La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Mar 7 Aoû 2012 - 17:27

Une journée comme les autres dans le désert de Tatooine. Un groupe de Tuskens, constitué d'une vingtaine d'individus montés sur leurs Banthas, cheminaient au fond d'un canyon, tranquillement. A cette heure-là de la journée, les soleils étaient tous deux proches de leur zénith, et la chaleur devenait insupportable, même pour ces rudes nomades. Pourtant, celui qui semblait être le chef leva brusquement la main, donnant le signal d'arrêt pour la colonne. Pas le moindre signe de menacet. Mais quelque chose ne lui plaisait pas dans l'environnement ... comme un mauvais pressentiment. En dépit des grognements du reste du groupe, il refusa de poursuivre, continuant d'inspecter les parois d'un oeil préoccupé. Après une dizaine de minutes, il finit par se rendre à l'évidence. Il n'y avait rien d'inhabituel qu'il pouvait déceler autour d'eux. Faisant taire ses hésitations, il marmonna quelques mots dans leur langue gutturale et remit en marche sa bande.

A peine étaient-ils hors de vue qu'un des rochers posés en équilibre précaire au sommet du canyon se mit à bouger. Ce qui était en fait un bout de tissu de la même teinte que la roche environnante se souleva, révélant une silhouette humanoïde de taille modeste, habillée dans des couleurs proches de celui du sable. Shas'naith'arida s'étira rapidement, puis se remit sur ses pieds et replia sa cape. Pas de pièce d'amure, cette fois. La mission consistait surtout à se faire discret, et ces pièces de métal n'étaient pas vraiment conçues pour le camouflage ! Après avoir vérifié rapidement qu'il n'y avait plus personne en vue, aussi bien par la Force qu'avec ses sens plus basiques, elle sortit son communicateur. Un petit sourire apparu sur les lèvres de la Chiss, lorsqu'elle constata la présence d'étiquettes disant à quoi servait tel ou tel bouton.

*Sacrée Nanda ... elle perd pas le Nord !*

De fait, son incapacité à se servir de la plupart des appareils électroniques, même les plus courants, était telle que sa meilleure amie dans l'Ordre se sentait obligée de lui ajouter des pense-bêtes sur un gadget aussi banal qu'un communicateur. Tout de même, la Cathar avait un peu exagéré, sur le coup. Shas'naith'arida était largement capable de se rappeler quel bouton servait à enclencher la communication ! Quoique, dans le doute ... valait mieux qu'elle ait un moyen de se le rappeler, en effet ... Coupant court à ces réflexions dénuées d'intérêt, elle l'activa.


-Hoy, Nanda, c'est Snaitha ! Je suis en train de suivre un groupe suspect. Quoi de neuf de ton côté ?

Après quelques secondes d'attente, un grésillement se fit entendre dans l'appareil, et une voix plus douce et agréable que celle de la Chiss, grave et rauque, en sortit. La qualité de leur conversation n'était pas terrible, mais compte tenu de l'endroit où elles se trouvaient, c'était déjà un miracle qu'elles puissent la tenir, ou que le sable ne se soit pas infiltré dans les circuits ...

- Snaitha ? ... bien de t'entendre. ... repérer des traces ... attaque sur ... colonie. Tem...ble en approche ... après bulletin mé... fait gaffe !

Elle fronça les sourcils. La dernière partie du message n'était pas claire. Il fallait qu'elle fasse attention à quoi, exactement ? Sas hésiter, elle rappuya sur le bouton, tout en élevant la voix.

- Je t'entends mal, Nanda ! A quoi faut-il faire gaffe ?!

- ...rdon ? ...prends rien. ... couper ... crois !

Puis l'appareil n'émit plus rien d'autre que des parasites, et la Jedi se retint de le balancer dans le sable. A la place, elle lâcha plusieurs jurons. La technologie, ça n'était vraiment pas fiable ! Ces trucs-là cessaient toujours de fonctionner quand vous en aviez le plus besoin ! Et à une distance pareille, inutile de compter sur la télépathie ... La Cathar était juste à l'autre bout de la planète ! Autant dire que la contacter de cette manière serait trop épuisant, sans parler de la concentration à maintenir, et donc de la perte de conscience de son environnement. Non, elle devait continuer, mais rester sur ses gardes ...

Sa décision prise, elle partit en trottinant dans la direction prise peu de temps auparavant par les Tuskens. Il ne fallait pas qu'ils la sème, mais elle les percevait encore par la Force. Elle adopta alors une allure soutenue, mais pas trop, le compromis idéal entre vitesse, discrétion et endurance. Après tout, elle ne cherchait qu'à les suivre jusqu'à leur repère ... Mais pourquoi s'intéresser à une bande de Tuskens ? A cause d'une légende persistante dans le coin, selon laquelle un holocron Sith, conçu pour être utilisé par des êtres sensibles à la Force, mais pas encore formés, aurait échoué dans le coin? D'abord, personne n'y avait prêté la moindre attention ... Mais quand en plus, quelques témoignages, certes peu fiables, assuraient l'existence d'un des Tuskens capable de manier la Force, avec un sabre laser en prime, le Conseil n'avait pas pu rester inactif. Et c'était donc le duo habituel de la Chiss et de la Cathar, spécialisées dans les missions en milieu naturel hostile, qu'il avait chargé de ratisser le désert jusqu'à faire la lumière sur cette histoire.

Alors qu'elle gravissait une pente, la Jedi remarqua un élément nouveau ... et inquiétant, à une trentaine de mètres sur sa gauche. Des traces de Dewbacks, nombreuses. Au moins une dizaine d'individus, estima-t-elle après inspection, et s'étant déplacés à grande vitesse. D'autant plus surprenant qu'il s'agissait d'animaux très solitaires, sauf en période des amours (ce qui n'était pas le cas), et généralement utilisés comme bêtes de somme par la population locale. Autrement dit, pas le type de montures qu'on fait courir à grande vitesse, normalement ...

*Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ...*

Elle s'en détourna. Après tout, les curiosités locales ne la concernaient pas, et elle n'y portait pas grand intérêt non plus. Elle avait une mission à accomplir, et pas énormément de temps à perde, d'autant plus que ses proies s'éloignaient de seconde en seconde. Elle se remit en route, longeant l'étrange piste durant plusieurs minutes, sans rien remarquer d'anormal. Puis, alors qu'elle se plongeait à nouveau dans la Force pour repérer les pillards, elle remarqua la présence d'un nouveau groupe de bestioles dans le coin, autre que les Tuskens qui s'éloignaient d'elle. Des Urusai, un espèce de charognards, en train de planer dans les alentours. Au même moment où elle les remarquait, l'un d'eux piqua au sol, plongeant vers sa proie. Sans doute un cadavre en train de pourrir ... Mais bon, c'était presque sur son chemin, alors la Chiss se décida à faire un petit détour pour regarder à quoi ressemblait ledit macchabée, juste au cas où.

*Nom de ... *

Elle s'était suffisamment rapprochée, distante désormais d'à peine quelques mètres, pour se rendre compte de deux choses. Primo, quoi que ce soit que les Urusai aient l'intention de boulotter, c'était humanoïde, sans doute possible. Et deuxio ... elle pouvait ressentir à travers la Force que leur bouffe était encore vivante ! Tout en poussant un juron, elle se détourna de la direction prise par la bande d'Hommes des Sables pour se précipiter auprès de la silhouette à moitié enfouie dans le sable, chassa les affreux volatiles à grand renfort de moulinets et de cris, puis s'agenouilla à ses côtés. Sans perdre une seconde, la Jedi la dégagea du sable, l'installa sur ses genoux et prit sa gourde à sa ceinture. Peu lui importait l'identité de la pauvre victime. Tout juste prit-elle le temps de remarquer qu'il s'agissait d'une adolescente et qu'elle portait un bandeau, et de se demander si elle avait affaire à une aveugle ou à une Miraluka. Qui que ce soit, elle ne pouvait pas la laisser crever là, toute seule, dans le désert ! Sa mission attendrait. D'une voix ferme et calme, elle s'efforça de lui parler, de la tirer de son inconscience, tandis qu'elle dévissait le bouchon de sa gourde.


- Hey ! Me claque pas entre les doigts, hein ! Accroche-toi !

D'un geste sûr, elle fit couler un peu d'eau entre les lèvres de la jeune fille. Impossible de savoir depuis quand elle était là, ni si elle était blessée, malade, ou empoisonnée, mais elle devait être à coup sûr déshydratée. Pas la moindre réaction. Elle ne céda pas pour autant à la panique, et s'assit en tailleur, puis posa ses mains sur le corps de l'adolescente. En temps normal, la guérison de Force n'était pas vraiment la discipline dans laquelle elle excellait, mais elle n'avait pas d'autre choix. Et puis, elle n'essayait pas de guérir des blessures, juste de lui redonner suffisamment de force pour la tirer de sa léthargie ! La Chiss ferma alors les yeux, puis se concentra au maximum. Ça pouvait marcher. Ça devait marcher !


Dernière édition par Shas'naith'arida le Mar 7 Aoû 2012 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Mar 7 Aoû 2012 - 20:51

*J'ai soif...*

Une constatation des plus basiques venait de traverser l'esprit somnolent de l'adolescente. Du haut de ses quatorze printemps, elle en avait vécu des vertes et des pas mûres, déjà, mais jamais encore elle ne s'était retrouvée en aussi mauvaise position. Pas à son souvenir, du moins! Et pourtant, elle avait grandi sur Tatooine, ses cinq premières années d'existence! Certains diront qu'elle était trop jeune pour en garder quelques utiles souvenances, mais ce n'était pas le cas. Nahla se souvenait avec précision de son enfance passée sous les feux ardents des soleils jumeaux de Tatooine. Elle se souvenait des mises en garde de ses chers et tendres parents adoptifs, et de tout ce qu'ils avaient pu lui apprendre d'ailleurs. Un sourire étira doucement les lèvres desséchées de la demoiselle.

*Maman... Papa... Vous me manquez... C'était bien, avant, même si ce n'était pas tous les jours facile...*

La nostalgie... Une chose plus ou moins prohibée pour un jedi. Elle en avait bien conscience, et s'efforçait de ne pas se languir du passé. Mais, quelquefois, c'était trop dur, et ses souvenirs revenaient la hanter. Comme maintenant, en l’occurrence. Avoir grillé toute une journée durant sous les feux ardents de ces deux astres impitoyables n'aidait pas la gamine à recouvrer sa lucidité, en prime. Depuis combien de temps était-elle allongée dans le sable, encore? Nahla ne s'en souvenait plus. Une heure? Trois? Dix?

*Si seulement j'avais encore mon micro ou mon émetteur...*

Faisant un violent effort, elle se releva, cherchant après un éventuel abri contre la chaleur. Mais les alentours n'offraient à sa Vision de Force que le désert, à perte de vue, de tous côtés. Ah, non... Une maison? Une ferme hydroponique? Soit son esprit lui jouait des tours, soit elle était sauvée! Se dirigeant vers les formes vagues qu'elle ne distinguait qu'à peine, la jeune miraluka finit par trébucher sur une pierre traînant par-là, et s'étala de tout son long sur le sol brûlant, et cette fois, elle n'eut pas la force de se relever. De toutes manières, à quoi bon? Ce qu'elle avait aperçu et pris pour une ferme hydroponique avait disparu. Elle ne "voyait" plus rien, pas plus qu'elle ne ressentait d'ailleurs. La seule sensation encore présente demeurait cette insupportable chaleur. Son dernier réflexe avant de sombrer dans l'inconscience fut de rabattre ses vêtements, de son mieux, par-dessus elle, pour se protéger la peau, déjà bien brûlée par endroits.

*Maître Amaliël...Pardon. Je... n'aurai pas pu... remplir ma mission...*

Elle sourit amèrement, puis, se laissa doucement gagner par l'inconscience, plus supportable à la lucidité lorsqu'on sait venir la fin, d'une manière aussi lente et douloureuse en prime.


~~~~~~~

"Aïeuh! Arrête! Ça fait mal, tu sais?"

"Ouais, mais s'pour te réveiller! Tu dois pas rester là! Réveille-toi, Nahla!"

Dakin... C'était bien la voix du padawan Gett, mais quant à son apparence, Nahla en était moins certaine. Il ressemblait étrangement à un urusai, ce Dakin-là!

"Je ne peux pas. Je n'ai plus de forces."

"Non, mais tu as LA Force, avec toi, ne l'oublies pas, Nahla! N'abandonne jamais! Pour elle, pour toi... pour nous..."

Lui aussi ressemblait étrangement à un urusai... Pourtant, c'était bien la voix de Joclad, qu'entendait Nahla, là, non? Décidément...

"Mais... je..."

"Ils ont raison, Nahla! Accroche-toi, jeune padawane! Accroche-toi!"

Comme si deux urusais s'adressant à elle avec la voix de proches, tout en la pinçant de partout sans douceur, ce n'était pas suffisant, un troisième larron venait de s'ajouter aux deux premiers. Un urusai Galian, cette fois. Qu'était-ce donc que ce drôle de songe, encore?!


~~~~~~~


Nahla ne rêvait plus, si? Elle venait d'entendre une voix s'adresser à elle, et lui dire de s'accrocher! Et ce n'était plus un songe... Ou, dans tous les cas, ne s'agissait-il plus de la voix d'une personne connue. Dakin, Joclad et Galian avaient disparu, pour laisser place à une silhouette, une sensation inconnue à l'adolescente. Quelqu'un tentait de la faire revenir à elle... D'abord en lui parlant, puis en versant de l'eau sur ses lèvres à peine entrouvertes. Nahla ne réagit pas immédiatement, son corps endolori et lui brûlant de partout ne répondant même plus à ses besoins les plus élémentaires, comme tousser lorsqu'un liquide vient de faufiler dans sa trachée. Une sensation étrange mais pas inconnue de la demoiselle se fit ensuite ressentir, la revivifiant quelque peu, juste ce qu'il fallait pour que son corps réagisse enfin. Elle toussa, d'abord faiblement, puis plus fort, peinant à respirer. Chaque bouffée d'air lui brûlant davantage encore les entrailles, la pauvre aurait préféré se noyer, sur le coup, que d'avoir à ingurgiter de cette trop ardente atmosphère à chaque inspiration!

"Teuf! Teuf! Gh... Teuf!!!"

Il lui fallut un moment pour reprendre davantage conscience, l'esprit encore bien trop embrouillé, la cervelle à l'état de marmelade trop cuite que pour se sentir capable de réfléchir vraiment, de mettre un semblant d'ordre dans ses idées. Puis, elle tenta d'articuler quelques mots, faiblement, d'une petite voix rauque, sa gorge, sa langue et ses lèvres asséchées par les cuisants soleils jumeaux de Tatooine lui rendant l'exercice vraiment pénible et difficile. Pourtant, cette personne tentant de l'aider, qui qu'elle fut, Nahla fit l'effort de lui sourire en retour, et d'articuler de son mieux malgré tout.

"Bon... chour... Che... chuis... Nar... Nar... Narhla... Che... Et... vous...?"

=====================

Spoiler:
 
[HRP: Attention, ton bleu foncé fait fort mal aux yeux sur le fond noir! ^^ Essaye peut-être d'autres bleus? Je me sers de cette page pour trouver mes couleurs de dialogue personnalisée, pour ma part: Les codes de couleurs HTML. Essaye peut-être cette couleur-ci? Wink (#0066FF) Ça reste du bleu comme le tien, mais en plus clair.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Mer 8 Aoû 2012 - 22:51

Un soulagement certain envahit la Jedi lorsque l'adolescente commença à tousser. Certes, les sons qu'elle émettait trahissait sa douleur, et pour avoir subit plusieurs fois la soif, voire la déshydratation, Shas'naith'arida savait que c'était loin d'être une expérience agréable ... Mais si la pauvrette pouvait manifester sa souffrance, c'est qu'elle était vivante ! Et ça, c'était tout de même un motif de réjouissance. La Chiss ne se relâcha pas pour autant, continuant d'utiliser ses pouvoirs afin désormais d'apaiser le corps ravagé pour faciliter les efforts qu'il faisait pour respirer. Mais, trop rapidement à son goût, elle dut s'arrêter, consciente qu'elle épuisait ses forces par cet exercice dont elle n'avait pas l'habitude. Se guérir elle-même, oui, mais les autres, pas vraiment. Juste à temps, constata-t-elle lorsque qu'elle fut frappée par un léger vertige, qui heureusement se dissipa assez rapidement. Alors qu'elle portait une main à son front pour soutenir son crâne, de nouveaux sons sortirent de la bouche de l'Humaine (ou Proche-humaine, mais ce la importait peu ...). Rapidement, il fut évident qu'elle essayait de parler. Des présentations ? Mais c'était pas le moment ! Elle était encore dans un état précaire, et cette idiote s'occupait d'abord des politesses !

- Narla ? Tu peux m'appeler Snaitha, mais le reste des présentations attendra, okay ? Garder tes forces pour rester en vie serait une bonne idée ! Donc évite de trop parler ... sauf pour des trucs essentiels !

Elle avait sans trop y faire attention reprit son ton froid et neutre, un peu bougon. Combiné à sa voix rauque et grave, il mettait rarement à l'aise ses interlocuteurs, et la faisait souvent passer pour quelqu'un de froid et d'insensible. Mais elle s'en fichait royalement, aussi bien d'habitude que à ce moment précis. Tant que sa compagne d'infortune survivait, peu lui importait ce que celle-ci pensait de sa sauveuse ! Les vies qu'elle sauvait étaient de loin plus importantes que l'estime qu'on lui portait ...

Elle refit couler un peu d'eau entre les lèvres de sa patiente, puis se concentra sur sa présence dans la Force, afin de déterminer son état, tout en complétant les indications obtenues par un examen oculaire attentif, en la manipulant avec beaucoup de précautions et de douceur. Affaiblie, déshydratée, affamée, des brûlures dues aux soleils sur les quelques parcelles de peau découvertes : son visage, ses mains, et le bas de ses jambes. Jusque-là, rien de surprenant ! Cependant, il pouvait rester d'autres blessures qu'elle n'avait pas remarqué ... Elle interrompit son observation et déposa son sac à dos sur le sol, puis commença à fouiller dedans. Elle se saisit finalement de son communicateur et l'activa. Des grésillements s'en échappèrent aussitôt. Pas bon du tout, ça. Mais alors vraiment pas bon. Pourtant, elle avait fait gaffe à ce que le sable ne s'infiltre pas dedans !


- Nanda, c'est Snaitha. J'ai une blessée qui a besoin de soins. Une évacuation ne serait pas de refus !

Pas la moindre réponse, juste de nouveaux grésillements.

- Nanda, réponds, bordel !

La Chiss lâcha une bordée de jurons très colorés, en différentes langues. Elle doutait que la plupart des personnes puissent en comprendre le sens exact, vu qu'il s'agissait de dialectes tribaux utilisés sur des mondes aussi reculés que peu habités, et avec des conditions climatiques ou naturelles extrêmement hostiles. Mais l'idée générale ne devait pas être bien difficile à saisir. Se reprenant, elle s'empara d'un tube d'onguent et en enduisit les brûlures de Narla au niveau du visage. Une vieille médication utilisée sur une planète désertique des Espaces sauvages, assez similaire à Tatooine par ailleurs, le côté repaire de hors-la-loi en moins ! Ça apaiserait ses douleurs quelque temps, en plus de faciliter la guérison et de protéger sa peau le temps qu'elle cicatrise. Elle avait agit avec douceur, mais le contact de sa main sur les cloque ne devait pas être agréable pour leur propriétaire, loin de là. Sans s'excuser, elle passa aux mains, puis aux jambes, et rangea enfin le tube.

*Maintenant ... autant éviter qu'elle continue de surchauffer ...*

Shas'naith'arida se saisit aussitôt de sa cape et passa un bras dans le dos de l'adolescente, l'aidant à se relever suffisamment pour qu'elle puisse lui installer le vêtement sur les épaules. Elle rabattit enfin la capuche et les pans du vêtements pour la protéger autant que possible des soleils. Heureusement, la tenue couleur sable qu'elle portait était aussi menue d'une capuche ... Il ne manquerait plus qu'elle choppe elle aussi une insolation ...


- Mis à part tes brûlures, et les morsures des Usurai, d'autres blessures à me signaler, Narla ? Prends ton temps pour répondre, hein.

Sur ces mots, la Jedi se releva et inspecta les alentours. Un mauvais pressentiment la tourmentait depuis quelque temps. Mais elle n'arrivait pas à savoir quoi, exactement. Pas le moindre danger perceptible, ni avec la Force, ni avec ses autres sens, aussi fort qu'elle essaye. Et pourtant, ça ne calmait pas son angoisse. A force de parcourir les mondes hostiles, elle avait développé un instinct particulièrement fort pour tout ce qui relevait des dangers naturels et climatiques. Et là, c'était comme si celui-ci lui hurlait de décamper aussi vite que possible ! Et il se trompait rarement en la matière. Soudain, le vent se mit à souffler. Mais ce n'était encore qu'une brise légère ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Jeu 9 Aoû 2012 - 16:17



Ne pas parler, garder le peu de salive et d'énergie qui lui restaient pour "des trucs essentiels"... Certes! Mais se présenter semblait essentiel à la miraluka, même si elle ne savait trop pourquoi. Les astres solaires n'avaient que peu épargné ses pauvres neurones. Nahla sentait la tête lui tourner continuellement, ressentait diverses impressions bizarres, telles des mirages sensitifs, sans vraiment savoir à quoi se fier ou pas dans ce qu'elle pouvait encore percevoir, discerner. Sa Vision de Force la trahissait, perturbée par le manque de réactivité de son cerveau trop cuit. Elle ne pouvait qu'à peine réfléchir, à demi consciente. Et sa mémoire lui jouait des tours, elle aussi. Pourtant, un détail la fit tiquer, et lui assura être entre de bonnes mains, désormais, même si elle ignorait pourquoi: la femme qui s'occupait d'elle à l'instant portait un sabre laser.

"Vous... chedi...?"

Le strict minimum. Mais la question demeurait compréhensible, car simple et élémentaire. Un sabre laser à la ceinture n'offrait généralement que trois possibilités: Jedi, sith, ou trafiquant d'armes illégalement obtenues... Un trafiquant ne se serait sans doute pas soucié de son sort. Un sith, encore moins! Sauf s'il avait ressenti la Force en elle, et pensait la tester une fois remise sur pieds, dès fois qu'il en tire une apprentie digne de ce nom. Seul un jedi pouvait vouloir la sauver de la sorte, se souciant de son sort avant tout, non?

Buvant à très petites gorgées de l'eau que lui offrait généreusement la chiss, Nahla manqua plusieurs fois de s'étouffer avec, mais au moins, elle se réhydratait un peu. Un peu. Il lui faudrait un abri contre les feux ardents des soleils implacables au plus vite, plus efficace que la cape dont venait de l'envelopper la jedi. Il lui faudrait également davantage d'eau pour la réhydrater, et d'autres soins également, que ne pourrait lui fournir la chiss avec les moyens du bord. Il lui fallait trouver un moyen de rallier le village le plus proche, et espérer qu'il soit pourvu d'une infirmerie digne de ce nom. Sinon, elle devrait emmener l'adolescente en d'autres lieux, mais... promptement, si possible.

*Qu'est-ce que...?*

Ses sens l'avertissaient d'un danger, mais... lequel? Habituée à agir avec raison, la pauvre miraluka peinait à aligner deux pensées cohérentes dans son esprit, là. Mais son instinct, lui, demeurait. Restait à l'interpréter et agir en conséquences, elle qui n'avait jamais écouté cet instinct ou presque, pas plus que ses émotions, ayant toujours fait passer sa raison par-dessus. La chiss avait tenté de joindre quelqu'un par holocommunicateur, puis, pestant, abandonné. La liaison ne passait pas. Elle avait ensuite interrogé sa jeune patiente, après lui avoir prodigué tous les soins et protections qu'elle avait pu avec les moyens du bord, avant de l'interroger, lui précisant de prendre son temps pour répondre.

"Sable..."

Ouais, forcément, du sable. Pour sur, cette fichue planète en comptait suffisamment pour pourrir l'existence de milliards de personnes en ayant foulé le sol depuis qu'elle existait! Que voulait donc dire par là la petite miraluka? Car cette fois, la jedi ne pouvait passer à côté. La fragile demoiselle qu'elle tenait dans les bras dégageait une aura, si légère et incertaine fut-elle, de Force. Elle utilisait la Force, là, à l'instant! Pour faire quoi, elle l'ignorait. Pour "voir", sans doute; après tout, les miralukas étaient tous sensibles à la Force et ne percevaient le monde qu'à travers elle! Mais là, c'était... plus fort... comme si la petite demoiselle tentait d'utiliser la Force pour... pour tenter quelque chose.

"Tempête... a... a... bri..."

Elle n'arrivait pas à articuler, décidément. Mais au moins avait-elle pu prononcer les mots les plus importants. Les premiers grains de sable foulèrent leurs deux corps, puis d'autres vinrent leur fouetter le visage sans douceur, tandis qu'au loin, un impressionnant nuage obscurcit le ciel... Un signe de bien mauvaise augure. Si elles ne trouvaient pas rapidement un abri, elles ne feraient pas long feu, et finiraient déchiquetées toutes les deux sous la violence de ces trombes de sable. Finir dans l'estomac d'un Sarlacc ne devait pas être moins douloureux, comme mort!

*Je... dois y arriver... il le faut!*

Nahla ignorait à demi ce qu'elle tentait réellement de faire, mais... le fit. Quelque chose protégea soudain les deux filles du sable. La tempête était encore loin, mais il ne lui faudrait pas plus de dix à quinze minutes pour les atteindre. La violence du vent et les grains de sable qu'il projetait sur les deux demoiselles aurait empêché la chiss d'avancer vers un abri. A présent, elle disposait d'une protection, momentanée, mais efficace contre la bourrasque et le sable. Un bouclier de Force les entourait. Mais la miraluka ne tiendrait pas bien longtemps. Restait à espérer que sa consœur jedi trouverait rapidement un abri où se protéger de la tempête à venir, ces rafales-ci n'étant que prémices d'un cyclone bien plus dangereux, lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Mar 21 Aoû 2012 - 10:22

Tant de questions avaient été soulevées par la présence de Narla. Comme la présence de cette Miraluka, paumée en plein désert, sur Tatooine. Car Shas'naith'arida en était désormais sûre, il ne s'agissait pas d'une aveugle, mais bien d'une adolescente de la même espèce que son défunt maître. Comment aurait-elle pu la reconnaître en tant que Jedi, mis à part en apercevant son sabre laser à la ceinture ? Or, les Miralukas n'étaient pas les esclaves les plus courants sur ce monde ... Bref, comment avait-elle bien pu se retrouver là, à crever dans les sables ? Mais la Chiss dût s'arracher à ses interrogations. Narla essayait de lui parler, à nouveau. En espérant que ce soit vraiment important, cette fois ... Et qu'il ne s'agissait pas de lui demander si elle voulait une tasse de thé !

"Sable". "Tempête". "Abri". Okay, c'était pas à propos du thé. Bien sûr, n'importe qui aurait pu considérer que Narla délirait, à cause du soleil, de la chaleur, et du manque d'eau. Sauf que les paroles de la Miraluka faisaient écho au pressentiment que la Jedi se trimbalait depuis quelques minutes. Elle ne douta pas une seconde que c'était bien ce qui approchait. Son instinct se faisait de plus en plus pressant, lui hurlant désormais de décamper. Et son cerveau prit rapidement le relais lorsque le sable commença à se faire agressif. Et le nuage sombre à l'horizon ne fit que confirmer ses craintes ...

Il fallait à tout prix trouver un abri, et ce le plus rapidement. Si elle avait été toute seule, elle aurait pu encaisser le plus gros de la tempête sans trop de soucis, voire même la traverser intégralement. Mais ce n'était pas le cas de Narla. Pas dans son état. Elle ne survivrait pas longtemps face à l'agression du vent et du sable. Mais où trouver un abri à coup sûr ? Hors de question de se lancer dans une direction prise au hasard. Si jamais elle se trompait ... Non, elle ne voyait qu'une seule chose à faire. Suivre la direction prise par le groupe de Tuskens. Leur abri ne devait pas être loin, sinon, ils ne se seraient pas lancés dans ce périple. Pas avec une tempête de sable en approche, alors qu'ils l'avaient sûrement senti venir. L'instinct des autochtones, en matière de danger climatique, était souvent largement plus développé que celui de la Chiss !

Sa décision prise, elle se tourna vers la jeune fille. Brusquement, elle remarqua quelque chose d'étrange. Le sable ne les agressait plus, comme repoussé par une barrière invisible. Une protection née de la Force. Or, si Shas'naith'arida était parfaitement capable d'en créer une, et si elle avait prévu de la faire, ce n'était pas elle qui était à l'origine de celle-là. Narla. Mais qu'est-ce qu'elle était, au juste ? Jedi ? Sith ? Ou une autre affiliation ? Bah. De toute façon, ça n'était pas important pour le moment. Elle ne pouvait tout simplement pas la laisser crever sans agir. D'une voix rapide et avec un ton qui n'admettait aucune objection, elle déclara :


- Narla, faut qu'on se magne le cul de trouver un abri. Je vais te porter sur mon dos, accroche-toi bien autour de mes épaules, okay ?

Joignant le geste à la parole, elle s'accroupit devant la Miraluka, la laissant s'agripper à elle, puis se redressa tout en tenant solidement les jambes de l'adolescente. Il était temps de se mettre en route. Heureusement, la Chiss était robuste, et largement apable de supporter le poids d'une jeune fille tout en avançant dans les dunes. Vivre quasiment toute l'année dans des environnements hostiles aidait à développer l'endurance et la ténacité ... et ça ne serait pas du luxe, là ! Elle adopta une allure soutenue, marchant posément, mais sans ralentir, sans s'arrêter, repartant dans la direction prise par les Tuskens quelques minutes plus tôt. Après une minute de silence, elle reprit, d'un ton neutre, presque méfiant :

- Faudra qu'on parle un peu, mais ça attendra qu'on ait posé nos miches à l'abri. Dès que tu sens que ta protection faiblit, fais-moi signe, et je prendrais le relais. Ne te fatigue pas inutilement à la maintenir ...

Ca ne servirait à rien de courir, et la Jedi en était parfaitement consciente. Avancer sans s'épuiser, c'était tout ce qui comptait. Parcourir la plus grande distance avant que le gros de la tempête ne soit sur elles. La chaleur était toujours aussi accablante. Il fallait que Narla tienne le coup jusqu'à ce qu'elles puissent s'arrêter. Surtout, il ne fallait pas qu'elle s'endorme ! La Chiss continua de regarder devant elle, mais pinça la cuisse de la Miraluka, avec force, puis s'exclama, bourrue :

- Toi, tu te mets pas à pioncer ! Parle-moi, de ce que tu veux, mais te rendors pas ! Sinon, je recommence !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Mar 21 Aoû 2012 - 17:14

Narla. Encore ce nom. Au moins la jedi - si cette étrange femme à la peau bleue et aux yeux rouges en était bien une - avait-elle retenu le nom qu'avait tenté de prononcer l'adolescente à la gorge trop desséchée. Lorsqu'elle parviendrait à mieux s'exprimer, Nahla corrigerait cette erreur. Mais pour l'heure, les deux filles avaient bien d'autres gundarks à fouetter, dont échapper à la terrible tempête de sable arrivant droit sur elles, par exemple.

*Tenir bon... Je dois tenir bon!*

La jeune miraluka serra les dents, et les poings comme elle le pouvait au vu des maigres forces lui restant. La dénommée Snaitha la prenant sur son dos, elle s'accrocha comme elle put mais n'avait vraiment plus de forces. Heureusement, la chiss en avait pour deux, voire même pour trois, à première vue robuste et endurante, contrairement à la frêle adolescente d'à peine un mètre cinquante pour une quarantaine de kilos maximum! Au moins ne peinerait-elle pas trop à porter l'enfant, ainsi. Et de toutes manières, ce n'était apparemment pas sa corpulence qui tracassait Snaitha, mais plutôt la tempête qui leur arrivait droit dessus, l'état de santé de la petite demoiselle, et... d'autres choses la concernant, à présent qu'elle venait de faire preuve d'un usage de la Force trop perfectionné pour n'être considérée que comme une jmiraluka. Certes, tous ceux de son espèce étaient sensibles à la Force, et voyaient d'ailleurs le monde au travers d'elle. Mais tous n'étaient pas capables de la manier de la sorte. Pour cela, il fallait forcément avoir suivi un certain entraînement, et la chiss le savait. Dès lors, elles auraient effectivement bien des choses à se dire... une fois à l'abri!

*Elle ne m'a pas répondu lorsque je lui ai demandé si elle était jedi... Peut-être est-ce une sith, finalement...? Ou bien...*

Ou bien quoi? Les idées floues, en vrac, Nahla peinait à réfléchir. Le simple fait d'aligner deux pensées sensées lui demandait un effort. Et ces soleils qui n'en finissaient pas de taper... La tête lui tournait, et la trop vive lumière des astres jumeaux se mua lentement en obscurité, tandis que l'adolescente sombrait dans l'inconscience. Mais une vive douleur à la cuisse la fit revenir dare dare à la réalité, dans un gémissement sourd, tandis qu'elle crispait les doigts sur les épaules de Snaitha, par-dessus les épaisseurs d'étoffes la protégeant des soleils.

"Agh!"

Pour sur, la dame n'y allait pas avec le dos de la cuiller. Mais il fallait ce qu'il fallait, après tout. Si Nahla sombrait dans l'inconscience, non seulement elle ne pourrait plus maintenir son bouclier de Force les protégeant toutes deux de la tempête, mais en prime, peut-être ne se réveillerait-elle plus du tout ensuite. Sans doute était-ce là ce que craignait sa salvatrice.

"P... pardon... Che... Parler de... quoi?"

Ses idées demeuraient fort confuses, la miraluka ayant l'impression que sa cervelle avait littéralement grillé, sur le coup. A dire vrai, elle ne se souvenait même plus vraiment comment elle en était arrivée là. Que s'était-il passé? D'où venait-elle, au juste, avant d'atterrir dans ce désert, toute seule, comme ça? Pourquoi? Comment? Qui? Tant d'interrogations! Quant à parler... Encore fallait-il le pouvoir! En plus de peiner à simplement penser sans délirer, l'adolescente sentait sa langue coller douloureusement à son palais à chaque tentative d'articulation d'un piètre mot. Ses lèvres desséchées s'ouvraient en crevasses lorsqu'elle les étirait de trop. Malgré tout, elle s'efforça de tenir un semblant de conversation à celle qu'elle prenait pour une jedi, espérant qu'elles atteindraient rapidement un abri. Ses forces la quittaient, et son bouclier ne tiendrait pas indéfiniment. Certes, Snaitha assurait pouvoir prendre la relève, mais tout de même...

"Che... Nar... Narh... Nahla. Nah-la. Che peine... à ar... articu... ler... p... pardon... Che m'appelle... Nahla... Ma... Maluka..."

Ainsi, Snaitha saurait-elle au moins son nom. Un nom que tous connaissaient, au temple... Mais sans doute n'y passait-elle pas suffisamment de temps, elle, pour s'en souvenir. Un pâle sourire aux lèvres, la padawane rassembla ses dernières forces pour ne pas sombrer dans l'inconscience, tandis que son bouclier faiblissait en puissance de protection. Elle luttait, corps et âme, de toutes ses forces, pour le maintenir. Il le fallait!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Jeu 30 Aoû 2012 - 15:56

Avancer. Coûte que coûte, continuer à avancer, à mettre un pied devant l'autre. Ne pas penser à la fatigue, au poids du corps sur ses épaules, aux efforts faits pour avancer dans le sable traître. Ne même pas envisager de s'arrêter, de se reposer. Marcher ou crever, les deux seuls choix possibles. Ces pensées revenaient sans cesse dans l'esprit de la Chiss, en boucle, comme un leitmotiv. Plus rien d'autre ne comptait. Toute son énergie, toutes ses capacités, tout son être étaient tournés vers un seul et même objectif : résister à la tempête et trouver un abri. Elle avait complètement renoncé à se repérer avec ses sens, se laissant guider par son instinct et par la Force. Le vent chargé de sable hurlait autour d'elles, tenu à l'écart uniquement par la protection érigée par la Miraluka. Nahla Maluka, d'après ce qu'elle venait de murmurer tant bien que mal à l'oreille de Shas'naith'arida. Bon, qui qu'elle soit, elle était au moins capable de suivre des instructions raisonnables et même vitales. Même si parler de son nom n'était pas vraiment la première chose qui serait venue à l'esprit de la Chiss. Dans la lignée de sa politesse complètement déplacée d'il y avait quelques heures, sûrement ... En dépit du besoin vital de conserver son souffle, la Jedi répondit à l'adolescente, voulant l'encourager à continuer de parler.

- Un nom qui sonne bien Miraluka, si ma mémoire ... huf ... me dit pas de bêtises. Tu es née sur Alpheridies ?

Alpheridies. Planète où vivaient les Miralukas. La Chiss n'avait jamais eut l'occasion d'y aller, mais son maître, Darek, en était originaire. D'après ce qu'elle avait cru comprendre, la planète elle-même n'avait rien d'exceptionnel, si ce n'était son soleil, aux rayonnements infrarouges particulièrement prononcés, et qui seraient la cause de leur vision si particulière. Il faudrait qu'elle y aille un jour avec son maître pour voir de ses propres yeux là où était né l'homme auquel elle tenait le plus au monde, un de ces jours ...

*Nom d'un ... *

Nahla était en train de faiblir. Plusieurs indices simultanés ne trompaient pas. La voix de l'adolescente faiblissait ... son bouclier aussi, commençant à laisser le vent les frapper, les agresser ... et surtout, son aura. Même si la Chiss n'avait pas l'habilité des Miralukas pour ce qui était de les percevoir, elle était plutôt compétente pour établir un rapide diagnostic de l'état physique de quelqu'un par ce moyen. Et là, ce n'était pas bon du tout ... Surtout qu'elle ne pouvait pas s'arrêter, ni user de la guérison via la Force pour lui redonner un peu d'énergie. Pas quand elle-même devait continuer à avancer. Elle la pinça à nouveau, à la cuisse gauche cette fois, et aboya :


- Nahla ! Laisse tomber le bouclier ... huf ... ou tu vas clamser ! Je m'en charge ... huf ... contente-toi de rester en vie.

Sans attendre un instant, la Jedi se concentra à son tour, parvenant sans trop de mal à créer une bulle les isolant du vent. Voilà. Mais avancer tout en maintenant cette protection lui demandait plus d'efforts. L'abri ne devait pas être loin. Il le fallait ! Quoi qu'il arrive, il était hors de question qu'elle abandonne Nahla, qu'elle la laisse mourir ici, même pour sauver sa propre vie. Mais si l'adolescente se laissait sombrer dans le sommeil, il était peu probable qu'elle arrive à en ressortir. La Chiss n'était pas une guérisseuse très douée ... redonner des forces à quelqu'un, c'était dans ses cordes, mais la sortir d'un coma, l'empêcher d'y sombrer définitivement, voilà quelque chose qui dépassait clairement ses compétences ! Et puis, la Miraluka pouvait elle aussi contribuer à les tirer de là. Grâce à sa vision si particulière ... elle pourrait mieux repérer un abri potentiel que la Chiss.

- Nahla. Désolée, mais je dois te ... huf ... demander quelque chose. Observe les alentours avec ta vision ... huf ... essaye de repérer un groupe de Tuskens. Ils doivent pas ... huf ... être loin, et s'abriter dans une grotte ... huf ... ou quelque chose du genre.

Il fallait que ses foutus pillards soient dans le coin, eux et surtout leur abri, leurs fournitures, et leurs médicaments. Elle ne pouvait pas échouer, pas lorsqu'une vie était sous sa responsabilité. Elles allaient s'en sortir. Quoi qu'elle doive faire pour cela ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Sam 1 Sep 2012 - 12:31

*La tête me tourne...*

Les pensées de la miraluka s'éteignaient les unes après les autres, tandis qu'elle sentait son énergie diminuer simultanément. Elle peinait à demeurer éveillée. Mais heureusement, bien que douloureusement, la chiss l'y aidait, lui parlant, la questionnant, et... la pinçant encore, sans douceur. Sans doute craignait-elle que si l'adolescente sombrait dans l'inconscience, elle n'en sortirait plus. Nahla ignorait si elle en était à ce point-là. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle avait mal, partout ou presque, et trop peu d'énergie pour tenir encore longtemps éveillée. Ses poumons lui brûlaient, sa peau aussi, tellement abîmée par le soleil, par endroits, qu'elle semblait prête à se faire la malle pour ne laisser que la chair à vif. Ses os lui faisaient mal, ses muscles, aussi, particulièrement au niveau des hanches, du bassin, des jambes et des bras. Qu'avait-elle donc bien pu faire pour se retrouver en pareil état? Elle ne s'en souvenait pas. Ses souvenirs demeuraient confus, pour l'instant, encore.

"Che... ne chais pas... kof... kof! Che... Ch'ignore... où che chuis... née..."

Drôle de sujet de conversation, en y pensant. Mais qu'importait? Le but étant de la faire tenir éveillée, l'inconnue en train d'essayer de la sauver faisait de son mieux, après tout, et c'était déjà louable, surtout au vu des conditions difficiles de ce sauvetage improvisé. Son bouclier faiblissant tout autant qu'elle-même, Nahla dut se résigner à le laisser tomber, sur ordre de celle qu'elle prenait pour une jedi. Celle-ci se chargea effectivement d'en créer un, plus solide, d'ailleurs, afin de les protéger jusqu'à ce qu'elles trouvent un abri. Abri que la dame demanda à l'adolescente de trouver, à l'aide de sa vision de Force. Évidemment, elle ne pouvait y voir, dans cette infernale tempête de sable. Nahla, elle, le pouvait. Il lui fallait juste parvenir à rassembler suffisamment de neurones encore en état de marche pour analyser les lieux et en retransmettre les informations à sa sauveuse.

*Des tuskens...?*

N'étaient-ce pas là des personnages près desquels il valait mieux ne pas se trouver? S'ils avaient un refuge contre cette tempête - ce qui était fort probable, en effet - ils ne le partageraient certainement pas avec des étrangers! Elles risqueraient surtout de se faire tuer par ces hommes des sables plutôt qu'aider! D'autant plus qu'ils savaient généralement bien se battre. Peut-être pas comme un jedi, mais tout de même. Nahla examina les alentours, et les repéra. Ils étaient plusieurs... mais elle ne parvenait pas à déterminer leur nombre exact, peinant déjà à simplement se concentrer pour analyser le périmètre de sa vision de Force, au travers tout ce sable, et dans son état.

"L... Là-bas... Mais... ils chont... nombreux, ch... che crois..."

Jedi ou sith, cette utilisatrice de la Force qui tentait de sauver leurs deux peaux devait bien le savoir, que ces gens étaient profondément xénophobes et agressifs, non? Dans tus les cas, entre mourir sous les rafales cinglantes du vent que le sable rendait aussi tranchant que des lames, et mourir des mains de ces tuskens, quelle différence? Sentant sa conscience la quitter de plus en plus sûrement, Nahla usa de ses dernières forces pour indiquer à sa compagne la direction de l'abri peuplé d'hommes des sables... puis elle sombra, épuisée, son esprit s'en retournant au pays des songes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Ven 7 Sep 2012 - 22:52

La Chiss retint de justesse un cri de soulagement lorsque Nahla lui indiqua soudain la présence d'un groupe de Tuskens, sur leur droite. Enfin ! Leur salut était juste à portée de main ! Puis son soulagement laissa la place à de l'angoisse, puis à de la détresse, devant l'affaiblissement progressif de la Miraluka. Sa voix diminua de volume, avant de s'éteindre, et sa poitrine se soulevait de moins en moins ... Par la Force, elle savait aussi que l'adolescente n'en pouvait plus. Qu'elle consumait ses dernières forces. La Jedi refusa de se laisser abattre, et accéléra l'allure, afin d'atteindre la grotte dont elle devinait l'entrée à quelques mètres devant elle. Elle se glissa silencieusement à l'intérieur, notant au passage que les Tuskens étaient tellement sûr d'eux, de la protection que leur valait la tempête, qu'ils avaient même négligé de poster des gardes à l'entrée ... En même temps, il était vrai que seule une folle aurait oser braver les éléments déchaînés. Ca tombait bien, la majorité des gens "civilisés" auraient classé la Chiss dans la catégorie des fous suicidaires !

Juste après l'entrée, la galerie formait un coude, duquel provenait des éclats de voix. Nombreux ... et proches. Autrement dit, la caverne ne devait pas être bien grande, et il était inutile d'espérer se faufiler discrètement afin de leur dérober le nécessaire pour remettre la petite d'aplomb. Tant mieux. Cela n'avait jamais été dans les intentions de la Jedi. Car elle avait aussi sa mission à accomplir. Récupérer l'holocron ! Et n'étant douée ni pour l'infiltration, ni pour la négociation, elle n'avait jamais envisagé de le faire autrement qu'en demandant. Pas poliment. Elle déposa délicatement la jeune évanouie contre l'une des parois, puis la regarda, si fragile, si vulnérable. Un air attendri et mélancolique fissura quelques instants le masque inexpressif plaqué sur les traits de la Chiss, puis se dissipa tandis qu'elle se préparait à l'inévitable combat. Négocier n'était pas dans les habitudes des pillards non plus ... Avec un petit soupir, elle agrippa son sabre, se releva et franchit d'un pas tranquille le virage de la paroi, se retrouvant d'un seul coup en pleine lumière, face à une vingtaine de Tuskens. Sans marquer la moindre peur, elle abaissa sa capuche et mobilisa ses quelques notions de leur langue pour lâcher d'une voix glaciale :


- Attaquez, et vous mourrez. Juré.

Les pillards marquèrent un long moment de surprise, avant de se jeter sur leurs armes en beuglant des insultes à son égard. La Jedi soupira à nouveau. Elle excellait dans l'art du combat, elle aimait même cet exercice physique, mais elle ne tirait aucun plaisir du fait de blesser ou de tuer les autres. Malheureusement ... comme bien souvent, ses adversaires du jour ne voudraient pas entendre raison. En même temps, elle avait conscience de ne pas être très persuasive. Doux euphémisme ... Elle alluma dès lors son sabre, se plaçant en posture d'attente, de type neutre-offensif. Son sabre pointé vers ses adversaires, comme un dernier avertissement. Et, comme de bien entendu, ils n'en tinrent pas compte avant de se jeter sur elle. C'était partit ...

*Bande de crétins suicidaires !*

En un clin d'oeil, la Jedi évacua toutes ses pensées parasites, se concentrant totalement sur le combat qui s'engageait. Exit, ses états d'âme, ses remords, et tout le reste. Une seule chose comptait. Survivre. Trois d'entre eux se jetèrent sur elle en braillant. Les plus jeunes, ceux qui voulaient prouver leur valeur. Les têtes brûlées. La Chiss se plaça aussitôt en garde, adoptant la posture du Soresu. Sa lame d'énergie bleue intercepta le premier alors qu'il levait son bras pour armer sa frappe, lui sectionnant net le membre au niveau du coude, puis continua à bouger pour trancher en deux le Gaderffii du deuxième. Une fraction de seconde plus tard, sa main libre heurta le plexus solaire du dernier, lui coupant le souffle. Sans lui laisser le temps de se reprendre, elle lui trancha la jambe, puis revint à celui qu'elle avait désarmé, bloquant de son avant-bras le coup de poing qu'il venait de lui décocher. Elle recula légèrement, puis lui asséna un coup de tête en pleine face, lui fracassant le nez. Alors que le Tusken reculait, oscillant sous la douleur, un uppercut du droit l'étala pour de bon.

Désormais, les mouvements des pillards restants étaient devenus plus prudents, circonspects. Ils avaient compris que leur proie était loin d'être vulnérable et inoffensive. Et merde ... Les choses s'annonçait plus compliquées. Et la situation devint encore moins favorable lorsqu'ils commencèrent à se déployer autour d'elle, en arc de cercle. Ils n'étaient pas qu'une bande de brutes sans cervelle ... Le chef. Il fallait qu'elle le repère et qu'elle s'occupe de lui. Sinon, elle était mal barrée ... Sa longue randonnée à travers le désert avait épuisé la majeure partie de ses réserves. Elle ne pourrait pas tenir plus de quelques minutes. Une seule solution s'offrait à elle. Ne plus retenir ses coups, quitte à tuer. Elle se concentra, mobilisant la Force pour former une protection autour d'elle. Juste à temps pour dévier les coups qui commencèrent à pleuvoir sur elle. Ils étaient plus coordonnés, attaquaient en groupe. Grâce à sa maîtrise du Soresu, la Jedi parvenait à en dévier la plupart, et même à placer une riposte par moments. Cependant, elle ne pouvait pas tous les intercepter.

Quatre de ses adversaires étaient déjà au sol lorsque la bulle qui déviait leurs attaques vola en éclat. La Jedi n'était désormais plus capable d'en invoquer une nouvelle, et elle avait récolté deux entailles sur le thorax. Sans oublier ce coup qui lui avait marbré les côtes ... Elle fit reculer ses agresseurs d'un large mouvement de taille, mais l'un d'eux en profita pour passer sous sa garde, lui meurtrissant l'épaule droite. Réprimant la douleur, elle l'abattit d'un Saï Cha, avant d'interposer la pointe de son sabre face au reste du groupe. Nouvel échange. Elle s'en tira avec trois profondes coupures, deux en pleine poitrine, juste au niveau du coeur, et une autre sur l'avant-bras gauche, tandis que deux nouveaux Tuskens s'effondraient. Elle dût changer son sabre de main, tout en remerciant sa quasi-ambidextrie. Elle se remit en garde, essayant de faire fi de la douleur qui la parcourait. Mais l'assaut qu'elle attendait ne vint jamais. Les pillards semblaient hésiter, face à leurs pertes. Et ils regardaient tous la même direction. Suivant leurs regards, elle le découvrit enfin. Leur chef. Rien ne le distinguait des autres ... si ce n'était son aura. Noirceur, violence, rage destructrice ... elle différait de celle qui émanait des autres Tuskens. Il s'agissait bien d'un apprenti Sith. Et ses derniers doutes furent dissipés lorsqu'il alluma son sabre, à la lame d'un mauve malsain. La Jedi pointa son sabre vers lui tant bien que mal, tout en grognant de douleur, puis aboya :


- Viens donc, pourriture. Arrête de t'abriter derrière tes toutous !

Bien sûr, il ne pouvait pas comprendre le Basic. Mais le ton méprisant et dédaigneux de la Chiss le frappa de plein fouet, dans sa fierté et son amour-propre. Il hurla de rage, puis fit un bon de plusieurs mètres pour se jeter sur elle, amorçant une frappe verticale vers la fin de son mouvement. Shas'naith'arida para avec son sabre, et elle en ressentit l'impact dans tout son corps. Quelle puissance dans ses coups ! Dans son état, elle n'en dévierait pas plus d'une demi-douzaine avant de devoir déclarer forfait. Ce combat ne pouvait plus durer, sinon, elle s'effondrerait purement et simplement. Elle parvint encore à le mettre en échec deux fois, et obtint rapidement la confirmation de ses hypothèses. C'était un débutant. De la force et de la rapidité, oui, mais aucune technique, ni aucune stratégie. Et elle pouvait retourner tout ça contre lui ... Elle se décida pour l'un de ses tours favoris, laissant apparaître une faille évidente dans sa garde, au niveau du ventre. Le Tusken se fendit aussitôt. Un Shiak. La réaction classique. Alors qu'il pensait l'achever, elle pivota sur elle-même, se décalant suffisamment sur le côté pour que la lame la frôle. Dans le même mouvement, le sabre bleu frappa l'homme prit par surprise au niveau du cou. Son expression de surprise et de colère était toujours figée sur ses traits lorsque sa tête heurta le sol.

La mort de leur chef avait mis en pièce le moral des pillards survivants. Impassible, la Jedi pointa son sabre vers le plus proche, en lui décochant un regard glacial. Le peu de courage qu'il lui restait fondit rapidement, et il s'enfuit vers l'entrée sans un regard en arrière, donnant ainsi le signal de la débandade. En une dizaine de secondes, la grotte se vida de toute présence tusken. Ne restait comme trace de leur présence que leur équipement, ainsi que les 8 cadavres gisant sur le sol de la grotte (en plus de quelques membres tranchés ...). Quelques battements de coeur plus tard, Shas'naith'arida se laissa tomber sur le sol de la caverne, son sabre s'échappant de ses mains. Elle avait bluffé. Elle n'aurait plus eu la force de lancer la moindre attaque ... Elle grogna de douleur. Ses blessures lui faisaient un mal de chien. Mais il fallait d'abord qu'elle s'occupe de Nahla. Sans même ramasser son arme, elle chemina jusqu'à l'endroit où elle avait déposé la Miraluka. N'ayant plus l'énergie pour la porter, elle se résolut à la traîner par les aisselles jusqu'auprès du campement tusken. Elle la déposa sur l'une de leurs couches, puis farfouilla dans leurs affaires jusqu'à trouver ce qu'elle cherchait. La "pharmacie". De l'onguent contre les brûlures, plus efficace que le sien ... Des potions pour lui redonner des forces ... D'autres onguents pour désinfecter et favoriser la cicatrisation ... Bref, tout le nécessaire ! Sans compter toutes les outres d'eau.

Elle entrouvrit la bouche de Nahla, vidant dedans le contenu d'une fiole qu'elle connaissait pour en avoir déjà fait l'expérience. Un goût proprement horrible, qui vous restait sur la langue pendant plusieurs heures, mais ça vous donnait un sacré coup de fouet ! Rien de tel pour s'assurer que l'adolescente ressorte de son coma. Le temps que la potion fasse effet, la Chiss s'éloigna un peu, tout en gardant un oeil sur la Miraluka. Puis elle se dévêtit, ne gardant que ses sous-vêtements, pour inspecter ses blessures. Les coupures étaient profondes, douloureuses, mais nettes. Elles cicatriseraient bien, pour peu qu'elles ne s'infectent pas. De même pour la contusion à l'épaule : elle s'en tirerait avec un beau bleu. Par contre, pour ce qui était de ses côtes ... Elle les pressa avec délicatesse, et lâcha un cri devant les pointes de douleur. Plusieurs devaient être fêlées. La Jedi s'empara d'une bande de tissu à proximité, et serra très fort, comprimant les côtes pour les empêcher de bouger, sans pouvoir s'empêcher de grogner de douleur durant l'opération. Elle haleta pendant un très long moment après, alors qu'elle s'efforçait de récupérer son souffle, puis s'empara du pot d'onguent et entreprit de l'appliquer sur toutes ses coupures ... De nouvelles cicatrices à prévoir, qui s'ajouteraient à son abondante collection ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Sam 8 Sep 2012 - 19:11

L'odeur de chair brûlée par la lame de la jedi autant que l'étrange mixture qu'elle avait fait ingurgiter à l'adolescente la firent revenir à elle, lentement, mais sûrement. Dans un premier temps, elle ne bougea pas, cherchant à se resituer. Difficile, dès lors, de deviner qu'elle n'était plus inconsciente. Un miraluka n'avait pas d'yeux à ouvrir en guise de signe de réveil à offrir à quiconque le guettait. Avantage parfois, inconvénient en d'autres cas. Mieux valait, pour un miraluka, ne jamais tomber dans le comas durant son sommeil. Les signes vitaux de ce dernier demeurant similaires, personne ne s'en apercevrait, pas même une machine. Ne resterait que le temps de "sommeil" étrangement prolongé en guise de signe de souci. En d'autres circonstances, en revanche, faire croire à l'ennemi que l'on est inconscient lorsqu'on ne l'est pas peut s'avérer pratique et fort utile...

"Hmmm...?"

Un faible gémissement émis par la frêle petite silhouette avertit la chiss qu'elle émergeait enfin. Portant une main à sa tempe, qui lui lançait douloureusement, Nahla grimaça, cherchant à se resituer. Où se trouvait-elle, déjà? Pourquoi? Comment? Que s'était-il passé? D'ailleurs, d'où venait-elle? De vagues notions d'identité lui avaient précédemment permis de donner à sa salvatrice son identité, mais sans plus. Des noms lui revenaient en mémoire, ainsi que des souvenirs du code jedi et de camarades padawans ou maîtres, mais l'ensemble demeurait flou dans l'esprit embrumé de la demoiselle ayant trop cuit aux impitoyables soleils jumeaux de Tatooine.

*Nahla Maluka, padawane... mais pour le reste... Bon sang, tout est flou et emmêlé dans ma tête!*

Tête agressée par une violente migraine d'ailleurs. Mais au moins était-elle encore en vie et parvenait-elle à penser, fut-ce de façon bien embrouillée. Et sa compagne? Nahla se souvenait avoir été ramassée par une femme à la peau bleue et aux étranges yeux rouges... Snaitha... Oui, elle lui avait dit s'appeler Snaitha. Mais elle n'en savait pas beaucoup plus à son sujet, sinon qu'elle devait probablement faire partie de l'ordre jedi, elle aussi. En effet, la dame portait un sabre laser, et connaissait la technique du bouclier de Force. De plus... l'état des huit cadavres jonchant le sol de la caverne ne laissait aucun doute sur le type d'arme qui avait causé leur perte. Et si cette Snaitha était une sith, alors... Nahla découvrirait bien assez tôt pourquoi elle l'avait sauvée au lieu de la laisser terminer ses jours dans cet impitoyable désert. Ce n'était pas vraiment dans les habitudes des siths de jouer au bon samaritain. Mais Nahla restait persuadée que tous n'étaient pas fondamentalement mauvais, et qu'il y avait toujours un moyen de faire ressortir du bon en chaque être.

"Shnai... tha...? Qu'est-che qui ch'est... paché...? Keuf!"

Une quinte de toux prit la petite jeune fille, la faisant se plier en deux sous la douleur, et gémir, avant de se redresser tant bien que mal, focalisant son esprit et sa vision de Force sur sa compagne. Elle n'était pas bien jolie à voir non plus! Son combat contre les hommes des sables l'avai bien mise à mal, et sur le coup, les deux filles auraient bien besoin d'un séjour en clinique!

"Che... chuis déjolée... Kopf, kopf! Che... Fff..."

Elle peinait toujours à parler, ce qui l'agaçait, mais mieux valait parler ainsi que de ne pouvoir parler du tout. Prenant sur elle, Nahla continua donc, s'efforçant de ne pas ressombrer dans une douce léthargie, tellement moins inconfortable à la conscience, lorsqu'on se trouve amoché comme elles l'étaient, toutes deux. La souffrance est toujours plus supportable dans le sommeil que lorsqu'on a conscience de cette dernière...

"Vous... vouliez parler... Che chuis... à vous!"

Nahla esquissa un sourire qui se voulait amusé, taquine, mais ses lèvres asséchées et brûlées s'entrouvrirent encore en petites crevasses sanguinolentes, l'obligeant à cesser de sourire rapidement.

"Vous... êtes chedi... n'est-che pas?"


La pacifiste padawane préférait fixer son esprit et le fil de la discussion sur ce sujet plutôt que sur les cadavres alentours. La violence lui répugnait toujours, quand bien même était-elle nécessaire, parfois...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Mer 12 Sep 2012 - 17:03

La Chiss était encore en plein étalage d'onguent lorsqu'elle entendit la Miraluka se mettre à gémir. Elle se dépêcha de venir à bout de son activité, pour se relever et accourir au chevet de Nahla. Enfin, c'était l'intention. A peine s'était-elle relevée que son corps se rappela à son bon souvenir. Les entailles étaient encore fraîches, provoquant des douleurs au moindre mouvement. Mais surtout, c'étaient ses côtes fêlées qui se montrèrent les plus acharnées à lui remémorer leur état. La Jedi manqua de se plier en deux devant la vague de douleur qui déferla à nouveau. Avec une pratique forgée par l'habitude, elle fit abstraction de cette douleur, la repoussant dans un coin de son esprit. Après tout, comme en témoignaient ces nombreuses cicatrices, ce n'était pas la première fois qu'elle se retrouvait dans un sale état ... et sûrement pas la dernière.

Néanmoins, elle s'efforça de se ménager, et se redressa doucement, sans à-coups, avant de marcher à petits pas vers l'adolescente étendue sur le sol. Bon, visiblement, la décoction avait fait effet ... parce qu'à peine réveillée, la petite se mit à débiter un flot de paroles, en dépit de la quinte de toux qui la secouait. Shas'naith'arida lâcha un petit soupir, désapprobateur. En parlant d'apprendre à se ménager, cette gamine avait visiblement encore pas mal de leçons à apprendre ! Et toujours cette fichue politesse ... pour quelqu'un souvent regardée comme frustre et mal éduquée, parce qu'elle jetait les bonnes manières et le protocole aux rats-womps dès qu'elle estimait que la situation l'exigeait, l'attitude de Nahla avait quelque chose d'incompréhensible ... et de profondément agaçant ! Parvenue à destination, elle se laissa tomber au sol, en tailleur, puis marmonna :


- Je pense que la discussion attendra largement que tu sois en meilleur état, non ? J'aimerais autant éviter de m'être casser le cul à te porter pour te voir claquer maintenant !

Tout en parlant, elle examina attentivement l'aura de sa protégée. Toujours affaiblie. Le plus urgent était de la réhydrater et de l'alimenter. Ensuite, appliquer l'onguent contre ses brûlures. Mais bon, il fallait s'assurer qu'elle se tienne tranquille. La ligoter aurait été une option amusante, mais plutôt stressante et douloureuse pour Nahka, aussi la laissa-t-elle rapidement tomber. Non, le mieux était sans doute de répondre à ses questions, tout en faisant le nécessaire pour qu'elle aille mieux. Et tout d'abord ... lui donner à boire ! La Chiss se tourna à demi, attrapa l'une des outres des Tuskens et la tendit à Nahla. Puis elle se traîna jusqu'aux affaires des Tuskens, et commença à farfouiller dedans, à la recherche de quelque chose de comestible. Elle ne craignait pas de tourner le dos à la Miraluka, alors même qu'elle ignorait son identité. Dans son état, celle-ci était incapable de faire quoi que ce soit de dangereux ... enfin, mis à part pour elle-même ! Elle commença à éparpiller des piles d'objets et de vêtements, puis se décida à répondre aux questions de sa compagne d'infortune sans s'arrêter de fouiller.

- Oui, je suis une Jedi. Inutile de te demander comment tu l'as deviné, hein ?

Les indices ne manquaient pas. Le sabre laser, les Tuskens morts dont les blessures correspondaient typiquement à cette arme, plus l'utilisation de la Force pour former un bouclier protecteur ... A ce niveau-là, n'importe qui de pas trop stupide aurait soupçonné la Chiss d'être soit une Jedi, soit une Sith ! Et normalement, les Sith ne sauvaient pas les inconnus à l'agonie rencontrés dans le déserts ! Enfin, à moins d'avoir un plan bien tordu derrière le crâne ...

*Ah ah ! Voilà qui devrait faire l'affaire !

Elle revint aussitôt auprès de Nahla, tenant un assortiment de lanières de viande séchée, ainsi que des morceaux de foie. Pas très ragoûtant, bien sûr, mais quand on avait faim, on bouffait ce qui se présentait ! Prélevant un couteau sur l'un des cadavres, elle les découpa en petits bouts, qu'elle disposa sur un morceau d'étoffe à côté de la convalescente. Elle y ajouta le pot d'onguent contre les brûlures, et déclara :


- Quand tu auras bu tout ce que tu veux ... mange un peu. Je sais pas ce que c'est comme viande, désolée. J'espère juste que t'es pas végétarienne, parce que c'est tout ce qu'il y a ! Ah, et pense à appliquer l'onguent sur tes brûlures.

Sans attendre la réponse de Nahla, Shas'naith'arida se mit debout et se dirigea vers là où elle pensait trouver l'objectif de sa mission. Le corps du chef Tusken. Elle le fouilla sans ménagements, et, après une affreuse période d'incertitude, fut soulagée de mettre la main sur un holocron. Elle le fourra aussitôt parmi ses affaires, dans une poche secrète de sa bure, puis en profita pour se rhabiller. Le contact du tissu sur ses plaies raviva ses douleurs, mais elle les jugula. Voilà, l'holocron était récupéré, et dissimulé. Sans se méfier franchement de Nahla, elle préférait que celle-ci n'approche pas l'objet. Même si elle n'était pas une Sith, il valait mieux lui épargner la tentation de l'activer. La curiosité était bien souvent le déclencheur de nombreuses catastrophes !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Lun 17 Sep 2012 - 13:45

La première remarque de la jedi à la peau bleue et aux yeux rouges fit sourire Nahla. Certes... Mais elle n'allait pas mourir pour avoir dialogué un peu, si? La seconde la fit également sourire. Les indices ne trompaient effectivement pas. Entre l'état des cadavres alentours, le fait qu'elle porte un sabre laser, le bouclier de Force de tout à l'heure, dans la tempête de sable, le fait qu'elle ait sauvé l'adolescente au lieu de la laisser à son triste sort ou de l'achever... Une sith n'aurait certainement pas agi ainsi. Restait les jedis gris, ou les siths blancs - oui, oui, il en existe, même s'ils sont extrêmement rares! - mais Nahla n'avait pas la tête à chercher la petite bête. Qui que soit cette femme, elle venait de lui sauver la vie.

"Merci."

Être reconnaissante, dans le présent cas, c'était la moindre des choses. Pour le reste, elle verrait plus tard. Du repos s'imposait pour toutes les deux. Elle but suffisamment pour ne plus risquer d'aggraver sa sévère déshydratation, tandis que Snaitha soignait et les brûlures de l'adolescente, et ses propres blessures. Puis, elle lui proposa à manger, de quoi reprendre des forces... et Nahla réprima avec peine une grimace. De la viande... Secouant négativement la tête, elle refusa aussi poliment que possible la nourriture présentée. Pas de chance: végétarienne, elle l'était effectivement. Avaler de la chair, pour Nahla, c'était hors de question.

"Che... suis désolée. Che chuis végétarienne... oui... Che ne peux pas... manger cha... P... pardon..."

Forcément, elle ne se sentait pas à l'aise. La situation de crise exigeait qu'elle ne fasse pas la difficile, et pourtant, elle se le permettait, alors que reprendre des forces s'imposait vraiment, là! Honteuse, Nahla rougit légèrement. Au moins avait-elle bu... Le temps qu'elles se reposent toutes deux et que la tempête passe, elles pourraient retourner au temple, en sécurité, se faire correctement soigner et récupérer de cette mésaventure, non? Le temple...? Eh, mais... Galian! Se redressant vivement, Nahla se souvint soudain de son tuteur et "mentor malgré lui". Que lui était-il arrivé, à lui? Depuis que son micro et son émetteur-récepteur l'avaient lâchée, Nahla ignorait ce qu'il advenait du vieux chevalier sensé interrompre la course, mettre les coupables aux arrêts, et la récupérer, elle. Il allait la chercher partout! Enfin, s'il ne lui était rien arrivé, à lui aussi, ce que bien sur, la padawane espérait sincèrement!

*Maître Amaliël... Pourvu que tout aille bien, de votre côté...*

Tout lui revenait en mémoire, lentement, mais sûrement. Il lui fallait contacter son tuteur au plus vite, prendre de ses nouvelles, et lui en donner de sa part à elle en retour. Oui, mais pour cela, encore fallait-il posséder un holocommunicateur ou une radio, un comlink, un quelconque moyen de communication encore en état de marche! Elle voulut questionner Snaitha à ce propos, mais à s'être trop vivement redressée, la tête se mit à lui tourner, et Nahla s'effondra, sombrant à nouveau dans l'inconscience, pour ne revenir à elle que plusieurs heures plus tard, alors que le soleil se cachait lentement derrière l'horizon, et que la tempête se fut enfin calmée. A présent, il faisait frais, dehors, suffisamment que pour se rendre au village le plus proche et de là, se rendre où elles auraient besoin d'aller, toutes les deux. Nahla ignorait les raisons de la présence de la chiss en ces lieux. Elle avait bien remarqué son manège, plus tôt, avec l'holocron, mais n'avait rien dit. Cela ne la regardait pas, après tout, si? Quant à elle, il lui fallait recontacter "son maître", le prévenir qu'elle était sauve, où elle se trouvait, etc.

"Shnaitha...? Vous... shen... sentez-vous mieux?"

Ses lèvres moins sèches que précédemment, Nahla parvenait enfin à s'exprimer plus ou moins correctement. Avalant quelques petites gorgées d'eau puisées dans l'outre que lui avait apportée Snaitha avant qu'elle ne sombre à nouveau dans les bégonias, la jeune fille déglutit, inspira profondément, puis ajouta la requête qu'elle n'avait pu formuler plus tôt, l'air inquiet.

"Possédez-vous une radio, un comlink ou un holocommunicateur en état de marche...? Il me faudrait contacter Maître Amaliël... Je... Je m'inquiète pour lui." avoua-t-elle. Au moins, ces paroles confirmaient à Snaitha ses doutes concernant la petite demoiselle: elle était bel et bien padawane. Quant au pourquoi de l'absence d'arme à sa ceinture, sans doute l'état dans lequel elle l'avait trouvée, agonisante en plein désert, n'y était-il pas pour rien? Après tout, la chiss ignorait ce qui lui était arrivé, encore, exactement. Peut-être quelque ennemi s'en était-il pris à elle et son maître, raison pour laquelle ils avaient été séparés, pour laquelle Nahla se retrouvait désarmée, et pour laquelle elle s'inquiétait à présent pour ce "Maître Amaliël"...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Lun 24 Sep 2012 - 6:43

Shas'naith'arida secoua la tête, l'air perplexe. Il y avait beaucoup de choses qu'elle était incapable de comprendre dans la galaxie, elle en était largement consciente, et les habitudes végétariennes en faisaient partie. D'un point de vue nutritionnel, ce n'était pas l'idéal, et les arguments moraux ou éthiques lui paraissaient vides de sens. Le respect de la vie ? Parce que les plantes n'étaient pas vivantes, elles ? Non, vraiment, ça la dépassait complètement ! Son visage afficha une moue réprobatrice, mais elle ne prononça pas le moindre mot. La bestiole était déjà morte, de toute façon ! Alors ça changeait quoi de la bouffer ? Et se laisser mourir de faim ne la ferait pas revenir à la vie ! Enfin ... elle finirait bien par revenir à la raison, lorsque son estomac la tourmenterait. Sinon, la Chiss en serait réduite à la gaver de force. D'accord, elle n'en tirerait aucun plaisir, mais elle le ferait sans hésiter, si la survie de Nahla en dépendait !

Alors qu'elle s'efforçait de réfléchir à la suite du programme, la Miraluka se redressa dans un sursaut. Aussitôt, la Jedi tendit le bras pour la forcer à se rallonger. Dans son état, ce n'était vraiment pas ... et voilà, elle retombait dans les pommes ! Franchement, cette gamine lui donnait du fil à retordre pour la maintenir en vie ! En soupirant une fois de plus, la Chiss vérifia l'état de celle-ci. Bon. Ses forces commençaient à revenir, elle s'était plus ou moins réhydratée, et ses brûlures devraient cicatriser plus que correctement après l'application de l'onguent. Mais il fallait qu'elle mange, bordel ! Bon, elle lui expliquerait ça à son réveil. En attendant, elle mettrait ce temps à profit pour faire un rapide tri parmi les affaires des pillards, prélevant tout ce qui pourrait être utile aux deux femmes pour regagner des zones plus "civilisées". Au moins, il fallait reconnaître aux Tuskens qu'ils savaient bien s'équiper pour affronter le désert !

Shas'naith'arida profita du temps mit par Nahla pour bricoler tant bien que mal un traîneau rudimentaire. Si jamais l'adolescente se révélait incapable de marcher au réveil, hé bien ... elle la traînerait là-dessus. Au final, ça serait moins éprouvant pour la Jedi que de la porter sur ses épaules ! Et, vu l'état de Nahla, il était probable qu'elle doive y recourir ! D'autant plus qu'il était hors de question de s'attarder plus que nécessaire. Les Tuskens survivants pouvaient revenir, ou une autre bande débarquer ... voire d'autres bestioles plus dangereuses encore ! Bref, dès la nuit tombée, elles se remettraient en route. Avec un peu de chance, elles atteindraient le point de départ de la Chiss, un village qui se remettait d'une attaque de la bande lorsqu'elle en était partie, avant la mi-journée. A condition qu'il n'y ait pas d'autres tuiles sur leur chemin ! Comme une autre bande de pillards, un dragon Krayt en maraude, ou ...

Le son de la voix de Nahla interrompit cette longue énumération des dangers potentiels, et la Chiss revint aussitôt au chevet de la Miraluka. Sa question lui arracha un petit sourire amusé. Incurable. Alors qu'elle était revenait de loin, elle persistait à se préoccuper d'abord de la santé des autres ! Oh, ça allait plutôt bien pour la Jedi, qui avait connu largement pire. Les coupures faisaient mal, mais étaient sans gravité. Il fallait juste qu'elle ménage ses côtes fêlées. Point. La douleur, elle la supporterait, comme elle en avait l'habitude. Tout était une question de contrôle, et de volonté ...


-Mieux que toi, Nahla ... enfin, ça m'a déjà l'air d'aller mieux de ton côté, nan ? Enfin j'espère, parce qu'il va falloir qu'on se remette en route, la nuit va tomber d'ici peu de temps !

Tout en parlant, la Jedi ramassa les affaires qu'elle avait rassemblées et les ramena auprès de la Miraluka étendue au sol, ainsi que le traîneau. En entendant sa nouvelle question, elle esquissa un sourire désolé, puis secoua la tête. Elle fouilla alors dans l'une des poches de sa bure, puis en sortit un communicateur en pièces. Le coup de masse qui lui avait frappé les côtes avait aussi rencontré l'appareil en cours de route. Inutile de faire le moindre commentaire là-dessus ... l'état de l'objet parlait de lui-même. Mais les paroles de Nahla confirmaient ce qu'elle avait pressenti la Chiss : c'était bel et bien une Padawan. Elle disait la vérité, c'était sûr et certain. Par contre maintenant que l'adolescente lui avait enfin avoué la vérité, Shas'naith'arida se sentait enfin autorisée à poser les questions qui lui brûlaient les lèvres depuis qu'elle l'avait secouru.s Non pas sur sa mission, cela ne la regardait pas vraiment, mais plutôt sur la raison de sa présence, seule et désarmée, sur une planète aussi dangereuse !

- Nahla ... si tu es une Padawan, je peux savoir où est ton sabre ? Ton maître t'a pas envoyé au casse-pipe sans moyen pour te défendre, j'espère ? D'ailleurs, où-est-il ? J'aurais deux-trois mots à lui dire ...

Elle eut aussitôt honte de sa sortie, et se concentra sur l'essentiel pour le moment : regagner le village, avec une Nahla vivante, si possible ! D'ailleurs, en parlant de ça, elle avait justement quelque chose à faire. Elle se saisit d'une des lanières de viande; et l'agita sous le nez de la Miraluka, puis déclara d'un ton neutre, sans émotions :

- Par contre ... tu vas manger ce truc, sinon je te le fais avaler de force ! Ecoute, c'est bien gentil d'être végétarien, mais là, tu vas crever d'inanition à ce rythme !

Le ton employé par la Chiss, son regard noir, indiquait bien qu'elle ne plaisantait pas quand elle parlait de gavage ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Sam 29 Sep 2012 - 20:53

La moindre des choses qu'on pouvait dire de la femme à la peau bleue ayant sauvé la jeune miraluka, c'était qu'elle était sacrément bourrue. Gentille, mais brusque. Nahla sourit doucement, ne lui en tenant aucunement rigueur. Après tout, elle lui devait la vie! S'offusquer des manières de Snaitha et de son manque de douceur représenterait un manque de respect inimaginable de la part de la miraluka, au vu de ce qu'elle lui devait! Et puis, ce côté un peu sauvage possédait quelque chose d'amusant.


*Reprendre la route...? Dans cet état? Je ne sais pas si j'en serai capable...*

Elle se sentait mieux que durant la précédente après-midi, à cramer en plein soleil puis à subir la tempête de sable, pour sur! Les onguents de la chiss agissaient, lentement, mais sûrement. Ce qu'elle lui avait fait avaler pour la requinquer, lui redonner un peu de punch, également. Mais il n'existait de remède miracle à aucun mal, et il faudrait plusieurs jours à Nahla - comme à Snaitha d'ailleurs, très certainement - pour se remettre réellement d’aplomb. La santé naturellement plus fragile de la jeune miraluka n'étant pas pour aider, dans l'histoire, l'adolescente se sentait totalement incapable de parcourir à pieds la distance qui devait les séparer d'un village, quel qu'il fut. Elle manquait de forces, et ses blessures ne lui permettraient pas de marcher sur une si longue distance, pas plus que la chiss ne pourrait la tirer avec ses côtes fêlées et ses autres blessures. C'était pure folie que de s'imaginer le contraire! Oh, bien sûr, la jedi ne pouvait décemment pas abandonner la padawane ici, ainsi, seule et désarmée, dans cet état. Mais avaient-elles vraiment le choix? Il fallait bien que l'une d'elles aille chercher de l'aide. Et Nahla, trop jeune, inexpérimentée, désarmée et faible, en serait incapable. En étant bien consciente, elle savait déjà quelle était leur unique option...

"Je n'ai pas de sabre... et ce n'est pas le fait de mon Maître. je... je n'ai pas de Maître. Maître Amaliël est mon tuteur légal, et m'emmène quelquefois en mission, mais... Disons que c'est fort rare, d'une part, et que... ce n'était pas prévu que je me retrouve ainsi embarquée dans celle-ci."

Comment l'expliquer autrement? Nahla évoluait plus ou moins seule, et sinon, sous la tutelle des maîtres enseignant aux novices en général. Elle n'avait pas de mentor particulier. Galian Amaliël lui donnait bien quelques leçons, les rares fois où il passait la voir au temple, mais sans plus. Le reste du temps, la padawane demeurait fort livrée à elle-même, et ne pouvait compter que sur l'aide des jedis enseignant aux cours, mais n'ayant pas le temps de la prendre sous leur aile en tant qu'apprentie officielle, attitrée. Nahla était une padawane sans maître. Et une padawane sans arme, à ce qu'elle en disait... La chisse devait se demander quelles étaient encore ces histoires, voire ces salades... Mais avaient-elles le temps de papoter avenir de padawane pacifiste et sans maître? Pas vraiment. Comme l'avait fait remarquer Snaitha, la nuit tombait. La fraîcheur de la nuit serait idéale pour joindre au plus vite un village et revenir en speeder. Quant à cette histoire de viande... L'adolescente secoua doucement la tête en signe de négation.

"Je ne peux pas manger de viande. Je suis allergique aux protéines animales. Je ne peux rien manger qui en contient sans risquer le choc anaphylactique. Et je doute que ces tuskens aient quelque réserve alimentaire qui n'en contiennent pas, hélas..."

Un pâle sourire aux lèvres, elle désigna la sortie de la grotte d'un petit geste de la main.

"Je crois que vous devriez filer sans vous encombrer ni de ce traîneau, ni de moi. Vous iriez bien plus vite et joindriez rapidement un village, d'où vous pourriez revenir avec un speeder, un holocommunicateur en état de marche, et si vous en trouvez, quelques fruits ou légumes... Je... je ne crois pas que je pourrai marcher. Pas sur une si longue distance... Quant à me traîner encore sur votre dos ou sur ce traîneau, c'est... de la folie, Maître."

Elle avait raison et le savait. Quant aux tuskens... Snaitha venait de les dégommer. Et vu leur nombre, ce serait vraiment une sacrée malchance que d'autres viennent occuper la grotte cette nuit-là. De plus, la jedi irait tellement vite, si elle ne s'encombrait pas de la padawane, dans la fraîcheur de la nuit tombée et en l'absence de tempête de sable, désormais, qu'elle ne devrait pas mettre plus de la moitié de la nuit à rallier le village le plus proche. Si elle prenait Nahla avec elle, en revanche, qui savait combien d'heures supplémentaires elle mettrait à atteindre un lieu habité où trouver du secours et ce dont elles avaient besoin? Nahla l'handicaperait bien plus qu'autre chose, c'était certain.

=====================

[HRP: Désolée pour le temps de réponse! X_x]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Jeu 4 Oct 2012 - 17:03

Comment ça, elle n'avait pas de sabre ? Et pas de Maître non plus, à son âge ? Shas'naith'arida n'en croyait pas ses oreilles. Consciente qu'elle n'avait pas le temps de creuser le sujet, elle se contenta de bougonner tout en rassemblant leurs affaires. Il fallait vraiment qu'elles partent au plus tôt. Et v'là qu'elle était allergique aux protéines animales, en plus ! Non, là, c'était vraiment le bouquet ... La Chiss poussa un profond soupir, et répliqua, d'une voix lasse :

- Soit ... je cède sur la viande. Faut avouer que l'allergie, c'est la première fois qu'on me fait le coup !

Elle se détournait pour finir les préparatifs lorsque les paroles suivantes de l'adolescente la figèrent sur place. Pardon ? Elle lui demandait de l'abandonner sur place, dans son état ? Si faible que même un rat-womp aurait le dessus sur elle, d'autant plus qu'elle n'avait pas d'arme ? Certes, elle irait plus vite, mais si c'était pour retrouver un cadavre à son retour, c'était absolument hors de question. Jamais, au grand jamais, elle n'abandonnerait quelqu'un derrière elle, même si c'était soi-disant plus raisonnable, plus logique. Son visage se contracta, ses traits figés dans une expression butée, et elle se retourna brusquement pour allonger une taloche à Nahla. La seconde d'après, elle explosa, atteignant un niveau sonore proche du hurlement :

- Ah oui ? Et si les Tuskens survivants se pointent pour récupérer leurs affaires,? Et si un prédateur se pointe dans cet abri ? Un dragon Krayt, tiens, par exemple ! Tu tiens à ce point à crever ici, sans revoir ceux qui te sont chers ? Autant t'empaler sur l'un des Gaderffii, yen a plein !

La Jedi parvint à reprendre le contrôle d'elle-même, et balança une pile de couvertures à l'adolescente, dans un geste encore chargé de colère. D'une voix tout aussi colérique, mais moins fort, elle ajouta :

- Monte sur le traîneau et couvre-toi avec ça, histoire de pas crever de froid. Et si tu parles encore de rester ici, juré, je te ligote sur le traîneau ! C'est clair ? Oui, je suis folle, si ça veut dire refuser de te laisser derrière !

Sans un mot de plus, elle récolta autant d'outres d'eau que possible, en passa trois en bandoulière autour d'elle, puis déposa les autres sur le petit traîneau. Elle espérait que la Padawan obtempérerait, sinon, elle tiendrait parole ! Elle ne la laisserait pas commettre ce qui était de fait un suicide, même si cela impliquait devoir aller contre sa volonté !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Sam 6 Oct 2012 - 14:52

"Désolée..."

Un sourire confus aux lèvres, Nahla n'avait rien pu répliquer d'autre concernant "le coup de l'allergie". Elle n'y pouvait rien, hélas! C'était ainsi. Depuis toujours, Nahla possédait une santé fort fragile, et cette allergie, contre laquelle elle avait déjà testé plusieurs traitements, en vain, n'aidait pas à la rendre plus solide, forcément. Au moindre pépin, la moindre maladie, un refroidissement, ou même simplement, lors de ses menstruations, elle souffrait très rapidement d'anémie et devait toujours faire fort attention à ne pas faire d’hypoglycémie, aussi. Heureusement, la nature proposait suffisamment de variétés de fruits, légumes et autres plantes comestibles pour parer à cela. Sans compter la technologie et les miracles de la chimie. Chaque matin, Nahla avalait plusieurs sortes de vitamines condensées et autres compléments alimentaires indispensables pour préserver sa santé. Mais ce matin, elle n'avait pas pu s'offrir ce luxe...

Ainsi, donc, la chiss ne pouvait que céder, comme elle disait. Si elle s'obstinait et faisait manger de force de la viande à la padawane, elle l'exposait surtout et avant tout à un violent choc anaphylactique. Et dans leur situation, cela n'aurait vraiment pas été une bonne idée, à moins de vouloir l'achever plus ou moins rapidement, et... douloureusement.

"Ah!!!"

La jedi venait de lui envoyer une gifle, et Nahla, par réflexe, porta la main à sa joue endolorie. Quelle mouche la piquait donc, de la frapper ainsi??? Qu'avait-elle dit ou fait de mal, méritant pareille correction? Snaitha répondit à ces interrogations assez rapidement, l'air strict, sévère, impitoyable, et Nahla déglutit. Elle avait pensé bien faire, en proposant cela. Pour elle, c'était... logique. Et la jedi qui semblait tellement... en colère! Un jedi en colère. "Il n'y a pas d'émotions, il n'y a que la paix. Il n'y a pas de passion, il n'y a que la sérénité." Snaitha avait-elle omis cette partie du code? Ou bien avait-elle juste subi des moments bien trop pénibles, ces derniers jours, ou temps, qui l'auraient rendue aussi... irritable et brusque? Nahla l'ignorait. Après tout, elle ne la connaissait pas. Dans tous les cas, penaude, elle ne put que recevoir les couvertures dans les bras, chutant presque en arrière sous le poids de ces dernières, face à son actuel état de faiblesse. Déglutissant, elle se releva tant bien que mal, trébuchant, vacillante. Non, vraiment, elle n'aurait pas pu marcher jusqu'au village le plus proche. Elle manquait bien trop d'énergie.

Honteuse, coupable, mal à l'aise, l'adolescente s'installa donc sur le traîneau improvisé, s'y recouvrant des couvertures, dans lesquelles elle s'emmitoufla au mieux, obéissant à la jedi sans plus rechigner. Elle culpabilisait de ne pouvoir marcher, et d'imposer cela à sa compagne. Mais que pouvait-elle faire d'autre? Et puis, cette agressivité... Nahla avait l'impression d'avoir insulté la chiss, de l'avoir vexée, ou... elle ne savait pas trop. Et puis, si beaucoup se montraient dédaigneux, moqueurs envers elle, ou l'ignoraient tout simplement, la trouvant trop cruche, naïve, idéaliste ou autre, Nahla n'avait vraiment, mais alors vraiment pas l'habitude d'une telle agressivité à son encontre. Elle pensait que c'était de sa faute, qu'elle avait du le mériter d'une manière ou d'une autre, et cherchait, mentalement, comment se faire pardonner, sans vraiment trouver.

"Je... n'ai jamais voulu sous-entendre que vous abandonniez les gens derrière vous, M... Maître Snaitha... Pardonnez-moi si je me suis mal faite comprendre. Je... Je suis désolée."

Sa voix, toujours un peu rauque malgré l'eau bue après avoir précédemment cuit aux soleils, retrouvait malgré tout sa tonalité habituelle, douce et humble, polie, agréable à entendre. Sans doute la voix de la jeune padawane devait-elle faire merveille, utilisée pour chanter des berceuses, par exemple, ou pour apaiser un enfant, ou même un animal effrayé! Mais pour l'heure, le ton était surtout coupable et désolé, penaud. Elle baissa le visage, serrant doucement les couvertures contre elle en frissonnant un peu. Oui, la nuit tombant, il commençait à faire bien frais, et ces couvertures la protégeraient. Après les brûlures sous les feux ardents des soleils jumeaux de Tatooine, Nahla ne tenait pas à finir gelée dans ce même désert, après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Mer 17 Oct 2012 - 12:57

Sa colère avait du mal à retomber. Mais les excuses de Nahla l'avaient mise sur le grill. Elle savait qu'elle s'était montrée injuste et brutale. Et cela gênait d'autant plus Shas'naith'arida qu'elle ne se l'expliquait pas. D'accord, ceux qui n'attachaient aucune importance à leur propre existence l'énervaient. Mais pas à ce point, d'habitude. Pas au point de dépasser son contrôle sur ses émotions. Elle fit une brève et rapide introspection. Il n'y avait pas seulement de la colère ... mais aussi de la douleur. De la tristesse. L'image fugitive d'un vaisseau en flammes apparut devant ses yeux, le temps d'un battement de coeur. Pour être aussitôt repoussée face à la souffrance qu'elle faisait naître en elle. La Jedi vacilla pendant quelques secondes, hébétée.

*Que ... qu'est-ce que c'était ? Je ... ça vient d'où ? Je ne me souviens ... de rien de ce genre ...*

Elle s'ébroua, se forçant à se ressaisir. Il était temps de se mettre en route. Au moins, la colère avait disparu, remplacée par ... par un sentiment de vide. Comme si elle venait de se rendre compte qu'une part d'elle-même lui avait été arrachée. Morose, elle se saisit des cordes du traîneau et commença à le tirer, ignorant les grognements de douleur de ses côtes. Elle avait déjà survécu à pire, se répéta-t-elle en boucle dans sa tête, comme un mantra. Arriver à destination. Avant que les soleils ne recommencent à cogner. C'était son seul objectif. La sortie de la grotte se déroula sans encombre ... du moins, jusqu'à ce qu'ils commencent à s'en éloigner. Elle les sentit approcher. Les survivants. Ils étaient encore loin, mais plus pour très longtemps. Et les affronter serait pour le moins délicat, vu son état et celui de Nahla ... Utiliser une petite astuce s'imposait. Elle arrêta de tirer le traîneau, et chuchota à Nahla :


- Nahla, bouche-toi les oreilles. Vraiment.

Shas'naith'arida prit une profonde inspiration, puis ouvrit la bouche et un hurlement inhumain en sortit, heurtant ses tympans et faisant aussitôt déguerpir les pillard Tuskens en approche. Le cri d'un dragon Krayt. Le prédateur le plus dangereux de ce foutu désert. Sans attendre qu'ils ne se ressaisissent, la Chiss agrippa les cordes et tira encore plus fort, accélérant l'allure tant bien que mal, malgré le sable traître qui se dérobait sous ses pas. Plusieurs minutes s'écoulèrent avant qu'elle ne ralentisse, assurée d'avoir mit suffisamment de distance entre eux. Elle se mit à marcher au pas, pour retrouver son souffle. Puis, sans se retourner, elle elle laissa tomber, d'une voix hésitante :

- Nahla ... désolée pour toute à l'heure. Je ... j'aurais pas dû faire ça.

son visage prit une teinte violette, et elle se tut devant l'embarras qui la submergeait. Honteuse. Après une petite éternité d'un silence interrompit seulement par ses bruits de pas et le crissement du traîneau sur le sabre, elle ajouta :

- Juste ... ne méprise ta vie comme ça. C'est trop précieux pour être gaspillé sans raison.

Ceci dit, la Jedi se replongea aussitôt dans son mutisme, faisant le vide dans son esprit. Il fallait qu'elle se concentre à fond sur son environnement, qu'elle soit prête à réagir au moindre signe de danger, au plus petit message de son instinct. Il leur restait encore un sacré parcours avant d'être en sécurité, et nombre de dangers pouvaient se dissimuler derrière les dunes et canyons de Tatooine ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Lun 5 Nov 2012 - 10:23

S'étant bouché les oreilles lorsque Snaitha le lui avait demandé, la padawane n'entendit que sourdement le cri qu'elle imita alors. Vachement bien imité d'ailleurs! Où donc cette femme avait-elle appris à imiter de la sorte le cri de cet animal? Et où puisait-elle la force et le coffre nécessaire pour le rendre aussi crédible? Étonnée, impressionnée, la padawane aurait écarquillé grand les yeux si elle en eut possédé.

"Vous... faites un impressionnant dragon krayt, dites-donc!" la taquina-t-elle alors, se permettant un peu d'humour malgré leur délicate situation. Elle se sentait mal... tellement mal! Non seulement physiquement, mais, aussi et surtout, moralement, culpabilisant d'être ainsi un poids, une entrave pour cette jedi. Mais elle n'osait plus lui conseiller de la déposer dans un abri quelconque, quelque part, pour alléger sa tâche et qu'elle puisse plus rapidement aller quérir l'aide dont elles avaient toutes deux besoin. La gifle de tout à l'heure avait bien suffit à lui faire comprendre qu'elle n'avait plus intérêt à l'ouvrir pour ce genre de proposition... Cela dit, après un long moment de marche, une fois les deux filles éloignées du repaire des tuskens, Snaitha présenta ses excuses à la padawane pour sa précédente réaction. Surprise, Nahla lui sourit finalement, ne lui en voulant pas.

"Vous n'avez rien à vous reprocher, et je ne vous en veux absolument pas, Maître Snaitha. Quant à ma vie..."

La gaspillait-elle? Non. Nahla en prenait soin, de son mieux. Elle n'avait jamais voulu mourir, ni se laisser mourir ou autre. Lorsqu'elle avait suggéré à la chiss de la laisser en arrière, c'était parce que cela lui semblait logique; ainsi, elle aurait plus aisément et rapidement trouvé de l'aide. Là, elle qui était déjà blessée se faisait plus de mal encore en traînant la padawane derrière elle! Certes, les tuskens pouvaient revenir à tout instant. Et ils étaient revenus. Du moins, d'autres étaient venus, car les premiers... Snaitha les avait légèrement mis... hors d'état de nuire. Mais elle aurait pu cacher Nahla dans un recoin de la caverne, quelque part, là où ils n'auraient pas cherché de présence. Surtout qu'ils ne maîtrisaient pas la Force, et n'auraient donc peut-être même pas senti sa présence, tout simplement.

"Je ne la méprise pas, et je sais qu'elle est précieuse, tout comme toute autre vie d'ailleurs. J'en prends soin, ne vous en faites pas. Peut-être pas de la manière dont vous le feriez, mais j'en prends soin, je vous assure. Sinon, je ne serais déjà plus de ce monde, avec ma santé en papier-mâché, haha!" parvint-elle même à dire en riant légèrement, avant de cesser et de grimacer, la douleur lancinant à nouveau. Désolée, elle se tut alors, cherchant à se reposer, reprendre des forces. Non pas qu'elle profitât du labeur douloureux de la chiss qui la tirait, mais surtout, Nahla en avait besoin, et ne voulait pas que la chiss se donne tout ce mal pour rien. Si elle prenait la peine d'agir ainsi et d'endurer ces souffrances, c'était pour que Nahla aille mieux, s'en sorte. Aussi la padawane se laissa-t-elle sombrer dans l'inconscience, reprenant quelques forces dans un sommeil plus ou moins réparateur. Ce qu'il lui faudrait, une fois en lieu sur et civilisé, ce serait une nourriture adaptée surtout, n'ayant pas pu se nourrir au repaire des tuskens, elle.

Lorsqu'elle revint à elle, Nahla se trouvait dans un lit, dans ce qui ressemblait à une infirmerie, mais ses sens, encore trop endormis, ne lui permettaient pas de se resituer davantage. Une perfusion la réhydratait et lui apportait les nutriments dont elle avait besoin. Était-elle dans l'infirmerie d'un village? D'un vaisseau? Elle n'en savait trop rien. Ce n'était pas celle du temple jedi, en tous cas; elle l'aurait reconnue, vu le temps qu'elle y passait régulièrement!

*Maître Snaitha...?*

Où était passée la jedi à la peau bleue et aux étranges yeux rouges? Nahla la chercha, de sa vision de Force. Avec, elle pouvait même voir à travers les murs; ça avait son c ôté pratique. En l'occurrence, elle voulait savoir si Sniatha allait mieux, avait pu se faire soigner, elle aussi. Elle voulait être rassurée sur l'état de la chiss, et la remercier. Elle lui devait la vie, après tout! Après, il lui faudrait aussi contacter Galian. Le vieux chevalier allait-il bien? Mine de rien, il devait se faire un sang d'encre. Et vice versa, Nahla s'inquiétait pour lui. Il n'était pas venu, pas intervenu lorsqu'il aurait du le faire, lors de leur mission. Pourquoi? Lui était-il arrivé quelque chose? Dès qu'elle pourrait utiliser un holocommunicateur, Nahla tenterait de le joindre et en aurait alors le coeur net. Pour l'instant, elle ne pouvait qu'à peine bouger, trop faible, encore.

"Maître Snaitha...?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   Dim 18 Nov 2012 - 21:34

Les mots de la Miraluka touchèrent une partie sensible de la Chiss. Du soulagement. Même si Snaitha était tellement concentrée sur sa route qu’elle chassa aussitôt ce sentiment d’une pichenette mentale, il lui fit du bien. Elle repartit d’un pas plus léger, les sens en éveil. Du sable. Encore, et encore. Qu’est-ce qu’elle pouvait détester ce sol traître et handicapant … Avancer. Elle devait avancer, avant que le jour ne se lève et que ces deux foutus soleils ne recommencent leur agression. Ses côtes, son épaule et le reste de son corps meurtri déversaient des vagues de souffrance en elle. A croire qu’ils faisaient un concours aussi stupide que dangereux ! Elle devait les ignorer. Continuer à progresser.

La gamine était retombée dans les pommes. Ce n’était pas plus mal. Elle avait besoin de se reposer, après tout. Non, elles avaient toutes deux besoin de se reposer, rectifia la Chiss avec un petit sourire. Sauf qu’il fallait bien que quelqu’un s’occupe de rallier le village … et vu leur corpulence respective, il valait mieux que ce soit Snaitha qui tire Nahla que l’inverse ! La situation aurait vraiment été catastrophique, si elles avaient dû en arriver là !

Leur duo hétéroclite arrivait à proximité du canyon lorsque la Chiss décida d’une petite pause. Elles avaient bien avancé. Une pause d’un petit quart d’heure était non seulement possible, mais aussi souhaitable, si elle voulait continuer à avancer. Et se concentrer pour soigner un peu ses côtes. Le plus important. Son épaule meurtrie, ses multiples coupures ne l’handicapaient pas pour continuer. Mais, dans ces conditions, sans pouvoir se plonger dans une transe profonde, elle ne put que les consolider, de manière précaire. Le moindre choc serait problématique … Assise sur le sol, elle se permit d’admirer le ciel. Voilà pourquoi elle ne regrettait pas de passer son temps en mission, loin de cette prétendue civilisation. La beauté de la nature, sauvage, indomptée. Dangereuse et si belle à la fois. Comme ces étoiles, jamais aussi magnifiques que lorsqu’elles brillaient sans lumière artificielle pour en atténuer l’éclat … Bien sûr, la solitude lui pesait parfois … mais il y avait des peuples, des individus, qui savaient vivre en symbiose avec. La respecter, s’y adapter, sans chercher à tout dénaturer ou contrôler. Voilà bien une chose qu’elle avait du mal à comprendre, cette obsession du contrôle. Sur soi-même, sur ses sentiments, oui. Sur son environnement ?

*Allez, ma vieille, c’est bien beau tout ça, mais faut se remettre en route !*

La progression se poursuivit, monotone. Sans le moindre signe de présence hostile ou amicale. Quelques animaux, bien sûr. Rats-womp, Urusai, Banthas, d’autres moins connus, et même un jeune dragon Krayt, qu’elle contourna avec précaution. Mais il n’y avait personne pour lui parler. Et ses forces commençaient à s’épuiser. Sans rien pour fixer son attention, celle-ci se mit peu à peu à vagabonder. Elle ne ralentissait pas pour autant. Mais elle n’avançait plus que par automatisme. Sans la moindre conscience du temps qui s’écoulait. Un pied devant l’autre.



***


La Chiss se laissa tomber sur les fesses. Nouvelle pause. Elle savait maintenant qu’il lui serait difficile d’atteindre le village avant que les soleils ne rentrent à nouveau dans la danse. Alors, que faire ? Elle s’apprêtait à quitter le canyon, seul endroit où trouver un abri contre le soleil. Devait-elle parier sur une arrivée à destination malgré tout, ou rester sur place une journée de plus ? Nahla ne supporterait peut-être pas une nouvelle demi-journée d’inanition et d’absence de traitements médicaux ... Mais la chaleur du soleil lui serait aussi fatale, si elle la supportait trop longtemps … Dilemme cruel et délicat …

*Bordel, Nanda, j’ai besoin de toi, là ! Vraiment !*

Au même moment, son communicateur se remit à grésiller. La Chiss écarquilla les yeux. D’une main fébrile, elle l’activa, retenant de justesse un cri de joie lorsqu’elle entendit la voix féline qui jaillit de l’appareil. Une voix amicale. Enfin. Et pas n’importe laquelle …

- Hey, Snaitha, besoin d’aide ?

- Nanda, j’ai besoin d’une évac’ ! D’urgence !

[i]Snaitha se concentra aussitôt, cherchant à guider son amie par un contact télépathique. La Force soit louée, Nanda n’était pas comme elle : la Cathar était une pilote hors pair … Une fois le signal capté, son amie serait sur place en très peu de temps ! Inutile d’ailleurs de lui demander comment elle avait su qu’il lui fallait de l’aide. Entre ces deux solitaires, amies depuis l’arrivée de la Chiss au Temple, habituées aux missions difficiles et sans aucun support, et à travailler en binôme, un lien solide s’était tissé au fil des années … Nanda n'aurait aucune difficulté à la retrouver !


- Ca roule, je te sens ! J’ai mon vaisseau, je serais là dans quelques minutes !

Pour la première fois depuis qu’elle avait trouvé Nahla, la Chiss s’autorisa à sourire franchement. La situation s’améliorait largement …


Deux heures plus tard


- Maître Snaitha ? J’aurais tout entendu ! Navrée de te décevoir, ma puce, mais moi c’est Nanda. Et pas la peine d’y ajouter le maître …

Celle qui venait d’apostropher ainsi Nahla était une Cathar au pelage fauve, confortablement installée dans un fauteuil. Si sa stature n’était pas vraiment imposante, avec une silhouette élancée et souple, il se dégageait d’elle une aura de puissance et de menace sous contrôle, très proche en cela de celle de la Chiss. La féline se leva avec souplesse de son fauteuil, et inspecta d’un air critique les différentes données affichées sur l’écran relié aux dispositifs médicaux. Elle secoua la tête d’un air chagrin.

- Dis donc, Nahla, tu reviens de loin ! Reste allongée, d’accord ? Je vais chercher l’autre furie.

La Jedi joignit le geste à la parole et se dirigea vers la porte d’un pas traînant. Sa voix, étouffée, résonna entre les parois métalliques du vaisseau, suivie peu après par celle de Snaitha. Puis des bruits de pas se firent à nouveau entendre, et la Chiss apparut dans l’encadrement de la porte. Détendue, calme, l’attention relâchée … bref, l’extrême inverse de l’attitude qu’elle adoptait en temps normal. Elle avait de plus revêtu une tunique à manches courtes et un pantalon propres, de couleur brun clair, et sa longue chevelure noire pendait derrière elle. Ses blessures avaient été pansées avec du tissu imprégné de Kolto, un antidouleur administré pour soulager ses côtes. Elle put donc se laisser tomber sur la chaise, comme à son habitude, sans avoir l’impression qu’on lui plantait des aguilles dans le flanc. Son regard serein se posa sur la jeune Miraluka. Elle l’avait fait. Elle avait réussit à la ramener saine et sauve. Enfin, entière, quoi ! Et c’était déjà un exploit en soi !

- Salut, Nahla, tu te sens mieux ? Tu as fait la connaissance de Nanda, je vois ? Tu as une …

A ce moment-là, le vaisseau accéléra d’un seul coup, un fait largement perceptible par toutes deux. La Chiss croisa les bras, et sur un ton toujours aussi calme, avec une pointe d’affection, elle continua de parler.

-On sera bientôt au spatioport le plus proche. Tu as une idée d’où on pourrait trouver ton Maître ? Je préférerais te ramener à ses côtés …

C’était soit ça, soit la ramener au Temple. Or Snaitha ne s’y résoudrait qu’en dernier recours. Séparer un Padawan et son Maître, il fallait vraiment que la situation soit extrême pour que la Chiss se résolve à cette extrémité ! Et elle espérait bien ne pas avoir à le faire, cette fois …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ya deux soleils et deux nanas, ta, dadiladada .... [An 3491 B.Y] (PV Nahla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Tatooine-