La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3050
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Mer 22 Aoû 2012 - 17:51

Une semaine après avoir prise Zora Shaar-là sous son aile, Darth Ynnitach s’était rendue avec sur Alderaan. Après la première séance de tests intensifs qui avait été mené, la Dame Sith s’était peu occupée d’elle par la suite. Ce n’était pas par déception ou par colère que la Sith s’était retirée, mais par nécessité, ou alors ce que l’on appelle la raison d’état. Le plan de la Dame Noire des Sith était long à mettre en place et complexe. Les racines devaient prendre dans les années à venir et ne porter ses fruits que bien plus tard, dans quelques décennies voir des siècles. Enfin peu lui importait car après tout, contrairement aux autres races de la galaxie, elle disposait d’une longévité assez exceptionnelle et pouvait se permettre de voir à plus long terme que n’importe qui d’autre.

Mais nul n’est à l’abri d’un imprévu. Etre Sith vous apporte de grands pouvoirs et la possibilité de dominer, mais la contre partie est que ce pouvoir peut vous mener à votre propre perte. D’autant plus que les loups rôdent autour de vous telle une carcasse prête à être dépecée. Dans le cas de Darth Ynnitach les loups sont les seigneurs Sith qui l’entourent et les autres qui l’ignorent encore pour le moment. Les plus dangereux sont évidemment les plus proches. Car ce que l’on prend pour acquis nous cause toujours des surprises. Et nous sommes toujours surpris par ceux qui nous entourent…

Mais lorsque l’on occupe une telle position il est primordial de s’entourer. Ce qui n’est pas le plus difficile lorsque l’on dispose du pouvoir, de l’argent et un certain charme. Mais bien s’entourer est le plus délicat. La mort peut surgir à tout instant et de n’importe qui. D’ordinaire Darth Ynnitach ne se confie pas véritablement à ceux qui l’entourent, préférant se garder l’exclusivité de son savoir et de ses plans et ainsi rester en vie. Pourtant la personne prise sous son aile dispose d’une rare compréhension des choses et a le serpent argenté de l’ambition et de l’envie qui s’agite en elle. La Dame Sith se disait qu’il était temps de partager certaines choses avec les personnes qui l’entouraient et peut être ainsi commencé à faire taire ceux qui la jugent trop… timorée à leur égard.

Depuis quelques temps déjà une cabale politique avait vu le jour sur Alderaan. Les jeux de pouvoirs entre les familles les plus influentes de la planète les faisaient se chamailler sans cesse. Pourtant ces luttes avaient attirés le regard malveillant de la Dame Noire des Sith. En effet les premiers pions des Sith s’installent sur l’échiquier galactique et ceux qui existaient auparavant, perdurent. Il était cependant nécessaire d’en créer d’autres. Selon les renseignements de la maîtresse Sith, cette cabale était un moyen d’y parvenir sur Alderaan. Darth Ynnitach avait donc accepté de les rencontrer, sans pour autant avouer sa véritable identité. Ainsi il était plus aisé pour elle de se rendre compte de la véritable nature de ces hommes et femmes de la noblesse aussi méprisables pouvaient-ils être.

Il avait fallu plusieurs heures de discussion avant de trouver un compromis plus ou moins viables entre chaque partie. Mais tout ceci n’était pas au goût de la Sith, cette cabale était vraiment une perte de temps. Chacun désirait le gâteau complet alors qu’ils essaient de se mettre d’accord pour le partager, vraiment ridicule. En plus il manquait complètement de vision à long terme. Ayant assez de subir les jérémiades, Darth Ynnitach était partie suivie de Zora. La Dame Noire était exaspérée et songeait à châtier son directeur des renseignements.

*Aussi servile, qu’imbécile celui là !*

C’est d’un pas véhément que la Dame Sith parcourait les couloirs du bâtiment officiel. La réunion s’était tenue éloignée des regards et oreilles indiscrètes, et il fallait à présent marcher pour retourner au vaisseau. Peu à peu un trouble gagnait la seigneur Sith. Une autre présence raisonnait dans la Force, une présence « lumineuse ». Elle accordait un regard à Zora.

-Tu as sentie ?

*Servile, imbécile et incompétent ! Ne pouvait-il pas être au courant que des Jedi venaient aujourd’hui ? Ce sale bâtard ! Il m’a vendu ! Oui c’est ça ! Il a osé me trahir ! Ce sale petit « Tête de Vers » ! Je lui sucerais son cerveau et tout apprendre de lui !*

-Viens ! Ne traînons pas !

Disant cela, Darth Ynnitach dissimulait sa présence dans la Force. Avec un peu de chance, si la Force est bien leur vassale, les deux Sith passeraient inaperçues aux yeux des Jedi.

*Combien y en a-t-il ? Deux à première vue… Mais est-ce vraiment là tout ?*

-Zora ? Combien de Jedi as-tu repéré ?



HRP : L'ordre du tour se découle comme suit : Darth Ynnitach, Laksh'Mi, Zora Shaar-là et Nahla Maluka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laksh'Mi
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 1014
Âge du perso : 39
Race : Togruta
Binôme : Maître de Nahla Maluka

Feuille de personnage
Activité actuelle: Membre du conseil Jedi
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 23 Aoû 2012 - 14:49

Alderaan ; une planète que commençait à bien connaître Laksh'Mi, qui n'en était pas à sa première mission diplomatique là-bas... Les diplomates locaux aussi, la jedi commençait à bien les connaître, et les cerner. L'arrestation un an plus tôt de Sir Antilles par ses soins avait mis en branle toute la noblesse de la cité blanche, ravivant leurs luttes de pouvoirs centenaires.
Oui, elle commençait à bien les connaître. Et c'est pour cela que c'était toujours elle qu'on envoyait pour ce genre de mission sur Alderaan.
Mais depuis sa dernière œuvre de bienfaisance sur place, des choses avaient changé ; et pas forcément en bien : La disparition de Belanner Tarvo, ainsi que de son fils, dont on soupçonna un instant son appartenance à l'ordre sith, avait laissé un certain vide de bon aloi pour les opportunistes les plus près du pouvoir !
A commencer par Odmun Organa, fils de Vyal Organa, ancien intendant et rival de Tarvo. Quant au fils Antilles, son mariage et l'arrestation de son père avaient fait de lui le nouveau patriarche de la noble famille, n'ayant aucun autre choix que l'ambition et les coudées sournoises pour maintenir l'honneur de son nom à un certain niveau.
Et s'il n'y avait eu qu'eux, cela aurait été encore trop simple. Mais la communauté noble d'Alderaan comprenait au moins une quinzaine de familles toutes plus avides de pouvoir les unes que les autres. Les anciens temps de principes moraux qui illustrèrent Alderaan parmi les fondateurs de la République étaient loin, hélas.

Aussi, afin de mettre un terme à la gouvernance de substitution qui s'était avérée nécessaire à la disparition de Tarvo, une rencontre politique devait se jouer ce jour là, avec à la clé une nouvelle constitution qui changerait les modalités d'accès au pouvoir et le rôle de la noblesse sur la planète. Un grand événement qui pouvait tourner à la dictature si quelques garde-fou n'étaient pas déployés, dont l'arbitrage d'un maître jedi reconnu parmi eux comme impartial et efficace, malgré les récents dénigrement de l'Ordre par la République : Maître Mi.

Cette mission pour la togruta n'était pas une des plus passionnantes mais elle était importante, très importante ! L'Histoire pouvait s'écrire en cet instant, et son rôle n'était pas anodin... Aussi s'est avec sérieux qu'elle entreprit de répondre à la demande commune du conseil et des nobles Alderaans de se présenter à eux au palais royal.

Elle ne partit d'ailleurs pas seule. Depuis son retour d'exil volontaire, la maîtresse s'était quelque peu rapprochée d'une jeune padawan : Nahla Maluka et elle avaient beaucoup en commun, et elle l'avait aidé en partie à se sentir finalement en paix avec la disparition d'Otanaki.

Laksh'Mi ne se sentait pas encore tout à fait prête à reprendre une padawan sous son aile, mais le conseil lui avait demandé d'en profiter pour l'emmener en mission au moins cette fois là, car la pauvre miraluka était d'un âge avancé et son « maître » n'était que trop rarement disponible pour elle. En réalité, Galian espérait même qu'un autre jedi prenne l'adolescente aux cheveux de jais comme apprentie. Laksh'Mi avait fini par le comprendre.

Nos deux jedi étaient donc en route pour Alderaan, mais une panne de l'hyperpropulseur de leur navette les laissaient à plus de deux heures de vols conventionnel de leur destination...

- Fais moi penser à rappeler au chevalier Luca que si c'est elle qui utilise le plus souvent le Thetys, c'est à elle de faire le plein de carburant... avait elle glissé à Nahla.

Enfin, elles arrivèrent au lieu de rendez-vous, mais terriblement en retard ! Préoccupée par les conséquences diplomatiques que cela pouvait avoir – notamment sur l'accueil froid qu'on leur réserva – la jedi ne put déceler la brève présence éloignée des deux siths qui venaient de quitter la salle.
Finalement, la réunion se termina sans consensus, et se solda par la nécessité d'organiser un vote populaire pour la suite du processus. Laksh'Mi et Nahla pouvait donc se retirer, exténuées par le blabla infructueux de ces politciens.

Alors qu'elle se rendaient à la plate-forme de service où leur navette les attendait, une surprise vînt encore retarder leur départ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 23 Aoû 2012 - 16:08


Pitoyable, affligeant, irritant, désespérant... Les adjectifs ne manquaient pas pour qualifier le triste spectacle politique que Zora subissait depuis quelques heures déjà. La jeune femme laissait vagabonder son regard sur l'assemblée d'un air las, luttant contre l'ennui comme elle le pouvait. Ces "politiciens" n'avaient aucune vision d'ensemble et se contentaient de défendre farouchement leurs positions, s'engluant inexorablement dans un débat stérile. Cela aurait presque pu être amusant - à défaut d'être productif - si elle n'était pas obligée d'assister à tout ça...

*Ces imbéciles sont aussi têtus que des banthas et au moins autant stupides...*

Quand Darth Ynnitach lui avait "demandé" de venir sur Alderaan avec elle, Zora était loin de se douter de ce qui l'attendait. Elle avait espéré découvrir les hautes sphères d'un vrai pouvoir politique et les jeux de pouvoirs qui allaient avec. Au lieu de cela elle avait l'impression désagréable d'être en compagnie de gamins se disputant des friandises. Pour autant ce voyage lui avait donné l'occasion de changer d'atmosphère et puis cette planète était réellement agréable. Le contraste avec Dromund Kaas était pour le moins saisissant mais malgré tout l'apprentie aurait tout donner pour être dans la tour de sa maîtresse plutôt que dans cette cours d'école. Et dire qu'Alderaan était réputée pour les penseurs avisés qui avaient fait sa réputation...

Finalement le calvaire s'arrêta et Zora suivit sa maîtresse sans un mot dans l'un des vastes couloirs du bâtiment officiel, "haut-lieu de la politique". La démocratie montrait clairement ses limites et ce qu'il fallait à cette planète était un vrai dirigeant, qui n'ait pas peur de se salir les mains. Un dictateur en somme... Au moins le peuple marcherait au pas et la politique ne se résumerait plus à de vains débats aussi longs qu'ennuyeux...

*La Force soit louée, j'ai cru que ça ne s'arrêterait jamais...*

La jeune femme ajusta ses vêtements qu'elle avait choisis selon le plus pur style alderaanien. Après tout se balader avec son manteau à capuche noir n'était pas des plus discrets tout comme le port de sabre-laser, qu'elle avait astucieusement dissimulés dans ses manches amples... Zora appréciait de se fondre dans la masse. D'ailleurs, c'était d'avantage de l'envie qui brillait dans le regard des hommes que la méfiance. Et c'était précisément le but recherché. Comme Darth Ynnitach le lui avait enseigné, une jeune femme ayant l'air chétive et innocente avait l'avantage d'attirer la sympathie...

Elle chassa cette pensée alors qu'une sensation étrange et déplaisante se répercuta, comme un écho, dans la Force. Au même instant elle tourna son regard vers sa maîtresse qui lui demanda si elle avait également sentie ces présences. La jeune femme acquiesça en silence, comprenant peu à peu ce que cela impliquait: des jedis!

Zora pressa le pas à la suite de sa maîtresse pour rejoindre leur vaisseau. L'apprentie savait que ce n'était pas la lâcheté ou de la peur qui les poussait à vouloir rester discret mais bien la nécessité de rester discrets. Après tout, engager ouvertement un combat contre ces "chevaliers de la bonté et tout le blabla" ne favoriserait vraiment pas leur but. Manœuvrer dans l'ombre, agir avec doigté... C'était les clefs de la réussite... La jeune femme cacha aussi bien qu'elle le pouvait sa présence dans la Force tout en réprimant sa frustration. Elle avait bien envie de tomber sur ces jedis à vrai dire. Mais elle obéit sans discuter, comme toujours...

- "Je ne suis pas certaine, maîtresse... Deux je crois, dont une particulièrement puissante et une moindre... Peut-être un maître et son padawan?" suggéra-t-elle.

En même temps elle ne prenait pas beaucoup de risques puisque la plupart du temps ils étaient toujours deux: un grand gêneur et un gêneur en formation... Ne restait donc plus qu'a espérer rejoindre leur vaisseau sans se faire repérer.

*Une autre fois peut-être...* pensa-t-elle à regret.

Tout en marchant, elle commença à se dire que finalement la présence des jedis pouvait être une occasion en or d'en apprendre plus sur eux. Après tout s'il y avait moyen de se débarrasser d'eux ou ne serait qu'obtenir des informations voir éventuellement piéger leur vaisseau. Faire quelque chose en somme... Restait simplement à obtenir l'autorisation de Darth Ynnitach. Plus facile à dire qu'à faire... Décidant d'oser, elle s'arrêta et regarda sa maîtresse.

- "Seigneur Ynnitach... Si on pouvait savoir qui sont ces jedis et en apprendre d'avantage sur eux, on aurait peut-être la possibilité d'utiliser ces informations à notre avantage? Laissez-moi m'approcher de nos ennemis et les espionner... Je serai à temps au vaisseau pour le départ et resterai discrète, je vous l'assure..." demanda-t-elle, le regard empli de conviction.

Avec ses vêtements typiques de la mode autochtone et son air innocent, elle pouvait aisément se fondre dans la masse. Ses longs cheveux descendaient en cascade sur ses épaules, contrastant avec le rouge de ses habits. Ils étaient amples mais légers, ne la bloquant pas dans ses mouvements. Oui, elle ressemblait à une jeune femme comme beaucoup d'autre dans cette citée... Pour peu qu'elle puisse cacher sa faible présence dans la Force. Mais quoi qu'il en soit elle était convaincue que les espionner était une bonne idée, comme une conviction inébranlable qui s'était emparée d'elle. Elle attendit avec une pointe d'impatience la réponse de sa maîtresse, espérant qu'elle consentirait à lui faire ce plaisir...

Finalement, elle reçut l'approbation de la Seigneur Sith sous la forme d'un signe de tête affirmatif et un mince sourire se dessina les lèvres de l'apprentie. Elle témoigna son respect et sa soumission à sa maîtresse en s'inclinant et remonta la file des alderaanien, se faufilant agilement entre un flot de diplomates en tout genre. La présence des jedis semblait indiquer qu'ils avaient empruntés une direction différente et la jeune femme se hâta de remonter la piste tout en tentant de rester discrète dans la Force. La meilleure façon restait encore de rester détendue et c'est ce qu'elle se força à faire, même si intérieurement elle bouillonnait d'impatience. Elle sentait qu'elle se rapprochait peu à peu et au détour d'un des couloirs, elle distingua les jedis au loin, du moins des personnes qui pouvaient l'être même si elle était encore trop éloignée pour pouvoir en être certaine...


Dernière édition par Zora Shaar-lâ le Jeu 23 Aoû 2012 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 23 Aoû 2012 - 16:45

"J'y penserai, Maître..."

La padawane, amusée à la réflexion de la togruta concernant le plein de carburant, lui avait sourit en retour, ce disant. Luca... Luca... Majel Luca? Cette mirialane tout récemment adoubée chevalier jedi, et avec laquelle Dakin semblait si bien s'entendre? Sans doute. Et sinon, qu'importait! A cause de cet oubli et d'une autre panne, apparemment, les deux filles arrivèrent en retard de deux bonnes heures aux... négociations. Si l'on pouvait nommer ainsi les incessantes chamailleries de ces hommes et femmes pourtant adultes. A croire que les padawans d'Ondéron se montraient plus matures que ces soit disant diplomates! A dire vrai, Nahla ne sut pas si elle devait en rire, s'il s'agissait d'une plaisanterie, ou si le temps de pleurer arrivait. Vu qu'il est dit qu'il existe un temps pour chaque chose...

*Si c'est cela, être diplomate, je souhaite ne jamais le devenir!* pensa-t-elle avec effroi.

Elle ne dit cependant pas un mot de tout l'échange, se contentant de salutations polies lorsqu'il le fallait, et de suivre discrètement Laksh'mi, sinon. Elle n'était pas ici pour donner son avis sur le comportement de ces gens, elle, après tout, mais juste pour... pour quoi, en fait? C'était la première fois que Nahla quittait Ondéron accompagnée d'un autre jedi que le chevalier Galian Amaliël. La question du pourquoi lui était bien passée par l'esprit, mais elle ne l'avait guère posée. En fait, ce voyage lui faisait du bien, en un sens. Elle savait pertinemment ne pas être la padawane de la togruta, mais, au moins, étaient-elles amies, et ce lien lui faisait du bien. Aussi, s'échapper un peu d'Ondéron à ses côtés l'avait ravie, lorsqu'on le lui avait proposé. Et même ces disputes entre dirigeants politiques d'Aldérande ne pourraient lui gâcher ce plaisir. D'ailleurs, ces deux heures de retard avaient pour avantage qu'elles eurent moins à endurer ces désagréables palabres.

"Biiip! Biiip!"

L'holocommunicateur de Laksh'mi venait de sonner... Et lorsqu'apparut l'image d'un mécanicien de l'astroport où était posé leur navette, ce dernier annonça que le vaisseau ne souffrait pas que de cette fichue panne d'essence et d'hyperpropulseur. A première vue - et heureusement qu'il y avait jeté un œil, avait-il ajouté - d'autres soucis plus ou moins importants nécessitaient que tout soit revérifié. Sans quoi les deux filles risquaient-elles une nouvelle panne dans le meilleur des cas, et un grand BOUM en plein espace intersidéral, dans le pire des cas. Il les estimait déjà bienheureuses et chanceuses d'êtres parvenues d'Ondéron jusqu'ici sans y passer! Et bien sûr, il allait falloir deux à trois jours pour réparer tous les dégâts que cette Luca semblait avoir omis de signaler au temple lors de son dernier retour...

"Eh bien, on dirait que nous voilà obligées de passer quelques jours de plus sur cette charmante planète, Maître..." sourit Nahla. Cela ne l'embêtait pas, elle, que du contraire. Après avoir eu à supporter les incessants conflits de ces maisons de nobles, la paisible jeune fille apprécierait bien un peu de détente au sein des magnifiques paysages de la belle Aldérande. Bon, il n'y faisait pas très chaud, et Nahla s'était recouverte d'une bure longue, en laine marron, bien chaude, au cas où. Dehors, elle portait même des gants et une petite écharpe. Mieux valait prévenir que guérir!

*Qu'est-ce que...?*

Une sensation... Un petit rien, mais quelque chose venait de la faire tressaillir. Distraite par le flux de ses nombreuses pensées, ainsi que pas sa discussion engagée avec la togruta concernant ce qu'elle allaient faire suite à l'annonce du mécanicien concernant leur vaisseau en révision pour deux é trois jours, la padawane n'était pas certaine de pouvoir identifier ce quelle venait de percevoir. Comme une présence dans la Force, mais dont elle n'avait pu déterminer l'alignement. En tous cas, si elle n'avait pas rêvé, cette personne devait être toute proche... Mais tandis que les deux duos s'éloignaient l'un de l'autre, la miraluka perdit le contact, et se dit qu'après tout, elle avait peut-être imaginé, ou mal interprété ce qu'elle avait pu percevoir ou pas. Demeurant sur ses gardes au cas où, elle reprit sa discussion avec la jedi, désirant savoir quel serait leur programme, à présent. Se trouver une auberge, un logement pour la nuit, et visiter un peu les environs, peut-être? A cette idée, les joues de Nahla rosirent de plaisir. Elle adorait découvrir de nouveaux paysages... Et la flore d'Aldérande, combien de temps ne l'avait-elle pas étudiée dans des bouquins ou au moyen d'holocrons? L'étudier en vrai, ce serait tellement mieux!

"Que fait-on, alors?"

Après tout, Laksh'mi pouvait avoir d'autres obligations et devoir rentrer malgré tout, quitte à emprunter, louer un autre vaisseau, ou se faire ramener par d'autres jedis du temple qui viendraient les chercher et remorquer la navette endommagée...
Revenir en haut Aller en bas
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3050
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 23 Aoû 2012 - 20:19

Darth Ynnitach hochait machinalement la tête. Oui bien sur que Zora les avait sentit. Mieux encore elle avait même pu détecter leur nombre, deux, et poussant même la capacité à faire la différence de leur puissance. Oui c’était très bien ça et très instructif. D’autant plus que son jugement était le bon, un maître et son padawan. Vu le nombre il ne s’agissait pas d’une défaillance finalement, plutôt d’un hasard, heureux ou malheureux. Pour des profanes se serait juste une histoire de chance. Pour ceux ayant la vision et l’écoute de la Force n’y verraient là que l’extension de Sa volonté.

Continuant leur déplacement, le chemin prit par les deux Sith semblaient les éloigner des Jedi. Ce qui confirmait à postériori l’impression que se faisait la Dame Noire au sujet de leur présence ici. Mais quelque chose la dérangeait et cela provenait de sa « fidèle » apprentie. Elle tournait la tête vers et la dardait d’un regard du genre de ceux qui perce la chair et fouille au plus profond de votre âme. L’apprentie quant à elle semblait perdue dans ses pensées.

*Elle veut se battre… Elle a hâte de se mesurer à un Jedi.*

Un sourire éclairait son visage. Oui il est vrai que de tuer deux Jedi seraient surement une expérience intéressante et un très bon exercice pour Zora. Mais l’heure n’était pas à de pareilles futilités. Oui pour la Dame Noire il s’agissait bien d’une futilité pour ne pas dire une imbécilité. Elle ne s’était jamais vue comme les autres Sith. Que l’idée du carnage et de répandre le sang, la mort et la désolation excite. C’est plutôt le fait de triompher et de contempler les perdants à l’agonie ou mort qui la ravissait, surtout si elle avait été dispensée de se battre. En fin de compte être vivante quand les autres mourraient pour une question d’honneur et de gloire.

Mais Darth Ynnitach ne devait pas ignorer la persévérance dont était capable Zora. Elle était revenue à la charge à voix haute cette fois. Au moins elle ne faisait plus preuve de sa maladresse du début. Elle présentait des arguments, les bons. Et en plus elle agissait correctement. Observer d’abord et agir ensuite. La Dame Sith était devant un dilemme. Devait-elle donner son accord à une apprentie qui pouvait dans l’exaltation se montrer impétueuse et perdre de vue la marche à suivre ? Ou bien devait-elle refuser et s’en tenir à sa décision première ?

La seconde était de loin la plus prudent mais aussi la plus irritante. Elle donnerait l’image d’une fuyarde et n’en saurait pas plus qu’au début. La seconde avait au moins le mérite de s’informer sur la présence des Jedi, de savoir qui venait et éventuellement de donner à son apprentie la mise à l’épreuve qu’elle cherchait temps. C’est là-dessus que la reine des Sith donnait son assentiment.

*Après ça il faudra que je réfrène sa soif de gloire…*

Alors que Zora filait devant, Darth Ynnitach la suivait à une bonne distance derrière elle. La maîtresse Sith portait une robe blanche immaculée, qui contrastait à merveille avec sa peau rouge et qui se mariait avec ses cheveux d’un même blanc. Des brocards dorés étaient apposés à plusieurs endroits de la robe et un collier de grande valeur ceignait son cou délicat. Elle n’avait rien d’une Dame Sith, simplement d’un Dame habillée par un grand couturier d’Alderaan.

Au détour d’un couloir elle apercevait son apprentie qui observait deux silhouettes au loin. Elles étaient reconnaissables de part leur allure et leurs vêtements. Surtout parmi cette foule de la bonne société Aldéranienne. La Sith ressentait l’impatience de son apprentie. Elle arrivait derrière elle, posant délicatement une main sur son épaule. Autant pour la retenir que pour la mettre en garde.

-Patience apprentie… Nous les avons repérés, ils ne nous échapperont plus.

En observant de concert avec Zora, les deux femmes Sith ne pouvaient avoir manqué l’holo-communication qui s’était tenue. Mais le sujet et qui appelait leur était inconnus. Se saisissant d’une petite tablette, la Dame Sombre consultait un plan des lieux.

-Elles se dirigent vers l’astroport… Du moins c’est par là que mène ce chemin. Le seul qui serait vraiment digne de leur intérêt. Oui se sont des femmes, une maître et sa padawan.

Elle rangeait sa tablette dans le petit sac assortit à sa robe. Dedans se trouvait son sabre laser et quelques objets nécessaires. La Sith se permit un temps de réflexion.

-Ecoute je vais aller vers elles. Tu restes ici et tu suis de loin.

*Je ne crois pas que si tu venais avec moi tu resterais prudente*

-Je vais passer près d’elle, les observer, et essayer de glaner une information ou deux sur elles. Tu as ton communicateur sur toi. Si jamais elles changeaient d’avis et venaient vers toi, tu te déplaces, éloignes toi d’elles. Mais ne les perd pas de vue. Je suivrais derrière. Allez.

Sur ces dernières consignes la Dame Noire s’engageait dans le couloir, seule. Elle allait au devant des deux Jedi, masquant toujours son aura au maximum. Il était inutile que sa nature véritable la trahisse aussitôt. Déjà que son allure risquait fort de la faire remarquer. Peut être était-ce là son défaut, elle n’était pas aussi passe-partout qu’elle se le figurerait. Peu importait à présent. Elle prenait donc l’attitude qu’aurait une dame de flâner dans les couloirs d’un édifice public entre deux réunions ou autre chose. Mais elle s’approchait inexorablement des Jedi, assez pour être à portée de voix.

"Que fait-on, alors?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laksh'Mi
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 1014
Âge du perso : 39
Race : Togruta
Binôme : Maître de Nahla Maluka

Feuille de personnage
Activité actuelle: Membre du conseil Jedi
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Ven 24 Aoû 2012 - 13:39

Laksh'Mi, si elle avait tendance à voir le bon côté chez tout le monde, n'était pas totalement dupe pour autant, et savait que souvent, les mécanos, surtout s'ils se délectaient de vous dire que c'était heureux qu'ils avaient vérifié, abusez souvent de leur expertise pour feindre des pannes fictives et ainsi faire fructifier leurs affaires... C'était même sûrement à cause de cette tendance mal-honnête qu'on les remplaçaient petit à petit par les astromechs, qui ne se contentaient que de maintenir gratuitement au mieux votre véhicule !
Cependant, il ne valait mieux prendre aucun risque, surtout avec une enfant à bord, et la première mauvaise surprise qu'elles avaient eu à l'aller.

- En effet, on dirait bien, ma belle...

En disant cela, la togruta sentit un picotement dans l'échine, et instinctivement, son regard se porta sur les personnes autour d'elle. Mais le pressentiment s'estompa et disparut complètement.

- Nous allons nous trouver un endroit pour passer calmement les jours à venir, méditer, et tu n’échapperas pas à tes leçons, jeune padawan ! Pendant le temps que nous resterons coincées ici, je serais ton professeur... Je préviendrais Ondéron de notre situation une fois que nous serons posées.

La jedi savait pertinemment que Nahla ne cherchait jamais à fuir ses entraînements et cours, a contraire, même ! Mais elle aimait bien la taquiner un peu, et faire passer pour « punition » ce qui n'était que cadeau pour la miraluka.
Mais après avoir supporté la mentalité citadine et mesquine des « grands » de ce monde, Laksh'Mi avait envie - et se doutait que Nahla partageait cette envie – de fuir un peu la capitale. Et puis à chaque fois qu'elle descendait sur Alderaan, c’était pour Aldera city. En fin de compte, elle n'avait jamais visité les campagnes locales. Hormis ce village où elle s'était retrouvée déguisée en ménagère paysanne, un souvenir comique...

- Pourquoi ne pas s'offrir une petite retraite à l'écart de la civilisation ? On m'a parlé, je crois, d'une auberge rétro, au style fermier, avec des technologies à l'ancienne... ça pourrait être sympathique, qu'en dis-tu ?

Cette auberge se trouvait à l’orée d'un bois, de l'autre côté du lac. Il faudrait emprunter un taxi pour s'y rendre. Ce qu'elle firent.

Plus elles s'enfonçaient dans les bois, plus la connexion avec la nature épanouissait maître Mi ; cela la relaxait tant et si bien après cette séance politique qu'elle ne rendit absolument pas compte qu'elles étaient suivies dans les airs par un taxi speeder. Celui qu'elles avaient loué était au sol, rendant plus charmante la promenade jusqu'à l'auberge.

Lorsqu'elles arrivèrent, elles ne furent pas déçues par la réputation rustique du lieu : matériaux de constructions naturels et nobles, avec une ossature bois, et des murs recouverts d'une barbotine de couleur crème, peut-être à base de calcaire des montagnes... Une charrette à roues se délabrait non loin de l'entrée, et en guise de sonnette, une vieille clochette devait s'actionner manuellement.
Cela faisait sourire la togruta qui aspirait à ce genre de naturalisme.

On les accueillis avec chaleur, le tenancier leur spécifiant qu'elles venaient hors-saison et que cela leur coûterait moins cher. Laksh'Mi admirait le grand lustre à bougies qui trônait, suspendu à quelques cordes, au plafond haut du hall. Des accidents pouvaient arriver avec ce genre de matériaux vétustes, mais c'était la simplicité qui en faisait le charme.
Elles étaient les seules clientes, ce qui expliquait le temps que leur accorda le tenancier à grosse barbe grisonnante.
Lorsque elles eurent visité leurs chambres respectives, elles décidèrent de sortir faire un tour pour prendre l'air et admirer la flore et la faune environnante. Mais avant cela, la jedi avait une chose à faire ;

- Va devant, je te rejoins ; je vais essayer de transmettre un message au temple avec mon holocommunicateur, en utilisant la navette comme relais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Ven 24 Aoû 2012 - 14:56


Zora observait d'un regard amusé Darth Ynnitach frôler les jedis, se demandant ce qui l'avait poussée à l'accompagner. Sans doute qu'elle voulait s'assurer que son apprentie ne fasse pas de bêtise et au final elle n'avait sans doute pas tort. En même temps la présence de sa maîtresse rassurait la jeune femme, qu'elle prenne les choses en main, également. La Dame Noire était sure d'elle, tout à fait consciente de ce qu'elle faisait et ce que cela impliquait. L'apprentie n'avait qu'à suivre et se tenir à sa disposition, prête à agir sur son ordre.

L'humaine fit semblant de consulter des informations sur son datapad tout en observant avec attention les deux jedis. L'une d'elle semblait bien être une togruta tandis que la seconde avait la silhouette d'une enfant. Après quelques instants elle remarqua qu'elle avait un bandeau sur les yeux et Zora haussa un sourcil, se demandant si elle était aveugle. Puis en observant ses déplacements il sembla vite évident qu'elle "voyait" très bien, se mouvant en évitant les gens de manière habile. Intéressant... Ainsi donc elle avait une parfaite vision de son monde extérieur, sans doute via la Force elle-même. Ce que l'apprentie avait pris pour une faiblesse se révélait sans doute être un avantage.

*Je me demande si tu verras venir ce que l'on te réserve...* s'amusa-t-elle.

Ce serait de toute évidence son adversaire lors de la confrontation qui ne saurait tarder. Et Zora ne put réprimer un sourire en imaginant la mort qu'elle lui infligerait. Si toutefois sa maîtresse ne s'interposait pas... La jeune femme se décala en toute innocence parmi un flot de passant, se contentant de suivre leurs deux cibles tout en jetant régulièrement des regards vers sa maîtresse pour garder la meilleure position. Leur filature aurait pu durer ainsi sans trop de problèmes si les deux jedis n'avaient décidées d'emprunter un taxi. L'apprentie vit la Dame Noire en faire autant et chercha à son tour un moyen de transport, qui se manifesta sous la forme d'un petit speeder rouge. Elle monta à bord et assomma rapidement son chauffeur avant de s'installer derrière le volant et de suivre le taxi.

*Où est-ce que vous allez?* pensa-t-elle, curieuse.

Il s'avéra que leur destination était les environs d'Aldera City et peu à peu les élégants bâtiments de la capitale laissèrent place à sa nature dans son expression la plus pure. C'était bien un truc de jedi, ça, la nature... Bon au moins la tranquillité de ces lieux allait leur permettre d'agir loin des yeux indiscrets. Ce n'était pas plus mal au fond, même si l'apprentie aurait préféré avoir l'avantage du terrain. Il semblait évident que les jedis savaient où elles allaient. Mais au final, cela n'allait pas changer grand chose d'autant plus que les siths avaient l'avantage de la surprise. Lentement mais sûrement, le collet se refermait autours de leurs ennemis...

Zora suivait de loin sa maîtresse, gardant une certaine distance avec elle et emprunta peu à peu un chemin différent. Ce faisant, elle fit tomber du véhicule son propriétaire, qui alla s'écraser quelques dizaines de mètres plus bas, mourant sans doute sur le coup. Le temps que quelqu'un songe à le rechercher - et surtout trouve sa dépouille - les deux siths seraient déjà loin. A supposer que tout se passe comme escompté...

Finalement, sa maîtresse lui indiqua via leur communicateur que les deux femmes avaient atteint une auberge de style "rustique". Et le mot parut bien faible lorsque Zora découvrit la bâtisse qui semblait sortir d'un passé lointain. Elle sourit en coin en voyant une charrette antique et le cadre qu'avaient choisies les deux jedis pour se reposer. Elles le trouverait sans doute moins attrayant dans quelques temps.

La jeune femme descendit du véhicule et s'appuya le long de la carrosserie tout en observant les bras croisés l'auberge et les jedis qui s'y engouffraient. Si cela ne tenait qu'à elle, l'apprentie y aurait sans doute bouter le feu pour faire sortir les rats de leur trou mais sa maîtresse avait été très claire: elle devait observer pour le moment et c'est ce qu'elle allait faire. Zora resta un instant à attendre, le temps sans doute que les deux jedis découvrent ce qui devait leur servir de chambre.

*Surtout prenez tout votre temps...* s'irrita-t-elle.

Au bout d'un moment, la jeune padawan sortit de la bâtisse sans toutefois que sa maîtresse ne semble l'accompagner. L'apprentie l'observa un instant de loin et vit l'occasion d'attirer "l'aveugle" loin de la togruta. Se laissant guider par son instinct qui lui commandait d'agir, l'humaine simula une gestuelle agitée et fit de grands signes de loin à la padawan, espérant attirer son attention. Si elle mordait à l'hameçon et s'approchait d'elle, croyant pouvoir apporter une quelconque aide, Darth Ynnitach pourrait s'approcher de la maître jedi sans aucune difficulté. Ce faisant, elle activa son communicateur discrètement:

- "Je m'occupe d'attirer l'attention de la padawan, maîtresse..." annonça-t-elle.

Restait à voir si la padawan en question réagirait comme Zora l'escomptait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Sam 25 Aoû 2012 - 11:23

A première vue, Laksh'mi optait pour le séjour prolongé sur Aldérande plutôt que de trouver un autre moyen de rentrer au Temple. Elle aussi devait avoir envie d'un peu de repos en milieu naturel. Sur ce point, comme sur bien d'autres, la togruta et la jeune miraluka se ressemblaient. Nahla adorait la flore, sous tous ses aspects ou presque. Elle l'étudiait à longueur de temps, lorsqu'elle en avait de disponible. Sa chambre - celle de Galian Amaliël, en réalité - dans les quartiers des chevaliers ressemblait d'ailleurs davantage à une mini jungle qu'à un appartement. L'on y trouvait tant et tellement de plantes de toutes sortes qu'on pourrait se croire dans une serre tropicale. La bibliothèque elle-même semblait engloutie sous un rideau de plantes tombantes posées dessus! Mais malgré l'aspect sauvage de ce flat, il fallait bien l'avouer, ce n'était pas désagréable. Pour méditer, même, c'était plutôt reposant! D'autant plus que la Force est davantage présente en milieu naturel qu'artificiel. Cette collection de plantes ne pouvait donc qu'être bénéfique!

"Oh, mais, je n'avais nullement l'intention d'échapper à mes leçons, Maître!"

Nahla sourit. Laksh'mi avait de l'humour! La jedi savait pertinemment que la padawane étudiait même plus qu'elle ne le devrait, peut-être. Un peu d'amusement ne lui ferait guère de tort! D'ailleurs, en sa compagnie, elle se sentait bien, et plus détendue. La togruta se permettant plaisanteries et jeux, l'apprentie ne pouvait que suivre. Elle en avait besoin. Galian n'étant pas suffisamment présent pour elle, Nahla se sentait souvent bien seule et abandonnée, par trop livrée à elle-même, même si elle n'en disait, n'en montrait rien, refusant de se plaindre, se préoccupant toujours des autres avant de penser à elle. La présence de Laksh'mi à ses côtés, lorsque la togruta trouvait le temps de s’occuper un peu d'elle, faisait vraiment du bien à la jeune miraluka. Près d'elle, Nahla se sentait comprise, en sécurité, guidée sur la bonne voie... et aimée.

Leur taxi les ayant déposées à une auberge, les deux filles descendirent, examinant les lieux. C'était... tellement joli et agréable! Ce manque total de civilisation, de machinerie, de droïdes et autres, remplacés par d'imposantes montagnes aux sommets recouverts de neige, d'immenses forêts et quelque prairies verdoyantes donnaient à l'endroit une sensation à la fois de calme et de puissance. Nahla inspira profondément de cet air pur et vivifiant, ravie, les joues roses de plaisir. Si elles passaient ici les deux à trois jours nécessaires à la réparation de leur vaisseau, ce serait vraiment merveilleux! Méditer en pareil paysage, en pareille atmosphère... D'autres comme Dakin auraient surtout eu envie d'aller jouer dans les bois, sans doute, de profiter du vaste terrain et de son aspect sauvage pour s'entraîner physiquement. Mais Laksh'mi et Nahla en appréciaient les facettes dans de tout autres domaines, elles.

"Bien... Je vais visiter un peu alentours, en attendant. Lorsque vous aurez terminé, vous n'aurez qu'à me joindre sur mon holocommunicateur, Maître, et je reviendrai à l'auberge vous retrouver!"

Elle sourit, gaie. Cet endroit respirait la paix et la tranquillité, et l'adolescente n'avait qu'une envie: s'y enfoncer un peu afin de s'imprégner de la beauté de cette nature encore presque vierge. Lorsqu'elle sortit de la masure, quelque chose attira son attention. A une trentaine de mètres d'elle, une jeune femme agitait les bras dans tous les sens. Quel drôle de manège! Puis elle sembla sortir quelque chose et interagir avec... Un holocommunicateur? Aucune idée. Dans tous les cas, Nahla ne connaissant absolument personne ici, elle pensa que les gestes s'adressaient à quelqu'un d'autre. Peut-être à la femme de l'aubergiste, qui secouait un drap du haut d'une fenêtre? Aussi, persuadée qu'aucune de ses connaissance ne pouvait se trouver sur Aldérande, et surtout, qu'elle ne connaissait aucune femme blonde, Nahla se contenta d'ignorer la demoiselle, laissant la personne à laquelle s'adressait celle-ci lui répondre, qui que ce fut. Se dirigeant vers la prairie, Nahla commença par la traverser, humant régulièrement l'air avec délice , tout en avançant vers la forêt. La flore d'Aldérande, elle l'avait souvent étudiée dans des livres ou des holocrons. Aujourd'hui, elle avait enfin l'ocasion de l'étudier en feuilles, branches et racines!

A la limite entre la prairie et la forêt, elle se pencha sur diverses petites fleurs poussant au soleil, mais nécessitant la protection des arbres pour échapper aux trop grands froids descendants des montagnes, de l'autre côté. Elles étaient blanches, très fines, et jolies. Si Nahla avait su qu'elle viendrait ici, elle aurait emporté de quoi empoter quelques souvenirs végétaux, pour sur! Se redressant, elle fit mine d'observer les baies d'un buisson, toujours entre prairie et forêt, sans se retourner. Mais elle avait senti quelque chose. L'avantage d'être miraluka, c'est que jamais l'on ne peut savoir où elle "regardait". Nahla pouvait porter son attention devant elle... comme derrière elle, voire même à travers certains obstacles comme des murs... ou des vêtements. Du moins, dans un certain rayon d'action - environs une dizaine de mètres, pas davantage - et là, la padawane ressentait une présence. Ténue, qui se cachait sans doute, mais bien là, dans la Force. Si cette présence se rapprochait, l'apprentie pourrait déceler un sabre laser au travers de ses vêtements... et un alignement bien plus obscur que lumineux, sans compter des intentions mauvaises à son encontre...

=====================

[HRP: Je ne sais pas si Zora s'approche à moins de 10 mètres ou pas, d'où l'utilisation du conditionnel. Si elle s'approche à moins de 10 mètres, Nahla peut percevoir son alignement, ainsi que les principales émotions qui l'animent si fortement ressenties. Elle pourra aussi déceler la présence du sabre laser de Zora. Sinon, non; au-delà de 10 mètres, elle ne peut percevoir cela, juste qu'il y a une présence, mais sans précisions.]


Dernière édition par Nahla Maluka le Sam 25 Aoû 2012 - 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3050
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Sam 25 Aoû 2012 - 16:17

La filature avait pris un tournant aussi intéressant qu’embêtant. Les Jedi venaient de prendre un taxi. Et là était la faiblesse de la filature improvisée par la Sith. C’était là même le problème de l’improvisation, des choses aussi simple ne pouvait être maîtrisée par faute de temps, de préparation et de personnel disponible. Mais la Dame Noire est une Sith, et les Sith ne sont pas dénués de moyens. Une ligne de taxi attendait, une fois que les Jedi s’étaient éloignées, Darth Ynnitach en prenait un autre. Elle attendait encore un peu après avoir donnée une destination erronée, d’user de ses pouvoirs sans trop pousser pour forcer le chauffeur à agir selon ses souhaits. Mais ceci exigeait une forte concentration de la Sith. Fort heureusement Darth Ynnitach avait un plan de la cité et pouvait ainsi repérer avec un peu d’avance la direction du taxi et ainsi exigeait du chauffeur qu’il suive ses directives.

Le trajet avait duré plusieurs minutes pour finalement quitter la ville et se rendre vers une ferme, une pitoyable ferme. Une sorte d’auberge plus que pitoyable, juste bon pour les imbéciles avec leur retour à la nature et qui sont nostalgiques du bon vieux temps. Donnant comme instruction à son apprentie de s’y rendre rapidement et d’entamer la surveillance, la Sith retournait en ville. Si la surveillance allait se prolonger pour finir par l’affrontement, il valait mieux que les Sith soient prêtes. Ce qui actuellement n’était pas le cas. Darth Ynnitach se voyait mal agir ainsi accoutrée face à deux Jedi. Dans un palais peut être, mais pas à la campagne.

Il avait fallut presqu’une bonne trentaine de minutes pour faire l’aller et le retour avec son propre moyen de locomotion. Darth Ynnitach ayant mit fin à son petit manège avec le chauffeur de taxi. Une fois sortit de sa torpeur il ne savait plus trop ce qui s’était passé. La Dame Sith s’était faite aimable, s’excusant d’avoir tergiversée et concédait à lui payer la course qui était exorbitante. Mais il le fallait bien et il valait mieux être discret. Pour revenir en ville elle avait croisée son apprentie dans un speeder. Pendant un moment la Sith s’était demandé comment elle l’avait obtenue pour finir par s’en raviser.

Les affaires que la Dame Sith était revenue chercher était les vêtements de son apprentie et les siens. Elle avait tout de même prit le soin de se changer et de revêtir sa tenue. Elle avait sortit de son vaisseau un petit speeder à deux places avant de retourner le plus vite possible vers l’endroit où était partie les deux Jedi. Avant toute chose, Darth Ynnitach était allée dissimuler le speeder et de faire le chemin à pied à travers bois. Elle trouvait Zora et lui donnait ses frusques emballées dans un sac. Puis d’un commun accord elle s’éloignait prenant un autre point d’observation et attendre.

Mais malgré ces précautions une ombre venait s’ajouter au tableau. Seule la padawan était sortie, la maître était encore à l’intérieur. La Sith ne ressentait que deux présences à l’intérieur. De plus, faisant fi de toute prudence voir même de vue d’ensemble, se laissant aveugler par l’exaltation de la chasse, Zora se montrait attirait la padawan vers elle. Darth Ynnitach aurait voulu lui dire non, mais elle n’avait pas pu et c’était bien trop tard. Et puis la chasse avait été assez excitante pour créer l’envie de la mise à mort chez la Dame Noire.

La seigneur Sith avait attendue que la padawan Miraluka s’éloigne un peu plus avant de glisser hors de sa planque et de se diriger calmement vers l’auberge. Elle poussait la porte de l’auberge et faisait un pas à l’intérieur, laissant la porte grande ouverte. La nouvelle arrivante n’avait rien à voir avec les deux Jedi. Toute de noire vêtue, chaussée de bottes hautes d’un cuir des plus fin, portées par-dessus un pantalon noir ajusté. Sur son corps elle portait une sorte de cuirasse qui s’apparentait surtout à corset qui ceignait à merveille son buste et soulignait parfaitement les courbes de son corps. Ses bras dénudés étaient recouverts d’une paire de gant remontant jusqu’aux coudes. Tout ceci encadrait parfaitement sa peau rouge et ses cheveux blancs. Le sabre laser de la Sith était accroché à l’arrière de la ceinture qui semblait descendre négligemment sur ses hanches. Un sourire amusé éclairait son visage alors que ses yeux violets dardaient la Togruta qui s’apprêtait à sortir et que le gérant de l’auberge un homme d’âge vénérable s’entretenait avec elle.

*Mmm… le vieillard fera un merveilleux otage au besoin…*

-Bonjour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laksh'Mi
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 1014
Âge du perso : 39
Race : Togruta
Binôme : Maître de Nahla Maluka

Feuille de personnage
Activité actuelle: Membre du conseil Jedi
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Mer 29 Aoû 2012 - 15:13

D'abord une pensée, fugace, comme une image en flash ; une simple idée, dérangeante, mais très passagère ; comme une vision, celle de la miraluka blessée. Ou peut-être pire.

Puis le pincement subtile dans l'échine, lui indiquant que ce n'est peut-être pas juste son imagination. Insinuant le doute dans son mental...

Enfin la réaction corporelle, ses muscles se tendant légèrement jusqu'à ce que lui prenne l'envie de sortir, de bouger, de retrouver Nahla, sur le champ.

Laksh' Mi avait pu contacter le temple et indiquer au conseil leur situation et où elles logeraient pour les trois jours à venir. Et elle s'était retrouvée dans le hall d'accueil pour sortir ;
Elle devait retrouver la padawan dehors, l'adolescente s'octroyant une petite ballade dans le décors naturel dans lequel se cachait l'auberge Alderaane. Elle sortait son holocommunicateur pour l'avertir quand elle fut remuée par la Force.
Mais voilà, au moment où son instinct la mise en alerte, une apparition soudaine vînt interrompre son élan.

Une dame tout de noir vêtue, contrastant avec sa peau rouge et plus encore avec ses cheveux blancs, venait d'entrer dans le hall et faisait obstacle à la sortie. Elle était très belle, mais sa manière de se vêtir embaumait le mal-sain, le vulgaire, la noirceur.
Ce qui émanait d'elle mis mal à l'aise la togruta ; pourtant elle ne détectait nulle raison à cela dans l'aura de la dame « noire ». Elle essaya de ne pas froncer les sourcils, de ne pas avoir l'air de chercher ce qui clochait, afin de ne pas offenser la... la cliente ?

- Bonjour...

Demeurant méfiante suite à son pressentiment, la maîtresse jedi se contenta de s'incliner poliment. Puis après avoir jeté un regard discret derrière elle pour saluer l'aubergiste affairé derrière son comptoir et l'air heureux de l'exceptionnelle flux de touristes en ce jour, elle fit mine de sortir, ce qui était bien son intention, afin de suggérer par la gestuelle à la nouvelle venue de se retirer du passage ; mais les choses ne se déroulèrent pas comme elle l'envisageait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 30 Aoû 2012 - 10:00


Zora observa d'un air suffisant la padawan s'éloigner pour finalement fouler de ses pas la vaste prairie qui s'étalait devant elle. Sa tentative d'attirer l'aveugle n'avait pas été couronnée de succès, la gamine préférant visiblement l'ignorer. Qu'à cela ne tienne... Le but était qu'elle s'éloigne de l'auberge, permettant ainsi à la Dame Noire de régler son compte à la togruta sans être importunée par la gamine qui lui servait d'apprentie. L'humaine laissa son regard glisser sur la padawan un instant et ne fit plus rien pour attirer son attention, la laissant simplement s'éloigner à son rythme de la "bâtisse" pour flâner dans l'étendue d'herbe.

*Tu n'as jamais vu de fleurs ou quoi?* s'agaça-t-elle en voyant l'enfant s'attarder sur ces dernières.

Darth Ynnitach choisit cet instant pour s'approcher de l'auberge et y entrer à son tour, prête à se mesurer à la maître Jedi. Un sourire en coin apparut sur les lèvres de Zora alors qu'elle se disait que c'était à son tour d'agir. Elle rejeta de ses épaules son manteau noir avant de le dégrafer et le jeter au sol, dévoilant ses habits sombres et pratique. Sa maîtresse avait eu la bonne idée de les lui amener et la jeune femme s'était rapidement changée peu de temps avant que la padawan ne sorte pour se promener. A présent, elle était prête à se mesurer pour la première fois de sa vie à une jedi et que ce soit à cause de l'excitation ou l'adrénaline, l'humaine tremblait d'impatience.

Elle laissa la Force couler en elle tout en étudiant la situation. La padawan était à présent à une distance assez élevée de l'auberge pour que Zora puisse lui couper sa retraite et l'empêcher de rejoindre sa togruta de maîtresse. De son côté elle était certaine de ne pas être dérangée par la jedi qui aurait fort à faire à la Dame Noire. Restait à savoir comment "prendre contact" avec l'enfant et surtout jusqu'à quelle distance elle pouvait "voir" autours d'elle. Et pour ce faire, elle ne voyait qu'un seul moyen dans l'immédiat.

L'humaine écarta une mèche blonde et la cala derrière son oreille avant de soupirer longuement, laissant couler la Force en elle librement. Elle ferma les yeux en savourant cette sensation de pouvoir parcourir chaque parcelle de son corps, l'enveloppant de sentiments apaisants ou violents à la fois. Puis elle monta à bord du speeder et l'alluma d'un geste élégant avant de pousser la manette des gaz à fond, se faisant plaquer au siège par l'accélération subite du véhicule. Zora dirigea le nez du speeder sur la padawan et un sourire carnassier apparut sur son visage fin:

*Essaie de voir venir ça...*

A une trentaine de mètres, l'apprentie de la Dame Noire se redressa et sauta du véhicule en faisant appel à la Force avant de se réceptionner avec autant d'aisance que possible, absorbant l'élan par quelques roulades souples. Elle releva immédiatement les yeux vers la padawan qui avait évité le speeder, comme Zora si attendait. Mais l'attaque n'était pas destinée à la tuer ou même la toucher, juste à la "mettre en condition". Sans oublier le fait que cela lui donnait de précieuses indications quant à l'efficacité de la vision de son adversaire. Le speeder continua sa route sans rencontrer aucun obstacle avant de s'arrêter quelques centaines de mètres plus loin, son système d'arrêt automatique s'enclenchant, faut de conductrice...

*Bon, à nous deux maintenant...*

Zora s'approcha d'un air égal vers la padawan, activant son don de détection à son tour pour sonder son environnement. Elle se concentra sur le corps de la gamine pour déceler la présence de son sabre et fronça légèrement les sourcils en n'en détectant aucun. Elle l'avait oublié dans l'auberge? Pas très prudent de sa part... Ou alors elle était encore trop jeune pour en avoir un? Possible... Quoiqu'il en soit c'était presque décevant. Elle qui s'était attendue à faire quelques passes d'armes... La confrontation prenait plus des allures d'exécutions dans l'esprit de la jeune femme mais finalement elle n'avait rien contre un travail facile à effectuer...

L'aveugle devait sans aucun doute la sonder en retour, détailler son corps et son esprit autant qu'elle le pouvait. Et cette dernière devait certainement avoir compris à qui elle avait à faire. Zora tira son sabre d'un geste leste et l'alluma. La lame écarlate perfora l'air dans un bourdonnement caractéristique tandis que la jeune femme adressait un sourire narquois à la padawan:

- "Ça c'est ce que j'appelle une rencontre intéressante..." murmura-t-elle en dévisageant l'enfant. "J'espère que tu me feras le plaisir de résister un minimum..."

Zora fit tournoyer son sabre dans sa main d'un geste nonchalant puis s'avança lentement en direction de la miraluka, attentive à chaque fait et geste de son adversaire. Après tout l'enfant n'était pas armée mais cela ne signifiait pas pour autant qu'elle était sans défense. Un sourire malsain sur les lèvres, l'apprentie de la Dame Noire continua de s'approcher prudemment de son adversaire, se refusant à lancer un assaut brutal pour le moment. Le round d'observation commençait...

*Voyons voir ce que tu as dans le ventre...*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 30 Aoû 2012 - 18:59

Quelque chose clochait. Oui, mais quoi? Une intuition, un picotement désagréable, un avertissement de la Force qu'il allait se passer quelque chose... Nahla se sentait pourtant si bien, là! Pourquoi fallait-il que les choses tournent mal? Elle et Laksh'mi étaient venues ici pour profiter des deux à trois jours de répit que leur offrait la panne de leur vaisseau, et la togruta devait rejoindre la padawane sous peu. Elle lui avait dit de partir devant, et c'était ce qu'avait fait la jeune miraluka, persuadée que la jedi ne tarderait pas à la rejoindre. Elles auraient alors visité les environs, médité ensemble sur la beauté des lieux, apprécié le calme et l'état naturel, presque sauvage encore, des lieux... Elles auraient profité du moment présent, en somme! Sauf que voilà, deux autres personnes semblaient avoir décidé de profiter du moment présent... à leur manière, bien moins paisible et amicale.

*J'ignore qui est cette femme, mais elle ne me veut pas du bien...*

Le speeder esquivé de justesse pour preuve, Nahla savait que la jeune femme en tenue plus que légère, à une trentaine de mètres d'elle, comptait lui chercher misères, ou alors, possédait un sens de l'humour très... particulier. Ou les deux, peut-être, aussi. Plutôt chanceux, le speeder venu des plaines continua sa course sur une ou deux centaines de mètres avant de s'arrêter... intact. Un miracle au vu des nombreux arbres et buissons jalonnant le terrain, à partir de la position de Nahla, qui se trouvait à la limite entre prairie et forêt! Le seul obstacle qu'aurait heurté l'engin si elle ne l'avait pas esquivé d'une prompte roulade sur le côté, c'était la padawane.

*Que me veut donc cette drôlesse???*

La drôlesse en question s'approcha, lentement, pas pressée à première vue, ni inquiète pour son speeder. Détaillant sa tenue vestimentaire de sa perception de Force, la miraluka la trouva de bien mauvais goût, et surtout, bien peu vêtue. Elle en frissonna à la place de la concernée. Comment pouvait-elle ne pas prendre froid dans pareil climat... en pareille tenue?! Nahla se savait fragile niveau constitution et santé, et portait une longue bure en laine épaisse, ainsi que des gants et même, un châle autour de la gorge. Les montagnes alentour étaient recouvertes de neige, et si l'air se faisait plus doux, ici dans la plaine, il n'en demeurait pas moins cru, malgré tout! Si cette femme ne chopait pas froid... c'était qu'elle disposait d'une santé de fer, diantre! Mais là n'était pas la question ni le sujet du moment. Nahla aurait très bientôt d'autres rancors à fouetter que de se soucier de la santé de sa vis-à-vis.

Une rencontre intéressante? Lui résister? Un sabre laser rouge? Et une aura aussi obscure que se devait de l'être celle de tout sith qui se respecte? Décidément, Nahla appréciait de moins en moins la panne de ce maudit vaisseau. Pourquoi les choses ne pouvaient-elles pas se passer autrement? Simplement? Paisiblement? Et surtout, elle n'avait jamais eu à affronter un ennemi véritable, armé d'un sabre laser prêt à la découper en rondelles. Elle n'était pas armée - comme toujours - et n'avait aucune envie de se battre. D'ailleurs, pourquoi se battre? Quelle raison cette femme avait-elle se s'en prendre à elle?

"Vous résister? Eh bien... Peut-être me feriez-vous l'honneur de vous présenter, déjà? Ainsi que de m'exposer la raison qui vous pousse à vous en prendre à une touriste désarmée. J'avoue ne pas comprendre. Et je crains de n'avoir que bien peu d'amusement à vous offrir, madame. Je ne suis pas une combattante, comme vous semblez l'espérer."

Elle n'avait que quatre ans de moins que l'apprentie sith, mais son sens du respect poussait Nahla à vouvoyer son aînée. Le ton de sa voix était doux, terriblement doux et calme, posé. C'en était presque dérangeant, en y pensant. A croire qu'aucune agressivité ne pouvait émaner de la petite demoiselle haute d'un mètre cinquante à peine, toute menue, l'air presque fragile. On lui aurait collé une paire d'ailes, une auréole et une robe blanche sans hésiter. Un petit ange en bure de laine brune, aux mains gantées et déclarant n'avoir aucune envie de combattre. Même, elle avouait ne pas y être apte, au combat, d'une certaine manière. Pourtant, Nahla n'avait pas l'intention de se laisser découper en morceaux sans réagir. Ce qui l'inquiétait, à présent, c'était Laksh'mi. Il lui fallait la prévenir. Sauf que lors de la roulade pour éviter le speeder, elle avait du sortir la main de sa poche, et son holocommunicateur s'en était échappé aussi. Le chercher dans les hautes herbes de la prairie, à présent qu'un sabre laser rouge la menaçait, était exclu, naturellement.

La sith avançait... Nahla devait réagir, et vite. D'apparence, elle semblait totalement sereine, juste perplexe, patientant après la réponse de son interlocutrice. Mais intérieurement, elle réfléchissait à toute allure. L'ennemie se trouvait entre elle et l'auberge... il lui fallait la contourner pour atteindre la bâtisse. Détourner son attention serait une option envisageable, mais encore fallait-il trouver de quoi la détourner. Tandis que la blonde d'un bon mètre septante environs avançait toujours vers elle, l'adolescente aux longs cheveux noirs se mit à se déplacer elle aussi, au même rythme, préservant entre elles deux une bonne dizaine de mètres, ne laissant pas la sith l'approcher davantage.

*Que faire...? Aller prévenir Maître Laksh'mi risque de mettre l'aubergiste et son épouse en danger. Quoique, Maître Laksh'mi pourrait alors s'occuper de la sith, tandis que je pourrai mettre nos hôtes à l'abri...*

Évidemment, elle ignorait que cette sith-ci ne fut qu'apprentie, et qu'elle n'était pas seule dans les environs. Continuant à se déplacer à la même allure que son adversaire, Nahla cherchait à lui tourner autour, de manière à pouvoir courir vers l'auberge... et, en chemin, récupérer son holocommunicateur, si elle le retrouvait dans toutes cette verdure!
Revenir en haut Aller en bas
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3050
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Ven 31 Aoû 2012 - 11:29

Darth Ynnitach souriait devant le malaise que ressentait la maître Jedi qui lui faisait face. Mais comme elle ne faisait montre d’aucune hostilité à son égard, cela voulait dire que la Togruta n’avait pu ressentir le Côté Obscur en elle. Néanmoins son attitude circonspecte montrait la prudence et la retenue qu’elle faisait preuve. Un pas puis un autre les rapprochait toutes deux. La Dame Jedi s’apprêtait à sortir rejoindre sa padawan dehors qui serait bientôt prise avec Zora.

La Dame Sith déployait son aura, permettant ainsi à sn entourage ayant la vision de la Force de le ressentir pleinement. Elle espérait bien que ceci mettrait la Jedi Togruta mal à l’aise et peut être même, la ferait reculer. Un sourire se dessinait sur ses lèvres. Il se voulait rassurant, ne pas la brusquer, ni l’effrayer. Darth Ynnitach n’avait nullement l’intention d’être hostile avec la Jedi, du moins pour commencer.

-Maître… Laksh’Mi, n’est ce pas ? Dit-elle avec douceur.

La Dame Sombre avait entendu parler de la maîtresse Jedi. Du moins c’était un nom et une image holographique qui refaisait surface dans sa mémoire. Les espions attachés à son service avaient compilés des informations sur les différents Jedi, comme leurs noms, leurs rangs, les affectations et de menus détails de ce genre. Ne faisant nullement attention à ce qui se passait dehors, Darth Ynnitach faisait un pas en avant vers la Jedi. Elle espérait bien qu’elle ne se montrerait pas hostile de sitôt. Après tout, avait-elle été agressée ?

-J’espérais bien vous rencontrer. J’ai eu vent de votre ouverture d’esprit, ouverture pour une Jedi, j’entends. Et je dois avouer que j’attendais le jour, avec impatience, cette occasion de deviser avec vous.

*Voyons un peu comment tu réagis à cela, Jedi. Tu dois vraiment te demander à quelle genre d’adepte du Côté Obscur tu as à faire aujourd’hui…*

-Oh, je manque à tout mes devoirs... Je suis Darth Ynnitach... Et ne vous inquiétez pas pour votre charmante Padawan… Mon apprentie lui sera une excellente camarade de jeu… Vous verrez, elle ne vous dira qu’elle n’a pas vu le temps passer…



HRP : désolé que se soit si court...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laksh'Mi
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 1014
Âge du perso : 39
Race : Togruta
Binôme : Maître de Nahla Maluka

Feuille de personnage
Activité actuelle: Membre du conseil Jedi
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Dim 2 Sep 2012 - 17:00

Lorsque la cliente aux faux airs gothiques dévoila son aura, Laksh'mi fut comme percutée de plein fouet par les ténèbres qui émanaient d'elle. C'était de toute évidence une puissante sith, un seigneur noir pleinement maître de toutes ses capacités, confiant et dangereux. Elle avait su masquer jusque là ce qu'elle était, et maintenant se rendait transparent. Il était clair que cela était purement tactique ; peut-être l'envie sadique de déstabiliser la jedi...

De plus, malgré la puissance écrasante qui se ressentait en sa présence, la dame noire se présentait tout à fait amicalement, comme si seule l'envie de deviser sans hostilité lui prenait. Elle flâttait même vainement la jedi – elle connaissait son nom ?
Cependant le pressentiment de danger envers Nahla – et elle même – redoublait. La sith cherchait-elle à gagner du temps pendant que la miraluka était en danger ? La dame fit un pas en avant, un pas non menaçant, plutôt avenant même. La courtoisie semblait de mise.

Mais Miss « Morticia » confirma les soupçons de la togruta : son apprentie s'occupait de la padawan, et elle retiendrait la maîtresse ! Mais n'ayant engagé aucune action hostile envers elle, l'attitude à avoir n'était pas très clair pour Laksh'Mi. Elle ne pouvait attaquer, le combat était réservé à la défense. Mais Nahla était menacée, il fallait bien la défendre !

- Veuillez me pardonner, Dame Ynnitach, mais je ne serais disposée à philosopher avec vous qu'une fois que je serais assurée que ma padawan – sa padawan ? Nahla ne l'était pas, pas encore en tout cas, mais Laksh'Mi n'avait pas relevé cette fois-ci – demeure en sécurité... Sans vouloir faire de généralités, les... « jeux » auxquels s'adonnent les membres de votre ordre sont rarement bienveillants, vous me permettrez de me m'inquiéter. A dire vrai, je ne serais pas contre deviser avec un seigneur noir, au contraire, je suis persuadée que cela pourrait même être extrêmement enrichissant, si toutefois le dit seigneur noir escomptait sincèrement échanger des idées dans le même but d'enrichissement. Mais présentement, je souhaiterais que cela se fasse avec nos apprentis respectifs sous les yeux. Serez vous d'accord pour que l'on sorte, ou bien êtes vous venue dans un but macabre ?

Laksh'Mi s'était efforcée de prendre son temps et de demeurer paisible en parlant, mais l'impatience la gagnait. Elle se doutait que Nahla était loin d'être en sécurité, et sa priorité était de lui porter secours. Elle n'avait nulle envie de se battre, mais y était résolue si elle devait se défendre.
Et elle le ferait avec une motivation inhabituelle : ayant été vaincue – avec un lourd tribut à payer – lors de sa dernière confrontation avec les siths, protéger Nahla, après ces longs mois de remise en question et de difficile regain de confiance, était presque une opportunité de retrouver ce qu'elle était avant son cuisant échec. D'un autre côté, converser avec un adepte du côté obscur, aussi surprenant cela soit-il, était aussi une occasion en or, bien qu'elle ait eut récemment cette opportunité avec Vel'...
Et puis la jedi n'oubliait pas qu'un tiers innocent se trouvait là aussi, et que lui aussi risquait peut-être sa vie si l'humeur de la sith venait à changer...
Si la sombre dame cherchait là à gagner du temps, alors chaque seconde comptait. Qu'allait-répondre Darth Ynnitach ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Dim 2 Sep 2012 - 19:23


Zora ne put réprimer un sourire alors que la padawan lui demandait de se présenter et de lui expliquer pourquoi elle s'en prenait à elle. Une supposée touriste, d'ailleurs, comme l'adolescente se présentait naïvement. Les jedis.. Tellement sûr d'eux et de leur bon droit qu'ils ne prenaient même pas la peine de cacher leur présence dans la Force. La padawan devait sûrement se dire que cette rencontre n'était que le fruit du destin et non que la Sith la suivait depuis Aldera, sans quoi elle ne prendrait pas la peine de mentir aussi futilement.

*Tu peux toujours courir pour avoir mon nom...* s'amusa-t-elle. *Et si tu n'as pas encore compris pourquoi je suis là, rassure-toi tu vas vite saisir!*

La jeune femme se tenait à une dizaine de mètres de la miraluka et cette dernière semblait bien décidée à garder cette distance avec son adversaire, tout en tentant de la contourner pour rejoindre l'auberge. Et bien sûr ses questions n'étaient qu'une façon de tenter de détourner l'attention de Zora pour mieux pouvoir rejoindre sa maîtresse. Était-ce son âge qui la poussait à croire qu'une ruse aussi grossière marcherait ou simplement l'optimisme si caractéristique de la jeunesse? Quoiqu'il en soit, pour toute réaction, l'apprentie Sith se contenta de calquer ses mouvements sur ceux de la padawan, lui interdisant le chemin à l'auberge. Il était hors de question que l'adolescente ne perturbe la "réunion" de Darth Ynnitach et la togruta.

Zora fit à nouveau tournoyer sa lame rougeoyante dans le vide, d'un geste nonchalant de la main, tout en savourant le vent frais qui lui balayait le visage, faisant légèrement onduler ses cheveux châtains clairs. Les bas-fonds de Nar Shaddaa étaient sombre et humides et des courants frais y circulaient constamment. Le plus désagréable de cet environnement n'était pas la puanteur ou encore les gens peu recommandables, l'insalubrité ou même les maladies. C'était l'humidité ambiante, qui suintait de partout et pénétrait vos vêtements et votre chair... A côté, l'air pur et frais descendant dans la plaine semblait bien relatif, même si de temps à autre la jeune frissonnait légèrement. Elle décocha un regard espiègle à la padawan tout en éteignant son sabre et en reprenant une position plus décontractée.

- "Je vois... Tu ne comptes pas m'affronter, n'est-ce pas? Tout ce que ce tu souhaites, c'est courir auprès de ta maîtresse et te réfugier dans ses jambes, j'imagine..." lâcha-t-elle avec douceur.

L'apprentie fit glisser son regard sur le corps emmitouflé de la padawan d'un air un brin absent teinté d'amertume, comme si elle se rendait compte que son adversaire n'était pas celui qu'elle espérait. Il était vrai que Zora avait espéré un peu plus "d'action" et il semblait évident que l'affrontement qu'elle avait souhaité ne serait pas pour aujourd'hui. Pour autant, la gamine n'était pas si inintéressante, loin de là. Elle était jeune et devait avoir la tête emplie des convictions les plus profondes des Jedis.

Un mouvement à l'orée du bois attira l'attention de l'apprentie qui jeta un bref regard dans la direction suspecte. Deux silhouettes se détachaient peu à peu de la masse boisée et semblaient prendre la direction de l'auberge. Sans doute des randonneurs qui souhaitaient aller se désaltérer après une longue marche ou simplement des touristes. Après tout la capitale n'était pas si éloignée et l'endroit, magnifique. Rien d'étonnant à ce que des touristes ne viennent découvrir les joies de la nature et profiter d'un moment de détente. Quoiqu'il en soit, la raison de leur présence n'était pas importante, seul le fait qu'ils soient là importait.

- "Bon et bien on va changer les règles, dans ce cas... Tu veux rejoindre la togruta?" demanda-t-elle. "Et bien, vas-y... Tu seras sans doute plus qu'une gêne pour elle mais si tu tiens à mourir sous ses yeux, pourquoi pas après tout..."

La jeune femme lui fit un clin d’œil qui aurait presque pu se révéler amical en d'autres circonstance avant de lever élégamment un bras en direction des deux nouveaux arrivant, qui visiblement ne se doutaient de rien et avançaient, décontractés, vers l'auberge. Leur trajectoire les rapprochait de la padawan et de Zora et d'ici quelques minutes ils seraient à portée de voix.

- "Et puis en attendant, vu que tu ne sembles pas motivée à m'affronter, je vais aller dire "bonjour" à ces deux charmants intervenants... Peut-être qu'ils seront moins pressés que toi de me fuir, qui sait?" dit-elle avec un léger sourire.

Zora se décala sur le côté, ouvrant le chemin à la padawan pour rejoindre l'auberge et rapprochant en contrepartie l'apprentie Sith des deux touristes. Tout en veillant à garder une distance de sécurité avec l'adolescente pour ne pas être prise de cours en cas de revirement de sa part, la jeune femme se mit à marcher innocemment vers les deux silhouette, qui se révélèrent être un homme et une femme. C'est tout ce que put distinguer l'humaine, ses nouveaux jouets étaient encore à bonne distance. L'apprentie marqua encore une courte pause dans sa progression et se retourna vers la gamine:

- "En fait, je suis quand même curieuse... Tu penses que la vie de ta maîtresse vaut plus que la vie de deux innocents, ou l'inverse?" dit-elle avec un sourire mauvais. "Je me demande ce que votre code dit à ce sujet.."

Elle termina sa phrase d'un air pensif qui, bien entendu, n'était que feint, avant de reprendre sa marche vers les deux humains. Zora gardait tout ses sens en alerte, usant de la Force pour percevoir son adversaire tant qu'elle était à "portée". Il était hors de question de se faire attaquer dans le dos... Elle se rapprochait peu à peu des touristes, un sourire amusé sur le visage, pariant sur le choix que ferait l'adolescente.

*Alors, padawan? Tu attends quoi?* se délecta-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Lun 3 Sep 2012 - 20:52

A première vue, la politesse la plus élémentaire ne faisait pas partie de l'éducation des siths. Du moins, pas de celle-ci. Soit. Nahla n'avait rien d'une inquisitrice, et ne pourrait pas forcer son interlocutrice à avouer nom, profession - bien que cela, elle s'en doute bien - et motivations à l'instant présent. Après tout, un sith avait-il réellement besoin d'un motif pour s'en prendre à autrui? Sans doute que non, même si cette notion de méchanceté, de cruauté gratuite échappait totalement à la miraluka. Elle ne comprenait pas que l'on puisse se comporter odieusement sans raison.

*Me réfugier dans les jambes de Maître Laksh'mi? Pas du tout!*

Ce que souhaitait Nahla, c'était surtout prévenir la togruta de la présence d'une sith dans le coin. Cette information lui semblait suffisamment importante pour la faire parvenir au plus vite aux oreilles de la jedi. Mais les mots suivants de la blonde inquiétèrent davantage Nahla, encore. La togruta? Comment savait-elle qu'elle en était une? L'avait-elle déjà croisée, avant d'arriver ici? Non... Si Laksh'mi avait affronté la sith, soit elle l'aurait vaincue, soit... elle aurait été vaincue?! Non... Nahla ne pouvait le croire. D'abord parce que trop peu de temps s'était écoulé entre le moment où elle l'avait quittée, à l'auberge, et l'arrivée de la sith auprès d'elle, ici, dans cette prairie. Ensuite, parce que Nahla l'aurait senti, tout de même. La bâtisse n'était pas si loin, encore. Si la padawane ne pouvait sentir un aussi grand dérangement dans la Force que le décès ou un état de grande faiblesse de cette femme qu'elle aimait tant, dont elle se rapprochait un peu plus chaque jour depuis environs un an, alors à quoi bon continuer sur la voie des jedis!

*Je l'aurais senti, si Maître Laksh'mi était souffrante, ou... pire.*

Déglutissant malgré tout, la jeune fille écoutait les provocations de l'ennemie. Elle voulait se battre. Juste se battre. La vie, le respect, tout cela, cette femme semblait s'en contrefoutre. Mais Nahla n'était pas une combattante. Que pouvait-elle faire, dès lors, pour satisfaire assez la dame pour qu'elle laisse ces deux touristes tranquilles?!

"Attendez!"

*Si j'accepte de me battre contre vous, les laisserez-vous seulement tranquilles?*

Elle avait couru jusqu'à ne plus être qu'à cinq ou six mètres de la sith, juste après qu'elle ait marqué une pause, elle, dans son avancée vers les deux touristes. Avançant encore de manière à ne plus être qu'à trois mètres de son adversaire, Nahla espérait que les touristes s'en iraient vite, et que l'autre ne leur ferait aucun mal. Sinon, elle serait obligée de se battre. Du moins, de faire de son mieux pour que la sith n'aie pas le temps de s'occuper d'autre chose que d'elle lui tournant autour.

*Qu'a-t-elle voulu dire, en me demandant quelle vie avait le plus d'importance pour moi? Maître Laksh'mi va bien. Elle ne risque rien, si?*

Aux touristes, elle fit signe de déguerpir vite fait, ce qu'ils firent sans trop comprendre, en direction de l'auberge. Et là, Nahla comprit. La sith n'était pas seule. Voilà l'explication de sa dernière réplique, ce ne pouvait être que cela. Blêmissant, elle se concentra, et ressenti vaguement - elles étaient loin - l'aura malsaine et noire du maître sith. Ainsi, Laksh'mi avait son propre combat à mener. Il faudrait à Nahla se débrouiller seule, d'une part, et faire vite afin d'aller assister la togruta si elle le pouvait, d'autre part.

"Allez-vous-en, et pas vers l'auberge! Il y a des siths! Allez-vous-en!!!" ordonna-t-elle aux touristes, qui s'en allèrent donc avec plus d'empressement, en direction de la route, sur laquelle ils prendraient sans doute un speeder ou un taxi qu'ils appelleraient. Restait la sith... Et Nahla n'était pas armée, comme toujours.

"A nous deux."

Oui, bon. Et après? Que faire face à une sith - ou apprentie? S'il y avait un autre sith avec Laksh'mi, et vu la puissance de l'aura... Un maître et son apprentie? - lorsqu'on n'est qu'une simple petite padawane pacifiste et désarmée? Ou pas tant que ça. Après tout, Nahla possédait ses propres armes. Elle s'entraînait durement pour apprendre à user de techniques pouvant mettre hors d'état de nuire un adversaire sans le blesser. Sauf que voilà: elle n'en était encore qu'au stade de la mise au point et des entraînements, justement. Pourrait-elle tenir face à cette femme, juste avec cela? Nahla en doutait. Et pourtant, il le faudrait bien.

"Ainsi, vous voulez jouer... Les siths s'ennuient donc à ce point, qu'ils ont encore besoin de jouets de mon genre, ou de civils comme ceux qui viennent de partir, pour occuper leur temps? Et moi qui pensais que vous aviez mieux à faire... Apparemment, je me trompais. Les siths ne sont que des enfants immatures dans les mains desquels on a placé des armes, finalement... Hum..."

Elle prit un air à demi pensif, à demi provocateur. Une arme comme une autre, après tout, et qui ne blessait que l'orgueil de l'adversaire, pas sa chair: la provocation. Les mots pouvaient s'avérer de redoutables outils, lorsqu'on savait les manipuler avec justesse, avec finesse. Nahla n'était pas du tout sûre d'elle sur ce coup, n'aimant pas non plus jouer à ce genre de jeux, mais elle n'avait pas le choix. Et l'avantage d'être miraluka, c'était que l'adversaire ne pouvait rien lire dans son regard, vu qu'elle en était dépourvue. Le sourire, elle maîtrisait. Nahla souriait, en coin, l'air totalement détendu en prononçant ces mots. Son aura était calme elle aussi, comme si elle était sûre d'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3050
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Mar 4 Sep 2012 - 9:30

Un sourire apparaissait sur les lèvres de Darth Ynnitach. Comme elle s’y attendait, la Jedi était surprise et plus encore, elle s’inquiétait pour sa padawan. Cela en était presque touchant. A dire vrai, la Sith aurait eu la même inquiétude si d’aventure elle jugeait son apprentie incapable de s’occuper d’une padawan. Heureusement que Zora était une Sith capable et promise à un grand avenir, ça, la Dame Noire en était persuadée et ce n’est pas aujourd’hui qu’elle finirait sa vie.

Lorsque la Togruta fit un pas en avant, la Sith reculait doucement, laissant entendre qu’elle acceptait sa requête, d’aller dehors avec leurs apprenties respectives. Mais contre toute attente la Sombre Dame restait sur le pas de la porte, une main posée contre l’embrasure, ses doigts qui tapotaient sur le bois, comme si elle réfléchissait un instant.

En réalité Darth Ynnitach était perturbée par l’apparence de clame qui émanait de Laksh’Mi. De nombreuses rumeurs courraient sur elle disant qu’elle savait calmer les esprits rien que par sa voix, ou par sa présence. La Dame Sith devait bien admettre que la présence dans la Force était vraiment apaisante et dérangeante à ses yeux.

-Très bien, allons à l’extérieur si le cœur vous en dit.

*De toute manière, si tu tentes quoi que se soit, Togruta, je te rattraperai aussitôt.*

Darth Ynnitach sortait, ses sens toujours en alerte. Son regard se posait sur les deux apprenties qui s’éloignaient derrière une rangée épaisse d’arbres et d’arbustes. Quelques instants plus tard, la Togruta suivait, arrivant dans son dos et maintenait une certaine distance entre elles.

-Je constate avec… plaisir, que les rumeurs qui courent à votre encontre sont loin d’être fausses. Il est vrai que vous avez le don de clamer les esprits, je me sens désagréablement apaisée par votre présence… En fait je ne saurais dire si c’est désagréable ou non… étrange peut être. Quoiqu’il en soit je suis vraiment heureuse de constater que c’est fondé. Il n’y a rien de pire que les préjugés n’est-ce pas ?

Un sourire malicieux était au coin de ses lèvres. Cette phrase laissait sous entendre qu’il ne valait mieux pas laisser les préjugés que Sith et Jedi se nourrissaient à l’un et l’autre.

-Je… Je souhaitais m’entretenir depuis un moment avec un maître Jedi. Je suis heureuse de constater que vous ne vous montriez pas aussi belliqueux à mon encontre comme l’aurait surement fait ceux de votre Ordre. Le regard de la Sith croisait celui de la Jedi. Je pense que vous pourriez tenir les mêmes mots à mon propos. Je vous le dis sans ambages je ne nourris pas le souhait de contempler votre cadavre.

*Sauf si tu te montres aussi bornée que tes frères et sœurs ! Et ta souffrance commencera par ta padawan !*

-Il me prend parfois de rêver d’une galaxie libérée de nos luttes, de nos guerres… Sans pour autant que nous disparaissions. Se serait complètement absurde et contraire à la… volonté de la Force. Que pensez-vous de cette idée, que certains qualifieraient de saugrenue ?

La Dame Sith voyait que la Jedi semblait plus se préoccuper de sa padawan que de la présence et des propos tenus par elle. A la fois amuse et vexée, la Sith brisait la distance tenue entre les deux adeptes de la Force. Une main gantée venait se poser fermement sur l’avant bras de la maîtresse Jedi, la retenant de partir au devant de sa padawan Miraluka. En faisant cela, la Sith s’était rapprochée et elle laissait sa sombre aura venir englober la Togruta, la forçant dans ses retranchements.

-Oh ne soyez pas trop protectrice, maître Laksh’Mi… Votre padawan à tout à fait le droit de s’amuser… et je vous en prie… Ne la grondez pas si vous la voyez s’être écorchée ou couverte de boue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laksh'Mi
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 1014
Âge du perso : 39
Race : Togruta
Binôme : Maître de Nahla Maluka

Feuille de personnage
Activité actuelle: Membre du conseil Jedi
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Mer 5 Sep 2012 - 19:42

Décidément, cette Darth Ynnitach était surprenante à souhait ! Avec une certaine sagesse, beaucoup, peut-être, elle reconnaissait l'attitude la plus intelligente à avoir, ainsi que les valeurs de son ennemie supposée. Elle accédait à la requête de la jedi, de sortir pour la rassurer quant au sort de sa padawan, et pour finir, elle entrevoyait une issue idéaliste – ou utopique – et pacifiste entre siths et jedi...
Soit elle était hypocrite et cette stratégie manipulatoire cachait de noires intentions, soit elle était sincère, sage, et, quelque part, n'avait pas grand chose à voir avec ce qui définissait un sith.

Une fois dehors, la maîtresse put voir effectivement, à une vingtaine de mètres, Nahla, semblant parler aussi simplement qu'elle et Ynnitach, avec une blondinette en tenue légère. A côté d'elle, la padawan faisait figure d'ewok, dans sa bure marron en laine, emmitouflée, épaissie de presque moitié, dans toutes ses couches de vêtements. Laksh'Mi elle-même était vêtue de sa bure brune, certes moins épaisse, et d'une nouvelle robe, fourreau d'un bleu argenté, qui la serrait plus que son ancienne robe ample. Elle avait opté pour cette nouvelle tenue en même temps qu'elle s'était décidée à réorienter sa spécialité, à son retour au temple. La diplomatie et l'étude, la voie des érudits.

Décidant de jouer le jeu de la confiance et de la neutralité face à une dame noire des plus avenantes avec elle, Laksh'Mi répondit enfin :

- Je reconnais qu'être victime de préjugé n'est pas des plus enrichissant, et que l'on tombe facilement, jedi y compris, dans le piège du jugement. Votre nom ne m'est pas totalement inconnu non plus... Nos renseignements sur votre ordre doivent être obsolètes, mais il me semble que votre position en son sein est parmi les plus influentes, me trompe-je ??

A vrai dire, la togruta venait de se souvenir précisément de ce que certains espions jedi avaient réussi à rapporter comme informations sur la hiérarchie sith actuelle, et savait qu'elle avait à faire à une reine. Mais elle se garda bien de lui révéler ce qu'elle savait, afin de tester la franchise de son interlocutrice. Cependant, pourquoi une personne de son rang serait venue jusqu'à elle, dans cette auberge très probablement aux antipodes de ses exigences ? Une simple besogne – l'élimination de jedis quelconques, quelles que soient les flatteries qu'elle lui servit - ne lui incombait pas... Peut-être disait-elle vrai sur son désir de converser avec une jedi réputée pour son ouverture d'esprit.

Elle s'assit à l'instar de la dame noire, l'oeil toujours rivé sur Nahla, guettant le moindre coup fourré de l'apprentie sith, oubliant de conserver sa propre garde en présence de la reine. Celle-ci posa une main sur-elle, comme un geste chaleureux, mais sa présence dans la Force se fit plus intense, plus oppressante. La jedi eut un frisson de surprise qui la rappela à l'ordre, détournant soudain son attention de la miraluka. Malgré qu'elle eut accepté de sortir, Darth Ynnitach cherchait continuellement à captiver toute l'attention de maître Mi, la rassurant en même temps qu'elle l'éloignait mentalement de Nahla. Tactique qui n’échappa pas à la togruta, qui fit de gros efforts pour ne pas se laisser impressionner par la suffocante présence, et conserver sa réactivité pour secourir Nahla dès que cela se serait avéré nécessaire. Mais l'aurait-elle pu, avec cette si puissante maîtresse près d'elle, et la distance qui séparait quand même les novices de leurs mentors ?
L'humour provoquant de Darth Ynnitach arracha avec difficulté un léger sourire jaune à Laksh'Mi, qui au terme "écorché", imagina les pires images qu'elle pourrait avoir de Nahla si les choses dérapaient. Elle n'était pas à l'aise, et ne pouvait le dissimuler dans la Force, mais son attitude extérieur ne le laissait pas transparaître ; cela faisait partie de l'entraînement jedi que de savoir demeurer stoïque...

- Pour ma part, je n'ai jamais la moindre raison de faire la chasse aux siths, madame, je ne combats l'un d'eux uniquement lorsqu'il s'agit de se défendre, ou de défendre les autres. Avec le temps, certains jedi ont peut-être en tête que la solution serait d'anéantir votre ordre, mais pour ma part, si les siths cessaient un jour leurs exactions, il n'y aurait plus à défendre les innocents de leurs griffes et donc, à se battre. Il me semble qu'en vérité, la balle a toujours été dans votre camp pour ce qui est d'un avenir de paix entre nous... Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Mer 5 Sep 2012 - 21:54


Zora était mi-agacée, mi-amusée, par la réaction de la padawan envers les touristes. En fait elle s'était bien attendue à ce que son "adversaire" réagisse, mais pas de cette façon. Visiblement ses nouvelles cibles avaient pris l'avertissement de la miraluka au sérieux et s'étaient dirigés vers l'auberge avant qu'une nouvelle fois l'adolescente ne les fasse déguerpir pour éviter Darth Ynnitach. L'humaine résista à l'envie de leur courir après avant d'estimer que cela ne serait qu'une perte de temps. Et puis, l'essentiel était acquis: la padawan avait réagi et, lui courant après, s'était encore éloignée de l'auberge. Décidément, ils étaient si prévisibles...

L'apprentie se contenta d'un léger sourire patient à l'attention de la padawan alors que cette dernière usait de la provocation, arguant que les siths avaient besoin de s'occuper de façon fort puérile et qu'ils n'étaient que des enfants armés. Zora observa l'adolescente un instant avant de finalement daigner lui répondre:

- "Une gamine qui me parle de maturité et d'armes, voyez-vous ça..." s'amusa-t-elle. "Désolée de te décevoir, mais je ne compte pas débattre de ce sujet avec une padawan enfermée dans ses principes..."

Zora se doutait que l'adolescente devait penser la même chose à son sujet et c'était probablement vrai. Seulement l'heure n'était pas au échange d'idées et de points de vue sur la Force ou la manière de l'appréhender. Et la discussion aurait immanquablement déviée sur le respect de la vie et ce genre d'imbécilités. Sujet passionnant en soi et sur lequel Zora avait un avis bien tranché. Seulement cela aurait servi les intérêts de la padawan qui ne cherchait qu'à gagner du temps, cantonnée à la défensive et venant de prendre conscience que sa maîtresse ne pourrait pas lui sauver la mise.

*Hé oui, tu es seule... C'est entre toi et moi...*

D'un geste vif, Zora activa une nouvelle fois son sabre et le pointa sur l'adolescente, la défiant d'avancer d'avantage vers elle. Trois mètres, c'était une bonne distance et même si d'apparence la padawan ne semblait pas représenter un grand danger, mieux valait ne pas la laisser trop s'approcher. Ce faisant, elle en profita pour se glisser à nouveau entre la miraluka et l'auberge, voyant, chemin faisant, que sa maîtresse et la togruta étaient sorties de l'auberge avant qu'elle ne leur tourne le dos.

- "Ho...On a la chance d'avoir des spectateurs, en plus!" commenta-t-elle. "Ne les faisons pas attendre..."

Zora n'appréciait pas réellement d'être observée ainsi, comme si elle était une distraction. Mais plus encore encore à cause de la pression qu'elle avait sur les épaules. Se débarrasser d'une padawan était une chose, le faire sous le regard de sa maîtresse, une autre... Pour le moment seul comptait ce "combat" et la façon dont il se déroulait. L'humaine aurait le temps plus tard de comprendre pourquoi les deux maîtres ne s'affrontaient pas de leur côté. Connaissant la Dame Noire, c'était sûrement volontaire et cette dernière avait sans doute une idée bien précise derrière la tête pour régler son compte à la togruta.

L'apprentie de Darth Ynnitach tourna son regard noisette vers Nahla et la détailla avec plus d'attention. Ses longs cheveux sombres, son bandeau rose qui recouvrait l'endroit où auraient du se trouver ses yeux, sa bure et les vêtements qu'elle portait pour se protéger des morsures du vent... Elle devait avoir une quinzaine d'année, pas d'avantage, et elle semblait encore avoir cette innocence que l'on perdait avec l'âge ou à cause d'une jeunesse volée. En d'autres circonstances, que serait-elle devenu? Une puissante jedi ou simplement un membre mineur de leur ordre? Des réponses auxquelles la jeune femme n'aurait jamais de réponse puisque l'existence de la padawan s'arrêterait aujourd'hui même...

*Bon, c'est l'heure... Inutile de perdre du temps en enfantillages...*

Adressant un sourire neutre à son adversaire, Zora fit tournoyer son sabre dans sa paume en parcourant les différentes possibilités qui s'offraient à elle. La padawan ne portait pas d'armes, était-elle autant sans ressources ni défense? L'apprentie en doutait fortement d'autant plus que la miraluka ne semblait pas la craindre. Une contenance qu'elle se donnait ou était-elle simplement certaine de pouvoir se défendre? De toute façon, il n'y avait pas une centaine de façon d'en avoir le coeur net...

- "Voyons voir si tu sais faire autre chose que parler..." murmura-t-elle.

Elle se recula d'un bond félin avant d'empoigner son sabre à la manière d'un javelot puis le projeter rapidement en direction de Nahla, s'aidant de la force pour le guider en direction du ventre de la padawan. Zora s'enfonça rapidement dans le sillage de l'arme, dégainant son second sabre avant de sauter et tenter une attaque à la verticale au niveau de la tête de la miraluka en retombant au sol...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 6 Sep 2012 - 13:36

La provocation semblait avoir fonctionné: la sith ne s'occupait désormais plus que d'elle, et plus du couple de touristes. Satisfaite, Nahla ne se préoccupait que peu de l'effet qu'avaient pu avoir ses paroles sur son adversaire, désormais, tant que cette dernière ne cherchait plus à s'en prendre à d'autres qu'à elle. D'ailleurs, la blonde répondit d'un ton empli de dédain. Nahla, enfermée dans ses principes? Que voulait-elle dire par là? Après tout, la sith ne connaissait pas la padawane, si? Dès lors, elle pouvait bien parler de préjugés mal placés!

*Des spectateurs...?*

Elle l'avait senti, en effet. La présence toute proche - à peine une vingtaine de mètres - de Laksh'mi troubla et rassura à la fois la jeune miraluka. Ainsi, la jedi saurait à quoi s'en tenir concernant le sort de la padawane, et vice versa d'ailleurs. Mais cela ne risquait-il pas de les déconcentrer, l'une comme l'autre? Trop inquiète pour sa jeune compagne de route, la togruta ne risquait-elle pas de se retrouver en mauvaise posture, si son adversaire venait à s'en prendre physiquement à elle? Pour l'heure, heureusement, elles ne faisaient que converser, à première vue. Nahla aurait aimé pouvoir rn faire autant avec son alter-ego obscure... Mais cette dernière ne semblait pas disposée à dialoguer. Pas du tout, même! Point de présentation, place à l'action!

*Que...?*

Elle attaquait. Nahla ne disposait que d'une fraction de seconde pour réagir, ce qu'elle fit, fort heureusement, avec brio. Du moins, dans un premier temps. Son premier réflexe fut d'opposer sa télékinésie à celle de son attaquante. Disposant apparemment de deux armes, la blonde avait envoyé la première en la guidant par télékinésie, avant de dégainer la seconde pour une frappe par au-dessus. Nahla risqua le tout pour le tout, mais parvint à récupérer le premier des deux sabres, l'éteignant pour ne pas se faire transpercer, brûler ou découper par sa lame, avant de rouler sur le côté dans le but d'éviter la seconde lame, qui se planta dans le sol, à quelques centimètres à peine de la miraluka. Ne perdant cependant pas le nord, celle-ci agit avec rapidité, faisant passer le manche du sabre qu'elle avait réussi à reprendre à son assaillante... au travers de la lame de celui qu'elle brandissait toujours, le découpant en deux, au niveau du cristal. Elle ne pourrait, au moins, plus se servir de celui-là!

D'autres adversaires auraient profité d'avoir récupéré une arme pour s'en servir. Pas Nahla. En revanche, elle avait bien conscience qu'il lui fallait mettre cette femme hors d'état de nuire si elle ne souhaitai pas finir découpée en rondelles, d'une part, et distraire dangereusement la jedi qui lui avait fait confiance assez que pour l'emmener avec elle en mission, malgré qu'elle ne soit pas sa padawane, d'autre part. Mieux valait agir vite, et bien. Pour l'instant, elle ne s'en sortait pas trop mal... Mais sa dernière action l'avait laissée accroupie aux pieds de son adversaire, près, très près de sa lame... Il lui fallait bouger, vite, et si possible, s'éloigner de son assaillante!

*Si vous estimez que je parle de trop, soit, je ne dirai plus un mot, madame. Mais je n'en penserai pas moins.*

Jetant plus loin, d'un geste presque négligent, les deux section du sabre à présent inutilisable, l'adolescente s'apprêta à esquiver la prochaine attaque de la sith. Elle savait qu'elle n'aurait pas le temps de se relever avant qu'elle n'attaque à nouveau, aussi demeura-t-elle accroupie, analysant les faits et gestes de son ennemie, ainsi que ce que pouvait bien lui murmurer la Force elle-même, afin d'agir au mieux dès qu'elle le pourrait. Si l'attaque venait à droite, elle bondirait à gauche. Si elle venait à gauche, la jeune fille esquiverait sur la droite. Mais en toute logique, le sabre encore intact se trouvant planté dans le sol - mais plus pour bien longtemps hélas, sans doute - à la droite de Nahla, la prochaine attaque devrait venir de là. A moins que celle portant le dit sabre décide de porter à sa proie un autre type d'attaque... Un coup de coude venu d'en haut, un croche-patte vicieux pour déstabiliser la miraluka accroupie... Dans tous les cas, Nahla se préparait mentalement à toute éventualité, calme. A croire que la dame en tenue légère ne l'impressionnait pas le moins du monde. Si Zora espérait percevoir de la peur ou de l'angoisse émanant de sa "victime", de "son jouet", elle serait déçue...

*Il n'y a pas d'émotion, il n'y a que la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il n'y a que la connaissance. Il n'y a pas de passion, il n'y a que la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il n'y a que l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il n'y a que la Force.*

Force qu'elle écoutait, toute ouïe, là, d'ailleurs. Se souvenant d'une discussion entre elle et Laksh'mi sur le sujet du code jedi, ainsi que sur nombre de débats partagés sur le sujet avec Galian Amaliël et d'autres maîtres et padawans, la jeune fille se le répétait mentalement, méditant sans en avoir l'air. Ne pas céder à la peur, à la panique, car cela ne servirait à rien. Réfléchir avant d'agir, mais réfléchir et agir vite. Utiliser tout ce qu'elle avait pu apprendre à ce jour pour faire face à son adversaire. Ça, elle en était capable. En revanche, Nahla savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas mettre cette femme hors d'état de nuire sans la blesser... et cela, elle s'y refusait. Dans un premier temps, elle devait surtout et avant tout la désarmer. Ensuite, elle aviserait.
Revenir en haut Aller en bas
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3050
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Jeu 6 Sep 2012 - 14:44

Darth Ynnitach souriait, son regard vagabondait sur les deux apprenties, avant de reporter son attention sur la maîtresse Jedi assise à ses côtés sur un tronc d’arbre coupé récemment pour dégager la vue de certaines ouvertures de la ferme-auberge sur les alentours. La Sith détaillait la Togruta du regard, se demandant si elle pouvait vraiment s’ouvrir à elle comme elle comptait le faire. Sa méfiance envers l’ennemi honni reprenant le dessus pour un temps, avant de le chasser aussitôt.

-Je suis heureuse de vous entendre reconnaître que vous pouvez, vous aussi, tomber de ce piège sournois du jugement à l’emporte pièce. En fait, à qui cela n’arrive-t-il pas ?

*Allons donc… tu crois que je ne te vois pas venir, Jedi ? Tu crois que je vais tomber dans ce piège grossier ?*

-Oh c’est possible, il m’est arrivé de croisé l’un ou l’autre de votre Ordre… Alors peut être que c’est à la suite de ces rapports que vous avez peut être vue mon nom… Mais pour vous répondre je dirais simplement que je suis bien placée.

Ce n’était pas tout de le dire ! Mais la Dame Noire ne comptait vraiment se dévoiler ainsi. Il est aisé ensuite de monter des opérations visant certaines personnes. La Jedi connait son nom et maintenant qu’elle a vu son visage, si elle apprenait vraiment à qui elle avait à faire, se serait problématique pour elle.

-Mais ça vous le saviez déjà. Vous avez sentie en moi le pouvoir du Côté Obscur, comme moi j’ai sentie en vous la Lumière. Vous et moi ne sommes plus des novices, nous sommes des maîtres et nous avons la possibilité de rendre les choses meilleures pour ceux qui nous suivront…

Son regard se posait sur les deux jeunes apprenties qui disparaissaient momentanément sous la ligne d’arbres.

-Ce que nous essayons toutes deux de faire… à notre manière. Elle lui offrait un sourire sincère. Oui il est vrai que l’avenir serait entre les mains des Sith après tout… Soit nous continuons à chercher de vous éradiquer, chose impossible, soit nous arrêtons nos exactions… Mais cela dépends aussi de ce vous appelez exactions. Car je pourrais en dire autant pour votre Ordre. Par exemple, j’étais sur Cinnagar, dans le palais de Lord Keto lorsqu’une intervention des Jedi a eu lieu. Je dois dire que c’était presque digne de nos méthodes. Et là je ne crois pas que vous deviez être totalement d’accord avec ça. Pour l’attaque de Coruscant, oui, il s’agissait de Sith, mais je préciserais qu’il s’agissait d’une branche de Sith. Après la mort du Seigneur Noir, Darth Orn, notre Ordre s’est dispersé et ses membres se sont mis à suivre certains. Coruscant a été une erreur, comme Cinnagar l’a été pour vous.

La Dame Noire le pensait sincèrement que l’attaque de Coruscant était une erreur. Une erreur qui pourrait coûter cher à l’avenir. Les prochaines élections allaient donner le ton. Est-ce que la République allait se ranger derrière les Jedi ou pas ? Est-ce que le marasme dans lequel les Jedi étaient plongés pouvait encore servir les intérêts Sith pendant un temps ?

-Si cela peut vous rassurer, je n’avais rien à voir avec tout ceci. Je ne suis revenue auprès de l’Ordre qu’après la mort de Darth Orn. Elle soupirait. Mais hélas je crois bien que tout ceci soit vain. Vous allez tenter de revenir auprès du gouvernement et faire en sorte de monter la République une fois de plus. Notre conflit séculaire va encore s’aggraver. Alors que devons-nous faire ? Si la guerre s’intensifie, dois-je vraiment vous laisser partir d’ici vivante, vous et votre padawan ? Après tout vous êtes maître, membre du Conseil peut être ? En tout cas, je pense que vous le méritiez. Ou bien êtes-vous réellement ouverte à l’idée que Sith et Jedi cessent enfin de se déchirer pour des concepts philosophiques ?

La Sith avait terminé de parler. Elle se demandait vraiment ce que pouvait penser Laksh’Mi sur ce point. Etait-ce vraiment possible ? Et comment feraient-elles pour convaincre leur Ordre respectif d’agir de même ? Il y aura toujours des contestataires et pour eux, Darth Ynnitach avait une idée bien alléchante. Son attention se tournait à nouveau sur les jeunes filles.

-Je constate que votre padawan ne porte pas d’arme. De plus elle répugne à s’en servir ? Je ne voudrais pas dicter votre façon de procéder maître Laksh’Mi, mais ceci n’est guère prudent. Avant de répugner à se servir d’arme, peut être devrait-elle apprendre à en porter une et ensuite faire son choix. Ne pensez-vous pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laksh'Mi
~~~ Maître Jedi ~~~
~~~ Maître Jedi ~~~
avatar


Nombre de messages : 1014
Âge du perso : 39
Race : Togruta
Binôme : Maître de Nahla Maluka

Feuille de personnage
Activité actuelle: Membre du conseil Jedi
HP:
76/76  (76/76)
PF:
110/110  (110/110)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Sam 8 Sep 2012 - 20:10

Continuant à distraire la jedi de l'affrontement entre Nahla et Zora, la Dame Noire lui expliquait qu'elle n'avait pas participé à l'attentat contre le Sénat, qu'elle le désapprouvait, et qu'elle déplorait les conséquences qui en découlerait. Elle désapprouvait aussi bien entendu l'assaut jedi sur Imperatrice Téta. Les deux apprenties n'étaient désormais plus à portée de vue , mais prise dans son élan pour répondre, la togruta ne s'en aperçut pas tout de suite.

- L'assaut mené à l'encontre de Lord Keto était effectivement une attitude assez éloignée de nos règles de conduite... Comme je vous l'ai dit, certain parmi nous considèrent qu'il faut par tous les moyens vous arrêter... de mon côté, je n'ai pas participé à cet écart peut-être justifié – dans le but de protéger les vies innocentes que vous avez l'habitude de prendre : je dirigeais la défense des sénateurs sur Coruscant...

Si Darth Ynnitach savait que, loin d'être membre du conseil, Laksh'Mi s'était même dépréciée et avait perdue confiance en elle après ses échecs successifs autour de cet événement, sans doute penserait-elle moins qu'elle méritait d'être au conseil jedi...

- Je ne crois pas que ce qui nous oppose le plus soit un simple schisme philosophique... Si vous voulez vous adonner à la passion et donner libre court à vos émotions, c'est votre plein droit, une simple divergence d'orientation à ce sujet ne justifie en rien une lutte. Certes, nous représentons, par la volonté de la Force, ses deux extrêmes, et l'un ne peut exister sans l'autre, je veux bien le croire. Mais alors nous ne pourrons jamais cesser de se court-circuiter les uns les autres, comme deux contraires s'annulant mutuellement lors de leur rencontre... Car nous nous devrons toujours de défendre ceux que vous opprimez. Nous ne faisons que réagir à la calamité que les Siths laissent derrière eux. Sans cela, je serais heureuse de débattre indéfiniment sur le bien fondé des émotions ou de l'équanimité, et ce dans le respect de nos différences de points de vue !
Tentez de nous tuer Nahla et moi si c'est ce que vous dicte votre conscience, je ne crains pas de devoir nous défendre ; mais je n'ai pas pour autant l'envie d'alimenter une guerre. Bien à l'inverse, j'estime que la violence engendre la violence, et que ni les siths, ni les jedi, ni les républicains se trouvant entre nous n'ont d'intérêt à ce que cette guerre continue. Combien y en a-t-il déjà eu par le passé ? Et qu'ont-elle apporté, finalement ? La victoire de l'un de nous sur l'autre n'aura jamais amené qu'une pause, un moment de reconstruction, avant de dégénérer à nouveau... Cela n'aura jamais de fin si l'on continue de chercher la solution dans l'écrasement de l'autre ! Par le passé, la seule exception, qui malheureusement échoua à cause de la soif de pouvoir d'un empereur sith, a été la cohabitation de la République et d'un Empire sith, tout comme aujourd'hui, la cohabitation avec milliers de systèmes indépendants. Mais c'était au prix de mondes annexés par la force, sous le joug d'une politique de conquête. Un empire sith ne pourrait-il pas se satisfaire de mondes déjà dévoués à sa cause, avec les ressources nécessaires à sa population ?


Devant la semblance de la sith à imaginer un tel monde, la maîtresse jedi tourna son regard vers le couple d'apprenties. De grands yeux ronds s'ouvrirent sur le visage de la togruta, avant que celle-ci ne se lève et se retourne à nouveau vers la Reine de l'ordre sombre, les sourcils froncés. Zora venait d'attaquer Nahla, mais celle-ci s'était bien défendue jusque là.
Pour toute remarque, Ynnitach donna son avis sur la non-utilisation de sabre de la part de la padawan.
Inquiète, mais confiante en la capacité de la miraluka à tenir à distance son assaillante, Laksh'Mi répondit, un sourire peu sincère aux lèvres ;

- Son choix est purement philosophique et respectable. Nahla a su développer d'autres techniques rendant superflu l'usage d'une arme. Et votre apprentie va l'apprendre, je crois. Cependant, avec toute ma foi en cette disciple, je ne resterai pas les bras croisés : je consens à ne pas intervenir immédiatement, vous donnant ainsi à apprécier les techniques de Nahla. En revanche, je me tiendrais prête à lui porter secours au cas où ça déraperait et que votre disciple ne sache s'arrêter là où la décence de notre rencontre l'impose.

Maître Mi commença à avancer en direction de l'arène improvisée. Elle espérait qu'encore une fois, la reine lui concède cette précaution, en gage de sa sincérité. Dans le cas contraire, son sabre n'aurait pas à rester accroché à sa ceinture bien longtemps, et tant pis pour les espoirs de paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Lun 10 Sep 2012 - 4:06


A défaut de se laisser tuer, la padawan avait au moins la délicatesse de ne plus parler. Comme elle s'en était douté les attaques frontales ne menaient à rien sinon à s’essouffler en frappant dans le vide, voir à se faire détruire une arme comme cela venait d'être le cas. La gamine comptait donc rester sur la défensive et éviter ou parer chacun de ses assauts? Soit! de toute façon, désarmée, elle ne pouvait espérer guère mieux face à l'apprentie Sith. Mais si la miraluka espérait que Zora ne s'évertuent à frapper dans le vide, elle risquait d'avoir une mauvaise surprise. L'humaine était en revanche surprise: pourquoi la padawan n'avait pas tenté de récupérer et garder son sabre plutôt que le détruire? N'importe quel adversaire aurait sans doute préféré s'en servir pour se défendre mais pas la gamine. Décidément, cette dernière se révélait pleine de surprise et éveillait peu à peu l'intérêt de la jeune femme.

*Et après? Tu comptes détruire mon second sabre? Même si je dois t'achever à coups de pierre, ton futur se résume à une mort imminente...* pensa-t-elle.

Zora retira l'extrémité de son arme de la terre meuble et le fit tournoyer une seconde fois dans le vide. La padawan était juste à côté d'elle, accroupie, attendant visiblement le second assaut. Même en étant à proximité d'elle Zora ne risquait pas grand chose, décidément ce combat était d'un ennuyant... L'apprentie darda ses yeux noisettes sur la padawan, se demandant si cette dernière allait enfin lever le petit doigt et agir plutôt que réagir.

- "J'hésite entre pitoyable et affligeant..." murmura-t-elle doucement. "Et c'est ainsi que tu comptes, un jour, sauver les opprimés de la galaxie? En restant passive et en observant? Je pourrais presque les plaindre, tiens..." termina-t-elle d'un air dédaigneux.

L'humaine contempla encore un instant son adversaire avant de lui sourire gentiment, comme si elle se rendait compte enfin qu'elle n'avait qu'une enfant en face. Elle qui rêvait d'un combat épique, elle devrait sans doute revoir ses ambitions à la baisse et se contenter de courir après une padawan. Zora espérait que sa maîtresse s'amusait d'avantage avec le togruta ce qui était loin d'être certain quand on songeait qu'ils discutaient également. La jedi devait sans doute vouloir gagner du temps en espérant que le combat entre les apprentis déverrouillerait la situation, d'une façon ou d'une autre... La jeune femme pointa son arme en direction de l'auberge à peine visible depuis leur position et entama une marche en rond autours de la miraluka, à la manière d'un prédateur patient.

- "Quand je pense que ta maîtresse reste là sans réagir..." reprit-elle en désignant la direction de leurs mentors. "Elle doit sans doute se dire que tu es maline et pleine de ressource, que tu te trouveras un moyen de survivre voir de me vaincre! L'espoir fait vivre, dit-on..." s'amusa-t-elle.

Zora arrêta sa progression en cercle et repartit en direction inverse, observant visiblement la padawan avec plus d'attention. Oui, elle l'avait sous-estimée, c'était un fait, plutôt désagréable d'ailleurs et qui lui avait coûté une arme. Rien d'irréparable en soi puisque de toute façon elle en récupèrerait un en revenant sur Dromund Kaas. Néanmoins c'était plutôt irritant, il fallait la reconnaître. Pas la perte du sabre laser en soi, mais plutôt le fait que son adversaire use de ce stratagème peu honorable pour se défendre. Décidément, en plus de leur superbe, il semblait bien que les Jedis avaient également perdu leur honneur...

*Finalement, ce n'est pas étonnant... Leur ordre est moribond et cette gamine n'est que l'expression de leur déchéance...* conclut-elle.

La jeune femme appuya sur l'interrupteur de son arme et la lame rougeoyante disparut dans un dernier sifflement menaçant. Elle écarta ensuite les bras comme par résignation, décidée à aller sur le terrain de son adversaire. Après tout elle était patiente et ce "combat" pouvait bien durer des heures s'il le fallait, dans son esprit le dénouement ne faisait aucun doute. Ne restait plus qu'à espérer que le padawan n'allait pas s'entêter à fuir l'affrontement.

- "Très bien, très bien..." soupira-t-elle. "J'avais entendu quelques récits douteux sur l'audace de certains padawans qui se sont, si je puis dire, illustrés au cours du temps... Visiblement toi tu n'entres pas dans cette catégorie..."

L'humaine laissa choir ses bras le long de son corps tout en gardant néanmoins fermement en main son arme. La miraluka ne souhaitait visiblement que détruire ses armes, s'imaginant sans doute que cela allait changer quoi que ce soit. Zora se demandait si au temple jedi la gamine était appréciée ou plutôt considérée comme une marginale. La deuxième option semblait la plus vraisemblable, à n'en point douter. Quoique le port seul de sabres lasers ne définissait pas forcément son propriétaire et l'enfant lui avait prouvée qu'elle savait manier la Force. Peut-être qu'il lui manquait seulement un déclic...

*Tu n'es pas la seule à pouvoir jouer à ce petit jeu là...*

L'apprentie fit appel à la Force et souleva du sol les deux parties de son deuxième sabre, détruit au niveau du cristal. Elle les fit léviter et venir jusqu'à elle, les faisant flotter à hauteur de chacune de ses épaules. Elle resta ainsi un instant et ferma les yeux, concentrant le reste de son attention sur les vêtements de son adversaire, les "palpant" dans la Force. Puis Zora rouvrit les yeux doucement et adressa un vague sourire à la padawan:

- "Attention, j'attaque!" la prévint-elle, visiblement amusée.

Son sourire s'accentua alors qu'elle projetait en avant, en direction du buste de la gamine, les deux morceaux du sabre laser détruit. Encore une fois, Zora bondit à leur suite mais avec moins de zèle que la première fois, apprenant de ses erreurs. Les projectiles n'étaient pas lancés avec une puissance suffisante pour tuer ou ne serait-ce que blesser la padawan. Mais ce n'était absolument pas l'objectif, et pour cause...

L'apprentie arrêta sa course à deux mètres de l'enfant et se concentra sur l'attache de son bandeau, tirant à l'aide de la Force sur le morceau de tissu. Si tout se passait bien, la distraction des morceaux de sabre et la pseudo attaque que la jeune femme avait lancée à sa suite avaient suffisamment déconcentrés l'enfant pour qu'elle ne voit pas le véritable "assaut venir". Si les miraluka se bandaient les yeux, c'était pour une bonne raison. Et puis, ne serait-ce que par curiosité - et pour peu que sa ruse fonctionne - Zora pourrait voir ce qu'il se cachait sous cet affreux bandeau rose...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Lun 17 Sep 2012 - 13:42

L'apprentie sith ne manquait pas de culot... "Voyons voir si tu sais faire autre chose que parler..." avait-elle dit précédemment, suite à quoi Nahla n'avait plus prononcé un mot, se concentrant uniquement sur l'action et ce qu'elle avait à faire, mais on ne pouvait en dire autant de son interlocutrice. La peu vêtue demoiselle ne manquait pas d'air, et semblait posséder une langue des mieux pendues. Entre provocations et insultes, c'était comme si elle espérait faire sortir la padawane de ses gonds par ces simples mots. Quelle naïveté! Nahla se moquait bien des insultes et provocations. Du moins celles de ce genre. La blonde ne connaissant pas son adversaire, elle ne pouvait qu'attaquer au pif, et tenter d'attraper son poisson à l'aide d'appâts non adaptés. Tant pis pour elle, et tant mieux pour l'apprentie consulaire.

*Maître Laksh'mi a d'autres rancors à fouetter que de s'occuper de moi. Et je ne cherche pas à vous vaincre, Madame, mais à vous empêcher de nuire.*

Oui, mais comment? Il restait toujours une arme à la sith, et Nahla ne possédait que son bouclier de Force pour parler les coups de ce dernier. Bouclier qu'elle erigea donc, en guise de protection, mais qui ne lui permettrait pas de mettre son adversaire hors d'état de nuire. Il lui fallait "passer à l'attaque". Oui, mais, encore une fois, comment? Nahla n'avait commencé à s'entraîner plus sérieusement au combat que depuis quelques mois à peine, et si elle maîtrisait généralement bien l'esquive, la parade et la défense, elle peinait encore grandement en attaque. Dakin et Joclad, ainsi que d'autres adversaires, avaient fini sur le dos et maîtrisés une fois ou deux, mais certainement pas suffisamment souvent pour que Nahla puisse prétendre pouvoir se défendre face à... une sith. Hopeful l'avait bien involontairement prouvé: la padawane ne pourrait pas se protéger face aux attaques d'un ennemi souhaitant réellement sa mort. Elle ne lui en voulait pas, cela dit: la leçon à en tirer n'était certainement pas à jeter, et depuis qu'elle était rétablie, la jeune fille s'entraînait d'arrache-pied, encore davantage qu'auparavant, dans le but de progresser, et de parvenir à atteindre ses objectifs. Devenir efficace en combat même sans blesser l'adversaire. Pas plus que des ecchymoses, du moins. Ça, elle se le permettait... En même temps, sans cela, était-il seulement possible de maîtriser un adversaire?! Si oui, Nahla ne demandait qu'à apprendre cette méthode miracle!

Laksh'mi semblait dialoguer calmement avec l'autre sith, elle. Le calme avant la tempête? Ressentant comme des étincelles, quelque chose démangeant la togruta sous le masque d'impassible douceur et diplomatie, la miraluka espérait que tout allait bien du côté de la maître jedi. Il ne fallait pas qu'elle l'inquiète. Il lui fallait se débrouiller seule, et assurer, coûte que coûte!

*Pourvu que je lui trouve une faille!*

Difficile. Déjà, la carrure de la blonde dépassait celle de la frêle petite demoiselle aux longs cheveux noirs. Nahla travaillait dur son corps pour le muscler, le rendre plus endurant, mais elle savait que malgré tout, elle garderait à jamais une constitution et une santé plus faibles que ses compagnons padawans et jedis. Et son refus du port d'arme ne lui facilitait pas les choses non plus. Malgré tout, elle n'abandonnait pas, ne baissait pas es bras. La Force n'était-elle pas avec elle, comme avec chacun de ses compagnons, après tout?

*Allez, coura...*

Alors que la padawane se préparait à riposter, la sith annonçait son attaque... Nahla l'aurait parée sans problèmes s'il 'y avait eu qu'une véritable attaque, sans doute, mais sa fourbe assaillante avait trouvé plus drôle, et le moyen de complètement déstabiliser son adversaire: lui dérober son bandeau. Le temps que Nahla pare les deux bouts du sabre cassé, le morceau d'étoffe rose pâle lui voilant la moitié du visage s'envola. L'adolescente porta vivement ses mains à son faciès, y dissimulant ce que protégeait l'étoffe un instant plus tôt encore, blêmissant soudain. La blonde connaissait-elle les miralukas? Savait-elle que pour eux, être vu à visage découvert représentait une honte aussi grande, presque, que d'être vu dénudé? Nahla ne savait plus où se mettre. Comment combattre, se défendre, à présent?

Un instant, l'envie de réclamer son bandeau en implorant son agresseur lui vint à l'esprit, mais elle n'en fit rien. L'autre n'en aurait que davantage profité encore. Il lui fallait se reprendre. Absolument! Et vite...

*Reprends-toi, Nahla... Reprends-toi!!!*

Les armes, elle n'en utilisait pas. Attaquer, elle détestait. Mais là, elle n'était pas seule. Laksh'mi aussi était en danger, et prendrait peut-être quelque risque inconsidéré si elle la découvrait en trop mauvaise posture. Elle n'avait pas le choix. Elle DEVAIT se reprendre, se botter le derrière et repartir à l'assaut. Comment? Eh bien... Si la spécialité de Nahla ne consistait certainement pas en un maniement exceptionnel du sabre ou des mots transperçant l'adversaire tels des lames - les siens de mots ressemblaient plutôt à d'apaisantes caresses, en général - la jeune fille ne passait pas ses journées et tous ses temps libres ou presque à méditer et s'entraîner é la télékinésie pour rien. Et ses mains posées sur son visage ne l'empêcheraient pas de riposter, donc!

*Au boulot...*

Déglutissant, l'adolescente se concentra... Il lui faudrait une petite minute pour préparer son "attaque", mais d'ici-là, son bouclier de Force la protégeait des coups de son assaillante. Provoquerait bien qui narguerait la dernière!
Revenir en haut Aller en bas
Darth Ynnitach
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
l~~~ Seigneur Sith ~~~l
avatar


Nombre de messages : 3050
Âge du perso : 243 ans
Race : Anzati/Sith
Binôme : Apprentie : Ysanne Ha'mi
Zora Shaar-lâ
Acolyte : Myir Alshain

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
98/98  (98/98)
PF:
80/105  (80/105)

MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   Mar 18 Sep 2012 - 11:52

-Oui je vous l’accorde, Sith et Jedi font souffrir bon nombres de coupables, comme d’innocents… Et nous justifions nos actes par des arguments tels que justice, protection, d’autrui ou de nous-mêmes, ou tout simplement de volonté de la Force ou la notre.

Darth Ynnitach était de plus en plus troublée par le bien être intérieur que ressentait la Togruta mais aussi celui qu’elle semblait dispenser autour d’elle, y compris sur la maîtresse Sith. Si elle s’approchait trop des deux apprenties de la Force, cela risquait de perturber la jeune Sith. La Dame Sith se levait à la suite de la Jedi, avançant vers elle avec une lenteur calculée.

-Je vous accorde aussi que ce monde idéal que j’ai laissé entendre l’existence serait utopique. Tout comme l’idée qu’un empire se contente de ce qu’il a. Un empire se forge par la guerre et non sur la paix. C’est ce qui a mené la Guerre de l’Hyperespace il y a un peu plus de 1500 ans. Que devons-nous faire alors ? Nous battre ? Elle éclatait de rire.

-Cette disciple ? N’est-ce pas votre padawan ? Pas encore ? Vous pensez la prendre comme votre padawan et vous hésitez à le faire ? Cela irait-il réveiller en vous quelques souvenirs douloureux ?

La Dame Noire prenait son sabre laser et le remettait à sa place sur sa ceinture, bien en évidence mais sans l’activer. Elle laissait le Côté Obscur de la Force affluer en elle. Mais sans pour autant se montrer agressive. Elle venait se placer à ses côtés, les deux Dames, ensembles, côtes à côtes, à surveiller leurs apprenties respectives.

-Vous « pouvez » surveiller mon apprentie, tout comme je le fais moi-même. Et sachez que j’en ferais autant si votre padawan, oh, pardon, cette disciple, se montre trop agressive… Vous devriez tout de même lui apprendre à se servir d’un sabre laser… Il serait dommage qu’un élément aussi… prometteur, se fasse tuer bêtement alors que ce genre d’outil aurait pu la sauver… elle aussi… A moins que vous ne craigniez que le fait qu’elle porte une arme l’amène au seuil de la tentation de faire souffrir ou de tuer, non pas par droit mais par envie ? Cela irait-il provoquer en vous des souvenirs funestes maître Laksh’Mi ?

Darth Ynnitach ignorait tout du passé de la maîtresse Jedi. Elle avait laissé entendre qu’elle l’imaginait au Conseil et elle n’avait pas répliqué là dessus. Soit elle y était, comme elle s’y attendait, soit elle n’y était pas, mais briguait malgré tout cet « honneur ». La Sith croyait déceler chez la Jedi Togruta cette ambition d’accéder à cet honneur, peut être pour y porter haut les vertus Jedi qui leur font tant défaut ces derniers temps ? Sans laisser le temps à Laksh’Mi de répondre, la Dame Noire reprenait.

-Je vous propose une entente maître Laksh’Mi. Une entente entre vous et moi, entre votre Ordre et la partie que je représente. Mais je crains que ceci puisse rencontrer quelques petits obstacles… Autant chez vous que par chez moi. Vous l’avez dit vous-même, certains parmi vous souhaite nous exterminer à nouveau… Des Sith souhaiteront toujours vous combattre et vous tuer juste parce qu’on leur a appris à vous craindre et à vous haïr. Elle tournait sa tête, vers la Jedi, la dardant de son regard violet. Pensez-vous vraiment que ceci serait possible ?

La question, l’ultime question de la Sith. La réponse de la Jedi sera déterminante de ce qui se passera entre elles dans l’instant qui suivra la réponse. La Dame Noire des Sith était-elle vraiment sérieuse dans sa proposition, ou bien était-ce une ultime manœuvre de sa part pour mettre à mal les Jedi pour son profit ?

*Jusqu’où iras-tu Laksh’Mi, pour tenter de concrétiser ce qui semble être une chance à tes yeux et une abomination aux miens ? Seras-tu, à ton tour, tentée par le serpent argenté de l’ambition, dans l’espoir que tu te sentes utile à tes yeux et à celui de l’Ordre que tu sers de ton mieux et y siéger peut être ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le devoir et la raison laissent place au plaisir (PV : Lak, Zora et Nahla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Alderaan-