourquoi venir me voir moi ? Cela me concerne-t-il personnellement ? Parce que si ce n’est pas le cas, je suis sûr qu’il y a des membres de l’Ordre qui sont prêt à vous entendre, des personnes bien mieux placées et qualifiées. Je me trompe ?

Je soupirais, l’air quelque peu hésitant.

- Sinon, c’est une question que tout le monde se pose surement au Temple à votre sujet.. Pourquoi disparaitre, comme ça, sans prévenir ? Qu’est-ce qui vous pousse à vous cacher ainsi ces derniers temps ?

Je m’apprêtais à dire autre chose mais rien ne sortit de ma bouche. Je restais en suspens, n’ayant visiblement plus rien à dire. J’avais la certitude d’avoir plus de questions à poser et pourtant, j’en restais là, la bouche entrouverte. Je me reculais alors contre le dossier de la chaise, attrapant ma tasse.

- Je.. je crois que c’est tout, pour l’instant.. A votre tour, je pense qu’il est préférable que je vous coupe si je le juge nécessaire, Maitre Tianesli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Mar 8 Jan 2013 - 20:38

Joclad gardait un œil méfiant, et sa voix était sure.. J'étais content de ne pas voir un jeune homme braqué, ou encore un jeune homme larve.. Il agissait dans un serein juste milieux.. Refusant la complaisance et gardant l'esprit ouvert avec une méfiance et une prudence dont j'étais fier tant elles étaient normales ici.
Je ne m'en offusquais pas.. Obscur dans mon propos, j'avais sûrement réussi à le rendre perplexe et même l’inquiéter..
Mais laissons-là mes suppositions, il était temps d'engager la véritable conversation.. Et de le laisser parler.. Car c'était bien lui qui définirait la suite.

Je poussais un sifflement lourd de ressentiments envers les rumeurs et même ceux qui pouvaient me considérer comme un « égaré ».. Cette appréciation se nourrissait de ma disparition, mais englobait toute mon « œuvre » et j'appréciais très peu ces maîtres arriérés qui me décriaient sans arguments, par peur du progrès, de l'inconnu, ou amour aveugle de la tradition.. J'avais compris et accepté leur point de vue, admettant ce dernier comme étant sage, avec ses avantages propres.. Trop peu me rendaient la pareil, et mon absence semblait délier les langues de serpent qui, sans le tribun implacable que je pouvais être dans les parages, sifflaient leur poison avec joie.
Et par contraste, j'appréciais la foi de Joclad en moi d'un hochement de tête appréciateur..
Oui, pour moi c'était flagrant comme distinction, de marbre que j'étais.

Mais là n'était pas réellement le propos.. Idem pour Ulrich.. J'eu un instant invisible de surprise avant de classer méthodiquement cette information.. Cette dernière n'avait rien de pertinent sur l'heure, et j'aurai tous le temps de m'attarder dessus.. Le bilan de ce souvenir évoqué étant simplement le fait qu'il me laissait le privilège du doute. Parfait, il était donc temps de le laisser éprouver cette conviction qui semblait lui faire m'accorder sa confiance.
Jouons donc, carte sur table.

J'écoutais avec calme et imperméabilité ses question.. Je restais posé et totalement impassible, une main perdue dans ma barbe tandis que l'autre portait à mes lèvres un thé déjà sévèrement entamé. Mais pas une fois mon regard, alors inquisiteur et perçant, ne lâcha Joclad.
Au delà des mots, je cherchais sa pensée précise pour y répondre au mieux.. Mais c'est ainsi que je notais une velléité de parole avortée.. Remise ? Ou abandon ? En tout cas, c'était mon tour de répondre..

Et sans même m'en excuser, je répondais à sa deuxième batterie de questions, répondre à la première étant le but et non la base de notre conversation.


-Ce que je faisais.. Pourquoi avoir disparu.. Pour mes idées, mon jeune ami.. Pour faire ce qui me semble juste.. Action issue de ma pensée, laquelle n'est pas approuvée par le Temple de bien des façon..
De plus, ils diront que je suis le plus mal placé pour faire ce que je veux faire.. Si tenté qu'ils estiment la tâche que je me suis fixé comme étant viable..


Je soupirais, voulant clairement en dire le moins possible, mais cherchant cependant à rendre à Joclad une juste réponse à sa curiosité.

-Je suis avec ce que beaucoup qualifieraient, par principe « hautement indésirable ».. Je ne vais pas te laisser supposer : je chemine avec un Sith. Un Sith qui a choisi de l'être par défaut de choix.. Une personne..

J'eus un moment de trouble.. Pourtant ma voix revint, avec une douceur étrange et peu coutumière, que Joclad aurait pu lire dans mes yeux par le passé que s'il m'avait vu soigner.

-Une personne en qui j'ai finis par comprendre que je pouvais avoir confiance, et non pas seulement parce sans elle, ma mission aurait été un échec et ma vie grandement écourtée. Il ne s'agit même pas de dire qu'elle mérite une seconde chance.. C'est une personne qui souffre.. Beaucoup.. Beaucoup TROP en fait..

Je hausse les épaules, reprenant un ton beaucoup plus dogmatique :

-Le temps est trop trouble pour que le Temple aille au cas par cas.. Être Sith est un crime aux yeux de la République, et mes théories reprouvées prouvent que les Jedi n'en sont pas encore à faire dans la dentelle.. Si j'ai disparu, c'est par devoir.. Cette personne refuserait d'aller devant le Conseil, et je ne veux surtout pas l'y mener, car je ne veux pas qu'on la colle dans une prison, et qu'on brise l'espoir qui vit en elle par la méfiance et la défiance..

Je veux l'aider.. Je veux croire en cette personne.. Je sais qu'il existe en elle tous ce qui pourrait la mener à quitter la détresse et la douleur qui jadis l'ont fait choisir une vie de Sith. Ma façon d'agir est un luxe, et ma confiance est un risque que ne peut pas courir le Temple.. Tous les Sith ne sont pas des chiens perdu sans colliers que l'ont peut aider..
J'ai choisis ma tâche.. Et j'ai peur que personne puisse m'aider à l'accomplir. C'est un acte de foi qui va à l'encontre de la prudence élémentaire.. Et qui me fait flirter avec des forces qui pourraient me perdre..
Et à terme, je ne pourrais qu'en faire une Jedi Grise, ou quelque chose du genre.. Mais pour sauver ce qui reste d'elle et faire renaître des cendres et du sang une personne qui rie, respire et vie.. Une personne qui saurait être quelqu'un de bien.. Je prendrai ces risques.


Au fond de mes yeux gris brillait une flamme déterminée et terrible. Il n'y avait pas la moindre passion dans ce regard.. Ai-je, une fois et unique fois mentionné le sexe de ma « protégée » d'un « elle » lâché au débotté, ai-je fait ce qui ressemblait à une profession de foi..Il n'y avait pas une once d'émotion.. Froid, rigide, grand, monumental même, dans ce rôle de géant de glace, mu par une volonté puissante.

-Tel est mon devoir.. Peut-être pas mon devoir de Jedi, encore que j'en sois convaincu.. Mais mon devoir moral..

J'achevais, comme si je défais Joclad de venir aller contre cela :

-Ma volonté en tant qu'homme digne.

Je terminais mon thé d'un longue gorgée avant de passer rapidement ma manche sur le coin de mes lèvres, plus par commodité que pour laver des lèvres qui étaient restée propres.. Une façon de couper le dialogue et passer à autre chose.

-Quand à ce que je fais ici, mon garçon, avec toi.. Ca n'a rien avoir avec une aide que je cherche ni une cause à plaider. Cela a avoir avec le fait qu'il se peut que ce que je vais faire me coute beaucoup de temps, voir éventuellement ma vie.. Cela a avoir avec le fait que même si je ne suis pas en position de le dire, je me dois de le dire.. Suis-je présentement dans l'incapacité physique de l'assumer..

Je soupirais, comme si cet aveu, quelque part, restait délicat.

-Aujourd'hui, je me sens prêts à avoir un nouvel apprenti.. Bien sur, je ne prendrais personne sous mon aile tant que ma situation ne sera plus... Régulière, et il conviendra d'en discuter à nouveau lorsque je serai de retour de façon officielle, selon la façon dont se retour se déroulera..

Mais sur le principe, Joclad, je voulais savoir si tu étais prêts à m'accepter comme maître..


La formulation était tournée de cette façon là car je ne voulais pas, si j'en venais à revenir, m'imposer à lui. Je venais de lui dire que je serai heureux d'être son maître, et restait à voir si c'était réciproque.

-Tu n'es pas obligé de me répondre maintenant, ni même de me répondre. Bien sur, si tu as d'autres questions sur ma situation actuelle.. Et sur ce qu'impliquerait la relation que je propose, je t'en prie.. Mais tu dois comprendre que je ne peux pas tout dire présentement..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Sam 12 Jan 2013 - 0:50

J’étais perplexe. Une intuition me sifflait que ce que j’allais entendre n’allait pas vraiment me plaire. Il faut dire que la majeure partie des éléments le laisser penser. Il était resté très obscur sur le sujet, trop obscur pour me rassurer. Quand à mes questions, je pensais être trop resté dans le vague.
En réalité, je préférais qu’il m’explique tout de lui-même. Après tout, c’était lui qui était venu me trouver, et non l’inverse. Aussi, il se devait de m’expliquer pourquoi il était venu me voir. Bien entendu, s’il fallait, je pourrais le guider, et surtout poser des questions pour obtenir plus de détails.
Mais au final, je ne connaissais pas le pourquoi de sa « disparition ».

Je le regardais, affrontant son regard intimidant. Et effectivement, j’étais intimidé. Mais la situation était telle que je ne pouvais pas me permettre de le montrer.
Lorsqu’il prit la parole pour répondre à mes deux maigres questions, je m’attendais à ce qu’il y réponde dans l’ordre dans lequel je les avais posés. Au lieu de ça, il commençait par la fin. Et au fils des mots, je comprenais pourquoi. Suivre ses idées, faire ce qui semble juste.. En soi, je ne voyais pas où était le problème. En soi, aider les gens faisait partie de nos devoirs. Alors pourquoi le Conseil n’approuverait pas une telle pensée ?

La réponse arriva après un soupir. En entendant le mot Sith, une grimace se dessina sur mon visage, rompant finalement avec l’air impassible qui me caractérisait depuis le début de notre face à face. Un Sith, voilà qui compliquait tout. Je me laissais aller contre le dossier de ma chaise, secouant lentement la tête.

J’avais rencontré des Sith par trois fois. Et à chaque fois, tout c’était passé d’une manière différente aux deux autres. De ce fait, avec eux, il fallait s’attendre à tout. J’étais donc plus perplexe qu’avant. Des images de mon voyage sur Mon Calamari refaisaient leur apparition et semblaient me conforter dans mes doutes. Cependant, Léonard semblait certain de ses convictions, comme à chaque fois que l’on discutait.
Je voulais bien le croire.. Croire que cet individu à choisit sa voie par défaut, qu’il souffre et qu’il l’avait aidé dans sa mission. Mais au final, c’était tout de même un Sith. Des personnes de nature instable, imprévisible, en général. Alors, comment pouvait-il être aussi sûr de ses affirmations ? La seule solution à cette réponse était assez claire à mes yeux :

- Vous la connaissez depuis longtemps, c’est ça ?

C’était la seule hypothèse qui expliquait le fait qu’il en sache tant sur la condition et la situation de cette Sith. Une Sith, oui. Car le terme « Jedi Grise » et non « Jedi Gris » mettait l’accent sur la différence. Et puis, il avait raison sur ce sujet : Il lui serait difficile de faire mieux, car le Conseil refusera certainement de l’entendre avant un long moment. Et encore, rien ne pouvait affirmer qu’il pourrait la ramener réellement vers la « lumière. » Mais sa cause était noble, et j’espérais sincèrement qu’il avait raison et qu’il avait pris la bonne décision.

Je finissais ma tasse tout en continuant de songer à tout cela. C’était assez intriguant et je ne savais pas vraiment quoi en penser. Je n’allais certainement pas en parler au Conseil. D’ailleurs, je pense que je ne dirais pas que je l’ai rencontré, aujourd’hui, sur Aldéraan. Ce n’était certainement pas ça qui m’enverrait tout droit à l’Agricorps, après tout !
Cependant, si j’étais resté jusque-là particulièrement bien concentré sur la première partie de la conversation, le changement de sujet fut tout autre. J’avais prévu le coup du Sith, car au final, c’était une possibilité tout à fait plausible et envisageable. Enfin, plutôt, j’y avais songé.
Mais me proposer, dans une situation pareille, de songer à être son Padawan… J’en restais ébahit. Si bien que je reposais ma tasse, un très léger sourire se dressant sur mes lèvres malgré moi.

- C’est… c’est vrai ? J’veux dire, c’est vraiment vrai ?

Pendant quelques instants, j’oubliais la situation dans laquelle je me retrouvais en partie embarquée. Car j’attendais un moment pareil depuis plus d’un an déjà ! C’était une occasion à ne pas rater. Et pourtant, je me devais de peser le pour et le contre. Je n’avais absolument rien contre l’idée, au contraire, je serais prêt à dire oui. Mais dans un autre temps, étant donné la situation actuelle…

- Ce serait un honneur pour moi, Maitre Tianesli, vraiment. C’est quelque chose que j’attends depuis mon retour au Temple. Et je dois dire que devenir votre Padawan est sans doute le mieux qui puisse m’arriver, comparé à d’autres Chevaliers ou Maitres que je ne connais même pas. Mais votre situation.. je veux dire.. J’ai déjà perdu un Maitre. Et si je dois en perdre un autre presque immédiatement après être devenu son Padawan, je ne suis pas certain de le supporter.

Je soupirais, cherchant mes mots. Je n’étais plus à l’aise, je ne souhaitais pas ruiner cette chance.

- Mais je pense que c’est une bonne chose, même si je ne comprends pas pourquoi vous venez me dire ça maintenant alors que vous ne voulez pas forcément que je vous suive. C’est un paradoxe. Et puis.. J’aimerais tant faire autre chose que transporter des missives ou assister à des cours communs.

Je poursuivais, plus confiant.

- Je pense que vous avez le droit d’essayer, et que le Conseil ne peut pas vous blâmer pour ça. S’il le fait, c’est qu’ils ne sont plus à même de faire fi des préjugés, et donc qu’ils ne méritent plus leur place au sein de ce même Conseil. Et.. je voudrais vous aider. Je pense sincèrement que je pourrais vous être utile.

J’annonçais finalement, certain de mes propos :

- Sinon, pourquoi m’avoir fait une telle proposition ?

Je comprenais tout à fait qu’il refuse. Ne serait-ce que pour me protéger. Ce serait pourtant une déception mais au final, je comprendrais.

- En fait, je me demandais.. Comment comptez-vous parvenir à la sortir de cette spirale infernale que sont les Sith ? Vous m’avez dit qu’elle avait fait son choix par défaut, c’est-à-dire ? Que pouvez-vous me dire, concrètement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Sam 12 Jan 2013 - 14:21

La première question de Joclad fut délicate.. Encore que je savais d’avance qu’y répondre ne serait qu’une étape dans sa curiosité, et que le cœur de sa question n’était dans le fait de si oui ou non je la connaissais, mais de ce qui pouvais bien m’avoir poussé à me lier à elle. En l’occurrence, c’était certainement pas notre passé commun.. Ou alors ce fut au mieux un déclencheur.

-Oui et non.. Nous avons quelques rares souvenirs communs.. Je l’ai connu il y a longtemps.. De là à dire que cela à une importance ou même que c’est la même personne que j’ai aujourd’hui face à moi.. C’est un point trop litigieux pour que j’extrapole sur ses conséquences.

Je tapotais sur la table, me reposant sa question.. Au fond, est-ce que cela avait apporté que nous nous étions, vaguement et fugitivement entr’aperçu par le passé ? Qu’est-ce qu’elle avait bien pu penser de moi à notre rencontre inopinée.. Avais-je été rassurant par le simple fait que mon visage lui étais connu ?
De mon côté, il était claire que la connaître et la savoir ex-Jedi n’avais pu que me pousser à agir.. Restait à savoir quoi faire. Et en la matière, j’aime à croire que c’est Velvet que je cherche à aider.. Pas un pâle copie d’une Velyrianna, ce qui serait une hypocrisie monstre et une trajet menant droit au mur..
Non.. J’avais agis pour ce qu’elle est et ce qu’elle peut devenir, pas ce qu’elle était ou avait été jadis à mes yeux d’étudiant misanthrope..

Tiré de ma méditation par le corps même de ma visite, je regardais à présent Joclad avec un léger sourire, amusé –chose rare- de le voir aussi joyeux à cette idée. Et il fallait bien admettre que son enthousiasme était véritablement flatteur.


-Vraiment vrai, oui.

Sans me départir de mon sourire, je le vis doucement redescendre sur terre et me faire part des doutes, revendications et autres questions qu’il avait. Plus il parlait, plus je semblais convaincu que mon choix n’avait définitivement pas été fait par hasard. Il semblait aller pour dire exactement ce que j’espérais qu’il dise, alliant science, prudence et saine curiosité. Sollicitude également, mais ça c’était plutôt contre moi.

-Joclad.. Je ne te prendrai pour padawan qu’à mon retour.. Et si je reviens, c’est que je serais vivant. Du reste, fie-toi à moi : je resterai en vie. En dépit des apparences, je ne suis pas une petite brindille que le plus simple des vents violente

Oui.. Enfin, pour le coup je m’avançais. J’avais une foi étrange en mon avenir.. Confiant que j’étais en Velvet, j’étais certain qu’elle n’irait pas me sacrifier à des Seigneurs Sith et que, même si elle le ferait en me marchant dessus, elle veillerait au moins à ma survie tant que je serai à ses côtés.. Après, à moi de faire en sorte qu’elle ne finisse pas par avoir envie de me pendre à un arbre.. Bref, si ma situation était dangereuse et instable, elle n’était clairement pas catastrophiques ni dramatique.. Pas encore. Qui savait de quoi demain serait fait.. Mais je tenais à garder un minimum d’optimisme en la matière, à fortiori quand ce dernier était plus productif et rationnel qu’un pessimisme destructeur.

-Et si cela se fait, je tiens à ce que tu saches que c’est pour moi un honneur. Avoir un padawan qui a 18 ans se sent déjà d’envoyer paître le Conseil pour cautionner mes folies, je ne peux qu’apprécier !

J’avais dit cela avec un ton extrêmement sérieux.. Enfin, disons que j’avais lâché cela avec mon impassible sérieux habituel.. Tout en ayant à l’idée de faire de l’humour… Ce qui chez moi n’avait rien d’évident. Mais cette fois, je continuais avec une moue plus.. Attristée, replongé dans des souvenirs plus agréables, achevant de lui répondre sur la question.

-Comme je te l’ai dit, sans craindre spécialement la mort, je ne sais pas combien de temps je serai retenu.. Et ce que tu as ajouté confirme : te dire simplement que j’aurais formé mon binôme avec toi semble être capable de t’aider à supporter un temps visiblement long. Et il n’est jamais trop tôt pour aider un padawan à passer ses épreuves, l’ennui étant l’une d’elle.
Du reste, Joclad.. Je te comprend.. Je te comprend très bien, et je sais que tu mourrais d’envie de m’accompagner.. Mais si tu as perdu un maître, moi, j’ai perdu une padawan.. En plus de ne pas te concerner, cette mission pourrait s’avérer plus dangereuse encore si tu étais des nôtres, je ne veux pas te faire courir ce risque. Trop tôt encore.
Mais surtout.. S’il m’arrive le moindre problème, Joclad.. Tu es le seul sur qui je peux compter. J’ai confiance en ton jugement, et si jamais je me retrouve au fond d’une cellule, je saurais qu’un jeune homme pourra donner l’alerte lorsque son instinct ou la Force lui diront de le faire.

Du reste.. Pourquoi toi ?


Je poussais un soupire, moi-même perplexe.

-Je n’ai pas de réelles raisons à te donner.. Je sais que prendre sous son aile un padawan qui a déjà reçu un enseignement étranger n’a rien de simple.. Mais tu m’es apparu comme un garçon intelligent, responsable, brillant dans un certain nombre de domaines et tout à fait correct dans les autres.. Et j’ai vu déjà un certains nombres de tes défauts, et pense être capable de les tolerer et d’en corriger les moins acceptables.
Beaucoup d’autre sont surement dans ce cas.. Mais le fait est que depuis que je t’ai croisé et que je me sens prêts à reprendre en main une formation..


Je m’arrêtais un temps, cherchant mes mots..

-Non.. Non, je n’ai définitivement rien de rationnel à te dire. Il est évident que je ne me suis pas fié à tes notes uniquement..
Que ce soit la Force qui me souffle ou un mystérieux 6ème, ou simplement une inclinaison inconsciente pour un padawan que j’ai eu le temps de trouver sympathique.. J’ai simplement réalisé un jour que ça pourrait être un plaisir et un honneur d’être ton maître, et que ce serait surement très instructif de l’être.


Quant à sa dernière question.. Elle était surement la plus.. Ardue dans la mesure ou pour de nombreux points, ma réponse n’était pas claire parce que je n’avais pas encore de projets. Une chose était sure.. S’il voulait des faits, je n’en avais pas à lui donner.

-Cette Sith n’a rien d’une personne mauvaise.. Suite à une erreur dont nous avons, nous Jedi, à assumer la responsabilité.. Elle a vécu un enfer.. Et elle n’a pu survivre qu’en succombant au côté Obscur..
Des simples d’esprit disent qu’on a toujours le choix.. Si c’est fondamentalement vrai.. En pratique, il est des choix qu’il devient impossible de faire.. Ou de ne pas faire. Aujourd’hui elle n’agit pas par plaisir.. Elle paie.. Elle paie un choix qu’elle a fait.. Alors certes, elle a progressé sur sa voie, et est devenue quelqu’un qui s’est révélé a de maints propos admirable, et d’une force certaine. Elle trouve son compte dans sa situation, m’enfin..


Je haussais les épaules.

-Ce que je vais essayer de faire et simple, à priori... Lui faire redécouvrir la confiance qu’elle peut avoir en autrui.. La joie saine.. Les plaisirs simples.. Apaiser ce feu ardent et sombre qui la consume en essayant de lui proposer une façon non destructrice d’atteindre le bonheur, et ce pour briser la poigne de ce qui la hante, et renaître à la vie. Reste à en trouver le moyen.

A la différence du plaisir, le bonheur était un état.. Cela signifiait que lorsqu’on en avait retrouvé le chemin, c’était un acquis qui dépendait alors d’un équilibre propre à chacun mais globalement connu.. Alors que le plaisir était un moment.. Un moment agréable certes, mais qui menait inéluctablement à en vouloir plus, et a partir dans l’excès.. Moi aussi j’avais des noirs désirs.. Mais si je n’y cédais pas, c’était parce qu’on ne m’avait pas retiré ma paix et ma plénitude pour y mettre les abjectes souvenirs et stigmates que pouvait endure Velvet.
A y réfléchir.. Ca n’avait rien d’unique.. Quel homme serait-celui qui ne cherche pas à rendre son monde meilleur ?


-C'est ce que je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Mar 15 Jan 2013 - 22:07

Je tenais enfin ma seconde chance. Et je n'y croyais toujours pas totalement. Cela faisait un peu plus d'un an que je n'avais plus de Maitre. Qui plus êtes, j'avais dix-huit ans. J'étais dans la dernière ligne droite de mon apprentissage et, souvent, c'était ce que craignaient les Chevaliers ou les Maitres. Car justement, je suis de ceux qui ont déjà acquis une certaine autonomie, une façon propre d'agir. Je n'étais pas un jeune Padawan de onze ou douze ans, encore hésitant et se fiant uniquement aux instructions de son Maitre.
Bien évidemment, ce dernier point était toujours d'actualité me concernant, mais j'avais développé mon propre regard critique sur chaque instruction que l'on me donnait.

Quand à sa première réponse, je restais un peu sur ma faim. Il avait, dans une certaine mesure, répondu à ma question, certes. D'ailleurs, j'étais certain qu'il en avait compris le véritable sens de ma question, que je cherchais à aller plus en profondeur sur le sujet. Car il était certain que quelques rares souvenirs communs ne pouvaient le forcer à agir ainsi. Il y avait forcément autre chose. Peut-être la volonté de se prouver quelque chose, ou je ne sais quoi d'autre encore.
Et ma réplique à ce sujet me semblait tellement prévisible..

- Mais encore ?

Deux mots.. Deux simples mots suffisaient à exprimer mon état perplexe sur le sujet. Plutôt confiant, certain d'avoir fais le bon choix, je souriais légèrement. Cette révélation m'avait revigoré. Je n'avais plus ressenti cette sensation de sérénité depuis trop longtemps déjà. Non pas que je n'étais plus serein, mais ça n'avait rien à voir. C'était la même sensation que la première fois, une sorte de libération..
Et pourtant, je savais déjà, malgré ma proposition, mon désir de l'accompagner, que la réponse qu'il allait me donner allait être négative.

Malgré cette certitude, je ne pus empêcher la déception s'afficher sur mon visage. Car après tout, je ne comprenais pas pourquoi il me proposait ça maintenant, dans sa situation, et qu'il refuse ensuite mon aide. C'était tout simplement un paradoxe à mes yeux.
Je tentais néanmoins de rester concentré, essayant de rester le plus serein possible. J'avais d'n côté obtenu une certaine victoire, une reconnaissance, et de l'autre côté, j'enchainais immédiatement par un revers. Il n'avait même pas hésiter sur le sujet. Le non était venu instinctivement, comme catégorique.

Cependant, je comprenais ses raisons. Ce qu'il tentait de faire était risqué, peut-être trop pour lui, même. Et puis, comme il le disais lui-même, en restant à l'écart, je pourrais aisément donner l'alerte si un problème survenais. Et je souriais même à sa remarque sur ma pensée au sujet du Conseil. Pensée que je trouvais d'ailleurs tout à fait logique étant donné la suite des évènements et les informations qu'avait bien voulu me fournir Léonard.

- D'après ce que j'ai entendu dire, vous avez débuté bien plus tôt dans ce domaine.. Plus sérieusement, si ce que vous dîtes est vrai, et je le pense sincèrement, le Conseil ne devrait, en théorie, que vous soutenir. S'il ne le font pas, c'est soit parce qu'ils vous reproche votre façon de penser, soit qu'ils n'ont plus d'impartialité. Ce qui, en soi, est en corrélation avec le premier point. Vous ne croyez pas ?

Je soupirais, cherchant comment enchainer sur le second sujet alors que mon visage se crispait légèrement de nouveau.

[color:b668=green ]- Sinon, je comprend votre décision Maitre. Je sais que c'est dangereux, que vous ne savez pas où cela va vous mener. Et je vous remercie d'avoir une si grande confiance en moi jusqu'à me confier, en quelque sorte, votre sort en cas de danger. Tout comme j'ai une pleine confiance en vous et que j'ai la certitude que vous vous en tirerez sans trop de soucis. Cependant, je me permets de souligner que s'il vous arrive un problème.. comment dire.. je suis plutôt du genre à prévenir vite fais les secours et à me jeter dans la gueule du loup pour aller vous récupérer moi-même, seul. Fusses-t-il pour cela désobéir à un ordre direct, comme je l'ai fais sur Bandomeer pour sauver Nahla. Ou comme je l'avais fais bien avant, pour aller délivrer mon ancien Maitre alors prisonnière sur Devaron

J'enchainais presque immédiatement, prenant une bouffée d'oxygène sur le second sujet.

- Et puis, comment pourrais-je savoir quand vous serez en danger, et surtout, où vous trouver ?!
Quand au reste.. je suis honoré que vous ayez pris la décision de me faire une telle proposition, Maitre Tianesli. Même si j'aurais bien voulu savoir ce qui a guidé votre choix, et je suis certain que ce n'est pas que ces "notes" dont vous parlez qui a guidé votre choix, la seule chose qui m'importe vraiment, c'est que vous ayez porté votre attention sur moi. Merci encore. Quand à mes défauts, je pense avoir déjà nettement progresser depuis la première fois que l'on s'est rencontré, sur Ondéron. Mais ils sont toujours là, et je serais ravi que vous m'aidiez à les résoudre. Tout comme je suis certain que si être mon maitre vous sera très instructif, l'inverse le sera tout autant.


Quand à sa solution, je l'accueillais avec réserve. Comme il le disait si bien, c'était à priori simple, mais souvent, tout se complexifiait. Et c'était ça que je craignais. Surtout avec les Sith. Ce sont des êtres instables de nature, et le mieux est de s'attendre au pire.
Je comprenais bien le parcours de cette Sith, je comprenais qu'elle avait fait son choix par défaut, et qu'elle paie ce choix depuis tout ce temps. L'aider était un choix noble et tout à fait remarquable. Mais attention au retour de flamme..

- Soit, c'est quelque chose de tout à fait possible sur le point théorique. Mais il est de fait que la théorie est très différent de la pratique. C'est comme en mathématiques ou en physique. Il existe des formules, qui, lorsqu'on els appliquent sur le papier, fonctionnent à la perfection. Mais dès qu'on les utilisent en situation réelle, on remarque que les résultats sont différents de ceux attendus.

Je soupirais, cherchant à conclure de manière optimiste et positive, agitant légèrement les mains sur la table, devant moi, pour appuyer mes propos.

- Après, vous avez plus d'éléments que moi sur le sujet. Il est certain que vous avez plus de chances d'aboutir sur une solution que moi. Mais vous devriez commencer par le commencement, et chercher à résorber ce qui l'a amener à faire ce choix qu'elle regrette, selon vous, amèrement.

Je me laissais finalement retomber contre le dossier de ma chaise, croisant les bras devant moi et haussant légèrement les épaules comme pour appuyer mes propos tout en émettant une certaine réserve sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Sam 19 Jan 2013 - 2:16

-Mais encore..

Mais encore quoi ? Je pouvais encore balancer des faits, sans pouvoir en tirer de raisons certaines.. Oui, allez, faisons ça, il comprendra bien que de toute façon, il n’y a rien d’autre à dire..

-Ce que j’ai un jour su d’elle m’a permis de la reconnaître. Je devais tendre un piège a une micro-flotte pirate.. Et je l’ai revu à un moment où je n’avais pas de temps à accorder aux stériles querelles de principes du Temple. Je suppose que le fait qu’elle ait été Jedi a été ce qui m’a poussé à ne pas simplement l’enfermer, par peur d’être injuste envers une personne qui me semblait largement mériter le bénéfice du doute.. Surement plus qu’un Sith lambda qui m’aurait été inconnu.

Je haussais les épaules.

-Du reste.. Ma mission s’est déroulée d’une façon inattendue.. Par devoir et survie, elle et moi nous sommes retrouvé à fonctionner ensemble.. Compter l’un sur l’autre. Et en cela, comprendre de l’autre certaines chose qu’on ne peut découvrir que dans.. Enfin, disons qu’elle m’a plus d’une fois sauvée la vie, et vice versa. Je ne vais pas te faire un compte rendu détaillé de ce qui s’est passé.. Mais elle m’a donné suffisamment de raisons de pouvoir croire en elle et en l’espoir que je pouvais avoir pour elle.

Ça, c’était pour la partie concrète.. Et au fond, je ne venais pas de casser trois pattes à un canard. Du factuel simple. Pour ma part et en mon âme, c’était plus complexe. Il y avait eu un échange indéniable entre elle et moi.. Le simple fait d’avoir eu sa vie entre mes mains et vice versa.. De lui avoir malgré moi exposé mes faiblesse et inversement.. Je n’avais pas pour Velvet l’intérêt ethnologique pour une femme que je pouvais sauver..
Mais un serment posé envers une femme que je DEVAIS sauver. Quant à savoir pourquoi.. J’avais des idées et des hypothèses sur la question, ne serait-ce que la redevance.. Mais sans certitudes, je refusais d’en parler. 


Un leger, très léger rire vint casser ma méditation sur la question.. Moi et le Conseil.. Très grande histoire.

-Vis à vis du Conseil, je suis pas exemple à suivre. Si tu peux éviter d'avoir des problèmes avec lui, c'est à prendre. Ce ne sont pas de mauvais bougres.. Mais outres des divergences d'opinions.. Il est des choses qu'en Jedi isolé on peut se permettre.. Et qu'une autorité Jedi ne peut faire.

Comme aller insulter une Reine indirectement pour mettre à jour des velléités de complots et d'identité Sith par exemple.. Ou s'absenter et disparaître pour sauver une Sith isolée.. Ce genre de folies. Quand à Joclad.. Le rassurer, oui.. Mais ne pas laisser d'équivoque. Il s'agissait d'être clair surtout.

-Du reste mon garçon, j'ai toute confiance en ta capacité à ressentir le moment ou il faudra te lancer à ma recherche. Je pourrais bien essayer de te tenir au courant de ma survie, mais de toute façon, je doute qu'on me trouve sans que je le veuille.. Et dès lors que je serai mené à être en danger.. Je ferai tout pour qu'on me trouve..

Ce faisant, je pensais à mon état de santé.. Particulier. Je ne pouvais pas voir un médecin sans figurer dans un registre de grands malades.. C'était particulièrement agaçant d'ailleurs.. Ma maladie ou malformation étant passablement rare, me tracer grâce à elle n'avait rien de compliquer. Et sinon, semer des cailloux derrière moi n'avait rien de complexe non plus. Bref.. M'en faire ? Pas encore. J'aurai tout le temps d'angoisser lorsque je me retrouverai face à une situation VRAIMENT délicate. Pour le moment, rien ne servait de penser au pire.. Disons que je me contentais de faire ce qu'il fallait pour ne pas me faire surprendre.. Mais je parais surtout au plausible, pas à l'extrème.

Quand à ma façon de faire..

-Joclad.. Je sais ce que je fais. Une des première chose qu'il te faut savoir si tu deviens mon padawan.. C'est que je ne pense pas comme 90% des gens que tu seras mené à connaître. Je fonctionne plus.. Comme une droïde en fait. L'empirisme des données me permets de prévoir en un temps record l'arbre du possible allant avec chaque action, et donc d'agir en ayant conscience de ce que je pourrais faire d'autre, et de toute les conséquences possibles, tout en faisant tous pour encourager la venue de ce que je veux faire se réaliser.
Cela s'accompagne de gros défauts que tu auras tout le temps de découvrir.. Mais je peux t'assurer une chose : je n'agis ni à la légère, ni au pif. J'ai mûrement réfléchis mon action.. Et aussi incertaine qu'elle puisse être, elle n'en demeure pas moins la plus certaine parmi beaucoup d'autre.


Souriant et rassurant, je concluais donc :

-Somme toute, tu as raison, mais c'était prévu. Encore que ce soit plus complexe que cela. Je fais face à quelqu'un qui assume son choix de vie. Pas une personne en repentance constante. Et surtout pas une personne qui se poserait comme élève d'un enseignement lumineux qu'elle serait ravie d'avoir.

Je précisais cependant un point :

-Mais que les choses soient claires.. Je suis venu te parler de ta formation.. Et répondre aux questions qui pourraient de prêts ou de loin la concerner.. Et savoir quel est ton point de vue et ta décision.
Je n'ai pas demandé l'aval du Conseil pour être là ou je suis, et faire ce que je fais.. Je ne suis donc pas là pour te demander le tien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Lun 21 Jan 2013 - 23:13

Je lui demandais de m’éclaircir sur les causes qui l’auraient incité à prendre la décision d’aider cette Sith, et en plus de me donner une réponse que je qualifierais de suffisante pour le moment, j’en apprenais plus sur sa précédente mission. Mission qui l’avait visiblement mis dans cette situation des plus délicates. Par ailleurs, je n’avais pas cherché à connaitre le sujet de cette mission, ou alors, d’une manière tellement indirecte que je ne m’en étais moi-même pas rendu compte.
Mission qui avait sans doute mal tourné, pour qu’il parle de survie, et surtout, qu’ils s’étaient mutuellement sauvés la vie.

Bien évidemment, je me dotais que ce n’était pas tout. Il y avait forcément un fond, un arrière-plan, caché. Un arrière-plan qu’il ignorait peut-être lui-même. Et je comprenais qu’il ait décidé de l’aider. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’en aurais fait autant. Cette Sith m’était totalement inconnue, dans un premier temps, et surtout, je n’aurais peut-être pas réagi de la même manière. Je pourrais partir en conjecture, poser des « Si », émettre des hypothèses. Mais une certaine personne, qui se trouvait en face de moi, m’avait dit il y a de ça environ un an, peut-être plus, que c’était quelque chose d’inutile.

Je m’abstiendrais, donc. Bien évidemment, c’était quelque peu agaçant de ne pas savoir, mais j’avais accepté depuis déjà fort longtemps que l’on ne pouvait pas savoir tout sur tout. Et surtout à mon âge, à peine dix-huit ans, j’avais encore de grosses lacunes dans ce domaines, et je tenais bien poursuivre mes efforts pour parfaire mes connaissances.
Mais il s’agit là d’un sujet à part, hors contexte. Par contre, j’esquissais un léger sourire lorsqu’il rigola, très légèrement certes, mais il rigola. Le Conseil... Je leur vouais un important respect, et cela depuis ma plus petite enfance. Il s’agit d’un exemple à suivre, car il est censé regrouper les Jedis et les plus expérimentés, mais aussi et surtout les plus sages de l’Ordre.

Quand à prendre Léonard comme exemple sur le sujet, c’est-à-dire ses entrevues avec le Conseil, mon point de vue était clair et net :

- Ne vous en faites pas Maitre Tia.. Je marquais un très court laps de temps d’hésitation. « .. Maitre. Je n’ai pas vocation à me mettre le Conseil à dos. Ou tout du moins, pas dans les mois voir les années à venir. »

Quant au fait de savoir où et quand lui venir en aide si jamais il en avait besoin, j’acquiesçais d’un signe de tête. Il me faisait confiance pour le trouver si nécessaire, et j’en étais bien évidemment honoré.

- Quand à moi, j’ai toute confiance en votre capacité à ne pas vous mettre dans une situation délicate requérant l’assistance de l’Ordre. Surtout que je me vois mal expliquer un départ imprévu, et surtout urgent. Je ne suis pas Chevalier, il me faut une autorisation pour quitter le Temple. Alors je suis certain que tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Je le pensais vraiment. Mais quand à l’idée de perdre du temps à obtenir une autorisation d’un maitre du Conseil pour partir à la possible rescousse de Léonard, c’était plutôt pour la forme. Il était clair dans ma tête que je partirais sur le champ l’aider, après avoir tout de même laisser un message à l’intention du Conseil sur les raisons de mon départ, où j’étais partis, etc…

Cependant, je restais surpris de l’explication qui suivit. Lui, agir comme un droïde ? Je n’arrivais pas à me faire à l’idée. Je me doutais bien qu’il était capable d’analyser un grand nombre de situations possible dans le feu de l’action, mais j’émettais certaines réserves. L’exemple ? Notre rencontre, sur Ondéron, la toute première fois. Et notamment l’atterrissage forcé avec le speeder dans les hangars du Temple. S’il avait entrevu toutes les possibilités et sélectionné la meilleur, alors pourquoi n’avait-il pas pris les commandes ?
A moins que ce ne fut pour me tester ? Après tout, vu la tournure que prenais les évènements, c’était tout à fait probable.

Mais en y repensant, c’était illogique A ce moment il avait déjà un padawan. Alors pourquoi n’avait-il pas agi.. Je me reposais la question, encore et encore. Et cela jusqu’à ce qu’il conclut sur le bien-fondé de son action, le tout en argumentant sur la situation de la Sith, puis sur la véritable raison de sa venue. Mais ce qui me laissais toujours perplexe, et surtout, m’agaçais, c’était pourquoi me dire ça maintenant, et pas après qu’il est finit ce qu’il avait à faire avec cette Sith..

- Je comprends Maitre. Mais si connaitre mon opinion concernant votre volonté de devenir mon Maitre est l’unique raison de votre venue, soit. Je vous l’ai déjà dit, j’en serais honoré. J’irais même à dire que je m’identifie à vous depuis un moment déjà. Mais cela me paraissait tellement impensable que je n’y avais jamais prêté attention jusque-là. Et si c’est vraiment tout ce que vous avez à me faire part, alors je pense que nous en avons finis.

Je me tus un instant, songeur.

- Mais à présent, je suis troublé. J'veux dire, je sais pas trop quoi en penser. Vous m'invitez à devenir votre padawan, et en même temps, vous me demandez d'attendre, chose que je n'ai cessé de faire depuis un long moment déjà. Qui plus est, j’ai peur qu’un malaise ne finisse par s’installer si votre « mission » s’allonge sur la durée…

J’en restais là, en suspens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Mer 23 Jan 2013 - 20:25

J’eu un bref sourire, et relevais son hésitation :

-Que je sois appelé dans un futur proche à devenir ton maître ne me prive pas de mon nom. Je ne suis pas à cheval sur le protocole, Joclad. Alors maître Tianesli, maître, chevalier, Léonard.. Tant que t’évites de me tutoyer, ça m’est bien égal.

J'allais attendre un peu avant de lui dire que je me fichais royalement qu'il porte une chemise "spéciale padawan" et un tresse.. Le tout étant qu'il n'oublie pas sa condition de padawan pour autant, mais surtout qu'il soit à l'aise..

Du reste.. J’étais rassuré. Ce gamin ne semblait pas disposer à suivre aveuglément mon chemin, quitte à en prendre ce qu’il avait de plus.. Sombre. Si mon parcours avait été à refaire, je ne changerai rien car mon rapport avec le Conseil était le fruit de mes choix, de mes théories.. Et donc le fruit de mon esprit. Il était hors de question de trahir ce que j’étais sous raison d’un tabou inconsidéré et non argumenté.
Mais il était inutile de dire que je regrettais ce conflit qui avait été un frein considérable à mon développement.. Et que j’aurais sincèrement gagné à ne pas être soupçonné, montré du doigt.. Et soutenu que par quelques proches.
Avoir le Conseil avec soi était un avantage, clairement. Je ne voulais pas qu’il se conforme servilement à ce dernier, mais s’il pouvait rester en bon termes avec nos maîtres.. Et très égoïstement, si mon padawan pouvait bien se conduire, ça m’éviterait des emmerdes à moi aussi.

-C’est sage. Le Conseil, malgré ce que je peux lui reprocher, est une institution de poids qu’il ne faut pas négliger : ils peuvent t’apprendre beaucoup, les braquer ou se braquer vis-à-vis d’eux est un choix extrême qui apporte beaucoup d’ennuis, et très peu de résultats si on ne le fait pas pour d’excellentes raisons..
Tu veux un deuxième thé ?


Pour le coup, je n’irai pas en boire un second seul.. Mais je l’accompagnerai volontiers s’il voulait boire à nouveau.. Le thé, je n’en buvais jamais assez !

Du reste.. On en revenait à ce même point litigieux.. Encore que le fait qu’il s’identifie à moi était un point que je tenais à développer.. Mais visiblement, tant qu’on n’aurait pas dissipé ça, on avancerait pas.
Je tapotais la table, l’écoutant dire et redire la même chose, en substance, essayant déjà de prévoir ce que j’allais répondre.. Et surtout, comment allais-je le répondre. Ici, la forme allait importer.
Oh, je sentais bien en lui une contrariété, une frustration.. Mais à être sincère, je m’en fichais pas mal. Ou du moins, cela n’influait pas sur mes décisions. Au pire, cela me peignait un tableau assez négatif de la capacité de ce padawan à gérer la contradiction. Que ce soit au niveau de ce cas là, ou encore de mes choix.. Mais encore une fois, comme je n’avais pas le moindre compte à lui rendre, je n’allais pas épiloguer, ni même chercher à comprendre.
S’il avait des questions, j’y répondrais si je le juge utile, sinon, qu’il boude et puis tant pis. Quand à ce que j’allais dire.. Je n’allais pas passer la journée dessus. Si cela ne lui convenait pas, au diable. Il avait raison de penser que ça n’était pas logique, encore que. Mais il pouvait comprendre que par moment la logique était inutile, et qu’il pouvait s’agir uniquement de mon choix.

-C’était tout ce que j’avais à dire et demander, mais je vais me permettre de relancer un peu le débat.. Quand à ce qui semble profondément occuper ton esprit.. Je me suis dit que le savoir le plus tôt possible serait pour toi une joie.. Si je me suis trompé, je le regrette.
Mais si cela doit devenir un poids, padawan, alors il y aura du bon. Considère cela comme une épreuve. Une façon de t’en remettre à moi comme nous seront mené à le faire, dans un sens comme dans l’autre à l’avenir. Prendre ton mal en patience et te fier à moi. Tu dis avoir en moi une confiance parfaite. Alors il n’est pas de meilleure façon de le prouver.
Cette attente ne devrait pas être une épreuve, mon garçon. Tu peux être impatient, je le comprendrais.. Inquiet, pourquoi pas.. Mais tu te mets dans des états déraisonnable je crois, et te dominer sera surement ta première préoccupation.


J’agitais la main.

-Si tu n’as pas en toi une paix relative, alors en plus de ne pas te fier à moi.. Tu obscurciras tes capacités au point de faire en sorte que se fier à toi devienne dangereux. Cette mission, Joclad, je ne la mène pas seul. Tu es mon filet de secours, et contrairement à ce que tu sembles croire, me localiser dès lors qu’il le faudra, s’il le faudra, sera aisé, pourvus que tu sois concentré sur ta tâche. J’espère bien sûr ne pas avoir à en arriver là..

Je posais sur lui des yeux compatissant, comme si je comprenais sa position.

-Si tu as confiance, alors ait confiance en mon retour. Profite de la nouvelle et va célébrer ta formation prochaine. Passe le temps qui représente mon absence à te réjouir du futur, car tel était mon but premier en te l’annonçant aujourd’hui, ça et des dispositions que je devrais moi-même prendre pour préparer cet entrainement. N’oublie pas de temps en temps de penser à moi, mais ce temps mon garçon, est celui de ta joie. Tu sentiras bien assez tôt si j’ai besoin de toi, et il n’est pas de raisons d’ici là que mon absence t’inquiète.. Et surtout pas qu’elle te contrarie.

Le ton était doux, s’agissant d’une pédagogie peut-être complexe car touchant a des sentiments que je connaissais mal car je les jugeais irrationnels. Je me savais dans la raison en parlant ainsi, mais je pouvais craindre de mal m’expliquer, ou d’être trop abrupt. En effet : pourquoi se soucier et accorder plus d’une petite pensée inquiète à un malheur incertain avant même qu’on soit en mesure de le déjouer ? Et pourquoi le faire pendant qu’on est dans cette mesure, puisque cela ne ferait qu’affaiblir nos aptitudes naturelles.. Bref, ma logique brutale et rationnelle, je tentais de la lui faire comprendre avec d’autre élément plus joyeux.. Non, je ne dorais pas la pilule.. J’avais sincèrement voulu lui donner de quoi se réjouir, tout en le confrontant au fantôme d’une possible obligation future.
Mais malgré tout, j’étais ferme.. Ma parole était assurée, et semblait définitive. J’avais, à présent, suffisamment développé le sujet pour ne pas avoir à le faire plus avant. S’il ne pouvait me comprendre, alors il était temps d’admettre, et de réfléchir sur le sujet plus tard. En ce qui me concernait, il était clos.

Me penchant un peu sur lui par-dessus la table, posant alors des yeux curieux, je demandais alors, intéressé à mon tour, inversant les rôles, faisant de moi celui qui posait les question, et de lui celui qui donnait les réponses.

-Tu t’identifiais à moi ? Pourquoi cela ? Nous avons certes eut de bon rapports par le passé, et quelques évènements marquants.. Mais qu’ai-je de plus que d’autres maîtres libre que, à n’en pas douter, tu as côtoyé de façon tout aussi intensive que moi ?

Après tout, j’avais bien croisé Joclad plus d’une fois, pris le thé avec et discuté parfois.. Mais d’autre maître tout aussi libre et moins.. Originaux que moi devaient avoir d’excellent rapports avec ce garçon, surement meilleurs que les miens, moi qui restait assez originale dans mes capacités sociales..
Alors pourquoi cette attention particulière ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Dim 27 Jan 2013 - 0:24

Je restais quelque peu hésitant. Il était réellement aussi peu à cheval sur le protocole ? Je pouvais vraiment l'appeler par son prénom ? J'ai été formé, toutes ces années, dans le respect du protocole. Et il ne me serait jamais venu à l'esprit d'appeler un Maitre par son prénom, sauf en cas d'urgence par exemple. Et changer une telle condition, ancrée depuis mon arrivée au Temple, ne se fera pas en un jour. On m'avait toujours expliqué que l'on devait toujours parler avec respect à ceux qui avaient réussi les épreuves, aux Chevaliers et aux Maitres. Car ils étaient plus sages que moi, etc...

J'acquiesçais cependant d'un léger signe de tête, un sourire tout aussi léger s'étirant sur mon visage.

- Comme vous voulez, Léonard. Léger temps d'arrêt. "... c'est étrange, le manque d'habitude surement.

Je ne m'éternisait pas sur le sujet. C'était tout à fait inutile d'argumenter sur un tel détail. Du reste, j'étais bien d'accord avec lui sur le fait qu'il valait mieux avoir le conseil dans son camp plutôt qu'en face. Et même si l'on pouvait y voir là des bénéfices sur le court terme, il se révélait rapidement que ce n'était pas du tout le cas, et que l'on ne s'attirerait que des ennuis. Et puis, je n'avais là aucune raison valable qui me forcerait à me mettre le Conseil à dos. Je ne le ferais même pas pour lui, ou tout du moins, pas encore. Cela viendra peut-être, un jour, mais autant espérer que ce jour vienne dans un futur lointain, très lointain.
Et puis, il avait déjà des ennuis avec le Conseil. Si je pouvais lui éviter d'en voir d'autres s'accumuler par ma faute.. Non, je devais rester en bons termes avec le Conseil. Peut-être même devrais-je songer à leur parler de ma rencontre avec Andersen, puis ces deux Sith, sur Kuat puis sur Mon Calamari.. Quoique pour Mon Calamari, le chevalier Godrak n'aura pas manqué de signaler cet incident..
Pour poursuivre, j'esquissais un sourire plus prononcé que le précédent, décalant la tasse de thé vide sur le côté d'un revers de main.

- J'en reprendrais bien un, volontiers. Si seulement vous avez du temps. J'ai l'impression que vous êtes vraiment pressé, vu comment il vous arrive de regarder l'heure.

Du reste, je ne le blâmais nullement pour m'avoir informer avant l'heure de sa volonté de me prendre comme Padawan. Au contraire, cela avait été une véritable libération. Je pouvais finalement cesser de penser continuellement à mon avenir, si je n'arrivais pas à avoir un nouveau mentor, puisque finalement, Léonard s'était proposé. Et j'avais bien évidemment saisi cette chance. Quoique je n'aurais pas pris cette décision aussi rapidement s'il s'était agi de quelqu'un d'autre.
Pourquoi, cela, je ne pouvais pas l'expliquer concrètement.

Cependant, je secouais la tête en l'entendant poursuivre. Je lui faisais confiance, j'étais serein. J'avais la certitude qu'il reviendrait. Et pourtant, j'avais, en quelque sorte, affirmé le contraire. Enfin bref, je réalisais visiblement que je m'inquiétais pour rien. Il avait survécu à un accident de speeder avec moi aux commandes, il ne pouvait que sortir indemne des épreuves à venir ! Je souriais à cette pensée, une tirade de mon premier Maitre, après notre accident de speeder sur Corellia il y a de ça des années déjà.

- Je crois également que je m'inquiète pour rien. Impatient, je ne le suis que rarement. Et aujourd'hui fait partie des exceptions. Il faut comprendre que je viens d'entendre la meilleur nouvelle de ces derniers mois. Et je suis encore un peu déstabilisé.
Mais soit, il est de fait que je vous fait confiance, en vous et en votre jugement, votre décision. J'attendrais le temps qu'il faudra, je ne suis pas à ça près. Et cela en espérant ne pas avoir à quitter mes activités en urgence afin de venir vous aider. Car il est clair que ce serait bien la pire des situations.


J'étais sincère et je ne cherchais pas à me conformer à ses propos en déformant une vérité. Car le fait était que je venais, en quelque sorte, de réaliser que j'avais tort d'insister pour qu'il me prenne dès aujourd'hui avec lui. Et puis, que ferais maitre Vulnik s'il apprenait que j'avais disparu, sans le prévenir ? Il serait sans hésiter parti à ma recherche, et je causerais au final encore plus d'ennuis.
Et j'acquiesçais à la suite de ses propos. Il était clair que je n'allais pas hésité à en parler à mes amis, au Temple. Mais aussi à Si Tindra, sur Bandomeer, par l'intermédiaire d'un courrier. Comment pouvais-je me sentir malheureux après une si bonne nouvelle ?

- Ne vous en faites pas, Maitre.

Je l'avait appelé une seule fois par son prénom, et voila que je lui servais de nouveau du "Maitre". J'esquissais un nouveau sourire alors que le serveur revenait avec mon thé. Je le remerciais à nouveau, tout en écoutant toujours aussi attentivement Léonard. Et sa question s'avérait délicate. Non pas que je ne connaissais pas exactement la réponse, mais plutôt parce qu'il me prenait au dépourvu. Sans parler de la manière dont il m'avait posé cette question, en se penchant légèrement par-dessus la table.
Je prenais quelques instants de réflexions afin de pouvoir lui donner une véritable réponse, tout essayer d'éviter de ne gratter que la surface.

- Et bien, je pourrais facilement dire que c'est quelque chose qui ne s'explique pas, que c'est issu de la volonté de la Force. Mais en fait, depuis que l'on s'est rencontré, nos discussions, j'veux dire, j'ai vraiment ressenti quelque chose de plus que je n'avais pas lors de mes discussions avec d'autres Maitres. Un sentiment de confiance, en quelque sorte, que je n'avais pas avec les autres maitre comme Wora par exemple. J'veux dire, je n'ai jamais vraiment hésité à vous faire part de mes pensées, alors qu'avec d'autres, je fais plus attention à ce que je dis. En fait, je ne sais pas réellement pourquoi. Ce que j'ai énoncé, ce ne sont que de simples faits et de simples hypothèses..

Je soupirais, amenant finalement la tasse à mes lèvres, savourant la délicieuse mixture du thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Mar 29 Jan 2013 - 20:11

Je hochais la tête, amusé de voir la latence marquer sa phrase et ses mots.. Je n’avais jamais nommé mon maître par son prénom.. Non, jamais.. En revanche, Antogue m’avait menacé de me retourner des claques si, après son adoubement, j’osais le vouvoyer..
Quand à mon opinion propre sur la question.. Le respect ne s’embarrassait pas de titre.. Et pour preuve, nommez une femme « Votre Altesse » ne m’avait mis à l’abris de l’irrévérence.. Aussi ne me nommerait-il maître, que s’il l’estimait nécessaire. Pour ce que j’en ai à faire, personnellement..

-Tant que tu confonds pas « Grand Maitre Don » et « Petit vieux », tu peux prendre ton temps pour t’habituer et t’exercer..

J’eu un faible sourire avant de consulter une fois encore ma montre.. Chose sur laquelle Joclad ne manqua pas de rebondir.. Mais au contraire, si je consultais ma montre, c’était pour remarquer que j’avais encore le temps.. C’était l’évidence même.. Si je ne l’avais plus, je ne serai pas là a regarder la aiguilles.. Mais bien à courir partout en pestant « Je suis en retard ! Je suis en retard ! ».. Donc oui, j’avais encore du temps pour un thé !

-Ma foi pourquoi pas.. On ne boit jamais assez de thé, et puis je vais surement passer pas mal de moments avec toi.. Alors autant commencer à s’habituer de suite ! Du reste.. J’ai encore une bonne heure avant d’avoir à l’inquiéter de la course du temps.

Agitant la main, je fis signe au serveur de nous remettre la même chose, et je recommençais donc à mieller mon thé. Sans le regarder, je l’écoutais.
A présent que les questions sensibles semblaient avoir été réglées, j’usais au mieux de ma capacité à partitionner ma réflexion.. Et tout en enregistrant parfaitement ce que Joclad disait, mon regard vagabondait par les fenêtres de la cantine de l’hotel.
Aldéraa était une belle ville.. Une des plus blanches que je connaisse, et loin devant Kuat.. C’était une de mes cité préférée dans le sens ou en plus d’être resplendissante, c’était un haut lieu de droit et de savoir.. Un bastion encore vivace de la réflexion, et qui semblait résister encore et toujours à la perversion service et agréable.
Bref.. Une place forte des universitaires et homme de pensés libre, empêchant la profession à se réduire à un tas de bonhomme conquis qui n’écrivent que pour justifier les prétentions de leurs mécènes. Une belle ville pour une retraite.. Ou même pour une nouvelle vie.. En tout cas, grâce aux universités de Kuat, je m’étais fait des contact la bas.. Et ça c’était bien, surtout avec ma thèse en passe d’être terminée.

-Mh..

Je revenais très vite à la conversation.. N’ayant somme toute rien d’autre à faire qu’approuver, délaissant cependant les tours urbaines pour ce faire :

-Je vois que je n’ai réellement pas à m’en faire. La sagesse de ta réflexion et son impact sur ton action t’honorent. Voilà qui sait me rendre d’ores et déjà fier.
Du reste, nous sommes d’accord, moi aussi j’aimerai que tout ce finisse sans que j’aie besoin de ton aide. Je n’aime pas les problèmes, j’aime encore moins en avoir…
Ouais.. Eventuellement, selon cette optique, faudrait que j’arrête d’en chercher.


J’eu un faible sourire qui alla s’élargissant tandis que ce le jeune homme me renvoyait en plein nez cette même phrase «eh bien, je pourrais facilement dire que c'est quelque chose qui ne s'explique pas ». Quant à savoir pourquoi j’inspirais plus de confiance que maître Wora.. Cela me fit doucement rire. Il n’y avait pas un étudiant au Temple pour trouver maître Wora agréable ou sympathique. J’avais la certitude qu’il était des maître dont la valeur humaine ne se révélait qu’a ceux qui prenaient le temps de le connaître..
Moi, je ne l’avais pas pris.. Donc je comprenais parfaitement bien ce que Joclad voulait dire.. Du reste, une idée toute simple me vint à l’esprit.

-Le fait que je sois de ceux qui ont pas mal de problème pour leurs idées farfelues doit bien te faire comprendre que je suis le premier à ne pas juger par avance, et à écouter jusqu’au bout avant de me faire une opinion.. Té, il ne manquerait plus que ça, tien, que je sois de ceux qui cultivent le tabou et l’intolérance.
Du reste.. Il existe des gens aux caractères naturellement plus compatibles que d'autres je suppose..


Je restais pensif un temps.. Entamant sévèrement mon thé.

-Tien, au fait.. J’espère que le tas de croissant que me doit ton ami est bien entretenu en mon absence ! Je compte bien revenir avec une faim de loup.

Dis-je sans la moindre variation dans mon timbre de voix, n’ayant pas souvenir qu’il s’était engagé –même avec humour- à les apporter après ma sortie de l’infirmerie. Oui, oui, on dirait pas, mais je plaisantais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Dim 3 Fév 2013 - 21:10

J’éclatais de rire. La comparaison avec Maitre Don tombait à point nommée et il faut dire qu’elle était parfaitement trouvée. Je n’aurais assurément pas trouvé mieux. Mais bien évidemment, jamais il ne m’arriverait à l’esprit de traiter Maitre Don de petit vieux. Bon certes il était petit et âgé, mais, de un la taille importe peu, et de deux l’âge n’entrait que très peu en ligne de compte en ce qui concernait la maitrise de la Force et surtout, cela n’enlevait rien à la sagesse de l’homme. Et puis, « Petit Vieux », c’était insultant…
Mais c’est avec un large sourire que j’acquiesçais d’un signe de tête prononcé.

Du reste, pour le thé, j’étais bien de son avis. Tout comme j’étais d’accord sur le fait qu’il fallait bien s’habituer au fait que nous allions passer pas mal de temps ensemble, et que donc, commencer tout de suite ne pouvait être que bénéfique. J’acquiesçais donc de nouveau alors que je le voyais à nouveau poser son regard sur sa montre. Mais c’était pour m’expliquer, cette fois-ci, qu’il n’était nullement en retard. Et moi qui avait pensé qu’il l’était, je n’avais même pas songé qu’il pouvait au contraire être en avance..

« Ben tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes alors ! Prenons le temps de discuter un peu alors, surtout que ce thé est délicieux. »

Et comme pour confirmer mes propos, je laissais le serveur glisser la tasse devant moi, le remerciant tout aussi poliment que précédemment. Je remuais la mixture à l’aide de la cuillère, la retirant périodiquement pour mieller mon thé. Nous en avions visiblement finis avec les sujets importants et je me détendais. Une conversation commençait souvent par des ragots, puis l’on entrait dans le sujet principal puis on recommençait à parler de tout et de rien sur la fin. En soit, cela ne me dérangeais pas plus.

Et puis, nous étions au final sur la même longueur d’onde sur les sujets en question. Je l’attendrais au Temple, sans m’inquiéter et profiterait de la bonne nouvelle. S’il avait besoin d’aide, alors je viendrais l’aider. Sans plus. Alors pourquoi s’attarder sur de tels sujets ?

Cependant, je fus quelque peu surpris de sa réponde à mon explication. Explication que je trouvais assez inutile puisqu’au final, ce n’était que des hypothèses basées sur aucun fait avéré. Alors il avait parfaitement le droit de me contredire ca je n’avais aucun argument à opposer.
Au lieu d’être aussi direct qu’il aurait certainement pu l’être, il se contenta indirectement de souligner que parmi tous les membres de l’Ordre, il ‘était de ceux en qui il fallait avoir le moins confiance. Pourtant, j’avais la certitude de ne pas me tromper sur son compte. C ‘était une des choses évidentes qu’il nous est parfois impossible d’expliquer. Les spécialistes du cerveau s’accordent pour la plupart à dire que c’est la partie du cerveau dont on ne se sert normalement pas qui nous donnerait la réponse, et que donc, il nous serait impossible de l’interpréter et de l’expliquer. Pour ma part, je ne savais pas trop quoi en penser. Je n’étais ni un spécialiste, ni un Jedi assez sage pour avoir cette réponse.

« Pour ma part, le fait de pouvoir confiance, c’est une certitude que je n’ai pas à remettre en cause. Je ne l’explique pas, certes, mais c’est pour moi quelque chose qui ne changera pas. »

Par contre, du reste, je restais surpris de le voir passer du coq à l’âne, délaissant le sujet pour parler d’un fait remontant à presque un an déjà. Les croissants… A cette pensée, j’éclatais à nouveau de rire.

« Vos croissants ? Vous ne les avez pas mangés depuis tout ce temps ? Et puis.. Cale aura du mal à vous en fournir d’autres avant un moment. Il est parti en mission, avec son nouveau et tout premier et j’espère pour lui, unique maitre. Lant aussi. Il ne reste que Johun, en fait. Il ne passera pas les épreuves, le Conseil a décidé de l’envoyer à l’Explocorps. Ils disent que ses capacités de pilote le désigne tout particulièrement pour cette fonction. Après, allez savoir … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Jeu 7 Fév 2013 - 17:06

Son rire fut rafraichissant.. Oui… Malgré mes airs, je restais dans une période où j’étais assez.. Tendu et sur les nerfs, faute à une situation glissante et précaire dont l’issue était obscure..
Entendre un rire franc ne pouvait donc qu’être un bien, et ce en dépit même du fait que je continuais sans différence à tirer ma tête d’impassible. Il fallait bien dire que ma blague ne cassait pas trois pattes à un canard.. Et que contrairement à Joclad, je n’irais pas pour dire que « Tout va bien dans le meilleur des mondes »…
… En revanche le thé n’était pas trop mal, oui. Je hochais donc la tête, l’air de dire « Alors parle moins et profite-en plus ».. Et ce par égoïsme pur d’ailleurs : s’il parlait, je devais répondre, et donc je buvais moins.
Admettons, ça n’était pas très sérieux.. Surement le plaisir de pouvoir enfin dire des imbécilités et des gaffes sans avoir à le payer systématiquement.. Avec Vel, une parole de trop et je me faisais enguirlander, risquant de faire tomber cette fragile confiance pour l’avoir braqué, insulté ou je ne sais pas quoi.

Alors que bon.. Joclad.. Il avait manqué d’me tué, on était déjà pote lui et moi ! Hein ? Oui, oui, objection retenue..
Quant à la question de confiance.. J’étais bien placé pour savoir que ça pouvait tenir à peu de choses, pour ne pas dire à rien.. J’avais une confiance étrange et forte en Velvet.. Et je n’avais pas grand-chose pour le justifier, sinon ma conviction.. Donc disons qu’en la matière, j’avais pas de leçons à donner à mon padawan.. Non, clairement pas.
Cependant.. J’étais aussi le premier à dire qu’il fallait se méfier des voix instinctives.. J’avais longuement étudié le pour et le contre, et je n’avais pas trouvé de raisons suffisantes pour ne pas suivre cette voix..
Me concernant, je devais pas non plus présenter d’objection majeure à la petite voix de mon futur padawan lorsqu’elle lui disait de croire en moi.. Mais de là à faire inconsidérément confiance à une intuition.. Pour beaucoup de Jedi, c’était un crédo, et au fond, pour moi aussi. Mais les réflexions du genre « Fie-toi à la Force et advienne que pourra ».. Non. Faire de mon intuitions un fil directeur.. Pourquoi pas. Mais à chaque instant, je ne comptais que sur mes moyens et ma réflexion pour savoir si oui ou non, je devais continuer à suivre ce chemin-là..

-La confiance, mon garçon, illumine un chemin bien particulier.. Mais n’oublie jamais malgré tout de regarder devant toi et même autour de toi lorsque tu y marches.
Bon, l’exemple est mal choisis, parce qu’a priori, tu peux avoir confiance en moi. On en reparlera après quelques années de formations, lorsque j’en aurai marre de toi, mais pour le moment, t’as pas trop à t’en faire.


J’eu un faible sourire, étant bien sûr en train de plaisanter. Pour le coup, j’évitais de rester stoïque, j’avais moyennement envie qu’il puisse me prendre au sérieux..
Un sourire qui vint s’élargir à la mention retournée de mes croissants.. Et de la vie au Temple. J’avais beaucoup de griefs avec le Conseil, et nombres de choses me déplaisaient dans l’Ordre Jedi, estimant ces dernières comment étant traite à l’idée qu’elles prétendaient servir..

Mais le Temple était un cœur battant dont la vie de tous les jours ne pouvait que forcer une certaine admiration. C’était à la fois très pittoresque et profondément indispensable. Pour moi qui avais, par ma présence permanente, échu de devoirs d’intendance, le Temple était plein de petites manies et d’histoires.. Se balader en son sein, y voir les gens.. Même sans leurs parler ou se faire remarquer, cela occupait mon esprit d’une douce routine agréable qui savait me vider la tête..
Et que Joclad me parle de cela avait exactement le même effet…

-Je suis content pour tes amis. J’avais l’impression qu’ils étaient de braves novices, j’ai plaisir à voir que je n’étais pas le seul à le penser.

Je levais ma tasse :

-A leurs succès ! Et au tien ! (Je continuais plus bas, après avoir bus une bonne lampée) Et Johun ? Comment prend-il la décision du Conseil ?

Pour beaucoup, se voir refuser les épreuves était un échec.. Vu ce que disait Joclad sur ses aptitudes, c’était peut-être une façon d’optimiser ses talents.. Mais je restais dubitatif..
Non.. Ma seule certitude était que mon thé disparaissait à vue d’œil.. Et à présent que j’avais pris celui de dire ce qui était réellement important, mon temps également..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Lun 11 Fév 2013 - 21:12

Je buvais une bonne lampée, mes yeux se perdant un instant à travers la vitre donnant sur la ruelle. Cela faisait quoi, un an que l’on s’était rencontrés et que l’on avait fait connaissance ? J’avais manqué de nous tuer, lui et moi, à notre première rencontre. A ce moment, il était tout simplement impensable qu’il ne me prenne comme padawan. Tout simplement parce qu’il en avait déjà un sous sa responsabilité. Et puis, entre autre, je n’étais pas certain d’avoir fait bonne impression. J’étais encore pris dans ce qui pouvait s’apparenter à une certaine déprime.
Mais au final, tout c’était plutôt bien terminé pour moi, alors que pour lui, les problèmes semblaient s’enchainer. Il avait, d’après les rumeurs, été sermonner par Maitre Caldin, mais ça, en soit, ce serait presque banal d’après ses dires. Et voila qu’à présent, pour certains ils avaient soit abandonné le Temple soit tout simplement disparu, alors qu’en réalité, il essaye d’aider une Sith. Comment avais-je pu affirmer que tout va bien dans le meilleur des mondes..
Pour moi c’était sans doute le cas, mais pour lui, non…

Je ne pouvais d’ailleurs cesser de penser à ce que pouvait bien faire Lant en ce moment, où elle pouvait bien être. Elle qui m’avait toujours demandé de lui conter mes péripéties à travers la galaxie, avec mon ancien maitre, qui avait toujours rêvé d’être à ma place. Je me demandais, en fait, ce qu’elle ressentait à présent, maintenant qu’elle était, en quelque sorte, à ma place, a exploré elle aussi la galaxie. Alors qu’à présent, c’était moi qui me retrouvait à son ancienne place, patientant calmement au Temple.
Bon, j’affirmais peut-être m’ennuyer là-bas, ayant perdu cette habitude de partir explorer la galaxie, aider les gens, etc… Mais en fait, ce n’était plus vraiment le cas. J’avais repris mes vieilles habitudes, qui avaient été reléguées au fin fond de mon esprit. Les cours, les entrainements réguliers, les discussion à la cantine, etc..
Nostalgique ? Peut-être…

Je revenais finalement à notre discussion, replongeant mon regard sur Léonard, attentif. La confiance… Pourquoi rebondissait-il toujours sur le sujet, alors que je lui avais déjà donné la réponse la plus claire et la plus concise que je pouvais lui apporter à ce sujet, sur la confiance que j’avais en lui. Il était bien évidemment clair que je ne faisais pas confiance au premier individu venu. Et ce n’était d’ailleurs pas mon genre, sauf si ce dernier était un Jedi. Et encore..

- Ah ? Vraiment ? Mince alors, moi qui comptait commencer à vous embêter dès maintenant…. répondis-je calmement à sa remarque, n’y croyant pas un mot, un sourire sur mes lèvres. Il était clair qu’il ne pouvait pas être sérieux.

Il était clair, en le regardant, que parler de ce qui se passait au Temple, en son absence, lui faisait plaisir, ou tout au mieux, du bien. Un point à ne pas oublier, et que je ne manquais pas de garder dans un coin de mon esprit, juste au cas où. Je souriais également, heureux moi aussi que mes amis aient pu arriver jusque-là. C’était un tournant pour eux, même pour Johun.
Je levais alors également ma tasse, à leur succès, comme l’avais si bien dit Léonard, n’hésitant pas à rajouter, avant de boire une bonne gorgée de mon thé :

- Au votre aussi, Maitre !

Johun.. Lui, c’était une autre histoire. Mais s’il voulait vraiment avoir une réponse nette, claire et concise à ce sujet, j’étais dans la capacité de la lui donner…

- Johun.. et bien c’est compliqué. Il est clair que dans sa tête, tout est un peu comme… brouillé. Il ne sait plus trop où il en est même s’il reste serein. Pour beaucoup, et pour moi également, se voir refuser les épreuves est pire qu’un échec. Même si l’on sait pertinemment que servir au sein d’un des Corps de Service peut parfois être un rôle bien plus important que celui d’un Chevalier. Mais théoriquement, on ne lui a pas affirmé qu’il était recalé, et je pense qu’il s’agit plus là d’un test, ou d’un stage. Après tout, personne ne peut savoir qu’elles vont être ses épreuves, et cela peut très bien en être une.. Je reste confiant à son sujet, et lui, n’a jamais perdu ses objectifs de vue et fera tout ce qui lui est possible pour y parvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Mar 19 Fév 2013 - 15:50

-Attention mon garçon.. J’ai pourris la vie du Conseil pendant 25 ans, j’ai tanné le premier padawan de mon maître à un tel point aujourd’hui il ne peut plus se passer de moi. Et enfin, j’ai fait baissé les bras à feu mon maître sur un grand nombre de mes défauts tant j’étais.. Trop moi-même..
Ne va pas croire que des deux c’est toi qui pourrais venir à bout de l’autre !


Je pris a mon tour une large rasade de thé, une nouvelle, avant d’ajouter, un sourire aux lèvres cette fois à la mémoire de cet accident ;

-Sauf si j’te laisse conduire..

Je levais une main, apaisant Joclad au cas où ce dernier relèverai la tête d’un air paniqué ou coupable pour me dire une fois encore qu’il était terriblement désolé, que c’était sa faute, et j’en passe. Ce débat était clos depuis longtemps et ce souvenir était à présent de ceux qu’ils convenaient de ressasser au coin d’un bon feu, dans les salles de repos du Temple, éventuellement en riant un bon coup autour d’un bon thé.

Du reste.. Le toast porté.. La réplique de mon padawan se devait d’être motivante.. Mais s’il n’en parut rien sur mon visage, mon optimisme à mon sujet n’avait rien de joyeux. Que ce soit clair, j’espérais réussir.. Mais je savais aussi que cela pourrait me coûter cher.. Et que j’aurais probablement à devoir faire des compromis que j’allais profondément désavouer voir même en être dégouté.. Mais il n’y avait qu’un seul pris que je refusais de payer pour sauver l’âme de Velvet : la destruction de la mienne. Tout autre sacrifice était un devoir.. Ma promesse était un premier pas, mais je n’étais pas dupe, cela serait long et désagréable.. Je savais bien que mes réussites étaient certes l’ouverture d’une bonne voie.. Mais le prélude d’une longue affaire.. Jalonnée d’écueils..
Peur ? Non.. Non, j’avais foi en mon succès.. Disons simplement que je me demandais ou est-ce que tout cela allais finir.. Et si ma réussite saurait être qualifiée de succès.. Etant donné mes perspectives d’avenir, j’avais de sérieux doutes à ce sujet.

Mais il convenait à présent de s’inquiéter de Johun et non de moi, puisque lui était sur le taps de notre discussion, et que moi je ne tenais pas à y être. Imperturbable, j’avais pensé ainsi tout en écoutant Joclad, et opiner du chef

-En effet.. Son passage à l’Explocorp sait être uniquement passager.. Dans tous les cas, il n’a qu’une chose à faire : je jamais cesser de faire de son mieux. « Chevalier Jedi » c’est certes un honneur, mais c’est avant tout un forme. On est Jedi dans son cœur et dans sa tête. Et ce même si cela ne s’accompagne pas d’un titre.

Je croisais les mains, ayant à présent terminé mon thé.

-J’ai vu Johun, j’irai même jusqu’à dire que tous tes amis qui sont venu te voir à l’infirmerie, et que j’ai suivis d’un œil en tant qu’enseignant ont en eux l’esprit des Jedi. C’est à mon œil le plus important : d’être Jedi jusqu’au plus profond de soi, d’en comprendre les engagements et de les accepter. Le Conseil n’a pas tort de juger des bêtes affaires de compétences puisqu’il ne suffit pas d’être Jedi, il faut également être à la hauteur de ce que ce titre implique.
Mais il est tout à fait pensable d’être le plus exemplaire des Jedi, même à l’Explocorp, même sans en avoir le titre formel.. Quant à son action, tu as en effet raison : il pourrait faire la-bas des œuvres que nombres de Chevaliers Jedi ne feront jamais durant leurs vie. Du reste, rien n'est révolu. A ton âge, Johun a tout à prouver encore, et peut largement impressionner nos maîtres.. Et pourquoi pas, finir par passer les épreuves finalement.


Je haussais les épaules, ajoutant avec un brin d’humour :

-Une chance que j’ai été bon à rien, a part Chevalier Jedi, ils ne savaient pas quoi faire de moi..

Malgré ma légèreté de ton, ma tasse de thé vide semblait prendre des accents sombres.. A présent, le temps allait me manquer.. Mais bon, je n’allais pas non plus partir comme un voleur, j’avais encore de quoi boucler mes affaires et sujets dans cette discussion, et ne pas me tirer sans une bonne accolade à mon futur padawan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joclad Draayi
~~ Chevalier Jedi ~~
~~ Chevalier Jedi ~~
avatar


Nombre de messages : 1225
Âge du perso : 25 ans
Race : Humain
Binôme : Léonard Tianesli (Ex-mentor)

Feuille de personnage
Activité actuelle: Promenade chez les Hutts
HP:
46/70  (46/70)
PF:
44/94  (44/94)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Dim 24 Fév 2013 - 0:09

- Ah ! Vu comme ça, je me dois de m’incliner devant de tels faits d’armes. Vous avez mis la barre bien trop haut pour moi, Maitre.. J’écartais les mains, comme si je signalais là une quelconque évidence avant me poser mes deux mains sur le bord de la table alors qu’un sourire amusé s’étirait le long de mon visage. « Roh.. Je sais très bien piloter. Pas ma faute si les autres sont pas assez réactifs !

Je n’étais évidemment pas sérieux. Ma façon de piloter était tout sauf exemplaire, et je recherchais souvent les frissons du pilotage. Mais l’histoire à laquelle il faisait référence, même si dans un premier temps je m’en étais réellement voulu, me faisait à présent rire. A présent, c’était du passé. Et il vaut mieux rire du passé qu’en pleurer. Alors non, pas d’excuse et pas de « désolé » ou de « je n’aurais pas dû.. » .
Au lieu de cela, je levais ma tasse de thé pour en vider l’équivalent d’une bonne gorgée avant de poser mes coudes sur la table tout en tenant délicatement ma tasse entre mes deux mains.

Il était clair que j’aurais voulu l’accompagner, et cela même contre son gré. Après tout, il n’y avait rien de plus facile que de se cacher dans la soute de leur moyen de transport ! Mais je ne ferais clairement rien de tel. Je le respectais trop pour ça, et je n’avais qu’une seule parole. Et puis, ce n’était clairement pas ma place. En tout cas, pas encore. Je lui avais dit que je resterais de mon côté, et je m’y tiendrais. Sauf s’il avait besoin de moi.

Mais ça, c’était à lui d’en décider, pas à moi. Quant à Johun…

C’était assez délicat.. Sa situation était toute sauf claire et je ne voulais pas partir en conjecture à son sujet. Et surtout pas en son absence. Je ne pouvais, en fait, que répondre par l’affirmative, d’un hochement de tête, à la remarque de Léonard. Cela avait toujours été clair pour moi –et pour Johun également, j’en ai la certitude- que « Chevalier Jedi » n’était qu’un titre. Et que même si je n’arrivais pas à passer les épreuves avec succès, je n’en resterais pas moins, au fond de moi, un Jedi. Et que je sois affecté à l’Explocorp, à l’Agricorp, au Medcorp ou à l’Educorp ne changerait rien à cela. Il en était de même pour Johun, Lant ou Cale.

- Il en est conscient, j’en suis certain. Il est toujours aussi serein, il n’a pas sombré dans une quelconque déprime. C’est une bonne chose, et c’est la preuve qu’il continue de croire en ses valeurs et en ses capacités. Sa situation au sein de l’Ordre a beau ne pas être très claire, il n’a pas fait la même erreur que moi il y a un temps, celle de se remettre en question et à faire un pas en arrière. Il ne cesse pas de continuer d’aller de l’avant. Je ne me fais donc pas d’inquiétude à son sujet.

Je prenais alors le temps de finir mon thé, pour pouvoir poser la tasse sur la table, et sur ma droite. Léonard marquait encore un point à propos de l’avenir de Johun, mais je me devais de préciser sa dernière remarque, sur un ton toujours aussi confiant.

- En soi, il n’a pas encore passé les épreuves. Il n’a donc pas encore échoué. Certes, il n’a pas de mentor et donc en théorie, il va obligatoirement droit vers un échec. Mais certains Padawan ont déjà atteints le statut de Chevalier Jedi par le passé. Cela c’est déjà vu. Non, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir à son sujet.

Je finissais par un sourire, soulignant ainsi sa dernière remarque tout à fait amusante. Je pourrais très bien en rajouter une couche sur le sujet, mais c’était totalement inutile et j’en m’en gardais donc. Au lieu de cela, je tournais mon regard vers l’extérieur, fixant là travers la vitre les passants qui allaient et venaient dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Tianesli
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 439
Âge du perso : 37 ans
Race : Humain

Feuille de personnage
Activité actuelle: Chevalier-balayeur !
HP:
88/88  (88/88)
PF:
90/110  (90/110)

MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   Ven 8 Mar 2013 - 20:00

-Une chose est certaine, tu pilotes certainement mieux que moi. Parfait, j’avais besoin d’un chauffeur, je vais pouvoir t’exploiter.. Hm.. Et ne t’avises pas de refuser ou je ferais de nouveau faits d’armes et tu seras mon exemple.

Plaisanterie évidente, bien sûr.. Moi-même victime jadis d’une vie passablement complexe, je n’aimais pas imposer cela à autrui lorsque je pouvais l’éviter. Esclave puis contradicteur en puissance.. J’avais fait subir le courroux du Conseil à mon maître et à moi-même.. Et aujourd’hui encore je passais mon temps à attirer les ennuis.. Autant, donc, ne pas créer ou attirer d’ennuis, suffisamment me parvenaient comme ça malgré tout. Bref, pauvre de moi.

Quant à Johun.. Ma foi, comme le soulignait bien Joclad.. D’une part, il prenait très bien ce qui lui arrivait.. Et d’autre part, il était tout aussi vrai que sur l’heure, rien n’était joué. Disons que sur l’heure ; il convenait d’attendre et de voir ce qui allait se passer. Enfin, ça c’était pour nous. En ce qui le concernait.. Il fallait composer avec sa situation, tenir bon et aller de l’avant.
Et qui était intéressant ici, c’était la réaction de Joclad face à cela, lui qui avait eu un problème similaire.. Absence de maître, et passage à l’Agrocorps, pouvant être pris pour un manque total du Temple en ses capacité.. Alors qu’au fond, ça pouvait simplement être une mise au calme et une période pour se recentrer et se ressourcer… Surtout quand on connaissait son passé.
Quelque part, je sentais que les vieilles blessures de ce garçon ne cessaient de le hanter.. Et Johun était un bon exemple pour lui.. Et il le serait d’autant plus si, en dépit des prédictions, ce garçon devenait Jedi officiellement.

Car oui, être adoubé sans avoir jamais eu de maître, c’était possible. Rien n’est acquis.. Et il suffisait de s’en donner les moyens. Au Temple, alors que tout est fait pour l’apprentissage.. Il est largement possible d’arriver seul à obtenir un excellent niveau.. Mais il faut pour cela être prêts à faire.. Ce qu’il faut. Cela, c’est évident, ne vient pas tout seul..
Tout comme il était hors de question que je sois un maître qui lâche toutes cuites ses leçons dans le bec grands ouverts d’un padawan indolent, qui attend, passif, que je fasse toute les démarches à sa place. Bon, Joclad ne semblait pas de ce bord-là, tant mieux.

-Pour ce qui est de ton camarade ; Joclad, s’il est vraiment dans cet état de pensé.. Alors le temps ne fera son affaire.. C’est lui qui fera son affaire du temps. Le Conseil est faillible mais pas aveugle. Chaque jour passé à l’Explocorp est porté à son crédit.. En temps et en heure, lorsqu’il sera prêts à comprendre sa voie, je suis certain qu’il aura le bagage nécessaire pour convaincre nos maîtres.. Et en dépit de ce qu’on peut penser, passer les épreuves sans l’aide d’un maître attitré.
Si ce que tu me dis est fidèle à Johun.. Alors ce garçon est exemplaire.


Petit rappel au passage, ça ne fait pas de mal. Du reste, je me laissais aller, en même temps que Joclad, à la vue d’Aldérande et de sa capital qui ressemblait à un formidable cœur battant.. Si calme pourtant.

- Troublant, ce n’est-ce pas ? On pourrait croire qu’ils sont là, prêts à vivre ainsi pour l’éternité, comme si rien n’allait jamais les troubler.. On pourrait presque penser qu’il font semblant.. Qu’ils se rassurent.. Alors que rien n’est plus cruel et imprévisible que demain.. Même si ça vaut toujours le coup de le vérifier..

Je frissonnais légèrement. Ce genre de chose m’arrivait rarement.. Et le froid en était rarement la cause.. Refermant cependant les pan de ma bure, je me relevais et m’inclinais.

-Joclad.. Ce fut un plaisir. Vraiment, et un honneur que d’entendre ta réponse. Hélas, le temps me presse à présent, et je dois te quitter.. Je te dirais bien de passer mes amitiés à maître Vulnik mais bon..

Mauvaise idée, vraiment.. Pour lui comme pour moi. Surtout que Vulkin ne me revenait pas comme le plus tendre de nos maîtres..
J’allais pour partir lorsque quelque chose me retins.. Faisant volte-face au dernier moment, je lâchais d’une voix peu certaine.

-J’ai.. Un mauvais pressentiment, Joclad.. Des heures sombres nous tombent dessus.. Prend soin de toi.

Des arguments ? Non.. Ce frisson était l’aboutissement de mes nombreuses méditation.. Je m’élevais dans la théorie et la Force à un tel niveau que j’arrivais déjà à percevoir ce qui aurait pu être du niveau des maîtres.. Et je sentais un barrage sombre s’établir et boucher l’horizon.. Ni qui, ni ou, ni même comment.. Mais nous profitions présentement du calme stressant d’avant la tempête..

Rabattant mon capuchon sur mon crâne après avoir payé, je m’esquivais, laissant-là le padawan.. J’allais pour rejoindre ces ombres discrètes ou l’on attend pas la lumière, et qui, révélée, n’en brille que plus fort..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entretien improbable [Joclad]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien improbable [Joclad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Alderaan-