La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Viladra Memphis - Apprentie Sith (terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Viladra Memphis - Apprentie Sith (terminée)   Sam 27 Oct 2012 - 14:20





.:I Je me présente. I:.



"Tout cela ne vaut pas le terrible prodige
De ta salive qui mord,
Qui plonge dans l'oubli mon âme sans remord,
Et, charriant le vertige,
La roule défaillante aux rives de la mort !"



excusez-moi pour les erreurs et boulettes, je ne me relis pas... c'est une bêtise, je vous l'accorde! Merci d'avance.

Nom : Memphis Arash'in

Prénom : Viladra

Age: vingt ans.

Race : Arkanienne

Côté de la Force : Obscur

Rang désiré : Apprentie Sith

Sabre laser : Viladra a l'habitude de s'entrainer avec un sabre classique à la lame rouge, histoire de parfaire l'originalité Sith... Elle a néanmoins découvert le combat à deux sabres, plus courts mais plus maniables; néanmoins, pour le moment, elle se contente d'assimiler les bases avant de tenter quelque chose de plus complexe... Accessoirement, je ne sais pas si c'est ici qu'il faut le marquer, elle possède parfois une arme type flingue qui lui permet d'agir lorsque son manque de connaissance du sabre lui pose problème.

Caractéristiques :
Force 2
Dextérité 3
Agilité 4
Constitution 3
Intelligence 4
Sagesse 4
Charisme 5

Pouvoirs :
  • Télékinésie (niveau 1)
  • Détection (niveau 1)
  • Sens Exacerbés



Points forts : Viladra ne possède pas de facultés surhumaines (ou surarkaniennes ?) qui font d’elle un personnage incroyablement doué et en passe de devenir une future légende. Evidemment, si ça arrive elle ne s’en plaindra pas, mais elle ne compte pas trop là-dessus… Néanmoins, il lui arrive de se reconnaître quelques particularités positives, comme son self-control indéniable qui lui permet de faire face à beaucoup de situations improbables. Etant donné qu’il y a étonnamment beaucoup de personnalités pour les moins horripilantes parmi les Sith, cette maitrise d’elle-même lui apporte un certain réconfort car l’énerver est aussi difficile que d’organiser un repas intime entre un sith et un Jedi en toute sérénité. Pour le reste, elle est plutôt du genre à s’adapter facilement ce qui fait d’elle une potentielle espionne douée et elle possède un certain don quand il s’agit de s’adresser à un public (pas trop grand, tout de même.) Pour le côté physique, on peut dire que sa nature de femme lui apporte une souplesse et une agilité appréciables ainsi que des sens plutôt développés qui font d’elle quelqu’un d’alerte. Sinon, elle a quelques connaissances en biologie génétique et arrive à réciter l'alphabet à l'envers, mais je ne sais pas si ça vaut le coup de le marquer...

Points faibles : Viladra possède des qualités, comme tout le monde, mais aussi des défauts (comme tout le monde, là aussi). Etant jeune, en passe de devenir une femme accomplie avec les difficultés qui s’y rapportent, elle complexe sur beaucoup de choses mais afin de simplifier la dure tâche qu’est de vous apprendre ses points faibles, je ne vais citer que l’essentiel. Viladra est quelqu’un qui arrive à se maitriser facilement, nous l’avons vu précédemment. Néanmoins, cette absence de réactions bien trop contrôlées fait d’elle quelqu’un de difficile à cerner, c’est à se demander si elle se connait elle-même. Elle a du mal à apprécier ou à évaluer quelque chose à sa juste valeur et l’empathie lui est inconnue bien qu’elle ne soit pas désagréable pour autant. Accessoirement, on peut rajouter qu’elle possède une bonne mémoire auditive mais elle est capable de saluer quelqu’un le matin et d’avoir oublié son visage dans les deux heures qui suivent.
Physiquement, elle possède une force musculaire déplorable et ne possède pas non plus une endurance transcendante. Autant dire qu’elle essaye de compenser par la souplesse et la vivacité, mais je vous déconseille de faire appel à elle pour un déménagement. En surplus, on peut ajouter qu'elle serait une femme d'intérieur déplorable, la cuisine étant l'épreuve la plus insurmontable qu'elle ait connue jusque-là.


Caractère : Pour commencer de façon globale, on ne peut pas dire que Viladra soit quelqu’un de désagréable, porté sur un sadisme et une impulsivité pure et dure comme le sont beaucoup de Sith… En revanche, il serait se leurrer que de croire qu’elle est une personne dotée de sensibilité et de sympathie à votre égard. Grâce aux deux éducations qu’elle a reçues, Viladra est moins imbuvable que la plupart de ses congénères Arkadien mais elle est loin d’être la plus sociable de tous. Son don d’oratrice lui permet tout de même de se fondre aisément dans les différentes peuplades et d’éviter les rencontres houleuses et les mauvaises intentions. Après tout, quand on est du côté obscur, ce genre de choses-là c’est vous qui les amenez… Mais soyons plus précis, après tout c’est pour cela que je suis là… Et même si vous vous souciez du caractère de Viladra comme de votre première couche, je vais tâcher de rester précis.

Viladra est née dans une étrange famille dont la moitié était des Arkaniens de pure souche, c’est-à-dire hautains, méprisants (et méprisables) à un point qu’il était difficile de les aborder ; et dont l’autre était composée de quelques humains, sa mère notamment, beaucoup plus souples et sociables que les autres. De ce fait, Viladra a réussi à échapper à la tare culturelle qu’est la prétention absolue et si elle conserve un brin de fierté légèrement surdéveloppée, elle arrive à maintenir ses chevilles dans ses pantalons sans trop de difficultés.
Cette jeune fille a toujours été un peu à part dès le début de son enfance… Ses parents s’étant demandés si ses réactions inattendues n’étaient pas dues à un déréglage mental, son père effectua sur elle de nombreuses recherches avant de décréter qu’elle était tout simplement différente. En effet, Viladra avait toujours été une enfant anormalement calme, peu portée sur les jeux bruyants et cette particularité-là la suivit jusqu’à la période actuelle. Dans la lune bien que les pieds sur terre, elle aime s’imaginer des scénarios de vie tous plus étranges les uns que les autres et si elle ne possède aucun don de prescience, tenter d’anticiper le futur a toujours été un de ses passe-temps favoris.


Dans un domaine plus social, Viladra arrive aisément à tenir une conversation, quelle que soit la personne qui se trouve en face d’elle. Bien qu’elle n’apprécie pas en particulier les longs échanges philosophiques ou autre, elle arrive toujours à rebondir sur une réplique ce qui lui permet de ne pas se faire trop remarquer. Avec les personnes qu’elle apprécie réellement, autant dire qu’il y en a peu (bien qu’elle ne déteste personne non plus), elle laisse apparaître un caractère plus naturel, plus discret. Elle se libèrera peut-être plus dans l’humour même si elle est loin d’être maitre du rire et adoptera un profil beaucoup plus honnête. Pas de fioritures, pas de surplus, elle préfère aller droit au but, exprimant ce qui doit être exprimé et retenant ce qui n’est pas nécessaire pour avancer. Elle s’exprime oralement comme dans sa gestuelle, tout en retenue. Elle n’aime pas gaspiller des mots et de l’énergie, pour elle, il faut être précis et juste… Ou alors, il s’agit de mensonge.

Viladra a des facettes peut-être moins ‘’cool’’ que celles-là… Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle n’est pas fiable, mais pour elle, l’omission n’est pas un mensonge. Je vous conseille donc de vérifier ses dires lorsqu’elle vous annoncera quelque chose d’important. Ne possédant qu’une fidélité envers l’ordre Sith, il arrive même qu’elle cache certaines choses à ses congénères. Son sens de l’honneur est très élevé, mais tout le monde ne conçoit pas ce principe de la même façon qu’elle. La victoire est pour elle l’élément clef, elle ne s’imposera jamais de freins dans l’exécution d’une mission à cause de problèmes moraux. Cet endurcissement un peu cruel lui vient de sa nation d’origine qui s’embarrassait peu avec les barrières mentales… Seuls les plus intelligents et les plus forts parviendront à avancer, les autres sont tout simplement faits pour être dépassés ou écrasés.
Viladra se met rarement en colère mais dans les moments où elle se sent… nous allons dire, frustrée, elle peut faire preuve d’un mépris écrasant et d’une froideur suffisamment basse pour que tous les bons préjugés que nous nous faisions sur elle disparaissent comme poussières au vent.

Pour conclure, on peut dire qu’elle est assez difficile à décrire. Oui, ce n’est pas très précis comme fin, je vous l’accorde… Femme d’apparence sans doute innocente à l’aspect simple et lunaire, elle a néanmoins les pieds sur terre et sait ce qu’elle fait. N’étant pas sans pitié, elle n’est pas adepte de la violence gratuite mais jamais sa main n’hésitera à effectuer ce qui, selon elle, doit être fait. Maitre de la maitrise sur soi, elle faillira difficilement sous des assauts mentaux visant à la déstabiliser et a fait en sorte d’être exempte de toutes contraintes émotionnelles. Une famille éloignée dans tous les sens du terme et une nature plutôt solitaire malgré une adaptation facile en société, Viladra est quelqu’un qui peut être vu comme une personne incroyablement banale… ou bien terriblement étrange.

Physique : Son physique… Ça sera déjà plus facile pour moi de vous le décrire. En le faisait brièvement et de façon assez générale, on peut dire que c’est une jeune fille plutôt jolie sans pour autant rentrer dans la beauté exceptionnelle de certaines femmes qui font la une de toutes les publicités. Viladra est quelqu’un à la beauté plutôt naturelle qui se démarque par quelques éléments sans être non plus très repérable. Elle a néanmoins eu de la chance dans la distribution génétique et ne se trouve pas trop à plaindre malgré les complexes persistants et stupides que les filles de son âge possèdent…

S’il y a quelque chose que l’on remarque aisément quand on la voit pour la première fois, c’est bien sa haute taille. Evidemment, il existe plus grand qu’elle mais son apparence très proche des humains fait d’elle quelqu’un que l’on prend pour une grande femme. En effet, elle mesure entre un mètre soixante-seize et un mètre quatre-vingt – personne ne l’a jamais mesuré exactement – ce qui lui permet de voir la scène des concerts facilement, même quand elle est au fond, bien qu’elle ne soit pas tout le temps fourrée dans des salles à hurler le nom d’une célébrité, ce n’est pas trop son genre…
Plutôt mince, elle ne ressemble pas à ses filles de page de publicité maigres voire rachitiques et elle affiche plutôt une fine musculature qui démontre une vie active ainsi que des entrainements intensifs sans pour autant rentrer dans l’excès. Un ventre plat – parfois avec une petite bosse quand elle sort du restaurant – avec l’esquisse de quelques abdominaux, elle est athlétique sans l’être trop non plus et on voit tout de même qu’elle doit bien se débrouiller sur un terrain de sprint. Oui, de sprint car elle n’est pas très endurante… Un défaut à corriger.
Viladra n’affiche pas des courbes affolantes qui donnent le tournis aux hommes – ou aux femmes – la regardant, mais elle se trouve dans une moyenne acceptable qui permet aux premiers coups d’œil de repérer sa condition de femme sans difficulté.

Viladra possède quelques rares signes physiques particuliers, mais ils sont importants pour elle. Tout d’abord, sa peau est extrêmement blanche, et non transparente qui laisse apparaître ses veines comme une carte autoroutière, qui démontre-là ses origines d’une planète peu ensoleillée. Cette couleur de neige, elle la tient de son côté paternel où tous les membres de sa famille sont arkaniens. Dotée d’une longue chevelure d’un noir profond, ses épais cheveux lisses cascadent le long de son dos comme une rivière de jais, accentuant ainsi l’ivoire de sa peau et faisant ressortir son visage avec force. Entre ses omoplates et descendant jusqu’à son bassin, un tatouage couleur d’ébène en forme de dragon reptilien y est apposé, preuve de son appartenance à la famille des Arash’in, experte dans la modification génétique et esthétique, et de son dévouement à son premier maitre.

Si on passe à son visage, on peut dire qu’il est plutôt normal. Oval, les traits fins et harmonieux, il n’exhale pas d’une beauté aveuglante mais il n’est pas désagréable à regarder. Une bouche pleine, un petit nez fin et des yeux légèrement effilés en amande, elle n’est pas spécialement souriante mais elle affiche constamment une expression sereine, peut-être avec un brin de naïveté involontaire qui trompe bien souvent les plus idiots et les moins observateurs.
Ce qui se démarque le plus de son visage, d’ailleurs, c’est bien ses yeux. D’une forme plutôt jolie, c’est surtout la couleur qui est étrange… Possédant le sang d’un peuple étrange qu’est celui des Arkaniens, l’iris de ses yeux est de la couleur de la nacre et sa pupille d’un gris qui se fond dans l’absence de pigmentation. Les gens qui ne connaissent pas le peuple arkanien la croient très souvent aveugle, mais je vous assure qu’elle voit très bien. Elle possède d’ailleurs une excellente vue, si vous voulez tout savoir… Mais je m’égare. En parlant des traits distinctifs de sa famille, elle possède cinq doigts et cinq orteils, tout droit importés de sa mère (haha) qui lui donnent une apparence un peu plus humaine.

Au niveau vestimentaire, elle prône la simplicité et l’efficacité tout en y mêlant une petite pointe d’esthétique, je vous l’accorde. La plupart du temps vêtue avec des habits de cuir, plutôt courts puisqu’elle a pris gout aux pays chauds malgré son affinité pour le froid, elle aime se sentir libre de ses mouvements afin d’être certaine que balancer son pied dans une mâchoire ne fera pas craquer son pantalon. La couleur noire lui plaisant beaucoup puisqu’elle n’a pas eu beaucoup l’occasion de la voir dans son pays natal, il est rare de la voir avec de la couleur et sa peau blanche ressort d’autant plus avec le sombre de ses vêtements. Ne portant que très rarement des jupes, ou alors par-dessus un short ou un pantalon (mais il faut avouer que ça fait un peu étrange), elle essaye de rester féminine pourtant car si plaire aux autres l’importe peu, elle n’aime pas que l’on remette en question la femme qu’elle est. C’est normal, non ?

Sinon, on peut conclure en disant qu’elle a une démarche assez fluide, sans roulements de hanches inutiles, et qu’elle affiche un petit côté nonchalant qui la rend moins agressive au premier abord. Elle a beau être calme, elle reste sith, il ne faut pas l’oublier…

Histoire : Elle ne serait jamais acceptée comme un membre à part entière de la famille, elle le savait… Elle allait devoir quitter sa patrie, ses amis, ses parents et ses frères et sœurs… Tracer un trait sur son passé, lui tourner le dos pour ne plus y retourner. Tout ça, elle en avait conscience et elle l’acceptait avec force, avec certitude, avec appréhension aussi. Tant de sacrifices pour une expérience qui n’était même pas sure d’aboutir, à quoi bon prendre le risque ? Mais n’importe quelle femme ayant tenu son enfant dans les bras pourrait vous répondre : il est des choix que l’on pense prendre avec volonté mais qui en réalité s’imposent d’eux-mêmes tant l’amour nous fait tourner la tête…
Et c’est ainsi qu’Ilindra et Akhiro décidèrent de vivre ensemble. Il l’emmena, loin des siens, et lui fit découvrir Arkania, terre froide et inhospitalière pour toute personne ayant connu l’aura chaleureuse de Naboo. Là, elle mit au monde son premier enfant, le dernier aussi, mais en qui elle déversa toute sa joie, faisant ainsi disparaître sa tristesse d’une vie oubliée. A cet enfant, elle lui donna le nom de Viladra, un nom qui pouvait signifier illusion, mais aussi entre-deux. Car cet enfant, ce petit être encore innocent qui ouvrit silencieusement ses yeux translucide sur un monde de neige ne saura jamais de quel peuple il vient réellement et auquel il appartient désormais.


L’enfance de Viladra fut plutôt mouvementée, mais elle finit par se calmer à la fin. Différente des autres enfants, elle affichait une chevelure brune, un doigt de plus à chaque main et elle tenait sa grande taille de sa mère. Autant dire que son intégration dans un peuple aussi intolérant fut un supplice qu’elle connut rapidement. Je ne vais pas vous faire le coup de l’enfance malheureuse qui développa chez elle une envie de vengeance et qui par la suite la mena chez les Sith, rien d’aussi original, mais il faut avouer qu’elle n’eut pas de chance lors de ses premières sorties et qu’elle compta que très peu d’amis qui acceptèrent son sang-mêlé. Sa famille maternelle la soutenant difficilement à cause de la distance, elle trouva le réconfort dans les bras de sa mère et peu à peu, elle développa un détachement inné qui lui permit de faire abstraction aux remarques blessantes de ses congénères. Tout ça dura jusqu’à sa dixième année où à partir de là on la laissa tranquille et elle commença à étudier la biologie avec son père.
Enfant studieuse bien que facilement distraite, elle commença à se montrer de plus en plus impliquée dans ses travaux, faisant ainsi la fierté de son père et commençant à s’intégrer de plus en plus facilement dans ce monde. Elle commença donc à connaître les joies d’une enfance normale, bien qu’ayant grandi plus rapidement que les autres.

Renfermée même si elle ne se montrait pas désagréable, ses parents commencèrent à s’inquiéter à sa onzième année quand ils comprirent qu’elle ne souhaitait pas spécialement se lier aux autres enfants. Onze ans, c’est un âge pendant lequel on se plait à partager avec quelqu’un ou même à s’opposer face à un ennemi temporaire… Un temps d’insouciance pendant lequel on se plait à vivre. Ho, Viladra était heureuse, elle adorait jouer avec les outils étranges de son père, elle aimait assister à diverses expériences dans son laboratoire et s’imaginer, plus tard, à la tête d’une équipe de chercheurs dans la génétique bien qu’elle ne comprenne pas encore à cet âge ce qu’il en était réellement. Elle n’avait pas conscience des asservissements causés par son peuple ni de la xénophobie envers les autres. Pour elle, c’était normal : son peuple est au-dessus des autres car ils sont plus intelligents, c’est tout. Mais cette vision-là ne durera pas longtemps… Seuls les idiots ne changent pas d’avis.

Douze ans, son père avait fait de nombreuses recherches sur elle afin de voir si son cerveau fonctionnait correctement. Il n’y avait aucune anomalie, Viladra aimait tout simplement rester seule et découvrir par ses propres yeux. Surveillée discrètement par une mère inquiète, elle suivait ses cours assidument et ses professeurs ne trouvaient rien à lui redire bien qu’ils auraient aimé prouver à quel point le sang humain entachait leur noble espèce.
A treize ans, elle commença à prendre des cours de combat, essentiellement pour apprendre à se défendre dans les cas où des arkaniens souhaitaient lui faire du mal. Evidemment, aucun adulte n’oserait s’en prendre à une enfant, d’autant plus qu’elle s’avérait être la fille d’un éminent personnage dans le domaine de la biologie, mais les autres jeunes, eux, avaient moins de scrupule à embêter une fillette à cause de principes discriminatoires : monnaie courante à Arkania. Alors elle apprit à se défendre, et elle apprit bien… Car dans sa vie monotone, elle avait enfin trouvé une véritable passion.

Deux ans plus tard, Viladra avait commencé à travailler avec son père bien que très jeune. Ayant appris aussi à se servir d’un pistolet et d’un bâton de métal, elle se fit bientôt une réputation plus sure bien que son insouciance naturelle ne lui permettait pas de se rendre compte de l’effet qu’elle faisait. Pour elle, rien n’avait changé, elle travaillait la journée, s’entrainait le soir et faisait lamentablement brûler sa tentative de repas avant de manger un plat tout préparé. Une vie normale, dénuée de tristesse, mais dénuée de joie.
Cette année-là, son maitre d’arme mourut, emportant avec lui tous les secrets qu’il n’avait pas pu lui transmettre. En son honneur, elle se fit tatouer le dragon reptilien qu’il portait en pendentif autour de son cou. L’avait-elle réellement fait par affection ou simplement pour se donner l’impression d’avoir tenu à quelqu’un ? L’absence de larmes lors de son enterrement aurait pu lui répondre, mais elle ressentit tout de même une absence lorsqu’elle passait du travail au repas sans interruption martiale… Et cette absence, il fallut la combler. Par quoi ? Le voyage…



Elle savait que sa mère venait de Naboo, une planète où il faisait chaud et où il y avait de vraies plantes et non pas des reproductions comme on pouvait le voir à Arkania.
Il lui fallut un an avant qu’elle ne puisse mettre son projet en place. Soutenue par sa mère, elle parvint à convaincre son père de la laisser partir sur sa planète maternelle le temps d’un voyage de courte durée. Cédant, elle finit par embarquer sur un vaisseau et quitta la terre inhospitalière des neiges éternelles… Ses iris blancs dissimulés derrière des lunettes, elle passa facilement pour une humaine et personne ne l’arrêta lorsqu’elle mit pied sur Naboo. Le choc fut tel, qu’elle en resta bouche bée de longues minutes…
Imaginez, vous n’avez connu que le blanc, le blanc et le blanc, que seul le froid acéré n’a effleuré votre peau et que jamais ou rarement vous n’avez entendu les rires chaleureux et joviaux de vos confrères. Ici, elle ôta immédiatement les épaisses couches couvrant son corps, savourant la chaleur nouvelle des rayons du soleil… Il y avait du vert, du rouge, mais aussi du bleu, du jaune et bien d’autres couleurs encore. Des gens la saluèrent lui souhaitèrent la bienvenue et sous ses lunettes noires, ses yeux pétillaient joyeusement de surprise. Elle n’était pas du genre expressif, mais il fallait avouer que pour une découverte, elle en était amplement satisfaite…

Elle fit rapidement de nouvelles connaissances. Réticente à se lier avec des personnes, elle se laissa finalement aller et c’est ainsi que Naera, Kaleïs et Caym, deux jeunes fille et un garçon, s’ajoutèrent à sa liste de contacts. Ils ne semblaient pas s’offusquer de sa nature discrète, ne râlaient jamais devant ses silences prolongés et ils trouvaient toujours le moyen de deviner quand elle souhaitait s’exprimer ou quand il fallait la laisser se retrouver seule pour qu’elle refasse le plein de solitude nécessaire à sa santé mentale… Oui, ils étaient simples et pourtant, elle les trouvait hors du commun. Ils étaient loin de rouler sur l’or, et elle leur trouvait une richesse au-delà de l’inimaginable… En somme, Viladra venait de se faire ses premiers amis.
Avec eux, elle rattrapa tout ce qu’elle avait raté jusque-là. Ses premières bêtises, la joie de déguster un repas entre amis ou bien d’observer la lune se coucher à plusieurs… Elle perfectionna aussi ses connaissances en escrime grâce à Caym qui était bien plus doué qu’elle, et elle finit par connaître un semblant d’amour, goutant au plaisir charnel pour la première fois avec un homme.

Naboo était une terre de prospérité mais il existait toujours des aspects moins plaisants comme la pauvreté, la criminalité et le trafic… Viladra était tombée sur trois jeunes des rues, vivants de petits boulots et œuvrant illégalement la nuit pour ramasser un peu plus d’argent nécessaire à leur survie. Ce n’était pas des meurtriers, jamais ils n’avaient réellement tué… Parfois ils avaient déclenché des accidents, certes, mais ils ne souhaitaient pas devenir des assassins, ternir leur âme par le sang… Alors Viladra les aida, mettant ses capacités physiques à leur service, devenant de plus en plus une meilleure oratrice. Elle eut le don de tromper les gens les moins forts d’esprit, assujettir leur conscience pour les manipuler et déclencher des actions par le simple don de sa prestance. Oui, elle devenait un élément de plus en plus important dans leur plan et ils finirent même par attirer l’attention de plus puissants qu’eux…
Ces hommes qui les dénichèrent un soir pendant lequel il rentrait d’un cambriolage, qu’est-ce qu’ils étaient forts… Viladra tomba sous le charme.


Ils étaient atrocement séduisants, non pas physiquement, mais leurs pouvoirs étaient irrésistible. L’un d’eux avait le pouvoir de se faire obéir des éclairs ! Et un autre, juste en bougeant sa main, pouvait élever des objets de taille immense sans aucun effort… Quant à leurs armes, Viladra mourait d’envie d’en tenir une. C’était des épées, mais pas comme celles qu’elles connaissaient, électrifiée ou autre. Celles-ci avaient comme lame un unique laser d’une couleur sanglante, qui pouvait trancher tout ce que l’on souhaitait. Un bijou de technologie, une œuvre d’art, une passion dévorante.
Ils étaient deux et ils les aidèrent à condition que Viladra et ses amis acceptent de remplir quelques tâches pour eux. Rien de très incroyable, des vols, des intrusions, des filatures… Mais Viladra attira l’attention de l’un d’eux, non pas par son corps ou son charme, mais pour une raison qu’elle ignora. Quand il lui proposa de lui apprendre à se battre, elle posa un genou à terre sans hésiter, lui déclarant sans ciller qu’elle lui confiait sa vie en échange de ce service… Et c’est ainsi que sans le savoir, la jeune fille commença à étudier sous la houlette d’un seigneur Sith. Maniant la force avec maladresse, elle commença à maitriser le sabre laser ainsi que d’autres éléments liés à ce précieux savoir. Oui, Viladra avait enfin trouvé sa voie… Et celle-ci lui indiquait que cet ordre secret était le seul moyen de ramener une paix durable sur cette galaxie.

Un an plus tard, Viladra avait voyagé sur de nombreuses planètes mais Naboo restait sa préférée. Leur groupe s’était considérablement agrandi, devenant plus fort et plus efficace. Ses trois amis avaient pris la tête de leur coalition et ils ramenaient tellement d’argent que bientôt, les enfants des rues furent de plus en plus nombreux à les rejoindre. Viladra ne pouvait pas toujours rester avec eux, ayant prêté serpent à son nouveau maitre, mais elle les aidait sans relâche. Puis un soir, un nouveau plan tomba sur la table : il fallait s’introduire au palais et faire pression sur la sénatrice pour qu’elle accepte enfin d’ouvrir les yeux sur la réalité. Beaucoup hésitèrent car ils savaient qu’ils allaient devoir se battre contre des soldats entrainés et armés… Mais Caym, Kaleïs et Naera se montrèrent si déterminés qu’un bon nombre accepta de les suivre.
Viladra et son maitre participaient. Elle ne savait pas pourquoi, mais il lui avait dit qu’il était important de se rapprocher de la sénatrice… Alors elle le suivit et le plan démarra en douceur, sans accroc. Qui aurait pu deviner que les Jedis, ordre opposé aux Siths, seraient sur place ? L’opération fut un massacre. Une dizaine d’entre eux tombèrent sur le groupe, tuant impitoyablement les jeunes qui firent feu. Viladra, plus vive, parvint à s’échapper mais sous ses yeux, lorsqu’elle vit son maitre se faire transpercer par un sable laser, elle comprit que c’était la fin. Alors le noir l’emporta, l’inconscience l’absorba et elle sentit le gout salé de ses larmes humecter ses lèvres…

Viladra se réveilla dans un hôpital. Ayant été désarmée avant qu’elle ne fuie, les soldats qui la retrouvèrent dans le jardin du palais la prirent pour une victime innocente et elle ne fut pas reliée aux vingt-trois cadavres liés à la tentative ‘’d’assassinat’’ sur la sénatrice. Une chance, pour elle… Car ses amis, eux, furent tous tués ayant été considérés comme des alliés des Siths. Pour elle, ce n’était pas un péché, mais pour ces forces de l’ordre qui imposaient une dictature sous un visage apparemment sage et innocent, elle et ce en quoi elle croyait représentaient le mal. Le mal… Ils étaient si loin de la réalité.
Seize ans, bientôt dix-sept ans, Viladra était perdue. N’ayant plus de sabre laser, son dernier lien la reliant à un passé qu’elle eut aimé, elle s’engagea parmi les chasseurs de primes durant quelques temps afin de gagner de quoi vivre. Retourner à Arkania ? Il en était hors de question. Elle prévint sa famille qu’elle venait de rejoindre une académie, s’inventa une vie et leur expédia une lettre après leur avoir signalé que bougeant beaucoup, ils ne pourraient plus se contacter avant un moment. Et Viladra Arash’in perdit son nom… Elle choisit celui de son maitre, Dark Memphis, et le porta avec honneur en attendant de retrouver une voie qui lui filait entre les doigts…


Un an passa. Ayant frôlé la mort plus d’une fois, Viladra s’endurcit plus qu’elle ne l’était déjà mais réussit à garder son éternel air lunaire. Une aura d’innocence flottant toujours autour d’elle, la jeune fille avait pourtant passé le point de non-retour en se permettant de prendre des vies humaines sans le moindre état d’âme mais il restait pourtant cette petite trace d’insouciance nonchalante qui faisait d’elle quelqu’un de plus ou moins équilibré.
Plus tard, Viladra croisa à nouveau la route d’un Sith. Etait-ce le hasard ou l’avait-il recherché ? Elle n’en savait rien et ne souhaitait pas le deviner. Reprenant sa condition d’apprentie mais n’ayant désormais plus de maitre personnel, elle intégra une sorte d’académie pour tous les apprentis du côté obscur.
Vingt ans tout juste, peut-être moins elle ne sait plus… Et elle retrouve un fragment de sa voie. Je ne saurais vous dire son état d’esprit actuel… Est-elle heureuse ? Lasse ? Sur ce visage où s’affiche une constante rêverie, ou pourrait se demander si le diable n’est pas monté à bord sous les apparences d’un ange…


Comment avez-vous connu ce forum? Tout d'abord je cherchais un forum sur un contexte post-apocalyptique... Puis finalement je suis tombée sur celui-à un peu par hasard et comme il me semblait sympa... Et bien il vaut mieux le tester avant de le juger =)





Revenir en haut Aller en bas
Saï Don
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 7718
Âge du perso : 90 ans
Race : Humain
Binôme : Maître de Yun Silthar.

Feuille de personnage
Activité actuelle: Siège au Conseil Jedi / Joue les touristes sur Lorrd
HP:
98/100  (98/100)
PF:
6/110  (6/110)

MessageSujet: Re: Viladra Memphis - Apprentie Sith (terminée)   Mar 30 Oct 2012 - 13:53

Une bien belle fiche que voilà, je n'ai rien à redire !

C'est validé donc, tu peux dès à présent commencer ton RP sur ce forum. Pense juste à mettre un lien vers cette biographie dans ta signature.

Pour t'aider à débuter dans le jeu, si tu veux, tu peux faire un tour dans les Appels à RP , pour poster ou répondre à une demande de RP.
Et si tu as des interrogations, n'hésite pas à chercher ou poster dans la Foire aux Questions !

Bon jeu :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Viladra Memphis - Apprentie Sith (terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Administration :: Présentations :: Présentations Validées :: Archives-